« Ils ont eu des mots ! | Accueil | Nicolas Sarkozy inspiré »

18 décembre 2012

Commentaires

Catherine JACOB

"Les citoyens se mêlent de ce qui les regarde"

Qu'il s'agisse d'un regard neuf ou d'une oreille innocente comme celle de la concierge de Flaubert, laquelle la prêtait dans la cage d'escalier aux déclamations de son texte par son maître, puis lui faisait don de ses commentaires spontanés, il y a sans doute en effet, des 'Sorcières de Salem' à 'la chance du débutant', tout un monde, ou encore vraiment beaucoup d'espace à occuper pour le regard neuf du citoyen BIEN INFORMÉ - ou encore par ex. contradictoirement informé par toutes les parties d'un procès - comme ici par "des chercheurs leur ayant présenté objectivement l'état de la question, les problématiques, les blocages et les éventuelles perspectives."

Et alors, en effet, on pourra voir: "des citoyens qui, malgré l'encadrement relatif qu'on pourrait souhaiter leur imposer, bousculeront, interpelleront, contrediront, innovant et mettant à bas les idées reçues, et ouvrant ainsi des chemins et des pistes inconcevables au grand dam de telle ou telle autorité officielle et médiatique dont l'amour-propre aura pu s'estimer offensé."
Et, en effet, certains ont la méconnaissance du pardon des offenses, apparentes, ainsi que l'esprit de corps systématique, extrêmement bien chevillés au corps, c'est le cas de le dire...!

S'agissant de la sécurité sociale, elle a été mise en place à une époque où des soins moins performants coûtaient, intrinsèquement beaucoup moins cher. La recherche médicale ayant progressé dans certains domaines ( et peut-être aussi régressé dans d'autres - par ex. depuis Albert Schweitzer ce théologien protestant, musicien organiste, philosophe et médecin alsacien, né à Kaysersberg, dans le Haut-Rhin, après la guerre de 1870, les maladies tropicales qui ne sont pas, de toute évidence, le problème majeur du monde où la recherche médicale a toute liberté - y compris financière - de s'exercer sous le regard de citoyens qui vivent dans un espace climatique tempéré, ou encore la relation au patient - ), et demande à être, en effet repensée en y réactivant la notion de base d'entraide et le fondement du serment d'Hippocrate qui n'était ni un technocrate, ni un agent du fisc !

Ceci étant, le fameux 'trou de la sécu' est une goutte d'eau dans la mare des conséquences des imbécillités gouvernementales toutes époques confondues !!

Il me semble donc qu'il faille se garder en tout des remèdes et autres solutions miracles, ce qui inclut le bon sens populaire que vous évoquez, dès lors qu'il est insuffisamment ou mal éclairé.

Choubidou

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots» (Jean Jaurès)
(Vu sur le blog http://www.lesmotsontunsens.com/)

Eh bien c'est cela.
Les citoyens peuvent changer les choses.
Ceux qui les représentent se contentent souvent de changer les mots.

Achille

Bonjour Philippe Bilger,

« De plus en plus, les citoyens, sur tous les plans, dans tous les domaines, devront se mêler de ce qui les regarde. La République n'ira pas plus mal. »

Il est vrai qu’à écouter nos « experts » dans tous les domaines, que ce soit dans celui de l’économie, du climat, de la géopolitique, voire même de la santé, et les résultats qui généralement sont à mille lieues de leurs doctes prévisions, on est tenté de se dire que, finalement, les béotiens que nous sommes ne pourraient pas faire pire dans le domaine du pronostic.

Chacun est persuadé de tenir la vérité, même si elle est en contradiction totale avec celle de son confrère.

Molière en avait décrit déjà le comportement dans sa pièce "Le malade imaginaire" où les médecins rivalisaient de mots savants devant le patient qui se demande bien de quel mal affreux il est atteint. Tout est dit !

Ce qui semble manquer à nos éminents spécialistes, c’est tout simplement le bon sens « paysan ». Celui qu’avaient nos ancêtres qui ne savaient, pour la plupart, ni lire ni écrire, mais parvenaient malgré tout à tenir un raisonnement qui s’avérait par les faits.

Ceci étant, je ne peux me priver du plaisir d’écouter, chaque fois que je le peux, l’excellente émission "C dans l’air" avec Yves Calvi dans le rôle du naïf, mais aussi Laurent Bazin au style moins "balourd", qui pose des questions fort pertinentes.

Choubidou

Enfin une démarche de bon sens.

Car pour changer les choses, il faut les vivre et les subir. Ceux qui veulent changer les choses en théorisant font en général plus de mal que de bien.

En conséquence, il faudrait faire passer un examen pour tester leur niveau d'ancrage dans la réalité à tous ceux qui aspirent à nous représenter.

JM GARRIGA

Hélas monsieur, il est compliqué de partager vos percutants articles pour l'édification de mes contemporains, faute d'un raccourci pratique vers facebook.

Cordialement.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS