« Il paraît que nous sommes la vieille France homophobe et raciste... | Accueil | Simone Veil : une impossible contagion... »

28 juin 2018

Commentaires

Elusen

@ Lucile | 03 juillet 2018 à 11:58

Amazon est une entreprise commerciale, pas un centre de recherche universitaire !

De plus, vous ne parlez que de version numérique, ainsi pour que cela ait un sens, il faudrait un prorata entre versions papier et numérique, sans compter les bibliothèques ou les gens qui se refilent un livre.

Amazon ne peut rien savoir, si les personnes refusent de donner de telles informations, si elles bloquent avec des pare-feux, si elles retirent les logiciels en question. Amazon doit obtenir leur accord.

Pour que cela ait du sens, il faudrait :

1° connaître le nombre de livres numériques vendus sur Amazon.

2° combien de personnes ont autorisé la récupération de telles données.

3° le livre numérique au prorata représente combien de vente sur la totalité du livre.

Savonarole

@ Lucile de 11:58

Amazon a mis au point une étude statistique qui enregistre en pourcentage le nombre de pages lues pour un livre commandé sur Kindle. Les résultats sont surprenants, des achats compulsifs suite à une propagande médiatique n'ont fait l'objet que d'un 8% de lecture effective des acheteurs.

En lisant Piketty, les Américains ont dû s'endormir sur leur hamburger et se noyer dans leur milk shake aux fraises.
Même chose pour BHL dont les ventes n'excèdent pas 30 000 exemplaires, soit un bide total (Edistat), mais dont le monde entier parle pendant quinze jours.

https://www.babelio.com/liste/743/Les-20-livres-que-tout-le-monde-pretend-avoir-lus

Lucile

Pour en revenir à la notoriété extraordinaire des intellectuels de gauche, Noam Chomsky, lui-même penseur de gauche, était quand même estomaqué par la manière dont Michel Foucaut, son collègue au MIT, avait entrepris de relativiser la morale. Le déconstructivisme s'est répandu dans l'université selon Chomsky parce qu'il conférait du pouvoir à ceux qui le professaient. Il fait de plus remarquer à ce propos que ce n'est vraiment pas facile d'inventer des idées nouvelles, à moins d'en produire de complètement folles.

Piketty a vendu aux USA un nombre extraordinaire d'exemplaires du son Capital au XXIe siècle. Il est possible de savoir de manière assez précise si un livre a été lu en extrapolant, à partir des lectures du livre sur écran (certains l'achètent en version numérisée) et autres indications. On peut même savoir au bout de combien de pages les lecteurs décrochent. Je vous laisse deviner si la version américaine du livre en question a été lue beaucoup, moyennement, un peu, ou vraiment très peu. Il y a là de quoi se demander si l'influence politique exercée par certains auteurs n'est pas due aux échos renvoyés par la sphère médiatique, et au nombre de leurs apparitions sur le petit écran, plutôt qu'à une connaissance approfondie, et donc critique, de leurs œuvre. Ce qui paradoxalement peut concourir à la notoriété de leurs idées les plus folles.

Aliocha

Ni croc ni brochette, un homme tout simplement, qui prend pour grâce chaque matin au réveil de louer qui l'on veut d'être vivant, et de pouvoir accéder à la perception joyeuse que son esprit lui permet, accepte pour cela les limites et le temps, et use alors de la liberté qui lui est offerte d'accéder à la vie éternelle, la borne indiquant ce chemin de l'amour et de la transmission qui permet d'observer que nous ne sommes pas centre mais rayon, pas fin mais commencement, et que la mort alors n'est que résurrection.

Elusen

@ Valery | 03 juillet 2018 à 01:13

Votre ignorance se pose là !
‘Avortement’, c’est un terme de médecine.
Le droit français est formel, l’avortement est une pathologie médicale.
L’IVG n’est pas une pathologie.

* Code de la santé publique – Interruption volontaire de grossesse.
https://frama.link/8wUrxVt0

L’avortement est bien reconnu comme pathologie dans le Code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de guerre.

  • VI. – Troubles obstétricaux.
    Stérilité gynécologiquement ou biologiquement démontrée (impossibilité de concevoir ou de mener à terme les grossesses, maladie des avortements habituels).
    https://frama.link/fsAjbu_2

Il n’y a aucun droit à l’avortement en France !

* Dictionnaire de 1330 ; onglet : complet.

* Encyclopédie Diderot et d’Alembert 1772 : https://miniurl.be/r-1o9v

« avortement provoqué », ce n’est pas : avortement, car il y a un adjectif qualificatif.
Pour tenter de vous donner raison, vous allez chercher un syntagme, une construction de deux mots, et non plus un mot, c’est pathétique.

Comme si 'avortement' et « avortement provoqué » étaient la même chose.
Une pathologie qui entraîne un avortement, cela na pas été provoqué, car ‘provoquer’ dès 1810 indique bien une intervention humaine, une intention de.

« avortement provoqué » est une terminologie criminelle du Code pénal de l’époque et non un terme médical.
D’ailleurs à l’époque l’on disait aussi : procurer l’avortement.

De fait, personne ne peut être pour ou contre une pathologie médicale.
De nouveau, vous ne savez toujours pas ce qu’est une étymologie, tant sur avortement que sur pro-life.

Pro-life : pro-vie.
Se revendiquer pro-vie quand on revendique la peine de mort, cela relève d’un trouble de la raison.
Pro-vie en mangeant de la viande, c’est un paradoxe.

Je note les stupidités de vos symboliques.

Valery

@ Elusen
"L’avortement, c’est quand le corps d’une femme rejette l’embryon, qu’une maladie provoque l’interruption de la grossesse, qu’un élément extérieur à la volonté d’une femme empêche la grossesse d’aller à terme."

Non. La définition est : interruption d'une gestation, naturelle (fausse couche) ou provoquée. Les dictionnaires incluent l'avortement provoqué. Donc évidemment que ceux qui sont contre l'avortement se réfèrent à l'avortement provoqué, ne jouez pas sur les mots, c'est pourtant simple...

De plus, on parlait de la position de Ben Shapiro qui est pro-life et j'ai utilisé le même terme pour définir la position de Marion Maréchal. Allez cherchez la définition au lieu de la traduire manuellement en français puis lui donner le sens qui vous arrange. Ce dont vous parliez s'appelle véganisme.

Elusen

@ Valery | 02 juillet 2018 à 12:08

Vous n’apportez aucune preuve de ce niveau d’anglais que vous prétendriez avoir.
Permettez quelque peu que je le parlasse couramment, contrairement à vous.

Pas plus que vous ne maîtrisez l’étymologie ou les concepts.

Nous ne pouvons pas être contre l’avortement (abortion), car c’est une pathologie médicale, c’est comme être contre les hémorroïdes.
L’avortement, c’est quand le corps d’une femme rejette l’embryon, qu’une maladie provoque l’interruption de la grossesse, qu’un élément extérieur à la volonté d’une femme empêche la grossesse d’aller à terme.

L’avortement peut éventuellement être un fait politique et juridique quand une loi l’impose ; ainsi les USA l’imposaient aux Amérindiens, comme cela ne relevait pas de la volonté des Amérindiennes (IVG) mais imposé contre leur volonté, c’est donc un avortement.

La justice peut l’imposer à une enfant de 11 ans qui serait enceinte.

Nous sommes pour où contre l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

Ethnologie : Pro-life, pro-vie.
Curieux d’être pro-vie quand vous êtes pour la peine de mort et manger de la viande.
Assumez !

Noblejoué

Que les gens s'exposent ou non et laissent même choix aux autres.

Le mot n'est pas la chose. Le visage n'est pas la vérité. Le masque n'est pas la vérité.

La vérité ? Elle est terrible, la vérité, nous souffrons, nous mourrons, nous ne faisons que subir et subir.
Pauvres, tristes mortels incapables et stupides, nous nous consolons de subir notre nature humaine, et en bonus des bonheurs supplémentaires tels que la maladie... Nous ne trouvons rien de mieux pour affirmer notre volonté de puissance qu'à parfaire encore le malheur que peuvent éprouver les autres, les poussant pour qu'ils tombent, jouissant, si moins audacieux, du bonheur de contempler le malheur, quand on ne peut participer plus activement. Jeu de rôle, qui imposera ses règles à qui ?

Changeons la nature humaine, nos comportements s’élèveront... Nul doute qu'à vie et intelligence augmentée, nous ne serions pas si mesquins.
Au fond, j'ai tort de me scandaliser, le résultat est méprisable, mais l'espèce à mépriser ? On peut douter qu'elle fasse mieux avec du presque rien. Normalement - mais on va me trouver des exceptions, sans doute bien relatives, quelle pitié, bref - les êtres pris au piège se soumettent et "s'enragent". Or c'est bien ce que nous sommes, piégés.

Et comme si cela ne suffisait pas, on veut prendre les autres au piège.

Exemple que tout le monde reconnaîtra :

- T'as un nom ? Non, un autre nom, un pseudonyme. T'es indigne, moi je suis super prof, donc c'est bien sûr, dit en toute modestie, et d'ailleurs, je suis, j'ai dit et fait...
- T'as dit et fait ça ? C'est toi qu'es indigne, et puis lâche vu qu'tu m'dis qu'j'suis lâche quand il faut bien se masquer si pas retraité et à contre-courant.

Moi, je me suis fait avoir ou engrenage à deux dans un type de dialogue un peu différent, parfois je pense l’un, parfois l'autre, mais assez répétitif sous impression de nouveauté... Chacun ses bêtes noires ou son double négatif, même quand on vient avec les meilleures intentions.
Le monde tel qu'il est est une prison d'entre-corruption des uns par les autres.

Un homme et le diable :

Le diable attaque, le diable, sachant qu'il faut prendre l'ennemi par surprise.
- Qui es-tu ?
- Un vaurien, répond l'homme ébranlé par la nécessité de se définir comme toujours tout faible sifflé par une autorité supérieure.
- Je le savais bien.
- Un moyen de quitter ce monde ?
- Je préfère te voir obligé de faire semblant d'être heureux, car sinon, on ne voit personne, d'abord, on est enfermé dans la mortalité et la bêtise, puis dans des pertes insupportables, puis dans la comédie du bonheur pour ne pas perdre les proches, tout va bien, tout est merveilleux, pas de démon, que des merveilles... Tu auras une idée de ce qu'il faut faire et en seras incapable, moins roseau que déchet pensant. Pris dans des emboîtements de pièges.
- Tu es plus sincère que d'autres avec leur optimisme frelaté.
- Je m'assume, j'adore le malheur, une énergie renouvelable, le vampirisme de sang est bien trop simpliste pour moi, être parasite de destin m'amuse plus. Je te verrai aspiré par les sables mouvants... Je le saurai, tu le sauras, et les autres diront que c'est du jardin anglais.
- Puisqu'il y a un diable, il y a un enfer ?
- Et pas de paradis... Ici-bas est une répétition pour les malheurs et quelques visions du bonheur pour mieux vous torturer d'un paradis d'un bonheur qui n'a jamais existé.
- Pourquoi me raconter tout ça ?
- Les bergers ont des chiens, les démons des humains pour les assister. En enfer, tu verras bien que l'âme de chacun nous appartient depuis toujours si on vous laisse quelque choix pour se repaître de variété, incertitude, et surtout, évidemment, souffrance... Tu choisiras si tu veux être un mouton en brochette ou croc de loup sur le troupeau.

Robert Marchenoir

@ Patrice Charoulet | 01 juillet 2018 à 19:43
A mon adresse : "Le ridicule le plus inaperçu et pourtant le plus total, c'est d'être parano, de vivre sous un triple masque et en tremblant que l'on sache la moindre chose sur l'homme que vous êtes : sans femme, sans enfants, sans métier, sans ville, sans âge, sans mail, sans téléphone, sans visage, sans nom... mais en vous permettant toutes les agressions."

Je vous l'ai déjà dit, mais en insolent que vous êtes, vous n'en avez tiré aucune leçon. Je vais donc vous le répéter sous une forme légèrement différente : vous vous comportez comme un exhibitionniste pénétrant dans une rame de métro, dans l'état nécessaire à l'exercice de son métier, et hurlant : "Tous à poil !"

Vous n'avez même pas cette cohérence, d'ailleurs. Aucun des commentateurs, ici, n'a jamais fourni les informations que votre impudence vous autorise à exiger de moi. Seule une infime minorité s'exprime sous son vrai nom. Quant à ceux qui ont révélé à la fois leur nom et leur profession (à supposer que ces informations soient exactes, ce que personne ne peut vérifier), il y en a, de mémoire... deux. Dont vous.

Au passage, je déconseille formellement à qui que ce soit, et quel qu'en soit le motif, de publier son numéro de téléphone ou son adresse mail sur Internet -- sauf s'il s'agit de faire sa publicité professionnelle. Vous avez eu la stupidité de le faire, en tête de mule que vous êtes, vous en avez subi les conséquences.

Je suis donc en droit de vous demander : quelle est l'arrogance qui vous permet, d'abord d'imposer à tous une règle qui n'existe que dans votre imagination délirante, puis de tenter de l'appliquer exclusivement à ma personne ? Avec les résultats comiquement négatifs que l'on voit...

Petit tuyau : si vous vous tapez la tête contre un mur pour le démolir, et que le mur tient, je vous conseille de renoncer avant le mur.

Les gens comme vous, la police les arrête, et puis (dans les pays où la justice est bien faite), on les enferme. En prison, ou en hôpital psychiatrique.

Je répondrai au reste de votre intervention plus tard.

Valery

@ Herman Kerhost

Encore une fois, je dis qu'il ne faut pas confondre convictions intimes avec programme politique. Dans la vidéo, on voit Ben passionnellement répondre aux arguments d'une actrice, point par point, et démonter son récit.

Prenons les choses à l'envers pour vous faire comprendre la complexité du débat : vous dites "il est contre l'avortement quand la femme est violée et tombe enceinte, c'est monstrueux".

Ce n'est pas monstrueux que de suggérer que l'enfant d'un viol, qui n'a rien demandé, qui n'a fait aucun mal, a moins le droit de vivre qu'un enfant issu d'une relation normale ?

Pourquoi voudriez-vous tuer cet enfant ? Je conclus que Herman Kernost trouve que la vie de certains enfants a moins de prix que la vie d'autres enfants. Herman Kernost est par conséquent un être ignoble et rétrograde.

Voila comment on peut voir les choses, et les arguments de ma démonstration se tiennent, je l’espère. Je ne suis ni religieux, ni anti-IVG mais je constate que l'avortement devient une industrie juteuse et que la responsabilité individuelle perd du terrain chaque jour. Les pro-life ont aussi un discours cohérent sur l’importance des relations de couple, sur le retour de bases saines, de confiance mutuelle, de l'amour, en bref d'une maturité affective qui disparaît au profit des satisfactions individuelles. Mais au milieu de ça, des bébés sont tués, c'est pourquoi le problème ne peut pas être binaire et que nos analyses se doivent de rester prudentes.

Valery

@ Elusen

Votre niveau en anglais "sucks", comme disent les Yankees. Je vous invite à vite consulter un dictionnaire, préférablement avant de donner une opinion qui vous décrédibilise.

Pro-life: opposing abortion and euthanasia. Opposé à l'avortement et à l'euthanasie.

Zonzon

HISTOIRE DE MOHAMED

A l’attention des jeunes filles/femmes qui lisent couramment une certaine Mary P et qui pourraient être tentées de suivre ses avis.

Mohamed est un homme de là-bas. Un grand bourgeois, peut-être un aristo, qui sait ? Un homme sec, un beau visage mince, rien de commun avec ces poussahs nourris aux loukoums qui se vautrent tout au long du jour sur des poufs au fond des harems !
Probablement un Berbère, de ce peuple qui a été laminé il y a bien longtemps par des envahisseurs barbares, un sort terrible qui pourrait bien être celui d’autres peuplades qui s’imaginent au-delà de ces contingences.

Francophone comme vous et moi, à 20 ans il vint en France poursuivre ses études. Dans une faculté de médecine réputée du Midi. Spécialiste dans une discipline fort utile dans son pays d’origine, qu’il ne rejoint pas pour des raisons politiques.

A 40 ans il se marie sur place, avec une Française qui lui donne deux merveilleux enfants. Un couple sans problème, qui vit dans le bonheur. A cette époque ce n’était pas rare !

A 60 ans il a rejoint son pays qui est enfin « en paix » ! On lui propose un poste ministériel. C’est un « sage », il refuse. Il devient recteur d’une imposante université tout en continuant à exercer sa discipline. Ce n’est pas l’ouvrage qui manque ! Son épouse réside et en France et dans le pays de son époux, en alternance.

A 70 ans l’homme est toujours vert, le diable ! Le fond culturel remonte ! Il est musulman, il doit avoir une descendance véritable ! Il doit ensemencer un ventre de sa religion pour se retrouver un jour dans le paradis d’Allah. Il se marie avec une de sa race. Il engendre. Il a deux épouses : une chrétienne, une musulmane. No problem, il a les moyens, il pourrait en avoir trois ou quatre !

J’ai bien connu cet homme, courtois, intéressant à plus d’un titre. Interloqué je fus lors de ses secondes épousailles !

J’ai souvent pensé à sa première femme, la chrétienne. Je suppose qu’elle est morte depuis longtemps. Elle est probablement au paradis ! Mais lequel ?

Zonzon

Je répondrai à l’algarade de Robert Marchenoir (le 30/06 à 1 h 43).

Ceci pour deux raisons.

Parce que je suis téméraire.

Parce qu’il marche à l’adrénaline et qu’il donne le meilleur de lui-même quand il est sous l’effet de la rage et de la colère. Il est de notre devoir de le stimuler. Dans la limite de nos médiocres moyens.

Elusen

@ Valery | 01 juillet 2018 à 02:01
« Marion Maréchal est également pro-life […] »

- Elle ne peut pas être pro-life puisqu’elle est pour la peine de mort !

- Elle ne peut pas être pro-life puisqu’elle mange des bébés (veaux et agneaux).

- Elle ne peut pas être pro-life puisqu’elle est charognarde ; elle mange des animaux morts qu’elle n’a pas chassés elle-même.

Mary Preud'homme

@ Robert Marchenoir | 01 juillet 2018 16:52

Que de louanges ! Et dire que Patrice Charoulet se plaignait avant-hier qu'aucun commentateur n'était capable de faire des éloges sur ce blog...
Voilà donc un panégyrique à la gloire de Mary qui tombe à point et va sans aucun doute le ravir !

Patrice Charoulet

@ Robert Marchenoir 1er juillet 16h52

« JE SUIS A LA DROITE DE L'EXTREME DROITE » (Robert Marchenoir)

Mary Preud'homme a lutté ici, avec Claude Luçon, quelques autres et votre serviteur, pour M. Fillon. Elle connaît bien la police et la défend. Elle n'est pas raciste. Elle et moi avons au moins trois points communs.

Elle me donne dans un texte récent le conseil de vous ignorer et de ne pas répondre à vos « provocations ».

Ce 1er juillet, vous lui répondez.
En passant, vous lui dites qu'elle « tient des fiches comme Charoulet ». Les seules fiches que j'ai jamais rédigées étaient des fiches de lecture quand j'étais étudiant en lettres, puis professeur.

La deuxième chose qu'il faut absolument relever est qu'elle serait, je vous cite, « pionnière du métissage avec les races colonisées ». Si ces propos sont fréquents chez Rioufol (où je vous conseille d'aller vous épanouir), je crois devoir déclarer que nous sommes en présence d'une déclaration purement et simplement raciste. Seuls quelques racistes aussi racistes que vous pourraient ne pas s'en indigner. Vous pensez, j'imagine, qu'avec Obama, Senghor, ou l'idole des Français, Mbappé, votre mère, votre femme ou votre fille (bien blanches) n'auraient pas dû ou ne devraient pas se marier et avoir des enfants ? Vous rendez-vous compte de ce que vous écrivez, vous qui pesez mûrement, nous avez-vous dit, toutes vos paroles ici ? Je vous accorde que ces mots sont en pleine harmonie avec l'épigraphe que vous trouverez ci-dessus et qu'il ne faut pas se lasser de rappeler, tant elle est éclairante sur votre personnalité.

Vous croyez vous moquer des activités musicales, sportives, professionnelles de Mary Preud'homme. Qu'ont-elles de discréditant ? Elle a un fils commissaire de police. Quel honneur d'exercer cette profession, qui est aussi nécessaire à notre société que celle de magistrat ! Et votre profession à vous, pourquoi ne la dites-vous pas ? Elle est honteuse, inavouable, digne de moquerie ?
Vous qui cachez tout de vous depuis tant d'années, vous avez le front d'utiliser les informations que les uns et les autres ont données ici en passant, pour tenter de les ridiculiser.
Le ridicule le plus inaperçu et pourtant le plus total, c'est d'être parano, de vivre sous un triple masque et en tremblant que l'on sache la moindre chose sur l'homme que vous êtes : sans femme, sans enfants, sans métier, sans ville, sans âge, sans mail, sans téléphone, sans visage, sans nom... mais en vous permettant toutes les agressions.

Vous m'avez gratifié récemment, en parlant à Aliocha, de l'épithète de « lâche ». Je laisse aux lecteurs de ce blog les plus perspicaces, les plus objectifs, les moins aveugles, de dire qui mérite ce qualificatif. Vous ou moi ?

duvent

@ Robert Marchenoir

Alors là, je dis en voilà de l'esprit ! J'ai ri beaucoup et je ne suis pas fière car je ne vous aime pas.

Comme vous n'aimez pas qui vous voulez, je présume que j'y suis autorisée, eu égard à votre qualité majeure, la magnanimité...

J'ai une seule petite remarque ou plutôt question, les bigotes de gauche, ça existe vraiment ?? Il me tarde d'en rencontrer !

Merci pour cet excellent moment !

Herman kerhost

@ Valery | 01 juillet 2018 à 02:01
"C'est le même cas avec Shapiro, il n'impose à personne ses convictions religieuses, il les discute. Si quelqu'un possède une vidéo où il affirme vouloir l'interdiction de l'IVG, j'aimerais bien la voir."

Voici une vidéo où il le dit très clairement :

https://www.youtube.com/watch?v=RDmwPGrZkYs

Robert Marchenoir

@ Mary Preud'homme | 30 juin 2018 à 18:31

Je ne relève pas toutes les vomissures de la harpie parachutiste, ce serait trop salissant. Néanmoins, celle-là m'amuse, je vais donc analyser l'échantillon. Attention, prière d'éloigner les enfants, déconseillé aux personnes sensibles, certaines images peuvent choquer, trigger warning, etc., etc.

On va commencer par le plus pittoresque : "ses calomnies quand il en vient à diffamer gravement la fille d'une victime de la barbarie nazie" [les miennes, bien évidemment].

J'aurais donc diffamé gravement la fille d'une victime de la barbarie nazie. La vache ! Quel cochon ! Oser faire cela !... Notez que le crime est tellement innommable que ni la victime, ni sa fille ne sont citées. Pas davantage que la nature de la diffamation. Voilà qui ressemble fort à une... diffamation.

On dirait les antisémites enragés, qui, sur leurs blogs que personne ne consulte, parlent du "lobby qui n'existe pas", des "Inuits", ou mettent -- c'est la mode du jour -- les noms juifs entre trois paires de parenthèses, ce qui signifie : salaud de Juif.

Ces Juifs sont tellement terribles que rien que de prononcer leur nom, ça les ferait venir, et ils nous referaient l'Holocauste à l'envers.

D'ailleurs, curieusement, lors d'une des ses innombrables crises de convulsions précédentes, la harpie contre-altiste m'a traité "d'antisémite". Ordinairement, je me fais plutôt traiter de "sayanim", c'est-à-dire de Juif de la diaspora servant d'agent d'influence clandestin à Israël. C'est vous dire la crédibilité de la dame...

J'avoue me perdre en conjectures quant à l'identité de cette fille de victime de la barbarie nazie. Mais, soudain... j'y pense ! Ne serait-ce pas vous, Mary Preud'homme ? Non seulement vous seriez parachutiste, contre-altiste, pianiste, guitariste, ancienne secrétaire parlementaire, maman d'un commissaire de police (divisionnaire !), spécialiste des techniques de maniement de la matraque télescopique à proximité des fesses de personnes d'origine africaine, pionnière du métissage avec les races colonis.é.e.s auquel nos éminents dirigeants nous encouragent, mais en plus, vous seriez fille de victime de la barbarie nazie ?

Alors là, toutes mes félicitations ! Je suis sur le cul, si vous me permettez ! Etre victime de la barbarie nazie, quel exploit ! Quel honneur ! Quel mérite !

Cependant, après consultation du Haut commissariat aux Victimes, je suis au regret de vous informer qu'en vertu d'un décret du 11 décembre 2013, la qualité de Victime de la Barbarie Nazie (ainsi que le ruban correspondant, et le certificat qui l'accompagne), ne se transmet plus aux descendants. Je comprends votre déception, mais nous avions vraiment trop de récipiendaires, et avec la gratuité dont ils bénéficient dans les transports en commun, étant donné l'état calamiteux de nos finances... Veuillez agréer, chère Fille de Victime, etc.

Passons à un autre crachat, très joli, lui aussi : je serais "affecté du syndrome du coucou, tapant l'incruste dans le nid des autres après [m']être fait jeter de partout".

Tapant l'incruste : voilà qui sent bon son Mai-68. Mais je m'égare. Comment la virtuose du chant choral peut-elle savoir que "je me suis fait jeter de partout" ? Elle tient des fiches, comme Charoulet ? Elle boit des coups avec le Directeur en Chef de l'Internet, qui surveille tous les blogs du monde, et note sur un gros cahier le nom de tous les commentateurs qui ont été bannis ici ou là ? Vertigineuse découverte ! Heureusement que nous avons notre Etat protecteur et stratège ! Comment ferions-nous sans lui ?

Quand bien même je me serais "fait jeter de partout", ce qui n'est évidemment pas le cas, en quoi serait-ce un titre d'indignité ? Tout dépend d'où, et pourquoi. Au contraire, il me semble que si vous vous faites bannir d'une latrine en plein air parce que vous avez dénoncé le manque d'hygiène, ce serait plutôt un titre de gloire.

Par les temps qui courent, en fait, "se faire jeter" d'un blog, ou d'un réseau social, ou d'un espace de commentaires, ce serait plutôt le signe d'une liberté de pensée de bon aloi. Si j'en crois la harpie guitariste, je serais donc, moi aussi, une espèce de Résistant. Je vais demander une médaille. Bien que ne m'appelant pas Mamoudou, je devrais avoir mes chances. Surtout avec ce mot de recommandation de Mary Preud'homme.

Je serais, paraît-il, jaloux du "talent" des autres. Je dois reconnaître une certaine frustration à ne pas être parachutiste, pianiste, guitariste, baryton-basse (transposons), assistant parlementaire, papa d'un commissaire de police et j'en passe. Mais, que voulez-vous... pour me consoler, je "tape l'incruste" sur des blogs où des parachutistes, pianistes, etc, "fond leur nid", tels des coucous, dans l'espoir qu'un peu de leur talent déteindra sur moi.

Je serais "gérontophobe". Ma foi... c'est toujours mieux que gérontophile. Mais cela ne fera qu'ajouter à la longue liste de mes vices : je suis "russophobe", "islamophobe", "négrophobe", "gauchophobe", "statophobe", "homophobe", "fonctionnarophobe", "sécurité-socialophobe", "imbécilophobe", "cuistrophobe" et j'en oublie sûrement.

En revanche, je note que la harpie dactylographe (de rapports de police, je n'ai pas dit hyène dactylographe) se montre, elle, résolument phobophobe. Tout en se prétendant de droite. Je suis au regret de vous informer que la phobophobie est un marqueur immanquable de la gauche. Un droitiste sachant droiter est fier de phober, il défile chaque année à la Marche des phobies, il porte ses détestations en bandoulière.

Contrairement aux bigotes de gauche, de la droite de gauche et des deux sexes, qui arborent leur petit coeur tout dégoulinant d'amour envers la terre entière, mais s'autorisent à cracher leur haine envers ceux qui ne pensent pas comme elles.

Pour finir, il semblerait que "je ne respecterais pas la personnalité des divers intervenants". Je confirme. Je suis ici pour commenter les affaires courantes évoquées par Philippe Bilger, et non pour poupougner la "personnalité" de tel ou tel. Je suis au regret de vous informer que je ne suis pas fonctionnaire d'assistance psychologique, payé par l'Etat pour emmailloter de coton la délicate "personnalité" de tel ou tel intervenant, habitué à pérorer, dézinguer, raconter n'importe quoi le cas échéant, se livrer à des attaques personnelles à l'occasion, mais qui serait tout étonné d'être payé de retour. Je ne suis pas socialiste, moi.

Au demeurant, il n'y a que dans les "quartiers défavorisés" que l'on croit que le "respé" est un droit de l'homme. Il y a des "personnalités" respectables, et d'autres qui le sont moins. M'étant quelque peu vanté au précédent paragraphe, les premières, je les respecte. Les intéressés se reconnaîtront.

Lucile


@ Valery

Je ne connais pas suffisamment son programme pour en discuter. Au cas où il se présenterait aux élections, je dis tant mieux pour les Américains si Shapiro considère que c'est un droit acquis, qui n'oblige en rien ceux qui sont contre à le pratiquer, comme patients ou comme soignants, mais qui dépénalise l'acte.

À part ça, on ne se lasse pas de l'écouter. Il est à la fois astucieux et direct, c'est un mélange assez rare, qui manque un peu à nos hommes politiques. Macron fait semblant de l'être, mais ce n'est pas sa vraie forme d'intelligence, c'est du toc, il est raisonneur, il s'écoute, et il ne comprend pas bien la nature humaine.

Il y a une vidéo assez drôle où Shapiro explique les 10 règles à suivre pour gagner le débat face à un gauchiste.

https://www.youtube.com/watch?v=Q79yQquKq7M

Tipaza

@ Exilé | 30 juin 2018 à 20:10

Dans la liste de ceux qui ont pris des pseudos vous oubliez le pote de Manu, celui à qui il a tapé confraternellement sur l'épaule, je veux dire François.

Tous les papes ont exercé leur magistère sous des pseudos, et cela remonte loin, puisque Pierre s’appelait Simon et c’est Jésus lui-même qui lui a donné son pseudo : "Tu es pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église".

Vérité au Vatican, erreur sur un blog ? Un jour peut-être Patrice nous expliquera pourquoi il ne critique pas le Pape.

Valery

@ Lucile
"Il a le droit d'être personnellement contre pour des raisons religieuses, mais je ne vois pas ce qui lui permet d'imposer ses convictions à des gens qui ne les partagent pas. Je suis bien d'accord avec vous sur ce point. Je n'imagine quand même pas une majorité de femmes républicaines voter pour lui, même dans les Etats ruraux."

Il me semble que cous confondez convictions intimes avec convictions politiques. Marion Maréchal est également pro-life alors elle n'a jamais suggéré, de près ou de loin, l'interdiction de l'IVG, elle dit le reconnaître en tant qu'acquis sociétal. C'est le même cas avec Shapiro, il n'impose à personne ses convictions religieuses, il les discute. Si quelqu'un possède une vidéo où il affirme vouloir l'interdiction de l'IVG, j'aimerais bien la voir.

N'oubliez pas que Trump est également pro-life et a proposé dans son programme de punir les médecins abusifs. L'avortement est resté et Trump a été élu, avec 42% de votes des femmes.

https://youtu.be/-33wt9KKGxs?t=39

Elusen

@ Claude Luçon | 30 juin 2018 à 15:52
« On est en droit de se demander pour quelle raison ils ont donc éprouvé le besoin de se distinguer d'une façon générale en accaparant le titre d'intellectuel »

C’est une erreur.
Ce ne sont pas eux qui se sont nommés ainsi, c’est la presse conservatrice catholique dogmatique, voire intégriste, qui les a nommés ainsi.

De nouveau, originellement, c’est une injure : espèce d’intellectuel.
C’est un truc de l’époque du genre : France d’en haut, France d’en bas ; élite parisienne ; ce sont des termes de mépris, donc des injures.

‘intellectuel’ : toi tu connais pas la vraie vie, t’es qu’un bourgeois, t’es pas un patriote, contrairement aux ouvriers, au peuple ; cela se traduirait plus comme cela pour l’époque.

Émile Zola a été poursuivi pour diffamation et condamné à un an de prison, il a dû s’exiler, c’est seulement après la mort du Président Félix Faure qu’il sera gracié et semble-t-il assassiné par un ouvrier pro mensonge de l’armée qui va asphyxier Émile Zola dans son appartement.

==========

Cela étant pour les mots qui entrent ou non dans la langue française, le mot ‘vapoter’, inventé pour se soustraire à la loi, pour commettre un délit invente ton mot, le site du jeu-concours a disparu.

Nous pourrons constater le processus d’invention délictuelle et la force avec laquelle les délinquants ont imposé leur propre mot.
Le mot a été inventé en France par un certain FRANCK95 et a été imposé planétairement.
Il y a eu 609 participants, et 139 ont voté pour le mot : vapoter.

https://image.noelshack.com/fichiers/2018/26/7/1530400595-sans-titre.jpg

Claggart

@ Claude Luçon 15h52

Ayant comme mon camarade Luçon travaillé au Nigeria, je ne peux que souscrire à son propos ; j'ai vu comme lui des Africains, ouvriers, techniciens, ingénieurs, faire preuve d'intelligence et d'ardeur à apprendre, avec une rapidité à faire pâlir parfois nos expats.

Il suffisait de leur montrer une procédure et de leur dire "same same" et ça roulait well well.

Lucile

@ herman kerhost

Il a le droit d'être personnellement contre pour des raisons religieuses, mais je ne vois pas ce qui lui permet d'imposer ses convictions à des gens qui ne les partagent pas. Je suis bien d'accord avec vous sur ce point. Je n'imagine quand même pas une majorité de femmes républicaines voter pour lui, même dans les Etats ruraux. À moins qu'elles ne comprennent pas la moitié de ce qu'il leur raconte, ce qui serait encore possible...

duvent

@ Herman Kerhost
"Comme toutes les commentatrices qui nous annoncent qu'elles quittent le blog, duvent revient.
Les femmes ne tiennent pas leurs engagements..."

Mais dites-moi alors, qu'est-ce donc qui vous choque, la banalité du mal ?
Remettez-vous cher monsieur, il se pourrait que je reparte pour revenir et vice et versa !

Zonzon

Il semblerait qu’un commentateur de ce blog, que je ne nommerai pas, ait envoyé un message aujourd’hui, peu avant midi, dans lequel il apporte la preuve qu’il a parfaitement assimilé la méthode d’attaque propre à un illustre personnage dont nous admirons tous les démonstrations sans faille, les conclusions enivrantes et l’enthousiasme communicatif.

Nous acheminons-nous enfin vers des combats plus équilibrés ? Le champion va-t-il trouver un challenger qui va le terrasser ? On peut toujours rêver ! On vit une époque merveilleuse ! [Emoticône rieur]

Exilé

@ Patrice Charoulet
« Pour une raison ou pour une autre, en signant de mon prénom et de mon nom, j'ai indiqué ma profession, les pays où j'ai travaillé, mon âge (73 ans), pour qui j'ai voté pendant cinquante ans, mes auteurs favoris (que l'on trouvera si l'on veut, sur Facebook), ma photo (ibidem), ma ville, mon mail, mes deux numéros de téléphone... »

Quand je pense qu'aux alentours du 18 juin la tradition est de célébrer des gens qui dans les années quarante étaient connus sous les pseudos de Chateauvieux, Rémy, Passy, Charvet, Max, Caracalla, Leclerc, Conan, Chaban...

Aliocha

Oui, oui, Tipaza, le vent léger qui souffle où il veut sa libre fraîcheur, un peu de poésie pour affronter les profondeurs, ça nous change des brutes et des obsessions, ces marteaux pilons sans contrôle :

https://www.youtube.com/watch?v=7EEy-V4MO2o

Zonzon

Je ne répondrai pas à l’algarade de Robert Marchenoir (le 30/06 à 1 h 43).

Ceci pour deux raisons.

Parce que j’éprouve de l’admiration à son égard.

Parce que j’ai peur des coups !

breizmabro

@ Herman kerhost 30 juin 2018 à 15:23

A part Patrice Charoulet qui, je crois, n'est pas une femme mais qui nous a fait le coup de la menace du "retenez-moi ou je vais partir", je n'ai vu aucune femme écrire sur ce blog qu'elle le quittait.

Ne prenez pas vos rêves ou vos souhaits pour des réalités.

Adéo comme disent les mafieux bretons et corses ;)

Mary Preud'homme

@ Patrice Charoulet | 30 juin 2018 à 12:31

Comment ne voyez-vous pas que ce Marchenoir ne la joue qu'à l'esbroufe et à la provocation vis-à-vis de commentateurs de ce blog ; tout aussi talentueux que lui sinon bien davantage (d'où sa rage), mais surtout plus respectueux que lui de la personnalité des différents intervenants, dont il n'est semble-t-il l'oublier que l'égal et non le supérieur et donneur de leçons, et encore moins la vedette autoproclamée !
Alors que ce Marchenoir n'est finalement qu'un pauvre petit facho raciste et gérontophobe affecté du syndrome du coucou ! Autrement dit qui tape l'incruste dans le nid des autres, après s'être fait jeter de partout !

Par ailleurs, bien qu'il ne soit pas exclu qu'il ait atteint votre âge, voire davantage, un âge qui est aussi celui de Philippe et le mien, mais sur lequel ce pauvre Marchenoir s'acharne désormais à défaut de pouvoir opposer d'autres arguments à ses attaques au-dessous de la ceinture ! Mais aussi ses calomnies quand il en vient à diffamer gravement la fille d'une victime de la barbarie nazie !

Le mieux n'est-il pas alors de l'ignorer et le laisser à ses délires et à ses préjugés indécrottables ?

Robert Marchenoir

@ breizmabro | 30 juin 2018 à 10:29

Je vous ai répondu en général. Pas précisément sur les ONG qui vont pêcher le migrant en Méditerranée.

Maintenant, sur George Soros. J'ignore s'il finance cette pêche. C'est fort possible. Ce qui est certain, c'est qu'il met des fonds considérables à la disposition d'associations étrangères qui mènent un combat politique.

Mais je dois faire un couac dans le concert du politiquement correct de droite : une partie des actions de George Soros sont admirables. Tout le monde l'oublie. Soros a fortement oeuvré pour libérer l'Europe du communisme -- et c'est bien ce que lui reprochent, et la propagande poutiniste, et les crypto-communistes français.

Puis, une fois accompli ce combat pour la liberté, il a mis sa fortune au service de la lutte pour la liberté dans la Russie-de-Poutine : autre action pour laquelle il doit être félicité. L'association Open Society Foundations, financée par Soros, mène un combat admirable de réinformation et de militantisme, en Russie et ailleurs. C'est une bonne chose. Merci Soros. J'aimerais voir un peu plus de gens lui baiser les pieds.

Enfin, il finance de façon également considérable des associations immigrationistes à travers le monde, et en cela il constitue un réel danger. Soros est juif, il a vécu en Hongrie occupée par les nazis, il fait partie de ces nombreux Juifs qui considèrent que "l'anti-racisme", qui inclut la dilection pour l'immigration de masse, va à la fois dans le sens de leurs valeurs et de leurs intérêts fondamentaux.

Soros est très vieux, il est richissime, personne ne le fera changer d'avis. En revanche, la question à se poser est ce qu'il adviendra après sa mort. Qui gérera sa fortune, qui pilotera ses associations, voilà ce que les anti-Soros devraient s'attacher à élucider, au lieu de nous bassiner (pour beaucoup) avec leur antisémitisme à peine voilé.

D'autant que s'il y a une arme à jouer contre Soros et ses assoces immigrationistes, c'est justement l'arme juive... George Soros est haï et inlassablement dénoncé par une partie de l'élite israélienne, parce qu'il finance aussi un vaste effort afin que toute l'Afrique puisse immigrer en Israël. Etant donné que le pays a la taille d'un timbre-poste, et se trouve habité de 8 millions d'individus tout mouillés (dont un cinquième d'Arabes...), les dirigeants israéliens sont beaucoup moins enclins à la complaisance africano-centrée que, au hasard, les macronistes.

L'ambiguïté du personnage de Soros est illustrée à la perfection par le fait que Viktor Orban, le Premier ministre hongrois anti-immigrationiste, qui mène une vigoureuse campagne contre son compatriote Soros, a lui-même bénéficié, dans sa jeunesse, d'une bourse de la fondation George Soros pour étudier à Oxford...

Enfin, vous me demandez pourquoi des associations sont de mèche avec les passeurs, et activent la pompe de l'immigration illégale. Je n'ai pas d'informations particulières à ce sujet, mais la réponse me semble simple. C'est une combinaison d'idéologie et d'intérêt financier.

Les gens qui font cela s'inscrivent dans le politiquement correct. C'est valorisant et peu risqué. Cela permet à la fois de s'aligner avec l'opinion dominante, et de paraître plus généreux que les autres. Travailler "dans l'humanitaire" à sauver des "pauvres migrants", c'est plus flatteur que de faire responsable de comptes dans une banque.

Et puis c'est une industrie en soi. L'humanitaire, ça permet de lever des fonds. Considérables. Il est plus facile d'attirer l'argent (surtout si c'est celui de l'Etat) en disant : je veux sauver des petits négrillons de la noyade, qu'en disant : j'ai inventé le nouveau fil à couper le beurre cybernétique.

Le fil qui coupera mieux le beurre cybernétique que tous les fils existants, encore faut-il l'inventer. Cela suppose de bosser. Les négrillons qui se noient, ils sont là. Il suffit de leur tendre la main droite, et de tendre la main gauche vers l'Etat pour saisir le bon pognon. Dont une partie (aménageable) ira dans la poche de "l'humanitaire", cet homme si dévoué et si généreux.

Le mécanisme vaut pour la totalité de la chaîne immigrationiste, fonctionnaires compris. Une fois que vous avez noyé la France sous les immigrés, il faut bien que des fonctionnaires "travaillent" pour réparer les dégâts... que leurs organisations, leurs chefs et leurs sympathisants ont eux-mêmes contribué à créer. Vous ne voudriez tout de même pas que les urgences des hôpitaux soient encombrées ?

breizmabro

@ Zonzon 30 juin 2018 à 13:15
"Sartre est un intelaud"

Pas un mot sur Simone ?! (pas Veil, de Beauvoir ;))

Bon j'ai bien compris : le titre du billet étant au masculin pluriel vous avez proposé des masculins singuliers, M. Bilger n'imaginant pas que "intellectuels" puisse aussi s'écrire, éventuellement, avec "lles".

Déjà que chez Pascal Praud (CNews) il n'avait vu que des hommes... :(

Heureusement qu'on a Manu comme intello à mettre dans nos livres d'histoires rigolotes.

Comment il disait déjà en juin 2017 not'Manu ? Ah oui : "le kwassa-kwassa pêche peu il amène surtout du Comorien".

Première blagounette dans la Bretagne mafieuse. A l'époque Libé avait titré (prémonitoire) "Quand le vernis craquelle".

Après nous avons eu les illettrées, les fainéants, les "pour avoir un costume il faut travailler" (ça fait du bien d'entendre ça quand tu viens de te faire virer par une entreprise qui délocalise) ou le "pognon de dingue en aides sociales" dans lesquelles il inclut les retraites cotisées et perçues par l'Etat-Bercy.

Avec la rave party à l'Elysée le tableau idyllique du roi Manu est en train de craquer. Il va finir en puzzle.

Heureusement qu'il y a l'Europe de Bruxelles et que Salvini l'a pris pour Fripounet :D

Trekker

@ Robert | 30 juin 2018 à 11:50
"…Arthur Koestler qui savait de quoi il parlait quand il dénonçait le même totalitarisme. Mais qui connaît encore cet auteur ?…"

Certes bien injustement il est tombé en désuétude. Qui lit encore "Le Zéro et l’infini", "La Lie de la terre" et "La Treizième tribu" ? Evoquer ce dernier livre et on a droit à un procès pour antisémitisme !

Claude Luçon

@ Elusen | 29 juin 2018 à 21:00

Merci des précisions !
Philippe avait développé le sujet, je m'attardais sur le qualificatif "intellectuel" et les orientations qu'il avait mentionnées.

Il ne m'est pas paru nécessaire de rappeler que les professeurs, les écrivains, les artistes qui dénoncèrent l'injustice faite au capitaine Dreyfus portaient un nom très précis : dreyfusards.
La chose me semblait implicite.
On est en droit de se demander pour quelle raison ils ont donc éprouvé le besoin de se distinguer d'une façon générale en accaparant le titre d'intellectuel alors qu'il défendait un cas précis qui leur conférait déjà un qualificatif adéquat !
Quarante ans après le procès, à une époque où j'étais en culotte courte, on parlait encore des dreyfusards à Saumur, à l'ombre des murs de l'Ecole de Cavalerie, pas des intellectuels !
Les cavaliers ont la mémoire longue et chevauchaient à droite si je puis dire.

------------------------

@ breizmabro | 30 juin 2018 à 10:29

Jusqu'ici tout allait bien !
Les migrants, parmi lesquels se trouvaient sans doute quelques volontaires pour le djihad, étaient accueillis gentiment en Italie, pouponnés puis disparaissaient, par centaines de milliers.
Reconnaissants ils se gardaient bien de trucider quelques Italiens au passage se réservant pour les reste des citoyens des pays de l'UE.
Curieux non ?

Dans ce tableau pacifique et idyllique quelque chose a soudain changé, l'Italie se rebelle, mais quoi ?
Une autre affaire de sous plus ou moins occulte ?
Il va falloir poser la question "al Commandatore Salvini" !
Soros aurait aussi financé quelques services, légaux ou pas, deux ou trois ONG très discrètes, en Italie et aurait réduit le tarif ?

---------------------------------------

@ Robert Marchenoir | 29 juin 2018 à 18:07

Lorsque l'on parle de QI, j'y ai été soumis deux fois par des chasseurs de tête, on remarque rapidement que les questions sont basées sur la civilisation qui est la nôtre.
On ne peut soumettre toute la population du globe aux mêmes critères.
Comme, en plus, le lavage de cerveau auquel on a soumis les Européens et tout particulièrement les Français concernant la colonisation et l'esclavage a occulté le passé de l'Afrique, ce genre d'étude n'a aucune valeur à l'échelle terrestre.
Les Africains ont évolué jusqu'au XVe siècle sans connaître l'écriture et sans avoir développé une structure grammaticale et encore moins l'imprimerie.
Il vivait dans une ambiance qui leur donnait beaucoup et n'ont pas éprouvé le besoin de développer une quelconque technologie bien qu'ils soient assis sur les plus grandes richesses de matière première du monde.
Il n'ont connu le matérialisme qu'avec la colonisation et, malheureusement, la colonisation n'a pas fait grand-chose pour les initier à la technologie et aux sciences.
Ce n'est donc pas le QI qu'il faut mesurer, c'est l'intelligence pure en s'appuyant seulement sur l'aptitude à penser et à analyser le monde autour d'eux, pas le nôtre.

Les analystes découvriraient alors que les Africains n'ont rien à nous envier côté intelligence.
Je ne suis pas professeur mais ai été souvent stupéfait de voir la rapidité avec laquelle des Africains totalement illettrés, en pleine brousse ou forêt tropicale, apprenaient et l'originalité des questions qu'ils se posaient et, surtout, leur volonté d'apprendre.
Le drame est qu'à ce jour l'Afrique ne se concentre pas assez dans la formation de scientifiques, ingénieurs et techniciens.
Le changement de paysan à scientifique a pris des siècles chez nous, de la pelle au bulldozer, ou de la charrette au camion benne... Eux n'ont eu jusqu'ici qu'un demi-siècle pour faire de même.
Le saut intellectuel qu'ils ont à faire est gigantesque, à nous de décider si nous voulons les aider ou non.
Au passage, deux de nos plus anciennes écoles d'ingénieurs, au moins, se sont attelées à la tâche.

Le jour où nos politiciens aborderont franchement le problème en remontant et reprenant le problème au-delà de la colonisation, le jour où on admettra que SOS Racisme est une supercherie, vous verrons l'Afrique nourrir ses citoyens.

Herman kerhost

@ Valery

Relisez mon commentaire, vous n'avez pas compris. C'était pourtant simple.

@ Lucile

Je suis d'accord, ça fait plaisir de voir le politiquement correct se faire ainsi dézinguer, et bien sûr que ce type est brillant, mais certaines de ces positions font aussi de lui un repoussoir.
Le fait d'être contre l'avortement même si vous êtes victime d'un viol est abject et si cela descend tout droit de sa pratique religieuse c'est encore pire. Les musulmans aussi aimeraient bien qu'on adopte leur pratique religieuse...

Et cette kippa sur la tête en permanence !


@ Savonarole

C'est marrant, avant l'arrivée de Robert Marchenoir il fallait compter sur vous pour trouver des brochettes ainsi garnies. Avez-vous oublié ?

**********

Comme toutes les commentatrices qui nous annoncent qu'elles quittent le blog, duvent revient.
Les femmes ne tiennent pas leurs engagements...

Tipaza

@ Aliocha | 30 juin 2018 à 10:04
« Duvent de retour, alléluia ! »

Et Aliocha vit le vent Paraclet en chaque courant d’air !

Aliocha

Ou alors, puisqu'il m'a "baptisé" musulman :
El abdul'illah!

Zonzon

SUITE

Proust et Céline sont des artistes (romanciers) purs. Il ne viendrait pas à l’esprit de les nommer « intellectuels ». Ils ne remplissent cette « fonction » que par la qualité/perfection de leur « art ». Ils ont eu une influence « politique », c’est-à-dire proprement intellectuelle, seulement par le détour de leur « art ». Ils ont assumé ô combien cette fonction par leur capacité émotive, sensitive. Ils étaient de véritables « éponges » de la condition humaine.
Sinon comment expliquer que chaque jour, dans le monde, une étude universitaire paraisse sur eux. Leur « fonds artistique » est inépuisable ! Ils « interrogeront » jusqu’à la fin du monde !

Pasolini est un artiste (cinéaste, romancier). Mais son implication propre dans la politique est telle qu’on doit aussi le considérer comme un intellectuel. En lui les deux fonctions se mêlent. Il est l’héritier italien de vingt siècles d’Art. Cela pèse lourd dans l’escarcelle !

Revel est un intellectuel pur. Il est probable qu’il ne s’est jamais considéré comme un artiste. Dans ses multiples rôles/fonctions il n’a visé que « le politique » : philosophe, critique littéraire (Proust), italianisant, directeur d’une revue d’art (L’œil) et d’un hebdomadaire tout terrain, gastronome, journaliste, critique tout azimut. Une vie au « service » de l’homme. Il a visé l’intelligence, pas l’émotion ; la raison, pas le sentiment. Un intellectuel figure de proue.

Soljenitsyne est à la fois un artiste et un intellectuel. Incontestablement. Mais ce n’est pas ainsi que je le qualifierais. Car il y a de plus en lui une dimension religieuse.
Pour moi Soljenitsyne est un Témoin !

Sartre est un intelaud.

D’autres qu’on ne nommera pas, mais auxquels on pense, sont carrément de purs salauds !

Et voilà pourquoi votre fille est muette !

duvent

@ Achille

Je suis éblouie par votre habituelle et extrême perspicacité !! Vifs compliments !

@ Savonarole

Comme je vous comprends !! My husband and I... Bref ! Soyons bref ! Comment allez-vous ?

Patrice Charoulet

Un commentateur bien connu et très actif sur ce blog, s'adressant à autre commentateur, cultivé, courtois, sérieux, humain, raisonnable, éclairé, on aura reconnu Aliocha, se demande en passant, si je ne serais pas « trop vieux, trop fatigué, trop lâche, » pour...

Puisque sa triple question a été lue par tout le monde, je vais répondre le plus aimablement possible et le plus courtoisement possible à cela.
Sribouillant depuis un an et demi sur le blog de Philippe Bilger, et lisant attentivement et avec intérêt ses réflexions, je les ai commentées le plus souvent que j'ai pu, en les approuvant la plupart du temps.

Pour une raison ou pour une autre, en signant de mon prénom et de mon nom, j'ai indiqué ma profession, les pays où j'ai travaillé, mon âge (73 ans), pour qui j'ai voté pendant cinquante ans, mes auteurs favoris (que l'on trouvera si l'on veut, sur Facebook), ma photo (ibidem), ma ville, mon mail, mes deux numéros de téléphone...
Combien sommes-nous, sur deux cents commentateurs, à avoir fait cela ?
Je ne suis ni trop vieux, ni trop fatigué pour dire ce que je pense et ce que j'ai à dire.
Quant à l'imputation de « lâcheté » qui m'est faite par ce commentateur, je laisse à chacun d'estimer équitablement si elle a quelque fondement.

Robert

@ Exilé | 29 juin 2018 à 20:45

Excellente précision. Tout autant, par exemple, qu'Arthur Koestler qui savait de quoi il parlait quand il dénonçait le même totalitarisme. Mais qui connaît encore cet auteur ?

Elusen

@ Lucile | 30 juin 2018 à 00:46
« Une femme, et de couleur... »

- Ainsi vous seriez une personne sans couleur, translucide !

- Ainsi vous auriez des preuves irréfutables que Oprah Winfrey aurait su quoi que ce soit et aurait eu des preuves.

- Ainsi vous auriez des preuves irréfutables que Harvey Weinstein aurait violé qui que ce soit.
Preuves que vous n’auriez pas données à la justice US, à personne.

- Ainsi vous auriez des preuves irréfutables que Oprah Winfrey voudrait devenir présidente des USA.

- Ainsi vous auriez des preuves irréfutables que Oprah Winfrey fréquentait des obsédés sexuels et des pédophiles.

Eh bien, il est temps que vous nous les montriez ces preuves, car après tout pour affirmer autant c’est que vous avez fréquenté tout ce beau monde et que vous avez été témoin sans rien faire, en somme, comme ils disent aux USA, complice par association.

Vous avez laissé Harvey Weinstein violer, vous avez laissé des pédophiles agir !

En fait, moins les gens savent, plus ils la ramènent, c'est peut-être pour cela que vous êtes translucide à défaut d'être transgenre ou transgras.

Achille

@ duvent | 30 juin 2018 à 09:03
« Savonarole, avez-vous remarqué que vous n'aviez pas tort ? »

duvent d’accord avec Savonarole ? Comme disait Edgar Faure, « ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent. » 😊

Savonarole

@ agecanonix de 10:21
"Comme BHL, DSK, Moscovici, Dray et bien d'autres."

Curieuse brochette que vous enfilez là...
Vous serez au Panthéon pour l'hommage à Simone Veil ?

duvent

@ Aliocha

Souvent femme varie, pour rester dans votre champ lexical ; Ozannah ! Au plus haut des cieux...
Pour rester dans le champ lexical de votre meilleur adversaire sur ce blog : Wouarf !!! Wouarf ! Wouarf ! Au poteau les relapses !

breizmabro

@ fugace 30 juin 2018 à 03:04

Mon cher fugace, le métier d'expert-comptable consistant à mettre les bons chiffres dans les bonnes colonnes et celui de commissaire aux comptes à signer lesdits bilans moyennant un pourcentage sur résultat, je n'ai jeté qu'un oeil distrait sur celui de SOS Méditerranée, car vous l'aurez appris, même le bilan de Lafarge était parfait, et je vois mal George Soros grand donateur devant l'éternel, produire un bilan truqué :(

Il y a en Bretagne une association appelé SNSM qui vient au secours des navires en perdition au large de ses côtes (nombreuses) toutes nationalités confondues, et à leur équipage sans distinction de couleur de peau ou de religion, et, sauf preuve contraire, Monsieur Soros n'a jamais fait un don à cette association, allez savoir pourquoi... (le prix de l'artichaut pas assez coté sans doute :D)

Je ne vous ferai pas la peine de vous montrer leur bilan comptable...

Savonarole

@ duvent de 09:03

Quel bon vent vous amène ? Content de vous lire !

"Savonarole, avez-vous remarqué que vous n'aviez pas tort ?"

Je ne sais plus. Avoir toujours raison est devenu une telle habitude chez moi que je m'y perds un peu.

breizmabro

@ Robert Marchenoir 30 juin 2018 à 01:43

Merci monsieur Robert, j'ai la réponse que j'attendais, en détail.

Donc, si j'ai bien tout compris, les "fameuses" ONG dont on nous rebat les oreilles dans les hauts-parleurs télévisuels et radiophoniques, appelés aussi "les voix d'son maître", sont des assosses qui vivent des impôts, dont les nôtres, récoltés par les Etats, dont le nôtre, ou des dons de monsieur Soros (né György Schwartz me dit Wiki) pour aller chercher en Libye ou ailleurs des gens capables de payer un passeur mille cinq cents euros par personne pour les amener sur le "continent" européen pour qu'ils puissent vivre sans avoir peur des bombes. Soit. Mais alors pourquoi les passeurs passent-ils la main ;) aux "ONG", quel est le deal entre eux ? Pourquoi ces "ONG" ne débarquent-elles pas ces pauvres hères plus près de leurs côtes, en Tunisie ou au Maroc (par exemple lors du festival du rire organisé par Jamel Debbouze qui soutient cette migration onéreuse), ils pourraient mieux s'adapter sous ces climats qu'en Allemagne ou en Autriche, voire chez les mafieux bretons capables de les tuer à coups de bombardes ; non ?

Et puis au Maroc ya plein de boulot, bien payé à faire : les routes, ou la culture du cannabis par exemple (très rentable le chichon marocain paraît-il), alors que vivre en Sicile ou à Marseille c'est un peu comme s'ils n'avaient pas quitté les balles sifflantes ; non ?

Bon ya pas de sécu chez notre ami le roi, MAIS comme disent les retraité.e.s français.e.s qui vivent là-bas auprès de leur piscine (trois euros de l'heure environ pour l'entretien...) "ici personne n'est jamais malade", du coup ils seraient mieux là-bas. Moi j'dis ça...

J'ai bien retenu ma leçon monsieur Robert ? :D

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS