« Honneur à Gentil, honte aux aboyeurs | Accueil | Cris et accablement »

26 mars 2013

Commentaires

Christian C

Cher Philippe Bilger,

J’ai, comme vous semble-t-il, écouté dans son intégralité la matinale de France Inter dont l’invité était Jean-Luc Mélenchon.

J’y ai, comme vous semble-t-il, éprouvé le plaisir d’écouter démontrer et débattre un des hommes politiques actuels parmi les plus cultivés, les plus intelligents, les plus vivants.

JLM a fait preuve au cours de ces échanges, en particulier avec Bernard Guetta, d’une clarté, d’une vision, d’une lucidité qui pourraient être de nature à rassembler bien plus largement qu’il ne le fait.

C’est un homme de gauche, un vrai, qui refuse tout compromis et surtout, qui fait démonstration de grande intelligence dans son analyse de la situation économique mondiale.

La faiblesse majeure de sa vision du monde tient à ce qu’il peine -c’est un euphémisme- à convaincre ses homologues européens du réalisme des solutions qu’il recommande, l’internationale du capitalisme présentant un avenir plus prometteur que celui de l’internationale socialiste.

Si le talent et la chaleur du tribun me séduisent -c’est aussi un euphémisme- je trouve assez catastrophiques ses agressions à répétition adressées indifféremment à ses hôtes et à ses adversaires. Le court florilège qui suit est extrait de la matinale du 26 mars 2013.

« C’est vous qui faites cette interview à la noix…Il y a quinze jours, vous étiez tous rassemblés autour de la momie d’Hessel…Circulez, passons à autre chose…Ecoutez-moi, espèce d’hypocrite de medias…Vous ne vous intéressez qu’à vous, c’est le nombrilisme médiatique…Une fois de plus, je vous ai bien roulés dans la farine… »

Cela peut amuser, certes, mais la puissance du raisonnement qui précède et qui suit ces éructations n’en est guère mise en valeur.

semtob

Cher Philippe,

Tout avait commencé dans l'absurde : une indépendantiste pour promouvoir l'indépendance de la justice.
L'équipe Taubira quitte à grands fracas le Titanic Justice. Les portes claquent. Les langues se délient.
Ce sont quatre puis cinq membres de la croisière poétique qui quittent le navire.
Des dossiers de justice non signés.
Des dossiers qui jouent le parcours des chaises musicales pour rester lettres mortes.
Seul le compagnon de vie de Madame Taubira reste fidèle à la croisière s'amuse (d'après infos source L'Express).
De mieux en mieux : c'est le Parquet de Bordeaux qui apprend par la presse la convocation de notre Président ce qui met en lumière les erreurs du juge Gentil.
Après une convocation pour violation du secret de l'instruction, le juge Gentil suscite l'émoi de 27 magistrats du parquet de Bordeaux qui considèrent que le juge Gentil est irrespectueux par rapport aux bons usages dans la magistrature. Ce comportement est qualifié d'inimaginable, d'incongru et d'irrespectueux. La question qui se pose serait même celle d'une vengeance du juge Gentil pour avoir été convoqué.
Qui permettait au juge Gentil de ne pas mettre en place l'escorte policière prévue par la loi, n'est-ce pas un comportement d'irresponsabilité totale ?
N'est-ce pas un comportement de mépris total pour les journalistes ?
françoise et karell semtob

bernard

Le programme du FDG pas applicable ? Oh que si. Mais alors, il faut des milices à brassards rouges dans chaque quartier, des réunions hebdomadaires de jugement populaire et rapide des dissidents dans chaque département, l'éviction immédiate des journalistes et écrivains hollandais genre Joffrin ou Bilger de toutes les télés et radios et journaux pour y mettre des apparatchiks de la vraie gauche au langage adéquat. Et puis Mélenchon à la télé tous les dimanches pendant trois heures à la place du Jour du Seigneur. Voici notre émission : Le Parler Mélenchon.
Embauche de milliers de garde-frontières.
Bien sûr que si que c'est applicable si après trop de chaos, de bordel, de sociétal hollandais, le Peuple choisit cette extrême solution .
"Mélenchez" peut parfaitement gouverner.
Un électeur socialiste sur deux votant Frontiste dans l'Oise montre que beaucoup d'esprits sont prêts pour l'aventure.
Gouverner longtemps ? Ca c'est une autre histoire.

"Tout ça n'empêche pas, Nicolas,
Qu'la Commune n'est pas morte !"

Nicolas ? Sarkozy ?

Claude L

@ Jean-Marc

Vous n’avez apparemment rien compris au système fiscal.
Vous confondez revenu effectif et revenu imposable, tranche marginale d’imposition et pourcentage effectif résiduel, vous n’avez jamais entendu parler de niches fiscales, qui permettent à de gros possédants d’augmenter considérablement leur patrimoine en réduisant considérablement leur impôt, et de toutes les joyeusetés appelées optimisation fiscale.
Le chiffre que je donne vient du Conseil des prélèvements obligatoires pour l’année 2009.
Appeler mensonge une vérité est un mensonge, mon cher.

Bertrand

Oui c'est vrai, et pendant ce temps-là, un autre opposant au système médiatique se fait étriper hors caméras par le ministère de l'Intérieur :
https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/manuelvalls-place-beauvau-annulez-la-saisie-du-remboursement-pr%C3%A9sidentiel-de-cheminade

Catherine JACOB

Post complémentaire:
Je pense que c'était plutôt un conflit intérieur qu'il évoquait à C Politique, mais il a aussi cette menace : http://lci.tf1.fr/monde/asie/pourquoi-la-coree-du-nord-multiplie-les-provocations-7897304.html

Catherine JACOB

"Il ajoute - et c'est l'essentiel - que "le peuple en colère a besoin de dirigeants qui parlent dru et cru" (nouvelobs.com).

Dru sûrement, mais que signifie cru ? "

Il a évoqué crûment, à C Politique l'éventualité d'une guerre.

jacquelin

Des mots crus, des effets de manche
une comparaison avec Marchais
des propositions inapplicables
populiste, narcissique...

Allez-y les filles défoulez-vous. Votre prose vous honore, reflète ce que vous avez de meilleur.

Moi j'entends un homme qui parle avec ses tripes, qui ne prend pas des gants pour pointer le doigt sur un dysfonctionnement de notre société, qui se pose en révolutionnaire.
Et ça vous fait ch...
Moi pas. Je sais qu'on ne peut pas continuer à vivre sur ce modèle prédateur capitaliste qui dénie l'humain, qui réfute le bienfait collectif au profit du bien-être individuel, qui confisque à fins privées le travail de tous, qui ruine la planète en prenant à témoin la fatalité.
Non, ça suffit, on n'en veut plus.
Méluche a au moins le mérite de poser sur la table qu'il faut tout révolutionner.

Et au lieu de faire des ronds de jambe pour savoir s'il est honnête, s'il n'est pas qu'un homme de façade, s'il est réaliste... et je ne sais quoi encore, posez-vous la question : est-ce que moi je saurais oser ce qu'il ose ?
En gros s'occuper de ma lâcheté permanente à repousser le moment de prendre les choses en main.
Nom de nom, bougez-vous avant qu'il ne soit trop tard. Ecoutez Méluche parler non pas avec des contradicteurs à la noix qui confondent la musique et la chanson, non, écoutez-le de près, en congrès parmi les siens. Vous croyez qu'il a besoin de nous convaincre ? Mais vous ne nous prenez tout de même pas pour des imbéciles, non ?
C'est lui qui parle pour nous, qui dit tout fort ce que nous pensons, qui traduit notre hargne et notre détermination.
N'oubliez pas qu'il n'est qu'un chantre, bien temporel, mais que s'il arrive à parler fort c'est que nous tous derrière, nous n'attendons que ça.
C'est son seul défaut. Il fait partie du peuple autant que vous, il l'a dans le sang et il ne le méprise pas.
Prenez-en de la graine au lieu de dénigrer, d’accord ou non avec ses idées. Vous en sortirez plus déterminés.

sébastien

Merci pour ce billet, M. Bilger.
Je suis assez consterné par ces commentaires qui pérorent que le programme du FdG n'est "pas applicable" ou serait irréaliste. J'aimerais leur demander en quoi le système actuel est "réaliste" et qu'ils nous expliquent en quoi il serait préférable à celui, soi-disant "fou", proposé par Mélenchon.

Jean-Marc

@Claude L

"Les 352 ménages les plus riches avaient un taux moyen d’imposition de 15%, le bouclier fiscal permettait aux 925 foyers fiscaux les plus riches, une économie de 380 000 euros en moyenne."
Le bouclier fiscal permettait à ceux qui payaient plus de 50% de leurs revenus de récupérer la différence avec 50%.
Alors expliquez-moi comment on peut affirmer que leur taux moyen est de 15%. Gardez vos mensonges pour France Inter.

En France nos révolutionnaires sont tous des fonctionnaires : Besancenot, Mélenchon... Étonnant, non ?, comme le disait Desproges.

Pierre Robesse

Je lis beaucoup de commentaires pompeux faisant étalage d'une aisance et d'une superbe qui me font trembler de honte. Ils s'en prennent à un homme politique en le comparant à d'autres passés, disparus ou désuets... Quelle stupidité !

Idées maîtresses : Conservateurs nés ou avérés... Pour eux ça continue d'aller alors ils préfèrent volontiers ne rien changer...

Mais bonnes gens aux esprits musqués. Apportez-vous une seule espérance d'avoir dans vos tiroirs conformistes et bourgeois, ne serait-ce que l'esquisse d'un modèle équilibré et juste pour LE PLUS GRAND NOMBRE ?

La réponse est évidente. Eh non !! Vous n'avez pour vous que votre connivence complice par le biais de quelques Sicav ou même de milliards d'actifs boursiers, qui transitent aisément, vous donnant l'illusion du pouvoir et de l'appartenance à la classe des élus...

En pleine semaine sainte nul n'y saurait voir le moindre antisémitisme primaire...
Car la confrontation des civilisations serait une trop belle aubaine pour vous !

Pourtant vous êtes là, prônant le continuisme et agitant des épouvantails maudits pour cacher votre vide de contenu.

Personnellement j'approuve le programme, l'action et l'éloquence du politicien le plus intéressant de la République française de ce début de XXIème siècle.

Les règles doivent changer et les "Salopards" doivent dégager du paysage économique, politique, social et médiatique.

Vive la Révolution citoyenne. La sixième République et un nouvelle constituante !

Merci JLM !

Merci cher blogueur !

calamity jane

Ah ! l'eau tiède... tout un art pour certains intervenants !

JJD

De votre participation à C dans l'air : "Certains spectateurs me l'ont reproché", peut-être, mais certains ont, au contraire, apprécié !

Frank THOMAS

Depuis un demi-siècle une chappe d'ennui s'étend sur la vie parlementaire et sur les débats politiques.
Les interdits multiples, la bien-pensance triomphante, le souci de ne froisser aucune susceptibilité collective ou individuelle ont aseptisé le discours politique et n'ont pas peu contribué selon moi à l'éloignement de toute une partie du pubic de ce qui n'est guère plus qu'un débat terne et sans relief.
L'intervention des experts censés parler du point de vue de Sirius et incarner la sagesse, relègue les idéaux au bric à brac des vieilles lunes, et ceux qui les portent au rang d'amateurs qu'il ne convient guère d'écouter et encore moins de croire.
Du coup il n'est de journaliste qui ne se sente autorisé à leur parler de haut, à ironiser plus ou moins grossièrement, sans s'aviser que la légitimité du suffrage universel devrait les inciter à plus de retenue, eux qui ne répondent jamais des moyens par lesquels ils sont à la place qu'ils occupent.
Dans cet ennuyeux concert quelques instruments rendent un son plus fort, parfois strident.
Jean-Marie Le Pen, Georges Marchais, dans un passé déjà éloigné, Jean-Luc Mélenchon actuellement.
Grâce soit donc rendue à celui-ci d'être le dernier représentant de cette race d'hommes politiques pour qui le verbe n'est pas une faiblesse et qui portent haut les valeurs de la langue, de l'art oratoire. Quoi qu'on dise, sans lui, la république est confisquée.

cellier

La technique de Mélenchon est bien connue et a été théorisée à maintes reprises. C'est l'agit prop chère aux marxistes et le passé de cet agitateur d'abord trotskiste lambertiste puis ayant pratiqué l'entrisme au PS (il n'était d'ailleurs pas le seul) suffit à comprendre son comportement actuel. Trotskiste un jour trotskiste toujours disait-on dans ma jeunesse, ceux-ci disaient aussi "D'où parlez-vous" afin de gêner leurs contradicteurs dans les assemblées générales qu'ils savaient si bien manipuler. Certes ce bouffon est assez talentueux dans son registre et son français est correct mais cela ne le rend que plus dangereux car susceptible d'entraîner des esprits faibles peu au fait de l'histoire politique de notre pays.

Archibald

@ Carl

Vous n'êtes pas, semble-t-il, un chef de parti qui revendique un programme politique dans l'espoir de l'appliquer à un peuple, contrairement aux deux personnages que je mentionnais. C’est excités par un article de Charles Maurras, qui protestait dans L’Action française contre la liberté selon lui indue dont jouissait un « magnat impuni de la ploutocratie juive », que, le 6 février 1944, des miliciens assassinèrent le banquier Pierre Worms, père de Roger Stéphane, le futur écrivain, journaliste et homme de télévision, fondateur, en 1950, de L’Observateur, l’hebdomadaire bien connu, intitulé plus tard France-Observateur puis, en 1964, Le Nouvel Observateur. Devant de telles conséquences, les intellectuels perdent le droit de se réfugier sous l’abri douillet de la liberté d’expression. Les idées ne sont pas neutres et nullement le simple plaisir d'une conversation de salon. Quant à Lénine il a écrit en 1917 que "la loi est l'organisation de la violence destinée à mater une certaine classe", sans doute avec la même conviction que Régis Debray en 1979 déclarant "le mot goulag est imposé par l'impérialisme". Et, si vous n'en aviez pas assez, renseignez-vous sur la famine en Ukraine au début des années 30 ou la famine en Chine rappelée récemment par Yang Jisheng. Lénine, Carl Schmitt, Mao, je m'excuse par avance de ne pas respecter leur mémoire. Elias Canetti écrivait que ce devrait être un signe de décence pour un homme que d’être honteux d’avoir vécu au XXe siècle : ce n'est évidemment pas votre cas.

Pietri S

JLM et MLP n'ont d'extrémistes que leur positionnement, l'un à la gauche de la gauche, l'autre à la droite de la droite.
L'un et l'autre forcent le trait, seule manière d'être audible auprès du plus grand nombre et d'être repris en boucle, de faire le buzz LOL

Ils utilisent et imprégnent l'espace que leur laissent les deux partis majoritaires qui ne renouvelent pas leur discours, font les mêmes promesses avec les mêmes échecs.

Tous disent/veulent la même chose, les méthodes pour y parvenir apparaissent différentes et divergentes, une fois au pouvoir tous feraient la même chose : l'économie, la finance ne sont ni de droite, ni de gauche.

JLMélenchon, personnage fin et cultivé, se ringardise progressivement, il est le Georges Marchais du XXIème siècle, il s'en prend aux journalistes et à l'établissement (formule chérie de JML), Marchais dont les formules amusent encore certains, et dont la plus emblématique "Taisez-vous Elkabbach" est celle qu'il n'a jamais prononcée, elle est celle d'un humoriste de l'époque, un certain Pierre Douglas !

jcr (jésus christ révolutionnaire)

Des mots... des mots... permission unique et magique accordée à une seule espèce de l'univers... la nôtre.

Il s'agit bien du parlé et de ses mots ainsi que... de ses maux.

Les mots n'ont de raison d'être que pour la communication et les échanges entre les hommes à tous les niveaux.
Tellement évident qu'on le perd... de vue.

Faut reconnaître que ce trésor inestimable et incroyable est trop souvent détourné de sa destination par ceux qui ne l'utilisent que dans un sens: "j'ai quelque chose à dire... je dis ce que j'ai à dire et, mais... je n'entendrai pas ce que les autres diront".

Mais il faut compter avec les contorsionnistes et les fielleux qui déforment délibérément la signification qu'ils ont bien saisie, mais qui l'interprètent autrement pour faire dire ce qu'ils veulent entendre et faire condamner. Nous sommes en plein dans le politiquement correct... faux-cul.

Reconnaissons que JLM casse la baraque et permettra peut-être dans le futur (avec la crise) d'appeler un chat un chat et au simple quidam, d'exprimer en mots simples sa pensée, sans être censuré, poursuivi et condamné par les Thénardier, gardiens cupides et sourcilleux de leurs privilèges et de leurs coffres.

C'est ce que paraît dire en sourdine le président de l'Institut de la parole... libre, en adoubant JLM le trublion... autorisé de diatribe même haineuse.

Pietri S

Raphaël Zacharie de Izarra 9.43

Long commentaire... un instant j'ai craint et redouté qu'après le marteau viendrait la faucille, pour faire écho à d'autres mais non, au contraire deux formules, des pépites ou des perles au choix LOL :

"Jamais dans l'histoire humaine un vêtement n'aura épousé d'aussi près la peau de son porteur"

"Internet est le miroir exact non pas de l'image publique ou privée que chacun veut se donner mais celle de son âme profonde"

Claude L

Cher Philippe,
Ce billet me met du baume au cœur, même s’il doit relever en partie d’un peu de masochisme de votre part, sachant qu’il vous attirerait les foudres des plus modérés de vos visiteurs.
En effet, rien ne peut avancer, aucun débat n’est possible, tant qu’on refuse d’appréhender le fond d’une pensée pour en percevoir la logique et la cohérence. C’est la seule façon d’y opposer des critiques constructives, voire radicales, et de sortir des slogans vides de sens qui n’ont pour fonction que de masquer l’absence totale de réflexion.
« Le parler Mélenchon n'est plus qu'un spectacle, au delà des paillettes qu'ils balancent avec brio, il n'y a rien d'audible. » J’ajouterai CQFD.
J-D. Reffait a raison, même si, de façon bien sûr volontaire, il prend le problème à l’envers.
Il faut bien comprendre deux choses. JLM subit la haine des socialistes. Je suis obligé d’utiliser ce mot qui correspond au vécu de personnes qui me sont proches, lors de la dernière campagne présidentielle. C’est assez logique d’ailleurs, puisqu’il incarne leur trahison aux valeurs de gauche. Et il est l’homme à décrédibiliser pour l’ensemble de l’élite journalistique (je ne parle pas ici des innombrables sans-grade qui n’ont pas voie au chapitre), qui fréquente Le Siècle et est unanimement la gardienne de la pensée unique néolibérale.
La méthode est aussi simple qu’efficace. Des questions un peu provocatrices sur la forme, toujours les mêmes de plateau en plateau, insistant sur d’éventuelles tensions avec ses alliés politiques, sourire en coin de l’intervieweur, effet garanti. Aucune personne ayant la volonté d’exposer une pensée politique et entravée de la sorte ne peut rester calme. Le coup de grâce peut être donné avec un « ben, vous voyez bien »
Il est inquiétant, en France, que 80% de la population arrive à voter, non seulement contre ses propres intérêts, mais pour un système qui profite outrageusement aux plus nantis.
Un exemple parmi tant d’autres. Alors que l’Etat récupérait 230 millions d’euros en fiscalisant les indemnités versées aux victimes d’accidents du travail, et que les 352 ménages les plus riches avaient un taux moyen d’imposition de 15%, le bouclier fiscal permettait aux 925 foyers fiscaux les plus riches, une économie de 380 000 euros en moyenne.
Ce constat ne relève pas, comme certains journalistes ont cru intelligent de souligner, d’une haine des riches. Mais de l’objectivation de ce qui est une des principales causes de la crise actuelle comme de celle des années 30, l’accumulation excessive de la richesse entre les mains de quelques-uns.
Ajoutons que le Front National reprend très intelligemment des notions d’économie et de politique tout à fait défendables en les détournant et les polluant avec le slogan « les étrangers dehors et tout ira mieux ».
Un petit point d’histoire pour finir.
Ce n’est pas l’hyper inflation qui a mené Hitler au pouvoir. En 1930, le chancelier Brüning a mené une politique d’austérité qui a entraîné la récession et la déflation qui a ruiné l’économie allemande, faisant exploser le chômage.
Tous ceux qui ne se réfugient pas dans le déni de réalité et qui voient l’évolution rapide des choses autour de nous, seraient bien inspirés de regarder avec un peu plus d’attention les propositions politiques qui ont pour ambition d’éviter le chaos à venir, surtout quand ces propositions s’inspirent des réflexions de si nombreux universitaires, économistes, (dont des prix Nobel) sociologues, historiens, qui n’ont pas le profil de dangereux révolutionnaires, le couteau entre les dents.
Mélenchon a beaucoup, beaucoup de mérite.

Carl+Larmonier@Archibald

Il faut quand même relativiser et mettre de l'eau dans son vin Archibald, à ma connaissance ni Jean-Luc Mélenchon ni Marine Le Pen n'ont tué encore des millions de personne.
C'est bientôt comme si, pour faire une comparaison, je me mettais à parcourir les écrit de Lénine, que j'en discute et qu'on me dise que je suis un créateur en herbe de goulags et futur expert en dékoulakisation.
C'est faire leur jeu que de les stigmatiser ainsi, ils n'attendent que ça.
Nous vivons l'ère du serpent qui se mord la queue j'ai l'impression.

Tipaza

@ Raphaël Zacharie de IZARRA | 27 mars 2013 à 09:43

Vous parlez beaucoup de marteau dans votre commentaire, avec un peu d'humour vous auriez pu parler d'herminette !

PS : Aucun, mais aucun lien avec notre vénéré maître de céans.

Archibald

Votre billet me gêne un peu : il me semble que l'admiration de la forme du discours regrette d'être retenue par la connaissance non écrite du fond, or, en politique, le fond et la forme ne doivent pas être séparés, car la forme est souvent le travestissement de dangereuses promesses. Le charisme en politique évoque l'ouvrage de Kershaw sur Hitler, c'est dire le danger. Ensuite, quid de votre billet si on substituait JMLP - Le Pen - à JLM, les deux sont des orateurs de talent et ils défendent des idées baignées dans une nostalgie totalitaire qui, personnellement, me glace quand on la minimise ou quand on ne la considère pas pour l'horreur qu'elle est. En attendant, les éructations de Mélenchon ont repris depuis que Beppe Grillo a percé en Italie, ce qui ne peut être fortuit. J'aimerais badiner sur la forme mais les idées qu'elle dissimule me rappellent trop de cadavres.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Il est instructif de constater ce que certains font de leurs dix doigts et de leur cerveau selon les outils mis à leur portée.

Un marteau pour les uns sera l’instrument de leur chef-d’oeuvre, pour les autres il servira à détruire.

De même l’accès à Internet pour les seconds sera également l’accès à la guerre, pour les premiers la toile représentera le support de leur meilleures intentions.

J’observe avec attention ce que des humains font avec l’outil informatique, les oeuvres étant révélatrices des âmes.

Il y a ceux qui ne font qu’injurier, menacer, provoquer, agresser, etc. Une assez grande partie des utilisateurs du Net, malheureusement. Et puis il y les autres, des esprits sains ayant compris la puissance créatrice et bénéfique que l’on pouvait tirer d’un simple clavier...

Jamais un accessoire à fonction sociale et à usage universel n’aura comme Internet aussi bien dévoilé les personnalités.

Certes le marteau comme dans l’exemple cité plus haut peut également trahir la lumière ou l’obscurité d’une âme à travers l’usage qui en sera fait, sauf que de par la simplicité de cet outil sommaire on pourra toujours faire illusion, les possibilités d’expression étant limitées.

Ainsi pour caricaturer, avec un marteau le génie façonnera une statue, le vandale la brisera. Mais ce matériel archaïque ne laissera pas apparaître les nuances comportementales entre ces deux extrêmes.

Tandis que de par sa sophistication, sa subtilité, sa très grande marge de manoeuvre le Net à un moment donné fait ressortir la vérité profonde de son utilisateur.

Jamais dans l’histoire humaine un vêtement n’aura épousé d’aussi près la peau de son porteur.

Internet est le miroir exact non pas de l’image publique ou privée que chacun veut se donner mais de son âme profonde.

Dans la vie dite “réelle”, l’insulteur ne se montre pas nécessairement, il n’agresse pas toujours verbalement son prochain.

Sur le Net, il se découvre insulteur.

De même un simple mécanicien automobile peut se découvrir sur le Net une âme de bienfaiteur universel, d’artiste, de sauveur du monde, d’écrivain, de cinéaste ou de bonne soeur !

Le Net ne montre pas forcément ce qui est affiché sur la place publique de la part de ses usagers mais ce qui est dans LEUR TÊTE, et c’est cela qui est révolutionnaire.

La toile de par sa portée égocentrico-planétaire exacerbe les esprits, les coeurs, les tendances, les vertus comme les passions, les vices comme les rigueurs.

C’est par ses oeuvres que l’homme montre son vrai visage.

Par conséquent, étudions-les non pas dans la rue mais sur la toile, c’est-à-dire dans cet espace "spirituel" enfin observable, tangible, mesurable...

Bref, dans ce laboratoire où évoluent les âmes.

jlm (l'autre, l'anonyme)

JL M est bien sympa en défenseur du pauvre et de l'orpheline, mais quelles solutions réalisables propose-t-il ? A-t-il seulement le temps dans son énervement et sa passion pour la contestation et muni de son "intolérance" (comme on est intolérant à un aliment) face à l'injustice et à la médiocrité, de proposer des solutions constructives ? Que fait-il au Parlement européen (où il est reconnu absentéiste), quelles propositions fait-il en tant que député ? C'est facile de faire le beau à la télé, c'est beaucoup plus difficile de trouver des solutions applicables ou du moins d'y travailler de façon constructive.

SR

Blablabla. Le ramage suffit à Bilger.

Guzet

Heureusement que chez Calvi la mode n'est pas à l'hystérie antisarkoziste du style Emmanuel Todd... Même si on n'apprécie pas la politique ou la personnalité de NS, on ne voit pas ce que des propos qui relèvent de réactions épidermiques hyper-subjectives, à la limite de l'hystérie, peuvent apporter au débat... En revanche on voit pourquoi elles peuvent être recherchées par des émissions qui recherchent avant tout le spectacle et le pugilat, sans intérêt pour l'analyse intellectuelle... Ne pas confondre C dans l'air et On refait le monde...

Perplexe-gb

Écouter Mélenchon détend tant il y a d'outrance dans des propos exprimés dans un excellent français. Mais attention le gouvernement au pouvoir joue avec le feu, il nie les faits et bizarrement les médias sous-estiment les événements...
Beaucoup d'élus de gauche parlent avec émotion des manifs où les emmenaient leurs parents, le nombre de jeunes de dimanche laisse présager des populations moins dociles à l'avenir. De même je me pose des questions sur l'emploi de gaz sur des foules qui n'ont pas lancé de projectiles dangereux. On avait bien autorisé des manifestations pro-Sarkozy place de la Concorde en son temps. La langue de bois ne peut plus durer.

semtob

Cher Philippe,

De quelle couleur était votre cravate préférée en février de cette année-là ?
Bien sûr, vous ne vous en souvenez guère...
Mais vérifiez tout de même si une vidéo qui nous a été présentée des milliers de fois de 2007 à 2008 vous a laissé un souvenir plus précis.
Pourquoi cette date historique et cette silhouette historique auraient-elles dû rester dans vos souvenirs ?
Réponse : c'est le jour de l'entrée dans la course à l'investiture démocrate de Barack Obama.
J'ai posé la question autour de moi.
La plupart des personnes ne se souvenaient pas de la date et encore moins du vêtement porté pour cette cérémonie devenue historique.

Nous vous remercions d'avoir dit dans l'émission du 22 mars 2013 que l'absence de Nicolas Sarkozy en politique était peu crédible.

Nous remercions Monsieur Henri Guaino d'avoir démontré la stupidité des soupçons infondés et farfelus et nous nous demandons si le deuxième sous-sol de la cave aux volets fermés de Bordeaux n'est pas blindé pour protéger quelques bonnes bouteilles. Ce qui expliquerait tout. Il nous semble que le travail intellectuel lucide préfère la lumière du jour.
françoise et karell semtob

G. Klein

Le problème avec Mélenchon, c'est que l'on reste dans la politique spectacle dénoncée, décryptée par Debord.

La gauche moderne (XIXème siècle) s'est créée à partir d'une lame de fond de mouvements mutualistes et d'éducation populaire.

Avec Mélenchon, le PC et la CGT, on est dans la déclamation. Le slogan publicitaire. Mais ils sont autant distancés et déconnectés du concret, que la CFDT et le PS.

Certes le FDG va peut-être réussir à limiter quelques dégâts aux prochaines élections en séduisant des électeurs qui sinon seraient partis très à droite. Mais tant qu'il n'y aura pas un retour à l'éducation populaire, à l'économie sociale mutualiste et solidaire, au développement des monnaies locales, une volonté forte de créer des banques alternatives, des ateliers de formations aux SCOPs, à d'autres formes de prises de décisions... Tant que la gauche de la gauche ne fera que bomber le torse ou gronder le PS, et qu'elle n'entrera pas dans l'acte, le faire pour forcer le changement, je crains que l'on n'évite pas la montée de l’extrême libéralisme.

Entre nous, vu le glissement à droite de toute la gauche. La gauche de la gauche se retrouve plus proche du centre que jamais. Ce qui d'ailleurs explique en grande partie toute cette gesticulation. Car l'un dans l'autre, il y a peu de différence entre une ville gérée par un maire PC, PS, Verts ou UMP.

Jean-Dominique Reffait

Front contre front, JLM use et abuse des excès de langage de Jean-Marie Le Pen, autre personnage cultivé de la vie politique. Oui, c'est excitant de l'entendre, la construction de son raisonnement et la correction de sa langue sont remarquables. La forme est là, forte et syntaxiquement impeccable. Sans doute a-t-il des choses à proposer, il se plaint de ce qu'aucun média ne reprenne le projet d'éco-socialisme du Front de Gauche. Mais n'est-il pas le premier responsable de cette désaffectation sur le fond de son discours quand il s'attache lui-même à insulter le reste du monde ? Il s'est ainsi transformé en bon client des médias, un cabot très doué qui assure l'audimat en taclant sans discernement journalistes et autres politiques. Le parler Mélenchon n'est plus qu'un spectacle, au-delà des paillettes qu'il balance avec brio, il n'y a rien d'audible.

Je veux bien que l'on se grise de l'entendre distribuer des parpaings aux bien-pensants, mais c'est à autre chose qu'il est convoqué, à l'efficacité de son combat pour une autre politique, s'il parvenait à la présenter sans bouffer les jarrets de ses interlocuteurs. Son rêve est fou, un Grand Soir vénézuélien sans pétrole, une austérité populaire islandaise au coeur du continent européen dans un pays de plus de 60 millions d'habitants, cela n'a - hélas ? - pas de sens.
Le pitre a du talent mais ne vaut-il pas mieux qu'un statut de pitre ?

Camille

Chez Calvi on ménage toujours un peu la chèvre et le chou, car la durée de vie de ces émissions-débat reste fragile, la disparition de "Ripostes", de l'excellent Serge Moati, ayant marqué tous les esprits.
Mais à force de trop de louvoiements, peu appropriés sur un sujet aussi brûlant que la mise en examen de Sarkozy, le débat perd en force et en intensité, et j'ai bien apprécié vos interventions, Monsieur Bilger.

Mélenchon ? Trop d'orgueil, celui du chat qui a eu la souris dans ses pattes et qui trop sûr de lui l'a laissée bêtement échapper et qui depuis boude dans son coin et s'oppose à tout. Mélenchon a gaspillé un grand capital de popularité à la dernière présidentielle, et ne transforme pas cet échec en machine à succès, comme l'ont fait Mitterrand ou Chirac de leur temps. Sa parole fracassante tourne dans le vide. Comme lui, elle aurait besoin d'un recentrage vers l'essentiel, pour gagner en efficacité.

Achille

Bonjour Philippe Bilger,

« On ne s'ennuie pas, on ne s'ennuie jamais avec Jean-Luc Mélenchon.
Il y a trop de médiocres qui le traitent avec condescendance et qui, de ce fait, amplifient chez lui une rage de parler, une fureur de convaincre. »

C’est vrai qu’on ne s’ennuie pas avec Mélenchon. Il a l’éloquence des tribuns de jadis, un sens de la répartie redoutable, il connaît bien ses dossiers, il dit même certaines vérités concernant le pouvoir de l’argent, mais son agressivité dès qu’on lui pose une question qui le dérange le dessert beaucoup.

Je pense qu’il gagnerait beaucoup à montrer plus de sérénité dans les interviews et les débats. Au lieu de cela il fait de la surenchère avec Marine Le Pen, de façon à récupérer un électorat lassé par les discours des deux partis de gouvernement qui se rejettent systématiquement la cause de la mauvaise gestion du pays depuis trente années.

Ajoutons à cela une petite dose de narcissisme et un goût évident pour le cabotinage qui lui permet d’avoir son auditoire même si ceux qui aiment le voir et l’écouter ne partagent pas, loin s’en faut, ses idées.

Alex paulista

JLM a d'abord une voix insupportable.
Pour moi, c'est rédhibitoire.

Tipaza

Très bonne analyse sur J-L Mélenchon, le personnage est haut en couleurs. Dans quelle mesure joue-t-il un rôle ou est-il complètement sincère. L’individu a l’air rusé, c’est le moins qu’on puisse dire, mais il semble parfois emporté par sa partition, et ne pas maîtriser son tempo. Il joue trop dans le vivace, et pas assez dans l’adagio.

Mais dans un autre registre, dites Monsieur Bilger, vous vous essayez dans le subliminal ?? Parce que vous commencez votre billet par un méchant coup de griffe à Henri Guaino, que vous répétez dans la dernière partie, chemin faisant et mine de rien.

Dans la mesure où il n’y a aucun mais aucun point commun entre Mélenchon et Guaino, je me demande si un vieux contentieux ne vous lie pas à Guaino, et si vous ne rééditez pas le coup de pied de la mule du Pape, à votre façon.

Polochon

JLM peut dire ce qu'il veut, c'est un sacré animal médiatique. Et finalement il aime assez les médias.
Mais sur le fond, que propose-t-il ? de faire du Chavez c'est-à-dire de distribuer de l'argent que nous n'avons plus ?
Citez-moi une seule de ses propositions qui soit applicable.
En bon populiste, il se contente d'effets de manche.

scoubab00

Mélenchon, il a tellement porté les serviettes dans son ancien parti socialiste que maintenant il a envie de s'éponger avec. Normal, non ? Il aurait tant aimé être le Chavez français caliente... juste d'une seule région, le Poitou par exemple. JLM est même plus âgé que feu Hugo avec un grade d'un ridicule achevé si on le compare à celui atteint par l'homme fort du Venezuela et de l'OPEP mort d'un cancer début mars.

Naître français et grandir socialiste, quelle chiennerie de destin. Rouge de colère. Point positif : dans ce pays, les hommes politiques sont comme Charles Vanel au cinéma, toujours vieux ou presque. Ce qui lui laisse encore du temps. Pour moi c'est un acteur-politique d'opérette. Il en faut, ça donne au moins un os à ronger aux journalistes. Politiques.

Savonarole

Tout a fait d'accord avec vous, M. Bilger.
JLM nous évoque par son verbe un curieux mélange de Céline, Léon Bloy, Audiard et pourquoi pas Cyrano de Bergerac ?
La gauche tente de lui accrocher la crécelle des pestiférés en l'accusant d'antisémitisme. C'est totalement injustifié.
Méfions-nous tout de même de cette droite qui l'encense car il est le seul à taper sur la gauche et qu'elle n'arrivera jamais à s'en trouver un dans ses rangs. Qui peut encore être ébloui par Copé et Fillon pour sabrer la gauche ?
Je lui souhaite de ne pas subir le même sort que Besancenot : invité sur tous les plateaux, plus de cent passages au Grand Journal, Ariane Massenet ébahie, Denisot gluant d'amabilité, la gauche ravie de voir le facteur bouffer du Sarkozy, puis soudain cette même gauche a commencé à le trouver encombrant, un peu too much, alors on convoqua Renaud Dély, "Besancenot l'idiot utile de Sarkozy", il en mourut. Dély fut nommé Compagnon de la Libération, puis du Nouvel Obs...

bruno

Philippe Bilger, battez votre coulpe avec modération, avant d'aller chez Calvi, je subodore que vous aviez abusé du calva !!!

Carl+Larmonier

Bonsoir Monsieur Bilger derechef

On a ressenti une méchante lutte de Jean-Luc Mélenchon pour ne pas chuter en se rattrapant à tous les meubles. Je dirais même pour ne pas chuter dans la mélenchutte libre.
Non d'une pipe, je suis en verve aujourd'hui. C'est que j'ai réussi à me faire pouffer moi-même sur ce coup-là. On est peu de chose, tiens. Je suis mon meilleur public.

Ce coup-ci, bonne soirée.

Carl+Larmonier

Bonsoir Monsieur Bilger

La parole n'est qu'une musique quelque part... Je suis très sensible personnellement quand vous dites au fait que c'est si beau et si bon une parole qu'on écoute.
C'est pour ça que j'ai pour préférence de regarder le JT présenté par Carole Gaessler car je suis sensible à ce qu'elle parle toujours posément et je trouve qu'elle fait un perpétuel travail de diction, je dirais même une élégance que je qualifierais de classieuse dans la diction.
Il est clair qu'il y a assez de pulsions sous-jacentes d'énervement dans la vie de tous les jours, et que Jean-Luc Mélenchon par sa diction représente son fan-club certainement dans ce cas-là. Les Mélengronchons.
Des agités du ciboulot, pour moi (je n'ai pas dit agités du bocal, car même si j'apprécie Céline l'écrivain je n'apprécie pas forcément l'homme pour faire mienne la référence exacte. Donc j'ai juste nuancé. Comme on peut nuancer sa voix dans la modalité).

Très bonne soirée.

Jabiru

JLM, un tribun cultivé, anticapitaliste et antimondialiste qui éructe, injurie et interpelle les "bien-pensants" avec la verve d'un écorché vif. C'est un peu du gâchis au vu de son indéniable personnalité.
Véhiculer quelques vérités dans un flot d'utopies ne peut que le mener dans un isolement politique d'où il ne sortira rien. Les grandes gueules, à force, ça fatigue et on passe à autre chose.
S'agissant du mis en examen et de son juge, les bonnes manières semblent revenir d'actualité. Le mis en examen va utiliser tous moyens de droit dans le respect des institutions, et le juge renonce à porter plainte. Un par contre qui n'a pas dû apprécier, c'est le Procureur de Bordeaux qui a appris par la presse que l'ex-Président était soumis à la question dans les sous-sols de son Palais. Question à deux balles : comment va réagir la Chambre de l'Instruction ? Affaire à suivre.
Je crois avoir ma petite idée mais je me la garde.

Pietri S

Monsieur Bilger,

L'insulte ne vaut pas argument !

JL Mélenchon oublie un basique : les enfants n'aiment pas que leurs parents s'approprient leur langage, les enfants aiment que leurs parents incarnent une sorte d'idéal à atteindre qui confère autorité et respect autrement dit, que chacun reste à sa place.

Pareil pour les adhérents/sympathisants à un parti ou autre ; ils s'amusent/ applaudissent les débordements de langage, les excès de leur "prédicateur", "il est des nôtres", jusqu'au jour où ils réalisent qu'il est comme eux, mais trop, que ses excès sont connus et répétitifs et restent sans effet, et que par conséquent il ne les conduit nulle part : c'est le danger auquel s'expose JLM qui semble ne pas avoir compris que maintenir une distance est vitale, que c'est la distance qui crée le respect et maintien l'adhésion à un discours.

Toute communication qui ne débouche pas sur une action est vaine, c'est du bavardage ; JL Mélenchon bavarde beaucoup, parle beaucoup de lui, fait beaucoup de bruit.. il reste dans une incantation stérile !

Les propos de JLM re les salopards a fait déraper Ruth Elkrief qui en quelques minutes pour montrer son indignation sur le fond des propos n'a rien trouvé de mieux que répéter, salopard et dégueulasse (en écho) une bonne dizaine de fois. Pas de quoi pavoiser !

Il m'est toujours insupportable d'entendre un politique incapable de s'exprimer en français correct, multipliant les vulgarités et les anglicismes... et ce phénomène se multiplie parmi les politiques preuve du vide de leurs propos dont on ne retient plus que la forme.

JL Mélenchon est un type fin et cultivé qui se galvaude en voulant choquer ; en fait il se comporte comme un bouffon, il se ringardise, on ne retiendra de lui que ses excès linguistiques et de comportement, alors qu'il aurait pu jouer un rôle de caillou dans la chaussure de F. Hollande et de son gouvernement.

S'il ne réagit pas, son souvenir sera celui d'une vulgaire caricature de type mal élevé et sans éducation aux Guignols !

...mais ce n'est que mon avis !

Boris

Un hommage mérité qui va droit au coeur du modeste militant que je suis... Merci, monsieur Bilger !

sa

Calvi, un parfait "honnête homme" ?
Sa grande spécialité, c'est de dire des énormités, pour appâter le chaland. "Est-ce la fin du capitalisme" ? "Vous venez de nous dire que les Chypriotes sont des mafieux...". Cela fait un petit choc... Les invités corrigent l'assertion outrancière. Sept ou huit de ces séquences, et l'émission est passée, dans l'animation, et... le vide intellectuel, largement.
Autre procédé pour créer de l'animation : inviter les extrémistes. Le Front de gauche a le droit d'exister, certes, et de passer à la télévision, certes encore, mais l'économiste du Front de Gauche, dans une émission où l'on cherche à comprendre quelque chose...
Par ailleurs, en matière politique il s'intéresse surtout au politicien (la grande question : qui sera le prochain chef ?) et il n'est pas très loin du cynisme (tous des ambitieux... et ça m'amuse).
Mais ce sur quoi je voudrais surtout vous lire, Philippe Bilger, c'est sur le choix par Calvi de ses invités. Pourquoi tel dirigeant du Nouvel Observateur et pas tel dirigeant de Libération, ou tel de l'Express et non tel du Point, ou tel professeur de Sciences Po et non tel autre ? [Je suppose qu'il y a des gens qui sont enragés à la pensée de la notoriété qui leur passe sous le nez - en fait j'en ai connu un] Il jouit là d'un immense pouvoir et j'aimerais avoir votre avis sur la façon dont il l'exerce. Evidemment, un de ses grands principes est d'inviter toujours les mêmes, pour que le spectateur s'y retrouve émotionnellement et intellectuellement. Mais encore...?

monik

Dans ce "C dans l'air" vous avez opiné du chef lorsqu'un journaliste disait qu'il y avait une petite vengeance de la part des juges. La vidéo est encore consultable. Je vous lis ainsi que tous les commentaires, je n'interviens pratiquement jamais, et, je crois, je pense, que selon votre bon vouloir, sans parfois beaucoup d'objectivité vous distribuez des bons points, le tableau d'honneur ou la fessée. Nous avons tous le droit de nous exprimer mais il me semble que vous acceptez mal la controverse.

Juritel

Nommer plutôt que cerner. Voilà la première marche à remonter. Pourquoi est-on passé d'"ouvrier" à "agent d'usine", "d'homme de ménage" à "technicien de surface", etc.
Merci pour ce petit billet monsieur Bilger.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS