« Emmanuel Macron se laisse aller... | Accueil | Y a-t-il des intellectuels de droite ? »

26 juin 2018

Commentaires

Lucile

@ Mary Preud'homme | 03 juillet 2018 à 17:08

Bien dit et juste. Complètement d'accord avec vous.

Mary Preud'homme

"Ce n'est pas pousser le trait que d'affirmer qu'aujourd'hui c'est à la nature de justifier son existence. A la normalité, la sienne" (Philippe Bilger)

Encore que justifier son existence et sa normalité peut être pris pour les esprits retors "progressistes et chébran" pour une nouvelle forme d'homophobie.
Quand on n'en vient pas à se faire littéralement lyncher par toute la sphère médiatique et des Morandini de rencontre pour avoir osé sous-entendre que le copinage homo dans le milieu bobo marchait très fort. De quoi faire s'étrangler en particulier un Ruquier qui pourtant "dans sa partie" pratique depuis des lustres ce genre de népotisme "orienté sexuellement" sans vergogne !

Le vent souffle où il peut et toi tu entends sa voix !

Aliocha

Mon cher Marchenoir, la notion de corps du roi a des origines, décrites dans l'article que vous n'avez pas lu en entier, les extraits que j'en cite n'étant qu'illustration partielle du propos en question, ma volonté n'étant que de partager les notions sur lesquelles d'autres ont pu réfléchir. Mais comme à l'habitude, vous vous débrouillez pour ne pas voir ni entendre ce que j'avais pris la peine de qualifier d'hypothèses, histoire d'encore une fois imposer votre haine et votre détestation, qui ne supportent aucune contradiction, et rendent impossible tout débat. Continuez donc à soliloquer en votre cellule, et à ne retenir que ce qui se soumet à vos assertions, vous vous excluez vous-même du processus démocratique.

Robert Marchenoir

@ Aliocha | 30 juin 2018 à 07:47

Bel exercice de déplacement subreptice de la cage de buts à roulettes, méthode inscrite au chapitre IV, alinéa 51 du catalogue gauchiste des trucs malhonnêtes pour se sortir de toutes les situations (en anglais : moving the goalposts).

1. Vous me prenez sottement et grossièrement à partie concernant un post sur l'emploi de la notion de "corps du roi" dans la politique française contemporaine. Faisant irruption dans une conversation avec un autre commentateur, où vous n'étiez nullement mis en cause.

2. Vous citez dix lignes d'un bouquin parlant de la monarchie à travers les âges, qui n'a strictement rien à voir avec le sujet, et qui comporte, de surcroît, une énormité : la quasi-totalité des rois, au cours de l'histoire, auraient été assassinés ou exécutés.

3. Je vous fais remarquer votre grossièreté, votre malapropisme et la sottise des auteurs que vous croyez bon de m'opposer (alors qu'ils ne s'opposent en rien à ce que j'ai dit).

4. Un autre commentateur intervient pour dire qu'effectivement, l'extrait que vous citez est de la crotte d'âne (avec peut-être même du glyphosate dedans).

5. Vous citez un autre extrait du même bouquin, qui ne comporte pas l'ânerie précédente -- ânerie que vous vous empressez d'oublier, ne vous donnant la peine ni de la défendre, ni de reconnaître sa nature fallacieuse.

A ce stade, le rôle du président de la République en France, sa funeste confusion avec l'institution monarchique promue par des gens qui se prétendent plus républicains que Robespierre, sont oubliés depuis longtemps.

Mission accomplie : vous avez subrepticement déplacé la cage de buts à roulettes. Vous avez mové les goalposts. Au coup suivant, vous pouvez refaire valser la cage de buts, citer un autre extrait de votre maudit bouquin n'ayant rien à voir, et recommencer. Même s'il ne fait que 250 pages, vous pourrez tenir ainsi jusqu'à la fin de l'année. Surtout si, de temps à autre, vous changez de bouquin...

Comment faire semblant de débattre en ne débattant jamais, mais en prenant les airs supérieurs et navrés de celui qui a toujours raison. Et qui est une pôv' victime du haineux Marchenoir.

breizmabro

@ Mary Preud'homme 30 juin 2018 à 00:25

Bref, la mafia des blancs, français de droite et pédés...

Aliocha

Vous êtes comme Marchenoir, agecanonix, vous ne lisez pas et rejetez sans savoir. Si vous aviez lu l'article proposé en entier, vous auriez lu ceci :

"Comme la langue, selon Ésope, le mimétisme est, pour l’humanité, la meilleure et la pire des choses. Il a, sur la culture et sur la société, les effets les plus contrastés, pouvant affaiblir ce qu’il aide à prospérer et guérir le mal qu’il produit. Principal facteur de transmission et de diffusion des coutumes, comme l’avait noté Hocart [ 1973, chap. XIII], il favorise la reproduction et la stabilité des cultures. Mais facteur d’homogénéité, il risque d’effacer les différences, constitutives – pour Girard comme pour Lévi-Strauss – de l’essence même de la culture, et de provoquer ou d’accélérer la « crise sacrificielle », dont l’illustration type est la confusion du sacrifice et du meurtre dans la tragédie grecque [Girard, 1972, chap. II; Burkert, 1966]."

On remarquera que chaque fois qu'un individu, ou un groupe d'individu, est ciblé, c'est ce phénomène qui se reproduit, facteur de division et d'union simultané :

"En revanche, la théorie girardienne aborde explicitement le thème de la royauté [1972, p. 149-169,415-425; 1978, p. 59-66; 1985, p. 128-141] et, couronnant les travaux de Frazer et de Hocart, semble capable de rendre compte de tous les aspects de l’institution. Car, si le roi est un avatar de la victime émissaire, on comprend immédiatement sa fonction, les rites auxquels il est soumis, les transformations et variantes possibles de son statut, et l’émergence du pouvoir politique. Deux raisons principales expliquent que la victime émissaire puisse contenir virtuellement toutes les modalités de l’institution monarchique et bien d’autres choses encore, deux raisons qui sont liées à la temporalité du meurtre fondateur et de sa reprise rituelle."

Mais, bien entendu, ce sont des élucubrations d'âne, elles risqueraient de remettre en question les comportements violents, ceux-là même qui ne s'attachent qu'à légitimer leur propre violence, faisant de cette légitimation le fondement de la civilisation, mensonge révélé ensuite par les évangiles et, malheureusement, non encore intégré dans les mœurs, la haine étant un alcool si puissant qu'il semble impossible à certains de pouvoir s'en passer, alors qu'elle ne fait que nous détruire et nous aveugler.

Mary Preud'homme

Je viens de visionner la vidéo relative au passage de Nicolas Dupont-Aignan dans l'émission ONPC où Ruquier a totalement perdu son sang-froid et s'est révélé être un sale roquet hargneux et borné face à un Nicolas imperturbable et respectueux de tous, en dépit des attaques frontales odieuses dont il faisait l'objet.

J'apprends en même temps que Yann Moix va être remplacé à la rentrée par un certain Consigny, vedette des grandes gueules et homosexuel déclaré (comme Ruquier d'ailleurs). Sauf que le faire remarquer serait un délit d'homophobie ! Autrement dit, l'un et l'autre s'en vantent, en font une rente de situation et exhibent leur sexualité à tout bout de champ, mais si vous n'êtes pas de la jaquette, il serait interdit d'en parler ou de faire quelque allusion que ce soit à des copinages évidents sous peine d'être taxé illico d'homophobie...

Mais c'est quoi cette nouvelle police des pensées qui pratique l'inversion des valeurs et obligerait le citoyen de bonne foi à se justifier du moindre propos de bon sens ?

Marcel P.

https://twitter.com/Qofficiel/status/1010234935016345607 => Monsieur Bilger, je suis certain que vous seriez un parfait maître des élégances en pareilles circonstances !

Aliocha

Aïe aïe aïe, Marchenoir persécuté...
Voilà pour la récidive :

https://www.youtube.com/watch?v=VvBQw00w3IM

Achille

@ Jabiru | 29 juin 2018 à 16:31

Je reconnais volontiers que sur le plan de l’humour notre Jupiter a de gros efforts à faire. Il était pourtant à bonne école avec François Hollande jamais avare de blagounettes.

Jabiru

@ Achille

S'agissant des costumes sur-mesure qui lui sont taillés au fil des événements, notre Jupiter devrait bien faire du tri dans sa garde-robe car en ce moment, avec ses saillies à deux balles et notamment concernant la mafia des Bretons, il devrait être habillé chaudement pour l'hiver !
Attention au gros rhume dans les prochains sondages.
Par contre dans le match avec les cheminots c'est le moustachu qui a perdu. Toujours ça de pris.

agecanonix

@ Aliocha | 28 juin 2018 à 23:24

Je trouve que Robert Marchenoir a raison et que cette phrase est juste un effet de style et s'adresserait plutôt au royaume des insectes...

"La compilation des données historiques et ethnographiques montre que, dans son principe, la royauté n’est pas un pouvoir politique, mais une charge rituelle écrasante dont l’issue est le plus souvent la mise à mort du monarque. [...] Assigné à résidence et reclus dans son palais, il est soumis au même type de restrictions que les êtres en état d’impureté : femmes indisposées, guerriers ayant donné la mort, criminels. Il est comme un condamné à mort en attente d’exécution."

Vous savez fort bien que l'on peut dire tout et n'importe quoi sans que la raison y trouve sa logique... Ecoutez par exemple Macron s'exprimer.

Remarquez, aussi, que j'aimerais que ce soit le sort des Présidents qui seraient nommés pour dix années et mis à mort à la fin de leur mandat... Nous n'aurions jamais eu le malheur d'avoir Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande et maintenant Manu !

En matière d'intelligence collective, les Anglais et les insectes nous surpassent actuellement !

Robert Marchenoir

@ Aliocha | 28 juin 2018 à 23:24

Le troll Aliocha qui reproche aux autres de ne pas argumenter, alors qu'il vient de se liver à une attaque personnelle en règle sans le moindre argument.

Le troll Aliocha qui ment comme un Poutine (arracheur de dents est un peu daté), en prétendant que je "traite les savants d'ânes". Que nenni. Je le traite, lui, d'âne malfaisant et pervers (et encore, c'est franchement malaimable envers les ânes, qui sont de braves bêtes) ; et je réfute les sornettes de deux écrivassiers qu'il nous a copiés-collés sans rien y comprendre, comme d'habitude, et en m'insultant au passage, comme d'habitude.

Mais pour le troll Aliocha, les deux gaziers du jour qu'il vient de déterrer, ce sont "les savants". Comme si tous les "savants" savaient, comme s'ils avaient tous raison, comme s'ils étaient tous honnêtes. Comme si la majorité -- la grande majorité -- des gens qui sont "savants" professionnels, aujourd'hui, n'étaient pas de laborieux pipoteurs fonctionnarisés, dans le meilleur des cas, et des propagandistes du politiquement correct, dans le pire. Comme si la science, la vraie, ne consistait pas à soumettre sans cesse à l'examen le savoir existant, y compris, et surtout, celui des véritables savants -- ne parlons pas des imposteurs.

Comme si le respect de la science n'aurait pas consisté, pour le troll Aliocha, à défendre par des arguments la thèse qu'il prétend être la sienne -- et non à se contenter de nous jeter en pâture des "liens" qui permettent aux ignorants de jouer les cuistres à peu de frais.

Mais comment le troll Aliocha pourrait-il savoir ce qu'est la science, lui qui nous impose jusqu'à la nausée son hérésie syncrétique faite de catholicisme mal digéré, de superstition invétérée, de prédication sectaire, d'afféterie littéraire, de philippulisme aigu, de maraboutisme illuminé, de bisounoursisme haineux (eh oui, c'est un exploit mais c'est possible), d'inversion accusatoire et de persécution policière de type communiste ?

Le troll Aliocha me menace, ici, une fois de plus, s'étant concerté avec son camarade diffamateur Patrice Charoulet, trop vieux, trop fatigué, trop lâche, aussi :

"Je vous rappelle que signaler que vous sortez des cadres de la loi par vos propos n'est pas faire de vous un bouc émissaire, juste un délinquant."

Dénoncer l'utilisation politique du "corps du roi", c'est contraire à la loi, maintenant ? Je savais que la France était une terre d'oppression d'où la liberté d'expression était absente, mais j'ignorais que s'en prendre au "corps du roi" était un délit, à l'instar de pays arriérés comme la Thaïlande.

Ah ! mais, suis-je bête, le camarade kaguébiste Aliocha veut parler de mon "racisme" supposé, celui dont le diffamateur Charoulet a décidé de s'emparer pour rameuter ses maigres soutiens, ici, et lancer une campagne de calomnie et de harcèlement contre moi : Mary Preud'homme, Aliocha et... Aliocha.

L'immense armée des ombres résistantes, dirigée par le courageux gaulliste Patrice Charoulet, se lève et prend des risques inouïs pour débusquer les "vingt racistes" de ce blog et les remettre à la police allemande -- ou plutôt, non : seulement l'un d'entre eux, votre serviteur, les dénoncer tous serait bien trop fatiguant. Et dangereux.

Vous auriez fait, tous les trois, de fort jolis dénonciateurs de Juifs à la Gestapo pendant la guerre. Je vois que le ventre est encore fécond, etc.

Mais n'hésitez pas, braves gens. Dénoncez. Faites votre devoir civique. Cliquez sur le bon "lien", allez jusqu'au bout de vos menaces, ne vous contentez pas de paroles verbales. Internet est plein de sites officiels qui permettent aux lâches dans votre genre d'assouvir leurs passions meurtrières en toute sécurité, dans l'anonymat le plus complet -- et en se parant des voiles de la vertu, en plus.

J'ai à maintes reprises, ici, expliqué en quoi le prétendu "anti-racisme" était avant tout une arme de terrorisme intellectuel et politique, permettant de faire taire n'importe quelle critique sur n'importe quel sujet. De même que le dernier des derniers, dans le monde islamique, l'homme le plus pauvre, le plus stupide, le plus méchant, le plus laid, peut prendre sa revanche en frappant une femme, en toute impunité, et en ayant la satisfaction de conforter la loi mahométane, de surcroît ; de même, la lie de la terre, dans le monde occidental, peut se venger des frustrations d'une vie entière en choisissant une tête de Turc pour dénoncer son "racisme", au nom de la loi "républicaine".

Ah ! les somptueux hypocrites ! les cauteleux cochons ! C'est pas beau à voir, ce qui sort en plein jour, à la faveur de l'effondrement d'une civilisation...

Aliocha

Vous nous prouvez avec éclat, Marchenoir, que vous avez intégré la notion du corps royal, rajouter une couche d'opprobre et traiter les savants d'âne sont effectivement des arguments irréfutables. Je doute seulement de leur efficacité pour proposer un rituel qui serait à même de réguler la violence endémique de nos sociétés, et vous rappelle que signaler que vous sortez des cadres de la loi par vos propos n'est pas faire de vous un bouc émissaire, juste un délinquant.

Je comprends néanmoins que malgré vous, la victime étant sacrée, vous désireriez ce rôle, mais vous n'avez pas besoin de moi pour vous exclure tout seul, encore une fois, comme ces si nombreux adolescents qui ne savent pas mesurer le danger, vous vous mettez dans le décor.
Bon rétablissement.

breizmabro

@ Achille 28 juin 2018 à 21:59

Le sketch fait bien ressortir surtout que même en prenant des mesures "ya comme un défaut" parfois.

En ce qui concerne Sarkozy vous avez tort, ses costumes étaient choisis par une ancienne mannequin de Saint Laurent, Dior, Chanel, Lacroix, Lagerfeld, Galliano... je doute fort qu'elle ait laissé son mari mal fagoté se présenter en public, mais visiblement vous avez cela de commun avec M. Bilger, des connaissances en costumes taillés sur-mesure.

Robert Marchenoir

@ Aliocha | 28 juin 2018 à 17:09
"A votre habitude, vous préférez l'insulte aux arguments."

A votre habitude, lorsqu'on démasque votre cuistrerie de troll pédant, gauchiste, passif-agressif et chochoteux, vous grimpez aux rideaux en vous plaignant d'insultes parfaitement imaginaires.

Vous commencez par des attaques personnelles ("Arriverons-nous à intéresser Marchenoir à l'anthropologie ? Allez, allez, on s'accroche, on ne dort pas, on essaye de comprendre, sans dérivatif racialiste ou politique", etc.), et puis vous faites mine de hurler à l'insulte dès que vous vous prenez, en travers de la figure, la réponse (bien bénigne) que vous méritez. Tactique de troll, tactique de voyou pleurnicheur, tactique de racaille musulmane.

Je connais parfaitement "la notion dont je parle", figurez-vous. Mon commentaire, qui ne vous sonnait nullement (grands Dieux ! pourquoi sonnerais-je une telle outre creuse, on se le demande...), essayait simplement d'expliquer pourquoi la notion de "corps du roi" est utilisée à tort et à travers, par des gens qui la retirent de son seul contexte légitime, à des fins politiques non seulement malfaisantes, mais absurdes, ne pouvant que conduire à l'échec.

Apparemment, cette notion-là, la notion de contexte, pourtant fort simple, vous passe complètement au-dessus de la tête. A moins que vous ne fassiez l'imbécile, ce qui revient exactement au même. Vous êtes un brol. Pour comprendre cette notion (que vous auriez des excuses pour ignorer, puisque j'en suis l'inventeur et unique utilisateur, sur ce blog exclusivement), je vous renvoie à mes anciens commentaires.

Vous êtes sûr d'être un nul à ce point, que vous n'ayez d'autre moyen de vous rendre intéressant, à part empoisonner le monde ? A défaut, vous pouvez vous promener, planter des clous au mur, prendre un chien... Il y a mille choses à faire dans la vie, à part déverser son mépris et sa fatuité sur votre prochain que vous choisissez en tant que, comment dites-vous, déjà ?... bouc émissaire, ainsi que vous le faites.

Quant à vos "savants" du MAUSS, ce sont des ânes, j'ai expliqué pourquoi, et vous êtes incapable de les défendre. Ne jouez pas au-dessus de votre division.

Achille

@ breizmabro | 28 juin 2018 à 20:01

Je connaissais ce sketch, comme d’ailleurs tous ceux de Fernand Raynaud. C’était le temps où les humoristes étaient capables de faire rire sans pour cela se moquer des personnalités politiques du moment, même si parfois le Général était un peu chahuté.

Ceci étant je vous ferai remarquer que les costumes d'EM lui siéent parfaitement, contrairement à ses deux prédécesseurs qui étaient fagotés comme l’as de pique. Même le talent du tailleur de Fernand Raynaud n’aurait pas suffi. 😊

breizmabro

@ Achille 28 juin 2018 à 19:00
"...notamment en prenant des mesures"

Prendre des mesures c'est bien mais le principal c'est qu'elles soient bonnes.

Je ne peux résister à vous adresser cette vidéo qui, j'espère, vous fera sourire en comprenant que prendre des mesures ne suffit pas ;)

http://m.ina.fr/video/I06268518

Adéo Achille ;)

Achille

@ Mary Preud'homme | 28 juin 2018 à 17:29
« Trouvez-vous normal et moral de ne pas assumer votre choix jusqu'au bout ?
En cas d'incompatibilité réelle avec Macron au second tour, vous aviez tout de même le choix, sinon de vous abstenir, de voter blanc. »

Je ne sais pas comment vous votez, mais en ce qui me concerne j’essaie de comparer les programmes des deux finalistes. Et entre celui d'EM et celui de MLP, je n’ai pas hésité une seconde. Celui du premier me convenait globalement et je ne le regrette pas encore aujourd’hui. Voter blanc c’était donner une chance supplémentaire au FN et pour moi, il n’en était pas question.

La seule chose que je pourrais regretter chez le président actuel ce sont ses maladresses de langage et autres petites bourdes du genre de celle de la fête de la musique à l’Elysée ou encore cette comparaison des Bretons avec la mafia, même si cette plaisanterie (puisque c’en était une) était surtout destinée à J-Y Le Drian. Une chose est sûre il est recommandé de ne jamais plaisanter avec la mafia en Italie.

Pour le reste je trouve qu’il fait plutôt bien le job, notamment en prenant des mesures que ses prédécesseurs n’avaient jamais osé mettre en place par pur électoralisme.

boureau

@ Michel Deluré 28 juin 2018 16:24

Trump

Je ne peux que vous rejoindre sur les deux aspects fondamentaux : social et sociétal. Deux aspects dans la gestion d'une nation qui me semblent étrangers à la personnalité (pour l'instant) de Trump.

Ayant fréquenté la Trump Tower pendant des années, je puis assurer que les employés du centre n'étaient pas à la fête.

Si Donald doit trébucher un jour ce sera plus sur sa politique sociale que sur sa politique économique.

Cordialement.

Mary Preud'homme

@ Achille | 28 juin 2018 à 14:24
"A noter que je ne suis qu'un macronien de circonstance vu que je n'ai pas voté pour lui au premier tour. Au second tour on ne choisit plus, on élimine..."

Trouvez-vous normal et moral de ne pas assumer votre choix jusqu'au bout ?
En cas d'incompatibilité réelle avec Macron au second tour, vous aviez tout de même le choix, sinon de vous abstenir, de voter blanc.
Alors arrêtez de vous justifier dès lors que ce sont justement des gens versatiles comme vous qui font le lit de la pagaille idéologique qui prévaut en France et fausse le résultat de toutes les élections depuis près de soixante ans.

Aliocha

Vous n'avez pas lu l'article, Marchenoir, ce n'est pas grave, à votre habitude, vous préférez l'insulte aux arguments.

Bien sûr, Frazer et Hocart sont des universitaires qui sentent mauvais, et ma démarche qui citait cet article était motivée dans l'éventualité où vous voudriez vous renseigner sur les notions dont vous parlez. Vous nous faites encore montre de la rigueur de votre esprit scientifique qui, quand les arguments ne cautionnent pas vos fantasmes, les rejettent avec des propos d'adolescent buté.
Il est vrai que si vous vous mettiez à étudier réellement, vous ne pourriez plus nous abreuver de vos horreurs, et risqueriez de perdre l'audience qui ne se divertit que des jeux de votre cirque, vous risqueriez même de vous comprendre vous-même, je conçois que cela vous rebute.

Michel Deluré

@ boureau 28/06 13:34

Je vous rejoins concernant certains points de votre analyse, s'agissant notamment du "consensus mou" dont les Européens en général et les Français en particulier sont adeptes, de même que sur la pratique de Donald Trump qui fait de la politique comme l'on fait des affaires.

Concernant le premier point, nous ne possédons pas de mon point de vue certaines qualités qui font la force des Américains, à savoir entre autres réactivité, capacité d'adaptation, goût du risque. Nous aimons être installés dans un certain confort, entourés de garde-fous nous préservant d'éventuels aléas.
Toute décision n'étant arrêtée, dans une optique de consensus, que pour satisfaire le plus grand nombre ne satisfait en fait personne.

Sur le second point, il faut tout de même bien admettre que la politique ne saurait se réduire à gérer un pays comme on gère une entreprise. Sans négliger les aspects purement économiques, et Dieu sait s'ils sont déterminants, il me semble que bien d'autres paramètres doivent entrer en ligne de compte.

Achille

@ agecanonix | 28 juin 2018 à 13:42

Quelqu’un qui cite Baudelaire ne saurait être totalement mauvais, même s’il détourne la morale d’un de ses poèmes…

A noter que je ne suis qu'un macronien de circonstance vu que je n'ai pas voté pour lui au premier tour. Au second tour on ne choisit plus, on élimine...

Catherine JACOB

@ fugace | 28 juin 2018 à 02:30
« Pour le cas objet de mon précédent commentaire, la légitime défense, chez vous face à des individus armés d'un cuter, avec votre hache (du genre ci-dessous) serait-elle reconnue ? J'en doute. Car sans doute faudrait-il que votre gorge ait commencé à être entaillée pour que vous puissiez vous servir de votre arme à vous. »

Superbe hache regalia - soit « un symbole de Privilèges, pouvoirs et droits détenus par un famille royale »

Où avez-vous trouvé ça ?

• A priori : Ethnie : Tiv (Afrique de l’Ouest)
• Pays d'origine : Nigeria
• Zone de collecte : Nigeria, Abuja
• Ancienneté présumée : entre 1950 et 1960
• Matière principale : fer noir
• Aspect de surface : d'usage
• Etat apparent : très bon état
• Etat de conservation : dans son jus
• Appartenance : ex collection particulière Luc Lefèbvre
• Test laboratoire : non testé
• Hauteur, en cm : 47
• Poids, en grammes : 1600
• Socle : non
« Les chefs de clan de l'ethnie Tiv possèdent ce type de régalia constituée d'un manche en alliage bronzier coulé à la cire perdue et d'une lame en acier.
Ces objets marquent leur rang et imposent le respect. Ce ne sont donc pas des haches opérationnelles telle celle dont se servait autrefois le bourreau place de Grève.

Ce type de hache se retrouve aussi chez de nombreux voisins des Tiv, Jukun, Abakwariga... On trouve aussi chez les Jukun un objet très proche utilisé par les femmes dans les rites Jonkpa. Toutefois la lame est en laiton. »

Autre exemple de hache TIV susceptible de servir également de casse-tête, dont la lame de hache est également en forme de langue, ce qui m’évoque quelque part, l’arrêt que prononce un juge ainsi que la calomnie qui elle aussi est mortelle et d’une certaine façon, tout calomniateur ne prononce-t-il pas par le moyen de la calomnie, une sorte d’arrêt de mort contre sa victime.

S’agissant de la légitime défense, en dispose l’Article 122-5 du Code pénal
« N'est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d'elle-même ou d'autrui, sauf s'il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l'atteinte.

N'est pas pénalement responsable la personne qui, pour interrompre l'exécution d'un crime ou d'un délit contre un bien, accomplit un acte de défense, autre qu'un homicide volontaire, lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l'infraction. »

Une fois la gorge entamée, je ne sais pas trop ce que vous pouvez encore avoir la force et la capacité mentale de faire pour vous défendre.
Un cuter a beau paraître un peu léger comme arme, je vous parie que sa lame est nettement plus tranchante que celle d’une arme regalia d’apparat.

Ce qui doit sans doute intervenir dans la décision de réaction est mon sens :
1. Le sérieux de la menace contre votre vie ou la vie d’autrui qui est alors l’étalon de la gravité de l’atteinte autorisant une réplique appropriée à la stopper. Par ex. le fonctionnaire de police tire dans les jambes de l’agresseur à l’arme blanche dans le but de stopper l’agression contre un quidam innocent. Malheureusement, mauvais tireur, il tire sur la cuisse et coupe l’artère fémorale. Est-il coupable d’homicide ou peut-il se prévaloir de l’article 122-5 CP. On pourrait imaginer que son supérieur hiérarchique est le coupable, car il a laissé un mauvais tireur armé dans la nature.

2. L’imminence de la menace dont dispose les articles suivant, notamment 122-7 :

Article 122-6 :
« Est présumé avoir agi en état de légitime défense celui qui accomplit l'acte :
1° Pour repousser, de nuit, l'entrée par effraction, violence ou ruse dans un lieu habité ;
2° Pour se défendre contre les auteurs de vols ou de pillages exécutés avec violence. »

Article 122-7 CP:
« N'est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s'il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace. »

Que vous n’ayez sous la main qu’une statue ou un casse-tête en forme de hache, ou une bouteille pleine, la question est celle de l’imminence apparente du moment où le cuter qui peut le faire, va entailler une partie vitale.

Maintenant si vous deviez utiliser une carabine contre un gamin, même migrant illégal, ce que de toute façon vous ne pourriez savoir avant d’avoir consulté ses papiers, et qui se servirait nuitamment dans votre réfrigérateur, il y aurait là clairement disproportion et de moyens et de gravité.

Robert Marchenoir

@ Aliocha | 27 juin 2018 à 23:53

Concernant le énième copié-collé que vous m'envoyez dans la figure, après l'avoir recueilli sans le moindre discernement, il ne fait que confirmer ce que j'écrivais : "La notion de 'corps du roi' devrait être strictement cantonnée à des discussions historiques entre professeurs d'université inconnus de tous, ayant consacré leur vie entière à l'étude de quinze années de l'histoire de France, et sentant mauvais."

Elle n'a rien à faire dans une argumentation politique contemporaine.

Je constate que ceux qui déplorent la disparition du "corps du roi" passent leur temps à se tordre les mains sur l'état lamentable de la France. Mais, gardant leur tête profondément enfoncée dans leur arrière-train, ils ne s'avisent pas de constater que les nations qui se portent bien mieux que la nôtre ignorent complètement cette obsession pathologique du "corps du roi".

Il convient donc de se demander si ce ne serait pas, par hasard, l'appétence française pour la tyrannie et la pensée magique qui serait à l'origine de nos maux, et non je ne sais quelle absence du Roy de Frônce idéal, qui serait un mix (comme on dit aujourd'hui), voire un mixte (encore plus abominable) de Poutine, Louis XIV et de rois africains.

Je note, une fois de plus, votre ton de maîtresse d'école hargneuse et frustrée, semblant perpétuellement tancer des enfants, qui semble être devenu la norme, en France, pour quiconque possède une once d'autorité (ou rêverait en avoir), lorsqu'il s'adresse à des adultes -- alors que ces manières devraient, pour commencer, être bannies des écoles, et leurs pratiquant.e.s condamné.e.s aux travaux forcés :

"Arriverons-nous à intéresser Marchenoir à l'anthropologie ? Allez, allez, on s'accroche, on ne dort pas, on essaye de comprendre, sans dérivatif racialiste ou politique, ce qui n'est, répétons-le, qu'une hypothèse, mais particulièrement éclairante."

Au demeurant, même dans le domaine strictement limité des professeurs d'université inconnus de tous et sentant mauvais, le texte vers lequel vous nous dirigez est d'une profonde sottise. Il faut littéralement raconter n'importe quoi pour oser écrire ceci :

"La compilation des données historiques et ethnographiques montre que, dans son principe, la royauté n’est pas un pouvoir politique, mais une charge rituelle écrasante dont l’issue est le plus souvent (*) la mise à mort du monarque. [...] Assigné à résidence et reclus dans son palais, il est soumis au même type de restrictions que les êtres en état d’impureté : femmes indisposées, guerriers ayant donné la mort, criminels. Il est comme un condamné à mort en attente d’exécution."

https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2003-2-page-197.htm

Le plus souvent ? Monsieur le professeur qui sent mauvais a fait des statistiques ? Il a compulsé des documents historiques, dans des bibliothèques, et il peut nous expliquer sur quels faits il se base pour nous assurer que la plupart des rois (dans toutes les civilisations, à toutes les époques) ont été assassinés ? Ou est-ce, plutôt, que Monsieur le professeur travaille du chapeau, et, comme nous le dit l'ineffable Aliocha, "c'est une hypothèse", "ça s'pourrait", "on sait jamais, ce n'est pas exclu, et puis moi je trouve que ça fait joli" ?

L'on s'avise que tout cela est tiré de la revue du MAUSS, haut lieu de l'intellectualisme de gauche, de l'anti-libéralisme, de l'anti-américanisme -- et l'on en conclut que c'est normal.

http://www.revuedumauss.com.fr/Pages/APROP.html

Comme l'écrit Philippe Bilger dans son billet suivant, consacré aux intellectuels, il s'agit de "s'éloigner [suffisamment] de la réalité et du pragmatisme pour pouvoir s'abandonner à la volupté abstraite et en quelque sorte désincarnée de l'idée". Dès lors que l'on s'autorise à franchir cette limite, on peut, en effet, non seulement raconter n'importe quoi, mais se permettre d'en remontrer à tout le monde sur la base d'un savoir parfaitement frelaté.

______

(*) Quelques lignes plus haut, dans le texte, l'auteur écrivait "presque toujours". On passe donc, en quelques secondes, de "presque toujours" à "le plus souvent". Si le reste de la pensée du monsieur est à l'image de cette rigueur...

agecanonix

@ Achille | 28 juin 2018 à 12:45

La sottise, l'erreur, le péché, la lésine,
Occupent nos esprits et travaillent nos corps,
Et nous alimentons nos aimables remords,
Comme les mendiants nourrissent leur vermine.

Nos péchés sont têtus, nos repentirs sont lâches;
Nous nous faisons payer grassement nos aveux,
Et nous rentrons gaiement dans le chemin bourbeux,
Croyant par de vils pleurs laver toutes nos taches.
.../...
Si le viol, le poison, le poignard, l'incendie,
N'ont pas encor brodé de leurs plaisants dessins
Le canevas banal de nos piteux destins,
C'est que notre âme, hélas! n'est pas assez hardie.

Mais parmi les chacals, les panthères, les lices,
Les singes, les scorpions, les vautours, les serpents,
Les monstres glapissants, hurlants, grognants, rampants,
Dans la ménagerie infâme de nos vices,

Il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde!
.../...
Tu le connais, lecteur, ce monstre délicat,
Hypocrite lecteur, mon semblable, mon frère!
...:...
C'est la Macronie, enfant présumé de son ancien maître
qui lui-même fouillait les poubelles de Satan.

boureau

@ Michel Deluré 28 juin 2018 08:43

Trump

C'est vrai que les statistiques, par nature, illustrent le passé, mais les courbes sont révélatrices et donnent à penser qu'elles sont solidement orientées.

Ceci étant on peut être interrogatif sur sa stratégie qui est celle du monde des affaires à laquelle nous Européens sommes peu habitués. Nous en sommes encore au "consensus mou". Et d'autant plus mou que l'Union européenne nous habitue à ne rien décider.

Nous entrons dans une nouvelle ère qui est celle de la force économique. Les Etats-Unis, la Chine, la Russie ont la gouvernance nécessaire pour préserver leur puissance et leurs peuples. On ne peut pas dire que l'Union européenne fasse le poids et il semble que les gouvernants européens soient aveugles.

Rendez-vous en fin de mandat de Trump.

Cordialement.

Exilé

@ Mary Preud'homme
"Je me souviens aussi des empoignades au moment de la loi sur le mariage pour tous, notamment à l'Assemblée nationale, émanant de parlementaires ultramarins expliquant que les populations des DOM et TOM de par leurs cultures et traditions n'étaient pas prêtes à accueillir une réforme qui allait bouleverser leurs valeurs et leurs repères ancestraux."

Voici par exemple le discours de Nestor Azerot, qui est pourtant un homme de gauche, mais qui a parlé avec une fermeté que nous eussions normalement dû attendre de la part de la « droite » :
https://www.youtube.com/watch?v=y44QIUL_Psc

breizmabro

@ Catherine JACOB 28 juin 2018 à 10:23

Le problème est que les mafieux n'ont pas DU TOUT l'intention de demander pardon à Papounet, il ne le font QUE devant un juge d'instruction (plus fort que Papounet) pour réduire leur peine de prison, ce que la justice maçonnique italienne appelle des repentis (genre nos djihadistes repentis (sic))

En même temps nous avons des modèles de réinsertion : les confier à des psys qui au bout de quelques années en ont marre de les voir traîner dans leurs pattes et les remettent dehors MAIS sur ordonnance et avec quelques smarties à prendre. Ce qui change tout... (il n'y a qu'à lire ou regarder les faits divers ;))

Adéo Catherine (je fais recruteuse chez les mafieux ;))

Achille

@ Wil | 28 juin 2018 à 00:09

Tiens voilà le pochtron du blog qui vient me chercher des noises. Il a dû se sentir visé par mon commentaire sur les excités du blog, ce en quoi il n’avait pas tout à fait tort.
Il est vrai que l’alcool a eu souvent un effet bénéfique sur les grands penseurs et poètes (enfin surtout les poètes). Mais lui il doit boire du frelaté car ses propos ressemblent plus à des brèves de comptoir que l’on peut entendre au routier « Chez Roger et Michou » qu’à des fleurs de rhétorique.
C’est généralement après minuit, lorsqu’il se situe entre 3 et 4 gr d’alcoolémie qu’il est le plus prolifique dans ses délires.
Je préfère le laisser à ses propos d'ivrogne totalement insignifiants.

Catherine JACOB

@ breizmabro | 27 juin 2018 à 18:50

Merci de la réponse. Mais Papounet est un jésuite. Il peut donc très bien 'pardonner' à qui se repentirait tout en continuant à combattre qui persévérerait dans les exactions !

hameau dans les nuages

@ Exilé | 27 juin 2018 à 20:24

Préparons-nous aux nouveaux chauffeurs pendant que Macron accompagné de sa reine mère est entouré de ses mignons :

http://www.opex360.com/2018/06/27/letat-islamique-aurait-envisage-de-sattaquer-a-zones-rurales-francaises/comment-page-1/#comment-427607.

Il faudra là aussi hélas en passer par là pour que les gens "KO debout" se secouent et se réveillent.

Michel Deluré

@ boureau 27/06 12:57

Vous vous référez à une période, certes récente, mais passée alors que moi je vous parle d'avenir.
Je ne conteste pas certains résultats économiques obtenus jusqu'à ce jour par les Etats-Unis. Je dis simplement que je reste pour l'heure plus dubitatif quant aux résultats à venir pour les USA du fait de la stratégie adoptée par Donald Trump, ce qui est différent.
Dans un environnement économique mondialisé où les marchés sont fortement interdépendants, je ne suis pas convaincu que la politique actuelle mise en pratique par Donald Trump, brutale, irrespectueuse des règles internationales en vigueur, protectionniste à outrance, soit bénéfique pour la communauté internationale, y compris donc pour les USA.

Noblejoué

@ Robert Marchenoir

Il m'avait échappé qu'un homme politique avait fait un usage frelaté des deux corps du roi. Mais pour parler de la manière dont les Français perçoivent leur Président, ça vient naturellement sous la plume.
Evidemment, ce concept historique va plus loin que ça, alors, en espérant que ça intéresse des gens :

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Bibliotheque-des-Histoires/Les-Deux-Corps-du-Roi

Si je devais m'amuser à donner les références voire expliquer tout ce que je dis, ce serait d'un lourd, du goudron dans la plume ! Je ne m'imagine plus écrire ou qu'on lise mes textes à supposer que les gens le fassent, là, ce dont je doute quand on croit m'apprendre que Macron fragilise les Noirs et les homosexuels avec sa teuf.
Mais ce choix ne peut que me rendre fair-play quand je me rends compte d'avoir manqué de clarté.

Je ne suis pas je présente mais j'interroge tout, autorité nulle, liberté totale, les deux ont leur risques, qui professe peut se voir renvoyé à ses limites, même pas de façon volontaire, qui interroge peut se voir accusé de poser les questions qu'il ne faut pas, preuve d'une drôle de mentalité calculatrice et d'ignorance, de perversité et de suspicion sur le sexe, ce qui n'a rien à voir avec le débat, choquant.
Comment répondre avec style... J'ai parfois plus ou moins l'esprit de l'escalier et n'ai pas remis le couvert, retenu mes griffes dans leurs coussinets, mais pour le plaisir de la discussion, je vous dirai que j'ai résolu d'appeler le prochain qui me traite, car c'est en mauvaise part en plus, et rabaisse les femmes, de "transparente" ou autre chose semblable de "renifleur de braguette", surnom des détectives en Espagne, non que j'ai quelque chose contre les détectives, mais pour montrer ce que je pense de la police du sexe et des mœurs après celle du pseudo, de la catégorie socioprofessionnelle et des opinions politiques.

Que les gens le croient ou non, aucune option sexuelle sur personne, à l'origine, maintenant, j'ai l'image d'un flairage pour au moins une personne. Je n'y peux rien, ça ne s'effacera pas, je ne rabaisse pas les gens mais je ne les relève jamais non plus, toute réalité est irréversiblement ce qu'elle est. Encore une observation : si tant de sexuels ne flairaient pas, d'une manière ou d'une autre leur prochain, implicitement ou explicitement, moins de gens, par exemple homosexuels, s'étaleraient.

Ce qui fait qu'on se demande ce que sont-font les homos ou d'ailleurs hétéros ou pire ceux qui osent ne pas choisir (et les bi, ah, simple tout le monde est contre eux) qui ne s'étalent pas... Je prédis qu'on soupçonnera bientôt les discrets de pédophilie et qu'on le leur balancera éventuellement dans la figure. Bienséance bourgeoise, se cacher, bienséance bobo s'étaler. Comme sur Internet, à certains, on reproche de se montrer, à d'autres, de se cacher. Avis aux asexuels, inventez-vous des aventures, et pour ne pas surcharger votre mémoire de mensonges, dites qu'elles durent un soir et que vous oubliez... Vous aurez un prestige légèrement sulfureux, mais du prestige.

La liberté n'est pas une option prise en compte c'est choisis ton camp... Je ne choisis pas de camp, coup de griffe au premier qui me casse les pieds, que les gens se comportent en clébard et je vise l’œil, c'est le cas de le dire. Ou je dresse le quadrupède ? Passionnant, et facile par Internet.
Nonosse, comme dit sylvain ?

Tout cela ne sent pas très bon, et je conseille, sauf curiosité énorme ou amour immense, aux asexuels de le rester, ceci étant une preuve parmi d'autres de mauvais comportement des sexuels.
Comme peut-on dire aux gens de ne pas trop dépenser et de faire attention avec les crédits ou que construire une maison se révèle plein de surprises désagréables, je dis aux sexuels : même avec la libération des mœurs et tout ce qu'on dit de la passion, il y a un drôle de coût, alors, prudence, prudence avec les sexuels.

Enfin, j'ai dû toucher le bouton interdit comme vous l'avez dit je ne sais plus trop pourquoi. Les gens normaux qui connaissent des choses disent qu'ils n'ont pas pensé, appris, envie, le temps ou allez savoir de répondre, les autres font leur crise.
Comme les politiciens qui accusent les journalistes, c'est l'hystérie générale, de nos jours.

Sinon, je dis à chaque occasion que notre Président-Sauveur, cette concentration des pouvoirs et ce messianisme, deux tares à mon avis, me dégoûtent et m’inquiètent, pour leur irrationalité et pour les risques que cela fait peser sur la liberté.
Mais comme les gens jouent les inquisiteurs de poche et les dévots à toute épreuve, mon groupe, mon chef sont hors-nature humaine, divins, ce que je dis ne compte pas. Pas plus que l'exemple des institutions anglo-saxonnes et le contre-exemple de toutes les fois où nous avons perdu la nôtre. L'Histoire comme feuilleton et non comme enseignement... Chacun a, et c'est normal, besoin de belles histoires, mais de là à confondre le "bruit et la fureur" avec le désirable, non, mais tant veulent rejouer le sauveur, la guerre civile, la dictature, pitié !

Comme dit l'autre "contre la stupidité, les dieux eux-mêmes luttent en vain".

fugace

@ Claude Luçon | 27 juin 2018 à 10:43
"Si dans ce pays on apprenait aux jeunes un rien de civilisation et de courtoisie, quelle que soit la couleur de leur peau, leur montrer qu'ils ne nous font pas peur, les agresser verbalement, nous aurions moins de problèmes".

Ya du boulot ! A commencer par le respect des enseignants dès le plus jeune âge. Le sujet a maintes fois été débattu.
Quant à l'inversion de ce à quoi on assiste tous les jours au regard des innombrables incivilités et voyoucraties de tous niveaux, je me demande bien comment on en sortira quand chaque jour, vous n'êtes plus à l'abri d'un coup de couteau pour un oui ou pour un non.

Pour le cas objet de mon précédent commentaire, la légitime défense, chez vous face à des individus armés d'un cuter, avec votre hache (du genre ci-dessous) serait-elle reconnue ? J'en doute. Car sans doute faudrait-il que votre gorge ait commencé à être entaillée pour que vous puissiez vous servir de votre arme à vous.

Mary Preud'homme

@ Noblejoué | 27 juin 2018 à 22:22

A l'inverse des intentions que vous me prêtez, je trouve absolument odieux et retors cette concurrence des victimes et ces associations douteuses (qui se veulent dégradantes) entre la situation des Noirs et celle des homosexuels. Alors que cela n'a absolument rien à voir.

@ Lucile

Relisez-moi je n'ai jamais écrit qu'il n'y avait aucun homo en Afrique ou aux Antilles.
Par ailleurs, je connais les Antilles françaises depuis plus de cinquante ans, tant sur le plan sociétal que culturel. J'y ai une partie de ma famille, des amis de longue date, des relations et je parle créole...
Je me souviens aussi des empoignades au moment de la loi sur le mariage pour tous, notamment à l'Assemblée nationale, émanant de parlementaires ultramarins expliquant que les populations des DOM et TOM de par leurs cultures et traditions n'étaient pas prêtes à accueillir une réforme qui allait bouleverser leurs valeurs et leurs repères ancestraux.

Wil

@ Achille
"Je suis chrétien et même plus précisément catholique (...)
Il est vrai que je me sens assez proche des francs-maçons qui préfèrent faire appel à l’intelligence des gens plutôt qu’à leur émotion ou plutôt leur émotivité, à l'ouverture d'esprit et au raisonnement plutôt qu’à l’intolérance et aux sirènes du populisme.
C’est la raison pour laquelle je préfère avoir des échanges apaisés, y compris, lorsque c’est possible, avec ceux qui ne partagent pas mon avis."

Bref, encore un neuneu qui vit dans un conte de fées.
Allez, pour une fois que ce n'est pas pour M. Bilger, félicitations Achille !

https://www.youtube.com/watch?v=YtrJw8Koylc

Achille qui au passage était un type tout à fait pacifiste et ouvert d'esprit bien sûr...
"Chante, ô déesse, le courroux du Péléide Achille,
Courroux fatal qui causa mille maux aux Achéens
Et fit descendre chez Hadès tant d'âmes valeureuses
De héros, dont les corps servirent de pâture aux chiens
Et aux oiseaux sans nombre : ainsi Zeus l'avait-il voulu."

C'est toujours les mêmes discours sur le net ou ailleurs.
En dehors des abrutis congénitaux comme moi qui ne cachent pas leur violence et donc qu'on voit venir de loin et donc dont on n'a pas à se méfier, ceux qui généralement se font les apôtres de la paix (Peace and love, bro !) entre les hommes sont au pire les plus fourbes et au mieux les plus lâches mais de toute façon les plus dangereux. Justement parce qu'ils sont hypocrites.

------------------------------

@ Lucile
"Les énergumènes exhibitionnistes qui ont diverti les hôtes de l'Élysée le 21 juin ne me paraissent pas représentatifs".

Vous êtes sûre ?!
Et moi qui croyais bêtement qu'il n'y avait que des pédés dans les îles vu qu'il fait chaud et que donc ça leur ramollit le cerveau. Me voilà bien marri.
C'est bien parce qu'ils ne sont pas représentatifs du peuple français qu'ils ont été choisis.
Je pense que quand Hidalgo a vu la clique remuer du c*l dans la cour de l'Elysée, elle s'est dit "P*tain, l'enf*iré, il est fort quand même le Macron !" tellement elle était jalouse de pas l'avoir fait avant sur l'esplanade de la mairie de Paris.
Les plugs anaux devant le Ritz, Koons à Versailles et les pédés noirs à l'Elysée.
Vive la France...

Aliocha

Arriverons-nous à intéresser Marchenoir à l'anthropologie ?
Les institutions ont des racines qui peuvent éclairer sur leurs origines et qui, si nous savons les interpréter, permettent de comprendre au mieux notre organisation moderne :

"La compilation des données historiques et ethnographiques montre que, dans son principe, la royauté n’est pas un pouvoir politique, mais une charge rituelle écrasante dont l’issue est le plus souvent la mise à mort du monarque.
Régner ne consiste pas à gouverner ni à donner des ordres, mais à garantir l’ordre du monde et de la société en observant des prescriptions rituelles. Le roi est un personnage sacré, mais pour cette raison même, il est « ligoté » par le rituel. Assigné à résidence et reclus dans son palais, il est soumis au même type de restrictions que les êtres en état d’impureté : femmes indisposées, guerriers ayant donné la mort, criminels. Il est comme un condamné à mort en attente d’exécution. Le régicide n’est pas un accident, mais fait partie intégrante de l’institution."

https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2003-2-page-197.htm

Allez, allez, on s'accroche, on ne dort pas, on essaye de comprendre, sans dérivatif racialiste ou politique, ce qui n'est, répétons-le, qu'une hypothèse, mais particulièrement éclairante.

Noblejoué

@ Mary Preud'homme
"Peu convaincant votre journaleux sorti de nulle part au sujet de l'homosexualité dont tout le monde admet qu'elle n'est certes pas une spécificité de la société africaine, bien au contraire...
Mais bon !"

Journaleux, journaleux... Vous avez de meilleures références ?
Et puis, je n'ai pas dit que l'homosexualité soit une spécificité africaine, c'est, en fait, plutôt s'il n'y avait rien dans les mythes, l'organisation sociale à ce propos que ce serait une spécificité africaine.

"Admettez plutôt qu'en associant à l'homosexualité toujours synonyme chez nous de marginalité, quelques spécimens de la race noire (qui n'est pas loin s'en faut la plus représentative de cette "inversion") l'on tente de tout mélanger, en insinuant que les Africains et Antillais, où l'on compte le pourcentage le plus faible d'homos, en raison de leur culture, seraient en fait ceux par qui arriveraient la décadence sociétale, y compris élyséenne."

J'ai déjà dit que Macron nuisait aux Noirs et aux homosexuels.
Que dire de plus ? Mais je ne peux pas laisser passer que les Africains auraient, traditionnellement, la position que vous dites sur l'homosexualité... Non, c'est une importation.

La vérité m’intéresse, et la défense de la liberté et des victimes, si possible de toutes les victimes.
Croyez-le ou non. Je dois bien le dire, puisque je parle, mais je crains que cela ne serve à rien et je hais de commettre des actes absurdes, pour moi une sorte de sacrilège contre le sens.

"A chacun ses boulets et souffrez que l'on se concentre et se reporte sur des sujets de société autrement importants et cruciaux dans ce monde qui se délite que les états d'âme des "homosexuels". Et s'ils furent persécutés à une certaine époque, il me semble à présent qu'ils prennent leur revanche en nous gonflant au maximum, exigeant de la société deux fois plus que les hétéros, soit la qualité à la fois d'homme ou de femme selon leur caprice."

Les états d'âme des homosexuels, vaste problème...
D'abord ils ne FURENT pas persécutés, ils le SONT en Afrique. Ça ne fait pas beaucoup de réfugiés, mais certains le sont chez nous pour cette cause.

Ensuite, des homosexuels veulent être hommes et femmes selon leur caprice, qu'est-ce que ça prend aux autres ?
Si chacun doit être tel quel, sans se modifier, doit-on, par exemple, interdire de paraître plus jeune (ce qui n'empêche pas les gens d'expérience de la dire) donc, jeune et vieux selon son caprice ? Parce que beaucoup de gens se comportent avec leur âge selon ce que cela les avantage ou une identité, on dira, complexe.
Dans un cas, il y a intolérance sociale, dans l'autre tolérance, pourquoi ? Mystère et arbitraire, comme toujours, dans ces histoires.

Oui je suis "à côté de la plaque" c'est trop d'honneur, pas dans les préjugés structurant tant de groupes.

Il y a toujours eu des gens mis de côté, pas important, les Noirs ou les femmes, inférieurs, les homosexuels et les Juifs, gens pas recommandables, il y a eu des priorités, silence les femmes et les homosexuels, ce qui compte, c'est la Révolution.
Je ne fonctionne pas comme ça. Je n'ai pas besoin de rendre les victimes présentables, enfin, du point de vue homophobe, les Africains n'ont pas besoin d'être particulièrement hors homosexualité pour être défendus. Ni d'ailleurs l'inverse. Les homosexuels continuent à être des victimes, beaucoup en Afrique, encore en France, où il ne vaut mieux pas l'être dans certains quartiers et où les parents d'enfants homosexuels les jettent à la rue. Happy end, ils ne les gonfleront plus d'être ce qu'ils sont ! Ne vous en faites pas, bien des invertis sont loin d'être revendiquant, ils sont au placard ou au trottoir... Les meilleures traditions ne s'effacent pas en un jour.

Remarquez, pour les Noirs, c'est le même prix.

Vous avez instauré une concurrence des victimes entre Noirs et homosexuels, les premiers se plaignent de ne pouvoir passer inaperçus, les seconds d'être souvent abandonnés par leurs proches... Le pire ? Dur à dire, même avec une intelligence supérieure et une empathie suffisante.
Je soupçonne, en fait, que cela dépend des cas... Mais ce qui compte, en fait, est de défendre toutes les victimes.

Disons qu'il serait bon que le plus de gens possible défendent le plus de faibles possibles.
Mais à chacun de faire selon son chemin de vie... Je n'ai jamais cru que tout le monde avait les mêmes devoirs.

Diogène

"...jeunisme au propre et au figuré"

Monsieur Bilger maîtrise l'articulation de ses phrases.
Pour ses préjugés, c'est un peu moins réussi.
Qui ne voit là autre chose qu'une allusion à peine masquée à la différence d'âge du couple Macron ?
Ce dont tout le monde, à commencer par un parangon de liberté, ou qui se prétend tel, devrait se f...
Pour le reste, je ne vois pas pourquoi on refuserait au chanteur d'Indochine ce dont tant de gens abusent avec volupté ? le droit de raconter n'importe quoi.

Achille

@ patriote | 27 juin 2018 à 15:31
« En vérité vous êtes un chrétien et vous conseillez à ceux qui ont été frappés sur la joue gauche de tendre la joue droite. Sacré farceur, franc-maçon je présume ? »

Je suis chrétien et même plus précisément catholique. Ceci ne signifie pas pour autant que je conseille à celui qui s’est pris une beigne de tendre l’autre joue (ce que je serais bien incapable de faire).
Il est vrai que je me sens assez proche des francs-maçons qui préfèrent faire appel à l’intelligence des gens plutôt qu’à leur émotion ou plutôt leur émotivité, à l'ouverture d'esprit et au raisonnement plutôt qu’à l’intolérance et aux sirènes du populisme.
C’est la raison pour laquelle je préfère avoir des échanges apaisés, y compris, lorsque c’est possible, avec ceux qui ne partagent pas mon avis, ce qui semble être la grande majorité des habitués de ce blog, résolument de droite et qui a tendance à se radicaliser depuis quelque temps.

J’évite de répondre aux excités qui se prennent pour des phares de la pensée et n’hésitent pas à traiter d’imbéciles tous ceux qui ont l’outrecuidance de contester leurs âneries.
Il y en a deux ou trois comme ça sur ce blog qui nous assènent leurs certitudes en permanence au point de sombrer dans le radotage. J’ai pris le parti de les ignorer en espérant qu’ils en fassent de même à mon égard, ce qui n’est pas toujours le cas, hélas !

Exilé

Cette Fête de la musique à l'Elysée a ajouté sa pierre chic et frelatée à cette décomposition.

Tout cela a un petit fumet de fin de régime, qui rappelle par certains côtés l'époque du Directoire.

Rappelons aux moins de vingt ans que l’État, aux mains de profiteurs et de jouisseurs, était en pleine décomposition, que les finances étaient à sec, que les bandits de grands chemins arrêtaient les diligences, que des chauffeurs s'introduisaient dans des maisons isolées en brûlant la plante des pieds de leurs propriétaires pour qu'ils avouent où ils avaient caché leurs économies...

Or fugace a indiqué un fait de même nature qui s'est produit chez nous, au troisième millénaire :
https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/nantes-roue-de-coups-chez-lui-pour-sa-carte-bancaire-5848012
Cela pourrait nous arriver aussi.
Et pendant ce temps-là, à l’Élysée, le Président fait la bamb... pardon, la bamboche...
Si à l'époque du Directoire Bonaparte a sifflé la fin de la récréation, qui fera de même de nos jours ?

Robert Marchenoir

@ Noblejoué | 27 juin 2018 à 13:04
@ Robert Marchenoir
"...quand ce n'est pas l'appel délirant à la "monarchie républicaine", voire au "corps du roi" (chez des gens qui se réclament des "valeurs de la République"...)."
"Le corps du roi, c'est moi, et pourquoi ?"

Si je comprends correctement votre intervention, et que vous vous sentiez visé parce que vous auriez, ici, parlé du "corps du roi", je précise que je ne pensais nullement à vous en disant cela. Votre mention de la chose m'avait échappé.

Je pensais très précisément à un homme politique connu, nullement extrémiste, qui a employé récemment cette expression, dans un sens élogieux. J'ai oublié son nom, c'est pourquoi je ne l'ai pas cité.

Et je pensais, surtout, à l'émergence récente de ce concept, massivement introduit dans l'espace public, et revendiqué par de nombreux membres de l'oligarchie (politique, intellectuelle et médiatique) comme par des inconnus complets, à l'occasion d'innombrables discussions politiques.

Cette notion devrait être strictement cantonnée à des discussions historiques entre professeurs d'université inconnus de tous, ayant consacré leur vie entière à l'étude de quinze années de l'histoire de France, et sentant mauvais.

Le fait que, désormais, des personnes se revendiquant d'un appartenance politique non marginale soient nombreuses à déclarer que la président de la République française devrait incarner "le corps du roi", est révélateur d'une effroyable négrification de la France.

Par là, j'entends abandon de la pensée occidentale et basculement dans la pensée magique. Je m'empresse de préciser, afin de ne point offenser la délicate sensibilité "anti-raciste" d'éminents commentateurs de ce blog, que ce sont des Blancs qui sont, à 100 %, responsables de cette négrification du pays.

Comme quoi, ainsi que le dit le sempiternel adage gauchiste, iadéconpartou.

Par curiosité, j'aimerais bien qu'on me présente un autre pays occidental, un seul, où des gens non enfermés dans des asiles psychiatriques parlent sérieusement du "corps du roi" quand ils évoquent leur chef d'Etat, ou la politique de leur gouvernement. Et ce, de façon favorable. En suggérant que le dirigeant du pays serait d'une essence supérieure au commun des mortels, qu'il serait fait d'une substance quasi divine, qu'il disposerait de pouvoirs magiques, et qu'à moins de bénéficier de cette grâce, il ne saurait être qualifié pour gouverner.

Même en Grande-Bretagne, qui est pourtant la seule véritable monarchie qui subsiste en Occident, une monarchie vivante, puissante, respectée par son peuple et jouant un rôle réel dans la vie politique comme dans la cohésion nationale, eh bien personne ne s'est jamais avisé, à ma connaissance, de parler du "corps de la Reine" Elisabeth II.

Mais les "Anglo-Saxons" sont si bêtes, n'est-ce pas ?

Claude Luçon

"Il paraît que nous sommes la vieille France homophobe et raciste…"

Sujet qui ne sera bientôt plus d'actualité, car voici le dernier titre sur le site du jour du Figaro Premium.fr :

"Retard à l'école, culture de l'immaturité, misère sexuelle : la révolution féministe et l'avènement d'une société égalitaire ont engendré une crise de la masculinité sans précédent. Un phénomène qui commence à peine à être étudié."

Mais où sont passés les "French Lovers" d'antan ?
Maurice Chevalier, Charles Boyer, Louis Jourdan revenez !
Le XXIe siècle sera bien le siècle des femmes et des femminuccie, pas des religions, ce macho de Malraux avait tort.
Ce sera bientôt du genre "Il paraît que nous sommes la vieille France hétérophobe et masculiniste…"
Tout cela est sans doute de la faute de 1968 et de la pilule :)
Nos experts se sont trouvés une nouvelle source d'expertise et nos journaleux en profitent, enfin et encore quelque chose d'idiot à écrire au moment où les viols semblent être en progression, un sursaut des mâles à l'agonie peut-être ?

Lucile

@ Mary Preud'homme | 27 juin 2018 à 17:38

ll y a des homosexuels aux Antilles, comme partout, même si ce n'est pas trop bien vu. Les Antillais les appellent des "makoumés" ou "makoumères" (de "ma commère"). Ceux qui sont le plus mal vus sont ceux qui sont efféminés. Comme ils sont méprisés, ils se cachent. Il y en a aussi à Cuba, abominablement maltraités à une époque par le régime castriste. Je crois que la proportion est d'environ 5% dans toutes les populations. Les énergumènes exhibitionnistes qui ont diverti les hôtes de l'Élysée le 21 juin ne me paraissent pas représentatifs.

Tipaza

@ Mary Preud'homme | 27 juin 2018 à 17:38

Évidemment, vous avez raison !
On peut lire la fameuse photo d’une autre façon que celle de la pure indignation, réaction qui a été la mienne en première lecture.
Mais en seconde lecture, que voit-on ?
Un roi en majesté, entouré de bouffons noirs homosexuels, et à ses pieds une femme plus très jeune, et tous valorisent le roi en chemise blanche pour accentuer la négritude, j’ai envie de dire la noirceur des bouffons, car ce sont de vrais bouffons, qui l’entourent.

La pire image possible, démontrant la supériorité du Blanc (avec majuscule) sur les noirs (avec minuscule).

Cette photo me rappelle une photo du général Gallieni entouré de ses tirailleurs sénégalais. C’était « au bon temps des colonies » et du « ya bon Banania », et involontairement Manu reconduit dans l’inconscient collectif, dont parle Lucile, l’image de la supériorité de la race blanche, celle des chefs sur les noirs autrefois supplétifs pour la guerre, et qui seraient aujourd’hui supplétifs pour des plaisirs dévoyés. Les armes ne sont pas les mêmes.

Du temps de la Régence, pendant les fêtes du Régent, il y avait à la disposition des dames, des « mir valets » qui étaient là pour suppléer au manque d’enthousiasme des hommes. Je vous renvoie au film « Que la fête commence ».

Objectivement, le CRAN pourrait porter plainte pour atteinte à l’honneur des noirs !!

breizmabro

Quand je faisais "paparazette" ;) en Bretagne j'avais rencontré Monsieur Kofi Yamgnane à Saint-Coulitz dont il était le maire. Il était noir et maire élu d'un village d'irréductibles Bretons.

Kofi Yamgnane, homme politique franco-togolais né auTogo, naturalisé français en 1975, avait été élu maire de Saint-Coulitz (village de 350 habitants, en Bretagne) après un mandat de conseiller municipal. Il a également été conseiller régional de Bretagne (entre 1992 et 1997), conseiller général (1994) et député de 1997 à 2002.

Je n'ai pas souvenir qu'il avait écrit sur son tee-shirt qu'il était noir (ça se voyait) et maire élu par des Bretons.

En même temps je crois qu'il n'était pas pédé, c'est peut-être pour ça qu'il n'avait pas osé :D

Michel Deluré

@ Catherine JACOB 27/06 11:19

Pour votre information, après son entretien avec le Pape, EM a présenté à ce dernier Jean-Yves Le Drian en mentionnant sur un ton se voulant humoristique son "appartenance à la mafia bretonne" précisant cependant que celle-ci n'était pas dangereuse !
Le Pape, dont on sait l'aversion pour la mafia, n'aurait apparemment que modérément apprécié selon les commentaires.
Quant aux Bretons, qui ont déjà été la cible de remarques peu amènes de notre Président, on se demande bien quelle dent ce dernier peut bien avoir contre eux !

breizmabro

@ Catherine JACOB 27 juin 2018 à 11:19
"J'ai dû manquer l'épisode Bécassine"

Sans doute parce qu'elle n'est qu'une estampe bretonne et que vous ne l'avez pas dans votre livre d'images.

Pour vous expliquer : Monsieur le président de la République Macron (il aime qu'on lui parle ainsi, avec révérence) a dit à son pote François à qui il a claqué deux bises irrévérencieusement, que "les Bretons étaient une mafia". "Morale" a ajouté Le Drian. Comme si une mafia avait une morale. Mais passons...

Naturellement c'était une blagounette, de celle à laquelle nous avait habitués son prédécesseur, mais le dire au papounet qui a décidé de ne pas pardonner (au nom de Dieu ! ;) à la mafia italienne qui fait tant de morts, c'est un peu comme Médine chantant au Bataclan, c'est d'un goût douteux.

Mais j'ai bon espoir que notre enfant de la balle chéri nous en fera d'autres, c'est notre Luchini politique à nous, notre amuseur public.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS