« Un innocent presque anonyme ! | Accueil | Entretien avec Jean-Loup Dabadie »

12 juillet 2018

Commentaires

duvent

Sainte Rita doit être sollicitée !! Zemmour est viré de RTL... So what ?
La démocratie est en péril, pas moins...
J'aime rire, en conséquence de quoi, je ris ! Mais je ne ris pas de n'importe quoi, je ris de me voir si belle...

boureau

@ Patrice Charoulet 14 juillet 10:08

Zemmour : "On n'est pas forcément d'accord" chronique non reconduite à RTL.

Triste nouvelle pour une démocratie.

La cellule élyséenne, conduite par Bruno Roger-Petit a réussi à avoir sa tête auprès de la direction de RTL qui, jusqu'à ce jour, avait résisté.

Le tout avec les pressions des innombrables associations bien-pensantes.

Les démocrates espèrent qu'il retrouvera un créneau quelque part pour continuer à faire entendre une voix certes controversée quelquefois, mais nécessaire.

Cordialement.

Achille

@ GLW | 14 juillet 2018 à 08:14
« Achille va sûrement répliquer que tout ce joli monde est encarté... »

Amusant ces gens qui interprètent les pensées des autres allant jusqu’à s’exprimer à leur place.

Les individus en question ne sont certainement pas des fans des Bleus, mais tout simplement des casseurs qui profitent de toutes les manifestations, qu’elles soient syndicales ou autres, pour venir semer le désordre et gâcher la fête.
Si certains sont encartés, ce qui n’est pas exclu, c’est très certainement dans les partis d’extrême gauche. Rien de bien nouveau finalement même si on peut le regretter.

Patrice Charoulet

Zemmour viré de RTL...

Le jour de la fête nationale, la veille de la finale de la Coupe du monde de football, je lis dans Le Parisien un entrefilet : RTL ne gardera pas Eric Zemmour.
Voilà quelques mois, j'avais fait ici même une petite prédiction (facile à faire, j'en conviens) : Zemmour sera chassé de partout, la seule question est de savoir quand.
Il doit faire face à la fureur de tous les partis politiques français, sans aucune exception, à tous les lobbies, aux puissances économiques, à l'Europe, à la doxa...
Il est insupportable. Ses lecteurs, ses admirateurs n'en démordront pas. Il ne terminera pas sa vie dans la misère et pourra continuer son parcours d'esprit libre.
RTL, vous avez eu tort. Domenach, lui, est une bouche inutile et un nul.

sylvain

Snif, snif !

Que vais-je devenir si le mot race est supprimé ? Ne vais-je plus pouvoir me vanter d'être un super blanc de souche, chrétien hétéro de droite pure ?
Que vont devenir nos polices gauchislamistes de la bien-pensée antiraciste : CRAN, MRAP, SOS Racisme ? Vont-ils devoir se recycler dans d'autres associations toutes autant lucratives et juteuses en indemnités et amendes judiciarislamistes ? Mais lesquelles ?

Tipaza

@ Robert | 13 juillet 2018 à 11:50

Disons qu’il y a un collectif de l’émotion, et un collectif de l’action.

Le collectif de l’émotion est celui par exemple des spectateurs et fans des matchs de foot ou autres spectacles dans un stade et sous une forme homéopathique devant sa télé.
C’est le collectif du troupeau de Panurge entraînant le pire et rarement le meilleur puisqu’il relève de l’instinct brut de décoffrage.

Il y a le collectif de l’action, conscient et organisé, volontaire dans un but, lequel il faut le remarquer est toujours donné par le Chef, un individu qui s’extrait du collectif pour le diriger.
Je précise que les défilés de la CGT de Bastille à République relèvent de l’émotion et non de l’action évidemment, même s'il y a une volonté de finalité.

Mais y a-t-il un collectif de réflexion ? La question est difficile.

Si la réflexion consiste en la recherche d’une solution d’un problème dans un cadre défini par la loi, les règlements ou l’état des connaissances, il est possible qu’un groupe puisse proposer une solution.

La réponse est moins évidente s’il s’agit de trouver une solution en dehors du connu et de sortir du domaine des connaissances pour l’étendre.

Les grandes découvertes ont été faites par des hommes seuls, Galilée, Newton, Einstein, etc., mais dans un cadre où les idées qu’ils ont développées étaient dans l’air du temps, au point qu’on peut se demander s’ils n’étaient pas simplement des vecteurs de l’inconscient collectif.

L’exemple le plus proche est celui d’Einstein et de Poincaré, celui-ci reprochant à Einstein de s’être approprié l’idée de la Relativité qu’il avait développée ; il avait gardé une rancune tenace à Einstein qui s’en moquait éperdument.

GLW

Petit aperçu de ce que peut donner le "collectif" pour simplement une demi-finale.
Imaginez ce que pourrait être ce "collectif" pour une finale gagnée.
Achille va sûrement répliquer que tout ce joli monde est encarté...

https://www.youtube.com/watch?v=hUCq23D-E1c

Achille

M’étant fait épingler par certains contributeurs de ce blog qui sont très susceptibles dès que l’on utilise le mot tabou « nationalisme », je vous livre ici un article de L’Express, dans lequel le sociologue Gilles Lipovetsky n’hésite pas à utiliser ce terme concernant l’engouement que provoque le football en particulier lors des compétitions internationales.
Il appelle ça du nationalisme festif.

Pour lui, "ce nationalisme festif est totalement éphémère, on l'a bien vu en 1998. N'étant pas porteur de valeurs, il ne change rien, il est simplement émotionnel".

https://www.lexpress.fr/actualite/sport/football/le-foot-cree-du-nationalisme-festif_2025320.html?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter&Echobox=1531512288#xtor=CS3-5083dans

Bref il s'agit d'une sorte de patriotisme superficiel qui ne repose que sur l’exaltation, autant dire sur rien.

Achille

@ Exilé | 13 juillet 2018 à 18:09
« Ne dites pas à Achille qu'il est un extrémiste gauchiste, il est persuadé d'être dans la ligne du centre-droit... »

Vous en connaissez beaucoup des extrémistes gauchistes qui ont voté Fillon au premier tour ?
Certes, Thomas Legrand n’a pas dû voter Fillon, ce qui tend à démontrer que je conserve ma liberté de pensée même si j’apprécie les éditos de ce journaliste. Encore qu’il m’arrive parfois de ne pas être d’accord avec son analyse.
Je ne suis d’ailleurs pas certain que Thomas Legrand ait voté pour Benoît Hamon, personnage sans aucun charisme. Son score de 6% démontre qu’une grande majorité des électeurs de gauche n’en voulaient pas. Beaucoup de ces derniers ont opté pour EM, au premier tour, moi pas.

Pour ne rien vous cacher, je voulais voter Valls, mais il s'est fait sortir à la primaire. Son courant de pensée était dans la continuité de celui de M Rocard (la deuxième gauche) que je préférais cent fois à Mitterrand dont le socialisme de façade ne m’a jamais vraiment convaincu.

Aliocha

Petite piqûre proustienne du jour, à inoculer avec art pour ne point réactiver prurit, zonzonade, et manifs à Trocadéro :

"...mais on a voulu provisoirement prévenir l’erreur funeste qui consisterait, de même qu’on a encouragé un mouvement sioniste, à créer un mouvement sodomiste et à rebâtir Sodome."

Ah, les hommes sont lourds, disait Ferdine, des marteaux-pilons sans contrôle, incapables de plier leur discipline de solistes à l'exécution d'une œuvre collective, vas-y, mon kiki, montre-leur ce qu'est la grâce, allez-les-bleus !

Claude Luçon

C'est la faute à Chirac ! S'il n'avait pas supprimé le service national en 1997, les Français n'auraient pas inventé le collectif national en 1998.
Il avait risqué gros, les Français ont voulu le remplacer par Zizou, au point de le mettre sur l'Arc de Triomphe comme le nouveau Napoléon.

Pour se venger de ne plus pouvoir porter l'uniforme et servir sous les drapeaux, les Français se sont donné un uniforme bleu avec le coq gaulois, porté haut les drapeaux eux mêmes et ils défilent sur les Champs-Elysées en chantant la Marseillaise, 14 Juillet ou pas...
On est patriote ou on ne l'est pas !
Quelqu'un a dit : "Ils sont fous ces Français" !

Wil

Au Burkina Faso on voit l'équipe de France comme la "6ème équipe africaine" de la coupe du monde et donc ils exhortent les Africains à la soutenir.
Comme quoi les Africains ne sont pas si c*ns que ça puisque quand ils voient un noir, ils voient un noir. Qui l'eût cru !
En voyant ça, la médiacratie française a évidemment embrayé et vanté la mixité de cette équipe qui n'est quasiment plus une mixité vu que 70% des joueurs sont issus de l'Afrique noire, comme Plantu qui a fait un dessin là-dessus.

Pour une fois Joffrin a dit un truc intelligent "stop à l'origine" ou je ne sais quoi.
C'est la preuve de ce que je dis toujours.
Quand on juge les gens sur leur couleur de peau que ce soit en bien ou en mal, on est raciste. Ceux qui jugent en mal assument juste plus que les autres qui sont des racistes refoulés.

En fait, le racisme est juste une question d'acceptation de soi-même et donc ce n'est pas en supprimant stupidement le mot race de la Constitution que ça changera quoi que ce soit dans les faits.
C'est même le comble de l'hypocrisie.
Mais on commence à savoir que c'est la marque de fabrique du macronisme.

duvent

@ sbriglia
"Nihil novi sub sole... comme dirait duvent."

Vous reprendrez bien un peu de latin ?

Quid est quod fuit ? Ipsum quod futurum est. Quid est quod factum est ? Ipsum quod faciendum est ! Nihil novi sub sole !

Noblejoué

Aspects positifs et négatifs des joies collectives, tout a été dit, je crois. L'inconvénient, aliénation, l'avantage, réassurance pour chaque membre du groupe d'une loyauté accrue donc possibilité de faire face aux dangers ensemble, un peu comme comme on dansait la ronde dans les villages !

Mais il y a des avantages aussi à être seul, réflexion, mais aussi sentiment cosmique, ou océanique, qu'on aurait du mal à ressentir à plusieurs, tandis que la musique, elle, peut être plus forte, d'être partagée par un auditoire, notamment dans le théâtre wagnérien.

Comment parler du sentiment océanique et à quoi bon puisqu'il s'agit pour moi de faire resurgir l'idée voire la sensation de ce qu'on oublie, rien d'autre que d'être au monde ?
Par l'espace et la musique, peut-être.

https://www.youtube.com/watch?v=yfVnazeA3zw

Wil

@ Exilé

Au-delà de la bêtise crasse des élus de la France qui croient que parce qu'il ont supprimé le mot race de la Constitution, ils ont éradiqué le racisme, ma phrase un peu courte pour être bien interprétée "Plus de race, plus de racisme ; plus de sexe, plus de sexisme", signifiait qu'à partir du moment où on supprime le mot race de la Constitution il faut logiquement supprimer le délit de racisme du code pénal puisqu'il devient de fait nul et non avenu.
Ce qui bien entendu, dans l'époque actuelle de novlangue politiquement correct mondialiste où les mots n'ont plus de sens n'arrivera pas et renforce un peu plus le sentiment que la France sombre dans la folie de jour en jour.
On va se retrouver avec un délit de racisme alors que le concept même de race n'est même pas reconnu par la Constitution... Plus c*n, tu meurs.

Savonarole

@ Zonzon | 13 juillet 2018 à 15:38

Zonzon sait marcher sur des œufs et rester sec sous la pluie, avec un zeste de Ferdinand, fortiche.
Moi, je le dis tout net, Lanzmann m'insupporte. Les Invalides c'est too much, et c'est passé inaperçu.
La République est bonne fille, je n'en dis pas plus...

Mitsahne

La principale qualité d'un Grand Chef est de savoir s'entourer de gens plus compétents que lui puisque le Grand Chef ne peut être le dieu omnipotent. C'est ce que n'a pas su faire le tout nouveau Président Macron en congédiant le Général de Villiers comme un quelconque manoeuvre.

C'est une faute lourde puisqu'il a privé la France des services d'un homme de haute qualité. Et on ne peut pas dire, même en cherchant bien, que son gouvernement en soit débordé...

breizmabro

@ Exilé 13 juillet 2018 à 10:26

Et moins de cons, moins de conneries... Normalement.
(Je ne dis pas ça pour vous évidemment, mais en général.)
Parce que des fois... Même ici...

Adéo ;)

Jabiru

@ Mary Preud'homme 13 juillet 2018 à 17:12

J'imagine la réponse cinglante qui aurait pu gicler de la bouche du Général :
"Petit c.. et 8 jours de gnouf"
Mais comme le Général est un homme courtois, force est restée au chef !

Mitsahne

Entièrement d’accord avec vous, M. Bilger, pour votre excellent billet.

Vous soulignez un droit qui est loin d’être reconnu par les prétendus ‘’Sages’’ du Conseil constitutionnel, le droit de ne pas aimer. Le droit de ne pas s’associer à une liesse débordante hors de proportion avec l’événement, si heureux soit-il.

La liesse ‘’laïque, gratuite et obligatoire’’ a quelque chose de bizarre, douteux, populote (sic), sans méchanceté certes mais pouvant tomber facilement dans l’excès dramatique au moindre incident provoqué par quelques teigneux supportant mal l’alcool.
Je me méfie des foules immenses, qu’elles soient guidées par des élans patriotiques, sportifs, révolutionnaires ou simplement calendaires comme la nuit de la Saint-Sylvestre ou le Carnaval.

On a le droit de ne pas aimer les escargots, les épinards ou le quinoa ; les anti-racistes, les communistes, les pauvres pécheurs, les béhachels, le ‘’bruit terrible de l’œuf dur sur le comptoir’’, ceux qui vivent tellement courbés qu’on peut les enterrer dans un carton à chapeau ; les annus horribilis et les nuits de cristal ; les poissons d’eau douce mais adorer la truite de Schubert ; une ancienne garde des Sceaux guyanaise et Robinson Crusoé qui avaient en commun un certain isolement.
On a le droit de ne pas aimer les drouats de l’Homme et même Jean-Jacques Rousseau ; et les inconséquents du Conseil constitutionnel.

Mais je m’aperçois qu’établir la liste de tout ce que l’on a le droit de ne pas aimer est tellement long et difficile que je vais laisser à chacun le loisir d’en ajouter.

Quelle différence entre « ne pas aimer » et détester, conspuer, haïr, rejeter, abhorrer ?
Des nuances seulement, tant que l’on reste entre gens civilisés qui respectent ceux d’en face qui font la même chose que vous.

Exilé

@ boureau
« Aucune surprise donc de la part de Legrand et donc... d'Achille. »

Ne dites pas à Achille qu'il est un extrémiste gauchiste, il est persuadé d'être dans la ligne du centre-droit...

Mary Preud'homme

@ Jabiru | 13 juillet 2018 à 11:48

Un général (de Villiers) qui a toute l'étoffe d'un président.
Pourquoi pas et quelle belle revanche ce serait sur l'actuel qui se la pète alors qu'il ne fut même pas simple troufion !

Duval Uzan

@ Ellen | 13 juillet 2018 à 10:13 et Will

Aucune offense mais simplement que l’on ne supprime pas une chose en supprimant un mot !
Cela me semble évident !
Légiférer là-dessus me semble absurde.

Michel Deluré

@ Patrice Charoulet 12/07 18:49
« Comment puis-je me sentir PLUS français parce qu'un ballon... »

Certainement pas se sentir PLUS français par la grâce du football, mais, parce qu'on est justement viscéralement français, éprouver peut-être à défaut de fierté - n'allons pas trop loin, il ne s'agit tout de même que de football ! - au moins un sentiment de satisfaction.
Une France qui gagne, même si l'on abhorre le sport, cela vaut toujours mieux qu'une France qui perd, même si je vous concède que l'on préférerait de beaucoup voir notre pays se distinguer dans bien d'autres domaines.
Mais ne soyons pas rabat-joie et sachons savourer, avec la mesure qui convient en regard de l'événement, le plaisir qui nous est momentanément offert.

« J'évite de lire des auteurs étrangers... »

La richesse du patrimoine littéraire français est certes impressionnante et il n'en est que plus difficile de l'appréhender au cours d'une vie.
Mais cette seule raison peut-elle justifier votre ostracisme à l'égard de la littérature étrangère ?
Par nécessité, vous avez été évidemment porté sur l'étude des auteurs français, mais ne pensez-vous pas que désormais, libéré de vos contraintes professionnelles et habité je l'espère par la curiosité de découvrir des horizons littéraires nouveaux, il serait naturel et enrichissant d'ajouter à votre connaissance déjà vaste du patrimoine littéraire français celle des grands auteurs étrangers ?

Zonzon

Ainsi mon cher Patrice (13 juillet à 10 h 48) vous relevez le gant ! Anecdotiquement ! Il faut bien dire que des activités « potachières » du triangle sacré LLG-Henri IV-Gniouf Lettres il y en eut de plus sévère !

J’avais envoyé un coup de sonde (5 mots, mon record). J’avoue que j’étais interloqué par cette brève : Lanzmann aux Invalides ! Bon ! Je ne suis pas un acharné ! Si tout le monde s’en fiche !

Puis vous arrivez. Pour une fois sans Bob ! Bien !

Lanzmann, c’était quand même le porte-serviette régimentaire de l’agité du bocal ; ils servaient dans le même corps. Les années 60-80, tous les grandgourous, Mitran, tout ça. Le cauchemar ! Sartre, l’œil torve, juché sur son bidon de pétrole, distribuant la « Cause du peuple » !

Fini le bon temps ! Alors comme un intelaud ne peut pas rester sans rien faire Lanzmann s’attela à Shoah ! No comment !

Reste une question. Au bout du compte cette œuvre a-t-elle été bénéfique pour la cause juive en général et pour le destin d’Israël en particulier ?

Chers camarades, ne vous précipitez pas pour répondre ! Tout le monde pourra s’exprimer ! Chacun son tour !

Exilé

@ Robert
« Enfin, il me semble que l'un des plus nobles esprits collectifs est celui qui anime les soldats, le centième anniversaire de la Première Guerre mondiale étant là pour nous le rappeler. »

C'est ce que l'on a appelé l'Union Sacrée.
Mais serait-elle encore concevable de nos jours ?

sbriglia@Patrice Charoulet

"Le volé plaidant pour le voleur, en avez-vous beaucoup rencontré ?"
Rédigé par : Patrice Charoulet | 13 juillet 2018 à 10:48

Plus souvent des femmes battues plaidant pour leur tortionnaire de mari...
Nihil novi sub sole... comme dirait duvent.

boureau

@ Patrice Charoulet 13 juillet 2018 11:50
"Si Claude Lanzmann n'avait pas fait le film "Shoah" la cérémonie d'hier n'aurait pas été décidée"

Exact ! Nous connaissons tous la puissance de la communauté en question. Lanzmann était insupportable de malveillance, d'honnêteté intellectuelle douteuse, de bassesse. Mais il était d'une part juif et d'autre part l'amant de Beauvoir et l'ami de Sartre. Donc forcément intouchable.
Ca lui a servi de drapeau et de paravent pendant le reste d'une existence somme toute très médiocre littérairement parlant.

hameau dans les nuages

Dans ma cour hier !

Un jeune pigeon voletant à peine dribblait avec son bec, devant moi et mon petit-fils, des coquilles d'escargot vides.
Une pure provocation. Je l'ai raccompagné gentiment sur le green sans passer par la souillarde et son congélateur et sans faire d'esclandre. On n'est pas des bêtes...

Quand je dis "Allez les bleues !", je parle seulement des palombes.

caroff

@ boureau | 13 juillet 2018 à 10:12

Belle brochette en effet. Vous avez oublié Askolovitch et sa revue de presse déconcertante en ce qu'elle reprend des articles de journaux sans lectorat (L'Huma, Libé...).
Cordialement

Claude Luçon

Dans une France généralement morose et burn-outée et, comme Daninos faisait dire à son Major Thompson dans ses Carnets, la France est "divisée" en 50 millions (à l'époque) de Français, ce qui est toujours vrai, nous, commentateurs de ce blog, en sommes la preuve, quelques jours de liesse et de patriotisme dans l'unité sont plutôt bienvenus quelle qu'en soit la cause.
Soyons donc "collectifs" à l'occasion, même si nous ne sommes pas fan de foot !

Pour les nouveaux Français, ceux qui ont immigré au cours du siècle passé et leurs descendants nés en France, ou ceux comme Cohn-Bendit qui hésitent, nos héros habituels, Bayard, Jeanne d'Arc, Jean Bart, Louis XIV, Lafayette… n'ont pas grand sens.
Mbappé si !
Il est le héros de tous les Français.
Il est Français et fier de l'être, né à Paris, bachelier, intelligent, joyeux, débordant de talent, court vite, beau gosse, de père d'origine africaine, une mère d'origine maghrébine, il est le symbole de la France pour bien des gens.
Y compris les deux générations post-68 de Français de souche à qui on a rabâché qu'ils étaient de sales colonialistes et des racistes !

Alors vive Mbappé et que les Bleus gagnent dimanche.
Et pourtant j'aurais préféré que ce soit des rugbymen !

Solon

Plusieurs commentateurs parlent du fameux "panem et circenses." C'est oublier que les citoyens romains ne payaient pas d'impôt sur le revenu et que les circenses étaient financés par l'Etat. Les Provinces payaient pour eux. Hélas, nous n'avons pas de Provinces... mais un fiscus fort actif !

Robert

Exilé | 12 juillet 2018 à 08:33 et Michelle D-LEROY | 12 juillet 2018 à 12:42 ont exprimé ce que je souhaitais commenter sur le fond de ce billet et donc je ne les paraphraserai pas.

En revanche, Monsieur Bilger, je considère que votre titre, par le choix même du mot "collectif" contrevient à vos excellentes trouvailles en matière d'intitulés de vos billets.
De fait on trouve ici une confusion, sans doute volontaire, de toutes les significations de ce terme, à commencer par les abus de la gauche en la matière qui trouve pour tout et rien un "collectif" à créer. Que vous dénonciez ce type de collectif me semble cohérent.

Par ailleurs, appliquer ce qualificatif à la foule me semble mal adapté dans la mesure ou la foule ne me semble pas être un "collectif". La foule a sa psychologie, ses risques par effet moutonnier et suppression souvent des freins naturels limitant les comportements individuels dans leur expression publique. Il me semble que l'instinct grégaire parfois paroxystique soulevé par la foule peut effectivement conduire à des débordements et aller jusqu'à l'émeute. Est-ce pour autant l'expression d'un "collectif" ?

Il y a en revanche des expressions du "collectif" qui sont nobles et indispensables à la réalisation de certains objectifs, de projets industriels majeurs ou de missions spécifiques, militaires notamment.
Il n'est pas inutile de rappeler que le football est un sport collectif, tout comme le rugby (que je préfère incontestablement). Et c'est parce que Didier Deschamps a, tout comme Aimé Jacquet il y a vingt ans et sur ses traces, su créer un vrai esprit d'équipe, un vrai sens du collectif que l'équipe de France de football a pu atteindre la finale de cette coupe du monde.
Il est non moins évident que c'est aussi l'esprit collectif d'entreprise qui a entraîné des réussites industrielles, comme en son temps le projet Concorde par exemple qui a damé le pion aux constructeurs états-uniens ou même le TGV, voir le nucléaire français dans tous les domaines.
Enfin, il me semble que l'un des plus nobles esprits collectifs est celui qui anime les soldats, le centième anniversaire de la Première Guerre mondiale étant là pour nous le rappeler.

Alors, l'individualisme cultivé comme valeur unique me paraît une cause du déclin de l'esprit national que le football veut rétablir à sa manière...

Jabiru

@ boureau 13 juillet 2018 à 09:28

Je vous rejoins totalement, le Général de Villiers ne méritait pas le camouflet public de "Je suis votre chef".
Une faute impardonnable et un manque de tact inexcusable.

Tipaza

Il y a, dans le collectif, une perte d'autonomie du mental qui tend à s'aligner sur le fonds commun de la pensée environnante.
C'est un processus bien connu de tous les manipulateurs, politiques ou religieux, pour les grands événements laïques on parle de grande messe, les mots ne sont jamais neutres.
Cette fusion de l'individuel dans le collectif voulue par les responsables et subie volontairement ou pas par la personne a pour objet d'obtenir son adhésion sans que celle-ci passe par le filtre de la raison.

Évidemment dans le cas d'événements sportifs, l'adhésion fusionnelle est moins directement manipulée que dans les cas politiques ou religieux, mais elle relève du même processus mental, devenir une cellule de l'ensemble échangeant seulement de l'information et disparaître comme membre capable de créer de l'information, fût-ce à son seul profit.

L'expérience montre que la fusion dans le collectif ne se fait que sur la base du plus petit dénominateur commun de l'intellect, c'est-à-dire souvent le niveau de l'instinct, d'où les mouvements de foule qui aboutissent parfois à des extrémités sanglantes.

Bref, comme disait Schopenhauer :

"La solitude offre à l'homme intellectuellement haut placé un double avantage : le premier, d'être avec soi-même et le second de n'être pas avec les autres.
On appréciera hautement ce dernier si l'on réfléchit à tout ce que le commerce du monde apporte avec soi de contrainte, de peine et même de dangers."

Ellen

@ boureau 13 juillet 2018 à 09:28
"Une sorte de contrepoint à votre billet.
Quand on pense à l'attitude de Macron - malgré l'intelligence extrême de l'individu selon vous - vis-à-vis de ce haut fonctionnaire, on comprend et on mesure la petitesse du chef de l'Etat."

Et s'il y avait quelque chose de vrai ? Ecoutez ce lien.

https://www.youtube.com/watch?v=poJRDvKw0lI

Patrice Charoulet

LANZMANN ET JUSTICE

Me trouvant sur un blog notamment judiciaire, je tiens à souligner un petit procès (inaperçu) où se trouva impliqué Claude Lanzmann, qui vient d'être honoré aux Invalides et célébré par le Premier ministre, le 12 juillet 2018 .
Si Claude Lanzmann n'avait pas fait le film « Shoah », la cérémonie d'hier n'aurait pas été décidée.

Je conviens que je n'ai aucune sympathie politique pour cet écrivain, ami de Beauvoir et de Sartre (« Un anticommuniste est un chien » (JPS)). Mais si j'ai toujours été de droite, je n'ai jamais été antisémite, et même je ne crains pas d'affirmer que je suis philosémite et très ami d'Israël. J'avais lu les mémoires de Claude Lanzmann, très intéressants ma foi, publiés chez Gallimard.

Rousseau, dans ses « Confessions », chacun le sait, avoua ses peccadilles et dit sa honte de les avoir commises.
Lanzmann, jeune étudiant, mit une soutane et frappa à diverses portes du XVIe, en prenant une mine adaptée à son habit, et confesse avoir obtenu des sous maintes fois. Il n'y eut pas de procès.
M. le Premier ministre n'a pas rappelé cet... exploit. Ni le suivant. 
Dans ses mémoires, si ma mémoire est bonne, l'auteur consacre plusieurs pages à ses exploits de voleur de livres. En prépa à Louis-le-Grand, il dit avoir volé beaucoup de livres de philosophie à la librairie PUF, place de la Sorbonne. Il affirme avoir été un voleur particulièrement habile et se décerne le titre de « meilleur larron de Louis-le-Grand ». Il se glorifie longuement de ses procédés et de ses succès.

Les deux profs de khâgne de philo étaient l'illustre Ferdinand Alquié et l'illustre hégélien Jean Hyppolite.

Le grand livre « Genèse et structure de la Phénoménologie de l'esprit de Hegel », de Jean Hyppolite, chez Aubier, était annoncé, fut publié et couvé des yeux par notre expert en « fauche » (c'est son terme). Il commit un jour son larcin, sortit des PUF, fut saisi par un « privé » (appointé par la librairie) et conduit au commissariat le plus proche. Le voleur (honoré aux Invalides par le gouvernement de la France) réussit à obtenir une lettre élogieuse d'Alquié et de l'auteur du livre volé (!), ces lettres furent lues dans un procès qui dura cinq minutes et que personne n'aurait jamais su, sauf par cet aveu dans des mémoires.

Pas banal, n'est-ce pas, Messieurs les gens de justice du blog ? Le volé plaidant pour le voleur, en avez-vous beaucoup rencontré ?

Exilé

@ Wil
« Plus de race, plus de racisme ; plus de sexe, plus de sexisme. »

Plus de guerre, plus de bellicisme ; plus de maladie, plus de malades ; plus de mort, plus de défunts ; plus de pauvreté, plus de pauvres ; plus de crime, plus de criminels ; plus d'extrême, plus d'extrémisme...

Et surtout plus de députés, plus de n'importe quoi.
Mais il n'y aurait alors plus personne pour nous faire rire.

Ellen

@ Duval Uzan | 12 juillet 2018 à 23:20
"A l'Assemblée nationale... Premier amendement adopté, fortement symbolique, au projet de révision de la loi fondamentale : les députés ont supprimé à l’unanimité le mot « race » et interdit toute « distinction de sexe ». "On les appellera les bleus et les jaunes !"

Je ne vois aucune offense là-dedans. A chacun sa généalogie et sa racine pour différencier les peuples issues des cinq continents. Et pourquoi ne pas nommer leurs origines à la racine dont chacun peut en être fière de par son histoire et de sa culture et de ses us et coutumes ancestrales ? : les peaux rouges (Amérindiens), les noirs (Afrique), les basanés (îles du pacifique), les pygmées (Australie), les blancs (Europe), les jaunes (Asie).

boureau

@ caroff 12 juillet 2018 23:23
"Thomas Legrand, ses éditoriaux et... Achille"

Je comprends aussi...

Quand on examine les émissions, les médias auxquels Legrand participe ou a participé pour diffuser son idéologie, on peut deviner l'exacte teneur de ce qu'il va débiter sur n'importe quel sujet :

Nicolas Demorand
Patrick Cohen
Pascale Clark
Elisabeth Quin
...
+
Canal Plus
Les Inrockuptibles
France Inter
Slate
...

Aucune surprise donc de la part de Legrand et donc... d'Achille.

Cordialement.

boureau

Interview de haute tenue ce matin sur LCI du Général Pierre de Villiers.
Une sorte de contrepoint à votre billet.

Quand on pense à l'attitude de Macron - malgré l'intelligence extrême de l'individu selon vous - vis-à-vis de ce haut fonctionnaire, on comprend et on mesure la petitesse du chef de l'Etat.

Cordialement

Oriolus

Bonjour,

Un chrétien sait que nous avons, inscrit à l'intime du cœur, un besoin absolu de communion, c'est-à-dire d'amour mis en commun. Mais un amour qui ne meure pas.

Si dimanche la France l'emporte, ce sera à nouveau la fièvre fusionnelle, une de ces passions collectives dont nous aimons être atteints parce que nous aspirons tous à un idéal partagé qui nous met... en religion.

Mais, faute d'être bien nées, ces amours-là meurent assez vite. Et, en cas d'échec, elles avortent aussitôt, pour, le plus souvent, laisser place à la dépression.

Guzet

La recette est vieille comme le monde : panem et circenses ! Du pain et des jeux !

GLW

Bah, finalement, tout cela montre bien que l'histoire se répète sous d'autres formes.
En 1945, il y a eu les "résistants" de la 25ème heure, en 2018, nous aurons droit aux "supporters" de la 25ème heure. Sans parler des "macronistes" de la 27ème heure.

Xavier NEBOUT

Nous aurions pu croire un instant que P. Bilger parlait ici de la participation à un office.
Il est vrai que celui qui n'y chante pas avec les autres s'en exclut tout au moins du plan mystique.
De même dans une veillée scoute.
Mais quel intérêt tout cela peut-il avoir au regard d'un match de foot devant la télé ?

Ceci dit, il n'est pas habile, lorsqu'on veut faire peuple, de ne pas faire le pitre ou le soûlard lors d'un championnat de foot. Avec le pif peint en bleu blanc rouge, on court moins de risque d'être traité d'homophobe par la racaille intellectuelle - à supposer que l'homophobie ne soit pas une vertu, et qu'elle ne soit pas même de rigueur lorsqu'on a quelque peu le souci du genre humain.

Entre une chaise à l'autel et une autre dans le stade, l'écart est trop grand pour être assis sur les deux à la fois.

Robert Marchenoir

@ Duval Uzan | 12 juillet 2018 à 23:20
"Et pendant ce temps : l’Assemblée supprime de la Constitution le mot 'race'."

A force de s'enferrer dans leur logique pourrie, les enragés du politiquement correct nous régalent d'un comique involontaire du plus bel effet.

Le passage qui fait trembler d'indignation les défenseurs de la veuve, de l'orphelin et des grands singes est en effet le suivant :

"La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion."

Les députés ont donc entrepris de rayer le mot race de cette phrase, qui possède un poids considérable, puisqu'elle se trouve dans le préambule de la Constitution.

En d'autres termes, la loi suprême du pays autorise, désormais, la discrimination en vertu de la race, et admet même qu'elle soit inscrite dans de futures lois.

Bravo, Messieurs. Enfin une mesure de bon sens. On avance, on avance...

Elusen

« Je ne supporte pas le collectif ! »
...dit celui qui était à La Madeleine pour pleurer Johnny Hallyday !

semtob

Cher Philippe,

Il ne fallait pas démissionner du Comité d'éthique. Il fallait rester sur le radeau de la justice.
On ne reste pas couché devant les injustices, les déformations, les insultes abusives.
Le tribunal médiatique s'acharne à tuer la liberté d'expression dont vous êtes l'un des principaux représentants.

Demain réaffirmera la richesse de la différence des pensées, des paroles, des sexes. L'abolition de la richesse des différences est un crime.
Nous ne laisserons pas arracher les pages d'Histoire par des tourneurs de pages.
Notre Constitution ne doit pas servir à ôter le vocabulaire qui permet d'expliquer aux générations futures les pages sombres de l'Histoire.
Nommer les crimes d'esclavage, de racisme, d'antisémitisme sont des devoirs.
Retirer les mots, c'est machiavélique. C'est retirer les morts de la mémoire universelle.
Notre société souffre d'une réduction de la pensée et quand nous ne savons plus aimer les mots, nous prenons des armes. C'est pourquoi les budgets de défense augmentent avec la volonté de désarmer la paix.
françoise et karell Semtob

Wil

"Le football est un sport de gentlemen pratiqué par des sauvages, le rugby est un sport de sauvages pratiqué par des gentlemen"
Je ne sais plus de qui c'est.

Wil

@ Duval Uzan
"L’Assemblée supprime de la Constitution le mot « race » et interdit la « distinction de sexe »"

Plus de race, plus de racisme ; plus de sexe, plus de sexisme.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS