« Prendre la peine | Accueil | Le Jouyet du président Hollande »

09 juillet 2012

Commentaires

Jean-François Escourrou

Merci pour cet article qui, pour le moins, se veut objectif et sincère. Au-delà des clivages politiques, je pense que nous pouvons saluer de façon unanime la franchise et le courage de Maryse Joissains-Masini.

CIXI-HELENE


Un juge qui juge avec mansuétude sur la forme et non sur le fond l'ex-députée (depuis peu), toujours maire (plus pour longtemps), Maryse Joissains qui excelle dans la manipulation par la victimisation pour masquer les nombreuses casseroles qu'elle traîne, est des plus louches...

Je vous espère en bonne voie de recouvrer la vue...

mina

Je connais la famille Joissains depuis 1977, date de la première campagne de son mari... campagne de caniveau, où des tracts immondes ont été diffusés contre son adversaire socialiste... c'était une première à Aix... la vulgarité s'invitait aux élections... elle avait même baptisé son chien du prénom de son adversaire politique pour avoir le plaisir disait-elle de crier son nom en lui donnant des ordres et des coups de pied !!! Classe ne trouvez-vous pas ??? Son portrait sur son enfance à la Cosette correspond bien à l'exagération de "Maryse" et la journaliste n'y a vu que du feu !! Ne vous laissez pas berner... son échec n'est que mérité et contrairement à ce qui est précisé dans un des commentaires, elle n'a pas perdu en triangulaire mais dans un simple duel et la claque a été retentissante... Bon vent Madame Joissains.

CASTRONOVO

Cher M. Bilger,
Si vous et vos lecteurs souhaitez parfaire sérieusement vos connaissances sur la saga Maryse Joissains, un seul clic vous conduira à la bonne source de mon blog qui en narre depuis quelques années l'histoire la plus complète et la plus détaillée qui s'en puisse trouver.
Allez voir aussi les deux rubriques "Mes calissons" et "Mes pastissons" en colonne de droite du blog, vous en serez saisi de joie !
Bien cordialement à vous.
Lucien-Alexandre Castronovo, ancien élu municipal pendant 25 ans.
PS : Je suis l'auteur de la procédure sur le contrat abusif (actuellement en Conseil d'Etat) de directeur de cabinet d'Alain Joissains signé par son épouse...

Boris

@ Sylvain

Je ne voudrais pas perturber votre discours, et je ne connais pas les cafés d'Aix. Mais s'ils sont semblables à ceux de mes chères Ardennes - en remplaçant le pastis par la Maredsous - je peux vous assurer qu'on y parle tout autant du maire que du foot : c'est souvent le plus gros employeur de la ville ou du village.

sylvain

Bonjour chers blogueurs !

Je ne voudrais pas être hors sujet ou perturber cette bonne ambiance qui règne sur le cas de Mme Joissains, mais apparemment dans la région Aix-Marseille où je suis de passage, tout le monde s'en balance de cette brave dame.
Le sujet principal qui préoccupe passionnément les indigènes et autochtones de la Région PACA, c'est la nomination de l'Imam Ali Ben Deschamps à la (Allah) tête de l'équipe de France de foot hallal ; je ne fais que citer les diverses expressions et caricatures que j'entends dans tous les cafés du commerce ou bars des sports de la région, seuls endroits "littéraires" que je fréquente pour être au plus près possible des réalités de la vraie vie !
"Viendez" devant un bon Pastis, écouter tous les Marius, les Olive, les César, les Panisse et les Escartefigue du coin, ça vaut le détour ! LOL !

Savonarole@sbriglia

"génération qui nous pompe l'air"...

Rédigé par : [email protected] | 10 juillet 2012 à 11:17

Non, je ne visais pas M. Bilger, mais un certain nombre de prescripteurs de la pensée, les citer nommément me conduirait illico à Nuremberg...
Une sacrée brochette :
- Celui qui veut envahir la Syrie après la Libye...
- Celui qui affirme avoir prévenu de la crise de 2008, dès 1995... dans ses 150 derniers livres...
- Celui qui se dit écolo et ne tape que sur ses potes écolos...
- Celui qui se dit "le visiteur du soir à l'Elysée", grand pote de Sarko et de Martine Aubry (sic) et qui vient frétiller du croupion à la TV : "je sais tout, mais je ne dirai rien"...
- Celui qui postillonne à donf sur Sarkozy, mais pardonne un "troussage de bonne"...

Et enfin, le chroniqueur louis-philippard par excellence : Alain Duhamel.

Il serait temps qu'ils prennent leur retraite et aillent taquiner le goujon dans le Luberon, leur mère patrie.

cellier

Heureusement il y a encore des Joissains, des Morano pour dire haut et fort ce que pensent les citoyens de base revulses par la chape de plomb du "politiquement correct" qui plait tant a nos soi-disant elites-vrais tartuffes qui se refusent a voir la realite. Ce deni n'aura sans doute qu'un temps, la verite fera son chemin dans l'esprit des "bobos" les plus obtus mais helas un peu tard pour sauver ce qui peut l'etre de la France.

sbriglia@Savonarole

"On ne dira jamais assez combien cette génération nous pompe l'air."

Mais, mon cher Savonarole, pourquoi alors vous faire "pomper l'air" chez notre hôte ?

Flagellation de dominicain ?

Achille

« D'une certaine manière, c'est un défi qui est lancé à Maryse Joissains : que sa représentation médiatique lui interdise dorénavant d'être réellement caricaturale. »


Depuis 2007 on assite à un changement de style oratoire.

Le franc-parler semble prendre le dessus sur l’éloquence lissée apprise dans les écoles de nos élites.

En fait, tout dépend du public à qui l’on veut s’adresser.

Pietri S

"Harengère de la politique à côté de laquelle obtiendrait Nadine Morano un prix d'Elégance et Sarkozy un certificat d'allure"

Cette partie du texte valait le détour.

Jean-Louis

Je n’ai pas lu le papier de cette ancienne du FigMag, et donc m’en remets à la recension que vous en faites.
Celle que l’on appelle familièrement Maryse dans le périmètre Salon – Berres – Aix – Marseille inspire au minimum une vraie curiosité. Qu’a-t-elle dit de scandaleux en répétant qu’elle est résolument du côté des 6,5 millions de voix du FN ? Quand le FN est arrivé au premier tour des présidentielles, premier ou second dans 7 arrondissements sur 15 à Marseille.
Ce n’était apparemment pas l’objet du papier de Mme Clerc, mais peut-on parler des combats de Maryse sans rapporter la pétaudière qu’est le Parti socialiste en région PACA. Avec un président de Conseil Général fricotant avec le grand banditisme, selon les papiers d’instruction qui rejoignent la presse, quand il ne s’écoule plus un trimestre sans qu’une garde à vue ne soit prononcée contre tel responsable économique, toutes les enquêtes de corruption conduisant au bureau de monsieur Guérini… Tout le monde a été aussi effaré que vous quand elle est partie en flèche contre un résultat de suffrage universel, mais on a du mal à croiser un parti socialiste en PACA sans se pincer le nez. Solférino n’a pas l’odorat très sensible. Quand le nombre d’assassinats oscille chaque année entre 25 et 30. Et quand Maryse dit haut et fort en meeting qu’elle en a assez de voir des foules de niqabs affalés dans les pelouses quand elle remet une coupe de compétition sportive. Et ce qui fait la colonne vertébrale de la République totalement décalcifiée. Assez de déni de réalité et laissons ces coquetteries de bobos friqués à tel apparatchik, fils de notaire de la Sarthe, ou à telle technocrate qui confond ses cours de Polytechnique avec le mandat que lui donnent ses électeurs. Comme je l’ai écrit ailleurs le PS fait son miel des triangulaires, dont on ne peut pas penser que toutes ne sont pas décidées à l’état-major du FN. Entre deux cours de morale en peau de lapin de socialistes prêts à toutes les compromissions pour parvenir au pouvoir ; c’est le cas à Aix.

Véronique Raffeneau

"C'est le miracle des portraits, de ce portrait. Rien n'a changé mais tout est différent."

D'un point de vue de la forme et d'une manière générale, je ne suis pas certaine que l'exercice du portrait en matière de journalisme politique apporte autant que vous semblez le dire dans ce billet.

Car enfin, dans ce domaine, qu'il s'agisse de la biographie, du portrait, de la chronique, bref de toute forme versée dans le récit de l'autre, la plupart du temps, et c'est une banalité de l'écrire, le résultat reste tout de même illisible, tant dans le rapport portraitiste-biographe / célébrité-personnalité politique, la connivence reste insupportablement omniprésente.

Je crois que pour réussir un portrait ou une biographie, il faut énormément de singularité, de détachement, de rugosité, et de maîtrise qu'on ne trouve que chez les écrivains déjà porteurs d'un univers intime très personnel et en marge.

A mon sens, des journalistes comme Christine Clerc sont trop connectés au monde politicien pour prétendre pouvoir en restituer quelque chose de réellement authentique et de neuf.

Quel que soit le personnage politique, on se doute bien que l'homme ou la femme réelle est toujours, forcément, plus complexe que l’imagerie renvoyée à l’occasion de telle ou telle actualité, ou déclaration ou prise de position du moment.

En même temps, je pense qu’il ne faut jamais perdre de vue que du plus petit niveau au plus grand, l’identité politique est toujours construite, "marketée", médiatisée suivant des stratégies et des objectifs très précis.

Exemple : un candidat misant sur une prétendue normalité, au point d’utiliser superficiellement pour les besoins de la promo en continue l’univers intime d’un Raymond Depardon.

Je pense au livre "Limonov" d'E. Carrère que je viens de terminer.

Avant ce livre, je ne savais pas du tout qui était ce Limonov.

Ce qui m'a passionnée ce n'est pas du tout la personnalité, ni le parcours du personnage d'E. Carrère, mais bien ce que l'écrivain E. Carrère nous dit, avec une sobriété stupéfiante, de lui, de son univers intime déglingué et du regard qu'il pose sur l'histoire récente européenne.

Et cette démarche est le contraire, par exemple, de la fabrication du portrait officiel du président de la République par R. Depardon, où le photographe se caricature lui-même et caricature le regard qu’il a su poser ailleurs sur une France dévastée, sur lui dévasté.

Autrement dit, à mon sens, les seuls portraits dignes d’intérêt sont ceux où le portraitiste au fond en ne parlant que de lui, parle de nous tous.

Et aussi :

"Le journalisme devient un véritable humanisme quand il nous oblige à considérer l'humain dans l'humain occulté par tant de masques, de provocations et de préjugés."

Qui se serve, même avec maladresse, d'un crayon ou d'un clavier, journalistes ou écrivains - les plus moyens, voire les plus que moyens - nourrissent toujours le vague projet, à défaut de le réussir, de donner à voir "l'humain dans l'humain occulté par tant de masques, de provocations et de préjugés".

Je n'ai pas lu le portrait de Maryse Joissains par Christine Clerc.

Cependant, si je peux reconnaître chez C. Clerc une forme d'originalité et d'inattendu dans le choix du sujet de son portrait, j'aurais dix mille fois plus de curiosité et d’intérêt pour ce qu'en ferait par exemple un E. Carrère ou un R. Depardon exprimant sa désolation et sa compassion au sens haut et rare du terme.

Même s’il me faut bien admettre que le genre élu local-baronnie familiale ne serait pas franchement la tasse de thé de l’écrivain parisien. En revanche, un personnage de R. Depardon, je dirais oui.

catherine A  à oursivi : des faits contre votre imagination

Oursivi vous avez beaucoup d'imagination ; cela dit je ne vois pas bien le rapport entre le scénario que vous échafaudez et les faits d'armes de Mme Joissains qui a rajouté une dernière (enfin non il y en aura d'autres) sottise en jugeant illégitime la victoire de Hollande.
Et pour entendre un autre son de cloche que ce portrait destiné à tirer des larmes aux âmes sensibles, voici quelques lignes tirées de Rue 89 : "Car une Joissains en cache d’autres : derrière la mère, 70 ans, il y a le mari... et la fille. Tous occupent/ont occupé des postes à la mairie. Une vraie « dynastie », selon plusieurs habitants.

La lignée a commencé à s’établir en 1978, quand Alain Joissains arrache la ville à un socialiste. Alors qu’il compte rempiler pour un second mandat en 1983, il est accusé d’avoir financé une partie de la villa de son beau-père aux frais de la municipalité - il est condamné à deux ans de prison avec sursis pour abus de biens sociaux.

Mais il revient vite : Maryse Joissains, fraîchement élue maire en 2001, confie le poste de chef de cabinet à son mari. Sept ans plus tard, le tribunal administratif a estimé que ce contrat et ses avenants étaient illégaux et rédigés sur la base d’une rémunération excessive (environ 476 000 euros en sept ans)."
Ajoutez à cela une vulgarité à côté de laquelle Mme Morano fait fleur bleue, vous aurez quelqu'un chez qui en tout cas je n'irai pas dîner. Tant mieux j'échapperai aux crevaisons et au viol...

Clodion

Bonsoir,
@oursivi: Abondant dans votre direction, complétons:
"Le tout serait plutôt de savoir quel maire elle est"...
"Cela, seul, compte ; ce qui est lisible ici n'en dit rien"
"Imaginons" que durant son mandat les conditions économiques soient particulières, "imaginons" qu'elle ait eu de la chance, "imaginons", au contraire, que des problèmes familiaux...

Ce serait différent? A juger à l'aune d'autres critères?
Quelle omnipotence fixe la limite de ce qui compte?

PS: Le terme humanisme est à prohiber au vu de l'utilisation actuelle.

Clodion

Savonarole

Cette dame fait partie de ces septuagénaires qui se croient indispensables.

Comptez-les, Doux Jésus qu'ils sont nombreux !

Mais où étaient-ils en 1970-1980-1990-2000 ?

Ils viennent aujourd'hui ramener leur fraise, et nous expliquer ce qu'il faudrait faire pour sauver la France...

On ne dira jamais assez combien cette génération nous pompe l'air.

Achille

@ Jean-Paul Ledun

« Achille fait son Zavatta... »

En fait je n’ai fait qu’emprunter une petite phrase du Zavatta de l’UMP.

Alex paulista

Si cette femme a bientôt 70 ans je trouve assez triste qu'elle soit jugée à l'aune du niveau social de ses parents.

De toute façon, l'âge ni les origines ne font rien à l'affaire...

Valerie vaine et superficielle... c'est l'ete apres tout !

Jolie femme en tout cas... qui va feter 70 ans prochainement ?!

A ce propos, j'ai vu Madame Bachelot a l'ecran l'autre soir, splendide egalement !

oursivi

Le respect ne se mérite pas à l'aune du malheur.

Rédigé par : catherine A mais c'est de la littérature | 09 juillet 2012 à 12:42

Oui, mais les circonstances font que la perspective se fait différente, que de lourdes priorités écrasent le tableau reléguant d'élégants détails à un fond bienvenu si devenu modeste et discret.

Imaginons que, invitée à diner chez des amis, vous y arriviez après avoir dû changer une roue suite à une crevaison, imaginons qu'il ait plu ce soir-là, et même à verse... imaginons qu'un second pneu ne vous ait bientôt fait l'impudence de vous lâcher alors que la pluie redoublait... imaginons que parcourant les dernières centaines de mètres vous vous soyez fait agresser, violer peut-être...

Je crois alors, que, vraiment, vos hôtes seraient eux fort vulgaires de s'en prendre au négligé de votre mise, au manque de tenue de votre coiffure comme à la verdeur de vos propos...

Le tout serait plutôt de savoir quel maire elle est, oeuvre-t-elle pour l'intérêt commun sans compter ses efforts ni rien détourner, fait-elle preuve de grandeur d'âme même en habillant le tout de grossièretés ?

Cela, seul, compte ; ce qui est lisible ici n'en dit rien.

AO

Jean-Paul Ledun

"Une Morano ça va, c’est quand il y en a plusieurs que ça pose des problèmes."

Achille fait son Zavatta...

Xavier NEBOUT

L’humain dans l’humain relève-t-il de l’humanisme ?
L’humain se définissant comme la conscience de soi et plus précisément au sens spirituel d’intention sur soi, l’humain dans l’humain serait la syndérèse.
Or, l’humanisme consiste à considérer qu’on ne doit pas accorder de crédit à ce ce qui n’est pas démontré, et notamment le « surnaturel ». Si bien que l’approche de ce dernier doit être arraisonnée par l’ésotérisme pour être pensé.
Malheureusement pour les humanistes, l’ésotérisme cantonné dans l’humanisme n’a jamais conduit à la libération de la syndérèse, c'est-à-dire à la sainteté. Les humanistes sont contrairement à ce qu’ils se voudraient être, dominés par les préjugés qui font d’eux des humanistes.
L’humain dans l’humain ne relève pas de l’humanisme, mais de la spiritualité - grande confusion à la mode.

catherine A  mais c'est de la littérature

Que viennent faire une enfance pauvre et des malheurs de vie là-dedans ? justifieraient-ils ou excuseraient-ils tant soit peu la vulgarité, la sottise crasses ? dit différemment, être née pauvre expliquerait vulgarité et sottise ? l'atténuerait ? Vous parlez de respect instinctif, je n'y vois qu'une étrange condescendance, injurieuse pour tous ceux qui en ont bavé une partie de leur vie - ou toute leur vie - et sont devenus malgré cela des êtres respectables. Le respect ne se mérite pas à l'aune du malheur.

sbriglia

Gabriel Dussurget aurait titré : "L'éloge de Virago".

Achille

Bonjour Philippe Bilger,


« Par la suite, j'ai entendu : "les valeurs de Marine Le Pen, je les ai toujours défendues", ce qui pouvait choquer mais au moins révélait une franchise et une lucidité sur elle-même. »

Une Morano ça va, c’est quand il y en a plusieurs que ça pose des problèmes.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS