« Jacques Weber nous fait honte | Accueil | Sébastien Loeb "rallye" les suffrages »

26 octobre 2009

Commentaires

C Williamson

Bonsoir, je tenais à revenir sur cette affaire de Juvignac que vous citez puisque le non-lieu attendu et probablement justifié est tombé récemment. Je vois que la loi sur l'effraction de nuit par ruse est encore suspensive de l'homicide. C'est une spécificité française du droit sur laquelle j'aurais aimé avoir votre éclairage sachant que cette loi m'apparaît comme un élément très évolué dans la justice d'une démocratie même si elle peut présenter certaines dérives dont il faut se méfier.

Il faut 20 ans de prison pour ce prof

Je suis un ami du jeune homme tué et je tiens également à vous répondre sur les précisions que vous avez apportées: 1- le prof a tenu à préciser qu’«il ne serait pas un spécialiste de self-défense » alors qu’il apparaît que la prise faite sur sa victime est celle d’un spécialiste de judo. La maîtrise choisie par le prof apparaît être la plus mortelle. Cet effet est la conséquence d’un phénomène d’inhibition du cœur ou des voies respiratoires. 2- Dans un premier temps, le procureur-adjoint nous parle de strangulation pour justifier la mort. Cette explication est basée sur les dires du Maitre de conférences. L’autopsie révèle ensuite que la mort est due à une compression du cœur sur la cage thoracique. Le prof déclare alors «contrairement à ce qu’on a pu dire, je ne l’ai pas étranglé. A aucun moment je n’ai serré sa gorge avec mes mains. Je n’ai pas voulu le tuer». Voilà maintenant que le prof cherche à discréditer les propos du Procureur-adjoint ! Il faut savoir que le rapport d’autopsie ne dit pas qu’il n’y a jamais eu strangulation mais précise seulement que la mort est suite à un arrêt cardiaque. Ca ne veut pas dire que le prof n’a pas cherché à l’étrangler avant. Pourquoi le prof a-t-il changé sa version des faits sur comment il a amené le présumé agresseur à sa mort ???? Sur le fond je suis d’accord : il y a une volonté de se défendre donc légitime défense. Mais est-ce que vous vous rendez compte de la détermination et de la rage qu’il faut pour tuer quelqu’un ? Et surtout on sait qu’avant de mourir il y a « un coma ». Ayant maîtrisé, comme il l’a précisé maintes fois, l’étudiant, pourquoi n’a-t-il pas appelé la gendarmerie au lieu de mener son présumé agresseur à la mort ????
3- je suis tout à fait d’accord que le fait que le prof soit un spécialiste de la violence au Brésil ne fait pas de lui un pratiquant de la violence ni un homme violent. Mais il faut avouer quand même que le choix de ce sujet n’est pas anodin. 4- Attendons de voir les résultats de l’enquête sur sa vie passée au Brésil. 5- Régler ses comptes ne veut pas dire avoir l’intention de tuer. Par ailleurs la police mène son enquête à ce sujet alors arrêtons de spéculer et attendons sa conclusion. 6-Croyez moi, la famille du défunt souffre autant que la famille du prof, si ce n’est plus. La famille reste dans l’incompréhension totale et souhaiterait connaître la vérité. Personne ne reconnaît le défunt tel que la famille du prof et les médias le décrivent ! C’est une vraie honte de salir une personne pour légitimer un acte meurtrier. Quoiqu’il en soit c’est un cauchemar pour les 2 familles et aujourd’hui on a qu’une seule version. Nous sommes conscients que le fait d’avoir commis l’irréparable et le sentiment de culpabilité est déjà une condamnation très lourde à porter pour le prof. 7- On ne parle pas de racisme mais on ne comprend pas pourquoi le prof laisse des groupements d’extrême droite s’allier à son blog pour demander l’arrêt des poursuites contre la mise en examen pour homicide volontaire.

lapocompris

Pour une fois toutes les preuves étaient réunies puisque les forces de l'ordre étaient arrivées sur les lieux au moment du drame. J'espère que l'instruction ne va pas durer trop longtemps et qu'un procès aura vite lieu. Afin que la famille Joron puisse retrouver la paix et que Me Teissedre obtienne les réponses à ses questions.

oursivi

A y bien re réfléchir, il me semble tout de même que même si les meurtres que mentionnez à raison sont avérés ce dont je ne doute PAS un instant, sont beaucoup d'endroits où les reporters nous ont expliqué que les Talibans étaient protégés ou du moins accueillis, non ?

Des deux côtés de la frontière Pakistano-Afghane, entre autres. ("Maudit chien Baloutch" EP Jacobs, le visionnaire, où que tu sois EPJ, merci !)

De plus, ils ne repoussent pas comme des champignons ces faibles amateurs des variations Goldberg, alors que depuis deux mille un il me semble que de la coalition des tribus afghanes (l'inénarrable Dustam, entre autres) aux attaques de la coalition occidentale puis récemment aux Paki eux-mêmes de l'autre côté de la fumeuse frontière, tous s'emploient à les éradiquer, ils n'ont peut-être jamais semblé si forts et si nombreux ?!!! Alors, il faut bien qu'ils recrutent chez des sympathisants, non ?

Donc... cela vaut-il la peine que nous en débattions, non pour leur trouver au final de la pertinence*, mais pour mieux comprendre les tenants et aboutissants de cet autre conflit dont on ne voit pas le commencement de la fin ?

AO

* à ces bougres d'andouilles à poils longs

oursivi

Rédigé par: Laurent Dingli | 02 novembre 2009 à 13:36

OK, ok, désolé, je ne le savais pas.

Je ne suis pas un pro Taliban, vous l'aurez compris, LD.

Pour revenir à "mon" parallèle avec l'affaire de Juvignac, ces Talibans affrontent le péril de la mort chaque jour, pas comme ce fou qui n'affrontait à ce qu'on sache que la possible déception d'un examen raté.

On agit tous en proportion de ce qu'on a vécu, sauf les actants au coef d'amplification sur-dimensionné.

Vous avez lu comme moi, chez Kessel ou ailleurs, ce que le baroud inspirait à des hommes raisonnables hors ces situations extrêmes.

C'était tout ce que je voulais exprimer.

J'ai dû le faire maladroitement, même disant mes sympathies les plus sincères envers les troupes de la coalition.

Cela ne doit pas nous empêcher de raisonner quant à la raison qui fait Taliban un Afghan ou un Yéménite.

AO

Laurent Dingli

Oursivi :

« Ils ont brûlé vifs certains d'entre nous. » C'est presque la première chose qu'il nous a dite. Dans la poussière et la misère d'un camp de réfugiés, Salahuddin a dit hier comment les talibans ont brûlé toute une famille chez elle, pour se venger des bombardements américains. Il a dit qu'il les a vus sortir les corps calcinés des enfants. Puis les talibans ont emmené au front Salahuddin et les autres villageois où on leur a ordonné de ramasser des fragments épars de corps, ce qui restait des soldats talibans tués par les bombes américaines. » (Source : The Independent [R.-U.] 9/11/01)

oursivi

Rédigé par: Aïssa Lacheb-Boukachache | 01 novembre 2009 à 21:31

Je n'ai jamais dit, encore moins écrit, qu'il fallait les trouver sympathiques, ces Calibans sans Ariel.

Ce que je dis c'est que d'aucuns, vous, pour bien vous nommer, ont pu commencer à tramer quelques semblants d'explications pour trouver comportement humain à ce type liquidé par ce prof (formule lapidaire, j'en conviens) et que les Talibans, qu'il faut combattre, on ne leur laisse pour alternative que la reddition ou la mort, là où, très probablement, ne s'attaqueraient pas à brûler des enfants à eux inconnus.

Point Barbe, comme dirait quelqu'un.

Quand j'écrivais mon questionnement quant à savoir la pertinence éventuelle de laisser une armée de pacification là-bas, j'y constatais que ce genre de voeu pieux que de vouloir convertir à la démocratie occidentale des peuples n'ayant pas cheminé naturellement d'eux-mêmes vers elle, n'a probablement que peu de chance d'aboutir à court moyen terme.

En terme de notre propre intérêt, "nous, l'Occident", la meilleure formule eut été de frapper fort militairement pour mettre à bas "le régime" Taliban et ses corollaires AlQuaidesque, et d'y revenir avec la même netteté quand "nos" satellites et "nos" correspondants nous auraient instruits de devoir prévenir à nouveau quelque chose qui nous aurait rapidement concernés. Mais l'Occident est aussi ce boy scout qui nous le rend pas forcément antipathique, cependant qui rappelle sans cesse le pourquoi de la sentence, "qui veut faire l'ange fait la bête".

AO

Pierre-Antoine

@Aïssa

Je ne mélange pas tout, bien au contraire !
Je n'appelle pas talibans ceux qui ne sont que des chefs de tribus enclavés dans des régions "à pacifier" ou des trafiquants de drogue dans des régions incontrôlées pour élargir leur emprise sur leur territoire. Ce sont tous des "opportunistes de la guerre", profitant d'une situation complexe et entretenue par des profiteurs (bien installés au chaud dans leur bureau, protégés par leurs gardes du corps et payés par l'argent de l'Occident).
Quand j'entends dire qu'il y a des talibans modérés avec lesquels ont peut et doit négocier pour sortir par le haut, drapeau en tête, je mesure l'énormité de l'erreur commise.

Et ce ne sont pas quelques reportages qui changeront cette situation, au contraire ils font le jeu des vrais talibans.

Cordialement

Pierre-Antoine

Laurent Dingli

Je partage l'avis d'Aïssa. J'ai même été estomaqué en lisant ce qu'écrivait sérieusement Oursivi à propos des Talibans qui tuent quotidiennement des civils.

Aïssa Lacheb-Boukachache

Non, Pierre-Antoine, on sait très bien ce que sont les talibans, ces moines soldats dont l'idéologie infecte est connue de tous et par eux revendiquée... Massoud et les siens n'étaient pas des talibans. Ne mélangez pas tout...

Aïssa.

Pierre-Antoine

@Aïssa,
Si c'était aussi simple que ça, d'un côté des barbares assoiffés de sang qui font des victimes sans discernement, ce serait un moindre mal.
L'erreur que nous introduisons dans la réflexion, c'est d'appeler "talibans" tout ce qui n'est pas armée "conventionnelle".
Autre erreur, qui pose problème de compréhension, c'est que nous sommes dans une situation de guerre asymétrique où la partie adverse ne cherche dans l'affrontement qu'à destabiliser plus qu'à vaincre l'adversaire dans ses valeurs bien plus que dans ses moyens.
Les moyens en armes sont largement en faveur des armées de la coalition.
Mais n'est pas le cas des valeurs.

Les nôtres sont plus individuelles que collectives. Les leurs plus théologiques que philosophiques.

Chez nous les médias discutent des détails, eux ils suscitent et utilisent à leur avantage ces mêmes détails.

La question qui mériterait d'être posée, c'est : "avec quel argent ils achètent leurs armes ?" et question subsidiaire : "qui leur vend ?"
Ces armes qu'ils utilisent pour susciter des détails (horriblement sanglants je le concède) qui feront l'objet de débat dans les médias occidentaux.

Cordialement

Pierre-Antoine

Aïssa Lacheb-Boukachache

Oursivi, allez dire ça, je vous prie, à ces milliers d'Afghans hommes, femme et enfants sans défense et qui ne souhaitent que vivre en paix chez eux et avec le monde, que les talibans massacrent quotidiennement, allez leur dire qu'ils (ces talibans) sont, comme vous me le dites, des hommes qui méritent l'empathie, qu'ils sont des guerriers nobles et respectables ... Il y a des fois où je me demande ce qui se passe dans votre cerveau et comment ça marche là-dedans ...


Aïssa.

Laurent Dingli

...Et parfois un homme et un animal. Je me souviens par exemple que dans l'excellent documentaire de Rithy Panh, deux prostituées cambodgiennes accusaient les singes et les étrangers d'introduire le sida dans le pays. Je me souviens aussi d'un autre fait très éclairant sur ces réactions de paranoïa collective : des populations africaines avaient massacré les infirmiers et les médecins venus les soigner parce qu'elles les accusaient d'être la cause du virus Ebola dont ces mêmes populations étaient décimées. On connaît aussi le cas célèbre des populations juives atrocement massacrées pendant la Grande Peste, notamment en Alsace, parce qu'elles étaient accusées d'avoir empoisonné les puits. Toute une chaîne d'obscurantisme...

Laurent Dingli

Monsieur Robert Marchenoir,
Vos quelques références m'en apprennent davantage sur vous que sur le sujet que vous prétendez traiter.
J'ai lu avec beaucoup d'intérêt l'article "Ethnic Density of Neighborhoods and Incidence of Psychotic Disorders Among Immigrants", paru dans The American Journal of Psychiatry. Et je n'y vois nullement la preuve de la théorie dangereuse et funeste que vous défendez. L’étude qui porte sur quelques centaines de cas montre seulement qu’il existe plus de troubles psychotiques chez les migrants vivant dans les quartiers de La Haye où leur communauté ethnique est la plus faible, tandis que le ratio de ces troubles est moins élevé dans les quartiers à haute densité ethnique. Finalement, il est assez compréhensible qu’un émigré, dont la famille a été déracinée, développe moins de troubles lorsqu’il vit à l’étranger au milieu de sa communauté d’origine, et que celle-ci est restée assez dense. A l’inverse, on comprend aisément qu’il revive une nouvelle perte de repères s’il se trouve plus isolé au milieu d‘un quartier où sa communauté d‘origine est plus minoritaire. Cela nous amène surtout à penser qu’il faut prendre des précautions en matière de mixité sociale. Mais rien d’autre. Bref il n’y a pas lieu d’instrumentaliser une étude qui distingue seulement 226 cas de désordre psychotique chez les Hollandais de souche de La Haye, et 240 chez les émigrés (Maroc, Surinam, Turquie).
Vous n'êtes en somme que le dernier avatar d'une longue tradition qui consiste à détourner les données scientifiques pour servir une idéologie dont le siècle précédent nous a montré les conséquences. Vos amalgames nauséabonds font partie d’un terreau putride où, je le répète, malades et étrangers ont toujours été associés. C’est l’expression d’une régression psychotique collective face à une étrangeté, un phénomène que le groupe ne comprend pas et ne maîtrise pas. Elle est de tous les temps et de tous les continents. Le bouc émissaire peut être une femme (comme lors de la chasse aux sorcières en Occident et aujourd‘hui dans certaines sociétés musulmanes extrémistes), un juif et un étranger (de tous temps), un riche, un patron, un lettré (dans les systèmes paranoïaques communistes), et même un animal, accusé d’incarner le malin…

oursivi

"...nos commandos actuels qui peinent comme c'est pas permis pour réduire quelques va-nus-pieds talibans dans les montagnes afghanes et qui se font lamentablement descendre comme à la foire."
Aïssa

Il semble que le ratio des tués de chaque côté soit au moins de 10 contre 1, ce qui fait que l'on pourrait se demander "comme quoi" sont tués ces "va-nu-pieds", qui semblent avoir une partie de votre sympathie, si les autres le sont déjà "comme à la foire" (ce qui me paraît déjà une expression indécente pour qualifier le sort d'hommes s'exposant souvent par idéal et par bravoure) ?

Bon, ce sont quand même des hommes que ces Talibans, ne nous réjouissons pas plus qu'il est nécessaire de leur mort. Ils se battent essentiellement en guerriers s'attaquant à d'autres guerriers et pas aux femmes et aux enfants de ceux-là.


"Ils sont sans doute correctement equipes egalement."
Valérie

Bien sûr, les pétro dollars n'y sont pas pour rien, un peu du fric que des familles payent au Golfe* pour faire tourner leur auto, paie les armes qui tueront un fils, un frère, un cousin.

Je ne sais s'il est bon de maintenir là-bas nos troupes, à qui j'adresse quelques sympathies d'ici, mais aussi que c'est quand nous nous sommes désintéressés de ce pays qu'y sont venus des hommes désireux de notre perte, sans que l'on sache pourquoi ils voulaient priver tel employés africains des ambassades de Tanzanie ou du Kenya, tel passager - blanc, noir, juif, musulman ou bouddhiste - d'avions, tel passager du métro de Paris Londres ou Madrid, de leur vie pourtant à eux en rien hostile.

AO

* qui n'a rien fait pour mériter cela

Marie

Ce que vécurent l’Alsace et la Lorraine de 1870 à 1945 est quelque part un reflet de ce que les populations françaises ont traversé durant des siècles qui furent des périodes d’engagements, de conflits constants, de massacres… changement d'Etat, de nationalité....
Les régions frontalières ont été régulièrement envahies, confisquées, reprises… Le Nord fut flamand, espagnol, autrichien, anglais, français….
Exemple, le 25/06/1658, les habitants de Dunkerque ont changé 3 fois de nationalité dans la même journée : Espagnol au matin, Français à midi et Anglais le soir…

Aujourd’hui encore, l’alsacien se fait insulter de « boche » par les nancéiens qui eux se font traiter en retour de « polonais » !
L’Alsace a toujours été injustement traitée par le pouvoir, quels que soient les gouvernements, sans considération de sa contribution aux budgets de la Nation, ni à raison du prix payé aux vicissitudes de l’histoire.

Comment expliquer le cas du TGV ?
Strasbourg est capitale de l’Europe mais ne possède pas toutes les infrastructures. La Région Alsace a versé des milliards alors que beaucoup de régions n’ont rien déboursé pour le financement de leur ligne, elle voit sa ligne TGV arrêtée en Lorraine à 136 km de Strasbourg.
Pourquoi un arrêt à Baudrecourt ?
Je connais des Alsaciens qui se sentent profondément humiliés et considèrent cette décision comme outrageante. Pour eux Baudrecourt reste l'ancien lieu de l'occupation allemande en 1870. Pour être plus claire, l’ancienne frontière de l’Etat prussien de 1870.

C’est bien que l’Alsace puisse organiser les trois prochains "rallye de France" !

Robert Marchenoir

Laurent Dingli, vous dites :

"Les preuves de ce que vous avancez auraient été les bienvenues, mais vous ne donnez aucune référence."

Je suppose que si j'avais tartiné l'idéologie autorisée selon laquelle "les immigrés sont une chance pour la France", vous ne m'auriez pas demandé de "preuves", n'est-ce pas ? Malgré l'invraisemblance manifeste ce ce fameux slogan ?

Je vous ferais remarquer que je nous ne sommes pas au tribunal, et que je n'ai pas à vous fournir de "preuves". Je ne suis pas, non plus, chargé de faire, bénévolement, l'éducation des masses internautiques, même s'il m'arrive volontiers, quand on me le demande poliment, et non par mauvaise foi réthorique, de fournir des références.

Si le sujet vous intéresse sincèrement, les informations que je vous ai fournies vous permettent largement de lancer votre propre recherche. Il vous suffit d'utiliser Google. C'est rapide et gratuit.

Cependant, comme je présume votre authentique intérêt jusqu'à plus ample informé, voici, pour vous encourager dans vos propres recherches, quelques premières lectures qui devraient vous passionner :

Algérie : près de 38% des mariages sont consanguins, Casafree.com :

http://www.casafree.com/modules/news/article.php?storyid=10347

Minister warns of inbreeding risk for Muslims, The Daily Telegraph :

http://www.telegraph.co.uk/news/uknews/1578190/Minister-warns-of-inbreeding-risk-for-Muslims.html

Ethnic Density of Neighborhoods and Incidence of Psychotic Disorders Among Immigrants, The American Journal of Psychiatry :

http://ajp.psychiatryonline.org/cgi/content/full/165/1/66?ck=nck

Vous dites par ailleurs :

"Je trouve que l'amalgame étranger/maladie que vous faites est très dangereux."

Autrement dit, il ne faudrait surtout pas dire ce qui se passe réellement, il ne faudrait surtout pas dire la vérité, car la réalité contredit l'idéologie de gauche.

La corrélation dont vous parlez -- et non l'amalgame -- est en effet une danger mortel pour la stupide idéologie immmigrationniste que les prétendues élites françaises tentent d'imposer de force à un peuple qui n'en veut pas.

Je ne fais pas d'amalgame. Je rapporte une réalité confirmée par différentes études scientifiques.

Pour qui ou quoi "l'amalgame étrangers/maladie" serait-il dangereux ? Ce que je constate, pour ma part, c'est qu'il est surtout dangereux, pour les Français, d'admettre sur leur sol des étrangers porteurs, de façon tout à fait disproportionnée par rapport à la population indigène, de maladies mortelles et contagieuses (Sida, tuberculose) ; génératrices de crimes horribles, comme le montre le post de Philippe Bilger (maladies mentales) ; et, bien entendu, horriblement coûteuses, vu notre système complètement fou de Sécurité sociale et de lois sur l'immigration, qui, non seulement n'interdit pas l'entrée du territoire aux étrangers malades, non seulement n'impose pas leur expulsion immédiate s'ils sont clandestins, mais, bien au contraire, les encourage à venir se faire soigner sur notre sol, gratuitement et même sans titre de séjour, dans des conditions de remboursement meilleures que celles des citoyens de ce pays.

Ce qui est un scandale, un vol manifeste, une injustice majeure, une trahison.

Valerie

Rédigé par Monsieur Robert Marchenoir le 30 octobre 2009 à 22:18

Robert,

"Vous dites que les couteaux sont interdits en Angleterre."

Non non, je ne dis pas ca parce que ce n'est pas le cas, les ventes sont reglementees par une interdiction de la vente au mineurs...leur port est reglemente. N'etant pas une passionnee du couteau...meme de cuisine, je ne suis pas plus renseignee que ca !

"Et pourtant, les agressions à coups de couteau y explosent."

C'est surtout "qu'un coup de couteau monte en epingle" par les tabloids permet d'assurer leur survie...

"Les citoyens n'ont pas droit au port d'arme." Dieu nous preserve, les crimes ayant statistiquement le plus souvent lieu en famille, c'est une intention louable.

"Et ils sont unanimes à dire que la police ne les protège plus. Même la police l'avoue."

La Police n'a jamais pu proteger tout le monde ce n'est pas un fait nouveau, ni specifique a l'Angleterre. De plus la Police "n'avoue" rien du tout, elle n'est coupable de rien ; elle fait avec les moyens legaux...et financiers qui sont les siens.

"En revanche, la personne dont je tiens l'information selon laquelle certaines localités américaines obligent à posséder une arme chez soi," mais c'est dans quel Etat ca ? "affirme que la criminalité y est réduite à zéro." C'est du Paradis dont vous nous parlez, Robert...pas de notre monde !

"Sur l'âge: vous avez repris vos études à un âge tardif. Où est le mal ? La personne dont nous parlons était visiblement un étudiant très prolongé. Si on traîne jusqu'à 23 ans pour obtenir son bac, on n'a évidemment rien à faire à l'université."

Ah bon, obtenir le bac a 23 ans ne devrait pas permettre d'entrer a l'Universite...quid des personnes ayant un parcours cahotique, les eleves/etudiants malades, etc... "Cela n'a rien à voir avec votre cas." Non, non je vous rassure je l'ai obtenu a 19 ans, mais bon un "bac a bon marche" comme le chantait si bien Sardou (je partage son opinion), dans un domaine que je deteste mais deja je voyais la cle que cela representait pour l'acces a l'enseignement superieur...

"Sur la schizophrénie : contrairement à ce que vous suggérez," attention, je ne suggere rien... "il existe bel et bien un rapport avec l'immigration. Tout d'abord parce que cette maladie est souvent provoquée par la consommation intensive de marijuana, endémique dans les cités."

Vous savez "ils" fument des petards en pleine campagne (je le sais j'y ai vecu ! et ils en font meme pousser, si si ma voisine, pourtant pas jeune, faisait pousser des plantes bizarres et des helicopteres tournoyaient au dessus de nos maisons !)

"Ensuite parce que l'incidence anormalement élevée des maladies mentales au sein des populations musulmanes immigrées en Europe est un fait avéré." D'ou tenez-vous vos sources ?

"La coutume immémoriale du mariage consanguin entre cousins, très répandue au Maghreb et au Pakistan, produit une sur-morbidité concernant de nombreuses affections, et notamment des pathologies mentales."

Vous savez c'est ce qui se pratiquait dans nos campagnes Francaises, il n'y a pas si longtemps et en ce moment, je suis sur un Forum (Pardon a nos commentateurs intellectuels) le developpement de "l'Affaire du dernier demi-siecle" concernant le deces d'un enfant de 4 ans dont on a jamais elucide le triste sort. On est peut-etre en droit de se questionner sur la sante mentale de ces Francais de souche, tous en cousinage lointain...

"Ce fait est reconnu en Angleterre, où les services hospitaliers pédiatriques consacrés aux maladies génétiques accueillent une quantité tout à fait disproportionnée de bébés pakistanais." Merci de citer vos sources.


"Il est soigneusement passé sous silence en France, où la sécurité sociale et l'Etat (via l'AME) prennent en charge jusqu'aux maladies lourdes des immigrés clandestins. Ce serait "raciste" d'évoquer la question, et de suggérer qu'il puisse y avoir là une grave injustice commise à l'encontre des Français."

Je ne vois point la d'injustice puisque de grace je me porte bien mais bon...

Valerie

Rédigé par Monsieur Aïssa Lacheb-Boukachache le 30 octobre 2009 à 22:42

"...nos commandos actuels qui peinent comme c'est pas permis pour réduire quelques quelques va-nus-pieds talibans dans les montagnes afghanes et qui se font lamentablement descendre comme à la foire ... J'ai appris que les familles de ces soldats ci-devants victimes de leurs ennemis talibans portent plainte contre l'Etat et l'Armée pour "mise en danger de la vie d'autrui", sic. On ne sait pas si c'est une farce (cette plainte officielle) et si on doit en rire ou en pleurer ... "

De Juvignac aux montagnes d'Afghanistan, en passant par un clic de souris, devant son ordinateur...

Peut-etre que je me trompe mais il me semble que les Russes ont ete longtemps en conflit la-bas, alors pour des "va-nus-pieds", ils ne doivent pas manquer ni de motivation ni de strategie guerriere. Ils sont sans doute correctement equipes egalement.

Pour comprendre que des familles portent plainte pour "mise en danger de la vie d'autrui", cela leur permet sans doute d'avoir une ouverture du dossier et de savoir si "leur soldat" n'a pas ete victime par exemple d'un allie qui a tire un projectile n'importe ou bien s'il n'est pas "grimpe" dans un avion/helicoptere defectueux (Nimrod Crash en 2006, personnel Britannique).

Valerie

Rédigé par: Pierre-Antoine | 31 octobre 2009 à 14:16

Ben... "Valerie" elle a rien dit sur le "missel" !

Et pis, elle va aller se promener pendant qu'il fait jour...

A +,

Pierre-Antoine

@Aïssa,

Je n'ai nulle intention et compétence pour donner des cours aux commandos actuels. Bien que les principes soient inchangés, les techniques et le matériel ont bien évolué depuis mon départ en 1992.

Les commandos actuels sont très compétents sur le terrain !
Je ne parle pas de ce que nous voyons lors de "spectaculaires" reportages, mais de ceux qui évoluent dans l'ombre propice de la nuit ou enterrés plusieurs jours sous un soleil de plomb, au plus près de leur objectif.
Il y a de la noblesse à prendre les armes pour "neutraliser" (vous pouvez dire "tuer") un objectif humain hostile, comme il y en a à tendre la main pour sauver une femme et son enfant des flammes d'un attentat suicide ou se jeter dans la boue d'un torrent intempestif pour sauver un frère d'armes, sans se demander si l'on va périr avec lui.
La main qui tue et la main qui soigne est la même.
C'est cela la grandeur et la bassesse de la condition humaine. C'est la mienne, c'est la vôtre...
Il y a des talibans de 20 ans qui tuent et meurent.

Je rends grâce à Dieu de ce que je n'ai jamais eu à "neutraliser" un objectif humain, ce n'était pas dans mes missions. L'aurai-je fait ? Je l'ignore, "lui ou moi" la question ne m'a jamais été posée.

Mais depuis que j'ai "déposé les armes", je lui rends grâce de ce que je peux tendre la main à ceux que l'on jette dans la "géhenne" médiatique.

Et je n'ai nulle intention et compétence pour donner des leçons de morale à d'autres.

Cordialement

Pierre-Antoine

Pierre-Antoine

@Valérie,

Permettez-moi de corriger vos propos : je n'ai pas de missel :-)
En tant que protestant "évangélique" je n'ai que la bible, rien que la bible, mais toute la bible.
Et une lecture qui précède (parfois succède) à une expérience qui n'a rien de théologique, mais que je qualifierai de pratique, en phase avec la dure réalité de la condition humaine.

Ne regrettez pas de ne pas être un homme, en matière militaire, comme dans la vie de tous les jours, je préfère l'altérité.

Cordialement

Pierre-Antoine

Aïssa Lacheb-Boukachache

Marchenoir, vous devriez cesser d'avancer masqué ... Que vous fassiez partie de ce collectif dont les sites internet ne manquent pas, qui font de l'inceste chez les Juifs la cause majeure de ce qui serait, selon eux, leur dégénérescence physique et morale, ne m'étonnerait pas. De brillants (paraît-il) scientifiques contribuent amplement à la propagation de ces thèses vaguement nauséabondes; c'est sans doute cela que vous invoquez ici à l'appui de votre singulière démonstration ... Ces "scientifiques", sic, avancent que les Juifs, par égoïsme (on se demande lequel), re-sic, ne se reproduiraient biologiquement qu'entre eux et comme leur population est limitée (forcément, comme toutes les populations ...), l'inceste millénaire serait inhérent à leur nature ... Des Juifs qui sont sémites aux Arabes (ceux du Maghreb et ceux d'ailleurs) qui le sont également, il n'y a pas loin d'appliquer la même théorie et c'est ce que vous faites l'air de rien, vous abritant derrière une apparence de sérénité dans le discours ... Mais puisque toutes les idées sont permises ... N'omettez pas cependant dans vos théories fumeuses et celles de vos "savants" l'inceste millénaire des blancs, Français et autres ... Personne n'a le monopole de la consanguinité, vous serez d'accord avec moi, je suppose ... Mon expérience soignante m'autorise à vous dire qu'il n'est franchement pas besoin d'être arabe ou juif ou même noir (vous les avez oubliés, ceux-là ...) pour constater l'inceste (ou la consanguinité, comme vous voudrez ...) doublé ou non du viol parmi notre chère population blanche, chrétienne, catholique et tout ce que vous voulez ... Vos insinuations puent franchement; vous devriez cesser et réserver à d'autres causes et idées plus sérieuses ce qui vous semble un peu de l'intelligence ...

Laurent Dingli, si un tel recours eut été possible sous la grande guerre, Nivelle et consort ces ordures de la pire espèce honorées aujourd'hui encore aux Invalides, en sus de faire fusiller les mutins du Chemin des Dames et d'ailleurs y auraient ajouté ces familles plaignantes ... Votre exemple historique n'est pas judicieux.

Le fait est que le recours de ces parents auquel nous assistons aujourd'hui s'inscrit ni plus ni moins dans ce tout social victimaire qui fait fureur depuis environ une vingtaine d'années et qui ne cesse de poser doute et question ... Même l'aléa thérapeutique en subit les effets profondément délétères; les chirurgiens sont sommés de réussir et guérir ... La Justice idem ... On discuterait longtemps de ce sujet ...


Aïssa.

Laurent Dingli

Robert Marchenoir,
Des preuves de ce que vous avancez auraient été les bienvenues, mais vous ne donnez aucune référence. Je trouve que l'amalgame étranger/maladie que vous faites est très dangereux. Valérie vous a très bien répondu sur ce point.
Aïssa Lacheb-Boukachache,
La mort de son enfant n'a rien de très drôle à vrai dire. Et puis, vous qui vous intéressez à la Grande Guerre, imaginez, faites la supposition qu'un tel recours contre le commandement eût été possible alors... Exit Nivelle ! Plus d'inutiles et meurtrières offensives ; le recours de ces parents, n'est-ce pas un signe de l'évolution des temps ?
Jean-Dominique Reffait,
Je ne vois pas pourquoi Jacques Chirac ne devrait pas être jugé.

Ludovic

Bonsoir M. Bilger,

J'ai voulu attendre la décision de Xavière Siméoni pour réagir au volet de votre billet concernant Jacques Chirac.
Je salue d'emblée le courage et l'impartialité de ce magistrat, que Jacques Chirac soit ou non coupable des faits qui lui sont reprochés. C'est à un tribunal qu'il conviendra d'en décider, enfin peut-être.
Ceci dit, je ne me fais aucune illusion, le parquet fera appel de ce renvoi devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris et ce en moins de cinq jours, j'en fais le pari.
Bien sûr que quinze ans après les faits reprochés en matière délictuelle c'est trop long, bien entendu Jacques Chirac est un personnage sympathique et au fond cette affaire paraît aujourd'hui bien dérisoire.
Pour une fois, le retard de la justice tient moins au manque de moyens qu'au statut du président de la République.
J'ai toujours trouvé anormal que le chef de l'Etat ne puisse être poursuivi pendant son mandat. La monarchie présidentielle de la Vème République va bien au-delà des pratiques usuelles des nations démocratiques. Les Anglo-saxons disposent de l'impeachment, les Etats-Unis en particulier des procureurs spéciaux (genre Kenneth Starr sous Clinton) pour engager des poursuites contre un chef d'Etat en exercice. Ce n'est pas notre cas, et il faut ainsi attendre la fin du mandat présidentiel pour que la Justice ose demander des comptes à un ancien président.
La position du parquet est intéressante dans cette affaire. Encore une fois, c'est un juge du siège indépendant et courageux qui choisit de renvoyer Jacques Chirac en correctionnelle. Nicolas Sarkozy est pour une fois d'une discrétion remarquable. Qu'en serait-il de cette affaire en l'absence d'un juge d'instruction ? Un bel enterrement de première classe.

Aïssa Lacheb-Boukachache

Je poursuis pour conclure … Je viens de quitter hier mon travail de deux années dans cette maison de retraite publique. Mon contrat n'a pas été renouvelé car la raison officieuse que j'y privilégiais le temps et l'humanité dans mon rapport soignant à ces vieilles et ces vieux plutôt que la course dans les couloirs, les soins (si tant est que l'on puisse encore appeler dans ces conditions cela un soin), la rentabilité, sortir une plus-value ou une économie quelconque mais concrète, matérielle, de chaque minute passée chaque journée à ce travail … Une précédente cadre aujourd'hui en retraite a pété les plomb de ce régime, elle était au bord du suicide. Une collègue s'est barrée au bout de deux ans, a démissionné avant de se trouver avec des séquelles psychologiques. D'autres ont demandé à être mutés ... Je voyais ces jours-ci des aide-soignantes pourtant compétentes et dévouées rentrer le soir chez elles en pleurant. Les arrêts de travail pour toutes causes sont littéralement quotidiens; celles qui culpabilisent de ne pas venir travailler sont surchargées telles des ânesses de travail et n'en peuvent … Elles sont notées à l'arrache, violentées sur le papier; celles qui font le mieux leur travail on les rabaisse telles des incapables pour les forcer à en faire davantage … Elles subissent ordres contradictoires quotidiens, directives obscures … N'ont plus le temps (le temps c'est compté ...) à consacrer à ces vieux retraités et/ou malades; j'ai vu -et l'on a sollicité mon aide car les effectifs n'y étaient plus ce jour- commencer de mettre au lit et coucher dès 16h30! Il n'y a pas de violence active, il n'y a pas de ces sortes franches de maltraitance; non, c'est plus subtil et au dam et au regret de ces soignants embarqués dans cette galère qui confine en son intitulé à la folie administrative, c'est fait malgré eux, peu à peu, de consigne a priori anodine en consigne idem qui se font passer pour des améliorations avant qu'on voie rapidement leurs effets réels profondément délétères pour tous … Mais comment en est-on arrivé là? J'ai entendu des filles dont la violence est la dernière des choses qu'on puisse leur trouver, en arriver à dire que si cette pression continue elles vont prendre un couteau, n'importe quoi et planter le responsable … Mais qui est le responsable? La direction? La coordination médicale? L'encadrement des soins? Ils subissent pareils ces contingences extraordinaires qui confinent carrément à la coercition mentale. Personne n'est responsable et personne ne sait comment sortir de cette singulière mise en condition et situation … Même le malheureux vieux dans son lit ou son fauteuil n'est plus qu'une sorte de marchandise qu'il faut rentabiliser d'une manière ou d'une autre, voilà la réalité et pour ce faire non content de lui mépriser son humanité, on nous oblige à rogner sur la notre, à ne plus penser, ne plus réfléchir, faire, exécuter comme on (mais qui?) nous oblige ces techniques nouvelles et singulières de soins et de prise en charge d'une humanité vieillissante et mourante … Quand on en est arrivé là dans le lieu qui par excellence (une maison de retraite) devrait toujours et sans exception être celui du calme, de la lenteur, de la sérénité, de l'écoute, du temps passé à soigner et rassurer, de l'accompagnement de ces nombreuses solitudes et fin de vie, jusqu'où n'est-on pas arrivé dans certaines usines, administrations et autres lieux de travail?! Dans cette maison de retraite, on vient de recruter pour quelques heures par semaines un infirmier psychiatrique en retraite pour tous ces soignants lessivés au quotidien, déprimés, découragés, dégoûtés et démoralisés … Il fait office de cellule psychologique. Voilà le topo … Et quand pour adieux vous entendez de ces vieilles, de ces vieux, vous dire qu'ils ne comprennent pas, qu'ils vous regretteront, certains vous offrir un petit panier de laine tricoté par leurs soins, etc., oui, effectivement, il y aurait de quoi prendre le fusil et remettre de l'ordre, de l'humain dans tout ce merdier de management, de compétitivité, d'économie et de rentabilité de que sais-je ... L'identité nationale, notre civilisation ...En effet, c'est ça, c'est tout à fait ça: une farce mauvaise!


Aïssa.

Robert Marchenoir

Valérie,

Vous dites que les couteaux sont interdits en Angleterre. Et pourtant, les agressions à coups de couteau y explosent. Les citoyens n'ont pas droit au port d'arme. Et ils sont unanimes à dire que la police ne les protège plus. Même la police l'avoue.

En revanche, la personne dont je tiens l'information selon laquelle certaines localités américaines obligent à posséder une arme chez soi, affirme que la criminalité y est réduite à zéro. C'est un Français installé là-bas.

Sur l'âge: vous avez repris vos études à un âge tardif. Où est le mal ? La personne dont nous parlons était visiblement un étudiant très prolongé. Si on traîne jusqu'à 23 ans pour obtenir son bac, on n'a évidemment rien à faire à l'université. Cela n'a rien à voir avec votre cas.

Sur la schizophrénie : contrairement à ce que vous suggérez, il existe bel et bien un rapport avec l'immigration. Tout d'abord parce que cette maladie est souvent provoquée par la consommation intensive de marijuana, endémique dans les cités. Ensuite parce que l'incidence anormalement élevée des maladies mentales au sein des populations musulmanes immigrées en Europe est un fait avéré.

La coutume immémoriale du mariage consanguin entre cousins, très répandue au Maghreb et au Pakistan, produit une sur-morbidité concernant de nombreuses affections, et notamment des pathologies mentales.

Ce fait est reconnu en Angleterre, où les services hospitaliers pédiatriques consacrés aux maladies génétiques accueillent une quantité tout à fait disproportionnée de bébés pakistanais.

Il est reconnu au Maghreb, où des chercheurs ont mis ce phénomène en évidence, et où la presse s'en est fait l'écho.

Il est soigneusement passé sous silence en France, où la sécurité sociale et l'Etat (via l'AME) prennent en charge jusqu'aux maladies lourdes des immigrés clandestins. Ce serait "raciste" d'évoquer la question, et de suggérer qu'il puisse y avoir là une grave injustice commise à l'encontre des Français.

Aïssa Lacheb-Boukachache

Robert Marchenoir, ce n'est qu'une hypothèse parmi mille autres et on ne doit pas l'exclure au nom d'un a priori a contrario favorable aux blancs comme vous dites … On ne sait rien de cette affaire et par conséquent laissez faire Justice et instruction dans la sérénité, le calme et non le secret mais la discrétion. De même qu'on ne sait rien des motivations de cet ouvrier qui vient froidement d'abattre son employeur ainsi que le fils de celui-ci à Toulouse… Une chose est certaine : c'est qu'à force de répéter comme une vérité vraie, un superbe leitmotiv à tous et ce depuis l'enfance qu'il faut être le meilleur, le plus fort, le plus performant et tutti quanti, conditionnant l'homme son pareil en humanité dans cette sorte singulière de vision et compréhension de la vie ; à force de mettre sous pression et concurrence tous azimuts autant à l'université qu'à l'entreprise ; à force de réduire l'homme à un strict objet de production et de consommation, lui déniant toute part de réflexion et d'intelligence, de passion, de sentiment quelconque ; à force, à force… eh bien je crains que ce ne soit que le début de ce genre de comportement et qu'à être constamment dénié dans son humanité et sa singularité, l'homme ainsi à coups de fusil rappelle à son congénère qui se croit supérieur et fondé à dire l'existence et sa philosophie, qu'il est son égal dans l'absolu et que le relatif des légitimes rapports professionnels ne saurait jamais occulter cette donnée fondamentale qu'il aurait l'outrecuidance de vouloir foncièrement dévoyer. Un homme reste un homme ; n'en déplaise aux écoles de commerce et autres managements par la terreur et l'humiliation… Ce n'est pas à elles de dire la civilisation. Si vous êtes capable de comprendre cela, alors vous ne me lirez plus de cette façon et ne me ferez plus dire ce que je n'ai ni dit ni pensé.


Aïssa.

Aïssa Lacheb-Boukachache

Cher Pierre-Antoine, 26 années de commando guerrier et toujours bon pied bon oeil et désormais bon missel ... Je sais bien que, depuis, vous êtes devenu pacifiste. Cependant, ce serait bien tout de même qu'exceptionnellement vous alliez donner quelques cours de combat à nos commandos actuels qui peinent comme c'est pas permis pour réduire quelques va-nus-pieds talibans dans les montagnes afghanes et qui se font lamentablement descendre comme à la foire ... J'ai appris que les familles de ces soldats ci-devants victimes de leurs ennemis talibans portent plainte contre l'Etat et l'Armée pour "mise en danger de la vie d'autrui", sic. On ne sait pas si c'est une farce (cette plainte officielle) et si on doit en rire ou en pleurer ... Toujours est-il: allez-y, sauvez ces jeunes, apprenez-leur les armes! ils manquent cruellement ...


Aïssa.

Valerie

Rédigé par: Pierre-Antoine | 28 octobre 2009 à 23:57

@ Pierre-Antoine,

Desolee... et surtout respect pour votre profession tres respectable et admirable.

De plus je suis impressionnee, "26 ans de commando dans l'armée française", je regrette parfois de ne pas etre un homme, plus de force pour l'action physique.

Une excellente journee a vous et aux autres...

oursivi@Marie

"Depuis sa sortie de prison, il n'a aucune chance de rencontrer le père puisqu'il l'a assassiné avec une partie de sa famille."

Il me semblait que c'est en attendant cet homme que la séquestration-meurtre de cette famille était intervenue...

...

Mais à en croire ce que viens juste de lire, si le père n'est pas arrivé à l'heure supposée et qu'il n'a pas assisté au carnage perpétré par ceux l'attendant*, il semble qu'ils l'ont intercepté dès la nuit et qu'ils lui ont réservé le même sort, en effet.

Ces gens, pour les encore vivants, sont en effet, tous, "dehors" et la scène que décrivez, assez sidérante, semble imaginable.

Concernant l'affaire récente, sur la qualification d'homicide, on peut en effet considérer hors le débat techniquement introductif que certains ont initié ici, qu'il semble peu probable que l'agresseur soit décédé d'une simple mise hors d'état de nuire, d'une simple immobilisation. On peut plutôt supposer que la lutte a été chaude et qu'au final le monstrueux des intentions de l'agresseur puis l'enchaînement des coups échangés ont pu conduire cet homme à la vie menacée à vouloir (dans une rage canalisée à celui menaçant sa vie et celle de ses proches)
dans le feu de l'action, la peau du monstre lui ayant imposé cette lutte, ce sursaut indispensable, et pas seulement nécessaire. "Nous" pourrions nous retrouver dans le cadre d'un homicide volontaire parfaitement couvert par la légitime défense, et notre empathie.

AO

*ce qu'avais retenu de ce crime lointain

Marie @ Oursivi

@Oursivi,

Dans l'horreur de la tuerie d'Oriol, l'instituteur, comme l'enseignant dans ce billet, connaissait l'enfant qu'il a assassiné et à qui il avait donné des cours.
Pour Oriol, la situation fut tout autre et le contexte totalement différent.

Depuis sa sortie de prison, il n'a aucune chance de rencontrer le père puisqu'il l'a assassiné avec une partie de sa famille. Mais il a rencontré, en juillet 2007 dans les locaux du journal "la Provence" à Marseille, la soeur de ce policier tué.
Ils auraient parlé de l'affaire passée !


Pour en revenir au sujet du moment, en règle générale, la peur paralyse les personnes qui vivent une situation d'effroi. Est-ce le fait d'avoir sa famille en danger à proximité qui a procuré à cet enseignant l'impulsion salvatrice ?
Ou est-ce tout bonnement le fait de connaître l'étudiant agresseur ? ce qui l'aurait mis quelque part en confiance, (malgré le danger évident) durant cet instant de réaction où se jouait la survie d'une famille !
Il fallait garder la tête froide.

Valerie

Rédigé par Monsieur Robert Marchenoir le 29 octobre 2009 à 01:03

Sous reserve des conclusions de l'enquete en cours, d'accord avec vos trois premiers paragraphes et avec votre premiere phrase du quatrieme paragraphe et puis apres on dirait que ca part en vrille...

Quant a avoir une arme chez soi... je suis ravie de ne pas vivre aux Etats-Unis mais en Angleterre ou la reglementation est extremement stricte et ou meme la vente de couteaux est reglementee.

J'ai repris le chemin de la fac a 31 ans passes pour obtenir un diplome de "traducteur/redacteur", j'etais donc "etudiante", est-ce un tort ?

D'autre part, j'avais une camarade plus agee que moi, brillante, qui est devenue schizophrène, j'ai appris qu'elle "sortait" avec un schizophrene qui s'est creve un oeil lors d'une crise. Ce sont des Francais.

Je pense aussi au frere (decede maintenant) d'une amie... Francais aussi si ca peut vous rassurer. Je ne sais pas si la maladie mentale fait des "distinguos".

Le racisme a-t-il joue un role dans cette affaire, seule la Justice sera amenee a en decider.

Bonne soiree a vous,

oursivi

Rédigé par: Marie | 29 octobre 2009 à 12:01

Ce type est d'ailleurs sorti depuis longtemps. Cela fait bizarre de penser qu'il peut recroiser le père de l'enfant...

AO

oursivi

"Car vous êtes plus dangereux qu'une main sur un pétard".
AP

Cher Alex,

Je n'étais pas le seul à rouler plein ouest et des gens doivent le faire au couchant sous un ciel sans nuage presque tous les jours et en tous "coins" de la terre ; en général cela se passe comme pour moi, bien.

Dans certaines situations, les accessoires sont accessoires, il peut n'y avoir aucun angle entre le soleil et la route, ou si peu.

Ce Monsieur avait peut-être commencé ses contrôles à une heure solairement plus neutre, la situation évoluant progressivement il n'y a fait attention, mais pas de panique, il ne s'est rien passé qu'un instant de confusion.

Je ne suis pas Seb Loeb mais ai tous mes points............ (pouvez compter)

Cela dit, vous avez raison, une vie ne tient à rien ; on ne vit pas on longe la mort. Formule qui me vaudra les foudres d'Aïssa, je n'en doute pas.|

BàV

AO

Marie

Cette histoire toute sordide qu'elle soit, me rappelle la tuerie d'Oriol, quoique totalement différente, où là, ce fut un instituteur modèle qui assassina chez elle une famille de 6 personnes au moins, dont un enfant de 7 ans sur lequel il y eut acharnement.
Dans cette affaire il y avait eu des implications politiques !

Alex paulista

Cher oursivi

En général je suis d'accord avec vous, mais là j'ai un peu de mal : si vous êtes à contre-jour et que vous n'êtes pas capable de voir un piéton sur la chaussée, réglez votre pare-soleil, lavez votre pare-brise ou arrêtez-vous.
Car vous êtes plus dangereux qu'une main sur un pétard.
Je ne veux pas vous faire la morale, j'étais gros consommateur de points, mais j'ai perdu un très bon ami comme ça, en moto à contre-jour avec le soleil dans la visière. Il a croisé une voiture ayant priorité mais en grand excès de vitesse.

Pas dans le sujet, sinon pour dire qu'il ne faut pas grand-chose pour tuer un homme. Deux erreurs simultanées suffisent largement.

Robert Marchenoir

Dans ce cas exemplaire de légitime défense, on mesure la chance (et le courage) du professeur.

S'il avait neutralisé l'assaillant à l'aide d'une arme, il y aurait eu de fortes chances que la justice se retourne contre lui. Alors qu'il est clair qu'il a sauvé sa propre vie et celle de sa famille d'une mort certaine.

Un prof d'université réussit à tuer involontairement à mains nues, simplement en le maintenant au sol, un type armé d'un pistolet, de deux bouteilles d'essence et de cordes, et il est encore inculpé, à rebours de toute vraisemblance, d'homicide volontaire !

Voilà qui montre bien à quel point la justice française empêche les citoyens de se défendre contre les voyous. Car rétrospectivement, il est clair que le prof aurait dû avoir une arme à feu chez lui pour se protéger, comme il en aurait eu le droit (et, dans certaines localités, l'obligation) aux Etats-Unis. C'est un miracle que lui et sa famille soient vivants à ce jour.

Ah oui, et au fait : "l'étudiant" avait 27 ans. Il a eu son bac à 23 ans. Il avait une bourse pour faire des "études universitaires de sociologie". Il était schizophrène. Il aimait beaucoup mettre le feu quand il était contrarié. Comme l'a expliqué son père à la presse : "C'est son mode opératoire. Il donne trois avertissements." Charmante famille. C'est tout juste si elle n'a pas félicité le fiston pour son courage à brûler des Français.

Mais bien sûr, comme dit Aïssa, c'est le prof blanc qui était peut-être raciste. C'est toujours nous, les racistes. Un Saïd Ouamalik ne peut pas être raciste, même quand il vient brûler vive une famille entière parce qu'on ne lui a pas donné le diplôme auquel il estimait avoir "droit" : il fait partie de la race supérieure.

Pierre-Antoine

@Valérie

Vous êtes dans l'erreur la plus grossière. je fais dans le concret, le réel, c'est-à-dire à mille lieux de la bondieuserie.
Quant à mon analyse "balistique" et non "christique", elle repose sur 26 ans de commando dans l'armée française associés à mes 13 ans d'expérience en aumônerie de prison (après l'armée rassurez-vous).
Pour résumer, j'ai 43 ans de pratique des jeunes et si vous voulez mieux me connaître, lisez donc ce lien http://www.nomos-eleutheria.net/temoignages/temoignage-EPA.htm

Cordialement

Pierre-Antoine

Laurent Dingli

C'est vous qui vous égarez, mon cher Aïssa Lacheb-Boukachache, je n'aurais pas eu la burlesque sottise de comparer mes frasques de jeunesse avec la tragédie évoquée par PB. Comme vous êtes un lecteur attentif, vous avez remarqué que je répondais au commentaire de Claude Jonniaux, notamment à celui-ci :
"Lorsqu'un jeune qui force un barrage de police en moto décède à cause de ses agissements imbéciles, dans la minute qui suit la famille crie au scandale et accuse les policiers d'assassinat !"

Idem, cher râleur d'Oursivi.

oursivi

LD, vos anecdotes savoureuses si elles disent l'arbitraire de quelques pandores, de quelques faits, ne nous éclairent en rien sur ce qui fait qu'un homme dérive au point d'en perdre le nom. Ce qu'aviez fait n'avait rien qui engage votre conscience*.

Là, si tout ce qu'avons lu est exact, l'agresseur occis avait coupé tous les ponts avec ceux de sa race que de vouloir la mort d'innocents dont le seul tort est de s'être trouvés là en parenté ou même simples présents - on peut penser que tout autre trouvé sous ce toit eut pu subir ses mêmes menaces - comme c'est le cas dans le cadre des attentats à l'aveugle.
Nul rapport.
Comme ce qu'avançait encore maladroitement Aïssa, usant du parallèle d'un employé de FT (dont on peut raisonnablement se sentir proche, c'est pour cela qu'il l'instrumente ici) qui au lieu de se supprimer voire de le faire "familialement" choisirait de le faire non chez lui mais chez celui identifié à tort ou à raison comme son bourreau. Alors, contrairement à sa conclusion "vous comprenez" (oui, justement, que vous vous trompez encore) je redirai avec force, que cet homme-là qui viserait, sinon à l'aveugle, du moins en un arrosage faisant entrer des innocents dans les conséquences de sa vengeance, cesserait lui aussi d'avoir notre empathie, se serait coupé du corps des hommes.

AO

* de la même façon en 86, je roulais au couchant sur une route de campagne, sans enfreindre en rien le code de la route, quand j'aperçus au tout dernier moment un pandore stationné au milieu de la chaussée et qui faisait des contrôles de routine. Sauf que ce gentil Monsieur qui accepta mes excuses que de lui avoir foutu la trouille au point de s'être après approché de ma voiture arrêtée la main sur le pétard, s'était foutu à contre-jour ! Ahhhh, les voitures, il les voyait bien dos au soleil, mais... c'est elles qui ne le voyaient pas !

Valerie

Rédigé par Monsieur Aïssa Lacheb-Boukachache le 28 octobre 2009 à 00:01

"...un adolescent perturbé n'est ni victime ni coupable de quoi que ce soit, il est perturbé, point barre!.."

Quid de "la responsabilite individuelle" ...il semblerait que ce soit un concept qui se soit evapore !

De mon temps, on parlait d'atteindre "l'age de raison" que l'on situait a 7 ans...aujourd'hui, sans aucun doute, ce serait abuser les droits de l'homme que d'invoquer le sens des responsabilites qui devraient aller de pair avec les sacro-saints "DROITS".

Plus personne n'a la capacite a devenir Adulte.

Toutefois, rassurez-vous c'est encore pire en Angleterre...Misere !!!

Quant au "libre-arbitre", inutile de l'envisager...ce serait demander trop d'efforts aux "jeunes" qui le restent de plus en plus tard...jusqu'a la vieillesse !


Rédigé par Monsieur Pierre-Antoine le 28 octobre 2009 à 00:25

"Il est à craindre qu'ils n'utilisent du gros calibre comme instrument de mesure !"

Desolee mais je croyais que vous faisiez dans la "bondieuserie" ! pas tres raccord avec le message Christique...

Sur ce,

Ludovic

@Bruno,

Bah, tant que je ne danse pas avec vous.
J'ai une profonde admiration pour l'intelligence, la sagacité et la finesse d'esprit dont vous ne vous départissez jamais.

Pierre-Antoine

Ce qui ressort des différents commentaires suscités par cette affaire, c'est l'ENORME décalage entre les arguments du droit et de ses articles froids d'un bouquin rouge.
Et l'empathie que ressent tout être humain envers cet homme et sa famille.

Si le mot victime a un sens, il me semble que c'est celui qui qualifie comme victime celui qui est chez lui, tranquille et paisiblement confiant dans la loi qui le protège, même de la police qui ne peut entrer chez lui à l'heure où tout citoyen a droit à son intimité familiale, porte et volets clos.

Je l'ai déjà cité en commentaire, mais je pense que cette anecdote a encore toute sa place ici dans ce commentaire :
Un jour, un ami magistrat me demandait pourquoi la code pénal était rouge ?
Devant mon ignorance, il me répondit avec un regard amusé :
C'est pour que les magistrats ne s'aperçoivent pas qu'on le leur a greffé à la place du coeur à l'ENM"

En effet il n'est nullement fait mention d'humanité, de compassion, encore moins d'humilité dans le bouquin rouge...

Je lui ai dit :
Il y a des rejets parfois... mais il est vrai, si rares !

Je crois que c'est là la cause du fossé qui se creuse de plus en plus entre la justice et le justiciable.

Et la génération montante ne s'embarrassera pas de scrupule pour faire prendre conscience aux magistrats de la profondeur du fossé.

Il est à craindre qu'ils n'utilisent du gros calibre comme instrument de mesure !

Cordialement

Pierre-Antoine

Aïssa Lacheb-Boukachache

Félicitation pour votre courage et votre anonymat, monsieur Bruno, vous surgissez encore une fois de vos ténèbres pour donner une leçon, du grand masochisme c'est ... Vous êtes, vous et a contrario, assurément un "vrai-cul"!

Laurent Dingli, vous vous égarez: un adolescent perturbé n'est ni victime ni coupable de quoi que ce soit, il est perturbé, point barre! c'est différent et cela relève non seulement d'une autre approche mais d'une prise en charge singulière. Vos exemples personnels de jeunesse à mobylettes dans Paris sont intéressants (et marrants j'avoue ...) mais diriez-vous sans mentir qu'alors vous étiez perturbé même un peu ou au point où l'on trouve de plus en plus de ces jeunes aujourd'hui? Vous appréhendez ces choses un peu légèrement ,il me semble ... C'est étonnant, et ce d'autant qu'on vous a lu ici traiter il n'y a pas longtemps de psychologie et de psychiatrie de l'enfant et de l'adulte aussi.


Aïssa.

semtob

Cher Philippe,

La lecture de votre billet tout comme la lecture des commentaires met en évidence les difficultés de communication de la justice en interne comme en externe.
Dans votre livre "Etats d'âmes et de droit", vous passez très rapidement sur la fonction de juré qui vous semble méconnue.
Si vous prenez le livre de François Martineau "Petit traité d'argumentation judiciaire" vous pourrez mesurer que beaucoup de discours sont à l'attention du juré.
Le discours médiatique cible aussi ces "magistrats" temporaires.
L'espace de délibération qui agace par son secret ou ses secrets est soumis à des règles très précises même si certaines sont perfectibles.
Je ne suis pas compétente pour expliquer la technique de découpage des questions qui vont de l'intention, au mode opératoire, à l'encadrement des responsabilités,... ni à la hiérarchie de ces questions, mais une information nette de ce qui se déroule éviterait de nombreuses projections fantasmatiques et permettrait d'approcher le raisonnement des décisions.
Dans le vote exprimé, la réponse se fait par oui ou non à chaque étape du questionnement.
La place du doute n'est pas possible, et cependant, il doit exister de nombreuses situations où la réponse n'est effectivement pas possible.
Il me semble qu'il serait utile d'expliquer dans une situation fictive le déroulement interne d'une délibération.
Les situations où l'évidence s'exhibe ne doivent pas moins mériter un examen attentif des faits, des intentions, des mobiles, des circonstances...
La réaction émotionnelle collective gêne l'espace de réflexion nécessaire à la délicatesse de chaque décision.
françoise et karell Semtob

Catherine JACOB

@Thierry SAGARDOYTHO
"Bien au contraire, le Bon Juge est celui qui doit remercier l'Avocat de lui avoir ouvert les yeux sur une réalité à laquelle il n'était pas acquis de prime abord..."

Je croyais que le bon juge était celui qui connaît effectivement la loi qu'il est censé connaître mieux que quiconque et n'omet pas de soumettre au débat contradictoire des éléments qui auraient pu échapper aux avocats mais qu'il aurait lui relevé.

Gérard DELALOYE

Cher Philippe Bilger

Ainsi que j'ai eu l'occasion de vous le dire, vos billets sont passionnants car ils "collent" aux problèmes et aux faits importants de l'actualité tout en donnant matière à y réfléchir.

Mais ils me paraissent parfois un peu trop longs.

Ne pourriez-vous condenser un peu vos commentaires pour en faciliter la lecture ? Vous y gagneriez sans doute du temps sans perdre pour autant de votre inspiration...

bruno

Au bal des faux-culs, Aïssa danse avec Ludovic !!

Valerie

Rédigé par: Jean-Dominique Reffait | 27 octobre 2009 à 10:51 Bien dit !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]mont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS