« Quel blog face à François Hollande ? | Accueil | Un président normal, c'est simple... »

11 mai 2012

Commentaires

Michelle D.Leroy

Après un Président cupide et raciste, sans foi ni loi, nous sommes passés de l'ombre à la lumière et voici maintenant le concours des belles âmes. Mme Taubira va sans doute sortir première de ce concours, tous les Français vont être ravis d'être rassemblés : les coupables et les victimes, les pauvres et les riches, les quartiers et les campagnes, bref le bonheur absolu.
Vivement les législatives que je puisse voter pour une France multiforme et non pas uniforme, ce sera moins monotone car non nous ne sommes pas des clones de Terra Nova.

calamity jane

J'aurais, sur ce fil, dû lire un commentaire à mon intention du 14 mai 2012 à 14H52, envoyé par @ Pierre-Antoine du Saint-Esprit
de-la-protection-balisée-de-la-pensée pour
lequel toutes les femmes porteraient un patronyme de pschttt...iatre ?
Ben (fils) où puis-je le lire ?

Herman

102, 146, 150 commentaires...
Je n'arrive plus à suivre moi !
Et tout ça un jour férié, et sans Ivana !
Que se passe-t-il ?

Rahmouni Slimane

@Surcouflanguedevipère

Bonjour Monsieur,
J'ai été ce qu'on appelle un détenu d'opinion, ou détenu politique, statut non reconnu officiellement en France.
C'est la spécificité de la section Saint-Eloi que d'assimiler le délit d'opinion à du droit commun.
Les peines étant cependant triplées par rapport à un délit identique de droit commun. Je pense comprendre le Pasteur, nous avons en commun lui et moi un certain cheminement spirituel. C'est déjà pas mal.
Je vous salue bien, vous n'en manquez pas une ceci dit.
Cordialement.

Surcouf

@Rahmouni Slimane
"J'ai passé un certain nombre d'années en prison et j'aimais bien l'aumônier de la maison.
Impressionnant parcours, me faudrait dix vies au moins pour faire tout cela.
Vous auriez pu faire un bon pote, comment pouvez-vous être sarkozyste ?
Quelque chose m'échappe..."

Pour avoir passé, je vous cite, un certain nombre d'années en prison, c'est que vous n'êtes pas un perdreau de l'année.
Plutôt que de construire une vie de délinquant, si vous aviez construit une vie d'honnête homme, peut-être auriez-vous pu comprendre Pierre-Antoine.
Cela dit je vous salue bien.

sylvain

Bonjour,

Je suis sarkozyste et fier de l'être et je le resterai longtemps ; tant qu'un autre président ne fera pas mieux que lui.

Y en a qui sont antisarkozystes ?? ça existe ???
Que le seigneur leur vienne en aide.

Paix à leur âme.

Rahmouni Slimane

@Pierre-Antoine

Bonjour Monsieur,
Mea culpa dans ce cas, je vous crois Père, pas besoin d'aller fouiller dans le blog.
Ainsi, vous êtes ressuscité (Slimane n'a pas tuer le Père Antoine, expression à éviter en ces lieux où les gens trop férus de droit risquent de monter un dossier plus vite qu'ils ne revêtiraient leur toge) et du coup, réhabilitation de Saint Antoine à mes yeux.
Content ; ceci dit je me sens plus à l'aise désormais.
Cordialement.

Pierre-Antoine

@Rahmouni Slimane

Sarkoziste ?

Lisez donc mon commentaire à dame calamity jane du 14 mai 2012 à 14:52 sur "Sarkozy a menti Hollande a du mal"

Je suis tout simplement un citoyen français normal qui s'est aperçu depuis un certain mois de mai 2002 qu'un bulletin de vote ça pouvait exprimer un peu plus que le simple nom qu'il y a dessus.

J'ai voté NS en 2007 parce que j'ai pensé qu'il ferait des réformes que j'estimais nécessaires à notre République.

Il n'a pas fait ce pourquoi j'avais voté et mes votes du premier et deuxième tour de 2012 avec ses 2 000 000 et + de petits copains ont fait leur boulot de p'tits soldats.

Cordialement

Pierre-Antoine

Rahmouni Slimane

@anne-marie marson

Bonsoir Madame,
Quittez donc votre vie d'ermite, il se passe tellement de choses chez les humains !
Nous sommes en France, en l'An 2012 et plus en Algérie en 1952.
Vous êtes choquée par des drapeaux, pourquoi pas.
Si on apprenait le civisme à l'école à ces jeunes, nous n'en serions pas là.
Mais si je vous disais que ces drapeaux fièrement brandis signifiait exactement le contraire, à savoir c'est la fête, nous sommes de la partie ! Savez-vous que moi qui suis issu de cette communauté, il était fait une différence entre les Harkis qui avaient des droits par rapport aux non Harkis et que le drapeau bleu blanc rouge MARQUAIT la différence qui existe entre ces deux populations pourtant issues du même pays. Par exemple, s'il y avait des sorties ski ou des plans "colo", on nous demandait : ton papa est français ? (une façon polie de dire Harki) Si oui, il partait, sinon, il zonait. C'est pour cela que vous avez vu plus de drapeaux algériens que de drapeaux français. Si le drapeau français était européen ou portait d'autres couleurs, ces jeunes l'auraient brandi aussi fièrement que celui qu'ils agitaient. N'oubliez pas que dans la mémoire des populations immigrées notamment d'origine algérienne, le drapeau bleu blanc rouge,c'est l'OAS, le SAC, etc. Donc, prenez-vous en à ceux qui l'ont sali durant la guerre d'Algérie au lieu de vous en prendre aux dix "merdeux" qui ne voulaient que célébrer l'unité de ce pays qu'ils considèrent leur, même si cela vous démange.
A vous.

Bouguignon

"Décidément, Nicolas Sarkozy nous causera toujours des inquiétudes sur le plan de l'Etat de droit."

Imaginez qu'il fut président de la République !
ça fait peur hein ?

Rahmouni Slimane

@Christian C

Bonsoir Monsieur,
J'ai la même analyse des situations que la vôtre, le talent littéraire en moins.
En mentionnant le cas Guillon, je voulais attirer l'attention de vos contradicteurs/trices plus que la vôtre.
Bien sûr qu'il faut savoir garder la mesure de chaque chose.
Cordialement.

Rahmouni Slimane

@Pierre-Antoine

Bonsoir Monsieur,
C'est parce que je vous sais blagueur que je me suis permis dans une de mes réponses de retourner la tapette à souris en autre chose.
Je croyais que vous alliez saluer ma mauvaise foi...
J'ai passé un certain nombre d'années en prison et j'aimais bien l'aumônier de la maison.
Impressionnant parcours, me faudrait dix vies au moins pour faire tout cela.
Vous auriez pu faire un bon pote, comment pouvez-vous être sarkozyste ?
Quelque chose m'échappe....
Cordialement.

Jean-Dominique @ tout le monde dont Véronique

Véronique,

"J'avais trouvé votre réaction justifiée et depuis, figurez-vous que si j'ai parfois j'ai été tentée de m'adresser perso à un commentateur, eh bien, le souvenir de la justesse et de la pertinence de votre réaction m'en a dissuadée. "

Les femmes n'oublient rien... J'avais émis là un bon principe, vous m'amenez à y revenir. C'est la marque du vrai socialiste : promettre, oublier la promesse et se repentir !

Rahmouni Slimane

@Véronique Raffeneau

Bonsoir Madame,
Petit aparté :
Monsieur Garapon aurait certainement rajouté, avec la délicatesse qu'on lui connaît, que Monsieur Sarkozy a fourvoyé la justice comme jamais cela ne s'était vu avant lui.
Ce brillant homme qui travaille depuis des années sur la justice apprécierait cet ajout.
Cordialement.

hameau dans les nuages

@Jean-Dominique

Je n'ai aucun mandat politique, syndical ou professionnel, et suis juste un citoyen ordinaire et malgré tout ai eu le sentiment dans cette aventure libyenne d'un coup totalement foireux.

Rien ne collait. Je pense que des socialistes élus devaient avoir le même sentiment que moi, même si officiellement ils suivaient le scénario du Guide sanguinaire dont il fallait arrêter les colonnes infernales.

La politique est le bal des faux culs.


En aparté a propos d'immigration prônée par nos droitdelhommistes dont Christian C doit se prévaloir, ce chti lien :

http://www.algerie360.com/algerie/des-%C2%AB-harraga-%C2%BB-espagnols-arretes-au-large-d%E2%80%99oran/

L'Algérie aux Algériens ?

Laurent Dingli

Merci Véronique, c'est réciproque.

MS

...c'est dans cette bourgeoisie qui a l'audace de penser contre elle-même que se recrutent les meilleurs à gauche. Ils savent ce qu'ils font et pourquoi ils le font.

Vous êtes d'une incorrigible candeur, Jean-Dominique Reffait. Si ce n'était son implicite supériorité morale, votre vision serait plus touchante que risible. Il y a chez vous, en permanence, en filigrane, ce besoin de croire qu'un homme vraiment debout qui marche ne peut qu'aller à gauche, forcément à gauche, destination ultime de l'humaniste véritable cherchant par la raison à dépasser son instinct, par la réflexion ses réflexes et déterminismes. Voyez, je ne parle même pas du cœur, l'afficher comme un vieux beau sur la plage sa gourmette et son bronzage étant le comble de la vulgarité, je ne vous fais pas ce procès. Je ne défends pas davantage un camp contre un autre, ces référentiels identitaires m'apparaissant bien étriqués. Mais, boudiou, ce "Ils savent ce qu'ils font" est d'une inégalable force comique.

Catherine JACOB

@Jean-Dominique @ Véronique. | 14 mai 2012 à 00:23
« @Véronique
Quelle drôle de réaction qu'être mal à l'aise quand François Hollande va acheter des pâtisseries dans un commerce chic. Voudriez-vous qu'il aille se fournir dans un supermarché discount ? Cela serait pour le coup de la fausse simplicité démagogique. Seriez-vous dans cette caricature qui exige qu'un homme de gauche soit un pauvre hère ? F. Hollande est un bourgeois, issu d'une famille aisée, tout comme le furent avant lui Jaurès ou Blum, comme Mitterrand, comme Jospin : c'est dans cette bourgeoisie qui a l'audace de penser contre elle-même que se recrutent les meilleurs à gauche.
 »

Personnellement, j'aurais spontanément davantage confiance dans un amateur de bonne pâtisserie et un véritable gourmet au palais fin capable de discerner les saveurs que dans un personnage peu regardant sur ce qu'on lui sert. La raison en est peut-être que le mot « savoir » vient en français du latin « sapere » : goûter.

Ce lien entre le goût et la connaissance se retrouve également dans la mythologie chinoise. Par ex : « Shennong ou Shen Nong (c.t. : 神農 c.s. : 神农 pinyin : Shénnóng) considéré comme l'un des héros civilisateurs de la mythologie chinoise et l’un des trois Auguste, est un personnage auquel on prête l’invention de la houe, de l’araire et du champ, de la culture des cinq aliments de base, la découverte des vertus médicinales des plantes et la rédaction du premier traité chinois de phytothérapie dont il aurait identifié les 360 espèces de plantes qui y sont répertoriées, plantes qu'il aurait sélectionnées en les goûtant. On prétend même qu’il aurait absorbé ainsi jusqu'à 70 espèces de plantes toxiques en un seul jour. On lui attribue toutefois également un fouet magique capable de révéler les qualités des plantes. » - infos empruntées à Wikipédia qui me paraît confondre quelque peu différents ouvrages et différents personnages, mais grosso modo c'est un peu ça -

En tout état de cause, celui qui sait, c'est donc aussi, et sans doute avant tout, celui qui sait discerner par le goût, ce qui donne à penser que le dit Shennong était peut-être bien une femme ou en tout cas, en était doté des principales qualités que leur reconnaissaient les cultures archaïques du temps des chasseurs-cueilleurs.

En 2012, il semble donc que ce soit l'esprit du cueilleur qui l'ait emporté sur l'esprit du chasseur. Pour moi, toutefois, les deux ont leur utilité et leur intérêt.

Dans notre famille qui comporte d'éminents chimistes dont un prix de l'Académie des sciences, j'ai pu observer cette habitude de goûter qui a même un jour failli me coûter la vie – mais qu'on se rassure, uniquement à moi –, puisque suivant inconsciemment sans doute quelque exemple, j'ai eu assez tôt l'habitude de cueillir et rassembler des plantes pour en faire des mixtures que je conservais ensuite dans des endroits secrets, troncs d'arbres etc. en me prenant pour une petite sorcière, mais bon l'habitude de ramasser et collectionner n'importe quoi m'a tout de même passé depuis lors, et si j'ai malgré tout réussi à en apprendre un peu quelque chose, je me limite désormais à ramasser de petites pierres lorsqu'elles me paraissent présenter un aspect digne de mon intérêt ( = elles n'en ont sans doute pas intrinsèquement pour tout le monde). Certains les rangent parmi les « sorts » au sens ancien du terme. Mais pourquoi pas.

Bref, tout cela pour dire que le premier domaine de la critique au sens philosophique du terme à savoir en tant qu'emploi dérivé du terme grec Krinô (séparer, trier, discerner, distinguer, trancher ; résoudre, expliquer, interpréter, mettre en jugement, interroger – par ex. les songes...), nomme notamment chez E. Kant, l'examen de la validité et des limites de la capacité qu'à l'homme, en particulier de connaître, ou plus proche de nous l'enquête systématique sur les conditions de possibilité qui font qu'un point de vue critique sera le contraire d'une position dogmatique.

Le goût désignant par ailleurs et par extension, la faculté de percevoir et discerner les beautés et défauts des choses en général, notamment dans les domaines esthétiques et intellectuels, puis le jugement ou l'opinion sur une chose, un président qui se révèle cultiver le sens du goût, me paraît devoir être de bon augure. Après l'overdose de viande rouge dont on a été gratifiés, quelques simples, bien dosées, pour nous aider à digérer et à recouvrer un bon équilibre alimentaire sont donc les très bien venues, en effet.
---------
Ceci étant, loin de penser contre ses valeurs familiales, et si l'on en croit le très instructif résumé des interviews de François Hollande opéré par Catherine Ceylac pour Thé ou Café, le président nouvellement élu apparaît avoir fait choix pour modèle de son assistante sociale de mère qui lui aurait enseigné à venir en aide à et assister, socialement, qui le sollicite.

Mais là encore, je pense que tout doit être une question de bon dosage, tout comme lorsqu'on a vu le secrétaire général du Parti socialiste donner à manger à un jeune enfant qui avait visiblement peu faim (ou peut-être était-il simplement impressionné par l'inconnu ?) et tenter à plusieurs reprises d'enfourner d'énormes petites cuillerées du petit pot dans la toute toute petite bouche qui entendait manifestement se limiter à... goûter un tout petit peu à toutes petites doses l’extrémité de la petite cuillère ! A bon entendeur !

Jean-Dominique@Laurent Dingli

Laurent Dingli, comprenez-moi bien : je ne remets pas une seconde en question la présomption d'innocence pour les politiques fussent-ils de droite ! Mais je réserve la présomption d'innocence au domaine judiciaire car c'est là qu'elle a du sens : c'est en son nom qu'on doit, notamment, préserver l'honneur d'une personne incriminée et de son entourage, sa liberté.

Passons sur le contexte financier qui est évoqué dans l'affaire libyenne, vous pourrez constater que je ne me prononce pas là-dessus car cela ressort clairement du pénal et de la présomption d'innocence. Je me prononce pas sur la danse du ventre de Blair, Berlusconi et Sarkozy devant Kadhafi pour obtenir de lui de juteux contrats, y compris avec des technologies nucléaires. Cela n'est pas pénalement qualifiable mais c'est politiquement et moralement appréciable. Il n'y aura pas d'enquête à ce sujet et le citoyen doit apprécier les choses en l'état. Sans certitude mais avec un faisceau d'informations. Oui c'est susceptible d'être injuste mais la sanction n'est pas tant grave que ça ni infamante : la perte d'une élection. Attendre d'avoir des preuves pour juger d'une politique ? On n'a pas fini d'attendre !

Valerie

Un grand Merci a Madame Catherine J. (commentaires du 12/5 @ 15:42 & 13/5 @ 14:48) pour son analyse fine et argumentee qui ne laisse la place a aucunes elucubrations mais se rattache a des faits.


Quant aux patisseries incriminees par Dame Veronique (mince, j'ai loupe l'episode !)... soyons rassure(e)s les "manants" pourront toujours les fabriquer eux-memes ; un magazine "tres chic" nous en donne meme la recette :

http://www.parismatch.com/Conso-Match/Gastronomie/Actu/Macaron-il-nous-fait-tourner-la-tete-395528/

En cas de faibles ressources et donc dans l'impossibilite materielle de vous procurer les ingredients, il restera toujours la possibilite de contempler les jolies vitrines !

Bonne semaine a toutes et tous...

Pierre-Antoine

@Rahmouni Slimane

Je ne suis nullement prélat... ou alors je me prélasse en prenant mon thé au logis !

Je suis un ancien garnement asocial (1946-1994), puis un militaire (1966-1992) (l'armée ou la prison, vous voyez rien que de très classique), puis conjointement un chrétien né de nouveau (1974-à...), représentant de la société nationale immobilière (SNI-1992-2000), aumônier protestant de prison (1994-2002) et aujourd'hui en retraite mais pas en défaite :-D

Assaisonnez le tout de diplômes en animation comme animateur et directeur (1976-1986), puis de thérapeute (1999-à...), conférencier en théologie (1981-à...), mélangez avec 4 fils (1968-1970-1980-1990), et vous aurez un affreux macho phallocrate qui se soigne depuis sa plus tendre enfance :-D

Oui je sais... j'ai eu et j'ai encore une vie très riche. On me l'a déjà dit, mais moi je la trouve normale (sans être président) !

J'ai paraît-il un gros défaut, je ne me prends pas au sérieux... je devrais ?

Cordialement

Pierre-Antoine

Colette G.

Laurent Dingli 9.29

Bien présomptueux celui qui n'a jamais de doute, toujours observer la plus grande prudence vs de qui ne doutent jamais, ils ne sont ni sérieux, ni fiables... enfin il me semble !

Colette G.

Jean-Dominique 0.43

Re. les macarons, vous avez raison, tout comme N. Sarkozy au Fouquet's, il s'agit bien plus de symbole et de ces insupportables storytelling qui n'en finissent plus, les "Il était une fois..." pour tenter de nous faire croire qu'un Président est un homme comme les autres, ce que nous savons.

Mais durant son mandat pour lequel il est doté de tous les pouvoirs, il est un peu différent, selon le corps sacré.

Si plutôt que le Fouquet's N. Sarkozy avait choisi le McDo Champs-Elysées, juste en face, sur le trottoir pair, si Hollande s'était arrêté dans un hard discount, l'un et l'autre auraient été critiqués de la même façon.

C'est la mise en scène perpétuelle et permanente de leur vie privée et intime qui est devenue insupportable, donc critiquable !

Ceux qui ont élu un président n'ont pas élu un "copain", mais un chef d'Etat, alors qu'il se comporte comme tel, qu'il respecte le fameux corps sacré... Pour être respecté, il faut être respectable donc discret.

PS : Les macarons c'est et dans l'ordre Pierre Hermé, Ladurée, Fauchon et peut-être Dalloyau équivalent au kg et peu supérieur à une pâtisserie lambda... ou rien... !!
Je me moque de savoir si FH aime ou non les macarons, c'est un détail qui n'a rien à voir avec son mandat, mais son régime donc sa vie privée ! !

Véronique Raffeneau

Juste un mot sur le principe de la présomption d'innocence.

J'aime beaucoup la définition d'Antoine Garapon, un magistrat, qui la définit en premier comme un principe d'équilibre visant à contenir la violence du quatuor infernal Politique/Justice/Médias/Opinion publique.

Et puis, bien que banalisée à l'extrême de nos jours dans le débat public, la présomption d'innocence reste tout de même la pierre angulaire sur laquelle repose l'édifice de la justice pénale dans un Etat de droit, à savoir que, sans discussion possible, c'est à l'accusation de démontrer, d'apporter la preuve de l'incrimination.

Je suis ravie également de retrouver Laurent Dingli.

Véronique @ Jean-Dominique

@Jean-Dominique, notre JDR

Si vous lisez attentivement mon post où je raconte la séquence de la voiture du président Hollande à l'arrêt devant la pâtisserie de catégorie, selon ma perception, bling bling bohême, ce n'est absolument pas l'antienne riche/pauvre, bourgeois/peuple etc., thème qui en réalité m'indiffère: la richesse n'entre pas en ligne de compte dans ma perception des présidents de la République.

Ce qui m'a mis mal à l'aise c'est l'effet spontané, qui va de soi, presque naturel, du choix de cette pâtisserie de prestige, là où un macaron - et encore je ne peux même pas affirmer qu'il s'agissait de macarons - doit valoir X euros, du moins, si je me réfère au commentaire du journaliste mettant en avant le le caractère luxueux - genre adresse de référence ++++++++++ de la pâtisserie.

Voilà tout.

PS: souvenez-vous, au tout début du blog de Philippe, vous aviez critiqué les posts adressés à titre perso aux commentateurs, arguant du fait qu'écrire un commentaire c'est s'adresser à tous.
J'avais trouvé votre réaction justifiée et depuis, figurez-vous que si j'ai parfois j'ai été tentée de m'adresser perso à un commentateur, eh bien, le souvenir de la justesse et de la pertinence de votre réaction m'en a dissuadée.

Laurent Dingli

@ Jean-Dominique Reffait

J'aime bien que l'on doute avant de condamner. Est-ce un abus de la présomption d'innocence ? Je ne le pense pas.

Merci pour votre salut.

Jean-Dominique @ Laurent Dingli, Hameau dans les nuages, Dominique D et notre Véronique.

@Laurent Dingli

C'était effectivement une réponse indirecte concernant votre abus de la présomption d'innocence en matière politique. Il n'est en effet pas besoin, en démocratie, de même s'engager dans une procédure judiciaire pour porter une appréciation politique ou morale. Si l'affaire libyenne mérite un développement pénal, nous le verrons bien et la présomption d'innocence y sera alors de mise. Dans l'attente, le seul croisement d'informations provenant de sources bien différentes apporte au citoyen de quoi émettre une appréciation. Cette appréciation citoyenne n'envoie personne en prison mais elle permet d'exprimer des vérités, sans se mettre un boeuf sur la langue au nom d'une présomption d'innocence mal comprise et vite imposée pour interdire toute prise de position.

Cela s'applique à tous, socialistes y compris. Charles Hernu a démissionné après l'affaire du Rainbow Warrior sans qu'il ait été besoin d'obtenir un jugement de tribunal. Et c'était normal.

Je salue votre retour.

@Hameau dans les nuages

Pourquoi donc les socialistes se seraient-ils méfiés lors de la crise libyenne ? Comment auraient-ils su ce qui s'est tramé en coulisses entre le régime Sarkozy et Kadhafi ? On pense ce qu'on veut de la politique menée en Libye mais beaucoup de gens étaient alors de bonne foi. On ne peut pas toujours imaginer que nos dirigeants se compromettent systématiquement contre l'intérêt général, c'est une préoccupation que le sarkozysme n'est pas parvenu à nous rendre familière.

@DominiqueD.

Pardonnez-moi mais vous vous trompez. En 1997, la France accusait un retard considérable en matière d'internet. C'est Lionel Jospin, à l'été 97, qui a mis en marche une nouvelle politique industrielle très offensive (discours d'Hourtin) pour permettre au pays de rattraper ce retard, ce qui fut fait en 5 ans de façon étonnante et enthousiasmante sous la conduite de Jean-Noël Tronc, le conseiller de Jospin à Matignon pour les NTIC, comme on disait alors. La bulle internet a éclaté en 2000 et non en 2002 et ce fut une excellente chose que nous étions beaucoup alors à avoir largement prévu tant le délire était intense en terme financier dans ce secteur. Cet éclatement n'a eu aucune incidence sur le programme industriel du haut débit conduit par Jospin et a assaini un marché devenu dingue.
Cette démarche illustre parfaitement comment un gouvernement peut, s'il en a l'intuition, inverser les tendances économiques lourdes et c'est précisément ce qu'il faut souhaiter pour ce quinquennat.

@Véronique

Quelle drôle de réaction qu'être mal à l'aise quand François Hollande va acheter des pâtisseries dans un commerce chic. Voudriez-vous qu'il aille se fournir dans un supermarché discount ? Cela serait pour le coup de la fausse simplicité démagogique. Seriez-vous dans cette caricature qui exige qu'un homme de gauche soit un pauvre hère ? F. Hollande est un bourgeois, issu d'une famille aisée, tout comme le furent avant lui Jaurès ou Blum, comme Mitterrand, comme Jospin : c'est dans cette bourgeoisie qui a l'audace de penser contre elle-même que se recrutent les meilleurs à gauche. Ils savent ce qu'ils font et pourquoi ils le font.
La simplicité, c'est d'être proche et à l'aise avec tous, de ne pas se monter le col et de respecter profondément - c'est-à-dire intimement et sans calcul politicien - le peuple dont vous briguez les suffrages. La duplicité, c'est quand vous en appelez au peuple de France, que vous prétendez n'être pas le président des riches pour obtenir plus de 80% des voix chez les planqués fiscaux de Saint-Barth et Saint-Martin, ou plus de 90% chez les français de Wall Street, toutes catégories bien connues pour leur rébellion antisystème.

Jean-Paul Ledun

Retour à la maison.

Eh ben dites donc, il y a en un raffut ici.

J'ai quitté le France avec l'image du 8 mai apaisé. A lire votre billet et certains commentaires, le "respect" (mot très à la mode en ce moment) entre les troupes n'a pas tenu longtemps.
Cinéma ?

La polémique sur M. Ayrault est d'un grand ridicule. Etes-vous si sûr que l'UMP soit derrière cela ? Quel est son intérêt ?
Spontanément, j'ai plutôt vu une main malintentionnée de gauche derrière ce coup bas.

Ce qui m'inquiète vraiment, c'est que JM Ayrault sera le prochain Premier ministre du pays.
Qui plus est, en première ligne (comme promis !).
M. Ayrault : le fonctionnaire modèle, silencieux, doucereux et sans vagues. M. Ayrault et ses ronds de cuir sous les manches de sa veste. Encore un « normal » ? Non je ne le sens pas.

Vous commencez déjà à regretter votre vote hollandais Philippe, comme vous commencez à regretter F. Fillon, que vous aviez chassé un peu trop vite de son poste (remember...).


Philippe, sur le slogan de l'UMP vous êtes épidermique. Vraiment.
F. Hollande s'est servi de la même formulation en conclusion de je ne sais quel document.
Ceci dit, je ne l'aime pas non plus.
Face au sectarisme des caciques de gauche, l'UMP devrait donner une autre image d'elle. Comme Sarko le disait à la Mutualité...
D'autant plus que JF Copé fait une jolie bourde sur cette polémique : qu'il regarde les images de 2002, place de la Concorde, réélection de J. Chirac, il y trouvera les mêmes drapeaux (sauf celui de la CGT).

Sur le mensonge et sur le nucléaire, étant ces derniers jours sur les routes, j'ai dû apparemment manquer un épisode.
J'en suis resté á la proposition d'une unité nucléaire de dessalement d'eau de mer. Y a-t-il de nouveau éléments ?
A en lire M. Reffait, il y a déjà eu procès...

Sarko a menti. Quel scoop.
En voici un autre : ils mentent tous !

J'espère bien que FH tiendra parole. Mais elle ne suffira pas.
M. Mélenchon et ses quatre millions d'électeurs sont à l'affût.
Et puis il y a aussi M'me Joly, qui il y a encore quelques mois menaçait de ne pas participer à un gouvernement (C. Millau).
On croit rêver.
Hamon qui ronge son frein et Emmanuelli avec lui. J’en oublie.
C'est tout ce petit monde que FH doit mettre en ordre de travail. Sinon cela ne va pas le faire.

Pour la justice :
Philippe Bilger ou André Vallini.
Sinon rien !

anne-marie marson

@sylvain

Je suis d'accord avec l'observation des drapeaux arabes à la Bastille. J'ai remarqué aussi le changement d'ambiance au marché ce matin : de nombreuses femmes en niqab, ou voilées, venant au marché du centre ville, et l'une d'elles expliquant comment cuire le poisson à la tunisienne. Est-ce que c'est un changement de civilisation ? Enfin, si l'auteur de ce blog trouve cela correct, je voudrais dire ce que l'on a trouvé dans le bureau de vote où j'étais assesseur :
-au premier tour: un préservatif (dans son emballage),
- au deuxième tour: des graffiti pornos sur les bulletins de vote.
Certaines personnes ont des moyens d'expression limités, mais cette personne a voulu dire ce qu'elle pensait des élections et de la politique en général, approprié à la ville où nous vivons.

semtob

Cher Philippe,

Nous devons admettre que Monsieur Vallini a très bon goût. Les journalistes de Paris Match et de Vogue vont se ruer sur le Palais de justice pour connaître son entourage.
http://24heuresactu.com/2012/01/12/andre-vallini-une-miss-de-25-ans-comme-attachee-de-presse/
Les journalistes, seulement ? Certains se promènent des casseroles de premier choix.
françoise et karell semtob

LABOCA

Slimane,

A mon avis, vous faites trop de fixation sur Sarkozy, qui est déjà à terre.
Sarkozy n'est pas le nom des problèmes de la France. Soyez modéré.
Sarkozy parti, les gens ne seront pas plus heureux. Moi je viens de recevoir la facture du gaz et de l'électricité, elle est aussi élevée que sous le quinquennat de Sarkozy. Ma banque ne m'a pas parlé de baisse de taux d'intérêts pour les achats immobiliers, avec l'arrivée de Hollande. Mes cotisations aux URSSAF n'ont pas baissé depuis le 6 mai dernier.
Je le redis : le comportement de Sarkozy est une chose; la situation économique et sociale de la France en est une autre. Dans le mot "comportement", je mets aussi "corruption". Mais il faudra prouver que Sarkozy a été dans la corruption. Seul un juge pourra nous dire si Sarkozy a vécu dans la corruption. Moi, je n'accuse pas sans preuve. J'ai seulement l'intuition que Sarkozy a trafiqué avec Kadhafi. Mais c'est au juge de me conforter dans mon intuition.
Je le redis : Sarkozy est à terre. Il ne sert à rien de le fouetter en utilisant à son endroit des mots qui ne respectent pas la présomption d'innocence.

Colette G.

Le Prince Felipe d'Espagne, prétendant au trône d'Espagne, a épousé une journaliste politique un peu Chazal/Ferrari (mais politique) espagnole, divorcée et roturière. Elle aussi avant son mariage s'était largement étalée dans les journaux et TVE pour affirmer combien elle était attachée à son métier, qu'elle n'envisageait de quitter à aucun prix.
Ben voyons !
Après un couac, une sorte de crime de lèse-majesté le jour du mariage, elle avait fait attendre plus d'une heure tout le Gotha réuni, très largement commenté, depuis on n'en a plus jamais entendu parler, elle n'a plus jamais fait de journalisme, mis au monde deux ou trois enfants... et le protocole a été respecté.

Trierweiler piaffe "d'impatience", mais elle n'est pas une priorité pour la République et encore moins pour les Français.

Espagne monarchie constitutionnelle serait elle plus ferme sur son problème que ne le serait la France ! Dans un cas c'est une monarchie dans l'autre une République, raison de plus pour ne pas céder à cette dame Trierweiler.

Ce n'est que mon modeste avis !

DominiqueD.

Et alors ?

1997: Jospin a hérité en 1997 d'une situation extraordinaire : une croissance historique tirée par les nouvelles technologies. Et en conséquence, ses 5 ans se sont idéalement passés. Tellement bien qu'il continue à croire que cela est uniquement le fait de sa bonne gestion, qu'il invite à suivre, sans jamais mentionner qu'il a bénéficié de circonstances tout à fait exceptionnelles, qui ne doivent rien à ses qualités : une fantastique période de croissance économique qui a porté l'économie mondiale et qui s'est transformée à la fin en bulle économique.

2002: la droite a repris le pouvoir dans une période catastrophique : éclatement de la bulle Internet, 11 septembre, montée des prémisses en Irak, récession économique... Bref, encore une fois, la droite revenait au pouvoir dans une mauvaise période.

Tout cela pour dire que le fait que Hollande se retrouve en mauvaise passe ne me fait ni chaud, ni froid. Les rôles sont inversés (cf. précédemment). J'espère, au contre, que la gauche, qui fut en opposition systématique tout au long du quinquennat de Sarkozy, en profitera pour mettre de l'eau dans son vin, et comprendra que la politique doit plus laisser place aux compromis, face à une réalité pour laquelle il n'est plus temps de louvoyer.

PS: si la situation politique personnelle de Hollande ne me fait ni chaud, ni froid, celle de notre pays m'inquiète beaucoup plus.

Colette G.

V Trierweiler veut exister, c'est une certitude, parce que ce qu'elle veut modifier c'est tout simplement notre Constitution... Je trouve ce comportement un tantinet inapproprié, pour ne pas dire plus.

De quoi se mêle-t-elle, on ne lui a rien demandé, les Français selon la Constitution élisent un individu pas un couple, quant à cette formule de Première Dame que je trouve stupide, qu'elle l'ignore... elle est la partie de la vie privée de Hollande et ce quel que soit leur statut, la vie privée et intime des uns et des autres est sans intérêt.

Quant à comparer les propos d'un humoriste et ceux d'un journaliste même sportif, cela n'a -à mon avis- pas de sens.

V Trierweiler aurait mauvaise gràce à se plaindre des tweets la concernant, elle tweete beaucoup au quotidien, en toutes circonstances, et sur tous les sujets.. dans des termes pas du tout appropriés à ce qu'elle prétend être, la vulgarité/la grossièreté même dans un tweet reste vulgaire et grossier.

Beaucoup trop de temps a été consacré à cette dame qui joue avec la presse, elle fait tout pour qu'elle y soit présente, puis elle s'en plaint. Depuis une semaine, chaque jour nous sommes gavés des desiderata de cette dame. Pour ma part j'ai décidé de l'ignorer, elle ne m'intéresse pas.

J'aime à toujours répéter la même histoire, un grand chirurgien même très amoureux, très épris, n'entre pas en salle d'op avec sa dulcinée, elle est l'épouse d'un monsieur, chacun vaquant à ses occupations.

Franck Boizard

@ Christian C.

Guaino est mi-idiot mi-hypocrite. A mes yeux, il fait partie de cette fausse droite dont les idées font allégeance à la culture de gauche. Vous aurez compris que ce n'est pas mon conseiller préféré de N. Sarkozy.

Concernant le «rassembleur» de Gaulle :

En bon politicien qu'il était, il a utilisé la bonne vieille technique biblique, lisez le Nouveau Testament (1).

D'abord, on divise, on désigne les méchants, on les punit. Puis, une fois les ennemis réduits au silence, emprisonnés, exilés ou fusillés, on s'offre le luxe de jouer les grands rassembleurs.

De 1940 à 1945, les ennemis étaient les pétainistes, de 1960 à 1965, les partisans de l'Algérie française.

Dans chaque cas, on peut contester les choix des ennemis de de Gaulle, mais on ne peut nier qu'ils étaient français. Le grand homme n'a pas pourtant cherché à les «rassembler» (rassembler n'a évidemment de sens que s'adressant à ses ennemis, on n'a pas besoin de rassembler ses partisans), au contraire, il a cherché à envenimer l'opposition autant que possible.

Mais, en réalité, le «rassemblement», sans cesse invoqué, est un procédé rhétorique. Contrairement à l'authentique recherche d'un rassemblement, il s'adresse aux partisans déjà conquis pour les motiver, pour leur montrer à quel point ils sont bons et généreux, et que c'est l'autre, l'ennemi, l'affreux, qui est le diviseur.

Comprenez-moi bien : ce n'est pas une critique de de Gaulle. La division et le conflit sont l'essence même de la politique. Si on n'aime pas le conflit, on ne fait pas de politique.

L'un des premiers gestes du grand démocrate Churchill, arrivé premier ministre, a été de faire voter une loi pour emprisonner sans jugement ses adversaires (au pays de l'habeas corpus !).

En temps de paix, l'expression politique de la division est plus symbolique, mais elle est toujours présente.

D'ailleurs, la gauche ne s'y est pas trompée : tout en accusant «Sarkozy le diviseur», qu'a-t'elle fait, sinon diviser en désignant des mauvais Français (exilés, fiscaux, riches, patrons voyous, banquiers, etc.) et, d'une manière générale, tous les méchants qui trouvent qu'ils payent trop d'impôts (vilains égoïstes qui rejettent la Sainte Solidarité) ? Ca commence à faire du monde, probablement la moitié des Français.

Même si j'ai trouvé les attaques de la gauche dégueulasses car ad hominem (le voyou, le fou, le vulgaire, le nabot, etc.) -pour des gens qui prétendent incarner l'exemplarité, c'est coquet -, mon plus gros reproche va à la droite qui s'est laissée faire.

**************
(1) : Matthieu 10.34. Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée.
35 Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère;
36 et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison.

Colette G.

11.16 Franck Boizard

Merci de votre précision, je n'avais manifestement pas saisi votre dérision.

Christian C

M. Rahmouni Slimane,

Lorsque Stéphane Guillon et Didier Porte ont été "sortis" de France Inter, le motif officiel de cette sortie était un "réaménagement de grille", ce qui n'a trompé personne. En effet, même si le contenu de quelques chroniques, de l'un comme de l'autre, n'étaient pas du meilleur goût, Philippe Val a eu du mal à faire oublier la phrase prononcée dans une interview de presse écrite, phrase de la teneur approximative suivante: "l'actionnaire (entendez Nicolas Sarkozy) n'est pas très bien traité par la station."

Pour ce que j'en sais, les contrats de SG et DP ont été requalifiés par les prud'hommes en CDI, notamment pour Porte qui avait onze ans d'antenne ininterrompue.

Les délais d'appel ne sont pas échus en ce qui les concerne.

Cela dit, la "licence" autorisée à un "humoriste" ne peut être comparée à la retenue dont doit faire preuve un journaliste, fût-il sportif.

Véronique Raffeneau et Catherine Jacob,

Je tiens à vous faire part de mon respect et de mon estime; j'ai trouvé vos analyses de la situation et des péripéties vécues par Mme Trierweiler un peu hâtivement critiques, ce qui a entraîné ma réaction.

Rahmouni Slimane

En passant.
Monsieur Hollande est président de la République, Monsieur Copé celui de l'UMP.
La question serait de quel droit et à quel titre Monsieur Copé peut-il intervenir dans la politique étrangère de la France ?
A t-il réagi sur la Grèce ou l'Espagne avec la même niaque ?
Quand bien même Monsieur Hollande aurait envoyé Monsieur Rocard en Iran, n'a t-il pas le droit d'envisager une approche différente de celle imposée par l'ex-Leader ?
Mon petit doigt me dit que des tabous sont en train de tomber. Monsieur Hollande veut une France responsable et meneuse. Je salue l'initiative, bien que profondément hostile à l'Iran pour des raisons idéologiques.

Rocard : Hollande doit s'expliquer (Copé)

Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, a condamné aujourd'hui le déplacement de l'ancien Premier ministre Michel Rocard en Iran, révélé vendredi par Le Figaro, et demandé au président élu, François Hollande, "d'expliquer aux Français quelle politique il entend mener vis-à-vis de l'Iran".

"Soit il s'agit d'une initiative purement personnelle. Elle traduit alors déjà l'absence d'autorité du président élu sur sa majorité", indique Copé dans un communiqué. "Soit François Hollande était informé de ce déplacement qui constitue une forme de diplomatie parallèle et de recours aux petites officines", poursuit-il. Dans ce cas, le responsable UMP "condamne fermement cette initiative", "la politique de la main tendue envers Téhéran" n'ayant "jamais apporté le moindre résultat".

Selon lui, "avant même sa prise de fonction, François Hollande envoie un double message négatif. Il incite le régime des mollahs à poursuivre ses manoeuvres dilatoires tout en poursuivant son programme nucléaire. Par cette initiative unilatérale, il rompt une solidarité européenne exemplaire jusqu'alors".

François Hollande s'est désolidarisé samedi de l'"initiative personnelle" de Michel Rocard, qui, selon l'entourage chargé de la diplomatie du président élu, "n'est porteur d'aucun message, ni investi d'aucune mission".

Pour le socialiste Vincent Peillon, interrogé dimanche sur Radio J, il s'agit d'"une initiative personnelle", qui "ne relève pas de la vie politique française et encore moins du nouveau président de la République"

Rahmouni Slimane

@Christian

Bonjour Monsieur,
J'aimerais connaitre ce qui a été dit quand Monsieur Guillon humoriste de son état a été viré séance tenante d'une radio réputée, pour "dépassement des normes". Nous ne pouvons pas l'accuser de partialité, vu qu'il massacrait de la même façon et sans distinction de sexe, de rang ou de sensibilité politique celles et ceux qui avaient le malheur de faire l'objet de ses billets.
Les prud'hommes lui ayant donné raison depuis, je n'ai pas entendu beaucoup de gens s'offusquer de cette mise à la porte totalement injustifiée contrairement à celle de ce journaliste sportif.
Connu pour être un anti Sarkozy de la pire espèce, je ne m'en suis jamais pris à sa femme qui pourtant offrait matière à tricoter.
Ce journaliste a, à travers le comportement partisan de son tweet, porté atteinte de façon insultante à la compagne de celui qui est devenu notre nouveau président et justement pour cette raison précise.
Je suis presque sûr qu'aucune circonstance atténuante ne peut être accordée à un vieux macho coincé amateur de guiboles bien viriles et de bières. Si à son âge on n'apprend pas à se tenir et qu'en plus on utilise un média à grande diffusion pour insulter de façon sexiste et humiliante une femme, qui plus est se trouve être la compagne de notre président, vers quoi courons-nous alors ?
Imaginons que ce charmant vieux bouc s'en soit pris en des termes tout aussi glamour à Bertrand Delanoë qui affiche clairement son homosexualité et qui aurait été pressenti à occuper une responsabilité gouvernementale. Quel tollé cela aurait-il soulevé !
Si ce journaleux qui n'assume pas ses penchants est licencié pour machisme, cette sanction serait alors largement méritée et justifiée.
Je déteste les bourrins et plus encore celles qui leur trouvent de l'élégance dans le verbe.
Cordialement.

Clafoutis

"«Il faut inventer la fonction et peut-être inventer une nouvelle expression que celle de première dame» aurait confié au quotidien britannique Times, Mme Trierweiler"
.....
"Réinventer une fonction qui n'existe pas et à laquelle ne sont donc rattachées en tant que telle aucune espèce d'émoluments, me paraît relever d'une totale absurdité "
.....
Catherine JACOB@Christian C | 13 mai 2012 à 11:48

Un peu de logique SVP :
- Mme T. dit (d'après vous) qu'il faut "inventer" la fonction. C'est donc bien qu'elle constate que cette fonction n'existe pas actuellement, et qu'elle le regrette - et souhaite qu'on y mette fin en l'inventant.
- Or vous lui imputez à charge qu'elle veut "réinventer la fonction", ce qui est stupide puisqu'elle "n'existe pas." En effet, si elle avait dit vouloir réinventer la fonction, ce serait une stupidité car on ne peut, bien sûr, REinventer que ce qui existe déjà.

Mais justement, c'est ce qu'elle n'a pas dit...

A trop vouloir prouver...
Seriez-vous de parti pris ?
Vos billets précédents ne l'avaient pas laissé transparaître.

Véronique Raffeneau

@ Christian

Quelques mots pour conclure sur ce sujet, hors sujet du billet.

Je redis : le tweet de P. Salviac est parfaitement vulgaire, blessant et grossier.

Maintenant oui, la Justice seule est en mesure de trancher quant à son aspect injurieux (injure publique) et/ ou diffamatoire (diffamation publique) :

http://www.e-juristes.org/l-injure-et-la-diffamation/

Je n'ai pas écrit que la direction de RTL ne devait pas sanctionner, voire licencier P. Salviac - exemple, pour faute lourde, en faisant valoir par exemple le contrat qui lie le journaliste à RTL -, j'ai écrit que le procédé employé pour lui signifier son licenciement était brutal.

Quant au dîner d'anniversaire de Julien Dray, inconséquence politique, oui.

Enfin, non, en aucun cas, je ne peux être votre conscience ou la conscience en droit parmi les commentateurs du blog de Philippe.

Les quelques rudiments en cette matière que j'ai appris, je les dois à la lecture régulière depuis des années du blog d'Eolas et de quelques livres qui m'ont permis d'approfondir certains thèmes judiciaires qui me tiennent à coeur.

sbriglia est dix mille fois plus fiable et plus crédible que moi.

Colette G.

Véronique 11.36

Je n'ai pas vu ce passage (je ne chercherai pas à le voir), je zappe assez spontanément ce genre "d'info politique vitale"... vision télévisuelle de "la nature a horreur du vide"... Le comble a été atteint le soir où Hollande quittait Tulle de nuit en voiture sous la pluie, poursuivi par des reporters à moto, qui ne cessaient de nous informer "qu'ils ne voyaient rien..." !!

Que les gens ne viennent pas ensuite se plaindre de ne pas être correctement informés, et en temps réel !

Fabius nommé PM avait fait un peu la même chose : un dimanche matin, devant micros et caméras, il était sorti de son appartement rue Soufflot en charentaises acheter des croissants... "Quel bon mari,quel bon père, il nous ressemble tellement... il allait sans nul doute faire un excellent PM... !!"

... pour avouer quelques années plus tard qu'il n'allait jamais acheter de croissants !

C'était le tout début du storytelling, le conte de fées de la com' !

Christian C

Catherine Jacob,

Votre vision de la publicité donnée à un propos m’apparaît quelque peu pharisienne.

En somme, vous rédigez une chronique judiciaire, vous élevant contre la condamnation du coupable (Salviac) et le comportement de la victime (Valérie Trierweiler), mais surtout sans qualifier le délit, ni l’auteur.

Véronique Raffeneau,

Vous êtes notre conscience en matière de droit. A ce titre, apparemment, vous vous élevez contre une mesure de licenciement qui n’aurait pas respecté les formes et les règles. Sans doute êtes-vous, comme Catherine Jacob semble l’être de tous les comportements de Valérie Trierweiler qu’elle incrimine, au fait de la nature du contrat qui liait Pierre Salviac à RTL ? Pigiste ? Contractuel ? Mais quand bien même RTL aurait, ce qui n’est pas démontré, outrepassé ses prérogatives, au regard du Code du travail, que tentez-vous de démontrer vis-à-vis de celle qui visiblement focalise votre animosité ?

Je rends hommage, tant à Catherine Jacob qu’à vous, à votre empathie pour le mode d’expression de Pierre Salviac ; chacun ses goûts.

Mais s’agissant de deux commentatrices ô combien chatouilleuses -à juste titre- sur la question du respect des règles de droit que vous êtes, il me semble que vous vous trompez toutes deux d’adversaire, comme si par je ne sais quel tour de magie Mme Trierweiler s’était rendue coupable de je ne sais quel méfait. Si l’une ou l’autre veut bien m’informer duquel ?

Je note avec intérêt que dans le milieu des people, journalistes, politiques ou autres, on assiste régulièrement à des « dîners ou déjeuners qui rassemblent tous les jours que Dieu fait le tout politico-médiatique du moment, et où ce genre de propos parfaitement vulgaires, blessants et grossiers relèvent dans cette sphère de l’ordinaire et de l’habituel ». On sent dans votre propos une certaine frustration à ne pas y être admise.

Mais il faut vous reconnaître ce mérite de prendre une position tranchée en faveur de l’inconséquence de Julien Dray. Qui peut voir en effet la moindre maladresse ou mauvaise intention dans un geste d’amitié innocent (mais soigneusement tu aux autres invités), qui consiste à convier à sa soirée d’anniversaire le candidat à la présidence de la République et sa compagne pour les y mettre en présence du repoussoir électoral de l’UMP depuis un an, lequel repoussoir est en cours d’instruction sous l’inculpation de proxénétisme aggravé ?

Quel machiavélisme ! Parfois, je me demande si je ne devrais pas aller à confesse.

Je qualifiais la position de Catherine Jacob de très pharisienne.

Mais la vôtre ?

calamity jane

Une histoire belge ! ou bien suisse !
La Madame supposée être concernée par le tweet du gentil matcho qui officie à la radio télé luxembourg pratique le tweet et a avisé ses "fol-avers" de la joie qui était la sienne d'être la compagne du nouvellement élu président de la République.
C'est à elle de mesurer le champ de ses possibles sur "petit oiseau porte encore ce message" sans cela elle devient irresponsable.

Véronique Raffeneau

Juste quelques mots adressés à Catherine J. pour lui dire que j'ai particulièrement apprécié le développement de sa réponse à Christian, qui ouvre plein de chemins de réflexion.

Et aussi, je voudrais ajouter qu'une procédure de licenciement, de la part de l'employeur, ce sont des formes et des règles à respecter.

En l’occurrence, là, le procédé est brutal.

Comme Catherine, je crois que la direction de RTL a pris le parti prioritairement de complaire à toute vitesse, sans perdre un quart de seconde, à l'autorité.

Je pense que l'aspect public de Twitter a été sous-estimé par P. Salviac, qu'il a confondu avec les dîners ou déjeuners parisiens - mais privés, ce qui fait à mon sens toute la différence -, dîners ou déjeuners qui rassemblent tous les jours que Dieu fait le tout politico-médiatique du moment, et où ce genre de propos parfaitement vulgaires, blessants et grossiers relèvent dans cette sphère de l’ordinaire et de l’habituel.

Comme le dit Catherine, normalement, il reviendrait d'abord à la Justice de se prononcer sur l'aspect injurieux et/ou diffamatoire du tweet en question.

Concernant le dîner d'anniversaire de Julien Dray, on peut quand même très difficilement sanctionner quelqu'un en raison de ses amitiés.

Maintenant, si je peux comprendre la fureur de Mme Trierweiler quant aux conséquences potentielles, à mon avis minimes, mais bon, de l'inconséquence politique de ce dîner, je suis plus interrogative et indignée par E. Valls et P. Moscovici reniant leur amitié pour DSK, que par la colère de VT.

@ Philippe

Je suis désolée au regard des sujets du billet de me cantonner depuis ce matin dans la rubrique parisienne, genre parisianisme.

Cependant, j'ai trouvé la réponse de Catherine remarquable.

Gérard LALLEMANT

@Catherine JACOB

Bonjour,
Bravo et pas mieux.
Simplement, à croire que les nouveaux tenants de la morale politique, qui sont socialistes bien évidemment, ont subitement découvert que DSK était un partouzeur seulement après l'épisode du Sofitel. Qui peut le croire ? Néanmoins du temps où ce dernier était l'homme providence de ce parti je n'ai entendu aucun des éléphants venir dire clairement que l'intéressé était d'une moralité douteuse et que son ami belge Dodo la Saumure allait forcément lui faire de l'ombre. Finalement, Julien Dray n'avait vraiment rien à faire à cette réception des faux culs. Au moins aura-t-il été fidèle à ses amitiés ce qui n'est pas le cas de tous. Quant à François Hollande, j'espère qu'il peut au moins avoir accès à la télécommande pour choisir le programme télé du soir.

Boris

A la lecture de ce blog, il apparaît clairement que personne ne sait rien, que tous aimeraient bien savoir. FH ne mérite à mon sens ni l'excès d'honneur, ni l'indignité. L'essentiel, c'est qu'il ait actuellement dans sa besace la qualité que Napoléon exigeait lorsqu'il nommait ses maréchaux: la chance.

Catherine JACOB@Christian C

@Christian C | 13 mai 2012 à 13:29

Il ne vous a pas échappé, je pense, que contrairement à vous je me suis abstenue de reproduire les propos incriminés de façon à ne pas leur donner davantage de publicité !!

Christian C

Catherine Jacob,

votre démonstration, si c'en est une, ne me convainc pas.

L'illustration centrée sur le tweet de Pierre Salviac en particulier ne serait recevable que si FH ou sa compagne avaient demandé à la direction de RTL son licenciement, ce qui est loin d'être avéré.

Mais, fussé-je le patron de RTL que j'aurais demandé à Salviac, qui a toujours, certes, brillé par son sens de la nuance, de ne plus représenter la station.

“A toutes mes consoeurs, baisez utile, vous avez une chance de vous retrouver première Dame de France".

Que cette apostrophe concernât Mme Trierweiler, Carla Bruni, Catherine Jacob ou Simone Veil (choix résultant du hasard), je n'aimerais pas qu'un journaliste de ma rédaction s'exprimât publiquement en ces termes.

Je vous rassure, il m'arrive, après lecture de certains commentaires de ce blog notamment, de proférer des insanités nettement moins audibles que celle de Salviac, mais elles restent confinées à mon boudoir (le mot n'est pas adapté, mais je le trouve joli: endroit où l'on boude).

Clafoutis

Monsieur Bilger :
"Le Figaro, en se léchant les pages" !
Révérence parlée, c'est "dégueulasse" !

Rappelez-vous Desproges : "en achetant Le Figaro, vous avez l'essentiel de l'oeuvre de Jean-Paul Sartre : à la fois la nausée et les mains sales."

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS