« Les profs doivent-ils obéir ? | Accueil | Attente à Paris, enfer à Juvignac »

24 octobre 2009

Commentaires

jpledun

Je suis quand même très étonné de la tonalité de la plupart des commentaires ici.

En gros : « C'est un artiste donc il peut insulter » disent certains.

Bon, je suis également un artiste. A partir de maintenant j’ai donc le droit de me servir de la vulgarité comme argument ? Je doute que PB passe un seul de mes posts insultants…

« Et puis M. Lefebvre est tellement bête, comme le peuple (Weber), qu'il mérite bien ce traitement... »

Je vous fais juste remarquer qu'á ma connaissance, M. Lefebvre n'insulte personne et ne dénigre personne. Jamais.

Il a certainement le grand tort de défendre ses opinions et de porter la parole de son parti. Toujours.
(Il est payé pour, en plus)

En vérité je vous le dis (hi, hi), pendant des années les partis politiques de droite avaient honte de leurs convictions. Jamais personne ne répondait aux provocations de Hollande, de Mamère et autre polémiqueurs.
Eh bien, les temps ont changé.

« Lucky Luke Lefebvre » dégaine á tous les coups... Pour le meilleur comme pour le moins bon. Mais jamais en insultant.

Eh bien ça me va très bien comme ca.

„All you need is laugh"

(Désolé, depuis hier soir je n'arrive pas á oublier ce refrain)

Aïssa Lacheb-Boukachache

Avant hier soir j'écoutais François de Closets chez Taddéï … On y causait de la France et Sarkozy. F. de Closets nous a dressé durant un long moment un tableau apocalyptique de notre présent social et économique et de notre devenir … On tremblait à l'écouter, j'en avais des frissons, ce d'autant qu'il argumentait bien, le bougre, avec force geste et grands cris … Après ça, j'ai songé à son dernier livre dont on voyait en large la couverture en promotion sur l'écran juste derrière lui quand il nous effrayait de ce qui nous attend, cette France affamée, perdue, errante, archi-surendettée, ruinée, dans le gouffre, la guerre civile, les assassinats, les prisons en flamme, des coups d'Etat, la guerre totale … Ca m'a rassuré, ouf! j'en aurais pas dormi de la nuit et les nuits suivantes; c'était moins deux que je n'allais plus au travail et me barricadais chez moi pour n'en plus sortir jamais ... Son livre traitait des dangers de l'orthographe française … L'urgence était donc bien là, juste derrière lui, en fond d'écran comme une publicité … L'orthographe, bien sûr, bien sûr ... Hum.

Alors Frédéric Lefebvre, Weber ou les de Closets de tous acabits … On se fait bien du mouron pour pas grand'chose finalement. N'est-ce pas, cher PB?


Bonne nuit.


Aïssa.

semtob

Cher Philippe,

Comment faut-il regarder cette audition ?
Ou les commentaires de l'audition ?
Tout le monde en parle et c'est gagné...
Une mise en scène. Une grosse colère.
Un manque de maîtrise. Un jeu.
Deux possibilités :
Vous laissez pisser les moutons ou vous faites monter la mayonnaise.
Lorsque quelque chose vous échappe des doigts et tombe à terre,votre éducation vous pousse à dire un zut enveloppé ou l'expression qui porte chance.
L'éloge de la bêtise, de la crétinerie, de l'imbécilité est à la mode. Le respect de l'autre ou de l'adversaire un peu moins.
françoise et karell Semtob

Marie

Il paraîtrait que monsieur Frédéric Mitterrand aurait mis une condition avant d’accepter son mandat de ministre de la Culture : ne pas avoir à subir Frédéric Lefebvre !

Aïssa Lacheb-Boukachache

Sur la forme :

C'est votre opinion, cher PB, pas forcément la plus pertinente qui primerait… L'insulte n'est pas la négation du talent ; même, quelquefois elle est un luxe du talent qui loin de le dénier en son existence le désigne à ses côtés. Je songe à Bernard-Henri Lévy traitant récemment je ne sais plus qui de «porc» mais surtout je pense à Sartre nommant «chiens» les anti-communistes ou encore la fameuse lettre réponse de Céline à Sartre, ce même Sartre à qui vous songez nécessairement quand vous proclamez que «l'on préfèrerait avoir tort avec Frédéric Lefebvre que raison avec Weber», nous posant ainsi tous et contre notre avis en avatars de Raymond Aron contre Jean-Paul … Qu'est-ce que vous croyez? qu'il suffit d'avoir toujours le mot propre voire doux à la bouche pour se donner comme crédible voire intelligent? Vous êtes choqué; c'est votre droit respectable mais qui n'est pas plus fondé que celui d'un autre à dire le mieux et le beau en manière de langage; d'autres tels moi apprécient au mieux l'arrache, n'en font pas une montagne au pire … «Jacques Weber nous fait honte» concluez-vous … parlez pour vous; nous sommes millions à n'être jamais offensés ni honteux de cela … Et heureusement! nos intelligences seraient bien bornées si c'était le cas. Est-ce à dire que la vôtre est bornée? Je le crois, oui, hélas …

Sur le fond:

Frédéric Lefebvre, je l'ai écrit ici, a un réel génie -sans doute inconscient- de l'absurde et cela c'est déjà fort. Je suis loin de croire qu'il est stupide. Maintenant, qu'il règle ses comptes seul avec Weber; je suis sûr qu'il n'a nul besoin de vous pour ce faire … Et qu'il emploie pour ce faire la prose de Weber ne serait, je puis vous l'assurer au nom du Peuple, pas pour déplaire; même, il en serait à son avantage …

Sur vous:

Votre discours est plat et morne, cher PB; votre écriture est scolaire au possible; on voit que vous avez appris vos leçons mais comme il y manque le style, le style qui fait toute la différence; comme il y manque de la vie et c'est très plat en vérité, uniforme, monocorde, ennuyeux n'eut été un certain fond intéressant qui le sauve … Il ne s'agit pas d'employer systématiquement le sordide, il ne vous siérait pas et irait contre vous mais sortez parfois de ces ennuyeux chemins littéraires battus et rebattus, n'ayez crainte de la forme, du «gros mot», du "parlé", vous verrez qu'on y gagne …

Sur votre billet:

Oubliez Weber, va, la ficelle est trop grosse … Vous ne changerez pas les façons du Président de la République avec ça. Sarko s'exprimer comme de Gaulle … Mais la France et le monde pisseraient de rire, cher PB, en avez-vous conscience? Mémorable ce serait; c'est dommage qu'on ne l'entendra jamais …


Aïssa.

Ludovic

@Laurent Dingli,

Non mon cher Laurent je n'ai pas changé d'avis, je n'ai pas écrit que Jacques Weber avait eu raison d'insulter Frédéric Lefebvre, mais n'ayant pas écouté l'émission en question, je ne sais pas ce qu'il a dit d'autre. Je n'imagine pas qu'il n'ait dit que cela. Et puis il s'agit d'un artiste, pas d'un politicien, ni d'un journaliste. Les artistes ont toujours poussé des "coups de gueule", souvenez-vous de Daniel Balavoine face à François Mitterrand ou encore de Renaud avec Margaret Thatcher.
Certes Jacques Weber a eu tort, mais dire qu'il nous fait honte, n'exagérons rien.

sbriglia

Roxane : "...C'est ?"

Cyrano, expirant : "Mon panache"

...après tout, on peut oublier son texte, si longtemps après...

Laurent Dingli

"Bonjour M.Bilger,

Vous qui détestez tant et avec raison la vulgarité, ne pensiez pas, j'imagine, susciter autant de commentaires qui en font l'apologie ou du moins qui tentent de la légitimer.
Les "gros mots" appartiennent à un certain registre du langage, et il arrive à chacun de nous d'en user avec plus ou moins de fréquence.
Ce que je retiens avant tout de votre commentaire est que l'insulte balaie toute qualité d'une argumentation et décrédibilise celui qui la profère.
Nous devrions tous, je pense, nous ranger à votre sagesse.

Rédigé par: Ludovic | 21 juillet 2009 à 13:04

Tiens, vous avez changé d'avis ?

Claire

C'est un contresens total d'imaginer que Jacques Weber pense que "la population est bête et imbécile". Ce sentiment qu'il exprime c'est celui qu'il attribue au gouvernement au pouvoir. Je crois que sur ce billet, il pourrait vous réclamer un droit de réponse.
Mais reste à comprendre pourquoi vous n'aimez pas que l'on traite Frédéric Lefebvre de crétin de service.

Guzet

Pour l'avoir entendu à deux ou trois reprises, le souvenir laissé par le personnage est bien celui d'une monstrueuse suffisance sectaire, correspondant bien au commentaire. Manifestant le même niveau de tolérance, un commentateur de Libération vient de déclarer à propos de la mort de P. Chaunu : "Un con de moins", et l'on est tenté de penser à propos de ce personnage : "un con de plus". Cela dit, un phénomène inquiétant est la multiplication des cas d'intolérance au nom de la tolérance, de racisme au nom de l'antiracisme, faisant penser à ces "modérés" dont la devise est "mort aux extrémistes".

BLG

Il me semble que Jacques Weber, quand il dit "*naturellement* la population est bête et imbécile" (et pour moi, le ton sur lequel il le dit ne laisse aucune ambiguïté) dénonce en réalité le fait que la droite prenne précisément la population pour une masse d'imbéciles. Ce n'était que de l'ironie !

Bien sûr, Jacques Weber aurait pu économiser ses noms d'oiseaux. Mais n'y a-t-il pas de justes raisons de s'emporter face à ce qui n'est qu'un spécialiste de la communication dont les mensonges sont démontés quasi-quotidiennement, malheureusement sur le mode de l'humour, au Petit Journal...

Il n'y a pas de honte à cela.

Damien Vabre

Honte...? Avoir honte d'un comédien qui donne son avis avec sincérité (on n'impose pas de mesure aux artistes !) plutôt que d'un gouvernement et d'une majorité risibles, exaspérants et sans vraiment de scrupules... Frédéric Lefebvre est un monsieur antipathique, c'est entendu (désolé de vous l'apprendre !) et trop sot pour un poste politique de ce niveau.

Catherine JACOB

"Incidemment, on perçoit l'estime que Jacques Weber porte à ses concitoyens dont il est bien heureux que certains viennent voir ses spectacles. Quelle triste caricature de l'humanisme surexcité qu'il déverse quand il vient faire oeuvre promotionnelle, que cette bile méprisante qui renvoie le "peuple" au néant d'où il n'aurait jamais dû sortir, pour laisser toute la place aux élites !"

Certains sont affectés en effet de ce travers qui consiste à se prendre pour ce que les orientaux appellent "l'Enfant du KIRIN" (ou QILIN-NI). Chimère pour les uns, girafe pour les autres et enfin, marque de bière pour les japonais, l'Enfant du Kirin, c'est le petit génie et l'oiseau rare par excellence, tel ce Basilic roi des serpents issu d'un oeuf de coq!!

Car tel en effet, « Celui dont le sifflement fait trembler toutes ces bêtes terribles, celui qui tue avant de mordre, le basilic, terreur des autres serpents, roi des déserts poudreux. » — Lucain, Pharsale, livre IX—, Jacques Weber crache manifestement son venin sur le corps social tout entier, lorsqu'il dit :"Comme "la population est bête et imbécile, il faut un bête et un imbécile pour leur parler".
Mais, comme souvent, tout n'était-il pas écrit depuis l'origine puisque, l'intéressé déclare lui-même à propos de l'homme qui a plus compté dans sa vie et qui n'est manifestement ni Frédéric Lefebvre, ni quelqu'autre de ses concitoyens : « Pierre Brasseur est entré dans ma vie alors que je sortais de l’adolescence. J’avais 16 ou 17 ans. Un ami m’avait demandé de lui donner la réplique pour l’audition d’une pièce, Tchao. Dans la salle, il y avait celui qui allait jouer le rôle principal : Pierre Brasseur (père du comédien Claude Brasseur). Il a écouté la scène, puis de sa voix tonitruante a déclaré : « C’est pas celui qui passe la scène qu’il faut prendre, c’est la réplique. » Un dieu vivant venait de pointer son doigt sur moi, j’étais l’élu.»
Et là, visiblement, tout est dit.

Pour autant, Frédéric Lefebvre, son cadet de 14ans, ne fait pas non plus dans la dentelle dès lors qu'il est question de ce dont il n'a pas la moindre idée.

"Partisan déclaré du contrôle d'Internet, Frédéric Lefebvre s'est beaucoup exprimé sur le sujet." expliquent ses biographes, précisant que l'intéressé déclare, en décembre 2008, que « l'absence de régulation du Net provoque chaque jour des victimes », et créant alors un amalgame très controversé entre internautes et trafiquants, proxénètes, racistes, violeurs et psychopathes[21]. Il a également comparé certains sites de streaming (diffusion de flux continu, désigne un principe utilisé principalement pour l'envoi de contenu en « direct » - ou en léger différé = le téléchargement très provisoire n'apparaîtra pas sur le disque-) illégaux à des dealeurs de drogue et lié éducation des enfants et piratage."

"De tels « propos sur la nécessité d'une régulation d'Internet témoignent d'une profonde méconnaissance de ce domaine, il ne connaît absolument pas l'Internet » commente Pierre Kosciusko-Morizet.

Mais ceci n'explique-t-il pas cela : "Faute de ministère, Frédéric Lefebvre devient avocat" - LEMONDE.FR avec AFP | 22.10.09 | 20h19 - qui précise:
"D'autres hommes politiques ont embrassé la carrière d'avocat ces dernières années, dont le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Jean-François Copé, l'ancien premier ministre Dominique de Villepin ou encore le député-maire Vert de Bègles Noël Mamère."

D'où le citoyen lambda comprend qu'il existe manifestement des barreaux fourre-tout qui lui font craindre le pire relativement aux services qu'il est, éventuellement, en droit d'attendre qu'un avocat dont il aura fait choix, lui rende.

Imagine-t-on que faute de ministère ou de secrétariat d'état un homme politique de couloir devienne inspecteur général de philosophie?!
Bonjour l'objectivité et la neutralité de rigueur!

Renvoyons donc dos à dos ces deux apprentis sorciers du mal dire et occupons-nous de nous!

jpledun

De Monsieur C.
"@Laurent Dingli, qui êtes-vous pour juger...?"

Et c'est reparti. Je juge le commentateur mais pas le commentaire, n'est-ce pas M. C. ?

Ce n'est pas en insultant et en dénigrant á tour de bras que vous ferez avancer vos idées.
Ce n'est ni á la radio ni á la télévision que l'électeur va chercher l'argument qui fera pencher la balance. Ce n'est ni Bedos ni Weber et compagnie qui s'occupent in fine de la politique du pays.
Ils amusent, ils jouent le plus souvent avec grand talent. C'est déjà énorme.

Que le porte-parole de l'opposition fasse son travail et porte la parole ! Cela nous évitera les débordements, justement soulignés par PB.

A mon (humble, hi, hi) avis…

Ludovic

Tiens vous avez écrit un nouveau livre, je ne savais pas. J'aime bien votre co-auteur Roland Agret, il ne manque pas de courage. Je cours l'acheter cet après-midi.

Ludovic

Bonjour M. Bilger,

Je suis un peu gêné pour commenter une émission de radio que je n'ai pas écoutée et que je ne suis pas parvenu à retrouver sur le site de RMC.
J'imagine que Jacques Weber, excellent comédien du reste, ne s'est pas limité à proférer des tombereaux d'injures à l'adresse de Frédéric Lefebvre, que je n'aime pas beaucoup non plus.
Le procédé est certes inélégant mais il dénote surtout une grande colère et une indignation non feinte de la part de cet artiste.
Doit-il pour autant nous faire honte ? Sans doute pas.
Votre billet me rappelle celui sur Samuel Benchetrit et son langage cru face à Eric Zemmour au sujet de la peine de mort.
Alors certes les insultes ne grandissent pas celui qui les profère mais qui dans sa vie n'a jamais usé de ce registre ?
Vous bien sûr je n'en doute pas, vous détestez la grossièreté, mais vous conviendrez qu'il est parfois difficile de se contenir.

Denis75

Je n'ai pas pris le temps de lire tous les commentaires. Cependant, pour une fois, je suis en désaccord avec votre coup de gueule cher Philippe Bilger.

Autant, je ne souhaite pas que la politique devienne une arène dans laquelle tous les coups sont permis. Petite parenthèse : les individus qui prennent la parole publiquement ne devraient pas dire "Sarko", ou "Sarkozy" ou "Chirac" ; fin de la parenthèse.

Malgré tout, je signale à tous que J. Weber est un artiste. Un artiste et non pas un homme politique ou un dirigeant. Ce que lui peut se permettre n'est pas tolérable dans la bouche de certains responsables. Donc, afin de représenter la défense, je pardonne à M. Weber d'avoir fait part de ses sentiments à l'endroit de F. Lefebvre. Ce dernier a en effet la désagréable habitude de mépriser tous ceux qui osent penser autre chose que son camp. Il déforme la vérité pour parvenir coûte que coûte à imposer au forceps une idéologie réactionnaire. Il prend un malin plaisir à "réduire" ses opposants, à les malmener avec son ton méprisant et condescendant.

C'est peut-être son faciès de gorille mal léché qui passe mal sur le petit écran...? Dès lors, on pourrait lui conseiller d'essayer le grand écran.

Une blogueuse avait écrit un billet assez intéressant : elle faisait une analogie entre FL et un "troll". Ses développements sont assez cohérents et, si FL est effectivement un troll, une société démocratique devrait "éliminer" de tels parasites de la scène médiatique car ils ne contribuent en rien à un débat serein et... démocratique.

http://www.slate.fr/story/9199/frederic-lefebvre-est-un-troll

NB : Non, non, L. Dingli, ce n'est pas une allusion de plus au "totalitarisme". Il s'agirait plutôt d'une "sélection naturelle" qui s'applique d'ores et déjà à l'égard de beaucoup de penseurs, auteurs, scientifiques.

david

Bonjour
Oui, bien sûr... c'est pas beau ce que dit M. Weber. Cependant, ce n'est pas un élu, un représentant démocratique de l'opposition. Pourquoi lui donner autant d'importance ?
Il y a encore du dogmatisme brutal, de la bonne conscience totalitaire à gauche c'est certain et regrettable ...
Mais il y a en Sarkozie des relents de dirigisme coincé et prétentieux qui ne sont pas là pour calmer les choses, loin de là !
Enfin, la politique, ne vous déplaise, est une chose vivante et le vivant a ses écarts propres au vivant.
L'extrême policé conduit au silence et le silence, c'est la mort !
Cordialement

Patrick Handicap expatrié

Mes échanges de courriel avec ce triste personnage qui va bientôt porter la robe m'inclinent à penser que Weber dit bien la vérité, certes de façon crue. La réponse que m'a adressée ce triste sire de Lefebvre vaut son pesant de cacahuètes. Monsieur Bilger, je crois vous avoir dit que vous aviez peur des miroirs qui vous renvoient votre image. Pensez-y d'autant que vous pourriez vous retrouver face à Lefebvre dans une cour un de ces jours...

Valerie

N'ecoutant pas RMC, je n'ai pas entendu les propos incrimines... en tout cas, voila une excellente promotion de Jacques Weber... que j'appreciais plutot avant de decouvrir sa triste prestation face a Eric Zemmour. Alors, j'ai compris qu'il etait preferable de le "caresser dans le sens du poil" sinon gare a ses "rugissements".

J'ai regarde hier soir l'emission sur FR3 "deballages intimes, promo assuree" de cette dame aux "cheveux boucles" qui sait, a merveille, flatter et mettre en valeur les egos des uns et des autres... L'objet de ce billet semblait ravi de parler de lui sans etre contredit.

Il est certain que la vulgarite de ce triste "porte-parole" n'est plus a demontrer, elle est acquise !


Rédigé par: Christian C | 24 octobre 2009 à 07:58

"«quand vous détectez chez un enfant très jeune, à la garderie, qu'il a un comportement violent, c'est le servir que de mettre en place une politique de prévention» (date non précisée)
C'était, vous l'aurez deviné, un court florilège de perles enfilées par ce cher Frédéric Lefebvre."

Je ne vois pas de perle là... j'approuve sa lucidite et partage le commentaire suivant de Monsieur Laurent Dingli | 24 octobre 2009 à 11:11

"Christian C.,
Détecter les comportements violents de manière très précoce est une voie d'avenir sur laquelle se penchent beaucoup de pédopsychiatres. Une étude britannique permet notamment d'espérer prévenir certaines affections mentales graves.
L'hostilité idéologique aveugle et la condamnation de principe anesthésie la réflexion."

Une bonne journee a tous.

oursivi

Lefebvre... Il était assez fascinant de le voir dans un quasi face à face avec ce syndicaliste égaré, celui qui lança aux ouvriers de "Continental" alors qu'étaient à la sous-préfecture de Compiègne, "allez-y cassez tout, faites-vous plaisir" ("faites-vous plaisir"...! sidérant !!!! Casser le matériel d'employés sans aucun rapport avec ses affaires, privant sans doute d'autres malheureux en attente du traitement d'un dossier d'un suivi, de ce que ces ordinateurs cassés, ces fiches lancées aux quatre vents, contenaient de leur vie ; quel crétin lui aussi), voir, donc l'inonctueux Lefebvre, tout d'un coup face à ce qui est un autre lui-même de brutalité, "d'indiscernement", avait quelque chose de réjouissant, comme doivent se réjouir certains policiers d'apprendre que deux bandes rivales de leurs clients se sont entretuées.

Là où il impose souvent une détermination physique à la limite de l'intimidation, il dut ce soir ci en rabattre sur la forme, ne lâchant rien sur le fond de son détestable positionnement de classe, bien évidemment.

Que Weber l'ait insulté me gêne surtout dans le risque qu'il prend de le rendre sympathique, si même PB s'y met...

Quant à Weber, ce genre de type est aussi beau que creux, Arditi était pas mal dans le genre aussi, quoique l'aie entendu s'autocritiquer plutôt intelligemment, même si cette lucidité n'acceptait pas celle des autres à son endroit.
Dans le théâtre et les 'arts' de représentation, Weber n'est pas le seul à faire le fat.

L'avais croisé Gare de Lyon, beau type savamment décoiffé - c'est ce qui doit l'énerver le plus chez Lefebvre, qui empiète là sur son pré carré - il toisait avec une bienveillance hautaine les croisés cherchant à deviner dans les regards qui l'avait reconnu.

Acteur un jour, acteur toujours.

L'usage de ce type d'insulte bien générale (con, crétin, andouille) ne m'a jamais
ému, il est plus sain d'être traité de con que d'être considéré comme tel, avec le doux, le plus suave des langages.

AO

Laurent Dingli

J'en sais ce que j'en lis, Christian C. Par ailleurs, je ne cherche pas à infliger une quelconque théorie politique, pour reprendre les propos que vous suggère votre amour-propre blessé. Il ne s'agit que de convictions et je ne fais ici aucun prosélytisme. Quant à qualifier votre petit florilège de "réflexion", je vous abandonne volontiers ce type de vanité.

Christian C

@Laurent Dingli, qui êtes-vous pour juger de mon "hostilité idéologique aveugle" et de mon éventuelle "condamnation de principe"? Qu'en savez-vous? Vous passez votre temps, comme jpledun et Frédéric Lefebvre, à tenter d'infliger à d'autres vos théories politiques à tout propos. Philippe Bilger tient -c'est du moins comme cela que je l'ai compris- ce blog comme un support de réflexion et de réaction à ses billets, et non comme une tribune politique.

m.mathurin

Oui, M.Bilger, l'UMP a de beaux jours devant elle. Union pour un Mouvement Populaire, parti majoritaire français dont la caractéristique montante est l'expression d'une morgue à l'attention du peuple qu'il représente et qui en a élu le chef.
Belle trouvaille que cet adjectif qui qualifie ce « qui est propre aux couches les plus modestes de la société, au peuple et qui est inusité par les gens cultivés et la bourgeoisie ».
Quand les mêmes gens cultivés et la bourgeoisie se livrent au populisme le plus débridé, du "casse-toi pauv’ con" présidentiel à la curée verbale d’un acteur metteur en scène sur les ondes radio, quand un parti populiste aujourd’hui éteint dans sa représentation politique stigmatise l’immoralité d’un représentant du gouvernement, non sans un certain bien-fondé… j’ai un vertige.

SR

Ce sujet montre les limites de votre aveuglement dans la défense de la droite. Vous commentez de l'insignifiant. Le duo Weber-Lefebvre fonctionne très bien dans la galaxie sarkozyste : du comique vulgaire, du suspense de boulevard, des portes qui claquent, un public amusé, des intellectuels outragés, des boas en plume et les rires enregistrés chez Ruquier. Continuez.

Laurent Dingli

J'ajoute encore, mon cher Philippe, que j'approuve votre texte, sauf sur la nouvelle référence au totalitarisme que je trouve, cette fois encore, excessive, bien qu'elle ne concerne pas le courant de pensée qui est le mien. Je le répète, il ne faut pas galvauder ce terme.

Laurent Dingli

Christian C.,
Détecter les comportements violents de manière très précoce est une voie d'avenir sur laquelle se penchent beaucoup de pédopsychiatres. Une étude britannique permet notamment d'espérer prévenir certaines affections mentales graves.
L'hostilité idéologique aveugle et la condamnation de principe anesthésie la réflexion.

Laurent Dingli

La version soft/Jean-Dominique Reffait :
"Chez nous, c'est le mépris toujours plus grand pour tout ce qui pense, qui réfléchit et ça tombe bien, le peuple n'aime pas ce qui réfléchit. La démocratie n'est pas un bien précieux pour le peuple, il se contente d'agitations et de fumigènes".

La version hard/Jacques Weber :
Comme "la population est bête et imbécile, il faut un bête et un imbécile pour leur parler".

La forme change, le fond est exactement le même. Quand le peuple correspond à leur vision idéologique, il est sublime, mais quand il s’en écarte, il n’est plus qu’un ramas d’imbéciles et autres suiveurs décérébrés. Voilà la philosophie du bobo qui vous criera toujours, la main sur le cœur (de préférence près du portefeuille), avec les trémolos de Michel Serrault dans La gueule de l’autre, « Moi, j’aime le Peuple ».
Cela me rappelle une anecdote. Un jour, ma femme et moi avons déjeuné avec un bobo psychanalyste et la discussion a roulé sur les ouvriers de Renault, l’atmosphère des usines de Billancourt. Tout en dégustant sa petite salade composée sur une terrasse chic de l’avenue Kléber, ce cuistre déclare soudain, sur un ton affecté :
- Je ne supporte pas ces ambiances ouvrières, genre gros rouge et camembert .
Mais voilà qu’il perçoit notre désapprobation ; il ajoute alors aussitôt, portant la sottise au niveau de l'obscène:
- Mais je vous rassure, je vote à gauche.
Bigre ! Nous n’étions pas du tout rassurés !

yves

Jacques Weber nous fait honte.
J'ai souvent observé, chez les gens du spectacle qui sont habités par la passion de leur métier, cette impossibilité chronique à débattre sereinement et à utiliser l'humour pour envoyer quelques flèches. Choisir de s'en remettre à l'invective, la grossièreté, nous découvrent ainsi leurs limites. C'est évidemment navrant mais assez fréquent.
Ceci dit, la semaine que nous venons de vivre risque de laisser bon nombre de gens sur leur envie de sanctionner des gens qui ont franchi les règles élémentaires de la bienséance.

Nicholas Mathevet

Bonjour M. Bilger,
Je réagis à chaud sur votre billet du jour qui m'a... échauffé.
Pensez-vous véritablement que M. Frédéric Lefebvre "dit ce qu'il pense" lorsqu'il se trouve (et fort fréquemment...) sur un plateau télé ou radio ? Constatez par vous-même et admettez qu'il se contente (lui aussi...) d'invectiver copieusement ses détracteurs sans JAMAIS répondre aux questions qui lui sont posées... M. Lefebvre est en service commandé, d'une mauvaise foi insupportable et a un ton, pardon, fort déplaisant (ça, je l'admets, c'est subjectif)...
La sortie épidermique et spontanée de Jacques Weber m'a, personnellement, fait un bien fou (je sais, je sais...)
Quant à l'accusation de "mépriser le peuple", il faudrait écouter de nouveau ses propos, me semble-t-il... Il dit très exactement le contraire... La forme est malheureuse certes, mais le fond est tellement vrai...
Pour en revenir à votre billet, il me semble que répondre à une insulte par une autre insulte (comment qualifier "triste caricature de l'humanisme surexcité" ?) ne fait guère avancer le schmilblick...
On peut être courtois et insultant, vous le démontrez fort bien.
Ce qui ne m'empêchera pas de lire vos billets à venir avec... assiduité.

mike

Cette crise qui dure et dont, évidemment, les commentateurs, les politiques et les citoyens n'ont pas la solution amène les deux premiers cités à chercher et trouver des dérivatifs dans des polémiques sans effet sur la cause première de leur désenchantement.
C'est à qui interviendra dans cette cacophonie pour essayer de se faire remarquer. Jacques Weber , grand acteur de théâtre, fait comme d'autres et joue un mauvais rôle à cette occasion.
L'adrénaline n'a pas fini de nous activer.

Arthur

Moi c'est Frédéric Lefebvre qui me fait honte et si Jacques Weber n'a pas fait dans la finesse il a néanmoins exprimé l'avis d'un grand nombre de personnes anonymes.

La honte, c'est un sentiment nouveau pour les Français, que Sarkozy et son gouvernement sont en train de faire découvrir.

Bernard-27400

Je crois que la vulgarité est devenue courante dans le monde artistique de gauche. La vulgarité est là pour affirmer l'orientation politico-artistique. Du chanteur Renaud souhaitant être un chien et prendre Madame Tatcher comme réverbère à Jacques Weber, il n'y a qu'une suite dans laquelle en cherchant bien on doit trouver d'autres artistes se démarquant d'une droite bien-pensante et polie. C'est aussi : "Je suis vulgaire, donc je suis près du peuple"... ou monde d'en bas pour employer un néologisme boboesque (autre néologisme). C'est avoir pour le peuple une considération bien basse que de l'imager jurant comme une salle de garde ou cassant des gueules à tour de bras. Le peuple mérite mieux que de s'identifier aux propos de Jacques Weber.

Marcel Patoulatchi

Monsieur Bilger,

Le propos n'est pas étonnant, Jacques Weber n'en est pas à son premier coup d'éclat : cet homme croit, manifestement, que l'engagement politique est une carte blanche pour l'invective, que son amour du peuple l'autorise à l'injurier dès que ce dernier n'adhère pas à l'ensemble de ses propres théories.

Sa réaction face à Eric Zemmour http://www.dailymotion.com/video/x5qaf9_jacques-weber-vs-eric-zemmour_news nous éclaire sur sa personnalité. Entendant un propos lui déplaisant, subitement, l'homme se met à dire « Non monsieur » puis il répète « Non monsieur », les dents serrées, se crispant de tout son être, frappant des deux poings sur la tête comme s'il était animé par un spasme.
Il déclare encore, quelques instants après, « je refuse de discuter avec monsieur, il m'emmerde profondément » - voilà le débat politique selon lui : le prêche entre fidèles d'un même culte.

Lorsque, pour un simple désaccord idéologique, face à la contradiction, un tel dégorgement de haine se fait ressentir, s'incarnant physiquement de manière si flagrante, il n'est pas absurde d'être heureux que cet homme là ne soit qu'un « artiste » et non un homme de pouvoir.

Voilà pour la forme. Sans parler du fait que le fond est approximatif - « Vous n'avez jamais été en banlieue, vous commencez à m'emmerder avec votre certitude sur tout », dit-il à son interlocuteur né et ayant passé son enfance en Seine-Saint-Denis, sûr de son fait.

Ce Jacques Weber serait dangereux s'il était en moyen de déterminer notre existence.
Voilà notre élite française, chevalier de l'ordre national du Mérite, chevalier de la Légion d'honneur promu officier en 2008.

Surcouf

La surenchère et l'outrancier sont à la mode dans les milieux branchés et bien-pensant de nos tendres bobos.

Nombre de nos saltimbanques se prenant pour des philosophes détenant la vérité, il me semble naturel qu'ils soient portés, par un élan spontané, à prodiguer la bonne parole à la face de la populace que nous sommes pour eux.

Alors, malheur à celui qui déplaît et qui peut alors servir à épancher des relents de biles nauséeuses, à épandre leur lisier.

Monsieur Bilger vous dites "homme cultivé" en parlant de monsieur Weber. Cela prouve une fois encore que culture, voire instruction, ne font pas intelligence et c'est pourtant cela qui compte au final.

Non monsieur Bilger ce personnage ne nous fait pas honte, il nous indispose. Il est un dysfonctionnement passager, un peu comme une gastro, dont c'est la saison par ailleurs. Ceux qui ont eu des enfants comprendront.

Jean Meyran

Je cite "Parce que Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP, n'hésite pas dans le débat public à dire ce qu'il pense..."

Vous ne pensez tout de même pas sérieusement que FL dit ce qu'il pense ?
ll déclare (je ne dis pas "aboie" pour pas vous froisser) ce qu'on lui demande de déclarer. S'il n'a pas le moindre amour-propre, c'est son problème.

Quant à nos artistes qui ont toujours un avis sur tout, entièrement d'accord.

Jb

Sur les Français, c'était au second degré il me semble.
Sur Frédéric Lefebvre, je ne suis pas sûr que ce triste personnage doive s'attendre à mieux que des insultes. Il représente à lui seul tout ce qu'il y a de pire dans la classe politique non ?
Il fait partie de ces personnes qui jouent avec des allumettes dans un entrepôt d'explosifs. Donc bon...

Christian C

« L'affaire Mitterrand a commencé comment ? Elle a commencé avec des journalistes qui ont essayé de faire croire, en prenant la roue de Marine Le Pen, que Frédéric Mitterrand était pédophile ». (19-10-2009 au micro de Jean-Michel Aphatie sur RTL)
« Les coupables sont toujours parmi les prévenus ».(octobre 2009)
"les médias considèrent chaque matin qu'il faut trouver le sujet pour essayer de déstabiliser le président de la République",(19-10-2009 au micro de Jean-Michel Aphatie sur RTL)
«il ne faut pas oublier que les poupées vaudou dans un certain nombre de pays sont des armes et moi, je ne l'oublie pas»(date non précisée)
«quand vous détectez chez un enfant très jeune, à la garderie, qu'il a un comportement violent, c'est le servir que de mettre en place une politique de prévention» (date non précisée)
C'était, vous l'aurez deviné, un court florilège de perles enfilées par ce cher Frédéric Lefebvre.
Cet emblème de l'UMP n'a nul besoin de Jacques Weber pour être vu comme ce qu'il est, il se débrouille très bien tout seul.
Dans votre billet, et cela me surprend venant de vous, cher Philippe Bilger, vous faites, je crois, un contresens en écrivant : "Quelle triste caricature de l'humanisme surexcité qu'il déverse quand il vient faire oeuvre promotionnelle, que cette bile méprisante qui renvoie le "peuple" au néant d'où il n'aurait jamais dû sortir, pour laisser toute la place aux élites." Au micro de RMC en effet, Weber fustige la piètre estime dans laquelle l'UMP tient ce peuple pour lui déléguer comme porte-parole Frédéric Lefebvre.

Alex paulista

C'est un peu le problème de Jacques Weber en général : au théâtre, de loin, son emphase passe assez bien, mais à l'écran on a toujours l'impression qu'il en fait beaucoup trop.

jpledun@ PB

"L'UMP a de beaux jours devant elle si rien d'autre que cette outrageante déclaration ne lui est adressée !"

Vous avez malheureusement bien raison. La politique a besoin d'une opposition.
Une vraie. Pas une opposition de l'injure ou de paillettes comme hier sur "Ce soir ou jamais".

Merci pour votre honnêteté intellectuelle.
Pas facile á défendre, le père Lefebvre...


Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS