« Le candidat | Accueil | Bruno Gaccio n'est pas un guignol »

24 février 2010

Commentaires

Pierre-Antoine @ PB

Cher PB,

Après votre excellentissime billet "Si j'étais policier", vous dites concernant le traitement de l'affaire de la jeune marocaine par la gendarmerie (ouf... c'était pas la police) :
"Il y a dans cette histoire quelque chose qui irrite l'esprit et blesse le coeur même si on ne tient pas pour rien le sens de l'Etat et le respect de ses lois."

Voilà bien tout le problème :
si j'étais... fonctionnaire d'une administration, détenteur du pouvoir, par ma signature sur un papier officiel, de sceller le sort d'un être humain, je me demanderais s'il n'y a pas une autre manière de faire qui n'irriterait pas l'esprit et blesserait le coeur de mes concitoyens (en un seul mot svp !).

Vous concluez par "Vite un psy au chevet de la société !"

Ah non surtout pas... quand on voit l'impact de leur expertise dans les affaires judiciaires ayant défrayé la chronique.

Si j'étais Marianne, j'angoisserais encore plus si je voyais un psy se pencher sur mon mal-être.

Cordialement

Pierre-Antoine

Pierre-Antoine @ CJ

@Catherine Jacob
"Chez l'homme, le stress compromet l'érection et diminue le compte des spermatozoïdes, aurait-on appris récemment."

Et si c'était l'inverse, parce qu'il y a baisse des spermatozoïdes qu'il y aurait stress.
Ben oui... parfois on inverse la cause et l'effet quand on constate.
Réflexion identique pour la femme.

Heureusement que vous terminez par : "Mais bon, trêve de plaisanterie, c'est vrai que la situation est préoccupante."

A quoi je souscris bien évidemment.

Cordialement

Pierre-Antoine

Savonarole

"Vite un psy au chevet de la société !"


Quatre jours à Madrid : ça remplace un psy, c'est moins cher et ça va tout de suite mieux..
Un million de chômeurs, la retraite qui va passer à 67 ans, une crise immobilière sans précédent, et pourtant...
Il faut avouer qu'ils ont un avantage insurpassable sur nous : ils n'ont pas Aphatie, Demorand, Duhamel, et Bourdin.
Ces quatres mousquetaires aujourd'hui soumis à l' ISF grâce au délire médiatique que Sarkozy a organisé autour de lui.
C'est inestimable pour le "stress".
Ils n'ont pas ces forges de Vulcain qui nous martèlent la déconfiture du matin au soir, ces dégueuloirs de la misère maquillés en show-biz, restos du coeur et autres jérémiades culpabilisantes. Ils se tiennent debout et encaissent.

Véronique Raffeneau

"On se prend à penser que le Pouvoir ne sait plus se servir de toutes les gammes dont il dispose, tant l'inventivité de la société et sa palette contrastée, pitoyable au singulier et dominatrice au pluriel pour le problème qui nous occupe, ses désordres et la perte des repères anciens offrent un spectacle et une quotidienneté qui en effet épuisent psychiquement."

Dans votre partie professionnelle, exemple :

"La partie citoyenne.
Pour répondre aux accusations d'étouffement des affaires, la chancellerie propose de créer une partie citoyenne, à côté de l'actuelle partie civile. La partie citoyenne pourrait être reçue dès lors qu'elle a un simple intérêt indirect à agir (et non un intérêt direct, comme la partie civile). Cela veut dire que l'habitant d'une ville pourra se constituer partie citoyenne pour dénoncer d'éventuelles malversations de sa mairie. La personne mise en cause s'appellera la partie pénale."
(extrait de l'article d'A. Salles dans le Monde.fr au sujet de la réforme de la procédure pénale")

Normalement, si j'ai bien assimilé les leçons de droit dispensées par Maître Eolas, il me semble que dans notre structure judiciaire il existe une fonction-Institution qui s'appelle le procureur de la République dont le rôle est d'engager une action publique, d'ordre général, de défense de l'intérêt social, d'inspiration totalement et on ne peut plus citoyenne, quand il est saisi et/ou quand il soupçonne un délit ou un crime.

Non ?

En m'appuyant sur la proposition du GDS, voilà ce qui pour moi est l'exemple même de ce qui déstructure fondamentalement l'ordre traditionnel et familier des choses.
Créer à n'en plus finir des avatars, sans cesse dédoubler les rôles et les fonctions, les majeurs, les mineurs, pour je ne sais quelle satisfaction ponctuelle, précipitée et immédiate d'intérêts privés et particuliers.

Cette façon de procéder dans l'action politique et gouvernementale depuis des décennies pour le tout et le rien, avec le tout et le rien, dans l'ensemble des domaines clés et accessoires de la vie en société a créé et crée de la confusion en pagaille et l'impossibilité pour tout un chacun d'un référentiel fiable et sécurisant parce que commun à tous.
Plutôt que de réaffirmer et de consolider le rôle premier d'un procureur de la République, en souligner ce qui fonde l'essence de sa fonction, renforcer et garantir son indépendance - l'autonomie judiciaire et intellectuelle de son action -, le GDS ne trouve pas mieux que de créer à l'infini une sorte de petits procureurs bis en miroir qu'elle nomme partie citoyenne.

Je pense vraiment que c'est cette dissolution en permanence des fonctions, des rôles et des missions dans du rien et du n'importe quoi qui a produit et qui fabrique cet Etat marqué par la confusion, un déséquilibre profond et en continu de nature psychique de l'administration de l'Etat, le sentiment diffus d'un désordre permanent, la séparation et le clivage avec la société.

Comment un procureur de la République peut-il assurer correctement sa fonction s'il ne sait plus lui-même qui il est, où est sa place, ce qui fonde sa mission et si ses prérogatives doivent être sans cesse dupliquées à l'infini, incarnées je ne sais où et comment ?

Le mot procureur de la République est-il à ce point devenu indéfini, vague et sans valeur et sans signification réelle pour qu'on le double de mille et un petits procureurs "citoyens" virtuels et insignifiants ?

Par ailleurs, oui, une jeune fille qui nous demande protection en déposant une plainte et qui se retrouve elle-même suite à sa demande incriminée et considérée comme une délinquante est une injure au sens commun.

Catherine JACOB

« Jean-Paul Delevoye a beaucoup marqué les esprits lorsque, dans Le Monde, il a évoqué "une société psychiquement fatiguée", "en grande tension nerveuse". »

Oh là, vous nous faites peur, car « le stress peut supprimer la production d'hormones sexuelles et ainsi abaisser la libido. Il peut aussi aggraver les symptômes reliés au syndrome prémenstruel et à la ménopause. Ainsi les sautes d'humeur et les bouffées de chaleur peuvent être beaucoup plus fréquentes et beaucoup plus marquées. Le stress peut encore rendre les menstruations irrégulières. Chez l'homme, le stress compromet l'érection et diminue le compte des spermatozoïdes», aurait-on appris récemment.

D’où une baisse prévisible et inéluctable du taux de fécondité ainsi qu’une une irritabilité en augmentation inquiétante. La reprise généralisée de la croissance n’est donc pas pour demain.

Qui plus est, le stress induisant également une « prolifération des pellicules », les seuls bénéficiaires de la situation actuelle paraissent finalement être les fabricants de shampoings. Leur lobbying serait-il au fond derrière tout cela? Peut-être même de concert avec celui des laboratoires pharmaceutiques vu que le stress « favorisant l'insomnie », il est encore susceptible d’induire une surconsommation de somnifères!

Toutefois, le stress pouvant hélas «conduire aux abus d'alcool et de drogues », ne cherchons pas plus loin à qui profite le crime, les responsables de l’action incohérente et illisible de l’Etat à l’égard de notre être collectif et que vous dénoncez, sont dans les vignes et les champs de coca!

Pourtant la solution existe, c’est le « massage cérébral », la synchronisation des ondes alpha et thêta par « l'écoute du son primordial qui nous permet de réveiller les souvenirs enfouis dans nos cellules, et qui permet à celles-ci de vibrer à nouveau en parfaite harmonie avec le cosmos», et donc de favoriser le redémarrage de la production des hormones sexuelles, le renouveau de la libido, l’arrêt de la prolifération des pellicules, le remède naturel à l’insomnie, autrement dit le printemps du couple. Et quand le couple va, tout va. Ne nous stressons donc pas davantage avec les sans et avec papiers, mais concentrons nous sur le bien-être du couple français emblématique et écoutons non pas les sirènes mais les baleines…

Les citations sont extraites du discours des naturopathes québécois. Qu’auraient donc bien fait d’aller consulter les Brian Joubert et autres Delobel-Schoenfelder...

Mais bon, trêve de plaisanterie, c'est vrai que la situation est préoccupante.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • CNews,"Face à l’info"
    Ludi 28 octobre de 19 h à 20 h, dialogue sur la Justice avec Eric Zemmour.
  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS