« Entretien avec Laetitia Strauch-Bonart | Accueil | L'insécurité ou Ubu en République ! »

12 septembre 2018

Commentaires

Demi-Castor

@ Robert Marchenoir le 20 septembre à 1 h 59

Je ne peux qu'acquiescer à votre commentaire bien qu'il soit sans rapport avec le mien. Zemmour a eu le courage d'évoquer le « nombre ». Je désirais simplement signaler cette performance. Cela vous a-t-il échappé ?
Quant à BFM, cette chaîne est si présente sur l'information que forcément il lui arrive de produire du bon.

Bon !

Respectueusement

Robert Marchenoir

@ Demi-Castor | 18 septembre 2018 à 15:13
"L’interrogatrice du BFMTV (Bureau des Forces Ministérielles, version télévisée)."

Je sais qu'il est du dernier chic, au regard du politiquement correct de droite comme de gauche, de vomir sur BFM. Cela va jusqu'à des destructions de matériel et des violences contre leurs journalistes.

Cependant, on ne doit pas parler de la même station. J'écoute BFM tous les jours (version radio), et j'y entends régulièrement des néo-marxistes qui n'ont pas de mots assez durs envers le gouvernement. En particulier contre les timides réformes libérales qu'il tente d'appliquer.

Certains de ces messieurs (il y a des dames, aussi) y ont leur rond de serviette. Qu'ils soient des chroniqueurs réguliers ou des invités habituels. Je tiens des noms à votre disposition, si votre curiosité s'y prête.

Mais bon ! Le seul fait qu'il s'y trouve aussi des libéraux revendiqués (et encore : ils ne revendiquent pas très fort...) suffit à déchaîner la haine chez certains, pour ne pas dire le désir de meurtre. Quand on en vient à dégrader des voitures de reportage et à agresser physiquement des gens qui se contentent de parler à la télé, c'est bien de cela qu'il est question.

Le seul fait qu'à BFM, les chefs d'entreprise ne soient pas considérés, à l'instar de ce qui se passe dans d'autres médias, comme des malfaiteurs dont on attend en permanence des excuses, est en soi inadmissible.

La gauche et la droiche n'admettent rien de moins que le monopole de la parole. Ce n'est pas l'équité qu'elles réclament : le seul fait que les idées libérales puissent un tant soit peu s'exprimer les met déjà dans une rage folle.

Demi-Castor

S'est éveillée dans la mentalité des Européens la lâche satisfaction de ne pas avoir d'enfants, le désir fou d'être remplacé par d'autres !

Demi-Castor

La réforme de la fiscalité des successions, qui est reportée à plus tard mais qui pourrait bien être mise en chantier à n'importe quel moment, y compris au cours de la mandature Macron, aura pour unique objet de faire glisser les enfants de la classe moyenne dans la classe pauvre !

Demi-Castor

Il prononça le mot. L’interrogatrice du BFMTV (Bureau des Forces Ministérielles, version télévisée) avait mal saisi. Nous aussi. Zemmour le répéta après avoir modéré son agacement autant qu'il était possible !

Le « nombre » ! Un élément qui lui apparaissait plus prégnant au fil des jours. A nous aussi !

Le nombre dans le sens de la multitude, de l'extension, de l'accroissement ininterrompu, de l'envahissement, du recouvrement, de la germination excessive.

Le nombre, paramètre apparemment incontrôlable, mesure objective de la marche vers l'Apocalypse.

Le nombre. Trop mathématique, trop rigoureux, qui échappe au sociologue, au philosophe, au démographe et naturellement au politicien ! Trop intègre !

Le nombre fait peur.

La préposée à l'interrogatoire n'insista pas !

Savonarole

@ Tipaza et Mary Preud'homme

En février dernier à Sabadell (près de Barcelone) une pétition d'un groupe indépendantiste exigeait que l'on débaptise la place Antonio Machado.
Ces ahuris lui reprochaient d'avoir été "espagnolisant". Ici c'est un crime...
Ils passent leur temps à refaire l'histoire.

Ils n'ont rien trouvé de mieux que de choisir le 11 septembre pour commémorer leur fête nationale, la Diada.
Or c'est précisément une déroute, le 11 septembre 1714 le chevalier français Claude François d'Asfeld cassait toutes les fortifications de Barcelone, ils en sont sortis une main devant, une main derrière.

Ça ne les a pas dégoûtés, ils en ont fait une fête nationale depuis 1980 !

(Bidal d'Asfeld était un émule et successeur de Vauban)

Mary Preud'homme

@ Tipaza

Sans omettre le début de ce magnifique poème d'Antonio Machado :
"Todo pasa y todo queda
pero lo nuestro es pasar,
pasar haciendo caminos,
caminos sobre la mar..."
(tout passe et tout demeure ; or notre destin est de passer, passer en traçant des chemins, des chemins sur la mer...)

Concernant "caminante" je le traduirais plutôt par voyageur que marcheur.

Tipaza

@ Savonarole

Sur le retour au passé impossible, il y a aussi le superbe poème d'Antonio Machado :

Caminante no hay camino

Caminante, son tus huellas
el camino y nada más;
Caminante, no hay camino,
se hace camino al andar.
Al andar se hace el camino,
y al volver la vista atrás
se ve la senda que nunca
se ha de volver a pisar.
Caminante no hay camino
sino estelas en la mar.

Pour ceux qui ont des difficultés en espagnol, voici une traduction :

Marcheur il n'y a pas de chemin

Marcheur, sont tes traces
le chemin et rien d'autre;
Marcheur, il n'y a pas de chemin,
le chemin se fait en marchant.
En marchant, se fait le chemin,
et en regardant en arrière
on voit le chemin qu'on ne pourra
jamais parcourir à nouveau.
Marcheur il n'y a pas de chemin
sinon des sillages dans la mer.

Savonarole

@ hameau dans les nuages | 16 septembre 2018 à 17:12

Savoureux votre voyage à Paris. Retour vers le passé.
Joseph Conrad disait qu'il ne faut jamais revenir sur son passé et Jean Anouilh faisait dire à l'un de ses personnages "quoi de plus terrible qu'un passé ?" (Le Voyageur sans bagage).
Pour vous ça s'est bien terminé, belle chance.

Parlez-vous espagnol ?
https://m.youtube.com/watch?v=ucXklFi-AZw

Demi-Castor

@ Tipaza le 15 septembre à 11 h 11

Vous remuez le couteau dans la plaie. Encore que vous auriez pu en mettre dix fois plus long ! Citer par exemple ce Jean-Dominique Giuliani, spongieux relais de la bien-pensance internationale - via Bruxelles et ce cher Robert Schuman - Giscardian-Headed-Man, un modèle du genre sévissant régulièrement dans cette émission TV.

Pour ma part j’ai rapporté la bouffée asphyxiante de François Clemenceau pour trois raisons,

1. En vue du temps à venir où nous serons en position de faire comparaître devant un tribunal type Nuremberg tous les voyous responsables de notre abaissement, il est utile d’établir le dépôt de toutes les vilenies qui furent proférées. Un blog est un lieu de mémoire adéquat pour cet office.

2. François Clemenceau est un garçon sympathique sous bien des rapports, honnêtement cultivé, qui ne nous avait jamais déconcertés par des analyses faribolantes. Le voici tout nu, décevant ! Il n’est pas des nôtres.

3. La violence extrême de sa formule est telle qu’elle mérite d’être enregistrée. Il s’agit en quelque sorte d’un absolu, « une borne supérieure atteinte », une limite qui est d’autant moins atteignable qu’elle est proche !

L’erreur absolue pour ceux qui tiennent pour vrai que « le mondialisme c’est la mort » !

Jabiru

@ Achille 16 septembre 2018 à 8:46

Si Bouteflika a de la haine pour la France, il la met dans sa poche quand il a besoin de bénéficier de soins médicaux dans des établissements français renommés. S'agissant des factures, il serait intéressant de savoir s'il paie les honoraires qui sont dus.

hameau dans les nuages

Monsieur Bilger, c'est avec un peu de retard que je viens vous remercier pour votre blog et sa liberté de parole.

J'étais à Paris avec mon épouse pour un petit voyage sur les traces de mon enfance, voyage offert par nos enfants. C'était la première fois de notre vie que nous montions à bord d'un aéroplane. J'avoue préférer le plancher des vaches. Avec des rencontres incroyables totalement impromptues comme celle devant le 50 de la rue des Abbesses, où siège la boucherie Jacky Gaudin. Plus de deux heures de discussion sur le trottoir avec un inconnu, juif séfarade pied-noir tunisien et dont l'épouse est pied-noir d'Algérie et catholique. Nous avons refait le monde et prévu l'avenir, sombre. Lui comme nous croyons aux signes. Un appel de son épouse s'inquiétant de son retard mit fin à notre entrevue. Le tenancier de la boucherie nous observait tout en baissant son rideau de fer après avoir nettoyé sa rôtissoire, se demandant sans doute si nous n'étions pas deux copains d'enfance s'étant retrouvés.

Guy, si vous lisez ce blog, le meilleur, notre offre tient toujours bien naturellement.

Yves

@ Achille 14 sep 16:46

Il y a une troisième raison pour laquelle Bouteflika ne fera jamais - et n'a jamais fait - repentance.

Pas question de brouiller l'image d'un pays pur comme un nouveau-né et victime de la barbarie coloniale, posture sans cesse alimentée par la propagande qui rapporte tant en "bargaining power".

Tout est bien pour Bouteflika dans la situation actuelle: une diaspora de 4 ou 5 millions de compatriotes algériens dans un pays où un gouvernant calculateur et irresponsable croit pouvoir donner beaucoup sans risque, en contrepartie des votes attendus.

Achille

@ Claggart | 15 septembre 2018 à 12:56
« On attend que Macron demande à Bouteflika d'exprimer ses regrets et sa repentance pour de telles abominations. »

Bouteflika n’exprimera jamais ses regrets pour les atrocités commises par le FLN et ceci pour deux raisons :

La première est qu’il n’est plus en mesure d’exprimer quoi que ce soit si ce n’est de la haine et de la rancœur. Il n’est plus qu’une momie maintenue en vie sous perfusion afin de retarder le plus longtemps possible le chaos inévitable qui se produira après son départ (en fait son décès).

La seconde est qu’il a été dans les années 50-60 un des leaders du FLN et a gardé une haine farouche non seulement pour la France, mais pour les Algériens qui ont choisi le camp de la France pendant et après le conflit, les considérant comme des traîtres à éliminer sans état d’âme.

Ce type, comme ses prédécesseurs, a conduit l’Algérie dans la désolation la plus totale alors que la France s’était proposée de la maintenir dans l’état qui était le sien avant le conflit. Une nation prospère qui dispose de grandes richesses, mais qu’elle est incapable de faire fructifier par pure incompétence à moins que ce ne soit par bêtise.

Robert Marchenoir

A ce niveau, ce n'est plus de l'art : c'est de l'artisanat d'art, c'est du Meilleur ouvrier de France, c'est du blog entièrement verni au tampon et poupougné à la main.

Sérieusement, je serais très étonné s'il y avait un équivalent dans le monde. Et j'en ai fréquentés quelques-uns, croyez-moi.

Pour revenir à Laetitia Strauch-Bonart, la philosophie de modération de ce blog rappelle beaucoup l'esprit du libéral-conservatisme -- et, logiquement, elle fait autant figure d'OVNI, dans la blogosphère française, que la philosophie en question dans le pays.

Elle allie une rigueur extrême, étayée par un travail acharné et invisible, à une liberté tout aussi intransigeante, à tel point qu'il m'est moi-même arrivé d'en être surpris -- avant que je ne me reprenne, bien entendu.

Et le résultat est la qualité. Il n'y a pas de qualité sans liberté -- et sans rigueur.

Mitsahne

Visitez la galerie marchande de l’Elysée !

Au nom de la sauvegarde du patrimoine, voilà que l’Elysée s’octroie une nouvelle prérogative : vendre des "souvenirs" tels que soucoupes, tasses à café, assiettes, foulards, montres etc. dont certains avec photo du président.
Non, ce n’est pas un vide-grenier !
Non, ce n’est pas non plus le retour d’un Grévy qui vendait des Légions d’honneur !
Rien à voir avec le Père la Souris et son parapluie à cravates sur le boulevard de Bonne-Nouvelle !
Pas plus que ce ne peuvent être des images pieuses, les invendus de la kermesse de la paroisse de la Madeleine ; ni un legs érotique d’une ancienne de la rue Godot-de-Mauroy ; ni les écrits inédits de la veuve Steinheil qui recueillit les dernières volontés du président Félix Faure, illustre prédécesseur.

Tout ce bric-à-brac a donné des idées à certains conseillers qui ont pu suggérer la vente
- d’un coup de pied au cul (idée de G. Bécaud), la difficulté étant non pas dans le choix du donneur mais dans celui du receveur, tant les méritants sont nombreux.
- d’une heure sombre de notre histoire sur une trouvaille de Monsieur Alphonse de Lamartine (Ô temps ! suspends ton vol…) qu’un joyeux luron avait traduit par « La raideur » (l’arrêt d’heures !).
- d’un dada d’Attali ou un ectoplasme de Mélenchon (pour le fun comme on dit aujourd’hui).

On se souvient de 2013, quand le prédécesseur direct François H. avait vendu les grandes bouteilles de la cave de l’Elysée, un Corton Charlemagne 1973 mis à prix 50 euros avait trouvé preneur à 600 euros. Un quasi-certitude, seule l’étiquette était bonne. Mais quand c’est marqué "cave de l’Elysée", on ne sait plus très bien s’il s’agit du lieu ou du président.
Avec la photo sur l’objet, le doute disparaît.

Robert

@ yves albert | 15 septembre 2018 à 10:37

Merci pour votre propos.

Je n'ai que le mérite d'être né outre-Méditerranée il y a maintenant soixante-douze ans, d'avoir vécu cette période et, depuis, d'y avoir sérieusement réfléchi, notamment sur un plan historique comme politique, je veux dire en tentant d'éviter l'esprit par trop partisan.

Mon approche de l'affaire algérienne est sans doute assez proche de celle d'Albert Camus. Tout n'est pas noir du seul côté français, et tout n'est pas blanc côté algérien, quels que soient les choix que les uns ou les autres ont faits. L'honnêteté intellectuelle reste encore la seule manière de ne pas se fourvoyer dans ce type d'analyse.

Pour compléter les informations que vous rappelez (à titre indicatif, l'une des photos de ces documents se trouve dans l'iconographie du livre que Michel Onfray a consacré à Albert Camus), il convient de préciser que, outre le PC algérien, le FLN a reçu le soutien d'une partie de la hiérarchie de l'Eglise catholique (évêques parfois et prêtres), d'Algérie comme de métropole, avec un certain nombre de paroissiens très "catholiques" qui ont aidé le FLN ou même ou collaboré activement avec lui.

A titre indicatif, le curé de mon village d'Oranie, qui m'a fait passer ma communion solennelle et pour qui j'ai longuement servi la messe, était un soutien actif du FLN. Lorsqu'il s'est agi de procéder à son interpellation, il a été demandé aux gendarmes locaux d'y surseoir et de la reporter au lendemain matin à 6 heures, heure légale. Que croyez-vous qu'il arriva ? Au petit matin le prêtre s'était enfui avec la complicité de personnes bien placées.
Il a ensuite fait partie de la délégation FLN à l'ONU, puis à l'indépendance est revenu dans son Algérie natale.
Vous pourrez trouver des éléments complémentaires en suivant ces liens :

- côté algérien :

https://www.vitaminedz.com/l-abbe-berenguer/Articles_18300_5268981_13_1.html

- https://www.lexpressiondz.com/chroniques/a_vrai_dire/230523-l-abbe-berenguer-l-algerie-au-coeur.html

- sur un site marocain :

https://fr.le360.ma/blog/le-coup-de-dent/algerie-iii-un-drole-de-cure-pied-noir-63123

Les situations évoquées sont souvent bien plus complexes que celles qu'on assène trop souvent...

fugace

@ Robert | 13 septembre 2018 à 18:56
"Le président de la République française vient ici de lever le voile de l'amnésie et de combler le manque de reconnaissance de l'Algérie indépendante par celui de la France ! Un comble !"

Ou quand la complexité mérite d'être méditée.
Il est à craindre, mais c'est compréhensible, que l'Algérie ne soit pas encore prête à respirer un autre air, et ce pour des causes qu'il est aisé de comprendre. En l'an 2037, les événements n'auront que trois quarts de siècle.
Sauf événement extraordinaire, il faudra bien un siècle pour que les nouvelles générations d'historiens participent enfin - avec leurs vérités - à l'apaisement désiré par les entités concernées.

Olivier Durand

Pourquoi pas une fois encore digresser, mais de grâce que quelqu’un reprenne le propos de Duret qui veut faire survivre le bon vieux sketch de la méchante France qui aurait contaminé les gentilles colonies avec ses virus de dictature et de brutalité, sans résister à l’exercice du bon vieux massacre dans l’allégresse - car faut bien garder la main mon vieux...

Quel puissant encamaradement peut encore faire écrire de pareilles énormités en 2018 ?

Claggart

@ Achille 15 septembre 09 h 18

Voici ce qu’a trouvé en 1956 un de mes amis alors officier en Algérie dans une ferme attaquée durant la nuit par les fells : tous les hommes, européens et indigènes, les qlawi dans la bouche, les femmes enceintes éventrées.

On attend que Macron demande à Bouteflika d'exprimer ses regrets et sa repentance pour de telles abominations.

S'il est avéré qu'Audin a fourni assistance, même morale, au FLN, les éloges de Macron à son égard sont une véritable insulte à toute notre jeunesse qui a laissé sa vie en Algérie. Et je pense particulièrement avec émotion au frère de ma compatriote Breizmabro.

Audin étant membre du parti communiste algérien, il ne pouvait être que dans la lignée des traîtres du parti communiste français qui en 1940, allié objectif de Hitler, organisait les sabotages dans les usines françaises d'armement et qui plus tard, durant la guerre d'Indochine, remplaçait dans les grenades de nos soldats la poudre par des tracts "Vive le Vietminh !".

Tipaza

@ Demi-Castor | 15 septembre 2018 à 08:49
« "Le nationalisme c'est la mort" !
François Clemenceau, C dans l'air, 14 septembre »

Et l’internationalisme, ou le mondialisme puisque c’est ce mot qui est utilisé, c’est quoi ?
La dissolution sans laisser de traces ?
Surtout, surtout ne pas montrer qu’on existe ou qu’on a existé. Avoir un passé national, familial, est un crime, il faut être né par la génération spontanée d’une start-up humaniste pour être dans le vent qui emportera l‘homme universel, nouveau voyageur sans bagages dans un monde indifférencié.

Cette émission de C dans l’air était particulièrement partisane. Aucun défenseur de la position d’Orban, que des procureurs au nom des valeurs de l’UE, qui n’ont pas été explicitées ou à peine, et de l’État de droit qui mériterait un débat à lui tout seul.

C’est quoi l’État de droit, en droit et en politique, puisque cette expression est utilisée indifféremment dans toutes les situations y compris pour le social ?

Ce serait bien si Philippe Bilger faisait un jour un billet pour donner sa vision de l’État de droit.

yves albert

@ Robert | 14 septembre 2018 à 12:05
"Si vous souhaitez avoir une vision des atrocités commises par le FLN, jetez un œil sur ce site que j'ai découvert hier au cours de mes recherches sur Internet https://www.algerie-francaise.org/main.shtml à la rubrique "Menu des plaintes" (âmes sensibles s'abstenir)."

Merci pour ce lien et comme toujours vous nous faites des commentaires d'une excellente qualité, plus jeune j'aurais aimé vous avoir comme ami, mais j'ai le plaisir de vous lire et cela doit me suffire maintenant.

Achille

Les excuses d’Emmanuel Macron à la veuve de Maurice Audin suscitant bien des émois parmi certains commentateurs et bien que celui-ci soit hors sujet, je vous mets en lien le débat entre Alain Duhamel et Eric Zemmour mentionné par Patrick Charoulet.

https://www.youtube.com/watch?v=lPyocZc6PCU

Excellents échanges entre deux fortes personnalités que tout oppose. J’aurais plutôt tendance à donner le match à Alain Duhamel, mais je reconnais les arguments d’Eric Zemmour. Les quelques appelés que j’ai connus qui ont « fait la guerre d’Algérie » ont été marqués au plus profond d’eux-mêmes par les abominations qu’ils ont vues, aussi je comprends qu’ils ne pourront jamais accepter la reconnaissance des tortures commises par l’armée française au cours de ce conflit, partant du fait que le FLN a eu largement sa part dans cette nauséeuse escalade dans l’ignominie.

Demi-Castor

"Le nationalisme c'est la mort" !
François Clemenceau, C dans l'air, 14 septembre

Savonarole

C'est dingue, on se fait suer à paraître intelligent et cultivé sur ce blog et voilà que Philippe Bilger nous ressort notre orthographe et notre ponctuation.
J'ai d'abord parlé l'arabe, puis l'espagnol, l'anglais et le français, puis le portugais, ça m'a valu une carrière internationale, je pouvais parler au monde entier et faire des affaires. Ce qui m'a valu de me passer de carte Vitale, comme dirait Breizmabro.

Quel est le commercial français aujourd'hui qui sait aligner trois mots en anglais ?

scoubab00

@ Robert 12:05

Emmanuel Macron ne reproche rien à l'armée française d'alors. Celle-ci a gagné des opérations, des batailles ; pratiqué la torture comme le FLN l'a fait. Il ne s'agit pas de cela. Le président de la République part de l'évidence que l'armée française est un sous-ensemble de la nation, la nôtre. Je pense aussi aux appelés de ma campagne, ceux qui y sont restés. Peu importe ici, ce mathématicien avait choisi son camp, on peut ne pas être d'accord. L'Etat français reconnaît enfin sa responsabilité dans sa disparition, qu'il ait été zigouillé par un militaire de carrière, un appelé occitan ou un supplétif arabe ne change rien à l'affaire. Puisqu'il s'agit de réconciliation ! Entre deux peuples ou entités, autrefois rangés sous le même drapeau.

L'armée n'est qu'une servante à qui il arrive de se brûler les doigts lorsque le maître de maison est impérieux ou dépassé.

yves albert

@ caroff | 14 septembre 2018 à 10:28
"Ne pas oublier que l'utilisation de la torture l'a été en application de décisions prises par un gouvernement socialiste. Soulignons que le président du Conseil s’appelait Guy Mollet, le garde des Sceaux François Mitterrand, le gouverneur général en Algérie, Robert Lacoste (socialiste)..."

Macron qui renie la culture et l'histoire de la France ne devait pas le savoir avant de vous lire, car à cette époque il était en l'état de devenir un spermatozoïde dans la culotte de son papa. Pauvre papa, pauvre France !
Qu'en pense Achille, le socialiste qui moucharde, dans les commentaires de ce billet, ses petits copains.

Sophie

J'apprécie ce blog, sa modération et les échanges de vue qui peuvent se dérouler en commentaires.
Cependant, depuis longtemps, je ne peux m'empêcher de me demander pourquoi certains posteurs produisent des commentaires... plus longs que le billet qu'ils commentent.
En bonne logique, ils devraient ouvrir leur propre blog ! :)

Patrice Charoulet

Plusieurs d'entre vous ont cité le nom du militant Audin, qui est utilisé par le chef de l'Etat. A ce propos je signale un intéressant dialogue entendu ce matin sur RTL entre Alain Duhamel et Eric Zemmour.
Duhamel approuva M.Macron. Zemmour déclara, en parlant du comportement d'Audin : "Cela méritait douze balles dans la peau."

fugace

@ Claggart | 13 septembre 2018 à 17:23
"Autant j'approuve que la modération s'applique aux commentaires insultants, calomnieux, orduriers, autant je pense que les fautes de syntaxe, de style, d'orthographe, de ponctuation etc., devraient être laissées dans leur jus ; cela imposerait un peu de réflexion et de soin aux commentateurs, s'ils savaient que Madame Bilger, à laquelle j'exprime ma respectueuse admiration pour le travail qu'elle accomplit, n'était pas là pour réparer leur négligence, voire leur ignorance.
Je pense qu'il y va de la modération comme de la traduction ; si celle-ci est édulcorée, "ad usum delphini", le texte initial risque de perdre de la force, du naturel, de l'authenticité ; je citerai à titre d'exemple la récente traduction de la Montagne Magique où des expressions un peu rugueuses de Mann, qui étaient largement adoucies dans la traduction initiale, retrouvent maintenant toute la verdeur du texte allemand.
Modérons donc, mais avec modération."

Je remets le tout, car j'ai eu longtemps cette position. J'ai pour ma part dû me résoudre à admettre que ce blog n'aurait pas cette qualité et loin de là, sans l'intervention adaptée de notre correctrice, qui en passant, n'est pas citée, ni présentée (a minima) dans l'accueil de ce blog.

Et ce - pour l'orthographe - en comparaison des autres blogs (j'exclus les forums) que je peux pratiquer occasionnellement.

Évidemment, au final un tri social (?) se réalise de fait. Un mal pour un bien ?

Jabiru

@ Robert 14 septembre 2018 à 12:05

Merci pour cet excellent post argumenté qui s'en tient à des faits et qui est de nature à éclairer le jugement de ceux qui n'ont pas connu le contexte de ce conflit que l'on qualifia tout d'abord d'opération de maintien de l'ordre mais requalifié ensuite guerre d'Algérie.
L'armée a bénéficié des pleins pouvoirs pour combattre le FLN.
Les bavures, comme dans toute guerre, étaient inévitables dans les deux camps et il était urgent d'en finir.
On ne refera pas l'histoire !
N'oublions pas que l'armée française a perdu 25 000 hommes dans ce conflit dont 11 000 appelés du contingent.
Honneur à ces soldats qui se sont battus parce que c'était leur métier.
Cordialement

Robert

@ caroff | 14 septembre 2018 à 10:28

Effectivement Maurice Audin a une place à son nom à Alger. En 2017, monsieur Macron en 2017 y avait fait un passage et déposé une gerbe https://www.lesechosdalger.com/visite-de-macron-a-alger-donnera-conference-a-fac-centrale-visitera-place-audin/. Il est donc dans la continuité de ses gestes et poursuit dans son idée que la France a commis des crimes contre l'humanité, ne serait-ce qu'en colonisant l'Algérie...

Quant à la torture mise en œuvre par l'armée française, c'est un fait que personne ne saurait contester. Mais cette pratique n'est pas intervenue sans cause !
Il faut ne pas oublier que le FLN a commencé sa guerre en novembre 1954 par quelques exactions qui ont été sporadiques au début, concentrées principalement dans le centre et l'est de l'Algérie jusqu'au milieu de 1955. Puis il a intensifié son action, avec comme moyens le terrorisme revendiqué par ses chefs et caractérisé par des actions d'assassinats destinées à obliger les populations indigènes à se soumettre à son idéologie (d'où un nombre impressionnant d'assassinats de caïds ou d'ancien soldats ayant servi la France pendant les deux guerres mondiales et restés attachés à la France) et faire peur à la population européenne dans les campagnes comme dans les villes.

En 1956, son action terroriste s'est généralisée et l'armée française, pour combattre la terreur imposée par le FLN, a mis en œuvre la contre-terreur en utilisant des méthodes comme la torture pour obtenir à tout prix les renseignements nécessaires pour combattre les bandes du FLN et empêcher les populations, notamment indigènes, de se soumettre à la seule volonté du FLN.
Si vous souhaitez avoir une vision des atrocités commises par le FLN, jetez un œil sur ce site que j'ai découvert hier au cours de mes recherches sur Internet https://www.algerie-francaise.org/main.shtml à la rubrique "Menu des plaintes" (âmes sensibles s'abstenir).

A la fin 1956, les actions de police ne suffisant pas à arrêter les attentats, notamment à Alger, le gouvernement a confié au général Massu la mission de mener la bataille d'Alger en lui attribuant les pouvoirs de police et militaires. D'où la bataille dite d'Alger (février-juin 1957), suivie d'une seconde phase au second semestre. Les méthodes utilisées ont effectivement éradiqué la capacité de nuisance du FLN dans ce qu'il appelait la zone autonome d'Alger (ZAA).
Les guerres de ce type n'ont jamais été des promenades de santé ni des références morales.

Quant à Maurice Audin, je rappelle qu'il était membre du PCA, engagé dans des actions directes au profit du FLN. Sur ce point, le PCA s'est désolidarisé du PCF qui n'y était pas favorable, étant lui plus enclin à jouer les soutiens politiques ou financiers, via les réseaux Jeanson ou Curiel.
Mais l'on présente Maurice Audin comme un simple partisan de l'indépendance algérienne, en oubliant ses autres engagements. C'est tellement plus facile de n'envisager les chose que sous un seul angle pour concentrer les reproches sur la seule armée française !

Savonarole

@ Wil de 21:54

On va encore me jeter des pierres, mais cette musique est totalement dépassée (Whitesnake).
Elle est symptomatique du narcissisme bruyant de l'époque, chanteur gueulard, numéro de batterie digne d'un maréchal-ferrant, guitariste qui croit être un génie, pauses d'adolescents lascifs alors qu'ils frisent les 50 piges.

Les jeunes Anglais d'aujourd'hui qui ramassent des awards sont seuls sur scène, ou avec un groupe discret réduit à trois musiciens, et ça swingue tout autant sans nous arracher les portugaises.


caroff

@ Robert 18h56
" Le président de la République française vient ici de lever le voile de l'amnésie et de combler le manque de reconnaissance de l'Algérie indépendante par celui de la France ! Un comble !"

En ce qui concerne Maurice Audin, ce n'est pas exact car il a depuis l'indépendance une place qui porte son nom dans le centre d'Alger. C'est devenu pour les Algérois un quartier : on se donne rendez-vous "vers Audin"...

Ne pas oublier que l'utilisation de la torture l'a été en application de décisions prises par un gouvernement socialiste. Soulignons que le président du Conseil s’appelait Guy Mollet, le garde des Sceaux François Mitterrand, le gouverneur général en Algérie, Robert Lacoste (socialiste)...

Les circonstances de l'assassinat de M.Audin sont bien documentées et l'intervention de Macron n'ajoute rien mais cela lui permet de détourner l'attention et de complaire aux restes de la secte communiste (voyez que je suis bien de gauche !!).
Cette guerre de libération nationale a fait des victimes des deux côtés, ce qu'on oublie un peu vite en célébrant la mémoire de quelqu'un qui a causé du tort à ses compatriotes...

Achille

Il faut bien reconnaître que sur ce blog les échanges ne se font pas toujours à fleurets mouchetés. Mais j’ai pu constater que sur d’autres blogs c’est encore pire. D’où le rôle fondamental de Pascale qui doit parfois retoucher certains commentaires afin de les rendre plus présentables.
Certains intervenants sont des polémistes qui cherchent la castagne à la moindre occasion. Il leur arrive parfois d’écrire des commentaires intéressants, mais malheur à celui ou celle qui conteste un point de leur argumentation, le retour ne tarde pas et se traduit systématiquement par des remarques vexantes, voire parfois par un tombereau d’insultes.
J’ai pris le parti de ne plus répondre à ces gens car cela conduit à des échanges interminables, agrémentés de noms d’oiseaux qui encombrent inutilement l’espace de discussion de ce blog.

D’une façon générale mes interventions se limitent à commenter le billet du jour et parfois répondre à ceux qui m’interpellent, si possible en respectant les règles de courtoisie, mais pas toujours il est vrai. Il faut parfois se mettre à la hauteur de celui qui vous agresse, quitte à mettre les pieds dans le caniveau.

Paul Duret

@ Mary Preud'homme
"Un Français qui fricotait avec le FLN contre son pays n'était rien d'autre qu'un félon"

Vous ne faites pas dans la nuance. Tous les peuples colonisés ont fini par obtenir leur indépendance pour souvent tomber dans une autre dépendance, souvent celle d'une dictature.
Ceci étant dit, la guerre d'Algérie et ses atrocités ne sont que le prolongement de la conquête brutale et sanglante de l'Algérie par Bugeaud.
Vous glorifiez l'armée mais, souvent sur ordre des politiques, elle s'est conduite de manière ignoble dans les colonies, massacrant allègrement les civils suite à des tentative de révolte.

Demi-Castor

@ sbriglia 13 septembre à 15 h 22

Moi...vous savez... le sport !

Et puis c'est déjà quelque chose de ne pas souffrir dans les vôtres !

Jabiru

Le président de la République a présenté les excuses de l'Etat à la veuve de Maurice Audin.
Compte-t-il les présenter également aux familles des 11 000 appelés du contingent qui ont perdu leur vie au motif que l'Etat français les avait envoyés au casse-pipe ?

kacendre

Très belle introspection... quelle leçon de sagesse à la hauteur et dans la ligne d'un Confucius...

Notre Hermine veut tellement bien faire, être urbain et montrer dans toutes ses prestations et toutes circonstances qu'il est un honnête homme qui plus est de bien... ce qu'il démontre en toutes circonstances... ce qui est rare pour ne pas dire inexistant dans le PAF, qu'on voudrait le soutenir et l'encourager... "allez l'Hermine dit-leur ce que tu vois et pense et surtout enfonce le clou" ... quitte à ne pas être toujours gentil.

Sa modératrice est d'une habileté, souplesse, coup de gomme qui ruse avec la virtuosité... on peut tout dire... et c'est remis en ligne... sans changer l'esprit.

Voilà un exemple de complicité... difficile à saisir... peut-être l'intelligence ou l'amour... ou les deux.

Sûrement trop bien secondée et déchargée de l'intendance, notre Hermine m'invite à dire que PB tape de partout et à une cadence infernale difficile à suivre... qui ne nous laisse pas le temps d'imprégner et d'imprimer... enfin nul n'est parfaitement parfait... hi, hi, hi.

Je l'aime bien... comme beaucoup de magistrats de haut vol... notre Hermine... à nous... rien qu'à nous.

Wil

Bel hommage de Monsieur à Madame.
Il aurait presque pu lui chanter... il aurait dû lui chanter...

https://www.youtube.com/watch?v=gEJLphqkuYo
"Looking back across the years
the good times and the bad
an echo in my mind
Whisper on a breeze
sweet and bitter memories
of all I left behind
If it wasn't for your love
don't know where I'd be
don't know what I'd do
Time and time again
sing the same refrain
all because of you
For you will be my love
and I will feel your heartbeat
forevermore
Rest here in my arms
forevermore Forevermore
Through the dark night of my soul
you gave me a hand to hold
and help me make it through
Now all my darks and my fears
held inside for all those years
dissapear when I'm with you
For you will be my love and I will feel your heartbeat
forevermore
Rest here in my arms (...)
Give me all your love
give me all your love
and I'll be in your loving arms
forevermore"

Maintenant qu'il a les paroles, il ne reste plus à M.Bilger qu'à les apprendre et à chanter la sérénade à Madame pour la remercier de se taper tout le sale boulot pendant que lui fait le beau à la TV ou ailleurs.
Parce qu'elle le vaut bien. ;-)

Giuseppe

On parle de 9 000 000 de pauvres, la pauvreté fabrique des pauvres, le cycle infernal.
Lire, écrire, compter, les basiques pour une insertion dans la vie professionnelle réussie.
Savoir comprendre ce qui est lu, l'étiquette du pot de peinture vous explique tout cela.
Chaque personne a ses limites, mais personne ne devrait quitter les bancs de l'école sans cette règle des trois.

Mary Preud'homme

"Le chef de l'Etat a décidé de reconnaître la responsabilité de l'Etat français s'agissant de la mort de Maurice Audin, mathématicien français, membre du parti communiste algérien et militant de l'indépendance algérienne à Alger en 1957."
Rédigé par : Jabiru | 13 septembre 2018 à 15:29

Un Français qui fricotait avec le FLN contre son pays n'était rien d'autre qu'un félon ; ce MA fut victime essentiellement de sa traîtrise.

Décidément Macron n'en rate pas une quand il s'agit de démolir un peu plus l'armée et nos soldats qui eurent un rôle bien ingrat en Algérie et où beaucoup laissèrent leur peau ! Gloire à eux !

Exilé

@ Savonarole
« "Sarkozy, ce Caligula au petit pied", c'est curieux, la modératrice l'a laissé passer... »

Ne savez-vous pas que Caligula signifie petite sandale ?
Ces deux-là sont faits pour s'entendre.

yves albert

@ Exilé | 13 septembre 2018 à 16:59

Macron nous prouve, une fois de plus, qu'il n'est là que pour salir et déshonorer la France. Il faut reconnaître que la banque Rothschild, Jackatali et Minc ont su dénicher l'oiseau rare !

Que faut-il faire dans ces cas-là ? Car plus Macron tombera dans les sondages plus il sera menteur, méprisant et dangereux pour notre pays.

Robert

@ Jabiru | 13 septembre 2018 à 15:29, Exilé | 13 septembre 2018 à 16:59

Il est facile de faire pleurer dans les chaumières sur le sort réservé à Maurice Audin (https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Maurice_Audin).
Il est facile d'oublier l'engagement du parti communiste algérien (PCA) aux côtés du FLN dans la guerre engagée par ce dernier contre la France.
La mort de Maurice Audin est effectivement intervenue au cours de la première phase de la bataille d'Alger au printemps 1957 https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Bataille_d%27Alger. Il faut se reporter au contexte de ce combat (voir au bas de cette fiche Wikipédia) entre militaires français et FLN qui soumettait Alger à un climat de terreur par des attentats (tirs, bombes).

Le PCA était très actif dans le soutien du FLN, pas seulement comme "porteurs de valises" du réseau de soutien de Francis Jeanson.
Il faut peut-être ici rappeler l'affaire de l'aspirant Maillot, lui aussi Français d'Algérie, membre du PCA, qui a déserté en 1956 avec un camion GMC rempli d'armes et de munitions, dans le contexte d'ailleurs de l'affaire des gorges de Palestro où un nombre important d'appelés du contingent sont morts dans une embuscade montée par le FLN.

J'ai trouvé par recherche sur Internet un site (https://www.bernard-deschamps.net/article-le-5-juin-1956-l-aspirant-maillot-tombait-sous-les-balles-de-la-harqa-du-bouchaga-boualem-118273165.html) d'un soutien de l'amitié franco-algérienne, celle sans doute qui considère que la colonisation de l'Algérie était un crime contre l'humanité.
Ce texte est intéressant en ce sens qu'il montre combien le soutien du PCA, avec des militants européens nés en Algérie, souvent sans la caution du PCF, était actif et non pas seulement philosophique ou politique, mais bien dans le combat contre les militaires français et la population civile s'inscrivant dans celui du FLN.

Quant à la reconnaissance par le FLN de l'Algérie devenue indépendante, le texte de ce site est tout aussi éclairant :
Henri Alleg note que, si à l’époque « le nom des Européens qui en étaient membres a été plus médiatisé que ceux qui étaient d’origine algérienne, ils ne seront pas non plus traités par les dirigeants de l’Algérie indépendante avec le respect et la reconnaissance que méritait leur exceptionnel courage ». Merzak Chertouk, après avoir remarqué que, 45 ans après la fin de cette terrible guerre d’Algérie, on hésite encore parfois dans le choix du vocabulaire et devant l’évocation de certains épisodes dramatiques, afin de ne pas raviver des blessures non cicatrisées, regrette que les Algériens d’origine européenne, morts pour l’indépendance ainsi que les survivants demeurent enfouis « sous des décombres d’amnésie » .

Je retiens ici cet élément : les Algériens d’origine européenne, morts pour l’indépendance ainsi que les survivants demeurent enfouis « sous des décombres d’amnésie ». Le président de la République française vient ici de lever le voile de l'amnésie et de combler le manque de reconnaissance de l'Algérie indépendante par celui de la France ! Un comble !

semtob

Cher Philippe,

Art ou nécessité de la modération ?

Le blog de Philippe a quinze ans d'avance sur la prise de conscience qui commence à voir le jour. Début de maturité de l'usage du numérique qui a pris un temps fou depuis l'affaire Alex Jones et consiste à multiplier le nombre de modérateurs.
Par exemple, le nombre de modérateurs de Facebook est passé de 12 à 7 500 en 9 ans mais pour 2,1 milliards d'inscrits cela semble être mission impossible. Il est demandé à cette nouvelle profession de prendre la décision de supprimer ou non, en quelques secondes, un article, un billet ou une vidéo et cela sans contrôle de ces contrôleurs.
Cette politique embryonnaire semble efficace concernant la lutte contre le terrorisme et la pédopornographie mais demeure un véritable casse-tête pour enrayer les théories du complot pour ne pas écrire comploteuses et parce que l'harmonie du mot "complotiste" n'est pas encore entendue et les thèses racistes et négationnistes. De même pour les suicides en ligne qui sont ôtés dans un délai d'une heure à 24 heures.

Eric Besson dans son livre "La République numérique" n'avait pas anticipé l'énorme difficulté de l'autorégulation et l'Education nationale esquive le problème en interdisant le portable aux élèves alors qu'il serait très important d'enseigner à ceux-ci les dangers des réseaux, les protections et les règlements qui ne s'improvisent pas.

"Ce livre se propose d’analyser comment le numérique est devenu un levier de progrès – à la fois culturel, économique et politique –, qui en fait l’incontournable outil d’une émancipation individuelle et collective. A l’heure où certains dénoncent une nouvelle barbarie, Eric Besson estime que la révolution numérique signifie d’abord un accès inédit à la connaissance et à l’information pour tous. Cette révolution, aussi décisive que celle de Gutenberg, s’annonce comme le révélateur photosensible de ce que nous sommes, en une nouvelle incarnation du « connais-toi toi même » socratique. Internet devient un nouveau dispositif économique capable d’améliorer profondément la qualité de vie du citoyen et la valeur intrinsèque du régime démocratique, de permettre de nouvelles formes d’engagement et de participation civiques, de décupler les potentialités de la recherche scientifique et technique. Enfin, tel l’organisme fabriquant lui-même ses propres antiviraux, l’Internet se montre capable de s’autoréguler. Le numérique nous conduit ainsi vers une refonte de la citoyenneté, une refondation de la démocratie, créant au passage la plus gigantesque interface de solidarité planétaire de ce XXIe siècle. Faisons ensemble ce pari, nous dit l’auteur : la République numérique sera sociale et solidaire - ou elle ne sera pas." Éditions Grasset.

L'autorégulation qui devait se faire de façon spontanée demande en fait un long apprentissage.
Nous remercions beaucoup Pascale pour l'énorme patience qui l'anime en adoucissant parfois et en harmonisant nos présentations de commentaires.
françoise et karell Semtob

Clafoutis

"Le chef de l'Etat a décidé de reconnaître la responsabilité de l'Etat français s'agissant de la mort de Maurice Audin, mathématicien français, membre du parti communiste algérien et militant de l'indépendance algérienne à Alger en 1957. Cette affaire date de 61 ans !
Pourquoi rouvrir aujourd'hui un dossier sensible qui va échauffer les esprits…"
Rédigé par Jabiru | 13 septembre 2018 à 15:29

"La Vérité n'a rien de modéré, ce serait plutôt un glaive tranchant."
Rédigé par Exilé | 13 septembre 2018 à 13:17

Claggart

Autant j'approuve que la modération s'applique aux commentaires insultants, calomnieux, orduriers, autant je pense que les fautes de syntaxe, de style, d'orthographe, de ponctuation etc., devraient être laissées dans leur jus ; cela imposerait un peu de réflexion et de soin aux commentateurs, s'ils savaient que Madame Bilger, à laquelle j'exprime ma respectueuse admiration pour le travail qu'elle accomplit, n'était pas là pour réparer leur négligence, voire leur ignorance.

Je pense qu'il y va de la modération comme de la traduction ; si celle-ci est édulcorée, "ad usum delphini", le texte initial risque de perdre de la force, du naturel, de l'authenticité ; je citerai à titre d'exemple la récente traduction de la Montagne Magique où des expressions un peu rugueuses de Mann, qui étaient largement adoucies dans la traduction initiale, retrouvent maintenant toute la verdeur du texte allemand.

Modérons donc, mais avec modération.

Exilé

@ Jabiru
« Pourquoi rouvrir aujourd'hui un dossier sensible qui va échauffer les esprits si ce n'est pour détourner des difficultés rencontrées par Macron dans le domaine des réformes urgentes à mettre en œuvre ? »

Et si, au lieu de verser des larmes de crocodile sur un complice du FLN, nous commencions par respecter le devoir de mémoire en évoquant entre autres les centaines de Français qui ont été enlevés et massacrés par le FLN après la prétendue « paix en Algérie » ?

boureau

"Modérer, tout un art !"

Longue vie à "Justice au singulier" cher P. Bilger.

Et mes civilités à Madame Bilger.

Cordialement.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS