« Pour les Bleus malgré tout ! | Accueil | Une vidéo hors concours ! »

18 juin 2018

Commentaires

Elusen

L’État algérien arrête les immigrés et réfugiés qui entrent sur son sol, pour, par la suite, les abandonner dans le désert du Sahara afin qu’ils meurent.
Le nombre de morts serait plus élevé que celui de la Méditerranée et ce n’est pas un concours, mais un ordre de grandeur.

http://fr.euronews.com/video/2018/06/25/expulsions-meurtrieres-vers-le-sahara

Après tout :

  • Remettons-les dans des bateaux, disait l’autre.

Là c’est dans le désert.
Donc pointe, en droit international, un crime contre l’humanité puisqu’un État met en danger de mort volontairement des personnes, la préméditation et tout le pataquès.

Elusen

Migratoire = immigré + émigré + réfugié ; englobe trois choses différentes !

‘Migratoire’ mot apparu en 1840.

* Émile Littré: Dictionnaire de la langue française (1872-77)

  • MIGRATOIRE (mi-gra-toi-r') adj.
    Qui concerne l'émigration. Le mouvement migratoire des populations.

    ÉTYMOLOGIE Voy. MIGRATION.

* Dictionnaire de l'Académie française, 8e Edition

  • MIGRATOIRE. adj. des deux genres. Qui a rapport aux migrations. Mouvement migratoire.

* CNRTL dictionnaire du CNRS
MIGRATOIRE, adj.

  • Relatif à la migration, généralement de personnes. Les mouvements migratoires sont toujours de nature collective, même si l'individu pris dans un flux qui le dépasse, n'en a pas conscience (Traité sociol., 1967, p.286).

    − DÉMOGR. Balance migratoire. La différence entre le nombre des départs et celui des arrivées (émigration-immigration) constitue le solde (positif ou négatif) de la balance migratoire (George 1970, s.v. migrations).

    − Rare. [En parlant d'un animal] Qui effectue une migration. Synon. migrateur. Oiseaux migratoires (Maeterl., Trésor humbles,1896, p.196).

* ‘Migration’, mot qui serait apparu en 1530, définition de six dictionnaires historiques :
http://artflx.uchicago.edu/cgi-bin/dicos/pubdico1look.pl?strippedhw=migration

* Migrer, Migrare (passer, déménager) étymologie de 1180 à aujourd’hui :
https://apps.atilf.fr/lecteurFEW/lire/62/79

Savonarole

Il y a quelques jours, Didier Leschi est reçu par JJ Bourdin. Haut fonctionnaire, c'est le directeur général de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII).
Il tient un discours sur l'immigration tout à fait recevable, l'Etat fait son devoir, fermeté mais humanisme.
Rien à redire. Le haut fonctionnaire, serviteur de l'Etat dans toute sa splendeur.

Mais, tout de même, mon tympan croit reconnaître une certaine construction de phrases familière, comme le "déjà vu".
Je consulte sa fiche Wikipédia, et là je saute au plafond :

"Lycéen engagé, il manifeste devant les usines Renault après l’assassinat du militant maoïste Pierre Overney, milite contre la guerre du Viêt Nam ou encore contre la révision entreprise par Michel Debré des conditions du sursis militaire en 1973. Exclu de son lycée, il apprend le métier de compositeur-typographe et travaille dans l'imprimerie.
Didier Leschi, avec quelques militants de l'Organisation communiste des travailleurs, dont Jean-François Jousselin et Michel Taubman, rejoignent en 1977 les Comités communistes pour l'autogestion (CCA) officiellement créés en mai 1977 après le refus de la LCR de fusionner avec le PSU. En 1982 il fait partie de la minorité des CCA qui adhère à la LCR, mais Didier Leschi n'y reste que peu de temps, ayant rejoint par la suite le courant des proches de Jean-Pierre Chevènement au sein du Parti socialiste, le CERES, en 1985. Il conduit les syndicalistes proches de courant à rejoindre l'UNEF-ID en 1987 après le succès du mouvement contre le projet Devaquet en 1986. Il sera président de la commission de contrôle de l'UNEF-ID, puis vice-président de 1987 à 1989. En 1988, il est élu au CNESER..."

Je vous laisse consulter la suite de sa carrière... François Hollande le nomme à ce poste en 2015.

breizmabro

@ Mary Preud'homme 20 juin 2018 à 11:54

Je vous l'avais dit que Deviro était un intellectuel blogueur ;)

C'est c** parce que concernant mon post de novembre 2017 (c'est lui qui le cite) je ne faisais que vanter le talent d'un homme de l'art, fût-il chirurgien et du (des) sculpteur ignoré.

"Une suite de petites volontés fait un gros résultat" (ce n'est pas de moi mais de Baudelaire ;))

Vous aurez noté comme moi que seuls deux mâles blancs se sont indignés de l'hommage que je rendais à (aux) hommes de l'art :D

En même temps je suis déçue de constater que Savonarole a moins d'humour que je ne l'imaginais. Tant pis pour moi.

Adéo Mary

Valerie

Je remercie qu'il me soit ici permis de saluer une derniere fois la memoire du Sieur Oursivi dont les obseques se tiendront cet apres-midi dans la Ville Lumiere.

Monsieur Oursivi, vous resterez desormais a tout jamais, pour moi, un etre sans visage mais non sans ame.

Du fin fond de mon exil tristounet que vous avez parfois egaye de vos percutantes saillies, je ne peux maintenant plus que vous souhaiter cette ultime, derisoire et neanmoins sincere "Rest in Peace".

Mary Preud'homme

"J'imagine la pétomane se déclencher un orgasme 3ème âge tardif, inattendu et inespéré..."
Rédigé par : Deviro | 19 juin 2018 à 23:14

"Ah ! qu'en termes galants ces choses-là sont mises !" (Molière, Le Misanthrope)

Un goujat qui se lâche à ce point après s'être posé à moult reprises en donneur de leçons, cela mérite des applaudissements !

Barre à virer "strike the bell !"

Claude Luçon

@ Lucile | 19 juin 2018 à 20:06

Bravo, en plus vous nous auriez manqué.
Je conseille à tous la Revue de presse sur Paris Première.
Nous avons des chansonniers qui savent remettre nos politiciens à leur place et nous rappeler qu'on sait toujours rire en France. Ils ne sont pas encore très au point pour Macron mais ils présentent des versions de Sarkozy, Hollande, Ségolène, Hidalgo, Martinez, Valls… qui nous confirment que nous sommes toujours bien en France comme le fait ce blog, pas le moindre signe du Grand Remplacement de Renaud Camus.

@ Savonarole | 19 juin 2018 à 16:34

Je ne parlais pas de tourisme, je parlais de résidence, il y a une très grande différence, en Italie comme ailleurs :)

boureau

@ Savonarole 19 juin 2018 16:34
@ Claude Luçon 19 juin 2018 13:18

Plutôt que la Toscane, saturée depuis mi-mai jusqu'à fin septembre, choisissez l'Ombrie juste au-dessous.

Tout aussi belle, plus authentique, plus calme, moins touristique, notamment autour du lac de Trasimène (là où Hannibal se fit de la com').

La Toscane et Florence se visitent de mi-avril à mi-mai. La qualité de l'air y est exceptionnelle de clarté et de luminosité et transfigure l'architecture florentine.

Une promenade à 7h du matin dans les rues - vides - de Florence est un moment de grâce : avec un minimum d'imagination vous y retrouverez la quintessence de l'âme florentine.

Cordialement.

Deviro

@ Savonarole | 18 juin 2018 à 23:21

"Breizmabro a eu tort de dire tout cela.
.../...Brigitte Trogneux appartient à une génération, la mienne, qui a la chance d'être née après-guerre et dont la longévité dépasse de trente ans celle nos parents.
Nous sommes nés sous le soleil d'un nouveau monde, les Beatles, les Rolling Stones, Woodstock, l'amour libre, le boom économique, la Californie, que chantait Julien Clerc...
Et puis, quand tout ça s'évanouit et part en quenelle, il ne nous reste plus qu'à rafistoler ce qu'on a connu de meilleur.
Certains se réfugient dans l'apparence, "paraître ou mourir", comme disait un dandy, Baudelaire je crois. En fait, Brigitte Macron est un dandy.
"Un dandy doit aspirer à être sublime sans interruption, il doit vivre et dormir devant un miroir".
Ça n'est pas pour me déplaire, elle ressuscite une élégance perdue."

------------------------------

Commentaire plein de bon sens et pacifiant, merci.
Mais comment certains vont-ils l'interpréter ?
J'imagine avec horreur le tordu ou la tordue de service, "pétomane friendly", qui va remodeler votre contexte de la façon suivante :
Certains se réfugient dans l'apparence, "paraître ou mourir", comme disait un dandy, Baudelaire je crois. En fait, Brigitte Macron est un dandy.
"Un dandy doit aspirer à être sublime sans interruption, il doit vivre et dormir devant un miroir".

Ça n'est pas pour me déplaire, elle ressuscite une élégance perdue."
---
Et les tordu(e)s vont remplacer le dire de votre 1ère ligne par révéler !

J'imagine la pétomane se déclencher un orgasme 3ème âge tardif, inattendu et inespéré...

Lucile

@ agecanonix

Les enfants s'en vont, c'est quand on est jeune qu'on s'en va.

@ Claude Luçon | 19 juin 2018 à 13:18

Bon, alors je reste ! D'ailleurs Hidalgo est un tigre de papier, Bercy un fantasme, Mélenchon une curiosité intéressante et la SNCF une entreprise de service public.

Voici pour vous cher Claude : (I love Paris)
https://www.youtube.com/watch?v=3ahbE6bcVf8

Lome

Mme Taubira n'a plus que ce pouvoir de nuisance, c'est-à-dire à travers des media irresponsables qui l'encensent et des plateaux télé de marionnettes (pas les guignols, mais d'autres bien plus réelles et tout aussi irresponsables).

Ce qui est insupportable, c'est que tous ces media, tous ces bien-pensants, tous ces altermondialistes, etc. prennent toujours en exemple les migrations précédentes... dans notre pays, pour dire que tout s'est bien passé et que cela a forgé notre force et augmenté nos richesses tous azimuts. Il n'est personne face à eux (par exemple ce matin sur France Info) pour rectifier la réalité historique : les précédentes migrations vers notre pays, disons au 20e siècle, sont le fait d'Européens ou d'Occidentaux, donc de même culture civilisationnelle, au sens large du terme évidemment.

Ah oui, il y a eu les immigrés du Maghreb, là où à un contrat de travail s'est substituée une immigration de peuplement, grâce à Giscard et son regroupement familial... on voit aujourd'hui les problèmes posés par l'intégration ratée et le nouveau communautarisme militant qui s'y ajoute ; les harkis furent eux de vrais réfugiés (du moins ceux que la France n'a pas abandonnés à un sort fatal), pour avoir servi la France, qui était quand même à l'époque la mère-patrie des colonies. Font-ils parler d'eux ? Ils ont été assimilés car, malgré leur religion, ils adhéraient à nos valeurs.

L'ère de la décolonisation est arrivée et c'est tant mieux que ces peuples libérés du joug impérialiste français pussent enfin profiter de leur liberté... mais non, le continent africain n'a pas décollé d'un poil... et on en est encore à voir notre Borloo national prêcher la lumière, pour les éclairer (éclectiquement pour lui, électriquement pour eux). Alors, puisque nous n'étions que de sales colonialistes, pourquoi veulent-ils tous venir ici ?

Mais n'oublions pas les Vietnamiens du Sud, après Diên Biên Phu et surtout après la chute de Saïgon : les boat-people vietnamiens cela ne vous dit rien ? Personne n'en voulait et il aura fallu un bateau-hôpital "Ile de Lumière", pour les secourir en mer et à Poulo Bidong... Mais les vietnamiens du Sud avaient l'amour de la France et ils se sont parfaitement intégrés. Aujourd'hui il y a donc une différence fondamentale en matière de vagues migratoires : pas la culture, mais l'adhésion à nos valeurs et la religion, à partir du moment où on constate que militante et s'apparentant à un véritable code civil, elle pose ou peut poser des problèmes au socle républicain, à la France et grâce à une UE passoire.

Ce matin, sur France Info donc, une responsable d'association, genre "France Terre d'asile" s'indignait que l'on considère les migrants sans papiers comme des délinquants : connaissez-vous un seul pays, hors d'Europe par exemple, où l'on peut arriver et rester sans papiers ? Sans une autorisation d'entrer dans un territoire c'est bien interdit, donc délinquant madame.

Enfin, c'est malheureux, il y a des frontières, et la France reste encore un espace à moitié souverain, mais si vous voulez accueillir tous ces migrants africains, maghrébins, afghans... et même albanais (alors que ce pays n'est plus du tout le sinistre pays fermé d'autant)... vous allez les mettre à Calais, à Sangate à nouveau, et sous les ponts de Paris encore ?

Comme disait feu Rocard "la France n'a pas vocation à accueillir toute la misère du monde... mais elle doit y prendre sa part". C'est fait, elle l'a prise et elle n'en a plus les moyens ; maintenant c'est une question d'équilibre des valeurs, partagées ou pas.

Claude Luçon

@ Zonzon | 19 juin 2018 à 13:55

Je pensais plus aux anciens fonctionnaires coloniaux, ceux qui ont appris aux Africains que leurs ancêtres étaient des Gaulois !

Pour les maghrébins, en particulier les Algériens, pour eux Marseille est la ville algérienne située la plus au nord de l'Algérie. Pas de questions de migrations pour eux, ils sont déjà chez eux.
Si vous avez des amis pieds-noirs demandez-leur.

Michelle D-LEROY

@ Lucile 18 juin à 21 h 43
"Le sujet est traité de façon feutrée alors qu'il est crucial et urgent…"

Cela ne changera pas, tant que nos politiques de gauche penseront que c'est un non sujet et que toute velléité de travailler sur ce sujet serait inhumain voire raciste et que les politiques de droite regarderont le bout de leurs chaussures parce qu'ils ne veulent pas laisser à penser qu'ils pourraient être inhumains ou racistes.

-------------------------------

Quarante ans de laisser-faire dans le domaine de l'immigration. Un exemple de ces quarante ans : l'évolution de la ville nouvelle de Créteil que je connais bien.

1974 : construction d'une ville nouvelle avec des quartiers agréables, des immeubles modernes et confortables, à l'architecture parfois un peu surprenante mais non standardisée et donc originale, en accession à la propriété, entourés de jardins et de plans d'eau, avec écoles et petites galeries commerçantes, le tout piétonnier avec station de métro très proche.
Un véritable plaisir pour les jeunes couples avec enfants qui trouvaient en plus tous les équipements scolaires, sportifs, médicaux à disposition.
Grand lac artificiel au milieu d'un grand parc. Que du bonheur.
Construction d'un grand et agréable centre commercial régional, l'un des premiers de la région parisienne. Tout le contexte des années 70. Juste un quartier plus ancien avec des HLM à l'architecture plus triste (peut-être ceux de Jean Ferrat où on mangeait le fameux poulet aux hormones) mais sans histoires particulières. Les enfants de tous quartiers se retrouvaient sans problèmes dans les clubs sportifs ou musicaux.

Nous y installons notre petite famille.

1980 - départ pour une ville du Midi suite à la mutation de mon époux.
1986 - retour en région parisienne et tout naturellement recherche d'un logement à Créteil. Surprise. En six ans et une nouvelle mairie socialiste, tout avait déjà changé. Les beaux jardins avaient été entrecoupés d'HLM pour la mixité sociale, les écoles voyaient fleurir la diversité, les petits centres commerciaux tagués et délabrés, en particulier celui près du Palais de Justice.
Nous étions déjà beaucoup moins enthousiastes et ne sommes restés que dans l'attente d'un nouvelle habitation dans une autre ville du Val-de-Marne.

Souvent, nous revenons à Créteil le soir pour venir dîner chez des amis restés dans leur appartement. Souvent aussi, pour ne pas dire à chaque fois, ils se plaignent des incivilités permanentes de leur environnement. Nous n'y venons que le soir et repartons dans la nuit... pas de quoi constater une évolution flagrante. Pourtant, récemment, avant d'aller dîner chez eux, j'avais décidé de faire une course au grand centre commercial que j'avais arpenté dans mes jeunes années, aujourd'hui très vieillot, et là, stupéfaction, j'étais la seule femme blanche, étrangère en mon pays parmi une majorité de femmes voilées, d'hommes barbus en qamis. Mal à l'aise car regardée comme une intruse. Les magasins s'étant adaptés à cette nouvelle clientèle.

Quarante-quatre ans s'était écoulés entre notre installation à Créteil et ce jour incroyable où j'ai réalisé avec effroi ce qu'étaient devenues certaines villes de mon pays, avec un changement radical de population... et quand je dis radical, je ne parle que du visible !

J'y retourne fin juin pour le beau feu d'artifice tiré comme chaque année sur le lac, celui-ci a été intitulé pour 2018 : "Accueillir le monde !". J'en rigole encore.

Alors soit nos politiques le font exprès, soit ils ne veulent pas voir.
Nous sommes arrivés à un point où il n'est plus possible d'accueillir, mais nos nouveaux dirigeants en ont-ils conscience ?

Et que la bien-pensance ne me parle pas, pour éviter tout débat, des Français rabougris qui seraient repliés sur eux-mêmes, et qu'elle ne me rabâche pas ses poncifs éculés. Ce n'est, en effet, pas du tout pareil d'aller visiter des pays lointains en touriste, d'apprécier les paysages et la culture d'autres pays, culture que nous respectons infiniment parce qu'elle ne vient en aucun cas troubler la nôtre ou s'imposer à la nôtre.

@ Claude Luçon

Sans doute ces pauvres gens viennent-ils chercher la colonisation chez nous, mais jusqu'où ? Car nous savons que la grande démographie de ces pays est un puits sans fond pour nos pays européens.
Et si on décidait avec tous les pays européens de les aider vraiment à rester chez eux, entre eux, avec leurs traditions et coutumes ? Et en payant à leur juste valeur leurs richesses premières et le fruit de leur travail (huile, cacao, bois, fruits, etc.) ?
J'ai croisé en Somalie, en septembre 1972, des membres de Elf... Peut-être y étiez-vous à ce moment-là.

agecanonix

@ Claude Luçon | 19 juin 2018 à 13:18

Ce que vous racontez en permanence c'était le passé, le présent est différent, la belle époque de la traite est révolu !

Michelle D-LEROY

Cet échange entre le Président et cet ado est représentatif de notre époque. Président de la République mais aussi professeurs (dès la maternelle), employeurs et managers veulent abattre les barrières pour faire moderne et jeune. C'est donc tutoiement et prénom obligatoire sauf à paraître vieux jeu ou hors de son époque, ce qui favorise au mieux une sorte de camaraderie et au pire l'irrespect ou la vulgarité.

Dans ONPC, nous avons pu voir récemment Eric Dupond-Moretti se faire rabrouer par Christine Angot parce que poliment et parce qu'apparemment ne l'ayant jamais rencontré, il l'avait appelé "Madame"... le comble de la bourgeoisie vu par Mme Angot, sans doute.

En même temps, comme vous le soulignez, on veut faire copain-copain, on utilise un vocabulaire de potache pour montrer sa proximité avec le peuple et sa normalité tout en étant filmé pour large diffusion mais en voulant être respecté dans sa fonction suprême. Il faut donc avouer qu'encore une fois le "en même temps" ne peut fonctionner.

On peut aussi penser qu'Emmanuel Macron en allant à la rencontre de ces jeunes lycéens s'était préparé à mettre en scène ce genre de provocation. Avec ces politiques, épris de communication et épaulés par des conseillers marketing, on peut tout imaginer. Dorer et redorer leur blason, c'est tout ce qui leur importe. Recadrer un jeune insolent trop familier, c'est très bien mais à condition que cela apporte quelque chose pour l'avenir avec l'aménagement de cours de morale civique par exemple.
Sinon tout cela reste bel et bien anecdotique, de la mise en scène présidentielle pour faire diversion aux vrais problèmes.

Elusen

Avez-vous au moins conscience que ‘Migratoire’, ‘Migration’, comprend :

- Immigré, une personne qui part d’un pays pour venir en France.

- Émigré, un Français qui a quitté la France pour vivre dans un autre pays.

- Réfugié, une personne qui fuit uniquement pour rester en vie et qui n’a pas vocation à rester là où elle a fui, mais envisage de retourner dans l’endroit qu’elle a fui si le risque devient inexistant.

Pour dire autant de fadaises, apparemment : non !

Savonarole

@ Claude Luçon | 19 juin 2018 à 13:18

Claude, ne me parlez pas de la Toscane ! Je viens d'y passer une semaine, des hordes de touristes au musée se font des selfies devant Le Caravage, les maires de Florence et de Venise songent à instaurer des "jours touristes". Les habitants n'en peuvent plus.

De surcroît, c'est un tourisme cheap, sandwichs et glace, bouteille d'eau. Les terrasses de restaurant sont clairsemées, on y trouve une table à toute heure.

Chinois, Japonais, Allemands, Suédos-Danemarkois, tous habillés pareil, sandales à lanières de cuir, genre Allemagne de l'Est, on voit leurs orteils dépasser, shorts, Marcel fluo qui dégage bien les aisselles, une horreur.

Le syndrome de Stendhal à Florence ne risque pas de m'arriver.

Aliocha

Où aller ?
L'exil intérieur, dans le monde sans en être, semble bien la seule solution.

anne-marie marson

Un des marins de l’Aquarius a donné une interview surréaliste où il se plaignait des éléments déchaînés, de la tempête, du mal de mer et des gens qui vomissaient partout, ainsi que du mauvais état du bateau, bateau métallique chauffé par le soleil.
Il faut paraît-il trois heures pour aller aux toilettes, trois heures pour manger, et il invite les personnes sans cœur qui ne veulent pas laisser entrer le bateau dans un port à venir passer quelques heures sur ce bateau.

C’est sûr que pour ces migrants le voyage serait plus confortable en avion.
Mais pour voyager en avion, il faut un visa.
Donc les ONG affrètent des bateaux, ce qui leur permet de parler de « sauvetage en mer ».

En réalité il n'en est rien. Les migrants ont tous le téléphone de l'Aquarius qui vient les récupérer le long des côtes libyennes, après le départ des passeurs.
Il semble que cela ne coûte rien aux « migrants » et que les ONG soient financées par les passeurs.

SOS Méditerranée et l’Aquarius, sous couvert d'humanisme, font en réalité du trafic d'êtres humains, qu'ils baladent de port en port, et en plus ils veulent les refiler à nos voisins, qui ont fini par dire "basta" en toute logique, pour ne pas être complices des passeurs.

Ce que fait l’Aquarius est illégal et ce navire devrait être désarmé.

waa

J'écoute ce matin une rubrique apocalyptique sur France Culture, sobrement intitulée "Séparer les enfants de leurs parents, telle est la cruelle méthode plébiscitée par l’administration Trump pour dissuader les candidats à l’immigration qui souhaiteraient entrer illégalement aux États-Unis."

Méthode cruelle...

Outre le fait que cette politique existe depuis des années, surtout et y compris sous l'Administration Obama, qu'en est-il vraiment de la loi américaine concernant les mineurs entré illégalement sur le territoire des États-Unis ?

Une lettre du Commissaire aux droits civils Peter Kirsanow envoyée au Procureur Général Jeff Sessions peut être d'une aide précieuse.
Je traduis pour les non-anglophones

*****************************************************************
Séparation des familles des détenus

Chers Procureur Général Sessions et Secrétaire Nielsen

J'écris en tant que membre de la Commission américaine des droits civils, et non pas au nom de la Commission dans son ensemble. La majorité de la Commission américaine des droits civils a publié une déclaration condamnant le Département de la justice et le Département de la sécurité intérieure pour avoir séparé les parents et les enfants qui traversent illégalement la frontière. La raison pour laquelle les parents et les enfants sont séparés est la loi : lorsqu'un étranger illégal adulte est poursuivi pour entrée illicite, cette personne est prise en charge par les US Marshals et les enfants sont placés en garde à vue par le HHS. Néanmoins, à moins que l'adulte ne demande l'asile, l'entrée illégale est résolue relativement rapidement et la séparation est brève. Mais si l'adulte demande l'asile, le processus - et la séparation - sont plus longs. C'est parce que le décret Flores de 1997 (et l'interprétation que le Neuvième Circuit en a faite) stipule que les enfants ne peuvent être retenus plus de vingt jours. Le processus d'asile est beaucoup plus long.

Si les États-Unis détenaient les enfants avec leurs parents, la majorité de la Commission publierait certainement une déclaration condamnant les Départements pour la détention des enfants. Ainsi, la seule façon d'éviter la séparation des enfants des parents étrangers illégaux qui serait acceptable pour la majorité de la Commission serait de libérer les deux parents et les enfants aux États-Unis, contrairement à la loi. L'essentiel est que la majorité de la Commission est opposée à l'application de presque toutes les lois d'immigration relatives à l'entrée illégale. Les personnes ayant des demandes d'asile potentiellement valables peuvent se présenter aux points d'entrée et demander l'asile. Ils seront traités normalement et ne seront pas séparés de leurs enfants parce qu'ils suivent la loi.

Il est imprudent de libérer les personnes détenues aux États-Unis, car elles sont alors très susceptibles de s'enfuir dans l'intérieur du pays et ne pas se présenter à l'audience d'immigration. « Au cours des 20 dernières années, 37% de tous les étrangers en attente de procès - 918 098 sur 2 498 375 – ne se sont jamais montrés devant la cour. »
(Les étrangers qui sont détenus sont presque certains de comparaître devant le tribunal, car ils n'ont pas la possibilité de s'enfuir). Et les personnes qui ont demandé l'asile sont également susceptibles de ne pas comparaître pour leurs procédures judiciaires - « En moyenne, 46 000 personnes disparaissaient chaque année des procédures créées spécifiquement pour ceux qui déclarent être persécutés sur les terres qu'ils appelaient leur patrie. »

Cela suggère que plusieurs de ces affirmations sont faibles, voire fausses, et que le but de l'individu était simplement d'entrer aux États-Unis
puis de disparaître. Séparer les enfants de leurs parents est regrettable. Ce n'est cependant pas unique. Les parents américains sont séparés de leurs enfants tous les jours lorsqu'ils sont arrêtés ou incarcérés. Selon HHS, au cours de l'exercice 2016, 20 939 enfants américains sont entrés en famille d'accueil parce que leur parent est incarcéré. C'est plus que dix fois le nombre d'enfants qui ont été séparés de leurs parents en raison de leur entrée illégale aux États-Unis.

Les personnes qui traversent illégalement la frontière ont commis un crime, et l'une des conséquences de leur arrestation et de leur détention est, malheureusement, que leurs enfants ne peuvent pas rester avec eux. Parmi les principales raisons pour lesquelles les gens immigrent dans ce pays, il y a la primauté que nous accordons à l'autorité de la loi et les avantages qui en découlent. Malgré ce que mes collègues semblent penser, il n'y a pas de super-statut qui décrète que les étrangers doivent être mieux traités que les Américains. Si le Congrès décide de changer la loi, c'est sa prérogative. Mais jusqu'à ce que le Congrès change la loi, le ministère de la Justice devrait continuer à appliquer la loi existante et poursuivre chaque cas d'entrée illégale.

*****************************************************************

On est loin d'une méthode cruelle.
Et on ne peut qu'admirer la droiture et l'indépendance d'esprit de M. Kirsanow.

Zonzon

@ Claude Luçon le 19 juin à 2 h 17

Vous avez été sur place. Longtemps. Suffisamment longtemps pour tout comprendre. Vous avez tout compris.
N’empêche que ce que vous envisagez n’est pas convenable !
Transformer 50 millions de Français métropolitains en pieds-noirs, ils n’accepteront jamais.
Un jour ou l’autre ça coincera ! Forcément !

Claude Luçon

@ Lucile | 18 juin 2018 à 23:55

N'écoutez pas les fuyards, les adeptes de "courage fuyons" !

J'ai résidé et travaillé dans treize pays hors France à partir de 1952 jusqu'en 2009, en voici la liste dans l'ordre : Hollande, Koweït, Ethiopie, Mozambique, Italie, Somalie, Nigeria, Algérie, Grande-Bretagne, Bahreïn, Canada (Alberta), Iran et USA (Connecticut et Californie).

De ces pays-là, pour activité professionnelle j'ai connu, dans le désordre : Grèce, Liban, Arabie Saoudite, Qatar, Abu Dhabi, Dubaï, Sharjah, Fujeira, Umm el-Qiwain, Ras el Khaïmah, Oman, Yémen, Angola, Congo-Brazzaville, Gabon, Cameroun, Bénin, Togo, Ghana, Côte d’Ivoire, Liberia, Guinée-Bissau, Sénégal, Maroc, Tunisie, Indonésie, Norvège, Allemagne, Bolivie, Rwanda.
Au cours de mes déplacements j'en ai profité pour aller visiter en touriste: Irak, Egypte, Kenya, Afrique du Sud, Rhodésie et Libye.
(Je peux prouver tout cela j'ai encore tous mes passeports.)

Une vie que je ne regrette en rien et qui m'a démontré que, tous comptes faits, nous étions bien mieux en France.
Bien des étrangers nous envient notre France en dépit des taxis et garçons de café parisiens.
Je possède toujours une Alien Resident Card des USA qui m'a permis d'y vivre huit ans en deux séjours, j'ai préféré rentrer en 2009 dans ma vallée de la Loire natale.

BHL venu en visite au Nigeria en 1993 n'a résisté que 48 heures, logeant chez notre ambassadeur, la belle Arielle l'a rappelé "back home", craignant pour sa sécurité ou, du moins, c'est l'excuse qu'il nous a donnée...

N'écoutez pas les oiseaux de mauvais augure et ne croyez surtout pas les médias.
Personnellement j'admire Savonarole qui s'impose la Catalogne, il a sans doute un côté maso, une bonne partie des Catalans ayant fui l'Espagne pour venir en France il y a longtemps :)

J'ai travaillé avec des Espagnols au Sahara et si vous craignez nos compatriotes, essayez les Espagnols ils vous recadreront.
Si vous croyez les Francs-Gaulois indisciplinés essayez les Espagnols.
Pensez seulement à Manuel Valls et Anne Hidalgo, ils sont tous victimes du virus franquiste.
Seules possibilités outre-Hexagone : la Toscane, mais la terre y tremble fréquemment, ou l'Ecosse, mais on s'y lasse vite du son de la cornemuse et Nessy n'existe pas vraiment.

agecanonix

@ Christophe Aubert | 19 juin 2018 à 09:54

https://www.youtube.com/watch?v=NNDgsw39m9s

Il faut également jeter un coup d'œil sur la bande de Rapetou qui l'ont mis au pouvoir et dans quelles intentions.

@ Lucile | 18 juin 2018 à 23:55

Où aller ? Tout dépend de l'âge, des moyens, de la formation. Il existe des coins perdus sous les tropiques du Capricorne et du Cancer, mais aussi Bali, certains Etats des USA, la Colombie-Britannique, l'Argentine, l'Uruguay, le Chili, la Norvège, certaines zones de Russie, certaines régions de Chine, l'Australie, le Cambodge, la Thaïlande...
Eviter l'Europe de l'Ouest, l'Afrique, le Proche et Moyen-Orient.

Bon voyage !

Deviro

@ breizmabro | 19 juin 2018 à 08:41
"Je ne sais si vous vous rendez bien compte mais un intellectuel blogueur tel que Deviro (:D) capable de me citer six mois plus tard est à préserver (sans réserve ;))"

Ce qui est terriblement tenace, c'est l'ODEUR de votre commentaire sur l'épouse du président de la République => un mélange de vomi, de rat crevé et d'excrément.
Une sorte d'eau de toilette pour pétomane.

Adéo pétomane ;)

hameau dans les nuages

@ sylvain | 18 juin 2018 à 23:51

Concernant la gitanerie, nos humanistes les plus résistants tiennent une semaine. Ils ont l'image des "gens du voyage" symbolisée sur les paquets de Gitanes par une allumette mettant le feu au derrière de la danseuse de flamenco. Les "flemme and co" pour les initiés.

Une semaine, le temps qu'il retrouvent des pièces de moteur, de l'huile de vidange et leurs déjections au pied des bégonias.

Hier j'ai parlé longuement sur un chantier avec un plâtrier plaquiste tendance bouddhiste. Lui aussi, payant les charges inhérentes aux artisans, commençait sérieusement à pester et perdre son flegme devant ces samaritains gratifiés du RSA et de tous les combats. J'ai dans ma ligne de mire en ce moment un surfeur pro-migrants avec la tignasse d'un baudet du Poitou et des rondelles de 10 rivetées aux oreilles. Affaire à suivre vu le temps.

Christophe Aubert

Bonjour monsieur,

Merci pour cet article fin, nuancé et qui envisage les trois côtés du triangle. L'étrange défaite de Macron n'est que la re-faillite des élites de Marc Bloch. Peu importe la pseudo-complexité (le président élu est un psychotique compensé par son entourage proche, pour le moment). Il n'est pas utile de comprendre les causes pour observer les effets et ajuster.

Avoir les yeux rivés sur le modèle est l'erreur classique de l'Occident. Macron n'a pas de pensée complexe, il est au contraire simpliste, voire primitif. Fanatique de l'extrême centre, nid de l'angélisme exterminateur, Emmanuel Macron n'a pas les ressources cognitives et affectives pour s'adapter aux changements de son environnement.

Navré Monsieur, mais votre héros est un psycho, le vernis est joli mais le corps n'est pas celui d'un roi, juste celui d'un gars déguisé en Napoléon, spécimen topique et courant dans les promenades des hôpitaux psychiatriques.

La faillite des élites n'est pas Macron mais d'avoir laissé le pouvoir à Macron.

Cet immodeste énarque déconnecté est l'arme fatale des populistes : pourquoi détruire l'énarchie alors qu'il est bien plus économe de laisser advenir l'effet d'un énarque psychotique et déconnecté du réel ? C'est plus facile de sous-traiter la ruine à un insider du pouvoir, surtout en haut de la pyramide...

La fin de l'histoire serait : Macron ne changera pas mais l'ENA s'écroulera.

Merci pour cet article fécond et de qualité mais auquel manque la fin...
Bonne chance à tous en 2018.

Michel Deluré

Il faut se méfier du "en même temps", surtout lorsque celui-ci conduit à pratiquer le grand écart, à tenter de concilier les inconciliables, à ménager la chèvre et le chou. Une telle pratique risque alors de devenir vite intenable, mettant en évidence les incohérences d'une politique, ses contradictions, la rendant plus difficilement lisible.
Ce "en même temps" n'est trop souvent qu'un emballage trompeur, donnant l'illusion que l'on va satisfaire tout le monde alors que l'on a parfaitement conscience que cet objectif est inatteignable et qu'au bout du compte personne ne sera satisfait.

Exilé

Tous ces événements médiatisés à outrance tournant autour des « migrations » - qui devraient plutôt être qualifiées d'invasions - jouent plus sur l'émotion que sur la raison, parfois à l'aide d'images dont la signification a été détournée, tout en exerçant sur les Européens, et sur eux seuls, un véritable chantage au nom de bons sentiments relevant des principes propres à leur civilisation, souvent moqués par ceux-là même qui cherchent à en profiter.
Et des bons sentiments à la bêtise, il n'y a souvent qu'un pas.

Mais qui sont les gens qui, chez nous dans certaines associations, ou bien à bord des navires, ou bien autour des points de départ, ou bien dans certains milieux d'affaires, se livrent en réalité à des actions subversives et de déstabilisation des nations européennes sous le masque d'opérations humanitaires destinées à faire pleurer dans les chaumières ?

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2018/06/18/31003-20180618ARTFIG00121-goldnadel-quelques-questions-au-sujet-de-l-aquarius.php

Zonzon

ACTE I Médée

Le monde antique. Un mythe parmi d’autres. Ce n’est pas au programme des écoles pour tous. Déjà la Princesse de Clèves…
Médée ! Ah la la ! On a d’autres problèmes, figurez-vous ! Des occupations plus saines, des centres d’intérêt plus revigorants.

Reste les cinéphiles. Ceux-là savent ! Pour toujours. Un film hors du commun ! Les images, les plans s’y déroulent, abrupts, sauvages, inattendus, surprenants de beauté. Une « restitution » de l’Antiquité telle que l’imagine le poète, l’historien, le plasticien. Authenticité pour les couleurs, les costumes, les statues totémiques, les bijoux, les armes, les plats, jusqu’au moindre gobelet.
Tourné au fin fond de l’Anatolie avec des figurants du lieu, des visages du temps, des « trognes » immuables ! Plus une courte incursion à Pise, pour les marbres du Camposanto.

Au travers de cette véridicité méticuleuse sourdent l’âpreté, la bestialité, la cruauté du monde d’avant, sa frugalité et la perception de ses propres limites.

Médée-Pasolini ! On pense à la perfection de la peinture classique. A un Caravage.
Pasolini ! Un marxiste à la portée de toutes les bourses mais consommable uniquement par l’élite culturelle.
Pasolini-Caravage ! Deux artistes italiens (tautologie ?) qui eurent la même fin horrible !

Et puis la cerise du gâteau. Médée c’est Callas. Callas avec ses yeux immenses, sa noire chevelure, une Grecque des premiers temps, une Callas mythologique laissant apparaître une fragilité humaine, parant Médée d’une consistance inhabituelle, une Callas noyée dans les difficultés de sa propre vie.

Médée-Pasolini-Callas est le seul document visuel de la « comédienne » dont nous disposons.

breizmabro

@ Mary Preud'homme 19 juin 2018 à 00:14

Merci pour votre amical soutien mais pour une fois que j'ai un fidèle lecteur de ma pauvre prose, il ne faut pas m'en priver.
Je ne sais si vous vous rendez bien compte mais un intellectuel blogueur tel que Deviro (:D) capable de me citer six mois plus tard est à préserver (sans réserve ;))

Adéo Mary ;)

Pierre-Antoine

Au-delà des souffrances individuelles et des drames collectifs, l'immigration est, hélas, devenue une économie à part entière.

Un commerce basé sur la loi de l'offre et la demande avec des commerciaux (les passeurs), des réseaux de distribution (les filières), des stocks de produits (les migrants), des clients (les administrations et associations), un chiffre d'affaires (des milliards d'euros), des publicitaires (les médias) et des sous-traitants (les partis politiques).

Et pendant ce temps des hommes, des femmes et des enfants souffrent, enfermés dans l'illusoire emballage étiqueté "meilleur avenir" !

marie

"Mamadou Gassama : retour d'un héros au pays natal"

http://fr.africanews.com/2018/06/17/mamadou-gassama-retour-d-un-heros-au-pays-natal//

Wil

Comme quoi on n'a pas besoin de dépenser des centaines de milliers de dollars pour envoyer un idiot de plus à Stanford (je sais, je sais... il n'est pas idiot), la culture ne fait jamais l'intelligence.
Il ne sera jamais Einstein. Stanford ou pas.

Bonne équipe de football à Stanford ce qui n'est pas courant pour une bonne université sur le reste.
On a souvent l'un sans l'autre.
Andrew Luck, McCaffrey, juste pour dire que je sais de quoi je parle.

Claude Luçon

A propos de migrants un rien de cynisme peut-être comme disait notre Président aux Italiens ?

Donc qu'est en réalité ce vaste mouvement migratoire dont nous sommes les témoins ?
Clairement le refus des citoyens de bien des pays ex-colonisés, indépendants depuis soixante ans, de vivre sous cette forme de régime d'indépendance à l'africaine.
Conséquence : ils fuient vers les anciens pays colonisateurs pour y vivre mieux.
Il ne s'agit pas d'un Grand Remplacement mais d'un Grand Replacement !
Ils ne viennent pas nous coloniser, au contraire ils se recolonisent tout seuls, volontairement, chez nous.
A la limite on peut en conclure que pour tous ces migrants c'était mieux dans le bon vieux temps de la colonisation ?
Pour nous il s'agit de savoir si nous voulons redevenir colonisateurs, mais chez nous cette fois.
Onfray nous prêche le retour à la saine vie paysanne d'autrefois, les migrants viennent rechercher la vie saine et tranquille de la colonisation d'autrefois.
Ils préfèrent être colonisés chez nous que d'être théoriquement libres chez eux où ils n'ont rien à manger et doivent endurer les épidémies de sida, choléra et Ebola.

A titre de prévention pour les cœurs tendres (les bleeding hearts) j'ai vécu 21 ans en Afrique noire et 8 ans au Maghreb, APRES la décolonisation, et je me souviens très bien ce que me disaient les Africains du genre : "Ils reviennent quand les Français ?". Pour être vraiment honnête c'était une femme algérienne qui m'a posé cette question en 1974.
La grande majorité de ces migrants ne viennent pas nous conquérir ils viennent chercher le bon vieux temps.
Tous ceux de nos concitoyens qui les aident sont en fait, sans s'en rendre compte, les nouveaux colonisateurs.

Raisonnement tordu certes, mais réaliste !

Wil

"La politique migratoire ne sera pas le tombeau du "en même temps"."

Bien sûr que ce sera le tombeau de Macron le banquier.
Il s'en fiche ! Ce n'est pas son problème, tout ce qui compte pour lui c'est que le business continue.
Et allez, on vend ADP !
Qu'est-ce qu'avait dit Philippot dans son débat face à Macron, ministre de Hollande, dans "Des paroles et des actes" ?
Vous allez tout vendre ; et Macron comme d'hab avait menti comme un arracheur de dent en jouant sur les mots.

Philippot avait raison.

https://www.youtube.com/watch?v=wvAH6sMcXrA

Ange LERUAS

Dans l'ensemble des interventions sur ce sujet d'émigration je vois beaucoup de prises de postion pour ou contre, pour exclusivement ce qui se passe aujourd'hui, mais très rarement pour ne pas pas dire pas du tout sur la situation de demain et savoir si ce qui se passe aujourd'hui ne se passera plus l'an prochain ?
Comment faire pour que nos problèmes au présent n'en soient plus demain ?

Cette émigration est-elle majoritairement celle d'exilés politiques ou d'exilés économiques ?

Elle est majoritairement celle d'exil de surnatalité, tel qu'expliqué dans mon commentaire du 18 à 10h35.

Ce n'est que quand nous commencerons à parler d'exilés, de migrants, d'immigrants ou émigrés pour cause de surnatalité que peut-être nous pourrons intervenir pour tenter de trouver une solution à l'émigration.

Notre problème c'est la surnatalité et comment faire pour éradiquer cette cause. C'est bien complexe, j'ajoute donc à mon précédent commentaire une suite, dans l'attente que vous nous écriviez mieux et non pour dire oui ou non, à condition que, mais comment faire pour que ce problème n'en soit plus un.

Revenir à une population équivalente à celle de 1978 pour préserver notre régénération de la planète compromise par ces surnatalités paraît bien difficile.
De ce fait, il est urgent a minima de maintenir à stagnation la population (moins de 11 % de sexe féminin de moins de vingt ans dans les populations nationales) ; cela devient crucial, même si c’est plus compliqué que mettre de l'ordre dans l'économie afin qu'elle soit compatible avec le vivre-ensemble. De même, diminuer la dette commence par ne plus faire de déficit qui obligerait à l'emprunt. Quand allons-nous commencer à régler ces équations ?

Faire comprendre que la vie sur Terre est compromise - quand certains enseignent que l'apocalypse est le passage obligé pour atteindre un autre monde plus parfait (ailleurs que sur la Terre) - devient le défi de notre siècle.
Si nous voulons y parvenir, il faut que cesse cette vision que la vie sur Terre n'est qu'une étape pour atteindre l’au-delà en passant par cette apocalypse dont saint Jean dit avoir eu la révélation dans sa grotte, après l'explosion de la foudre qui l'a ébranlée, et dont Mahomet, dans sa grotte lui aussi, affaibli après quarante jours de jeûne (comme Jésus a jeûné quelques siècles plus tôt), dit avoir eu la révélation par l'ange Djibril (Gabriel, pour les chrétiens, le même qui a fait l'annonce à Marie et qui est apparu à Abraham).
Mahomet nous dit que l'islam est antérieur au judaïsme et à la chrétienté, lesquelles religions ont déformé l'islam, d'où la venue de l'ange Gabriel pour y mettre bon ordre, laissant entendre qu'il n'aurait jamais dit à Abraham que Dieu refusait le sacrifice humain, ni ordonné à Moïse et à Jésus « Tu ne tueras pas », mais révélé la vraie parole de Dieu à Mahomet : « Tu tueras ceux qui se mettent en travers du chemin de ta foi, qui te mène jusqu'à moi ! »
À chaque fois, les révélations de l'ange Gabriel dans les Évangiles, Djibril dans le Coran et Ġabrīēl dans la Torah ont été « paroles d'évangile » pour des siècles et des siècles, pour ceux qui se référent à ces apparitions respectives.

Supposons qu'aujourd'hui, Gabriel, Djibril ou Ġabrīēl vienne nous dire : « Vous avez mal compris la parole de Dieu. Dieu veut que toutes les confessions apprennent à vivre ensemble, et mon domaine est ouvert à ceux qui, sur Terre, font autant pour les autres que les autres font pour lui de choses agréables et utiles à la vie ! »

Serait-il cru ?
Si nous sommes raisonnables, que la raison l’emporte sur les croyances ou ce que d’autres ont cru, il le faudrait, si nous ne voulons pas arriver à la destruction de notre planète, parce que nous avons intérêt, même avec des croyances non incompatibles avec le vivre-ensemble, qu'elle soit cette terre promise où, petit à petit, nous découvrons des lois qui nous émerveillent quant à l'agencement de l'infiniment petit à l'infiniment grand, si bien ordonné, hormis lorsqu’il s’agit de l'homme qui à la science va préférer ses idéologies, pour arriver à ce que quelques-uns décident, un petit nombre agisse et une grande majorité laisse faire.

N'est-ce pas le plus grand nombre qui laisse faire les plus responsables ?

Commençons à réviser nos préjugés pour les remplacer par la réalité et agir. N'est-ce pas la somme des comportements de chacun de nous qui fait ce que notre société est ?

Wil

Je croyais qu'au début on devait recevoir les réfugiés qui fuyaient le méchant Bachar el-Assad ? voire la guerre ?

C'est ça au début. Recevoir les réfugiés de guerre.

La guerre est finie en Syrie donc pourquoi continuer à recevoir des "clandés" ?
Ah ben oui parce qu'ils sont malheureux dans leur pays.

Mais c'est leur problème !

Donc si on suit cette logique absurde, le moindre gamin africain qui ne reçoit pas sa PlayStation pour Noël est un réfugié politique.

Giordano Bruno

Pauvres, pauvres Suisses... Imaginez un peu les catastrophes qui les attendent :

1°) Ils n'ont plus de statut des fonctionnaires, donc les travailleurs suisses, en loques et affamés, vont se précipiter en France par vagues migratoires, traversant le lac Léman en barques surchargées, tels des Libyens en Méditerranée.
(C'est le grand Oracle Mélenchon qui me l'a dit.)

2°) Avec leur régions très décentralisées, les différentes "ethnies communautaristes" vont s'adonner au "séparatisme identitaire", et leur Etat va voler en éclat.
Sniff... les pauv'choux. Comme ils doivent se lamenter, en sanglots et s'arrachant les ongles, de ne pas avoir été organisés par ces jacobins que le monde entier nous envie.
(Surtout en Europe du Nord, pardi !)

3°) Et en plus, comme ils ont bêtement respecté les quatre langues qui sont parlées dans leur pays, leur pays va perdre son unité... c'est sûr... c'est Chevènement qui m'l'a dit. N'ayant pas eu la chance d'avoir été uniformisés comme en France...

A tous les coups, vous allez voir :

L'équipe de foot suisse va quitter la Coupe du monde pour demander l'asile politique chez Poutine, comme Depardieu. Tandis que Marc Rosset, Stanislas Wawrinka et Roger Federer vont s'exfiltrer dans la banlieue parisienne pour y donner des cours de tennis afin de ne pas mourir de faim.

Les vertus de la démocratie directe où le vote du peuple est force de loi.

Imaginer la même chose en France relève de la pure utopie, déjà nos politiques frileux auraient peur d’opposer les Français entre eux, eh oui c’est un concept purement franchouillard et une bonne excuse pour ne rien faire !
Une votation sur le statut à vie des fonctionnaires qui n’ont en contrepartie de cet avantage aucune contrainte, une votation pour le statut des cheminots et dans la foulée une votation sur le droit de grève dans les transports que l’on pourrait aménager à l’italienne…
Voilà une véritable démocratie en place et non pas les dérives de certains qui imposent leur loi au détriment de l’intérêt général.
On est entré depuis des lustres dans la tyrannie des privilèges sous couvert de pseudo-luttes sociales où une minorité impose sa force à la majorité.

Wil

Ce blog, c'est l'endroit où des plus losers que moi s'exposent. Une sorte de salon de thé de province 2.0. pour les abrutis.
Ils sont entre eux depuis tellement longtemps à boire le thé qu'ils se prennent pour des lumières.
Ils me font penser à l'allégorie de Platon qui parle d'une grotte dont les occupants ne voient jamais l'extérieur et donc ils s'imaginent des génies.
Et ben c'est ça, le blog de M.B.
C'est une éternelle discussion entre génies dans une grotte, et moi je viens, je pars, j'ai le droit puisque je suis alcoolique donc personne ne me prend au sérieux. Cool.

Mary Preud'homme

@ Deviro et Savonarole

Les rosseries entre femmes procèdent de l'humour ordinaire que la gent masculine ne semble pas souvent comprendre et encore moins goûter ! Comme si l'humour au féminin de breizmabro ou d'une autre leur paraissait incongru ou leur faisait de l'ombre !
Alors que même entre frangines et bonnes copines, on s'en envoie parfois de sévères sachez-le Messieurs, avec retour à l'envoyeur bien gratinées. Généralement cela nous fait beaucoup rire et n'a absolument rien de méchant !

Lucile

"Je répète mon conseil, fuyez pendant qu'il en est encore temps".
Rédigé par : agecanonix | 18 juin 2018 à 17:21

Devenir un migrant ? Mais où aller ?

sylvain

@ hameau dans les nuages | 18 juin 2018 à 21:01

Merci cher hameau ! J’en fais l’expérience tous les jours ; ces de gauche sont indécrottables sur tous les sujets "humanitaires" : avec les Roms ils étaient "pour" mais pas en bas de chez eux, ils sentent mauvais ! Les logements sociaux ils en veulent toujours plus mais pas en face de chez eux, y a des drôles de pékins dans ces gourbis ; sur l'homosexualité, ils sont contre les fachos homophobes de la LMPT mais attrapent des crises le jour où ils apprennent qu’un de leurs enfants est homo ; l'EN c’est bien pour les autres mais leurs enfants sont dans des écoles privées, cathos de préférence ; ainsi de suite.

Pas besoin d’aller sur les réseaux sociaux pour aller débusquer ces guignols charlatans charlots démagos hypocrites faux derches, suffit de tourner la tête et regarder autour de soi.

Savonarole

@ Deviro | 18 juin 2018 à 21:13

Vous êtes en colère Deviro.
Breizmabro a eu tort de dire tout cela.
Brigitte Trogneux appartient à une génération, la mienne, qui a la chance d'être née après-guerre et dont la longévité dépasse de trente ans celle nos parents.
Nous sommes nés sous le soleil d'un nouveau monde, les Beatles, les Rolling Stones, Woodstock, l'amour libre, le boom économique, la Californie, que chantait Julien Clerc...
Et puis, quand tout ça s'évanouit et part en quenelle, il ne nous reste plus qu'à rafistoler ce qu'on a connu de meilleur.
Certains se réfugient dans l'apparence, "paraître ou mourir", comme disait un dandy, Baudelaire je crois. En fait, Brigitte Macron est un dandy.
"Un dandy doit aspirer à être sublime sans interruption, il doit vivre et dormir devant un miroir".
Ça n'est pas pour me déplaire, elle ressuscite une élégance perdue.

Wil

"En revanche le ministre italien de l'Intérieur et chef de la Ligue (extrême droite) [...) Matteo Salvini a été vertement sermonné par ce dernier (Macron) qui a dénoncé "la part de cynisme et d'irresponsabilité"."

C'est bizarre, quand je lis ça au milieu du texte de M.B., j'ai un trip : c'est Luchini qui le dit.
Vous savez, avec cette rapidité d'élocution sur le début du texte, avec quelques commentaires personnels jusqu'à ce qui lui semble important où là il hurle quasiment et en fait des tonnes.

Donc, Luchini : "blablabla... oui, ceci, cela, donc... blablabla... MATTEO SALVINI !" STOP ! Luchini s'arrête. Plus bas "Matteo Salvini a été vertement sermonné par Macron", "imaginez la puissance de cette phrase ! Le président français qui sermonne le Premier ministre italien.
Bref, je n'ai pas le talent de comédien de Luchini, surtout à l'écrit et donc je vais m'arrêter là mais je crois que M.B. ne se rend pas compte à quel point ce qu'il écrit est d'une stupidité crasse.
Comme si l'Italie avait des leçons à recevoir de la France éternellement hypocrite et surtout du blanc-bec Macron. Non mais on rêve !
FORZA ITALIA !

Savonarole

"Je répète mon conseil, fuyez pendant qu'il en est encore temps."
Rédigé par : agecanonix | 18 juin 2018 à 17:21

Ah,ça c'est sûr, ça fait belle lurette que je l'ai compris !

Lucile

Alors que l'immigration est un sujet crucial et urgent, il n'y a aucun débat, aucune explication, aucune décision. Les événements sont traités au coup par coup, de façon feutrée, personne ne se prononce sur rien, il ne faut faire de peine à personne, ne pas dire un mot de trop, attendre et faire durer le plus longtemps possible cette période d'indécision.

Le gouvernement déploie certes des trésors d'intelligence, mais pour quoi ? pour nous faire oublier que c'est la grande question, dont dépend notre avenir. Intelligence ou roublardise, il pratique l'évitement mine de rien. Il se livre à une pantomime surréaliste pour nous endormir avec toutes sortes de mesures et de pseudo-réformes, montées en épingle à grand renfort de communication. Ses manœuvres plaisent encore à certains, qui préfèrent penser que nous sommes guidés d'une main sûre, mais en Europe certains peuples en première ligne comme l'Italie, commencent à soutenir que le pourrissement de la situation n'est pas une solution acceptable pour eux, et ils sonnent le réveil.

Exilé

Voilà une photographie qui montre des « humanitaires », accoutrés de tenues et de masques antimicrobiens, face à leur cargaison de « migrants » qu'ils baladent dans tous les ports de la Méditerranée pour prouver au monde entier qu'ils sont humains, altruistes et généreux :
http://i.f1g.fr/media/figaro/1500x/2018/06/11/XVM699aa5f4-6e4f-11e8-8508-06bec166482c-805x453.jpg

C'est bizarre, mais cela me rappelle un peu le temps des galères...

Exilé

@ Ange Leruas
« Mais nous, nations riches, ne sommes-nous pas autant responsables, en ayant laissé se développer cette surnatalité ? »

Une nation qui est endettée jusqu'au cou n'est pas une nation riche, ce n'est même pas une nation pauvre, c'est une nation plus que pauvre, en dépit des apparences...

Deviro

@ breizmabro | 18 juin 2018 à 18:23
"Emmanuel Macron multiplie les voyages à l'étranger depuis son entrée à l'Élysée. Il a effectué au total 37 déplacements, dont 23 en Europe et 14 dans le reste du monde. Mais à quoi ont-ils servi --concrètement ?
Qui peut (veut) me donner la réponse ?"

Mais vous avez donné vous-même la réponse ! C'est pour voir ses potes chefs d'Etat qui lui offrent GRATOS les finitions des opérations que votre perspicacité (cf. Claude Luçon) a repérées chez son épouse Brigitte Macron :
Vous n'avez quand même pas oublié votre "relevé" de 2017 ?

"Remonter la poitrine au plus haut : ça, c'est fait.
La liposculpture ou liposuccion : ça, c'est fait.
Le lifting, ça, c'est fait.
Les implants capillaires, ça, c'est fait.
Les dents "sourire" : c'est fait.

A votre avis elle pourrait faire quoi en plus pour faire croire qu'elle a l'âge de son mec ?"
Rédigé par : breizmabro | 21 novembre 2017 à 20:59

Bref, chez l'épouse du président de la République, tout est bidon, les seins, les cuisses, le ventre, le visage, les cheveux et les dents...
Les finitions, "ça coûte un pognon dingue", d'où les voyages à l'étranger, vous avez tout deviné !

hameau dans les nuages

@ sylvain | 18 juin 2018 à 08:39
"Y aura bien quelque Herrou entre Irun et Perpignan pour assurer la relève du crétin des Alpes."

:) Il y a...

Entre de la plomberie et du carrelage, je m'amuse à aller sur Facebook pour coincer ce genre d'individus qui aimerait en accueillir.
Dernièrement j'ai eu une belle prise en la personne d'une femme qui "likait". Immédiatement j'ai lancé ma ligne en allant sur sa page voir son profil, ses photos, ses hobbies et bien sûr ses convictions, dont celle de pouvoir accueillir un ou deux clandestins mais en ajoutant, faux-cul, qu'elle ne le peut pas car vivant au fond d'une vallée où personne ne passe.

Bien évidemment Hameau est peut-être dans les nuages, surtout en ce moment, mais l'enquête a vite abouti et j'ai trouvé rapidement sa commune et son lieu d'habitation. En fait de fond de vallée, elle habitait à l'entrée de la vallée d'Ossau donc sur la route du col de Pourtalet, point de passage pour l'Espagne.

Sans me démonter, poliment, avec plein d'égards, je lui envoyai un message privé pour lui indiquer que j'avais pris note de son désir d'accueillir des migrants et l'engageai à se rapprocher de sa mairie.

Je n'eus pas longtemps à attendre pour que l'hameçon morde. Panique totale de la dame, me demandant comment j'avais trouvé son adresse qui devait rester privée car, tenez-vous bien, elle désirait rester incognito dans son havre de paix isolé.

Etant pour le "no kill", je relâchai ma prise en lui rappelant que dans les années 60 des gens comme elle protestaient contre la venue de main-d'oeuvre maghrébine exploitée chez Simca et Renault et que ce faisant elle participait par "humanisme" à une nouvelle forme d'esclavagisme allant engendrer d'énormes tensions parmi les travailleurs pauvres et les chômeurs. Ils étaient donc pour faire suer le burnous avec le soutien de Gattaz.

Amusez-vous si vous avez un moment, c'est un délice de leur rappeler leurs contradictions. Pas sur la page Facebook d'Herrou. Il ne laisse que les commentaires à son avantage, j'en ai fait aussi l'expérience.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS