« La bande est coupable | Accueil | La sécurité n'est plus au Zénith »

22 mars 2009

Commentaires

Marie

Une erreur fut commise quant aux références communiquées dans le cadre de l’affaire de la petite brésilienne. Pour ceux qui désirent avoir la version de l’Eglise, du prêtre qui se trouvait au cœur de l’affaire.

http://www.diocese-frejus-toulon.com/La-verite-de-la-Vie.html


Message de l’Eglise sur le sabotage médiatique dont fait l’objet le pape actuellement.
http://www.diocese-frejus-toulon.com/

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Sabotage-mediatique.html

Laurent Dingli

Têtuniçois, vous dites :
"Je me doute bien que vu l'article mon commentaire n'aura aucune chance d'être publié sur ce blog... Comme pour le blog du soit-disant défenseur de la liberté d'expression (celui de monsieur Vanneste) la censure papale veille..."
C'est fou comme les blogs sont remplis d'inepties proférées par de grands rebelles qui crient à la censure tout en étant publiés.
Vous êtes un sacré rebelle de pacotille, mon cher.
(il faut écrire soi-disant et non pas soit-disant), l’orthographe est encore plus têtue que vous et moi, cher Niçois.

Laurent Dingli

Hum ! Le pape est un "salaud", nous annonce le grand rebelle du blog et représentant du peuple opprimé, Aïssa Lacheb-Boukachache, tandis que Florence ironise avec beaucoup d’élégance sur la religion de la "divine capote".
Le débat prend de l’altitude…
Florence, je vous préfère lorsque vous évoquez deux positions complémentaires, ironiser sur la divine capote quand des milliers de personnes meurent dans de grandes souffrances me paraît vulgaire et très déplacé, quelles que soient par ailleurs vos opinions.
Aïssa Lacheb-Boukachache, vous pouvez conserver la force de votre style sans proférer d’insultes, cher procureur à la lanterne.
Sans transition (comme dirait le susdit A. Lacheb-Boukachache lorsqu'il veut digresser), Fadela Amara, qui m'est pourtant sympathique, a perdu une occasion de se taire en comparant les données ethniques... au port de l'étoile jaune. Il y a un moment où la "discrimination positive" est nécessaire pour combattre une injustice. Et puis cette constante surenchère verbale devient ridicule.
Bravo pour l’excellent « Journée de la jupe » de Jean-Paul Lilienfeld - enfin une vision non manichéenne sur un sujet difficile.
Dernière digression (cela restera exceptionnel, cher Philippe, ne m‘en veuillez pas trop, je sais que cela vous agace) : amusant le bide monumental de la camarade Aubry au Zénith lors de sa kermesse sur la prétendue fin des libertés publiques... Une déconvenue qui ferait friser de jalousie les moustaches de ce brave Edwy Plenel, champion des pétards mouillés et autres scoops qui font « plouf », « plouf » sur le plateau de « Ripostes », formidable glissade à faire verdir de rage l’amuseur public dont les prestations finissent toujours en béarnaise - j’ai nommé le cocasse et donquichottesque Bayrou - pantalonnade capable aussi d‘humilier la reine de la branchitude, experte en gigantesques panades, sœur Marie Ségolène du Mont Charléty et de la Grande Muraille de Chine.
Et, pour ne pas oublier l'idole de Marie : Vive le Québec libre ! (ça fait toujours du bien)
Mais revenons à notre troupeau (au sens chrétien). Je rejoins Pierre-Antoine sur ce constat simple : on se permet avec le pape et l’Eglise catholique ce que l’on ne se permettra jamais avec les dignitaires de l’Islam... Sauf quand on a le courage assez désespéré et sans doute un peu suicidaire d’un Michel Houellebecq.

Ludovic

Aïssa,

Je vous remercie pour ces compliments, je suis très touché. En effet, je commence toujours mes commentaires par "Bonjour, ou bonsoir, Monsieur Bilger". Il s'agit tout simplement de politesse, comme vous l'avez noté ; je me refuse à être trop familier vis-à-vis de notre hôte, alors je me vois mal l'appeler PB, ou Philippe. J'apprécie également beaucoup vos commentaires, cher Aïssa, toujours bien écrits, même si vous vous emportez souvent. On sent en vous une certaine colère, que je comprends, sans pourtant la partager.
Bien à vous.

Blanc Cassis

Bush est parti et Benoit XVI a pris sa place car la Pensée Unique a horreur du vide de Grandes Causes à combattre.
Vive l'Amérique et son nouveau prophète,
qui multiplie les dollars (virtuels) comme des petits pains !
La France, enfant prodigue, est retournée en son Temple.

JPLedun

Je reviens sur le rôle des médias, puisqu’il me semble que vous l’évoquez au début de votre billet.

La plupart de nos peurs sont amplifiées par les journalistes. Des gens qui en règle générale, boivent des litres de café, fument trop et ne se bougent pas.

(En règle générale… prudence, prudence, les chevaliers blancs des causes perdues sont á l’affût)

Il n’est pas étonnant des lors que la plupart des dépêches soient dépressives…

Plus sérieusement.
Dans cette affaire comme dans bien d’autres affolements médiatiques, l’information pure, la vraie,
l’information brute reste sur le carreau et nous, demandeurs d’infos probantes, nous sommes roulés (dans la farine ?).

La désinformation est pour moi une vraie plaie, dans le « jeu » démocratique.

Que faire pour changer cet état d’esprit ?

Quand je pense que les paroles du pape sur le préservatif, mal retransmises, peuvent (et vont) causer des ravages.

Quelle agence de presse va lever la main la première pour s’accuser de l’erreur ?

Alexandre

PS @ Baudricourt
En amoureux du Brésil, j’ai apprécié le but de Sócrates dans une video de votre blog.

Têtuniçois

On a pu voir la violence des catholiques dimanche matin à la sortie de la messe...
Des militants pacifiques d'act up étaient allongés dans la rue devant la cathédrale.
Ils protestaient contre les propos du pape.
Des catholiques leur ont balancé des oeufs (c'est vrai que la nourriture on peut la balancer même si des gens crèvent de faim...) et ils ont frappé à coups de pieds les personnes allongées par terre en leur disant qu'ils devaient vite crever du sida.
Voilà comment réagissent les catholiques soit-disant "non-violents"...
J'imagine que si l'Eglise avait encore le pouvoir elle aurait allumé un bûcher.
Chassez l'inquisition et les croisades, elles reviennent au galop.
Je me doute bien que vu l'article mon commentaire n'aura aucune chance d'être publié sur ce blog...
Comme pour le blog du soit-disant défenseur de la liberté d'expression (celui de monsieur Vanneste) la censure papale veille...

Alexandre

@ Baudricourt

Je suis étonné de votre étonnement.
Une entreprise, c’est fait pour faire de l’argent, pas besoin d’être anarchiste pour ne pas avoir de doutes là-dessus.
Comment encadrer les entreprises ? Par des lois. Ah, mince, ce n’est pas l’anarchie qui peut nous les faire appliquer... (pas le reste non plus, je vous l`accorde).
Comme disait Léo, avant de faire la révolution il faut faire le ménage dans sa tête.

D’un autre côté, le Pape a beau jeu de faire des cadeaux avec l’argent des autres.

Moi aussi, le cancer, je suis contre.

Aïssa Lacheb-Boukachache

Alexandre,

Tout de suite la mouche, quart de tour, eh eh!... Pour le manuel, je crois que vous confondez Bigeard et Aussaresses ... Mais bref ... :)


Bonne nuit.

Aïssa.

Alexandre

Aïssa

Les escadrons de la mort se portent bien, je vous remercie. Comme le Général Bigeard et mieux que ses crevettes.
Il est remarquable que le second a formé les chefs des premiers, à l’École de Guerre française.
Je crois même que le célèbre manuel sur la torture qui aurait été émis par Bigeard pour la bataille d’Alger a été traduit en portugais.
Ce qui est sûr, c’est que l’AI-5 qui retire tous les droits civiques au Brésil en 1968 et donne la mission de police aux militaires avec amnistie préventive totale de tous les crimes qu’ils pourront commettre dans ce cadre, est la traduction directe de ce qui a été fait à Alger. C’est même un argument de défense dans la bouche des anciens dictateurs : ils n’ont pas fait pire que ce grand pays des droits de l’Homme qu’est la France.
Comme quoi le monde est petit…

Aude

Il y a un enseignement à tirer de la prise de position du pape dans l’histoire de cette fillette brésilienne et dans la lutte contre le SIDA.

L’Eglise catholique (du moins son plus haut représentant) privilégie les êtres potentiels et à naître aux hommes et aux femmes qui vivent sur cette terre. La vie future de deux fœtus qui n’ont rien encore de ce qui fait un être humain (le conscience de soi, la capacité de ressentir et de souffrir) justifie que l’on hypothèque gravement la vie d’une enfant, qu’on lui inflige des souffrances physiques et morales atroces en plus de celles qu’elle a déjà vécues.

La possibilité de concevoir qui existe lors d’un rapport sexuel, et l’obligation absolue de ne rien entreprendre qui puisse entraver cette possibilité, justifie que l’on expose des millions d’hommes et de femmes au virus du SIDA, à une lente agonie et une mort certaine faute d’accès à un traitement.

Quelle ignominie.

Marie

Etant donné les méprises, les désinformations et les mauvaises traductions… de journalistes, voici quelques liens qui permettent de mieux comprendre :

1)la levée de l’excommunication des évêques,
2)l’Eglise et le sida,
3)la vérité sur l’affaire de la petite fille du Brésil


L'Eglise et le sida :

http://www.eglise.catholique.fr/actualites-et-evenements/dossiers/voyage-de-benoit-xvi-en-afrique/leglise-et-le-sida.html


Communiqué de Mgr Rey à la suite de la levée de l’excommunication des évêques consacrés par Mgr Lefebvre sans mandat pontifical.

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Note-canonique-sur-la-levee-de-l.html


A propos de la petite fille brésilienne violée qui a subi un avortement.
« La manière dont cette affaire a été souvent rapportée et traitée travestit l’objectivité des faits, et instrumentalise un drame particulier ». Retrouvez ici le communiqué de monseigneur Rey et le témoignage du Père Rodrigues, curé de Alagoinha.

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Note-canonique-sur-la-levee-de-l.html

Aïssa Lacheb-Boukachache

Il y a une personne ici qui m'épate (au meilleur sens du terme) par sa mesure, sa politesse, son honnêteté et son intégrité intellectuelles, son respect sans flagornerie jamais, quoiqu'il commence toujours par "Monsieur Bilger" et ce "Monsieur Bilger" donné calmement à ce cher PB davantage seul contre tous que moi, cher Florence, m'énerve un peu, c'est Ludovic... Je me demande comment il fait. C'est un vrai compliment, cher Ludovic, je vous envie et aimerais tant pouvoir votre attitude...


Alexandre, mon cher, je suis tout à fait d'accord avec vous... Tiens, au fait, puisque vous êtes au Brésil, donnez-nous donc un peu des nouvelles de ces fameux escadrons de la mort... Se portent-ils bien ? Ont-il été excommuniés par quelque évêque de Récife voire du pape ?... Ah, ne dites pas que je suis cynique ou cruel ou les deux... Je ne cherche que m'informer. Comme je vous informe en retour... Tenez : les homosexuels ne revendiquent rien tant que le mariage civil, républicain, à la Mairie, cher, l'Eglise c'est secondaire, au tout venant, si elle veut bien, si ils (elles) veulent bien, ce n'est pas important... Vous vous égariez...


Aïssa.

Baudricourt

Est-ce l’école Benderienne ? (private joke)
En tout cas, comme le rappelle le causant philosophe François Miclo, qui se soucie des malades africains ?
Parce que l’anarchiste qui a appelé, à peine descendu de son avion, à une gratuité des trithérapies pour les malades en Afrique, c’est Benoît XVI...
De quoi bousculer les dogmes de bien des chapelles !

Le plus révélateur n’est-il pas la vitesse avec laquelle toute l’« intelligentsia » téléviso-médiatique s’est emballée contre le pape aujourd’hui, demain telle vedette, après-demain peut-être moi, vous ?

Le plus drôle c’est que la plupart de ces bonnes âmes anti-papistes sont salariées de groupes de presses propriétés de conglomérats financiers ayant également des intérêts dans les industries pharmaceutiques.
Qui pour des histoires de brevets, en fait de gros sous, bloquent l’acheminement des médicaments aux malades africains.
Mais ça, c’est pas criminel !

Florence

@Aïssa,

Je vous aime bien Aïssa. Vous avez un je ne sais quoi que j'aime. Une sorte de rebellion que j'aime et une sorte d'agressivité et de tendance à vouloir être seul contre tous que j'aime aussi. Que je sois ce soir votre cible ne me dérange pas. Vous avez vos opinions, fortes, et j'ai les miennes, tout aussi fortes. Qu'elles soient contradictoires ne me dérange pas plus que ça. Je suis désolée de vous accabler de mes opinions mais sachez que je ne suis pas accablée des vôtres. Il m'en faut davantage pour m'accabler et je suis absolument certaine que mes petits commentaires ne vous ont pas accablé tant que cela. Aïssa, vous et moi ne sommes tout de même pas "accablables" aussi facilement !

Florence

Alexandre,

Je vous comprends bien et je partage votre avis. Le même acte, refuser de donner l'aumône aux enfants, a plusieurs raisons totalement différentes. Celui qui refuse pour sa cause à lui, à savoir la révolution qu'il souhaite, et celui qui refuse pour le bien des enfants en souhaitant qu'ils retrouvent le chemin de l'école. Un gouffre entre les deux.
Et puis, il y a celui qui donne ; qui sait qui a raison ?
Je fais partie de ceux qui ne donnent pas et c'est très dur à chaque fois. Je doute sur l'instant. Je sais qu'il ne faut pas encourager la mendicité et puis j'ai peur d'avoir laisser quelqu'un mourir... Il m'arrive parfois des "aventures" qui me confirment dans ma position. Un mendiant qui crie sa faim me couvre d'insultes quand je propose gentiment un sandwich...

Je pense que ce dilemme est tout à fait comparable avec le problème du préservatif. On en distribue en quantité et par là, on sauve peut-être des vies mais sur le fond, rien n'est résolu.

Nous avons besoin des deux positions. Nous avons besoin de soignants qui donnent les préservatifs dans l'immédiat et nous avons besoin de voix fortes pour dire que ce n'est pas La Solution.

Je suis consternée par la sottise médiatique actuelle ! Les deux messages sont complémentaires. C'est évident mais la sottise est la plus forte.

Ludovic

Bonsoir M. Bilger,

Avant tout, je suis ce que d'autres que moi ont désigné comme un "bilgérien" ce qui veut dire que je vous aime beaucoup et ne manque jamais, ni de vous défendre, bien modestement, ni de saluer votre sagacité et votre pertinence de raisonnement, toujours très nuancée. Je n'ai guère le temps ce soir de me lancer dans la polémique et je n'ai pas pris le temps de lire les précédents commentaires.
Toutefois, ce soir, votre billet me peine, même si sa seconde partie est plus consensuelle que la première. Je ne suis pas un "bouffeur de curés", j'ai beaucoup de respect pour le sacré, le sentiment religieux, la foi en ce qu'elle a d'intime et que j'envie. Je suis, comme vous le savez, agnostique, ou plutôt déiste à la manière de Voltaire. Ce midi encore je déjeunais avec un de mes amis, prêtre catholique (je préfère déjeuner avec eux plutôt que les bouffer) qui me faisait part de son désarroi face aux évolutions que Benoît XVI a imposées a son église. N'en déplaise à Maître Eolas, que vous citez, le Pape n'est pas seulement le chef de l'église catholique, il est dans sa nomenclature officielle le Vicaire du Christ, et à ce titre, il est bien le représentant ( pour les catholiques) de Dieu sur Terre. Le pape Benoît XVI a bel et bien dérapé, et ce n'est pas être anticlérical que de condamner les propos qu'il a cru bon tenir lors de sa visite officielle au Cameroun. Dire que le préservatif aggrave le problème du sida est une contre vérité insupportable. Le préservatif est LE SEUL ET UNIQUE MOYEN DE SE PROTEGER DE CETTE EFFROYABLE MALADIE, qui frappe en Afrique, plus qu'ailleurs, et pas seulement les homosexuels. Jeudi dernier, l'émission "Envoyé spécial" évoquait la dramatique situation du Swaziland, pays inconnu de la plupart des gens, qui bat le sinistre record mondial du taux de malades contaminés par le VIH (50% de la population adulte).
Assimiler, comme vous le faites, la critique des propos du Pape, même s'il n'a pas dit que cela bien sûr, à de l'anticléricalisme primaire, est navrant. Les catholiques pratiquants, j'en fréquente beaucoup, sont déboussolés, ils ne sont pas les derniers à se mêler à la vindicte contre Benoit XVI. On peut être catholique pratiquant et ne pas se calquer sur la posture officielle du Pape, c'est le cas de bon nombre d'évêques (l'embarras de Mgr Di Falco, interrogé sur le sujet, en dit long).
Le Pape porte une responsabilité particulière pour ce qu'il représente, entendons-nous bien, je ne le qualifie nullement de criminel, ce qui serait absurde, mais d'irresponsable au regard de la réalité de cette pandémie en Afrique. Pourquoi ne dit-on pas qu'au Sénégal, pour prendre un exemple, l'homosexualité est passible de 5 ans de détention, et plus grave encore, que la distribution de préservatifs est délictuelle. Le Président de l'association sénégalaise de lutte contre le sida a été à ce titre incarcéré, au seul motif que la lutte contre le sida, perçu comme une forme de châtiment divin, y est interdit. Ce n'est pas le Pape que l'on blâme aujourd'hui, mais l'individu Ratzinger devenu Benoît XVI, que rien n'autorise à énoncer pareille contrevérité. Qu'il réintègre les intégristes est une chose, qu'il fustige la lutte contre une pandémie mondiale en est une autre.
M. Bilger, vous qui représentez le ministère public, la défense de la société, l'application de la Loi de la République, devriez le savoir mieux que tout autre.

Marie

Commentaire relevé sur le blog de B. Frappat :

"...je suis camerounaise et je vis au Cameroun. Le pape est donc dans mon pays. je suis très contente que les européens se soucient de ma santé au point de dire d'un chef d'Etat doublé d'un haut responsable religieux qu'il est***** je ne vais pas salir mon post avec tout ce qui a été dit sur lui. Veuillez cesser de nous prendre pour des chien(ne)s. En afrique TOUT ne se limite pas au sexe. Alors lorsque le Pape voudrait qu'on abandonne une attitude sexuelle débridée au bénéfice d'une attitude responsable, de grâce, ne dites pas nous aimer en rejetant d'une manière bien peu honorable (pour des personnes civilisées) ses propos. Et puis ce n'est pas une révolution que le pape a faite car l'église a TOUJOURS encouragé la fidélité pour les couples et la chasteté pour la jeunesse et les célibataires en général au détriment du préservatif. Ce qui rentre en droite ligne avec une religion qui prêche un amour vrai et non un bref passage entre des draps quelconque. Au lieu de vous en faire pour vos "soeurs" africaines, comme le disait le Christ sur le chemin de Golgotha "pleurez (femmes de Jerusalem, d'Europe, d'occident) pour vous-même et pour vos enfants". L'amour vrai attend= chasteté. et l'amour = fidélité. des choses que beaucoup de personnes ont perdu de vue. J'aime l'idéal de mon église et je sais que ceux qui poussent de grands cris horrifiés aujourd'hui auraient pleuré de douleur si le Pape disait "mes chers enfants, le préservatif est le sauveur de l'humanité" ne nous leurrons pas nous sommes Tous sans exceptions chercheurs de Dieu mais ayons du respect et de l'amour pour chacun de nous et vous verrez que tout ira bien. Recevez les salutations du Cameroun."
Carole Ndengue

Aïssa Lacheb-Boukachache

@Florence

Je ne voudrais pas être odieux avec vous mais, tout de même, là vous y allez fort dans la provocation stupide...

On fait dans la facilité, on tue ceux qui dérangent, écrivez-vous ... Ainsi, selon vous, ce qui a été fait pour l'intérêt et la vie de cette fillette est une facilité ... Ce qui dérange serait qu'elle accouche, qu'elle mette au monde le fruit de ce viol, de ce quasi inceste, à 9 ans, pour peu qu'on l'ait encadrée et soutenue comme il aurait convenu ... Et c'est vous, une femme, qui écrivez ces énormités!... On est des salauds d'évacuer à coups d'avortements "faciles", d'éviter de graves complications médicales à cette enfant voire la mort, ce qui "dérange" ... On croit rêver quand on vous lit!

Elle aurait peut-être survécu à un accouchement, pour peu, etc., écrivez-vous encore ... Je n'en sais rien, ajoutez-vous ... Certainement plus que vous, chère dame, car je suis dans le milieu médical, paramédical et hospitalier et si je n'ai jamais exercé en néonatalité, je connais le secteur et ceux, soignant(es), qui y travaillent. Le Brésil, comme n'importe quel pays au monde, n'a pas le monopole de ces tristes choses, de ces drames, de ces crimes ... J'épargnerai à tous ici ce que j'ai pu voir et savoir de ces enfants, bébés même, hospitalisés dans ces services, les nôtres; j'y mettrai la force de mon récit que je serais encore en dessous de la terrible réalité. Sachez seulement que tous et toutes, médecins, infirmières, psychologues, autres, de ces services sont les plus dévoués, encadrants et soutiens médicaux et psychologiques qui soient, et qu'à ce jour, aucun n'a pris la sordide responsabilité et l'immense risque létale pour la mère de faire mener à terme, même dans ces meilleures conditions d'accompagnement, une grossesse d'une enfant de 9 ans violée ...

Je répète: je ne veux pas être odieux avec vous ... Cependant, il y a des fois, comme aujourd'hui, où vous devriez faire relire votre commentaire par une personne sensée, avant de l'envoyer et de nous en accabler ...


Aïssa.

pierre-Antoine

Courage fuyons !

Ce qui est étonnant, dramatique devrais-je dire, c'est qu'en bien des points, la position de l'église catholique romaine diffère peu de la position de l'islam... qui est même parfois plus extrême...

Alors pourquoi donc ne trouve-t-on pas la même véhémence envers eux ?

Mais oui... pourquoi donc ? Avez-vous une explication ? Moi je n'en vois aucune... sauf à dire que ce serait la peur d'une fatwa...
Mais je vois mal les amuseurs publics et autre baveux courageux fuir devant une prise de position simplement "spirituelle" !

Allez un peu de courage... osez dénoncer aussi les positions de l'Islam avec la même véhémence !!!

Cordialement avec interrogation.

Pierre-Antoine

Alexandre

@ Florence
Je vous suis tout à fait sur le risque de détourner les enfants de l’école en les encourageant à mendier. Je ne prétends pas faire une chose intelligente en donnant des piécettes, d’ailleurs j’en donne de moins en moins souvent.
Cet exemple était juste pour illustrer le mécanisme d’un raisonnement pervers : pour le bien d’une population, tuons dans l'oeuf les autres solutions afin que la population soit contrainte à adopter les méthodes radicales que je prône. Cela pour leur bien car les méthodes pragmatiques moins radicales ne conduiraient pas vers mon projet de société, que je considère comme une évidence. (cf mon post précédent).
Raisonnement on ne peut plus odieux dans la bouche de personnes qui prétendent respecter la Vie en ne faisant aucune concession, même dans les cas extrêmes de viol accompagné de risque médical très important.

Sinon, je suis totalement d’accord avec vous quand vous dites que notre société est loin d’être déchristianisée. Le siècle n’a jamais autant promu les valeurs chrétiennes : comment ne pas voir que le mariage gay est plus une reconnaissance qu’une menace aux valeurs chrétiennes, que la démocratie est la déclinaison politique de considérer son prochain comme soi-même. Les pays chrétiens sont souvent les moins belliqueux en accord avec l’horreur de tuer. Enfin même la laïcité n’est–elle pas la distinction entre ce qui est à César et ce qui est à Dieu ? Le Pape suivra tout ça tôt ou tard, pas trop d’inquiétude à avoir pour la religion catholique.
À côté les autres grandes religions en sont encore au Djihad et à la loi du Talion, sublimés seulement en théorie. Le dieu externe qui dicte les frontières est aussi un problème, ainsi que la prière en arabe ou en yiddish.

Sur le modèle d’avoir un seul partenaire, on ne saurait répondre mieux qu’un Ministre (lien), un ancien « subversif violent » qui fut enfermé puis exilé par la dictature que certains semblent préférer au syndicalisme éclairé actuellement en place.

Drão o amor da gente é como um grão
Uma semente de ilusão
Tem que morrer pra germinar plantar nalgum lugar
Ressuscitar no chão nossa semeadura
(...)
O verdadeiro amor é vão, estende-se, infinito
Imenso monolito, nossa arquitetura
Quem poderá fazer aquele amor morrer!
(...)
Morre, nasce trigo, vive morre, pão.

mike

En se payant le pape, comme vous dites, c'est la foi en un Dieu miséricordieux que beaucoup souhaitent anéantir.
Le pape peut dire des sottises, pour les croyants ce n'est pas fondamental, les Evangiles étant leur credo ; en revanche pour les anti, c'est pain bénit, si j'ose dire.
Il reste que Benoît XVI devrait travailler un peu plus en équipe.

Florence

Cher Philippe,

Il existe sur le net un manifeste de soutien au Pape. Si le coeur vous en dit :

http://www.benoitjaiconfianceentoi.org/

Aude

Ne pas vouloir hurler avec les loups est tout à fait louable, et je comprends que le déchaînement actuel de passions autour du pape vous pousse à prendre sa défense… mais je crains malheureusement que les propos qu’il a tenus dans cet avion – même après rectification – ne soient pas défendables.

Il faut cependant reconnaître que sa position sur le sujet du préservatif n’est pas différente de celle de son prédécesseur… mais Monsieur Ratzinger est bien moins bon communiquant que Monsieur Wojtyla, donc la pilule (si j’ose dire !) passe moins bien. Etre médiatique ou ne pas être, voilà qui change tout.

Le mot respect revient souvent dans votre texte. Or, le fait religieux, ses institutions et ses prélats ne méritent en tant que tel aucun respect particulier. A la limite, qu’ils suscitent une certaine méfiance ou un a priori négatif me semble même légitime : les plus grands penseurs de la fin du XIXème siècle et du début du XXème ont démontré que les mécanismes qui sous-tendent ce fait religieux (névrose, haine de soi, revanche des faibles ou instrument d’asservissement au service des puissants) n’ont rien de très glorieux.

Alors quand un chef religieux tient des propos à la fois scientifiquement aberrant et moralement criminel, il y a toutes les raisons de s’émouvoir et de se révolter, voire même de pratiquer l’ironie, la désinvolture ou le mépris.

Quant à la ferveur des populations africaines lors de la visite du pape… à quoi d’autre ce continent sans espoir qui se meurt, notamment du sida, pourrait-il se raccrocher ? Il est facile de se passer de la religion quand on est un occidental aisé et bien portant, beaucoup moins quand on souffre.

A cet égard, le reportage d’Envoyé spécial diffusé cette semaine sur l’influence de l’église évangélique au Swaziland, pays dont la moitié de la population adulte est séropositive, est édifiant. Ou comment d’ancien hommes d’affaires véreux reconvertis en prêcheurs illuminés exploitent le désespoir d’une population.

Aïssa Lacheb-Boukachache

C'est par le lien sur votre blog, cher PB, que j'ai su l'existence du blog d'Eolas, avocat. J'y suis allé une fois, au début de mon intervention ici, par curiosité, puis me suis fait une règle de n'y plus jamais retourner tant que j'interviendrai en le vôtre, c'est-à-dire en celui d'un autre membre (magistrat, cette fois) du monde judiciaire. Cette règle, je l'ai tenue. A l'instant, j'y fais une entrave car vous le citez avec force persuasion à l'appui de votre démonstration, et le sujet étant suffisamment grave. J'ai lu. De la banale glose de baveux; pas de quoi en faire un plat et qui ne convaincra guère que ceux qui, tels vous, ne souhaitent qu'être convaincus ... Ses trois points:

1) Williamsonn n'est pas évêque de l'Eglise officielle catholique, apostolique, etc., mais evêque de la Fraternité extrémiste Saint-Machin-Lefevre, etc. Il a donc été excommunié par Jean-Paul II en tant que "simple" catholique, mettons, plus de sacrements, etc. Ceci (c'est moi qui précise) sans renoncement ni contrepartie et de la part du susdit et de celle de sa Fraternité ... Eh bien, quelle charge d'Eolas contre son "client" Benoît! Car c'est encore pire dans le sordide que cette levée d'excommunication contre ceux-là et dans ces conditions. Car c'est -ce serait- signer la soumission de l'Eglise officielle à ce groupuscule ne représentant rien que lui-même et quelques milliers de partisans ... Ce n'est plus du pardon chrétien, c'est de la soumission, c'est Canossa!... C'est au-delà même de l'intégration de cet extrémisme à l'Eglise, c'est intégrer l'Eglise à cet extrémisme!

2) La mère de la fillette brésilienne violée et enceinte à 9 ans, la mère donc excommuniée non par le pape mais par l'archi-évêque de Récife (excommunication aussitôt levée, dit Eolas, par la conférence des évêques du Brésil)/ Notons au passage que cette excommunication n'aurait sans doute pas été aussi promptement levée si l'Opinion et les médias ne s'étaient sentis profondément offensés par cette affaire ni ne l'avait dit haut et fort. Ainsi, le pape, n'ayant pas excommunié lui-même serait innocent de ce dont on l'incrimine, en l'occurrence cette excommunication. Mais de qui se moque-t-il? Eolas -comme vous, cher PB- ignore-t-il que "qui ne dit mot consent"?... On l'attend encore la réaction du pape contre l'excommunication de cette mère dont la responsabilité et l'initiative n'incomberaient qu'à cet évêque. C'est le phénomène dialectique de la bande dont nous parlions tantôt ... La responsabilité d'une action subtilement diluée dans le groupe innocent ... Mais l'Eglise officielle n'est pas une bande quelconque dont n'importe quel membre pourrait faire et dire comme il l'entend sans que le chef suprême en soit écarté de ce seul fait.

3) Le préservatif. On a parfaitement compris, tous, les médias et ceux qui prêtent attention à ces discours et y réfléchissent, que le propos du pape n'était pas, en l'espèce, d'incriminer celui-ci (le préservatif) mais une certaine sexualité débridée (selon la morale catholique) voire perverse ... Or, le pape ne s'adresse pas à ceux-là déjà au fait et convaincus, ce serait redondance inutile ... Sa parole est entendue par des milliards de personnes, en Afrique et ailleurs, des personnes qui ne savent pas toutes, loin s'en faut, la subtilité langagière, rhétorique, et qui seraient tentées, car peu ou prou croyantes ou en tout cas estimant le pape et la valeur de sa parole, de prendre la lettre de celle-ci, n'ayant pas accès à son esprit ... Partant, elles négligeraient ce moyen efficace et prouvé de ne pas se contaminer et de ne pas contaminer par cette maladie. Voila où se niche, en ceci, l'insidieux de la position papale. Il est écrit dans les Evangiles ceci (je ne sais plus quel verset): "Vous croirez faire bien et vous ferez mal et inversement ...". C'est exactement à cet endroit que se situe cette position du pape. Il peut croire qu'il fait bien; en réalité, c'est l'hécatombe qu'il invoque et entretien ...


Voila pour Eolas. Je n'y reviendrai plus ...


Aïssa.

Polochon

@Jean-Dominique Reffait

Il est évident que le pape ne s'est pas placé sur un plan technique (je pensais que ce serait évident pour vous).
Il a défendu l'aspect éthique.
Il est clair en effet que le vagabondage sexuel augmente les risques et que d'un certain point de vue, la sécurité offerte par le préservatif augmente le vagabondage sexuel. Je suis certain que dans certains situations, il pensera que le préservatif est un moindre mal.
Je suis même en-dessous de ce qu'a dit le Pape car ce qu'il a en fait défendu, c'est sa conception des rapports humains, de l'amour et du respect des autres.
Qu'il communique mal, c'est un fait mais que certains traduisent mal et déforment ses pensées, cela me semble également très clair.
Il y a dans les médias, chez certains hommes politiques et chez la plupart des animateurs (chargés de faire rire les Français), une tendance très nette à être contre tout ce que peut dire le pape, à être pour le mariage homosexuel, pour le droit à mourir "dans la dignité", c'est là leur pensée unique !
Heureusement, beaucoup de blogs sont des espaces de liberté.

francis

Il est évident que le préservatif ne résout pas le problème du SIDA. Serait-il donné, encore faudrait-il l'expliquer aux ignares, tout en sachant que son efficacité n'est pas totalement garantie. Le Pape se doit d'affirmer encore la doctrine catholique, faite de moralité réciproque, aux couples mariés, en matière de sexualité. La pesanteur teutonne fait qu'il s'exprime maladroitement sur les problèmes de la société ; de plus, il est loin de la réalité de la vie des gens. Il va bientôt se répéter que le Pape ignore l'anatomie élémentaire puisqu'il met la capote à l'index ! Or le problème du SIDA est une affaire grave qui interpelle au premier chef les spécialistes de santé publique. Il n'y a pas là matière à rire.

Alexandre

@ Duval Uzan
"Y a-t-il un seul parent parmi nous qui ne souhaite pas que son enfant n’ait qu’un seul partenaire sexuel, et cela quelle que soit sa religion ?"

Bien sûr que oui, je souhaite que mes enfants se déniaisent un peu (beaucoup) avant de promettre quoi que ce soit de ce côté-là. Si ça peut leur épargner la douleur d’un divorce, ou simplement d’être malheureux toute la vie comme l’étaient parfois nos aïeux...
Et surtout, ce que je ne supporterais pas, c’est que mes enfants jouent à singer les parents en se mettant en couples « sérieux » à 18 ans. Car c’est un âge auquel on évolue beaucoup mentalement, on bouge physiquement avec les études à l’étranger, etc. Pour moi, pas d’engagement sérieux avant d’avoir fini ses études, d’être indépendant et de vivre chez soi où on fait ce qu’on veut. Avant ce temps-là, quelle est la solution ? Castrer chimiquement nos enfants ? Ou à coups de missel, au risque de provoquer des frustrations et de faire des handicapés du sentiment ? Ou bien être de ces parents qui, pour contrôler les fréquentations de leur fille, invitent le boutonneux à venir consommer chez eux et prennent le matin le petit déjeuner « en famille » avec le petit ami aux hormones satisfaites ?
AARRRRRRGHHH. De défection à défécation il n’y a qu’un AHH de résignation, comme disait Desproges.
Finalement promouvoir l’usage des capotes en plus de fréquentations raisonnables en qualité et quantité, en expliquant par un calcul mathématique et la loi de Murphy que la probabilité d’avoir une rupture de latex non détectée un soir d’ovulation est assez élevée quand même, ça ne me semble pas totalement inconséquent.

Mais, quoi qu’on choisisse, il est criminel de disqualifier des comportements qui peuvent sauver la vie des gens, surtout après avoir fait de la publicité sur l’excommunication des médecins qui ont sauvé une gamine et tué deux fœtus au nom du même principe du respect de la Vie avant tout.
C’est écrit dans les Evangiles : ceux qui jugent sévèrement seront jugés avec la même intransigeance. Le Pape le sait bien, c’est pourquoi il a été très gêné je crois par l’excès de zèle de l’archevêque de Recife, qui n’avait pas besoin d’être fier de ces excommunications.

En résumé, votre étonnante affirmation interrogative illustre le genre d’évidence dont il faut s’affranchir avant de poser le débat, au risque d’aller dans le mur.
Mais vous avez le mérite de poser la question clairement, alors que dans le billet de Philippe Bilger un présupposé similaire semble s’être glissé subtilement dans son « humanisation ».
Je n’ai toujours pas bien compris ce qu’il voulait dire avec ce mot-là.

Cordialement

SR

Le véritable courage politique serait qu'un journaliste français dise de quoi est décédée Madame Bongo, 45 ans. Et à partir de cette vérité, avancer l'idée que le sida touche tout le monde.

Olivier

Merci de ce billet.
Permettez-moi de vous recommander les billets fournis de Koztoujours :

http://www.koztoujours.fr/?p=3568
http://www.koztoujours.fr/?p=3640

Florence

@ Aïssa

Qui vous dit que la fillette n'aurait pas survécu à une grossesse si elle avait été accompagnée moralement et médicalement, si pour la première fois de sa vie, elle avait été soutenue et aidée ? Vous n'en savez strictement rien. Et moi non plus.

On est dans la facilité : on tue ceux qui dérangent et on refile des capotes aux Africains. C'est beaucoup plus facile que de s'attaquer aux vrais problèmes, à savoir la pauvreté, le manque d'infrastructures médicales, la corruption de dirigeants indifférents au sort de leur peuple.

@ Alexandre

Il y a ceux qui vous disent "tu retardes la révolution" quand vous donnez aux enfants pauvres quelques menues piécettes et puis il y a ceux qui vous disent "tu détournes les enfants de l'école puisque mendier leur est du coup plus profitable à court terme". C'est un autre point de vue.

Philippe,
à quand une loi pour rendre obligatoire le port du préservatif ?

Véronique Raffeneau

@ Aïssa

"Si cela s'était passé en France, si les parents de cette enfant violée et enceinte à 9 ans, écoutant ce pape et redoutant l'excommunication (...) auriez-vous donné une suite à cette plainte et inculpé comme il se devrait, c'est-à-dire un criminel par autorité morale et procuration, celui-ci ? J'en doute ..."

Eh bien vous avez absolument raison de douter fortement que PB procureur donnerait la moindre suite à cette plainte.

Pour la très simple et très évidente raison que le Pape n'a, A AUCUN MOMENT, prononcé une quelconque décision d'excommunication ou fait part d’une approbation à celle-ci.

Si vous aviez seulement lu, même distraitement, ceci :

Par "une tribune de Monseigneur Rino Fisichella, archevêque, président de l’Académie Pontificale pour la Vie, parue dans l’Osservatore Romano, quotidien du Vatican, dont on peut dire qu’il retranscrit la position officielle..."
(introduction du billet " Le Vatican est " du côté de la fillette brésilienne" www.koztoujours.fr - 15-03)

vous sauriez, Aïssa, quel est le camp du Vatican au sujet de cette enfant.

Florence

Bravo Philippe et merci pour ce billet. Je partage tout à fait votre avis.

Cette attaque incroyablement violente me rappelle celle dont avait été l'objet Jean-Paul II au cours de la première partie de son pontificat. Les chiens avaient aussi beaucoup aboyé... Il avait déjà été traité d'assassin et tout le toutim. On oublie vite.
Ensuite, je me pose la question du pourquoi de cette violence. Si le pape laissait tout le monde indifférent, si les églises étaient aussi vides qu'on le dit, qui se soucierait de ce que raconte un vieux monsieur dans un avion ? Il faut donc en conclure que le catholicisme n'est pas mort et qu'au contraire, il est encore bien vivant. Certains sentent bien que Benoît XVI est un pape qui agit pour le catholicisme.

Finalement, je pense que cette incroyable polémique sera une bonne chose. En effet, même dans nos sociétés déchristiannisées, le pape a une parole extrêmement forte, tellement forte, qu'il faut Juppé, Yade, Ruquier, Aphatie, et tant d'autres mis tous ensemble, pour essayer de contrebalancer cette parole.
Et puis, ne sont-ils pas ridicules tous ces adeptes de cette nouvelle religion que vous évoquez, à se prosterner devant une capote ! De manière totalement hypocrite du reste car combien de grands prêtres et grandes prêtresses de la divine Capote l'utilisent en vérité à chaque "rapport sexuel" ? Bien peu, j'en suis certaine...

Quelque chose me dit que cette nouvelle religion ne tiendra pas longtemps car je doute que la Sainte et Divine Capote ne fasse rêver quelqu'un.

Cette intervention du Pape aura aussi un effet bénéfique : peut-être va-t-on enfin dire la vérité aux gens. A savoir que la capote n'est pas efficace à 100% . A quand la vérité ? Le tabou est enfin levé. Merci à Benoît XVI.

Aïssa Lacheb-Boukachache

Ce pape est dans une certaine logique théologique millénaire ... Soit! il a été et il sera d'autres papes moins intégristes, moins dogmatiques, moins bornés, moins dangereux ... Le problème, ce n'est pas tant lui ni son discours actuel que ceux qui, comme vous, cher PB, tiennent votre discours qu'on vient de lire. Je m'explique: selon vous, si je dis que les ayatollahs d'Iran et d'ailleurs sont des criminels et tout ce que vous pouvez témoigner qu'on a entendu dire à leur sujet depuis des décennies, c'est entendu, c'est une vérité, c'est légitime ... Le même propos tenu de ce pape en ses actes et dires d'aujourd'hui serait, en revanche, faire preuve de partialité, d'ordure, de mépris et j'en passe ... S'il n'y aurait rien à redire -violemment, s'entend, en réaction- de ce pape et son attitude actuelle, au motif qu'elle s'inscrit dans une logique connue et ancienne, du catholicisme, pourquoi y aurait-il à redire de ces ayatollahs qui, de même, en leur religion, s'inscrivent eux aussi dans une logique intégriste, dogmatique, connue et ancienne? Il en sera de même de toutes les religions, de chaque secte et groupuscule ...

C'est votre discours qui est dangereux et provocateur, monsieur l'avocat général, pas celui du pape ni de ceux qui l'ont dénigré ... Car vous désignez celui qui se défend comme celui qui est l'agresseur. On a le droit de dire, sans subir vos attaques infondées, sophistes profondément, vicieuses, que ce pape qui excommunie une mère et une équipe médicale voulant faire avorter une fillette de 9 ans violée, qui, dans le même temps, réintègre dans l'Eglise un négationniste clairement affiché nazillon, est un salaud, et ce sera encore la réponse la plus respectueuse à son égard en regard de ses attaques absolument odieuses et provocatrices contre les enfants victimes de viols, les médecins qui soignent ces enfants et contre toutes les victimes du nazisme ... L'insulte c'est lui, pas ceux que vous désignez aujourd'hui. Et je vous le prouve et vous mets face à vous-même: Si cela s'était passé en France, si les parents de cette enfant violée et enceinte à 9 ans, écoutant ce pape et redoutant l'excommunication, avaient peu ou prou secrètement refusé un avortement, que la fillette mourut de cette grossesse anormale, qu'une association de défense et protection de l'enfance se soit saisie de cette affaire et ait porté plainte -auprès de vous- contre ce pape pour avoir été, par ses menaces d'excommunication, à l'origine de la mort de cette enfant, auriez-vous donné une suite à cette plainte et inculpé comme il se devrait, c'est-à-dire un criminel par autorité morale et procuration, celui-ci? J'en doute ...

anne l

Merci, non pas pour le contenu même de votre billet mais tout simplement pour ramener le débat au niveau de ce qu'il devrait être : un échange d'arguments, une écoute de la parole de l'autre, un respect réciproque. Echanger par invectives, mises à l'index ou refus d'écoute de l'autre (en modifiant le contenu même de son argumentaire pour le caricaturer et le disqualifier) est très inquiétant. Il est possible d'être en désaccord profond avec le pape (c'est mon cas) sans utiliser des arguments aussi malhonnêtes intellectuellement. Triste monde. Se respecter, écouter, essayer de comprendre avant de répondre... Les médias veulent devenir les nouveaux maîtres à penser. Il leur manque juste une capacité de penser...

Véronique Raffeneau

Philippe, un festival de claques pour les têtes à claques que ce billet !

Allez, un billet de plus dans mon top de vos top(s) - Je ne sais pas pour le "s" de top de pluriel -.

Jean-Dominique Reffait

Non, l'appel à la spiritualité, à l'humanisation de la sexualité n'implique pas que l'on dise une énormité, à savoir que le préservatif aggrave le problème du Sida.

Je ne demande pas au Pape de faire l'apologie du préservatif et qu'il recommande l'abstinence à une sexualité désordonnée ne m'apparaît pas choquant. C'est dans la logique religieuse que l'on choisit ou pas de suivre.

Mais lorsque sa parole, allant en Afrique, annonce que le préservatif aggrave le problème du Sida, se plaçant ainsi sur un terrain qui n'est plus religieux mais scientifique, c'est un mensonge dont il aurait pu se passer, à moins que ce théologien ait voulu, en quelques mots, ramasser une dissertation complexe sur la permissivité qu'entretenait le préservatif et qui, par contre-coup, incite aux rapports sexuels protégés ou non. Quand on ne sait pas parler clairement, on ferme sa bouche.

Je fais partie des débiles mentaux qui ne comprennent pas le pape lorsqu'il lève l'excommunication d'un négationniste pour la transposer sur de pauvres gens au Brésil, lorsqu'il annonce que le préservatif aggrave le problème du Sida, lorsqu'il se prononce, au lieu de se taire pudiquement, contre l'avortement thérapeutique. Je comprenais son prédécesseur sans l'approuver, je pense donc que soit mes neurones partent en vrille, soit ce pape est une erreur de casting.

Le Pape n'est pas contraint de rejoindre les journalistes au cours de son voyage en avion. Se prêtant volontairement au jeu des questions en allant en Afrique, il devait s'attendre à des questions sur le Sida qui, comme votre méchante ironie de départ ne le suggère pas, n'est pas un truc à bobo mais un virus qui tue un continent. Cette question était inévitable, c'était le passage obligé compte-tenu des positions déjà connues de son prédécesseur qui est souvent allé en Afrique, son service de presse, lui-même, devaient s'y attendre et cette maladresse préparée est particulièrement dangereuse. Le déferlement qui suit est dans la logique médiatique initiée par le Pape. Je n'approuve pas tout des propos outranciers, mais il a perdu une bonne occasion de se taire.

Je comprends la ferveur des foules qui ont accueilli le Pape, Philippe : il venait de leur annoncer que le latex était plus dangereux que la nudité des sexes. Il y a de quoi faire fête à cet évangile !

Laurent Dingli

J'ajoute que, à votre exemple, je n'aborde pas ici la question de fond, celle-ci méritant mieux que quelques formules lapidaires.

carredas

Au-delà du Pape, cet emballement médiatique - et ce n'est pas le premier - montre à quel point l'information peut glisser vers la surinformation et tomber dans la désinformation.

Dans cette course perpétuelle à la polémique, à l'audience, au sensationnel, que reste-t-il comme espace de réflexion au lecteur-auditeur-téléspectateur-internaute ?

Le Pape prononce le mot "préservatif", aussitôt ses propos tronqués sont relayés par tous les médias, les vibrantes indignations des représentants du PAF envahissent les écrans, et il est difficile de s'indigner et de réfléchir en même temps...
Le PAF - sigle révélateur - a choisi de s'indigner.

En même temps que la déferlante déferle, quelqu'un commande un sondage pour prendre le pouls des Français.

Ah... quelle belle invention que les instituts de sondage !
Leurs questions orientées, leurs conclusions approximatives...

Peu importe la rigueur, ce qui compte c'est le scoop.

Alors, dans cette vaine agitation, comment faire entendre un discours à contre-courant surtout quand on est catholique, allemand et Pape !

Même chez les catholiques, il y a une forme de jugement porté sur une calamiteuse communication papale...

Eh bien moi qui ne suis pas catholique, je reconnais à cet homme le droit de ne pas communiquer comme un publicitaire et de faire des phrases de plus de dix mots.

Il me semble bien que les propos de Benoît XVI ne contenaient ni condamnation ni anathème, et qu'il y était question d'âme, d'amitié et d'accès gratuit aux soins.

Qui croit que la réticence des Africains à utiliser les préservatifs vient des discours du Pape ?

Je suis critique sur la manière dont l'Eglise Catholique a cherché, jusqu'à il y a peu de temps encore, à contrôler les corps au lieu de se consacrer aux âmes.

Mais si cette critique entraîne une vigilance - les intégristes ne sont pas tous barbus - elle n'empêche pas de rester ouvert à la spiritualité, car l'Homme ne se réduit pas à un corps qui jouit.

Benoît XVI fait appel à notre spiritualité, il en paie le prix fort.

bernard

Le préservatif seul ne viendra pas à bout du sida.
Bush a libéré l'Irak (comme l'Allemagne en 45).
Les hommes sont sans doute pour pas grand-chose dans le réchauffement (ou refroidissement) climatique.
Un enfant a besoin d'un père et d'une mère.
Le communisme même amélioré n'est pas la solution heureuse au capitalisme.
En disant cela, en voulant qu'on en discute calmement autour de moi, je pense être plus raisonnable que tous ceux qui me font taire en m'insultant.
Mais quel est l'intérêt de l'Homme d'être raisonnable ?
Ah si je disais ces phrases provocatrices de fausseté comme Sarkozy n'est pas un dictateur, le pouvoir d'achat n'a pas baissé pour de très très nombreux Français dont moi qui ne gagne pourtant pas grand-chose, ou bien les programmes Darcos du Primaire sont très bons, ou bien la laïcité pour certains est une religion, je comprendrais qu'ils me lapident dans la seconde.
Monsieur Bilger, bravo, surtout que Dechavanne ou Ruquier ne vous rendent pas malheureux !

Laurent Dingli

Je m'étonne que vous vous étonniez, cher Philippe. Chaque fois que j'ai regardé "Canal +", j'ai presque toujours eu l'impression d'avoir mal replacé le couvercle de ma poubelle. Et c'est pourquoi j'ignore cette chaîne depuis plus de dix ans (à part "L'effet papillon")
Pour le reste, cette manière d'agir avec le pape en particulier, et l'Eglise catholique en général, s'inscrit dans une attitude plus large qui réunit souvent les adeptes d'internet aux médias dans la même médiocrité, dans la même propension croissante à remplacer le débat par la condamnation sans appel. Mais pour débattre, il faut déjà être capable de réfléchir et avoir aussi l'humilité de reconnaître son ignorance.

Duval Uzan

Bonjour
Merci pour ce billet et du rappel de celui de Maître Eolas qui a fait aussi une remarquable analyse (400 commentaires, v. celui de Médecin et autres).
Il semblerait que les politiques en veuillent au Pape parce qu’il prêche comme eux le principe de précaution. Ils n’avaient qu’à le mettre au droit d’auteur !
Quant à Alain Juppé qui diagnostique un « AUTISME » du pape il devrait plutôt ouvrir un livre de nosographie.
Je suis tout à fait d’accord avec le PAPE qui rappelle que le port du préservatif ne constitue pas un RISQUE ZERO.
Je me souviens de toutes ces jeunes filles tombées enceintes à la suite d’une « panne » dans le préservatif. Ce n’est pas si mal de rappeler que l’on peut aussi en tomber mort.
Le préservatif, s’il n’aggrave pas les conséquences des rapports sexuels, peut en effet les encourager, quand on se croit totalement protégé alors que l’on ne l’est jamais à 100%.
Y a-t-il un seul parent parmi nous qui ne souhaite pas que son enfant n’ait qu’un seul partenaire sexuel, et cela quelle que soit sa religion ?
Il est certain que l’affaire Williamson, et la petite fille violée, a déteint, mais il ne faut pas mettre tous les discours dans le même panier.
L'affirmation de Roselyne Bachelot qui crie que le préservatif est le seul moyen de se protéger contre la maladie du sida est plus fausse que l'affirmation du pape.
Si l'on dépense tant pour la prévention, il ne serait pas mal de rappeler lors des campagnes que le préservatif ne protège pas à 100%.

Duval Uzan

Blanc Cassis

Le voilà trouvé, l'ennemi national, voire international puisque certains people veulent l'envoyer au TPI pour crime contre l'humanité, rien que cela !!!!
Je propose aussi que l'OMS soit condamnée puisqu'on apprend que le cancer de l'utérus
"Le cancer du col est la 1re cause de mortalité par cancer chez la femme dans de nombreux pays du tiers monde et représente 20 à 30% des cancers de la femme dans ces pays contre 4 à 6% des cancers féminins en Amérique du nord et Europe. Il représente la seconde cause des cancers féminins dans le monde avec près de 500 000 nouveaux cas annuels. Il est responsable de près de 270 000 décès annuels, dont plus des trois quarts dans les pays du tiers monde.......

Causes ou facteurs de risque

Les papillomavirus humains HPV16 et HPV18 sont présents dans 80% des cancers du col de l’utérus et des lésions in situ de haut grade.
Les autres facteurs de risque sont l'âge précoce au premier rapport et la présence de multiples partenaires,..... "

Tous ceux qui braillent ont-ils donné au Sidaction qui recueille pour le moment 3 malheureux millions d'Euros à comparer aux plus de 95 millions du telethon 2008 !!!!!!

A quand une déclaration du Pape qui permettrait à ceux qui vocifèrent de nous expliquer que la crise financière et industrielle provient du denier du culte ?

Les Bobos ont enfin trouvé un combat juste depuis leur écran de télé ou leur PC.

A propos le Darfour, le Congo RDC et tout le reste, c'est à cause des bonnes Soeurs qui soignent le SIDA, la malaria, le paludisme dans leurs dispensaires ?

Alexandre

Billet très clair qui à mon avis résume la position de la plupart des gens, malgré le foin de ces histoires. La faible popularité du Pape actuel est plus une cause qu'une conséquence de l'ampleur des sarcasmes.
Mais dans tout ce flux de justesse et de modération, une expression m'a accroché l'oreille :
"l'humanisation de la sexualité"
Qu'est-ce-que cette douce expression voudrait nous insinuer dans le cortex en passant par la bande des prétendues évidences ?
Que la sexualité uniquement dans le cadre du mariage avec serment de fidélité éternelle est forcement l'avenir du genre humain ?
En opposition que l'usage de préservatifs serait un palliatif à une sexualité bestiale qui de toute façon ne serait pas souhaitable pour l'humanité ?

Je ne sais pas si c'est ce que votre expression cache, mais c'est cela que je reproche dans l'attitude du Pape: se servir du drame du Sida comme levier pour promouvoir sa vision de la sexualité serait une erreur fondamentale. Une trahison avec ce respect pour la vie affirmé si fort quand il s'agit d'avortement.

Ne serait-ce pas ça le vrai problème ?

Dans les pays pauvres, il est une expression qui illustre un raisonnement similaire: parfois des enfants misérables, voyant passer une personne aisée, demandent et demandent des piécettes. Vous donnez à l'un, l'autre arrive en pleurant. En général vous finissez à sec de monnaie et les locaux qui vous accompagnent s'impatientent. Un de ceux-là qui votent le plus à gauche déclare alors cyniquement
- Arrête, tu retardes la révolution...

francophonemilitant

Salve !

Totalement d'accord sur le fond, juste peiné par "blog" et "même en charge de prescrire l'intangible" qui se dit plutôt "chargé de", car "en charge de" est seulement un calque de l'anglais "in charge of", hélas en passe de détrôner "chargé de" et "ayant la charge de", voire "responsable de", tout simplement.

Sur le sida, je recommande la lecture du site en anglais du professeur Duesberg, virologue à Berkeley, et du site sidasante.com, qui reprend l'essentiel de ses thèses en français. On y trouve une conception complètement différente des causes du sida.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS