« Eva Joly a-t-elle des défauts ? | Accueil | Monsieur Frêche, encore un effort ! »

18 août 2010

Commentaires

Catherine JACOB@sbriglia

@[email protected] Jacob | 29 septembre 2010 à 15:11
« Bon, je sais, ce n'est pas encore dans Wikipédia... »

Bien. Allez messire, vous ne m'empêcherez pas de déguster ma côtelette de porc aux cèpes vosgiens en vue de la préparation de laquelle, vous me pardonnerez de ne pas disserter plus avant.

sbriglia@Madame Jacob

"Jacques Chirac, le roman d'un procès" a tenu en haleine les lecteurs du Monde cet été. Cassiopée, la plume qui a signé ce roman-feuilleton, dévoile aujourd'hui son identité : il s'agit du pseudonyme de deux journalistes du quotidien, Françoise Fressoz, chef du service France, et Pascale Robert-Diard, chroniqueur judiciaire.
Le pseudonyme Cassiopée est un clin d'œil à Sirius - la signature dont usait Hubert Beuve-Méry, le fondateur du Monde, pour ses éditoriaux -, expliquent les auteures. Autre symbole : "c'est une constellation (deux auteurs, plusieurs contributeurs)".

Bon, je sais, ce n'est pas encore dans Wikipédia...

Catherine JACOB

Je constate que le voile n'a toujours pas été levé sur le mystère de Cassiopée. Peut-être sont-ils autant que d'étoiles dans cette constellation, qui sait.

S'agissant de :
« Bernard-Henri Lévy a obtenu le soutien sincère et ému du président de la République pour sauver de la lapidation l'Iranienne Sakineh Mohammadi Ashtiani (Le Figaro). »

J'ai lu récemment ceci dans Histoire de l'Alsace collectif sous la direction de Philippe Dollinger, 1970, Introduction p.13:

À propos de la période nommée RISSII et qui correspond au loess inférieur, 2ème phase, soit entre 200.000 et 100.000 ans: «Alors apparaissent les boules d'argile façonnées par l'homme, que Wernet, s'autorisant d'exemples ethnographiques, attribue à un rite religieux primitif: il s'agit en bombardant des mannequins qui figurent le gibier mort, de neutraliser les forces malfaisantes, celles libérées par le meurtre des bêtes. »

On peut peut-être déduire de là que la lapidation, quelle que soit la forme qu'elle soit susceptible de prendre, boules d'argile ci-dessus, pierres du supplice iranien réservée à la femme infidèle, micro traumatismes psychologiques de la lapidation médiatique, harcèlement chez le commun des mortels, réunit les trois composantes suivantes,
A- Le meurtre dans le cas n°1, l'adultère dans le cas n°2, le mépris du petit peuple ou l'attitude ressentie comme telle dans le cas n°3 etc. ou encore tout autre crime réel ou supposé ou tout événement considéré, ressenti, comme tel.
B- L'ouverture des vannes du ressentiment de la victime,( par ex. cas d'œdipe, première victime d'un cycle de la violence) même morte
C- La nécessité psychique de les neutraliser; Dans le cas n°1, sur un mannequin considéré comme ce que les japonais, par ex. nomment « Shintai », corps réceptacle d'un esprit susceptible d'être notamment asservi comme dans le cas d'installation des campements militaires en Chine du Nord au 2ème~3ème millénaire av. notre ère, qui comprenaient une enceinte de protection magique pour laquelle étaient utilisées un certain nombre de victimes sacrificielles, ennemies de préférence, locales en tout état de cause. Dans le cas n°2 sur la femme infidèle dont la lapidation pourrait être présumée seule propre à apaiser les mânes de la famille de l'époux outragé en tant que membre du clan lui-même; Dans le cas n°3 sur une victime expiatoire, coupable ou non dans les faits, à tout le moins en tout cas, d'avoir ce qu'on appelle réveillé le chat qui dort, par ex. le ressentiment généré par la pénibilité du travail.

Si l'on veut requérir la barbarie de la lapidation et par voie de conséquence sa suppression, ou sa commutation en autre chose, il peut paraître opportun de proposer un succédané par lequel la nécessité psychique qui commande la neutralisation de ce qui est pensé comme une libération de forces malfaisantes, puisse être satisfaite par une compensation symbolique qui ne peut en aucun cas résulter d'une injure du style : « bande d'arriérés » etc.
Le symbolique est un phénomène extrêmement complexe et incontournable à peine de voir ressurgir ce que j'appellerai pour l'instant, faute de mieux, le cru!

Catherine JACOB

AFP - 30/08/2010 à 14:18
Iran : un site pro-gouvernemental dénonce "l'immoralité" de Carla Bruni
Le site internet du groupe de presse gouvernemental Iran a dénoncé lundi "l'immoralité" de Carla Bruni.[...]Commentant un article du quotidien ultra-conservateur Kayhan qualifiant Mme Bruni-Sarkozy de "prostituée", le site www.inn.ir estime que "les médias occidentaux, en détaillant ses nombreux antécédents d'immoralité, ont implicitement confirmé qu'elle méritait ce titre".
L'article qualifiait Carla Bruni "d'actrice et chanteuse dépravée, qui a réussi à briser la famille de Sarkozy et à épouser le président français". Il dénonçait également l'intervention de "l'actrice corrompue (Isabelle) Adjani" dans cette affaire. "Les antécédents (de Carla Bruni) montrent clairement pourquoi cette femme immorale a apporté son soutien à une femme condamnée pour avoir commis des adultères et été complice du meurtre de son mari", estime lundi le site www.inn.ir."
Extrait des News d'Orange -

Donc si je comprends bien, une femme ne peut pas apporter son soutien à une femme mais seulement son mari, lequel, bien évidemment ne saurait se trouver offensé de la manière dont on parle publiquement de son épouse. Il se trouve accessoirement que ladite épouse est l'épouse du président de la République française et insulter Carla dans de telles circonstances revient tout de même quelque part à insulter la République !

Jean-Yves Bouchicot

@ oursivi

Votre reproche à Edwy Plenel me semble injustifié, je crois qu'après des années de Canard Enchaîné et de Monde, il est ferré sur la société du spectacle. Rassurez-vous, nous aussi nous avons lu Debord. Et Baudrillard. Et les autres. Mais une chose est d'être conscient, ce que ne sont pas tous les citoyens abreuvés de journaux TV, et une autre est de laisser faire en disant "c'est normal, on est habitués, ça a toujours été comme ça". On peut être philosophe sans être résigné. Même sans être Bourdieu ou Badiou. Accepter, c'est commencer à excuser. C'est pour ça, plus que son talent de juge, qu'Eva Joly a du succès. Cela s'appelle l'éthique, ou l'intransigeance... Maintenant, si vous avez envie de laisser filer, c'est aussi votre droit. Ce sont ceux qui en profitent pour nous voler que nous visons.

MS

Je suis bien convaincu, contrairement à votre expression, que la légitimité démocratique n’est pas que la légitimité des urnes, même si cela semble vous arranger.
Christian C

Lorsque le FIS est en Algérie sorti vainqueur des élections législatives, ces élections ont été annulées. A un journaliste occidental qui se faisait l’avocat du diable, un responsable politique algérien a répondu : vous confondez la démocratie et l’électoralisme. Sous-entendu, il y a des valeurs démocratiques supérieures à une grandeur arithmétique sortie des urnes.
La loi n’est donc pas le garant supérieur de la démocratie. Le principe de défense d’Eichmann à Jérusalem a consisté à répéter : je n’ai fait qu’obéir à la loi de mon pays.
En ce sens, je vous rejoins on ne peut plus, "la légitimité démocratique n’est pas que la légitimité des urnes".
Mais pour ces mêmes raisons l’argumentation d’Edwy Plenel est au mieux un paralogisme.
Mon "délinquant constitutionnel" n'est pas une formule pour le plaisir de la polémique, mais un constat pour l'urgence du sursaut, écrit-il.
La légitimité de la Constitution est celle des urnes (Référendum de 1958). Or, conséquemment à ce qui précède, - à savoir que la transgression de la loi peut parfois être un sursaut - le sursaut ne peut être invoqué qu’adossé à une légitimité supérieure et en tout cas non réductible à celle des urnes. C’est précisément, derrière son bouclier constitutionnel, ce qu’Edwy Plenel ne fait pas,
mais fera sans doute une fois prochaine en se référant à "la force injuste de la loi" pour prôner son abrogation.
Au-delà du fond, sautillement plus que sursaut.

Judith

@ Christian C

Si l'on me prive de mon droit d'expression, croyez bien que je serais la première pipelette à dépérir.

La liberté d'expression, tout comme la liberté d'aller et venir ou le droit au procès équitable sont des droits et libertés propres aux démocraties mais non la définition de la démocratie.

Ces droits et libertés sont variables selon les démocraties (existence de la peine de peine dans certains Etats des Etats-Unis par exemple).

La démocratie est l'exercice, par le peuple, du pouvoir via des représentants élus. Cette définition est invariable.

En cela, la presse n'est pas un pouvoir démocratique et Monsieur Plenel ne dispose d'aucune légitimité démocratique encore moins d'une "mission".

Il exerce une liberté garantie par les élus c'est tout.

Encore une fois (tant pis pour ma perversité naturelle), je ne conçois pas qu'un journaliste nous invite à nous rebeller contre le fondement même de la démocratie, à savoir la légitimité du pouvoir en place en nous laissant de surcroît entendre qu'il est investi d'une mission supérieure à cette légitimité.

Il se paie notre tête et j'ai tenu à rappeler que la mienne n'est pas à vendre, pas même à un Messie démocratique.

Christian C

@ Judith,
Relisant vos commentaires adressés à J-D Reffait et moi-même, je ne peux m’empêcher de ressentir une ambiguïté très perverse dans votre propos.
La Constitution française ne reconnaît en effet que deux pouvoirs (hors les pouvoirs dévolus aux assemblées et organes territoriaux, locaux, municipaux) :
- Le pouvoir exécutif, uniquement incarné à ce jour par Nicolas Sarkozy
- Le pouvoir législatif, représenté par l’assemblée Nationale et le Sénat
Un troisième pouvoir est, dans certaines démocraties, le pouvoir judiciaire, qui n’existe pas en France puisqu’il est placé sous l’autorité de l’exécutif. Il se trouve donc cantonné au rôle, singulièrement restreint, d’ « autorité judiciaire ».
Reste le quatrième pouvoir, celui que d’aucuns (sauf vous, semble-t-il) concèdent à la démocratie, le pouvoir d’informer.
Ce pouvoir peut aujourd’hui être « conquis » par n’importe quel trublion ayant accès à une tribune : je vous facilite la tâche : moi, pour prendre un exemple.
Ce pouvoir est la simple déclinaison de la déclaration des droits de l’homme, dans l’article 11 de la déclaration de droits de l’homme et du citoyen : "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi".
Le 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient l’Assemblée générale de l'Organisation des nations unies (ONU) ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris, au Palais de Chaillot. Les articles 18 et 19 consacrent eux aussi la liberté d'expression, conjointement à la liberté de conviction et de religion :
Art. 18 : "Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites" ;
Art. 19 : "Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit" — Version française officielle de l'ONU
Le Conseil de l’Europe consacrera, le 4 novembre 1950, sa Convention de sauvegarde des Droits de l'Homme et des Libertés fondamentales, entrée en vigueur le 3 septembre 1953. C'est l'article 10 de cette Convention qui garantit la liberté d'expression :
"Article 10 – Liberté d'expression
1. Toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques et sans considération de frontière. Le présent article n'empêche pas les États de soumettre les entreprises de radiodiffusion, de cinéma ou de télévision à un régime d'autorisations.
2. L'exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l'intégrité territoriale ou à la sûreté publique, à la défense de l'ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d'autrui, pour empêcher la divulgation d'informations confidentielles ou pour garantir l'autorité et l'impartialité du pouvoir judiciaire".
Je serais incomplet en omettant de mentionner quelques extraits publiés par Alain le 12 juillet 1910, sous le titre : »Qu'est-ce que la démocratie ?(Propos sur les pouvoirs, p. 213).

« On répète partout en France, aux États-Unis et dans quantité d'autres pays que nous vivons en démocratie, que notre pays est une démocratie, tandis que quelques autres se voient refuser ce même label. " Dans nos démocraties occidentales... " ressasse-t-on avec une satisfaction incantatoire, existe et fonctionne telle ou telle institution, par exemple un parlement élu au suffrage universel, ou une presse dont la liberté est garantie par la constitution. Par ces mots ces pays ou leurs représentants se décernent à eux-mêmes un brevet de haute civilisation politique, un brevet non seulement de supériorité mais d'achèvement, de perfection en matière d'institutions. C'est en fonction de cette certitude proclamée d'être les meilleurs que les gouvernements de ces pays, avec l'appui et la complicité de leurs peuples, prononcent magistralement la condamnation de tel autre gouvernement, isolent son peuple, interdisent par un blocus tout commerce avec lui, voire décident au nom de ces nobles idéaux politiques de lui faire la guerre, de lui expédier une monstrueuse armada et de l'écraser sous les bombes. »
« Si la démocratie n'est pas dans l'origine populaire du pouvoir, elle est dans son contrôle. La démocratie, c'est l'exercice du contrôle des gouvernés sur les gouvernants. Non pas une fois tous les cinq ans, ni tous les ans, mais tous les jours. Non pas celui qui laisse en place le politicien désavoué, mais celui qui le chasse. «Ce qui importe, ce n'est pas l'origine des pouvoirs, c'est le contrôle continu et efficace que les gouvernés exercent sur les gouvernants ».
« S'il faut un président monarchique et une assemblée oligarchique que reste-t-il à la démocratie ? Comment un équilibre entre les institutions peut-il être favorable au peuple si ni le pouvoir exécutif ni le pouvoir législatif ne sont démocratiques ? Il y a un troisième pouvoir, qui n'est autre que le pouvoir de surveiller les pouvoirs, et qui peut s'exercer alors même qu'il n'est pas prévu par la constitution. Le troisième pouvoir n'est en effet assurément pas le pouvoir judiciaire, dont Montesquieu déclare lui-même qu'il est comme " invisible et nul " (l'Esprit des lois, Livre XI, chapitre 6). Est-ce le pouvoir de la presse ? Mais il y a plusieurs sortes de presses ; ou plutôt il n'y en a qu'une, car celle qui passe pour être la plus libre lorsque ses amis sont dans l'opposition devient soudain très docile lorsqu'ils arrivent au gouvernement. En fait la presse est trop souvent partisane et ne joue qu’épisodiquement un rôle qui la dépasse de beaucoup et que les citoyens seraient bien coupables de lui abandonner. Ils seraient d'ailleurs coupables aussi de ne pas défendre vigoureusement la liberté qu'a la presse de le jouer. Mais avec ou sans presse, et quelquefois contre elle, il appartient aux citoyens et à personne d'autre de faire vivre la démocratie en exerçant sur les pouvoirs législatif et exécutif une fonction de contrôle. Ce pouvoir s'exerce en critiquant, je veux dire en jugeant, et en disant ce qu'on pense, en le faisant entendre par tout moyen approprié. C'est un pouvoir que les citoyens ont à prendre seuls, sans qu'on les y invite, sans même qu'on le leur reconnaisse. Personne n'est fait citoyen par le roi, personne n'est fait citoyen par les spécialistes ; il n'y a de citoyen que celui qui se fait tel lui-même malgré les rois et les spécialistes. »
Pardon d’avoir été exagérément disert, mais ce sujet me tient à cœur.
Je suis bien convaincu, contrairement à votre expression, que la légitimité démocratique n’est pas que la légitimité des urnes, même si cela semble vous arranger.

Vous semblez effectivement considérer comme légitime une organisation aux termes de laquelle des citoyens confieraient, sans droit de contrôle, mais surtout sans aucun droit de critique, tous les pouvoirs.

«Ce qui importe, ce n'est pas l'origine des pouvoirs, c'est le contrôle continu et efficace que les gouvernés exercent sur les gouvernants ».
Ne vous en déplaise, Edwy Plenel, Philippe Bilger, et quelques 63 millions de citoyens l’illustrent jour après jour.

Christian C

@Judith,

"Vous avez raison, Plenel n'est pas un oligarque quand il se dit investi d'une mission démocratique, c'est plutôt un vaniteux voire un mégalomane"

Quitte à critiquer Edwy Plenel, il serait plus efficace de le faire à bon escient; Edwy Plenel a écrit: "je ne vous cache pas préférer le travail sur le réel – l'enquête, le reportage, l'analyse – à ces essais romancés qui me semblent relever du divertissement plutôt que de la mission démocratique du journalisme."

Vous avez le droit de détester Edwy Plenel; il n'est pas très loyal de déformer ses propos pour l'accabler de défauts qui ne sont pas les siens.

Judith

@ Jean-Dominique Reffait et Christian C

Je n'ai pas réagi en soutien des propos de M. Sarkozy mais en réaction à ceux de M. Plenel et ses leçons de droit constitutionnel.

La presse n'est pas un pouvoir démocratique.

S'il s'agissait d'un pouvoir constitutionnel, elle aurait en face d'elle un contrepouvoir.

Il est vrai que la presse a acquis un réel pouvoir sur l'Opinion grâce aux progrès technologiques de ces dernières décennies, mais il s'agit d'un pouvoir concret, technologique, d'un produit dérivé de la liberté de la presse et non d'un pouvoir constitutionnel ou démocratique.

Les voeux de M. Sarkozy ne sont que des voeux pieux aussi longtemps qu'ils ne sont pas passés dans la machine démocratique du Parlement voire du Conseil Constitutionnel qui n'aurait pas manqué d'être saisi.

Le Parlement a t-il été saisi ?

Non.

Je gage qu'il ne le sera jamais.

M. Sarkozy s'est livré à un jeu politico médiatique, jeu dont monsieur Plenel connaît fort bien les règles puisque son intervention en constituait une démonstration du même acabit : un exercice de propagande.

Je suis navrée mais lire un journaliste se targuer d'être investi "d'une mission démocratique" et nous inviter à "sursauter" contre un pouvoir constitutionnellement élu me hérisse le poil.

La légitimité démocratique est la légitimité des urnes.

M. Sarkozy peut se vanter de l'avoir acquise, Monsieur Plenel ne le peut pas.

J'ai d'ailleurs peine à comprendre comment ce dernier peut nous inviter à nous rebeller sans violer lui-même effrontément la constitution qu'il dit vouloir protéger.

@ Christian C

Ne confondez pas démocratie qui fait prévaloir la voix du plus grand nombre et la liberté de la presse qui permet l'expression de toutes les opinions.

Vous et moi avons quantité de droits et libertés qui nous sont garantis par la Constitution mais la simple citoyenneté n'a pas le pouvoir de nous ériger en élus ou en membres du Conseil Constitutionnel, c'est-à-dire de nous investir d'une mission démocratique.

La mission démocratique de M. Plenel est exactement égale à la mienne et à la vôtre : placer un bulletin dans l'urne, pour que la démocratie (le plus grand nombre) décide.

M. Plenel jouit d'une totale liberté d'expression, tout comme vous et moi.

Il dispose simplement d'un porte-voix plus puissant.

Vous avez raison, Plenel n'est pas un oligarque quand il se dit investi d'une mission démocratique, c'est plutôt un vaniteux voire un mégalomane.

Pierre-Antoine

Oui il faut sauver l'Iranienne Sakineh Mohammadi Ashtiani de la lapidation.

Et pendant que les médias occidentaux se focalisent sur un cas qui mérite toute l'attention, des centaines de personnes sont persécutées, outragées, emprisonnées, violées, pendues, lapidées, sans que le monde occidental lève le petit doigt.

Et tout ça au nom de quoi ? De leur simple liberté de conscience. Elles ne sont pas dans ces situations dramatiques parce qu'elles sont opposantes au régime de la république Islamique, mais parce qu'elles sont comme 85% des Français : "non musulmans", elle appartiennent simplement à une minorité religieuse d'obédience chrétienne.

Vous en doutez ?

Allez faire un tour sur www.eleutherie.eu vous y verrez que l'Iran y tient une très bonne place à côté des autres pays où la charia est instaurée.

Cordialement

Pierre-Antoine

Catherine JACOB

Je pense avoir enfin compris pourquoi Cassiopée avait été mis par PB au masculin.
Star, ou Psi de Cassiopée dont, accessoirement, voici la présentation sur Alapage.fr par copié-collé a pour auteur :
C. L. Defontenay « - Genre : Epouvante – Terreur

Star, ou Psi de Cassiopée est une perle, une rareté de littérature, composée en 1854 par Defontenay.
Il s'agit peut-être de l'un des premiers récits à décrire aussi méticuleusement un univers différent et extraterrestre.
L'auteur accentue l'effet du dépaysement en osant toutes sortes d'extravagances au sein du texte ; syncopes, recherches typographiques, poésies.
Mais si le texte en lui-même est fascinant, son histoire l'est tout autant.
Car, il s'agit bien d'un de ces livres oubliés dans les trop grandes bibliothèques, redécouvert par un enfant terrible habitué à évoluer dans les zones grises des cartes.
Ainsi, Raymond Queneau mûrissait depuis longtemps le projet de retrouver - toujours ce désir - des textes excentriques pour en tirer une somme originale.
De fait, son propre projet s'intégrait à l'intérieur de lui-même ; Queneau ne put l'aboutir, mais il fit ressurgir certains auteurs dignes d'intérêt.
« L'un d'eux, tout de même (mais ce n'était pas un « fou »), était une découverte, un « génie méconnu », un authentique précurseur de la science-fiction et de Michaux.
Il se nomme Defontenay [...] le livre qui lui donne le droit de figurer plus qu'honorablement dans toutes les histoires de la littérature française, c'est : Star ou Psi de Cassiopée.
» Dès lors, ce roman, représentant ultime des terra incognita, aux confluences des écoles littéraires modernes si l'on en croit Queneau, se devait d'ouvrir la collection que nous proposons.
»

Laurent Dingli

Pour signer la pétition en faveur de Sakineh :
http://laregledujeu.org/2010/08/16/2616/signez-la-petition-il-faut-empecher-la-lapidation-de-sakineh/

Christian C

@Judith

Si vous considérez véritablement que le journalisme (le pouvoir d’informer) n’est pas une mission démocratique légitime, que la presse est illégitime, et si vous considérez Edwy Plenel comme un oligarque, je mesure à quel point la démocratie est en danger.

Alex paulista

Je suis abonné à Mediapart donc je vois passer les "scoops" d'Edwy Plenel.

1. Lagardère a négocié des impôts (comme tous), mais comme il est ami avec Sarko c'est le scoop du siècle.

2. Woerth a déclaré gagner 3000 euros (sous un titre trompeur mentionnant 112 euros) pour avoir un prêt de campagne de 6500 euros... adossé au succès électoral de l'UMP. La belle affaire, qu'il ne donne pas son vrai revenu quand la banque n'a pas de raison de le demander...

Demain: Eric Woerth a enfoui son mégot dans le sable.

Etc, etc...

Ils vont finir par nous le rendre sympathique !
Je reste abonné encore un peu, par curiosité...

Jean-Dominique Reffait

Judith,
Article 1er de la Constitution
La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion.

versus

N. Sarkozy, Grenoble, 30 juillet 2010,
La nationalité française doit pouvoir être retirée à toute personne d'origine étrangère qui aurait porté atteinte...

Annexe :
Article 5 de la Constitution :
Le Président de la République veille au respect de la Constitution.

C'est pas compliqué à comprendre.

oursivi

"...serait une société dont les citoyens n'auraient plus la maîtrise, dépossédés qu'ils seraient des instruments de connaissance et d'intelligibilité de la réalité."
Edwy Plenel

Edwy, vous découvrez à votre âge 'la société du spectacle' et la croyez ("serait", "n'auraient"..) en devenir...

Les tombes m'embrassent, les bras m'en tombent, les bombes m'encrassent et autres approximations...

Vous êtes un bon journaliste, un peu paranoïaque, mais cela aide à s'affûter d'accord, et puis Guy Debord... lui-même dans le genre... ok ! Mais avez perdu le sens de la mesure, attaquer Sarkozy sur ce genre de point, qu'en a-t-on à fiche, sérieusement, qu'il veuille déchoir quelques cas ultimes qui ne représentent qu'eux-mêmes et leurs pathologies, celles dont quelques infractions extrêmes ont témoigné... en leur défaveur ! C'est un combat, et un glorieux, ça ? Il n'y a pas assez de pauvres et de malheureux dans ce pays, qu'il vous faille oeuvrer pour ceux qui le méritent si peu, et en faire un étendard, parce qu'une patte de mouche de la constitution serait là mal tordue...?

Ce ne sont quand même pas ceux-là que vous allez choisir de défendre pour le plaisir de contrer Sarkozy, dites-moi, et cela juché sur le pitoyable canasson de bois d'un rappel au texte de la constitution, quand c'est son esprit qu'on aimerait voir briller ?

Et n'allez pas me rétorquer comme l'avançait piteusement Reffait Jr que 'cela commence comme cela' et qu'on virera bientôt tous et n'importe qui sous d'autres fallacieux prétextes, sous peine de verser dans le ridicule le plus achevé.

Valez bien mieux que cela, non ?

AO, pas vraiment sarkozyste au cas où ne le sauriez pas.

zenblabla

Enfin un qui vous citez dans votre communication, et qui se manifeste !

Peut-être alors romprez-vous vos habitudes et interviendrez-vous parmi les "blogueurs" qui sont en votre blog ?

J'en doute, et comme je m'amuse à deviner votre prochaine Manchette, je me dit qu'elle n'aura pas le moindre effet de continuité avec les propos de M. Plenel, comme il vous rétorque très bien, et comme il fait de la politique plus que du journalisme en disant qu'un président, avant de faire de la politique en ré-élection, doit présider en mandature !

Faut avouer qu'il n'a pas tort, M. Edwy Plenel, je dirais même plus qu'il a raison, qu'il participe au gardiennage de l'institution républicaine, autant qu'ici vous le faites.

Étant entre vous deux d'accord sur l'essentiel, que pourriez-vous entre vous ajouter qui ne s'adresse aux autres, à les autres entre vous convenus ?

J'en baverais d'avance, mais crois que votre prochain billet sera sur... "Houellebecq", la rentrée littéraire...

Laurent Dingli

J'ai écrit sur ce blog à quel point j'avais été horrifié par le projet de déchoir de la nationalité française des citoyens en raison de leur "origine", projet en effet inconstitutionnel et, par ailleurs, méprisable. Pour autant, l'argumentation d'Edwy Plenel ne tient pas une seconde car à ce titre, tous les présidents de la Vème République devraient être considérés comme des "délinquants constitutionnels" pour ne pas en avoir respecté, à un moment ou à un autre, les principes. Au-delà de sa justification, pleine de bons sentiments et de "logique", nous savons trop que le rêve d'Edwy Plenel est de faire tomber Nicolas Sarkozy. Il n'a pas réussi avec l'affaire Clearstream (malgré les annonces tonitruantes et autres fanfaronnades prématurées faites chez le camarade Moati) ; il a encore fait chou blanc lors du feuilleton Woerth-Bettencourt... Or voici que Little Big Man évoque à Grenoble ce projet inique et ridicule de déchéance de la nationalité : autant offrir des verges pour se faire battre au justicier de Mediapart qui n'en demandait pas tant. Ainsi que Catherine Nay l'avait si bien remarqué il y a quelques années, Nicolas Sarkozy a le don de gâcher lui-même ce qu'il peut accomplir de positif. Le voici par exemple mettre en oeuvre le Grenelle de l'environnement, défendre des projets audacieux, souvent en rupture avec la droite conservatrice... et finir par déclarer devant les agriculteurs : "l'environnement, ça commence à bien faire".

Judith

@ Monsieur Bilger

Une réplique ! Une réplique ! Une réplique !

Judith

"La mission démocratique du journalisme"...

Voilà d'où M. Plenel tirerait sa légitimité.

La démocratie, c'est notamment la séparation des pouvoirs et leurs contrôles réciproques, pouvoirs au rang desquels le journalisme ne figure pas.

Le jour où la presse (qui est une liberté et non un pouvoir) aura une légitimité, peut-être examinerai-je ses suggestions.

Dans l'attente, je décline l'invitation anti-démocratique à la rébellion d'un simple oligarque qui se croit au-dessus de la démocratie.

Jean-Dominique Reffait

Je suis évidemment et hélas en plein accord avec Edwy Plenel, sauf sur un point : la légèreté du feuilleton de l'été n'est pas à opposer à la gravité du réel. Il y a toujours eu de la place, dans les régimes les plus totalitaires, pour la dérision et la mise en perspective romanesque. La conscience de la gravité n'ôte pas la possibilité d'en sourire. Le pseudonyme fait partie de ce décalage et le journaliste à l'origine de ce feuilleton du Monde a bien fait de s'effacer en tant que tel dans cet exercice qui, ne relevant pas directement de la mission sérieuse du journalisme politique, n'en contribue pas moins à éclairer le citoyen. Il ne s'agit pas ici de bouffonnerie délirante renvoyant dos à dos tous les protagonistes et leurs actes. Il s'agit bien plutôt de pousser plus loin que le réel la possibilité même du réel, d'en prolonger la compréhension dans ses probabilités.

Cette mise en perspective est ce qui fait souvent défaut au journalisme. L'instantané d'un constat - N. Sarkozy est un délinquant constitutionnel - même s'il est nécessaire, ne survit pas à l'instant. Il faut certes à l'esprit le tonus du moment, mais il lui faut aussi des sucres lents qui le nourrissent dans la durée. Le décalage imaginaire installe durablement des hypothèses, des typologies de personnages et un continuum logique des événements réels ou probables.

Le sursaut républicain qu'appelle E. Plenel de ses voeux ne viendra pas massivement, la majorité des Français n'ayant cure de la République et attendant benoîtement qu'on lui guérisse les écrouelles. Mais ce sursaut ne peut se réduire à de multiples sauts de puce, aussi dignes soient-ils de figurer dans le Guiness des records. On peut sursauter mille fois - et avec N. Sarkozy, cela confine à l'épilepsie - sans que cela ne provoque autre chose qu'une fine ridule à la surface du débat démocratico-médiatique. Et si le caractère hors-la-loi du régime est consubstantiel à son chef, ce que je crois depuis l'origine, j'invite E. Plenel à prolonger cet axe dans l'imaginaire d'un roman politique du sarkozysme où le réel côtoierait le possible dans une République défaite.

bernard

".....ne relève pas de la polémique, fût-elle rude, mais du constat, fût-il accablant.....".
"....Mon "délinquant constitutionnel" n'est pas une formule pour le plaisir de la polémique, mais un constat pour l'urgence du sursaut...."
Cette formule, ce refrain, "ce n'est pas une polémique c'est un constat", c'est la nouvelle tarte à la crème que nous servent depuis quelques temps les opposants qui désirent vous clouer le bec définitivement.
SCIENTIFIQUEMENT.
"Je n'invente rien, je constate, moi Monsieur tel un savant, un chercheur".

Il y a le constat de Plenel, mais il y a aussi le constat d'un autre, des autres, tout aussi intelligents observateurs que Plenel.
Constats opposés à partir de la même réalité.
Plenel fait de la politique, il veut me faire croire qu'il fait du journalisme.
Ce n'est pas une polémique, c'est un constat, MON constat.

Je relève dans son constat que si je ne réagis pas comme Plenel, je ne suis ni républicain ni démocrate.
Comme il est simpliste et intimidant cet homme sous son docte et "argumenté" plaidoyer.
JF Kahn intimide comme ça aussi.
Ceux qui crient constamment au loup me font plus peur que ceux qui gouvernent actuellement, j'ai l'impression qu'à tout moment leurs nerfs démocratiques peuvent lâcher.

Eugénie

@ Jean-Yves Bouchicot

Permettez-moi de sourire de bon cœur !!!

Je m’attendais à ce genre de réaction… bien qu’ayant pris la précaution d’indiquer « Péj. » (Abréviation de péjoratif...)

Le substantif « critique », là je vous rejoins, est la
« Capacité de l'esprit à juger un être, une chose à sa juste valeur, après avoir discerné ses mérites et défauts, ses qualités et imperfections. »… même source que précédemment : http://www.cnrtl.fr/

Je n’évoquais pas ce sublime talent d’objectivité et de neutralité… rare… très rare !

Denis Monod-Broca

D'accord avec Edwy Plenel. M. Sarkozy n'est certes pas le premier président de la République à prendre quelques libertés avec la Constitution mais il est le premier à le faire aussi manifestement, aussi continument, aussi délibérément. Et, il est important de l'ajouter, aussi impunément. Car s'il est préoccupant de voir le président de la République, garant des institutions, les fouler ainsi aux pieds, il l'est encore plus de constater que cela ne semble faire, à quelques exceptions près, ni chaud ni froid à l'opposition, aux médias, aux commentateurs politiques et autres clercs.

Edwy Plenel

Cher Philippe Bilger,

Permettez que je prenne la balle au bond, pour le plaisir de l'échange et avec l'estime que j'ai pour votre liberté d'esprit. La formule que vous épinglez ("délinquant constitutionnel"), tirée d'un échange radiophonique à France Inter mardi matin, ne relève pas de la polémique, fût-elle rude, mais du constat, fût-il accablant. Elle résume un long parti pris mis en ligne sur Mediapart il y a une semaine et intitulé "Sarkozy contre la République: un président hors la loi".

Ce point de vue ne relevait en rien de la petite phrase polémique, mais il s'appuyait tout au contraire sur une argumentation précise qui posait la question suivante: le président de la République peut-il parler contre la Constitution qui le légitime? Peut-il contredire, par son discours, le texte fondamental qui définit sa fonction, laquelle ne lui permet pas de faire ou de dire n'importe quoi? Par conséquent, un président peut-il s'en prendre aux "personnes d'origine étrangère" alors même que la Constitution, au respect de laquelle il est supposé veiller, interdit toute distinction entre Français selon leur origine?

La parole présidentielle est toujours une pédagogie politique à destination du peuple souverain, la charge élyséenne n'appartenant aucunement à celui qui l'occupe et trouvant sa légitimité dans la Constitution qui l'encadre. En l'espèce, Nicolas Sarkozy, par ses paroles de Grenoble, a explicitement violé la Constitution (non seulement son article 1, mais son préambule). Or comment nomme-t-on, dans notre langue, celui qui commet une infraction à la loi, sinon un délinquant?

En prenant cet angle, j'ai voulu souligner combien tous les républicains et tous les démocrates sont désormais requis par cette transgression présidentielle, sans précédent dans le passé, que les chefs d'Etat fussent de droite ou de gauche. Mon "délinquant constitutionnel" n'est pas une formule pour le plaisir de la polémique, mais un constat pour l'urgence du sursaut. Un président qui ne respecte même pas les règles qui le légitiment est un président capable de perdre la République, ses valeurs et ses principes, pour se sauver, sauver son pouvoir, sauver ses intérêts, sauver son plaisir et son désir.

Vous opposez, dans votre billet, la gravité qui m'anime et qui vous semble excessive, à la subtile légèreté du feuilleton estival du "Monde", récit de politique fiction autour du procès à venir de Jacques Chirac. Nonobstant les talents d'écriture qu'abrite sa signature curieusement anonyme (Cassiopée), je ne vous cache pas préférer le travail sur le réel – l'enquête, le reportage, l'analyse – à ces essais romancés qui me semblent relever du divertissement plutôt que de la mission démocratique du journalisme.

J'y vois même un signe d'époque peu rassurant: une société de fiction, une société où la fiction aurait détrôné le réel jusqu'à gagner les métiers de l'information, serait une société dont les citoyens n'auraient plus la maîtrise, dépossédés qu'ils seraient des instruments de connaissance et d'intelligibilité de la réalité. Journalistes, laissons la fiction à ses vrais créateurs, artistes, romanciers, poètes, et occupons-nous de faire vraiment notre travail, qui les inspirera en retour: élucider le réel, dénicher ses mystères, dévoiler ses énigmes.

Telle est, vous le savez, la conviction qui m'anime depuis trente ans et qui inspire le libre travail de toute l'équipe de Mediapart.

Très cordialement,
Edwy Plenel

Catherine JACOB

@sbriglia | 18 août 2010 à 18:49
«Voyons, Philippe, prenez exemple sur CJ et consultez "Cassiopée" sur Wiki : le "W" renversé de la constellation éponyme c'est le "M" du "Monde"... […]
PS : je sais, CJ, il y a aussi une Reine... PRD ? RB ?... les deux ?...
 »

Ah, le M majuscule posé bien droit sur ses colonnes latérales!
«m n.m. Consonne nasale occlusive bilabiale// Treisième lettre de l'alphabet français, notant cette consonne.// M. signifie monsieur; M.M, messieurs.; Mme, madame.; Mlle, mademoiselle.; Me, maître. pour désigner un officier ministériel ou un avocat; Ms signifie manuscrits.; mss, manuscrits.; Dans les livres de voyage, de navigation et d'astronomie, M. signifie midi.
Or, voyons nous le midi ou encore le Sud Ici? Que Nenni!

Et le W, n.m. Inv. Vingt-troisième lettre de l'alphabet latin actuel et la dix-huitième des consonnes qui note la fricative labiodentale sonore [v] ou la semi-voyelle [w] et qui sert dans l'alphabet international à noter la consonne spirante labio-vélaire voisée ( ex. français : Oui). Une graphie à propos de laquelle Wikipedia nous informe qu'il s'agit d'une ancienne ligature datant du Moyen Âge, réunion de deux V (d'où le nom en français, double v) ou de deux U (en anglais : double u), que Chilpéric ajouta à l'alphabet avec trois autres caractères de son invention, et qu'on a depuis rendue par le double w. Les noms propres d'origine tudesque devaient ainsi recevoir, dans les textes écrits en latin, une orthographe exacte et fixe (THIERRY, Récits mérovingiens, 1840).

Ce double V donc, tel deux petites fosses aux bords évasés paraît plus proche du tracé de Cassiopée,
dont la forme inversée paraît également avoir inspiré le nouveau logo de : depuis l'opération promotionnelle relative à l'ouverture du Centre Pompidou_Metz intitulée par certains... initiés (!!!), « Constellations », lorsqu'on ne prend en considération que que le début (Ouest) et qu'on omet en particulier sa peite queue...!

Voyez-vous, mon cher Me, Wikipédia est à la restitution d'une information dans un contexte qui n'est pas le sien, ce que la farine, le lait et les oeufs sont à la confection des crêpes, encore faut-il savoir les faire sauter sans se les récupérer sur la figure...!

Jean-Yves Bouchicot

Dernière minute : le chef de la communauté Tzigane en Hongrie, qui s'appelle Sarkozy, adresse un courrier à la France en arguant que la famille du président descend d'ancêtres Tziganes, généalogie à l'appui ! Mort de rire !

Jean-Yves Bouchicot

@ Eugénie

Si je comprends bien votre citation, la fonction critique est l'apanage des caractériels ? Qu'est-ce que c'est que cette source à la mords-moi-le-Neutron ? Encore des "préparateurs de cerveaux bêlants, disponibles et consommateurs-en-silence" ? Ou alors vous confondez critique et dénigrement ? Ou rangez-vous la critique positive ? Vous êtes la soeur cachée de JP Ledun ? :-)

SR

Depuis une quinzaine de jours j'attends également avec impatience et gourmandise cette page que je découpe méticuleusement pour organiser une saga de l'été. Un délice !

Achille

Ah Cassiopée, c’est de l’auteur du livre « Le roman d’un procès » et moi qui cherchait un rapport avec un personnage de la mythologie grecque...

On ne peut pas dire que son bouquin ait vraiment fait un tabac. Je l’avais complètement oublié. Voilà ce que c’est quand on se cache derrière un pseudo.

Peut-être que Cassiopée aura plus de chance avec son prochain livre qu’elle intitulera, je suppose, le « Roman d’un tricheur » et qui portera, bien sûr sur un autre président...

jpledun

Qui est Cassiopée ?

Mes enfants, il n'y a encore pas si longtemps disaient :

"C'est celui qui le dit qui l'est !"

J'aime bien les mots d'enfants...

Jean-Dominique Reffait@Patrick Handicap expatrié

Patrick Handicap expatrié :
C'est sûrement l'ascendance hongroise qui explique en grande partie le personnage Sarkozy. L'âme slave et la droite extrême dans laquelle ce pays vient de verser récemment.

Oh là, ça fait beaucoup ! Si hongrois, pas slave. Si slave, c'est qu'y s'nettoie, s'y s'nettoie, c'est donc ton frère... roi des Tziganes en Hongrie !
Hortefeux a bien du mérite avec tous ces Auvergnats en roulotte.

Alain

Cassiopée connaît les hommes et les femmes ; elle connaît les mœurs également et partant de là elle fait son méli-mémo elle-même, qui tient parfaitement la route.
Sauf que l‘actuel président ne sera peut-être plus là… ou alors… il aura organisé un référendum qui l’aura complètement revigoré.
Alain

LABOCA

Traitons d'abord bien les gens de chez nous, c'est-à-dire les Roms, les Arabes et les Africains avant de commencer à nous soucier de la façon dont les Iraniens doivent traiter leurs femmes accusées d'adultère : avons-nous oublié que l'ONU a récemment dressé un rapport négatif sur la façon dont nous traitons les autres ?
Défendons intelligemment cette "jeune" et "jolie" femme iranienne, sinon les Iraniens qui nous observent finiront par penser que nos sociétés occidentales sont si hostiles à la fidélité réciproque des époux qu'elles voudraient pousser les autres peuples à les imiter dans ce chemin de l'abomination (le mot abomination est peut-être fort mais il peut se justifier parfaitement).
Nous n'avons pas le droit de donner des leçons à la société iranienne en matière de vie de couple. Nous ne sommes pas forcément meilleurs qu'eux puisque chez nous nos propres couples ne vont pas bien : multiplication des divorces; infidélité sexuelle dans le couple au point que la Cour de cassation admet que l'époux trompé demande à sortir du mariage. Et nous savons que les désordres au sein de nos couples entraînent des drames dans nos familles.
Si, en dépit de nos défauts, de nos insuffisances humaines, nous cherchons à nous imposer comme donneurs de leçons à la société iranienne, c'est que nous nous estimons supérieurs moralement aux Iraniens.
Notre comportement risque de se retourner contre nous.
Dans nos sociétés, nous acceptons maintenant l'homosexualité plus facilement qu'avant; nous avons même crée un délit d'homophobie (Monsieur l'Avocat général Bilger, l'homme du droit pénal, me corrigera si je me trompe !) : si des Iraniens arrogants menaient une campagne contre notre acceptation de l'homosexualité, serions-nous contents ?
Nous devons défendre le droit à la vie de cette femme iranienne. Mais nous devons faire comprendre intelligemment aux autorités iraniennes que si cette femme a fauté, elle mérite néanmoins pardon.
Il faut parler à la conscience des gens, au coeur des gens, et non les provoquer jusqu'à les pousser à se braquer.
Parallèlement à notre travail de conscientisation des Iraniens, nous devons, nous-mêmes, dans nos sociétés de l'apologie de la femme nue et du sexe, dans nos sociétés du relativisme des obligations au sein du couple, dans nos sociétés du laisser-faire familial, changer.
Si nous ne changeons pas, personne ne nous jugera dignes de conseiller les autres quant à la façon dont ils doivent régler les rapports en société.
Je prie d'avance les uns et les autres de m'excuser si j'ai dit des choses ne correspondant pas à leur conception de la vie en société, leur conception de la relation au sein du couple. Je n'ignore pas que notre société s'est définitivement convertie au relativisme (le pape actuel est peut-être très rigide, mais l'observateur neutre et honnête ne peut contester le caractère véridique de ses analyses). Mais je ne m'associerai jamais aux personnes qui, sous prétexte de critiquer - au demeurant légitimement - une autorité publique étrangère encore attachée à la lapidation, ne s'élèvent pas contre l'infidélité d'une personne mariée.
Avec raison nous critiquons souvent les personnes vivant dans nos pays, qui sont polygames. Mais notre état d'aveugles ne nous permet pas de voir que nous sommes nous-mêmes des polygames puisque nous ne nous opposons pas à ce que les personnes mariées ou vivant en couple aillent voir ailleurs, pour parler trivialement.
Quelle est la différence entre, d'une part, une personne qui s'est engagée publiquement à vivre avec deux ou plusieurs femmes et, d'autre part, un homme qui a déclaré publiquement ne vivre qu'avec une femme mais possède une, deux ou plusieurs maîtresses ?
Il n'y a pas de différence, car l'un et l'autre sont des menteurs.
Je ne veux pas que les gens qui ne savent pas lire, ou les gens qui sont prêts à accuser facilement, voient dans mon propos une banalisation ou un encouragement à la polygamie.
J'ai voulu montrer que nous sommes des hypocrites, que nous nous comportons comme des injustes.
Nous ne sommes pas forcément meilleurs humainement que les autres mais nous voulons malgré tout les conseiller.
Je répète ce que j'ai eu à dire plus d'une fois ici : parmi nous, il y a trop d'usurpateurs, trop d'imposteurs.
Nous devons travailler à changer humainement.


Catherine JACOB

« Mais qui peut bien être ce Cassiopée ?

Jean-Dominique Reffait | 18 août 2010 à 09:14 : « Pour ce qui concerne Cassiopée, Catherine Jacob va répondre à votre question. Vous allez regretter de l'avoir posée.

« Pour lire cette archive, abonnez-vous et bénéficiez d'un crédit de 25 archives par mois (6€) ou achetez l'archive à l'unité (2€). » est-il écrit ici

Depuis certaine mésaventure arrivée à ma CB lors d'une commande de livres au Japon via Internet pour mes élèves, il y a, certes, un certain temps déjà mais bon, si j'ai réellement besoin de quelque chose qu'on ne peut pas se procurer autrement, j'ai pris l'habitude de demander aux personnes de mon entourage qui ont un compte compte prepaid de me le commander et je le leur rembourse ensuite. Ceci étant, je ne vais pas solliciter quelqu'un pour 2€, qui plus est je n'ai présentement personne de tel sous la main.
Conclusion, je ne suis pas en mesure d'envisager même de répondre à la question.

Ceci dit, je note que PB pense qu'il s'agit d'un et non pas d'une journaliste, vu qu'il met au masculin ce pseudo qui se réfère cependant à une constellation en W nommée d'après une reine d'Éthiopie, à savoir l'épouse de Céphée et la mère d'Andromède.
«Céphée est une constellation faible, sa femme Cassiopée est beaucoup plus brillante que lui.» dit-on. D'où peut-être convient-il de mettre en relation avec le nom de ce roi, Kêphên : au propre: le frelon ou le bourdon, au fig.: 'Qui exploite le travail d'autrui', ou encore 'homme faible, lâche et impuissant.
On peut également trouver dans Cassiopée l'écho du verbe Kassidzô: 'qui a la forme ou le parfum du cannelier ou de la cannelle', cette épice utilisée par les anciens Égyptiens dans le processus de l'embaumement.
Les chinois la situent dans la diagonale des trigrammes ☴(Duì) et ☳(Zhèn) qui se peuvent se présenter en cercle comme indiqué Ici.

Eugénie

Merci Monsieur Bilger de votre disponibilité estivale !

Après quelques semaines d’absence, quel plaisir de retrouver « Justice au singulier » !
Ses commentateurs… toujours fidèles, toujours typés, toujours prévisibles…

J’ai aussi retrouvé le sport favori des habitués de ce blog : la critique (*)…
Malgré tout… je reviens…

(*) http://www.cnrtl.fr/ Péj. Tendance caractérielle à relever les défauts, les imperfections.

franck

Bernard-Henri Lévy et Nicolas Sarkozy se prononcent publiquement contre la lapidation de Sakineh Mohammadi Ashtiani ? Combien de Français, au fait, approuvent cette condamnation ? Aucun ? Nous sommes tous admirables, et à peu de frais !
Il ne reste plus à notre vénéré Leader et au plus admirable botuliste de l'histoire qu'à pétitionner contre l'injustice et la misère dans le monde, et j'en connais qui n'auront plus qu'à se confondre en excuses.
Comme le dit si bien le si mal compris Frédéric Lefebvre :"tout le monde devra se taire".

Votre touchant plaidoyer pour une critique nuancée et compréhensive de Nicolas Sarkozy me rappelle ce trait de Desproges : "Peuple ingrat, vous ne méritiez pas Giscard !"

sbriglia

Voyons, Philippe, prenez exemple sur CJ et consultez "Cassiopée" sur Wiki : le "W" renversé de la constellation éponyme c'est le "M" du "Monde"... Je pencherais, compte tenu du talent protéiforme de la série, pour un collectif où cohabitent journalistes, politiques, voire magistrats... C'est stupéfiant d'authenticité, ciselé avec une connaissance approfondie des méandres judiciaires et politiques : nous allons nous amuser à la rentrée, à voir les véritables acteurs du procès tenter d'éviter leur caricature de l'été ! Ah, l'audience Cassetta, un chef d'oeuvre ! J'ai repris goût au "Monde"...
PS : je sais, CJ, il y a aussi une Reine... PRD ? RB ?... les deux ?...

Jean-Yves Bouchicot

Je ne comprends pas cette discussion mal embarquée, j'ai peur qu'il n'y ait confusion. Un Lapide, c'est un tlain qui va tlès tlès vite.

Alex paulista

Sur l'intervention de JDR
"Aussi l'aversion qu'il suscite chez certains, dont moi, provient-elle moins de sa politique effective que de son comportement politique et public. Je l'ai souvent dit ici : la politique sarkozienne n'a rien d'ébouriffant et rappelle un pompidolisme classique."

Je pense exactement l'inverse. Son comportement public me rend NS parfois insupportable, parfois attachant (comme la fois où il était pompette en sortant d'une entrevue avec Poutine). Mais c'est beaucoup moins l'image, manipulée, que les faits qui me révulsent chez cet homme.

Les arabes de banlieue sont réellement harcelés par tous ces contrôles d'identité inutiles, cinq fois par jour la même personne quand la norme est une fois tous les 10 ans pour les autres.

Les couples mixtes, il veut les séparer pour de bon ! J'ai vu une femme qui a fait une fausse couche à 7 mois parce que les services de l'immigration faisaient de tout pour l'expulser avant qu'elle n'accouche en France d'un fils de Français. Et de nombreux cas de jeunes couples brisés car séparés juste après le mariage.

Les Roms, les gens du voyage, ils les harcèle d'un coup et pour de bon aussi. Il sépare les hommes des femmes et enfants et les expulse, ajoutant une détresse morale à la détresse matérielle.

Et le tout en notre nom !

C'est pour ça que, malgré l'estime que j'ai pour les gens pondérés comme notre hôte ou vous-même, je pense que vos analyses manquent le fond du problème, qui est plus dans quelques faits intolérables que dans une évaluation d'ensemble ou l'adéquation d'un style personnel.

Il faut évacuer ce président, le sortir du pouvoir, le jeter, dès que possible et démocratiquement.

Le fascisme en Italie a fait que les trains et le courrier italiens sont enfin arrivés à l'heure. Durant la dictature militaire au Brésil, la poste militaire fonctionnait parfaitement.
La torture aussi.

Pour donner un exemple plus mesuré, même à mon sens moins grave que le cas de notre président, je pense à Fernando Collor au Brésil: lui a vraiment réussi à initier une rupture et une modernité dans sa période, mais ce n'était pas le fond du problème. Il devait être viré et l'a été.

Judith

Mitterrand faisait bien le mal, Sarkozy fait mal le bien.

Chirac s'est affairé à ne rien faire, ce qui a défait le mal tout autant que le bien.

On a beau tous condamner fermement la lapidation, les scènes médiatiques auxquelles on assiste me font pourtant vaguement penser à cette pratique honnie.

Catherine JACOB

«Il y a, chez les plus vigilants, un risque de paresse intellectuelle qui les guette quand ils dessinent de Nicolas Sarkozy la caricature que celui-ci leur tend pour les piéger. »

Vous pensez vraiment qu'il s'agit là d'une visée délibéré de la part d'un homme qui avoue devoir prendre une décision importante toutes les cinq minutes? De quelle vivacité d'esprit ne le créditez-vous pas dès lors!!

« Evoquant sur France Inter un contexte de 'crise morale' autour de l'affaire Woerth, Edwy Plenel a noté une 'immense sortie de route de l'homme qui est chargé de veiller au respect de la Constitution et qui la viole par ses paroles de Grenoble': Il a violé la loi qu'il est chargé de faire respecter - Nous sommes dans un moment grave, un moment où il faut le rappeler à la loi, a-t-il ajouté. C'est un délinquant constitutionnel, notre président. Il a violé la loi qu'il est chargé de faire respecter. » rapporte en effet le Nvl Obs.

«M. Plenel, vos propos et votre comportement, font mal à la France. C'est à l'évidence vous qui êtes un vrai délinquant du journalisme![...] La possession d'une carte de presse n'autorise pas toutes les outrances et ne justifie en rien de proférer des insultes pour salir les institutions du pays ou ses représentants élus, affirme Dominique Paillé. », porte-parole adjoint de l'UMP.

Gageons qu'Anelka ouvrant le Nouvel Obs, a du être à nouveau mort de rire.

Edouard

Il transparaît comme un repentir de vos derniers billets.

S'agit-il d'une prise de recul aboutissant à tempérer une argumentation (je l'estimais par ailleurs solide) que vous jugez maintenant trop hâtive ou d'une stratégie de préservation visant à vous "désengluer" d'un certain absolu républicain, renouant suivant le même mouvement avec ce que le terme d'opposition a de moins noble ?

L'on vous connut inspiré pour rappeler certains impératifs primordiaux dans la conduite de l'Etat. Aujourd'hui l'arbre doucereux cache la montagne de l'ignominie institutionnalisée, et vous l'excusez. Défaite amère.

Braillard

"J'ai la faiblesse de soutenir qu'il a tort"

Allez savoir pourquoi, j'ai proprement flashé sur votre formule.

Sur le fond.

Je pense tout de même que ces outrances langagières sont largement imputables à Nicolas Sarkozy, et à lui seul. Car si ses portes-flingues, fidèles parmi les fidèles, comme ses ennemis vont nettement plus loin que lui, ils ne le font que parce que lui le premier s'est autorisé ce type d'attaques bas-de-plafond, qui n'ont pour seul objet que de disqualifier tout débat serein, véritable, en somme démocratique.

Il y a pour le Président, quel qu'il soit, un devoir d'exemplarité tel que son comportement va se diffuser dans la société, et on en retrouvera l'empreinte à tous les étages. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'en matière de symboles et d'exemple donné, Sarkozy repassera. Alors, certes, les attaques dont il fait l'objet sont tellement excessives qu'elles en sont ridicules, mais c'est un petit jeu qu'il a commencé à jouer. Mieux, c'est un petit jeu qui j'en suis persuadé l'arrange.

En effet, se faire traiter de fasciste, c'est désagréable, mais ça fait oublier l'essentiel: l'absence totale de résultats, immédiats ou sur le long terme, les réformes qui ne réforment qu'à moitié et qui donc ne servent à rien, la stigmatisation d'une figure fantasmée de "l'immigré" à des fins tactiques, le mépris pour une certaine idée de la France qui transpire dans toutes ses déclarations, et la victimisation permanente, comme si on devait le remercier de se sacrifier pour nous.

Il me semble de même que Sarkozy a libéré chez les hommes politiques cette tendance insupportable à tout faire pour éviter une véritable discussion.

Je me rappelle il y a quelques années -en fait durant la campagne de 2007- de Copé sur France Europe Express. On l'interroge sur la proportionnelle, il répond classiquement que la sous la IVème République, on a failli tous mourir à cause de ça, et ensuite que bon, il faudrait quand même l'instaurer aux municipales. C'était bien sûr ridicule, vu que ça existe depuis je ne sais combien d'années aux municipales, mais il a été repris par O'Krent.

Aujourd'hui, il ne serait pas repris, aujourd'hui, tout le monde raconte n'importe quoi en toute impunité.

Après tout, sur les retraites, toute volonté de débattre a été disqualifiée comme procédant d'un "gauchisme irresponsable". Sur l'affaire Woerth, on était des trostko-fascistes. Sur l'augmentation du salaire présidentiel et le bouclier fiscal, des salauds de Français puritains qui détestent l'argent. Sur l'international, des immobilistes, sur la politique économique, des idéalistes germanopratins et sur la politique pénale, des angélistes criminels par indifférence.

Sous Jospin, on débattait avec un peu plus de tenue. Sous Juppé aussi. On débattait, au moins.

Alors je vous accorde que les attaques ad hominem sur Sarkozy sont insupportables, ne serait-ce que parce qu'on ne peut plus discuter de rien, mais c'est en grande partie de sa faute, et je demeure convaincu que c'est un résultat dont il se félicite. Etre une victime, c'est la place la plus enviable dans notre société. Et encore une fois, il n'y a plus rien, plus de discussion, notre "débat démocratique" est devenu une longue litanie d'insultes.

La France, elle, attend toujours qu'on la réforme. Avec profondeur de vue et vision à long terme.

calamity jane

Dans le film : "Zorba le grec" il est possible de prendre toute la dimension de
ce que peut être une lapidation... A ma
connaissance le seul document artistique
qui (en ayant l'air de ne pas prendre parti)
montre la réalité de ces us antédiluviens.
J'attends la coryphée m'expliquer "que ce
n'était pas pareil" et doucètement - je me
marre.

Laurent Dingli

Il n'y a pas un mot, concernant le président de la République, que je ne pourrais faire mien dans le bel article que vous nous livrez aujourd'hui, mon cher Philippe. Je m'attendais aussi un peu à ce que l'un de vos blogueurs ait la triste mesquinerie d'écrire une phrase telle que : "J'ose espérer qu'il ne faut pas toujours atteindre ce degré d'horreur pour émouvoir le président !", comme si nous avions encore besoin d'exemples pour illustrer ce que vous écrivez. D'autres surenchérissent dans la bassesse, ravalant l'indignation du président à un vulgaire calcul politique. J'ignore, Philippe, qui tend le piège et qui tombe dedans, mais ce dont je suis certain c'est que la bêtise haineuse se dresse ici et là, toujours aussi fière d'elle-même et toujours aussi inébranlable.

Catherine JACOB

« Bernard-Henri Lévy a obtenu le soutien sincère et ému du président de la République pour sauver de la lapidation l'Iranienne Sakineh Mohammadi Ashtiani (Le Figaro). »

De fait, le président n'est pas nommément cité dans cet article où le passage qui concerne BHL indique simplement ceci: «De grands noms du cinéma et de la littérature, ainsi que plusieurs femmes politiques françaises, ont publié ce soir une tribune de soutien à Sakineh Mohammadi-Ashtiani, une Iranienne condamnée à mort par lapidation suite à des "aveux" télévisés. Le texte a été publié sur le site de la revue du philosophe Bernard-Henri Lévy "La règle du jeu". », et plus précisément à
cet endroit où il est notamment indiqué ceci:

Natacha Polony: Qu’est-ce qui rend cette mobilisation nécessaire et urgente?

Bernard-Henri LÉVY.– La mise en scène terrible à laquelle nous avons eu droit la semaine dernière: une Sakineh presque entièrement voilée, ayant probablement été torturée et venant confesser, à la télévision iranienne, des crimes imaginaires.
La torture physique n'est donc pas avérée, mais bon, il suffit parfois qu'on menace ses enfants et/ou ses parents, pour faire avouer à une femme dont le seuil psychique de tolérance aura été convenablement abaissé, n'importe quoi dans le but de les sauver.

BHL.– « – Bien sûr qu’il y a d’autres cas! Ce matin encore, à l’heure où nous parlons, une femme et un homme viennent d’être lapidés dans une région de l’Afghanistan tenue par les talibans. Pardon. Mais il faut essayer d’imaginer ce qu’il y a derrière ces mots abstraits: «viennent d’être lapidés». Il faut imaginer des corps à demi enterrés ou, au contraire, totalement exposés. Il faut imaginer une meute d’assassins vociférant, s’encourageant les uns les autres, caillassant. Il faut, si on en a la force, essayer de visualiser les pierres qui déchirent les chairs, qui fracassent les crânes, qui réduisent les visages en bouillie. »

On peut probablement ajouter à cela, la préparation psychologique par laquelle l'âme est d'abord réduite elle-même en bouillie, qui fait avouer tout et n'importe quoi (ou encore punit des crimes imaginaires, dès lors que dans certaines démocraties, le harcèlement moral n'est pas pris en compte au titre d'un acte de barbarie, dans quelques circonstances et lieux que ce soit – détention préventive, entreprise, quartier etc. – et qui que ce soit disposerait des moyens [complicités etc.] de le pratiquer sur une certaine échelle n'est pas activement recherché et condamné – ).

BHL«–Alors qu’est-ce qu’on peut faire contre cette abomination? Sauver, déjà, Sakineh. Ils en ont fait un symbole; eh bien prenons-les au mot et faisons-en, à notre tour, un symbole. »

Le passage concerné par le soutien de NS est placé juste avant le lien hypertexte mis vers la pétition. Il s'agit de celui-ci:
BHL.– J’ai le sentiment qu’il est déjà important. Je vais vous faire une confidence. J’ai parlé avec Nicolas Sarkozy, dimanche soir, au téléphone, quelques heures après la mise en ligne de l’appel sur notre site laregledujeu.org. Il m’a interrogé. Écouté. Il m’a paru à la fois très informé et désireux d’en savoir encore davantage. Et, surtout, surtout, il m’a semblé sincèrement touché par le sort de cette femme simple, presque illettrée, dont je lui ai rappelé qu’elle n’a même pas compris le verdict qui la frappait lorsqu’on le lui a signifié dans le mot arabe – «rajam» – que la justice iranienne emploie, bizarrement, quand elle veut dire «lapidation». Je ne suis pas suspect, c’est le moins que l’on puisse dire, d’adhérer aux grands choix politiques du président. Je dois avouer que, là, pour le coup, il a eu le bon réflexe, les mots justes et précis et, dans le ton, une émotion qui ne trompait pas. Lorsqu’il m’a dit que Sakineh avait désormais, en sa personne, donc au sommet de nos institutions, un soutien actif et qui ne transigerait pas, j’ai pensé que c’était de bon augure.»
-----------------------
« Cette annonce en faveur d'une cause qui nous mobilise tous d'une manière ou d'une autre, n'aurait pas à être relevée si elle ne montrait pas à quel point Nicolas Sarkozy n'est pas tout d'une pièce : par exemple son réalisme international n'est pas contradictoire avec une pratique personnelle généreuse. » Commentez-vous. Comptons donc en effet que la prise des augures ait été faite dans les règles, que l'instant de l'émotion ait une suite concrète et que Carla nous annonce au final une bonne nouvelle...

Patrick Handicap expatrié

C'est sûrement l'ascendance hongroise qui explique en grande partie le personnage Sarkozy. L'âme slave et la droite extrême dans laquelle ce pays vient de verser récemment. Rien de bien réjouissant pour l'avenir, car avec l'âge, les travers s'accusent.

Denis Monod-Broca

D'accord sur la grande qualité du "Roman d'un procès" de Cassiopée.

Pas d'accord sur votre critique de l'expression "délinquant constitutionnel" utilisée par Plenel. La pratique sarkozienne de la fonction de président de la République est manifestement et délibérément contraire à la Constitution. Il ne vous viendrait pas à l'idée, M. Bilger, de demander à votre secrétaire de tenir votre rôle de procureur lors d'une audience, et si vous le faisiez l'audience serait aussitôt suspendue. Or M. Sarkozy demande à M. Guéant, haut fonctionnaire, secrétaire général de l'Elysée, de tenir son rôle de président en maintes circonstances. Cela ne devrait pas être accepté. Le fait que cela le soit diminue la faute de M. Sarkozy, cela nous en rend tous complices, mais le fait est là : en agissant ainsi, et ce n'est qu'un exemple, M. Sarkozy viole la Constitution. C'est lui qui a été élu et lui seul. Qu'il ait un cabinet et des conseillers, soit, évidemment, mais il ne saurait avoir un double, un "autre lui-même". Ni ce rôle-là, ni celui de vice-président, n'existent dans nos institutions. L'expression "délinquant constitutionnel" me semble tout à fait adaptée.

Bernard-Henri Lévy et Nicolas Sarkozy unissent leur forces pour sauver une femme iranienne de la lapidation. Bravo ! mais à quoi cela rime-t-il ? C'est au fond une sorte de sacrifice à l'envers. Naguère on prenait un boiteux, ou un borgne, ou une femme adultère, ou une sorcière, ou un Juif... et après l'avoir bien exhibé on l'immolait, pour le plus grand bonheur de la foule rassemblée. Aujourd'hui, dans le même arbitraire, dans le même souci de rassemblement des foules (via les médias) on s'efforce de sauver la victime désignée. C'est un indéniable progrès. Mieux vaut sauver que tuer. Mais il reste que c'est dans un cas comme dans l'autre un moyen commode de détourner les yeux de nos propres turpitudes (simple exemple : combien de femmes, d'enfants, de vieillards... la coalition dont nous faisons partie en Afghanistan tue-t-elle, même si c'est "par erreur", chaque mois ?)

D'accord sur la légèreté des propos de Cohn-Bendit.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS