« Le devoir de vacances | Accueil | Rebelle, rebelle ! »

09 août 2014

Commentaires

Garry Gaspary

Mais nous sommes d'accord, sylvain : votre bonne voie, celle qui a mené Hugo Villerez là où il est aujourd'hui, je vous la laisse bien volontiers, avec la conscience, les valeurs, l'honneur et la fierté qui vont avec...

sylvain

Surtout cher M. Gaspary restez bien à gauche, vous et vos semblables avez réussi à servir de repoussoir à tous ceux qui ont encore une conscience, une morale, du civisme, du respect, de l'honneur, de la fierté, des valeurs, tout ce que cette gauche infecte a détruit avec cette haine qu'elle diffuse en divisant et stigmatisant les citoyens, cette repentance débile, cette culture de l'excuse aux criminels, cette soumission à vos diktats nauséabonds de l'antiracisme, des lois eugénistes, vos mépris vos arrogances vos cynismes, ne changez rien surtout vous êtes sur la bonne voie !

Garry Gaspary

@ Paddy

Eh oui, mais moi, l'héroïsme, je le situe justement dans cette tentative citoyenne, aujourd'hui exceptionnelle pour pouvoir être soulignée, de constamment faciliter la vie des autres lorsque cela ne complique pas trop la vôtre...

C'est pour cela que non seulement je n'aurais jamais la bêtise de mettre ma vie en danger pour une poignée d'euros, surtout lorsqu'autrui me démontre qu'il en a bien plus besoin que moi en étant prêt à tuer pour les avoir, mais en plus, je viens solennellement dire ici que ma vie ne valant ni plus ni moins que celle d'un autre, je considère comme stupide tout individu qui mettra sa propre vie en danger pour tenter de sauver la mienne... ou mon portefeuille.

Mais vous ne pouvez évidemment pas me comprendre : je suis foncièrement de gauche !

Paddy

Perdu M.Gaspary... je me suis moi aussi défendu... pas pour ma caisse comme vous le pensez, mais parce que je n'accepte pas de me soumettre facilement... Je me suis toujours pris en charge, et j'ai déjà eu l'occasion d'intervenir de façon citoyenne... Eh oui, je suis assez stupide pour intervenir quand je vois une femme se faire frapper... ou dans d'autres cas... Et croyez-moi, je ne suis pas taillé pour la bagarre... mais les gens comme vous rendent la vie bien trop facile aux agresseurs...

Garry Gaspary

@ Paddy

Je suis heureux de constater que vous êtes encore vivant malgré votre agression durant laquelle vous avez sans aucun doute réagi d'une façon différente de celle d'Hugo Villerez.

Après, les boniments d'apprentis sorciers proviennent plutôt des gens qui poussent les autres à les sauver, eux ou leur portefeuille, et ceci en faisant d'Hugo Villerez, l'homme qui, soi-disant, n'a pas hésité à faire pour les autres ce que vous avez été quand même incapable de faire pour vous-même, un héros.

Bref, les conseilleurs de la droite décomplexée sont de très, très mauvais payeurs...

Paddy

@Garry Gaspary

Pour avoir été agressé pour quelques dizaines d'euros, ce vil argent que vous méprisez mais dont votre portefeuille est probablement mieux garni que le mien, je n'oublierai jamais que c'est bien ma "gueule à moi" qui a été sous la menace d'une arme... et que cet imprudent inconscient, comme vous le dites, qui a été tué pour 200 €, l'a peut-être été pour éviter à d'autres d'être tué... et cela c'est du courage...
Vos boniments d'apprenti sorcier à deux balles, vous les ravalerez le jour où vous serez à ma place ou à celle d'autres qui ont pu vivre bien pire, comme cette gamine violée au sortir du RER, et bien d'autres encore...

Garry Gaspary

@ Robert Marchenoir

Vous êtes ainsi dans la soumission obligée à papa, maman, pépé, mémé, la société et sa souveraineté...

Libéral, donc...

Robert Marchenoir

@ Garry Gaspary

Défendre sa souveraineté, pour un pays, c'est militariste ? Vous êtes fou à lier.

Franck Boizard a raison : le mal est dans les têtes.

Vous vous permettez de traiter des vieillards victimes de cambriolages de "papys" : votre mépris vous trahit. Quand un peuple renie le "Tes père et mère honoreras" et transforme la lâcheté en vertu, jusqu'à prôner la soumission à un envahisseur, c'est qu'il a décidé de disparaître.

Garry Gaspary

@ Parigoth

C'est vous qui êtes approximatif : dire que la justice n'est pas faite pour punir n'est pas dire que la justice ne punit pas. Toutes les décisions de justice rendent justice, par contre, toutes ne punissent pas.

Sur le reste, vous avez tort de penser que les gens comme moi ne sont pas concernés ou directement touchés par la délinquance.

Seulement, contrairement à vous et à vos semblables, ils la prennent en compte comme tout autre phénomène social et n'en font pas une obsession complètement délirante...

Camille

@ hameau dans les nuages 14h

Comment rester insensible devant toutes les horreurs et barbaries qui ont marqué toutes les époques ? Les temps changent, le mal prend des formes différentes, mais il est toujours là.
Mon chemin me fait passer aujourd'hui par la maison où Anne Frank fut cachée pendant deux ans et écrivit son journal.
Un visiteur américain de couleur, dans un petit film en projection, se demande si, au prochain holocauste, il y aura encore des gens assez bons pour tenter d'en sauver d'autres. C'est de la lucidité.

hameau dans les nuages

@Camille | 12 août 2014 à 07:17

Excusez-moi si je vous ai blessée.

Mais j’en ai plus qu’assez de ces gens brocardant toute personne parlant de solidarité et agissant en conséquence avec les faibles moyens que leur laisse le droit. Ils se drapent dans un humanisme de façade qui leur fait préférer l’agresseur, pour d’obscures raisons socio-économiques, à l’agressé. Et si ce dernier par malheur a le mauvais goût d’en faire un peu trop… ou de ne pas en faire assez, cela devient de sa pleine et entière responsabilité d’avoir mal jaugé la réponse qu’il devait apporter.

Ces gens-là sont des criminels par défaut par une non-assistance assumée et revendiquée.

Maintenant dans les faits divers depuis que nous échangeons nous avons droit à l’aveugle dont on menace de tuer le chien guide pour soutirer de l’argent et le cambrioleur multirécidiviste malgré son bracelet électronique. Je peux vous assurer que la rubrique nationale des chiens écrasés en laisse 99 de côté.

Etant une personne « simple » et revendiquée comme telle essayant d’employer un langage châtié pour tenter de me mettre au niveau des intervenants de ce blog je me réfrène dans mes réponses. Excellent exercice mais qui me laisse parfois un goût amer devant la gravité de la situation.

Parigoth

@André BERNARD
Pendant l'Occupation, les régions rurales étaient moins défavorisées socialement que les milieux urbains. Dois-je faire un dessin en transposant ?

Votre argumentation est plus que spécieuse, et vous savez très bien que l'explication est tout autre.

@Garry Gaspary
La justice n'est pas faite pour punir mais pour rendre justice.

Dans les diverses approximations que vous assénez comme des vérités premières, vous avez fait très fort avec celle-ci.

Pourquoi à votre avis l’Administration Pénitentiaire est-elle - encore - placée sous la tutelle du ministère de la Justice ?

Pourquoi existe-t-il un Code Pénal dont l'objet est de définir sur quelques milliers de pages les multiples peines qui attendent les contrevenants potentiels ?

N'est-ce point la preuve - il est quand même incroyable que nous ayons encore besoin de le rappeler - que la fonction de la Justice est aussi de punir, de façon juste ?

@Camille
On dirait que vous mourez de peur, et cela pèse sur vos écrits.

Non, j'éprouve plutôt de la tristesse pour mes compatriotes qui vivent un enfer - qui n'existait pas il y a quarante ans - alors que des privilégiés grands donneurs de leçons, encore protégés pour un temps, refusent de voir la réalité, qui les rattrapera aussi quand il sera trop tard.

Franck Boizard

@ Robert Marchenoir

Vous avez bien entendu raison mais le mal est très profond puisqu'il est dans les têtes.

Le fondement ultime du libéralisme est dans le christianisme : l'homme fait à l'image de Dieu est libre et responsable, liberté refondée par le sacrifice rédempteur du Christ.

Ce fondement religieux explique qu'il y ait parfait recouvrement entre sociétés libérales et sociétés chrétiennes.

Or, le christianisme a reculé depuis un certain temps en tant que religion. Désormais, il recule en tant que culture. Les gens se rendent encore aux enterrements, c'est l'occasion de poser quelques questions sur la cérémonie à ceux qui ne sont pas du premier cercle des endeuillés. Les réponses sont édifiantes : un Français moyen se sait pas ce qu'est le christianisme, à la limite, il va parler de l'Inquisition !

Il n'est donc pas étonnant que le libéralisme s'évanouisse puisque les principes qui le fondent tombent dans l'ignorance.

On retourne donc à l'habitude de l'espèce humaine : le pouvoir qui va du haut vers le bas. Un Français d'aujourd'hui comprend finalement mieux le pouvoir d'un empereur romain que la démocratie anglaise du XVIIIe siècle.

Garry Gaspary

@ Robert Marchenoir

Que de confusions dans votre commentaire...

1) Le pouvoir, c'est du politique, pas du militaire.

2) Un maire UMP est rarement doloriste, et lorsqu'il parle de quartiers abandonnés, il faut souvent entendre honnêtes gens abandonnés à la délinquance par des laxistes socialos...

3) L'argent ne fait pas tout : vous pouvez payer grassement tel prof qui ne verra qu'un futur ouvrier dans un fils d'ouvriers et ne fera aucun effort pour changer ce "destin", ou petitement tel prof qui luttera comme un diable pour qu'un fils d'ouvriers puisse s'épanouir malgré la condition de ses parents.
Moi aussi, je suis libéral, ce qui me permet d'affirmer que la politique, cela se fait d'abord et surtout au quotidien, à notre niveau de citoyen, cela concerne notre conscience du monde dans lequel nous évoluons, nos actions et leurs conséquence sur ce monde, notre vision du vivre ensemble, nos efforts pour cela, etc.
Les partis, le vote aux élections, le militantisme que je vous ponds ici en réponse au vôtre, tout cela comparé à cette action citoyenne éclairée qui concerne chacun, permettez-moi de vous dire que c'est de la daube...

4) Confondre l'Etat avec les hommes politiques qui sont à sa tête, c'est confondre la machine avec son conducteur. La machine a été conçue (et plutôt bien conçue) pour être au service de la collectivité, même si parfois, allez, même si souvent, ses conducteurs se permettent de faire n'importe quoi avec.

5) La justice n'est pas faite pour punir mais pour rendre justice. C'est connu depuis la loi du talion : celui qui vous prend un œil n'est redevable que d'un œil, et les papis qui s'"amusent" à tirer dans le dos des cambrioleurs de 19 ans doivent répondre de leur crime... Donc, même les délinquants ont le droit d'être protégés.

6) "Défendre sa souveraineté" ? Cela, par contre, c'est militariste. Comment peut-on se dire libéral et venir ensuite prétendre que la société a besoin d'exercer, ou de défendre une souveraineté ?

Vos propositions me semblent plus simplistes que simples...

Camille

@ hameau dans les nuages à 00h23

Quelle imagination ! Vous extrapolez à n'en plus finir !
J'ai seulement écrit qu'il n'est pas judicieux de provoquer un individu visiblement pas maître de lui-même, et cela s'arrête là.
En aucun cas je conseille de fermer les yeux devant un vol, une agression, de se coucher, de ne pas affronter la réalité...
Croyez-moi, le courage moral et physique ne m'a jamais fait défaut devant ce genre de situation.

Le cas tragique de cet adolescent mort pour "un regard" bouleverse et interpelle, mais on ne peut en tirer une généralité, ce serait se faire caisse de résonance d'un alarmisme exagéré, pour engendrer la peur sociale.
Tirer un enseignement général à partir d'un ou de quelques faits n'est pas rationnel.
Cela dit, comme vous, je déplore la multiplicité et le gravité des agressions, auxquelles la justice ne donne pas toujours une réponse adéquate.

 Robert Marchenoir

Le nouveau maire UMP de Roubaix Guillaume Delbar est conscient de "devoir reprendre le pouvoir dans ces quartiers que l'on a abandonnés".

Cette rhétorique à la fois militariste, doloriste et socialisante n'a aucun sens.

Ces quartiers ne sont pas "abandonnés". Des milliards d'argent public s'y déversent en pure perte.

Une société saine n'est pas celle où les maires UMP (ou PS, ou FN) "prennent le pouvoir".

Une société saine est celle où les hommes politiques sont au service des citoyens, et non l'inverse (c'est donc une société libérale, et non étatiste).

C'est une société où la justice punit promptement et protège les honnêtes gens des délinquants.

C'est enfin une société qui défend sa souveraineté en refusant d'être envahie par une immigration de masse hostile, arriérée et violente.

Je ne vois rien de compliqué là-dedans. La solution est extrêmement simple. Monsieur Delbar enfume son monde.

hameau dans les nuages

@ [email protected] à 11h51
"Enfin, bien des crimes et délits, par exemple les agressions « gratuites » pour un regard"...
Lors d'une discussion précédente, vous m'aviez déjà affirmé que l'on peut se faire agresser gratuitement pour un regard. C'est vrai que si l'on rencontre un individu complètement ivre ou drogué, dans une rue déserte, la nuit, il vaut mieux passer son chemin sans le regarder ostensiblement."

Tout à fait Camille.

Il suffit de ne pas soutenir le regard.

En précisant quand même que Parigoth, je crois, ne parlait pas des personnes saoules qui se contrefichent en général du regard qu'on leur porte. Le fait que vous pensiez à cette population marginale que nous rencontrons tous à tout moment me fait douter que vous soyez sur la même longueur d'onde.

Sinon aussi,

Il suffit de ne pas faire obstacle à la perpétration d'un vol.

Il suffit de ne pas être là au mauvais endroit, au mauvais moment.

Il suffit de détourner le regard devant une agression...

Il suffit...

Il suffit...

Il suffit de se coucher.

Ils ne sentiront rien et ainsi ils auront raison et ils n'auront pas peur. Le seul courage de ne pas affronter la réalité ou la peur d'avoir peur.

Sinon, par curiosité, inscrivez "pour un regard" dans votre moteur de recherche...

http://www.lepoint.fr/societe/collegien-rennais-le-suspect-mis-en-examen-pour-homicide-volontaire-24-06-2012-1477005_23.php

Une pléthore...

Mary Preud'homme

"Par ailleurs, vous ne répondez pas sur le fond." (Parigoth)
----
Vous passez votre temps à pinailler, à ergoter, aucun esprit de synthèse. Que voulez-vous que l'on vous réponde ? Tout a été dit sur le sujet.
Par ailleurs, je ne sais ce que vous faites dans la vraie vie mais vous devez épuiser votre entourage.

Camille

@ Parigoth à 11h51
"Enfin, bien des crimes et délits, par exemple les agressions « gratuites » pour un regard"...

Lors d'une discussion précédente, vous m'aviez déjà affirmé que l'on peut se faire agresser gratuitement pour un regard. C'est vrai que si l'on rencontre un individu complètement ivre ou drogué, dans une rue déserte, la nuit, il vaut mieux passer son chemin sans le regarder ostensiblement.
Ce cas mis à part, ma foi assez rare, le monde actuel, ville ou campagne, n'est pas aussi dangereux que vos obsessions veulent bien le laisser entendre, je dirais presque, vos ruminations qui vous mettent perpétuellement sur un pied de guerre.
On dirait que vous mourez de peur, et cela pèse sur vos écrits.
Vous vous en défendrez comme un beau diable dans votre réponse, et je vous laisserai le dernier mot, un long débat sur ce sujet n'a pas lieu d'être.

André BERNARD

@ Parigoth
"Les départements de la Creuse, du Cantal et de la Lozère figurent parmi les départements où la population est la plus pauvre de France"

Pendant l'Occupation, les régions rurales étaient moins défavorisées socialement que les milieux urbains. Dois-je faire un dessin en transposant ?... De plus, il n'est techniquement pas très aisé de se fondre dans la foule quand on vit à la campagne, tandis que dans les barres d'immeubles...

Parigoth

@kalanchoe
Votre idéal est donc une société fondée sur la peur, autrement dit une dictature (...)

Je ne vois pas ce que la dictature, qui est une forme de gouvernement n'impliquant pas nécessairement le recours à la peur, penser à Cincinnatus, vient faire ici.

Par ailleurs je ne raisonne pas ici en termes « d'idéal de société » mais uniquement en fonction de l'expérience millénaire de l'humanité, corroborée par celle relevée dans certains pays qui laissent les conceptions idéologiques fumeuses de côté (l'homme est bon par nature, c'est la société qui le corrompt, il est libre et patati et patata) pour m'en tenir à la permanence des comportements humains, qui sont souvent sordides, c'est comme ça.

Il y a des hommes qui sont mauvais et qui le resteront en dépit de « l'éducation » qu'ils recevront surtout si elle ressemble à la dé-éducation dispensée par la triste Ednat, qui contrairement à ce que Victor prétendait semble s'évertuer à former de futurs candidats à la prison, bien que le nombre de places soit actuellement contingenté par une sélection sévère...

Est-il normal que ces hommes mauvais soient laissés en liberté pour nuire à ceux qui ne le sont pas et pour leur imposer, pour reprendre votre image, la dictature de la peur ?
N'est-ce point le monde à l'envers ?

@Mary Preud'homme

J'ai l'impression parfois en vous lisant que nous ne vivons pas sur la même planète.
Par ailleurs, vous ne répondez pas sur le fond.
Je vis pour ma part « dans la vraie vie », et je pourrais vous citer plusieurs exemples montrant que la police ne va pas partout, il suffit de se reporter à la rubrique des faits divers, montrant que des drames ont éclaté justement parce que la police n'a pu juger utile de se déplacer, sans compter l'enfer quotidien vécu par beaucoup de nos compatriotes qui savent qu'il est désormais inutile de compter sur elle.

Je peux vous citer un témoignage remontant à une vingtaine d'années.
Dans la société où je travaillais, dont l'entrée n'était pas surveillée, des individus ont pu rôder dans les locaux et voler le portefeuille d'un collègue.
Ce dernier a porté plainte auprès de la police, qui savait qui avait fait le coup mais qui a refusé de s'en occuper.
Les agents lui ont indiqué qu'il devait se rendre à tel endroit dans un quartier sensible, ce qu'il a dû faire pour rencontrer les auteurs du vol afin de pouvoir récupérer au moins ses papiers.

Comme vous le dites, la police va partout...


@André Bernard
Pour ma part, je remarque que les gouvernements successifs cumulent les aménagements législatifs pour contenir l'effectif de la population carcérale autour de 60.000.

Vous vivez sur le poncif éculé que la délinquance et la criminalité n'auraient qu'une explication d'ordre économique.
Le criminologue Xavier Raufer a montré (ou rappelé) que c'était faux.
Les départements de la Creuse, du Cantal et de la Lozère figurent parmi les départements où la population est la plus pauvre de France alors qu'elle est moins criminogène que celle de Seine-Saint-Denis par exemple.

Nous ne sommes plus à l'époque de Zola où les pauvres étaient supposés être obligés de voler pour nourrir leurs enfants.
De nos jours les supposés « pauvres » ou défavorisés sont souvent plus riches que bien des gens qu'ils agressent, si l'on en croit les signes extérieurs de richesse qu'il arborent allant du téléphone portable dernier cri à la voiture de luxe haut de gamme que bien des Français moyens ne pourront jamais s'acheter en une vie de travail.

Dans les « émeutes de la faim » ayant sévi dans Londres il y a quelques années, les émeutiers n'ont pas dévalisé les épiceries mais les commerces de vêtements à la mode ou bien de produits de luxe...

Enfin, bien des crimes et délits, par exemple les agressions « gratuites » pour un regard ou pour un prétexte spécieux quelconque, ne reposent sur aucun fondement d'ordre économique.

caroff

@kalanchoe
"Il faut se faire une raison, l'immigration est une réalité de la société mondialisée, et elle a cet avantage de permettre une ouverture d'esprit aux autres. Il n'y a pas de justification pertinente à refuser aux gens d'immigrer en France si on permet aux Français d'émigrer dans un autre pays, et évidemment pas celle qui serait de dire que nous sommes Français, que c'est un honneur fait aux autres pays que de nous accueillir, mais que ça se mérite d'avoir le droit d'immigrer en France"

Bien sûr, bien sûr, sauf que les Français qui émigrent travaillent pour des multinationales ou ont des projets entrepreneuriaux. Ils ne vivent pas au crochet de la société (budget AME 700 M€) et ne cherchent pas à cracher sur les valeurs et la culture du pays d'accueil.
Quant à l'ouverture d'esprit aux autres, je ne connais pas de pays plus ouvert que le nôtre. Et puis, il faudrait peut-être préciser de quelle immigration l'on parle. D'origine asiatique, d'Amérique du Nord, slave ou bien de nos anciennes colonies ? Pas vraiment identiques les impacts pour la France.
Mais j'ai bien compris que beaucoup de Français préfèrent faire venir des gens qui ne rentreront pas en compétition avec eux, ou plus difficilement (Afrique et Maghreb) plutôt que des ingénieurs indiens ou biélorusses (par exemple).

Véronique Raffeneau

@ Jabiru

"On consomme et on jette !"

On ne dira jamais assez que la forme quinquennat a été un désastre.

Je pense que le quinquennat a définitivement lié et confondu le mandat présidentiel avec le calendrier temps réel médiatique, transformant, travestissant de leur plein gré le personnel politique en producteurs, faiseurs et commentateurs d'infos en continu.

Je pense également qu'il ne faut jamais perdre de vue que F. Hollande et N. Sarkozy, l'ensemble de cette génération politique, sont de purs produits des années 80, quand la com devient toute-puissante dans ce qu'il est convenu d'appeler (encore) le débat public.

La génération qui suit est pire encore.

Je l'ai citée si souvent dans ce blog. Il y a eu en 2007 une tribune de Régis Debray parue dans Le Monde au moment de la campagne présidentielle, qui à mes yeux décrivait et décrit encore aujourd'hui parfaitement l'abîme politique dans lequel notre pays est tombé.

La Coupe de l'Elysée 2007 par Régis Debray
Le Monde - 22.02.2007.

Elle est accessible en ligne.

Sept ans plus tard, cette tribune est saisissante comme jamais de vérité.

"Rappelons-leur cependant, avant de leur dire bonsoir, cette évidence première : nous ne faisons partie d'une nation, comme les êtres humains font partie de l'humanité, qu'en mémoire et en espérance. L'union des grains de poussière n'existe que par et dans une verticale. Supprimez la profondeur de temps, et les séparatismes vous sauteront à la gorge." (RD)

Nous parlions du général Soubelet.

Un haut fonctionnaire de cette classe est très simplement aujourd'hui une sorte d'intrus, incompréhensible à nos battants d'aujourd'hui.

"La perspective s'est évanouie sous l'aplat, le pointillisme des fiches d'experts escamote tout arrière-plan. D'où l'impossibilité d'établir une hiérarchie des urgences, une organisation des plans de sauvetage, et même un véritable état des lieux." (toujours RD)

kalanchoe

C'est appréciable de lire sur votre blog que le jeune père de famille tué s'appelait Ahmed Boudaoud, parce que vous témoignez ainsi d'une part non négligeable de la population française, trop souvent ignorée. On peut s'appeler Ahmed, être de culture musulmane, s'intégrer parfaitement, être un homme bien honorant par son comportement le pays dans lequel on vit (sans doute son pays mais je ne connais pas sa situation personnelle) et être victime de la même insécurité que les autres Français. Il est regrettable que les médias ne parlent pas plus souvent de ces gens ordinaires et méritants, pas si rares mais moins bruyants que les fauteurs de troubles, devenus ouvriers, femmes de ménage, mais aussi médecins ou avocats quand leurs capacités, conditions d'existence et ténacité leur ont permis de réussir leurs études mieux que d'autres qui les avaient tentées.
Comme le montre Ahmed Boudaoud, les immigrés n'ont pas pour ambition de leur vie de vivre au crochet de la France, mais simplement de vivre en essayant de se réaliser dans leur vie personnelle, professionnelle et familiale comme tout un chacun.
Il faut cesser de croire que la France est un eldorado pour les immigrés, d'autres pays les attirent davantage parce qu'on les y respecte plus et qu'ils ne sont pas autant stigmatisés.
Et certains commentateurs de ce blog sont eux-mêmes des immigrés, d'après ce que j'ai compris, parce qu'ils sont partis vivre à l'étranger. Il faut se faire une raison, l'immigration est une réalité de la société mondialisée, et elle a cet avantage de permettre une ouverture d'esprit aux autres. Il n'y a pas de justification pertinente à refuser aux gens d'immigrer en France si on permet aux Français d'émigrer dans un autre pays, et évidemment pas celle qui serait de dire que nous sommes Français, que c'est un honneur fait aux autres pays que de nous accueillir, mais que ça se mérite d'avoir le droit d'immigrer en France.

@ Parigoth

Votre modèle de société ne repose-t-il donc que sur la crainte de la sanction ? Votre idéal est donc une société fondée sur la peur, autrement dit une dictature, ce qui peut certes dans une certaine mesure assurer une certaine paix sociale (comme sous l'Irak de Saddam Hussein ou la Libye de Kadhafi) mais ne contribue que trop peu à créer une société d'hommes libres, laquelle ne peut émerger que grâce à l'éducation (qui peut rimer avec sanction, mais dont ce n'est ni le but ni l'essence). Comme le disait Hugo, "Ouvrez des écoles, vous fermerez des prisons". Croyez-vous par ailleurs réellement que la prison soit un havre de paix ? Votre vœu de prévention du crime pourrait en tout cas facilement être exaucé : en prison, les violeurs sont méprisés, le mot est faible, par les autres catégories de détenus et il arrive qu'ils subissent de la part de ces derniers ce qu'ils ont fait subir à leurs pauvres victimes. Demandez une grande campagne de communication à ce sujet et nous verrons si les viols et agressions sexuelles en tout genre vont diminuer dans la société.

Mary Preud'homme (voix au chapitre ou basta !)

Parigoth qui aime avoir un mot sur tout a écrit :
"mais il répercute là le discours « officiel » qui joue sur les mots."
---
Je ne sais quelle est votre profession Parigoth mais que diriez-vous, si d'aventure vous étiez interrogé sur votre expérience professionnelle et que l'on vous accuse faussement de ne pas répondre franchement, de répercuter un discours "officiel" et de jouer sur les mots ?
Allons allons Parigoth répondez sans détour pour une fois... Que penseriez-vous de cet idiot, de cet ignorant ou de ce mauvais esprit qui parle à votre place et prétend savoir mieux que vous sans avoir appris ni expérimenté sur la question ?

Robert

@ Parigoth | 10 août 2014 à 15:36

Je ne souhaite pas entamer de polémique stérile. Vous et Mary Preud'homme avez raison tous deux.

Le problème ne me paraît pas être la capacité d'intervention des forces de l'ordre mais la gestion politique de leurs interventions.

Selon l'adage, force doit rester à la loi et pour cela les moyens de l'intervention doivent être ajustés au besoin.

Toutefois, si une intervention de police déclenche une émeute comme on en a connu récemment, les médias se feront une joie de tenter de montrer que la police par son intervention a eu le rôle de provocation et le politique ne défendra pas la police. Avec à la clé une inversion des responsabilités et des plaintes d'émeutiers contre les services de police qu'un certain nombre d'avocats prendront en charge.
Où d'une certaine manière le politique (et là ce n'est pas seulement la gauche qui est en cause, mais toute la classe politique pusillanime pour cause de souci de réélection) se dérobe à ses responsabilités qu'il voudrait faire porter par d'autres, notamment les services régaliens.

Il suffit pour s'en convaincre de voir la manière dont le général de gendarmerie Soubelet a été appelé à d'autres fonctions, les vérités opérationnelles n'étant guère du goût de la classe politique. Ou du cas de ce responsable de la gendarmerie qui a été poursuivi par la justice pour avoir fait retenir un opposant lors d'une visite de Monsieur Sarkozy dans un département. Les pressions administratives qu'il a subies pour répondre aux exigences de l'autorité départementale et/ou de l'entourage présidentiel n'ont pas été retenues comme suffisantes pour lui éviter les poursuites judiciaires.

Dans ce jeu de rôle, l'exécutant, fût-il de très haut niveau hiérarchique, est toujours le perdant parce que fusible de l'autorité administrative sous la pression de l'autorité politique exerçant le pouvoir !

Dès lors certaines lenteurs peuvent se comprendre, même si elles peuvent contrevenir à une volonté marquée d'agir des services d'intervention.

Garry Gaspary

Mes derniers mots sur ce sujet parce que je frise la redite...

@ hameau dans les nuages et autres décomplexés

Votre pitoyable peur panique de la délinquance vous enferme dans des fantasmes romantiques et ridicules de l'image d'un héros sauveur de votre pauvre humanité et des petits biens matériels qui vont avec, fantasmes que vous venez projeter sur Hugo Villerez (quand ce n'est pas sur N. Sarkozy...) !

Pardon, mais, moi, vos fantasmes, je m'en contrefiche, tout ce qui m'intéresse, tout ce qui intéressera la justice dans cette tragique histoire, ce sont les faits et uniquement les faits.

Et factuellement, Hugo Villerez, sans arme, s'est approché dangereusement d'un petit braqueur alors que ce dernier le visait avec une arme chargée, alors que le braqueur était en train de reculer, alors qu'il avait enjoint à Hugo Villerez de ne plus avancer. Résultat : le braqueur s'est senti menacé, a tiré dans la panique, Hugo Villerez est mort, et pour terminer, le complice du braqueur, tellement bien préparé psychologiquement à passer du statut de complice d'un braquage à celui de complice d'un meurtre, se suicide...

Je peux donc raisonnablement conclure de tout cela que souhaiter voir plus d'hommes comme Hugo Villerez dans notre société, donc, factuellement, plus d'hommes dont l'inconscience réussit à transformer un braquage à deux cents euros en un assassinat et en un suicide, c'est appartenir à la droite la plus bête du monde !

Jabiru

@Véronique Raffeneau

Pour être tout à fait factuel, la gouvernance Sarkozy n'a pas non plus épargné certains militaires de haut rang (quelques généraux) traités comme des domestiques et d'autres hauts fonctionnaires notamment de justice. Je pense notamment aux magistrats de la Cour de cassation comparés à des petits pois, à un ancien Préfet de Police en poste à Bordeaux en 1995, désavoué publiquement alors qu'il était quelques années plus tard Préfet de la région Centre au motif d'avoir expulsé une jeune Marocaine sans papiers ce qui avait déplu en haut lieu. Après avoir été mis en disponibilité pendant quelque temps et à la veille de retrouver un poste il s'est suicidé il y a quelques mois. Un homme de valeur que j'ai eu l'honneur de rencontrer et d'apprécier. Ce qui signifie que la raison d'Etat l'emporte sur la considération et l'indépendance et que d'un coup de baguette, et quel que soit le régime en place, on peut ruiner une carrière et on continue à se regarder dans la glace comme si de rien n'était. On consomme et on jette !

André BERNARD

@ sylvain
"C'est absolument faux : aucune étude, malgré de nombreuses tentatives, n'a jamais prouvé de liens entre niveau de vie et criminalité...
C'est aussi une pétition de principe marxisante que de croire que tout trouve sa source dans l'économie."

Tant mieux pour vous si vous pensez ce que vous écrivez. Pour ma part, je remarque que les gouvernements successifs cumulent les aménagements législatifs pour contenir l'effectif de la population carcérale autour de 60.000. On verra bien ce qu'il en est quand l'épargne des Français sera rincée par le déséquilibre économique. Just wait and see !

Parigoth

@Mary Preud'homme
"La police va partout, etc." ce n'est pas un propos tenu devant les caméras, mais qui m'a été confié directement par un très proche commissaire de police.

Je ne mets pas en doute les propos tenus par votre proche, certainement estimable, mais il répercute là le discours « officiel » qui joue sur les mots.

Oui, la police va partout mais à 200 personnes déguisées en « Robocop » plus éventuellement un hélicoptère là où à une autre époque il suffisait d'une patrouille de deux Hirondelle...

Et vous savez très bien qu'elle ne se dérange plus - ou avec retard ou en traînant les pieds - quand les appels proviennent de certains endroits ou pour certains motifs (par exemple tapage nocturne d'engins à moteur sous les fenêtres des riverains).

Mary Preud'homme

@Parigoth

Contrairement à vous ce n'est pas à partir d'une vidéo que je me permets de porter un jugement sur tout un corps de métier.
"La police va partout, etc." ce n'est pas un propos tenu devant les caméras, mais qui m'a été confié directement par un très proche commissaire de police. Pas du tout le genre à parler pour ne rien dire ou à fuir au premier coup de fusil !
Le même affirmant que quand les policiers se replient c'est qu'ils en ont reçu l'ordre. Ordre ou contrordre générant parfois certaines frustrations chez des hommes et femmes d'action avant tout courageux et volontaires et devant parfois ronger leur frein quand on leur met la bride sur le cou. Car on n'intègre pas une BAC, une CRS, le GIR, GIPN, la BRB, etc. par hasard, sachez-le.
Relisez plutôt le post de Robert et méditez au passage la citation qu'il rapporte du général Soubelet, homme d'honneur et de conviction s'il en est, qui connaît son affaire et n'a pas la langue de bois ! Gageons que l'on n'a pas fini d'entendre parler de lui !

Véronique Raffeneau

@ Lucile et Franck

Je pense juste que sanctionner un professionnel (police, gendarmerie, justice) chargé de garantir la sécurité publique et l'autorité de l'Etat, quand celui-ci s’exprime sincèrement devant une commission parlementaire dans le cadre d'une mission "Lutte contre l'insécurité", est un coup très grave porté non seulement à l'intérêt social et à la démocratie, mais également à la liberté intellectuelle de ces professionnels.

Comme professionnel, à ce niveau, ne pas pouvoir dire, sous peine de sanction, la vérité de ses observations et constats est un non sens.

Par la pression que cette sanction fait peser sur l'ensemble de ces professionnels, il est parfaitement illusoire de parler d'une indépendance de la justice mieux garantie par la présidence Hollande, et d'une considération pour les professions en charge de la sécurité publique mieux garantie par cette présidence.

Franck, je ne suis du tout certaine que la présidence Sarkozy garantissait mieux une indépendance intellectuelle et une considération pour ces professions.

Ce qu'on peut en revanche contester à Philippe dans ce billet, dans la partie consacrée au général Soubelet, est le fait de ne s'en prendre qu'à M. Valls et à C. Taubira.

L'Exécutif, qui reproche un manque de loyauté au général Soubelet, c'est en premier le président de la République. Sans l’aval du président Hollande, le général n’aurait pas été sanctionné.

Lucile

@Véronique Raffeneau

Bien d'accord avec vous sur l'opacité que le gouvernement semble vouloir entretenir sur les moyens mis en oeuvre pour lutter contre le manque de sécurité général prévalant maintenant en France. Je souscris entièrement à votre billet. La mort du petit Zacharie montre dans toute son étendue l'ampleur du problème gigantesque des zones de non-droit où vivent un certain nombre de gens. Au lieu de définir ce problème crucial, on tient avant tout à le camoufler. Où est la justice, tant en ce qui concerne l'information que le respect des droits les plus basiques de la population ?

Parigoth

@Mary Preud'homme
La police va partout quand on la laisse faire son travail.

Ça, c'est ce que l'on dit devant les micros pour sauver les apparences, mais comme le disent parfois certains préfets, « si les Français savaient... ».

Disons qu'elle peut toujours essayer, mais c'est comme pour le rodéo, il n'est pas sûr qu'elle puisse y rester très longtemps.

Une vidéo sur Internet accessible il y a quelques mois montrait une équipe de la BAC tenter d'intervenir dans une HLM d'un quartier sensible avant de se sauver en courant (au sens propre) devant quelques jeunes...

Est-il normal que pour arrêter un malfrat dans ces quartiers il faille de nos jours sécuriser l'équipe d'intervention avec plusieurs dizaines de gendarmes ?

hameau dans les nuages

@ Garry Gaspary :

"@ hameau dans les nuages
Mais, justement, personne ici (à part moi) n'ose parler d'argent."

Oui oui ! C’est ce que je vous dis ! Que vient faire l'argent dans cette histoire ? Il ne vous est pas venu à l'idée que le cafetier et la victime étaient simplement des amis de comptoir ?

Cette façon ahurissante d'inverser les rôles !

C'est le futur assassin qui s'est équipé d'un fusil de chasse chargé pour aller voler seulement 200 euros et quelques cartouches de cigarettes !

Votre raisonnement aurait à peu près tenu la route si c'était le cafetier qui avait tiré sur le voleur pour une poignée de dollars et quelques paquets de Marlboro, je ne dis pas Gauloises ou Gitanes car cela serait sujet à interprétation de votre part.

Vraiment étonnante cette façon de justifier l'injustifiable pour faire oublier ses peurs. C’est ainsi que j’avais écrit dernièrement ici sur un journaliste de La Dépêche qui lui aussi avait estimé qu’une femme de 91 ans agressée dans SA chambre au sein de SA maison de retraite par un monte-en-l’air n’était pas au bon endroit, au bon moment.

On peut ainsi tout justifier mais excusez-moi, je déteste la lâcheté, le « courage fuyons ! », alors que je n’ai pas l’étoffe d’un héros.

On ne va pas ici dérouler nos CV respectifs dans ce domaine mais à vous lire et en fonction de mon passé j’ai l’impression d’être bien plus largement que vous dans la réalité de la vie en général et dans la réalité de la vie quotidienne en particulier.

Robert

Voilà un billet qui fait immédiatement réagir de nombreux lecteurs.
L'alinéa suivant me semble le plus important :
"Il y a bien mieux à faire en suivant l'avertissement du général Soubelet et tant de pistes seront à explorer quand un pouvoir prendra enfin l'univers pénal au sérieux : défendre la police, ne pas la noyer sous une bureaucratie étouffante, refuser qu'une certaine magistrature défasse ses réussites ou rende vaines ses enquêtes, instaurer ou restaurer confiance et estime du citoyen à l'égard des magistrats qui auront beaucoup de chemin à faire, réfléchir à une articulation plus cohérente entre justice et police sur le plan ministériel, construire des prisons, rendre l'exécution des peines enfin efficace..."

C'est le programme de reconstruction du domaine pénal. Mais cela ne pourra se faire pour les motifs idéologiques qui sous-tendent l'action gouvernementale.
De fait deux principes fondamentaux sont à la base de l'action des forces de police et de gendarmerie : l'ordre (dont le maintien de l'ordre public) et l'autorité (celle de représentants de la loi, chargés d'en faire assurer l'exécution et de relever les infractions).

Or ces deux principes sont à l'exact opposé de l'idéologie de la gauche. Seul Jean-Pierre Chevènement avait cette culture fondamentale des principes républicains et il a été rejeté par le PS qui a trahi tous les penseurs de la République. Le PS reste fondamentalement dans l'absence d'interdit, sauf en ce qui concerne toute pensée qui ne se rangerait pas à ses propres idées, et dans "l'éducatif", mais s’abstenant de toute contrainte..., la société, la collectivité étant seule responsable des dérives individuelles et errements des délinquants.

Mary Preud'homme (fort de café de lire cela !) | 09 août 2014 à 11:13 a raison quand elle écrit : "La police va partout quand on la laisse faire son travail. Il serait donc plus juste d'incriminer d'abord ceux qui l'empêchent d'agir afin de protéger leur pré carré, ne pensant qu'à leurs intérêts propres. De s'en prendre à ceux (élus, préfets, ministres, Premiers ministres, etc.) qui donnent ordres et contrordres au plus haut niveau et tiennent policiers et gendarmes en laisse, quand ils ne sabotent pas carrément leur travail par des lois, décrets et désaveux iniques.
De quoi être écoeuré sinon découragé pour beaucoup quand on connaît son métier et que l'on a en outre le sens du service public chevillé au corps et les qualités (courage, fermeté, sang-froid, loyauté...) qui vont avec ".

De même que je suis intégralement dans la logique de ce qu'exprime Jabiru | 09 août 2014 à 13:06.

Enfin, je remercie adamastor | 10 août 2014 à 02:12 pour le contenu de sa réponse aux propos de Garry Gaspary.

Franck Boizard

@ André Bernard
« La nature humaine est telle que le contexte économique se dégradant, de plus en plus d'individus franchiront la ligne rouge par nécessité ou par faiblesse »

C'est absolument faux : aucune étude, malgré de nombreuses tentatives, n'a jamais prouvé de liens entre niveau de vie et criminalité.

C'est une pétition de principe de bourgeois de croire que les pauvres sont criminels. C'est aussi une pétition de principe marxisante que de croire que tout trouve sa source dans l'économie.

@ Véronique Raffeneau
« La mutation-sanction du général Soubelet, par la pression implicite qu'elle exerce sur l'ensemble des professionnels chargés de garantir la sécurité publique et l'autorité de l'Etat (police-gendarmerie-justice) m'apparaît être un démenti à votre affirmation d'il y a quelques jours :
"la liberté et l’indépendance de la justice sont mieux garanties sous François Hollande que sous Nicolas Sarkozy." »

Entièrement d'accord.
Mais la haine, comme l'amour, rend notre hôte aveugle à cette simple évidence : il n'y a aucune différence fondamentale entre François Hollande et Nicolas Sarkozy et s'il y en avait une, cela serait plutôt en faveur du second.

D'ailleurs, s'agissant de l'indépendance de la justice, tous les politiciens français la méprisent et s'en moquent d'égale façon.

sylvain

On tient enfin une piste !

Le Général Soubelet est un sous-marin de Sarkozy en mission de sabotage de la politique de Hollande et ses fifres ! Faire dire par un Général une vérité bien connue de tous afin de jeter les discrédit sur les socialistes, voilà une belle carte atout "pique" qui va laisser des traces indélébiles dans l'opinion, la gauche veule et laxiste étant obligée de le placarder pour le faire taire !

LOL ! C'était ma pensée du jour pour les antisarko, qui rament à ce que je vois !

Mais ce très haut gradé n'a pas dit son dernier mot : la guerre civile approche (une première kalach est apparue à la manif pro Gaza) ; il faudra donc le rappeler, ainsi que des militaires de sa trempe, pour taper sur les casseurs, les émeutiers, les hordes banlieusardes, avec bien entendu un gouvernement digne de ce nom, après avoir viré ces bisounours socialistes, les juges rouges, tous les élus fachos gauchistes et les SOS associations pro-désordre !

Jabiru

@semtob

Triste constat ô combien réaliste !
Quand des apprentis sorciers sont à la manœuvre, c'est la catastrophe assurée.
Qu'ils partent pendant qu'il en est encore temps.

Garry Gaspary

@ hameau dans les nuages

Mais, justement, personne ici (à part moi) n'ose parler d'argent, personne (y compris vous qui êtes dans l'obligation de faire de la fiction à sensation avec votre pseudo-agression d'une femme...) n'ose parler du bilan des conséquences de l'intervention de Hugo Villerez : deux morts pour deux cents euros et six cartouches de cigarettes.

Je vais vous le récrire pour bien vous immerger dans la réalité, ce qui vous aidera peut-être à sortir de votre mythologie à deux balles du héros romantique sauvant la veuve et l'orphelin :

Deux morts pour deux cents euros et six cartouches de cigarettes.

M. Bilger, votre blog est devenu pour moi une institution. Il est le témoin par les commentaires quotidiens qui y sont publiés que la droite française dite décomplexée est définitivement la plus bête du monde.

Une honte, une tache avilissante pour la droite républicaine de notre pays !

berdepas

Il m'arrive d'être pleinement d'accord avec M. Philippe Bilger, surtout lorsqu'il fait l'apologie du courage.
La sanction infligée à ce "Général Courage" a une valeur symbolique : le courage n'est plus à la mode aujourd'hui. C'est sans doute ce qui explique que la France n'a plus de héros à admirer et reporte son admiration sur des saltimbanques ou des comiques troupiers...
La mode est aux "autruches" comme elle l'était autrefois aux "plumes d'autruches" : tout est fait pour enfumer l'opinion, pour l'empêcher de regarder les réalités en face.
Mais comment ne pas adhérer à ce qu'écrit M. Bilger :
"ll y a bien mieux à faire en suivant l'avertissement du général Soubelet et tant de pistes seront à explorer quand un pouvoir prendra enfin l'univers pénal au sérieux : défendre la police, ne pas la noyer sous une bureaucratie étouffante, refuser qu'une certaine magistrature défasse ses réussites ou rende vaines ses enquêtes, instaurer ou restaurer confiance et estime du citoyen à l'égard des magistrats qui auront beaucoup de chemin à faire, réfléchir à une articulation plus cohérente entre justice et police sur le plan ministériel, construire des prisons, rendre l'exécution des peines enfin efficace..."

Véronique Raffeneau

La mutation-sanction du général Soubelet, par la pression implicite qu'elle exerce sur l'ensemble des professionnels chargés de garantir la sécurité publique et l'autorité de l'Etat (police-gendarmerie-justice) m'apparaît être un démenti à votre affirmation d'il y a quelques jours :

"la liberté et l’indépendance de la justice sont mieux garanties sous François Hollande que sous Nicolas Sarkozy."

Je ne vois pas comment on peut parler d'indépendance de la justice quand il est clairement acté, à travers la sanction du numéro 3 de la gendarmerie, que toute velléité d'indépendance-sincérité intellectuelle qui viendrait contredire la doxa pénale véhiculée par le pouvoir, sera de toute façon punie - par exemple, pour un procureur exprimer sincèrement auprès d'une commission parlementaire la réalité de la délinquance qu'il observe dans sa juridiction.

Par ailleurs, cette mutation-sanction illustre mon propos visant à décrire dans un commentaire sous un autre billet la marque de fabrique de de l'état d'esprit des politiques :

si tu n'es pas pour moi, tu es contre moi.

Quant au devoir de réserve que des commentateurs pourraient m'opposer, on ne peut pas dans le même temps créer des missions d'information (!) à l'Assemblée nationale et exiger comme seuls consultants des "experts" estampillés inconditionnels de la politique mise en œuvre par le pouvoir.

Enfin, la garantie d'une démocratie à l'air libre, c’est en premier pouvoir compter sur la sincérité et l'indépendance intellectuelles des professionnels police, gendarmerie, justice que j’ai cités.

Xavier NEBOUT

Tout cela est juste et fort bien dit, mais bien terrestre.

Le mal socialiste est d’être par essence fondé sur la négation de la responsabilité individuelle au profit de la responsabilité collective. Partant, un délinquant est une victime de la société qu’il ne convient pas de sanctionner mais de réinsérer à tout prix y compris celui du risque de la récidive.
La thèse inverse est celle de la responsabilité de ses actes devant sa conscience, et de la peine ayant pour but de délivrer celle-ci de la couple qui voue à l’enfer tant pendant la vie qu’après.

Posée ainsi et comme elle doit l’être, la controverse se situe au fond, entre l’humanisme et la spiritualité. Mais comme l’humanisme trouve son origine dans la prétention à l’intelligence sans spiritualité, nous en sommes en toute logique rendus au socialisme à la Taubira et beaucoup plus malheureusement au catho-humanisme au ras des pâquerettes des curés de m… comme disent certains moines pour ne pas dire comme le Christ, qu’on devrait les noyer avec une pierre de moulin autour du cou.

Et pourtant la pauvreté de l’humanisme est bien concrète en laissant par exemple seul face à lui-même le soldat qui a commis des atrocités dans la fureur de la guerre ; absous par la société, il ne voit souvent que le suicide comme issue. Le socialiste commet le pire : il enferme le criminel dans son cercueil pour le restant de sa vie en lui disant qu’il n’est pas coupable.

Les usines-bagnes de Chine ou de l’Allemagne nazie comme les goulags sont un modèle permettant de tendre au dédommagement civil et au salut par la souffrance – il est certain que Hitler croyait au salut de l’âme, et Staline probablement aussi, ce qui explique qu’ils prenaient peu la mort en considération. Les militaro-bagnes des USA sont un modèle athée avec l’illusion de pouvoir reformater le cerveau. L’attente de la peine de mort un autre modèle encore. Les supplices avaient pour but la délivrance par la souffrance ; l’épouvante ce ceux auquel il était montré est venue après. Le juge qui avait condamné au supplice de la roue était content pour le supplicié s’il avait su mourir dignement et finalement en regardant le crucifix salvateur que lui tendait le prêtre. Le cachot des monastères dans lesquels seul passait le son des offices, et dont on ne sortait qu'à l'issue de la délivrance, était le modèle chrétien parfait.

Mais l’humaniste, celui qui a borné son esprit au bonheur temporel, ne peut rien y comprendre ; il nie tout simplement ce qui dépasse la peau faute de voir au-delà pour la satisfaction de ceux qui en sont incapables, il flatte les intelligences en s’étendant dans l’épaisseur de la superficialité…

eileen

Je ne comprends rien, je ne veux rien comprendre à cette justice dite réparatrice, comme l'euthanasie, ceux qui en parlent le mieux sont ceux qui n'y ont jamais été confrontés, ceux qui n'ont jamais eu à vivre un drame.
Quand par la "volonté" d'un individu qui n'a pas respecté les règles communes, quand par son comportement égoïste, meurtrier, un foyer est décimé, la justice doit faire son travail et rendre la justice vite, mais elle ne réparera jamais rien, elle sera juste un pansement sur une plaie qui restera longtemps béante.
La justice ne permet pas de faire son deuil, formule absurde de journalistes que même les psy ne connaissent pas. La justice ne fait que rendre la justice vs. nos lois, la justice rend la justice des hommes, elle ne répare pas/ne console pas les âmes. Il y a comme un malentendu entretenu ? les vraies victimes ne sont plus et d'ailleurs sauf dans des affaires exceptionnelles, elles sont vite oubliées par la justice ordinaire. Celles/ceux qui restent sont des victimes secondaires qui n'oublient jamais rien pas même l'auteur du drame dont le devenir leur importe peu.
"Justice réparatrice" balivernes, parce que notre destin n'est pas de survivre à nos enfants... et que rien ne peut effacer le drame, l'absence : le drame qu'aucune justice quel que soit le qualificatif qui y serait accolé ne pourra apaiser... seul le temps qui passe apaise !

André BERNARD

Il y a belle lurette que je ne dissèque plus les faits divers au scalpel, la rivalité police-justice, les motivations des délinquants, etc., etc., etc. La nature humaine est telle que le contexte économique se dégradant, de plus en plus d'individus franchiront la ligne rouge par nécessité ou par faiblesse. Les premiers délinquants sont ceux qui optimisent leur fiscalité, qui délocalisent et ceux qui laissent faire au nom de la République. C'est un raisonnement trivial, rebattu certes mais, avec le recul des décennies, je ne vois plus que celui-ci, énorme d'évidence ! On peut ajouter le pillage des ressources africaines avec le concours des rois-n****s et l'afflux des réfugiés économiques...

semtob

Cher Philippe,

La priorité, ce serait d'instaurer un référendum "réparateur" pour ne plus subir les échecs constants de cette politique qui avait peut-être un peu de sens il y a quelques décennies.

L'intelligence, c'est l'adaptation.

Voir Sapin s'auto-convaincre de ses petites manipulations de statistiques cela devient presque de la pitrerie qui fait pitié.

Voir Hollande demander une aide refusée d'avance, c'est misère.

Quant à Madame Taubira, il est évident qu'elle n'a pas les compétences du poste qui lui a été confié et que la plaisanterie n'a que trop duré.

Si le but est de flinguer les institutions, c'est une réussite.

Notre pays régresse au grand désespoir de chacun et cela ne peut plus continuer ainsi.
Que Hollande retourne s'entraîner dans un Conseil régional en essayant de moins endetter une région malgré les grosses subventions accordées par le gouvernement précédent.

Que Madame Taubira reprenne sa lutte pour l'indépendance de la Guyane, puisque c'est sa motivation et que c'est une promotion nouvelle de la fonction publique.
Sa place est au ministère de la Culture.

Que ce cauchemar cesse. La France n'est pas un cahier de brouillon pour amateurs.

Comme devoir de vacances pour le normal, "Le monde de l'entreprise pour les nuls" serait une bonne initiation. Un stage en économie niveau seconde.

L'exercice libéral va sombrer comme le reste dès la rentrée. Il n'y aura plus rien.
Des régions désertiques sans pharmacies, sans librairies, sans taxis, sans opticiens, sans artisans, sans artistes, sans j'en passe.
Sans rien de rien.
françoise et karell Semtob

adamastor

@Garry Gaspary

Vous vivez en France et c'est donc un peu loin pour moi !... Tellement loin que vous affectez deux "Far" à "West" !
Même si je visite longuement d'autres horizons, ma maison est près de la ville d'Orange, Vaucluse ; on ne peut se tromper : en descendant la vallée du Rhône, on tombe dessus. Je ne vois pas bien ce qui vous permet de me traiter de "cowboy"... mais j'ai constaté par vos propos que vous avez une certaine tendance à la mythomanie délirante. Je sais que cela se soigne difficilement…
Vous prétendez que la malheureuse victime de cette affaire "défendait un butin", qu’en savez-vous ? Elle a eu sans doute le réflexe que l’on attend d’une personne normale, c’est-à-dire exempte de lâcheté et se faisant sans doute une certaine idée de la fraternité et de l’honneur ! Ne pas subir ! Mais là je reconnais que j'exagère en vous parlant de concepts qui vous sont probablement étrangers. Pardonnez-moi. J’eusse aimé connaître votre opinion si vous, ou l’un de vos tout proches, vous faisiez agresser et que personne ne bouge le petit doigt pour vous aider. Diriez-vous, éventuellement agonisant sur votre lit d’hôpital (ce que je ne souhaite évidemment pas), la phrase devenue culte de Laurence Rossignol : « Le premier problème de l’insécurité, c’est la lâcheté collective » ?
Vous me proposez de me faire visiter « notre belle civilisation »… de laquelle parlez-vous ? De celle qui provoque une telle confusion dans votre esprit que vous en veniez à envisager d'appeler la légitime défense au secours de l'agresseur ?
Si vous êtes père de famille j’espère que vos enfants sont informés de l’attitude qui serait la vôtre au cas où ils seraient agressés par un malfrat (ce que je ne souhaite pas non plus) de manière à ce qu'ils puissent s'en prémunir.

Paul Duret

Je ne comprends pas pourquoi Christiane Taubira serait protégée par Hollande et Valls.
Serait-elle dangereuse pour le pouvoir à l'extérieur du gouvernement ? Si oui, en quoi le serait-elle ?
Y a-t-il un risque pour Kourou ?
Hollande et Valls sont-ils sur la même longueur d'onde à son sujet ?
Expliquez-moi.

hameau dans les nuages

@Garry Gaspary | 09 août 2014 à 11:16

Mais qui vous parle d'argent ? Ce n'était pas son argent.

C'eût été une femme agressée vous auriez parlé de quoi pour justifier votre non intervention ?

Étonnant et pour le coup désarmant.

Proposition de ma part : à l'instar des gens signalant qu'ils sont contre l'acharnement thérapeutique, que ceux qui sont contre le fait d'être défendu par un tiers en cas d'agression le signale par tout moyen. Un ruban à la boutonnière fera l'affaire.

Le summum de la non violence pour son porteur et un gain de temps et de risque pour les autres.

Le socialisme est amour et don de soi. C'est bien connu.

fugace

@adamastor

Le principe d'un blog, public donc, n'est pas en principe l'envoi de messages privés concernant les positions personnelles des intervenants invités. Si on peut effectivement les admettre ils doivent à mon sens ne concerner que des échanges allant au-delà ou en dehors du sujet proposé par l'hôte du blog.
Je peux comprendre la délicatesse de Ph. Bilger, mais j'aimerais que de temps en temps, il exprimât ici son coup de gueule en direct, car il est chez lui ; ça en aurait... de la gueule justement.
Ce n'est que mon avis, mais l'indifférence (je n'ai pas dit le mépris) ça marche aussi très bien.

Cordialement.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS