« A CRAN ! | Accueil | Respect ! »

04 février 2011

Commentaires

olivier seutet

Du temps du général de Gaulle, il existait une règle non écrite qui voulait que le président et les ministres du gouvernement de la France n’aillent à l’étranger que dans le cadre de leurs fonctions. Depuis, certes, les règles se sont bien assouplies ; Giscard d’Estaing est parti à la chasse en Centrafrique chez son ami Bokassa ; Mitterrand aimait à se reposer à Assouan chez son ami Moubarak ; Chirac adorait séjourner au Maroc chez son ami Hassan II ; quant à Sarkozy il ne sait plus où donner de la tête entre ses amis Mohammed VI, Moubarak, Bush. Des petits voyages qui favorisaient l’amitié, peut-on imaginer, voire des périples initiatiques pour mieux comprendre les âmes torturées de ces sympathiques dirigeants.
Lestée de ces exemples, la bonne Alliot-Marie ne comprend même pas quelle indécence il peut y avoir pour un ministre des Affaires étrangères de la France à passer des vacances dans un pays gouverné par un accueillant dictateur. Comment ne peut-elle pas imaginer que la compromission commence avec sa seule présence ; et que les petits accommodements qui suivent ne font qu’aggraver un cas déjà trop lourd ; et qu’un dérapage verbal en pleine Assemblée Nationale ne devient plus que la simple habitude de traiter avec amitié un régime avec lequel elle ne devrait avoir que des relations de diplomate.
Le laisser-aller dans les comportements a fini par retentir sur notre action politique. C’est affligeant, c’est mérité. L’inaudibilité de la voix de la France vient en partie de ce méli-mélo entre vie privée et vie publique, de cette naïveté à croire que des rapports amicaux peuvent s’instaurer entre chefs d’Etat, voire entre responsables ministériels, de cette profonde propension à mélanger sentiments, plaisirs et gestion de l’Etat.

Jean-Dominique Reffait

La faute véritable de MAM qui exigerait une démission immédiate dans n'importe quel grand pays, c'est évidemment l'ensemble de sa gestion de la situation tunisienne, politique et privée. J'ignore s'il existe un précédent dans ce pays d'un ministre des Affaires étrangères fusillant avec une telle rafale de bévues toute la crédibilité de la diplomatie française. MAM a grillé la France pour de longues années dans les pays arabes et Sarkozy achève la carbonisation en la maintenant en dépit du plus élémentaire bon sens, alors qu'elle est désormais une pestiférée dans toutes les chancelleries.

Mais sous ce régime, un ministre, ça ouvre sa gueule et ça ne démissionne pas. J'envie les Tunisiens et les Egyptiens : avec Sarkozy, un mois de manifestations ne parviendrait pas à faire chuter un secrétaire d'Etat.

Et vous avez raison : tout le monde doit être sanctionné dans ce pays, tolérance zéro pour chacun de nous mais, principe des vases communicants sans doute, tolérance 100% pour le pouvoir. Comme si le fait de ne plus être ministre constituait une telle atrocité qu'on ne saurait l'imposer humainement, ne serait-ce au nom de l'intérêt national.

Pauvre Baroin. En voilà un qui, en privé, ne se gênait pas pour affirmer "Nous sommes gouvernés par un barbare", en évoquant le président et qui lui sert désormais le brouet spartiate.

Buvons le calice jusqu'à la lie. Même parvenue au fond, cette clique creusera encore pour descendre plus bas.

Mary Preud'homme

Le président Sarkozy est tout à fait dans son rôle quand il évoque les défaillances de la chaîne pénale, ce qui ne veut pas dire qu'il met en cause - uniquement - les magistrats, tous les magistrats et rien que les magistrats, puisqu‘il est question de "chaîne pénale" et qu’il s’exprimait devant des policiers qui eux en font logiquement partie et ont l‘habitude d‘essuyer sans broncher des critiques (souvent injustifiées) fusant de toutes parts. Après l’odieux assassinat de Laetitia, on imaginait mal NS tenant un discours lénifiant ou s’abstenant de formuler des doutes quant au bon fonctionnement des institutions chargées du suivi des délinquants remis en liberté et reconnus dangereux pour la société… Et ce n’est pas parce que les magistrats exercent un métier difficile et exigeant qu’ils doivent se croire infaillibles et s’exonérer de tout reproche, alors que les mêmes n’hésitent pas à réprimander ou à recadrer sans ménagement, à la moindre défaillance ou à la moindre erreur, policiers et gendarmes chargés des enquêtes ou du suivi d‘un délinquant… Quand ce n’est pas leur ministre qu’ils attaquent bille en tête. Et c’est justement cette suffisance ou cette froide arrogance d’un certain nombre de magistrats qui paraît insupportable aux yeux de l’opinion publique, alors qu’un peu de modestie et d’humilité leur siérait et les rendrait plus sympathiques.
---
Concernant MAM, alors là, c’est le pompon ! Comme si les vacances de Mme Alliot-Marie et de M. Ollier étaient une affaire d’Etat. Pouvait-elle deviner cette dame que des révoltes de rue se solderaient un mois après son retour de vacances par le départ de Ben Ali ? Et qui pourrait sérieusement lui reprocher, avec le recul, d’avoir rencontré durant ses congés un ami tunisien comme cet Aziz Miled... et d’avoir accepté, ô faute abominable, de voyager avec lui ! Et pourquoi ressortir maintenant une affaire qui s’est passée en décembre, sinon pour instrumentaliser après coup un non événement et donner à penser que MAM aurait fricoté avec les oppresseurs du peuple tunisien, voire avec la bénédiction du chanoine Sarko. On marche sur la tête là ! Son seul tort à mes yeux est d’avoir prêté le flanc à ce genre d’attaque du Canard enchaîné (qui donne de plus en plus dans "le Père Duchêne" de sinistre mémoire) et d’avoir répondu à la calomnie en tentant de se justifier, chose qu’il ne fallait surtout pas faire.
Ce qui est très choquant au contraire, c’est que des canards en embuscade fouillent dans la vie privée des gens (fussent-ils ministres) et dépêchent à grands frais des journalistes croupions pour aller vérifier où MAM passe ses vacances, avec qui, et si elle a bien payé ses notes d’hôtels ou de taxis ! Manœuvres malveillantes s’il en est qui s’apparentent à du harcèlement et visent uniquement à semer la zizanie et à déstabiliser le pouvoir en constituant des dossiers de tous les faits et gestes de nos élus et en épiant le moindre de leurs propos en privé. On ne compte plus en effet les démissions "exigées" par nos miliciens gauchistes pour une parole malencontreuse ou un pet de travers de nos ministres et secrétaires d’Etat depuis l’élection de Sarkozy à la présidence qu'ils n'ont toujours pas digérée...
Ce qui ne lasse pas de surprendre, c’est que dans le même temps, le Canard semble fort peu se préoccuper de sujets autrement sérieux que les vacances de MAM ou les pseudos confidences de Bernie sur la santé de Jacquot… Des sujets comme par exemple, la déliquescence du socialisme à la française, la résurgence d’un néo nationalisme à caractère raciste, la montée des idéologies radicales et sectaires, l'affadissement de notre culture, le fatalisme, le sophisme ou le défaitisme ambiant, la maltraitance des très jeunes ou des très vieux, etc. Tandis qu’à l'étranger, la chute libre d’une succession de leaders de l’Internationale socialiste, Gbagbo, défait, Ben Ali, éjecté et Moubarak, rejeté, avec l’Islam conquérant à leurs portes, sont autant de questions d’une exceptionnelle gravité qui mériteraient un autre développement, mais que les médias racoleurs relèguent le plus souvent au profit d'insipides ragots de tabloïds.
Au fait, où ont-ils passé leurs dernières vacances nos socialistes délateurs et leurs informateurs zélés ? En Tunisie, en Égypte, en Côte d’Ivoire ou même en Algérie et au Maroc où ça commence à s’agiter pas mal ? A moins que ce ne soit à Cuba, en Thaïlande, Turquie ou Corée où, comme chacun sait, la démocratie est la règle d’or et l’exploitation n’existe pas ou si peu, juste pour le folklore et faire couleur locale. Auquel cas, j'espère que ces petits veinards ont bien gardé leurs factures, au cas où…

Cyril

Votre billet, Monsieur Bilger, me fait réagir sur plusieurs points.

Premièrement, approuvant, dans la diversité de ses propos et de ses fonctions, Madame Alliot-Marie que je trouve très sympathique au demeurant et très souriante, tout comme je trouve tout aussi sympathique Madame Royal, Madame Buffet ou Madame Le Pen, je veux insister sur le fait que ce n'est pas un membre de l'UMP qui s'exprime mais un citoyen qui suit l'actualité, je ne vois pas ce que l'on pourrait reprocher à Madame Alliot-Marie.
Elle s'est rendue en Tunisie, a emprunté un avion qui appartient à un ami de Monsieur Ben Ali, qu'y a-t-il d'incorrect, d'illégitime ou d'illégal, eu égard à la coutume en matière diplomatique, à la pratique politique, ou même aux dispositions du droit international public ?
Il n'y a eu, à mon sens, aucun déshonneur de la République française.
Je ne comprends pas comment certaines personnes vont jusqu'à penser qu'elle devrait démissionner du Quai d'orsay.
Je ne perçois vraiment pas ce qui justifierait une démission de Madame Alliot-Marie.

Dans un deuxième temps, je voudrais aussi insister sur la source de cette révélation, "Le Canard Enchaîné" qui est un journal satirique qui ne fait que vendre des quotidiens en y insérant des critiques ou des affaires.
C'est ce journal qui a révélé l'affaire des diamants en 1977, perturbant la crédibilité de Valéry Giscard d'Estaing, alors président de la République, c'est aussi ce quotidien qui a révélé en 1993 le prêt d'un million de francs sans intérêts consenti à Pierre Bérégovoy, alors Premier ministre, par Roger-Patrice Pelat, homme à la réputation sulfureuse, générant ainsi la perte de Pierre Bérégovoy.
Et j'en passe, "Le Canard Enchaîné" est un journal à scandale qui, une fois de plus, a étalé une affaire qui n'en est pas véritablement une.

Enfin, sur les positions prises par le président de la République sur les magistrats, relativement au meurtre de Laëtitia, lesquels magistrats auraient commis une faute en libérant le principal suspect dans cette affaire de meurtre, suspect dont ils connaissaient, selon toute vraisemblance la dangerosité.
J'ai remarqué, à plusieurs reprises, lors d'émissions télévisées où étaient invités des parents de victimes atrocement tuées et des magistrats, que certains de ces derniers allaient jusqu'à justifier la remise en liberté de criminels, parfois même sexuels, au grand dam naturellement des autres invités.
Cette justification-là avait pour fondement des considérations relevant de la procédure pénitientiaire, où l'on ne saurait pas trop si le criminel en question va récidiver ou pas, dans le doute il est relâché, pour au final, recommettre un crime, des affaires célèbres pourraient être citées à ce sujet.
Je ne prétends pas que les magistrats sont tous fautifs, je me garde bien de cette caricature infondée, mais je remarque que, malheureusement trop souvent, un homme dont on connaît l'extrême potentiel de dangerosité est remis en liberté.
Je ne peux que m'insurger contre ce phénomène.
Savez-vous qu'en Suisse, les criminels sexuels qui ont récidivé, ne serait-ce qu'une fois, ne sortent de l'enfermement que le jour de leur mort !
En effet, l'enfermement viager suit la purge de la sanction pénale, c'est-à-dire qu'après la purge de la peine de prison, s'ensuit un enferment à vie !
Ceci a été partiellement pratiqué en France, je préfèrerais que cela se généralise, ceci éviterait d'autres faits divers monstrueux.
Mais l'on sait très bien que l'enfermement à vie pose des problèmes d'éthique, j'en suis parfaitement conscient.

Choubidou

Figaro.fr
"Le chiffre noir de la justice française
100.000 peines de prison ne sont pas exécutées. En cause, un engorgement à différents niveaux du processus d'application des peines."
"En 2005, Jean-Luc Warsmann, président de la commission des lois, avait découvert, à l'occasion de la rédaction d'un rapport sur l'application des peines, que des dizaines de milliers de jugements étaient stockées dans les cartons des greffes en attente de traitement."

http://www.lefigaro.fr/politique/2011/02/03/01002-20110203ARTFIG00799-le-chiffre-noir-de-la-justice-francaise.php


Choubidou

TF1 - Interview - Pour Jean-Claude Kross, ancien avocat général à la cour d'appel de Paris, il faut arrêter de faire reposer sur les juges tous les maux de la société. Ce dont manque cruellement la Justice, depuis des décennies, ce sont des moyens.
http://lci.tf1.fr/france/justice/sarkozy-et-les-magistrats-qu-on-arrete-6261235.html


Marianne : "Sondages de l'Elysée la polémique enfle"
Avec 1,5 millions d'euros versés par la présidence à un cabinet d'études, on aurait probablement pu faire quelque chose d'utile en matière de justice ?
http://www.marianne2.fr/Sondages-de-l-Elysee-la-polemique-enfle_a181553.html

sylvain

Rédigé par : Timoxana | 04 février 2011 à 07:50
extrait
"me font tous vomir par la propagande raciste qui fait le lit de leur politique"
....................
De par leur aveuglement et leur idéologie nauséeuse de stigmatisation calomnieuse, les gens comme vous me font vomir par votre propagande "antiraciste", nouvelle dictature bien-pensante qui fait les choux gras des associations budgétivores et borde les draps du lit de l'extrémisme du FN.
Continuez à faire l'âne pour avoir du son, le réveil sera dur.

Pierre-Antoine

Dysfonctionnement ordinaire d'une justice ordinaire.
Lisez, c'est édifiant !
http://www.lepoint.fr/chroniques-ete-carnets-justice/le-tableau-de-chasse-d-une-experte-en-denonciation-calomnieuse-13-01-2011-129227_195.php

Après ça on s'étonne que le justiciable soit un tantinet déçu par la justice.

Et que les magistrats successifs qui ont classé ces affaires successives de cette seule et unique personne n'invoquent pas le manque d'effectif, puisqu'ils ont tous eu les dossiers successifs en main !

Cordialement

Pierre-Antoine

sylvain

Tenez bon MAM. En ce moment c'est vous qui êtes la cible des bonnes consciences humanistes d'opérette.

Au sujet de l'avion emprunté en Tunisie pendant vos vacances avec un ami homme d'affaires, on vous a encore odieusement attaqué ; vous avez répondu hier soir que vous ne le referiez plus.
Personnellement, je ne me laisserais jamais dicter ce que je dois faire en privé par ces minables que je renverrais avec plaisir sur les roses .
Mais votre réponse pleine de retenue et d'émotion prouve là encore que vous avez une classe admirable.

Bravo MAM !

sylvain

Inquisition nauséabonde anti MAM

Bande de charlots socialos !

Fin décembre j'ai déjeuné puis pris un taxi de la Courneuve à Clichy avec un ami tunisien qui a voté il y a 16 ans pour Ben Ali.

Dois-je démissionner de mon poste de secrétaire de la section pétanque de mon club ?

Pierre-Antoine

@Franck
"Il me semble vraiment que cette ministre a perdu le nord..."

Normal pour quelqu'un qui prend des vacances au sud :-D

Cordialement

Pierre-Antoine

VT

Je partage a demi votre point de vue.

Oui, il faut une egalite de traitement, et un ministre se doit d'etre exemplaire. Cela dit en passant, je ne comprends pas ce qui peut passer par la tete, non pas d'un, mais de deux ministres, elle et son mari, pour accepter une telle invitation de transport, sachant que les risques d'etre montres du doigt par la suite pour une raison X ou Y, bonne ou mauvaise, revolution ou pas, sont si importants. Franchement, ca me depasse. Voyager en jet, afficher un ultra luxe, les journaux en font choux gras. Bref, economiser 1h30 de temps en vacances pour risquer 2 semaines de justification, il y a des arbitrages que certains ne savent pas faire.

Mais non, il y a faute pour cette triste affaire nantaise. Et faire le parallele avec une sanction pas meme evoquee pour MAM, c'est prendre le risque de faire penser que tant que l'egalite de sanction n'est pas vraie pour tous, on serait en droit de remettre en cause la punition pour certains.

Et non aussi aux reclamations sur les deficits d'effectif : c'est la triste realite de la vie economique, il faut s'y adapter et ne pas manquer a ses devoirs. Allez donc faire un tour dans le prive, vous verrez que ce n'est pas mieux et que les salaries s'en accommodent, car s'ils manquent a leurs devoirs, ils perdent leur job. Terrible carotte mais drolement efficace.

Denis Monod-Broca

M. Sarkozy a compris qu'on ne disait pas d'un suspect non encore jugé qu'il était le coupable. Donc, bien précautionneusement, il dit le "coupable présumé". Mais il ne tient pas compte de ce "présumé" qui doit lui écorcher la gorge. Pourtant tout son raisonnement (dysfonctionnements, justice et police coupables, sanctions...) repose sur la culpabilité du suspect, coupable désigné, donc il s'écroule si le coupable n'est pas coupable...
Mais M. Sarkozy n'en a cure. Seule sa conviction compte.
D'accord, doit-il se dire, je ne dis pas "coupable", mais je sais bien qu'il l'est.
Il faudrait pourtant qu'il sache ce que parler veut dire.
N'est-ce pas là la condition d'une justice rationnelle ?

Véronique Raffeneau

Je suis totalement d'accord avec votre développement au sujet de la mansuétude dont bénéficie Madame Alliot-Marie vis-à-vis de laquelle le Premier ministre et le président de la République ont renouvelé toute leur confiance... jusqu'au jour où comme M. Woerth, parce que le tempo politique le permettra, MAM sera pitoyablement et lâchement lâchée.

Par ailleurs, s'il est certain que le système de tri dans les priorités concernant le suivi des condamnés a été absolument validé par le ministère de la Justice et l'ensemble des directions administratives, il n'en demeure pas moins qu'on reste stupéfait du fait que l'élément ayant trait à la nature de la condamnation ait été a priori l'unique critère de sélection des dossiers, à l'exclusion de l'ensemble de la biographie pénale de la personne condamnée.

Je me permets de reproduire cet extrait d'un article de 20 minutes paru le 30 janvier dernier :

"Un suivi peu contraignant

Un courriel de Pascal Le Roy envoyé le 16 décembre 2010 aux autorités judiciaires mentionne que sont adressés «chaque mois les listings des mesures en attente d'affectation». Y figurait donc parmi 732 autres à ce moment, le nom de Tony Meilhon. Même si Tony Meilhon avait dû se soumettre à sa mise à l'épreuve, elle était peu contraignante et ne consistait qu'en une recherche d'emploi obligatoire et une obligation de consulter un médecin, dit une source judiciaire non syndicale.

Par ailleurs, Tony Meilhon, malgré le viol d'un co-détenu dans les années 1990, n'était pas considéré comme dangereux, car ce crime avait été commis non du fait de pulsions sexuelles mais par volonté de punir un homme lui-même emprisonné pour viol."

Ce garçon n'avait bénéficié d'aucune libération conditionnelle, ni d'aucune remise de peine dite automatique.

Quand bien même des raisons multiples peuvent expliquer ces décisions particulièrement lourdes - par exemple, un magistrat a expliqué dans un blog que TM avait pu ne jamais demander de libération conditionnelle - il n'empêche que pour un esprit basique, cette fermeté pénitentiaire à l'égard de TM signifie, à tort ou à raison, que celui-ci était tout de même considéré comme particulièrement problématique et dangereux.

Quant à la police, il est scandaleusement incompréhensible qu'aucune des plaintes portées à l'encontre de Tony Meilhon depuis sa libération n'ait été prise en considération.

Les magistrats de Nantes ont raison de se défendre des accusations injustes portées à leur encontre par le président de la République: on ne demande pas à des athlètes de courir et de gagner un 100 m en leur liant les jambes et les bras, on ne compte pas pour rien les alertes et les mises en garde adressées quant aux fonctionnements des services d'insertion et de probation.

Maintenant, sur le détail du dossier il est impératif d'y voir clair dans ce que vous appelez l'impuissance bureaucratique avalisée par les directions à n'en plus finir de la Chancellerie et le ministre de la Justice d'alors.

Quand va-t-on enfin comprendre que ce sont les plus vulnérables qui payent le plus lourd tribut à ces inconséquences en série ?

Choubidou

MAM et une autre "affaire close"

>> AFP 01/06/10
Boulin: indignation de la famille après les propos de MAM
"Lors d'un déplacement à Libourne (Gironde) , Michèle Alliot-Marie, citée par le quotidien "Sud-Ouest", a estimé que "le dossier est clos." http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20100601.FAP2940/boulin-indignation-de-la-famille-apres-les-propos-de-mam.html

>> AFP 03/02/2011
Le ministre "Robert Boulin n'est pas mort noyé", affirme un ancien gendarme
http://www.lepoint.fr/societe/le-ministre-robert-boulin-n-est-pas-mort-noye-affirme-un-ancien-gendarme-03-02-2011-135402_23.php

Choubidou

Lu sur maitre-eolas
Drame de Pornic : où sont les défaillances ?

LETTRE OUVERTE A Monsieur Nicolas Sarkozy,
signée par
Céline Verzeletti, Secrétaire Générale de la CGT pénitentiaire

http://www.maitre-eolas.fr/post/2011/02/02/Drame-de-Pornic-%3A-o%C3%B9-sont-les-d%C3%A9faillances

Franck

Il me semble vraiment que cette ministre a perdu le nord... Elle a d'ailleurs abandonné la plupart de ses conseillers, et notamment le communicant et blogueur Jean-Luc Mano .... Lorsque les politiques abandonnent leurs conseillers c'est généralement le signe d'une chute libre prévisible... A+

zenblabla

"Quand les brochets font courir les carpes"
C'est de Jean-Louis Debré.(2008)

J'enquête, par l'entremise de ce roman policier, où se laisse aller avec une très libre bride sur le cou la "plume", mais où reste sauvée une certaine idée de l'authenticité en l'imaginaire statufié et ébaubi de toujours, quant aux mœurs politiques actuelles comme vous nous les décrivez, les mettez en perspective jusqu'à voir l'issue de la justice....

Sous ce double éclairage, tout paraît effectivement interchangeable dans ces mœurs, comme dans le roman, alors pourquoi ne pas tenter de compléter du lapin le titre de l'ouvrage?

Marigot, marigot!
Jamais tu ne t'assèches!

mike

MAM a tout faux, sans aucun doute.
Les grévistes de Nantes se rendent-ils compte de l'image qu'ils donnent ?
Outreau avait lieu il y a dix ans : quelles sanctions ont frappé les fautifs ? je ne me souviens plus.

Savonarole

N. Sarkozy devrait démettre MAM de ses fonctions et la nommer Gouverneur de Madagascar ou Pondichéry.
Mais tel l'âne de Buridan, il hésite : " si j'la vire j'me mets les chiraquiens à dos, si j'la garde c'est une déroute de plus, mais au point ou j'en suis..."

Entre une déroute ou le déshonneur, N. Sarkozy va certainement faire un choix : il va prendre les deux options !

Timoxana

Bonjour,

C'est assez difficile effectivement de suivre le "dé-raisonnement" de cette présidence quand on se souvient d'une démission pour quelques cigares alors que MAM est encore là après avoir proposé les services des forces de l'ordre à Ben Ali et maintenant la révélation de ces amitiés si particulières ! Ce qui me pose par contre question c'est pourquoi le Canard n'a pas parlé de ce voyage tunisien à l'époque où il s'est produit. Ça ressemble plus à une intention politique et au désir de nuire à MAM qu'à une information. Je ne défend pas MAM un seul instant - les membres de cette présidence sarkozyste me font tous vomir par la propagande raciste qui fait le lit de leur politique ! - mais j'attends plus d'honnêteté journalistique car il est plus sain d'accuser lorsque l'on est soi-même "clean" !

calamity jane

Où l'on saisit la différence entre un
professionnel de la justice et un responsable amateur !
Où l'on constate que certaines considèrent
les responsabilités publiques comme fond
utile pour des avantages privés !
Que les magistrats évitent l'erreur de se
mettre en lice avec ce genre de personnage.

(je me demandais si ses étoles -à longueur
variable- ne pourraient glisser des épaules
en cas de mensonge renouvelé... oups).

Achille

Bonjour Philippe Bilger,


C’est une ministre au demeurant plutôt honnête et sympathique qui avait sorti cette formule demeurée célèbre « Je suis responsable, mais je ne suis pas coupable ».

Aujourd’hui la formule MAM serait plutôt du genre « Non seulement je ne suis pas coupable, mais je ne suis même pas responsable ».

Les temps changent et la responsabilité des ministres est de plus en plus escamotée, en particulier en cas de maladresse ou d’incurie, pour la faire porter sur les institutions ou les services.
Par contre en cas d’opérations couronnées de succès (cela arrive de temps en temps) ces mêmes ministres ne manquent pas de se mettre en avant devant micros et caméras, avec parfois il est vrai, un petit mot de remerciement pour leurs collaborateurs qui ont mené à bien leur mission. Il faut savoir être reconnaissant, on est toujours payé en retour.

Ainsi sont les politiques, paraître leur sied mieux que d’être... et surtout être responsable.

Frank THOMAS

Cher Philippe,

Le tableau que, billet après billet, vous brossez de notre belle France est celui d'un pays qui aurait bien besoin de refaire sa grande Révolution.
Népotisme, retour de moins en moins discret de l'héritage dans des domaines d'où on l'avait chassé, privilèges insensés, inégalités criantes de traitement, comme celle que vous dénoncez dans votre article de ce jour...
On assiste à la lente décomposition de notre République, dont les principes fondateurs, comme l'égalité ou la laïcité, sont de surcroît récupérés et déformés par leurs ennemis de toujours.
Certains, comme vous, se cabrent et protestent. C'est un début.

Mussipont

Ca faisait longtemps que cela n'était pas arrivé, mais sur ce billet je suis entièrement d'accord avec vous.

Bien sûr les "Sylvain" continueront à hurler avec les loups tout à leur haine viscérale de la magistrature mais cela m'a fait du bien de vous lire ce matin.

jpledun

"Pas coupables, on veut les sanctionner."

Vous avez des preuves ?

Vous réglez des comptes Philippe et cela se voit.

Quand je vous ai vu faire monter la mousse sur MAM - que je n'apprécie pas - á ce point, je savais ce que j'allais trouver en deuxième partie de votre billet bancal (idéologiquement s’entend et avec tout mon respect) :

des coups de trique pour le Président.

Sarko, comme je le lui conseillais il y a quelques jours ici même, en a remis une couche.
Il n'aime pas les magistrats et les magistrats ne l'aiment pas. Il aurait bien tort de ne pas dire ce qu'il pense.

Je ne crois pas qu'il s’agisse ici de désigner des coupables (le seul coupable éventuel, á mes yeux, est le jeune homme) mais bien d'améliorer le système pour que, éventuellement, cela ne ce reproduise pas.

La réaction des magistrats de Nantes ne les grandit pas.
A mon avis...

Pierre-Antoine

Cher PB,

Je vous soupçonne de vous préparer à entrer dans l'arène politique...
C'est du moins l'impression que j'ai à vous lire depuis quelques billets :-D

Allez-y, vous avez bien plus de qualités et d'envergure que certain(e)s qui sont déjà en train de faire campagne !

Cordialement

Pierre-Antoine

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS