« Une France de petits inquisiteurs | Accueil | Les Français n'ont pas totalement raison... »

16 février 2014

Commentaires

limot

Une seule question : avez-vous dit à Fofana qu'il avait déshonoré l'antisémitisme ?

Vincent Orwell

@Alex paulista

Maintenant que vous le dites, cette phrase est effectivement présentée par Eco comme venant d'un dialecte piémontais, région d'origine de Belbo, son double romanesque. Me voilà encore plus dépourvu qu'avant en italien.

pibeste

@ Achille, le 18 février à 17:49

Décidément vous ne lâchez pas l'affaire !
Encore un obsédé du mot de la fin !

Non, je ne sais pas ce qu'a bien pu dire Courteline.
Je suis désolé, je n'ai pas fait d'études.

Repose en paix ?

.

vat.lozem

Monsieur Bilger,

Un lien peut-il être établi entre le costard que vous a taillé Le Monde et votre billet interrogeant sur la mode vestimentaire du diable, et daté du 30 janvier 2014 ?

Vos interrogations civilisées sur l’auteur et vos piques de salon contre son éthique sont touchantes.
Dans le monde d’en bas, on s’est fait une opinion plus tranchante de ce journal dans son ensemble et des médias dans leur globalité. Le monde d’en bas peut être irrationnel, sans discernement et imprévisible.

Cette opinion est résumée par cette maxime : « un journaliste, c’est soit une p… , soit un chômeur ».

Merci pour vos billets, toujours intéressants.

zenblabla

Ouh là !
Je vous reconnais bien là, dans le texte.
Pas besoin de recommandations, en effet !

J'espère bien que vous rencontrerez Michel Onfray, et qu'à la suite vous livrerez quelques "sentiments", tout ce qui précède les sortes d'attendue lapidation..., et que vous délivrerez vos impressions ici.

Merci beaucoup comme vous accompagnez.

Alex paulista

mon répertoire italien : "Ma gavte la nata".
Rédigé par : Vincent Orwell | 18 février 2014 à 16:52

Juste pour info, c'est pas de l'italien.

pibeste

@Vincent Orwell 16:52

Il n'y aucun malentendu, j'ai bien compris votre dénégation à cette frivolité de l'expression d'autrui qui semble vous indisposer et c'est bien cela qui est sentencieux de votre part ; car permettre à n'importe quel olibrius de s'exprimer est ce qui en définitive garantit et protège la liberté d'expression.
Donc même s'il peut m'être pénible d'avoir à écouter des ânes braire il ne tient qu'à moi de me boucher les oreilles.
Ici sur ce blog, ce n'est pas "Tournez manège" et le moins qu'on puisse faire est de se poser les bonnes questions.

À suivre...

Achille

@pibeste | 18 février 2014 à 10:09

Inutile que je vous donne la réponse de Courteline lorsque celui-ci était pris pour un sot par quelqu'un qui l'était sans doute plus que lui. Vu votre érudition je pense que vous la connaissez. :-)

Jean-Paul Ledun@Tendance

"C'est un sénateur socialiste qui l'a écrit.
Etonnant, non ?"

Pas vraiment une surprise.
Gaëtan Gorce est une groupie de Ségo.
C'est un grand nostalgique qui n'a toujours pas digéré la défaite de celle-ci face à Sarko.

Vincent Orwell

@pibeste

Mon texte ne visait pas tant monsieur Bilger, même si comme nous tous il est sujet aux blessures narcissiques, probablement avec un cuir plus épais que la moyenne étant donné son parcours, mais plutôt à la foule de commentateurs, journalistes, simples particuliers d'ici ou d'ailleurs qui semblent surestimer le pouvoir incantatoire et d'autopersuasion de la parole écrite ou youtubisée, si vous me passez le néologisme.

Par ailleurs, il me semble qu'il devrait être possible de trouver assez facilement un compromis entre la parole sentencieuse pleine d'elle-même qu'on entend et lit partout et les solutions autoritaires que vous évoquez. Mais je suis un incorrigible rêveur.

Une version ultra-condensée de ce même texte, citée par Umberto Eco et qui constitue la quasi totalité de mon répertoire italien : "Ma gavte la nata".

Luce Caggini

Toujours lu Philippe Bilger avec le même intérêt littéraire, souvent une référence du politiquement vrai, surtout quand il flingue Sarkozy, et tout le temps avec la passion de ceux qui aiment lire une langue pleine d'humour dont les élèves des lycées devraient avoir connaissance ainsi que le troupeau des hommes politiques incultes qui parcourent nos écrans de télévisions.

oursivi

Rédigé par : sbriglia@Savonarole | 18 février 2014 à 09:30

Que voilà une réplique bien torchée !

Après les journaux à grand tirage qu'aiment tant les cheminées, nous avons la presse lunaire, à utiliser de la main gauche, elle porte bonheur.

AO

Savonarole@sbriglia

@sbriglia
"Cher monsieur,
Je suis assis dans la plus petite pièce de la maison... j'ai votre article devant moi... dans un instant je l'aurai derrière..."
Rédigé par : sbriglia@Savonarole | 18 février 2014 à 09:30

Ah oui ça c'est encore plus féroce. Tout l'humour fin de siècle. La vachardise de nos grand-pères était redoutable.
Jusqu'à Céline et sa lettre à Sartre "A l'agité du bocal"...
On pense également à cette anecdote : Maupassant demande des nouvelles de Flaubert à son ami Maxime Du Camp : "Hélas notre ami devient sourd, il n'entend plus parler de lui !"...

C'est la pathologie qui guette Frédéric Haziza.

(cf "Une histoire des haines d'écrivains de Chateaubriand à Proust" de Anne Boquel et Etienne Kern - Éditeur Flammarion)

pibeste

@Achille à 00:5

Encore un vieux pisse-froid qui vient renifler les effluves odorants des hautes lumières et dont les facultés amoindries ne peuvent restituer que l'amertume d'être un avorton au pays de l'intelligence et de la joie de vivre.

jmestries

Cher M. Bilger,

Vous vous posez des questions et pourtant la réponse est toute simple. Vous avez heurté frontalement ceux qui pensaient que faire taire Dieudonné permettait tous les excès, alors que comme vous je me pose simplement la question : pourquoi la justice a-t-elle traîné les pieds pour remettre ce délinquant à sa juste place ? Surtout, nous avons cherché à quoi rimait tout ce cirque devant un problème aussi simple à résoudre.
Où était le ministre de la justice ? Que faisait le procureur de Paris ? Que faisaient les O.P.J. de Paris ?
Ils ne vous pardonneront pas d'avoir raison contre eux, M Bilger, ils ne supportent plus la moindre contradiction. pour ma part, je pense qu'ils deviennent fou.

Maintenant après avoir vu un journaliste du Monde se photographier dans le bureau ovale avec en arrière-plan les deux présidents, nous savons ce qu'est devenu ce quotidien et surtout nous avons compris que l'actualité et la vérité n'a plus aucun intérêt pour cette presse-là. Il n'y a d'intérêt que pour eux-mêmes.
Un homme raisonnable a-t-il trois sous à dépenser pour lire cette presse-là ? Voilà ma question. Voyez je n'ai pas vu l'article vous concernant et je ne le chercherai pas. Cette presse-là disparaît doucement, laissons-la mourir en paix et vive la liberté totale d'expression.

sbriglia@Savonarole

...ou faire la réponse de Max Reger à un critique qui l'avait, une fois de plus, éreinté :

"Cher monsieur,

Je suis assis dans la plus petite pièce de la maison... j'ai votre article devant moi... dans un instant je l'aurai derrière..."

Véronique Raffeneau

"Je devrais ma réputation à des réquisitoires inattendus...
et mon style serait fait d'envolées grandiloquentes et d'un verbe à la fois dur et humain à l'encontre des accusés".

Quelle ignorance !

Hiver 1999, cour d'assises de Paris :

"Contre l'exciseuse, l'avocat général a requis sept ans de prison. Et contre les 27 parents poursuivis, eux, pour complicité, cinq années avec sursis. "J'ai le souci de faire le procès de l'excision au nom de cet universel humain qui rend insupportables les atteintes à l'intégrité de l'être humain, où qu'il soit", avait cadré d'emblée Philippe Bilger."
(Libération - "L'excision devant les assises de Paris. «La violence indiscutable de l'emprise de la tradition». Sept ans de prison ont été requis contre l'exciseuse. - 13 février 1999)

Les avocats de la défense avaient plaidé la différence culturelle. Philippe Bilger, représentant le ministère public, avait répliqué qu'il y a dans les coutumes des pratiques qui sont honorables, d'autres qui ne le sont pas, et qu'il est inadmissible de porter atteinte à l'intégrité humaine, que l'on soit en France, au Mali ou en Gambie (Victoire sur l'excision - Hubert Prolongeau).

Pour la presse judiciaire et ceux qui s'intéressent à la justice, voilà le réquisitoire fondateur de l'avocat général Bilger.

Pour tout journaliste soucieux de réaliser un portrait informé et documenté de Philippe Bilger et de rendre compte de son parcours, le rappel de ce réquisitoire est tout simplement essentiel et incontournable.

fugace

Un bon coup de torchon s'imposerait au premier degré.

La Cour des comptes a publié les aides que verse l'Etat à chaque titre.

Le Monde est en tête !!??

Il faut donc admettre que bon gré mal gré la vente de torchons peut donc encore rapporter gros au travers nos impôts. Un paradoxe de plus !

Quelques chiffres source Cour des comptes :
[ Subventions reçues par les journaux en millions d'euros ]

LE MONDE 18,4 (*)
LE FIGARO 17,2
OUEST FRANCE 15,8
LE PARISIEN & AUJOURD'HUI EN FRANCE 13
LA CROIX 9,9
LIBERATION 9,9
TELERAMA 9,4
NOUVEL OBSERVATEUR 7,8
TELE 7 JOURS 7,3
L'HUMANITE 6,8
SUD OUEST 6,3
L'EXPRESS 6,2
NOUVELLE REPUBLIQUE DU CENTRE 5,6
VOIX DU NORD 5,4
PARIS MATCH 5,15
DEPECHE DU MIDI 5
LES ECHOS 4,5
LE POINT 4,5
DAUPHINE LIBERE 4,5
TELE STAR 4,45
TELE LOISIRS 4,4
DERNIERES NOUVELLES D'ALSACE 4

La Cour des comptes aussi a un classement selon la subvention ramenée à l’exemplaire imprimé (vendu ?). Selon ce critère, le journal le plus subventionné est L’Humanité (48 centimes d’euro par exemplaire), suivi de La Croix (32 centimes), Télérama (29 centimes), Le Nouvel Observateur (29 centimes), Libération (27 centimes), Le Pèlerin (24 centimes) et L’Express (23 centimes)...

Les autres indicateurs en chiffres :
- La quasi-totalité de la presse (8.799 publications) a droit à une TVA super réduite (2,1%) et à des tarifs postaux préférentiels.

(*) Enfin, il existe une aide au transport des journaux par la SNCF, qui représente 4,5 millions d’euros dans le budget 2013. Selon le rapport, Le Monde en est le principal bénéficiaire, avec 3,9 millions d’euros d’aide par an en moyenne.

Source : http://www.bfmtv.com/economie/sont-journaux-plus-subventionnes-607884.html

Achille


@ pibeste | 17 février 2014 à 10:45

Commentaire d’une pédanterie assez étourdissante et ce d’autant plus qu’on ne voit pas très bien le rapport avec le billet du jour.

Enfin comme disait Pierre Dac «Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir ».

Expression certes prosaïque mais qui a le mérite de dire les choses sans détour.

moncreiffe

@ Savonarole | 17 février 2014 à 20:22

Merci pour cette information. Ça m’a donné l’occasion de visionner une vidéo hilarante. Vous avez toutefois omis de préciser que le journaliste en question était l’inénarrable Frédéric Haziza, bien connu pour son ouverture d’esprit.

http://www.20minutes.fr/politique/1300494-20140216-nicolas-dupont-aignan-traite-journaliste-frederic-haziza-merde-integrale

Arnaud de Germiny

"Ségolène Royal aussi si elle a un jour la politesse élémentaire de répondre à mon message pour me dire oui."

Bonjour Monsieur Bilger, c'est non.

Ségolène Royal

Savonarole

M. Bilger, inspirez-vous de Dupont-Aignan qui vient de dire à un journaliste : "vous êtes une merde intégrale !"

pibeste

@ Tipaza

L'autisme est au solipsisme ce que la mort doit à la vie ; la certitude de n'exister que par les contenus de ses représentations auxquels la connaissance donne ses limites.
L'épochè et l'ataraxie, les deux mamelles de la sagesse apportent la dimension métaphysique de la connaissance, en libérant de toute pensée hâtive et sans nuance et conduit du dicible vers l'indicible.
Sustine et abstine "Supporte et abstiens-toi" ou mieux encore à l'aune de la sinologie 夫唯無以生爲者 "Ne pas vivre pour vivre".

Commentaire :

"L'autisme est au solipsisme ce que la mort et à la vie", autrement dit l'autisme comme le solipsisme nient l'existence d'autrui ce qui est une forme de mort et les perceptions de l'autiste sont le seul contenu, le seul référentiel délimité par le champ de sa connaissance
Il y a dans l'autisme une incapacité à prendre en considération autre chose que lui-même.

"L'épochè et l'ataraxie" sont l'affranchissement de la pensée et le détachement contemplatif, reconnus comme constitutifs de la sapience qui seule apporte la connaissance des choses divines donc qui conduit du dicible (le monde de l'autiste) à l'indicible le monde des connexions supra-ordinaires.

En fait depuis toujours le fait d'adopter la place de celui qui subit (la place de la victime pourrait-on dire) est la meilleure façon d'accéder au mystère de l'existence.
Ou en termes chinois 夫唯無以生爲者 (là j'aurais pu faire mieux, je le concède) "Seul existe celui qui vit du Néant".

Voilà ce que je propose comme explication sachant que certaines formes d'autisme n'empêchent pas l'acquisition de la sapience et à dire vrai peut placer l'autiste plus près de son acquisition qu'il n'y paraît.

J'espère vous avoir apporté l'éclairage que vous pouviez souhaiter pour dissiper les zones d'ombre que nous n'aimons guère.

oursivi

Ah, ça...

Quand on veut devenir médiatique et célèbre, il faut accepter d'être appréhendé par n'importe qui pour n'importe quoi.

Bilger, vos papiers !

Ils les ont lus forcément.

Sale gauchiste de droite qui n'en fait qu'à sa sale tête de jamais content qui prend toujours le travers du vent médiatiquement dominant.

Si désirez être hors de portée des médiocres à parole largement diffusée, faites comme nous, simples soutiers.

Juste un petit tour sur le pont le temps d'un comment ne pas taire puis aussitôt de retour là où aucun crétin ni fâcheux ne pourrait nous reconnaître ni nous donner à voir.

Après la retraite, le retrait.

Des kiosques à journaux, déjà.

Voilà une peine à leur faire.

Reprenez du service en vous retirant.

AO

Évelyne

Entièrement d’accord avec Philchau | 17 février 2014 à 14:35, je vous ai déjà écrit plusieurs fois pour vous dire combien j’appréciais vos publications sur votre blog ; vous m’aviez répondu la première fois que je devrais adresser mes commentaires sur votre page. Malheureusement, j’avais fini par avoir peur des commentateurs du Monde qui étaient très sévères avec moi et qui ne comprenaient pas ou ne prenaient pas la peine de comprendre ce que je voulais dire. Ces commentateurs des articles du Monde étaient d’ailleurs, pour une grande majorité d’entre eux, à s’envoyer des invectives. Ils ne réagissaient pas aux contenu des articles, mais aux réactions de certains d’entre nous qui envoyions des commentaires en rapport avec les articles en question.

Pour ces motifs et bien d’autres (articles truffés de fautes de syntaxe et d’orthographe par des journalistes peu soucieux de la forme de leurs articles ainsi que de la qualité du fond), j’ai donc résilié mon abonnement au Monde depuis août ou septembre 2011. Je ne me porte pas plus mal et comme je suis une handicapée physique, je suis redevenue zen. Je lis tous les jours vos superbes textes, mais hier, dimanche, j’avais beaucoup de dossiers à traiter et je n’ai pas pu me rendre sur internet. Je ne vous lis qu’aujourd’hui en revenant d’une consultation avec mon médecin avec qui, fait d’un hasard extraordinaire, j’ai discuté de la médiocrité ambiante actuelle en France, de la médiocrité de nombre d’entre eux, et je tombe sur le commentaire de Philchau qui dit en des termes identiques à ceux que j’aurais pu écrire, et donc je vous adresse pour la première fois mon commentaire, en direct, à propos de l’article de Franck Berteau.

J’ai tenté aujourd’hui de dépasser ma peur. Je me suis lancée, voilà !

En plus de ceux que vous avez cités, Gérard Courtois, Franck Johannès, Pascale Robert-Diard, Renaud Machart (le critique musical bien connu de France Musique), j’ajouterai Michel Noblecourt. Depuis quelque temps, Le Monde embauche certainement au rabais des personnes telles que Franck Berteau, sans nommer les autres pour ne pas être méchante avec eux. Le Monde est devenu, souvent, un réseau social où certains commentateurs se lancent des anathèmes les uns aux autres. C’est bien dommage la tournure qu’ont donnée les réseaux sociaux à tous les sujets – sans nuance et sans système de valeurs même sur des sujets sociétaux. C’est vraiment dommage que les Français – peuple comme politiques – en soient arrivés à de tels extrémités, à de telles bassesses ! Et ce sont ces exemples qui sont donnés aux jeunes qui ne font que reproduire les turpitudes de leurs aînés en têtes desquels surtout les politiciens.

M. Bilger, vous faites bien de ne rien laisser passer, surtout avec les médiocres et les aigris…

Je vous remercie de continuer tant que vous aurez de la santé et de la force. N’abandonnez surtout pas. À bientôt, à demain ou après.

Tendance

Qui est vraiment François Hollande ?

http://gorce.typepad.fr/blog/2014/02/un-pr%C3%A9sident-habile-presque-trop.html#comments

C'est un sénateur socialiste qui l'a écrit.
Etonnant, non ?

Tipaza

"L'autisme est au solipsisme ce que la mort doit à la vie ;
L'épochè et l'ataraxie, les deux mamelles de la sagesse apportent la dimension métaphysique de la connaissance, …et conduit du dicible vers l'indicible.
Sustine et abstine …ou mieux encore à l'aune de la sinologie 夫唯無以生爲者."
Rédigé par : pibeste | 17 février 2014 à 10:45

Lu et relu, mais je n’ai compris que la signature dont la modestie tranche avec l’érudition du texte.

Mais ça ne m’a pas gêné, au contraire.
J’aime bien les zones d’ombre, elles donnent du relief au paysage et elles l’embellissent.
Point trop n’en faut quand même. Sinon on sombre vite dans la nuit américaine la plus obscure.

Vincent Orwell

@Tipaza
"Jacques Dutronc avait déjà dit la même chose..."

Non.

pibeste

@Vincent Orwell

Engagez-vous dans l'armée, d'autres vont penser pour vous et votre narcissisme en prendra un coup... c'est bien ce que vous souhaitez !

ANNE CHARLET DEBRAY

Bonjour Philippe Bilger,

Je vous ai rencontré lorsque j'ai été jurée et vous ai revu une fois lors d'un déjeuner.
Je lis votre blog avec grand plaisir et suis presque toujours d'accord avec vous.

Le monde s'est encore sali et ridiculisé et votre réponse est lumineuse.
Bravo.

Ludovic

Bonjour M. Bilger,

Je découvre votre billet ce jour et avant d'y répondre j'ai recherché, non sans difficultés, l'article que Franck Berteau, dont je n'avais jamais entendu parler, vous a consacré le 14 février.

Cet article se divise en cinq rubriques :
le franc-tireur des tribunaux, le blogueur engagé, le polémiste multirécidiviste, le flingueur en ligne, enfin le précepteur en bonne parole.

Sa lecture m'a d'abord affligé par la grande pauvreté du contenu, du style, et par l'absence d'une véritable argumentation.

On ne peut pas vraiment parler d'un portrait au vitriol, mais d'indigence, d'une absence de véritable recherche documentaire, d'exemples précis. On cherche en vain la matière dans cet écrit médiocre, chaque rubrique ne faisant l'objet que de quelques lignes, qui plus est approximatives, le titre prêté à votre livre à paraître en avril est selon lui "Contre la justice laxiste" alors qu'il s'agit de "Contre la justice de gauche".

Vous méritiez mieux que cela en effet, sans pour autant verser dans la complaisance.

Car complaisant, vous ne l'êtes guère dans vos billets, et il n'est pas illégitime de vous étriller.

J'aurais préféré une plume plus sérieuse et pourquoi pas plus incisive.

Je ne lis pas vos messages sur Twitter, je n'utilise jamais ce "média" car la concision qu'il impose ne permet pas la profondeur et encore moins l'analyse.

Je me contente de ce blog, des entretiens malheureusement trop rares mais toujours de grande qualité que vous réalisez sur YouTube, de vos articles hebdomadaires pour FigaroVox, et de quelques-uns de vos passages télévisés ou radiophoniques.

J'ai toutefois remarqué à plusieurs reprises que vous êtiez beaucoup plus modéré à la radio ou à la télévision que dans vos articles sur ce blog, comme si vous étiez plus soucieux de votre image auprès du grand public qu'auprès d'un lectorat plus restreint qui dans son immense majorité vous est tout acquis.

C'est tout à votre honneur de ne pas pratiquer de censure, puisque vous défendez la liberté d'expression.

Tout de même, bien peu d'entre nous sommes de sensibilité de gauche, et dès lors que l'on ose la moindre critique, je pense en particulier à Christian C, J.D. Reffait, Marc Ghinsberg, moi-même et quelques autres, nous subissons un véritable déferlement de remarques parfois haineuses, nous sommes forcément "sectaires", "commissaires du peuple", quand ce n'est pas totalitaires, staliniens ou dictateurs.

J'ai beau me défendre de n'être encarté à aucun parti, aucun syndicat, ni même aucune association, d'avoir quelquefois voté à droite, mais rien n'y fait.
Un certain Jean-Marc m'associe carrément au pouvoir en place, et je ne sais plus quel hurluberlu me mêlait à une liste de gens par la faute desquels de jeunes Français s'expatrient, non pour trouver du travail bien sûr, mais pour fuir la dictature de gôche.

Mais à côté de cela, on peut lire, sans la moindre réaction de quiconque "Lorsqu’on lira dans quelques siècles le degré de bêtise où les Français en sont aujourd’hui à diaboliser Hitler pour éviter de chercher à comprendre ce que fut le sens de l’histoire des 19 et 20ème siècle, on en rira" XN, 12 février, 18h59.

Je vous lis depuis de longues années et je sais votre honnêteté intellectuelle et votre humanisme, mais que voulez-vous, vous n'empêcherez pas certains journalistes, encore peu nombreux, de vous attaquer, et je n'en doute pas d'être beaucoup plus sévères que ce Berteau.

Philchau

Bonjour monsieur Bilger,

Sachez que je vous lis, je regarde vos vidéos sur YouTube et que ma femme et moi avons résilié notre abonnement au Monde il y a six mois, car malheureusement nous n'y apprenions plus grand-chose.
Continuez votre travail de libre penseur avec mesure et respect des autres, comme vous savez le faire.

joel.yvon

"Dire la vérité est utile à celui à qui on la dit, mais désavantageux à ceux qui la disent, parce qu'ils se font haïr."
Blaise Pascal.

Pascal aurait été un formidable "follower" tellement il est exact dans ses propos et c'est ce qui vous rapproche de lui.

Tipaza

"Mon plaisir et Mon intérêt bien compris, vaste catalogue de joies à l’usage de Moi, et simple écho de Moi Moi Moi Moi Moi Moi Moi…"
Rédigé par : Vincent Orwell | 17 février 2014 à 09:52

Jacques Dutronc avait déjà dit la même chose, mais en musique, ce qui est quand même nettement mieux.

http://www.youtube.com/watch?v=GRaAghtPFRE&feature=kp

pibeste

Bonjour M. Bilger

L'autisme est au solipsisme ce que la mort doit à la vie ; la certitude de n'exister que par les contenus de ses représentations auxquels la connaissance donne ses limites.
L'épochè et l'ataraxie, les deux mamelles de la sagesse apportent la dimension métaphysique de la connaissance, en libérant de toute pensée hâtive et sans nuance et conduit du dicible vers l'indicible.
Sustine et abstine "Supporte et abstiens-toi" ou mieux encore à l'aune de la sinologie 夫唯無以生爲者 "Ne pas vivre pour vivre".

Vincent Orwell

Ah, narcissisme… Et la chambre d’écho infinie qu’internet lui offre.

Tout cela est bon pour Moi ! Désormais, Je posterai Mes idées par tous les canaux que le monde met à Ma disposition pour que l’univers sache que Moi est primordial, que Ma sensibilité doit être respectée. Je parlerai où et quand bon Me semblera de ce que Je pense et les autres moi, simples malentendus de Ma perception s’effaceront devant Moi. Tout le monde devra tenir compte de Ma souffrance, et M’écouter parler de Mes idées, de Mon peuple, de Ma langue, de Ma maison, de Mon histoire, de Mon pays et de Ma façon de voir. Ma satisfaction sera garantie par Mon talent à faire profiter le monde de Ma personnalité et de Mes convictions. Seul, J’effacerai toute dissidence par la puissance de Mon verbe, et le simple effet de Ma volonté. Puis, repu de Ma satisfaction et de l’admiration que Je porte à Moi, Je pourrai jouir de la beauté de Mon Ego et oublier enfin tout ce qui n’est pas Moi. Tout convergera vers Moi, le monde sera ordonné selon Mon plaisir et Mon intérêt bien compris, vaste catalogue de joies à l’usage de Moi, et simple écho de Moi Moi Moi Moi Moi Moi Moi…

Lucile

Philippe Bilger, on parle de vous de plus en plus, comme de Finkielkraut par exemple, et c'est tant mieux. Des gens comme vous dérangent les réflexes intellectuels pavloviens des donneurs de leçons patentés et subventionnés du monde médiatique. Et vous dérangez peut-être aussi, ne serait-ce qu'un tout petit peu, leur position sociale, c'est ce qu'ils vous pardonnent le plus difficilement. Ils dépendent pour leur survie du bon vouloir de nos élus, qui leur distribuent généreusement l'argent qu'ils engloutissent jour après jour. Il n'est pas question qu'on fasse mine de toucher à leur statut, à leur droit de pontifier, de distribuer des anathèmes, à leur droit de dire qui a tort qui a raison, et qui mérite d'être coopté par eux dans l'équipe pédagogique des bien-pensants.

jareg

Il est plus facile de porter des jugements à l'emporte-pièce comme le fait Philippe Bilger tous les jours sur Twitter que de tolérer le jugement de soi-même par autrui. Autre remarque il est quand même curieux que Ph. Bilger cite à chaque article, interview ou billet, Zemmour, Lévy, Ménard, M'bala, il n'est plus avocat général il est devenu l'avocat des réacs extrémistes.

Guzet

Les petits inquisiteurs sont à l'oeuvre et, dans le climat de guerre civile froide qui s'instaure, ne supportent plus aucune voix discordante... De ce point de vue les articles de Birnbaum qui, semaine après semaine, dressent le palmarès des mal-pensants constituent une référence dont il sera bientôt difficile de se passer...!

Tipaza

Vous êtes monté sur la barricade de la liberté d’expression et plus encore sur celle de la liberté de penser.
Vous êtes tout naturellement la cible des snipers qui veulent étouffer cette liberté.

Je partage le point de vue de Xavier NEBOUT | 16 février 2014 à 11:28, je ne paraphraserai donc pas.
Il va falloir vous habituer à être sali, et à entendre les sots médire, et calomnier. Mais c’est le privilège de tous ceux qui se battent pour la liberté.

La gauche est aux abois, tout est permis pour éviter sa chute aux enfers, y compris les attitudes les plus lamentables.
Un Président et un Premier ministre qui font du racolage auprès des dirigeants d’entreprises étrangères !
« Quand les bornes sont franchies il n’y a plus de limites », et j’ajouterai il n’y a plus de dignité.
Ce n’est pas à un Président de faire ce travail.
De petits hommes, avec de petits moyens, de petits cerveaux, mais de grandes ambitions personnelles et donc de grandes perversités, et une grande nuisance.

Vous connaissez le poème de R. Kipling « Si », je ne résiste pas au plaisir de vous livrer quelques vers, qui correspondent à la situation que vous vivez, et que vous vivrez :

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d’un mot ;

Etc.

semtob

Cher Philippe,

En ce jour, ne sachant pas comment apaiser votre agacement nous vous décernons la médaille d'or des blogs. Ne prenez pas cette initiative comme une blague et nous avons toujours un plaisir intense à vous lire.
Prenez conscience que vous commencez à faire peur par le poids de vos mots.
Dans le titre de votre livre à paraître aux éditions de l'Archipel le 2 avril 2014, le mot contre dans son premier sens évoque la proximité.
Dans un second sens, contre marque l'opposition, dans la lutte avec.
La neutralité, l'impartialité sont les principes même du Droit.
Vous êtes l'Ambassadeur de la justice neutre et impartiale et devez être heureux de l'être.
françoise et karell Semtob

Jean-Dominique Reffait

Oh ben alors ! Une page de pub dans Le Monde avec le visuel du produit plein pot et quelques notations barbouillées sur les côtés, vous croyez que ça vaut combien Philippe ? Certes, la photo est passablement austère et fiche un peu la trouille et c'est là, je crois, le véritable vice de cette page : avoir sélectionné une photo qui, hors contexte, dramatise le portrait par ailleurs sans grand intérêt. Chacune des insignifiances écrites renvoie à cette image sévère. Parce que le texte en lui-même, allons, quelle mouche vous pique ? Le journaliste écrit ici pour ne rien dire, il fait de l'habillage dont on comprend vite qu'il s'agit d'une compilation vite expédiée de Wikipédia. Il s'agit de légender une photo avec des bribes d'informations éparses pour renvoyer toujours à l'austérité de l'image.

Pour autant je note que le titre de votre prochain livre a changé entre cette page et votre billet : nous sommes passés de la "justice laxiste" à la "justice de gauche". J'en déduis que la justice de droite n'est pas laxiste, ah, c'est donc d'aujourd'hui que les peines prononcées ne sont pas exécutées, c'est donc désormais que les prisons auraient été vidées sans que nous le sachions. Bon à savoir.

Cela dit, une page entière pour annoncer la parution d'un livre, en excitant les curiosités par le caractère sulfureux de son auteur, ça ne se refuse pas. Ne vous fâchez pas ! Remerciez donc !

Parigoth

@Varlin
Justice de classe, je maintiens.

Vous avez raison.
En voici une preuve :

(Extraits de la harangue d'Oswald Baudot, 1974)

La loi s’interprète. Elle dira ce que vous voulez qu’elle dise. Sans y changer un iota, on peut, avec les plus solides "attendus" du monde, donner raison à l’un ou à l’autre, acquitter ou condamner au maximum de la peine.
(...)
Soyez partiaux. Pour maintenir la balance entre le fort et le faible, le riche et le pauvre, qui ne pèsent pas d’un même poids, il faut que vous la fassiez un peu pencher d’un côté. C’est la tradition capétienne. Examinez toujours où sont le fort et le faible, qui ne se confondent pas nécessairement avec le délinquant et sa victime. Ayez un préjugé favorable pour la femme contre le mari, pour l’enfant contre le père, pour le débiteur contre le créancier, pour l’ouvrier contre le patron, pour l’écrasé contre la compagnie d’assurance de l’écraseur, pour le malade contre la sécurité sociale, pour le voleur contre la police, pour le plaideur contre la justice.
http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article7.

Jabiru

Pourquoi relever ce qui ne le mérite pas ?
Mieux vaut laisser braire. Vos fidèles contributeurs ne sont pas dupes et se félicitent de participer à vos réflexions qui ont le mérite de remettre en question l'actualité au sens large.
Alors ce monsieur, comment vous dites ? Bof.

JC Samson Le Havre

N'ayez aucune inquiétude... vous êtes votre propriétaire (Le Monde est la propriété du groupe Le Monde, détenu depuis 2010 par les hommes d'affaires "BNP" = Bergé, Niel, Pigasse), votre directeur de la rédaction (depuis le 18 janvier 2010, quatre directeurs de la rédaction se sont succédé au Monde) et votre pigiste préféré (à plein temps, contrairement au jeune Franck Berteau dont vous nous faites découvrir l'existence)... Le prochain article vous concernant paraîtra dans le Nouvel Obs du mois prochain !! Mais il y a bien plus grave pour nous : c'est le sondage BVA pour Le Parisien Dimanche d'aujourd'hui : "Les trois quarts des Français (75%) estiment que la justice en France fonctionne mal et plus de la moitié (59%) ont une mauvaise opinion de la ministre de la Justice"... Bien sûr ce n'est pas le sujet du week-end pour Le Monde ou son Magazine...

berdepas

Cher Monsieur Bilger,

Les lecteurs assidus de votre blog, ceux qui ne partagent pas tous vos points de vues, mais qui vous lisent et vous écoutent néanmoins avec attention lorsque vous participez à un débat télévisé, ceux-là qui ont lu cet article à charge, ont été surpris et irrités par les élucubrations de ce Franck Berteau.
Ce scribouillard ne mérite même pas que vous lui répondiez, car c'est lui faire trop d'honneur.
"Le Monde des idées" peut parfois servir de refuge à des pourvoyeurs "d'idées creuses". Cela n'empêche pourtant pas ce quotidien de demeurer, hélas, une référence...

Zyeuteur contempteur des nanocosmes de Cours

Célébrités ou supposées telles : plus de 40.
Idées valant d'être retenues : zéro.
La "forme" l'emporte sur le fond par 40 à 0.
Le fond touche le fond.

Michelle D-LEROY

Monsieur Bilger,

Lorsque vous étiez en activité vous étiez plus connu de vos pairs que du grand public, mais aujourd'hui vous écrivez dans plusieurs journaux et votre blog commence à compter, automatiquement vous dérangez le ronron médiatique bien-pensant puisque vous interrogez les bannis et les insoumis en allant parfois jusqu'à leur donner raison, même partiellement. Il fallait donc s'attendre à vous attirer l'opprobre des censeurs de gauche.

Je ne reviendrai pas sur le journal "Le Monde" qui fut longtemps une référence pour sa rigueur intellectuelle, sa déontologie et son sérieux et qui devient aujourd'hui grâce à l'influence de ses propriétaires une presse de gauche sectaire et propagandiste sur certains sujets de société. Des propriétaires donneurs de leçons contre tous ceux qui osent braver le microcosme parisiano-gaucho, ceux qui osent douter de leur parole.

Personnellement, à mon petit niveau, lorsque j'osais donner mon avis entre amis, je voyais souvent les têtes se baisser ou les plus téméraires me dire poliment que je devenais facho, réac ou catho intégriste, bref les étiquettes habituelles collées à ceux qui refusent de fermer les yeux sur le monde d'aujourd'hui. Pourtant, il se trouve que de plus en plus, avec les mêmes amis, les discussions fermées deviennent des débats intéressants, les langues se délient, et ces mêmes amis coulés dans le moule de la pensée conforme, qui trouvaient mes propos exagérés, viennent me demander mon avis sur tel ou tel sujet et en rajoutent, même. Ils ont ouvert les yeux !

Ce fut le cas hier soir et j'avoue qu'intérieurement, en voyant cette transformation, je jubile et me sens moins seule.

Car oui la société change et évolue. Depuis deux ans bientôt avec la marche forcée sur les sujets sociétaux, beaucoup d'intellectuels et de Français lambda ont ouvert les yeux sur les outrances de ce petit monde qui voudrait faire la loi pour tous et l'imposer, ils commencent à s'interroger... ce que vous-même, Monsieur Bilger, faites avec mesure, courage et lucidité dans vos billets. On ne peut pas dire que vous soyez un inconditionnel de la droite et encore moins de l'extrême droite. Mais vous êtes lucide et avec votre esprit d'analyse réaliste, vous essayez de décortiquer les utopies du paysage politique ambiant, de faire la part des choses. Sans pour cela devenir un horrible réactionnaire.

Récemment vous avez fustigé plusieurs journalistes inattaquables de l'entre-soi socialiste, vous avez donné votre avis sur des sujets sociétaux, il faut donc se dire que ce journaliste (F.Berteau) était en service commandé, une marionnette dont les ficelles étaient tirées par les donneurs de leçons, les mêmes qui traînent parfois, pourtant, de vieilles casseroles pas très morales.

Continuez à nous donner votre avis, qui n'est pas toujours le nôtre mais qui nous éclaire parfois ou nous rassure d'autres fois. La liberté d'expression et de pensée est une liberté fondamentale et les toutous de la meute médiatique des petits inquisiteurs ne doit pas détourner ceux qui, enfin, disent leur désaccord quand c'est nécessaire.
Rien que de très normal en démocratie.

Varlin

Justice de classe, je maintiens. Il n'y a pas de justice de gauche. La justice au quotidien fonctionne de la même manière quel que soit le gouvernement. Que je sache, la comparution immédiate existe toujours, et c'est une justice d'abattage qui concerne en premier lieu ceux qui n'ont pas les moyens d'assurer leur défense.
À l'autre bord des justiciables, un Tiberi a pu retarder pendant plus de quinze ans tout jugement définitif le concernant alors qu'il est avéré qu'il a triché aux élections. Un Gautier-Sauvagnac, ex-président du MEDEF, dans une affaire de corruption énorme a été condamné à un an de prison ferme. Je suis prêt à mettre ma main à couper qu'il ne fera pas un seul jour de détention, il aura sa peine aménagée.
Par contre, ce pauvre bougre qui a volé trois viennoiseries, a été condamné à un mois ferme et un mandat de dépôt aussitôt prononcé à son encontre :
http://www.rtl.fr/actualites/info/article/strasbourg-un-voleur-de-viennoiseries-condamne-a-un-mois-de-prison-ferme-7769733686
Des exemples de justice de classe, je peux vous en trouver des centaines !

J.H. de La Roche-Bernard

Ah ! Monsieur Bilger, vous êtes magnifique !
Vous êtes un des rares esprits libres de nos médias !
Vous l'étiez déjà, en activité, et je sais assez, par moi-même et ma propre expérience de fonctionnaire, combien il pouvait vous être difficile d'avoir, alors, cette liberté de parole et cette indépendance de jugement !

Je vous admire !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)