« Une Ecole de la magistrature, mais pour apprendre quoi ? | Accueil | Mourir à Strasbourg, s'indigner en France ! »

09 mai 2018

Commentaires

Philip_Marlowe

L'héroïsme comme remède aux fins de mois difficiles, pensez-y les manants !

Merci Érik Emptaz d'avoir su trouver l'exacte réponse à une indécente assertion dans votre éditorial du Canard enchaîné du mercredi 9 mai dernier, que je viens juste d'avoir sous les yeux.

Jabiru

M.Pepy casse les prix à la SNCF.
Spécialiste du baratin et des grandes messes et comme d'habitude avec l'argent du contribuable.
Et ça dure depuis des années, il en a de la chance !
D'autres hauts fonctionnaires ont été virés mais lui tient le choc.
Sans doute des appuis complaisants et puissants.

anne-marie marson

@ Jabiru | 12 mai 2018 à 10:15
"En tout cas il fait le job et manifestement ça a l'air de gêner des gens comme vous."

Il fait quel job exactement ?
Des discours dans tous les coins du monde (tout en étant semble-t-il ridicule), peut-être pour la Pléiade plus tard.
Vous croyez que Macron écrit ses discours à la plume ?
Ses discours sont faits par intelligence artificielle à partir d'un nuage de points, comprenant les mots les plus utilisés par les médias.
Dès que j'ai les ordinateurs surpuissants et les logiciels qui traitent les big data, je m'y colle.

Et quoi de plus idiot que ce slogan "Il fait ce qu'il dit, il dit ce qu'il fait". Si Macron dit : "Allons dans le mur", on y va ?

Et ça n'a pas l'air de gêner des gens comme vous.

Ce ne sont pas les syndicats qui prennent le pays en otage, mais ce gouvernement incapable de négocier.

Par contre, il a hissé très haut (ou très bas) l'idée du sacrifice : les étudiants de Nanterre sont prêts à sacrifier un semestre d'études pour que les autres puissent bloquer la fac (vu sur BFMTV).

Achille

@ anne-marie marson | 11 mai 2018 à 20:01
« N'importe qui peut faire du Macron ! Il suffit d'un bon logiciel, de quelques petites mains dévouées et d'un ordinateur. »

Mais manifestement ce n'est pas n’importe qui peut faire du anne-marie marson. Moi par exemple, je n’y arrive pas ! 😊

Jabiru

@ anne-marie marson 11 mai 2018 à 20:01

N'importe qui peut faire du Macron avec un ordinateur ?
Alors mettez-vous au clavier et on en reparle le moment venu.
En tout cas il fait le job et manifestement ça a l'air de gêner des gens comme vous.

anne-marie marson

@ Achille 08 mai 2018 à 11:04
Tout à fait en phase avec votre analyse sur notre Jupiter Charlemagne.
Je ne vois pas aujourd'hui qui aurait cette détermination de réformer nos institutions. Bonne journée.
Rédigé par : Jabiru | 11 mai 2018 à 07:53

N'importe qui peut faire du Macron ! Il suffit d'un bon logiciel, de quelques petites mains dévouées et d'un ordinateur.

Patrice Charoulet

@ patriote 11 mai 11h36

Vous nous dites que si nous écoutons la personnalité politique à laquelle vous nous renvoyez, nous allons "rire un peu".
J'ai écouté. Grand merci. Je ne partage pas, fort souvent, vos réflexions ici. Mais ce que dit ce politique est, hélas, tristement vrai. En particulier, quand il dit que le voyage du chef de l'Etat chez Trump fut un "voyage catastrophe". J'avais eu la même analyse touchant la gestuelle du clown américain tirant EM par la main "comme une chiffe molle" et feignant de lui retirer des pellicules (imaginaires) sur la veste. Imagine-t-on Kennedy faire ça à DG ?

Oui, ce fut vraiment un "festival d'humiliations". Proposer sa médiation entre la Chine et le Tibet est en effet d'un grotesque achevé. Le réquisitoire est cinglant. D'où les termes de "plaisantin", de "zouave", employés par ce politique.
Cela nous change de la brosse à reluire Christophe Barbier.

Michel Deluré

@ Jabiru 11/05 11:36

Vous pensez bien que compte tenu des témoignages de familiarités dont ces deux Présidents nous ont gratifiés et qui attestent d'une grande proximité et connivence entre eux, votre suggestion ne fait aucun doute quant à sa mise en oeuvre !

patriote

Rions un peu... Ecoutez François Asselineau sur YouTube.

https://www.youtube.com/watch?v=Ry2RkaBIvQ4

Jabiru

Je lis dans la presse que Washington annonce donner trois à six mois à Renault, Airbus, Peugeot, Accor et Total pour quitter l'Iran !
J'espère que notre Président qui semble n'avoir peur de rien va rentrer dans le chou de cet énergumène de Trump qui prend des positions scandaleuses dont les effets seront mortifères pour les entreprises visées. Ce type est dangereux pour l'Europe et la planète.

Noblejoué

@ Catherine JACOB
"Je tâcherai de m'en souvenir et de façon à l'éviter, je ne prendrai plus la peine de mettre des liens renvoyant vers l'explication de notions autres que communes et vous laisserai chercher au besoin, tout seuls."

Pour lui ou tout le monde ? Au fond, je vous comprends, entre ceux qui vous reprochent la paraît-il mauvaise qualité de Wikipédia et ceux qui disent que cela vous monte à la tête...

Par contre, on peut s’enivrer de connaissance, de recherche, que je mettrais entre la vertu et l'ivresse :

https://www.poesie.net/baudel1.htm

La recherche est une activité inspirante. Mais exigeante. Je suppose donc qu'il faut que je vous remercie au nom de tous, en tout cas ceux qui ne disent pas le contraire, d'en faire quelque peu sur ce blog.

Je ne vous dis pas ça pour les Jésuites, laissez tomber d'abord parce que ma démarche paraîtra intéressée, ce qu'elle n'est pas.
Cela l'aurait été pour des recherches sur l'idée de gouvernement mondial, l'aurait été parce qu'à force que ma confidente "m'interdise d'être pessimiste", trouve que "je me complique la vie" et qu'il faut être "patient", j'ai plus de confiance, et que maintenant qu'il est trop tard, comme il vaut mieux que je ne le dise pas, trop d'ennuis, trop de vide, en somme, trop d'obstacles, même dans le domaine de mes aptitudes et pour ce qui m'intéresse le plus, alors à quoi bon ?

Drôle de confiance, je sais tout ce qu'il me manque, et c'est sans doute trop. Très probable... Pourtant, illusion ou dieu confus voulant compenser toutes ses avanies, ou s'il voulait me donner une confiance pour me décevoir ou s'il n'avait pas mieux que moi sous la main pour quelque but, d'abord, j'ai trouvé une confidente et conseillère merveilleuse sans la chercher, puis une concentration supérieure à force de me concentrer, et maintenant, d'être même dans les cas où je ne l'atteins pas, en état de découverte.

Comme si le "cherchez et vous trouverez" finissait par être vrai quand on ne cherchait plus... Bon, alors autant s'y remettre.

Alors je tombe sur on vous fait des misères, et je vous dis fais ce que tu voudras et vive la recherche et, je ne suis pas un ange, qu'il est merveilleux de ne rien attendre de vous question gouvernement mondial ou autre conseil. Dans le domaine qui est le mien, pas dans d'autres, ou je peux être passablement ridicule, sans arme, tout me tombe dans les mains. Après cherche et ne trouve pas, c'est presque ne cherche pas, livraison à domicile. Pas à ce point.... Mais presque. J'espère que ce n'est pas un faux semblant, mais d'un autre côté, j'ai l'impression de me désintéresser de plus en plus de tout. Mais alors... Concentration, vide, rien d'autre, tiens là, j'ai répondu à l'agréable Wil, et déjà plus rien à secouer, ce qui est dit est dit, page suivante ou plutôt processus suivant, car tout est flux, d'ailleurs, maintenant, à un autre, maintenant que je suis en train.

Achille

@ Jabiru | 11 mai 2018 à 07:53

Eh oui, la perfection n’est pas de ce monde. Plus les responsabilités sont importantes et plus les défauts apparaissent. Les critiques étant, par ailleurs, formulées par des gens qui seraient incapables de faire le boulot. Mais ceci est inévitable et relève de la nature humaine.
Bonne journée également.

Jabiru

@ Achille 08 mai 2018 à 11:04

Tout à fait en phase avec votre analyse sur notre Jupiter Charlemagne.
Je ne vois pas aujourd'hui qui aurait cette détermination de réformer nos institutions. Bonne journée.

Catherine JACOB

@ patriote | 10 mai 2018 à 16:20
"Des fois Wiki monte à la tête."

Je tâcherai de m'en souvenir et de façon à l'éviter, je ne prendrai plus la peine de mettre des liens renvoyant vers l'explication de notions autres que communes et vous laisserai chercher au besoin, tout seuls.

genau

@ semtob

J'avais toujours pensé que la masturbation était stérile, par définition, mais depuis qu'on a dit que c'était un élément de l'équilibre physiologique, je ne sais plus trop.

Wil

@ la mesange
"L’Europe Unie nous a sauvés des guerres imbéciles qui l’ont saignée dans le passé."

Sauf que l'UE n'est pas une raison de la paix européenne mais une conséquence des guerres mondiales.
Si les pays d'Europe ne se sont pas fait la guerre depuis 70 ans ça n'a rien à voir avec le "machin" européen, attendez un peu que ça revienne parce que ça va revenir, UE ou pas.

C'est d'abord que les deux guerres mondiales qui ont eu lieu en grande partie sur le continent européen ont laissé des traces si profondes dans l'inconscient des peuples européens qu'elles ont complètement laminé l'instinct de survie de ces peuples pendant ces 70 ans, parce que pendant cinquante ans certains d'entre eux étaient sous domination soviétique et les autres sous domination des USA ; et maintenant la plupart sont sous domination des USA qui justement ont créé l'UE pour faire leur business.

Bref, vous avez un cerveau totalement lavé par l'eurolâtrie ambiante depuis que le général de Gaulle a quitté le pouvoir et quoi que je dise il y a peu d'espoir que vous reveniez à la réalité.
Si votre délire vous rend heureux, c'est déjà ça. Le problème est que c'est loin d'être une généralité.

la mesange

L’Europe Unie nous a sauvés des guerres imbéciles qui l’ont saignée dans le passé. Maintenant, avec la mondialisation, les dangers viennent d’ailleurs : invasions matérielles, humaines, financières.
Soit elle nous en protège soit elle sera rejetée par les peuples.
Donc l’Europe Unie doit arrêter de vouloir imposer aux différents pays un dogme socialisant car c’est à chaque peuple de faire ses lois. Mais elle doit être capable de nous défendre avec unité et vigueur.
Quand un procureur d’Obama vole 9 milliards de dollars à une banque française, où était l’Europe ?
Quand D. Trump menace de poursuivre en justice aux USA les sociétés européennes qui feraient du commerce avec l’Iran, où est l’Europe ?

Oui, TOUTE la copie est à refaire de toute urgence (mais pas dans la précipitation du n'importe quoi).
Il faut une autre Europe, avec une vision de réelle solidarité entre les Etats membres d'un nouveau club - et pas une addition d'intérêts divergents. Avec un petit nombre restreint, des règles COMMUNES et enfin que cette Europe soit COMPRÉHENSIBLE par les différents peuples qui sont assez matures pour s'apprécier culturellement entre eux... En bref une Europe fédérale, moi ça m'irait bien.
Et ça urge, rien qu'à voir les derniers rebondissements internationaux, on voit bien qu'une nouvelle partition s'ouvre.
Les Européens seront-ils assez réactifs ?

S’agissant du prix Charlemagne, on aurait pu attendre une réussite au niveau européen. Seulement, en ces temps de Brexit et de retrait américain de l’accord sur l’Iran, il convient de chercher une telle réussite méritant un accessit.
Or, depuis 2008, les spéculations contre les pays du Sud, puis les chicanes sur les migrants, et enfin le Brexit, les États se montrent moins vaillants en matière européenne, conscient justement que les « peuples » ne veulent plus de cette Europe.

Ce drapeau bleu étoilé est l’unique chance de nous en sortir dans le futur. Alors oui, ce prix Charlemagne peut saluer une posture, cette posture que nous devons adopter pour construire un avenir encore incertain. Au risque de se gargariser avec des « peuples » et des « nations » ignares, cherchant à aller de l’avant en regardant dans un rétroviseur myope, faute pour eux de maîtriser leur passé !

Hans et Gretelle

Espérons que Macron fera mieux...
Non pas que je doute de sa volonté européenne, mais l'Europe est un mastodonte, un mammouth, doublée d'une mosaïque où plus rien n'est possible de "positif".

A peine peut-elle "laisser faire" comme pour l'immigration, essayant de faire passer son impuissance pour un acte volontaire, ou encore faire part de sa "préoccupation" (même pas "vive" !) comme pour l'Iran... "Condamner" la politique américaine est inimaginable !

Si j'ai un doute sur Macron ("il y vient" diront certains !), c'est sur sa vision. Quelle Europe ?
Celle des financiers ?
Une Europe technocratique niant l'Histoire des États européens, la culture européenne, ses origines, ses valeurs ?

Charlemagne et ses ancêtres ont bâti l'Europe dont nous avons hérité.
Bref rappel.
Charles Martel, son grand-père, en repoussant les envahisseurs saxons, mais surtout les envahisseurs berbères et arabes qui attaquaient de tous côtés et occupaient la Septimanie (Narbonne, Toulouse...).
Tous les (anciens) écoliers savent qu'il les a arrêtés à Poitiers en 732. Mais ce n'est pas si simple ! Il a dû encore guerroyer les années suivantes notamment dans la vallée du Rhône.

Pépin le Bref, le père de Charlemagne, a soutenu l’Église et le Pape et fondé la monarchie de droit divin en se faisant oindre et sacrer par le Pape.
Et il a chassé définitivement les Maures de Septimanie en reprenant Narbonne en 759.
Charlemagne consolide l'Europe et sécurise la frontière avec l'Espagne maure. A la fin de son règne il dut faire face au début des invasions vikings (raids en Aquitaine, à Noirmoutier en 799).
La "Défense" n'était pas un vain mot en ce temps-là !

Je me demande ce que penserait Charlemagne de la politique européenne et de Merkel en particulier...

Michel Deluré

La mise en opposition de ces deux exemples extrêmes, l'acte du colonel AB d'une part et la contestation des APL d'autre part, par EM est inappropriée et constitue une maladresse incontestable et regrettable.

Inappropriée d'abord parce que ces deux exemples relèvent de deux sphères totalement différentes, celle des valeurs, des vertus, s'agissant de l'acte héroïque du colonel AB d'une part et celle du conjoncturel banal, du quotidien très terre à terre, s'agissant de la contestation de la diminution des APL.

Maladresse ensuite parce qu'elle est l'expression d'un mépris à l'encontre de problèmes, certes d'ordre bassement matériel, mais qui n'ont pas pour tout le monde, eu égard la condition de certains, la même résonance.

User de cette comparaison entre grandeur d'un acte héroïque d'un côté et petitesse d'une contestation mesquine de l'autre me paraît constituer, venant d'un président de la République, une argumentation trop facile mais surtout désobligeante. D'autant que cela vient s'ajouter aux "ouvrières bretonnes illettrées" et à la liste de "ceux qui ne sont rien".

EM a affirmé par le passé que "si on commence à jeter des cailloux sur les premiers de cordée, c'est toute la cordée qui s'effondre". Il ne faudrait pas qu'il oublie que si on jette aussi trop de cailloux sur les derniers de cordée, le risque est grand qu'ils entraînent aussi dans leur chute toute la cordée, y compris les premiers !

Exilé

@ Catherine JACOB
"Ces jésuites auxquels on fait souvent porter la responsabilité de la diffusion d’un christianisme avant-poste d’une civilisation occidentale réputée perverse, ont été des passeurs dans les deux sens donc."

Ce sont les Jésuites qui ont apporté aux Indochinois (Vietnamiens actuels) il y a trois siècles l'alphabet latin modifié ayant permis de codifier leur langue, comportant diverses inflexions de tonalité.

------------------------

@ genau
"A titre personnel, et trop imprégné d'anarchisme de droite (inoffensif), je déplore cette façon d'amalgamer les audaces et les excès, ainsi de ces parents d'élèves qui s'opposent à l'utilisation du nom de M.Beltrame pour baptiser un collège de crainte que celle-ci n'attirât l'ire des crétins de l'Islam."

Mais de façon plus générale, ne serait-il pas plus prudent, parfois moins provocateur, voire moins décalé par rapport à l'évolution des modes, d'éviter cette manie de donner des noms de personnalités éventuellement chargés de symboles très lourds à porter et plus que contestables, à des bâtiments ou bien à des artères urbaines ?

J'ai déjà par exemple donné ici l'exemple de Paul Bert, dont au moins un lycée porte le nom, alors que de nos jours ses écrits l'auraient voué à l'infamie et envoyé aux galères pour le restant de sa vie.
Et n'oublions pas bien entendu l'ineffable Louise Michel, dont le nom affuble plusieurs établissements scolaires qui ont une fâcheuse tendance à faire l'objet de départs d'incendies volontaires, comme par hasard.

patriote

Heureusement il y a Ivan Rioufol, qui écrit :

http://www.lphinfo.com/iran-les-mollahs-ne-sont-pas-defendables-par-ivan-rioufol/

-------------------------------------

@ Catherine JACOB | 10 mai 2018 à 13:33

Des fois Wiki monte à la tête.


Véronique Raffeneau

@ Exilé

Mais je ne veux rien.

Mon propos était de dire que la comparaison du Président est non seulement médiocre mais qu'elle est erronée.

Je pense qu'un homme comme le colonel Beltrame était aussi porté par les valeurs qui fondent non pas notre modèle social mais la philosophie qui l'inspire, à savoir la sauvegarde de la dignité humaine, l'obligation de porter assistance et secours à ceux qui en ont infiniment besoin.

"Le colonel Beltrame, il est mort parce que la France, ce sont des idées, des valeurs, quelque chose d’une guerre qui le dépasse. Les gens qui pensent que la France, c’est une espèce de syndic de copropriété où il faudrait défendre un modèle social qui ne sale plus, une République dont on ne connaît plus l’odeur et des principes qu’il fait bien d’évoquer parce qu’on s’est habitué à eux et qu’on invoque la tragédie dès qu’il faut réformer ceci ou cela, et qui pensent que, en quelque sorte, le summum de la lutte, c’est les 50 euros d’APL, ces gens-là ne savent pas ce que c’est que l’histoire de notre pays. L’histoire de notre pays, c’est une histoire d’absolu" (Emmanuel Macron)

Eh bien, l’histoire d'absolu de notre pays a permis entre autres que nous prenions soin de ceux qui sont gravement accidentés par la maladie, la pauvreté, le handicap, etc.

Que la solidarité nationale soit à réformer de fond en comble est une évidence, un truisme si vous préférez.

Avant de fustiger les cinq euros d'APL et ceux qui font commerce politique, syndical, médiatique de s'indigner de leur réduction, avant surtout, par sa comparaison saturée de relativisme absolu, de marquer ceux qui traversent la nuit et l’enfer à des quémandeurs de trois ou cinq euros, que le gouvernement d'Emmanuel Macron commence par réformer les dysfonctionnements en pagaille administratifs et/ou institutionnels, notamment dans le domaine social, qui sont des sources gigantesques de gâchis de ressources publiques, bref que son gouvernement commence par réformer ce que le Président nomme l'espèce de syndic de copropriété.

D'abord cela.

Noblejoué

@ Véronique Raffeneau

Bravo pour ce que vous faites et bon courage.

------------------------

@ Catherine JACOB

Comme vous le savez, on rend ces pauvres Jésuites responsables de tout... Je trouve pourtant qu'ils ont, en somme, si on se place d'un point de vue catholique, eu souvent raison.
Ce n'est pas pour autant que leurs coreligionnaires ont été bien sympas, voire été moindrement équitables avec eux.

Or donc, en ce jour de fête religieuse, voudriez-vous jouer les Lacouture de ce blog ?

Vous conviendrez qu'il y a beaucoup à dire sur eux et qu'il méritent bien qu'on leur rende justice.

Giuseppe

Je suis de bonne humeur, il fait beau mais je voudrais être serein.
Macron devrait prendre vite à bras-le-corps le dernier quartier de vie, de nos vies, deux voies à traiter simultanément, l'actualité du jour nous le rappelle intensément.

A quand le deuxième plan social, le plus humaniste, celui qui ne fera pas des personnes très âgées des chiens errants sans collier, celui qui le fera rester dans l'histoire après Ambroise Croizat.

J'ai encore en tête les paroles d'un dirigeant créateur de maisons de retraite sociales, quelques années plus tard tout lui donne raison.
Mélenchon avait répondu, lors de l'élection de FH, à un bénévole, que nous en étions encore à bricoler.
Sarkozy voulait lancer ce grand plan, espérons que Macron va le réaliser - généreusement - comme le fut celui initié par le CNR, chacun prenant sa part à son niveau, c'est inéluctable.

La liberté, la démocratie a besoin de ce que l'on apporte aux anciens en fonction de ses moyens, c'est la solidarité, le reste est de la littérature pour nantis, l'unité d'un pays passe toujours par des soins et des sacrifices.

Au fait je m'éloigne... Trump a remis les choses à l'endroit vis-à-vis du petit Emmanuel ; il est temps qu'il s'occupe un peu de la cohésion, là il puisera sans doute une légitimité encore plus grande, et ne pas se contenter que de tapes dans le dos, ce qui ne fait avancer ni la France ni l'Europe, et lesquelles dans le fond ne le flattent même pas lui, et dont personne n'est dupe.
Le salut ne viendra pas des USA, ils sont des alliés, pas des partenaires.

Ne pas aller chercher ailleurs de reconnaissance alors que tout reste à faire, Don Quichotte a fait mieux qu'Emmanuel et il devrait s'en rendre compte.
L'international est bien, c'est le lien social, mais les alliances ce sont nos voisins, et l'Allemagne a tous les atouts avec la femme "la plus puissante du monde" avait titré un journal.
Sans compter nos voisins, en Italie on fabrique les meilleures voitures du monde et en Espagne les meilleurs soutiens si on les considère.

Hope

@ Sergio Carioca

Va pour boullechite ! Ma sympathie pour le Québec est telle que... Nous avons fait un magnifique séjour là-bas avec un accueil et une gentillesse qui devraient servir d’exemple à beaucoup ! Par contre hot-dog se dit : chien-chaud. Pas illogique naturellement mais ça sonne pas vraiment top aux oreilles :) Je dois vous laisser, je dois aller parquer mon char dans le district azuré ! ☺️

Catherine JACOB

@ Achille | 10 mai 2018 à 11:04
« Le monde du travail change en permanence tout simplement parce que le progrès agit sur tous les leviers de l’économie. Des métiers disparaissent, surtout les métiers manuels, la robotique prenant le relais, d’autres se créent notamment avec la technologie numérique qui chamboule tout sur son passage y compris dans notre vie de tous les jours. Le smartphone et la tablette en étant l’exemple le plus symptomatique. »

Puisque vous prenez cet exemple d’une technologique qui fait appel aux métaux lourds, comme d’autres technologies censées nous permettre, à nous ici, de vivre dans un monde plus propre, il faut savoir que la pollution n’a fait que changer de site et que nous l’avons simplement déplacée, d'après un spécialiste récemment reçue à 28' sur ARTE.

En Chine par ex., cette Chine avec laquelle votre champion vient de signer de juteux contrats dont l'un porte sur une unité de biomasse, entendant « mobiliser entreprises et chercheurs autour de la lutte contre le changement climatique et la pollution. »

D’où la bonne vieille technique de la récupération dans les smartphones et autres gadgets, ainsi que dans les appareils à produire de l’énergie renouvelable (EnR) – solaire, éolienne, biomasse –, de ces métaux que nous ne produisons pas et donc avec la production desquels ce n’est pas nous qui polluons de façon directe l’environnement, ainsi que celle de leur réparation et autre recyclage, reste-t-elle, ou du moins devrait-elle rester d’actualité en nous permettant de lutter et contre l’arnaque que représente l’obsolescence programmée de ces objets et contre la production toujours plus importante des métaux destinés à la fabrication de ceux qui seront destinés à les remplacer. Et donc, un très vieux métier, il n’y a pas si longtemps traité de façon dédaigneuse, comme celui de ferrailleur par lequel a (il me semble, mais à vérifier), débuté l’Indien (des Indes) Mittal, devrait-il bien davantage recueillir notre attention.

Cette technologie dite numérique représente une forme d’application des travaux du philosophe mathématicien Leibniz sur les hexagrammes que lui a adressé son correspondant dans la Chine des Qing des XVIIe~XVIIIe, Le père jésuite Joachim Bouvet.

Ces jésuites auxquels on fait souvent porter la responsabilité de la diffusion d’un christianisme avant-poste d’une civilisation occidentale réputée perverse, ont été des passeurs dans les deux sens donc.

Ceci étant, des hexagrammes à la gabegie de smartphones il y a un monde dont ne sont responsables ni la philosophie chinoise, ni le génie leibnizien, ni le trait d’union qui les connectés, mais auquel notre mode de consommation et notre conception du profit qui en ont fait des moyens de pollution « par destination » comme diraient les juristes, ne sont en revanche, eux, pas étrangers.

Et incidemment pour finir et rester dans la dénonciation de quelques idées reçues, comme il y a eu l’inscription de la « Pierre de Rosette » - IIe siècle av. J.-C.- qui a fait de Champollion le Jeune le père de l’égyptologie , à savoir au sens où le recyclage des mythes grecs a contribué à faire de Freud le père de la psychanalyse , il y a la stèle nestorienne de Xi'an érigée en 781, sous donc les T’ang, et qui rédigée de manière bilingue en syriaque et et en caractères chinois, établit que le christianisme était diffusé de longue date déjà dans ce pays et que cette diffusion avait reçue après qu’il s’en soit fait traduire les textes, l’approbation de l’empereur Tang Taizong (627-649) en ces termes : « Cette doctrine est salutaire pour toute créature et profitable à tous les hommes. Elle doit donc être diffusée. » - Cf. Bibliographie en particulier : Guillaume Pauthier, De l'authenticité de l'Inscription Nestorienne de Si-ngan-fou relative à l'introduction de la religion chrétienne en Chine dès le VIIe siècle de notre ère, Études orientales n° 1, Paris, 1857.
C’est à Alopen un moine syriaque de l’église d’Orient, que Gaozong, le successeur dudit Taizong, conféra le titre de « gardien de la grande doctrine ».
Il n’est sans doute par le premier à avoir emprunté l’une des routes de la soie, mais ceci est une autre histoire.

C’est à peu près à cette même époque – début VIe siècle donc – que par ailleurs, un moine bouddhiste Tamoul surnommé "Le grand voyageur" ou encore "Le barbare aux yeux clairs", originaire du sud de l'Inde, serait venu en Chine où il est considéré comme le légendaire fondateur de l'école Chan (autrement dit : Le Zen), soit son premier patriarche chinois et le 28ème successeur du Bouddha.

caroff

@ Giuseppe 13h12
"J'ai toujours les portiques de l'écotaxe et la voiture électrique en travers du portefeuille, elle fut la plus performante éolienne de tous les gouvernements, brasser sans cesse du vent, vendre de l'électricité à des voitures qui ne lui demandaient rien."

Ah Ségo, l'ineffable Ségo, la méchante Ségo, cruelle avec le petit personnel du ministère, Ségo la dépensière, Ségo la menteuse (il faudrait un bottin pour recenser ses arrangements avec la vérité), Ségo l'inefficace (bilan quasi inexistant à l'écologie et durablement impactant pour les contribuables de Poitou-Charentes), Ségo la droguée aux médias (moi avec les pingouins, moi dans le marais poitevin, moi dans les conférences internationales...).

En fait j'attends toujours un livre qui serait publié sur sa vie et son oeuvre du même genre que celui qui assassine Hidalgo "Notre-drame de Paris".

Finalement on devrait béatifier Hollande qui supporta Ségo si longtemps...

Exilé

@ Véronique Raffeneau
« Dans le quotidien le plus quotidien, ce sont le plus souvent des formulaires abscons, incompréhensibles, qu’il faut remplir et remplir, ce sont souvent des représentants des administrations ou des organismes ignorants donc arbitraires contre lesquels il faut sans cesse se battre et se battre - abattre des kilomètres - non pas pour obtenir 5 euros, personne n'a envie de cette humiliation qui ajoute à l'humiliation, mais très simplement pour que la loi soit appliquée et que la dignité de la personne soit sauvegardée. La dignité de la personne, c’est ce qui a fondé notre projet social. »

Mais comment voulez-vous que ce qui devrait en principe relever du domaine caritatif soit, sous le prétexte du terme valise « social », traité par des salariés ou des fonctionnaires, le tout encadré par « la force injuste de la loi » comme disait quelqu'un (qui aurait aussi pu dire « idiote » à la place d' « injuste ») ?

Giuseppe

Par pitié pas elle aussi !

Après Valérie T., Pépère le romancier, voilà que Ségo va nous en pondre un autre, de livre.
Décidément, dans cette famille on adore se répandre, le capitaine de pédalo pourra lui répondre avec gourmandise, lui qui a été habillé d'un pompon sur son calot de commandant de coquille de noix, par la grande imposture de la Ve, qui jetait l'argent par les fenêtres avec les résultats que l'on sait.

Au moins Macron, lui, le donne à sa caste, en espérant que cela fasse des petits... Prière de le croire.

J'ai toujours les portiques de l'écotaxe et la voiture électrique en travers du portefeuille, elle fut la plus performante éolienne de tous les gouvernements, brasser sans cesse du vent, vendre de l'électricité à des voitures qui ne lui demandaient rien.

Les comptes de Poitou-Charentes s'en souviennent encore, surtout qu'elle écrive, mais qu'enfin elle quitte définitivement la politique, cette "gonfleuse d'hélice", qui nous a coûté deux bras et qui nous coûte encore avec sa mission des pôles, achetons-lui une boussole pour qu'elle puisse trouver sa vraie place, celle du départ.

Robert

Le commentaire de françoise et karell Semtob du 09 mai 2018 à 20:50 me semble un bon résumé de la contradiction entre les intentions affichées par le président Macron et la politique qu'il a réellement adoptée et suivie, notamment quand il a été conseiller ou ministre de monsieur Hollande.
Il suffit de voir comment il a travaillé dans le dos d'Arnaud Montebourg, partisan du patriotisme économique, pour brader à General Electric le fleuron de l’industrie électrique que constituait Alstom afin de permettre à Arnaud Lagardère, client de la banque Rothschild tout comme Alstom, de récupérer son capital en confiant l'audit à une société américaine qui comme par hasard a conclu au "meilleur deal" constitué par la vente à GE ! Le patriotisme économique de monsieur Macron reste donc encore à prouver...

Quant à la prestation macronienne sur France 3, Étienne Girard, journaliste à Marianne, l'a qualifiée en tête d'article comme "page de pub". Il se livre à une analyse radicalement différente de celle de notre hôte en intitulant son article : "Documentaire publicitaire de France 3 sur Macron : Bertrand Delais, communicant officiel du Suprême Leader".
Nous sommes effectivement dans la communication-carpette, de la pure hagiographie. Les quelques points mis en évidence sont certainement assez cruels, pourtant criants de vérité :

https://www.marianne.net/politique/documentaire-publicitaire-de-france-3-sur-macron-bertrand-delais-communicant-officiel-du?_ope=eyJndWlkIjoiOGNhZWE3MWNkZjE2Yjk5MTBjNzUwZjg2NjA1MzgzMGMifQ

Véronique Raffeneau

"On a le droit d'approuver la teneur de cette parole présidentielle qui nous contraint à mettre en cause lucidement le "relativisme absolu" de nos espaces politique, syndical, culturel et médiatique."

Le problème, Philippe, est que la phrase du Président est selon moi d'un relativisme absolu.

Le président a opposé, autrement dit, il a mis face à face les valeurs pour lesquelles "le colonel Beltrame est mort" et celles que défendent "les gens qui pensent que (…) le summum de la lutte, c’est les 50 euros d’APL".

Le Président a ignoré qu'au-delà, tellement au-delà des 50 euros d'APL, notre pays, dans ce qui le fonde de manière essentielle, a fait le choix moral, politique au sens très haut de porter assistance, solidarité et secours aux grands accidentés de la vie.

Je pense que ces valeurs, aussi, ont animé l'esprit et le coeur du colonel Beltrame.

J'ai la responsabilité d'une grande accidentée de la vie.

Je ne souhaite à personne, vraiment à personne de devoir traverser les chemins ingrats et désespérants semés d'embûches, d'humiliations, d'injustices auxquelles sont contraints ceux qui ont infiniment besoin de la solidarité des autres.

Dans le quotidien le plus quotidien, ce sont le plus souvent des formulaires abscons, incompréhensibles, qu’il faut remplir et remplir, ce sont souvent des représentants des administrations ou des organismes ignorants donc arbitraires contre lesquels il faut sans cesse se battre et se battre - abattre des kilomètres - non pas pour obtenir 5 euros, personne n'a envie de cette humiliation qui ajoute à l'humiliation, mais très simplement pour que la loi soit appliquée et que la dignité de la personne soit sauvegardée. La dignité de la personne, c’est ce qui a fondé notre projet social.

Oui, des moyens considérables sont mis en œuvre pour aider et porter assistance à ceux qui en ont infiniment besoin. Oui, c’est une évidence, depuis des décennies il y a un gâchis gigantesque dans le gestion et l’administration des ces moyens.

Mais les grands accidentés ne sont pas réductibles à la revendication de 5 euros par mois. Par sa comparaison le Président les a réduits à cela.

La verticalité ne suffit pas. Une nouvelle fois le Président a ignoré la profondeur de ce qui constitue et structure un immense et magnifique choix de société. Il a opposé au colonel Beltrame un monde de souffrance - celui des grands accidentés - en le réduisant au monde syndical, médiatique, culturel, politique. Le monde qu'il connaît. Son monde.

Achille

Emmanuel Macron a beau être président de la République, il n’en est pas moins homme.
Il nous faut donc apprécier ses qualités et faire avec ses défauts le temps de son ou ses mandat(s).
Il s’est fixé un objectif, celui de remettre le pays sur le chemin de la croissance et pour cela il lui faut faire des choix pas toujours populaires. C’est notamment le cas avec la réforme du statut des cheminots qui voient d’un mauvais œil que l’on puisse toucher à leurs avantages acquis.

Le monde du travail change en permanence tout simplement parce que le progrès agit sur tous les leviers de l’économie. Des métiers disparaissent, surtout les métiers manuels, la robotique prenant le relais, d’autres se créent notamment avec la technologie numérique qui chamboule tout sur son passage y compris dans notre vie de tous les jours. Le smartphone et la tablette en étant l’exemple le plus symptomatique.

C’est le rôle d’un président de la République de savoir anticiper cette évolution de la société afin de ne pas avoir un train de retard sur les autres pays qui eux s’adaptent sans états d’âme, en particulier les pays peu soucieux des bienfaits de la démocratie qui en France nous est si chère.
Diriger un pays c’est aussi accepter de prendre des mesures impopulaires et même en payer le prix en fin de mandat en étant battu par un adversaire qui promet un monde meilleur sans vraiment être sûr qu’il sera en mesure de respecter ses promesses.

E.M. commet parfois des maladresses, principalement de langage, mais il avance. Il a le courage d’aller affronter les mécontents, ce que peu de ses prédécesseurs ont osé faire.

Personnellement j’aime ce comportement « franc du collier » qui me fait accepter bon gré mal gré ses petits écarts parfois agaçants.
A ce jour je ne vois personne capable de faire mieux que lui dans le contexte actuel que ce soit au niveau international ou national.
EM a des défauts, c'est vrai. Mais qui n'en a pas ?

varilux

Une marque d'estime qui ne manque pas d'irriter les habituels humiliés par le succès de certains autres qu'eux.
Ceux qui s'exposent en mouillant leur chemise, qui travaillent et qui montrent des convictions agacent ceux qui font le contraire, je vois ce clivage de plus en plus net qui remplace l'ancien droite/gauche.

Chez les commentateurs, un autre clivage apparaît : ceux qui abusent des points d'exclamation, et les autres qui exposent des arguments, des raisonnements, à la place des jugements précoces assortis de fautes d'orthographe.
Différence entre OPINIONS et IDEES.
Romain Bouteille faisait la preuve que l'on n'a pas le droit d'avoir une opinion, et que peu d'entre nous produisent des idées, moins encore LEURS idées, plutôt que celles des autres.
Pour apprendre à s'exprimer, voir la communication non-violente, et s'inscrire pour un stage.
Mon estime à celui ou celle qui produit des idées, qui parvient à créer un courant dans son sillage, et qui prend le risque des actions assorties quand cela semblait impossible auparavant (en laissant à leur place les "opinions").

Giuseppe

@ Keizer Soze | 09 mai 2018 à 17:47

Lucide et tellement facile quand on a tous les conforts.

Comme j'entends depuis plusieurs jours toutes les "batouilles expertes" venir nous expliquer que... suite à la triste affaire des urgences.

RML

Il y a chez le président Macron, à mon sens, une volonté d’inciter le peuple français à sortir de cet état d'assistance permanent qui prévaut depuis plusieurs décennies de torpeur, d'oubli de ce qui a fait de notre peuple au cours de son histoire millénaire, de sa capacité à innover, à subsister dans un monde de plus en plus complexe. Pour moi, cet homme est parfaitement conscient de la difficulté de vie à laquelle sont confrontés beaucoup de nos concitoyens. Donc que faire, se mettre en boule dans un coin, ne rien faire ? Nous avons vu ce que cela a donné avec un président ordinaire, banal !
il est évident que ce président bouscule les codes. Eh bien tant mieux !

Toute parole d'Emmanuel Macron, même si parfois elle peut choquer est, il me semble, mûrement réfléchie. Un exemple qui me touche de près : je ne sais si les médias métropolitains l'ont relaté dans le détail, sa venue en Nouvelle-Calédonie après son passage en Australie a été remarquable.

Il a réussi par une prise de parole d'une grande simplicité et sagesse, partout où il s'est déplacé, à rallier le monde politique local à sa vision de la position de la Nouvelle-Calédonie dans une France impliquée dans l'évolution politique et économique de la région Inde-Pacifique.

Ce président n'a pas fini de nous étonner !
Cela nous change du « revanchard sur l'histoire » François Mitterrand, du « fort en gueule » Jacques Chirac, du « trublion » Nicolas Sarkozy, de « l'erreur de casting » François Hollande.

René-Marc Laborde, Nouméa

vamonos

Bien évidemment, le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame ne s'est pas sacrifié pour une aide sociale. Il a fait son devoir de militaire pour que cesse de couler le sang de victimes innocentes. La lutte pour les aides sociales est une activité répétitive de gauchistes irresponsables qui sont contre le système, le capitalisme, l'économie de marché et toutes les formes de contraintes. Par contre, ils ne sont pas frappés de phobie administrative quand il s'agit de manifester ou de remplir les papiers nécessaires et suffisants pour que la société leur vienne en aide pour leur logement, leur nourriture et leurs soins médicaux. Les gauchistes nihilistes (pléonasme) savent profiter du système.

Sergio Carioca

@ Hope
"Bref, il y a un mot en anglais qui exprime parfaitement ce que je pense de toutes ces masturbations purement intellectuelles : BULLSHIT !! (avec tout le respect pour notre hôte, je vous assure)"

Euh... je ne me prononcerai pas sur le fond mais sur la forme.
Je propose de franciser le mot en "boulechitte". En fait je plagie là les Québécois qui je crois l'ont adopté.
http://pfff.ca/boulechitte/

Halte à l'impérialisme américain !

Wil

Et allez, le festival de stupidités continue ! Et encore j'en ai passé sinon je n'en finis pas.

"On a le droit d'approuver la teneur de cette parole présidentielle qui nous contraint à mettre en cause lucidement le "relativisme absolu" de nos espaces politique, syndical, culturel et médiatique."

Euh, M.Bilger, c'est bien Macron qui dénonçait le "vieux" monde politique en disant qu'il fallait dépasser la droite et la gauche ? C'est bien lui qui a fait un de ses slogans, le "en même temps de droite et de gauche", non ?
Donc qui est dans le "relativisme absolu" où tout se vaut ?

Soit vous n'avez rien compris soit vous vous moquez du monde !

Wil

"Une pépite à retenir, par exemple celle d'Alain Duhamel : "la seule manière de lutter contre l'égalitarisme est de favoriser l'équité"."

Encore faudrait-il que l'égalitarisme soit un problème en France vu qu'il n'existe pas. Depuis quand, comment et où l'est-il ? N'importe quoi !
Ce genre de phrases toutes faites et qui ont l'air intelligent, je dois en pondre au moins une par soir selon les sites, ce que j'ai bu et mon état de fatigue intellectuelle assez profond du moment tout en écoutant de la musique.
Evidemment, il n'y a pas de miracle, l'alcool, c'est comme n'importe quelle note, plus elle est longue plus on paie cher à la fin.

Sinon, j'ai bien aimé M.Bilger qui parle d'hagiographie au sujet du documentaire de France 3 que je n'ai pas vu, je suis maso mais pas à ce point, et qui dit ensuite "Il y a surtout l'extrême intelligence d'Emmanuel Macron qui dans sa relation avec quelqu'un qui ne lui veut pas de mal - c'est un euphémisme - multiplie les profondeurs politiques et les bonheurs d'expression." Ce qui n'est pas du tout hagiographique évidemment. Noonnn !

Après, c'est bizarre.
Macron est selon M.B. un "intellectuel opératoire" (quasi oxymore).
Donc la France est sur la table d'opération, prête à crever, et Macron serait une sorte de guignol qui aurait lu le parfait manuel du chirurgien en dix leçons et qui se lancerait dans une opération à coeur ouvert mais parce qu'il est tellement talentueux il va sauver la vie de "la bête" ?...
Mais qu'est-ce que c'est que ce délire ?! M.Bilger, les films de Hollywood, c'est de la fiction vous savez ? C'est pas la réalité !
Ah OK, c'est la licence poétique. Ca fait bien dans un texte mais ça n'a jamais rien sauvé ni personne vous savez.

"En effet il est bien plus passionnant d'entendre son commentaire sur ses propos et ses actions que de supporter des évidences que tout citoyen intéressé par la chose publique pourrait formuler."

Comment, comment M.Bilger ?
On se fiche du commentaire des culs-terreux donc du peuple, ce qui importe c'est le commentaire du Roy sur sa parole et sa prétendue action ?...
Vous pouvez confirmer ce propos, s'il vous plaît ?

Achille

@ Noblejoué | 09 mai 2018 à 15:29
"...ou qui sait, peut-être, parce que ce sont les morts qui ont peur des vivants, et j’avouerais que quand on nous voit agir, on peut dire qu'il y a de quoi".

On se demande où vous allez chercher des trucs pareils ! 😊

huvelin

Dire que Macron parle avec des mots de la droite est absurde, Macron parle à une France qui est majoritairement à droite et c'est là une très grande différence.

Macron a été préparé pour une mission qui colle à notre temps ; préparé pendant son passage à la haute fonction publique, préparé par son passage dans une grande banque d'affaires, préparé comme conseiller à la présidence de la République avec au moins deux parrains, Attali et Jouyet (et autres), préparé comme ministre de Bercy.

Oui il y aussi chez cet homme de talent du Pompidou qui lui aussi venait de la même banque d'affaires avant d'être au côté de de Gaulle, puis devienne lui aussi président de la République.

Macron face au mondialisme qui laisse et laissera peu de place pour les faibles a une mission forte, celle de remettre la France sur pied après plus de trente ans de laxisme et de conservatisme, oui ou la France se réforme ou la France va crever...
Oui, "crever", cela risque de choquer et pourtant il est temps de ne plus écouter ces "politiciens de l'impuissance", ces "farfadets de la décadence " comme cette extrême gauche qui cherche à saboter les efforts de reconstruction de notre pays...

Pour moi Macron est non seulement un dirigeant charismatique, mais l'un des plus visionnaires et courageux que nous ayons eu jusqu’à présent, n'en déplaise à la gauche révolutionnaire et la droite revancharde qui intentent procès d'intention après procès d'intention seulement pour justifier leur appétit de pouvoir.
Feraient-ils mieux, ont-ils fait mieux dans le passe ?

Les oppositions sont nécessaires et souhaitables, ne jamais donner carte blanche à un gouvernement, mais quelque part il faut être constructif et participatif.
Les syndicats qui racolent les pilotes d'AF et les conducteurs de train, d'une certaine façon nantis par rapport à leurs autres collègues, font fausse route et contribuent à couler leur outil de travail.

Quelque part des compromis sont nécessaires. Les quelque 25% de l’électorat jusqu’au-boutiste qui bloquent le pays devront un jour accepter leurs responsabilités pour le chaos qu'ils ont créé.
La lutte des classes cela n'est plus d’actualité, par contre un capitalisme à visage humain contrôle démocratiquement... Droite et gauche travaillez ensemble et ne prenez plus les citoyens en otage. Merci.
Macron veut réformer la France, aidons-le, aidons-nous !

Dailly

Macron a pensé le pouvoir et l'exercice du pouvoir.
Il exprime une "certaine idée de la France", qui résonne positivement chez beaucoup de Français.
Il est bergsonien en ce qu'il agit en homme réfléchi et pense en homme d'action.
Il parle de la France en acteur de son destin qui connaît la profondeur de nos racines, qui sait que notre nation a une dimension universelle, une vocation civilisationnelle et une aspiration romanesque.
Il porte avec conviction le prolongement vers l'avenir de ces atouts qu'il semble maîtriser.

Sa pensée est argumentée, structurée et donc forte.
Son action est cohérente, ses références sont documentées, son verbe est précis. Probablement trop précis pour les politiciens ordinaires, qui sont ce "syndic de copropriété" qu'il évoque, visiblement sans être compris de tous.

Parmi nos dirigeants récents, il faut remonter à de Gaulle, Pompidou et Mitterrand pour l'acuité et la robustesse de la réflexion sur la nation, sur la nature du pouvoir et son exercice.
Giscard procédait peut-être plus d'une intuition dans ces domaines et dans cet aspect, comme un clin d’œil filiatif, on y retrouve encore Bergson...
Chirac, Sarkozy et Hollande n'ont quasiment jamais communiqué sur ces sujets, et on peut imaginer pourquoi.

Tout le monde ne sera pas sensible à ce fond solide et à cette cohérence, mais cette incompréhension pourrait les renvoyer à une introspection sur notre responsabilité à l'égard des générations futures et une réflexion sur la nature de notre relation de citoyen avec le pouvoir.

Enfin on peut aussi prendre les références de Macron chez Sartre : bien des éléments peuvent nous y inciter... Ce pourrait être un biais d'analyse d'une prochaine intervention de ce niveau...

Julien benda

Certes, il se déclare jupitérien et il recentralise, tout en laissant traîner astucieusement au passage le mot "girondin" qui en est l'exact opposé.

Mais ne jouons pas la surprise : le caractère de "monarque républicain" est une donnée de la Ve République et tous sans exception en ont usé, depuis son fondateur de Gaulle.

Or, où est le parti, ou le simple courant au sein d'un parti, où est le mouvement qui revendique une conception démocratique alternative de nos institutions républicaines, disons pour aller vite : de type fédéral, à l'allemande ou mieux encore, à la façon helvétique ?

(Il y a aussi l'Espagne, la Belgique, la Hollande, bientôt l'Italie qui vont dans ce sens. Mais pas nous, sinon par le truchement d'une régionalisation superficielle car ne responsabilisant pas les gens.)

Alors évidemment, entraînés par les us d'une "cour médiatique" influente et géographiquement aussi proche du souverain que la noblesse l'était à Versailles, nous passons le plus clair de notre temps à discuter à l'infini des humeurs du "Roi élu" au lieu de nous intéresser avant tout à la gestion technique du pays à ses différents niveaux, en redéfinissant ses cohésions territoriales pour pouvoir y participer pleinement : Com. De com, département, Région.

Cette dernière - contrairement à nos voisins européens et au mépris du principe européen de "subsidiarité" - étant considérée ici comme un découpage administratif d'exécution, une sorte de gros département microcéphale sans volonté propre, tout au moins en dehors de la gestion des trois ou quatre bricoles permises par un budget octroyé au mineur par l'autorité de tutelle...

On ne peut accepter la tenue en laisse des citoyens dans le cadre d'une République pyramidale et monarchique et déplorer en même temps leur focalisation de sujets sur la personne du monarque.

Achille

@ Giuseppe | 09 mai 2018 à 19:10
« Kennedy : "Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays"...
Bingo ! Celle-là je l'attendais, et en effet elle est sortie comme les bijoux sont de sortie pour un mariage, elle est au chaud, partout, prête à servir, classique des classiques... Expression idéale des plateaux médiatiques, poncif à la droite de Dieu... Pardon de la droite de Jupiter, pour le servir.
Réchauffée de chez réchauffée, elle fait encore recette et pourtant. »

Je reconnais volontiers que cette citation de JFK est un brin désuète, comme tout ce qui se rapporte au patriotisme d’ailleurs. Plus de soixante-dix ans après la Seconde Guerre mondiale, les esprits se sont détournés de cette valeur qui n’a plus vraiment de sens que pour les nonagénaires qui sont encore parmi nous.
Désormais on préfère se tourner vers le social. Ça fait cinquante ans que ça dure avec des résultats pas vraiment convaincants.

Mais vu la situation internationale qui devient de plus en plus délétère, il serait peut-être utile de la remettre à l’ordre du jour car même réchauffée, cette formule conserve toute sa signification.

François Fillon avait bien repris la phrase de Churchill « Je n'ai à offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur ». Il n’a pas eu la possibilité de la mettre en pratique. Heureusement Emmanuel Macron n’en est pas encore là, alors ne nous plaignons pas trop.

Une chose est sûre, le corporatisme ne mène pas à la compréhension entre les classes sociales. Le communautarisme ne mène pas au rapprochement des Français de culture différente.

Il est grand temps de changer les règles du vivre ensemble. Bientôt il sera trop tard.

Noblejoué

@ Hope
"Bref, il y a un mot en anglais qui exprime parfaitement ce que je pense de toutes ces masturbations purement intellectuelles : BULLSHIT !! (avec tout le respect pour notre hôte, je vous assure)"

Mais on peut en faire qui ne nuisent pas aux pauvres, par exemple les uchronies dont je crois les meilleures sont "Le Maître du haut château" et "Pavane", sans oublier le vénérable bouquin de Renouvier.

Je ne voudrais pas que, impudent, Macron discrédite les pauvres, le courage, la masturbation intellectuelle et allez savoir quoi, encore.

Celui qui mérite d'être jeté, c'est lui, pas ce qu'il tend à contaminer. Jupiter ! Franchement, avec tout ce qu'il profère, Loki, plutôt... Ah, la paix des dieux quand on lui a cousu les lèvres ! Mais cela n'a pas duré.

Ce que les diviseurs, les décepteurs, les manipulateurs et le premier que j'ai vu, celui de la Zizanie dans Astérix peuvent être pénibles... Ils méritent le mépris dont ils accablent leurs contemporains, et comme d'autres dérapent dans le sang, de glisser sur leurs toiles d'araignée !

semtob

Cher Philippe,

Ce que vous nommez paradoxe ne peut s'appeler paradoxe.
C'est de la contradiction pure et simple.
Macron tente de remettre la France sur la scène internationale et pour ce faire il s'y prend comme un pied.
Dans les relations internationales, il est nécessaire de garder ses stratégies et l'enjeu n'est pas de séduire. Il y a une nécessité de protéger les intérêts de ses objectifs et de les suivre.

Avec Macron, quel cafouillage !
Suivre l'ombre de Trump au grand jour, poursuivre l'ombre de Hollande qui n'a jamais rien compris au film, c'est trucider Airbus, rien que ça.

Nous avions un positionnement modéré avec l'Iran possible tout en exerçant un droit de regard vigilant sur ce pays et nous voilà moribonds face à une confiance perdue. Alors non seulement nous avons perdu un gigantesque contrat pour cette entreprise encore compétitive mais nous nous retrouverons devant les juridictions américaines pour des amendes énormes pour la France.

Les intérêts allemands et italiens sont menacés de la même manière par cette stratégie douteuse.
Hollande était déjà tombé dans le panneau dans ses rapports faux avec Poutine.
L'histoire du Mistral perdant perdant a fait un tort énorme à l'industrie française. Et Macron brade les espoirs français en œuvrant pour la désindustrialisation de la France.
Aubry avait sabordé l'informatique française au profit des Allemands et personne ne s'est inquiété de cette trahison monumentale.
Le projet européen doit être clair et doit faire respecter les fleurons des Etats.
La France n'est pas un jouet.

Et pour finir, avec ce qui se prépare au niveau du Sénat et du Parlement, il nous faut tenir bon pour maintenir les représentations parlementaires et mettre fin aux tripatouillages dignes d'une masturbation stérile et névrotique.
françoise et karell Semtob

anne-marie marson

Sa mère l'a dit : le Colonel Beltrame ne s'est pas sacrifié, ni pour les APL, ni pour autre chose. Il n'a fait que son travail dans une situation dangereuse. C'est minable de la part d'Emmanuel Macron, alias PR, d'en parler de cette façon. Les cons ça ose tout, c'est à cela qu'on les reconnaît (citation connue).

Giuseppe

Kennedy : "Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays"...
Bingo ! Celle-là je l'attendais, et en effet elle est sortie comme les bijoux sont de sortie pour un mariage, elle est au chaud, partout, prête à servir, classique des classiques... Expression idéale des plateaux médiatiques, poncif à la droite de Dieu... Pardon de la droite de Jupiter, pour le servir.
Réchauffée de chez réchauffée, elle fait encore recette et pourtant.

Le petit, l'obscur, le sans-grade cotise comme tous, il travaille et participe à l'effort de la nation, il s'est battu, il combat, il a participé à toutes les batailles du pays, il est bien normal qu'on le protège, l'aide, une cordée est faite pour s'assurer les uns avec les autres, c'est la sécurité de tous.
Mais sans aucun doute il n'a jamais fait de montagne.

Tout le monde ne peut être premier de cordée, ou premier fusil disait-on dans mon milieu, "sans espoir de duchés ni de dotations" et pourtant avec 9 000 000 de citoyens qui vivent sous le seuil de pauvreté il devrait peser ses mots, pour l'instant il ne fait que compter.

Certes il n'est pas responsable de la situation, mais cela commence à être dérangeant et pesant.
Macron ne transgresse pas il a l'arrogance et la maladresse de sa caste, il commence à empiler les échardes dans ses interventions, je l'ai senti excédé, "bordel" avait été surpris dans sa bouche.
François Mitterrand, fin lettré, avait souligné qu'il fallait savoir tourner sept fois sa langue dans sa bouche, pour Macron un peu plus sans aucun doute, cette fois-ci je supprime son prénom.

Tipaza

« Le principe qu'il me plaît de dégager des paradoxes "macroniens" est qu'ils exigent d'être appréhendés, pour être véritablement compris et perdre leur parfum de scandale, par des esprits délaissant leur surface pour s'aventurer dans leurs profondeurs. »

Victor Hugo qui n’avait nul besoin d’être scaphandrier comme le suggérait Marc GHINSBERG, pour atteindre le fond des choses, se contentait de rester à la surface en disant :
“La forme, c’est le fond qui remonte à la surface”.

Il suffit donc de rester en surface, en observateur attentif pour constater que chaque fois que le jeune Emmanuel s’exprime sans avoir préparé son texte il dérape et laisse jaillir de ses profondeurs une forme de mépris pour les petits jeunes ou vieux d’ailleurs.

Après les alcooliques du Nord, les illettrées de Bretagne, et autres amabilités sur les retraités rentiers qui mangent le pain des jeunes chômeurs, voilà qu’il a déclaré, lui qui se veut le chantre et le futur Imperator de l’Union européenne, que « l’Europe est un vieux continent de petits-bourgeois se sentant à l'abri dans le confort matériel » !

Difficile d’être plus méprisant, le mépris étant parfaitement réversible on peut lui demander ce qu’il a fait de glorieux pour s’extraire de cette classe de petits bourgeois ? Un élection ne suffit pas, même présidentielle.
Un mandat électif donne de la représentativité toujours, du pouvoir quelquefois, mais l’homme reste ce qu’il était avant.
Et avant qu’a-t-il fait ?
Où et à quel moment a-t-il mis sa vie en danger pour l’intérêt général, pour oser par un amalgame malvenu et lamentable s’approprier l’acte du Colonel Beltrame pour valoriser et justifier sa politique ?

C’est curieux, mais plus je l’écoute dans ses interventions autres que les discours préparés pour lui, et plus il fait penser à un ado à la recherche de la transgression systématique, de l’acte héroïque qui lui donnerait ce qui lui manque, la profondeur précisément.

Keizer Soze

Comme il est aisé de se payer de mots quand on a les moyens ; tandis que d'autres comptent les euros un par un...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS