« Entretien avec Jean-Loup Dabadie | Accueil | Sachez que je... »

15 juillet 2018

Commentaires

vamonos

La France est entrée dans le club très fermé des nations qui ont le droit de broder deux étoiles sur le maillot de l'équipe de football. On connait le dicton, jamais deux sans trois.

Après un grand merci au sélectionneur Didier Deschamps, je salue la performance de tous les équipiers et des préparateurs physiques.

Pour ma part, sur la route des vacances, j'ai assisté à la finale victorieuse dans un gîte de France, tout seul dans l'ancienne chapelle du domaine viticole transformable en salle à manger salon, salle de réunion.

Poutine avait très bien organisé cette coupe du monde, mon équipe favorite a gagné, je n'en demandais pas plus.

Robert Marchenoir

@ Aliocha | 23 juillet 2018 à 18:51

Vous êtes une punaise socialiste. Lâche, vaniteuse et hypocrite.

C'est assez concis, pour vous ?

Aliocha

Mr Chenoir fatigue, que serait-ce s'il était en forme !
Il s'apercevrait peut-être qu'il nous déblatère sornettes sur contre-vérités à longueur de tartines qui n'auraient besoin d'être si longues si elles étaient justes, le juste pouvant s'exprimer avec clarté et concision.

Robert Marchenoir

Pour en finir avec la Coupe du monde, il conviendrait d'ajouter une statistique ethnico-religieuse. Oh ! elle n'est pas made in France : chez nous, ce genre de chose est interdit, par conséquent les races n'existent pas. Le décompte a été fait par Taki's Magazine, ma revue américaine favorite, qui est "à la droite de l'extrême droite", et, par conséquent, où l'on est plus susceptible qu'ailleurs de trouver, a) du talent, b) la vérité.

Dans sa revue de presse hebdomadaire, Taki's note donc que sur les 23 joueurs de l'équipe "de France" , 6 seulement sont blancs, plus de la moitié ont des racines génétiques en Afrique subsaharienne, et 7 sont des musulmans pratiquants.

Le titre du passage est délicieux : "La France remporte la Coupe du monde, puis sombre dans l'émeute".

Bien sûr, il est complètement "raciste" de faire ce genre de remarque. Surtout quand la vérité se voit à l'oeil nu. Plus généralement, il faudrait interdir les yeux, les yeux nus et les yeux non munis de lunettes "anti-racistes". On interdit bien aux gens de se promener sans habits, non ?

Un politicien français parfaitement inconnu, et qui le restera, s'est donné le ridicule d'annoncer, à la radio, qu'il porterait plainte contre le dictateur communiste du Venezuela, Nicolas Maduro. Non pas parce qu'il fait mourir son peuple de faim en appliquant la doctrine marxiste, comme Staline en son temps ; mais parce que Maduro a fait une déclaration indubitablement "anti-raciste" pour célébrer la victoire française à la Coupe du monde :

"L'équipe de France ressemblait à l'équipe d'Afrique. En vrai, c'est l'Afrique qui a gagné, les immigrants africains qui sont arrivés en France. [...] L'Afrique a tellement été méprisée et, dans ce Mondial, la France gagne grâce aux joueurs africains ou fils d'Africains."

Si jamais vous n'aviez pas compris, Maduro enfonce le clou :

"Halte au racisme en Europe contre les peuples africains, halte à la discrimination contre les migrants. Je souhaite que la France et l'Europe réalisent que nous, ceux du Sud, les Africains, les Latino-Américains, nous avons aussi de la valeur et du pouvoir."

Maduro a aussi félicité Poutine pour la Coupe du monde ; comme quoi, tout se tient.

Un certain Jean-Christophe Lagarde, qui paraît-il s'occupe d'un machin nommé l'UDI (?), s'est donc emparé du micro de France Inter pour voler dans les plumes de l'insolent. Lagarde a même déclaré -- je m'en excuse par avance auprès des dames : "On l'emmerde".

On en conclut donc que Jean-Christophe Lagarde est un odieux "raciste", qui se revendique "à la droite de l'extrême droite", etc.

Faux ! Lagarde est un "centriste". A l'instar de n'importe quel Aliocha, Charoulet ou Preud'homme, il a déclaré : "Je vais déposer plainte contre lui, parce que ça s’appelle de l’incitation à la haine raciale".

Donc, nous avons un politicien, "anti-raciste" forcené, qui s'attaque à un autre politicien en raison des déclarations "anti-racistes" forcenées de ce dernier. Au motif de "l'anti-racisme".

Je fatigue.

Les postures de Lagarde et de Maduro sont au-delà du ridicule, mais il convient de remarquer qu'ils ne sont pas les seuls. Ce sont ces messieurs "anti-racistes" qui ont commencé. Et le plus illustre d'entre eux, au premier rang : Barack Obama.

Le Messie noir qui devait instaurer le bonheur aux Etats-Unis et dans le monde (vous vous souvenez ?) vient de faire, en Afrique du Sud, l'un de ses discours dégoulinants de bons sentiments gauchistes, à l'occasion de l'anniversaire de Nelson Mandela. Il a justifié ainsi son opposition à "toute forme de discrimination basée sur la race", et en particulier à "toute politique d'immigration basée sur la race, les origines ethniques ou la religion" :

"Si vous en doutez, demandez à l'équipe de France qui vient de gagner la Coupe du monde. Ces joueurs ne m'ont pas l'air, tous, franchement gaulois. Mais ils sont français. Ils sont français !"

D'innombrables luminaires de la pensée "anti-raciste" se sont exprimés récemment dans le même sens, ainsi que le signale Paul Kersey dans American Renaissance (pseudonyme, au passage ; je me demande bien pourquoi...). Petite sélection anglo-américaine :

Sarah Harvard, journaliste à The Intercept (extrême gauche, poutiniste), The New Republic (gauche) et The Washington Post (gauche) :

"Le plus beau, avec la victoire française à la Coupe du monde, c'est qu'on peut frotter le nez de Marine Le Pen dans sa m..., en la forçant à reconnaître que ce sont des immigrés africains qui l'ont remportée pour elle."

Foin des pas de danse onctueux de Barack Obama, cette fois-ci : ce ne sont pas des "Français", mais des "Africains", et même "des immigrés africains".

Remarquez à quel point la "tolérance", "l'altruisme" et "l'ouverture à l'Autre" de nos amis "anti-racistes" font place à la haine et à l'insulte la plus grossière, dès lors que "l'Autre" n'est pas le bon...

Khaled Beydoun (un hasard, sans doute), professeur à l'université de Berkeley, Californie (extrême gauche) :

"Chère France,"

"Félicitation pour ta victoire à la Coupe du monde."

"80 % de ton équipe est africaine. Ferme-la avec ton racisme et ta xénophobie."

"50 % de ton équipe est musulmane. Ferme-la avec ton islamophobie."

"Ce sont des Africains et des musulmans qui t'ont donné la Coupe du monde. Maintenant, tu leur dois la justice."

Là encore : douceur, gentillesse et poneys bleus. C'est : "ferme-la" (et donne-moi du pognon). Etre "anti-raciste" donne le droit d'exprimer la haine la plus débridée, en toute impunité.

Julia Joffe, journaliste à GQ Magazine (gauche bobo) :

"La Coupe du monde est la preuve que l'immigration a changé la 'culture' de l'Europe -- et l'a changée en bien."

Finie, la comédie grotesque de "l'assimilation", de "l'intégration" et des "Français comme vous et moi" : il s'agit bien de changer de façon irrémédiable la culture nationale des pays occidentaux. Ce n'est pas seulement une question de "couleur de peau", comme nous le serinent les "anti-racistes".

Sabrina Siddiqui (qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ? je ne fais pas exprès !), journaliste au Guardian (gauche) :

"Seize des 23 membres de l'équipe de France viennent de familles récemment immigrées, la plupart en provenance d'Afrique. Sept des joueurs sont musulmans. Belle illustration de la façon dont les immigrés enrichissent la culture des pays qui les accueillent."

Le professeur Peniel Joseph (noir, mais c'est un hasard), de l'Université du Texas à Austin, où il enseigne (mais c'est un hasard aussi) les "Black Power studies" (yesss, Madame... ça existe !) :

"La formidable victoire de la France sur la Croatie en Coupe du monde, par 4 à 2, représente une victoire pour l'Afrique et pour les immigrés à travers le monde. Les champions de la Coupe du monde nous rappellent qu'à l'heure de la mondialisation, la diversité ethnique et raciale (*) représente une force indomptable à tous les niveaux de la société."

Les Africains eux-mêmes, ceux qui sont (provisoirement) restés en Afrique, ont considéré l'équipe de France comme une équipe africaine, tout au long du tournoi. Le site sportif américain Bleacher Report n'hésite pas à faire des listes de Noirs (15 dans l'équipe de France, d'après son décompte). Je pensais que lorsqu'on faisait des listes ethniques, cela faisait instantanément surgir de terre chambres à gaz et fours crématoires ?

Quoi qu'il en soit, Bleacher Report écrivait, à la veille de la finale :

"Aux yeux de nombreux fans de football en Afrique, la France ne possède pas seulement une équipe dotée de nombreux joueurs d'origine africaine ; elle constitue une sorte d'équipe pan-africaine."

"Selon le journaliste malien Amadou Alhousseini Touré, les Maliens considèrent que l'Afrique est représentée, dans cette Coupe du monde, par 6 pays et non 5. Le sixième est la France."

"Un journal camerounais [a salué le but de Samuel Umtiti en demi-finale] avec le titre : 'Le Cameroun qualifie la France pour la finale'."

Pendant que l'improbable Jean-Christophe Lagarde se tortille furieusement à France Inter en prétendant ne voir que des Français, là où tout le monde voit des Noirs, des musulmans et même des immigrés, les "anti-racistes" de la vraie gauche n'ont pas ses pudeurs : la Coupe du monde à la France, c'est une victoire de la guerre ethnique anti-blanche, des immigrationnistes, des Noirs, de l'Afrique, des musulmans et des gauchistes, contre l'Occident. C'est le camp du Bien lui-même qui le dit.

On voit bien que les "anti-racistes" blancs n'ont pas du tout le même discours que les "anti-racistes" non-blancs ; il est même souvent à l'opposé. D'ailleurs, les "anti-racistes" blancs ont eux-mêmes un discours à géométrie fortement variable, selon le lieu, le moment et l'occasion.

Il ne faut pas bien longtemps pour gratter le vernis de cette idéologie frelatée, et s'apercevoir de ses irréductibles contradictions (dans le meilleur des cas) et de sa fabuleuse malhonnêteté (bien trop souvent).

"L'anti-racisme" est l'une de ces armes de destruction idéologiques massives qui permettent de dire tout et son contraire avec un ton égal. On aura compris que pour un "anti-raciste", les mêmes actes, comportements, principes et déclarations seront dignes de la condamnation la plus sévère, lorsqu'ils tendent à faire obstacle à l'immigration de masse et à l'idéologie de gauche ; et dignes des plus vifs éloges, dès lors qu'ils ont les conséquences contraires.

"L'anti-racisme", c'est la cagoule dont se revêtent les malfaiteurs politiques et idéologiques anti-occidentaux pour perpétrer leurs méfaits.

L'Américain Paul Kersey (pseudonyme ; âge, domicile et profession inconnus) fait remarquer, dans American Renaissance :

"Le véritable vainqueur de la Coupe du monde, c'est la Croatie. Elle est restée une nation."

"Elle a décidé de ne pas baser sa politique migratoire sur ses résultats au football. Elle a rejoint le groupe de Visegrad (République tchèque, Hongrie, Pologne et Slovaquie), ainsi que l'Italie et l'Autriche, dans leur résolution de demeurer des nations cohérentes."

"Le jour même de la finale, le ministère de l'Intérieur croate promettait : 'La Croatie continuera de protéger ses frontières'."

Les Croates, comme les Français, ont accueilli leur équipe en faisant la fête en masse dans la rue. Curieusement, il n'y eut ni pillages, ni incendies volontaires. On se demande bien pourquoi...

Tandis que l'éditorialiste de Taki's fait remarquer :

"Quand ce fut une équipe italienne blanche qui remporta la Coupe du monde en 2006, ou une équipe espagnole de la même couleur en 2010, les médias de masse ne se sont pas répandus en éloges de la pureté raciale, des Etats-nations ou de l'identité nationale."

Quand les Blancs gagnent grâce aux Noirs, c'est la preuve des vertus noires. Et la preuve qu'il faut encore aggraver l'immigration de masse. Quand les Blancs gagnent sans qu'il y ait le moindre Noir à l'horizon... eh bien, les vertus blanches n'y sont pour rien. Et il faut toujours aggraver l'immigration de masse.

Est-ce qu'on ne serait pas en train de se payer légèrement notre fiole, par hasard ?
______

(*) Sachant que les races n'existent pas, bien entendu. Mais visiblement, cela dépend de qui tient le micro... "En raison de sa race réelle ou supposée", comme le dit l'inénarrable "loi" française, qui doit avoir été rédigée par Achille Talon et non par des juristes (mais s'il y avait mis la main, au moins, ce serait plus drôle...).

Giuseppe

Pour rire un peu, beaucoup même ! Allez, à déguster sans modération pour ces grands experts de la confrérie des Divinatoires :

https://www.francetvinfo.fr/sports/foot/coupe-du-monde/france-championne-du-monde/en-images-coupe-du-monde-2018-neuf-commentateurs-qui-doivent-regretter-leurs-critiques-sur-l-equipe-de-france_2845735.html#xtor=SEC-69-[FRANCE_INFO_Desktop_||_005e202eff0ddcb8b3f119f6d095f16a33]-[Orange+Sport+%28Orange%29]-Content

Pour eux ce sera champions du monde toutes catégories confondues, le chas d'une aiguille serait suffisant à canaliser leur immense talent.

Herman kerhost

Pour ceux que ça intéresse et qui n'ont pas le temps de lire l'étude dont nous a parlé notre ami Robert Marchenoir, voici une carte du monde et quelques chiffres autour de la répartition de l'intelligence dans le monde. Très intéressant:

https://iq-research.info/en/average-iq-by-country

Noblejoué

@ anne-marie marson | 21 juillet 2018 à 18:29

Je vous ai expliqué. Le reste vous regarde.

 anne-marie marson

@Noblejoué
Avant que les gens aient mal agi, je les présume innocents.
Toujours. Je présume donc que vous me présenterez vos excuses.

Rédigé par : Noblejoué | 19 juillet 2018 à 07:18

C'est quand même vous qui avez écrit :"« Dans la mesure du possible et pas en martelant. Et maintenant, je vais lire les autres commentaires, en espérant qu'il n'y ait pas trop de poissons pas frais et en pensant à la mer. »"

Avec Achille, vous faites de ce blog un blog de poissonniers.

C'est vous qui devriez vous excuser.

Lome

Allez, pour en finir avec la coupe du monde !

https://fr.yahoo.com/news/g%C3%A9n%C3%A9ral-soubelet-finissons-laisser-faire-d%C3%A9sagr%C3%A8ge-france-171531362.html

Aliocha

Omar Chenoir, hameau ?
N'ayez crainte, à l'endroit du péril, grandit aussi ce qui sauve :

"Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi. 10C'est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ; car, quand je suis faible, c'est alors que je suis fort."
https://saintebible.com/lsg/2_corinthians/12.htm

Noblejoué

@ Lucile
"ll y a des coins où les gens s'en sortent mieux et d'autres nettement plus mal, c'est indiscutable. Est-ce un péché de le dire ?"

Pas du tout. Ce qui me choque est le racisme, mais plus profondément, tout rejet de l'autre tant qu'il n'a pas prouvé qu'il était destructeur, et je trouve très bien que vous défendiez le droit à chacun de s'exprimer, raciste ou pas, ainsi que le droit au masque*.

Citer du Nietzsche à notre professeur ne se fait pas, car il ne lit que des auteurs français ! Remarquez, j'ai fait pire avec un Chinois sur l'horreur à interdire le vin.
Plus profondément, la raison de sa phobie anti-pseudo,un problème français... A mon avis dû à ce qu'avec un Etat centralisateur et une pléiade d'écrivains de cour, il lui est inconcevable que le citoyen libre soit le citoyen masqué et que tout écrivain n'est pas forcément courtisan du roi ou des médias.

*Qui donnerait des renseignements sur un masque voire un visage est ainsi.. Le savoir, c'est le pouvoir, donner du pouvoir sur quelqu'un est mal.
Et c'est ce qu'a fait notre censeur sur l'âge de quelqu'un, le rajeunissant, ce qui est certes aimable, mais qui en le cernant un peu malgré lui, le vulnérabilise, sans compter que cela crée un précédent.

Noblejoué


@ Robert Marchenoir

" "Vous accepteriez, vous, que des gens dont les ancêtres ont nui aux vôtres exigent quelque chose de vous ?"

Question non pertinente, mais qui va, néanmoins, me permettre d'ajouter une pierre importante au débat en cours sur l'intelligence."

Question pertinente. L'identité de chaque individu comme de chaque peuple est construite à partir de son passé.
L'individu ou le peuple victime d'un autre n'a pas tendance à écouter les remontrances de qui lui a nui ou dont les ancêtres lui ont nui, sauf réconciliation pleine et entière, mais le cas des Noirs et des Blancs n'a rien, mais rien à voir avec les Français et les Anglais.


" Il y a deux façons de vérifier une hypothèse concernant la réalité. La méthode scientifique, celle que vous venez explicitement de rejeter (vous plaçant ainsi délibérément dans le camp des ignorants, des arriérés et des anti-Occidentaux, mais je digresse)."

Il y a deux façons de voir la réalité, scientifique ou non... A une époque où le consensus scientifique a rejeté la notion de race, quoi qu'il est vrai, elle revienne un peu, laisser cette notion de côté ou la reprendre pour se sentir supérieur... Pourquoi ne pas reprendre la morphopsychologie, aussi, il y a, après tout, encore des gens qui y croient ? Quand la science a rejeté une théorie, enfin, disons, la plupart des scientifiques, elle n'est plus considérée ainsi, la science n'est pas un musée mais un univers darwinien où les théories les moins pertinentes disparaissent.
En plus, toute personne qui se réfère à la science est dans le camp moderne, on dira, parce qu'à présent, la science est en Extrême-Orient, notamment au Japon, aussi bien qu'en Occident. Cependant, le partage n'est pas si simple, Newton croyait à des théories alchimiques tout en faisant les recherches qui ont eu la fécondité qu'on sait, signe que personne n'est totalement rationnel. Ce qui existe, ce sont des gens qui essaient de comprendre le monde, et parmi ces gens, ceux qui le font avec plus ou moins de fécondité, en découvrant quelque chose ou non, et de façon plus ou moins rationnelle. Mais je digresse.

" Tout d'abord, une réponse anecdotique : oui, bien entendu. C'est ce que font tous les hommes, tous les peuples et toutes les nations. Les Français ont été envahis par les Anglais, et, pourtant, quelques siècles plus tard, ils acceptent fort bien que les Anglais exigent d'eux un contrôle des immigrants illégaux à Calais, et non à Douvres. Si la paix ne succédait pas à la guerre, tout le monde serait en train de massacrer tout le monde."

La situation n'a rien à voir.

Il n'y a pas de Robert Marchenoir pour dire que les Anglais ou les Français, peu importe, sont intellectuellement arriérés, les deux peuples se considèrent comme des égaux. Or séquelle de l'esclavage et de la colonisation, une grande partie des Blancs méprisent les Noirs qui, en conséquence, ont du ressentiment envers eux.
Comme trop de des descendants des colonisateurs et esclavagistes restent racistes, le ressentiment pour aujourd'hui et hier se confondent... Si vous aviez été dans un groupe opprimé et encore méprisé, je doute, fier comme vous l'êtes, que vous considéreriez que tout est pardonné.

Non seulement les Anglais et les Français se considèrent comme égaux, mais ils ont une puissance équivalente.
Les Noirs sont à la merci des Blancs qui les méprisent. Vous si fier, que diriez-vous d'être d'un groupe à qui on a :
- Très gravement nui. Les Anglais n'ont pas réduit les Français en esclavage, ce que les Noirs ont subi est particulièrement dégradant.
- Loin que les agresseurs considèrent les agressés en égaux, le mépris persiste.
- Les anciens agressés sont beaucoup moins forts que les descendants de leurs agresseurs.

Les Noirs ont donc été gravement atteint dans leur dignité, ce qui par le racisme persiste quoique sous forme atténuée, et ils sont à la merci des Blancs.
J'imagine que vous savez que les gens susceptibles sont ceux qui ont été un peu trop remis en cause par les autres. C'est un réflexe de survie pour leur dignité.

Donc les Noirs ont un sacré problème, il faudrait qu'ils nous écoutent pour progresser, mais notre attitude fait obstacle à nos leçons... Pour ma part, présumant les gens, quelle que soit leur teinture, de pouvoir être susceptible, et surtout quand je le sais, j'essaie de les épargner au maximum, et complimente, dès que c'est possible, avec l'idée qu'il est plus facile de développer le bien à partir du bien que de sermonner à partir du mal.

Pour le fait que les Arabes aient été pire que nous envers les Noirs et ne se repentent guère, c'est évident, hélas, pas pour tout le monde, y compris les Noirs.

" Eh bien ! Cela n'a pas empêché une part considérable de l'Afrique noire de se convertir à l'islam, et de rester musulmane une fois les trafiquants partis. Mieux : les Noirs indigènes des Etats-Unis, qui n'ont pas été en contact avec les envahisseurs arabes (mais certains semblent vouloir y mettre bon ordre...), ont, eux-mêmes, à partir des années 1960, été nombreux à adopter l'islam comme idéologie et religion spécifiquement noires.

Que cela nous dit-il de l'intelligence moyenne d'une telle population ?"

Pas terrible, mais avec tout ce que nous devons aux Américains, qu'est-ce que l'antiaméricanisme dit de l'intelligence des Français ?

Non seulement les humains en veulent pour le mal, ce qui se conçoit, mais aussi pour le bien. Qu'est-ce que cela dit sur la nature humaine ? Ce sont les abus de tous et de toutes sortes qu'il faut combattre, comme, après tout, il me semble que c'est ce que nous faisons ici.

Robert Marchenoir

@ Valery | 19 juillet 2018 à 21:58
"Donnez-moi un seul exemple où l'Afrique a aidé."

Excellente question. La rareté de ce genre de remarque montre à quel point il est difficile d'avoir une réflexion indépendante, non orientée par la rumeur, les préjugés, par ce que tout le monde répète sans savoir, et même par les cadres de pensée prédéfinis dont si peu de gens osent sortir.

La plupart des "débats" se résument à ressasser les mêmes arguments à l'infini : ceux qu'on a déjà entendus quelque part, et que chaque bord se renvoie inlassablement dans la figure, finissant à les réduire à un piteux état. A l'instar de ces sports consistant, dans tel ou tel pays arriéré, à jouer au ballon avec une tête de chèvre, ou tout autre substitut aussi local que pittoresque.

Sinke aoûte of ze boxe, voilà ce qui est le plus difficile, et qui vous vaut la haine éternelle des imbéciles. C'est sans doute pour cela qu'il n'existe pas de locution française correspondante. Mais peut-être Patrice Charoulet saura-t-il nous en déterrer une, dans le mur de dictionnaires qui lui sert de culture ?
______

@ Noblejoué | 20 juillet 2018 à 04:38
"Vous accepteriez, vous, que des gens dont les ancêtres ont nui aux vôtres exigent quelque chose de vous ?"

Question non pertinente, mais qui va, néanmoins, me permettre d'ajouter une pierre importante au débat en cours sur l'intelligence.

Tout d'abord, une réponse anecdotique : oui, bien entendu. C'est ce que font tous les hommes, tous les peuples et toutes les nations. Les Français ont été envahis par les Anglais, et, pourtant, quelques siècles plus tard, ils acceptent fort bien que les Anglais exigent d'eux un contrôle des immigrants illégaux à Calais, et non à Douvres. Si la paix ne succédait pas à la guerre, tout le monde serait en train de massacrer tout le monde.

En revanche, votre question apporte une confirmation supplémentaire (et involontaire, naturellement) de la faible intelligence moyenne des Noirs.

Il y a deux façons de vérifier une hypothèse concernant la réalité. La méthode scientifique, celle que vous venez explicitement de rejeter (vous plaçant ainsi délibérément dans le camp des ignorants, des arriérés et des anti-Occidentaux, mais je digresse).

Et la méthode anecdotique, sensible, celle qui est abondamment utilisée sur ce blog et dans la vie quotidienne ; celle qui consiste à s'appuyer sur des exemples, des constatations que tout un chacun peut faire.

L'une n'exclut pas l'autre. La première est seule probante, mais la seconde peut à la fois inciter à rechercher la preuve scientifique d'une intuition, et, en sens inverse, raffermir la validité de ce que la science a établi.

Les Européens, les Blancs chrétiens, ont été victimes, de longs siècles durant, des raids impitoyables de ceux qu'on avait le droit, à l'époque, d'appeler les Barbaresques -- c'est-à-dire les musulmans d'Afrique du Nord.

Appellation dont l'équivalent autoriserait la police et la justice, de nos jours, à vous infliger les rigueurs de la loi au nom de "l'anti-racisme", avec l'aide bénévole et enthousiaste de gens comme Mary Preud'homme, Patrice Charoulet et tant d'autres bons apôtres restés dans l'anonymat. Mais je digresse.

Nous avons été, nos ancêtres ont été, notre peuple a été réduit en esclavage de façon systématique, pendant des siècles, par les musulmans qui venaient "jusque dans nos bras, égorger nos fils et nos compagnes". Et, plus précisément, violer les secondes, les réduire à l'esclavage sexuel, et emmener les premiers en Afrique du Nord pour les faire mourir d'épuisement au travail -- et les scier dans le sens de la longueur, à l'occasion, pour s'amuser (à l'époque, il n'y avait pas Netflix).

Des ordres religieux entiers se sont constitués pour payer des rançons prodigieuses, afin d'en faire libérer quelques-uns. Les "islamistes" d'aujourd'hui ne font rien de différent, sinon que le kérozène a remplacé la scie. Le progrès, je suppose.

En conséquence de quoi, les Européens, les Blancs, les chrétiens d'aujourd'hui, savent que l'islam est leur ennemi héréditaire, qu'il n'y a pas de composition possible avec ces gens-là, et que c'est eux, ou nous. (Peut-être devrais-je ajouter : ils le savaient. L'avenir nous le dira.)

Les Noirs, les Africains demeurant au sud du Sahara, ont été, eux aussi, pendant de longs siècles, victimes des raids impitoyables menés par les musulmans d'Afrique du Nord, venus capturer des esclaves par millions.

Cette traite négrière musulmane a duré infiniment plus longtemps, et fait infiniment plus de victimes, que la traite menée par les Blancs. Elle a été infiniment plus cruelle.

A ce stade-ci, il convient d'évoquer une autre différence : aucun Blanc n'a vendu des esclaves blancs aux musulmans. En Afrique, en revanche, c'étaient les Noirs qui vendaient des esclaves noirs aux envahisseurs musulmans. Pour une bonne raison : ils avaient commencé leur trafic bien avant. L'esclavage des Noirs par les Noirs était la norme bien avant l'arrivée des trafiquants arabes. Les Africains se sont mis à faire de l'export au lieu de se contenter de clients locaux, voilà tout.

Mais les esclavagistes arabes se sont permis, à l'encontre des Noirs, des exactions qu'ils n'ont pas osé perpétrer contre les Blancs.

Les Etats-Unis ont, assez brièvement au regard de l'histoire, importé des esclaves africains. Les Arabes ont, beaucoup plus longtemps, importé, en beaucoup plus grand nombre, des esclaves africains.

En conséquence de quoi, les Etats-Unis disposent aujourd'hui d'une population noire qu'on pourrait dire indigène, correspondant à 12 % de sa population totale. Avec les problèmes associés que nous connaissons.

Pourtant, les pays arabes disposent, aujourd'hui, d'une population noire indigène avoisinant les... zéro pour cent. Pourquoi ? Eh bien parce que les musulmans avaient pris leurs dispositions dans ce but. La plupart de leurs esclaves noirs masculins étaient amputés de leurs organes génitaux, avant d'être mis sur le marché.

Problem solved, comme on dit en Amérique. Naturellement, 80 % en mouraient. (Il s'agissait d'une amputation complète.)

Je me permets de faire observer aux "anti-racistes" de ce blog que, ce faisant, les Arabes traitaient les Noirs moins bien que des animaux. Largement moins bien. Montrez-moi un seul éleveur, dans la société la plus arriérée et la plus barbare du monde, qui fait subir à son cheptel une opération conduisant à la mort de 80 % de ses bêtes -- même pour améliorer la race.

Eh bien ! Cela n'a pas empêché une part considérable de l'Afrique noire de se convertir à l'islam, et de rester musulmane une fois les trafiquants partis. Mieux : les Noirs indigènes des Etats-Unis, qui n'ont pas été en contact avec les envahisseurs arabes (mais certains semblent vouloir y mettre bon ordre...), ont, eux-mêmes, à partir des années 1960, été nombreux à adopter l'islam comme idéologie et religion spécifiquement noires.

Que cela nous dit-il de l'intelligence moyenne d'une telle population ?
______

@ Aliocha | 20 juillet 2018 à 07:02

Tatata, tatata, tatata, tatata... c'est un mantra ? vous êtes bouddhiste ? soufi, peut-être ?

Navré d'interrompre votre méditation. (Chez nous, la prière se fait en privé : je dis ça...). Je viens de recevoir un charoulétogramme en provenance des autorités de ce blog, qui m'informe que vous ne nous avez toujours par fourni : votre nom authentique complet, votre âge, votre date de naissance, votre domicile, votre profession, votre groupe sanguin, le nom de vos animaux domestiques et la liste intégrale de vos identifiants Internet. Je veux bien faire preuve d'une certaine indulgence à votre égard, mais il faudrait voir à vous mettre en règle rapidement, maintenant...

caroff

Et pour en finir avec la coupe du monde et en finir, j'espère pas définitivement tellement son niveau de crétinisme me fait rire, avec Hollande qui s'est exprimé sur le capitaine des Bleus :

"J’ai vu que Lloris était venu à Nice. C’est très important. Vous avez vu que Lloris est un homme généreux ? Il est même capable de donner un but à l’adversaire, uniquement quand il sait que cela n’a plus de conséquences. Il a arrêté tellement de tirs qui auraient pu être décisifs... J’ai trouvé que c’était un geste – je ne voudrais pas le compromettre– mais presque un geste socialiste (rires)."

Lucile

@ Patrice Charoulet

Je ne voudrais pas qu'il y ait de malentendu entre nous.

D'abord je suis très contente de vous avoir tuyauté sur le copier-collé. J'ai moi-même appris à le faire grâce à des gens qui me l'ont enseigné avec suffisamment de patience et de clarté pour que je les comprenne, donc ce n'est qu'un prêté pour un rendu.

Vous avez votre place sur le blog comme chacun d'entre nous et j'appréciais vos contributions jusqu'à ce que vous commenciez à nous diviser en deux clans, les avec pseudo et les sans pseudo. Passe encore sur votre acharnement, mais j'ai fait grise mine quand vous vous êtes mis à nous faire la morale (j'appartiens au camp des lâches) et à nous culpabiliser. Ensuite, vous avez décrété avec une indignation vertueuse que certains d'entre nous étaient de trop, proposant que chacun de nous les montre du doigt et les dénonce perpétuellement jusqu'à ce qu'ils décident de s'en aller d'eux-mêmes. Dans ce cas, je prendrai toujours le parti de celui qu'on essaye de couvrir d'opprobre. S'il a commis une erreur, ou même une faute morale, qu'on s'en explique, mais qu'on ne l'ostracise pas. Outre que la méthode ne me paraît pas catholique, je ne souhaite pas que vous décidiez pour tout le monde, y compris moi, que certains doivent être éjectés, surtout si ce sont des gens stimulants qui ont l'audace d'affirmer que le roi est nu quand tout le monde admire ses habits neufs. C'est lorsque vous vous donnez ce rôle de surveillant général que je me rebiffe et je continuerai de me rebiffer chaque fois que vous l'endosserez, pour faire contrepoids.

À propos des pseudos, il y a un passage dans "Par-delà le bien et le mal", qui commence ainsi : "Tout ce qui est profond aime le masque", où l'auteur explique que "la pudeur est inventive" et que ce n'est pas pour cacher ses vices que l'on met un masque, c'est même parfois pour cacher ce qu'on a de meilleur en soi. Il met la parole au rang des masques. "Un tel homme caché qui, par instinct, a besoin de la parole pour se taire, inépuisable dans les moyens de voiler sa pensée, demande que ce soit un masque qui emplisse, à sa place, le cœur et l’esprit de ses amis, et il s’entend à encourager ce mirage. En admettant pourtant qu’il veuille être sincère, il s’apercevra un jour que, malgré tout, ce n’est qu’un masque que l’on connaît de lui et qu’il est bon qu’il en soit ainsi. Tout esprit profond a besoin d’un masque". Je trouve cela magnifique et vous qui aimez les livres en conviendrez aussi, j'en suis certaine. Cela me fait penser que, lorsque nous écrivons sous un pseudo, il arrive aussi que nous puissions nous permettre de jeter, un tant soit peu, et si nous le désirons, le masque.

@ duvent

Je ne pensais pas à vous, je parlais des gens qui clouent le bec à leurs contradicteurs avec des tirades moralisatrices. Je ne trouve pas moral, pas fair-play, de se mettre en position de culpabiliser les autres au nom de la morale.

@ caroff

Contente de savoir que nous partageons certains points de vue. Autre chose, est-ce que vous vous souvenez qu'au moment des prévisions budgétaires du gouvernement à l'automne de l'année dernière, nous avions pris rendez-vous à l'automne prochain pour voir ce que ça donnerait, juste pour se faire une idée de leur sincérité ? (ou quelque chose de ce genre). Il ne faudra pas laisser passer cela.

@ Noblejoué

Il n'y a pas de quoi être bouleversé, ce sont les mots qui choquent, mais il suffit de regarder l'état du monde et des continents pour voir où sont les problèmes, et leur nature. Il y a des coins où les gens s'en sortent mieux et d'autres nettement plus mal, c'est indiscutable. Est-ce un péché de le dire ? Chercher des coupables plutôt que des causes me paraît vain. Et si l'on remonte aux causes, extérieures ou intrinsèques, c'est avant tout pour trouver les remèdes appropriés. Là-dessus, on peut s'entendre, sans s'insulter, ni s'accuser d'ignominie.

Jabiru

Sur l'affaire Benalla, en d'autres temps avec Môssieur Charles, ministre de l'Intérieur et spécialiste des coups tordus, l'étouffoir aurait éteint l'incendie avant qu'il ne se manifeste. Mais c'était en d'autres temps, celui du SAC notamment.

hameau dans les nuages

@ Aliocha | 20 juillet 2018 à 07:02

Vous en êtes où de votre chemin de croix ? Les mollards d'Omar ?...

Patrice Charoulet

NOIRS, BLANCS, FOOTBALL, LE PARISIEN

Préambule financier

Au temps de ma splendeur financière, j'achetais Le Figaro, Le Fig Mag, Le Point, VA...
Retraité, je dépense moins dans le domaine de la presse papier. Si je lis en bibliothèque publique, gratuitement, quelques articles de la presse quotidienne et hebdomadaire, je n'achète que Le Parisien. Prix : un euro vingt. Cela va. Le vendredi, le prix augmente, il y a un supplément (absolument vide et nul, que je ne lis plus) obligatoire et payant. Fin du préambule.

Peu (vraiment peu) intéressé par la football, il m'a été impossible d'IGNORER la Coupe du monde de football. N'habitant pas une île déserte, ayant la radio et la télé. J'ai au moins retenu ceci : dans la demi-finale, on s'acheminait vers un match nul et une série de tirs au but fort aléatoires, lorsqu'un défenseur nommé Umtiti, né à Yaoundé il y a vingt-cinq ans, traversant tout le terrain pour un corner,
sauta en l'air avec d'autres, le ballon aboutit sur sa tête et non sur la tête de son voisin (adverse). Un but à zéro. Victoire de l'équipe de France. Arrivée en finale. Le sauveur de... la France fut donc un Noir (perçu par beaucoup comme un immigré dans la vie courante, le métro, l'immobilier...).

Or, ouvrant mon Parisien le lendemain matin, surprise ! En première page, non pas la photo du sauveur de... la France, mais la photo de l'entraîneur blanc, serrant quelqu'un dans ses bras, dont on ne voit pas la tête, mais la nuque... noire. On suppose que c'est la nuque du sauveur sans visage montrable. Dans les pages intérieures, un photo de groupe où le sauveur apparaît vaguement, alors que, sans lui, l'équipe de France aurait été éliminée.

On connaît la suite. En finale le gardien blanc fait une faute énorme et se fait dribbler incroyablement par un adversaire. Deux joueurs noirs marquent un but tour à tour. Victoire de l'équipe de France. Euphorie nationale, extase, Champs-Elysées, palais présidentiel. « On est les champions ! » Ivresse de masse des heures durant. La bière coule à flots. Le grégarisme s'épanouit.

Ce vendredi, dans le supplément obligatoire et payant du Parisien, première page, où l'on rappelle le triomphe national. La rédaction avait le choix entre deux mille photos. On réussit un exploit : Trois joueurs blancs, dont Giroud, qui, me dit-on, n'a marqué aucun but, et dans un petit coin en bas une frimousse noire. Le sauveur de la France, Umititi, né à Yaoundé, a disparu des radars.
Vive la France ! Allez les Bleus ! On est les champions !

caroff

@ Mary Preud'homme
"Or avec un Marchenoir et sa clique ce n'est pas possible, plus vous pointez ses incohérences et ses outrances, plus il en rajoute et en remet des couches interminables et lassantes. A croire qu'il n'a rien d'autre à faire dans sa vie que de tartiner, tartiner, tartiner jusqu'à l'overdose sur ses obsessions, ses peurs paniques, ses frustrations, son QI et ses rancoeurs ! Le tout le plus souvent totalement hors sujet !"

Un blog comme celui de notre hôte offre une liberté d'expression à nulle autre pareille et c'est pour cette raison que j'aime à le fréquenter : lire des contributions titillant les neurones, offrant des angles nouveaux est un plaisir assez rare quand on compare ce que nous propose Philippe Bilger avec les blogs concurrents.

Il m'arrive souvent d'être irrité par certaines des interventions de Robert Marchenoir mais je les estime plus supportables que les tartineurs bien connus, les enfileurs de perles, les paraphraseurs des billets, les moralisateurs à la petite semaine, que je m'empresse de shunter.
Puis-je me permettre de vous inviter à faire de même ? Vos positions sont connues et respectables tout autant que celles moins politiquement correctes de quelques autres. Vous ne convaincrez manifestement pas RM et lui-même n'emportera pas votre adhésion. Dès lors est-il raisonnable de pourfendre ceux qui nous gênent ?
Je pars du principe qu'ici Philippe Bilger est maître à bord (après Dieu) et qu'il est parfaitement capable, comme il l'a déjà fait, de rappeler les usages et d'éventuellement censurer tel ou tel commentaire.

La liberté d'expression a un prix : celui de l'énervement face à nos certitudes ébranlées par des arguments peu entendus ou des déclarations manifestement inspirées par la bêtise ou la méchanceté gratuite !!

hameau dans les nuages

@ Noblejoué | 20 juillet 2018 à 04:38

Pas un mot sur les mentalités ou les religions qui font que...L'Algérie qui n'était qu'une vaste zone en friches a été rendue clefs en mains avec une agriculture, des champs de gaz et de pétrole, des infrastructures routières et ferroviaires, un important bâti et puis tout repart à vau -l'eau... C'est écrit, mektoub...

Chu d'Oran, le plus moderne..

https://www.youtube.com/watch?v=Y3_tKjNN6IA

duvent

@ Mary Preudhomme

Un jour Marchenoir sera touché par la grâce et vous chantera cette petite chanson de Lennon - Jealous Guy...

https://www.youtube.com/watch?v=wADRRYNHhOA

@ Savonarole

J'écoute souvent cette rengaine :

https://www.youtube.com/watch?v=Am9xDJgzvHo

Avez-vous deviné mon âge, puisque d'après vous l'écoute de certaines musiques est un indice révélateur ?

Aliocha

Et Marchenoir qui nous parle de sciences, et quand on lui présente un miroir, ne sait qu'accuser celui qui le porte de ce qu'il y voit, et qui n'est que sa face hideuse !
Le chiffre n'est rien, les mots ne sont rien, s'ils ne s'inscrivent dans une relation équilibrée au monde, aux gens ou aux choses, et qui doit intégrer le respect, conscient de nos propres potentialités violentes pour mieux les contrôler, et que quand celui-là manque, les arguments ne nécessitent aucune réfutation, mais ferme dénonciation de leurs abjectes conclusions, même si alors on s'expose au pires humiliations arbitraires des méthodes totalitaires exercées au nom de cette pseudo-science qui ne supporte aucune réfutation, et qui par là démontre sa parfaite et totale obsolescence, mettant au passage notre démocratie en péril.

Merci à ceux qui résistent, et ne cèdent rien à ceux qui rechoisissent l'obscur car ils n'en sont jamais sortis, et ne savent pas, les ignorants qui voudraient exclure les artistes, les professeurs, les journalistes, les intellectuels, les politiciens, bref, la foule entière, que c'est en soi-même qu'on lutte contre les démons, qu'à ne pas se soumettre à cet exercice, on s'expose en croyant se défendre, faisant le jeu de tous les Daech de la terre qui alors se tordent de rire au spectacle de notre division et de la victoire de la haine.

Défendre la démocratie vaut bien le prix de quelques insultes humiliantes, ceux qui s'y abaissent ne font que démontrer leur soumission à la force de l'injuste, erreur funeste qui fit et fait le lit des défaites, car il n'y a et n'y aura jamais que le juste qui puisse être fort.

Je remercie néanmoins ces faibles et égarés qui pensent que les contredire n'est que suicide, ils mettent en lumière par leur obscurantisme l'absolue nécessité de ne jamais baisser la garde, et de toujours et sans faillir aimer son ennemi, seule arme possible pour ne jamais céder à son exemple, et voir alors pulvériser notre trésor, j'ai nommé notre humanité.

Noblejoué

@ Valery | 19 juillet 2018 à 21:58
"Comme vous le dites, l'Allemagne s'est reconstruite de rien, aujourd’hui s'ornant en première puissance européenne. Pourquoi n’aurions-nous pas les mêmes exigences pour l'Afrique ?"

Vous accepteriez, vous, que des gens dont les ancêtres ont nui aux vôtres exigent quelque chose de vous ? Est-ce que réparer, dans une certaine mesure, ses torts, donne un droit sur l'autre ? Je ne crois pas.
Mais cela donne un pouvoir, ce qui n'est pas la même chose. Le problème, c'est qu'un pouvoir illégitime a... peu de pouvoir, justement.

Qu'on laisse tomber l'Afrique car on en a assez de l'aider, ou pas, avec la concurrence de la Chine, je pense qu'elle va finir par se développer. Il lui faudra plus de temps, c'est tout.

Pourquoi ? Elle part de plus loin, pour raison géographique selon Jared Diamond, je n'aurais pas dû emprunter ses livres mais les acheter pour les consulter mais je n'imaginais pas devoir jouer les défenseurs des Noirs et des Africains, tant de gens la ramènent pour finalement, eh bien, n'avoir pas investi non plus là-dedans, sans doute même pas lu les livres, en plus, c'est ballot, il faudrait que je me substitue à des personnes dont c'est la vocation et ces activités à d'autres qui m'attirent un peu plus.

Mais en bref, l'Afrique ne se prêtait pas à la centralisation à cause de déserts et de problèmes d'épidémie, par exemple la mouche tsé-tsé, les habitats dispersés étant une réponse adaptative. Par parenthèse, en Amérique, il y avait d'autres problèmes, le maïs a été dur à rendre productif, moins "apprivoisable" que nos céréales, les Andes n'aident pas à la circulation, contrairement à la Méditerranée, donc si on trouve un système d'écriture, il ne se répand pas, si on fait des progrès agricoles, vu la différence de climat, ce n'est pas facile non plus. N'oublions pas aussi le temps que les Indiens prennent connaissance du pays. En plus, si on n'a rien de plus gros que des lamas, on n'a pas la force mécanique du bœuf ou du cheval pour se développer, ni non plus, pas une idée de Jared Diamond mais de René Girard, de gros animal à substituer aux humains dans les sacrifices, on en reste à la base, l'arrachage de cœurs. Or si on reste dans le sacrifice, au lieu de chercher des explications scientifiques aux choses, on reste dans le mythe, et la société progresse moins à tous les niveaux.

Pour en revenir à l'Afrique encore mieux lotie, construire des Etats, nécessaires pour disposer d'une armée contre les invasions, connaître un grand développement dans tous les secteurs est difficile avec de tels handicaps. Il est certain que les nouveaux traitements (mais l'apparition du sida a été un frein...) et la constitution d'Etats, dans la douleur mais où est-ce que cela a été une partie de plaisir ? donne les bases.

Seulement, on ne part pas d'assez bas aggravé par l'esclavage et la colonisation pour rejoindre le peloton de tête en un jour. Si on vient d'apprendre à lire, on ne se jette pas le lendemain dans la physique quantique. A une époque où on oublie que la Terre n'est pas plate, et l'Histoire, évidemment, on ne peut qu'accabler les Africains... La culpabilisation de l'Occident ne compense rien, à un moment, les gens ne veulent plus payer, coupables ou non, car on se lasse de tout, et d'autant que comme je l'ai dit, les gens en veulent aux autres des torts qu'ils ont envers eux, les chrétiens ont diabolisé les Juifs alors que qui persécutait qui ? On a parlé de péril jaune, mais qui envahissait qui ? Les hommes critiquent allègrement les femmes, mais qui a constamment mis les femmes dans des statuts inférieurs ? Si j'ai oublié une catégorie de gens malmenés, pardon, mais je ne suis pas Défenseur des droits, je n'ai pas tout un staff à ma disposition.

Et de toutes façon, à quoi bon ? Il est plus agréable de penser être supérieur. On ne peut surmonter le temps en un instant, l'Afrique a du temps a rattraper et elle est passée de mode. Vous vous rendez compte qu'il me faudrait me battre contre le temps et la nature humaine à coup de discours quand je pense qu'il nous faudrait avoir des capacités augmentées parce que pour moi, la vie ne devrait pas être l'antichambre de la mort et que l'intelligence est le moyen et le but, ce qui nous dévoile le monde et le permet de le transformer ? Et cela sur une chose, le racisme, que personne ne prend au sérieux dans les gens que je prends au sérieux, par exemple Craig Venter dont les travaux vont permettre la reconfiguration du génome. Alors...

Autant arrêter, comme vous dites.

Robert Marchenoir

@ Noblejoué | 19 juillet 2018 à 20:43

Eh bien, voilà !... Vous reconnaissez n'avoir pas lu l'article, et vous revendiquez votre refus d'apprendre la vérité : "Normalement, je ne lis, en science, que ce qui, eh bien, fait un peu plus consensus."

Justement. Cela fait complètement consensus. La classification des races par quotient intellectuel moyen fait consensus. Chez les scientifiques. Les scientifiques qui se sont consacrés à l'étude de cette question, bien entendu. Les autres n'ayant pas voix au chapitre. Vous ne demandez pas à votre plombier de vous opérer du cancer, ni à votre médecin de refaire votre salle de bains.

Chez les scientifiques, la question de l'intelligence des races est aussi réglée que celle de la température à laquelle l'eau gèle.

Elle ne fait pas consensus :

- Chez les blablateurs de blog (le masculin inclut le féminin) ;

- Chez les "intellectuels" auto-proclamés ;

- Chez les journalistes ;

- Chez les "artistes" (on se demande bien ce qu'ils viennent faire ici, et pourtant...) ;

- Chez les politiciens de tout bord ;

- Chez les "professeurs" -- guillemets de rigueur pour des gens qui insultent les principes scientifiques du matin au soir ;

- Chez les scientifiques médiatiques qui étudient tout autre chose que le domaine en question, mais qui s'assurent une renommée et des revenus faciles en publiant des "livres" qui brossent la bête médiatico-populacière dans le sens du poil.

- Chez les policiers et les juges, qui feraient mieux de faire ce pour quoi on les paye.

- Parmi la foule, qui puise essentiellement ses convictions auprès des précédents -- et puis, il faut bien conserver ses moyens d'existence, nourrir sa famille et éviter les coups.

Chez tous ces gens-là -- ce qui fait du monde, et du bruit --, le "consensus" est rigoureusement à l'opposé. Ce consensus-là s'appelle une idée reçue, basée sur rien. Une légende urbaine. Une fake news.

A chacun de choisir le consensus qu'il préfère, en ce domaine comme dans tous les autres : celui de la vérité, ou celui des... préjugés, de la classe jacassante, de la populace et de ceux qui imposent leurs convictions à la pointe du fusil.

Mary Preud'homme

@ Mitsahne | 19 juillet 2018 à 19:43

Vous êtes un homme de qualité et j'ai apprécié votre message et vos sages conseils à leur juste valeur.
Je publie effectivement sous mon patronyme, une facilité qu'ont beaucoup de femmes plus connues (sinon essentiellement) sous leur nom d'épouse, ce qui a pour avantage de mettre leurs proches, notamment leurs enfants à l'abri de curiosités, d'indiscrétions ou même de malveillances.

Quant aux coups que je prends, j'y suis habituée de longue date car ils sont le passage obligé de tout militant qui s'est engagé pour une cause noble. La noblesse, la loyauté et l'honneur, autant de concepts qui sont totalement étrangers aux individus qui m'attaquent, ce qui renforce leur hargne, leur haine et leur dépit de se voir découverts dans toute leur perversité et étroitesse d'esprit.

Vous parlez de Marine Le Pen, je vais sans doute vous surprendre mais c'est une femme que je ne prends pas pour une raciste invétérée comme certains voudraient le faire croire pour la diaboliser - bien que je n'ai jamais voté pour son parti où sévissent encore beaucoup d'extrémistes. Je ne l'ai par exemple jamais entendu parler d'infériorité des races par rapport au QI (occidental) et autres stupidités.
J'ajoute que l'on peut tout à fait être partisan d'une immigration contrôlée et préférer marier sa fille avec quelqu'un de sa province et de sa religion plutôt qu'avec un papou animiste, sans être automatiquement taxé de racisme.

Mais des Marchenoir qui la jouent en permanence à la supériorité blanche façon aryenne, des abrutis qui à force d'arrogance et de bêtise nous ont fait perdre les plus beaux fleurons de l'Union française on n'en veut pas, on n'en veut plus, on en a soupé. Qu'ils dégagent une fois pour toutes avant de raviver, de rallumer chez nous des incendies qui nous ont déjà fait perdre nos colonies et sont à l'origine de nouvelles invasions avec leurs cortèges de frustrations et de règlements de compte inévitables.

Valery

@ Noblejoué

Je ne vais pas m’éterniser à démonter vos arguments comparant l'Europe aidant l'Allemagne et l'Europe aidant le Rwanda, à mon sens ils sont aberrants mais c'est un terrain miné où je n'ai pas envie de marcher.

Cependant, je vais souligner un détail dans votre raisonnement qui devrait clore la polémique, je l’espère. Vous dites : on a aidé la France, on a aidé l'Allemagne, on a aidé le Japon, on aide l'Afrique, donc tout se vaut, ils reçoivent tous de l'aide car tous en ont besoin, à un moment ou un autre.

Sauf que, question : donnez-moi un seul exemple où l'Afrique a aidé. Voilà, de n'importe quel angle où on regarde, c'est toujours les mêmes qui ont le savoir et font l'effort d'aider, qui s’inquiètent pour les autres. Oui, je sais à propos de la colonisation et ses supposés effets dévastateurs, mais combien de temps va-t-on encore jouer à ce chantage qui nous fige dans une culpabilisation toxique qui nous empêche d'avancer ? Comme vous le dites, l'Allemagne s'est reconstruite de rien, aujourd’hui s'ornant en première puissance européenne. Pourquoi n’aurions-nous pas les mêmes exigences pour l'Afrique ?

Noblejoué

@ Robert Marchenoir
"Avez-vous lu l'article, que j'ai pris la peine de rechercher et de vous mettre en lien ?"

Non.

Parce que comme le dit Lucile :

"Les personnes qui ont fait ces statistiques ont répondu à vos objections. Certains, plus optimistes, avancent l'argument qu'il y a un siècle, les Irlandais avaient un taux de criminalité bien plus élevé que la population générale de provenance européenne aux USA, et que cette différence n'existe plus. Cela dit, à l'heure actuelle, le siècle passé, un tout petit pourcentage de la population américaine est responsable de la moitié des crimes, et ce ne sont pas les Irlandais."

Sur les Irlandais et que j'ai dit diverses choses sur le Rwanda et le fait que si on dit que l'Afrique est aidée, nous l'avons aussi été, dans l'Histoire.
Vous n'y répondez pas, pour vous l'Histoire n'existe pas, il n'y a que le QI et l'idée encore plus mise en doute par les chercheurs de race, aujourd'hui. Normalement, je ne lis, en science, que ce qui, eh bien, fait un peu plus consensus.
Mais pourquoi pas, après tout ?

Faire le devoir des autres à leur place m'ennuie beaucoup, j'ai assez des miens, ce qui m'amène aux antiracistes professionnels comme un certain nombre de gens du blog qui m'ont laissé la charge d'une discussion rationnelle sur un sujet qu'ils devraient connaître d'avance. Eh oui, si c'est si important pour eux, ils devraient lire des articles scientifiques non consensuels, archiver, tout ça...

Ce qui est sûr, c'est qu'avec cette question de race, on divise. Entre ceux qui veulent ouvrir le pays aux immigrés sans qu'on puisse les intégrer, et ceux qui le ferment aux Français noirs réduits à la condition de méprisés à cause de la race... on fait ce qu'il faut pour introduire ou se créer des ennemis.
Allons vers la guerre civile ou la dictature.

Moi, c'est simple, en cas de guerre civile, de dictature, je ne fais rien... A ceux qui ont créé le problème de le résoudre ou plus probablement de ne pas le résoudre, je ne suis pas là pour ramasser leurs miettes. En fait, je ne suis pas là pour prendre la place de ceux qui n'arrêtent pas de se donner des brevets de vertu, mais j'ai déjà dû défendre les femmes sauf que je connaissais mieux le sujet, ou alors, on n'attaquait pas leur QI, ou les deux, enfin, c'était plus inspirant.

Pour tout dire, j'hésite.

Ce qui n'a guère d'importance... J'aimerais bien que les gens hésitent, plus décisif, au lieu de faire des choses qui nous affaiblissent, sous le coup de l'étranger ou de divisions intestines. Que d'énergie pour nous faire marcher en terrain miné ! Ce serait vraiment un miracle que rien ne nous explose à la figure... Un autre si je lisais votre lien, un autre si je parvenais à convaincre de ne pas aller vers le pire. Mais plein de gens veulent de hommes providentiels, de la guerre civile, ils s'ennuient, ils suivront les j'ouvre tout ou les j'infériorise des citoyens, charmés par le style, le rôle valorisant qu'ils prendront de plus gentils ou plus intelligents que les autres.

Vous avez vu les commentaires, les gens se moquent des risques en tout genre, c'est après moi le déluge. Au mieux, on voit un danger en ignorant les autres, et il y a la passion polémique qui balaie tout.
Les gens parlent western, il faudrait au moins le héros solitaire-incompris-mais-qui-n'abandonne-pas-et-gagne-à-la-fin.

stephane

Drôles de commentaires, y a-t-il un Benalla pour mettre de l'ordre ?
Benalla, Penelope de Macron ou Leonarda ?

Mitsahne

@ Mary Preud’homme (18/07 à 23h04)

Madame,

Dans mon dernier billet, j’ai cité Robert Marchenoir uniquement pour deux petites phrases où
- il déplorait l’abus du mot racisme pour dénigrer son adversaire
- il disait qu’il y a bien une tyrannie en pantoufles du politiquement correct.

Ce qui, vous en conviendrez, ne mérite pas les reproches véhéments que vous me faites ni surtout l’assimilation à la personne de RM qui n’est ni mon protégé, ni mon ami, avec qui je ne sens pas en symbiose selon vos propres termes. Mais, dans ses élans démonstratifs parfois trop vifs, il lui arrive de dire des choses justes. On peut détester Marine Le Pen mais si elle dit que la neige est blanche on ne peut qu’être d’accord. C’est ce modeste consensus que je pratique sur ce blog où je ne m’intéresse qu’au texte et non aux élucubrations accessoires.

En revanche, je suis très conscient de la gravité des propos de certains malappris qui vous mettent en cause de façon stupide et osent se moquer de votre vie personnelle ce qui est l’indice d’une très mauvaise éducation. Vous n’avez évidemment pas à vous cacher mais peut-être pourriez-vous un peu plus vous protéger. Etes-vous sûre de n’avoir pas été imprudente en livrant sur ce blog des détails de votre vie, de votre famille, de vos goûts ?

Un blog, même d’excellente qualité comme celui de notre hôte, est un piège puisque la parole y est libre, mais on y trouve aussi, c’est inévitable, quelques malotrus de la pensée, pirates du verbe, fêlés du raisonnement, agressifs congénitaux, maniaques du dernier mot pour avoir raison. On y trouve aussi (et surtout) des ego énormes qui croient que leur prose est un des trésors de l’humanité, que leurs affirmations sont l’expression de la Vérité, que leurs états de service largement étalés à travers le monde leur confèrent ipso facto un brevet de sagesse et d’infaillibilité et donc le droit de donner des leçons à tout le monde, qui se citent eux-mêmes (comme je dis toujours…), qui ne se rendent pas compte de leur fatuité ni de la vanité de leurs propos.

Je suis sans doute le plus âgé de ce blog (89 ans) mais pas le plus ancien (2016) ce qui fait que certaines allusions m’échappent et que je ne peux ni ne veux montrer une ‘’appartenance’’ à un quelconque ‘’clan’’. J’écris sous pseudo ce qui m’a valu, il y a peu, des démêlés avec P. Charoulet qui avait traité, en bloc et sans nuance, d’abrutis tous les porteurs de pseudos, mais on a fait la paix.
Je ne suis pas partisan de l’étalage de la vie privée, passée ou présente, puisqu’il se trouve presque toujours un malappris pour tourner en dérision quelque détail.

Je vous lis, Madame, toujours avec plaisir même si je ne suis pas toujours forcément d’accord avec vous et je ne crois pas me souvenir de vous avoir dit des choses désagréables. S’il vous plaît, ne m’accusez donc pas d’alliance avec le diable. Confidence tout de même, je suis philosophiquement proche de Michel Onfray, alors le diable…

Mary Preud'homme

Ce Marchenoir est vraiment "long comme lacune"...
Quand il lui est fait le reproche d'accaparer un blog, ce qui signifie en prendre possession au détriment des autres (qui n'ont plus qu'à la boucler s'ils ne vont pas dans son sens) il invoque "sa" liberté d'opinion !
Et pour couronner, il insulte la dame qui a eu l'audace de lui faire une remarque de bon sens.
Et le troupeau d'applaudir un tel imposteur et maître chanteur ! Clap clap clap !

Patrice Charoulet

Vous avez aimé la Russie, vous allez adorer le Qatar.

Sans doute le moins intéressé qui soit par la Coupe du monde de football qui vient d'enthousiasmer presque tous les Français, je recommande vivement la lecture d'une pleine page du « Monde » du 18 juillet, p.15. Vous aurez, ce faisant, des informations sur ce qui se passe dans cet émirat pétrolier qui prépare la prochaine Coupe de 2022. Je ne résumerai pas cette effrayante page. Les travailleurs (immigrés!), venant du Népal, de l'Inde, du Bangladesh... On ne parlera pas, en 2022, dans la nouvelle euphorie mondiale et française qui nous attend, des morts survenues parmi les ouvriers importés pour l'occasion dans un pays où la température à l'ombre l'été est de 50 degrés.

La grande question que l'on peut se poser d'ores et déjà est la suivante : comment, le 2 décembre 2010, une majorité de votants ont préféré ce pays-là à d'autres, sinon en supposant que des électeurs ont reçu de très fortes sommes ? C'est un énorme scandale et une farce colossale.

Mais nous avions déjà fermé les yeux sur le Qatar club de Paris, assez lâchement. Beaucoup préfèrent ne penser qu'aux vertus du sport, en criant : Allez Paris !

Aliocha

Mettre en lumière les désirs de meurtre n'a rien d'un suicide, Lucile, et la dévotion ne dégouline que sur ceux qui en sont, les malheureux(ses), dépourvus. Lire Girard sérieusement vous permettrait de comprendre qu'il est possible de fonctionner sans chercher à plaire, mais juste de témoigner de ce qu'on ressent, quelles que soient les réactions arbitraires que cela entraîne, dont vos allergies témoignent, la non moindre des surprises étant que vous continuiez à me lire.

Savonarole

Lisez ça, c'est bas de plafond, mais tellement vrai...
La descente des Champs s'est faite au pas de course, et l'absence de l'équipe au balcon du Crillon s'explique.
On se moque de nous.

https://www.valeursactuelles.com/societe/le-foot-est-une-drogue-et-vous-etes-tous-dans-les-vapes-97462

duvent

@ Lucile
"À propos des "vertueux" du blog, une petite citation d'Aristote pour terminer : "Une vertu quand elle est pratiquée à l'extrême, devient un vice"."

Vous m'intriguez !! Quelle est cette vertu pratiquée à l'extrême, et qui sont ces vertueux ??
Permettez-moi de vous rassurer sur ce danger, très hypothétique...

La nature humaine a une forte propension au vice et souvent elle ne juge pas utile ni nécessaire de passer par une pratique extrême de la vertu, dès lors nous pouvons nous réjouir de voir la plus grande partie des hommes se vautrer dans le vice avec bonheur et délectation, sans aucune considération pour cette pensée aristotélicienne qui vous en conviendrez a perdu en chemin son substantifique propos !

Quant aux vertueux objet de ma considération et de mon admiration, malgré ma lanterne, malgré mes recherches, malgré mon infinie patience, malgré les cimes et les abîmes je dois admettre qu'ils brillent par leur absence... En tout cas à vue d'œil et même à vol d'oiseau... Pourquoi ne pas dire à pied, à cheval et en voiture ?

Cependant, comme Saint Jérôme (lettre 22) je cauchemarde, et comme Saint Augustin je persiste car "Nondum amabam et amare amabam !"

Mary Preud'homme

@ caroff | 19 juillet 2018 à 14:04

Ne vous en déplaise, les personnes qui lisent ce blog le font en premier lieu en raison de la qualité, de la pondération et de la diversité des billets de notre hôte. Quant aux commentaires, il me semble au contraire qu'il fut une époque où les intervenants avaient beaucoup plus de tenue et s'employaient à rehausser la qualité de ce blog, en respectant bien davantage qu'aujourd'hui les opinions des différents intervenants - et ne venaient pas uniquement pour se montrer et écraser les autres par leur morgue, leur suffisance ou des attaques en dessous de la ceinture ! Et si vous dérapiez (ce qui m'est arrivé aussi), il y avait toujours une bonne âme pour vous remettre gentiment (voire avec humour) à votre place.

Or avec un Marchenoir et sa clique ce n'est pas possible, plus vous pointez ses incohérences et ses outrances, plus il en rajoute et en remet des couches interminables et lassantes. A croire qu'il n'a rien d'autre à faire dans sa vie que de tartiner, tartiner, tartiner jusqu'à l'overdose sur ses obsessions, ses peurs paniques, ses frustrations, son QI et ses rancoeurs ! Le tout le plus souvent totalement hors sujet !

Patrice Charoulet

@ Lucile

VOTRE ELOGE DE MARCHENOIR

Madame,

N'ayant eu des scribouillages, bien médiocres, que dans la presse écrite jusqu'à un âge avancé, j'ai osé me joindre aux commentaires d'ici il y a moins de deux ans.
Nul en informatique, vous aviez eu la gentillesse de m'expliquer en trois cents mots comment parvenir à faire un copié-collé. Grâce à vous, j'ai réussi à faire ça, sachant que bien des enfants de douze ans savent le faire. Je vous ai remerciée et je vous en remercie encore.
J'ai eu l'occasion de vous le dire et je vous le redis, vous êtes parmi les membres les plus estimables de ce blog. En compagnie d'une trentaine d'autres.

Vous adressant tout récemment à Noblejoué, vous faites l'éloge de Marchenoir et vous donnez toutes vos raisons de le faire. Bon.
Tous les admirateurs et les groupies de RM vous en sauront gré. Chacun est libre d'admirer. En littérature, je ne fonctionne qu'à l'admiration. Je vous épargnerai la liste de mes dieux.

Dans votre texte, vous comparez celui que vous considérez comme le commentateur essentiel, RM, à deux d'entre nous seulement, Aliocha et votre serviteur.
Permettez-moi de vous dire mon sentiment là-dessus.

Aliocha, que je connais très bien, et pas seulement par ses écrits d'ici, est un homme absolument remarquable, de très grande qualité, indépendant, cultivé, ouvert, d'âme élevée. Cela suffit pour en faire la cible d'attaques basses, mesquines, viles, injustes. Contrairement à l'homme que vous louez, je vous confirme qu'il n'a pas et n'aura pas de fan-club. Il n'aura que mon estime indéfectible.

Ce que vous dites de votre serviteur est très gentil, mais ne concerne qu'une toute petite partie de mon abondante, trop abondante quantité de scribouillages ici. Vous ne songez qu'à mes prises de position contre le racisme - indiscutable, persévérant, proclamé - de RM. Que voulez-vous, quand j'entends : 2 plus 2 = 5, je dis : Non. Quels que soient les talents d'écriture de l'énonciateur en question. Qu'il s'appelle X, Y ou Z.

Je ne nie pas les problèmes démographiques, migratoires, civilisationnels, religieux et le reste. Je nie le bien-fondé des idées racistes, dont RM est ici le promoteur le plus opiniâtre et le plus aveugle.

Zonzon

Achille, un ami qui fait des citations tronquées (17 juillet à 10 h 23). Ce n’est regrettable que lorsque cela dénature totalement la compréhension du texte et l’intention du rédacteur.
Souvent il ne s’agit que d’une insuffisance ou d’une inattention momentanée. Parfois de la trahison !

Heureusement que vous faites rire en exhumant ce personnage, méconnu de tous, au patronyme grotesque : Paul le poulpe. En plus le malheureux serait mort, dites-vous !

NB. Je ne connais pas d’otarie en rut ! Quoique, maintenant, présenté comme ça, je me demande !

Robert Marchenoir

@ Noblejoué | 19 juillet 2018 à 02:57
"Ce que je ne 'comprends' pas c'est en quoi il est prouvé que c'est le fait d'être Noir et non de vivre dans un environnement pré-moderne qui expliquerait la faiblesse générale du QI et pourquoi ce ne serait pas des parents et autre pré-modernes qui maintiendraient les enfants dans un rapport pré-moderne au monde."

Avez-vous lu l'article, que j'ai pris la peine de rechercher et de vous mettre en lien ?

Je parle d'un article scientifique, pas d'un article de magazine. Elsevier, ça vous ira, comme éditeur de revues scientifiques de référence ? Un article écrit par deux professeurs d'université qui ont consacré leur vie entière à ces recherches, ça vous ira, comme état des connaissances humaines ?

Les auteurs de l'article que j'ai mis en lien ont passé des dizaines d'années à réfuter l'objection irréfléchie que vous venez de faire en quelques secondes -- et bien d'autres. Ils ont étudié, à cet effet, des millions de données recueillies à travers le monde pendant près d'un siècle. Ils se sont donnés la peine d'écrire des milliers de pages pour répondre à votre question, et à des centaines d'autres.

Une fois que vous aurez lu ce court article de 12 pages -- où se trouve la réponse à votre question --, si vous n'avez toujours pas compris, vous pourrez lire l'un des 68 livres ou articles scientifiques cités dans sa bibliographie.

Après, si vous n'avez encore pas compris, vous pourrez lire chacun des soixante-sept autres.

Et après seulement, vous pourrez venir nous dire que vous "n'avez pas compris", et nous produire, en guise de réfutation, des idées tout droit sorties de votre imagination, et vérifiées en rien.

Mais normalement, avec un cerveau en état de marche, vous devriez avoir compris bien avant. Si vous devez vous appuyer toute la bibliographie pour commencer à "comprendre", c'est que ce genre d'études vous est inaccessible.

Ce n'est pas grave. Tout le monde ne peut pas être astrophysicien noir à la NASA. Pour autant, il faudrait éviter de chercher à leur expliquer la gravitation universelle avant d'avoir, au moins, fait l'effort de les lire.
______

@ Mary Preud'homme | 18 juillet 2018 à 23:04
"... Ce que votre Marchenoir fait à longueur de temps sur ce blog, qu'il s'est d'ailleurs approprié depuis deux ans."

Elle est charmante... "Votre Marchenoir", comme si j'appartenais à quiconque... J'extrais cette unique sottise de cette longue dégoulinade de haine, parce qu'elle illustre bien le caractère insensé de la dame.

Comme si qui que ce soit pouvait "s'approprier" un blog. Comme si ce n'était pas, tout simplement, techniquement impossible.

Ce que veut dire Mary Preud'homme, c'est que je suis un habitué de ce blog. Au même titre qu'elle. Et que de nombreux autres. Et que cela la défrise.

Je lui ferai remarquer que le propre même d'un blog, c'est que quiconque peut en devenir un habitué. C'est le principe du dispositif technique à l'origine du blog. La page électronique qui est sous vos yeux possède une longueur virtuellement infinie. N'importe quel commentateur peut venir s'y ajouter, et, en termes preud'hommiens, "se l'approprier".

Terme socialiste, je le signale au passage. C'est la pensée de gauche qui attribue aux biens de ce monde un caractère fini, et prétend que tout ce qui est pris par l'un est retiré aux autres.

Je signale à Mary Preud'homme que si elle n'aime pas la liberté, il ne faut pas qu'elle s'invite sur des médias dont la liberté est le principe même. Il ne manque pas de clubs, de coteries, de cénacles, dont l'entrée est sévèrement filtrée et limitée. Surtout dans la France étatiste, corporatiste, sectaire et socialiste. Sur Internet, c'est l'esprit contraire qui prévaut. On ne peut pas rentrer sur un terrain de foot, et prétendre imposer aux autres les règles du tennis.

L'assertion ahurissante selon laquelle je me serais "approprié ce blog" est d'une perversité qu'il faut mesurer. Ce que veut dire cette dame, c'est en réalité qu'elle souhaite me faire exclure de cet endroit. Ainsi que son compère Patrice Charoulet me l'a, à plusieurs reprises, fait savoir, en m'envoyant me faire voir chez Ivan Rioufol (comme si je ne connaissais pas le blog d'Ivan Rioufol, comme si je n'y avais pas régulièrement commenté...).

Mary Preud'homme vient de nous vanter sa parentèle militaire, on ne sait trop pourquoi ; mais l'esprit d'Internet en général, et celui des blogs en particulier, se situe à l'opposé de l'esprit militaire. Sur un blog, il n'y a pas de chef (sauf l'auteur, bien entendu). Aucun commentateur n'est en position de donner d'ordres à d'autres. C'est la liberté qui prévaut.

La liberté, un concept que beaucoup, en France, ont décidément du mal à comprendre...

Au passage, dans les flots de haine brute et compacte que déverse régulièrement cette dame à mon endroit, on reconnaîtra la légendaire hypocrisie des "anti-racistes", qui passent leur temps à prôner la tolérance, l'altruisme, la générosité, la gentillesse et "l'ouverture à l'Autre" -- pour mieux pratiquer exactement le contraire.

Savonarole

@ sbriglia | 19 juillet 2018 à 09:35

Ces crétins à Kodak ont dû inspirer deux grands compositeurs, Ray Davies des Kinks et Paul Simon.
Les paroles de la chanson des Kinks sont remarquables, c'était avant les selfies : "les gens se prennent en photo pour s'assurer qu'ils existent"... tout est dit.

Seule Lucile appréciera les paroles, mais à seule fin d'édifier les foules je vous conseille d'écouter, les mélodies sont simples.

https://m.youtube.com/watch?v=xkwqiqsfoZw

https://m.youtube.com/watch?v=Np_66D-KrK8

Noblejoué

@ Lucile
"Ce seraient des Hindouistes avec des QI très élevés que le problème serait également impossible à résoudre."

C'est aussi mon avis même si je préférerais ça, ou mieux, un déferlement de tranhsumains américains, sur l'air d'Un jour mon prince viendra, un jour, l'intelligence viendra...
Alors pourquoi parler de ce qui, comme vous le dites, est à double tranchant, incertain et source de polémique ?

Mettre les pieds dans le plat n'est pas que poser un problème, c'est aussi en aggraver d'autres, je veux dire diviser les gens défavorable à l'immigration, diviser les gens entre Noirs et Blancs, empêcher le ralliement d'autres gens contre l'immigration.
Diviser... Est-ce que les Russes ont tant besoin de le faire ? On s'en occupe très bien tout seul.

Je ne suis pour rien qui affaiblisse l'Occident, ni pour affaiblir l'Occident en l'ouvrant aux quatre vents, ni pour accentuer ses divisions. Ce sont des erreurs jumelles, il y a l'unité, on s'unit à tout et n'importe qui, qui nous tue, et il y a la fermeture qui nous tue, le racisme, car il minore et exclut les Noirs d'Occident, donc est injuste, facteur de ressentiment, de violence et de division, donc de danger.
S'ouvrir à l'ennemi, se créer des ennemis, vous prendrez bien un amuse-gueule ou l'autre à guerre civile ? Non merci. Je veux bien boire de tous les vins, mais pas de l'ivresse polémique ou idéaliste, pour ça, je crois bien être très sobre.

Que quelqu'un ait un beau style ou pas, beau style, Marchenoir, que quelqu'un m'ait aidé quand des gens s'en prenaient injustement à moi sur le blog, Aliocha, ou non, (même si j'aimerais bien qu'il cesse de m'appeler "mémé", je n'ai rien à voir avec Charlus, et d'ailleurs qu'ils cesse de surnommer les gens...) merci, peu importe.

Ce qui compte est de dire le vrai, faire prévaloir le juste et... notre survie. J'ai de la chance, rien ne m'oblige à choisir, ce qui me poserait bien des problèmes de conscience, les trois ne font qu'un !

D'un autre côté, j'ai la malchance de ce que mes concitoyens tiennent plus à leur passion de s'unir à n'importe qui ou de se rehausser à n'importe quel prix, les conséquences prévisibles ne les effleurant pas.
Eh bien, je dis tout net que si à cause d'eux nous avons une subversion musulmane ou une guerre des Noirs et des Blancs, qu'ils s'en débrouillent, ce n'est pas moins qui gaspillerait mon courage pour leur intempérance, mon intelligence pour leur folie.

Noblejoué

@ Valery | 19 juillet 2018 à 08:53

Pardon mais l'Europe s'est-elle reconstruite toute seule ou l'a-t-elle été avec le plan Marshall ? Et le Japon n'a pas été aidé par la guerre de Corée ?

Il n'y a que dans le cas de l'Afrique qu'on parle d'assistance, pour les autres, on l'oublie.

"La réalité est que le continent africain est tenu sous perfusion constante, certains pays plus que d'autres, sinon c'est le chaos qui s'ensuit."

On oublie que loin de châtier l'Allemagne de l’Ouest, on l'a aidée contre le chaos rampant de l'Est.
Les riches n'aident jamais les gens que face à un chaos dont ils craignent qu'ils ne leur retombe dessus... Nous qui avons été aidés l'oublions car c'est vexant, tandis que rappeler que les autres le sont par nous est gratifiant. On dit avoir pardonné aux Allemands et nous unir à eux, et nous ne pardonnons pas aux Noirs d'Afrique le tort qu'on leur a fait, esclavage, certes on n'était pas les seuls, et colonisation.
Pourquoi ? On ne pardonne pas aux gens le tort qu'on leur fait, car cela ébranle l'image que nous voulons avoir de nous.

Les Européens en veulent aussi aux Américains de tout ce qu'ils ont fait pour eux. Les dettes de gratitude ou de culpabilité que les gens ont, ils les transforment en ressentiment.
Tant de ressentiment doit bien trouver des raisons de mépris chez ceux qui sont nos créditeurs.

Qu'on ne donne pas si on n'en a pas envie, se pensant à l'abri des problèmes africains, pourquoi pas ?
Mais on peut voir les choses en face et s'avouer qu'on ne donne pas parce qu'on n'est pas obligé tandis que nos ancêtres ont été, eux, aidés par des Américains qui n'avaient pas à compenser de nous avoir jamais réduits en esclavage et colonisés. Je croyais qu'on était capable de voir les réalités en face, en Occident ? Et qu'on était responsable, je veux dire que les victimes collatérales de nos jugements sur l'Afrique sont toujours nos compatriotes noirs de peau.

C'est la nature humaine.

caroff

@ Lucile 12h17
"Robert Marchenoir met les pieds dans le plat, et vu l'urgence et l'ampleur du problème, tant mieux qu'il le fasse, au moins on l'écoute et on discute ses arguments,(...)Il apporte énormément à ce blog à mon avis, et si beaucoup de gens lisent Justice au Singulier, quelque chose me dit que ce n'est pas pour les interminables citations girardiennes ou exhortations suicidaires et dégoulinantes de dévotion d'Aliocha, ni pour les accusations outrées du vertueux Patrice Charoulet, quoique dans leur genre, ils valent le détour."

Merci Lucile pour écrire noir sur blanc (si je puis me permettre dans ce blog à fleur de peau (!!)) ce que je pense...

Lucile

@ Noblejoué

Les personnes qui ont fait ces statistiques ont répondu à vos objections. Certains, plus optimistes, avancent l'argument qu'il y a un siècle, les Irlandais avaient un taux de criminalité bien plus élevé que la population générale de provenance européenne aux USA, et que cette différence n'existe plus. Cela dit, à l'heure actuelle, le siècle passé, un tout petit pourcentage de la population américaine est responsable de la moitié des crimes, et ce ne sont pas les Irlandais.

L'argument est à double tranchant, c'est pourquoi je ne l'utilise pas, d'autant plus que ce que les gens qui s'offusquent ne comprennent pas, c'est que cette statistique n'empêche pas que certains blancs soient idiots, et certains noirs brillants. Mais au niveau des grandes migrations, ce sont les moyennes qui comptent, pas les individus.

Le peu d'éducation, le QI bas, et une religion qui n'est pas de paix se combinent pour aggraver lourdement les choses. Le problème principal reste que nous ne pouvons pas absorber tous ces jeunes hommes décidés à entrer et à rester contre notre gré, par centaines de milles. Ce seraient des Hindouistes avec des QI très élevés que le problème serait également impossible à résoudre.

Robert Marchenoir met les pieds dans le plat, et vu l'urgence et l'ampleur du problème, tant mieux qu'il le fasse, au moins on l'écoute et on discute ses arguments, vous le premier. En plus il fait ça avec style !! Je le trouve courageux d'affronter les accusations diverses dont il est l'objet, et surtout de se battre pour la liberté de parole. Il ne faut pas se vexer de sa rudesse, même quand il est fâché. Il apporte énormément à ce blog à mon avis, et si beaucoup de gens lisent Justice au Singulier, quelque chose me dit que ce n'est pas pour les interminables citations girardiennes ou exhortations suicidaires et dégoulinantes de dévotion d'Aliocha, ni pour les accusations outrées du vertueux Patrice Charoulet, quoique dans leur genre, ils valent le détour. Les gens qui ne suscitent pas de controverse n'apportent en général pas grand-chose de neuf. Et compte tenu de nos problèmes en France, la controverse est indispensable.

À propos des "vertueux" du blog, une petite citation d'Aristote pour terminer : "Une vertu quand elle est pratiquée à l'extrême, devient un vice".

Elusen

@ boureau | 18 juillet 2018 à 21:23
« Mon expérience personnelle vaut bien quelques statistiques manipulées. »

Non, car votre expérience personnelle vous la manipulez !
Vous n’approchez pas les personnes noires, de fait votre expérience est faussée.
Elle n’est pas faite en condition de laboratoire, neutre, impartiale, elle n’est faite que sous le coup de votre émotion et non de la raison.
Sans compter que si elle est personnelle, elle n’a rien d’universel, elle a plus à voir avec votre ego.

sbriglia@Patrice Charoulet

« Crétins à Kodak »
Il y a très longtemps, un écrivain bien démodé et bien oublié, Montherlant...(Patrice Charoulet)

A l'instar de Paul Morand qui parlait des "balançoires à crétins" pour les gondoles vénitiennes...

La littérature de droite est quand même plus gondolante que Sartre et consorts...

Valery

@ Noblejoué
"A l'inverse, le Rwanda se développe à présent assez vite... Serait-ce une rapide mutation génétique ?"

Non, c'est votre conclusion qui ne tient pas compte de tous les paramètres. Le Rwanda reçoit annuellement une aide extérieure équivalente à 40% de son budget national. Pour nous faire une idée, imaginez la France recevoir, chaque année, 200 milliards d'euros (calculés évidemment sur le budget français) comme cadeau : diriez-vous à ce moment-là que "la France se développe plus vite que ses voisins à cause d'une mutation génétique" ?

La réalité est que le continent africain est tenu sous perfusion constante, certains pays plus que d'autres, sinon c'est le chaos qui s'ensuit. A mon sens, on pourra enfin tirer des conclusions sur leur capacité de se développer une fois les perfusions retirées.

Aliocha

Être intelligent ne fait pas de vous une meilleure personne :

https://www.youtube.com/watch?v=9MJUhDQKJcY

Patrice Charoulet

Un commentateur sans profession écrit longuement à yoananda 18 juillet 13h23.
J'avais un prof au lycée qui disait tout le temps « N'est-ce pas ». Nous comptions :7, 8, 9…
Cela s'appelle un tic de langage. Ces temps-ci, je ne supporte pas, dans une foule de débats, les gens qui mettent dans leurs phrases « effectivement » jusqu'à plus soif.

Dans la prose indiquée plus haut, j'ai eu le même sentiment. J'ai compté. Non, je n'ai pas rêvé : seize fois les mots « espion, espionnage, contre-espionnage » !

Deux conjectures sont possibles. Un, l'auteur a un lien professionnel avec cet univers. Je laisse à d'autres plus informés que moi le soin d'exprimer lequel.
Deux, l'auteur a des raisons psychologiques d'être obsédé par l'espionnage. On a parlé d'espionnite pour qualifier le climat qui régnait en France en 14 -18. On peut maintenant aussi utilement songer à la structure paranoïaque (Manuel alphabétique de psychiatrie, PUF, p.433). Quatre signes cardinaux : surestimation pathologique du moi, fausseté du jugement, inadaptabilité sociale et... nous y arrivons, méfiance, préface aux idées de persécution, génératrice d'inquiétude et de soupçon... De là vient dans la langue actuelle courante, tout le monde connaît ça : le parano. Il a peur de tout, se croit la cible de tout, se croit surveillé en permanence, ne dit pas son nom, son métier, son adresse, il se sent... espionné. Voilà pourquoi votre fille est muette.

Conjecture professionnelle ? Conjecture psychologique ? Allez savoir !

Noblejoué

@ anne-marie marson
"C'est quand même bien vous qui écrivez ceci sur certains commentaires qui puent : « Dans la mesure du possible et pas en martelant. Et maintenant, je vais lire les autres commentaires, en espérant qu'il n'y ait pas trop de poissons pas frais et en pensant à la mer. »"

Pas mal, non ? Dans le contexte on dira littéraire d'une discussion sur Astérix illustrant que les Français se battent, les Gaulois le faisant avec des poissons pas frais, si vous vous rappelez de l'album. Dans le contexte de discussion ou racistes et antiracistes s'entre-diabolisent donc, oui, puent.

Qu'aurais-je dû dire ? Parfois les gens puent, parfois non.
Si j'avais écrit "en espérant que les gens se calment", c'eut été pire, ça énerve toujours, et il n'y aurait rien eu d'humoristique sans compter que le lien avec l’irascibilité gauloise aurait disparu.

Citer est bien, comprendre, mieux.
Il faut comprendre que si je ne diabolise pas, je ne fais pas non plus dans la langue de bois.

"Autrefois le blog de Philippe Bilger était de haute tenue intellectuelle, mais la dégénérescence en a atteint quelques-uns."

Comme vous m'avez attaqué, avec Achille, que je vais présumer innocent puisque je suis moi-même visé quand autant que l'agneau qui vient de naître si espiègle comme un chat siamois, je suppose que j'aurais une basse tenue intellectuelle... Eh bien, pour en juger mieux, il faudrait être capable de replacer un dire dans son contexte et admettre l'évidence du fait que les Français sont divisés et portés aux polémiques, ce qu'on voit sur ce blog de haute tenue comme ailleurs.

Tenez ! Nous sommes tellement irascibles que personne ne s'excuse et que vous ne le ferez pas de vos accusations infondées à mon égard.
Pourtant, dire qu'un blog était de haute tenue sous-entend qu'on est gardien d'un temple dont on est digne... Il faudrait donc pour le moins bien lire, et si par hasard on ne le fait pas, présenter des excuses. Mais il est plus facile d'accuser au hasard que d'assumer ses erreurs. Pourtant, on n'est pas de haute tenue pour fréquenter un blog d'élite mais pour avoir un comportement d'élite... Ce n'est pas d'être raciste ou antiraciste, d'un blog ou d'un autre qui prouve sa valeur, mais le comportement.

Je suis irascible, quand on m'attaque injustement, je ne passe rien. Pour le poisson pourri, non... Avant que les gens aient mal agi, je les présume innocents.
Toujours. Je présume donc que vous me présenterez vos excuses.

Herman kerhost

@ Lucile | 18 juillet 2018 à 21:11

Vous avez raison, et de plus quand ces messieurs passent à la télé, je pense à Peterson, ou Shapiro... ils n'adoucissent en rien leur discours, contrairement aux intellectuels français...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS