« Journée morte pour une Justice très vivante ! | Accueil | La proportionnelle à un train de sénateur ... »

03 avril 2018

Commentaires

Tomas

@ Trekker

En somme et si je vous suis bien, vous dites entre les lignes que l'Alsace-Lorraine française ne méritait pas forcément un million et demi de morts et cinq millions d'estropiés.

Si tel est le cas, je suis rassuré de ne pas être tout seul !

Après, ce qui est fait est fait, chaque année qui passe rend cet énorme sacrifice moins douloureux pour le pays.

Robert

@ Trekker | 09 avril 2018 à 00:50

Je n'ai pas affirmé que la guerre franco-allemande était de la seule volonté de l'Allemagne, encore que la manipulation par la dépêche d'Ems a conduit Napoléon III à tomber dans le piège tendu par Bismarck.
Bismarck a voulu faire de l'Allemagne la puissance hégémonique en Europe continentale après avoir battu en l'espace de quatre ans l'Autriche-Hongrie à Sadowa, puis la France à Sedan.

Ce que j'ai aussi voulu signifier est que les conditions infligées par l'Allemagne à la France ont été porteuses de l'esprit de revanche et ont lourdement conditionné l'attitude française quant à la dureté des dispositions du traité de Versailles post-Première Guerre mondiale.

Trekker

@ Robert | 08 avril 2018 à 16:01
@ Mary Preud'homme | 08 avril 2018 à 13:30
@ Claude Luçon | 08 avril 2018 à 13:13

Vous omettez de mentionner que c’est la France, son empereur Napoléon III et son corps législatif d’alors qui décidèrent d’attaquer l’Allemagne, plus exactement la Prusse, le 19 juillet 1870. Mais ils n’avaient pas mesuré l’incapacité de notre armée à mener une guerre avec la Prusse, car outre la médiocrité voire l’incompétence de nombre de nos généraux, nous avions surtout l’expérience de nos victoires coloniales. Résultat, dès début septembre 1870 le gros des unités de notre armée régulière était hors de combat, et Napoléon III capitula.

Bien sûr d’octobre 70 à janvier 1871, sous l’impulsion du nouveau gouvernement républicain nous livrâmes des batailles dans l’espoir de renverser la situation. Mais alors notre armée d’active était réduite, désorganisée, n’avait plus qu’un armement disparate, et malgré la vaillance de nos volontaires - entre autres « les mobiles » - elle échoua.

Nos armées furent donc vaincues sans appel par l’Allemagne, et à la loyale. L’annexion de l’Alsace-Lorraine ainsi que les lourds dommages de guerre, c’était alors dans la logique des défaites du XIXe siècle : Napoléon Ier ne s’en était pas privé lors de son règne.

En conséquence, en 1914 la France n’était guère fondée, notamment en droit, à vouloir reconquérir par les armes l’Alsace-Lorraine. Elle l’avait perdue entièrement par sa faute : guerre de 1870 à son initiative, et défaite en découlant. De 1880 à 1914 nombre de nos politiques rêvaient de reconquérir l’Alsace-Lorraine, pour cela ils se livraient à une propagande démagogique et notamment auprès de la jeunesse : lire ou relire les livres d’histoire de cette époque.

Je précise que j’ai écrit que la France voulait autant la guerre en 1914 que l’Allemagne, et tout cela était amplement renforcé par le jeu des alliances : entre autres Grande-Bretagne et Russie. Les principaux belligérants étaient à l’affût du moindre prétexte pour déclencher les hostilités, car chacun d’entre eux était persuadé d’en sortir vainqueur au moindre coût.

Robert Marchenoir

Tariq Ramadan est en prison ? Qu'à cela ne tienne, ses Sections d'assaut islamiques harcèlent ses victimes, les persécutent et les menacent. Certaines ont été abandonnées par leur famille, ne peuvent plus aller travailler de peur d'être reconnues et cherchent désespérément à déménager.

https://www.marianne.net/societe/va-attendre-qu-se-prenne-un-coup-de-couteau-les-3-victimes-presumees-de-ramadan-nous

On nous répète sans cesse qu'il n'y a pas suffisamment de policiers pour surveiller tous les islamistes dangereux, mais apparemment, Tariq Ramadan, même en prison, ne manque pas de nervis fascistes pour faire suivre et attaquer ses ennemis à lui, où qu'ils se trouvent et où qu'ils aillent.

Comment appeler cela, sinon une invasion ennemie suivie d'une occupation ? Il y a d'autres mots qui conviennent ? Bien que n'ayant pas chez moi le Dictionnaire de l'Académie française, vraiment, je ne vois pas.

Au passage, ces femmes, qui ont permis, par leur courage, l'arrestation du djihadiste masqué, se plaignent d'être ignorées par les associations féministes. Lesquelles hurleront au viol s'il n'y a pas 50 % de femmes dans les conseils d'administration. On voit tout de suite les priorités.

Robert

Pour compléter les commentaires de Trekker, Mary Preud'homme ou Claude Luçon, il convient de rappeler quelques points que trop souvent on néglige :

- l'occupation allemande du nord de la France pendant la Première Guerre mondiale n'a pas été une sinécure pour nos concitoyens qui ont vécu sous la férule des troupes allemandes ;

- toute la jeunesse française a effectivement été élevée par la Troisième République, dès l'école primaire, dans la culture de la revanche après la perte de l'Alsace-Moselle en 1870. Mais cela à soi seul ne suffit pas à considérer la France comme ayant voulu la guerre en 1914. En revanche, les alliances avec la Grande-Bretagne et la Russie ont été conclues parce que chacun savait que cette guerre était inévitable et qu'il convenait cette fois de ne pas la perdre ;

- l'origine de la Première Guerre mondiale remonte à la volonté allemande d'exercer une hégémonie sur le continent européen. C'était le sens de la guerre de 1870 qui a consacré la puissance allemande. Il convient de ne pas oublier le montant de la dette de guerre imposée à la France après la défaite de Napoléon III à Sedan, dette payée rubis sur l'ongle, alors qu'à l'inverse, l'Allemagne après les deux guerres mondiales s'en est ou en a été de facto exonérée en très grande partie (d'où l'occupation de la Ruhr par l'armée française en 1923). Ce qui explique aussi l’intransigeance d'un Clemenceau lors des négociations du traité de Versailles ;

- la francophilie d'Ernst Jünger, si elle est incontestable, ne saurait faire aussi oublier qu'il était dans la logique allemande. Effectivement, l'Allemagne a poussé la logique technicienne à son paroxysme jusqu'à la négation de l'Homme. C'est aussi de cela qu'il a pris conscience, mais a eu aussi tendance à ne pas en accabler la seule Allemagne ;

- dernier point : il ne faut pas oublier une certaine morgue allemande, une conscience de supériorité qui s’exprime, dans une fraction non négligeable de la population allemande, par une forme de suprématie industrielle et de mépris pour ce qui n'est pas allemand. A mon avis, et ce n'est que mon avis, cela tient aussi au fait que la dénazification de l'Allemagne, si elle a été institutionnelle, a laissé la liberté à nombre de nazis notoires qui n'ont jamais été jugés. Il convient aussi de rappeler que les débuts de la guerre froide à l'orée des années 1950 a conduit l'Occident à rechercher son unité face au totalitarisme communiste soviétique et donc à mettre une sourdine sur ce type de poursuites pénales.

Mary Preud'homme

@ Claggart | 08 avril 2018 à 13:07

Merci beaucoup pour vos recommandations de lecture. En ce qui me concerne j'ai fait provision de suffisamment de témoignages vécus sur le sujet par des membres de ma famille, depuis la guerre de 1870, jusqu'à la Seconde Guerre mondiale (où ma mère fut arrêtée alors que j'avais deux ans) en passant par celle de 1914/1918.

Et quand je me rends dans certains villages détruits autour de Verdun, où vécurent mes ancêtres, à la nécropole nationale de Douaumont, ou même en "pèlerinage" dans quelque vestige (ruines) de ce que furent les demeures de mes arrière-grands-parents, cela suffit pour me convaincre que les envahisseurs teutons n'étaient pas les bienvenus. Et ce ne sont pas mes grands-parents maternels et arrière qui, après avoir été une première fois spoliés ont envoyé trois de leurs fils au front, à la mort, dans les terribles tranchées de Verdun qui me démentiraient.

Claude Luçon

@ Mary Preud'homme | 08 avril 2018 à 08:54
"Moi j'appellerais plutôt patriotisme et volonté de rendre à la France ses territoires annexés (Alsace et Moselle) ce que vous qualifiez d'esprit de revanche."

OUI ! Moi aussi :
Ayant travaillé pendant dix-huit ans pour deux frères alsaciens de génie, en ayant profité pour aller saluer, à Lambaréné, le Dr Schweitzer, autre Alsacien, un genre d'homme comme on en fait peu, puis connu nombre de pieds-noirs alsaciens en Algérie, tous étaient français, très français.

Les deux premiers, réfugiés aux USA pendant WW2 pour y développer et exploiter la révolution qu'ils avaient introduite dans l'exploration pétrolière, détail peu connu de WW2, aidaient au financement des Spitfires en versant leurs considérables bénéfices américains (nord et sud) aux Britanniques. Ce qui valu à quelques membres de leur famille restés en Alsace de se retrouver dans des camps de prisonniers teutons.

L'Alsace et la Lorraine sont bien la France, pas l'Allemagne, le Rhin est là pour nous le rappeler géographiquement.

@ Trekker | 07 avril 2018 à 23:37

Libre à vous d'aimer sa littérature mais, j'insiste, pour moi un homme qui vient semer la misère et la terreur chez nous et repique au truc vingt-cinq ans plus tard ne peut pas être un rêveur pacifique ; au mieux un psychopathe qui s'ignore ?

@ Savonarole | 06 avril 2018 à 18:13

Bon ! Vous êtes pardonné !
Merci pour ces précisions, il est rare de voir un Britannique si réaliste à propos de la France.
Ce qu'il dit a été confirmé par un professeur de littérature de Harvard qui a calculé que 64% de mots anglais sont d'origine française. On oublie trop que les Plantagenêts étaient angevins, gouvernaient à partir de Chinon et qu'on parlait français dans leur cour.
Nous sommes hors sujet mais nous parlons de "paroles", donc pas entièrement, Philippe ne peut pas nous en vouloir sans se dédire :)

Les Britanniques aiment bien nous rappeler Azincourt, Trafalgar et Waterloo ; il suffit de leur rappeler qu'à nous il a suffi d'une jeune paysanne de 18 ans pour les chasser de France, d'un jeune noble de 19 ans pour aider les Américains à les renvoyer chez eux et que nous avons eu la peau de Nelson.

J'ai vécu chez eux, on y vit très bien.
En plus Londres équilibre Paris, c'est une ville pour hommes, Savile Row vaut bien la rue du Faubourg-Saint-Honoré.
On peut se disputer très courtoisement avec eux, ce qui est rare ailleurs.

Claggart

@ Mary Preud'homme 08 avril 08h54

Trekker a raison de vous opposer la responsabilité de la France dans le déclenchement de la guerre de 14 ; le Lorrain Poincaré n'a jamais ralenti la Russie dans ses intentions belliqueuses envers l'Autriche ; il les aurait même encouragées, s’opposant à ce sujet au Premier ministre René Viviani.

Pour vous instruire je vous conseille le passionnant ouvrage "Les somnambules" de Christopher Clark.

Robert

Merci à Giuseppe | 08 avril 2018 à 10:50 pour le document.

Où l'on voit bien l'égarement de nos élites et l'incompréhension de la "tâqîya", donc leur ignorance de ce qu'est fondamentalement l'islamisme radical. Même affiché sous des dehors a priori "acceptables", la pensée sous-jacente reste la même et la volonté est, malgré les apparences, d'étendre la charia comme mode de vie en société... au besoin par des voies détournées.

Giuseppe

Lors d'une émission télévisée Tareq Oubrou était intervenu par vidéoconférence, un journaliste présent et attentif avait tout de même relevé qu'il avait une drôle de conception de la laïcité et de la République - si mes souvenirs sont bons, il aurait bien vu sa religion participer à la décision d'Etat.
Il avait été interviewé pour sa soi-disant modération.

http://www.infos-bordeaux.fr/2016/actualites/omar-djellil-revele-la-face-cachee-de-tareq-oubrou-limam-de-bordeaux-8481.

Mary Preud'homme

@ Trekker | 07 avril 2018 à 23:37 @ Claude Luçon
"Soyez objectif au sujet de la guerre de 1914-18, initialement la France et ses gouvernants de l’époque sont co-responsables de celle-ci : beaucoup étaient mus par une volonté farouche de revanche sur l’Allemagne"

Vous semblez méconnaître les souffrances qui furent celles des Alsaciens-Lorrains durant 48 ans ; non seulement envahis, humiliés, écrasés sous la botte, privés de leur langue, séparés de leurs familles, mais en outre contraints pour certains de se battre contre leur patrie.

Moi j'appellerais plutôt patriotisme et volonté de rendre à la France ses territoires annexés (Alsace et Moselle) ce que vous qualifiez d'esprit de revanche.

Trekker

@ Claude Luçon | 06 avril 2018 à 16:25
"Jünger a participé aux deux guerres mondiales, d'abord dans les troupes de choc au cours de la Première Guerre mondiale, puis comme officier de l'administration militaire d'occupation à Paris à partir de 1941."

Cette biographie d’Ernst Jünger est pour le moins réductrice, surtout au sujet de ses fonctions lors de l’occupation de Paris entre 1941-44. Il appartenait bien en théorie à l’administration militaire allemande, mais en réalité il consacra une majeure partie de son temps à rédiger son «Journal de guerre », ainsi qu'un essai intitulé « La Paix, appel à la jeunesse d'Europe et à la jeunesse du monde ».

Par ailleurs sa haine d’Hitler, de ses sbires, le conduisit à fréquenter Rommel, et certains des protagonistes du complot du 20 juillet 1944. En outre dans la mesure de ses moyens il aida et protégea nombre d’intellectuels français qui n’avaient rien de « collaborateurs ».

@ Claude Luçon | 06 avril 2018 à 16:25

PS : soyez objectif au sujet de la guerre de 1914-18, initialement la France et ses gouvernants de l’époque sont co-responsables de celle-ci : beaucoup étaient mus par une volonté farouche de revanche sur l’Allemagne. Alors reprocher à Jünger, jeune officier, d’avoir à cette époque combattu dans les troupes de choc de son pays, c’est être d’une grande partialité. Les « Stosstruppen » allemands étaient des soldats d’élites, mais n’avaient rien à voir avec ce que seront les futurs Waffen SS.

Giuseppe

@ Ahmed Berkani | 05 avril 2018 à 21:23 Achille | 06 avril 2018 à 09:07

J'ai lu ce que vous écriviez, vous "tricotez" les mots, l'ouvrage est superbe et intelligent.

Achille a la lucidité des modérés quoique parfois il égratigne : il faut en tenir compte.

Mary Preud'homme

@ Tipaza | 06 avril 2018 à 19:10

Pour un techncien et a fortiori ingénieur enfermé dans des certitudes pseudo-scientifiques, une œuvre comme "Abeilles de verre" d'Ernst Jünger ne peut être que dérangeante ! A plus forte raison, si celui-ci énonce quelques vérités sans prendre de gants, interpelle son lecteur et le contraint à se remettre en question, sinon à faire l'autruche ou jouer les indignés.

Mais n'est-ce pas le propre d'une intelligence supérieure que de savoir se remettre en question et fuir comme la peste le formatage et le préfabriqué qui déshumanisent l'être humain ? Comme si l'ambition suprême de certains était de devenir des robots soumis corps et âmes à la technique !

Claude Luçon

@ Tipaza | 06 avril 2018 à 19:10
"Ce que veut dire Jünger, c'est que dans le monde moderne la technique est devenue une fin, et n'est pas un moyen pour libérer l'homme."

C'est précisément sur ce point que je ne suis pas d'accord avec Jünger.
Il me semblait avoir expliqué que, pour moi bien sûr, l'homme s'est libéré au fil des millénaires grâce à la technique et acquiert de plus en plus de liberté grâce à elle. Le drame est, toujours pour moi, que c'est l'homme qui perd son sens d'analyse et de critique personnelles, trop assujetti aux âneries de bavards se posant, à tort, en experts et qui utilisent la télévision pour y divaguer à nous en faire perdre la raison.

La preuve ?
La prochaine fois que Philippe participera à un talk-show sur un sujet de son domaine, de ses expertises, suivez-le ! Ayant autour de lui quelques bavards divagants il faut le bien observer, la désapprobation se lit clairement sur son visage et discrètement sur son attitude. C'est d'ailleurs en observant Philippe chez Calvi que j'ai envahi ce blog pour profiter de ses bienfaits intellectuels en me disant qu'il restait au moins un disciple de Descartes en France avec, en plus, Pascale, qui m'a réconcilié avec mon français.
Tout bonus ! Ce n'est pas du fayotage, simplement le sentiment que ma France était toujours là mais il fallait la chercher ailleurs qu'à la télévision.
Clairement je ne suis pas le seul à y avoir trouvé refuge, certains d'entre vous l'ont découvert depuis bien longtemps, y restent fidèles, et un tas de petits nouveaux apparaissent régulièrement !

J'apprécie vos textes je l'ai déjà dit, mais vous venez de démontrer la validité de mon argument : le pétrole est sans doute pour vous les pumping jacks que des journalistes ignares nous présentent lorsque le sujet du jour tourne autour du pétrole : on creuse un trou au hasard, on installe une pompe, le pumping jack et, bingo, l'or noir coule à flot !
Ben non !
C'était la technique du 19ème siècle.
Aujourd'hui l'exploration pétrolière est l'industrie qui utilise le plus de sciences et technologies connues : géologie, sismique, géophysique, géochimie, pétrophysique, paléontologie, magnétisme, génie mécanique, hydraulique, génie civil, génie maritime, explosifs, radioactivité, électronique, numérique, radio, transports aérien, fluvial et maritime, et j'en oublie bien d'autres. Sur une seule tour américaine d'exploration au Mozambique dès 1956 nous étions huit au niveau ingénieur ou doctorat, tous de spécialités différentes : de l'ingénieur pétrolier lambda au micro-paléontologue, de six nationalités dont deux Français.

En passant, c'était pourquoi par le passé je vomissais régulièrement Jean-Vincent Placé quand il parlait de la fracturation hydraulique et du gaz de schiste. Des collègues de Philippe vont maintenant se charger de lui enseigner quelques notions de modestie et de civilisation, c'est sa vanité qui risque d'être fracturée.

Vous écrivez : "Un trou noir qui se trouve à des millions d'années-lumière des vôtres".
Sachez que j'ai la même passion, depuis longtemps !
Je lis en ce moment "Trous noirs et distorsions du temps", de Kip S. Thorne, j'étais il y longtemps un fan de feu Carl Sagan.
Comme quoi un trou mène à un autre, encore que le mien s'appelle plutôt forage et, contrairement à ceux de l'univers, rejette au moins de l'or noir au lieu d'absorber dans le noir tout ce qui passe à sa portée :)

Par ailleurs chercher à analyser et comprendre les entrailles de notre planète conduit automatiquement à l'Espace, l'Univers, d'où elle est née.

En conclusion je vous abandonne Ernst Jünger, en espérant qu'il passera bientôt à proximité d'un de vos trous noirs, en compagnie de Ramadan et Placé ?

Tomas

@ Savonarole | 06 avril 2018 à 06:08

Oui, et alors ? Se gargariser sur les victoires du passé n'a aucun intérêt, mieux vaut oeuvrer à celles de demain.

La reprise régulière de ce reportage dans nos médias me rappelle la célébration annuelle du 9 mai à Moscou, quand tout le pays célèbre la victoire dans la Seconde Guerre mondiale. La mode de ces célébrations grandioses ne remonte qu'aux années 90 et a encore pris de l'ampleur depuis les années 2000, montrant ainsi l'absence de tout projet national sérieux dans la Russie actuelle.

Chez nous le culte rendu à de Gaulle participe du même phénomène. Faute de pouvoir inventer un avenir potable (bon, Macron essaye avec sa start-up nation, peut-être y en a-t-il que cela fait rêver après tout), on se réfugie dans le culte du passé.

C'est mauvais signe.

vamonos

@ DAUMONT | 07 avril 2018 à 00:06

Enlevez votre masque, on vous a reconnu. Obligé de descendre de votre superbe anonymat mais pas trop quand même, vous prenez la défense de l'une de vos ouailles qui fait son petit travail de gauchiste émérite, comploteur, délateur et nihiliste.

Ellen

Thibault de Montbrial, Président du Centre de Réflexion sur la Sécurité Intérieure, dénonce depuis longtemps les tensions et protestations islamiques en France à des fins politiques.

http://www.fdesouche.com/975803-le-pdt-du-centre-de-reflexion-sur-la-securite-interieure-denonce-lambiguite-de-macron-avec-les-freres-musulmans

DAUMONT

Il suffit qu'un Julien WEINZAEPFLEN fasse un commentaire précis sur les textes du Coran et de la Torah pour que les éructeurs habituels de ce blog le traitent de tous les noms.

Quant à ce Tariq Ramadan, il devrait être simplement sous contrôle judiciaire au regard des plaintes et griefs formulés.

Tipaza

@ Claude Luçon | 06 avril 2018 à 16:25

Je renonce, jamais vu un étudiant aussi obstiné dans l'erreur d'analyse, et en même temps c'est bien de ne pas renoncer.
Un ingénieur qui creuse, un trou ou ses idées ne doit pas renoncer, à condition qu'il ait un minimum d'espoir que de son trou ou de ses idées il puisse jaillir du positif et du neuf.
Ce qui n'est pas le cas, hélas pour vous, mais que cela ne vous décourage pas.
Il paraît que la vérité sort du puits, elle sortira peut-être d'un de ces puits de pétrole que vous avez creusés, elle vous éclairera et c'est Jünger qui sera surpris de voir ce coup de pouce du destin en sa faveur ! ;-))

Ce que veut dire Jünger, c'est que dans le monde moderne la technique est devenue une fin, et n'est pas un moyen pour libérer l'homme.
La libération en question étant tout à la fois la libération à l'égard de la matière et l'ouverture vers un Homme aux valeurs aristocratiques.
C'est ce qu'il appelle le passage du Quantitatif au Qualitatif.

Sur ce, je vais creuser mon trou moi aussi.
Un trou noir qui se trouve à des millions d'années-lumière des vôtres, et qui absorbe tout ce qui passe à sa portée, contrairement aux vôtres qui donnent cette huile bienfaisante qu'on appelle pétrole.
Voilà qui explique probablement notre incompréhension.

Savonarole

@ Claude Luçon | 06 avril 2018 à 16:25

Vous avez raison.
J'ai fait un contresens monumental, j'avais mal interprété votre citation.
Pourtant j'avais galéré deux heures pour ce commentaire...
C'est pas grave, je le garde, je le resservirai pour une prochaine fois car il était excellent au demeurant...

Claude Luçon

@ Savonarole | 06 avril 2018 à 06:08
"Philippe Bilger voudra bien m'excuser pour ce hors sujet bilingue."

J'espère qu'il me pardonnera aussi :

Dear Savonarole,
You quote me as follows :
"« ...pour les Américains "the compatriots of La Fayette and the only nation they never fought !" »
Can you, for the sake of God, tell me what the French military performance extracted from the BBC has to do with what I wrote ?
I was talking of the Germans in general, I was talking of one German whom Tipaza quoted as follows :
"Pour ceux qui l'ignoreraient je rappelle que pour Jünger, les Titans sont les maîtres et les serviteurs de la technique qui portent en eux l'hybris de la technique conduisant à la déshumanisation de l'homme."

Back to french :
Jünger en écrivant une énormité pareille montre qu'il ne connaît pas le monde.
La technique a commencé quand nos grands anciens ont appris à faire du feu, tailler du silex puis du bois, réalisé que le feu permettait de faire de la terre cuite avec de l'argile, découvert du cuivre et du fer dans les cendres de leur feu, etc.
Notre civilisation actuelle n'est née que par de la technique.
L'humain vit mieux, plus longtemps grâce à la technique ne serait-ce que par le stéthoscope, la radiographie, l'échographie... jusqu'à l'IRM.
Jünger n'est connu que grâce d'abord à l'imprimerie, maintenant par la radio et la télévision.
De la technique, rien que de la technique.

Si je répète ici, et continuerai à répéter, que les bavards, dont Jünger, ont monopolisé les médias et occulté les bosseurs (ceux qui développent la technique), et ce en utilisant précisément la technique, c'est exactement pour contrer ce genre d'âneries.

Bien sûr qu'il nous faut des penseurs et des philosophes ! Même les techniciens veulent savoir qui ils sont, d'où ils sortent et où ils vont ! Mais des penseurs qui pensent, pas des penseurs qui nous sortent des élucubrations idiotes comme :
"...la technique conduisant à la déshumanisation de l'homme."

---------------------------

@ Trekker | 05 avril 2018 à 23:29

Vous êtes un homme qui a servi dans un corps d'élite pour défendre ce pays, à ma connaissance. N'est pas para qui veut !
Voici un extrait de la biographie de Ernst Jünger :
"Jünger a participé aux deux guerres mondiales, d'abord dans les troupes de choc au cours de la Première Guerre mondiale, puis comme officier de l'administration militaire d'occupation à Paris à partir de 1941."

En clair un homme qui par deux fois est venu semer mort, destruction et exploitation chez nous.
Il est clair qu'il avait besoin de se faire une virginité, d'acquérir un humanisme qu'il n'avait pas à l'origine !
C'est pourquoi il est, pour moi, pour le moins, plutôt hypocrite avec un rien de sadisme.
Ce n'est pas parce qu'il a utilisé la technique pour sa gloire militaire qu'il peut se permettre d'écrire : "la technique conduisant à la déshumanisation de l'homme" car c'est lui qui était né déshumanisé, pas la technique.
« Le monde ne se limite pas à la boîte osseuse qui contenait le cerveau de Jünger ! »

Achille

@ Savonarole | 06 avril 2018 à 14:47
""La vie n'aurait pas de sel sans un peu d'arbitraire" (je crois que c'est de moi)."

Parfaitement exact ! Je pense que j’aurais pu le dire aussi ! 😊


Savonarole

@ Achille | 06 avril 2018 à 09:07

Bonjour Achille,
On se connaît depuis longtemps...
C'est plus fort que moi, ce goût d'allumer des pétards dans les cathédrales.
"La vie n'aurait pas de sel sans un peu d'arbitraire" (je crois que c'est de moi).

Robert

Votre conclusion, Monsieur Bilger, conduit aussi à devoir s'interroger sur l'instrumentalisation de la Justice et la technique de subversion par son intermédiaire dont usent et abusent les Frères musulmans ou les autres islamistes en France.

J'en veux pour preuve l'accusation faite à l'historien Georges Bensoussan d'avoir au cours d'un débat évoqué la dimension culturelle de l'antisémitisme "dans les familles arabes", citant de mémoire les propos d'un sociologue.
Il avait été poursuivi il y a un an et relaxé en première instance.
A la fin du mois de mars dernier, il s'est retrouvé de nouveau sur le banc des accusés parce que le CCIF (Comité contre l’islamophobie en France) avait fait appel de la première décision. Toujours dans une perspective de victimisation généralisée des musulmans en France.

Ces techniques sont aussi celles qui fondent l'action de subversion mise au point par monsieur Tariq Ramadan et ses pairs, masquée derrière une apparence sirupeuse et un calme affiché quasi olympien.
J'ose espérer qu'en deuxième instance, notre historien sera à nouveau relaxé.
Pour une idée du déroulement de ce dernier procès :
https://www.causeur.fr/georges-bensoussan-proces-appel-ccif-150322?utm_source=Envoi+Newsletter&utm_campaign=0ff25f0949-Newsletter&utm_medium=email&utm_term=0_6ea50029f3-0ff25f0949-57538953

Giuseppe

@ Bamba | 04 avril 2018 à 06:58

Lui c'est 18 000 000 d'écoutes et il ne faisait que chanter.
Vous m'avez bien fait sourire, mes zygomatiques s'en souviennent encore.
https://youtu.be/Coy8Hoa1DNw

Achille

@ Ahmed Berkani | 05 avril 2018 à 21:23
« Je suis extrêmement peiné d’avoir dû répondre à la méchanceté gratuite par le cynisme. Je m’en excuse auprès de vous tous, et auprès de nos chers hôtes. But I felt compelled to reply. Il faut se défendre un minimum. »

Savonarole a l’habitude de balancer quelques beignes de temps en temps aux hôtes de ce blog. C’est un test pour les nouveaux. Quelques-uns horrifiés sont partis en courant et on ne les a plus revus. Ceux qui restent se sont constitués une cuirasse et se disent quand ils se prennent une avoinée du moine de ce lieu qu’ils ont dû dire une grosse bêtise. C'est le cas de ce Julien W.

Il est vrai que parfois Savonarole allume un intervenant, sans raison bien claire. En fait c'est juste parce qu’il est de mauvaise humeur. Cela peut arriver aux meilleurs d'entre nous...

Exilé

@ charles
« Vous caricaturez, en France et en 1947 un certain Victor Kravchenko a publié un livre pas exactement communiste. »

Je ne caricature pas, je cite.
Et le fait que Kravchenko ait publié son ouvrage en France - qui même en 1947 n'était pas complètement aux mains du PC - et non pas en URSS, montre bien que la répartie de Georges Marchais était fondée.

Ceci dit, dans la France actuelle le climat dans le monde de l'édition se rapproche de façon inquiétante de celui qui régnait en URSS.
Richard Millet pourrait vous en parler.
Mais ceci est une autre histoire...

Savonarole

@ Claude Luçon
« ...pour les Américains "the compatriots of La Fayette and the only nation they never fought !" »

Ça devient lassant, un reporter du New York Times avait un jour affirmé qu'il n'y avait qu'une brosse à dents pour dix Français. Leur "french bashing" vaut notre antiaméricanisme.

Mais afin que nul ne meure idiot voici quelques éléments glanés sur BBC History.

"L’histoire militaire de la France couvre deux millénaires d'Histoire à travers la France, l'Europe et les anciennes colonies françaises.
Il y eut 53 conflits majeurs en Europe. La France aura été un belligérant dans 49 d'entre eux, et le Royaume-Uni dans 43. Parmi les 185 batailles que la France a livrées au cours des 800 dernières années, ses armées auront gagné 132 d'entre elles, et en auront perdu 43, ne laissant que 10 batailles indécises, donnant ainsi aux militaires français le record de victoires en Europe."

Ce n'est pas moi qui le dis mais Niall Ferguson, historien anglais.

Which country is the most successful military power in European history ? France. According to the historian Niall Ferguson, of the 125 major European wars fought since 1495, the French have participated in 50 – more than Austria (47) and England (43). Out of 168 battles fought since 387BC, they have won 109, lost 49 and drawn 10.
The British tend to be rather selective about the battles they remember. Every English schoolboy was once able to recite the roll call of our glorious wins at Crécy (1346), Poitiers (1356) and Agincourt (1415), but no one’s ever heard of the French victories at Patay (1429) and (especially) at Castillon (1453), where French cannons tore the English apart, winning the Hundred Years War and confirming France as the most powerful military nation in Europe.
And what about the Duke of Enghien thrashing the Spanish at Rocroi late on in the Thirty Years War in 1643, ending a century of Spanish dominance ? Or the siege of Yorktown, Virginia, in 1781, when General Comte de Rochambeau and American forces prevailed ? The British always prided themselves on superiority at sea, but knew they could never win a land war on the Continent.
France’s achievements help to explain another French “military victory”. Whether it is ranks (general, captain, corporal, lieutenant) ; equipment (lance, mine, bayonet, epaulette, trench) ; organisation (volunteer, regiment, soldier, barracks) or strategy (army, camouflage, combat, esprit de corps, reconnaissance), the language of warfare is french."

PS : Philippe Bilger voudra bien m'excuser pour ce hors sujet bilingue.

Giuseppe

@ caroff | 05 avril 2018 à 19:03
"Vous me l'avez ôté du clavier."

"Hé bé petit nous avons fait fort pour le devancer, d'habitude
il dégaine vite et sans épauler..."
Ceci dit mon voisin m'a dit que le commentaire de Julien W. ne sentait pas bon, il a même compris ce que voulait dire "in cauda venenum" d'un des cités, ça devait vraiment sentir le rance, "hé bé petit, comme le scorpion, quoi ! Hé bé..."

Trekker

@ Claude Luçon | 05 avril 2018 à 13:30
"...vous comprendrez que j'ai un point de vue très précis sur nos voisins et leur conception de la vie…"

Attention ne confondez pas mon respect et mon admiration pour les oeuvres de Ernst Jünger et von Salomon, avec ceux que j’ai pour la majorité de leurs concitoyens !

Giuseppe

@ Julien WEINZAEPFLEN | 05 avril 2018 à 10:19

Je me suis penché de nouveau sur votre premier paragraphe - suite aux interventions et commentaires de Marchenoir et Savonarole -, j'ai lu à nouveau, je persiste et signe, votre pensée est bringuebalante, torturée, touffue avec des extrapolations, extractions, "violentisme de cette immaturité" (?)... Bref, j'ai l'impression que s'agite devant mes yeux un marteau à bomber le verre pour convaincre ce dernier à se plier.

Ce sera là ma dernière remarque, mais laisser croire que TR s'en remettrait à un quelconque droit canonique... Doux rêveur est un euphémisme, je suis un garçon bien élevé.

Ahmed Berkani

@ Savonarole, 04 avril 2018 à 20:42
« Vous devriez cesser de vous écouter écrire. Votre narcissisme intellectuel est gonflant. Votre immense amour pour la France et ses intellectuels complètement dépassés a quelque chose de gênant, on a du mal à y croire.
Cessez de nous baiser les babouches. Restez vous-même. Soyez authentique, ne nous enfumez pas. »

Monsieur, ni une ni deux me voilà parti à la recherche de mon vrai moi, de mon moi absolument authentique : grâce à vous ! Quand je pense que depuis quarante ans je me fourvoyais ! Quelle pitié ! Quelle misère ! Dieu seul sait où cette aliénation de mon esprit m’aurait conduit si la Providence ne vous avait pas mis sur mon chemin un certain jour d’avril.

Mais tout est réparé maintenant. Nettoyée ma bibliothèque, de fond en comble : plus aucun livre publié avant 2015. Adieu Pascal, adieu Benjamin Constant, adieu Baudelaire ! Mon libraire, qui est un homme si gentil, m’a mis au parfum : j’ai racheté toute la dernière production de Gallimard, Laffont, Julliard, et d’autres. Je vais me nettoyer la cervelle comme il faut.

Et quant à mon supposé amour de la France — immense, dites-vous, colossal —, de sa culture — si elle existe —, il est feint bien entendu ! Mais avouez que vous avez failli vous laisser prendre.

Du fond du cœur merci !

@ La belle communauté

Je suis extrêmement peiné d’avoir dû répondre à la méchanceté gratuite par le cynisme. Je m’en excuse auprès de vous tous, et auprès de nos chers hôtes. But I felt compelled to reply. Il faut se défendre un minimum.

Giuseppe

@ Robert Marchenoir | 05 avril 2018 à 17:23

Bob - je me permets - vous êtes le Johnny Weissmuller de ce blog par certains côtés, il est vrai que parfois vous me faites sursauter, mais vous avez le souffle de "Autant en emporte le vent" c'est ce qui est rassurant en soi.

Exilé

@ Claude Luçon
« ...pour les Américains "the compatriots of La Fayette and the only nation they never fought !" »

Dites donc, vos Étasuniens me semblent encore plus ignorants de l'histoire que les Français actuels formatés par la sinistre Éducation nationale.

Permettez-moi de vous rappelez qu'en 1867 la France et les États-Unis ont été opposés dans la guerre du Mexique...

Achille

@ Tipaza | 05 avril 2018 à 16:37
« Quand je vous ai connu, sous d'autres cieux et d'autres pseudos, vous étiez outrancièrement à gauche, vous avez progressé vers un centrisme un peu mièvre, mais c'est déjà ça.
Continuez à avancer dans la bonne direction, vous finirez, non pas dans les bras de Marion, mais à ses côtés ce qui n'est pas si mal ! »

Finir sur les genoux de Marion pourquoi pas, à condition qu’elle ne parle pas de politique, bien sûr.

Pour en revenir à Mitterrand, je reconnais volontiers son intelligence politique (un de ses surnoms n’est-il pas « le Florentin » en référence à Machiavel) ainsi que sa culture littéraire impressionnante. Toutefois je n’ai jamais vraiment apprécié les vacheries qu’il n’a cessé de faire à Michel Rocard qui était mon candidat de cœur.
Si c’était ce dernier qui avait été président, la face de la France en aurait été changée. Hélas on ne refait pas l’Histoire !

Mary Preud'homme

@ Savonarole | 05 avril 2018 à 16:47
@ Robert Marchenoir | 05 avril 2018 à 17:23

Excellent !

duvent

@ Savonarole

Felix qui potuit rerum cognoscere causas !

caroff

@ Savonarole
@ Robert Marchenoir
@ Giuseppe

Merci d'avoir dit à M. Julien Weinzaepflen que sa diatribe est antisémite et mensongère.
Vous me l'avez ôté du clavier.

charles

@ Exilé | 05 avril 2018 à 09:30
"Au passage, rappelons cette belle réponse de Georges Marchais à qui l'on demandait si n'importe qui pouvait publier un livre en URSS : « Bien sûr ! S'il trouve un éditeur. »."

Vous caricaturez, en France et en 1947 un certain Victor Kravchenko a publié un livre pas exactement communiste.

Giuseppe

@ Savonarole | 04 avril 2018 à 20:42

Je me suis servi des mêmes termes avec un autre commentateur alors que je découvre votre commentaire à l'instant.
Ou j'apprends vite ou bien toute coïncidence avec le réel est fortuite.
"S'écouter écrire", le solo de piano de Jeff Hamilton trio a dû par un mécanisme complexe déclencher ma réflexion, et vous ?

Savonarole

QUIZZ : qui est l'avocat de Tariq Ramadan ?
Vous avez quatre heures.

Mais où sont donc passés les Jacques Vergès ?
Dès qu'une gamine est assassinée ou qu'un taré tue son épouse au fin fond du troufignon de la France, on voit surgir depuis Paris des ténors du barreau, jabots frémissants, toges immaculées, verbe haut, "mon client est innocent !".
Et là, tout à coup, pour Tariq, ce cher Tariq, que dalle, les agendas des ténors sont pleins, je ne suis pas disponible, j'ai piscine, je passe sur BFMTV chez Ruth. Je suis débordé, vous comprenez...

Robert Marchenoir

@ Julien WEINZAEPFLEN | 05 avril 2018 à 10:19

Je regrette de vous dire que votre contribution est un remarquable numéro de mauvaise foi, réussissant à mettre la vérité à l'envers suite à des insinuations successives dépourvues de tout fondement, agrémentées de considérations parfaitement non pertinentes.

Vous demandez qui a conféré le statut de télé-islamiste à Tariq Ramadan. Comme si quelqu'un d'autre devait le lui avoir conféré. Comme si, bien sûr, c'était toujours nous, les Blancs, les Occidentaux, les chrétiens, qui étions responsables de tout en ce bas monde, et organisions tout en coulisses.

La réponse à votre question est simple, et elle est évidente : c'est Tariq Ramadan lui-même, et les forces musulmanes qui l'entourent. Mais non : pour vous, Tariq Ramadan, étant musulman, est un pauvre oisillon sans moyens tombé du nid. Il ne peut réussir que par les manigances des Européens (voire des Juifs ?). Comme si sa qualité de petit-fils du fondateur des Frères musulmans ne lui donnait pas, dès le départ, une formidable légitimité pour entamer sa conquête du pouvoir !

Si Tariq Ramadan a réussi à rallier à lui les musulmans et à tromper les Européens, ce n'est pas sa faute : c'est celle du paysage intellectuel français, qui a "privé" les musulmans de penseurs de qualité.

Si les musulmans font quoi que ce soit de travers, c'est, toujours, la faute des non-musulmans. Il va de soi que le "paysage intellectuel français" (?) produit, à tire-larigot, des intellectuels musulmans capables de convaincre les musulmans que l'islam est une mauvaise chose. Ou bien, des intellectuels athées, ou catholiques, capables de les convaincre qu'il faudrait être moins musulman que ça. Il est bien connu que l'islam est naturellement perméable au doute et à la conviction par des éléments extérieurs...

Et, bien sûr, si qui que ce soit est dépourvu de quelque chose, c'est qu'on l'en a "privé". C'est que le méchant Etat, qui n'est pas assez socialiste, ne le lui a pas donné. Les imbéciles sont "privés" d'intelligence et l'Etat aurait dû la leur fournir, les délinquants sont "privés" de sens moral et c'est faute de "justice sociale", parce que le sens moral n'a pas été suffisamment "redistribué" de façon égalitaire.

Vous prétendez vous opposer à Tariq Ramadan, alors que vous tentez de nous faire gober son énorme bobard sur l'excision : lui-même aurait été contre, n'est-ce pas, mais il aurait fallu observer un "moratoire", le temps que des gens plus compétents que lui puissent se mettre d'accord sur le fait de savoir s'il convenait, ou non, de charcuter les petites filles à coup de rasoir.

Il semble vous échapper que la seule position admissible, pour un "intellectuel" de son statut en Europe, aurait été d'employer son influence à dénoncer vigoureusement et inconditionnellement cette pratique. Pas de finasser comme il l'a fait, ce qui est une manifestation typique de la dissimulation musulmane, et qui est en réalité une approbation déguisée.

Conçoit-on un Philippe Bilger, par exemple -- allez, amusons-nous -- prenant la parole à la télévision pour dire : écoutez, moi, personnellement, je suis contre le viol, mais je propose un moratoire sur la question, le temps que les spécialistes en discutent entre eux et aboutissent à un consensus, vous comprenez, il ne faut pas brusquer la société ?

Et puis, le pompon : tout ça, c'est évidemment la faute des Juifs.

"Que je sache, on n’a jamais demandé au judaïsme rabbinique de se prononcer sur les lois sur la lapidation qui figurent dans la Torah, et qui restent en vigueur même si on ne les applique plus, donc à l’égard desquelles est observé une sorte de moratoire pratique, dont j’aimerais être sûr que les juifs orthodoxes n’y dérogent pas dans leurs enclaves."

Quel est le bon sang de bonsoir de rapport ? Pourquoi ramenez-vous les Juifs dans le débat, qui, eux, "rabbiniques" ou non, n'ont jamais excisé leurs petites filles ? Qu'est-ce que c'est que cette histoire de lois qui sont en vigueur alors qu'on ne les applique plus ? C'est comme l'eau sèche ? L'essence ininflammable ? Ca fait combien de millénaires, que les Juifs ne lapident plus leurs femmes ? Au bout de combien de millions d'années un "moratoire" se transforme-t-il en abandon, d'après vous ?

Comment osez-vous comparer les Juifs français, européens et d'ailleurs du monde entier, qui n'ont jamais lapidé leurs femmes depuis la nuit des temps, et que leurs autorités religieuses et civiles condamneraient unanimement si par hypothèse ils le faisaient, avec des musulmans qui, même installés en Europe, excisent leurs filles en nombre significatif, avec l'approbation de leur communauté et de leurs imams ? Avez-vous consulté les statistiques sur l'excision en Grande-Bretagne ?

Dans le genre fausse équivalence, vous faites vraiment très fort.

Enfin, la cerise sur le pompon : vous aimeriez être sûr que les "Juifs orthodoxes" ne lapident pas leurs femmes dans leurs "enclaves". Eh bien ! pourquoi ne vous en assurez-vous pas par vous-même, avant de lâcher, ici, une hypothèse aussi hypocrite qu'évidemment fausse ?

Merci de nous dire quelle autorité rabbinique, aujourd'hui, préconise la lapidation des femmes. Merci de nous dire par quel miracle, si jamais elle se produisait dans vos mystérieuses "enclaves", aux Etats-Unis ou en Israël, la justice de ces pays pourrait ne pas être au courant, ou ne pas sanctionner sévèrement les coupables.

Peut-être aimeriez-vous vous assurer, aussi, que les chambres à gaz ont bien existé ? On ne sait jamais, hein... Il ne s'agit pas d'être négationniste, il s'agit simplement de poser la question, dans le pur intérêt de la science. Vous n'allez tout de même pas nous empêcher de poser des questions, n'est-ce pas ?

Ainsi fonctionnent le complotisme, la fabrique à rumeurs et la production de bobards, appelés, ces temps-ci, fake news.

Savonarole

@ duvent | 05 avril 2018 à 11:14

C'est bien gentil de me contredire pour m'expliquer que vous êtes d'accord avec moi...

---------------------------

@ Julien WEINZAEPFLEN | 05 avril 2018 à 10:19

Comme beaucoup d'imposteurs vous êtes arrivé sur ce blog en catimini, on vous a trouvé charmant, exotique, vos longues homélies ont enchanté les plus hirsutes d'entre nous. Charoulet en tête de gondole. Il fallait tout vous excuser.

Puis soudain le vernis craque, vous êtes un antisémite.
Ce n'est pas la première fois que je vous le dis.
Visqueux et filandreux, vous prenez la défense de Tariq Ramadan en opposant la Torah, qui prévoit la lapidation des femmes, en y ajoutant, in cauda venenum, "j'aimerais être sûr que les juifs orthodoxes n'y dérogent pas dans leurs enclaves".
C'est proprement abject de votre part.

La torpeur intellectuelle de ce blog laisse passer ce genre de propos, pas moi.

Ôyez, braves couillons du blog ce qu'a dit Julien Weinzaepflen :

"Que je sache, on n’a jamais demandé au judaïsme rabbinique de se prononcer sur les lois sur la lapidation qui figurent dans la Torah, et qui restent en vigueur même si on ne les applique plus, donc à l’égard desquelles est observé une sorte de moratoire pratique, dont j’aimerais être sûr que les juifs orthodoxes n’y dérogent pas dans leurs enclaves"

Tipaza

@ Achille | 05 avril 2018 à 06:35
"Curieux cet engouement pour Ernst Jünger. J’ai lu "Sur les falaises de marbre"..../...Quelle n’a pas été ma déception..."

Si je vous disais que la totalité de ceux à qui j'ai conseillé ce livre ont eu la même réaction, les plus honnêtes me disant que le livre leur était tombé des mains au bout de vingt pages.

J'en ai conclu que Mitterrand et moi, ou plutôt Moi et Mitterrand, faisions partie d'une élite très minoritaire seule capable de comprendre "la gnose poétique" d'Ernst Jünger.
Ce qui est normal, Mitterrand était un homme de gauche par intérêt, mais au fond c'était un homme de droite par conviction, et même de la vraie droite si j'en juge par l'habileté avec laquelle il a favorisé le FN.

Quand je vous ai connu, sous d'autres cieux et d'autres pseudos, vous étiez outrancièrement à gauche, vous avez progressé vers un centrisme un peu mièvre, mais c'est déjà ça.
Continuez à avancer dans la bonne direction, vous finirez, non pas dans les bras de Marion, mais à ses côtés ce qui n'est pas si mal !

Giuseppe

@ Julien WEINZAEPFLEN | 05 avril 2018 à 10:19
"...que la charia n’est intégralement appliquée dans aucun pays islamique – il faut sortir des fantasmes."

Vous êtes un doux rêveur, certes pas appliquée entièrement mais on coupe des mains et des têtes... Vous devez avoir raison cela ne fait pas mal.

https://www.franceculture.fr/religion-et-spiritualite/les-mondes-de-l-islam-410-les-applications-de-la-charia

"...obtenir entre cheikh et oulémas un accord canonique visant à savoir si une loi islamique est abrogeable ou non. Tariq Ramadan avait pris soin de dire qu’à titre personnel, il était... "

Là encore j'espère que vous ne pensez pas ce que vous écrivez, ce que dit ce prestidigitateur c'est qu'il se défausse et en plus il se cache, vous devez ignorer sans doute l'histoire du "Petit chaperon rouge".

Vous êtes désarmant j'ai l'impression que vous vous écoutez écrire.

Claude Luçon

@ Trekker | 04 avril 2018 à 23:30
@ Tipaza | 04 avril 2018 à 22:42

Vous êtes tous deux des commentateurs que j'apprécie depuis ma découverte de ce blog, ce qui ne m'empêche pas de ferrailler avec vous le cas échéant. J'ai appris bien des choses par vous deux, et par d'autres commentateurs aussi d'ailleurs.

Je pense que Philippe jette de temps à autre un pavé dans la mare aux bavards que nous sommes pour voir quelles vagues, élucubrations ou divagations vont en résulter. Déformation professionnelle aidant, nous sommes ici sur une sorte de tribunal de la pensée et de la parole, Philippe ayant conservé son rôle d'avocat général.

Chacun de nous vit en fonction de son expérience et de ce qui lui reste de vie, je n'ai plus le temps de faire du détail et, honnêtement, ne prend plus ce monde, celui des médias spécialement, au sérieux...

J'ai eu beaucoup d'excellents amis de toutes nationalités, ils m'en reste quelques-uns vivants, mais je n'ai eu qu'un seul ami allemand, excellent certes, mais un seul.
Dans l'entreprise, les coups bas ne sont pas rares parmi les dirigeants, de mêmes comme de différentes nationalités. Américains, Britanniques, Italiens, Hollandais, Norvégiens, parmi ceux que j'ai le plus côtoyés, ne se seraient jamais permis d'utiliser la calomnie et, surtout, de s'attaquer à nos épouses, ce que deux Allemands n'ont pas hésité à faire en Algérie, se voyant incapables de me déboulonner professionnellement.

J'ai connu bien des Italiens nostalgiques de Mussolini, aucun n'avait un portrait de Mussolini sur son piano à queue, il ne leur serait pas venu à l'idée de me faire visiter des fours genre Didier, tristement fameux, nos collègues allemands si, en 1974, trente ans après la fin de la guerre.
L'Allemagne a produit Goethe, Beethoven et von Karajan, entre autres, auxquels je suis totalement acquis.
Mais je parle de la nature d'un peuple dans son ensemble pas des exceptions.
Fascisme et nazisme vivaient en parallèle, Hitler avait copié Mussolini, les Italiens, eux, sont restés humains tout en étant fascistes.

Pour les Britanniques nous sommes "the two faces of the same coin", pour les Italiens "i cugini francese", pour les Américains "the compatriots of La Fayette and the only nation they never fought !". Mais j'ai entendu un des trois administrateurs allemands, un des deux qui avaient mis la vie de mon épouse en danger en Algérie, dire dans un conseil d'administration en présence de trois administrateurs américains, un britannique et un français : "l'Afrique a ses singes, l'Europe a ses Français !", c'était aussi vers 1974.

Pour rappel je suis fils d'un grand mutilé de 14/18 que j'ai vu souffrir toute sa vie et ai subi, de la puberté à l'adolescence, quatre ans de colonisation nazie. Ajoutez ce qui m'est arrivé en Algérie, vous comprendrez que j'ai un point de vue très précis sur nos voisins et leur conception de la vie.

Je crois en l'Evolution, celle de Darwin, laquelle poursuit son petit bonhomme de chemin même si Homo sapiens prétend en avoir pris le contrôle, et n'oublie pas que nous sommes issus les uns de Néandertal, les autres de Cro-Magnon.

Exilé

@ Patrice Charoulet
« Et osez nous dire que vous avez chez vous le dictionnaire de l'Académie française. »

Eh bien, n'étant ni un retraité de la SNCF ni un retraité de l’Éducation nationale - qui n'éduque pas plus qu'elle n'est nationale d'ailleurs - et ne percevant qu'une retraite Macron, l'homme qui a annoncé qu'il voulait dépouiller les retraités et qui tient sa promesse, je reconnais ne pas avoir les moyens de détenir chez moi le dictionnaire de l'Académie française et bien d'autres choses encore.

Mais, au cas où vous ne le sauriez pas, il existe une version en ligne de ce dictionnaire, à laquelle il m’arrive de recourir de temps à autre...

Giuseppe

@ Julien WEINZAEPFLEN | 05 avril 2018 à 10:19

Tout ce que vous écrivez est de la littérature - je me permets, sans polémique -, oui TR est toujours d'accord avec ce que vous dites, c'est la base de son discours, écoutez son échange avec NS il ne fait que le répéter, mais il s'en remet systématiquement à sa communauté pour la décision, c'est habile, l'esquive suprême cynique pour paraître plus blanc que blanc sur tous les tableaux.

L'article de Devecchio devrait être affiché partout - c'est une image bien sûr -, il a parfaitement démonté la mécanique et le personnage, même Plenel s'y est coincé les doigts.
Depuis, ce dernier fait machine arrière (voir l'article de ce jour sur le paiement morbide de TR), refusant toute participation à ces simulacres de théologie qui ne cherchait que de la récupération médiatique. Tariq Ramadan n'a pas plus de fond ni d'âme que le vendeur d'éplucheuses de carottes sur les marchés, il est en fer blanc.

Aujourd'hui ce prestidigitateur a été parfaitement décapé, tout le reste est pour intellectuel en mal de reconnaissance, ce personnage n'est rien d'autre qu'un camelot habillé de tous les atours du séducteur : la façade ravalée du professeur habillé et rasé de près, sa pensée est forgée de mensonge et de dissimulation, chez lui entamer le dialogue c'est reconnaître ses idées - il en vit aux dépens de ceux qui l'écoutent et surtout le suivent - aujourd'hui il existe pour quelques groupies et il en aura toujours.

J'arrête là, il est vide et creux d'expression, son moratoire - qu'il délègue à sa communauté - et l'excision prouvent bien qu'il ne vaut pas un kopeck pour les idées qu'il délivre, il a compris qu'il fallait qu'il s'adosse à une certaine mouvance pour enfin franchir les rives du lac Léman.
Pour les travaux pratiques il suffit de voir de quoi il est capable, la justice évalue maintenant ce chiromancien de cirque.
Qu'il "dégage" comme aurait dit l'autre rappelez-vous.

D'ailleurs - pardonnez-moi - je ne comprends toujours pas le sens de votre commentaire trop intelligent pour moi, vous vous posez trop de questions, j'ai peur que vous fassiez fausse route à force de vous triturer l'esprit pour un personnage qui n'est rien.

Savonarole

@ Friedrich | 04 avril 2018 à 21:36

Bonjour Friedrich, que de souvenirs tordants sur cette radio !
On n'avait que cinq lignes pour passer un commentaire, fallait faire court. Ça m'a formé à la concision.
Ici, chez Bilger c'est bath, on peut raconter sa vie hors sujet, c'est moins cher qu'une consultation chez le psychiatre.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS