« Le Canard égaré | Accueil | Outreau, ça suffit ! »

23 mai 2008

Commentaires

Mr Joe

Chers bloggeurs,
De toute ma longue vie, je n'ai jamais rien lu d'aussi absurde ! PPDA n'est pas cet homme qui mérite tout votre engouement ; vous l'analysez et le présentez tel un demi-dieu...
Je ne prends jamais le temps de commenter les blogs, mais là c'est abuser... PPDA est Mr je lis un texte devant une caméra, et c'est ce qu'il fait si vous ouvrez bien les yeux et écoutiez les drames au Moyen-Orient, Afrique et j'en passe, qu'il récite... vous serez meilleur que lui le jour où vous n'estimerez plus cette personne autant !
Son SuccessKey ? Sa Voix.
J'aurais espéré rencontrer votre intelligence et passion ailleurs.
Avec tous mes respects,
Mr Joe.

Aïssa Lacheb-Boukachache

Oyez oyez braves gens ! Demain jeudi 10 juillet 2008, nous serons 60 millions devant notre petit écran pour le dernier journal de saint et martyr de la politique PPDA ... Nous attendrons ses derniers mots, son dernier sourire, peut-être un discret ricanement voltairien ou une dénonciation sèche de tout ce milieu asservi... Puis snif, sans doute, une grosse larme... nous avons tant chaque soir vieilli ensemble... Personnellement, je le regretterai à ce journal. Un moment historique de télé qui vaut d'être signalé... Le 10 juillet 2008, une date ignoble et assassine pour l'indépendance de l'information. Mais elle survivra au prince ; elle en a vu d'autres...

A tchao donc, PPD... "Vous pouvez éteindre votre télé et reprendre une activité normale...."

Aïssa.

Ktrin

Philippe,

Je viens d'apprendre comme tout le monde pour PPDA. J'ai tout de suite pensé à votre blog.

Votre billet était-il dans un certain sens prémonitoire ?

A bientôt !

jeff de bruges

PPDA n'avait-il pas écopé d'une condamnation pour recel d'abus de biens sociaux (étrange terme) dans l'affaire Botton il y a quelques années ? Cela m'étonne que vous n'y fissiez point mention dans un blog juridique.

Laurent Dingli

Je viens de voir l'excellent dossier spécial du journal de 20h consacré à la faim dans le monde. Je profite de l'occasion pour tirer mon chapeau à PPDA. En tant qu'écologiste, j'ai souvent remarqué qu'il évoquait ces questions bien plus souvent que ses confrères, et cela depuis longtemps.

Ktrin de retour pour parler de l'icône journalistique de Philippe!

Debout aux aurores pour tomber sur votre post : réflexe journalistique, j'ai suivi le fil non pas d'Ariane mais de Catherine Jacob.
Finalement, le lien était intéressant, bourré d'humour et j'ai tout bien lu. Je ne connaissais pas ce blog.
Philippe, reconnaissez-le : vous avez envie qu'il vous invite sur le plateau du 20h, hm ?Hm ? (grand sourire...)
Oui, on a le droit (!) d'avoir ses préférences.
Presse, dis-moi tout !
Et puis, au moins, avec ce portrait, ce journaliste avait sa place au Festival de Cannes. Lieu où, d'après une info sur la Une (là, on fait de la pub pour la même chaîne, quel hasard), il fallait être accrédité et avoir l'exclusivité pour gagner un max côté photos de people.

Digression quand tu nous tiens...

Philippe, vous allez finir par écrire pour des magazines people ! Ce qui en fait n'a rien de mal en soi. Il faut lire de tout pour pouvoir poser ses goûts en la matière.


Je pense tout de même à cette chanson du chanteur que j'affectionne tout particulièrement (vestige de mon adolescence) et que vous-même disiez apprécier, Philippe : "Elle vit sa vie par procuration, etc."

Comme quoi, même vous, Philippe, célèbre avocat général, vous avez (parfois ?) besoin d'admirer.

Qui a dit que les magistrats n'avaient pas leurs préférences en matière de "people" ?


Quant à vous, si je puis avec grand respect et sans cirer les shoes, me permettre cette p'tite réflexion : cela vous rend encore plus accessible sur ce blog.


Bien cordialement à toutes et à tous !

toto

Perso je ne comprends pas que PPDA continue de présenter le JT. En effet il bafouille assez souvent. De plus le JT de TF1 est assez pitoyable de médiocrité.

Cela étant dit c'est certainement qqun d'intelligent et de très cultivé, la preuve il a dit lui-même avoir 20 000 bouquins dans sa bibliothèque.

catherine A.

Poivre en héros romantique, le portrait est beau ; je marcherais presque s'il n'y avait la vraie-fausse interview de Castro, le bébé irakien, une complaisance rare à regarder son nombril et à l'exposer pour ensuite hurler aux chiens voyeurs, un nom et des cheveux pas tout à fait d'origine, des détails, mais qui me dérangent (je sais ils révèlent la faille cachée, la faiblesse enfouie, un certain mal-être, la complexité du personnage... moi ils me bloquent. Aucune importance cela dit car avec un avocat général comme vous Poivre n'a pas besoin de défenseur. Il n'empêche, je trouve votre faible un peu fort.

Catherine JACOB

Dites-nous voir, monsieur l'avocat général, il semblerait qu'il n'y ait pas que la maigrichonne en robe de bal qui figure en effet aux côtés du médiatique personnage sur la couverture de l'hebdomadaire cité, mais également sa page 20 à avoir de l'intérêt !

(Cf. notamment : http:
//instantstele.blogs.liberation.fr/instantstele/2008/03/o-ppda.html )

Pierre-Antoine

Monsieur l'Avocat Général, en lisant ceci de vous sur PPDA:
"Je ne parviens pas à me défaire de l'envie d'aller à la recherche de PPDA. Probablement à cause de cet étonnant hiatus entre ses manifestations publiques et mon intuition secrète. "
Je me demande si mon intuition avouée ne me pousse pas à envisager dans la continuité de votre "secrète intuition" un je ne sais quel obscur désir de voir notre PPDA dans un prétoire.
Reste à savoir à quelle place l'y souhaiteriez-vous... intuitivement bien sûr.

Cordialement

Pierre-Antoine

emachedé

C'est oublier un peu vite ses interviews truquées ou sa manie de courir les jupons.
Quant à sa compétence, vu la dépendance qu'il a à l'égard de sa direction et donc de TF1, elle est plus qu'entachée.

A moins que votre billet ne soit 100% ironique et écrit pour susciter les commentaires.
Sauf pour la phrase sur Claire Chazal ;-) où je vous rejoins totalement.

Emachedé du Blog Cpolitic

Surcouf

Monsieur Bilger je vous donne mon quitus.

Après tout on a encore la liberté de dire haut et fort qu'on aime quelqu'un, que cette personne vous intrigue et même vous fascine.
D'autant plus, dirai-je, si cela ne fait pas forcément consensus.

Mais je ne puis m'empêcher de m'interroger.
Derrière cette approche, cette vision de l'homme public, médiatique qu'est PPDA, monsieur Bilger, ne vous interrogez-vous pas sur certaines "figures", qui depuis 40 ans, comme vous le faites remarquer pour ce présentateur, sont au firmament du monde judiciaire et qui d'un certain côté sont les PPDA de nos tribunaux ?

Patrick PIKE

"Mais, parce qu'il s'agissait de lui, je me suis retenu".
Ainsi donc, Philippe Bilger, selon que l'individu vous plaît ou non, vos flèches sont émoussées ou acérées.
Agissez-vous de même, lorsqu'au banc des accusés le regard d'un de ceux-là capte votre animosité ou votre bonté ?
Vous nous révélez donc qu'un avocat général peut aussi, dans ses réquisitoires, dont on sait bien que pour un même forfait ils peuvent plus ou moins varier dans la peine demandée, de plus aller jusqu'à l'absolution lorsque l'admiration est profonde.
"Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir."

Toutefois, à bien y réfléchir, je me demande si ce non-dit n'est pas encore plus subtil -je n'oserais dire perfide, car à la lecture régulière de vos billets je sais votre humanisme- en dévoilant un fragment du mystère afin que nos imaginations poursuivent leur cheminement.

Mais cette faiblesse avouée pour une icône -non la mienne, je n'en ai guère- qui n'est qu'un homme après tout dissimulant ses failles, qu'on devine, derrière un verre "cathédrale", comme chacun, participe également à la perception de votre humanité.

CyrilLAFON

Monsieur Bilger, je comprends votre fascination pour Patrick Poivre d'Arvor, mais là où je suis assez surpris par votre discours, c'est lorsque vous évoquez, je cite, "la médiocre compétence" de Claire Chazal.

Je ne partage pas votre opinion.
Pourriez-vous m'être plus explicite sur ce sujet ?

Madame de F.

Il y a un peu du loup de Tex Avery dans PPDA...
Il me souvient qu'il interviewa l'actrice Béatrice Dalle. Et ce à la manière d'un duel : il porta l'attaque le premier en lui posant une question indélicate, et la belle le rétama totalement en trois coups de cuillère à pot.
Ce morceau de bravoure est-il enterré pour toujours dans les archives de la télé ? Je ne l'ai jamais revu.

mike

Ah non, pas vous, pas cette faiblesse.
Pas de PPDA, what else ?
Je vous place nettement dans une sphère plus éclairée et plus éclairante.

jpierre

Son journal en est-il meilleur ? Ses contributions littéraires en deviennent-elles essentielles à notre, à votre univers ?

Combien de femmes et d'hommes, qui hormis l'éloignement de la célébrité, correspondent à votre interrogation ?

Je me demande, après votre billet féroce (sans doute mérité) sur Claire Chazal et celui-ci tout embaumé d'encens sur P.P.D.A, si vous ne regardez pas trop la télévision, tout bonnement, tout simplement. Une intoxication aux images de personnes qui ne sont premières et suffisantes qu'à elles-mêmes semble vous avoir atteint.

Monsieur Bilger, je vote pour que vous preniez vos vacances dans un désert, sans connexion satellites.

Catherine JACOB

« Je peux témoigner que cette obligation qui échoit à l'avocat général d'entrer "dans la peau" des accusés constitue, au sein d'un univers dur et tragique, un devoir exaltant. Le paradoxe est qu'on est contraint de passer par soi pour appréhender le plus lucidement possible cet autre, relevant de la même humanité mais apparemment si éloigné de nous. »

Après Montaigne, Descartes et H.Arendt, le discours de l’humaine condition et Philippe Bilger !

L’« argumentation de Montaigne en visant à effacer la différence entre l’homme et l’animal dans le chapitre XII du Deuxième Livre des Essais met en jeu notre connaissance même de ce qu’on peut appeler l’ « humaine condition ». Voilà pourquoi c’est autour de la question de l’homme que nous ouvrirons un dialogue entre nos penseurs», Descartes et Montaigne, expose notamment un normalien, professeur de philosophie, dans la revue « Sens public » sur la base de cette remarque de Descartes que l’on trouve dans la Lettre à Newcastle du 23 novembre 1646, (Œuvres philosophiques, III, p. 693.) et qui manifeste une opposition des plus évidente entre ces deux identités :
« Pour ce qui est de l’entendement ou de la pensée que Montaigne et quelques autres attribuent aux bêtes, je ne puis être de leur avis. »

Lequel professeur de philosophie précise ensuite :
« que la question de l’homme ne peut être immédiatement formulée sans précaution suivant l’expression : « qu’est-ce que l’homme ? ». » car une telle question « semblant renvoyer à la définition réelle d’un terme universel, peut laisser croire qu’on présuppose d’emblée quelque chose comme une essence de l’homme. »

Or donc, nous dites-vous en quelque sorte, et pour votre part, exit l’essence de l’homme, l’homme n’est jamais que cet homme-là. L’homme au singulier PPDA, quel est-il en effet, sinon « à l’image des paysages qui émeuvent, des musiques qui font pleurer, des vies plus fortes que tout », l’un de ces « mystères » singuliers qui demande à conserver une nature non dévoilée de ce qui le caractérise et qui ne s'appréhende que par une "intuition secrète"!!

Si je ne vous savais pas l’auteur de ce billet, je l’attribuerais volontiers à une plume japonaise !

SR

Enfin à la dernière interview télévisée avec le Chef de l'Etat, il était cramoisi, au sens propre comme au figuré, trop bronzé en raison des pistes enneigées dévalées entre deux JT et trop cramé par son allégeance devant un Président fiérot et faussement repentant. Il est effrayant par sa mainmise sur l'information depuis une quarantaine d'années à la télévision, il ne suffit pas de changer le décor du plateau pour marquer son modernisme, ni d'arborer de nouveaux implants ou de parader avec une énième conquête sur la Croisette en costume Prada noeud papillon.

Duval Uzan

Bonjour,
C'est plus qu'un faible, c'est une passion, une déclaration d'amour, une lettre de recommandation, une plaidoirie à la Thierry Lévy... mais je ne sache pas qu'il soit sur les bancs des accusés ??? Vous semblez savoir beaucoup de choses sur PPDA, des mystères, des malheurs, des tragédies. Votre billet est bien beau pour quelqu'un qui ne connaît de PPDA que sa dernière lettre qui est d'un niveau psycho-affectif et intellectuel tout à fait pitoyable. Mais votre billet donne envie d'en savoir plus sur cette "tragédie".
DuvalUzan

LABOCA

PPDA est un admirable : sérieux, compétence et convivialité sont au nombre de ses qualités.
C'est un peu le sauveur de TF1 : celui qui donne envie de regarder cette chaîne en d'autres occasions que la diffusion de grandes rencontres de la ligue des champions.
Monsieur l'Avocat général Bilger a donc eu raison de célébrer PPDA dont la personnalité est si différente de celle de Claire Chazal, certes elle aussi épatante.

sbriglia

Ce siècle avait huit ans, déjà Juvénal perçait sous Cicéron...

Aïssa Lacheb-Boukachache

Je n'y résiste pas. Cher Philippe Bilger, savez-vous que la maison où vécut PPDA toute son enfance et son adolescence, ici, à Reims d'où je suis presque natif et où il est né, où je passe souvent devant, y jetant un regard par habitude, demeurée quasiment en l'état, petite et sympathique maison bourgeoise du centre ville, est occupée actuellement par... un avocat de la défense qui y a son cabinet ?

Salutations.

Bonne nuit.

Aïssa.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS