« La facile victoire de deux provocateurs : Lavrilleux et Taubira | Accueil | La tondue de Chartres »

02 septembre 2014

Commentaires

EPR

"Il ne me semble pas que l'autoritarisme qu'elle a d'emblée affiché sur ce plan soit une démarche habile."

Je ne suis pas d'accord, et cela pour deux raisons.

Mme Vallaud-Belkacem part avec trois graves handicaps : elle est femme, elle est jeune et - pire que tout - elle est jolie. Si elle ne fait pas preuve d'autorité dès le départ, elle est fichue. Quitte à paraître autoritaire.

Par ailleurs, la loi est la loi et elle doit être appliquée. Même si on ne l'aime pas. Point barre. Et même si je ne suis pas non plus emballé par la réforme.

caroff

Le port de la blouse existe en France d'Outre-mer : en Guyane amérindienne plus précisément. Mais je ne pense pas que Taubira y soit pour quelque chose...

Tendance

Une blouse rose pour les filles ou bleue pour les garçons ?

Ou bien grise pour tout le monde, un gris socialiste ?

Ou alors le blazer, tellement plus chic ? Oui, mais zut, c'est de droite !

Jacques le Fatali

Il ne s'agit pas de faire un procès d'intention à la nouvelle ministre mais de constater que ses compétences et son expérience dans le domaine qu'elle a accepté de prendre en charge ne sont pas en cohérence. Le contenu des savoirs transmis, la manière dont ils sont transmis, l'amélioration des conditions d'enseignement-apprentissage ainsi que l'amélioration des conditions d'exercice de leur activité pour les enseignants dont la souffrance au travail n'est plus à démontrer, sont les véritables questions qui doivent motiver l'action de ce ministère. La valeur de cette ministre en tant que personne n'est pas en cause.

Quant à la blouse, cela ne résoudra pas le problème des enfants qui n'ont plus de maison ni celui de ceux qui sont mal nourris !

eileen

Bonjour Monsieur Bilger, oui il faut remettre l'uniforme à l'école pour les mêmes et multiples raisons que nous connaissons tous.

"La valeur n'attend pas le nombre des années", certes le génie peut être précoce MDR, cependant un gouvernement ne doit surtout pas être composé de génies, il doit être composé d'individus qui ont une expérience des choses de la vie civile, de professionnels et non pas d'individus tout frais sortis d'une école aussi prestigieuse soit-elle, généralistes de tout mais expérimentés en rien, formés à l'école d'un parti politique, comme du temps de l'ère soviétique.

Depuis 2007, le gouvernement français est composé "d'apprentis" : comme pour un casting téléréalité, des "têtes de gondoles" qui incarnent/illustrent la diversité, la parité, la jeunesse, voire la beauté et l'élégance, mais sans aucune expérience d'un terrain quel qu'il soit !

Ni la jeunesse, ni la diversité, ni la parité encore moins l'apparence ne sont des gages de qualité, ce sont des suppléments d'âme pour Closer ou Voici !

Si l'apprentissage est une forme de mise en route/un bon démarrage dans la vie active, faut-il encore que le maître d'apprentissage soit un excellent ouvrier... et ça en politique c'est impossible, puisqu'à partir du moment où l'on met les pieds en politique on devient des concurrents dans un panier de crabes... c'est ainsi que peu à peu les débats politiques en France sont devenus stériles, d'un niveau médiocre.

"*Oui je suis le dernier, je passe pour fainéant, mais je m'en fous, je suis près du radiateur et comme plus tard je veux devenir ministre moins je serai calé plus j'aurai de valeur !*"

J'ai oublié l'auteur de cet adage, il ne s'applique pas prioritairement à Najat Vallaud-Belkacem, pas plus qu'au trader, nouveau ministre de l'Economie, dont on nous vante les mérites et surtout celui d'être devenu millionnaire à 34 ans, en fait il s'applique à tout gouvernement depuis une bonne décennie.

*La taquinerie est la méchanceté des bons (Victor Hugo)

L'Education nationale est un ministère difficile : ce sont les syndicats qui gèrent, mais Najat Vallaud-Belkacem sera parmi ses amis socialistes : c'est là que se trouvent les socialistes... Elle ne sera jugée que sur une seule réforme : la mise en place des rythmes scolaires, réforme que l'on traîne depuis deux ans, rien de plus, et cette réforme sera la seule avec le mariage pour tous du quinquennat F. Hollande, et quelques autres gadgets made in NVB et que tout le monde a oubliés.

Quant à la réforme de l'Education nationale, rien ne changera, les syndicats socialistes refuseront toujours de couper la branche sur laquelle ils sont assis, et pourtant il y aurait du travail de rationalisation : d'après les chiffres serinés depuis hier, 12 millions d'élèves pour quelque 850.000 enseignants = 14 élèves par enseignant... Ce chiffre exige une réallocation massive des ressources, comme remettre devant les élèves tous ceux qui pantouflent dans des placards dorés et confortables dans les ministères, les syndicats, etc. !

Ce gouvernement sera comme ceux qui l'ont précédé, un gouvernement de palabres : ils ne savent que parader, pavoiser, la com ne remplace pas l'action... C'est ainsi que la crise continuera de ravager la France et les Français !

Jabiru

Faut-il instaurer le port de la blouse à l'école ? Bonne question et sans doute une idée à creuser. A une condition, que cette mesure concerne à la fois élèves et professeurs, car quand on voit l'accoutrement de certains enseignants il y a beaucoup de laisser-aller. D'abord montrer l'exemple et après on discute.

vamonos

Le port de la blouse à l'école revient en discussion périodiquement. Les tenants essaient de faire entendre leurs arguments tandis que les récalcitrants, courroucés, sûrs de leur bon droit de liberté d'expression non opposable, rejettent systématiquement le port de l'uniforme.

Les commerçants ne laisseront pas se tarir une source inépuisable fournie par de jeunes écervelés capables d'engloutir l'argent gagné par les parents en achetant des frivolités vestimentaires démodées aussi vite que salies dans les couloirs des établissements scolaires.

Les jeunes filles ne se laisseront pas contraindre facilement. Les tenants du port du voile n'ont pas dit leur dernier mot, le refus d'un uniforme asexué est compatible avec leur vision de l'école. Les tenants des épaules découvertes et des décolletés plongeants aussi bien pour les garçons que pour les filles refusent ce qu'ils appellent un carcan idéologique, une blouse fasciste au motif que leurs tatouages expriment publiquement la poésie, l'art gothique dont ils se réclament. Un dessin valant mieux qu'un long discours, un tatouage sert à exprimer ce que les adolescents, enfermés dans leurs certitudes et fantasmes, sont incapables d'exprimer par des mots ou des écrits, il reste les attitudes et les différences vestimentaires.

La nouvelle ministre de l'Education nationale a pris ses fonctions et fait des déclarations qui augurent de ce que sera le ton de sa politique. Vu de ma fenêtre elle se présente dans la posture de la féministe outragée, victime des déclarations des gens de droite et des machos réactionnaires. Pauvre petite, je la plains de tout mon coeur. Elle n'est pas à sa place et elle va souffrir sous le poids des responsabilités qu'elle est incapable intellectuellement d'assumer. Avec un bac plus trois et des recommandations, le bagage est insuffisant pour gérer le plus gros budget de la fonction publique française, d'autant plus que ses amis les gestionnaires lui annoncent que ce budget est en constante réduction.

fugace

"Le second réplique que chacun doit pouvoir s'exprimer par rapport à ce qu'il est et non pas par rapport à ce qu'il paraît".

Je pencherais pour cet avis.

Même si il n’est pas improbable en effet que la « tenue » (blouse) à l’école ait son impact sur l’effacement provisoire des différences apparentes. Encore faudra-t-il que l’uniformisation ne soit pas de règle et que chaque établissement puisse s’honorer de résultats teintant virtuellement « sa tenue » de résultats rendant possible de la porter avec fierté. Néanmoins, nous savons tous que l’habit ne fait pas le moine. Je serais donc pour ma part prêt à troquer le « déguisement éventuellement imposé » par un « habit intérieur » lui aussi imposé et qui consisterait à octroyer à tout professeur, toute latitude à fixer pour sa classe le niveau du respect requis envers lui-même et le groupe. Qu’importera alors la manière dont sera accoutré tel ou telle élève, les limites acceptables étant en dernier ressort fixées par le chef d’établissement. En ce sens, il faudra bien évidemment à moyen terme accepter que les signes religieux soient tolérés dans les classes, dès la maternelle, justement afin que des liens d’amitié et de respect se tissent très tôt en vue d’abattre les préjugés, avant qu’ils ne fassent fausse route.

Au-delà de la blouse, il y a urgence à sauver les garçons.

Pour info :

http://www.youtube.com/watch?v=I8TavwuVKKs

Alex paulista

L'uniforme existe déjà : c'est le jean/T-shirt.

Il y a d'autres mesures plus importantes : par exemple organiser la carte et les cars scolaires pour mélanger les enfants des quartiers plus populaires au sein des écoles des quartiers riches.

Cela se faisait déjà dans les années 90 pour le collège, il faudrait le généraliser dès le primaire.
Notre pays a besoin de mixité sociale, pas de blouses et d'encriers !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS