« Rafael Nadal, une leçon de vie... | Accueil | Il faut tenir ! »

12 juin 2018

Commentaires

genau

Mais pourquoi se poser des questions ? La France reste la France, avec ses désarrois, sa haine de la réussite, son marxisme endémique, sa fonction publique qui ne rêve que de guichets grillagés avec une toute petite ouverture, rarement désoperculée et des chiennes de garde qui vous aboient à la figure "Squevouvoulé ?h".
Elle raffole de ses serveurs parisiens mal embouchés, et de ses syndicalistes babyloniens.

Surtout, elle est avant tout un "ventre", avec des kilomètres d'intestins qui fermentent des matières organiques indiscernables finissant leur course méphitique dans des flatulences individualistes.

Bien évidemment, elle n'a pas le monopole : la férocité des luttes économiques, dont la stratégie est normalement réservée aux spécialistes, envahit la planète entière comme il l'a toujours recouverte, passé le temps de l'innocence. Le fretin, lui, est aujourd'hui livré aux bouches en cul de poule des présentatrices de médias qui férulent les contrevenants à la doxa. Ô les mines consternées de ces vedettes quand un mot, que dis-je, un phonème, vient troubler la surface de leur Stymphale dont elles sont les oiseaux dévoreurs. Quel dieu nous fournira des cymbales pour les faire sortir de leur repaire et passer au ball-trap ?

Elle est, la France, la plage sale et asservie dans la jonchée de canettes, de serviettes et de plastique non recyclable découverts sous les pavés qui, bon gré mal gré, continuent à servir de réserve de munitions.

Pourtant, à l'horizon inatteignable, on voit cheminer les ouvriers qui savent décevoir les bourreaux du PC, les artisans, fatigués des obligations conçues par des invertébrés, et tous ceux qui, sans bruit, pétrissent le pain que Wauquiez mangera, maîtrisent le fil dont les chefs se vêtiront, pressent le raisin que Buzyn condamnera, construisent les engins les plus performants, inventent les algorithmes les plus troublants, pour toujours incapables de décider au-delà de leur fonction et bien obligés d'entendre clabauder ceux qui ont peur des idées qu'ils n'ont pas inventées.
Le peuple ne s'est jamais levé pour lui-même, c'est une tautologie. La démocratie ne facilite rien d'autre que le bégaiement des opinions
Les idées marchent à part. QED

Exilé

@ Marc GHINSBERG
« La liberté, l’égalité, la fraternité ? »

La première des fake news, comme on dit en sabir macronien ?

 hameau dans les nuages

@ Exilé | 12 juin 2018 à 08:54

Tout à fait. Je me souviens d'un élu "de droite" faisant la tournée de ses électeurs potentiels dans les villages avoisinant la sous-préfecture, et s’arrêtant à mon domicile plus particulièrement pour discuter avec mon épouse qui s'était présentée pour un parti qui cherchait des volontaires kamikazes ; car à l'époque être visionnaire relevait de l'inconscience vu les risques encourus dans une terre radicale de gauche.

"Vous savez madame, nous pensons la même chose !" "Alors dites-le !", "On ne peut pas madame, on ne peut pas..."

Depuis nous cultivons notre jardin, satisfaits d'avoir eu raison trop tôt. Nous rions sous cape de les voir découvrir l'eau chaude. Il fallait qu'ils se brûlent.

olivier seutet

Qui regrette l’épouvantable 20e siècle et la sauvagerie de ses dictatures, qui regrette le 19e siècle et l’effroyable misère sociale qui a accompagné l’industrialisation ? Personne, sauf peut-être quelques trotskistes ou quelques fachos qui n’ont toujours pas ouvert les yeux sur les crimes du passé, ou encore quelques "républicains" qui croient que le slogan « liberté, égalité, fraternité » a apporté un quelconque réconfort aux faibles et aux opprimés.

La France et les Français qui l’ont faite, c’est une idée qui transcende les tristes idéologies que par une mascarade indigne on veut nous présenter comme porteuses des valeurs de la République ; la France c’est le mouvement, comme l’a montré Braudel, d’une ethnogenèse issue des siècles passés, qui peut continuer de prospérer, ou qui peut disparaître.

Le tract porte dans son slogan de couverture « la France aux Français », une idée très simple qui est celle d’un choix de l’avenir du pays, de quel futur désire-t-on gratifier les générations futures : dilution dans un village mondial qui me paraît être une imposture, ou effort pour sauvegarder un socle sur lequel mieux construire. Il n’est pas bizarre que cette proposition suscite l’irritation : elle est trop franche pour ne pas faire croasser les hypocrites qui taxent de conservatisme tout ce qui s’écarte du culte de leurs idoles.

Achille

Bonjour,

Désolé mais Laurent Wauquiez je ne l’aime pas.

Je ne peux que m’incliner devant ses facultés intellectuelles très au-dessus de la moyenne, mais elles sont totalement dévalorisées par une absence de qualités morales.

Ses propos sur Nicolas Sarkozy en février dernier lors de sa conférence devant des étudiants de l’Ecole de Management de Lyon situent la fourberie du personnage.
L’intelligence n’excuse pas tout. Talleyrand aussi était très intelligent, cela ne l’a pas empêché d’être traité par Napoléon de « merde dans un bas de soie ».

C’est d’ailleurs en termes similaires que Nicolas Sarkozy s’est adressé à LW après avoir eu vent de ses vacheries.
« Bullshits » ou « fake news », le problème n’est pas là. Il est difficile de prétendre devenir le chef d’un parti comme LR, émanation du gaullisme, avec un tel comportement.
« Pour que la France reste la France », encore faut-il que ceux qui se revendiquent de sa grandeur ne la rabaissent pas par des comportements dégradants.

Restent ses idées largement inspirées de celles du FN. Eh bien ses idées non plus je ne les aime pas sous la forme où il les présente.

Exilé

Je n'oublie pas que Virginie Calmels, avec sa frileuse maladresse, a été, comme d'autres avant elle, piégée par la peur panique, face à un média progressiste (pour être aimable), de laisser apparaître la plus petite similitude entre le RN et les LR.

Cher monsieur Bilger, vous avez compris le fond du problème.
Ces gens-là, qui pour certains se font passer pour des gens de droite, tremblent de peur devant le qu'en dira-ton, en fonction d'interdits et de consignes imposées par ceux-là même qu'ils sont supposés combattre avec résolution à savoir les nuisibles de la gauche, au lieu de les envoyer paître.

Pourquoi le RN serait-il condamnable et la gauche respectable, alors que le premier ne cherche qu'à défendre la France et les Français et que la gauche ne cherche qu'à la détruire en sapant ses fondements, dont les vertus qui lui ont permis de naître et d'exister ?

Quant à monsieur Wauquiez, ce n'est certes pas le pire des hommes politiques, il lui arrive de débiter quelques âneries mais peut-être moins que d'autres et le créneau qu'il prétend défendre semble cohérent.
Mais il n'arrivera à émerger et à se construire une image de chef que quand il aura décidé de franchir les diverses lignes rouges, véritables barbelés idéologiques dressés par des gens pas très recommandables, en disant à ses amis : « c'est comme ça et pas autrement ».

Bien entendu, il pourrait s'attendre à une levée de boucliers, y compris dans son propre camp, mais qu'importe, cela lui permettrait de voir qui est qui et de débarrasser la droite des loups déguisés en brebis qui l'infestent, dans la suite du mouvement qui s'est amorcé en 2017 quand des déserteurs ont rejoint le camp macroniste.

Tant que ce travail d'assainissement n'aura pas été fait, les Français auront du mal à reprendre leur destin en main.
Et c'est justement ce que cherchent à éviter ceux qui haïssent une France française.

Marc GHINSBERG

« Pour que la France reste la France. »
Voilà un slogan qui devrait plaire aux conservateurs de tout poil. À tous ceux qui pensent que c'était mieux avant. L’immuabilité contre le mouvement, Parménide contre Héraclite. Comme si la France n’était pas le fruit d’une évolution.

Mais au fait c’est quoi la France ? La liberté, l’égalité, la fraternité ? La tolérance, un certain art de vivre ? Les racines chrétiennes qu’on invoque en oubliant les valeurs qu’elles portent ? La philosophie des Lumières, le triomphe de la raison contre les superstitions ?

Et si ce slogan d’une banalité apparente masquait une France diverse traversée par des tendances contradictoires qui se sont opposées tout au long de son histoire ?

Ce slogan en fait est de mon point de vue creux comme un radis. On dira qu’il s’agit de l’identité de la France. Sauf que ce mot d’identité recouvre des conceptions différentes, de la France monarchique fille aînée de l’Eglise à la France révolutionnaire portant des valeurs universelles, de la France de Barrès à la France de Jaurès.

En fait ce slogan révèle les contradictions qui traversent le parti républicain et qui exploseront à l’occasion des prochaines élections européennes.
Il va falloir que Laurent Wauquiez se prononce clairement sur ce sujet et cesse d’agir au cas parka !

Claude Luçon

"Pour que la France reste la France".
Il n'y a qu'en France qu'une telle chose puisse susciter une quelconque polémique.
En d'autres temps on appelait cela une lapalissade, mais l'ENA n'existait pas encore.

Pourquoi pas aussi :
* Pour que le soleil continue de briller !
* Pour que la lune persiste à créer les marées !
* Pour que la Loire coule toujours aux pieds de ses châteaux !
* Pour que la Corse reste en Méditerranée !
* Pour que les Français restent bavards et râleurs !
etc.

L'art de parler pour ne rien dire quand en fait on devrait demander :
* Pour que la guillotine soit rétablie et robotisée !
Il y a tant de têtes bavardes à couper, il nous faut un vrai grand dégagisme au lieu du grand remplacement de Renaud Camus qui se trompe de terme.

Sauf bien sûr si Wauquiez se réfère aux mouvements des plaques tectoniques et que la France deviennent la partie nord du Maghreb après disparition de la Méditerranée et submission de la plaque africaine sous la plaque européenne ce qui faciliterait la migration sud vers nord.

Qu'importe le sujet pourvu qu'on ait l'ivresse de parler !

Patrice Charoulet

L'extrême gauche et l'extrême droite critiquent le gouvernement actuel. Qui peut s'en étonner ? Mais je suis de ceux qui en sont restés au vieux clivage gauche-droite.Le film de Serge Moati, « Ma dernière campagne », que l'on a pu revoir tout récemment sur France 5 Monde, a rappelé à tous ceux qui ont une mémoire de poisson rouge les conditions folles, rocambolesques, inimaginables, dans lesquelles la dernière campagne présidentielle s'est déroulée. Le gagnant a été premier dans un concours de circonstances. Il a bénéficié d'une série de coups de bols, alors que la droite classique (RPR , UMP, LR..) DEVAIT gagner.

Quels que soient les talents de M. Macron, je reste fidèle à ma famille politique. Après avoir soutenu le général de Gaulle, Pompidou, Chirac, Balladur, Sarkozy, le survivant de la primaire, Fillon, je soutiens le président élu de mon mouvement politique, Laurent Wauquiez. Il déplaît à beaucoup ? La belle affaire. Il ne me déplaît nullement, à moi.

Les médias, la doxa, le microcosme, Libé, Le Monde, L'Obs, Radio France, Le Canard et le reste savent très bien que ni Mélenchon, ni MLP, ne peuvent menacer M . Macron à la prochaine présidentielle, aux élections municipales, législatives... La vraie cible, la vraie menace, l'homme à abattre par tous les moyens est le chef de la droite classique. Cette histoire, la dernière en date, de France et de tract, ne peut émouvoir et indigner que les adversaires de MA droite. Elle ne me fait ni chaud ni froid.
Je voterai pour Laurent Wauquiez à la prochaine présidentielle et pour tous les candidats LR à toutes les élections intermédiaires. Et je ne souhaite évidemment aucune alliance avec le mouvement lepeniste, contrairement à vingt commentateurs d'ici, dont on connaît le nom ou, plus fréquemment, le nom de guerre.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS