« Il faut interpeller les politiques ! | Accueil | Faut-il être chiche de la chicha ? »

20 juin 2018

Commentaires

Catherine JACOB

Alors, j'ai regardé et écouté (une seule fois, donc dans les conditions de l'exercice de mémoire que je prête au Jury) deux des vidéos hier et soir (Lorraine THOUERY 7'37" et David JAROUSSEAU - 9'34", le vainqueur donc, écouté et regardé en premier en me disant que si les autres faisaient pâle figure ensuite c'est qu'il était vraiment le meilleur), et deux ce matin (Rachid MADID - 6'31" et Alexandre COMBRALIER - 8'40"). Les temps sont ceux de la longueur de la vidéo postée mais il convient de leur retrancher quelques secondes pour obtenir la longueur de discours.

Si j'avais fait partie du Jury, aurais-je moi aussi voté pour celui qui a adopté la posture physique du conquérant et fait le choix de la répétition qui marque les esprits plutôt que celui de la réflexion ? Je n'en suis pas certaine. Mais sans doute suis-je mauvais juge de la parole.
J'ai davantage tendance en effet à m'attacher à la teneur des discours ainsi qu'à la condition de longueur de temps, laquelle, pour convaincre, fait sans doute davantage que force ni que rage, sous réserve toutefois de ne pas ennuyer en traînant en longueur.
Or donc, pour moi il convenait d'employer dix minutes et non pas 9, ni 8, ni 7 ni moins de 6 à développer oralement une problématique sur le sujet de la moralité du conquérir.

J'observe donc, des quatre candidats aucun n'a tenu les dix minutes, mais dans l'ignorance de la pénalité qui a pu être appliquée de ce fait je n'épiloguerai pas sur ce point.
J'observe ensuite que, du point de vue des règles françaises de développement d'une idée, aucun discours ne présentait de structuration très solide et aucun non plus également ne présentait, mais on ne saurait dès lors le leur reprocher, cette qualité essentielle pour par ex. les Japonais, qu'est l'émotionnel que nous avons tendance à qualifier chez eux de 'sensiblerie'.

Mais la parole, rien qu'elle, c'est à mon sens, de l'émotion. Or, quid de l'émotion ? Par ex. de l'émotion que suscite la situation de ce que j’appellerai 'l'être conquis'. Elle est parfaitement absente. Nous avons donc à chaque fois deux poids, deux mesures. Les quatre candidats se sont tous quatre fait les avocats du conquérant et ont également tenu la moralité pour une circonstance nécessaire du 'conquérir' sans s'interroger ou alors à peine, sur sa nature et encore moins sur sa nécessité.

Bref, je trouve que le meilleur potentiel rhétorique stricto sensu était celui de Rachid MADID. Mais d'une part il n'a tenu que quasiment la moitié du temps imparti à l'exercice, et d'autre part il m'a paru, tout comme par ailleurs Alexandre COMBRALIER le fabuliste, avoir un peu trop personnalisé son discours sans que cette personnalisation apparaisse nécessaire et découler du fil du discours.
Le héros du discours du malheureux Alexandre était lui-même un malheureux lecteur de Tacite pas "bien z'éveillé", lisant du latin à sa table... de travail ? que nenni, de chevet. Assis par terre donc ou encore debout, selon les modèles de table. Par ex. celle-ci ou encore celle-ci . La préposition 'à' introduit en effet un complément circonstanciel de lieu, en l'espèce sans déplacement.

Et donc, on a eu droit à Alexandre le Grand, l'élève de l'auteur de "Ethique à Nicomaque" dont la morale est politique, Aristote.
Ce personnage historique à l'esprit de conquête motivé moins par une volonté d'expansion géographique que par le désir de fusionner les cultures grecque et orientale et qui est parvenu à instaurer, brièvement certes, une unité politique dont le monde contemporain nous offre le parfait contre-exemple en ces mêmes lieux, n'a cependant pas été évoqué de ce point de vue qui eût pu être excellent, mais de celui d'une banale comparaison dont le point de départ était le prénom même du candidat, avec Guillaume le Conquérant qui a prêté le sien au lecteur de Tacite pas 'bien z'éveillé' à sa table de chevet.

C'est chez Rachid MADID que cette idée des fusions ou mutuelle influence des cultures des conquis et des conquérants s'est plus ou moins retrouvée, mais trop personnalisée et pas assez fouillée alors qu'il lui serait resté pas moins de quatre minutes pour approfondir cette question d'une actualité encore brûlante.

C'est chez la petite souris Lorraine THOUERY qu'on a vu cependant l'approche la plus pertinente de l'idée portée par le vocable de conquête dont seule la première syllabe a inspiré AC... (Ouoh, ouoh, ouoh !!), à savoir celle qui se retrouve dans le second terme d'une locution latine largement pastichée au fil des siècles et qui n'est pas de Tacite, mais de César : "Vēnī, vīdī, et vīcī".
J'ai nommé le 'Voir'. Celui de l’œil qui zoome entre les pattes du rapace à la recherche de proie et qui déclenche le désir de s'en emparer et fait alors de l'être désirant un 'être en demande' (quaero, quaestio : je demande, je supplie même, qui n'est pas nécessairement et directement un 'je m'empare de'), celui qui anime "la volonté de puissance" théorisée par Nietzsche au-delà de tout dichotomie morale.
Enfin, AC est le seul qui tente de maîtriser le temps, mais dont la consultation de sa montre apparaît plutôt compulsive.
Il aurait dû, ayant ce souci, enlever sa montre et la poser sur le pupitre de façon à y jeter mine de rien, un œil au besoin.

La critique est facile et l'art difficile, mais je me suis permis d'énoncer ces quelques remarques au fil de la plume avec l'idée que les candidats de la prochaine édition du concours de la parole pourraient les mettre à profit.

Herman kerhost

@ Robert Marchenoir | 22 juin 2018 à 14:41

Merci. Il fallait vraiment connaître le titre exact pour retrouver la vidéo. Même en tapant, en plus de "Frédéric Pottecher", "Les nuits de France Culture", "New York", il m'était impossible de la retrouver...

Giuseppe

@ sbriglia, chien dans un jeu de quilles | 21 juin 2018 à 15:13

"Bref, le monstre sacré."

Bref, celui qui n'existe pas.

Au fait, avez-vous fait quelques vocalises, placé la voix, dans quelques minutes le dernier acte va commencer, j'ai mis un peu d'Algipan c'est pas le moment de subir le claquage, le terrain est souple, la température idéale, pas de vent, la vie est belle, "Noir c'est noir…" ?
Le 14 juillet n'est pas si loin.

Véronique Raffeneau

@ Wil

Au sujet de Luchini, je n'ai pas parlé d'années de cours de comédie mais d'années de travail au coeur et dans le feu de la littérature.

Demandez à Depardieu de vous dire le bouleversement sans retour du jeune garçon de 13 ans muet qui découvre "Le Chant du monde" de Giono, demandez-lui de vous dire la portée et la dimension de ses années de lectures de Fiodor Dostoïevski, Theodore Sturgeon, etc. !

Cyrano, Jean Valjean, ces autres Depardieu, sont habités de tous ceux-là.

https://www.youtube.com/watch?v=HypYQpWYNv4

isa

Puisqu'il s'agit d'un concours de la parole et non d'un oral de philo, pourquoi ne pas donner aux candidats l'idée à défendre dans ses grandes lignes ? Partageant la même matière, les candidats seraient jugés uniquement sur la manière.

Wil

@ Véronique Raffeneau

Vous avez tort.
Il n'est point besoin d'années de cours de comédie pour faire un grand comédien.
Demandez à Depardieu.

Wil

On me dit qu'il y a eu vingt candidats, de 19 à 78 ans. Mais où sont les candidats de 78 ans ? Je veux les voir !
Qu'est-ce que c'est que ce "racisme" anti-vioques !
C'est honteux !
J'exige les vieux aussi.

Lucile

Bravo à tous quatre.

Ils ont conquis le jury, et cela n'a rien eu d'immoral.

Robert Marchenoir

@ Herman kerhost | 21 juin 2018 à 23:53

Le site de Radio France est une poubelle innommable... comme de nombreux sites des sévices publics. Impossible de s'y retrouver. Le nom de Frédéric Pottecher ne figure même pas dans le titre de l'émission !

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/un-pieton-a-new-york-1ere-diffusion-14061959-chaine-parisienne

sbriglia @ Véronique

Vous avez raison, Véronique... ce que je voulais souligner c'est que je ne discerne pas trop la différence entre le concours de la Conférence du stage, les Berryer et cet exercice...
Or Philippe voulait, et il avait raison, sortir du carcan des ces antiquités.

J'ai eu l'impression, en écoutant ces candidats, de me retrouver dans la bibliothèque de l'Ordre il y a un demi-siècle... décorum et acoustique en moins.

Véronique Raffeneau

@ sbriglia
"Loin de ces gentils candidats, appliqués, trop appliqués, sans grain de folie, qui ne renverseront jamais la table, mais méritants, combien méritants, courageux, vêtus de probité candide, parfaits somnifères..."

Depuis quand, sbriglia, ces candidats remarquables de finesse prétendent-ils rivaliser, dans l'expression de leur parole, avec F. Luchini, P. Bilger, E. Dupond-Moretti ?

Pour tous ceux-là (les Luchini, Bilger, Dupond-Moretti), ce sont des années et des années de métier. Pour le premier un travail sans cesse recommencé au coeur et dans le feu de la littérature ; pour le second une voix singulière dont l'impératif comme magistrat était de parler pour tous ; pour le troisième une parole ajustée au plus près près à la voix d'un seul ou d'une seule.

"Qu'on envoie Marchenoir et Savonarole les mettre aux arrêts !"

Ne confondez la parole avec pas l'écriture où le temps est infini pour composer, corriger, reprendre, recommencer, supprimer.

Savonarole le dit lui-même : il lui aurait fallu pas moins de cinq heures...

Herman kerhost

@ Robert Marchenoir | 21 juin 2018 à 17:16

Pourriez-vous, s'il vous plaît, cher Robert, fournir le lien de cette émission ? J'ai essayé avec le nom de ce monsieur, mais cela ne m'a pas suffi pour trouver la page en question.

Tipaza

"La conquête est-elle immorale ?"

Morales ou immorales, les seules conquêtes réussies dans l’Histoire sont celles orientées vers l’Ouest, aucune invasion orientée vers l’Est n’a jamais pu aboutir victorieusement.
C’est une des grandes lois de la stratégie militaire, de tout temps et de toutes les civilisations.

L’Islam conquérant à ses débuts est venu de l’Est et a envahi l’Afrique du Nord puis l’Espagne, ce même Islam reconduit sous d’autres formes la même invasion depuis le Moyen-Orient à l’Est vers l’Europe à l’Ouest.

L’Europe a envahi avec les conquistadors l’Amérique du Sud, toujours selon le schéma directeur d’Est en Ouest, et a envahi l’Amérique du Nord de la même façon. La fameuse conquête de l’Ouest l’explicite clairement.

Les tentatives d'invasion du Japon venant de l’Est ont échoué.
Je rappelle qu’au cours du XIIIe siècle, des hordes de Mongols balayèrent l’Asie et fondèrent un empire qui s’étendait de l’Europe orientale jusqu’en Corée. En 1260, après la chute de la Chine impériale aux mains des barbares, les Mongols commencèrent à regarder plus loin vers l’Est, vers le Japon. En 1274, une armée mongole débarqua sur l’île méridionale de Kyushu et livra un féroce combat aux armées de samouraïs. La nuit même, un typhon dispersa une partie de la flotte mongole, et les envahisseurs en déroute durent regagner le continent.
En 1281, les Mongols débarquèrent une seconde fois avec des dizaines de milliers d’hommes. Pendant deux mois, les fiers samouraïs tinrent leurs positions face à l’envahisseur ; puis un deuxième typhon vint à leur secours. Il détruisit lui aussi une grande partie de la flotte mongole, et des milliers d’envahisseurs tombèrent sous les sabres des samouraïs alors qu’ils tentaient de battre en retraite. Les Mongols n’attaquèrent jamais plus le Japon.

Ce deuxième typhon fut appelé kamikaze - « le vent divin » - et devint le symbole de la victoire dans l’esprit des Japonais.

Et sans aller aussi loin les invasions de la Russie par Napoléon et Hitler ont échoué piteusement.

PS : Je me demande si je ne suis pas hors sujet, mais comme je ne regarde jamais des vidéos et que j’ai quelques instants de libre, je donne mon avis !! ;-))

Robert Marchenoir

Un petit pas de côté, puisque nous sommes dans l'art oratoire (et toujours proches des tribunaux). France Culture, qui pompe les sous des contribuables mais est infichue de produire des émissions la nuit, nous refourgue ses vieilles bandes quand les poules sont couchées. C'est un mal pour un bien, car les invités sont en général infiniment plus talentueux que ceux d'aujourd'hui.

C'est ainsi qu'il y a quelques jours, elle a rediffusé un reportage réalisé à New York dans les années cinquante, par le célèbre chroniqueur judiciaire radiophonique Frédéric Pottecher, qui fut acteur à ses débuts.

A l'époque, rapporter ce qu'on voyait dans les rues de New York était encore sensationnel. Cela le reste, aujourd'hui, car c'est raconté avec l'art inimitable de Frédéric Pottecher, qui en a fait une vedette des tribunaux au même titre que bien des avocats.

L'émission est disponible sur le site Web de France Culture. On remarquera la qualité de la réalisation sonore, et la diction si particulière de l'orateur, dont la phrase ne se termine jamais. Un peu comme celle de Philippe Bilger, mais dans un genre bien différent.

Noblejoué

@ Tous ceux qui seraient tentés par l'affaire chicha pour s'attaquer au tabac et au vin

Pour le tabac, je suis contre interdire par principe, mais il ne m'inspire pas, alors écrire... Autant manger sans faim ou boire sans soif ou continuer un vin décevant.

A propos du vin et du reste, donc :

https://les5duvin.wordpress.com/2017/12/25/de-la-poesie-et-du-vin-en-perse/

vamonos

Très impressionné par le haut niveau d'expression des candidats et agréablement surpris par la profondeur des arguments portés lors des interventions, j'ai écouté et regardé les passages en vidéo.

Mon classement est différent de celui des professionnels qui ont mené à bien la rude tâche de désigner la meilleure intervention. Pour moi, Lorraine Thouéry méritait la première place.

Lorraine Thouéry : "La conquête n'est pas immorale, elle est purement et simplement vitale."

David Jarousseau : "Une conquête n'est morale que si le mal continue d'exister."

En effet, j'ajouterais notamment parce que le vainqueur doit faire preuve de mansuétude à l'égard de son adversaire.

Rachid Madid : "La conquête est salutaire, voire morale parce qu'elle permet d'avancer et de vaincre l'adversité sous toutes ses formes."

Alexandre Combralier : "La conquête est morale, elle doit l'être".

sbriglia, chien dans un jeu de quilles

Mon orateur idéal (désolé, mesdames, le talent oratoire n'a pas encore été conquis par vous... sauf dans le bel canto... c'est sans doute immoral) :

- La voix de JYLB ou de Francis S. avec la montée dans les aigus de Luchini
- L'élégance du regretté Bâtonnier Mollet-Viéville
- La muflerie de Floriot
- Le souffle d'EDM
- La subtilité de notre hôte...

Bref, le monstre sacré.

Loin de ces gentils candidats, appliqués, trop appliqués, sans grain de folie, qui ne renverseront jamais la table, mais méritants, combien méritants, courageux, vêtus de probité candide, parfaits somnifères...

Qu'on envoie Marchenoir et Savonarole les mettre aux arrêts !

Giuseppe

"La conquête est elle immorale ?"

J'aurais pour ma part attaqué par la conquête du ballon dans le rugby, pour passer à travers mes propres conquêtes et l'estime de soi.

Le mot conquête par le rugby passe aussi par un recrutement immodéré de joueurs étrangers dans les équipes nationales et de fait nous prive et néglige tout ce qui pousse dans les centres de formation.

Bon, bon, cela mettrait-il ce sport en danger ? La réponse aujourd'hui est dans les confrontations avec les Blacks, et donc...

Achille

Bonjour,

Le vainqueur est donc David Jarousseau, c’est-à-dire le gars que l’on voit apparaître furtivement sur la vidéo, vu qu’il est pratiquement tout le temps de son exposé en dehors du champ de la caméra, nous privant ainsi de sa gestuelle qui, on l’oublie trop souvent, constitue un élément important de la qualité d’un bon orateur.
Heureusement les membres du jury ont pu la visualiser et donc l’intégrer dans leur appréciation.

J'avoue que j’ai du mal à départager les quatre orateurs distingués par le jury. Ils ont chacun leurs qualités et leurs défauts dans leur façon de s’exprimer et leurs arguments parfois discutables. Mais il s’agissait ici, si j’ai bien compris, de juger la forme plus que le fond et trente minutes de préparation sans note pour organiser sa pensée sur un thème aussi piégeux que « la conquête est-elle immorale ? » qui permet de dire tout et son contraire, ce n’était pas évident.

Bravo en tout cas aux quatre lauréats. L’exercice n’était pas facile et leur prestation est fort honorable.

Michel Deluré

Merci Philippe Bilger d'avoir répondu positivement au souhait formulé par plusieurs intervenants sur ce blog.

semtob

Cher Philippe,

Evidemment, et personne ne pourrait dire le contraire, le meilleur candidat était Henry !
C'était sa spontanéité qui était extraordinaire, sa vivacité d'esprit. Rien à voir avec un candidat atteint de raideur, obsédé par sa montre à gousset.
Une respiration, une fantaisie incomparable, un jeu de regard inoubliable.
Comment ? Il n'y avait pas de candidat Henry ?
Alors, il est inutile de se prendre trop au sérieux parce que toute conquête est fragile, toute consécration s'effondre, toute victoire se veut éphémère.
françoise et karell Semtob

Xavier NEBOUT

Nous entendrons par conquête, la conquête matérielle au sens de prendre par la violence, car c'est l'acception la plus communément admise, qui permet le mieux à l'intelligence de la saisir.

La morale est le reflet érigé en vertus, des mœurs d'une société. Sans morale commune, point de lien social. Codifié, elle formera les lois.

Parmi les fondements de toute morale, se trouve le bien commun. Ce qui apporte le bien est moral.

Mais alors, si la notion de bien est matérielle, ce qui apporte le bien matériel est moral, et le résultat l'emportera sur les notions immatérielles des moyens de l'obtenir.

Dans les civilisations archaïques des razzias, la morale se satisfaisait de l'apport des richesses conquises, alors que le pillage n'était évidemment pas conforme à leur morale sociale.

La conquête est morale et immorale, la morale est nécessairement hypocrite lorsqu'elle ne repose pas entièrement sur la spiritualité.

La conquête est morale en substance, et immorale en essence.

Mais en outre, la morale, parce qu'elle est le reflet vertueux des moeurs d'une société, ne peut s’accommoder d'une autre morale. La morale est exclusive et donc nécessairement conquérante.
Que ce soit en effet pour nos révolutionnaires de 1793 ou de Lénine, la morale républicaine ou communiste se voulait être la délivrance des peuples.

Dès lors, la conquête spirituelle est morale alors que subir l'intrusion d'une autre morale est immoral.
La conquête n'est pas alors hypocrite, mas schizophrénique.

Savonarole

@ Patrice Charoulet | 20 juin 2018 à 16:37

"La conquête est elle immorale ?"

Détrompez vous, j'ai failli y aller, j'aurais choisi le biais des Conquistadors, une épopée formidable, qui dès le début fut mise à mal par les "vertueux" protestants hollandais et les Anglais qui se sont empressés de la déclarer immorale, et ainsi forgé la Légende noire de l'Espagne des Conquistadors, qui perdure aujourd'hui.
Mais il m'aurait fallu cinq heures en prenant comme point de départ les traités de Tordesillas (1492).
En plus ça aurait barbé toute l'assistance, car nous vivons dans "la galaxie Gutenberg", chère à Marshall McLuhan, qui remarquait que le compas intellectuel de la majorité des gens ne dépasse pas 50 kilomètres autour de chez eux...

Giuseppe

Lorraine Thouéry bravo !

C'est comme j'aurais dû être pour expliquer ce qu'était un siphon de sol inox à panier - avec grille incorporée - dans une station de lavage, et ainsi m'éviter de faire les frais d'une grille inox du même calibre qui aurait servi de dégrillage (ce n'est pas grave, je me comprends).

J'ai fonctionné à l'intuition quand j'ai ouvert directement votre exposé.
J'avais découvert le vainqueur, je préfère cent fois votre style, c'est celui que j'affectionne, proche du public sans effet de manche et pas ostentatoire et déclamatoire.
Du coup je me suis arrêté là de peur d'être déçu par ailleurs. Je ne sais pas qui vous êtes mais encore une fois bravo et si je vous avais entendue avant j'aurais pu être bien meilleur.

Encore une fois bravo pour ce que vous avez fait.

Wil

Intéressant, ça me fait penser aux cours de comédie que j'ai pris dans une autre vie. Le tout est de savoir si ce sont les meilleurs ou les pires ou un mix des deux ?
Donc, si j'ai plus ou moins bien compris, le but était de s'exprimer sur un sujet de philo du bac du genre "La conquête est-elle toujours morale ?"

"Chacune et chacun d'entre nous est né d'une conquête d'une femme par un homme"
Po, po, po, po, une minute Monsieur Rachid Madid, c'est très machiste ce que vous affirmez là !
Schiappa, Autain et compagnie, AU SECOURS !!
Et quid des enfants de couples homosexuels ?
Bref passons.

Est-ce que le fond du texte est important ou c'est la façon de s'exprimer en public qui prime ? Le problème de Monsieur Madid par exemple est qu'il a sans doute appris son texte par coeur (même si 30 minutes seulement de réflexion, sans feuille ni stylo) et donc selon moi il n'a pas plus de valeur qu'un mauvais comédien sur la forme
Sur le fond il y aurait beaucoup à dire.
J'adore le passage sur la conquête de l'Ouest américain qui a permis la création d'un système de chemin de fer performant et a été le levier d'un progrès technique important et a abouti à ce que les populations soient plus heureuses et vivent dans des conditions plus confortables.
Il fallait la sortir celle-là quand même.
Les Indiens d'Amérique qui ont survécu au génocide et qui ont été parqués dans des réserves sont enchantés de le découvrir...

Bref, je conseillerais à tous ces "jeunes gens" (de 19 à 78 ans, mais dans votre choix apparemment, la trentaine est la limite. Ben oui après on n'a plus les dents qui rayent le parquet, on a compris) de prendre simplement des cours de comédie dans la MJC du coin ça leur coûtera sûrement beaucoup moins cher et ça sera tout aussi efficace pour s'exprimer en public.

PS : David Jarrousseau : "Au commencement était l'action. Depuis,en tout temps et en tout lieu..."
J'ai appris au lycée en 1ère qu'on ne devait jamais commencer une dissertation par "en tout temps" parce qu'on n'en a pas la preuve ou plutôt on a généralement la preuve que ce qu'on va dire est faux "en tout temps", ou un truc comme ça, ça remonte à trente ans.

Louis Deges

La conquête, vaste sujet, il est vrai que la conquête de soi était une approche plus qu'intéressante à évoquer.

Lorraine pose très bien sa voix mais est confuse dans ses idées qui manquent souvent de profondeur.

Rachid est dans la caricature du bon étudiant de droit je suppose, commencer le sujet par une citation (montrer qu'on a un peu de culture et citer les 2-3 citations qu'on connaît).
Leurs idées se ressemblaient.

Alexandre et David ont plus de matière. Le premier était malheureusement trop stressé. Je vote pour David.

Patrice Charoulet

J'avais scribouillé quelques pauvretés après avoir vu et entendu la vidéo... signée Patrice. Je ne les rétracte pas.

Après avoir vu et entendu les trois autres, je n'ai guère envie de les apprécier ou de les hiérarchiser.
Comme je suis d'un naturel très (ou trop) curieux, j'avais envie avant le concours de poser une seule question au président de l'Institut : Qui a eu le cran de s'inscrire à ce concours, parmi vos commentateurs ? Je n'ai pas osé et j'ai bien fait de ne pas oser.
Si vous me faisiez la grâce de répondre maintenant à cette question : "Aucun", nul d'entre nous ne pourrait avoir la décence d'apprécier les qualités, et encore moins les défauts, des quatre candidats que vous nous faites découvrir.

Les défauts son très faciles à identifier, à divers égards, dans ces performances oratoires. De même - nous sommes en pleine Coupe du monde de football - plusieurs milliards de téléspectateurs, confortablement assis dans leur fauteuil, devant un verre de bière, voient très bien les faiblesses "inadmissibles" des sportifs qui sont sur leur petit écran. Mais, mais, mais...

Claude Luçon

Ce qui surprend est qu'aucun des quatre ne parle de la conquête de soi-même avant de parler de conquêtes en général.
La conquête de ses instinct primitifs, la conquête de ses émotions et la conquête de son comportement.
Rachid Madid semble être le plus cohérent, suivant une certaine logique.
Lorraine Thouery est un peu confuse et se contredit : elle se voit sur une île supposée déserte où il y a une barrière et de l'autre coté de la barrière un ou plusieurs êtres.
David Jarousseau théorise sur le bien et le mal par contre se présente, lui, bien mal, en plus il fayote à l'égard des femmes.
Alexandre Combralier devait penser à Don Quichotte et au Cid, clairement il n'était pas maître dans l'art de la conquête du temps, qu'il vérifiait régulièrement sur sa montre.
Je vote pour Rachid :)

Herman kerhost

C'est dommage que le dernier candidat, Alexandre, soit stressé par le temps. J'ai bien aimé sa prestation.
Le vainqueur, lui, a bien pris son temps, évoluant lentement mais sûrement, en disant des bêtises tout de même.
Les hommes et les femmes ne se différenciant que physiquement n'étant pas la moins savoureuse.
Un homme de son temps !

J'aurais comme vous hésité à désigner le vainqueur de cette conquête. La candidate n'ayant pas non plus démérité.

Peut-être aurais-je voté pour Alexandre. J'ai aimé sa conclusion. Mais dans ce cas, la qualité de la parole (l'objet du concours) n'aurait pas été mon critère de jugement.

C'est en cela que cette façon de faire trouve sa limite. Les conditions d'un débat me sembleraient plus adéquates pour élire le meilleur. La spontanéité ne se prépare pas.
Ce n'est que mon opinion, mais comme je le craignais, votre concours a trop l'aspect d'une dissertation orale, et en ce sens, le gagnant ne pouvait qu'être un professionnel bardé de diplômes.

Cordialement

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS