« Le colonel Beltrame ne s'est pas sacrifié pour l'APL ! | Accueil | Ainsi on peut frapper Robert Ménard impunément ! »

11 mai 2018

Commentaires

Robert Marchenoir

@ Zonzon | 15 mai 2018 à 11:34

Vous noterez que je ne saurais réprouver le tartinage, revendiquant moi-même le titre de tartineur en chef (et que ceux qui me le contestent viennent s'expliquer dehors).

Concernant le léger problème qui nous oppose, j'avoue que je ne comprends réellement pas ce qui vous dérange dans le mot remigration. Mais je suis prêt à l'entendre, si vous voulez bien nous l'expliquer.

duvent

@ Zonzon

Marchenoir a l'air d'avoir compris votre propos, puisqu'il y répond. Je suis désolée de ne pas avoir saisi exactement où vous vouliez en venir et qui doit être intéressant.
Ici, la mesure et la pondération ne sont pas tellement de mise, le sens des mots sera tordu, et la forme étranglera le fond, il faut donc être précis et il en découlera d'être probablement mal compris...

breizmabro

Il y a mieux qu'une régularisatrice des urgences de Strasbourg et de son staff, il y a un enfant de cinq ans et des gendarmes.

"Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années"

htps//www.leparisien.fr/.../l-incroyable-sauvetage-d-un-pere-par-son-enfant-de-5-ans-15-05-2...

Mary Preud'homme

@ Zonzon
"Bon ! Je ne suis pas Mary Preud’homme !"

Encore heureux ; j'ai horreur d'être suivie, voire poursuivie !! A plus forte raison par des anonymes...

Zonzon

@ Robert Marchenoir le 15 mai à 01 h 46

Dès le premier jour, ayant posé mon sac en ce blog, vous avez attiré mon attention. D’abord, et en premier lieu, par votre capacité à déclencher en moi des crises de fou rire irrépressibles – c’était la période où vous échangiez avec d’autres doctes sur la proctologie des profondeurs. Ensuite par votre méthode d’exploration systématique, point par point, fouillant dans tous les recoins du sujet abordé, ne laissant aucune porte entr’ouverte ; ce que le promeneur nonchalant et superficiel nomme le tartinage. Enfin par l’étendue de vos connaissances et la multiplicité de vos centres d’intérêts.

Bon ! Je ne suis pas Mary Preud’homme ! Je suis un hétérosexuel mâle de stricte obédience. Je vénère l’humilité, une vertu que les dames ne pratiquent guère depuis que ce pays, dont le prince est un enfant, s’est engagé dans une féminisation à outrance sous la conduite de la Schiappa (on dit bien la Callas !). Pour moi la brosse à reluire n’est pas un ustensile de ménage méprisable. Je l’utilise avec mesure et respect. J’avoue avoir de l’admiration pour vous, laquelle n’est pas exempte de crainte et d’irritation.

Bien ! Venons-en aux faits. Vous connaissant désormais comme si vous étiez mon plus vieux mentor, j’ai longuement hésité à vous titiller sur la question que l’on sait, que vous dénommâtes dans un emportement de mauvaise humeur (prévisible à cette heure tardive) schtroumpfage à machin… Un mot incorrect euphoniquement qui vous aurait valu une réprimande de la part de notre professeur, qui aurait préféré schtroumpofage ! Mais passons !

La sagesse aurait voulu que je vous laisse dans vos croyances, évitant la raclée que je sentais venir, terrible, humiliante, inévitable. Mais dans ma démarche folle il y avait aussi la possibilité que vous portiez sur moi, ne serait-ce qu’un instant, votre regard hautain, que même je puisse baiser « la main dont le pied, dans le même instant, aurait botté mon cul. » [*]

Cher camarade, emporté par votre ire vous avez commis deux fautes majeures sur lesquelles je vous invite à méditer.

1. La schtrompfsophie à laquelle je vous ai convié n’a pas fait l’objet d’un tartinage insupportable : 18 lignes plus un mot. Certes c’est imposant mais pas outre mesure. Compte tenu de l’importance de la question on peut considérer que c’est une bluette. Je vous accorde toutefois que pour une personne qui nie la problématique c’est encore trop !
Je récuse la tartine !

2. Les mots, bof ! « Ça n’a aucune importance » ! Ne savez-vous pas, Robert Marchenoir, que la politique, chez les peuples civilisés, ce sont d’abord des mots, rien que des mots, des discours, des déclarations la main sur le cœur, des mots que l’on inscrit dans des traités de toute nature avec des paraphes majestueux, parfois excentriques, et des rubans colorés. Et quand les mots « cessent » alors la frénésie barbare rentre en scène, la civilisation recule, commence le règne des brutes ! Etes-vous une brute RM ?

La politique c’est des mots ! Vous qui êtes concerné par elle au point que vous vous affirmez d’extrême droite, je vous invite à réfléchir à nouveau sur le doublet remigration/désimmigration. Notamment sur les implications psychologiques réflexes dans les têtes simples. [**]

Renaud Camus, créateur du mot remigration, est probablement un honnête homme. Il l’a imposé sans beaucoup réfléchir en un temps où l’invasion n’était encore qu’un pâle reflet dans l’œil de l’islamiste le plus convaincu. Son mot est inadapté à la situation actuelle (ils ont migré, ils migreront à nouveau, ils remigreront ailleurs ! mon œil !). Nous sommes acculés, notre civilisation est en danger (nous savons que l’immigration est mortelle, on doit la vaincre, la dé-faire), les mots sont maintenant des armes !

« Pinailler sur les mots au lieu de parler des choses… ». De quelles choses voulez-vous parler, ou plutôt quelles choses voulez-vous entreprendre camarade ? Je vous écoute, je n’interromprai pas votre discours, je vous suivrai s’il le faut pour sauver la nation !

[*] Les gens qui s’imaginent propres sur eux écrire usuellement c.l ! Je sais ! Je me permets de leur dire que c’est grotesque et qu’ils mésusent de notre admirable langue.

[**] Un imbécile de grande envergure, qui dirigea durant quelques années une station radio, essaye d’imposer le mot réémigration. Vous voyez qu’il y a de quoi faire !

Robert Marchenoir

@ Zonzon | 13 mai 2018 à 16:26

Tout ça pour ça... et c'est à moi qu'on reproche de tartiner... Appelez ça désimmigration, remigration ou schtroumpfage rétroactif à résection procédurale, ça n'a aucune importance. Des heures et des heures à pinailler sur les mots au lieu de parler des choses...

@ Patrice Charoulet | 14 mai 2018 à 16:41

Comme vous continuez de nous jouer "Martine découvre Internet", je vais vous donner un conseil d'ancien : ne faites jamais votre diva en menaçant de "quitter ce blog si ça continue". C'est le meilleur moyen de vous ridiculiser.

Personne n'a jamais demandé à aucun commentateur de venir sur un blog, personne ne le retient. Et quand il s'en va, il est vite oublié, croyez-moi. La seule façon de quitter un blog, c'est de s'en aller sans tambour ni trompette.

Zonzon

@ Patrice Charoulet le 14 à 16 h 41
« Vais-je devenir ultra-minoritaire ici ? Si tel était le cas, il faudrait que je m'interroge sur mon adaptation au lieu et sur la nécessité d'y rester. »

Ce chantage au départ devient pénible. Ce n’est pas digne. Vous êtes un combattant de la bonne droite, un soldat de Wauquiez, c’est rare, tenez le créneau, pensez au lieutenant Drogo !

Patrice

Je suis d'accord avec vous M.Bilger sur tout ce que vous dites. Comme quoi tout arrive !

hameau dans les nuages

@ Patrice Charoulet | 14 mai 2018 à 16:41
"J'ai été gaulliste, je suis de la droite qui a gouverné notre pays. Et je ne suis ni raciste, ni d'extrême droite"

Donc vous êtes d’extrême droite. Oui je sais, c'est difficile de l'admettre mais pour eux c'est comme ça. Tout ce qui est à droite de l’extrême gauche est d’extrême droite.

Tatatata ! Vous n'êtes pas raciste ? Comme si c'était à vous de le décider...

Ça fait un choc hein !

Zonzon

@ Patrice Charoulet le 14 à 16 h 41
« J’ai été gaulliste »

Zonzon l’est encore !

« Je suis de la droite qui a gouverné notre pays »

C’est bien là le problème !

Noblejoué

@ Patrice Charoulet
"Si tel était le cas, il faudrait que je m'interroge sur mon adaptation au lieu et sur la nécessité d'y rester."

Vous n'êtes pas obligé de rester, mais la dernière fois que vous avez voulu partir, un certain nombre de gens vous ont retenu, et il ne me semble pas, par contre, que d'autres vous aient intimé de mettre ce projet à exécution... Vous n'êtes pas impopulaire, et pour ce qui est de la couleur politique, il y a de tout ici.

Je comprends que vous soyez triste de découvrir qu'il y a plus de gens d'extrême droite que vous ne le supposiez, mais cela ne vaut pas qu'ici... Par contre, ici, vous pouvez essayer de faire votre possible contre cette évolution.
Cependant, je comprendrais que vous partiez plutôt que d'être malheureux... Avec toute ma compréhension, je ne peux que vous souhaiter ce que vous vous souhaitez à vous-même.

Mary Preud'homme

@ Patrice Charoulet (à propos de Robert Marchenoir)

Voilà une cinquantaine d'années que vous votez à toutes les élections pour des candidats appartenant à qu'il convient d'appeler la droite républicaine. Ce qui est aussi mon cas.
Et si un commentateur malveillant que je qualifierai de "père siflage ou de père emptoire" en conclut que ce faisant vous êtes forcément d'extrême droite et moi d'extrême gauche, ne cherchez pas à comprendre le cheminement saugrenu d'un tel raisonnement, sachant que votre contradicteur a forcément loupé quelque chose au niveau de la logique élémentaire pour des raisons évidentes d'indécrottable mauvaise foi dont il est coutumier et qu'il masque sous une phraséologie interminable et des sarcasmes permanents vis-à-vis de ceux qui osent le contredire ou omettent de lui passer la brosse à reluire !

Patrice Charoulet

Extrême droite

Depuis un demi-siècle j'ai soutenu Charles de Gaulle, Georges Pompidou, Jacques Chirac, Edouard Balladur, Nicolas Sarkozy. Le « survivant » de la droite étant François Fillon, je l'ai soutenu. Le président des Républicains étant Laurent Wauquiez, je le soutiens. Voilà ma famille politique.

Par les hasards de la vie, un commentateur, RM, s'adressant à moi, déclare ici : « C'est très bien, l'extrême droite. Je suis d'extrême droite. »
Je me dis, n'étant pas d'extrême droite, mais de la famille que j'ai indiquée, ce monsieur est d'extrême droite, mais encore ? Je mets sur le Net « liste des blogs d'extrême droite », espérant y voir plus clair. Je tombe assez vite sur cette « cartographie de l'extrême droite française ». Peu expert, je trouve cela instructif. Je suis étonné de voir en haut au milieu la tête de Laurent Wauquiez et MON parti, Les Républicains. Je suis étonné de voir « Causeur », et Elisabeth Lévy, que j'apprécie, en haut et à gauche. Je vois aussi Eric Zemmour. Ils ont classé ça dans les « réacs ». Or, je suis plutôt réac, moi-même. Ils ont eu tort de mettre la Manif pour tous...

A côté de ça, on me révèle, à côté du FN (dont j'ai entendu parler !), des dizaines de mouvements ou de sites que j'ignorais, et qui mériteraient, je crois, qu'on les examine. C'est une base, pas pire qu'une autre, à qui veut savoir, s'il est aussi ignorant que moi en matière d'extrême droite, ce qu'il y a sous l'étiquette « extrême droite française ». Et je ne sais toujours pas à quelle extrême droite se rattache RM...

J'ai bien compris, avec un certain retard, qu'il n'y a pas que RM, ici, qui pourrait claironner, comme il l'a fait : « Je suis d'extrême droite ». J'ai dit que je me croyais, assez étourdiment, être ici sur un site de « centre droit ». Je me fondais avant tout sur les textes de Philippe Bilger, qui n'est pas, si je ne m'abuse, je parle sous son contrôle, d'extrême droite. En lisant une foule de commentaires, ces jours-ci, de gens que je ne lisais pas trop, je m'aperçois que les gens d'extrême droite ici ne sont ni deux ni trois, mais une bonne vingtaine, voire une bonne trentaine. A une exception, un ex-élu du FN qui n'a pas de pseudo, presque tous, je le redis, écrivent sous pseudo.
Inutile de me dire que je dérive vers le gauchisme, le trotskisme, l'anarchisme, l'islamisme ou que sais-je encore.

J'ai été gaulliste, je suis de la droite qui a gouverné notre pays. Et je ne suis ni raciste, ni d'extrême droite. C'est ainsi. Vais-je devenir ultra-minoritaire ici ? Si tel était le cas, il faudrait que je m'interroge sur mon adaptation au lieu et sur la nécessité d'y rester.

caroff

@ Patrice Charoulet 18h15
"Je signale une cartographie de l'extrême droite française du 13 mars 2018. De fort belles variétés pour combler toutes les curiosités, où "Riposte laïque", l'autorité invoquée par notre grand ami, ne manque pas à l'appel."

http://lahorde.samizdat.net/2018/03/13/cartographie-de-lextreme-droite-francaise-printemps-2018/

Et vous croyez une minute à l'"information" donnée par le site "La Horde", conglomérat des doux agneaux "antifas" ?
Pour souligner le sérieux de cette cartographie, on découvre que "Boulevard Voltaire" dans lequel écrit notre hôte figure dans la liste des gens ou des organisations qui ne pensent pas comme Libération, Le Monde et France Inter....Une sorte de mur des cons quoi...

Exilé

@ Patrice Charoulet
« Je signale une cartographie de l'extrême droite française du 13 mars 2018. »

Ce document, où l'on retrouve pêle-mêle tout et n'importe quoi, est manifestement d'inspiration gauchiste.
Comment oser affirmer sans se discréditer que la Manif pour Tous, SOS Chrétiens d'Orient, la Marche pour la Vie et bien d'autres relèvent de l'extrême droite ?

Je comprends maintenant ce que recouvre ce mystérieux « centre droit » dont vous vous revendiquez : ce glaçon sur lequel vous vous trouvez a dérivé, poussé par divers courants et maintenant il se trouve dans les eaux de la gauche trotskiste la plus antipathique qui soit...

Noblejoué

@ Robert Marchenoir et Aliocha

René Girard est un penseur de premier plan. Mais tout ne dépend pas de l'auteur ! Chacun doit être lu quand le lecteur potentiel le veut et quand on y est prêt, aucun ne doit servir à s'imaginer au-dessus de tomber dans quelque illusion que ce soit ou à regarder les autres de haut.

Je ne crois pas trop tomber dans ce travers, utiliser ce que je devrais servir... Par contre, je suis sans contexte l'être le plus rancunier qui soit. Moi qui voudrais tant rendre un peu de ce que je leur dois à mes proches, éviterai-je le laisser-aller ? Moi qui dois tant à ma confidente, lui abandonnerai-je ma rancune ? Nul ne suit totalement un idéal, que ce soit le sien ou celui d'un auteur, nul ne se réforme assez pour les autres.

Aliocha

N'ayant lu de Girard et sur mes conseils que ce qu'en a dit le sieur Pommier, notre ami qui marche dans le noir à l'aide de sa seule vessie ne sait pas qu'il n'est plus possible après certaine lecture de fonctionner avec des idoles, qu'il n'y a alors plus guère qu'un seul modèle envisageable, qui aime et qui pardonne.

Je lui conseillerai donc après sa dernière fatwa à mon endroit, avant qu'il ne rejoigne Savonarole envoyé par Zonzon nettoyer les vieilleries de sa cave, d'enrichir la palette de ses qualificatifs si pondérés, et de remplacer Philippulus par l'oracle Calchas, l'imparable tintinophile référence par des accents d'opérette.
Je serai alors ravi de lui proposer un départ pour la Crète, rappelant à l'occasion qu'en France, la réponse exacte au mauvais goût du sang finit aussi toujours par des chansons :

https://www.youtube.com/watch?v=48zhdW_2nUQ

decurion

Il faut remercier madame Aubry pour les 35 heures qui ont entraîné dans les services publics la revendication de vacations de 12 heures (police, douane etc.). Ainsi en trois jours la semaine est couverte. Mais comment voulez-vous que en fin de vacation un agent ait la disponibilité d'esprit, l'écoute pour faire face à des situations délicates ? Un des coupables dans cette affaire sera l'idéologie socialiste et la "défense des droits acquis" syndicaux. Mais personne n'en parlera car ce ne serait pas politiquement correct.

Patrice Charoulet

Robert Marchenoir, s'adressant à moi, écrit sur ce blog le 13 mai à 01h30 :

"C'est bien, d'être à l'extrême droite. Je suis d'extrême droite. Je vous l'ai déjà dit ici. Ça vous dérange ? C'est pareil."

Voilà qui met fin à un suspense insoutenable.
Que chacun garde bien en mémoire cette fière proclamation.

PS : Je signale une "cartographie de l'extrême droite française du 13 mars 2018". De fort belles variétés pour combler toutes les curiosités, où "Riposte laïque", l'autorité invoquée par notre grand ami, ne manque pas à l'appel.

http://lahorde.samizdat.net/2018/03/13/cartographie-de-lextreme-droite-francaise-printemps-2018/

Robert Marchenoir

@ Aliocha | 13 mai 2018 à 09:25

Il est inutile de me retourner mes propres propos dans la figure. Il serait mieux d'essayer de les comprendre. Si vous n'y parvenez pas, demandez-moi ce qu'ils signifient.

J'ai effectivement écrit, à un certain propos et dans un certain contexte (mais un copieur-colleur tel que vous ne s'embarrasse pas de tels détails) : "C'est une question individuelle, spirituelle et morale. Pour changer cela, il n'y a pas de recette magique. Cette décision-là, elle dépend de chacun."

Et c'est précisément ce que vous vous refusez à faire. C'est vous qui êtes totalement dépourvu de boussole morale et spirituelle. C'est vous qui prétendez donner des leçons de morale en renvoyant tout le monde dos à dos, et en refusant de prendre le moindre risque et la moindre responsabilité.

C'est vous qui devriez vous appliquer vos conseils à vous-même : "plutôt et au préalable que d'accuser l'autre, soi-même s'envisager". En dehors "d'accuser l'autre", de vous prétendre supérieur à tout le monde et de prôner le bisounoursisme, la lâcheté et l'inaction universelle comme remède à tous les maux, que faites-vous, ici ?

Quant à "mes professeurs", vous êtes bien arrogant de prétendre en faire partie. Le "doux Charoulet", comme vous dites, est un faux gentil. Vous confondez sournoiserie et charité. De même que vous adoptez, ici, un rôle de faux moine vociférateur qui n'a rien à voir avec le christianisme. Un moine, ça s'enferme dans son couvent et ça la boucle. Ca ne fait pas son prophète Philippulus à tous les coins de rue.

Au demeurant, votre macronisme idolâtre est complètement en contradiction avec votre afféterie faussement chrétienne. Macron est un cynique, figurez-vous. Pour le meilleur ou pour le pire, on peut en discuter. Non seulement vous êtes un hérétique au sens chrétien du terme (de même que votre idole René Girard), mais en plus, vous vous faites complètement empapaouter par le héros politique que vous vous êtes choisi. On ne saurait être plus inconséquent.

Zonzon

La dernière nuit bilgérienne a été riche et chaude. A plus d’un titre !

D’abord parce qu’il semblerait que l’affaire Naomi ait progressé, qu’on s’achemine prudemment vers des aspects qui dépassent l’indignation basique ressentie par tout bipède formaté par des décennies de compassion pleurnicharde, en route vers l’amour universel de « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil », « je ne suis pas raciste, Monsieur », « ils sont chez nous chez eux » …

Certains même se mettent à examiner à la loupe ces 5 mots fatidiques : « Défaillance multiviscérale sur choc hémorragique ». Les plus suspicieux – nous ne les suivront pas – s’orientent vers les jours et les heures qui ont précédé l’appel dramatique. Et pour peu qu’ils soient opiniâtres, ils vont nous construire une fable qui pourraient bien les amener devant la XVIIe Chambre, chargés de tous les péchés du monde d’avant, plein de bruit et de fureur, où les frontières - hideux traits tracés par des tyrans infâmes sur notre planète une et indivisible – n’avaient pas encore été effacées par les bienfaiteurs de l’humanité !

Les plus odieux envisagent de remettre en question les notions qui courent chez les Européens au sujet de la famille africaine, base de la civilisation continentale, en observant que cette solidarité tant vantée aurait apparemment fait défaut à la malheureuse Naomi. Ce que nous relevons là n’est que remarque de béotien primaire.

Ensuite parce qu’il y a eu des déclarations intempestives, des affirmations provocantes, des échanges de noms d’oiseaux définitifs, autant d’éléments propres à perturber grandement notre sommeil - sans Témesta ni Séresta, interdits par l’ami Wil.

Ainsi, au fil des heures et des minutes nous apprîmes que Robert Marchenoir est d’extrême droite, partial mais pas raciste, que sa mauvaise foi est indécrottable, sa stupidité malveillante (@Mary Preud’homme), qu’il est phobique (@Trekker), mais en revanche qu’il veut mettre fin à l’islamisation de la France, une nécessité absolue !

On sait aussi depuis cette nuit, désormais fameuse, que Riposte Laïque, un mouvement créé par deux cocos du camp du bien est « islamophobe » - un mot qui nous vient du persan (!) - que Wiki est politiquement à gauche.
On découvre que Patrice Charoulet, qui a pris la fâcheuse habitude de se tordre le nez, serait un tripoteur intellectuel, un anti-raciste, un islamo-gauchiste, un complice de l’invasion musulmane de notre pays, un ennemi de la France (@ Robert Marchenoir).

Quant à Mary Preud’homme, qui intervient régulièrement sur ce blog, elle éprouve néanmoins beaucoup de difficultés à lire et à comprendre la langue française, elle est d’une stupidité insondable et d’une malveillance inépuisable (@ Robert Marchenoir).

On note aussi que la question fut posée à PC (Patrice Charoulet) qu’il fasse connaître s’il est du « parti des gens propres sur eux qui sont prêts à ce que leur civilisation s'écroule derrière eux, pourvu que personne ne les regarde de travers d'ici leur disparition ? », une interrogation très forte ! On évoqua le déluge !

A l’orée du jour les combattants se rassemblèrent enfin et convinrent qu’il y a plusieurs sortes de racisme et d’énumérer l’anti français, l’anti blanc, l’anti arabe, l’anti islam, l’anti noir, jaune, rouge, et la nuit se termina par une litanie interminable de toutes les tares insensées qui donnait à penser que l’humanité n’était au fond qu’un patchwork moiré d’abominations !

Personne ne fut dupe. Ce combat était pour rire. On convint qu’il ne fallait pas lever la langue sur la question du FN, censé être la pierre d’achoppement. Ce parti, plutôt cette famille, détient (retient, contient, maintient, bloque, réfrène) depuis 50 ans tout espoir de survie de la civilisation européenne !

La seule note gaie de ce combat de « blancs » dans un tunnel fut quand RM lâcha prise et se déclara pour la « remigration ». Un mot creux, faux, un contre-sens absolu pour nous, autochtones sédentaires et qui renvoie à d’autres qui ont déjà « migré ». Que ceux-là souhaitent ou non reprendre la route n’est pas exactement le problème qui se pose à la France, pays qui a subi un phénomène, dont le nom est immigration, sans qu’à aucun moment on ait consulté les Français - jamais depuis 1974 - et dont ils s’aperçoivent chaque jour plus que la veille qu’il est délétère, désespérant, mortel.

Pour autant qu’on veuille le considérer, l’illogisme remigration correspond à une vague et imprécise mollesse de caractère dont le principe, exposé par toutes les grandes gueules politiciennes dans leurs programmes électoraux, consiste à renvoyer dans leurs foyers une poignée de gens ultra dangereux, lesquels s’arrangent pour revenir aussi vite qu’ils sont partis. Plus quelques simagrées théoriques qui restent dans les cartons.

La France est en proie à l’immigration. Il faut donc désimmigrer. Et rien d’autre. Refuser d’utiliser le mot « désimmigration » c’est déjà, dans sa tête accepter la défaite, le déferlement, l’anéantissement, l’esclavage, la mort de la civilisation européenne.

Camarade Marchenoir, homme valeureux, ne me répondez pas ce qu’on m’a déjà répondu : « j’emploie le mot remigration parce que c’est celui que les gens emploient ». Ce mot vide exprime l’abandon, le relâchement, la panique, l’inaction. Optez pour la désimmigration.

Terminons non pas en chansons, ce serait de mauvais goût, mais en photo. Notre Maître adore ; trop jeune il n’a pas connu l’époque où « Le Monde » était encore lisible, sans images, dessins, rien que des lettres et où il était possible, de loin, de le distinguer de « France Dimanche ».
Voici qu’il nous donne à voir cette belle famille, rangée bien droite, bien proprette derrière une gerbe de micros, s’adressant aux blancs.
Hé, ho les Musenga ! Elle faisait quoi votre fille/sœur pour la Noël ? Elle « créchait » où cette jeune mère sans compagnon ? Vous levez le nez maintenant ! Vous avez de la peine ? Nous aussi ! Mais pas pour les mêmes raisons !

N’avez-vous pas, famille Musenga, parents et alliés, vous et tous vos peuples amis, le sentiment que vous êtes en train de scier le baobab sous lequel vous êtes confortablement installés ?

Sergio Carioca

@ Mary Preud'homme (@ Xavier NEBOUT)
"Devriez revoir vos chiffres : un généraliste conventionné c'est 25 euros pour une consultation qui dure en moyenne entre 7 à 10 minutes. Le mien étant d'ailleurs plus proche de 7' que de 10."

Changez donc.
Il serait bon de préciser que ce chiffre de 25 euros correspond à un chiffre d'affaires. Autrement dit ce qui va dans la poche du médecin c'est par consultation :
25 euros - (charges : loyer cabinet, eau, électricité, secrétariat, URSSAF, CARMF, RAM = sécurité sociale, assurance professionnelle obligatoire, formation continue). Reste environ 10-15 euros au pif, selon les contextes. Sur lesquels il doit cotiser à une retraite complémentaire, celle de la CARMF/CNAV étant minuscule.

Par ailleurs vous ne comptez pas le temps administratif que vous ne voyez pas (personne sauf les médecins libéraux qui ont à s'y consacrer).

Par ailleurs les libéraux n'ont pas de congés payés contrairement aux salariés déduire 1/12ème du reliquat.

Mary Preud'homme !!!???

Les lecteurs et modestes contributeurs de ce blog ne connaissent pas leur chance de compter parmi eux deux débatteurs du talent et de la hauteur de vue d'Elusen et Robert Marchenoir, lesquels s'invitent et se relaient jour et nuit sur tous les billets de PB, avers et revers d'une même médaille, celle de la science infuse et du pinaillage de marchand de tapis...

Oui, oui, oui mééézami applaudissons-les bien fort et prions pour qu'ils continuent longtemps encore à nous prodiguer leurs lumières sur d'innombrables sujets, tout en réfutant nos arguments forcément imbéciles avec le tact et l'élégance qui les caractérisent !

Chut ! Ils arrivent !

duvent

@ Robert Marchenoir
"Ah, si vous l'avez dit, alors... Moi je dis : Mary Preud'homme est d'une stupidité insondable, et d'une malveillance inépuisable."

Et si je dis moi, que Marchenoir est d'une insondable stupidité, ça marche aussi ?

Ce à quoi je pourrais ajouter que Marchenoir est un satané contorsionniste, qui peut tenir des positions à se déboîter le bulbe (partie molle dont la mobilité est contestée par de nombreux savants...) sans courbatures !

Parlez-nous Marchenoir encore, depuis votre puits de sciences, de la méthode infecte que vous utilisez pour faire taire les autres, ceux qui ne vous lustrent pas, vous savez, cette méthode simple et efficace qui consiste à fureter dans l'ombre et en sortir opportunément, avec moult preuves, exemples et théories douteuses.
Un peu de ceci, un peu de cela, et voilà !

Je vous laisse, car je dois collecter des preuves, pour Marchenoir, qui lui parle de haut, de très haut, c'est un homme de haut parage, de beau lignage, de belle stature, de grande culture, c'est lui le troll mais il ne le sait pas encore, et tant qu'il adressera ce beau compliment aux autres il pourra plastronner !

Exilé

Nous avons évoqué récemment, à propos de la formation des magistrats et de l'exercice des fonctions qui seront les leurs, la part d'éthique devant être associée à la part de technique afin de mériter la confiance des justiciables.

Mais même l'éthique ou la déontologie, entourées d'une connotation d'obligation, font pâle figure par rapport à ce qui devrait relever de la vertu.

En ce qui concerne le comportement de la personne ayant répondu à Naomi, il est révélateur de ce qui peut arriver à des « techniciens » - au sens large - exerçant une profession quand il l'exercent de façon terre à terre.

Rappelons que les hôpitaux ont été inventés et créés par l’Église catholique il y a plusieurs siècles et que divers ordres religieux hospitaliers ont consacré leur vie au soin des malades, dans l'amour de Dieu et du prochain.

En 1905, ce que d'aucuns appellent « la République » leur ont dit « ôtez-vous de là que je m'y mette », en ayant évacué la charité des hôpitaux, pour les transformer progressivement en usines à soins gérés de façon technocratique, offrant des emplois à des gens qui pourront y faire carrière en étant rémunérés selon une grille de salaires assortie à des espoirs de promotion, le tout accompagné d'avantages divers comme le statut de la fonction publique, les congés payés, les congés maladie, les RTT et tutti quanti, sans oublier bien entendu la possibilité de se syndiquer auprès d'organisations révolutionnaires camouflées.

Le tout au détriment des malades, laissés seuls face à leurs souffrances dans ce monde et à leurs angoisses sur leur passage dans l'autre.

Aliocha

Nous sommes rassurés !
Il semblait que RM fût touché par la grâce et l'utilisation d'épithète, et que pour une fois l'univoque mouvement qui anime ses conclusions rageuses avait pu être évité.
Mais ouf, non, quelques réactions de satisfaction étonnée par ce qui semblait être un nouveau chemin pris par la bête l'ont ramené dans les voies que le réflexe a creusées dans la géologie de ses habitudes :
"Je suis du parti de la France, de l'Occident chrétien, de la race blanche, de la vérité et de la démocratie libérale."

RM et sylvain, même combat.
Des durs, des vrais, des tatoués, des qui pensent que transgresser n'est pas devenu la norme, et que les dérives auxquelles ils se livrent leur donne un statut de héros résistant, alors qu'ils se comportent comme le plus petit ado petit bourge qui croit qu'il va révolutionner le monde en se tatouant un diable sur la queue, ou une croix sur le front, ce qui revient au même, ravalant leurs arguments aux plus stériles des comportements djihadistes.

C'est pourquoi il est inutile, sbriglia, de leur répondre, ils n'ont aucune rigueur dans les débats, ne retiennent que les arguments qui les servent et se soumettent à leur phobie dangereuse, craignant plus que tout de trouver un consensus avec ceux qu'ils pensent être leur ennemi, et qui fonde et justifie ce qui leur tient lieu d'existence, la réaction immédiate sans équivoque, incapable d'appréhender que la réalité est relation, action et réaction, et qu'à l'oublier on prend la seule notion du réel que nous puissions avoir, la trace qu'il laisse en nous, comme le réel lui-même, qu'alors il n'y a plus que la folie furieuse, ce que notre ami va encore nous prouver en m'envoyant sûrement dans l'un de ses goulags intérieurs, pensant qu'il sauve l'humanité.
Et tout ça parce que lui avait échappé ceci :

« C'est une question individuelle, spirituelle et morale. Pour changer cela, il n'y a pas de recette magique. Cette décision-là, elle dépend de chacun. »

Ce qui est vrai !
Tout n'est donc pas perdu, une évolution est possible, et la lumière brille dans les ténèbres, le Français blanc peut s'apercevoir qu'il est effectivement chrétien, donc démocrate, et qu'il suffirait qu'il accepte d'accéder à l'âge adulte, d'écouter ses professeurs, notamment le doux Charoulet, pour, plutôt et au préalable que d'accuser l'autre, soi-même s'envisager, et s'appliquer la dure loi qu'imposent les difficultés réelles de notre condition.

Je ne port' pas de perlouzes
Je ne suis pas un nervi
Je trouv' que ça fait tartouze
Et c'est pourquoi moi j'vous l'dis
J'ai l'air de n'pas avoir l'air
Mais avec mon air j'fais la pige à Bébert
Refrain :
Je suis un dur, un vrai, un tatoué
J'fais pas des magnes
Qu'est-c' qu'on y gagne pour les tournants
Mais faut pas me les jouer
J'ai risqué l'bagne faut l'avouer
J'ai bouffé du cannibale
J'ai même digéré des balles
Il en faut pour que je m'emballe
J'sais discuter car des bataillons d'Afrique
Je port' la marqu' de fabrique
Et voilà tout le portrait
D'un tatoué, un dur, un vrai
Je porte sur la poitrine
Un p'tit dessin animé,
Sur le nombril un' sardine
Avec ces mots : "J'suis aimé"
Plus bas il y a le Sahara
Quel panorama
Ah ! cett' gueule qu'il a !

https://www.youtube.com/watch?v=RbKNIww3MwA

Duval Uzan

Profitons de cette affaire pour faire une campagne d’information sur les AVC. Très peu de citoyens connaissent les symptômes et parfois ils appellent trop tard.
Il est souhaitable que chaque citoyen connaisse approximativement les signes précurseurs et la gravité.
Parfois le malade ne peut même pas parler. Alors cessons d’accuser et informons.
http://www.avcvitele15.com/index.php


Robert Marchenoir

@ Patrice Charoulet | 12 mai 2018 à 22:49
"Ah bon !"

Ah bon quoi ? Qu'insinuez-vous ? Que ces témoignages sont faux ? Prouvez-le. Riposte Laïque est un site connu, qui a fait depuis longtemps la preuve de sa crédibilité. Il a subi de nombreux procès pour avoir dit la vérité.

Vous ne connaissez pas Riposte Laïque ? Vous ne connaissez rien du sujet, alors. Nul besoin de consulter Wikipédia pour savoir ce qu'est Riposte Laïque, et au demeurant Wikipédia possède un biais de gauche, vous devriez le savoir. Donc tout ce qui est jugement politique est a priori à prendre avec des pincettes sur Wikipédia.

Ce qui ne figure pas dans votre extrait est que Riposte Laïque est un site fondé par deux communistes et syndicalistes de vieille date. Vous ne le saviez pas ? Eh bien, maintenant vous le savez. C'est la raison pour laquelle ils ont été tolérés à leurs débuts. C'est la raison pour laquelle ils ont pu organiser quelques manifestations autorisées. Ils font partie du camp du Bien, je vous le signale. Un "anti-raciste" tel que vous devrait leur baiser les pieds.

Riposte Laïque n'est pas "islamophobe". Si vous utilisez le terme islamophobe, c'est que vous êtes un islamo-gauchiste, un complice de l'invasion musulmane de notre pays. Seuls les ennemis de la France utilisent ce mot. Ce mot a été introduit dans le discours public par l'imam Khomeiny. C'est votre genre de beauté, l'imam Khomeiny ? Moi pas.

L'objectif de Riposte Laïque est de mettre fin à l'islamisation de la France. C'est le mien également. Est-ce le vôtre ? Sinon, pourquoi ? Qu'est-ce que vous aimez dans l'islam ? Le réveil à cinq heures du matin ? Les assassinats au couteau à Paris ? La prostitution forcée des adolescentes blanches à Roterham ? Le viol avant exécution des vierges condamnées à mort en Iran, pays de l'inventeur du mot "islamophobie" ?

Evidemment que Riposte Laïque est un site d'extrême droite, puisque les bandits intellectuels qui pullulent en Occident prétendent que refuser l'immigration et l'islamisation, c'est être d'extrême droite. C'est bien, d'être à l'extrême droite. Je suis d'extrême droite. Je vous l'ai déjà dit ici. Ça vous dérange ? C'est pareil.

Si je suis partial ? Evidemment que je suis partial. Je suis du parti de la France, de l'Occident chrétien, de la race blanche, de la vérité et de la démocratie libérale. Et vous ? Vous êtes de quel parti ? Le parti des retraités qui ne veulent surtout pas avoir d'ennuis ? Le parti des gens propres sur eux qui sont prêts à ce que leur civilisation s'écroule derrière eux, pourvu que personne ne les regarde de travers d'ici leur disparition ?

Que restera-t-il de vos deux cents dictionnaires et de la culture qu'ils représentent, à votre avis, si l'immigration de masse et l'islamisation de l'Europe se poursuivent ? Vous vous en moquez ? Après vous, le déluge ?

Ça vous dérange, que je traite de "blabla" les sempiternelles accusations de racisme de Mary Preud'homme, ainsi que les vôtres ? C'est pourtant extrêmement indulgent de ma part. Toute personne utilisant le mot de "racisme" pour calomnier les opposants à l'immigration de masse et à l'islamisation de l'Occident est un ennemi de la patrie. C'est plus clair, comme ça ?

Je pourrais vous présenter quantité de personnes, nées dans la culture musulmane, qui sont dix fois plus "islamophobes" que moi. Pour des raisons qui sont évidentes.

Comme tant de tripoteurs intellectuels, au lieu de parler du sujet, vous vérifiez si les gens ne porteraient pas, par hasard, des chaussures marron avec un blazer -- et alors, vous les vouez aux gémonies. Ça ne se fait pas. Ce n'est pas correct. "Les lecteurs de ce blog en jugeront".

Le sujet, c'est qu'accuser de racisme l'opératrice du SAMU dont il est question ici est stupide et surtout malveillant, pour deux raisons au moins qui viennent de vous être expliquées en long, en large et en travers. Par moi et par d'autres.

Pas un mot, de votre part, sur ces raisons. Non : moi je suis objectif, moi je ne suis pas raciste, moi je ne dis pas "blabla" et moi je ne bois pas l'eau du rince-doigts. Eh bien ! Les lecteurs de ce blog en jugeront, comme vous dites. Figurez-vous que cela fait longtemps qu'ils en ont jugé. Et moi aussi.

Nous sommes en guerre, et vous, vous tordez le nez en demandant aux gens s'ils ne seraient pas "un brin partiels et partiaux" ? Mais c'est la moindre des choses, que d'être partial aujourd'hui ! La question est : de quel parti êtes-vous ? Dans quel camp êtes-vous ?
______

@ Mary Preud'homme | 12 mai 2018 à 22:47
"Le ton et les paroles de l'opératrice du Samu sont inadmissibles. Et il faut être d'une indécrottable mauvaise foi comme Marchenoir et son comparse Dubois pour ne pas le reconnaître. J'ai bien dit indécrottable !"

Ah, si vous l'avez dit, alors... Moi je dis : Mary Preud'homme est d'une stupidité insondable, et d'une malveillance inépuisable. Et je le prouve : j'ai été le premier à dire, ici, que le ton et les paroles de l'opératrice du SAMU étaient inadmissibles. Lisez donc ce qu'écrivent les gens, avant de raconter n'importe quoi.

Et j'ai dit aussi qu'il était inadmissible que vous attribuiez ce ton et ces paroles à un racisme parfaitement imaginaire de sa part. J'ai bien dit : inadmissible. Mais moi, contrairement à vous, j'ai expliqué pourquoi.

Trekker

En dehors du cas individuel de cette régulatrice du SAMU, bien évidemment ne pouvant qu’être condamnée, il y a trois problèmes que personne ici ne semble avoir abordés :

Pourquoi seulement maintenant, environ quatre mois après le décès de cette jeune femme, la direction de cet hôpital décide-t-elle d’une enquête administrative ? Cela alors que ses parents semblent avoir relancé sans cesse cet établissement, suite au décès de leur fille. A priori cette décision d’enquête administrative n’a été prise qu’après la médiatisation de cette affaire…

Est-il habituel dans cet hôpital de laisser à température ambiante, et cela pendant quatre jours, le cadavre d’une personne venant de décéder ? Mais qui sait, il ne disposait pas de morgue, ou celle-ci était saturée ? L’autopsie d’un cadavre en cours de putréfaction ne facilite pas les recherches de la cause de sa mort. Ayant fort mauvais esprit, je m’interroge : n’était-ce pas le but recherché ?

Quelle était l’ambiance générale à la régulation de ce SAMU, et notamment les propos souvent tenus vis-à-vis des personnes l’appelant ?

@ Claude Luçon | 11 mai 2018 à 21:22
"…pourquoi n'a-t-elle pas appelé aussi, ou d'abord, ses parents ? (…) Un père qui sait protester et s'indigner à la télévision devrait savoir qu'il est de son devoir de père de se tenir informé au moins de la santé de ses enfants. Cette jeune femme était mère sans compagnon !…"

Si sa fille était a priori en bonne santé, son père n’avait pas de raison de prendre quotidiennement des nouvelles d’elle, et qui sait peut-être était-il absent pendant ces quelques jours, chose fréquente dans cette période estivale. Vous-même, appelez-vous quotidiennement vos descendants, et quand ils sont en bonne santé ?
Ce qui semble avant tout vous indigner, c’est le fait que ce décès a été plus que médiatisé par BFM. On sait tous que cette chaîne télé est votre bête noire depuis sa couverture de l’affaire Fillon, votre idole à l’époque alors que vous disiez le plus grand mal d’Emmanuel Macron.

De plus BFM contrairement à Fox News votre quasi « Pravda », a souligné le caractère non discriminant des sanctions économiques de Donald Trump, suite à sa dénonciation de l’accord nucléaire avec l’Iran. D’ailleurs dans votre commentaire du précédent billet de notre hôte, vous avez pieusement omis de traduire l’ensemble des propos de Trump sur ses sanctions économiques. Ce sera en version plus dure celles qui avaient cours avant 2005, donc elles ne se limiteront pas aux entreprises apportant leurs concours uniquement en matière nucléaire !

---------------------------

@ Patrice Charoulet | 12 mai 2018 à 22:49

Votre réponse à Robert Marchenoir est excellente, mais je doute hélas que cela entamera ses certitudes ou plus précisément ses phobies.

Philippe Dubois

@ Mary Preud'homme | 12 mai 2018 à 22:47

D'abord, je ne suis le comparse de personne : je suis assez grand pour avoir mes propres idées et il se trouve que Monsieur Marchenoir en partage une partie.
J'ai simplement écrit que le commentaire de Robert Marchenoir rapportait des faits qui correspondaient à ceux que je connaissais et que j'ai exposés dans le mien.

Je n'ai pas dit non plus que je cautionnais l'attitude de l'opératrice : je cherche simplement à comprendre ce qui a pu se passer pour éviter que cela ne se reproduise.
Si vous voulez, je vous ferai un cours sur la démarche Qualité : la norme ISO 17025 étant celle que je connais le mieux.
Mais si vous avez du mal à lire et à comprendre le français, je ne peux rien pour vous.

Patrice Charoulet

@ Robert Marchenoir 12 mai 18h42

En lisant les témoignages que vous rapportez ici, qui ne serait pas tenté de vous remercier ? Cela sonne vrai. On se dit : "Tiens, je n'ai entendu ça ni sur RTL, ni sur Europe 1, ni sur BFM, ni sur TF1, ni sur LCI..." On est donc, dans la foulée, tenté de vous remercier de nous éclairer sur un événement dont nous a parlé pendant deux ou trois jours, en omettant de nous dire ces choses.
Quand on ne lit pas le site auquel vous nous renvoyez, on jette un oeil sur Wikipédia. J'abrège pour ne pas accabler les lecteurs :

"Riposte laïque est un site web d'extrême droite créé en septembre 2007 qui se présente comme appartenant au mouvement laïc. À l'origine de plusieurs controverses (rapprochement avec l'extrême droite), participation à des actions communes avec le Bloc identitaire, le site consacre la plus grande partie de ses articles à une islamophobie ouvertement déclarée."

Ah bon !

Enfin, vous terminez votre post par ces mots :
"S'il y a un racisme, c'est le racisme anti-Français et anti-Blancs."
Permettez-moi un rapide commentaire. Vous avez raison : ce racisme existe et je le condamne. Votre erreur est de nier les autres racismes. Et quand on vous en
parle, comme la commentatrice à qui vous parlez, vous lui répondez : "bla bla".
Est-ce bien juste ? Est-ce bien honnête ? Ne seriez-vous pas un brin partiel et partial ? Les lecteurs de ce blog en jugeront, s'ils sont objectifs et équitables.

Mary Preud'homme

Le ton et les paroles de l'opératrice du Samu sont inadmissibles. Et il faut être d'une indécrottable mauvaise foi comme Marchenoir et son comparse Dubois pour ne pas le reconnaître.
J'ai bien dit indécrottable !

Robert Marchenoir

@ Philippe Dubois | 12 mai 2018 à 21:42

Eh bien, voilà des témoignages pertinents et précis. J'aime ça.

Wil

@ hameau dans les nuages
"Séresta et Témesta sont des cavaliers de l'apocalypse : on ne les quitte pas comme ça. Il faut un sevrage extrêmement lent sauf à vivre l'enfer et réclamer la mort."

Ne vous inquiétez pas, étant moi-même camé au Lysanxia depuis 25 ans, ma grand-mère de 96 ans, la mère de mon père dont je parlais, étant elle-même camée au Témesta depuis que je la connais, à faible dose mais camée quand même, je connais très bien le sujet et c'est pour ça que j'affirme que les généralistes et les psychiatres sont des dealers de came officiels.

Ca les arrange, ça fait des patients qui reviennent régulièrement et indéfiniment et donc des revenus.

Quand vous dites qu'on ne les quitte pas comme ça et qu'il faut un sevrage extrêmement lent, je peux vous dire que j'ai essayé le sevrage extrêmement lent et ça ne marche pas, après des années on replonge dès qu'on est un peu stressé.
Il faut surtout ne jamais prendre d'anxiolytiques, JAMAIS ! Sinon vous êtes cuit.
Si votre médecin vous en propose quelle que soit la ou les raisons, IL FAUT DIRE NON NON ET NON !
Vous êtes stressé ou déprimé, c'est pas grave, généralement ça passe tout seul au bout d'un moment ou changez de vie si vous le pouvez ou faites du sport ou du Yoga ou je ne sais quoi mais JAMAIS les anxiolytiques !
Si vous commencez, vous êtes fichu, vous serez camé à vie.

Pour moi, l'alcool et la clope sont plus faciles à arrêter que les anxiolytiques qui vous ramollissent le cerveau, augmentent les risques d'Alzheimer de façon dramatique, c'est prouvé, provoquent des problèmes sexuels puisqu'ils sont faits pour calmer les émotions et les sensations, et évidemment vous rendent complètement fou furieux à la moindre contrariété quand vous ne les prenez plus ou plus assez et de toutes façon comme il y a accoutumance rapide, vous en aurez toujours plus besoin.

C'est une calamité pour l'humanité, parfaitement légale en France vu que la plupart des "grands" labos pharmaceutiques mondiaux sont français.

Solon

On parle de dizaines, de centaines d'appels par jour et par opérateur. Et d'aucuns de s'indigner d'une erreur, dont certes les conséquences sont gravissimes, et d'en tirer de savants commentaires, de savantes conclusions sur l'organisation des urgences, le racisme inconscient, les avantages du privé sur le public, etc.

Et si, plus prosaïquement, ce décès tragique relevait de l'inévitable dès lors qu'il s'agit d'une activité humaine ? Comment imaginer qu'une machinerie aussi complexe, qui repose sur des hommes et des femmes qui n'ont pas l'infaillibilité des dieux, puisse ne jamais, soulignons jamais, commettre des erreurs ? Rendons plutôt hommage aux services d'urgence. Avec toute notre compassion pour la victime et sa famille.

Philippe Dubois

Il est trop facile de charger la seule opératrice : c'est toute une chaîne qui semble à la merci de la moindre erreur humaine.
Il convient donc de procéder comme après un accident ou incident aérien et analyser ce qui s'est passé pour corriger les procédures, former les gens, etc.
En démarche qualité, mettre en place les mesures correctives et préventives adaptées après la découverte d'une non-conformité.

Déjà il est évident que la standardiste des pompiers pensait à un appel indu ; elle a donc réglementairement transmis l'appel à sa collègue du SAMU mais en plaisantant sur le cas.
Effet tunnel : l'opératrice n'arrive plus à se défaire de l'idée que c'est un appel foireux et réagit en conséquence.

Pour rebondir sur le commentaire de Robert Marchenoir | 12 mai 2018 à 18:42
Il y a aussi un autre biais : tous ceux qui ont fréquenté les services médicaux des forces françaises stationnées en Afrique vous raconteront des dizaines d'histoires d'Africains et Africaines venant consulter en ayant "le corps tout chaud" ou "une immense douleur partout dans le corps" pour se faire donner une boîte de Doliprane qu'ils revendront au marché.
Et notamment avec cette voix bien traînante qu'on entend dans l'enregistrement, ce qui renforce l'impression initiale que l'appel est foireux.

Pour être juste, il y en a aussi qui sont quasi moribonds et qui font deux jours de marche dans la brousse pour venir consulter les médecins français, avec une pathologie qui aurait valu direct un hélico du SAMU en France.

kacendre

Combien de paysans... d'artisans... de commerçants... de modestes entrepreneurs... d'isolés... ou de harcelés dans notre système soviet sont superbement oubliés de tous entourages et attentions et sombrent ou se suppriment dans les pleines indifférences sociales, familiales, médiatiques, judiciaires, globalement humaines où les franchouillards et fameux droits de l'homme, de la femme ou des enfants passent à la trappe.

Les pleurnichards et les insatisfaits professionnels habituels et nantis de tout poil s'agitent... invectivent... dénoncent... culpabilisent à la volée toujours dans les mêmes directions... sur leurs cibles démagogiquement choisies et... toujours les mêmes.

L'essentiel c'est que les râleurs justiciers sélectifs continuent d'exister, de palabrer et de s'engraisser dans les médias avec les journaleux et les journaleuses complices.

Robert Marchenoir

@ Mary Preud'homme | 12 mai 2018 à 15:30
"[Blabla]... racisme... [blabla]..."

Ben tiens... Pour commencer, comment savez-vous à quelle race appartient l'opératrice du SAMU ? Son nom n'a pas été diffusé, à ma connaissance, et il ne manque pas d'immigrés dans les services de santé et les plateformes téléphoniques...

C'est comme le fameux "racisme" des policiers américains, qui tueraient régulièrement des Noirs pour s'amuser : bien souvent, le policier est noir lui aussi...

Comme je ne suis pas sûr que vous vous donnerez la peine de cliquer sur mon lien, je vous affiche le passage important ici... ainsi, vous n'aurez même pas à subir l'immense fatigue qui vous saisit le doigt à la vision d'un lien :

"Je suis moi-même opératrice dans un de ces fameux centres d’appel. Notre quotidien c’est 3 à 400 appels par jour. Nous n’avons aucune formation médicale, mais nous avons des instructions, des centaines d’instructions... pas plus d’une minute par appel."

"Notre quotidien ce sont des patients majoritairement étrangers, puisqu’on leur a vendu la France comme un supermarché de la santé. Certains ne viennent que pour se faire soigner, ça ne coûte rien, ils ont l’AME… La plupart ne font même pas l’effort de parler français (de toutes façons, la majorité des médecins sont eux aussi d’origine étrangère)."

"Ils ne connaissent pas leur date de naissance, parfois même pas leur nom et, quand ils le connaissent, ils ne savent pas l’épeler. Je ne parle même pas de leur adresse. Il y a quelques jours, je me suis fait insulter vigoureusement par un patient qui s’offusquait que je ne puisse pas comprendre et orthographier son nom correctement étant donné que son nom était selon lui 'international'.

"Naomi a dit : 'je vais mourir', et malheureusement, elle avait raison. Lorsqu’on entend l’enregistrement, on se dit 'mais comment peut-on rester insensible à cet appel au secours ?'."

"Savez-combien de fois par jour j’entends cette petite phrase ? Elles ont toutes ce ton larmoyant et souffrant, cette petite voix faible et chevrotante pour nous attendrir, qu’il s’agisse d’une migraine, d’un ongle incarné, d’une grippe, d’une crise de coliques néphrétiques ou d’un nez qui coule, on les croirait toujours à l’agonie… Le fameux 'je vais mourir', c’est l’ultime coup de semonce."

"Au début, on le prend au sérieux, on appelle les médecins, les responsables, on remue ciel et terre, on se fait engueuler par les médecins 'qui n’ont pas que ça à faire', par notre employeur qui perd de l’argent puisqu’on perd notre temps, et, en définitive, par les patients puisque nous sommes sans cœur et racistes."

https://ripostelaique.com/temoignage-exclusif-laffaire-naomi-cela-aurait-pu-marriver-aussi.html

Et puis cet autre article, d'un médecin, marié à une Maghrébine, mais chrétienne :

"Tous les médecins ont appris, aux urgences, ce qu’est le 'syndrome méditerranéen'. Les femmes du Maghreb, et celles qu’il est maintenant interdit d’appeler Noires, ont un profil particulier quand elles sont malades. Les infirmières, les internes et les urgentistes les voient arriver avec défiance."

"Ces pauvres femmes n’existent souvent que très peu pour leur mari. Alors quand elles ont mal, elles surjouent leur rôle de malade pour être un peu écoutées. Mais les maris sont souvent insensibles à leurs plaintes. Alors, elles arrivent aux urgences de façon théâtrale, en disant par exemple qu’elles ont mal au ventre."

"Examinées par le médecin, elles crient leur douleur quand il pose son stéthoscope sur le dos, et quand il leur demande de respirer largement, elles suffoquent. A la palpation de l’abdomen, elles hurlent, faisant penser à une urgence chirurgicale. La prise de la tension oriente vers une fracture de l’humérus et le test des réflexes laisse à penser que le marteau frappe des endroits meurtris par une maltraitance chronique."

"Dans la majorité des cas, elles sont renvoyées à leur domicile après un examen clinique minutieux. C’est probablement le syndrome méditerranéen et la légèreté coupable et cruelle de l’employée du Samu qui a causé la mort atroce de Naomi."

"Et là, je vais vous parler d’un autre cas concret et très récent, celui de mon épouse. Je dois vous signaler que je suis médecin, depuis peu en retraite et que mon épouse depuis 35 ans est d’origine berbère (pas arabe) et chrétienne, mais s’appelle quand même Fatima et est très typée. Mais je l’ai vue un soir se faire une double fracture de la cheville et me dire calmement : 'Il est tard, nous irons aux urgences demain'. L’inverse du syndrome méditerranéen !"

Ne manquez pas de lire la suite, tout aussi édifiante.

https://ripostelaique.com/affaire-naomi-connaissez-vous-le-syndrome-mediterraneen.html

S'il y a un racisme, c'est le racisme anti-Français et anti-Blancs.

jack

@ patriote

Parlez-nous un peu des Rohingyas.
Des oppresseurs ? Des oppressés ?
Vos éclaircissements nous seront précieux.

Mitsahne

Monsieur Castaner, secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, a osé dire, je le cite : ''La France va mieux''.

Je croyais qu'il y avait une loi contre les lanceurs de fausses nouvelles.

patriote

@ Catherine JACOB

https://www.dreuz.info/2017/02/15/france-une-enseignante-temoigne-sans-langue-de-bois-du-desastre-de-leducation-des-musulmans/

patriote

Des traîtres au pouvoir depuis trop longtemps, une invasion voulue et dévastatrice nous conduisent à ne plus pouvoir assumer moralement, financièrement, fiscalement et cela grâce à la lâcheté endémique de la plupart des Français de souche. Voici un article et il y en a des centaines comme celui-là :
https://lesobservateurs.ch/2016/07/29/une-guerre-civile-europeenne-inevitable-dici-2025-paul-weston/

Mary Preud'homme

@ Xavier NEBOUT | 12 mai 2018 à 12:25

Devriez revoir vos chiffres :
Un généraliste conventionné c'est 25 euros pour une consultation qui dure en moyenne entre 7 à 10 minutes. Le mien étant d'ailleurs plus proche de 7' que de 10.

stephane

@ Philippe Daumier | 11 mai 2018 à 10:09

Serait-ce vous qui avez mis l'opératrice du SAMU dans un tel état ?

Deviro

@ Xavier NEBOUT | 12 mai 2018 à 12:25
"Jadis, le médecin était un notable riche et respecté pour ses connaissances.
Il habitait une belle maison, gagnait bien sa vie en bâclant les bricoles en dix minutes, mais venait à domicile à trois heures du matin si besoin était.
Maintenant, un médecin a peur de faire riche, et passé les heures d'ouverture du centre médical, voyez les pompiers ou le Samu...
C'est la grandeur socialiste."

Pour le statut social du médecin d'antan, la réflexion est pertinente.
Et puis, comme d'habitude, ça se termine par une conclusion en eau de boudin.
Sous Pompidou, Giscard, Chirac, Sarkozy, c'était différent ?

stephane

Rien ne dit qu'une intervention aurait sauvé la malheureuse victime, toutefois dans l'échelle de gravité de propos, le propos de la téléphoniste du SAMU est de loin bien plus grave que ceux de Copé sur le pain au chocolat ou le tweet de Philippe Bilger sur Bamboula.
Combien attendent aux urgences une fois pris en charge ?
Un éclair de lucidité de l'accueillante téléphoniste, elle veut changer de métier. Une officine de crédit à la consommation me semble plus appropriée.
Honneur à la famille de la victime.

Mary Preud'homme

Sans cet accent africain dont l'opératrice du Samu a sans doute pris prétexte (par préjugé) pour minimiser voire ridiculiser ses plaintes et son angoisse mortelle, peut-être que cette jeune femme à bout de force qui appelait au secours aurait été prise au sérieux et immédiatement prise en charge comme il se doit...

Jabiru

Je ne comprends pas cette polémique qui accuse globalement le SAMU alors que cette malheureuse affaire n'est que la conséquence d'une employée qui n'a pas respecté les consignes et qui a fait preuve d'une grande désinvolture indigne. Remettons quand même les choses à leur place.

Robert Marchenoir

Et bien sûr, arrêt de l'immigration de masse, et remigration massive (les deux sont nécessaires) :

https://present.fr/2018/05/11/naomie-est-morte-de-notre-systeme-de-sante-sursature/

Catherine JACOB

Je crois qu'il convient de préciser que le SAMU c'est une chose, les hôpitaux de Strasbourg c'est une autre chose qui ont la réputation d'être parmi les meilleurs, sinon le meilleur CHU de France, certes pas dans toutes les spécialités.
Il serait donc regrettable que leurs sommités médicales à renommée internationale pâtissent d'une perte de confiance du public, qui lui serait également préjudiciable à lui-même, du fait de l'inqualifiable comportement d'une opératrice téléphonique "débordée".

"Mais je ne peux pas m'empêcher de retenir que selon différentes sources syndicales, à cette période des fêtes de fin d'année, les opérateurs traitaient entre 2 000 et 3 000 appels par jour, que certains étaient des canulars et que la tension nerveuse qui sert souvent à exonérer les privilégiés et les hauts responsables de débordements répréhensibles pesait donc également sur cette régulatrice." (PB)

Cette malheureuse affaire nous remet immanquablement en mémoire la fable d'Esope, "Le garçon qui criait au loup", et dans laquelle un garçon s’amuse à prétendre qu’il a vu un loup, ce qui le discrédite auprès des habitants de son village. Le jour où il voit vraiment un loup, personne ne prête attention à son cri d’alarme.

Très clairement, l'afflux d'hypocondriaques ou de personnes réellement inquiètes même s'il n'y a pas véritablement d'urgence à les prendre en charge en priorité, contribue de façon très préjudiciable, comme on le voit, au moment des fêtes et même en temps ordinaire à vrai dire, à la survenue de manquements dans la prise en charge de celles pour lesquelles il y va en effet de leur vie.

Il ne s'agit donc pas de stigmatiser les pouvoirs publics dont la bonne volonté ne saurait faire de doute, mais de renvoyer également le public à ses propres comportements.

Tout est sans doute affaire d'éducation. Education du public et formation des acteurs de la santé de tout niveau d'intervention, à l'écoute et là, effectivement les pouvoirs publics ont un rôle essentiel à jouer !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS