« François Hollande fait des histoires | Accueil | Des ministres de choix »

29 juillet 2012

Commentaires

Mary Preud'homme @ J-Y Archer

De quel être déchu s'agit-il ou de quelle déchéance ? Alors que le fait d'être sélectionné et de participer aux jeux olympiques, même sans victoire assurée à la clé, reste un grand honneur pour tout sportif digne de ce nom.

Jean-Yves Archer

Le lecteur lambda en vient à se demander si ce billet précis ne cache pas un corridor, digne de ceux du Louvre, sur le nécessaire cœfficient d'acceptation de la vie postdéfaite... On peut craindre, et parier un verre d'eau, que l'être déchu ne se croie irremplaçable comme l'a dévoilé la jolie plume de Clemenceau.

Alex paulista

En France il ne faut pas être exceptionnel. Si une personne brille trop il faut qu'elle fasse amende honorable, qu'elle mette en exergue le travail, les sacrifices consentis.
Car la plèbe l'attend au tournant. Un shooting, une réponse aux sollicitations médiatiques, une pub, et si la performance baisse un peu le quidam juge, lui qui sait tout du haut niveau, en projetant ses valeurs de laborieux.

Lentement mais sûrement
Jours après jours mine de rien
Comme tant d'autres avant nous
Sournoisement on rejoint
Le clan des chiens battus
Qui se disent qu'il est plus sûr
D'avancer en rasant les murs

Tue-Loup:
http://www.youtube.com/watch?v=HDP1fSROMJA

Mary Preud'homme

L'or Manaudou n'a pas fini de briller contrairement à ce que je lisais plus avant.

RF à Mary Preud'homme

Détendez-vous, Mary, on ne peut plus rire un peu ?

A 25 ans, LM a un palmarès très impressionnant, mais elle n'est pas fichue (heureusement d'ailleurs !). A 25 ans, on a encore tout l'avenir devant soi.

Il faut juste qu'elle prenne du recul par rapport à la compétition, qui ne lui réussira plus forcément comme avant. C'était le sens de mon jeu de mot.

Vous le savez bien, dans une vie les meilleures choses n'ont qu'un temps, et surtout en sport. Quand la vie nous réussit, il faut saisir pleinement ces instants de bonheur. C'était le sens de mon "carpe diem" introductif.

Mary Preud'homme

A en juger par les commentaires étriqués et mesquins des deux derniers intervenants et de quelques autres, l'esprit de Coubertin n'est manifestement pas leur fait.

RF

Carpe diem.

Il faut se rendre à l'évidence : l'or Manaudou a fini de briller.

polochon

Avec un peu de retard et après sa dernière course ratée, je ne suis pas loin de penser que le retour de Laure Manaudou n'était qu'un moyen de prolonger la manne publicitaire.

Mary Preud'homme

Après avoir été l'une des plus grandes et montré le chemin, Laure Manaudou (selon l'esprit olympique) s'est contentée de participer. Ce qui est rappelons-le l'essentiel.
Merveilleuse et courageuse Laure restée fair-play jusqu'au bout.
Et quelle belle leçon de cette ex-championne pour tous les sportifs authentiques que ne peuvent évidemment pas comprendre les innombrables beaufs assis sur leur Q et qui ne pensent qu'à "déniaiser" (selon une expression de feu Jacques Brel).

HT

Les médias français sont incorrigibles : après avoir peopolisé Manoudou, il s'y remettent aujourd'hui avec Yannick Agnel. Voyons leurs titres : « La terreur olympique » - « mais où s'arrêtera le squale ? » Le pauvre est déjà cuit.

Poil à gratter chez Pic de la Mirandole

Ce qui transparaît derrière le miroir d'une ancienne étoile qui cherche vainement la belle image d'avant, hélas bien abîmée, c'est que simplement elle a vieilli, elle s'est trompée, elle n'est plus la même ... elle est devenue laide.
Offrons-lui le CD de la chanson de Charlot, qui peine à décrocher aussi ... "Il faut savoi-oi-oir"

Alex paulista

@ Tipaza

"C’est l’échec assuré de Manaudou à Flessel."

Pour Flessel, vous y allez un peu vite. En escrime tout va très vite et il est très difficile d'être régulier.

Rien n'était écrit de l'échec de Flessel, et il faut quand même prendre certaines précautions avant de dénigrer les sportifs dès qu'ils arrêtent de gagner.

Tipaza

« Être après avoir été » erreur profonde de ceux qui ont été sous les projecteurs des médias, sportifs, mais pas seulement.
« Plus vite, plus loin, plus haut, « la devise des JO porte en elle la confrontation avec les autres. En cela L.M. qui déclare pour relativiser sa défaite s’être fait plaisir, a tort. On ne se fait pas plaisir dans une compétition, on cherche à vaincre, ou alors on s’est trompé sur le sens de la compétition.
C’ est qu’avec l’âge la confrontation n’est plus avec les autres mais avec soi-même, celui qu’on devient quand le temps passe. Elle peut aboutir à la sagesse ou à l’aigreur, à la détermination ou au renoncement.
Vouloir prolonger la confrontation avec les autres pour éviter la confrontation avec soi-même, vieux syndrome de Peter Pan de l’éternel adolescent refusant de vieillir. C’est l’échec assuré de Manaudou à Flessel.
Un come-back ne peut réussir que si la maturation de la personne lui permet d’affronter une autre situation face à d’autres individus .
Au fond, ce n’est pas un vrai come-back, puisque les circonstances et la personne ne sont plus les mêmes. !!!

bob

Sans les guillements, allons-y gaiement dans la laideur : pipolisation ?

Alex paulista

@ Boris

Dans les retours fracassants, vous avez oublié celui de David Douillet.

Quant à redistribuer les primes des footeux aux champions olympiques, quelle idée !
Vous voulez nous les pourrir ou quoi ?

calamity jane

C'est vrai, scotchons-nous à des affaires
plus importantes : 42% des français ne
partent pas en vacances, 60% regardent
"Plus belle la vie" chaque soir, et près
de 80% ne savent même plus ce qu'est le
sens de l'effort et le même pourcentage
voudrait reécrire l'Histoire de son pays
pour oublier la Rafle du Vélodrome d'Hiver !
Mais W. Churchill se plaisait à dire "no
sport".
Inutile de venir me la raconter avec les
salaires des sportifs et donc leur comportement à la "moins je me fatigue mieux je
me porte"... si on aime le sport on est
au courant.

Alex paulista

Pas d'accord avec notre hôte sur toute la ligne.

LM a donné le max, a fait le temps nécessaire pour se qualifier, donc il n'y a rien à dire. Et ce n'est pas parce qu'elle fait un commentaire réaliste après son échec qu'elle ne bout pas intérieurement.

Le fait est que ce sport a beaucoup évolué en quatre ans. Regardez Alain Bernard, Michael Phelps... Coralie Balmy était au top, puis Muffat s'est imposée.
Les records ont beaucoup évolué aussi. Dans ce contexte, la pause de LM a rendu les choses difficiles. Si elle avait eu un an de plus pour préparer ces jeux, peut-être en aurait-il été autrement.

Je ne suis pas d'accord avec notre hôte quand il estime que l'intime est néfaste dans la relation avec l'entraîneur.
Je pense au contraire que les femmes fonctionnent beaucoup plus à l'affectif, notamment pour dépasser leurs limites physiques.

Je suis persuadé que LM et PL avaient une relation intime (bien que non ambiguë). Mais LM était très jeune, et ce mode de fonctionnement était adapté à une gamine, pas une femme.

Être dur et être intime ne s'opposent pas, bien au contraire !

Revenons donc à l'essentiel:
« Tu vas chez les femmes ? N’oublie pas le fouet ! »

celui qui maugrée

Ah du pain et des jeux rien de tel pour nos braves plébéiens...
Vu l'état de nos chers joueurs français ou prétendus tels on ne peut reproduire l'effet 1998 alors il faut bien se rabatre sur autre chose.

Ayant eu l'occasion dans mes jeunes années de croiser les sport études potentiels sportifs de haut niveau je ne serai jamais admiratif. Rares, trop rares étaient ceux qui alliaient tête et jambes.

Je crains hélas qu'il n'y ait des priorités plus importantes que tout cela non ?...

Hermione

@ Pietri S | 30 juillet 2012 à 08:58 :"(...)MJ Perec est oubliée, on se souvient d'elle lorsqu'elle apparaît à l'écran, elle est désormais une championne du passé ! Ce sont les champions et championnes de l'instant qui plaisent..."

Comme vous avez raison, ainsi en va-t-il de Juvénal, Aristophane, Cicéron et Plutarque dont les exploits en quatre sans barreur ne font plus rêver personne.

D'ailleurs, il faudrait peut-être s'interroger collectivement sur la bizarrerie qui frappe notre pays qui réserve les noms de nos rues aux seuls sportifs plutôt qu'à des personnes ayant apporté leur industrie ou leur science à notre société. Mais quelle médaille avait donc pu remporter ce "Daguesseau", ce "Tronchet", ce "Portalis", et le plus ridicule de ces patronymes, ce "Malleville" ?

Savonarole

Manaudou, on en a pour 30 ans. Comme Johnny ou Loana, ils restent scotchés à l'actualité alors que leurs exploits datent d'un autre âge et qu'ils sont cuits, archi-cuits et totalement démonétisés.
Lorsqu'elle sera vieille le soir à la chandelle, dévidant et filant, elle nous écrira ses mémoires : "Passez-moi le bassin".

sbriglia

De Dominique Aury à Laure Manaudou ou du papillon à la brasse coulée...

Pietri S

Achille a raison, tout le monde connaît Laure Manaudou, mais on s'en souvient lorsqu'elle réapparaît, et de suite on se souvient de la championne et aussi des frasques de sa vie privée, actuellement on l'évoque lorsque son compagnon gagne... D'ici quelques années, on l'aura oubliée, qui se souvient encore de Christine Caron, et tellement d'autres championnes, adulées, puis totalement oubliées... Une championne pousse la suivante, Laure Manaudou appartient déjà au passé.
MJ Perec est oubliée, on se souvient d'elle lorsqu'elle apparaît à l'écran, elle est désormais une championne du passé ! Ce sont les champions et championnes de l'instant qui plaisent...

Pietri S

C'est Camille Lacourt, dont la compagne attend une petite fille, qui a résumé toute la vanité qui peut quelquefois accompagner le sport et dont Laure Manaudou aura été l'égérie consentante, en disant qu'il y avait des choses plus importantes dans la vie que la natation, qui n'était qu'un passage dans une vie.
Camille Lacourt n'est pas seulement très beau gosse, excellent nageur et champion, il est aussi un homme d'honneur.

calamity jane

D'accord avec Robert.
Entendu le commentateur du cyclisme féminin sur route insister pour dire "qu'il se jouait la carte jeune" pour nous signifier l'absence de Jeannie Longo... on avait compris ! mais là point de médaille.
Etonnant non ?

Stalen IIlitch GUEVARA

Notre Hermine touche à tout, se coule fort bien dans une actualité qui a le mérite de nous mettre à portée et face à un mal bien français :
L’éternité inusable des destins et des ego contrariés mais inébranlables dans l’espace français …

A commencer par le marigot politique dont les propriétaires cumulent, dissimulent, engrangent et ne lâchent jamais … Ainsi Mythe-errant-jouisseur-profiteur (50 ans de persistance), Chirac fainéant prévaricateur (45 ans), Bayrou l’obtus débagouleur increvable, Ségolène la mèèèèèère abandonnée, trahie, humiliée mais qui bouge toujours, veut son dû et exister par n’importe quel artifice, Aubry la broyeuse du vrai travail qui enrichit sans subvention, Rocard le glapisseur incontinent, Fabius l’exo d’ISF … on a même eu Arlette l’inusable adulée par les journaleux bobo caviar… En France la politique c’est à vie … Il faudra sûrement encore une loi bancale inspirée par le tout jeune premier Jospin assisté par la sautillante f… m… Bachelot, pour en finir et recommencer autrement.

Dans le même temps on range au dépotoir des entreprises les seniors pleins de savoirs, dès l’âge de 50 ans, se privant de leurs connaissances et de leur expérience.
Dans le même temps, en écho, on accueille à grands frais pour nos comptes sociaux des migrants gourmands et envieux de nos conforts et droits sociaux, sans contrepartie, si ce n’est la stigmatisation de leur supposée misère … chez nous et à cause de nous bien sûr …

La vedette du billet, la pauvre cendrillon Laure Manaudou, caricature pitoyable, nous plonge fort à propos dans cet état d’esprit franchouillard.
Pour résumer … un joli bijou étincelant entre les mains d’un orfèvre (PL) pur et dur, deux mots tabous ,bijou devenu nunuche pacotille esclavagée entre les mains de jouisseurs profiteurs et cupides …Paye-t-elle ses impôts en France ? ? ? Là! on est bien dans le tempo!

Les assidus du bon sens disent … comme on fait son lit on se couche …

Elle a quitté la route de l’excellence et de l’effort pour … la facilité et les félicités de la flagornerie, du stupre et de l’impudeur étalée… les sirènes grecques des îles perdues. Maintenant elle veut se refaire une sorte de virginité ridicule et de mauvais goût après ses mièvres exhibitions salaces. Elle est certainement adulée comme icône sur la planète bobo décadente, mais elle n’est pas une référence pour celles et ceux qui ont une saine idée du sport et de ses grands espaces : école unique de l’effort, du dépassement, du respect de soi et des autres. Ayons dans la foulée une pensée de déconvenue misérable pour les singes du camion à la sauce Domenech Blanc.

Ces ataviques pratiques franchouillardes existent et persistent avec la complicité et l'entretien besogneux des journaleux grands pratiquants et profiteurs du système pensée unique à l’affût du buzz …
Le meilleur spécimen c'est JFK le gueulard hystérique qui avait réussi un montage attrape gogo pour créer SON journal « L’événement du jeudi » qui a mal fini.
Il recommence avec le même culot la farce « Marianne » , se permet impunément de traiter Sarkozy, président élu en exercice de « voyou », avec l’art volubile de parler de tout et de rien du tout.
Débarqué, il s’accroche et trouve toujours des complices journaleux qui l’invitent à déverser sa logorrhée radoteuse et hargneuse.Il avait excusé son pote DSK, ramenant à un simple troussage de soubrette les assauts sur-hormonés sur une femme de chambre noire de DSK, à l’époque président déjà désigné par la mafia journaleuse française… Que font les féministes et SOS-TOUTES–LES-RACES–EN-FRANCE (sauf blanche) pour la bonne tenue des postures et des impostures de leurs oukases.

Il n’y a bien qu’en France qu’existe une telle nomenklatura d’oligarques des cinq pouvoirs, et qu’elle continue à jouir sans fin, sans risque mais et dans une joie provocatrice de ses privilèges et de ses prébendes …

Boris

@ Catherine Jacob

Oui, c'était épatant. On devrait refiler aux médaillé(e)s olympiques les primes de l'équipe de France de foot. De toute façon, aucun des joueurs n'en a vraiment besoin...

Catherine JACOB

Tout le monde n'est pas Laura Flessel !
Exit donc LM et bravo à Camille Muffat qui offre l'or à la France sur 400 m nage libre !

Robert

Entre sa vie de forçat de l'entraînement et sa vie de femme, elle a un temps préféré cette dernière, au détriment de ses performances.
Depuis elle a repris l'entraînement. Et, même si elle n'a pas réussi dans les séries de qualification pour la finale des JO, elle avait passé le barrage des qualifications pour les JO, ce qui en soi est une performance non négligeable.

Malgré tout, j'en arrive à préférer cette femme "athlète de haut niveau" me semblant avoir acquis une vraie maturité à l'automate de ses plus grands titres.

Boris

Les come back ne sont quand même pas si rares en sport (Mohamed Ali, Zidane, Armstrong, Schumacher…). S’ils sont rarement aussi lamentables que celui de Borg, dont le retour en 1991 ressemble à un aphorisme de Cioran, ils ne marchent que si la solution de continuité est courte. En politique, évidemment, il n’en va pas forcément de même : voir Mon général en 58 et Mitterrand après l’attentat de l’Observatoire. Je rappelle aussi que Churchill, auteur de plusieurs come back spectaculaires (après les Dardanelles, en mai 40, puis en 1951), avait comme devise : « No Sport ! » et prenait son premier whisky-soda vers neuf heures du matin. Si l’interdiction du tabac dans les lieux publics avait été en vigueur à cette époque, c’est le gauleiter de Londres qui célébrerait les JO : Coubertin en aurait-il été si fâché ?

Comme vous voyez, je suis perdu pour le sport. Ce qui n’est pas le cas de Laure Manaudou, à qui il reste quand même le 200 mètres dos. Ni de Vinokourov, qui se retire en pleine gloire.

Achille

Bonjour Philippe Bilger,

« On comprend le ressort de ces destinées lassées soudain par une forme d'anonymat et désireuses de voir à nouveau la lumière se projeter sur elles. Il faut un courage inouï pour accepter l'ombre après avoir brillé, pour ne pas regretter l'éclat quand la quotidienneté ordinaire est votre lot. »

Il est des domaines où on ne peut pas être après avoir été. Le sport de haut niveau en fait partie. L’âge est là pour nous dire que le corps ne suit pas et l’entraînement ne fait rien à l’affaire.
Son come back annoncé à grand renfort de louanges par les médias a bien essayé de nous faire rêver à une renaissance. La réalité, hélas, est bien moins poétique.

Doit-on pour cela dire que cette championne est retournée dans l’anonymat ? Certes non. Qui ne connaît pas Laure Manaudou, en France ? A mon avis personne. Ses titres restent là pour nous prouver qu’elle a été une immense championne.

On peut seulement regretter que sa vie privée ait, à un moment où elle était au sommet de sa gloire, pris le pas sur ses performances au point de voir sur internet des images peu flatteuses. Honte à ceux qui les ont fait circuler.

Pour ma part je préfère garder les souvenirs de la petite sirène des J.O. d’Athènes.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS