« L'horreur pénitentiaire, la vraie | Accueil | Pour une magistrature debout »

27 septembre 2013

Commentaires

Alex paulista

"...restriction ethnique qui aurait pu être camouflée en restriction portant sur le diplôme ou la profession."
Rédigé par : Buridan | 27 septembre 2013 à 11:30

Non, la République ne fait pas de restriction ethnique, même camouflée. La République n'est pas faux-cul ni "maligne". En revanche, je ne vois pas d'objection à créer des facilités pour certaines professions.

Sinon je suis d'accord avec vous (et avec Bruno Le Maire) sur Manuel Valls. C'est un clone de Sarkozy, un spécialiste des "paroles verbales" qui donne des coups de menton en l'air. Un nabot nerveux et complexé.
Tous ses arguments sont déplacés et son action est nulle :

- les Roms n'auraient pas "vocation" à s'intégrer. Qu'est-ce que cela signifie ? Qu'on va donner le visa à telle ou telle personne en fonction des statistiques d'intégration des gens de son ethnie ? D'un procès d'intention jugé au faciès ?

- l'entrée dans Schengen ne va pas changer grand-chose. Au contraire ça va donner à ces personnes un visa de travail, qui va leur permettre d'arrêter de vivre de la charité ou de combines. C'est pas ce qu'on veut au final ? En empêchant les Bulgares et les Roumains de travailler en France, on embête plus les gens sérieux que les mendiants et les voleurs...

- Valls se vante de démanteler des camps insalubres, mais je ne l'entends pas s'enorgueillir de faire quoi que ce soit pour leur donner une chance de s'intégrer : aide à la scolarisation des enfants, au travail. À Lyon, ma ville de cœur, le curé de Gerland s'est mobilisé en faveur de quelques familles et n'a qu'à se féliciter des efforts faits par ces Roms.

- après, on a le droit de penser que la Roumanie et la Bulgarie ne sont pas prêtes, mais il faut porter le dossier au niveau européen, pas stigmatiser une population sur sa vocation ou sa propension. Pour ma part je me souviens qu'on faisait déjà miroiter la libre circulation aux Bulgares en avril 1999, alors qu'on bombardait Belgrade. À cette époque j'étais à Sofia avec d'autres étudiants et Minko Balkanski nous avait réservé un accueil exceptionnel. On a échangé des idées sur la physique, des rakias avec les gars et des bisous avec les filles. C'était plus que chaleureux et ces étudiant(e)s de l'Université de Sofia brillaient sur tous les plans. Ça m'embête de savoir tous ces gens francophiles pris en otages depuis quinze ans par cette polémique politicienne sur les Roms.

- enfin, les Roms concernés sont 12 à 15 000 en France, ce qui est très peu, et la plupart des gens n'en ont jamais rencontrés. Il y a un amalgame avec les autres gitans, gens du voyage et autres tsiganes. Le problème est global à tous les non-sédentaires, et refouler quelques Roms ne résoudra rien. Il faut créer des facilités de suivi, de scolarisation, de travail digne. La mendicité, la misère et les troubles aux voisins diminueront d'autant.
Sinon, je sais qu'ils posent objectivement problème : ma famille a souvent eu des problèmes avec les manouches. Ma femme a été menacée pour avoir refusé une cigarette à une pré-ado, mon frère n'a jamais réussi à se faire payer les soins vétérinaires prodigués à leur chevaux en piteux état, les métaux du chantier voisin ont tous été volés la nuit avant leur départ... et autres gracieusetés.

Mais bon, la République se doit de proposer une solution digne à ces familles européennes et l'égalité des chances pour les enfants. Même si leur pays d'origine ne le fait pas.
Et les étrangers qui refuseront de scolariser les enfants devront pouvoir être expulsés.

moncreiffe

Voici un bel article, publié en 2008, dans une revue sérieuse.
http://balkanologie.revues.org/972
Sa lecture permet de corriger la vision caricaturale que de nombreux Français ont des Roms (en particulier ceux qui viennent de Roumanie).

Toutefois, je partage l’indignation de certains commentateurs devant l’angélisme niais, l’humanisme hypocrite, le politiquement correct et l’absence de statistiques ethniques et religieuses qui seules permettraient de mesurer l’ampleur réelle des mouvements migratoires. Et j’approuve à la fois le présent billet de Philippe Bilger et les propos récents de Manuel Valls à l’égard des Roms.

J’ajoute que ce n’est pas aux Français de faire des efforts pour intégrer les étrangers. C’est exactement l’inverse. Ce sont les étrangers qui doivent faire des efforts pour s’intégrer dans la société française. Apprendre à parler correctement le français et exercer une activité professionnelle, pour commencer. S’adapter au mode de vie du pays d’accueil, ensuite. Laisser ses croyances religieuses dans la sphère privée, enfin.

Je serais fort surpris qu’une brave bourgeoise bien-pensante telle que Cécile Duflot tolérât plus de 24 heures la présence d’un campement de Roms sous ses fenêtres. Elle serait bien contente de pouvoir faire appel aux services de la police ou de la gendarmerie (qui sont sous l’autorité du ministre de l’Intérieur) pour faire expulser ces indésirables qui auraient l’outrecuidance de venir troubler sa tranquillité.

JMT

@ Nordine,

Je ne parviens pas à m'en remettre : votre argumentation est, je l'avoue, on ne peut plus fine !

Polochon

@ doux zefir

90% des Roms seraient d'après vous sédentarisés.
Bien sûr leurs caravanes hors d'âge ne peuvent plus rouler et donc ils sont de fait sédentarisés dans des camps-dépotoirs, entre eux !

Polochon

Valls est d'abord un ambitieux qui se positionne pour de futures échéances.
Mais sur le terrain, que fait-il ? Pas grand-chose.
Vallini est un petit baron de province, colérique, agile de l'aiguillette et ambitieux.
Voilà un bien bizarre attelage.

Robert

Je retiens ce court alinéa :

"Qui, à part des tordus de l'humanisme abstrait et donneurs de leçons à proportion même de leur éloignement des problèmes, peut contester la lucidité certes basique mais irréfutable de cette démarche ministérielle ?"

Au-delà des visées politiciennes que soulèvent certains intervenants, il n'empêche que dans ses fonctions Monsieur Valls a la charge de l'ordre public qui est manifestement troublé par la présence de ces bidonvilles systématiquement créés par les Roms en séjours irréguliers sur notre territoire et par le fait qu'ils compensent nécessairement leurs manques de ressources par des délits d'appropriation, voire des crimes.

Quant à Madame Reding, qui est Luxembourgeoise, puisqu'elle est si prompte à mettre en cause la France, tant sous l'ère "sarkozienne" que "hollandaise", que ne propose-t-elle à Monsieur Valls d'expulser les Roms à la frontière luxembourgeoise ?
Ce magnifique petit et très riche pays doit avoir les moyens de les accueillir et de construire des logements pour toutes les familles Roms de Roumanie et de Bulgarie...

Il est trop facile de se draper dans les plis de principes absolus et de la bonne conscience en négligeant les contraintes auxquelles les pays d'accueil sont soumis. N'est-ce pas Monsieur Rocard qui avait déclaré que la France ne pouvait pas accueillir toute la misère du monde ?

SR

La sélection électoraliste amène l'accueil de la filiation monosexuée tarifée et le rejet des familles roms.

Michelle D-LEROY

Si j'approuve ce billet, je ne peux que m'interroger sur les motivations électoralistes de Manuel Valls, vu que les élections municipales approchent à grands pas. Quant à André Vallini, je l'ai entendu, récemment, défendre bec et ongles la loi pénale de Christiane Taubira avec un total mépris pour les arguments de ses contradicteurs. Je ne peux donc le croire, il m'est apparu comme un idéologue sectaire à l'image de sa famille politique.
Et puis, le rappel constant du "pacte républicain", des "valeurs républicaines" m'insupporte, ces mots n'ont plus aucun sens tant il sont galvaudés et utilisés par rejet de ceux qui seraient tentés d'être autre chose que "républicain". Je suis démocrate et ne suis pas béate d'admiration devant les révolutionnaires sanguinaires de 1789...

Je m'étonne bien évidemment de ce soutien quasi total d'une gauche bien-pensante qui nous répète à longueur de jours que Nicolas Sarkozy "a sali" la France... J'en veux pour preuve qu'en 2010 il a dit la même chose que Manuel Valls et qu'il s'en est suivi un tollé général avec les éternels poncifs sur l'humanisme, la France terre d'accueil, la capacité d'intégration de cette population et, cela va de soi, le rappel à la récente Histoire et à ses atrocités.
On se souvient même d'un prêtre qui voulait prier pour que cet "horrible" Président meurt d'un infarctus. Tout y était.

Toujours le deux poids deux mesures médiatiques.

L'affaire des Roms est d'abord une affaire européenne, défendue par des commissaires européens qui n'ont rien à envier à la gauche bobo française. La même posture intellectuelle naufrageuse de l'Europe.

Si on est de bonne foi, nous savons qu'effectivement, les Roms posent problème et que fermer les yeux n'est pas une solution. Toutefois, M. Valls ressemble en cela à N. Sarkozy : il parle pour s'attirer les foules et n'agit pas. Des paroles sans les actes. Juste la communication.

Mais ils ne sont pas les seuls à poser problème, à ne pas vouloir s'intégrer, à ne pas avoir d'ancrage en France. En cela André Gerin, que je respecte pour son courage, souvent mis au ban par l'intelligentsia, a dénoncé les débordements migratoires quels qu'ils soient et leurs méfaits pour la société. Il a dénoncé les communautarismes, le port du voile, les dérives sectaires des musulmans... Pourquoi ne pas le rappeler ? Pourquoi, cela est-il si impossible à dire ?

On ne peut parler des Roms, qui en l'occurrence sont des boucs émissaires comme un arbre qui cacherait la forêt. Je suis tentée de dire que du point de vue civilisationnel, les Roms sont moins dangereux que d'autres migrants qui transforment la vie de notre société par l'ampleur du phénomène.

Il faudra du temps pour reconnaître les faits, il sera sans doute trop tard avant que les élites évoluent. Avant cela le simple fait de rappeler les vérités qui fâchent est condamnable et populiste voire extrémiste. Pourtant, est-il interdit de se poser des questions ?

Je constate donc qu'on peut.

Achille

Bonjour Philippe Bilger,

« Manuel Valls ne se souciera pas des professionnels de la dénonciation, de la critique du brillant Arnaud Montebourg et des réserves du limité Harlem Désir. Il laissera la Commissaire européenne Viviane Reding continuer à prêcher pour une liberté dont la France subirait les conséquences fâcheuses. Il ne se formalisera pas pour une fois d'être moqué (Le Monde et Plantu) parce qu'il serait dans ce domaine la copie conforme de Sarkozy. »

La gauche s’est toujours distinguée par son humanisme bon teint quand elle est dans l’opposition, mais une fois « aux responsabilités », elle ne peut faire autrement que se plier aux exigences de la vraie vie.

Certes il en est toujours quelques-uns, comme Cécile Duflot, qui préfèrent le modèle sociétal qu’ils se sont construits et s’efforcent de l’imposer à leur entourage, persuadés que c’est pour le bien de tous.

Néanmoins vu les 2% qui sont gratifiés par les sondages aux Verts dans les intentions de vote, il semble que jusqu’à présent ils n’aient pas convaincu grand-monde.

Il est vrai que Manuel Valls a tenu des propos très durs à l’égard des Roms en considérant que cette communauté refuse toute intégration dans notre société. Il existe quelques exemples d’intégration de ces gens, et même s’ils sont peu nombreux, je ne pense pas qu’il fallait les stigmatiser de cette façon.

Arnaud Montebourg lui a reproché ces propos excessifs tout en lui assurant son soutien dans son action qui est difficile car la sécurité des citoyens ne saurait faire place à une quelconque bienveillance envers ceux qui ne se conforment pas à nos lois républicaines.

Manuel Valls a un rôle particulièrement ingrat au gouvernement.
C’est lui qui est sollicité par les maires qui sont en première ligne pour régler les conflits entre leurs administrés et les Roms qui souvent s’installent comme en terrain conquis dans des terrains qui ne leur sont pas affectés.

Lutter contre la délinquance commence par rappeler aux gens qui viennent sur le territoire français que ceux-ci ont certes des droits, mais ils ont aussi des devoirs. Quand on est accueilli dans un pays, ils convient de respecter ceux qui y vivent. Simple règle de savoir-vivre, sinon il ne faut pas s’étonner que ceux-ci veuillent vous mettre dehors.

Il semble que cette considération n’ait pas été retenue par les commissaires européens qui, depuis leur bureau de Bruxelles, pondent des circulaires et des directives à tour de bras, sans vraiment se soucier des difficultés d’application.

On aimerait voir ces gens-là un peu plus souvent sur le terrain, ne serait-ce que pour qu’ils apprennent à se comporter avec un peu plus de discernement. Mais on imagine mal Viviane Reding vivre ne serait-ce que quelques jours à proximité d’un camp de Roms. On se demande bien pourquoi !

Nordine

Virons les Roms, ils sont sales. Virons les arabes, ils sont voleurs. Virons les noirs, ils puent et ils sont cannibales. Virons les juifs, ils sont rusés et fourbes (astuce pour les confondre : ils ont un nez crochu). Virons les Chinois, ils mettent nos chats dans leurs nems. Virons les blancs, ils braquent des bijoutiers étrangers.

Catherine JACOB

J'imagine aisément que lesdits Roms n'aient pas vocation à s'intégrer à la Manuel Valls, que ferions-nous de toute une tribu de Carmencita à la tête du ministère de l'Intérieur, auxquels répondraient les Don José de l'administration pénitentiaire: « la fleur que tu m'avais jetée dans la prison était restée flétrie, et sèche cette fleur gardait toujours sa douce odeur. »

Je crois qu'il faut arrêter de faire des amalgames de tout.
Tous les Corses ne sont pas dans le maquis, la preuve il y en a à l'Assemblée nationale, tous les Basques ne sont à l'E.T.A, la preuve, il y en a parmi les chroniqueurs de Télématin, et il y a même des Marseillais qui ne tirent pas à tout bout de champ sur leurs voisins.

La loi sur les gens du voyage a instauré la notion de «commune de rattachement» et celle-ci n'est pas obligatoirement à localiser en Roumanie ou en Bulgarie.
Les ressources du Fonds départemental d'aménagement, de maintenance et de gestion des aires d'accueil des gens du voyage se trouvent dans le code général des impôts, art. 1595 quater et s'il existe une sanction pénale de l'installation sans titre sur un terrain, il existe également des missions d'organisation et fonctionnement des écoles régionales du premier degré réservées aux enfants dont les parents exercent des professions non sédentaires, par ex. les artistes qui ont fait leurs études à l'école du cirque et s'il est admis de louer des terrains de camping à des populations sédentaires en période de nomadisme estival, il semble qu'il faille songer à des conditions de sédentarisation périodique des populations nomades susceptibles de recueillir l'assentiment des tous les partenaires du problème ou est-ce que Poutine serait le seul diplomate intelligent à pouvoir imaginer des solutions viables aux guêpiers internationaux ?

Boris

"Les Roms dont la présence en France n'est justifiée par aucun ancrage doivent repartir..."

Monsieur Bilger, je ne vous apprends rien, mais pour ce que j’en sais, rien ne peut empêcher les Roms de revenir en France, au moins pendant trois mois : la libre circulation s’applique pour les Roumains et les Bulgares depuis 2007 ; simplement, par suite de restrictions transitoires, les citoyens de ces deux pays ont besoin d’un titre de séjour pour travailler en France. Lorsqu’ils entreront dans l’espace Schengen, ce qui n’aura pas lieu le premier janvier 2014, date à laquelle seront simplement levées les mesures dérogatoires touchant l’emploi, les postes de douane visant les extra-UE seront déplacés aux frontières est de la Roumanie, mais il ne se produira aucun cataclysme à la sauce FN.

Sinon, je suis d’accord avec votre dénonciation de l’angélisme, surtout que la Duflot n’a rien d’un ange. Ses imprécations sont comme un bourdonnement de mouche à mes oreilles : il n’en est pas de même de ce que disent les associations d’aide aux Roms qui gèrent une partie du problème… Valls peut et doit les consulter !

Par ailleurs, on oublie un peu vite qu’un problème migratoire est toujours international. Pour m’être rendu dans un trou perdu de Roumanie en 2008, et avoir eu l’occasion de passer dans des villages habités par des Roms, j’ai une idée des endroits où passe l’argent des activités illégales pratiquées en France par une partie d’entre eux. Bref. Mon sentiment, c’est qu’il aurait fallu, avant l’adhésion de la Roumanie à l’Euro :

Primo, obliger Bucarest à sanctionner sévèrement, et dans la réalité des choses, les discriminations infligées aux Roms et autres manifestations de racisme primaire. Libre à la Roumanie de faire ce qu’elle voulait si elle désirait rester seule…

Secundo, faire subir à certains membres de la communauté rom des contrôles fiscaux drastiques avec suites pénales en conséquence. Du reste, les décideurs roumains chargés de voter ces contrôles et sanctions auraient pu utilement se les infliger à eux-mêmes, suivant l’adage classique Qui custodiet ipsos custodes…

Maintenant, c’est un peu tard.

Simon de Cyrène

"...sans démagogie..."
Faire des déclarations qui confirment et alimentent l'exaspération - réelle, je n'en doute pas - et la xénophobie silencieuse de la populace à seule fin de servir une ambition personnelle, ce n'est pas de la démagogie ? Mince alors ! Je m'en vais revoir mes définitions.

sbriglia, exaspéré par les faux-culs

Et si on appliquait la loi ?

"Le droit de séjour (dans l'espace Schengen) pour une période supérieure à trois mois reste soumis à certaines conditions : exercer une activité économique en qualité de travailleur salarié ou non salarié, ou disposer de ressources suffisantes, ou bien suivre une formation professionnelle en tant qu'étudiant et disposer de ressources suffisantes, ou bien encore être membre de la famille d'un citoyen de l'Union qui entre dans une des catégories susdites.
Tout citoyen de l'Union acquiert le droit de séjour permanent dans l'État membre d'accueil après y avoir légalement résidé pendant une période ininterrompue de cinq ans, pour autant qu'il n'ait pas fait l'objet d'une mesure d'éloignement. Cette règle s'applique aussi aux ressortissants des nouveaux pays membres de l'Union européenne."

Cessons donc de mouliner !

Et que Madame Reding relise ses textes !

Savonarole

L'Europe se retrouve aujourd'hui devant le même dilemme que les États-Unis envers les Peaux-Rouges.
- Vers 1900 l'Amérique est secouée par un sentiment de repentance, cette jeune nation ne pouvait continuer à se trimbaler les atrocités commises envers les "premiers Américains".
Des Ligues de vertu à Buffalo Bill en passant par de généreux mécènes qui avaient découvert de l'or et du pétrole sous les mocassins des Indiens se donnèrent comme mission d'intégrer ces peuplades. Des sommes colossales furent mises a leur disposition, écoles, maisons de santé, etc.
- 1929, crise économique mondiale et surtout américaine, l'Amérique s'aperçoit alors que la communauté peau-rouge n'a pas bougé d'un iota, ils continuent à pêcher à la ligne et à écouter le vent, tout en découvrant les délices de la Budweiser et du Jack Danieĺ´s.
Cocus et pas contents, les Américains jettent l'éponge et leur proposent des réserves indiennes autogérées, où ils pourront écouter le vent.
On en est toujours là aujourd'hui, mais avec des casinos et l'air conditionné.
Pendant ce temps-là, la communauté noire connaît un boom démographique qui renverse les barrières raciales, les ramasseurs de coton sont devenus médecins, Prix Nobel, acteurs, écrivains, et enfin Président... tout en passant par les plages de Normandie et plus tard le Vietnam...
Le cinéma américain qui est un véritable livre d'histoire de ce pays n'a pas trouvé un Peau-Rouge pour tenir un rôle, c'est Paul Newman qui jouait "Hombre" et Burt Lancaster un apache... avec des figurants "indiens" bien bronzés, venant de Puerto Rico ou de Bolivie...
Un rapport célèbre d'après-guerre (1946, je crois) avait conclu à une "impossible et inenvisageable assimilation".
Dès lors, chers amis, je propose que la Corrèze devienne un Foyer national Rom et que Tulle soit transformée en casino.


 Buridan

"Les camps interdits et créateurs d'un environnement qui donne prétexte au racisme quotidien pour s'extérioriser".

Il y a donc un "racisme" pour qui l'environnement créé par les Roms autour de leurs camps est un "prétexte" à extériorisation - un prétexte, pas un motif ! Un racisme, c'est-à-dire une attitude hostile non fondée...
Brave Philippe, jamais las de combattre d'imaginaires moulins fascistes, jamais las de hurler avec la meute dénonciatrice au moment même où il la dénonce !

Où étaient-ils, tous les bonzes et énarques de l'UMP, quand a été votée l'entrée dans l'UE, sans restrictions, des pays abondants en Roms ?
Ils dégoulinaient tellement d'humanisme, à l'instar de Philippe Bilger, qu'ils ont tout laissé faire sans émettre ne serait-ce qu'un son.
Ils étaient donc :
soit crétins
soit lâches
soit de gauche.
Soit un mélange variable des trois.

joanseen

Mon admiration reste intacte face à vos analyses des interventions médiatiques de certains politiques et vous vous inscrivez dans la lignée des discours de Monsieur Valls que je partage également.
Mais peut-être à votre différence, n'ai-je guère de sympathie pour lui, il ne mérite pas les multiples compliments que vous lui attribuez pour la simple raison qu'il n'y a quasiment aucun suivi concret, rien en tout cas qui vienne contrecarrer l'augmentation de l'insécurité.
Brillant tacticien médiatique à l'image de Sarkozy, je doute comme de ce dernier, de ses capacités stratégiques pour qu'il y ait une quelconque transcription dans le réel. Pourquoi réussira-t-il demain ce qu'il ne réussit pas aujourd'hui ?
Poudre aux yeux, plans médias en chaînes, analyse de plans média, virtualité quand tu nous tiens et pendant ce temps-là, la France continue doucement mais sûrement à sombrer...

yves

@zefir 11.35

Un vent léger, un zéphyr en français, nous apporte une bien pertinente observation : la France ne saurait pas intégrer les populations intruses.
"Il n' y a qu'en France" que cette lacune existe.
Réfléchissons une seconde. Puisque les enfants de Descartes n'ont pas encore perdu le nord, la conclusion leur saute aux yeux...

Jabiru

Regard sur la cacophonie et la désinformation de l'info ambiante.
Avant hier soir 20h, Pujadas vante les mérites du gouvernement pour la baisse significative du chômage, relayé par France3 qui en rajoute une bonne louche.
Hier, dans la journée, on apprend que 77000 chômeurs auraient disparu sans raison des statistiques !
Hier soir 20h, curieusement, aucune info qui aurait été de nature à remettre les pendules à l'heure.
Merci pour la désinformation.
A noter que M. Sapin, de son côté, était resté prudent et nuancé.
On nous prend pour des billes et ce n'est pas fini.

hameau dans les nuages

zefir | 27 septembre 2013 à 11:35

Je crois que vous faites erreur. Sédentarisé ne veut pas dire intégré mais fixé. Et quand je dis fixé une minorité l’est vraiment. En abandonnant « le voyage » et permettant ainsi à leurs enfants d’avoir une scolarité normale et de longue durée.
Mais dans ce cas ils sont eux-mêmes ostracisés par les itinérants car devenant gadjé. Ce qui est pour eux assez péjoratif, c’est un euphémisme. Des sous-hommes pour ce peuple fier. Audi soit qui mal y pense.

Ils sont à l’image du peuple kanak. Tout ce qui est à toi est à moi. Mais avec eux cela ne marche que dans un sens.

Les optimistes duflotiens diront qu’ils ont fait la moitié du chemin.

Pendant ce temps dans le village les gendarmes en partie désarmés devant ce phénomène font la tournée des maisons pour déposer un prospectus rappelant les règles de sécurité et parler avec leurs habitants.

Il est vrai que dans l’affaire du bijoutier de Nice certains donneurs de leçon suggéraient que sa responsabilité était totalement engagée dans la mesure où il n’avait pas pris toutes les mesures de précaution, comme un sas de sécurité. Raisonnement pervers de l’inversion des responsabilités.

J’en déduis que les Français moisis et xénophobes doivent se barricader.

Terrible aveu d’échec.

Monsieur Valls peut mouliner des bras, le sifflet à roulette entre les lèvres pour siffler la fin de partie.

On a perdu.

Match retour en 2017 ?

semtob

Cher Philippe,

En cette belle matinée d'été indien nous vous adressons ce chant lyrique que nous ne savons entendre sans nous souvenir des atrocités de la Seconde Guerre mondiale qu'ont vécues ces femmes, ces enfants, ces familles.
Notre pays devrait s'honorer de recevoir et d'intégrer avec la plus grande attention et la plus grande chaleur ces hommes persécutés de partout. Ce sont des ambassadeurs de la francophonie.
Nos retraités partent en Tunisie, au Maroc, au Portugal pour vivre une retraite au soleil. Nos jeunes s'expatrient plus que jamais pour exercer leurs compétences en tous pays.
Et nous, nous ne pourrions pas recevoir dignement 10 000 enfants dans nos écoles.
C'est que nous manquons cruellement de capacité d'amour et de mémoire.
Allons, la plupart des assistants sociaux travaillent dans des drives, nos architectes sont serveurs aux Etats-Unis, nos psychologues pointent au chômage et nos enseignants sont nombreux pour enseigner notre belle langue française.
Ce qu'il nous faut c'est dénoncer avec force tout comportement d'exclusion, de maltraitance et d'ignorance.

Djelem, djelem
Djelem, djelem : l'hymne international des Roms

Olivera Katarina Djelem,Djelem
http://www.youtube.com/watch?v=HFqsG0uh8D0

"J'ai marché, marché sur les longues routes,
J'ai rencontré des tziganes heureux.
J'ai marché, marché au bout du monde,
Et la chance était avec eux.
Ô Rom, toi l'homme, toi l'enfant,
Ô Rom, d'où êtes-vous venus
Dans vos tentes, sur les chemins de fortune.
Où êtes-vous, maintenant ?
Où sont les hommes ? Où, les enfants ?

Comme vous, j'avais une grande famille
Comme vous, les hommes en noirs l'ont massacrée.

Venez avec moi, tous les Roms de la terre
Car les routes tsiganes nous sont ouvertes.
Voici l'heure. Debout, Roms !
Nous ferons ce que nous voudrons.
Ô Rom, toi l'homme, toi l'enfant,
Venez avec vos tentes, sur les chemins de la fortune."
françoise et karell Semtob

Kizolk

Vous savez à quel moment Copé m'énerve le plus ? C'est quand il prétend "donner des conseils" aux socialistes, "pour leur bien". C'est quand il cite un socialiste qui est allé à l'encontre de sa majorité. C'est quand il parle de Valls.

On a compris que vous aimez la gauche quand elle n'est pas la gauche, mais arrêtez de présenter Valls comme le "bon socialiste".

 Buridan

Je suppose que pas mal de Harkis et d'Amérindiens des E.-U. quittent respectivement leurs villages et réserves : et ce doivent être les plus entreprenants, les meilleurs d'entre eux.
Je suppose que la même chose se passe avec les Roms. Si bien que les Roms qui restent Roms, il est probable que leur code génétique se dégrade de génération en génération.
C'est, évidemment, difficile à prouver, surtout quand l'idéologie PC est hégémonique et terroriste, et que toute littérature qu'on peut trouver sur les Roms dégouline de bienveillance creuse.
Je me rappelle, cela dit, une étude sur le QI de Roms serbes qui avait trouvé un QI très bas : 70 (équivalent au QI d'un Serbe de dix ans). Il faudrait voir, évidemment, si l'étude était vraiment fiable (peut-être que certains étaient un peu illettrés, peut-être que d'autres étaient non-coopératifs ?). Mais les antiracialistes nous convaincraient si, au lieu de généralités scientifiquement idiotes, ils réalisaient et produisaient des études infirmant ce genre de données.

Buridan

Les gens du "Monde" n'osent pas nous dire que l'immigration rom est une chance pour la France.
Il est remarquable qu'ils ne nous disent pas ce qu'ils pensent (s'ils sont sains d'esprit) : cette immigration est un malheur et une catastrophe, mais la laisser s'accomplir est un impératif moral.
A la vérité, ils sont probablement demi-fous : ils croient que c'est un malheur provisoire, alors que tout indique que les Roms de deuxième génération seront aussi "emmerdants" que ceux de la première, et ceux de la énième autant que ceux de la deuxième (ça fait sept cents ans qu'ils "emmerdent" les Roumains, et même l'ingénierie sociale du communisme n'a pas résorbé leur singularité).
La première des tactiques à adopter face à ces sublimes canailles : leur demander s'ils croient que cette immigration est une chance : les contraindre à reconnaître que c'est un fardeau et qu'ils veulent que la France accepte ce fardeau.
Alors que leur tactique consiste à interdire de dire la vérité, de discuter même des faits. Dire du mal d'une population, c'est la "stigmatiser", c'est mal en soi.
François Hollande a dit du mal de la finance - et donc des financiers. Les gens qui travaillent dans la finance sont une population. Dire du mal d'une population, la gauche trouve donc ça tout à fait normal, et elle a raison. Mais la gauche a la prétention d'interdire qu'on dise du mal d'une population ethnique, elle admet seulement qu'on dise du mal d'une population socialement définie.
La droite n'a aucune raison de céder à ce diktat de la gauche : on a le droit de dire le vrai.
Incidemment, les accusations de F. Hollande contre la finance étaient des élucubrations tout à fait creuses, de la calomnie donc (comme les accusations portées contre les Juifs en d'autres temps). Les accusations portées contre les Roms sont, hélas, véridiques.

cellier

La strategie de M. Valls est assez claire : faire croire a des electeurs de droite - bien naifs voire niais - qu'il a pris conscience de l'exasperation des Français en declamant des discours martiaux qui ne sont suivis d'aucun acte ou si peu. De façon concomitante il accelere les naturalisations afin de multiplier les electeurs de gauche en sacrifiant a l'interet electoral de son parti l'interet de son pays. M. Valls et Mme Taubira nos jouent une petite comedie qui n'a pour but que de drainer des electeurs a droite par une rigueur toute en paroles et a gauche par un laxisme affiche et helas a l'oeuvre depuis longtemps. Que les Français puissent se laisser prendre a un piege aussi grossier rend pessimiste quant a l'avenir de notre pays.

zefir

90 % des Roms européens sont sédentarisés. Bizarrement, il n'y a qu'en France qu'ils sont inintégrables. Et si la France ne savait pas intégrer ?

 Buridan

Les pays où vivent les Roms étant membres de l'UE, les restrictions provisoires à l'immigration de ceux-ci vont bientôt cesser : tout citoyen de l'UE a le droit de s'établir n'importe où dans l'UE (une fois les restrictions provisoires passées, et elles cesseront en janvier 2014).
Si bien que les propos de Manuel Valls sont essentiellement des paroles verbales.
Il est comme Ph. Bilger : il n'a rien à proposer.
Il est clair qu'il aurait fallu n'accepter l'entrée dans l'UE les pays abondants en Roms qu'avec une restriction définitive à l'immigration de certains de leurs ressortissants, restriction ethnique qui aurait pu être camouflée en restriction portant sur le diplôme ou la profession.

Jabiru

Mme Duflot commence à nous les briser menu !
Je lui conseille de faire sienne la position de JP.Chevènement. En d'autres termes, on est solidaire ou on se démet.
L'intérêt général c'est de mettre un terme et sanctionner toutes dérives qui mettent en péril la sécurité des citoyens.
Manuel Valls est tout à fait dans son rôle quand il exprime publiquement ce qu'une majorité pense tout bas. Alors exit ceux qui s'imposent et qui sont à l'origine de cette recrudescence de la délinquance qui pollue la vie de ceux qui travaillent et qui contribuent. Commençons par supprimer les aides, il en viendra beaucoup moins.

Jgo17

Comme vous avez raison, mais votre obsession à donner des bonnes et mauvaises notes aux uns et aux autres sur tout et n'importe quoi est agaçant.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS