« La robe et les politiques : le sacrifice de la vérité ? | Accueil | Il ne faut pas libérer Jean-Claude Romand... »

18 septembre 2018

Commentaires

Demi-Castor

@ Mary Preud’homme le 26 septembre 18 h 55

“Le désir d’enfant existe aussi chez l’homme”. Alors là vous me sciez ! Et c’est rien de le dire !

“Quant à sa réalisation, elle ne peut s'opérer de manière harmonieuse que dans une volonté commune de procréer où l'homme et la femme se doivent de rester partenaires à égalité et où aucun ne devrait prendre le pas sur l'autre dans l'intérêt supérieur de l'enfant à naître.“

Mais où allez-vous chercher tout ça ? Savez-vous que vous êtes le génie des hôtes de ce blog !

“Ces couples homme/femme où l'enfant est attendu et reçu comme une bénédiction et la consécration de leur amour sont encore une majorité“

Encore heureux !

“...les oiseaux de mauvais augure de votre "genre".“

Vous finissez en beauté. Souffrez qu’on vous embrasse !

A part cela qu’est ce que vous pourriez bien nous dire d’intéressant sur la PMA ? Vous savez ce que c’est je suppose ?

A tchao bonsoir !

Robert Marchenoir

@ kacendre | 26 septembre 2018 à 03:03
"Je me devais [...] de donner quelques noms de mes maîtres... Michel Audiard, Jean Ferrat Tenenbaum..."

Oui. C'est de votre niveau, en effet. Il fut un temps où les gens se donnaient pour modèles des philosophes ou des saints. Aujourd'hui, il passe pour vertueux de se réclamer d'un faiseur de films amusants. Et sinon, qu'est-ce qui vous attire, chez Michel Audiard ? La propension de ses personnages à manier l'insulte ? Ou bien l'antisémitisme dont il faisait preuve, dans un article écrit en 1944, où il s'en prenait au "monde qu'il est convenu d'appeler 'artistique', et qui demeure dans sa majorité le plus coquet ramassis de faisans, juifs (pardonnez le pléonasme), métèques, margoulins…" ?

Quant à Jean Ferrat Tenenbaum, il était peut-être juif, mais il était surtout communiste. Vous vous réclamez d'un représentant d'une idéologie qui a fait cent millions de morts, et vous appelez ça un "maître". Un pousseur de chansonnette (ne serait-il pas communiste) accède au rang de "maître", aujourd'hui. On voit à quel étiage nous sommes tombés. Au passage, indépendamment des Juifs parmi leurs rangs, les communistes ont pas mal d'exploits à leur actif en matière d'antisémitisme. Votre choix est donc pertinent : il confirme mon propos.

Gauchiste, et antisémite : vous êtes parfaitement raccord. L'autre truc raccord, c'est que le gauchiste manifeste toujours d'infinies prétentions en matière de "culture". Il se doit absolument d'écrire des choses du genre : "Je me devais, à la clôture de ce semblant de débat que je ne poserai pas même sur l'étagère des inutilités...".

Poser un débat sur l'étagère des inutilités... Peut-on être plus cuistre que cela ? A-t-on inventé quelque chose de plus ridicule, depuis le char de l'Etat qui navigue sur un volcan ?

Le gauchiste, bien sûr, n'est pas plus cultivé que moi je ne suis archevêque. Il possède simplement un vernis de langage, qui lui permet de pondre des horreurs comme "l'étagère des inutilités". La fausse culture dont il s'est gargarisé toute sa vie lui sert avant tout à insulter les autres, au motif qu'ils seraient incultes : "MARCHE DANS L'INCULTURE CULTURALESQUE".

Au passage (mais ce n'est pas une surprise), le gauchiste oublie que son idéologie lui impose de vénérer les "pauvres", les "défavorisés" et ceux "qui n'ont pas les codes" : ce sont des victimes, elles sont opprimées par la société, l'Education nationale manque de moyens.

Il ne faut pas longtemps au gauchiste pour se déboutonner, révéler sa vraie nature et insulter ceux qu'il considère comme "incultes", alors que la minute d'avant, il les portait au pinacle. Rien de nouveau là-dedans : le Parti communiste est l'avant-garde de la classe ouvrière, mais il ne faudrait pas que la classe ouvrière commence à nous casser les pieds.

Perversion tout à fait similaire à celle qui consiste à saboter le débat (par l'insulte systématique, par le refus d'expliquer en quoi les journalistes français seraient des "sayanim"), puis à se plaindre qu'il n'ait pas eu lieu ("Je me devais, à la clôture de ce semblant de débat que je ne poserai pas même sur l'étagère des inutilités...").

C'est bien ce que je disais tantôt : l'afféterie remplace l'honnêteté. Des milliards et des milliards d'argent public gaspillés en pure perte, dans le but "d'éduquer" des générations de cuistres insolents, lesquels passeront leur vie entière à insulter les autres, en gaspillant à leur tour le fruit du travail des Français dans des sinécures fonctionnariales, syndicales ou associatives.

Les Juifs, qui ont le dos large, fournissent un exutoire parfait pour dissimuler le mécanisme de cette arnaque.

Mary Preud'homme

@ Demi-Castor (26 sept 14:27)

Le désir d'enfant existe aussi chez l'homme, même s'il est généralement diffus, plus tardif et surtout moins démonstratif que celui de la future mère.
Quant à sa réalisation, elle ne peut s'opérer de manière harmonieuse que dans une volonté commune de procréer où l'homme et la femme se doivent de rester partenaires à égalité et où aucun ne devrait prendre le pas sur l'autre dans l'intérêt supérieur de l'enfant à naître.
Fort heureusement, ces couples homme/femme où l'enfant est attendu et reçu comme une bénédiction et la consécration de leur amour sont encore une majorité, contrairement à ce que voudraient nous faire croire les oiseaux de mauvais augure de votre "genre".

yoananda

@Robert Marchenoir
"Cela demande juste un peu d'honnêteté et de fibre morale. C'est à la portée de tout le monde."

Je ne suis pas d'accord.

Tout comme résoudre des équations différentielles du second est théoriquement à la portée de tout le monde (du moins une bonne partie des gens "éduqués"), dans la pratique, peu savent le faire (parce qu'ils ont appris d'autres choses ou ont oublié).

Ben, je prétends que pour l'honnêteté, c'est un peu pareil, mais en pire.

Je crois même que c'est idiot de penser qu'être honnête c'est facile. On pourrait le croire parce que c'est une idée répandue, facile, qui semble vraie, mais si on réfléchit vraiment, si on considère ce que ça signifie profondément pour l'être humain d'être honnête, ce que ça implique, alors, on ne peut que conclure que c'est l'une des choses les plus difficiles du monde.
Il faut s'y entraîner tous les jours. Certains ont un talent naturel pour ça, mais la plupart des gens non.
D'ailleurs, si c'était si facile, ça serait bien plus répandu.
Ca s'explique par la sociologie et la science cognitive, mais ne me demandez pas les références des études qui en parlent, je n'ai pas ça sous la main.

Je maintiens, et ce n'est pas de la lèche, vous avez un talent, pour vous exprimer d'une part (c'est surtout de ça que je parlais), et pour l'honnêteté (je n'y avais pas pensé au premier abord).

Je n'ai en effet pas parlé de la question de l'anti-judaïsme. Mais je loue votre démarche d'aller discuter des trucs qui ne vous plaisent pas avec les juifs eux-mêmes.

Demi-Castor

Père Mère Amour

Le désir d'enfant appartient à la femme « désirante ». Pas à l'enfant. L'enfant de la femme désirante désirera le père inconnu.

La terrible responsabilité de la femme désirante qui restera inconsciente. Ce sera l'enfant qui assumera.

La lourde responsabilité de la femme désirante commence au moment où naît l'enfant désirant le père.

L'existence de la mère ne se pose pas à l'enfant. Il est sorti d'elle. Il la ressent au travers de toutes ses cellules. Même si elle est absente.

Dans l'enfant désirant il y a asymétrie entre le père et la mère. Le désir du père est plus fort car le lien «matériel » est fugace.

L'enfant de la mère désirante sait qu'il n'est pas né par amour. For ever !

Tout enfant a un père. La question est de pouvoir en disposer.

La femme désirante seule coupable, l'enfant seule victime.

Dans « Avoir un enfant » ce qui choque c'est le verbe. L'autre terme est second.

Avoir l'enfant sans le père : le sommet de l'esprit dominateur !

Une banque de sperme a en dépôt toutes les marchandises possibles. L'acheteuse est tout autant coupable que le donneur. L'opération sera aux risques et périls de la seule « consommatrice » !

Nombreux, nombreuses, sont ceux, celles désirants, désirantes qui n'ont jamais porté préjudice à autrui.

Mieux vaut avoir une seule mère que deux !

Mieux vaut ne pas avoir de père que deux !

Dans l'avenir qui se prépare on pourra déc***** à pleine éprouvette !

L'éthique concerne essentiellement des braves gens dénués de préjugés.

La Déontologie n'est pas forcément insensible au Commerce.

Dans un comité des sages il peut se trouver des gens qui ne le sont guère.

Qui a envie de vivre dans une société où les robots enfantent ?

Dans l'Etat démocratique en devenir il sera possible de se livrer à des excentricités ontologiques.

La femme moderne est capitaliste jusqu'au fond de l'âme. Elle veut tout. Y compris l'enfant. Si ça veut marcher les mâles vont disparaître, comme tout ce qui est inutile, c'est une loi de nature.
On sent bien qu'il y a du diable là-dedans !
Mais quand cela sera qui peut affirmer qu'il y aura toujours des femmes désirantes ?
Restera les bonobos ! Pour peu que leur matière grise ne se mette pas à croître.

La médecine, cette merde. (Céline)

Aliocha

Vous vous étiez plaint, Robert Marchenoir, que je ne vous signale pas d’œuvre de Girard. Sans polémiquer sur mes innombrables citations y faisant référence et qui fondent nombre de vos critiques à mon égard, voici un texte qui décrit l'antisémitisme chez ce poète courtois du XIVe siècle :

"Guillaume de Machaut et les juifs
Le poète et musicien Guillaume de Machaut écrivait au milieu du XIVe siècle. Son Jugement du Roy de Navarre mériterait d’être mieux connu. La partie principale de l’œuvre, certes, n’est qu’un long poème de style courtois, conventionnel de style et de sujet. Mais le début a quelque chose de saisissant. C'est une suite confuse d’événements catastrophiques auxquels Guillaume prétend avoir assisté avant de s’enfermer, finalement, de terreur dans sa maison pour y attendre la mort ou la fin de l’indicible épreuve. Certains événements sont tout à fait invraisemblables, d’autres ne le sont qu’à demi. Et pourtant de ce récit une impression se dégage : il a dû se passer quelque chose de réel.
Il y a des signes dans le ciel. Les pierres pleuvent et assomment les vivants. Des villes entières sont détruites par la foudre. Dans celle où résidait Guillaume – il ne dit pas laquelle – les hommes meurent en grand nombre. Certaines de ces morts sont dues à la méchanceté des juifs et de leurs complices parmi les chrétiens. Comment ces gens-là s’y prenaient-ils pour causer de vastes pertes dans la population locale ? Ils empoisonnaient les rivières, les sources d’approvisionnement en eau potable. La justice céleste a mis bon ordre à ces méfaits en révélant leurs auteurs à la population qui les a tous massacrés. Et pourtant les gens n’ont pas cessé de mourir, de plus en plus nombreux, jusqu’à un certain jour de printemps où Guillaume entendit de la musique dans la rue, des hommes et des femmes qui riaient. Tout était fini et la poésie courtoise pouvait recommencer."

Le premier chapitre est en lecture libre chez Grasset :

https://liseuse-hachette.fr/file/11300?fullscreen=1#epubcfi(/6/12[ch01]!/4/4/1:0)

Votre défense des juifs vous associe donc au royaume des pipologues auxquels vous avez pris l'habitude de m'associer, je vous y souhaite donc la bienvenue.
Toutefois, je soulignerai qu'il ne suffira pas, pour résoudre l'antisémitisme, d'accuser en réciproque les Palestiniens, que l'effort où nous devons nous astreindre est plus complexe :

« C’est le christianisme qui démystifie le religieux et cette démystification, bonne dans l’absolu, s’est avérée mauvaise dans le relatif, car nous n’étions pas préparés à l’assumer... On peut formuler ce paradoxe d’une autre manière, et dire que le christianisme est la seule religion qui aura prévu son propre échec. Cette prescience s’appelle l’apocalypse... Une fois dans l’histoire, la vérité de l’identité de tous les hommes s’est dite, et les hommes n’ont pas voulu l’entendre, s’accrochant de plus en plus frénétiquement à leurs fausses différences. Deux guerres mondiales, l’invention de la bombe atomique, plusieurs génocides, une catastrophe écologique imminente n’auront pas suffi à convaincre l’humanité, et les chrétiens en premier lieu, que les textes apocalyptiques, même s’ils n’avaient aucune valeur prédictive concernaient le désastre en cours... Nous ne pouvons échapper au mimétisme qu’en en comprenant les lois : seule la compréhension des dangers de l’imitation nous permet de penser une authentique identification à l’autre. Mais nous prenons conscience de ce primat de la relation morale, au moment même où l’atomisation des individus s’achève, où la violence a encore grandi en intensité et en imprévisibilité. La violence est aujourd’hui déchaînée au niveau de la planète entière, provoquant ce que les textes apocalyptiques annonçaient : une confusion entre les désastres causés par la nature et les désastres causés par les hommes, une confusion du naturel et de l’artificiel : réchauffement global et montée des eaux ne sont plus aujourd’hui des métaphores. La violence, qui produisait du sacré, ne produit plus rien qu’elle-même... Le verrou du meurtre fondateur, levé par la Passion, libère aujourd’hui une violence planétaire, sans qu’on puisse refermer ce qui a été ouvert. Car nous savons désormais que les boucs émissaires sont innocents. La Passion a dévoilé une fois pour toutes l’origine sacrificielle de l’humanité. Elle a défait le sacré en révélant la violence » (Achever Clausewitz)

Nous ne pouvons donc pas remplacer un bouc par un autre, un juif par un noir, un arabe, un gauchiste ou un pédé, et votre défense que je loue du peuple juif, vous obligera à la cohérence de revoir votre système de pensée, car cette défense est basée sur la connaissance précitée.
Reste à savoir si c'est la cohérence qui vous anime et, si c'est le cas, je vous souhaite bon courage pour la conversion qui vous attend :

« La révélation de la victime émissaire comme fondatrice de toute religion et de toute culture n’est pas quelque chose dont notre univers dans son ensemble ou quelque individu particulièrement ‘doué’ puisse revendiquer la découverte. Tout est déjà révélé. C’est bien ce qu’affirment les Évangiles au moment de la passion. Pour comprendre que le mécanisme de la victime émissaire constitue une dimension essentielle de cette révélation... nous n’aurons qu’à nous abandonner à la lettre du texte »

https://www.ifge-online.org/docftp/cahierrecherchevaliorgue10-093.pdf

Robert Marchenoir

@ yoananda | 25 septembre 2018 à 23:09
"Vous savez très bien que les antisémites n'ont pas d'autre moyen de s'exprimer sans tomber sous le coup de la loi."

Premièrement c'est faux, et deuxièmement ce n'est pas la question.

1. C'est faux. Ce qui est réellement poursuivi est peut-être le dix-millième de ce qui tombe sous le coup de la loi, du seul fait de l'absurdité de cette dernière. Les antisémites, beaucoup plus que les autres, exagèrent de façon massive les dangers auxquels ils s'exposent, par le mécanisme que j'ai relaté. Il est bien évident que pour être réellement poursuivi, vous devez être un personnage public, ou bien faire des déclarations extrêmement visibles, ou encore vous en prendre à une personnalité de façon soutenue, etc.

2. Ce n'est pas la question. Ce n'est pas parce que telles ou telles déclarations sont punies par la loi qu'elles ne sont pas répréhensibles. Ou fausses. Et inversement, d'ailleurs. Vous êtes en train de nous faire du politiquement correct à rebours.

J'ai déjà dit à de nombreuses reprises que j'étais opposé aux lois restreignant la liberté d'expression. Votre intervention, et les différents commentaires antisémites et négationnistes dont nous venons d'être gratifiés, montrent l'une des raisons de mon objection. Si nous étions débarrassés de ces lois, les gros malins, professeurs en littérature ratés qui s'improvisent spécialistes du Zyklon-B, ne pourraient pas nous dire : c'est interdit, donc il doit y avoir du vrai là-dedans.

De même, vous ne pourriez pas venir me dire que kacendre est une pôv' victime qu'il faut laisser en paix raconter des infamies, sous prétexte qu'elle est persécutée par la loi.

Déjà, nous serions débarrassés de kilomètres de bavardages inutiles, et nous pourrions aller plus vite à l'essentiel.

"Vous devriez le savoir mieux que ça dans la mesure où vous êtes vous-même parfois dans cette position aventureuse lorsque vous parlez de l'islam qui profite du même statut d'intouchable."

1. Justement. Fausse équivalence. Je critique l'islam parce que je crois mes critiques à la fois vraies, et politiquement nécessaires. De même, je critique les antisémites parce que je crois mes critiques à la fois vraies, et politiquement nécessaires. Dans un cas comme dans l'autre, je ne me préoccupe pas de la loi, que je crois de toute façon illégitime sur ce sujet.

2. Vous avez pris l'islam comme contre-exemple pour me coincer. Mais c'est trop facile. C'est la race que vous auriez dû prendre comme contre-exemple, dans mes propos, et en particulier le quotient intellectuel moyen des Noirs, dont j'ai beaucoup parlé ici, si vous aviez voulu trouver quelque chose de vraiment scandaleux au regard du politiquement correct.

L'islam, tout le monde le critique désormais, y compris les dirigeants politiques. Même s'ils emploient des périphrases pour cela (islamisme, djihadisme, extrémisme...). La race, voilà le vrai tabou. A preuve, la campagne de persécution dont j'ai été victime ici, de la part de Patrice Charoulet, qui a passé son temps à me coller l'étiquette de "raciste" sur le dos, tout en se vantant bien fort d'être, lui, hostile à l'islam, "parce que c'est une religion et pas une race, donc on a le droit".

Ce qui est faux sur le plan juridique, mais vrai sur le plan politique et social. Tout en étant profondément hypocrite, naturellement.

"Vous ne sombrez pas dans le travers des expressions allusives. Cependant tout le monde n'a pas votre talent."

Ce n'est pas une question de talent. Cela ne demande aucun talent de répondre à des objections par des faits, et pas par des insultes style "MARCHEUR DANS LE NOIR", ou des attaques personnelles du genre "vous êtes vraiment pénible à monter sur vos grands chevaux en sautant comme une puce".

Cela ne demande aucun talent de faire des critiques précises lorsqu'on a des incriminations à formuler, et d'examiner avec rigueur les documents qu'on présente à l'appui de ses thèses, au lieu de se contenter d'allusions hypocrites du style : "puisqu'il s'agit d'un sujet incontournable de la Seconde Guerre mondiale, pourquoi ne peut-on pas l'aborder ?"

Cela demande juste un peu d'honnêteté et de fibre morale. C'est à la portée de tout le monde.

J'ajoute que c'est généralement souhaitable, mais que cela l'est d'autant plus lorsqu'il s'agit des Juifs, qui ont effectivement, eux, été persécutés tout au long des siècles, qui ont été victimes d'un génocide abominable il y a une poignée d'années seulement, et que l'on recommence à torturer et assassiner, par haine pure et simple, aujourd'hui, sur notre propre sol.

Dans ce contexte, la moindre des choses, lorsqu'on a des critiques à formuler contre le peuple juif, c'est de le faire avec rigueur et un souci extrême de la vérité. D'un point de vue moral, comme d'un point de vue politique.

J'ai dit que les antisémites étaient des imbéciles, et je le maintiens. C'est le cas, en particulier, pour la vaste partie d'entre eux qui sont de droite, et qui sont, généralement, viscéralement opposés à l'immigration musulmane. Il faut être singulièrement dépourvu d'esprit de suite pour légitimer, sur le territoire français, une haine raciale irrationnelle et meurtrière qui était justement vilipendée jusqu'à présent, et qui se trouve coïncider avec l'un des traits les plus profonds de l'idéologie musulmane. Ces gens-là voudraient rendre le territoire plus accueillant à l'invasion islamique, qu'ils ne s'y prendraient pas autrement.

Pour ma part, je crois avoir amplement prouvé que j'étais prêt à étayer tous mes propos sur des faits, que ce soit au sujet de la nocivité de l'islam, de la fausseté et de l'ignominie des thèses antisémites, ou des capacités cognitives des Noirs, en moyenne inférieures à celles... des Juifs, tiens, puisqu'il en est question aujourd'hui.

Voire -- mais cela vous a peut-être échappé, vous n'êtes peut-être pas ici tous les jours --, mes critiques politiques contre les Juifs (ce qui n'a rien à voir avec l'ironie stupide et immonde sur "les 6 millions, hin-hin-hin"). Je ne pense pas que quiconque ait expliqué de façon aussi approfondie que moi, ici, la lourde responsabilité historique des Juifs dans la démolition des lois américaines traditionnelles sur l'immigration, et dans l'implantation de l'idéologie multiculturaliste aux États-Unis.

Seulement voyez-vous, quand j'ai des critiques étayées à porter contre les Juifs sur le plan politique, j'ai tendance à le faire directement sur des sites juifs. Et pas des sites tenus par des Juifs antisémites, parce que cette race de bestiau existe aussi. Des sites tenus par des intellectuels juifs d'envergure internationale, qui défendent, bien sûr, Israël et l'identité juive.

Et figurez-vous que les réponses que je m'attire ne sont ni dans le registre "MARCHEUR DANS LE NOIR", ni dans le registre "sale antisémite". Ce sont des réponses... juives, si je puis dire. De vraies réponses. Sérieuses. Détaillées. Argumentées. Des réponses où le type a bossé et fait bouger ses neurones. Un vrai plaisir.

"Psychiatriser le débat, je ne trouve pas ça terrible non plus."

Encore une formule politiquement correcte (de droite) employée au mépris du contexte, et systématisée jusqu'à l'absurde. Degauche : il ne faut pas généraliser. Dedroite : il ne faut pas psychiatriser. Eh bien ! ça dépend. En l'occurrence, ce n'est pas moi qui ai répondu par des attaques personnelles, et des imputations de dérangement mental, à la simple remarque que glisser l'expression "les journalistes sayanim" dans le discours était une manifestation de plus de la réhabilitation en cours de l'antisémitisme.

Quand il est devenu évident que l'antisème de service n'avait que l'ordure à la bouche à mon encontre, n'avait aucun fait à apporter en soutien de sa calomnie et illustrait effectivement, à merveille, le déséquilibre psychique dont sont atteints les antisémites les plus extrêmes, j'ai expliqué en quoi il consistait.

Ce que vous ne faites pas. Vous vous contentez d'affirmer : "Je considère que le judaïsme est aussi critiquable que l'islam." Voilà qui est intéressant. Je veux dire : une discussion sur le sujet serait intéressante. Encore faudrait-il que vous fassiez l'effort d'y apporter faits et arguments. Pour l'instant, nous en sommes au point zéro.

Sur le fond des points qui viennent d'être évoqués autour des Juifs, ici (le rôle des journalistes, le conflit israélo-palestinien, la réalité et l'ampleur de la Shoah), vous avez dit... exactement rien. Vous vous contentez de renvoyer les gens dos à dos. C'est un peu facile.

kacendre

@ Robert Marchenoir | 24 septembre 2018 à 19:47 (@kacendre)
""Mes maîtres m'ont enseigné quelques fondamentaux largement démontrés", dites-vous. De qui s'agit-il ? Julius Streicher ? Savitri Devi ? Alfred Rosenberg ?"

Post-scriptum : au questionnement de "MARCHE DANS L'INCULTURE CULTURALESQUE", je me devais à la clôture de ce semblant de débat que je ne poserai pas même sur l'étagère des inutilités, de donner quelques noms de mes maîtres... Michel Audiard, Jean Ferrat Tenenbaum, Confucius, le prince de Bénévent... et quelques autres... car c'est bien connu... seul on n'est pas grand-chose.
Cette fois-ci c'est vraiment... amen.

yoananda

@ Robert Marchenoir
"...et qu'ils n'étayent leur déséquilibre mental qu'au moyen de ce "secret""

Vous savez très bien que les antisémites n'ont pas d'autre moyen de s'exprimer sans tomber sous le coup de la loi.
Pour le coup, si je comprends que vous attaquiez les antisémites, vous êtes sur un ring où l'adversaire à les mains liées dans le dos, alors, oui, c'est facile de l'envoyer dans les cordes, mais ça n'avancera pas à grand-chose à mon avis.

Vous devriez le savoir mieux que ça dans la mesure où vous êtes vous-même parfois dans cette position aventureuse lorsque vous parlez de l'islam qui profite du même statut d'intouchable (dans une moindre mesure depuis les attentats) ==> MAIS je reconnais que vous ne sombrez pas dans le travers des expressions allusives. Cependant tout le monde n'a pas votre talent.

Pour ma part je considère que le judaïsme est aussi critiquable que l'islam, mais il faut faire la différence entre l'idéologie et les gens, le juif n'est pas le judaïsme, et le musulman n'est pas l'islam. Il faut, pour passer de l'un à l'autre faire un minimum de socio. Je dirais même que c'est à ça que ça sert, ou que ça devrait servir.

Psychiatriser le débat, je ne trouve pas ça terrible non plus, même si c'est tentant face à la pensée conspirationiste.

Robert Marchenoir

@ kacendre | 25 septembre 2018 à 00:16
"Hé bé ! Je n'aurais jamais imaginé qu'une simple référence à une réalité évidente et incontournable pour les initiés... 'les journaleux sayanim'... allait plonger MARCHE DANS LE VIDE dans un tel délire de confusion mentale."

Voilà : c'est une caractéristique de l'antisémitisme sur laquelle j'ai souvent eu l'occasion d'attirer l'attention. Non seulement l'antisémite fait reposer son bien-être psychologique sur des accusations infâmes et infondées, mais en plus, il s'imagine que tout le monde est antisémite comme lui.

Sans l'avouer, bien sûr, puisque (air connu), les Juifs sont tout-puissants, on ne peut rien dire, etc.

Lorsqu'il découvre, au hasard de ses allusions "subtiles" sur Internet (forcément subtiles, car sinon, les Juifs, qui tiennent tout, lui feraient subir les pires sévices), lorsqu'il découvre, donc, qu'il existe des anti-antisémites en vrai (c'est-à-dire pas des gens à la télé, des journalistes, des politiciens qui ne sont que des ombres mythiques), alors son univers mental s'effondre, la colonne vertébrale de son psychisme est menacée, il y a danger de mort : soit l'importun qui soulève l'objection est un Juif caché (et je m'étonne que le soupçon n'ait pas encore été formulé), soit c'est une ordure, évidemment, puisque tout le monde sait bien que les Juifs sont des êtres maléfiques d'où proviennent tous les malheurs du monde.

L'antisémite, lui, est "initié" -- c'est notre judéo-obsédé du jour qui l'écrit lui-même. Comment avouer plus clairement que les antisémites forment une secte, et qu'ils n'étayent leur déséquilibre mental qu'au moyen de ce "secret" qu'ils partagent (la "réalité évidente et incontournable pour les initiés") ? Ce secret qui les soude, en les opposant au reste du monde ? Ou, du moins, à la minuscule minorité des 20 millions de Juifs tout mouillés vivant sur la planète (*), tandis que le reste de l'humanité constitue une zone grise, mystérieuse, hostile, que l'on fourre tantôt dans la case "tout le monde sait bien que les Juifs", etc. (et si personne n'en parle, c'est qu'ils sont tous terrifiés), tantôt dans la case "tous des abrutis ; nous, les initiés, nous savons bien à quoi nous en tenir" ?

Pour en revenir aux "journalistes sayanim", il est manifeste, au contraire, que le discours absolument dominant dans les médias français consiste à défendre les "droits des Palestiniens", à mettre en cause Israël pour son "occupation", et à ne jamais évoquer les manipulations médiatiques, les actes de barbarie et les proclamations génocidaires des Palestiniens.

L'affaire Al-Dura, c'est aussi l'oeuvre des "journalistes sayanim" en poste à la télévision d'Etat, je suppose ?
______

(*) Voire des 14 millions seulement, selon la définition retenue.

Demi-Castor

DEBAPTISEZ-LES TOUS...

En France on débaptise ! Ils auraient été 10 000 l'an dernier. On l'a divulgué avant-hier, normal c'était le jour du Seigneur !
Dorénavant, quand on vous dit qu'on s'approche de la fin des temps, gardez vos dénégations pour vous.

On ignorait la chose. Le mot était bien dans la langue mais pour un bâtiment changeant d'affectation ou une rue qui s'honorait d'un nouveau parrain. Voici qu'il appartient au glossaire de la théologie avec toute sa famille :
- Débaptiser. L'action aux 3 formes : Je débaptise, tu es débaptisé, il se débaptise.
- Débaptême. La cérémonie.
- Débaptiseur. L'agent.
- Débaptisateur. L'agent trouble.
- Débaptisation. Le phénomène.
- Débaptisable. La qualité.
Plus les constructions utilisant les préfixes re et in : rebaptisable, indébaptisable...

La première réaction, logique et apaisante, c'est d'aller consulter son manuel de droit canon. Mais il est juché tout en haut de la bibliothèque, couvert de poussière. Trop haut, trop délabré, pas forcément à jour - avec tous ces conciles - et les pages non coupées !

On est désorienté, mal à l'aise. Les anciennes gens croient encore à cette formule désuète : "Baptisé un jour, baptisé toujours", le baptême conçu comme une marque inaltérable.

C'est si vrai que certains aïeuls, constatant le laisser-aller et l'insouciance de leurs jeunes ménages, ondoient leurs petits-enfants dans le silence et le secret.
Et quand on leur fait valoir que Jésus a été baptisé le trentaine passée ils rétorquent que le cas était spécial !

Le téléspectateur à qui on exposait ces problématiques se perdait dans des perplexités sans fin. Pour le sortir de son ébahissement on fit défiler sur l'écran quelques-uns de ces nouveaux "débaptisés" lesquels vinrent témoigner. On était loin de l'angoisse métaphysique.
L'un nous dit que c'est parce que "l'Eglise est méchante avec les homosexuels."
Un autre qu'il y a "trop de curés qui sont pédophiles."
Nul n'évoqua les prises de position hasardeuses du Pape actuel ? Ouf !

Des paumés ces gens-là. C'est vite dit. Pourquoi pas des prévoyants ? Des précautionneux, des gens en avance sur leur temps. Après tout le successeur de Macron pourrait bien être un mahométan. La France pourrait bien se couvrir de mosquées. La loi républicaine pourrait être remplacée par la charia.
Nous avons tendance à oublier que l'islam est la dernière-née des religions et que par conséquent elle est la plus moderne, la plus "informée" de toutes, la plus efficace. La plus conquérante.

Se débarrassant de l'ancien monde, les débaptisés pourraient bien être En Marche vers le monde nouveau ! Pas si bête !

kacendre

@ Robert Marchenoir | 24 septembre 2018 à 19:47

Hé bé ! Je n'aurais jamais imaginé qu'une simple référence à une réalité évidente et incontournable pour les initiés... "les journaleux sayanim"... allait plonger MARCHE DANS LE VIDE dans un tel délire de confusion mentale.

J'applique le seul remède au mal dont m'ont averti mes maîtres... "se méfier de : la bêtise, l'ignorance, la mauvaise foi et la folie" ... le salut c'est la fuite.
Fermons le ban.

Amen.

Robert Marchenoir

@ kacendre | 24 septembre 2018 à 00:08

Très jolie manifestation de haine antisémite, du coup. Insultes, bêtise, ignorance, discours sans queue ni tête...

Merci de confirmer par l'exemple ce que je démontrais tantôt, sur un autre fil : l'antisémitisme se justifie par lui-même. C'est une idéologie circulaire, étanche non seulement à toute autre conviction, mais à tout argument, fait ou discussion.

Les Juifs sont maléfiques parce que les Juifs sont maléfiques, et d'ailleurs tout le monde le sait bien. Il suffit que vous prononciez le mot "antisémite" (même manifestement justifié, comme ici : si dire que les journalistes français sont des sayanim n'est pas antisémite, je ne sais pas ce qui est antisémite), pour qu'aussitôt, l'antisémite se torde au sol en convulsions atroces, hurle comme un possédé et déverse sa haine en un vomi informe, où surnagent les noms de Kissinger, Cohen et Finkielkraut (mais ça aurait pu être Attali).

Il ne suffit pas à l'antisémite de haïr les Juifs ; encore faut-il qu'il haïsse ceux qui ne sont pas antisémites.

En fait, le mode de "pensée" de l'antisémite (un bien grand mot, en l'occurrence), consiste à expliquer une chose et son contraire en même temps.

Il convient de haïr les Juifs car ils sont détestables, mais l'antisémitisme n'existe pas, et quiconque prononce ce mot reçoit un échantillon de cette haine réservée aux Juifs.

Les chambres à gaz n'ont pas existé, mais de toutes façons les Juifs ont bien mérité leur sort, et il est dommage qu'Hitler n'ait pas fini le travail. Etc.

A titre anecdotique (parce que je ne vais pas vous faire l'honneur de démonter votre commentaire point par point, bien sûr), il suffira de considérer votre démarrage pour mesurer la faiblesse intellectuelle des antisémites :

"@ Robert Marchenoir"
"Serveurs de soupe béats et attendris."
"Il a dit antisémite, exutoire, ver dans le fruit... vite un insecticide et des bâillons."

Donc le type commence par m'attribuer des propos qui sont en réalité les siens ("serveurs de soupe béats et attendris"), puis il s'attribue à lui-même un propos qui est en réalité le mien (il se plaint que je veuille bâillonner ceux qui diraient des choses mal considérées, quoique pertinentes : mais c'est moi qui ai prononcé le mot d'antisémite, pas lui !), et enfin il me reproche de m'opposer à Aliocha (c'est ce dernier qui a écrit "exutoire" et "ver dans le fruit"), alors qu'à tout prendre, il devrait m'en féliciter : dans la logique tordue, perverse et sectaire de ceux qui voient le monde en noir et blanc, c'est Aliocha, qui, en l'occurrence, se faisait le défenseur des Juifs dont j'ai dit qu'ils devraient admettre l'interdiction de la circoncision, et c'est moi qui, en soutenant cette position, faisais figure d'odieux antisémite !

Trois incohérences manifestes en vingt-trois mots. Quand on a une telle purée dans la tête, pas étonnant qu'on produise une pensée digne du caniveau...

"Mes maîtres m'ont enseigné quelques fondamentaux largement démontrés", dites-vous. De qui s'agit-il ? Julius Streicher ? Savitri Devi ? Alfred Rosenberg ?

Robert Marchenoir

@ Aliocha | 23 septembre 2018 à 09:54
"Marchenoir intègre la notion d'exutoire, le ver est dans le fruit, reste à savoir s'il ira jusqu'à appliquer à ses propres obsessions ce qu'il repère chez les autres, lui permettant alors d'accéder au juste. Peut-être se souviendra-t-il de ses propos sur la circoncision en Suède, où il déclarait que ce ne serait pas si grave que les juifs soient concernés par l'interdiction éventuelle qui vise les musulmans."

En effet. Ce n'est pas grave si la circoncision est interdite pour tout le monde, Juifs comme musulmans. Je l'ai écrit il y a une éternité, et vous croyez bon de déterrer, aujourd'hui, cet énième commentaire tiré d'une discussion qui a pu se tenir il y a six mois ou un an, et dont tout le monde, à commencer par moi, a oublié les tenants et aboutissants.

A l'époque, j'avais expliqué pourquoi une telle interdiction serait une bonne chose, et pourquoi les Juifs devaient la soutenir.

Et vous ? Quels sont vos arguments ? En dehors de votre moralisme de cour d'école et de votre français de cochon ? ("Le juste", je ne sais pas si c'est de l'hébreu ou de l'arabe, mais je suis certain que ce n'est pas du français...)

Ou bien êtes-vous dispensé de toute argumentation, parce que le petit Jésus vous a donné un sauf-conduit ?

kacendre

@ Robert Marchenoir
"Serveurs de soupe béats et attendris."

Il a dit antisémite, exutoire, ver dans le fruit... vite un insecticide et des bâillons.

Mes maîtres m'ont enseigné quelques fondamentaux largement démontrés. Faut repérer et se méfier de quatre choses : la bêtise, l'ignorance, la mauvaise foi et la folie.

A la lecture de la pauvre démonstration branlante et hors sujet qui se termine par le cri habituel des ignares à bout d'arguments... "antisémite"… pour culpabiliser et faire taire, car évidemment les propriétaires de la pensée belle, juste, béni-oui-oui et unique tapent sur les bouches et demandent le silence quand on ne pense pas comme eux.

Afin que le déblatérateur qui MARCHE DANS LE NOIR enfonce plus facilement les portes ouvertes et retourne aux bonnes sources, qu'il consulte les deux documents ci-dessous... Interview de Jacob Cohen, "odieux antisémite" et auteur de "Le printemps des Sayanim", éditions L’Harmattan... tout y est expliqué.

https://www.youtube.com/watch?v=1fD0p-BBxtY
https://www.youtube.com/watch?v=O-rv-jcU_D8

Même Henry Kissinger qui n'est pas un petit lapin ignare et innocent avait fait un constat qu'il ne put s'empêcher d'exprimer devant Nixon... dixit :

"Dans des enregistrements audios dévoilés par la suite, il lâche devant le président américain Richard Nixon « bâtards de juifs » et « Y a-t-il un seul peuple dans le monde qui soit aussi égoïste que les juifs ? Aucun » 54-55".

Petite gâterie pour notre justicier de supermarché… Que pense le MARCHEUR DANS LE NOIR d’Alain Finkielkraut le pleurnichard professionnel qui pleure maintenant sur la cause animale mais surtout ses propres malheurs... faut bien exister dans les médias par tous les moyens… mais qui ne dit pas un seul de ses mots sanglotants sur le ghetto de Gaza et ses habitants dont beaucoup d’enfants qui baignent dans le bonheur.

Comme dirait ma concierge… y a du boulot pour remettre tout ça d’équerre dans les têtes des marcheurs dans la nuit noire.

Giuseppe

Le bon côté est que EM a fait mieux que Pôle emploi, maintenant j'attends la suite des journalistes dans la rubrique "Que sont-ils devenus ?".

https://positivr.fr/jonathan-jahan-horticulture-offres-d-emploi-emmanuel-macron/

Conte de fée ou cauchemar à venir, réponse dans quelque temps.

Ellen

Les leçons du veinard Emmanuel Macron aidé par ses millionnaires : il suffit de traverser la rue pour trouver un boulot.

https://www.elodiejauneau.fr/2018/09/les-lecons-de-vie-demmanuel-macron-tu.html

Aliocha

Marchenoir intègre la notion d'exutoire, le ver est dans le fruit, reste à savoir s'il ira jusqu'à appliquer à ses propres obsessions ce qu'il repère chez les autres, lui permettant alors d'accéder au juste.
Peut-être se souviendra-t-il de ses propos sur la circoncision en Suède, où il déclarait que ce ne serait pas si grave que les juifs soient concernés par l'interdiction éventuelle qui vise les musulmans.

Giuseppe

"L'impatience des Français face aux résultats économiques et sociaux qui tardent à venir. La croissance guère revigorée, le chômage qui ne régresse pas." (PB).

Nous sommes dopés à la dette, on ne sait plus faire de "bonnes finances" comme avait dit Mongénéral, et avec le nouveau monde nous sommes repartis comme dans l'ancien, tout est question de culture.
Impôts et faux libéralisme qui n'est que du sparadrap, de la gestion au bout du nez ne cachent pas la misère et le chômage qui ne cesse de croître.

Etre riche ce n'est pas gagner beaucoup d'argent c'est surtout de ne pas le dépenser, cela fonctionne comme la thermie d'un immeuble, le matériel le plus performant du monde ne pourra rien contre les courants d'air, bichonnez votre isolation, bichonnez vos déperditions et là vous ferez des économies.

Il vaut mieux investir dans le manteau - la laine de roche qui ne coûte pas cher - plutôt que dans des mécaniques onéreuses ; l'économie c'est la même chose, le préventif vaut mieux que tous les replâtrages inutiles, faire du simple, de l'essentiel, tout le reste c'est de l'illusion qui ne s'amortit jamais et qui pèse tout une vie.

Robert Marchenoir

@ kacendre | 22 septembre 2018 à 12:49
"@ Robert Marchenoir - Serveurs de soupe béats et attendris... faire rentrer 2 litres dans une bouteille de 1,5 litre... Bref quand on MARCHE DANS LE NOIR... on comprend... ou plutôt on voit ce que je voudrais dire... à un sourd."

Mais j'ai très bien entendu. Tout est la faute des Juifs, c'est bien ce que vous avez essayé de nous faire comprendre. Pas la peine de feindre l'indignation. Vous avez écrit :

"Et cerise sur le tout, les journaleux sayanim, complices et porte-voix des démolisseurs conservateurs."

Un sayan, pluriel sayanim, c'est un Juif, agissant clandestinement en pays étranger au service des intérêts d'Israël, à l'instigation des services secrets de ce dernier, et exerçant des activités d'agent d'influence ou de soutien logistique des véritables espions. Cela me paraît tout à fait clair : vous êtes un antisémite.

Ce n'est pas la peine d'essayer de vous en tirer en n'étant jamais que le millième à faire le même jeu de mots foireux sur mon nom -- ce qui montre que votre politique est aussi basse de plafond que votre style.

Vous confirmez ce que je viens d'écrire, à savoir que l'antisémitisme est l'exutoire politique de la partie la moins intelligente de la population, qui allie à cette tare une moralité douteuse.

caroff

@Achille 10h31
"Bref cela ressemble à une véritable affaire Dreyfus où toutes les suspicions, mêmes les plus délirantes, sont émises à l'encontre du prévenu".

Non c'est vous qui l'interprétez ainsi !
C'est le fonctionnement normal de notre démocratie qui se déroule sous vos yeux ébahis...
Aux Etats-Unis vous verriez comment une telle affaire serait traitée par une commission d'enquête du Congrès...

kacendre

@ Robert Marchenoir | 21 septembre 2018 à 18:50

Et que ferions-nous et surtout que serait la France sans les serveurs de soupe béats et attendris devant les envahisseurs et les profiteurs de notre magnifique pays... riche... soviet le plus taxé du monde.

Il est vrai qu'on ne peut pas faire boire un âne qui n'a plus soif... faire rentrer 2 litres dans une bouteille de 1,5 litre... il n'est pire sourd que celui qui ne veut rien entendre et pire aveugle que celui qui ne veut et souvent ne peut rien voir.

Bref quand on MARCHE DANS LE NOIR... on comprend... ou plutôt on voit ce que je voudrais dire... à un sourd.

Demi-Castor

MISCELLANEUS*

Le psy, la dernière marche à franchir avant d'arriver au goulag !

BREXIT
« Facile d'y entrer, difficile d'en sortir » disent-ils tous.
- De quoi s'agit-il ? D'une prison ?
- Non, de l'UE !

De l'UE, vous ne vous tirerez pas les premiers, Messieurs les Anglais, aussi facilement que cela !

Dans la chute de la maison France il n'y a pas que l'immigration. Il y a aussi l'UE !

Pour justifier la migration on entend de plus en plus fréquemment cet argument : « Ils sont indispensables pour occuper les emplois dont les Français ne veulent pas ».
C'est indigne. De le dire. De le penser. De l'admettre. De l'utiliser. D'en faire le fondement d'une économie politique.

Du Milanais-Vénétie jusqu'à la Galicie, le vieil Empire, sentinelle dressée face à l'Orient, se réveille. Mais, tradition oblige, François-Louis M, arrière félon en marche, renoue l'alliance avec le Grand Turc.
La Prusse va-t-elle une nouvelle fois tirer les marrons du feu ?
L'Histoire recommence ?

Après Audin les harkis. Ce petit homme a le chic pour toucher à ce qu'il ignore totalement. Il aura de la chance s'il ne suscite pas un malaise des plus profonds chez les vieux Français.
L'Algérie en France, combien de voix déjà ?

A Salvini qui ne veut plus accueillir de migrants dans son pays, le Luxembourg – Grand Duché mais Petit Pays voyou – répond m**** !
L'UE c'est ça !

*Cum duventa dixit

Achille

@ caroff | 21 septembre 2018 à 22:54
« Comme cette commission d'enquête n'a pas encore rendu son rapport, il me paraît présomptueux d'affirmer que ça fait "pschitt". »

Pas moins de quatre chaînes de TV ont retransmis l’intégralité de l’audition de Benalla. Cette commission a prévu d’organiser pas moins de quatre autres commissions. Complètement ubuesque !

Bref cela ressemble à une véritable affaire Dreyfus où toutes les suspicions, mêmes les plus délirantes, sont émises à l'encontre du "prévenu".
Mais à ce jour même les journaux les plus intrusifs ne font pas leur Une de cette affaire Benalla qui dure déjà depuis trois mois et commence à s'essouffler vu que les Français sont fatigués de ces petites querelles entre marquis du pouvoir et de l’opposition. Ceci sous le regard goguenard de la presse internationale qui ne se lasse pas de ce genre de chamailleries typiquement franchouillardes. Consternant !

Achille

@ Catherine JACOB | 22 septembre 2018 à 08:50
« Comme vous voyez, ces LREM, ils savent les choses d’avance. Boureau est devin, il a une double vue, il sait d’avance ce que vous n’avez pas encore publié et y répond préventivement… »

Au cas où cela vous aurait échappé, notre ami boureau n’appartient absolument pas aux soutiens inconditionnels de LREM. Moi non plus d’ailleurs, mais vu la frénésie anti-macronienne qui règne sur ce blog, je me fais un petit plaisir de contrarier tout ce beau petit monde. Et ça marche ! :)

Catherine JACOB

@ Achille | 21 septembre 2018 à 20:00
« Commission dont il n'est à ce jour rien sorti de sensationnel. Bref comme disait Jacques Chirac "Ça a fait pschitt !" :) »

Parce que vous pensez que d’avoir vu l’exercice de pressions du 1er personnage de l’Etat sur le 3ème, de vingt-huit ans son aîné (1949 - 1977 = 28) ce n’est pas important ?
D’avoir constaté qu’
• un ancien ministre délégué aux Relations du travail dans le gouvernement Raffarin III qui fut également
• ministre délégué à l'Emploi, au Travail et à l'Insertion professionnelle des jeunes dans le gouvernement de Villepin,
• dont le taux de chômage de la circonscription était passé sous la barre des 5 % lors de son entrée au gouvernement (2004),
• qui a abandonné son activité de vétérinaire équin (issu de l'École nationale vétérinaire de Lyon) pour pouvoir se consacrer pleinement à aux citoyens lorsqu’il intégra le conseil municipal de Rambouillet en 1979, dont il élu maire en 1983 contre Christine Boutin, et
• constamment réélu depuis, recueillant jusqu'à 71 % des voix au 1er tour (2001), président du Sénat de 2008 à 2011 et de 2014 à nos jours, sachant qu’un président du Sénat perçoit mensuellement une rémunération brute de 7 100 € au titre de sénateur et 7 057 € au titre de président tout en disposant d'un logement de fonction et d'une voiture avec chauffeur, alors qu’une clinique vétérinaire spécialisée dans les chevaux, par ex. celle de Livet en Normandie, justifie d’un chiffre d’affaires de 5 258 900,00 € en 2016 ( plus de cinq millions d’euros donc, contre 7 100 + 7 057 = 14 157 x 12 mois = 169 884€, sachant que les frais de fonctionnement d’une clinique vétérinaire ne sauraient atteindre cinq millions d’euros une fois son matériel spécialisé et ses locaux payés, même avec vingt salariés !! Or Gérard Larcher docteur vétérinaire spécialisé dans les chevaux ayant exercé pendant quatorze ans avant d’être élu et ayant atteint un niveau de compétition en saut d'obstacles et concours complet, a exercé au haras national du Pin, en Normandie, au sein de l'équipe de France de sports équestres qu’il suit aux jeux olympiques de Montréal où cette équipe est montée sur le podium pour la médaille d’or.)
• ancien soutien de François Fillon, se fait remonter par avance les bretelles au vu et au su du Landerneau médiatique par un manipulateur de première en prévision d’une nouvelle OPA LREM sur les prochaines élections européennes dont l’enjeu est à l’heure actuelle au-delà de tout ce que le citoyen lambda peut imaginer, n’est pas important ??

@ Achille | 21 septembre 2018 à 20:13 @ boureau sur « Il ne faut pas libérer Jean-Claude Romand... »
« Comment pouvez-vous avoir lu mon texte de 20 :15 à 19 :53 ? Trop fort ! :) »

Comme vous voyez, ces LREM, ils savent les choses d’avance. Boureau est devin, il a une double vue, il sait d’avance ce que vous n’avez pas encore publié et y répond préventivement, comme Macron savait d’avance comment Larcher allait conduire les débats de la commission d’enquête sénatoriale afin qu’elle ne fasse pas « pschitt ! » précisément, ce qui n’arrangeait sans doute pas l’Elysée sinon, pourquoi s’impliquer personnellement dans une affaire de gestion de l’office qui ne regarde en principe que la maîtresse de maison et le maître queux de la cuisine électorale ? Hum ??

Patrice Charoulet

J'ai récemment cité ici une phrase laconique et très heureuse de Philippe Bas. Elle a été commentée négativement.
Elle n'a évidemment pas été dite pendant la commission d'enquête. Ce sénateur appartenait au RPR, puis à l'UMP, et maintenant au parti présidé par Laurent Wauquiez, famille politique à laquelle je reste fidèle, malgré tous les malheurs de campagne présidentielle que l'on sait.

Philippe Bas préside la commission sénatoriale, comme une macroniste présidait la commission de l'Assemblée nationale. Les majorités respectives ne sont pas les mêmes, comme on sait, dans ces deux endroits.
Je rappelle que la façon très partisane dont la députée macroniste a présidé sa commission a interrompu très prématurément ladite commission et que la commission sénatoriale, par chance, fonctionne à merveille.

caroff

@ Achille 20h00
""La fumée du macronisme va disparaître, et on verra ce qu'il y a derrière : la technocratie, le narcissisme et la solitude." (Philippe Bas, 2018)
C’est à ce genre de petite phrase que l’on peut mesurer l’impartialité de la commission d’enquête du Sénat chargée d’entendre Benalla… Commission dont il n'est à ce jour rien sorti de sensationnel. Bref comme disait Jacques Chirac "Ça a fait pschitt !""

Il n'est pas étonnant qu'au plan politique Philippe Bas soit opposé à Macron puisqu'il est dans l'opposition, mais cela ne l'empêche pas de poser de bonnes questions aidé en cela de sénateurs socialistes (Sueur) ou communistes (oui ça existe encore...).
Comme cette commission d'enquête n'a pas encore rendu son rapport, il me paraît présomptueux d'affirmer que ça fait "pschitt". En réalité ce qu'on attend d'une telle commission c'est qu'elle approche la vérité après le décorticage des faits.
Je ne doute pas que loin du sensationnalisme ses conclusions mériteront une lecture attentive.

Achille

@ Patrice Charoulet | 21 septembre 2018 à 07:35

"La fumée du macronisme va disparaître, et on verra ce qu'il y a derrière : la technocratie, le narcissisme et la solitude." (Philippe Bas, 2018)

C’est à ce genre de petite phrase que l’on peut mesurer l’impartialité de la commission d’enquête du Sénat chargée d’entendre Benalla…

Commission dont il n'est à ce jour rien sorti de sensationnel.
Bref comme disait Jacques Chirac "Ça a fait pschitt !" :)

Robert Marchenoir

@ kacendre | 21 septembre 2018 à 01:42
"Cerise sur le tout, les journaleux sayanim."

Que ferions-nous sans une injection périodique de ce bon vieil antisémitisme des familles... L'antisémitisme, la politique des imbéciles.
______

@ Exilé | 21 septembre 2018 à 08:51
"Rappelons une fois de plus que cette citation imputée à tort à Voltaire est en fait due à Evelyn Beatrice Hall."

On voit tout de suite ceux qui n'ont pas cliqué sur le lien...
______

@ boureau | 21 septembre 2018 à 08:30
"Par courtoisie, juste un petit mot pour vous dire que je m'efforcerai de ne pas vous mettre destinataire d'un avis, car, avec vous, cela se termine toujours en eau de boudin."

Euh... non. C'est avec vous que ça se termine toujours en eau de boudin. Ne prenez pas votre cas pour une généralité. Ne projetez pas vos vices sur autrui. Il ne manque pas de commentateurs, ici, qui "me mettent en destinataire d'un avis", comme vous le dites curieusement, et avec lesquels j'ai des échanges fructueux.

Il est bien évident, en revanche, que si votre "avis" est truffé de sottises et des mensonges, vous allez en entendre parler. L'irresponsabilité est devenue un tel réflexe, dans spéhi infecté par la mentalité socialiste, que certains sont tout surpris du frais courant d'air qui balaye leur visage, lorsqu'ils s'aventurent dans cette construction libérale par excellence qu'est Internet.

Quant à votre fausse "courtoisie", elle est aussi hypocrite que le contenu de vos "avis".

stephane

J'attends impatiemment un billet de Philippe, à moins qu'il m'ait échappé, LREM en marche... arrière.
La REM, c'est pas du langage banlieusard ?
Souvenez Jean-Marie Messier, Macron ne vous le rappelle-t-il pas ?
Chaque retraité ayant 1 500 euros par mois sera ponctionné de 60 euros en 2019, fini les cheveux bleus ou violet, les cures à la Chaîne thermale du Soleil, le camping-car et le yorkshire.
Ceci se rajoute à la suppression possible de la demi-part des veuves.
Pas de budget pour des aménagements de salle d'eau et encore moins de paysagerie dont la TVA avait déjà augmenté en attendant la suppression du crédit d'impôt.

Macron et son futur ex-Premier ministre auront ponctionné comme jamais ceux qui sont aptes à consommer.
Ils voulaient la croissance et ont tellement fait peur aux gens que ceux-ci laissent l'argent sur les livrets.
Le livret A sera imposé, il n'y a plus d'argent. Les pauvres auront le LEP non imposé. Le pauvre épargne c'est connu.
D'ailleurs le problème c'est les pauvres, ils n'ont pas de goût, on ne verra jamais un pauvre dans un grand resto, jamais de tableau de maître chez un pauvre. C'est ceux-là qui empêchent la croissance, ils ne consomment rien.
Il n'y aura plus de budget pour l'entretien des pierres tombales et l'achat de fleurs.
Macron est lucide, l'horticulteur serait bien avisé de changer de voie.
Il est fort ce président.

Exilé

@ Robert Marchenoir
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »

Rappelons une fois de plus que cette citation imputée à tort à Voltaire est en fait due à Evelyn Beatrice Hall.

boureau

@ Robert Marchenoir 20 septembre 2018 17:58

Par courtoisie, juste un petit mot pour vous dire que je m'efforcerai de ne pas vous mettre destinataire d'un avis, car, avec vous, cela se termine toujours en eau de boudin.

Ceci pour éviter de donner du travail supplémentaire à Madame Bilger pour des échanges qui n'ont sans doute pas le moindre intérêt.

L'historique de vos interventions le montre assez bien.

Cordialement.

Robert

@ Mary Preud'homme | 21 septembre 2018 à 00:14

Je viens d'écouter ce matin le billet de Thomas Legrand sur France Inter. Comme par hasard, sa présentation est à l'inverse de votre perception : c'est le placement des gens d'extrême droite dans une position victimaire, face à des dispositions juridiques qui leur sont normalement appliquées.

Mais cette thèse est parfaitement démontée par Régis de Castelnau dans ce billet intitulé "La farce continue" :

https://www.vududroit.com/2018/09/expertise-psychiatrique-de-marine-pen-farce-continue/

Il y explique clairement que la procédure appliquée à madame Le Pen est un dévoiement des procédures judiciaires destinées à la protection de l’enfance et donc ne s'applique pas à proprement parler au contexte de cette affaire.

Patrice Charoulet

"La fumée du macronisme va disparaître, et on verra ce qu'il y a derrière : la technocratie, le narcissisme et la solitude." (Philippe Bas, 2018)

kacendre

"On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps" disait Abraham Lincoln.

On ne sait plus comment écouter et entendre les infos et surtout les commentaires du PAF français.

Le président élu par 65% des votants avec un programme annoncé et clair n'a pas le droit d'exercer son pouvoir et de remplir sa mission... ainsi en décident syndicats soviet... fonctionnaires demandeurs de toujours plus de privilèges et moins de travail... haute fonction publique et grands apparatchiks véritables gouvernants de la France... et cerise sur le tout, les journaleux sayanim, complices et porte-voix des démolisseurs conservateurs.

Vivement une révolution qui balaie tout ce monde d'hypocrites rentiers indéboulonnables de la république soviet la plus taxée du monde.

stephane

Macron est cuit.
Ses plus fervents supporters ont déserté ce blog.
D'autres ayant tout de même voté pour lui ne sont pas près de recommencer et font profil bas devant la crise qui s'annonce : absence de croissance due au manque de confiance (retraites, prélèvement à la source, inflation). Edouard va lâcher l'affaire. Les caisses sont vides, elles se videront encore plus en 2019 sans être remplies. Chute des rentrées de TVA, hausse des dépenses publiques, baisses d'impôts pour les très riches.

Toutes cette situation ne profitera qu'à Wauquiez ou à défaut Sarkozy.
Le centrisme mi-chèvre mi-chou est mort avec Macron.
Ce n'est pas surprenant avec des Le Maire, Buzyn, et autres.
Macron aura fait pire en un an que la somme du pire de Sarkozy et Hollande en dix ans.
Les yeux fermés, on a à peu près ce que Royal aurait fait en 2007, un carnage.

Mary Preud'homme

Marine Le Pen est manifestement victime d'un acharnement judiciaire carabiné comme le furent avant elle Sarkozy et Fillon.
Bizarre, tous gens de droite !

Le plus curieux c'est que les juges ont attendu le moment où elle s'est sensiblement éloignée des idées les plus radicales de son mouvement pour décider qu'elle était bonne pour une expertise psychiatrique.
Ben voyons ! Des droites en passe de se ressouder ou s'allier sur l'essentiel, voilà de quoi faire peur à qui vous savez...

Mais finalement, je me demande si cette décision (de juges croupion) unique dans les annales (avec deux n) ne va pas être contre-productive pour la majorité au pouvoir, faisant gagner à MLP quelques sympathies, y compris parmi ceux qui l'avaient jusqu'alors combattue, voire diabolisée.

breizmabro

@ Robert Marchenoir 20 septembre 2018 à 17:58

"François-Marie Arouet"

Encore qui écrivait sous pseudo ! :D

breizmabro

@ Robert Marchenoir 20 septembre 2018 à 17:58

Pour les bons points que je vous conserve MAIS qui peuvent chuter (!) je vous ferai un "restad" (= "rappel" en breton ;)) régulièrement.

Bien sûr les juges ne sont pas sous les ordres comme des chevaux de course (qu'ils ne sont pas) mais la communication passe, surtout chez les francs-mac'.

Adéo Robert M.

Robert Marchenoir

@ breizmabro | 20 septembre 2018 à 15:38
"QUI aurait osé, à part une justice aux ordres, exiger une expertise psychiatrique de son adversaire politique ?"

Formidable aveu, en effet. Ces gens possèdent le douteux privilège de pouvoir réaliser leurs fantasmes. Un : s'opposer à l'immigration de masse, c'est être un malade mental. Deux : une lecture littérale de la loi permet (je suppose) de réclamer une expertise psychiatrique à l'encontre de Marine Le Pen. Donc, je réclame une expertise psychiatrique à l'encontre de Marine Le Pen, pour jouer un bon tour aux "fachos" que ne pensent pas comme moi, et rappeler qu'il y a une seule bonne pensée, la pensée de gauche.

Quand la "justice" en est rendue là, c'est que la démocratie est sérieusement malade. Cela étant, je pense que vous vous trompez sur un point. Ce juge n'est pas "aux ordres" (à moins que vous n'en apportiez la preuve). Il n'y a nul besoin d'ordres pour instiller l'idéologie de gauche dans la fonction publique. Cet épisode aurait pu se produire sous n'importe quel président.

Et en effet, ces pratiques et cette mentalité proviennent en droite ligne d'URSS -- et se poursuivent, d'ailleurs, dans la Russie actuelle.

P.S. : un reporting régulier sur l'état de mes bons points dans votre boîte à biscuits (bretons) m'obligerait infiniment.
______

@ xc | 19 septembre 2018 à 11:42
"Paul Labayadère | 18 septembre 2018 à 03:55 n'a pas appréhendé le problème sous tous ses aspects. Si c'est lui qui opère les versements au fisc et organismes sociaux, l'argent lui vient de ses clients. Ce sont ces derniers qui supportent au moins en partie les taxes et charges sociales. Si ces prélèvements étaient supprimés, il n'est pas certain qu'il pourrait en récupérer intégralement le montant."

Vous venez de donner un beau coup de pied dans la cage de buts à roulettes. Ce n'est pas la question. Paul Labayadère s'est plaint du montant exorbitant des impôts et cotisations en tout genre.

Vous répondez en disant : oui, mais si ce n'étaient pas les chefs d'entreprise qui se faisaient les intermédiaires de ces prélèvements pour le compte de l'Etat, ce serait quelqu'un d'autre.

La question n'est pas qui prélève. La question est combien on prélève. Les chefs d'entreprise, les investisseurs et les libéraux ne se plaignent pas particulièrement de la corvée fiscale qu'on impose aux entreprises : ils se plaignent du montant scandaleux de la dépense publique, qui entraîne un niveau exorbitant de taxation et de contributions "sociales" (c'est-à-dire socialistes).
______

@ boureau | 20 septembre 2018 à 07:36
"Votre goût immodéré pour la polémique stérile... le but de l'article est de confronter les points de vue de deux personnalités... une avalanche de lieux communs... vous progressez, vous faites plus court..."

Assumez la responsabilité de vos propos, au lieu de vous livrer à de la polémique stérile pour remplir des lignes, et avoir le dernier mot.

Ma critique ne portait pas sur l'article du Figaro : elle portait sur votre assertion ridicule selon laquelle Jean-Claude Michéa ne serait jamais invité dans les médias. Et, non, critiquer le gauchisme de Jean-Claude Michéa n'a rien de conventionnel, de ma part : tout le monde, à gauche comme à droite, le considère comme la nouvelle lumière de notre temps. C'est Michéa par-ci, Michéa par-là, alors qu'il ne fait que recycler la vulgate socialiste sous de nouveaux atours.

C'est sûrement parce que mes commentaires sont "une avalanche de lieux communs" que je m'attire régulièrement, ici, les invectives infondées de prétentieux conventionnels dans votre genre...

Je vous conseille d'abandonner pour toujours votre espoir chimérique que "je fasse plus court". D'innombrables écervelés ont tenté cette remarque idiote avant vous. Je continuerai à faire extrêmement long.

Mais bravo pour avoir tenté, une fois de plus, d'imposer l'égalitarisme enragé propre à la mentalité socialiste française, dans l'espace par excellence où celui-ci ne peut pas s'appliquer : Internet, ou précisément tout le monde est libre de faire très court, très long ou de ne rien faire du tout, sans rien enlever pour autant à personne.

Contrairement à la perversion française pour laquelle le gâteau possède une taille fixe, qu'il convient de "répartir" en "redistribuant les richesses". Grâce à l'intervention d'importuns intempestifs dans votre genre, qui se chargeront de "réguler" la longueur des commentaires (ou le montant des revenus) selon une recette secrète connue d'eux seuls -- mais qui leur assurera de confortables émoluments financiers, s'ils sont fonctionnaires ou font autrement partie de la force de répression socialiste ; ou bien des bénéfices psychologiques et moraux, comme, dans votre cas, lorsqu'ils s'improvisent petits flics de la longueur appropriée des commentaires, sur des blogs qui ne sont pas les leurs.

"Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire, à condition que ce ne soit pas trop long, car je suis trop paresseux pour lire et comprendre un texte simple de plus d'une vingtaine de lignes." -- p.c.c. François-Marie Arouet

Exilé

@ Michel Deluré
« Désolé, mais une fois élu démocratiquement, celui qui est investi de la charge suprême de diriger notre pays est le Président de TOUS les français, que l'on ait voté pour ou contre lui ou que l'on se soit abstenu. »

Eh bien si votre théorie est la bonne, ce n'est pas à moi qu'il faut le dire mais plutôt à lui qui manifestement discrimine de façon méprisante les Français qui ne correspondent pas à sa vision des choses en les rejetant dans les ténèbres extérieures, par exemple quand il évoque « les gens de rien », le « populisme » , la « lèpre » etc.
Qu'est-ce que c'est que ces manières ?

Et je rappelle qu'en principe en France le souverain - ou son équivalent - n'est pas le Président mais le Peuple dont le précédent est supposé appliquer la volonté...

breizmabro

@ Robert M.

Je crains que certains aient fait élire notre Brejnev et/ou notre Poutine.

En effet, hors des paradis soviétiques dirigés par ces personnages, QUI aurait osé, à part une justice aux ordres, exiger une expertise psychiatrique de son adversaire politique ? :(

Bien sûr, bien sûr, "on" (BFM) va nous seriner que c'est prévu par le droit pénal afin de savoir si la mise en cause est réceptive à la punition (déjà prévue) ou si son jugement était altéré lorsqu'elle a fait paraître les photos des horreurs que perpétrait Daech. Un comble !

Je sens que je vais revoir l'Aveu (film).

J'ai peur cher Robert M. que nous n'entrions dans la nuit de vos cauchemars.

Adéo.

Giuseppe

@ Gavot | 19 septembre 2018 à 19:20

J'avais écrit que EM se contentait de peu, qu'il ne pensait que start-up alors que nous avons des atouts pour requalifier de la main-d'œuvre dans des industries à la pointe et à très forte valeur ajoutée.

Lapierre est bien isolé et pèse peu, en terme d'image et de production.

La liste est longue chez nos voisins, que du beau pour la plupart, Felice Gimondi est un prestigieux VRP pour le monde entier pour la marque Bianchi de Fausto Coppi, Ernesto Colnago, Milani, Guerciotti…

https://www.europages.fr/entreprises/Italie/Fabricant%20Producteur/pg-2/v%C3%A9los.html

Robert

@ Julien WEINZAEPFLEN | 20 septembre 2018 à 02:40

Merci pour vos compliments quant à la qualité mesurée de mes avis.

Quant à monsieur Collomb, je vous rejoins dans votre analyse quant à ses relations avec l'Eglise catholique locale, vu la primauté du diocèse sur cette institution.

Cependant, vous utilisez le terme "laïcard" que je n'ai jamais employé.
J'ai simplement voulu signifier que, compte tenu de son appartenance à une obédience maçonnique, il me semble avoir une conception de la laïcité en conformité avec la loi de 1905 et qu'il ne doit pas souhaiter de modification de ce texte fondamental. Sauf erreur, il me semble que le Grand Orient a rappelé assez récemment publiquement son attachement au respect absolu de la loi de 1905 et son opposition à toute adaptation aux concepts actuels qui affublent le mot laïcité d'adjectifs qui auraient pour effet de dénaturer complètement le concept qui fonde notre système républicain.

boureau

@ Patrice Charoulet 20 septembre 10:5O

Je me disais aussi !
Effectivement la performance de Benalla était remarquable dans sa forme.
Il se dit - de source sénatoriale - que deux journalistes (lesquels nous le saurons sans doute dans les semaines qui viennent) l'auraient préparé à cette audition.
Avec toute la rouerie que l'on a pu constater.

Le texte n'était sans doute pas de Benalla, mais l'acteur était bon.

Bien cordialement.

Michel Deluré

@ Exilé 09/09 20:04

Désolé, mais une fois élu démocratiquement, celui qui est investi de la charge suprême de diriger notre pays est le Président de TOUS les français, que l'on ait voté pour ou contre lui ou que l'on se soit abstenu.
Par la force des choses, il est donc bien "notre Président", même si l'emploi de cette tournure ne marque nullement une quelconque adhésion à la politique qu'il mène.

stephane

Benalla s'est pris ou a été embauché comme Chuck Norris, l'Homme du Président.
Il a pris son rôle à coeur.
Il a fait accélérer le bus de l'équipe de France sur les Champs-Elysées.
La vidéo et l'histoire ne sont pas sorties en mai, mais au début des vacances, pour éviter une révolution soixante-huitarde.
Benalla espion israélien pour déstabiliser l'Etat français ?

A l'époque de Mitterrand et de sa double vie, tout en étant aussi coûteux, les agissements étaient plus discrets.

Lucile

@ Exilé

Je ne pense pas que vous nuisiez à l'industrie française en achetant des produits chinois, pour la bonne raison que l'industrie française fabrique de moins en moins ces produits. Même le haut de gamme est maintenant produit à l'étranger, parfois dans d'autres pays européens, dans des domaines où nous étions pourtant très bons.

Lucile

Je sais que le sujet du billet est Emmanuel Macron, mais je voudrais quand même dire un mot sur quelque chose qui me trouble. Les journalistes n'ont pas l'air de comprendre qui est Benalla. Ils en ont plein la bouche de sa bonne présentation, de sa mesure, de sa politesse, de sa maturité, de son parler doux, réfléchi et raisonnable. Ils s'y fient en oubliant complètement que c'est le même homme qui a traité un sénateur de "petit marquis", puis lui a présenté ensuite ses excuses avec la naïveté d'un enfant de chœur, et le même qui a occupé au moins un de ses jours de loisir à jouer au méchant flic pour aller maltraiter des manifestants, ce dont il a sûrement tiré bien du plaisir, car ce jeune homme raisonnable et serviable envers le Président, cet employé modèle, aime sans doute pimenter sa vie avec des sensations fortes de nature policière.

Cette difficulté à mesurer le personnage devrait nous alerter sur le côté louche qui me semble le caractériser. Il représente à mes yeux un bon exemple de ces personnalités à tiroirs, en général intelligentes, pour qui les autres ne sont que des objets à manipuler, et qui y réussissent brillamment. Pour eux, la loi n'a jamais plus de valeur que leur GPS : quand on connaît des raccourcis, on les prend, et on ne fait surtout pas demi-tour dès que possible. Cet homme réussit à truquer la perception que les autres ont de lui. Drôle de fréquentation pour le président de la République, on se demande aussi pourquoi la garde des Sceaux a cru bon de prendre son parti.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS