« Journalistes, balances ou responsables ? | Accueil | Le pape en boucle »

08 avril 2010

Commentaires

Mary Preud'homme

Dans le cas présent, je ne dirais pas que Rachida Dati se rebiffe, mais plutôt qu'elle se défend, ce qui est son droit dès lors qu'elle est attaquée bassement et victime d'odieuses calomnies. Une réalité simple et limpide qui semble échapper à certains, trop enclins à se précipiter sans réfléchir sur les rumeurs les plus imbéciles pour en rajouter.

Jean Reffait

On peut passer sur l'imparfait du subjonctif, soit !
Mais, quand on a été garde des Sceaux, ministre de la Justice, je trouve, personnellement ( il y en a qui applaudissent à ce côté "brut de fonderie") que dénoncer, même proférée par des lèvres joliment maquillées, qu'on est victime d'une "dénigration" (sic) alors que le "dénigrement" lui tendait les bras, va demeurer dans la mémoire politicienne française au même titre que ce député qui dut sa célébrité à sa citation du "combat des Horace et des Coriaces" (sic).

Ainsi donc, l'ancienne responsable de la garderie des Sceaux aurait été "dénigrationnée" ? On néologise avec ce qu'on a...

Le fond de l'affaire est sans aucun intérêt. Pour une fois que ces gens-là nous amusent...

De plus, ce qui lui a succédé n'est, aux dires de certains "bien informés", pas meilleur. Et bien moins drôle. Même si la drôlerie est involontaire !

Achille

J’ai lu que Rachida Dati avait fait appel à Georges Kiejman pour la défendre dans cette sordide affaire de rumeur. Excellent choix.
Je suis juste un peu surpris qu’elle ait choisi un homme fondamentalement à gauche et ancien proche de François Mitterrand. Ce ne sont pourtant pas les avocats qui manquent dans son camp ?

Une autre façon de procéder à une ouverture à gauche sans doute...

Polochon

Personnellement, je préfère Cécile de France ...

Savonarole

"Pierre Charon est un conseiller d'opérette", c'est l'avis de Thomas Legrand de France Inter.

On l'imagine plutôt à la fin de l'Empire Romain, vautré sur des canapés, se gobergeant de jarrets de porc et buvant du vin au calice.

Le livre de Karl Laske & Laurent Valdiguié - "Le Vrai Canard", raconte comment Pierre Charon alimente régulièrement la célèbre page II du Canard Enchaîné.
Grâce à Pierre Charon on apprend ce qui se dit à l'Elysée et les "vannes" de Sarkozy à l'encontre de son Premier ministre et de ses proches.
Les délices de Capoue. Les égouts de la République pour 1,20 euro, chaque mercredi.
Avec ce personnage, N. Sarkozy se prend un boomerang.

Le lancer de boomerang : ( Wikipedia)
Précautions
Faire attention aux spectateurs qui doivent rester à distance suffisante ; un boomerang vole vite, il peut surprendre et blesser des personnes ne connaissant pas la trajectoire en courbe d'un boomerang,
S'assurer d'un espace libre suffisamment grand pour ne pas perdre votre boomerang dans des arbres,
Estimer la force du vent : ne pas le lancer si le vent est trop fort.

Dioscure

Il est vrai que la fin de la récréation sonnée par Rachida Dati au micro de RTL a eu force de dissuasion. Aurait-elle fait une bonne ministre de la Défense ou de l'Education nationale, n'en doutons pas. Ignore-t-on encore dans la garde prétorienne du Président de la République qu'un battement de sourcil de l'intéressée déclenche un tsunami médiatico-politique ? Pour faire taire la rumeur, on la bâillonne avec un carré Hermès, pas avec la serpillère qui a servi à essuyer la boue dans laquelle on a bien imprudemment voulu traîner Rachida Dati. L'avertissement pour les conseillers du Président: la "mise à pied" les a mis au pas.

J.A

Voilà une histoire de haute-cour ! Car en basse-cour, il y a les poussins, les poules et bien sûr le coq ! Mais plus précisément je penserais à une histoire de poules... et en cette version il n'y a aucune mauvaise dent !

Ludovic

Bonjour M. Bilger,

"Mais quelle puissance a donc Rachida Dati ?"

Poser la question c'est y répondre mais comme vous ne pouvez être plus précis sans prendre de risques considérables, à nous donc de tenter l'esquisse d'une réponse.
Il ne s'agit pas tant de puissance que de capacité de nuisance, capacité commune aux maîtres chanteurs. Rachida Dati a, sur RTL, lancé une forme d' avertissement à Nicolas Sarkozy et à l'entourage présidentiel.
Car Mme Dati, longtemps proche parmi les proches, sait bien des choses, en particulier au sujet des marchés publics des Hauts de Seine à propos desquels elle servait de conseiller juridique à un certain Nicolas S.
Christophe Jakubyszyn, rédacteur en chef sur RMC, rappelle que dans un article du Point intitulé "l'extravagante Mme Dati" paru fin 2008 sous la plume de Denis Demonpion on pouvait déjà lire "elle a de quoi distiller suffisamment d'éléments pour mettre dans l'embarras le Président de la République" ou encore "par les fonctions qu'elle a occupées, elle est au courant de beaucoup de choses. Elle dispose de moyens de pression très forts".
Le président de la République peut bien trépigner au soir du second tour des régionales, retirer à Rachida Dati sa voiture de fonction et son escorte policière, il se voit obligé de manger son chapeau pour s'épargner des révélations autrement plus compromettantes que des rumeurs au sujet de sa vie privée.
A propos desdites rumeurs, il me semble que la majorité des citoyens se fiche pas mal de savoir si le couple présidentiel est fidèle ou pas.

Papi émerveillé pour l'éternité par la justice

Article du site lepost.fr, hier : Rachida Dati peut-elle faire pression sur l'Elysée? "Elle est au courant de beaucoup de choses"

Ce dont je suis sûr, c'est qu'en tant qu'ancien garde des Sceaux, elle connaît parmi toutes ces nombreuses choses, la longue liste de tous ceux intervenus dans cette “action concertée de nature à arrêter ou entraver le fonctionnement” de la justice, affaire d’Etat entre les mains de MAM, qui dure depuis 15 ans, et dans laquelle un juge défendant les intérêts d’un journal que vous connaissez très bien, instruit une affaire financière impliquant le patron d’un autre journal que vous connaissez très bien également, les deux journaux échangeant leurs participations.

Achille

Bonjour Philippe Bilger,

Vous nous dites : « Mais quelle puissance a donc Rachida Dati pour réussir à faire aussi rapidement de sa roche Tarpéienne du matin son Capitole du soir ?

Il me semblait que la citation « La roche Tarpéienne est proche du Capitole » signifiait qu'après les honneurs, la déchéance peut venir rapidement.

Sans doute est-ce ce qui risque d’arriver à Rachida Dati qui, malgré sa pugnacité et son ambition hors du commun, ne semble pas être particulièrement appréciée dans son propre parti et en particulier, si j’en crois certains médias et notamment L’Express, par la garde rapprochée du Président plus connue sous le nom de « la Firme »...

Il est vrai qu’il y a du Rastignac en elle. Personnage opportuniste, voire arriviste, pour qui la fin justifie les moyens. Je pense toutefois que pour réussir dans le monde impitoyable de la politique il faut une certaine « épaisseur » au niveau des idées qui manifestement semble faire défaut à cette personne qui a peut-être été précipitée un peu trop rapidement sous les ors de la République et qui a franchement du mal à reprendre contact avec la réalité.

Savonarole

Cette déroute de Carla Bruni fait penser à la célèbre blague survenue à un officier italien dans les tranchées qui donne l'ordre fatidique : "Assalto alla baionetta !"..
Ses troupes déguerpissent en sens inverse, ayant compris: "Assalto alla camionetta !"...

Catherine A : heu, et les e ils sont où ?

DéputéE européennE ce serait pas mal non plus peut-être..........

Savonarole

M. Bilger

Il ne vous Zorah pas échappé que Rachida a certainement des billes dans son sac pour que Carla capitule ainsi en rase campagne.

Franck Boizard

Je vous fais un copier-coller d'un texte que j'avais écrit pour mon blog :

Pourquoi les journalistes sont ils si cons ?

Les journalistes sont cons. Il y a certes d'intéressantes exceptions, mais, dans l'ensemble, ils laissent d'eux une forte impression de médiocrité.

Je lis les journaux et regarde quelquefois des extraits d'émissions télévisés sur internet (il faut bien s'informer). Je suis frappé par le faible niveau intellectuel qu'on y trouve : présentation des faits évidemment erronée, expression maladroite, raisonnements illogiques, pas de raisonnements du tout, incapacité non seulement à expliquer mais aussi à comprendre des situations complexes (1), pétitions de principe, etc. Il m'arrive assez régulièrement, même sur des sujets que je maîtrise mal, de m'apercevoir que le journaliste ne comprend pas de quoi il parle.

Exemple parmi mille : une journaliste conseillait de ne pas mettre le chauffage dans sa voiture pour économiser l'énergie. Entendant cela dans une voiture avec un collègue, nous avons éclaté de rire et manqué de peu l'accident.

Bien sûr, il y a des fautes plus graves, mais moins réjouissantes.

Comment l'expliquer ? J'ai plusieurs hypothèses, plutôt complémentaires.

Hypothèse sociologique, de Georges Suffert : le journaliste, proche du pouvoir et des événements, mais n'y participant pas, est dans une position sociale incertaine. Pour compenser, il tend à outrepasser son rôle, à se comporter en prescripteur («faire de la pédagogie») et à s'aventurer au-delà de ses capacités.

A cela, s'ajoute un effet de position, le fait d'être un personnage public (le journaliste est connu de sa concierge) est mauvais pour la modestie, qui est un excellent garde-fou contre les conneries.

Hypothèse sociologique par le public : si le niveau intellectuel du public consommateur de journalisme a baissé, se peut-il que le niveau des journalistes se soit ajusté ?

Hypothèse économique : mis à part quelques vedettes, les journalistes ne gagnent pas des sommes folles. Il n'y a donc guère de chances que cette profession attire des talents hors du commun. De plus, la vie trépidante des médias ne favorise le travail consciencieux du bon ouvrier.

Hypothèse idéologique : il est bien connu que, quand on pense tous la même chose, c'est qu'on a arrêté de penser. Le conformisme est un tueur d'intelligence. Or, un journaliste, du moins en Europe occidental, ne peut être qu'à gauche.

Hypothèse sexuelle : la féminisation de la profession a-t-elle contribué à en abaisser le niveau, comme il arrive dans toutes les professions qui se féminisent ? Je laisse les commentatrices de ce blog exprimer le bien qu'elles pensent d'une telle hypothèse.

*************
(1) : des journalistes «scientifiques» pensent comme des littéraires (pour qui j'ai le plus grand respect, mais ce n'est pas une forme de pensée adaptée à des articles à prétention scientifique).

Luce Caggini

Madame Dati fonctionne en effet comme une balle rebondissante sur les lambris dorés de la politique, mais on peut se demander si le parquet glissant du palais présidentiel ne sera pas l'amarrage du sceau à la mer dans un vent d'ouest, avec rafales de niveau neuf.

Ighil

"Du grand art où son langage instinctif et direct, pour une fois, la sert. On n'exige pas d'elle l'imparfait du subjonctif qui en l'occurrence serait déplacé."

J'aimerais assez comprendre pourquoi on ne l'exigerait pas d'elle et pourquoi en l'occurrence l'imparfait du subjonctif serait déplacé. Serait-ce parce que son langage instinctif et direct tient à sa nature et qu'on ne saurait contrarier celle-ci ?

Zenblabla

Rachida, je ne la connais même pas !
Que pourrais-je en dire?

Madame Dati, je ne la connais pas plus, juste des "on-dit".
Mais là, y'a assez de monde.

Foin d'irrévérence :
Je croyais qu'il y avait affaire post-américaine sous roche, c'est pour dire.

Je me délectais pour cet été, si en attendant, j'ai quelques choses à apprendre, ce qui va sans dire !

Rayer le parquet reste une vertu, éternellement contemporaine, n'est-il pas ?

Aïssa Lacheb-Boukachache

Ah! mon cher PB, relisez vos classiques; vous n'y comprendrez rien autrement … LA MAISON VAUQUER «Pension bourgeoise des deux sexes et autres» … «Il mettait ses filles au rang des anges et nécessairement au dessus de lui, le pauvre homme! il aimait jusqu'au mal qu'elles lui faisaient» … Delphine de Nucingen, ah la bougresse celle-là!... Elle connaît ses dossiers aussi bien que les faiblesses humaines, c'est qu'elle les fesse sur ses genoux, ces piteux conseillers du Faubourg Saint-Germain … et de l'Elysée. C'est sans peine qu'on emprunterait à l'autre ce mot et qu'on le lui mettrait dans la bouche: A NOUS DEUX, PARIS!

Bonne nuit …


Aïssa.

PROUTCH

Sur Rachida Dati, j'ai entendu ce matin sur Europe 1 (le buzz politique) un merveilleux exemple d'affirmation sans preuve confinant à la désinformation partisane. Le "journaliste" annonce, péremptoire et manifestement très bien informé, que, malgré le démenti de Carla BS de la veille au soir, Rachida n'était toujours pas la bienvenue à l'Elysée. Nous étions le lendemain matin à 8h : comment ce"journaliste" pouvait-il être aussi affirmatif ? Comment a-t-il fait pour savoir, lui, et lui seul, la "vérité" dans la nuit ?? Et qu'aurait-il fallu que R.Dati fasse le soir même de l'intervention de Carla BS, pour qu'on croie la femme du président ? Qu'elle dorme à l'Elysée et convoque les journalistes à 6h en pyjama sur le perron ? (On imagine la nature et la qualité des commentaires dans la presse...)
La vérité, c'est que la presse adore brûler ce qu'elle a adoré : cela fait pisser de la copie, et vendre... ce qui est en fait la seule vraie préoccupation des journalistes.
Rachida Dati s'appellerait Raymonde Dupont n'y changerait rien, elle plaît, on l'encense, ça fait vendre, elle ne plaît plus, on la démolit, ça fait monter les tirages. Par chance, elle est aussi de droite !! génial ! On peut faire d'une pierre deux coups : en la piétinant, on salit Sarko par ricochet.

La presse joue sur tous les tableaux, et, mieux, gagne à tous les coups : à la moindre difficulté financière, les aides à la presse, payées par le contribuable, la renflouent. On peut donc aller à la soupe tout en crachant dedans. Quel beau métier, décidément...

Herman

Aucune puissance, cher Philippe... juste une bonne expertise de la médiocrité et de la petitesse des "débats", "affaires", qui stimulent le système médiatique français, réduit à du commentaire... Le même système qui condamne l'agence CAPA pour faute déontologique...

sizun

...Je te tiens, tu me tiens... Il semble qu'on n'ait jamais été aussi près de sortir les "boules puantes", à commencer par les députés UMP qui tremblent en pensant à 2012. Il est sûr qu'ils ne voteront plus les lois en godillots, attendons-nous à en entendre !

SR

Du vent. Nul besoin de commenter, tout est dit dans ces louanges artificielles : la fascination pour du vent.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS