« Tristane Banon et Clémentine Autain, ensemble | Accueil | Bonnaire permet de respirer »

09 novembre 2011

Commentaires

Catherine A.  l'itw politique piège à journalistes

Par nature la vérité ne sortira jamais d'une interview politique. Comme disait un politique à un journaliste (Marchais à Elkabbach je crois) "vous venez avec vos questions et moi avec mes réponses". Quels que soient le talent, l'opiniâtreté, la connaissance des dossiers qu'a le journaliste, le politique ne délivrera que SA vérité. Il n'est là que pour ça.
Il en va autrement des analyses politiques souvent faites pas des gens brillants. Elles sont là pour aider à comprendre, mettre en perspective, rétablir la vérité des faits.
Quant aux polémistes (comme Zemmour) je les classe à côté des caricaturistes ; indispensables, drôles, mettant le doigt là où ça fait mal mais souvent de mauvaise foi. On n'est pas vraiment là dans le journalisme.
PS à l'attention de Pierre-Antoine, Franck Boizard et quelques autres : je connais de très nombreux confrères/consoeurs ayant bac+ 6, parfois plus ; certes cela n'en fait pas des gens à l'intelligence fulgurante, peut-être ont-ils juste appris à réfléchir, tenter de comprendre et d'analyser. Quant à balancer à tout propos des citations, au-delà de flatter à peu de frais son ego je n'en vois pas l'intérêt. Toute journaliste blonde et féministe que je suis, je me débrouille plutôt pas mal à ce jeu-là, c'est dire !
Mais se cacher derrière la pensée d'un autre cache souvent selon moi la légèreté voire la vacuité de sa propre pensée.

calamity jane

Si les journalistes veulent bien être à la
botte des politiciens c'est que nous manquons les personnalités qui seraient
capables de ne point en être...
Le "multicartisme" en serait-il la cause ?
Concernant le décrié E. Zemmour, faute de
contradicteur à son niveau on peut dire
qu'il se met chaque fois en danger !
quand lui aussi est proche de ces - soi-
disant - hommes, femmes de pouvoir.
Après, concernant le landernau médiatico-
politico-artistique...

Alex paulista

L'autre jour je regardais très tard sur internet une émission retraçant les péripéties du G20 pour sauver l'Euro.
En fond, les commentaires d'un journaliste totalement interchangeable, comme vous dites.

J'ai alors ressenti le besoin, dans un demi-sommeil, de couper le son et de le remplacer par la chanson de Noir Désir sur l'Europe, dont les paroles épousaient parfaitement le bal des images. Entre autres, "des logiques implacables mais toujours pas de sens..."
Et Brigitte Fontaine, excellente comme parfois.

http://www.youtube.com/watch?v=IND9U6l2Lt0

Pyo

Bonjour,

"Les politiciens n'ont après tout que les journalistes qu'ils méritent."

Les électeurs n'ont après tout que les politiciens qu'ils méritent…

Pyo

Bray-dunes

"Pourtant les premiers sont sans doute conscients du rôle capital qui est le leur et les seconds prêts à supporter l'épreuve et le harcèlement d'un dialogue authentique."

Hum ! Les premiers ne seraient-ils pas plutôt concentrés sur le danger qu'ils sont en train de courir quant à la place qu'ils occupent. Un sage est sage et ne se préoccupe pas de savoir si les autres le prennent pour un sage. Alors qu'un interviewer est sur un siège éjectable ; un interrogatoire est asymétrique, il suppose que l'un sache ce que l'autre veut apprendre ; donc, il suffit que l'interrogé refuse d'être interrogé par Yves ou Roger pour qu'Yves éjecte. Donc... Roger marche sur des oeufs, n'interrompt pas et sait ne pas relancer sur certains points, qu'il aborde pour la forme, histoire de faire semblant, pour qu'on croie que...
Quant à ceux qui sont prêts à dire la vérité, toute la vérité, ce n'est certes pas parmi ceux dont la place dépend de la confiance qu'on leur accorde que vous allez les trouver ; en effet, leur seul objectif est de garder cette confiance et non de dire la vérité.
Parler d'authenticité en matière d'interview relève du rêve ; rappelons-nous, pour nous réveiller, la phrase de Chevènement : un homme politique, un ministre, ça ferme sa gueule. Autrement dit, vous pourrez le cuisiner autant que vous voudrez, à part Poutou qui oublie ce qu'il devait dire (il aurait dû se faire une antisèche, écrire comme un écolier sa leçon sur sa paume), les autres débitent leur blabla, comme un mécanicien démonte un moteur : la routine, une seconde nature.
Donc, l'interview ne s'explique pas par une fonction d'information (pour ça les journalistes devront aller au charbon et arracher la vérité au forceps, mauvaise herbe qui repousse toujours), elle est là comme intermédiaire entre la sphère politique et le peuple ignorant. Elle permet aux uns de gouverner en s'assurant de la confiance de la masse (qui rime hélas avec la populace).
La preuve que c'est du semblant : la première chose que font interviewer et interviewé après une interview, c'est d'aller consulter... un sondeur pour qu'il leur dise si ça a marché ou s'il faut en remettre une couche (de pédagogie). Il vaudrait mieux appeler un chat un chat et la propagande par son nom, certes malsonnant, mais tout de même plus près de la vérité que "dialogue authentique".

Achille

Bonjour Philippe Bilger,

Je n’ai pas vraiment le sentiment que BHL soit particulièrement encensé par la presse. J’aurais même plutôt l’impression du contraire.

Outre le fait qu’il soit le champion de l’entartage en direct, il ne rate pas une occasion de commettre une bourde. La plus célèbre du moment étant sans doute son apologie du philosophe Botul.

Dans ce registre il arrive même à être plus performant que certains ministres dont je tairai le nom mais que tout le monde connaît.

Pour ce qui est des journalistes multicartes, je ne saurais partager l’avis de l’auteur de l’article du Monde qui pointe d’un doigt accusateur, avec manifestement une pointe de jalousie, certains journalistes que l’on voit ou entend sur différents médias.

Tant qu’un journaliste fait de l’audience, assure un bon tirage à son journal, rien d’étonnant à ce qu’il soit très sollicité. C’est un peu le cas dans toutes les professions.

Certains ont leur public qui les suit partout où ils vont. C’est notamment le cas des deux Eric dans l’émission ONPC.
Maintenant, qu’il y ait connivence entre le monde journalistique et celui de la politique, cela ne fait pas de doute. Il suffit pour s’en convaincre de dresser la liste des nombreux couples composés d’un homme politique et d’une femme journaliste (curieusement l’inverse n’existe pas).

A force de se rencontrer dans des émissions et ensuite de continuer la discussion dans un bon petit restaurant, cela est presqu’inévitable.

Mais d’une façon générale je n’ai pas trop à me plaindre de nos vedettes journalistiques, que ce soit les vieilles lunes comme Alain Duhamel ou les étoiles montantes comme Natacha Polony. Plus que leurs questions plus ou moins perfides, leurs réflexions plus ou moins objectives, leur appartenance plus ou moins bien affichée, c'est leur personnalité à laquelle on s’attache. Le succès ne doit pas toujours au talent, mais ce dernier y contribue pour une bonne part.

Jabiru

Pour durer il faut faire de l'audience et pour faire de l'audience et vendre du papier il faut faire du sensationnel.
La Une en gros titres, qui attire le chaland qui découvre après avoir été appâté que le scoop qu'on lui annonçait est creux.
Y a-t-il encore des journalistes d'investigation qui collectent les faits, les analysent factuellement en dehors de tout esprit partisan avec pour seul but d'éclairer en toute transparence l'homme de la rue qui cherche à se forger une opinion sur l'actualité quotidienne et ses effets sur le plus long terme ? Je cherche encore.

Josiane Lacombe Minguell

L'abus du terme "réflexion" écorche mes oreilles dommage, mais c'est trop tard... Quel travail encore pour progresser, mais bon je m'y attelle, car le bonheur est aussi là, dans l'espoir d'améliorer la forme comme le fond.

olivier seutet

Chacun de nous a des journalistes qu'il préfère. C'est vrai que j'apprécie le ton d'un Rioufol ou d'un Zemmour. Mais combien d'autres sont indéfendables; par exemple je suis perplexe lorsque j'entends au Grand Journal des questions posées à Rachida Dati dans le seul but de lui faire dire un maximum d'horreurs sur Fillon, sans tenter de la mettre en porte-à-faux sur sa popularité réelle dans sa circonscription, ni sur ses contributions à l'Assemblée Européenne. Ce genre d'exercice est de la même veine que la complaisance entre Chazal et DSK, c'est du spectacle, de la recherche d'une audience maximale, et a peu à voir avec de l'information. Les journalistes ne doivent pas après s'étonner d'être déconsidérés dans l'opinion publique.

JJJ

On voit bien que vous n’avez jamais interviewé de politique : la corporation n’est pas très regardante sur l’arsenal rhétorique. Ce qui rend la compétition plutôt inégale…

Josiane Lacombe Minguell

Les journalistes appartiennent aux journaux qui les payent, et les journaux appartiennent à de grands groupes impliqués dans l'économie et donc forcément porteurs d'une idéologie politique dominante. Donc pourquoi espérer une indépendance des journalistes ? ils font le travail pour lequel (exactement comme nos ministres) ils et elle sont payées (merci de laisser une faute d'orthographe et permettre au féminin de l'emporter pour une fois, ça c'est un clin d’œil en direction de @Laboca -en tout bien tout honneur- sans agressivité aucune) ; Zemmour en effet est différent et, si je suis bien souvent en désaccord avec lui notamment concernant la question des rapports hommes femmes, je n'apprécie guère le manque de profondeur des arguments qui lui sont la plupart du temps renvoyés par ses contradicteurs sur des problèmes de société, au prétexte qu'une fois pour toute il est classé comme défenseur d'une idéologie de droite conservatrice ; les raccourcis qui lui sont renvoyés sont trop souvent faciles et certainement pas toujours à la hauteur de sa réflexion. Et pour moi, l'outrance de quelques-unes de ses réflexions est compensée par la profondeur de sa réflexion et par la culture historique et politique qu'il possède. Je trouve parfois regrettable que des personnes moins lettrées que lui "se fassent Zemmour" pour le fun.

Pierre-Antoine

Avant de se spécialiser "politique" c'est d'abord un journaliste !

Et quand on voit la qualité du journalisme en France (ne généralisons pas) on est en droit de s'interroger sur le degré de compétence et surtout sur l'impact de leurs "articles" sur la réalité. Réalité qu'ils feraient mieux de côtoyer hors des salons mondains (ne généralisons toujours pas).

Les journalistes, politiques ou non, feraient mieux de réfléchir à deux fois avant de publier ou lâcher une info sur la place publique pour faire de l'audience ou le "buzz" :
http://www.lefigaro.fr/international/2011/11/08/01003-20111108ARTFIG00395-l-etonnante-conversation-secrete-d-obama-et-sarkozy.php

Les conséquences peuvent être dramatiques pour des milliers, voire des millions de personnes. Surtout quand il s'agit d'un dossier EXPLOSIF (je vois d'ici l'analyse que vont en faire les adversaires de la paix au Moyen-Orient) !

Est-ce ça être journaliste politique ou non ?

Non ! Alors tout le reste, les petites analyses, fines ou grossièrement partisanes ne sont que les feuilles de l'arbre !

Cordialement

Pierre-Antoine

Franck Boizard

Les journalistes politiques français sont dans l'ensemble en dessous du médiocre.

Zemmour est clairement meilleur que les autres, je ne suis pas d'accord avec lui sur tout, mais c'est un plaisir de l'entendre, au terme d'un raisonnement souvent venu de loin et dans le cadre d'une pensée cohérente et méditée (combien de journalistes méditent ?), poser à son invité une question d'un réel intérêt.

Cela vient des qualités propres de Zemmour : une grande culture littéraire et politique (c'est le seul journaliste qui peut citer Stendhal et Herriot dans une question) et une pensée politique personnelle (alors que les autres se contentent de répéter sans y réfléchir les idées vagues à la mode).

Mais il y a une autre différence. Les journalistes partagent, à l'exception de Zemmour et de Rioufol, les mêmes idées que les politiciens (d'ailleurs ils couchent ensemble) : européistes, mondialistes, socialistes, progressistes, immigrationnistes, plein de mots en iste en commun.

Donc, ils ne peuvent poser de questions de fond dérangeantes, puisqu'ils sont d'accord. Ils sont donc condamnés à poser des questions circonstancielles ridicules du genre «François aime-t-il encore Rachida ?» (je crois bien que la réponse est non !).

Cela arrange les politiciens.

Quels remèdes ? J'ai peur qu'il n'y en ait pas. Il faudrait que les journalistes travaillent plus le fond et aient une pensée personnelle (c'est-à-dire qu'ils aient une pensée tout court, puisque toute pensée est personnelle). C'est beaucoup trop demander.

Cela signifie remonter le niveau de recrutement (donc les salaires), changer la formation (qui est actuellement de l'endoctrinement gauchiste), bref c'est impensable.

Heureusement, le citoyen qui a du temps devant lui peut biaiser : on trouve sur internet des analyses politiques qui volent quelques kilomètres au-dessus de celles d'un Duhamel.

Il reste le problème des interviews. Mais en a-t-on besoin ? Ce que disent et font les politiciens ne suffit-il pas à les juger ?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS