« Les profs doivent-ils obéir ? | Accueil | Attente à Paris, enfer à Juvignac »

24 octobre 2009

Commentaires

Louve Bleue

C'est Jacques Weber qui a raison. Merci pour ses coups de gueule toujours plein d'affection pour l'humanité. Mais c'est pas donné à tout le monde de comprendre ça...
Jacques Weber, je vous AIIIIMMMMMMMMMEEEEEEEEEEEE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
De la part d'une femme du peuple.

jpledun

@ Alain ARES

Si vous voulez invectiver (sport national français) ne le faites pas anonymement...
Votre message y gagnera en conviction.

LEDUN JP

Alain ARES

C'est plutôt vous qui nous faites honte !

Valerie

Rédigé par Monsieur Patrick Marguillier le 31 octobre 2009 à 03:41


"Les riches il est vrai et les nantis, ceux qui sont du bon côté du manche, n'ont pas grand-chose à faire d'autre... blablater...
Heureusement qu'on leur a inventé le blog !"

Je blablate, tu blablates, il blablate,
nous blablatons, vous blablatez, ils blablatent...


Une excellente journee ensoleillee a tous... et de la bonne humeur a tous quel que soit le cote du manche ou vous vous situez !

Patrick Marguillier

Weber ne faisait que traduire tout haut les pensées de l'UMP qui prend le peuple français pour un ramassis d'imbéciles...
Cette pensée UMP n'est plus à démontrer, évidemment les plus aisés ne doivent guère se sentir concernés, Monsieur Bilger encore moins...
Quand on est assis du bon côté du manche comme la plupart ici, on peut badiner, polémiquer, on a le derrière sur une chaise à longueur de temps et les mains soyeuses, juste assez en tout cas pour tricoter un ou des propos qui n'ont jamais été tenus ou au besoin les déformer et en faire toute une mayonnaise... Dans le fond, Monsieur Bilger, vous êtes un people...
Juste un people, vous vous mêlez de tout, on aimerait entendre un peu plus souvent vos critiques en ce qui concerne cette justice de plus en plus mal faite plutôt que de défendre le roi, ce n'est certes plus à démontrer, du web 2.0.., la médiocrité incarnée de la Sarkozie vaniteuse, égocentrique, malade, limite psychotique...

Patrick Marguillier

Jacques Weber nous fait honte ? Que dire de Lefevbre ! Difficile de ne pas rire de votre article... Pour une fois qu'un UMP dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas... (même à l'étranger)

C'est presque un exploit en soi en Sarkozie !

D'ailleurs je ne vois plus quels autres termes pourraient être employés face à un tel degré de bornitude ambiante...

Il semble que ce sont les seuls qui sont capables d'être compris, la preuve, ils vous font réagir Monsieur Bilger, c'est curieux d'ailleurs de voir un avocat général de la cour etc etc, intervenir sur de si médiocres propos entre deux protagonistes aussi ce que vous voudrez l'un que l'autre...

Les riches il est vrai et les nantis, ceux qui sont du bon côté du manche, n'ont pas grand-chose à faire d'autre... blablater...
Heureusement qu'on leur a inventé le blog !

Bien sûr, je vous cite, Monsieur Bilger, ne vous en déplaise, hormis la grossièreté des propos, vous ne semblez guère atteint par la grossièreté d'un Lefevbre, d'un UMP, d'un Sarkozy... politiquement parlant s'entend...

J'entends déjà les réactions guignolesques de votre fan club : gauchiste, voyou, racaille ! - Tiens il a dit racaille ? Bon début Marguillier, vous reprendrez bien une petite carte à l'UMP ?

Bonne journée à vous.

Marie

Monsieur Weber pourrait opposer les mêmes excuses que ces messieurs les ministres qui dérapent souvent à savoir que ces ou ses propos ont été prononcés dans l'intimité d'un studio !!

Bien sûr, et je vous le concède, la bonne éducation impose que tout un chacun se contrôle et maîtrise son langage, reconnaissez que parfois il est amusant d'entendre certaines exclamations surtout lorsqu'elles dénoncent une certaine réalité et en particulier ce que bien des gens pensent tout bas !

Emile Tezak

A notre avis, par souci d'étiquette, vous touchez l'indécence, comme le suggère l'écrivain Alexandre Anizy dans sa note

http://www.alexandreanizy.com/article-mefiance-philippe-bilger-defend-frederic-lefebvre-38392892.html

Laurent Dingli

Je tenais à préciser à propos de mes derniers commentaires que je n'ai pas entendu directement les propos de Weber comme je n'avais pas entendu ceux de Guaino ; j'adopte donc la même circonspection. Mais sur le fond du sujet je rejoins sans réserve le billet de Philippe Bilger. Certains opposent les propos déplorables tenus par le président de la Républiques à ceux de Weber, comme si la faute de l'un devait excuser celle de l'autre. Bien entendu, de par sa fonction, Nicolas Sarkozy a bien plus de responsabilité qu'un artiste ; mais on peut condamner ces deux réactions, tout en conservant à l'esprit leur différence respective. L'insulte, maniée publiquement, constitue indéniablement un appauvrissement du débat public. La qualité d'artiste de Weber, que certains ici brandissent comme excuse, ne justifie pas à mes yeux de telles grossièretés. Elles déclassent celui qui les emploie, qu'il s'appelle Nicolas Sarkozy, Bernard-Henri Lévy, Samuel Benchetrit ou Jacques Weber.

Nicolas

Bonjour,
Je lis avec plaisir vos interventions sur ce blog, avec respect aussi pour l'intérêt et la puissance de vos idées.
Je me permets pour la première fois de commenter vos propos, car, et c'est bien rare, je pense pouvoir ajouter quelques idées.
Il me semble d'une part que les propos sur le peuple français sont à prendre au second degré considérant le contexte de cette phrase.
D'autre part, la réaction de M. Weber à l'encontre de M. Lefebvre me semble assez symptomatique de la difficulté pour un contradicteur de pouvoir l'emporter sur ce monsieur. En effet, pour pouvoir lutter de façon 'républicaine' et non 'totalitaire' comme vous l'indiquez un peu abusivement peut-être, il faudrait que M. Lefebvre lui-même s'impose de demeurer dans les limites de la décence dans ses interventions. Je ne parle pas ici de vulgarité, mais plutôt d'une tendance inouïe à la distorsion des fait, l'affirmation péremptoire, voire le mensonge. Le discours politique est en soi un artifice, mais jamais jusqu'ici je pense, un homme politique n'a pu avec un tel aplomb soutenir des avis aussi indéfendables, évoquer de façon aussi fallacieuse des statistiques, etc.
Je pense donc que cette saillie de M. Weber est un indice du marasme actuel de l'opposition devant ce que l'on peut appeler je suppose le discours 'décomplexé'...

paul

Bonjour,
"votre aveuglement dans la défense de la droite" comme le dit plus haut un commentateur, m'effraie.
Qui plus qu'un autre aurait le droit d'exprimer ses opinions? Je n'ai pas vu l'émission, ni entendu ces propos, mais la liberté existe encore, il appartient ensuite aux spectateurs de juger (des émissions sont là pour ça, paraît-il, et il existe des audimats, des indices de satisfaction, etc.)... Va-t-on clouer au pilori tous ceux qui s'élèvent contre les excès/bavures/magouilles de la droite (et pourquoi pas ceux qui se fichent de la gauche aussi, d'ailleurs ?).
Moi aussi, j'ai honte et le dire m'effraie...

serein

Tout simplement, merci M. P.Bilger pour vos mots, vos réflexions, vos analyses et les synthèses que vous en tirez (ce qu'hélas je ne saurais faire, trouver ou formuler). Vous effacez ainsi l'outrance et le dégoût qu'inspire la vulgarité de M. Weber.

Magic

Essayons de garder la tête froide et d'analyser la situation.

D'un côté, nous avons un Frédéric Lefebvre qui ne plaît pas parce qu'il dit souvent tout haut ce que beaucoup pensent tout bas.

Et pourquoi le fait-il (probablement sur ordre comme beaucoup d'entre vous l'ont souligné) ? Parce que le Président en a assez d'être constamment attaqué par des polémiques de bas étage au lieu de l'être sur le fond de son action. Alors même qu'il essaye de redresser la barre (même s'il le fait parfois de façon malheureusement maladroite) d'une société qui va droit dans le mur par la faute du laxisme de ses prédécesseurs.

D'un autre côté, nous avons un Jacques Weber qui est blessé par ces vérités dites crûment. Etant habité par des idées généreuses dites de gauche, il s'en offusque évidemment et croit que sa notoriété l'autorise à des réactions de la dernière grossièreté.

Franchement et à tout prendre, je préfère le premier personnage malgré ses excès, et j'aimerais conseiller au second de réfléchir un peu avant de s'exprimer (mais je sais malheureusement qu'il n'en tiendra aucun compte).

Conclusion derrière tout ce bruit : heureusement que le Président, avec toutes ses qualités et ses nombreux défauts, a de la constance.

gauchedecombat

Et si Jacques Weber disait tout haut ce que tout le monde pense tout bas ? Lefebvre est effectivement un homme indigne dans son comportement amoral.

frédéric

Un procureur se doit de raisonner à charge et à décharge.
En guise de communication, M. Lefebvre ne cesse d'insulter les détracteurs du gouvernement.
A titre d'exemple, comparer le collectif guadeloupéen LKP à une sorte de tontons macoutes, dénote bien la médiocrité et la dangerosité des ses propos. Il se permet, par ce stratagème, la similitude entre le leader du LKP avec l'ancien dictateur haïtien Duvalier.
D'ailleurs traiter un guadeloupéen de haïtien revient à l'insulter outrageusement.
Déposer un amendement pour faire travailler des salariés en congés maladie me choque bien plus que la bêtise de M. Weber.
Les propos de M. Lefebvre sont inacceptables, surtout venant d'un membre du gouvernement.
Autant les propos de M. Weber sont imbéciles et non argumentés, autant les propos de M. Lefebvre me répugnent.

oursivi

intellectuelle pour le quidam, il y a un loup, c'est forcé..."

Ca, je l'ai pense secretement aussi...

Rédigé par: Valerie | 26 octobre 2009 à 15:26

En fait, dans une vie antérieure (et autrement rieuse aussi), PB était la doublure de Sim dans son rôle de Libellule, depuis il a pas mal forci, alors cela paraît difficilement imaginable, mais Lefebvre a gardé tout un dossier là-dessus.

Une libellule, c'est quand même plus fréquentable qu'un loup ou qu'un Lefebvre, non ?

Non ?

Bon.

AO

LD, il paraît qu'ils cherchent deux vieux plein d'esprit pour un remake des Muppets, je nous inscris ?

Valerie

Monsieur Jean-Dominique Reffait ecrit le 25 octobre 2009 à 20:56

"...Que dire, sinon que mon aversion pour Frédéric Lefebvre est merveilleusement totale, la tête de quelqu'un à qui je ne confierais pas mes économies, le cheveux huileux, la moue nauséeuse, et ce qui en sort est à l'avenant. Oui, c'est vrai, il a le profil idéal de la tête à claques et c'est un véritable bonheur de ne lui rien trouver de séduisant..."

Ca, j'aurais ete capable de l'ecrire mais je n'aurais pas ose... je dois me rendre en France prochainement et j'aurais trop peur de le croiser... il fait peur !!!


"Philippe, vous avez des raisons secrètes de défendre Lefebvre depuis quelques billets, vous ne nous dites pas tout, la raison excluant que vous puissiez nourrir une quelconque estime intellectuelle pour le quidam, il y a un loup, c'est forcé..."

Ca, je l'ai pense secretement aussi...


Laurent Dingli

Je suis votre homme ! Dans la description du pépère qui ronronne derrière son écran, vous l'aurez compris, il y a une sorte d'autoportrait plein de dérision, comme c'est souvent le cas dans mes traits les plus acerbes. Alors, à la prochaine, cher râleur.

oursivi

"Vous ne me mésestimez sans doute pas, cher Oursivi, vous me sous-estimez."

Rédigé par: Laurent Dingli | 26 octobre 2009 à 14:20

Sacré LD !

Au plaisir de vous lire, fût-ce pour râler.

AO

Laurent Dingli

Vous n'êtes pas "mésestimable" non plus, Oursivi, mais vous faites erreur, vous aussi. Il suffit de suivre mes interventions sur ce blog pour se convaincre que je ne louvoie pas. C'est plutôt vous qui avez l'habitude d'enrober vos idées en faisant des jeux de mots pittoresques, des allusions comiques, et autres farces langagières à la Devos. Vous me faites penser à un gentil pépère qui ronronne doctement derrière son clavier, joue, badine, distribue des anathèmes et des bons points, des références littéraires et quelques pieuses maximes ; on vous imagine glosant, bâillant, vous grattant le nombril, bref, rien qui ne porte vraiment à conséquence... Ledit Alexandre X, grand moraliste de Sao Paulo, a soudain revendiqué hautement la place éminente de cliché de service, alors que je ne lui avais rien demandé ; je la lui ai donc charitablement accordée ; pas besoin pour cela de parler de sa gueule de... que je n'ai jamais vue, contrairement à celle que j'évoquais, et que d'ailleurs je n'ai aucune envie de voir. Vous ne me mésestimez sans doute pas, cher Oursivi, vous me sous-estimez.

oursivi

Rédigé par: Laurent Dingli | 25 octobre 2009 à 13:37

C'est là belle illustration de cette façon d'insulter sans assumer le faire.
Quand on pense qu'un type est con, on n'est pas forcé de lui dire, sinon la vie serait succession de vaines querelles et sales bagarres, mais si on veut dire quelque chose de précis, on ne marmonne pas dans son coin.

Parler par prétérition a aussi ses limites.

Le lendemain du référendum de 2005, ayant ouï que ce pauvre Alain Juppé n'était plus dans la course au point que nul média ne s'avisât de sa réaction, j'allais faire un tour sur son blog et y laissai un commentaire ironique mais avec un fond de sympathie attristée - ce qui dût le vexer le plus. Je reçus de suite l'accusé de réception usuel - merci d'avoir participé au débat et les blablas creux pour notables de provinces. Et puis, une heure plus loin, un mail au courroux rentré, tout prétéritif le paquet de mots - pour néologiser - tout hautain rikiki vexé, touchant finalement, que j'ai gardé précieusement. Pensez, un meilleur d'entre nous s'adressant à un pauvre manant sans titre, quel honneur que cette grimace lâchée du coin des lèvres.

Merveilleux ce qu'on peut faire avec quelques mots.

Sur le pouvoir des mots, une autre anecdote, le soir où Canal- fêtait ses 20ans, soit à l'automne 2004, un copain jouait dans un club de la rue des Lombards - je veux dire qu'il jouait d'un instrument, et comme le font la plupart des jazzmen ou jazzrockers du cru, en virtuose. Minuit passé, entrent plusieurs types avec des têtes de ténébreux pas inconnus aux présents qui finissent par les reconnaître, ce sont les musiciens du groupe "Cure". Le copain a vite fait après avoir joué d'autant mieux que se sachant observé par Robert Smith, de nouer langue avec celui-là. Il a beau être une star du rock, Smith n'a aucune peine et trouve le plus grand naturel à dire la modestie de leur art musical face à ces virtuoses inconnus, ou presque. Mais ajoute-t-il, lui qui chante avec cette voix qui ne cherche justement pas à plaire, "Words, you know, words...".

Mais revenons à notre doux troupeau.

J'aime bien AP, Dingli n'est pas mésestimable non plus, rigolotes toutes ces querelles, on se croirait chez Fassbinder, quoique PB soit pas crédible pour le rôle de Jean Genet, ils ont merdé dans le casting. Et même JPL, tiens, il finit par m'être sympathique, vais juste lui écrire un "Oursivi pour les Nuls" pour qu'il sache un peu de quoi je parle.

AO

Laurent Dingli

Comprenez ce que vous voulez, Alexandre X.

Alex paulista

Laurent Dingli

Je vous cite:
"il avait deux yeux, une bouche, des oreilles et une gueule de..., mais je peux aussi vous prendre comme exemple, si vous voulez."

Votre manière de faire des sous-entendus grossiers puis, quand on les relève, de faire semblant de ne pas y toucher est bien Lefebvrienne.
Vous êtes un troll, mais en l'occurrence vos manières nous remettent dans le sujet.
Je vous laisse à vos "enthymèmes foireuses", comme dit l'article sur votre porte-parole préféré.

Pierre-Antoine

@Catherine Jacob
« Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau » - Anaxagore de Clazomènes

Notre ami Anaxagore avait dû lire l'Ecclésiaste ch.1 v.8à11 qui développe un peu plus cette idée :
"Toutes choses sont en travail au delà de ce qu’on peut dire ; l’œil ne se rassasie pas de voir, et l’oreille ne se lasse pas d’entendre.
Ce qui a été, c’est ce qui sera, et ce qui s’est fait, c’est ce qui se fera, il n’y a rien de nouveau sous le soleil.
S’il est une chose dont on dise : Vois ceci, c’est nouveau ! cette chose existait déjà dans les siècles qui nous ont précédés.
On ne se souvient pas de ce qui est ancien ; et ce qui arrivera dans la suite ne laissera pas de souvenir chez ceux qui vivront plus tard."

Il est vrai que l'on aime voir et entendre !
Surtout ce qui nous plaît et nous conforte dans nos idées... en espérant qu'elles soient justes !

@Marie

NS aurait peut-être dû se taire le jour où il a dit ça.
Ben oui, la fonction présidentielle n'est pas un vaccin anti-ânerie.
L'histoire nous en a laissé de nombreux exemples présidentiels (même de royaux et d'impériaux) et nous en donnera certainement beaucoup d'autres.

Cordialement

Pierre-Antoine

jpledun

C'est la vrai Anarchy Online ici !
Oursivi, je ne comprends rien á votre message.
Laissez tomber.

AO en pantoufles !

Laurent Dingli

Monsieur Alexandre X, de Sao Paulo
Je vous prie de ne pas déformer mes propos ni d'inventer des insultes qui vous donnent une surface et vous permettent de vous poser en victime. La gueule de... s'adressait à cette personne que j'ai rencontrée et dont j'ai trouvé le mépris obscène. Je ne l'ai pas nommée par délicatesse ; vous qui éructez de manière anonyme devriez comprendre cela. J'ai voulu évoquer cette hypocrisie qui m'insupporte chez certains bien-pensants au discours ronflant et au grand cœur ostentatoire, je veux parler de tous ces exhibitionnistes de la morale qui nous assènent constamment leurs bons sentiments. Vous vous êtes senti tout de suite visé et vous avez réagi sans tarder ; c'est votre problème. Si j'avais voulu vous insulter, je l'aurais fait directement, quitte à être censuré par PB, mais d'une part, si mon ton est souvent acerbe, et même dur, l'insulte n'en fait pas partie, et d‘autre part, je ne m‘escrime qu‘avec les gens que je juge suffisamment intéressants pour cela ; vous n‘en faites pas partie.

Jean-Dominique Reffait

Ouf, j'arrive fort tard dans la querelle sur Frédéric Lefebvre, Laurent Dingli s'est chargé de me citer, il tient la boutique, merci ! Que dire, sinon que mon aversion pour Frédéric Lefebvre est merveilleusement totale, la tête de quelqu'un à qui je ne confierais pas mes économies, le cheveux huileux, la moue nauséeuse, et ce qui en sort est à l'avenant. Oui, c'est vrai, il a le profil idéal de la tête à claques et c'est un véritable bonheur de ne lui rien trouver de séduisant. Je n'ai pas entendu Weber, mais j'avoue que Lefebvre inspire un dégoût tranquille voire amusé.

Philippe, vous avez des raisons secrètes de défendre Lefebvre depuis quelques billets, vous ne nous dites pas tout, la raison excluant que vous puissiez nourrir une quelconque estime intellectuelle pour le quidam, il y a un loup, c'est forcé...

Valerie

"Sur cette histoire de détecter les gamins de 3 ans turbulents, ne faites pas les naïfs: le problème est celui du fichage."

Rédigé par: Alex paulista | 25 octobre 2009 à 05:18

Je rebondis avant de regarder "Vipere au poing" sur la 2...il ne me semble pas qu'il s'agisse de "detecter les gamins de 3 ans turbulents" mais plutot d'envisager comment parvenir a aider des etres perturbes des le depart de leur existence.

Pour les personnes en charge de l'education d'un enfant, "faire l'autruche" face a certains comportements inappropries ne peut que se repercuter a l'avenir. Avez-vous deja entendu parler de "l'affaire James Bulger", deux garcons de dix ans avaient, en 1996, kidnappe un enfant de 2 ans dans un centre commercial en Angleterre pour le torturer et ensuite le tuer. Recemment un autre cas du meme type s'est reproduit sur deux jeunes freres qui s'en sont sortis miraculeusement mais pas indemnes. Ces jeunes (neanmoins malsains) criminels avaient eu des parcours plus que chaotiques.

Quant au "fichage", je ne vois pas le probleme vivant dans un pays qui ne se voile pas la face quant aux grave deviances et qui est par ailleurs tres tres en avance sur le systeme francais.

Cela dit, je pensais exactement comme vous a votre age, mais j'ai vieilli (c'est triste mais ineluctable) et mes yeux se sont descilles...

"Mon cliché était bien vivant ; il avait deux yeux, une bouche, des oreilles et une gueule de..., mais je peux aussi vous prendre comme exemple, si vous voulez.

Rédigé par: Laurent Dingli | 25 octobre 2009 à 13:37"

Quelle argumentation, je suis bluffee !

Alex paulista

Cher Laurent Dingli

Et pour voir une "gueule de ..." comme vous me dites avec tant de classe après avoir condamné Weber, ne faites pas tant d'effort de rédaction. Allez dans votre salle de bains, cela devrait faire l'affaire.

Alex paulista

Cher Laurent Dingli

Vous me faites penser à Éric Zemmour qui, tout en restant plutôt sympathique, arrive à extraire de ses invités le prétexte qui lui permettra de pousser sa rengaine. Un jour contre la féminisation de la société ou les bobos, un autre son refrain "tout a déjà été fait" (il est arrivé à dire que Tokyo Hotel ressemblait à Led Zep, faut-il avoir de la merde dans les oreilles pour ne pas sentir la différence de genre...).
Sortez de vos clichés, ne parisianisez pas trop...

Si vous passez par le Brésil, et précisément par São Paulo, je vous montrerai ce qu'est le vrai "povo" à mon sens.
On pourra sortir du niveau des clichés. Attention, vous risqueriez d'aimer.

bernard

Les artistes vont à la politique, les politiques vont au théâtre.
Quand je pense que Weber va jouer sur scène avec la trouille aux intestins continuellement désormais car.... :
- Ce "c.." de Lefebvre ou un de ses clones sarkozistes est peut-être dans la salle ce soir ?
Douillet ? Noooon, pas Douillet !

Franco

Bonsoir monsieur Bilger

J'ai écouté et réécouté avec attention l'intervention de Jacques Weber sur RMC (Les grandes gueules).

Il me semble qu'il faut manifestement prendre ses propos concernant la population au second degré.

Il me paraît évident qu'il a voulu suggérer que la droite prenait la population pour "bête et imbécile".

Du reste, l'intervention du M.Weber ne me choque pas. Après tout, il est majeur et vacciné. Il dit ce qu'il veut où il veut (heureux homme). Et si le "crétin de service" veut donner une suite judiciaire à cette intervention il me fera plaisir. Je ne me lasse pas du spectacle d'un beau procès.

Marie @Pierre-Antoine

"Il serait temps que ceux qui n'ont rien à dire se taisent..."

Pierre-Antoine
25 octobre 2009 à 14:38

NS a déclaré que seuls ceux qui ont été élus peuvent prendre la parole !

Bernard-27400

@Cher Alex Paulista

"France d'en bas" peut être une raffarinade mais bien ancrée dans le langage de gauche, pour être plus général le monde politique se plait à diviser par des mots que je qualifierais de populistes à défaut d'être populaires. Riches-pauvres, haut-bas, bourgeois-peuple, capitaliste-prolétaire, des comparaisons toujours bipartites en oubliant les degrés et sans trop savoir où commence une et où finit l'autre, hormis le Président Giscard d'Estaing je crois, qui faisait entre les deux avec le "Français moyen".
Quant aux bobos assimilables en partie à l'ex gauche-caviar, ils sont devenus un véritable lobby surtout à Paris. Je pousserais même en écrivant que Bertrand Delanoë a été élu avec les voix du lobby bobo. Ce lobby qui ne date pas d'aujourd'hui est très bien sous-entendu dans la chanson de Marie-Paule Belle "Parisienne", chanson qui est loin de dater d'aujourd'hui, plus proche et remis au goût du jour, le magazine "Fluide glacial" avait consacré un de ses numéros aux "bobos", très caustique mais très vrai.

Claire

@Catherine Jacob
Je vous imagine comme une femme de goût qui ne s'abaisse jamais à prêter attention aux propos de ce triste sire.

Yves

Chaque fois que Jacques Weber commente l'actualité dans les médias, il ne parle pas comme un charretier, mais comme un charretier aviné, et il dessert sa "cause".

Il a soulevé cependant une question de fond.
La population est-elle "bête et imbécile" ?

Liverpool, 1904. Churchill doit prononcer un discours devant une assistance nombreuse sur un sujet controversé (le libre échange). Le vieux lord, ami politique, qui l'accompagne sur le chemin de la réunion lui demande s'il est nerveux.
Churchill reconnaît qu'il est un peu inquiet, alors l'autre lui donne son conseil:
" Eh bien, je me suis toujours bien porté dans ces cas-là d'entrer en scène lentement, de dévisager longuement l'assistance, et de penser avec intensité que de ma vie je n'avais jamais vu pareil tas d'idiots".

Conclusion : peu importe que la population soit bête et imbécile; ceux qui se produisent en public ont avantage à le penser ; mais il n'est pas convenable de le dire.

Marie

Ce que vous ne dîtes pas, monsieur Bilger, c'est que monsieur JW s'en prend à FL suite à la polémique provoquée par le chef de l'Etat après son interview télévisée au cours de laquelle il avait qualifié les "prévenus" du procès Clearstream de « coupables ».

Jacques Weber a reproché à la majorité la façon dont a été gérée cette polémique, d'où « Après on nous envoie les troisièmes couteaux dont le crétin de service, Monsieur Lefebvre, qui est l'homme le plus vulgaire. Mais, naturellement, ce n'est pas un hasard si on prend le plus vulgaire, le plus con, le plus effroyable qui soit pour parler à la population. La population est bête et imbécile donc il faut un bête et un imbécile pour leur parler. Je n'ai jamais vu un type pareil » ...

Alors je ne pense pas que ces propos ramènent le peuple au néant d'où il n'aurait jamais dû sortir !

Marie

J’ai entendu une partie de l’émission sur le site du Nouvel Obs.
Vous êtes choqué, monsieur Bilger, mais reconnaissez que monsieur Sarkozy emploie ce même genre de langage lorsqu'il s'adresse au peuple !

Les propos de monsieur Weber, comme l’écrit fort justement Ludovic, « Il faut faire preuve d'une sacrée mauvaise foi pour prendre ses propos au premier degré. », dénotent, regrettons le peut-être, le parler d'aujourd'hui particulièrement lorsque des individus sont irrités, tout comme JW semblait l’être.
L'injure est intégrée dans le langage courant. On la trouve : à l'école, à la maison, dans la rue, au volant, chez les commerçants, dans les tribunaux, chez les politiques, etc... Souvenez-vous de Devedjian ! Alors pourquoi pas chez les artistes !

Personnellement je comprends cette irritation car FL m’excède particulièrement. Alors, non, monsieur Weber ne me fait pas honte. Dernièrement les politiques ont montré, eux, qu’ils faisaient « honte » à la France dans les polémiques débattues sur votre blog.

Prendre les Français pour des crétins, à l'aulne d'une élection, est monnaie courante chez les politiques. Ils sont tous inscrits chez "Carpet'Land" !
Exemple de soumission : « Le vote de Lamour. Mme Lagarde désavouée, refera voter lundi sa majorité, car il n’est pas question de ponctionner les banques ! » Le peuple, c’est mieux !
Monsieur Lamour, depuis, a prétendu avoir raté le bouton... !


Le député PS du Doubs Pierre Moscovici s'en est directement pris sur son blog au porte-parole de l’UMP. Il a déclaré que Frédéric Lefebvre paraissait sorti de "Reservoir Dogs".

Stéphane Guillon, invité de l’émission “Questions de génération”, présentée par Samuel Etienne, se lâche à propos de Frédéric Lefebvre, porte-parole de l’UMP: “Il est tellement grotesque que ça en devient risible. C’est un bêtisier à lui tout seul”, a assené l’humoriste de France Inter.
http://teleobs.nouvelobs.com/rubriques/vite-vu/articles/guillon-tacle-lefebvre-dans-questions-de-generation

Rediffusée ce soir.


NS a pratiqué la langue de bois. Il déclare maintenant qu’il est l’objet « d’un complot médiatico-médiatique » puisqu’il n’y a plus d’opposition !

FL a déclaré que l'ex-candidate à la présidence Ségolène Royal avait besoin « d'une aide psychologique », et a pris à partie le journal Libération : « Ce quotidien qui ressemble de plus en plus à un tract, après avoir perdu de ses lecteurs perd sa crédibilité (...) En colportant une fausse information, [ce quotidien] contribue à abîmer l'image de notre pays ». Laurent Joffrin, directeur de Libération, qui maintient l'intégralité de ses informations, lui a répondu « M. Lefebvre, qui occupe un poste de roquet à l'UMP a du mal à accepter l'existence d'une presse indépendante en France. »
Wikipédia nous informe sur les réseaux de FL !

@ Catherine Jacob,

Bravo, pour votre clin d’œil et humour !

Par ailleurs vous m’apprenez que FL a intégré lui aussi un barreau de France. Les barreaux français sont devenus les babygros du Parlement. On y trouve n’importe qui, jusqu’à DdeV qui n’a, il me semble, aucune formation. Mais il est, avec Pascal Clément, à l’origine de l’arrêt 2005-790 relatif aux règles de déontologie de la profession d'avocat, de son article 19 alinéa 1 : "Sauf accord préalable du bâtonnier, l'avocat qui accepte de succéder à un confrère ne peut défendre les intérêts du client contre son prédécesseur."
Après, il est facile d'intégrer un barreau !

Beau respect des droits de l'Homme !

"la population est bête et imbécile" elle vote d'ailleurs toujours pour les mêmes têtes, même si elle est offusquée.
Le peuple est bien considéré comme un « ramassis de crétins, mais de Crétins payeurs » !

Pierre-Antoine

Jacques qui ?
Ah oui cet acteur qui excelle dans Tartuffe !
Le meilleur rôle de sa carrière et qui lui va si bien...

@PB
"De quelle légitimité les artistes tirent-ils donc les privautés qu'ils s'octroient pour détruire, fustiger et traîner dans la boue de leur langage des personnalités qui valent au moins autant qu'eux ?"

Mais de la légitimité que leur octroie l'onction des médias... comme avant on oignait les rois et les prophètes, les médias oignent les guignols...

Il serait temps que ceux qui n'ont rien à dire se taisent...

Cordialement

Pierre-Antoine

Ludovic

@Catherine Jacob,

Je vous remercie pour les références de l'ouvrage mais je l'ai trouvé et je vais m'y plonger ce soir.

Laurent Dingli

Alex paulista,
Mon cliché était bien vivant ; il avait deux yeux, une bouche, des oreilles et une gueule de..., mais je peux aussi vous prendre comme exemple, si vous voulez.

VINCENT du Blog "Je Peux Aussi Tout Dire"

Jacques Weber est sans doute un bon comédien. En tant qu'homme il ne vaut rien et parce qu'il est connu se croit supérieur aux autres. Il est donc ridicule et inintéressant. Lorsque l'on voit sa tête à la télévision, on devrait zapper systématiquement. Lorsqu'on l'entend à la radio, on devrait changer systématiquement de station.
Jcques Weber est un des grands pourvoyeurs de la "pensée unique". Si vous ne pensez pas comme moi vous êtes ce qu'il y a de plus ignoble. Jacques Weber à fait ses (mauvaises) preuves. "Va donc m'attendre chez plumeau" dirait San-Antonio.

Ludovic

J'ai finalement réussi à visionner l'émission.
Il est clair que lorsque Jacques Weber parle "d'une population bête et imbécile" il se situe dans l'ironie et qu'il évoque la façon dont, selon lui, le pouvoir en place considère les citoyens.
Il faut faire preuve d'une sacrée mauvaise foi pour prendre ses propos au premier degré.
Vérification faite, Jacques Weber ne me fait vraiment pas honte.
Quant à Frédéric Lefebvre, il est tellement génial qu'aucun ministre, et pas seulement Frédéric Mitterrand, n'a voulu de lui comme secrétaire d'Etat, c'est dire.

oursivi

"provocations de Hollande"
JPL, notre artiste que j'ai.

"Provocations" de François halahh hein, Hollande...

Voilà, un homme, JPL, qui prendrait une cuite à l'eau de Vichy*...

C'est encore plus drôle que les Guignols, ici. Gaccio a dû passer la main le jour où il a découvert certains commentateurs du blog de son coauteur, l'a dû se dire, tel Ben Sidran écoutant Mc Coy Tyner, bon là j'arrête l'instrument, suis largué, définitif.

AO

* pas au sens politique et maréchaliste, au sens des bulles sans goût qui tapissent l'insipide.

Catherine JACOB

Tiens vous avez écrit un nouveau livre, je ne savais pas. J'aime bien votre co-auteur Roland Agret, il ne manque pas de courage. Je cours l'acheter cet après-midi.

Rédigé par: Ludovic | 24 octobre 2009 à 14:27

A toutes fins utiles:
Broché: 99 pages
Editeur : Editions Mordicus (22 octobre 2009)
Langue : Français
ISBN-10: 2918414085
ISBN-13: 978-2918414087
Description:
http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2918414085/typepad-21

"Faut-il juger les juges? "
Je ne sais pas mais au moins leur rappeler:
Comme tout le monde, "vous serez jugés selon vos oeuvres" -Livre d’Ezechiel Chapitre 36, versets 16 à 19
Et peut-être aussi ceci qui atteste que le verbe juger ne se conjugue pas qu'à un seul temps et à un seul mode:
http://www.leconjugueur.com/php/index.php?v=juger&p=CS

Ou encore selon cette sentence de celui qui soutenait que l'Intelligence était la cause de l'Univers, que les jugements aussi se transforment, et les juges, et les condamnés et les condamnations, y compris en leur contraire:
« Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau » - Anaxagore de Clazomènes

Catherine JACOB

@Marie
"Il paraîtrait que monsieur Frédéric Mitterrand aurait mis une condition avant d’accepter son mandat de ministre de la Culture : ne pas avoir à subir Frédéric Lefebvre !"

C'est vrai? Comment l'entendez-vous?

Catherine JACOB

@Claire
"Mais reste à comprendre pourquoi vous n'aimez pas que l'on traite Frédéric Lefebvre de crétin de service. "

Peut-être parce qu'il fait une différence entre dire : "C'est un crétin" et dire : "Ce sont des crétineries."
Autrement dit dans l'énoncé suivant : "Ce sombre crétin ne profère que des crétineries." 'Crétineries' est admissible, mais pas 'crétin'!

De la part d'un haut magistrat qui n'a aucune indulgence pour le crime, du moins on espère, mais semble faire montre d'humanisme et de commisération pour le pécheur quand il lui paraît le mériter, c'est tout à fait normal! Car ramener le tout d'un individu à ses seuls actes condamnables releverait en effet d'une sombre crétinerie.

Véronique Raffeneau

Je suis d'accord avec ce que vous écrivez de l'invective de Jacques Weber au sujet de Frédéric Lefebvre.

"Parce que Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP, n'hésite pas dans le débat public à dire ce qu'il pense..."

Là, je suis nettement moins d'accord avec vous.

Frédéric Lefebvre dit tout dans le débat public. Sauf ce qu'il pense lui, et ce qu'il est lui.

A propos des polémiques qui s'accumulent depuis l'automne, nous avons surtout vu un F. Lefebvre, avec les responsables ministériels et UMP, servir mécaniquement des argumentaires de très pauvre niveau concoctés par les communicants affiliés à l'Elysée.

Je pense que les interventions de Frédéric Lefebvre et de tous ceux qui suivent pour porter cette parole présidentielle-là sont surtout des coups d'épée dans l'eau... et pour rien.

Car la fabrication grossière et sommaire des argumentaires saute aux yeux et aux oreilles. Nous aurions presque envie de les plaindre de devoir ainsi consentir à défendre de telles médiocrités.

Les individualités et les identités ont disparu au profit de "réactions" qui frappent par leur propension à se situer, toujours, bien en dessous d'un degré zéro de la pratique, du sens de l'Etat et de la morale publique.

Comme je vous le disais à propos de votre billet consacré à Etienne Mougeotte, cette parole officielle - comme on parle d'un site officiel de tel ou tel people - ne peut plus abuser personne.

Il y avait la langue de bois qui ne faisait plus illusion depuis longtemps. Il y a maintenant cette espèce de langue uniforme, marketée comme jamais, abusant le sens commun, qui finit pas rendre pitoyables le grand et le petit personnel politique attachés exclusivement à "la promotion" de la seule marque Nicolas Sarkozy.

Mais là aussi, Philippe, très tristement :

"Quoi qu'on en ait, au-delà de nos sympathies ou antipathies personnelles. On est sali par contagion."

Alex paulista

Cher Bernard-27400
La "France d'en bas", je vous rappelle que c'est une Raffarinade. Les bobos ont le dos large.

Cher Laurent Dingli
Votre cliché sur l'intello qui est dégoûté par les manières du bas peuple mais vote à gauche par conviction (et paye plus d'impôts, du coup) a son pendant à droite: le parvenu qui partage les manières les plus viles du bas peuple, se couvre de bling bling et entretient une relation très paternaliste avec ses sujets. Ce dernier désire être aimé, mais n'imagine pas céder un centime sur son bouclier fiscal. Même pas un bouton de manchette plaqué or. Il croit aux vertus de la méritocratie, sauf pour ceux qui font partie de son clan: il le valent bien. Il renie toutes les convictions, tous les principes de manière décomplexée. Au moins, il n'est pas hypocrite, disent ses supporters.
De ces deux extrêmes je ne sais pas lequel est le plus dangereux, au fond...

Laurent Dingli, Valérie, jpledun
Sur cette histoire de détecter les gamins de 3 ans turbulents, ne faites pas les naïfs: le problème est celui du fichage. Une fois de plus, "la liberté n'est pas une statistique". Sinon la moindre statistique ethnique dans les prisons justifiera une création de sous-citoyens en fonction de leur faciès - pardon - de leur zone géographique d'origine.
Si vous ne voyez pas la perle dans le discours de FL, c'est un peu grave. Mais rassurez-vous, je ne vais pas vous ficher pour ça... :o)

jpledun

M.A.L.B

Pour faire plaisir á madame Bilger, j'ai acheté le livre de de Closets...
(Pas encore ouvert)

Moi c'est JF Kahn qui m'a foutu les jetons. J’ai dû baisser le son du poste tellement le sieur Kahn s'emballait. Et quand il s'emballe, sa voix devient, á mes oreilles, insupportable.


Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philipp[email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS