« Je voudrais être le 142ème ! | Accueil | Nicolas Sarkozy ou l'insoutenable frustration de la limite »

14 octobre 2014

Commentaires

calamity jane

"600 000 familles vont voir leurs allocs amputées. Mais pas les fonctionnaires qui ne sont pas concernés par ce coup de rabot", annonce un article du Point !
Ou quand le gouvernement progressiste dépasse Messieurs Buisson, Sarkozy, Besson et autres Le Pen instituant la préférence nationale !
Retenez-moi ou appelez un toubib.

jack

Cet ex-président a affirmé qu’il disposait d'encore suffisamment de neurones (deux) pour ne pas prendre le risque de revenir en politique en traînant des casseroles et en ayant à répondre aux convocations des juges d’instruction.
Alors des fidèles de l’UMP sont en pâmoison à chacune de ses apparitions. Dans le même temps les sondages montrent que les Français commencent à se lasser.
Par ailleurs, Juppé - qui reçoit l’appui de Bayrou - trace sa route. Fillon aussi. Le Maire n’est pas en reste.
A l’inverse de son capital financier, le capital humain de l’UMP n’est pas perdu.

calamity jane

Eh oui ! "le silence bruyant" !
Dans la destruction des espaces sauvages qui deviennent des caisses de résonance de bruits de moteurs où il est inutile d'aller écouter le silence ! seulement interrompu par un gland, une noisette ou une noix qui se détachent, une goutte de rosée qui choit sur une feuille séchée ou le crissement des
terres imbibées d'eau... sous les pas.
Je m'en vais de ce pas consulter l'Académie.

Franck Boizard

"Nous dérivons lentement mais sûrement vers une dictature libérale."

Dictature libérale. Concept fort intéressant que nous classerons avec le glaçon chauffant, la clarté sombre, la joie triste, le silence bruyant et le socialiste intelligent.

calamity jane

E. Macron, l'as de "dire la vérité aux Français, casser les tabous" !
Nous dérivons lentement mais sûrement vers une dictature libérale. Ce charmant jeune homme (n'est-il pas frais promu et rasé de près ?) nous en a avertis.
Donc certaines personnes seraient illettrées (ce qui n'est pas analphabète) et mériteraient de ne gagner que le minimum, si ce n'était encore moins ! Ensuite, répondant à une question, il nous détaille une autre vérité, que voyager en bus serait préférable à ne pas voyager du tout. Instillant
dans le même ordre d'idées que certaines ne méritent que cela.
Alors qu'il se met en place la privatisation des barrages hydroélectriques pour que ceux qui ne peuvent pas se chauffer n'aient pas à réclamer d'y avoir droit.
En prévision du réchauffement climatique ?
Le renouvellement des concessions autoroutières, objet de recadrage d'une ministre, parce que suggérant la gratuité en fin de semaine... Où l'on comprend que les bus
qui transporteront les incompétents du portefeuille seront une manne pour les sociétés concernées. Et en sous-main une prétention à conserver la gérance de la France le plus longtemps possible !
Brader les voies de circulation, le trésor énergétique national des centrales hydroélectriques, réduire les naissances par la suppression de prestations donc d'une certaine manière priver des enfants de soin et faire avaler la couleuvre des retraités responsables de la crise quand on sait ce que coûtent les régimes spéciaux devenus inadaptés...
Et des incivilités croissantes de la part des administrations se permettant des droits de préemption sur les comptes en banque pour retard de paiement de l'impôt local par exemple (déjà cité dans un autre billet), qui enquêtent sous le manteau pour voir si des pauvres bougres à près de huit cents euros par mois ne les roulent pas dans la farine alors qu'on a assisté à des injures publiques à la République de la part de ministres nommés par un président socialiste ?
Qui pourront donc en tant qu'illettrés voyager en bus, résister au froid, ne pas se faire soigner pour le minimum de confort vital et les enfants être distraits, par
manque de soin, de leur instruction.
Continuons à justifier une incapacité de gestion en prenant des mesures que les Français eux-mêmes sont en droit de critiquer et de ne pas accepter.
Mais l'important est de dire la vérité et casser des tabous qu'ils s'inventent.
Ce qu'il fallait démontrer en haut de la pyramide du cynisme.

vamonos

Le système politique français : à bout de souffle ou à court d'inspiration ?
Dans un cas comme dans l'autre, le système politique est impuissant à enrayer la montée du chômage, de la criminalité et ce qui est encore plus préoccupant, la propagation du virus Ebola. Il a officiellement infecté une habitante du département du Val-de-Marne. Pendant ce temps, les avions continuent de circuler entre la Guinée et la France. Les politiciens laissent faire.

G Roche

@Achille

L'"intelligentsia française"... En clair la chienlit de gôôche nous les brise tous les jours ! Les militaires c'est une fois par siècle.

Catherine JACOB@ moncreiffe & Savonarole

@ moncreiffe | 15 octobre 2014 à 20:51
"En espérant que ces éléments de réponse vous seront utiles. Cordialement.

J'ai compris, merci. "Une utilisation personnelle est tolérée si celle-ci est raisonnable" est-il en effet indiqué.

@Savonarole | 15 octobre 2014 à 20:48
"Parce que lorsqu'on est au bureau on bosse, on ne se balade pas sur internet. En tout cas dans le privé c'est comme ça.

J'ai juste eu accès à la messagerie et pas réussi à récupérer non plus hier la page de la NHK Online et normalement les news sont accessibles même sans abonnement et ça c'est du professionnel utile. Mais bon, je les regardées sur la télé satellite et là, comme d'habitude non seulement elles sont en avance sur la télévision française, mais aussi différentes. Par exemple, le nombre d'alpinistes pris dans le dramatique épisode neigeux de l'Annapurna n'est pas le même. Le compte rendu DAESH qui reprend les comptes rendus d'une télé allemande non plus, bref. Les microtrottoirs concernant le nouveau point de vue du Vatican sur l'homosexualité non plus, idem les reportages sur les mères porteuses aux USA ou le niveau de vie moyen à Shanghai...!
Mais bon, en théorie vous avez raison.

Parigoth

@Achille
L'idée de départ était plutôt bonne puisqu'elle avait pour objectif de répartir les quatre heures retirées de la durée hebdomadaire afin d'embaucher des demandeurs d'emploi.

Il s'agit là d'une fausse bonne idée, issue du cerveau de gens qui ne savent pas ce qu'est une entreprise, qui n'y ont jamais travaillé ou qui n'en ont jamais dirigé.
L'idée consistant à croire que le travail se partage comme un gâteau est plus que simpliste.
L'essentiel des entreprises françaises est constitué de TPE ou de PME, faisant généralement de la corde raide, où chaque « emploi » ou plutôt poste fait l'objet d'une décision mûrement réfléchie de la part du chef d'entreprise qui sait qu'il peut mettre son entreprise en danger s'il se trompe.

Imaginez une entreprise regroupant une dizaine de personnes ayant chacune un poste défini.
Va-t-on engager un chauffeur-livreur de plus, par exemple, parce que le titulaire du poste ne fait plus que 35 heures ? Bien sûr que non.

Il faut aussi savoir que ce régime des 35 heures - abusivement étendu à la fonction publique - y est une source de problèmes.

Quant à l'AME elle n'est rien d'autre qu'une mesure humanitaire destinée à venir en aide à des gens en grande précarité. On ne peut quand même pas laisser les gens mourir dans la rue.

Personne n'a jamais prétendu - y compris à droite de la fausse droite - que l'on pouvait laisser les gens mourir dans la rue !
Mais l'AME est un véritable dévoiement de « l'humanisme » larmoyant dans la mesure où les bénéficiaires de cette mesure - qui sont tout de même selon la loi des délinquants pour avoir violé nos frontières - peuvent profiter de soins de confort ou de luxe auxquels les Français dans la précarité ou pas n'ont pas droit.
Est-il normal qu'un immigré illégal, que n'importe quel pays au monde aurait jeté en prison, puisse se faire faire une paire de lunettes avec monture en titane, ou bien se faire implanter des dents en or sans rien avoir à payer ?
Il faut arrêter de marcher sur la tête !
Ne serait-il pas plus simple d'interner les immigrants illégaux dans des centres où ils pourraient être suivis médicalement, avant leur expulsion ?

Quant aux mesures liberticides, je faisais plutôt allusion à celles qui, en France-RDA, répriment l'expression d'idées ou de simples constatations non conformes à la doxa en vigueur.

Garry Gaspary

Il ne faut pas amalgamer démocratie et représentation.

Le FN au pouvoir serait le signe clair que la France n'a plus besoin de ses élus. La guerre civile qui ferait suite à cette prise de pouvoir démontrerait que cela ne veut pas du tout dire qu'elle aurait alors cessé d'être une grande démocratie.

Mais le FN ne sera jamais au pouvoir puisque ceux qui sont tentés de voter FN s'abstiennent in extremis de le faire précisément parce qu'ils estiment que la France a encore trop besoin de ses élus.

Jean-Marc

@Achille

D'habitude vous nous faites un mélo d'un peu de gauche et de droite là on a droit à l'idéologie et la sémantique de gauche très à gauche même .

"Ceci explique sans doute les raisons pour lesquelles Emmanuel Macron, le nouveau ministre de l'Economie, est en train de jeter à terre tous les tabous des avantages acquis et autres rentes de situation afin de remettre le pays sur de bon rails."

Puisque vous n'avez pas compris voilà les mesures à prendre : baisse du salaire des fonctionnaires, de l'âge de leur retraite, de leur nombre, de leurs cotisations, division par deux ou trois du service télévisuel...

Les patrons bien évidemment voyous ne viennent plus en France : 2013 = 5 milliards d'investissements étrangers contre 50 milliards avant (vive les insultes contre les grandes familles, la taxe avortée de 60% sur les entrepreneurs qui ont réussi, la taxe réussie de 75% sur les salaires de plus de 1 million (pas sur les acteurs eux ce sont de amis).

Pour la sécu vous ne vous étonnez pas de lire que les Français consomment le plus de médicaments au monde ? si ce n'était pas vrai ou pas votre cas, où passent ces médicament gratuits ?

Les seules économies se font sur l'armée, on va être prêts pour la prochaine guerre comme en 36.

Il n'y a aucune mesure prise par les socialistes pour redresser la France, ils ont attendu la reprise de la croissance et demandé des délais et risquent de ne plus en avoir.
S'ils pouvaient faire des dettes supplémentaires ils le feraient, ils n'ont jamais eu que ce discours et cette pratique depuis quarante ans.

Achille

@ Parigoth | 15 octobre 2014 à 19:05
"Justement non, si le PS détricote systématiquement, l'UMP ne le fait pas, et c'est bien là le problème.
L'UMP a-t-elle détricoté les calamiteuses 35 heures ? Non !
A-t-elle simplifié l'indigeste Code du Travail, créateur de chômage ? Non !
A-t-elle détricoté les lois liberticides PS ? Non, elle les a même durcies.
A-t-elle supprimé la scandaleuse AME ? Non, de plus elle s'est empressée de voter son aggravation de pair avec le PS (comportement fréquent de cette fausse droite dans les assemblées).
Etc."

Vous savez très bien du moins je l'espère que les 35h ont été vidées de leur substance par les différents amendements passés par la droite lorsqu'elle avait la majorité. La loi des 35h de nos jours ne constitue jamais que la durée légale du travail, laquelle peut parfaitement être dépassée par les travailleurs concernés par cette mesure, ce qui exclut les cadres non assujettis aux heures supplémentaires, quand le carnet de commande l'exige.

En période de croissance nulle, comme c'est le cas en ce moment et où les entreprises ont du mal à faire travailler à temps plein leurs salariés, quand ils ne les font pas travailler à temps partiel, les 35h n'ont absolument aucun effet. L'idée de départ était plutôt bonne puisqu'elle avait pour objectif de répartir les quatre heures retirées de la durée hebdomadaire afin d'embaucher des demandeurs d'emploi.
Le contexte socio-économique de l'époque le permettait, ce qui bien sûr, n'est plus le cas aujourd'hui avec la crise et la concurrence des pays émergents.

Les lois que vous considérez comme liberticides avaient d'abord pour préoccupation de lutter contre les patrons voyous qui se sont empressés de délocaliser la production dans ces pays où la main d'œuvre est bien moins chère vu que lesdits pays ne respectent pas le code du travail quand toutefois ils en ont un et font travailler femmes et enfants dans des conditions dignes de l'esclavage.

Quant à l'AME elle n'est rien d'autre qu'une mesure humanitaire destinée à venir en aide à des gens en grande précarité. On ne peut quand même pas laisser les gens mourir dans la rue.
Elle comporte un certain nombre de contraintes qui font que ce n'est certainement pas elle seule qui est la cause du déficit de la Sécurité Sociale.

Je ne pense pas que l'on puisse partager le pays en deux concepts : celui de la droite libérale et capitaliste et celui de la gauche humaniste, pour la simple raison que lorsqu'un pays est dans la situation que nous connaissons, les solutions pour l'en sortir sont très étroites. Ceci explique sans doute les raisons pour lesquelles Emmanuel Macron, le nouveau ministre de l'Economie, est en train de jeter à terre tous les tabous des avantages acquis et autres rentes de situation afin de remettre le pays sur de bon rails.

Le parti socialiste pousse des cris d'orfraie et pourtant, il faut bien que quelqu'un ait le courage de prendre des mesures impopulaires et arrête de pratiquer une politique clientéliste dans l'espoir de se faire réélire...

Gerhard Schröder l'a fait en Allemagne, cela lui a coûté sa réélection et c'est maintenant Angela Merkel qui en tire tout le bénéfice.

Peu importe que ce soit la droite qui profite des mesures courageuses prises par ce gouvernement en 2017 si le pays est de nouveau sur la voie de la croissance et que le chômage diminue.

Achille

@ Patirulo | 15 octobre 2014 à 17:11
"Je vous rappelle que le fondateur de la Ve République était un militaire, que cette même gauche qualifiait de "fasciste" et de "dictateur" en son temps. Du respect, s'il vous plaît."

Mais cher monsieur, il ne faut pas vous mettre dans des états pareils. Je faisais simplement référence à une des nombreuses citations savoureuses de Clemenceau qui disait que la guerre est une chose bien trop grave pour la confier aux militaires.

Et puisque vous me rappelez le grand homme que fut le général de Gaulle, ce que je ne conteste pas, bien évidemment, je vous ferai juste remarquer que ce dernier a eu les plus grands soucis avec les militaires, à commencer par le maréchal Pétain qui l'a fait condamner à mort parce qu'il appelait les Français à entrer en résistance contre un gouvernement qui collaborait avec l'ennemi.

Puis ensuite avec le fameux "quarteron de généraux en retraite" qui avaient fomenté un coup d'Etat pour s'opposer à ce qu'ils considéraient comme un abandon de l'Algérie française.

Sans oublier, bien entendu, la tentative d'assassinat du Général au Petit-Clamart par, là encore, des militaires liés à l'OAS.

Ainsi que vous pouvez le remarquer, il arrive parfois que des militaires soient guidés par des idéaux qui n'ont rien à envier à ceux d'une "intelligentsia française intoxiquée par la propagande marxiste-léniniste injectée par l'Union soviétique".

genau

Le chapitre XIV du Code Théodosien est une disposition curieuse qui interdit la cléricature, la destruction des maisons, l'abandon de ses biens, tous actes qui empêcheraient la perception des impôts.
Nous n'en sommes pas là, avec une marge certaine, mais, tout doucement, l'enrégimentement de la pensée et des actes conduit au versement par l'Etat du reste à vivre.
Il est vrai que depuis VGE et la vente de la France aux communautés extérieures, le pays n'a cessé de s'autoritariser, de la façon douce, comme une assistante sociale va fouiller dans le tiroir aux culottes pour s'assurer que le vice n'est pas dans la maison.
Le pays devient un EHPAD où la cigarette est mesurée, le verre de gnôle gradué mais "l'autre" n'y est pour rien. Il s'en moque comme d'une guigne de ce que pense et fait le peuple, règlements et lois mal ficelées pensent pour lui.
Le populo peine un peu à finir ses mois, mais ne demande qu'à "palper" plus, est bien content qu'on apprenne à l'école que les filles mouillent et que les garçons bandent, ça le libère de ce fatras de l'éducation auquel il ne comprend rien.
Ce qui compte c'est que dans l'ombre, les prochains titans forgent leurs armes.
Les anarques contemplent avec ravissement l'abaissement moral et le déficit intellectuel, ils ont pour eux l'avenir, celui de la domination. Et ils domineront, un jour ou l'autre. On peut rêver de faire le coup de feu contre les islamistes, mais c'est épiphénoménal, car ces gens-là, s'ils n'avaient pas l'argent des princes arabes ne seraient que de pauvres bougres, englués dans une religion stérile. Le difficile sera de liquider l'esprit de soumission et faire renaître, sans les politiques, l'idée de sacrifice. Pardon, c'est une utopie mais quand même, l'appel aux armes a du bon, s'il est fait par un soldat.

Franck Boizard

@ Parigoth

Comme je dis toujours, la fausse droite est le flic qui tient la France pendant que la gauche la tabasse.

La gauche est la gauche. C'est dans l'ordre des choses.

Mais la droite est aussi la gauche, et cela, c'est une trahison, car elle prive la France de voie de sortie de l'emprise gauchiste.

C'en est au point que, sondage après sondage, on voit une montée des valeurs de droite dans l'opinion et que la traduction de ce fait dans notre belle démocratie française, ce sont des politiques toujours plus à gauche (notamment sur les questions "sociétales").

moncreiffe

@ Catherine JACOB

Voici un lien qui devrait répondre à votre question.

http://www.juritravail.com/Actualite/internet-travail/Id/1240

En principe, la connexion internet, mise à la disposition du salarié par l'employeur, est un outil de travail dont l'utilisation doit être purement professionnelle. […]

L'employeur peut interdire totalement l'accès à internet à son salarié, sous réserve que ces restrictions soient justifiées par la nature de la tâche à accomplir et proportionnées au but recherché. […]

L'employeur a le droit de consulter les connexions internet de ses salariés car celles-ci sont présumées avoir un caractère professionnel. […]

L'employeur peut tolérer l'utilisation à titre personnel d'internet. Il fixe les règles d'utilisation et les conditions de contrôle dans la charte internet ou dans le règlement intérieur. […]

L'emploi abusif de la connexion internet à des fins personnelles peut justifier une sanction disciplinaire allant jusqu'au licenciement.

En espérant que ces éléments de réponse vous seront utiles. Cordialement.

Savonarole

Catherine JACOB | 15 octobre 2014 à 18:53

Parce que lorsqu'on est au bureau on bosse, on ne se balade pas sur internet. En tout cas dans le privé c'est comme ça.

Michelle D-LEROY

La France est gravement malade. C'est bien pourquoi le livre d'Eric Zemmour s'est vendu à 20.000 exemplaires en une semaine. C'est bien pourquoi les sondages montrent Marine Le Pen en constante progression.

Et bien sûr ce n'est pas en voyant l'entre-soi socialiste à l'anniversaire d'Anne Hommel qui essaie de remettre son vieux cheval en selle, qu'on peut ne pas avoir des haut-le-coeur. Une fracture irréparable entre le peuple et les élites.

Nos ministres cassent les règles, taillent dans les budgets, sapent ce qui marche bien en France, pour se donner l'impression de faire quelque chose. C'est pitoyable et lamentable tant tout semble fait pour piétiner ce qui n'appartient pas à leur caste et à leurs protégés.

Un système politique à bout de souffle ? Non, des hommes politiques ternes, couards et sans idées qui font des ajustements au jour le jour au gré de l'actualité et des revendications. N. Sarkozy ne leur arrivait pas à la cheville dans la médiocrité.

Parigoth

@Achille
. Les propositions du PS étant détricotées par l'UMP et réciproquement au gré des alternances.

Justement non, si le PS détricote systématiquement, l'UMP ne le fait pas, et c'est bien là le problème.
L'UMP a-t-elle détricoté les calamiteuses 35 heures ? Non !
A-t-elle simplifié l'indigeste Code du Travail, créateur de chômage ? Non !
A-t-elle détricoté les lois liberticides PS ? Non, elle les a même durcies.
A-t-elle supprimé la scandaleuse AME ? Non, de plus elle s'est empressée de voter son aggravation de pair avec le PS (comportement fréquent de cette fausse droite dans les assemblées).
Etc.

Comment ne pas voir que ce quasi parti unique qu'est de fait l'UMPS sous couvert d'alternance simulée ne peut que persuader les Français qu'ils vivent sous un régime de type quasi totalitaire ?
Car cette absence de liberté de choix se répercute ailleurs, dans le monde de « l'information » par exemple, véritable chaudron de propagande délétère ou bien dans le monde de la fausse culture.
Par ailleurs, tout ce que la fausse droite a trouvé pour remplacer Sarközy en 2017 est Juppé, rigoureusement interchangeable avec ses clones apparatchiks solférineux en matière de formatage et d'incompétence institutionnelle !

Comment ne pas tomber dans la morosité et le désespoir dans de telles conditions ?

Catherine JACOB

Hors sujet, mais important. Est-ce que quelqu'un saurait expliquer comment il se fait que quand je me connecte depuis le bureau, je n'ai pas accès au blog même si je fais ce qui est demandé en anglais par la clé de sécurité ?

Carl+Larmonier

"On les souhaiterait capables de voir loin pour éviter d'être noyés de près".

François Hollande joue dans un remake du Grand bleu depuis deux ans et demi, le problème est de savoir jusqu'à quel palier de profondeur il compte arriver.

semtob

Cher Philippe,

Vous qui aurez la parole demain matin sur LCI, nous vous prions de rappeler votre soutien au pluralisme des médias.
Supprimer la qualité c'est odieux. C'est un non respect des auditeurs, des experts, des journalistes professionnels qui vérifient leurs sources.
Le CSA vit des impôts et quand le CSA saura écouter les demandes des usagers, il pourra peut-être retrouver son aura ou même son utilité.
Idem pour le Val-de-Grâce. Nous avons la rage contre ce gouvernement qui ne sait que démolir, salir, casser.
Combien de temps devrons-nous supporter ces marques de démolition, d'arrogance, d'humiliation, d'indifférence ?
françoise et karell Semtob

Patirulo

@Achille

Et pourquoi "pas de militaire à la Défense" ?
C'est quoi cette discrimination ? Les militaires seraient-ils, par nature, moins républicains que les autres citoyens, moins compétents, moins intelligents ? C'est quoi ce procès d'intention, ce mépris, cette injure même ?
Ras-le-bol de cet antimilitarisme primaire qui pue, hérité des périodes où l'intelligentsia française était intoxiquée par la propagande marxiste-léniniste injectée par l'Union soviétique. Je vous rappelle que le fondateur de la Ve République était un militaire, que cette même gauche qualifiait de "fasciste" et de "dictateur" en son temps. Du respect, s'il vous plaît.

Tipaza

J. Attali avait proposé une réforme des taxis, qui devait profiter à ceux qui ont les moyens de les utiliser.
E. Macron engage une réforme des transports par autocar.
Le secteur souffre des «normes» et de la «protection du secteur ferroviaire», selon l'ex-banquier. Ouvrir des lignes d'autocars pourrait créer des «dizaines de milliers d'emplois» et faciliter les déplacements. Mais surtout, selon le ministre de l'Économie, «les pauvres qui ne peuvent pas voyager pourront voyager plus facilement».

Voilà une excellente idée. Je suis d’accord avec lui.
Mais il faudrait les faire accompagner par les illettrées, quoique ce sont peut-être les mêmes.
C’est beau la naïveté de quelqu’un qui n’a jamais connu la misère, la vraie, qui se penche avec sollicitude sur le sort des pauvres.

Emmanuel Macron commence à m’intéresser, que dis-je, à me plaire.
J’attends avec gourmandise qu’il dise : «si les chômeurs n’ont pas les moyens d’acheter du pain, qu’ils mangent de la brioche».

Pour qui a de la politique une vision d’esthète, Macron sera une source de joie renouvelée.
G. Pompidou aussi venait de la banque.
Mais c’était au temps où les banquiers étaient cultivés, et avaient fait leurs humanités.

PS : Je me demande si Merkel se rend bien compte de ce qu’elle fait en insistant pour que Hollande fasse des réformes ??

giuseppe

Sur Orange ce jour, une dépêche AFP : son retour critiqué par ses collègues.
Bon, M. Thévenoud n'a pas été parfait, un grand homme d'Etat en devenir n'aurait pas fait ce type d'écart. Par contre ce lynchage en continu et qui continue n'est pas fait pour grandir les autres.
C'est comme s'ils voulaient expier leurs propres turpitudes en tapant sur ce pauvre garçon.
Que penser de J-V Placé qui pérore toujours autant, pour quelle sombre raison a-t-il échappé avec ses PV non réglés dans les mêmes conditions, pour quelle raison ne subit-il pas l'opprobre de ses collègues ?
Pas n'importe qui tout de même, sénateur.
Bon, lui non plus on n'en fera pas un homme d'Etat malgré son ambition dévorante, mais ce type de dérapage situe quand même le ou les personnages.
Et il faudrait leur laisser les clés du coffre en plus du pouvoir ?
Au fait avec 15 000 € comment se peut-il qu'il n'ait pas eu son permis retiré ? Bizarre, mais dans tous les cas j'espère que les citoyens sauront s'en souvenir.
Ils sont quand même petits à vouloir toujours grappiller des avantages tellement dérisoires qu'ils en sont ridicules plus que malhonnêtes.
Heureusement qu'ils se font quand même taper sur les doigts, mais ce ne seront jamais des maîtres d'école.

anne-marie marson

Il ne faut pas croire que cette réconciliation entre bobos milliardaires fasse rire dans les chaumières.
La vue de ces pantalonnades et du comportement de F.Hollande ne fait pas rigoler la France d'en bas.
F.Hollande est devenu "l'autre", il n'a même plus d'identité.
Ce qui donne des dialogues du genre : "alors "l'autre" est arrivé, et les impôts ont augmenté, ou alors "l'autre" est arrivé et j'ai perdu mes heures supplémentaires.
Personne ne semble vouloir revoter pour "l'autre", ni pour "les autres".
Donc il ne reste que le FN.

Lucile

Les idéologies et la peur de penser par nous-mêmes nous font perdre la tête, elles tuent notre esprit d'analyse, notre sens du dialogue, notre capacité d'adaptation aux événements, et notre faculté d'innovation. Elles nous donnent des critères de jugement paralysants. Elles sont paresseuses, culpabilisantes et infantilisantes. C'est de cela qu'il nous faut guérir avant tout, me semble-t-il.

eileen

Un mois après la découverte de sa forfaiture MDR Thomas Thévenoud est réapparu ce matin, mercredi, jour de signature de la feuille d'émargement qui déclencherait le paiement des indemnités : trois absences vaudraient des pénalités financières.
Thévenoud souffre donc d'une "phobie administrative partielle" : "prend" il comprend, "paie" il ne comprend pas !
Il a aussi siégé brièvement à une commission re le développement durable : il a voulu sans doute rentabiliser son déplacement MDR
Si d'aventure il osait siéger aux QAG de cet après-midi, j'espère que des députés droite et gauche enfin réunis MDR le mettraient dehors !
Ce personnage Thévenoud incarne tout ce que les Français détestent, ce type est sans honneur, sans dignité ! Aux arrêts LOL MDR

Paul Duret

Le système est tellement à bout de souffle que cet imposteur d'Attali nous dit dans Paris Match qu'il se sentirait bien comme président de la République.
Il faut dire qu'en se comparant à l'actuel, chacun peut y prétendre.

sylvain

Tout le peuple est à bout de souffle sauf ceux qui, en électrons libres, ont l'outrecuidance de penser par eux-mêmes !

Prenons l'exemple de Zemmour, diabolisé, calomnié, vilipendé, caricaturé, insulté, menacé : il fait et dit ce que d'autres n'osent faire ou dire parce qu'ils sont trop coincés, trop accrocs à la bien-pensance, trop ignorants, trop complices du système, trop fayots !
Pour toutes ces raisons, ces négationnistes de la réalité se torturent l'esprit pour trouver des raisons ou des excuses à des faits qui les ennuient : Europe, immigration, sécurité, etc. ils sont de gauche toujours !
Zemmour a la faculté et la liberté de démolir ce qui doit être démoli, bravo l'artiste !
Il est un des rares personnages médiatiques qui comprenne et ose dire la France telle qu'elle est. De par la grandeur de sa culture et la justesse de ses propos, il fait mouche à chaque fois qu'il prend la parole et décrédibilise tout ses détracteurs, de gauche bien entendu.
Avec son physique voltairien, il est au 21ème siècle ce qu'étaient les lumières au 18ème, un homme illustre qui franchit avec classe le caniveau des intellos bobos de gauche.

Achille

@ eileen
"Il y a sûrement en France un tel profil, il suffit de sortir du cadre habituel, qu'il soit de droite ou de gauche importe peu, l'économie n'est ni de droite ni de gauche, elle est bonne ou mauvaise ! la droite ou la gauche françaises l'illustrent merveilleusement bien depuis des décennies !"

Pour cela il faudrait des ministres compétents dans leur domaine : un économiste aux finances, un juriste à la Justice, un professeur à l'Education nationale, un diplomate aux affaires étrangères, etc.

Une exception cependant, pas de militaire à la Défense. Clemenceau en son temps s'y était toujours opposé, et je pense qu'il avait raison.

eileen

Le système politique français est à bout de souffle, c'est hélas une évidence, le pire est dans les solutions que certains proposent : il faut des têtes nouvelles, des jeunes...

Il faut surtout du personnel politique compétent, des têtes nouvelles peut-être, des jeunes oui, mais pas trop... sinon la tendance sera de reproduire l'existant, bonnes et mauvaises habitudes des décennies précédentes, c'est ce qui se passe, c'est ce que subissent la France et les Français depuis bientôt un demi-siècle.

Un parallèle : dans le choix d'un chirurgien je choisirais un chirurgien, homme ou femme peu importe, mais un chirurgien d'expérience qui aura déjà réalisé un grand nombre d'opérations similaires à celle que je dois subir ; sachant que l'aléa est toujours possible, pas toujours prévisible et que la personne d'expérience est mieux à même de réagir efficacement.

Pour redresser la France il s'agit aussi d'une opération chirurgicale de grande envergure, il faut donc que la personne qui sera aux manettes ait de l'expérience, réussie, et qu'elle ait réglé ses problèmes personnels, intimes et privés, qu'elle soit à l'aise avec ses problèmes d'ego, voire d'ego hypertrophié et qu'elle soit suffisamment structurée pour suivre un programme qu'elle saura ajuster au fur et à mesure des événements.

Il y a sûrement en France un tel profil, il suffit de sortir du cadre habituel, qu'il soit de droite ou de gauche importe peu, l'économie n'est ni de droite ni de gauche, elle est bonne ou mauvaise ! la droite ou la gauche françaises l'illustrent merveilleusement bien depuis des décennies !

fugace

Bonjour,

"Le système politique français : à bout de souffle ou à court d'inspiration ?"

Dit et vécu autrement : le système politique français est très malade, son souffle s’épuise inexorablement. Va-t-il en mourir ?

En réalité : qui va mourir et quand ?

Je ne résiste pas et ose donc faire le parallèle avec les personnes arrivées à la phase terminale de leur maladie, leur réaction est parfois difficile à comprendre. Alors que l’on s’attendrait à ce qu’ils se laissent glisser vers le néant, ces patients font parfois preuve au contraire d’un sursaut de vitalité pour le moins surprenant, oscillant entre déni et espoir. Un comportement déroutant que certains psy décrivent très bien. Passé le stade de la dépression, le patient en arrive à une sorte de phase d’acceptation de son destin. Est-ce le fait que l’inconscient ne croirait pas à la mort (mourir existe, la mort n’existe pas), et que donc toute personne humaine sentirait dans les tréfonds de son être que la vie est plus forte que la mort ?
Le système politique français ne serait-il pas en train de s’observer tout en essayant de comprendre cette impression de vivre aussi et en comparaison de certains mourants, deux sortes de temps. L’un des deux temps étant large et profond comme le pouvoir d’être partout en même temps sans limite ; l’autre décomptant inexorablement les derniers instants avant l’effacement. Va-t-on enfin assister au mieux de la fin, à ce coup de lumière tant espéré dans le cheminement obscur qui n’a de cesse de s’assombrir ?
Fort heureusement, le sursaut viendra probablement de cet inconscient collectif, cette réalité psychique sortant de l’espace-temps avec enfoui au plus profond, un champ d’expériences illimité.
En attendant on sent bien que notre « mourant » est épuisé, la force d’action et l’énergie qui le soutient lui manque. Mais qu’y a-t-il donc derrière cette impuissance qui le conduit dans une dégradation du collectif grandissant ; que nous propose-t-il presque à son insu et en langage codé pour ne pas échouer dans sa propre mort ?
L’enjeu étant qu’on « ne meut pas seulement pour soi, on meurt les uns pour les autres, hélas parfois, les uns à la place des autres » (Bernanos).

Parigoth

Cette distance préoccupante est devenue un gouffre, la droite et la gauche paraissent toutes deux victimes de cette morosité républicaine qui dépasse le champ politique pour toucher aux racines même du lien collectif et du vivre ensemble.

Par pitié, ne transformons pas en pauvres malheureuses victimes des gens qui sont responsables au premier chef de la suspicion qui pèse sur eux !

Nous sommes dans une société reposant à la fois sur le mensonge et sur le déni.
Le mensonge est omniprésent, de la part du monde politique mais aussi de la part de sa caisse de résonance médiatique : actualité soit édulcorée soit montée en épingle soit carrément occultée, histoire revisitée ou frelatée...
Le déni : les grands problèmes comme ceux résultant d'une immigration de masse difficilement assimilable sont balayés d'un revers de main comme relevant uniquement du domaine « social » et du traitement du seul chômage, en écartant les causes principales d'origine culturelle.

Et puis, le fait que Philippe Bilger ait repris cette expression issue de la langue de bois vivre ensemble ne montre-il pas que même les meilleurs peuvent se laisser contaminer par la propagande et par le conditionnement pavlovien qu'elle diffuse ?

Nous ne pouvons plus avoir confiance dans cette classe politico-médiatique qui ne passe son temps qu'à nous abuser.
Il est temps qu'ils partent, tous.

giuseppe

Yves Fancoup, Médiapart 14.10.2014 : "Evidemment qu'elle est idéologique, l'économie (...) mais ce que ne reconnaîtront jamais les "imposteurs", qu'ils se nomment Attali, Daniel (Jean-Marc) (...) et bien d'autres (...) qui ont tous pour caractéristique de n'avoir jamais vu venir la crise financière, de défendre une économie qui a favorisé cette crise, de donner des leçons, en particulier aux classes modestes, etc. tout en engrangeant tranquillement pour certains d'entre eux les royalties qu'ils tirent d'un affairisme..."

Et vous pensez M. Bilger qu'avec ces personnages on peut redonner du souffle, de l'impulsion à notre vie économique et sociale ?
Un ancien président qui marchait aux coups de menton, un nouveau qui a le costume étriqué de son mandat, ou la cravate de guingois de ses décisions.
Quel président, quel personnage, de Gaulle n'est plus là, peut y accéder ?
Quand on a pas l'architecte, attachons-nous à bâtir simple, solide, courageusement.
Juridiquement il paraît compliqué de faire une constitution (?), que faire ?
Les fenêtres à ouvrir sont-elles si inaccessibles ? De bons entrepreneurs suffiront au début, l'architecte se découvrira si on lui en donne les moyens.
On ne peut pas continuer à construire bêtement avec autant de pauvres.
Il y a des marges d'action, chassons les passe-droits, le gaspillage et la vulgarité.
Se donner les moyens nécessaires de sécuriser ce qui va mal, la cohésion, bien sûr ça coûte, mais quand on sait tous les errements présents on n'en sortira qu'avec des personnages à la hauteur, il faut être patient cela doit se trouver.

Assez de délégués de classe, pas forcément les meilleurs, envoyez des pugnaces intègres et vous verrez la nature des votes changer et leur nombre dans les isoloirs prospérer.

"Nous vivons en un temps où des forces gigantesques sont en train de transformer le monde. Sous peine de devenir un peuple périmé et dédaigné, il nous faut, dans les domaines scientifique, économique, social, évoluer rapidement." De Gaulle

Eh oui c'était une autre envie dans les tripes, et dans la vertu.
"Il y a là des faits qui dominent notre existence nationale et doivent par conséquent commander nos institutions." Toujours lui.
Je viens de voir dans le Petit journal l'inauguration du Grand Paris, c'est mal parti pour un deuxième souffle dynamique, caricatural certes, mais par certains côtés décourageant.

Franck Boizard

Les partis ont rétabli le pouvoir que la constitution de la Ve était censée leur retirer.

Ils l'ont fait à coup de révisions constitutionnelles votées en congrès.

Encore une entreprise de dénaturation, c'est à la mode.

Le quinquennat fut le coup de grâce.

Il est donc abusif de considérer que la constitution voulue par de Gaulle n'est plus adaptée : cela fait longtemps que notre constitution n'est plus celle voulue par Mongénéral.

Jabiru

Y a-t-il encore dans notre pays des conquérants, des visionnaires et des tribuns ? C'est à souhaiter car le jus de crâne d'énarques distingués on en consomme tous les jours et ce n'est pas le carburant le plus adéquat pour remonter en pression. Et comme ils sont tous formatés sur le même modèle pour faire carrière, difficile d'être optimisme sur l'avenir.

Parigoth

Il est moins dangereux par ce qu'il projette, qui est tout au plus inconcevable sur certains points, que parce qu'on l'a constitué aujourd'hui comme un recours quasi naturel, obligatoire.

Dangereux, dangereux...
Mais à moins de tomber dans le procès d'intention et le fantasme, en quoi précisément ce parti serait-il plus dangereux que d'autres dont nous avons eu l'occasion d'éprouver à la fois la malfaisance et la dangerosité bien réelle à de multiples reprises ?
N'y a-t-il pas, dans ces partis présentés comme respectables bien qu'extrémistes, certains d'entre eux qui ont fait couler le sang français ?

Et dangereux pour qui ?
Pour les copains, pour les coquins, pour les voyous, pour les marchands de mort, pour la pègre, pour les étrangers qui violent nos frontières ou qui cherchent à imposer leur loi  chez nous ?
N'est-ce pas le rôle d'un État normal de se montrer redoutablement dangereux à l'encontre des criminels ?

Xavier NEBOUT

Soit P. Bilger nous dit qu’il ne restera plus que le FN si la démocratie échoue, soit que la démocratie ayant échoué il ne restera plus que le FN. C’est comme on l’entendra.

Subsiste cependant la question de savoir si le système est de lui-même source d’échec, où si ce dernier est du fait de ceux qui l’occupent.

Force est de constater que la démocratie à la française n’a survécu qu’en générant des échappatoires dans des situations exceptionnelles ou des hommes considérés comme providentiels.
Passé les héros de la guerre, la démocratie se vautre dans son corollaire qui est la démagogie.
Si bien qu’aucun politicard de l’UMP n’ayant encore parlé de libéraliser le licenciement bien qu’on en entende enfin parler de toute part dans les médias, c’est le FN qui prend le relais en préservant notre « modèle » social.

Et donc quand la démago-démocratie coule, il suffit qu’elle porte un masque de plongée pour refaire surface !

C’est à la démagogie qu’il faudrait s’attaquer, et comme c’est impossible une fois qu’on a donné le droit de vote à tout le monde, la solution est de substituer le pouvoir politique national au pouvoir politique international. C’était le choix des Gaulois pour Rome.
Aujourd’hui, c’est de nouveau soit la Rome européenne, soit les Gaulois du FN.

Ensuite, les barbares… et l'histoire refera un tour... Vous avouerez que c'est plus marrant que du jacatali.

giuseppe

Le sujet est passionnant car on est à la croisée des chemins. "A bout de souffle" est bien édulcoré.
Il faut renverser la table, remettre de la justice au centre du débat : voyez encore des condamnations de misère à l'encontre de Guérini, Ciot et consorts. Trop de lenteurs et la démocratie se consume.
Tapie, 400 000 000 € tout de même ! Il faut arrêter tout cela.
Une ministre de la Justice pas à la hauteur, sans vraies réformes, il ne peut y avoir de démocratie sans police.
Allez circuler en Inde et vous comprendrez.
Tout revoir du sol au plafond.
Le système est à bout de vie... Et voilà que l'on nous met D.S.K au centre du débat !
On marche sur la tête, et notre Parlement est stérile, il ne produit pas grand-chose de vif, qui lui redonnerait quelque valeur.
Vite une Constitution, et des magistrats à la hauteur mais en refondant totalement. Pas de reprises en sous-oeuvre parcellaires.
Oui, vaste programme, d'autres l'ont fait, de Gaulle a fait sa part, mais lui n'était pas vulgaire.
"A bout de souffle" suppose qu'avec une pose on peut repartir, on n'en est plus là. Et le temps est compté.
Assainir la vie politique, c'est insupportable, je sais bien qu'il y aura toujours des brebis galeuses, mais déjà l'envisager, on a l'impression qu'il n' y a plus de butoir. D.S.k...

Xavier NEBOUT

Le FN est ce qui reste d'une démocratie quand elle a échoué sur le plan économique, social, judiciaire et failli pour le beau rêve de 2012, si vite déserté, d'unité nationale.

C'est là que le stylo ne devait pas glisser. Qu'est-ce que vous allez prendre !

Surtout que c'est vrai !

breizmabro

@Parigoth | 14 octobre 2014 à 10:39

Alors là, tout à fait d'accord avec vous !

Ça fait un millénaire que ce vieux c.. nous bassine avec sa pseudo-science économique qui n'est que science sans conscience (quoique dans "conscience"...;-)) Ce prétentieux qui ne supporte pas la contradiction nous fait des cacas nerveux en quittant les plateaux de TV façon Maurice Clavel, mais en moins classe. La seule chose qu'on retienne de lui c'est qu'il a une tête de hibou et qu'il a été le Patrick Buisson de Mitterrand ! Les téléphones portables n'existant pas il nous a fait "don" de ses verbatim :-(

Que fait-il encore à se pavaner sur les plateaux TV ce cuistre ?

Giuseppe

Jaquatali a dit, comme souvent, une énormité, "une provocation de riche", décidément il n'en loupe pas une.
Quand comprendra-t-il que tout le monde ne peut entreprendre, que tout le monde n'a pas forcément le potentiel intellectuel, pour de multiples raisons d'ailleurs, donc plutôt que de dire des inepties, qu'il utilise plutôt son savoir à aider les autres et il comprendrait mieux la société...
Eh bien non, comme d'habitude paraît un "gavé" des institutions, et d'un système qui fait la part belle à un "parisianisme" superficiel et soi-disant visionnaire.
Enfin... il ne changera pas, et toujours aussi éloigné des autres.
Sait-il seulement ce qu'est une pointe, et à quoi cela peut bien servir ?
D'ailleurs qu'il fasse son bilan propre, et nous dise en quoi il est utile ; son dernier rapport a fini à la poubelle, me semble-t-il.
On a 8,5 millions de personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté, et il nous parle comme si le pays avait une croissance à deux chiffres, il rêve ! La France a besoin de forces, de cohésion, mais lui ne sait pas ce que c'est, comme la pointe.

duvent

« Nos dirigeants, qu'on les apprécie ou non, sont privés de cette fulgurance unique qui seule justifierait leur rôle au service de tous. On les souhaiterait capables de voir loin pour éviter d'être noyés de près. »

Et ceux qui sont dirigés, ceux-là, sont privés de quoi exactement ?
Nous voyons des élus indignes être réélus… Ils voient loin, aussi loin que leur comptes bancaires les invitent à le faire !
Il semblerait que les règles minimum ne soient plus requises et que la grande mansuétude de certains sots nourrisse maternellement le vice d’autres gredins.
L’Avenir est en retard, hier est effacé, aujourd’hui est perdu dans la fange.
Chacun discute de la faute de l’autre, l’autre se gausse du manque de courage de celui-ci et celui-là occupé à ses propres turpitudes informe le monde que la France a eu deux Nobel !
Il est étonnant de lire que les E.U. et la France réfléchissent à Ebola, ils réfléchissent, incessamment sous peu ils vont délibérer. Et la montagne accouchera d’une souris ou d’une chauve-souris réservoir de virus et nutriment de qualité… Nous pouvons dormir sur nos deux oreilles, le veilleur guette ! Le Cymbalum Mundi est à notre porte…

Parigoth

Le volontarisme somptuaire d'un Jacques Attali qui prévoit, annonce et sermonne sans cesse (...)

Parlons-en, de Jacques Attali ! Une vraie calamité.
Il s'est trompé sur tout, il a utilisé la BERD pour satisfaire ses goûts personnels quasi satrapiques, il expose dans ses ouvrages des idées malsaines comme le recours à l'euthanasie pour les plus de 65 ans - ce qu'il se garde d'appliquer à lui-même -, il se livre à une propagande éhontée en faveur de l'islamisation de la France pour on ne sait trop quelle raison trouble, etc.

Et c'est ce genre d'intellectuel qui occupe la première place sur les plateaux T.V.
Il y a tout de même quelque chose qui ne tourne pas rond dans le microcosme.

Achille

Bonjour Philippe Bilger,

"Le système politique français : à bout de souffle ou à court d'inspiration ?"

Il semble, en effet, que le système politique français soit à bout de souffle. La France tourne en rond depuis quarante ans. Les propositions du PS étant détricotées par l'UMP et réciproquement au gré des alternances.

Pourtant la France dispose d'énormes potentialités, hélas pas très bien exploitées.

C'est ainsi que même si notre actuelle ministre de l'Education nationale ne sait pas ce qu'est une hypoténuse (niveau 6ème) c'est un Franco-Brésilien, Artur Avila, qui a, encore une fois obtenu la médaille Field en 2014.

Si c'est le livre de Valérie Trierweiler qui est en tête des ventes dans les kiosques de quais de gare, c'est un Français, Patrick Modiano qui a obtenu le prix Nobel de littérature cette année.

Et même si la France a dépassé les deux mille milliards de dette cette année, c'est quand même encore et toujours un Français, Jean Tirole, qui a obtenu le prestigieux prix Nobel d'économie en 2014.

Comme quoi, ainsi que vous le faites remarquer, Philippe Bilger, tout est encore possible, même le meilleur. Surtout quand on a épuisé tout qu'il était possible de faire dans le pire.

Jabiru

Ils ne font pas l'affaire car ils ont perdu le bon sens paysan, celui qui compte ses sous avant d'envisager de les dépenser.

Tipaza

Un bien curieux billet, où tout est dit sauf l’essentiel !

Pas une fois n’est mentionnée l’Union européenne.

Le temps des vérités premières où l’on fera le bilan de cette U.E, véritable trou noir où se perdent vaines illusions et vraies espérances, n’est pas encore venu.

Il viendra.
Espérons qu’il viendra dans le calme et que cette chape de plomb qu’est l’U.E. n’explosera pas en vol comme l’ont été les structures artificielles des pays de l’Est communiste : Yougoslavie, Tchécoslovaquie, sans oublier évidemment la grande URSS.

L’URSS : l’Union des Républiques socialistes soviétiques, l'analogie structurelle est forte avec l’Union européenne à qui il ne manque même pas une idéologie, puisque le libéralisme en est le fondement.

Il faudra bien qu’un jour les élus choisissent entre l’entre-soi des Commissions européennes et la volonté populaire d’arrêter l’engrenage fatal qui nous conduit au désastre non seulement économique mais aussi culturel.

Gauche et droite nous imposent une assimilation européenne qu’elles évitent soigneusement d’imposer aux immigrés.

Il est des paradoxes qui sont sources de graves et peut-être définitifs conflits.

eileen

Bonjour Monsieur Bilger,
"Alors que tout est encore possible, même le meilleur"...

Et pourtant c'est au pire que vous avez participé, bien malgré vous, ce lundi soir sur i-TELE.
Ils sont jeunes, c'est bien là leur seule qualité, qualité bien éphémère, pour le reste ils sont tout à fait incompétents, le spectacle que ces deux-là (B. Pompili et ce M. Bournazel) ont donné est lamentable, leur incompétence flagrante, échange de chiffonniers, ou cour de récréation !

============================================

C. Duflot et B. Pompili prises en flagrant délit d'endormissement profond dans l'hémicycle, comment prétendre désormais à l'égalité homme/femme MDR deux potiches qui n'étaient là que pour donner leur voix : ces deux-là sont véritablement des petites natures au-delà du fait qu'elles ridiculisent leur mandat de député ! MDR

On est lentement mais sûrement et pour longtemps en train de toucher le fond et ce n'est pas un Claude Bartolone qui va permettre le renouveau de l'Assemblée nationale. Sur le plateau du Petit Journal il a montré l'étendue de son incompétence, de son manque de charisme, de son incapacité à réformer cette chambre qui est la représentation nationale : il ne cesse de répéter "je vais essayer de...", personne ne lui demande d'essayer, on exige qu'il fasse, qu'il agisse, après deux ans et demi il serait temps que cette assemblée se réforme, le diagnostic est fait depuis longtemps, c'est toujours le même depuis des décennies, sa réforme n'est pas une génération spontanée, sa réforme ne se décrète pas, il faut définir et développer un plan d'actions dans un calendrier de réalisations et faire...

Le pire était à venir avec O. Besancenot et tant d'autres qui challengeaient le nouveau Prix Nobel d'Economie !

Les Français peuvent le vérifier chaque jour, pour leur plus grand malheur, leur problème essentiel est bien leur classe politique et tous les fonctionnaires qui gravitent autour d'elle !

---------------------------

Selon le député PS Jérôme Guedj, la réduction du temps de travail serait consubstantielle au socialisme... Il vient tout juste de son pays de bisounours et rêve sans doute d'un pays dans lequel les habitants consommeraient sans rien produire... aggravant la balance du commerce extérieur dont il n'a sans doute jamais entendu parler... Ce député est jeune, il aspire sans doute à de hautes fonctions, président du conseil général de l'Essonne (je crois), il est sans doute urgent de jeter un œil sur sa gestion, à moins qu'il ne soit un des fidèles de Serge Dassault.

semtob

Cher Philippe,

Les socialistes sont effectivement à bout de souffle. Ils sont une insulte à la Cinquième République.
Si vous pensez que les extrêmes avec une Sixième République soient une solution, si vous croyez que l'on puisse descendre le pays encore plus bas, bien sûr qu'il faut tout essayer, même la guerre civile.
Car que croyez-vous qu'il se passe si les extrêmes venaient au pouvoir, ce serait une marée sanglante, un pugilat féroce, des milliers de politiques condamnés, une terreur meurtrière.

Si c'est ce que veulent les journalistes FNPS, ils pourront filmer le chaos que leur bêtise a mis en place.

La bête immonde, tu la tiens dans ta main.
Des Gremlins au pouvoir, jamais.
Que ceux qui se rêvent, que ceux qui les couvent voient cette main qui les écrabouillera dans l'œuf avant leur éclosion fétide.
Le populisme finit toujours dans un bain de sang et ce n'est souhaitable pour personne.
Vive le septennat et la Cinquième République.
Et vive le Val-de-Grâce.
Est qu'une partie du Loto des gueules cassées ne peut pas financer les travaux de rénovation de cet espace vital et symbolique ?
Est-ce que les promesses de Monsieur Le Drian peuvent être maintenues ?
La multiplication des administratifs, la France en souffre. Le manque d'espace de soins pointus doit être entendu.

Si Valls et Hollande sont déjà en campagne, que le décompte de leurs campagnes respectives soit comptabilisé par le Conseil constitutionnel dès maintenant.
Pourquoi leurs résultats calamiteux ne les incitent-ils pas à se mettre au travail, plutôt que de parader comme des pignoufs au sens de Flaubert ?
françoise et karell Semtob

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]lorimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS