« Marions-les ! | Accueil | Les primaires ne sont pas secondaires ! »

21 novembre 2014

Commentaires

Clafoutis

@ hameau dans les nuages | 24 novembre 2014 à 22:43

Oh ! You are right. Sorry.
La voici, la légende manquante :
“There can be no peace until they renounce their Rabbit God and accept our Duck God.”

À chacun son jihad ! dit notre hôte.
Voilà une illustration parlante du sujet, reposant, comme vous le savez, sur une illusion d'optique bien connue permettant de voir alternativement (ou au choix) un même dessin soit comme une tête de canard soit comme une tête de lapin.
Funny, is not it ?

hameau dans les nuages

@ clafoutis

http://www.newyorker.com/wp-content/uploads/2014/12/141201_a18707-600.jpg

Celle-là n'a pas besoin de légende... alors qu'il manque la vôtre.

Je ne suis pas prêt pour l'Aïd-al-Adha.

Clafoutis

http://www.newyorker.com/wp-content/uploads/2014/12/141201_a18662-600.jpg

hameau dans les nuages

@ Garry Gaspary | 23 novembre 2014 à 10:07
"La civilisation romaine était évidemment violente mais elle n'était en rien barbare. Aucun Romain de l'époque n'aurait par contre souillé sa toge en visionnant des images de décapitation, ce qui laisse à penser que nous sommes bien des décadents..."

Mais on se tue à vous le dire !

"Va, étranger, dire à Sparte qu’ici nous gisons, fidèles à ses lois".

Catherine JACOB@Claggart

@Claggart | 23 novembre 2014 à 10:59
les Scythes appelaient "opia" les terres à l'est du Caucase, du nom d'une de leur divinité, par opposition à l'Asie, d'où Europia

Je n'ai pas trouvé de déesse Opia pour les Scythes mais en revanche - sur Wikipédia - une déesse Apia donnée comme la Terre mère, et qui aurait été mentionnée par Hérodote.

Vérification faite, on a bien une Ἀπία (comme la Via Appia qui elle est pourvue de deux 'p' - vu que de Appius, son constructeur) pour Rhianos, poète crétois du IIIs BC, rattaché à Ἂπιος, roi légendaire d'Argos (Péloponnèse et non pays des Scythes) avec Sophocle et sous la forme 'La terre d'Apis', lequel nom nomme également le bœuf sacré des Égyptiens.

En ajoutant un préfixe eur, cela nous fait donc "Eux Rapia"s ?

Comme il existe un ἀπιᾶ-τον qui nomme un vin aromatisé au persil et à la rue (pour cette dernière, une plante médicinale réputée magique, ruta foetida, qui avec la sauge, la menthe, le romarin, l'absinthe et la lavande, le camphre, la cannelle et le clou de girofle, entrait au Moyen Âge dans la composition du vinaigre des quatre voleurs).

Le latin a de même apium (≠ opium) : 1° l'herbe aux abeilles (apis) soit l'ache (céleri) des marais, 2° le persil.

Le roi Apis avait-il pour sa part du persil dans les oreilles, comme la tête de veau vinaigrette dans les narines, la question est posée.

Quant à opia, il semble que ce soit la forme plurielle d'opium qui pourrait être issue de ὀπός :
- le suc qui coule naturellement ou par incision (verbe ὀπίζω : inciser), du tronc de certains arbres. Par ex. du figuier - suc dont on se servait pour faire cailler le lait.
- le jus d'oignon et le suc de pavot, avec une phonétique japonaise homonyme amusante, depuis le français, pour la forme lit. soit sakai (ça caille) : la résine.

Le mot japonais "Sakaï" (堺) étant quant à lui le nom d'une ville de la banlieue d'Osaka (大阪).
Comme quoi, tous les chemins et en particulier le 「芻道」 littéralement, le chemin 「道」 des herbes 「芻」, mais là, je vous paie des frites si vous le dénichez! mènent à l'herbe...!^O^

Denis Monod-Broca

@ Franck Boizard
"Vous êtes un parfait gauchiste : vous avez quelques problèmes avec la réalité."

Gauchiste ? ce qualificatif en étonnerait plus d'un mais oui, j'ai quelques problèmes avec la réalité, on peut dire ça comme ça. Chercher à améliorer la réalité, agir, penser, parler pour que les hommes, autant qu'il est possible, contiennent leurs pires instincts, n'est-il donc pas un objectif louable ?

niclaus

Toutes ces dissertations à la suite d'un micro-événement dérisoire ! Faut-il que certains aient un besoin irrépressible de prendre la parole et tenir des propos destinés à n'être pris en compte que par le vent...

Franck Boizard

@ Scoubab00
«On peut aussi tourner violemment les talons et se tirer à toute vitesse, façon comportement de rupture punk. Et c'est ce que je fais.»

Je ne suis pas d'accord avec vous, mais, au moins, vous êtes rigolo.

scoubab00

@ Franck Boizard et Denis Monod-Broca

Vous êtes un parfait gauchiste : vous avez quelques problèmes avec la réalité.

Franck B nous fait le coup classique du manipulateur vindicatif : si tu n'es pas avec moi, tu es contre moi. Pas forcément, kamarade. On peut aussi tourner violemment les talons et se tirer à toute vitesse, façon comportement de rupture punk. Et c'est ce que je fais.

sylvain

Ce matin, à l'heure des croissants, scène surréaliste MDR
Un VTT flambant neuf à la main d'un Rom flambant vieux. DLC en dépassement de date de péremption, ce pôv'malheureux, tel un poisson sur un patin à roulettes, bataillait pour trouver le mode d'emploi de sa superbe et soudaine "acquisition" à l'insu de son plein gré, trouvant le système social français pas assez généreux mais le Made in France très prometteur pécuniairement.
Un "vas-y Poupou" a été lancé par un des quelques passants amusés par ce spectacle matinal insolite bien que de plus en plus fréquent, la police ne se déplaçant plus par peur de représailles de SOS Racisme, de la gauche bien-pensante et de traumatiser ce malheureux.
A cette heure, le propriétaire du VTT court toujours.
Je terminerai par une gasparynade : "Et j'ai beau me forcer, je n'arrive pas à trouver au nom de quoi je peux me permettre de les condamner."

Claggart

@Catherine JACOB

Merci de vos précisions sur les origines soit grecques soit sémitiques du mot Europe ; je vais en ajouter une troisième : les Scythes appelaient "opia" les terres à l'est du Caucase, du nom d'une de leur divinité, par opposition à l'Asie, d'où Europia ; il est par ailleurs curieux que dans les hymnes à Apollon on dise "Europè", alors que chez Euripide et Sophocle on trouve "Europia".

Par ailleurs j'ai trop apprécié votre érudition pour imaginer que vous vous laissiez aller à faire du copier-coller chez Wikipédia.

@breizmabro

N'em eus ket konpren, e peh c'hwi a lavar. Komzit e galleg, gast !

Garry Gaspary

@ Robert

Je vous remercie de votre commentaire qui m'a bien fait rire.

Commencer par proposer que notre société est fondée sur des principes pour, quelques phrases plus tard, avouer que notre individualisme fait que nous nous asseyons tous sur les principes sus-évoqués résume assez bien une situation sociale très alléchante pour une jeunesse se cherchant un projet d'avenir. Il faudra un jour vous sortir de cette contradiction en vous demandant si ce n'est pas nos principes qui sont complètement pourris ou si nous souffrons tous d'une espèce de maladie mentale qui nous fait rejeter un bien-être social dont nous avons pourtant conscience du besoin.

Sur le reste, j'ai vu, il y a quelques semaines de cela, sur une chaîne publique (et donc laïque) française, un message publicitaire montrant divers prêtres, évêques, et paroissiens en situation de mobilisation pour l'aide aux chrétiens d'Orient et appelant la population française à les rejoindre. Je n'arrive pas à concevoir une logique qui fasse de Français qui se mobilisent pour aider les musulmans d'Orient des terroristes criminels et de ceux qui se mobilisent pour aider les chrétiens d'Orient des républicains exemplaires.

Ah si, ce message pour les chrétiens d'Orient militait pour une aide exclusivement humanitaire.

Faible différence toutefois quand on sait que l'aide militaire est directement fournie par l'Etat dont les méthodes certes plus modernes mais non moins criminelles consistent à faire exploser les gens plutôt qu'à les décapiter.

Et vous me faites tous aussi bien marrer avec votre confusion très utile mais qui ne tient sur rien de concret, de la violence et de la barbarie : il y a quelques millénaires de cela, la civilisation la plus aboutie, la plus raffinée de l'Occident faisait passer leurs dimanches à ses représentants au spectacle de gladiateurs qui s'éventraient, se décapitaient pour leur plaisir. La civilisation romaine était évidemment violente mais elle n'était en rien barbare. Aucun Romain de l'époque n'aurait par contre souillé sa toge en visionnant des images de décapitation, ce qui laisse à penser que nous sommes bien des décadents...

Et je ne me permets pas de condamner une jeunesse qui cherche à sortir d'une civilisation complètement décadente.

Franck Boizard

@ Denis Monod-Broca

Eh bien oui, c'est la vie, les hommes aiment la paix mais ils aiment aussi la guerre.

Vous êtes un parfait gauchiste : vous avez quelques problèmes avec la réalité.

hameau dans les nuages

@ scoubab00 gore mais pas Al | 23 novembre 2014 à 00:37

Ne perdez pas espoir. MM. Juppé, Bayrou et consorts nous préparent le coup de la "nouvelle société" de Chaban-Delmas en la ripolinant.

Généraux de pacotille, ils auront leur plaque de rue quitte à faire allégeance. J'y mettrais mon cou à couper.

Juppé était déjà prêt à libérer Damas en s'alliant avec les "salafistes modérés". Sur son blog il y avait un billet larmoyant daté du 23 août 2013, sur la fameuse attaque au gaz de la Ghouta et la nécessité d'intervenir... billet qui sauf erreur de ma part a disparu.

http://www.mesdebats.com/monde/3601-syrie-faut-il-lever-lembargo-sur-les-armes/66029-rlc-syrie-alain-juppe-reclame-une-aide-militaire

On peut s'avancer caché sans porter le voile.
Mektoub.

sylvain et Giuseppe, de SOS Gasparophobie

Merci Giuseppe de me venir en aide face à l'immense tâche qui nous attend.

eileen

@breizmabro 22.11.14 16.43

Courageux LOL commentaire LOL ! !

A cause des très/trop nombreux clics obligatoires que ces/ses déblatérations provoquent on voit arriver un mal nouveau, "la tendinite de l'index"...

"Tendinite de l'index et du pouce", ce n'est pas un gag, c'est en train de devenir une réalité médicale, le seul remède efficace et gratuit, le repos ! LOL LOL

scoubab00 gore mais pas Al

@ hameau dans les nuages
À cette occasion, il m’est revenu à l’esprit qu’Abd-el-Kader était un humaniste tout à fait particulier.

Il est sympathique en effet cet Abd-el-Kader. C'est pourtant un rigolo en regard de nos généraux du siècle dernier, notamment Nivelle, Joffre ou de Castelnau, un bourreau bien de chez moi. Ca oui, c'était de l'équarrissage, pas du travail d'amateur au canif d'arabe.

Et puis alors, vous l'aurez remarqué, ces militaires viandards, on leur donne rarement des plaques d'impasses ou de ruelles pour qu'on se souvienne bien de leur patronyme. Des exemples pour notre jeunesse, mais laquelle ?

Denis Monod-Broca

@ Franck Boizard

Il est vrai que votre raisonnement est parfaitement en accord avec celui de nos dirigeants. Il les a conduits à porter le fer en Irak, en Afghanistan, en Libye, indirectement en Syrie, et ailleurs... avec le bonheur que l'on sait.

L'agresseur c'est toujours l'autre, évidemment.

Celui qui vous fait la guerre, toujours vous la fait pour se défendre de votre volonté, à vous - c'est sa conviction - de le soumettre, lui.

Soit on s'abandonne à cet engrenage de l'aveuglement et de la violence réciproques, dont il ne sort jamais rien de bon, soit on s'efforce d'en sortir.

Comme vous dites, c'est aussi simple que cela.

Devinette Carambar :
Q : pourquoi l'ennemi est-il un imbécile ?
R : parce qu'il croit que l'ennemi, c'est nous.

giuseppe

Sylvain a raison, il faut être gentil avec celui qui a dû prendre tellement de claques dans les cours de récré qu'il est un peu comme un boxeur sonné qui a fait le combat de trop et qui ne sait plus où il habite.
Tous avec sylvain, pour protéger Garry Gaspary surtout contre lui-même, le défi est à la hauteur de l'insignifiance de ce dernier, donc protégeons-le du mieux que l'on peut et on pourra en rester là.

Jean-Dominique@Parigoth, zefir

@Parigoth
"Et pourquoi employer le terme Daesh ?"

Parce que ce sont les initiales de Etat Islamique en arabe et que nos amis jihadistes ne supportent pas cette appellation qui sonne vulgaire selon eux. N'ayant pas vocation à servir la soupe à ces ordures, je ne vais pas les parfumer du titre d'Etat pour leur faire plaisir.

@zefir

Quelles sont les autorités religieuses qui dénoncent les agissements de Daech comme non musulmans ? Les autorités religieuses saoudiennes ou iraniennes ? Non, zefir, l'islam, ou du moins les musulmans, ont une responsabilité qu'ils ne peuvent renvoyer à l'ignorance des autres : la violence, les lapidations, le traitement des femmes, les pendaisons pour des motifs futiles, sans parler des dernières exactions de Daech, proviennent d'un monde musulman que les musulmans n'ont que très rarement contesté. Vous le savez.
A lire, si vous ne l'avez pas fait : Lettre ouverte au monde musulman par le philosophe Abdennour Bidar :
http://www.marianne.net/Lettre-ouverte-au-monde-musulman_a241765.html

Franck Boizard

@ Denis Monod-Broca
«Mais votre alternative, soumission ou guerre, est fallacieuse. Je la récuse.»

Récusez tant que vous voudrez, cela n'a aucune importance : le Coran et les musulmans ne vous demandent pas votre avis.

C'est ce que vous ne comprenez pas et qu'expliquait très bien Julien Freund : pour que je sois en guerre, il n'y a pas besoin que je veuille être en guerre, il suffit que quelqu'un me désigne comme son ennemi.

Si quelqu'un me désigne comme son ennemi, je suis en guerre, que je le veuille ou non. Simplement, si je suis en guerre et que je fais comme si je ne l'étais pas, je perds la guerre.

L'alternative soumission ou guerre, ce n'est pas vous qui la posez, vous n'êtes pas libre de l'accepter ou de la refuser. L'islam vous la pose sans vous demander votre avis, comme l'apprennent tous les jours dans le drame et le sang les chrétiens d'Orient.

Si vous faites semblant de ne pas voir qu'on vous pose cette alternative, vous choisissez implicitement la soumission. Ce n'est pas plus compliqué que cela. Pas besoin de chercher midi à quatorze heures.

Catherine JACOB@Claggart

@Claggart | 22 novembre 2014 à 15:13

avec εὔ-ροος; εὔ-ρους; εὐ-ρόως vous avez toute la gamme pour dire exactement la même chose. Ou encore à *εὐρύωψ on vous renvoie à εὐρύοπα① : "à la grande (grosse) voix" qui est une épithète de Zeus lui-même. Je présume quand il mugit sous la forme du taureau ou encore quand il tonne.

Maintenant, on a aussi εὐρύ-πεδος au vaste sol, lequel sol peut être πεδίον, la plaine et par analogie la plante du pied et encore une fois une façon de désigner les parties féminines ; ce qui nous ramène au sens de même caché d'Εὐρώτας et m'évoque quelque part, la mère de Charlemagne, Berthe "au Grand pied" - au singulier- que je pensais jusqu'à présent faire référence à la pratique du rouet comme dans le conte des Trois Fileuses.
Ceci étant, vous me direz qu'ε n'est pas η. Mais en cherchant bien, on a πηγά-ζω sourdre, jaillir comme d'une source (cf. Pégase), épancher ainsi que πηγή, eau courante, ondes.
Mais bon. Je pense que le vent est une bonne lecture parce qu'elle est féconde... quant au sens.

Maintenant, c'est vrai, pourquoi pas comme vous le dites, "beau visage" ou "bel aspect" -ᾠπή-, les Chinois ayant "Grand bélier" pour dire "de belle prestance", pourquoi n'aurait-on pas une grande vache pour signifier la même chose.
Si ᾠπή est le regard, ou l'aspect qui s'offre à la vue, ᾮπις est encore un nom d'Artémis ainsi qu'une ville d'Assyrie qui nous ramène également à la stèle assyrienne d'où vous tirez erb le couchant.

En tout cas, le mythe nous donne bien à comprendre que ce qu'Europe, la mère de Minos qui sera Juge aux Enfers, et la grand-mère d'Ariane au fil de laine, avait de plus intéressant pour ce coureur de Zeus, c'était moins son beau visage, ou sa large face réjouie, que son large 'pied'.

Quant à Wikipedia, si vous avez vérifié, vous aurez observé que je ne l'ai de loin pas copié-collé.

hameau dans les nuages

Puis-je me permettre Monsieur Bilger de reproduire in extenso le courrier d'un paysan béarnais à son ami François Bayrou dont voici la teneur :

Alexis A..., paysan à Momas 64230 à François Bayrou maire de Pau 64000

François,
Je ne pense pas que l’inauguration de l’allée Abd-el-Kader améliorera les problèmes de circulation que la précédente municipalité t’a laissés en cadeau, et je doute que le geste soit assez fort pour convaincre les coraniques palois de voter en faveur du Pays de Béarn.

Si tu y avais ajouté le geste audacieux d’une circoncision publique, peut-être… À cette occasion, il m’est revenu à l’esprit qu’Abd-el-Kader était un humaniste tout à fait particulier. Dans la guerre qu’il menait contre les Français, pour les droits de l’homme musulman de conserver un harem et de pratiquer l’esclavage, il y eut quelques trêves, et au cours de l’une d’elle, les Français acceptèrent de rendre à l’émir une centaine de ses esclaves noirs, qui avaient cru trouver la liberté en se réfugiant sous notre drapeau. Abd-el-Kader les fit tous décapiter. Il n’était, ce faisant, qu’un très modeste émule de Mahomed qui, lui, avait fait couper le cou des 900 juifs de la tribu des Banou-Caraïza, pour mettre leurs jolies femmes dans le lit de ses guerriers. Tamerlan devait faire mieux encore en édifiant des pyramides avec les têtes des infidèles tombées sous le cimeterre.

Mais ce ne sont là que des broutilles de l’histoire, et même le Pape François, en accord avec les imams qui prolifèrent en France comme des champignons, nous affirme que l’Islam est, contrairement à quelques apparences, tolérant et miséricordieux. Bien sûr, les historiens occidentaux affirment qu’il y eut entre le seizième et le dix-huitième siècle, quatre millions de chrétiens razziés sur nos côtes, et plus de dix-huit millions de noirs réduits en esclavage et châtrés afin qu’ils ne reproduisent pas, mais je me demande si ces historiens n’avaient pas été contaminés par le virus lepéniste ! La bête immonde est partout ! La preuve ?
C’est que même quelques mahométans sont gagnés par le virus, tel l’anthropologue Malek Chebel qui écrit : « Parce que je suis un intellectuel musulman (…) je me sens missionné pour dénoncer ce drame de l’esclavage qui a contaminé tous les pays où l’Islam a prospéré ! »

Fort heureusement, des gestes comme l’inauguration de l’allée Abd-el-Kader prouvent que l’on peut être esclavagiste et coupeur de têtes, et tout de même tenu pour un grand homme par la République. Madame Taubira même, a tenu à aller plus loin dans l’humanisme. Dans L'Express du 4 mai 2006 elle affirmait : « Il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits de leurs pères ! ». A remarquer que la justice taubirienne a déjà porté ses fruits : je lis aujourd’hui sur internet qu’un certain Karim vient d’être interpellé par la police pour la 197ème fois ! En voilà un au moins qui n’est pas traumatisé par l’héritage de ses pères, et qui pourra revoter Hollande la prochaine fois.

Nous n’en avons pas fini de découvrir les beautés du Système ! De leur côté, les humanistes de Boko Haram et quelques autres ne relâchent pas leurs efforts pour arracher la jeunesse africaine à la déchéance occidentale. Il y a quelques semaines, c’était 200 lycéennes qui étaient enlevées à Chibok. Avant-hier c’étaient 60 femmes enlevées à Wagga. Hier c’étaient 30 jeunes razziés à Mafa.

La religion d’Abd-el Kader manifeste partout une semblable ferveur, et à mon sens ce n’est pas une simple allée qui devrait garder la mémoire du premier vaincu du Djihad, mais une autoroute ! Avec bien sûr, dès l’entrée, l’emblème du croissant et de l’étoile, pour éclairer les destinées de la République.

breizmabro

@Garry Gaspary | 22 novembre 2014 à 11:19
"Ces jeunes sont des combattants (éventuellement décapiteurs si je puis me permettre...) qui luttent pour un monde musulman libre. Ces jeunes préfèrent risquer leur vie pour l'espoir d'un avenir plutôt que de la continuer au milieu des zombies que nous sommes devenus".

Alors vous aussi vous fumez du double zéro libanais ?

sylvain

Rédigé par : Achille | 22 novembre 2014 à 17:17

Mon pôv' Achille, je ne vous croyais pas aussi naïf, laissez ce malheureux déposer ses bouses provocs ; je n'arrête pas de le défendre en vous demandant à tous d'être gentil avec lui ! Il est venu chercher sa dose, il est content, c'est notre "Villeret" à nous ; ça sonne, il est content !

Savonarole

Certains ici ont la mémoire courte.
C'est la honte qui devrait nous submerger.
Dès les années 1920 les exactions épouvantables de nos soldats de la Coloniale ont été dénoncées sous forme de propagande antifrançaise par les Allemands, propagande sans doute mais s'appuyant sur des faits bien réels (La « Honte noire » (Die schwarze Schande (am Rhein))...
Ces formidables combattants se sont distingués sur tous les champs de bataille de 1914 à Monte Cassino en 1944. Sans l'apport de ce sang versé pour la France nous serions cuits aujourd'hui, et la formidable médiatisation de vingt ou trente Occidentaux égorgés vous fait perdre les pédales.
Lorsque les grand-pères de ces petits voyous d'aujourd'hui portaient l'uniforme la France a couvert ces mêmes crimes lorsqu'elle envoyait une demi-douzaine de Sénégalais nettoyer une tranchée allemande au rasoir (pour les érudits, précisons que ces fameux "tirailleurs sénégalais" étaient en fait des Maliens de la tribu Bambara). Sous uniforme français la barbarie était totalement niée.
Aujourd'hui encore les historiens se refusent à admettre ces crimes et la commission des archives militaires françaises a cadenassé le dossier.

Eteignez vos téléviseurs et cessez de sursauter chaque fois qu'un blanc est exécuté, nous avons fait kif-kif.

breizmabro

@Claggart | 22 novembre 2014 à 15:13
"eu-ropos, "qui penche facilement", s'écrit avec un omicron, de même que l'Euros "vent d'est-sud-est" (...)

C'est quoi ce que vous fumez ? Ouaaah, ça envoie du bois... ;-))

Robert

"Et j'ai beau me forcer, je n'arrive pas à trouver au nom de quoi je peux me permettre de les condamner."
Rédigé par : Garry Gaspary | 22 novembre 2014 à 11:19 "

Serait-ce de la pure provocation ? Votre relativisme étouffe toute pensée critique. Sans doute voulez-vous oublier que nos sociétés se fondent d'abord sur un certain nombre de principes partagés par tous, ce que fait d'ailleurs le décalogue : tu ne tueras point ; tu ne voleras pas ; tu aimeras ton prochain...

Quand je me référais à l'étymologie, j'avais en tête celle de société, social, soit "societas" ou "socialis" en latin, c'est-à-dire l'aptitude à vivre en communauté, celle de la France en l'espèce. Sur le fondement de ses us et coutumes façonnés par les siècles.
Mais l'individualisme échevelé que nous connaissons fait le lit de la destruction de notre société pour le plus grand bénéfice des minorités agissantes qui, grâce à l’effet multiplicateur des médias - dont et surtout Internet - imposent leurs thèses sans vrai débat de fond, ni contradiction, ni critique pour cause de stigmatisation desdites minorités...
On est donc dans la victoire de "l'agit-prop". Pour l'EEIL par la terreur. Et enfin pour le plus grand bénéfice de ceux qui en tirent actuellement profit, notamment au plan financier, domaine où la morale est très relative !

Pour en revenir à la phrase citée de Garry Gaspary, il y a une réponse très simple : le respect de la vie de l'autre, sa liberté de ne pas être exclu de sa région d'origine, celle de ses ancêtres. Les Amérindiens vous expliqueraient sans doute mieux que moi ce type d'attachement : l'être humain n'est pas une plante hors sol !
Enfin et surtout la liberté de penser et de conscience, typique de la laïcité française qui n'est pas que le liberté de culte, celle-ci excluant d'office ceux qui ne croient pas : d'où d'ailleurs la lutte aux USA de ces derniers qui eux aussi sont stigmatisés par la société nord-américaine. Accepterait-on un président de la République française faire serment sur la Bible comme celui des USA ? Ma liberté de conscience me glisse un non catégorique !

Jabiru

@Michelle D-LEROY

Je vous rejoins en ce sens que le Jihad a aussi bon dos pour certains dévoyés qui y voient une opportunité de vivre en soudard, aux frais d'une organisation terroriste qui les équipe en armes et en munitions avec impunité en cas de viol et de pillage sur des populations en danger de mort.
Et la religion dans tout ça je n'ai pas l'impression qu'elle ait une grande importance pour ceux-là.

@breizmabro

L'ex-service national a été supprimé pour soi-disant faire des économies. Combien coûtent aujourd'hui les agissements des jeunes désoeuvrés dans les cités qui passent leur temps à dealer et favoriser le désordre ?Combien de jeunes appelés ont pu apprendre à lire et à écrire, à passer leur permis de conduire, à retrouver une hygiène de vie pendant ce passage sous les drapeaux ? Humainement c'était quand même plus efficace que Pôle emploi ou des emplois aidés, car bien souvent on y sortait avec une qualification, modeste peut-être, mais pas inutile sur un CV. Voilà encore une décision de courte vue, prise par des politiques coupés de la vie courante et ne pensant qu'à leur confort personnel.

Achille

@Garry Gaspary | 22 novembre 2014 à 11:19
« libre. Ces jeunes préfèrent risquer leur vie pour l'espoir d'un avenir plutôt que de la continuer au milieu des zombies que nous sommes devenus.
Et j'ai beau me forcer, je n'arrive pas à trouver au nom de quoi je peux me permettre de les condamner. »

J’ai déjà lu pas mal d’incongruités, d’inepties et d’énormités de toutes sortes sur ce blog, mais je pense que vos propos les dépassent toutes largement.

Aucune idéologie fût-elle religieuse, politique ou d’une autre nature ne peut justifier la barbarie des djihadistes qui décapitent au couteau des otages et poussent l’ignominie jusqu’à envoyer des vidéos de ces actes immondes.

Si l’on suit votre raisonnement tout est justifiable, la Shoah, le génocide arménien, celui du Rwanda, les abominations des khmers rouges, etc.

Vous devez être terriblement aigri pour oser écrire de tels propos. Je vous propose de consulter un psy de toute urgence.

breizmabro

C'est curieux ce besoin chez les blogueurs de faire des phrases (1/2 plagiat).

;-) à Catherine JACOB.

En fait vous êtes tous là, sur ce blog, pour répondre à la réponse du précédent :-(

En même temps, c'est un style, et comme dirait Sarko, ça coûte pas cher.

Mais (en confidence) à part vos cop's personne ne lit vos déblatérations.

Moi je dis ça...

Claggart

@Catherine JACOB

Il faudra apprendre à Wiki, d'où vous prenez votre source sur l'étymologie du mot Europe, à ne pas confondre les o-micron avec les o-méga !

En effet, eu-ropos, "qui penche facilement", s'écrit avec un omicron, de même que l'Euros "vent d'est-sud-est" ; on reconnaît facilement les racines "eu" et"reo", couler, d'où la logorrhée chère à certains.

Par contre Europe, la mère de Minos, s'écrit avec un oméga ; la racine pourrait être eu-ops, beau visage, et par extension large terre, d'où le continent.

D'autre y voient une racine sémitique, comme dans Maghreb, avec erb le couchant.

giuseppe

Il faut arrêter de penser, comme je l'ai lu, que le colonialisme a mis la tête sous l'eau de certains pays arriérés.
Il suffit de regarder autour de nous, et continuer intellectuellement à se fustiger, c'est bon pour des philosophes en mal de reconnaissance.

S'ils sont en retard démocratiquement c'est qu'ils n'ont pas su évoluer, et la preuve en est des mondes arabes. Ils ont l'argent, la communication existe, et ils n'y arrivent pas. Ce n'est pas de notre faute quand même !

Les Pieds-Noirs ont quitté l'Algérie en laissant des exploitations vinicoles, agricoles, allez voir ce qu'elles sont devenues.
Donc remonter tel un psychiatre ou un mauvais philosophe aux calendes grecques, c'est peu tenir cas des responsabilités internes et des dirigeants qui ont été en place, servis par une main de fer certes, mais cela n'explique pas tout.
Le poids de la religion ? Cela n'excuse pas tout non plus. Qui a connu l'Espagne et qui la fréquente se rendra compte qu'en une trentaine d'années elle est passée du plus grand obscurantisme à un modernisme courant, si je puis dire.
Alors il faut arrêter de dire toujours que c'est la faute de l'occupant. "Dire non", a écrit Max Gallo, et il a raison. La couronne d'épines est pour ceux qui veulent bien la porter, les peuples les plus incultes s'en sont bien sortis. Les révolutions arabes tardent à s'affranchir de leurs démons, comme si leurs peuples avaient peur de leurs propres libertés. Toutes les libertés.

La religion catholique est par essence aussi inhibitrice que n'importe quelle autre religion, par contre des hommes ont su se lever pour en éduquer d'autres et les élever, afin de ne pas avoir une vue au ras du sol.

Pourquoi alors une telle nuit dans ces régions dont on parle tous les jours, pourquoi ces citoyens n'arrivent-ils pas à accélérer leur liberté dans un contexte mondial aujourd'hui somme toute débridé ?
Quelques soubresauts ça et là apparaissent, mais que l'on arrête ces discours de repentance... de grâce.

@Jean-Paul Ledun 22.11

Quand vous écrivez que le journaliste Peillon était plus affûté, je crois que vous confondez un peu tout.
Pour le commun des personnes, vu de l'extérieur il n'y a rien qui ressemble plus à un bâtiment qu'un autre bâtiment, et pourtant à l'intérieur, des métiers bien distincts.
En fait, pour ce que j'en sais un avocat général comme l'était notre hôte n'a certainement pas la même compétence que le juge Roberto Scarpinato, spécialiste reconnu dans sa traque de la corruption.

Et toute spécialité ne s'acquiert pas en un jour. Relire pour cela le texte de l'intervention de ce dernier sur Mediapart.

Jean-Paul Ledun

"Je vous ai écouté lors de l'émission de Calvi sur la 5, dès la ruade sur NS, votre peur s'est traduite par votre incapacité à faire la moindre remarque : le Peillon vous a vraiment fait peur !!"
(fpo)

Sans parler de peur ou d'incapacité, j'ai quand même eu le sentiment que M. Peillon était plus affûté que vous ne l'étiez, cher Philippe, sur les problèmes de corruption et de justice.

Les médias peuvent assez vite donner une mauvaise, une fausse image de l'un ou de l'autre.
Personne n'est épargné...
_______________________________________

Pour moi, et c'est que je disais à chaque musulman qui nous abordait dans les mosquées d'Istanbul, le salut de l'islam viendra d'abord de "nos" musulmans, ceux qui vivent en Europe et que l'on n'entend que très rarement.
A eux de faire un énorme travail pédagogique, d'une part auprès de nos populations qui se posent encore des questions sur cette religion et d'autre part auprès des musulmans des pays arabes (entre autres).

A leur charge d'expliquer que NON, nos sociétés ne sont pas dépravées, et que OUI nos avons en général un bon fond...
Vaste travail...

scoubab00

@ moncreiffe

Cet intellectuel, Alain Bentolila, plane à 10.000. Ils veulent quoi ces gamins ? Une religion à monter en kit, comme un petit meuble acheté à Mr.Bricolage, et en voiture Simone. Le background qui constitue le dogme, c'est pour leurs chefs ou certains d'entre eux. Et les rêveurs comme votre linguiste.

Parigoth

@Tipaza
Une lecture entre les lignes est indispensable, une interprétation évolutive et elle est d’autant plus indispensable dans le cas du Coran, que celui-ci regroupe à la fois la parole de Dieu, si on est musulman, ainsi que les paroles du Prophète, celles qu’il a validées, et celles qu’il rejetées. La distinction entre les deux sortes, validées et rejetées, n’étant d’ailleurs pas tout à fait claire. Elle est d’autant moins claire que Mahomet était à la fois l’intermédiaire de Dieu et chef de guerre, et qu’il devait assurer sa victoire par tous les moyens.

Le problème est que plusieurs modifications du texte du Coran afin de légitimer de façon prosaïque au fur et à mesure divers événements de la vie de Mahomet laissent planer plus que des doutes sur l'origine purement divine de ce texte, servant comme par hasard au plus près les intérêts personnels du Prophète.

Ceci dit, allez essayer d'expliquer aux fidèles fréquentant les mosquées du Pakistan par exemple qu'une lecture entre les lignes est indispensable, si vous en revenez vivant vous pourrez alors nous relater les impressions vécues au cours de cette fantastique expérience...

De toute manière, les choses sont claires et sans ambiguïté : Mahomet lui-même, en ayant joint les actes à la parole et aux textes, a montré de manière formelle de quelle manière ils devaient être compris.
Ce n'est pas plus compliqué que cela et tout le reste n'est que littérature.

calamity jane

@zefir 22 novembre à 6:17

En effet, les ados qui ont eu à connaître un début "d'endoctrinement" (!) pensent que les discours des arpenteurs sont loyaux dans leur contexte ainsi que vous en exposez le distinguo.
Restent sur la réserve pour les démocraties même perfectibles car, pensent-ils, le maintien de l'harmonie au niveau des Etats reste fragile et pourrait revenir une poudrière guerrière.

Les gars vont au jihad comme à la messe du dimanche chez les catholiques !?
Il faut être organisé dans le désert. Egalement pour éditer des vidéos, les distribuer aux cinq parties du monde médiatique en imposant leur diffusion à des heures de grande écoute...
On n'est plus des pigeons.

Denis Monod-Broca

@ Franck Boizard

Ainsi, selon vous, face aux musulmans, nous autres non-musulmans n'aurions que ce choix, la soumission ou la guerre. Et vous choisissez la guerre.

Contrairement à ce que vous dites je ne choisis pas la soumission.

Bien sûr, entre victime et bourreau, choisir d'être le bourreau n'est pas mon truc, là vous avez raison.

Mais votre alternative, soumission ou guerre, est fallacieuse. Je la récuse.

Comme je récuse l'alternative tuer ou être tué. L'alternative véritable est tuer ou ne pas tuer.

À chacun de voir...

moncreiffe

Robert évoque ici fort à propos le dernier livre du linguiste Alain Bentolila. Voici quelques extraits d’un article portant sur la faillite du système scolaire français qui semble avoir renoncé à former l’esprit critique de nos enfants et préféré en faire de vulgaires consommateurs sans science ni conscience. Ça vaut aussi bien pour les Français tentés par le djihadisme que pour ceux qui sont séduits par une secte, l’écologie radicale, l’ultragauche ou le Bloc Identitaire. Les mêmes fragilités psychologiques et les mêmes techniques de manipulation sont à l’oeuvre.

Piégés sur internet, beaucoup de jeunes ont de plus en plus tendance à accepter, sans les mettre en cause, les affirmations radicales, les explications définitives et les propositions indécentes. La personnalité de celui qui impose ces messages (gourou, faux prophète), la puissance du vecteur qui le véhicule (forums et sites en ligne, vidéos) suffisent à éteindre l'esprit critique vacillant de ceux à qui s'adressent des messages présentés comme vérités irréfutables.

C'est bien sur internet que la vulnérabilité intellectuelle fait le plus de dégâts. Là, des jeunes, qui ont renoncé à agir sur le monde et à y laisser une trace singulière, des jeunes qui n'ont pas la force intellectuelle indispensable pour analyser les discours, les textes et les images se laissent facilement séduire par ceux qui leur promettent de donner un sens à leur existence. Un jour nouveau éclaire enfin la précarité et la marginalisation qu'ils subissent, mais surtout chasse l'atroce impression de n'être rien.

Les responsables de tous leurs malheurs sont ici dénoncés, un complot enfin identifié. Ils trouvent une cible à la haine qui les dévore et un enjeu qui enfin les rassemble. On pointe un ennemi à combattre dans une guerre qu'on leur dit juste et nécessaire. On leur présente la vision d'un monde définitivement divisé par des mots d'ordre qui disent ceux qui méritent de vivre et ceux qui doivent mourir. Que demander de plus lorsque les jours se suivent dans la médiocrité, la monotonie et le mépris de soi et que se renforce une rancœur tenace contre une injustice anonyme ?

Ce que nous avons offert en sacrifice, sur l'autel du web, à ces dangereux manipulateurs ce sont les intelligences émoussées, les mémoires vides et le dégoût de soi d'une partie de notre jeunesse.

[…]

Je voudrais enfin dire un mot à propos du religieux : celui qui entre dans une religion, quelle qu'elle soit, doit se donner la peine d'aller en analyser lui-même les discours et les textes. Il faut qu'il soit capable de faire l'effort du sens en confrontant ses propres interprétations à celles des autres avec autant de liberté que de respect pour les textes. On n'entre pas dans une religion comme on adhère à un club, en payant sa cotisation et en fournissant un mot de passe afin d'y retrouver des "amis croyants" avec lesquels on partagera des rituels dont on ignore le sens ou, pire encore, la haine des mêmes ennemis, des mêmes mécréants. En matière de religion, plus l'effort intellectuel exigé est faible et plus la spiritualité s'efface devant le prosélytisme et la haine de l'autre. Honte à tous ceux qui, de quelque confession qu'ils soient, portent leur religion comme un signe de reconnaissance acheté à vil prix et exhibé avec d'autant plus d'agressivité.

Catherine JACOB@Robert

@Robert | 21 novembre 2014 à 19:30
«Mais je veux éviter de disserter à l'infini sur une société qui a oublié l'étymologie même de son nom !»

L’étymologie couramment admise de ce nom d'Εὐρώπη (Europe) dit wiki, y voit εὖρος, « large » - S'agissant d'un vaste/large emplacement, on avait par ex. l'aire à battre les céréales -, ou encore Εὖρος: « Vent d'Est » en tant que le « vent qui 'brûle ?' ».
S'agissant de brûler, donc de vent sec et chaud, on a le foehn - du latin Favōnius (vent fécondant que Virgile assimile au Zéphir qui féconde les cavales. Comme donc Zeus féconde Europe, ou Europe est fécondée par Zeus.
Maintenant, Favōnius est un vent d'ouest.
Le foehn peut avoir la force d'un ouragan et dévaster une forêt comme pourrait le faire, j'imagine, un troupeau d'aurochs femelles en chaleur).

Selon une autre hypothèse dit Wiki, la première mention connue du mot proviendrait d'une stèle assyrienne, qui distingue les rivages de la mer Égée - ou mer des Pélages - par deux mots phéniciens : Ereb, le « Ponant » - donc l'ouest, terme qui désigne aussi, en France, l’océan, par opposition à la Méditerranée, et donc pas les terres, ou encore un vent d’ouest soufflant en mer Méditerranée -, et Assou, le « levant » donc l'est.

L'origine des noms grecs Eurôpê et Asia se trouverait dit-on alors dans ces deux termes sémitiques - OKkké! - par lesquels les marins phéniciens désignaient les rives opposées de la Grèce actuelle et de l'Anatolie. Comme Paris rive gauche et Paris rive droite en somme. Mais la mer Égée qui n'est pas un fleuve a les Cyclades au Sud qui en bonne logique auraient dû alors être nommées îles du Sud et au nord la Macédoine, terres du Nord.

Je pense que les vents et la mer sont plus logiques que les terres s'agissant de marins que sont aussi les Grecs. En France, le vent S. S.o est le 'vent d'autan' dont on dit qu'il peut rendre fou.
Plus l'on se dirige vers le nord-ouest plus le flux d'autan assèche la masse d'air et lui permet de se réchauffer plus rapidement (= principe du réchauffement adiabatique de l'air, popularisé par le fameux phénomène de "l'effet de foehn" explique-t-on).

En astronomie, le mythe qui se voit rattaché à la constellation du Taureau fait référence à l'enlèvement d'Europe en tant que le taureau est réputé être la forme utilisée par Zeus afin de commettre le rapt d’Europe sans se faire repérer par Héra, son épouse-soeur.

Toutefois en restant dans le registre bovin, on a «le Bouvier», constellation boréale conçue en duo dans l'Orient antique et dont le vis-à-vis est «la Fileuse», autrement dit encore Lyra dont l'étoile α est Véga, et dans laquelle les civilisations antiques voyaient un vautour qui, quelque part suggère encore la Ravisseuse, mère des vents. Bon, vautour, Harpye, ça reste 'l'aile du vent'.

Dès lors que l'on parle de l'Inde, cette représentation d'Europe assise sur un bœuf comme Epona peut l'être sur une jument ou comme Lao Tseu s'en va vers l'Ouest sur un bœuf, on pense au vâhana, l'être ou l'objet qui sert de monture ou de véhicule à une divinité et où Vah signifie «porter» ou «transporter», autrement dit sans doute, une certaine forme d'énergie.

Les animaux mâles domestiques n'ayant pas de nom en indo-européen, Europe pourrait dès lors être plutôt assise sur une vache style Grande Vache Lascaux.

Maintenant, on a encore εὒ-ροπος (Eu-ropos), qui penche, ou glisse, facilement.
Le mot 'Asie' est issu en français du latin 'Asia'. Or, il existe un *asia, mot qui serait passé du ligure en latin et désignerait une céréale, à savoir le seigle, chez le peuple des Taurii (habitants de la Tauride, Taurique ou Chersonèse Taurique, actuelle Crimée).
En latin, taurus désigne dans une victime sacrificielle, le périnée et le tauro_bolium, le sacrifice du taureau, en grec ταυρο-πόλος (Tauro_polos) qui est également l'épithète d'Artémis honorée en Tauride par des sacrifices de taureaux (et aussi sur le plan populaire "les mœurs dissolues" ce qui nous ramène aussi quelque part à l'épisode du rapt d'Europe).
L’étymologie populaire latine rattachait les jeux tauriques (Taurii Ludi), l'institution étrusque des jeux dédiés aux dieux infernaux qui se rattacheraient en fait à l'étrusque θaura, non pas aurochs femelle, mais tombe.

Ceci étant, dans l'iconographie et l'art funéraire se voient rapprochées les céréales et la tombe avec une représentation de Déméter, déesse se présentant parfois sous un masque de cheval d'une part, et le taureau et l'urne funéraire -art étrusque - d'autre part.

Accessoirement on rappellera qu'on donne souvent de nos jours des noms féminins aux typhons et aux ouragans et on a également, εὒρωστία (eurôstia : force, vigueur) et Εὐρώτας (Eurôtos, nom d'un fleuve qui désigne également d'une façon détournée, les parties féminines.

En tout état de cause, qu'elle s'exprime telle la pluie comme vache qui p...e, ou telle un rotor, d'est en ouest ou d'ouest en est, une sacrée énergie et une énergie sacrée...!

breizmabro

Il faut remonter à la genèse de tout ça (selon moi :-))

Chirac, pour des raisons électorales naturellement, a supprimé le service militaire en 1997.

C'est un fait que pour tous les jeunes gens qui entraient dans la vie active c'était pénalisant de devoir faire son service national durant un an, leur "plan de carrière" se mettant dès lors entre parenthèses (perso je trouvais que ça faisait le « pendant » avec les grossesses des femmes pendant 9 mois, qui pendant ce temps-là, elles non plus... alors qu'elles mettent au monde de futurs cotisants, mais bon, ce n’est que mon avis ;-))

Pourtant ce service national était un vrai brassage de cultures et souvent le début d'une belle fraternité. Tout le monde a entendu les histoires pittoresques du service militaire de nos grands-parents, ou de nos parents.

C'est dans ces conditions que les jeunes désoeuvrés de 19 ans, décrocheurs scolaires parfois, abandonnés par un Etat qui avait attiré leurs grands-parents par conviction patriotique, n'ayant plus de lien avec d’autres cultures que celles inculquées par leur famille, se sont regroupés sous la « bienveillance » des communautés religieuses qui récupéraient (et récupèrent toujours) ainsi un poids politique de lobbyistes.

C’est ainsi que sont nées les associations de défense tous azimuts, et la plus active (virulente) est glorifiée par sa communauté.

Ces associations n’ont jamais encouragé leurs jeunes à poursuivre leur scolarité en leur expliquant que seules les connaissances rendent libre. Bien au contraire, trop heureuses de « former des bataillons » de propagandistes au service de leurs prêches.

Ces désoeuvrés qui ne voyaient leur avenir que fait de petits boulots, après s’être lancés dans le banditisme sous toutes ses formes dès l’âge de 13 ou 14 ans, à l’âge de 19 ou 20 ans ont cherché, faute de mieux, plus d’adrénaline et de reconnaissance. C’est alors que l’embrigadement à commencé, petit à petit, insidieusement, pour, comme toujours, « monter » une armée de vaillants petits soldats dévoués et prêts à tout.

Le service militaire époque des années 90 n’était peut-être pas « moderne » comme concept mais il avait l’avantage d’OBLIGER tous les hommes, religieux ou pas, à se côtoyer, et surtout à se découvrir.

Il avait aussi ce grand avantage de leur permettre de renouer avec leurs études abandonnées, leur redonnant ainsi l'estime d'eux-mêmes sans passer par la case conversion à une religion qu'ils n'essayent même pas de comprendre.

Un seul point positif : je crois qu'ils sont contre le mariage pour tous (j'rigole ;-))

Parigoth

@Jean-Dominique Reffait
Il est ainsi fort curieux de voir que les principaux opposants à Daech sont des Etats musulmans qui ne sont pas moins barbares que lui : on lapide à gogo en Iran, on pend pour une broutille en Arabie saoudite. Puisque les musulmans, dans leur ensemble, n'ont pas su relever la tête dans ces cas-là, rien d'étonnant à ce qu'à chaque époque, un cran de plus ait été franchi pour en arriver à Al Qaida et Daech.

Il s'agit là d'un processus que nous rencontrons également dans les situations révolutionnaires comme la révolution de France ou bien la révolution bolchevique par exemple : la violence d'origine entraîne inéluctablement des surenchères, des luttes entre des purs et durs qui trouveront toujours plus purs et durs qu'eux, à travers des flots de sang, mais ces gens-là ont tous en commun d'avoir adhéré à une même idéologie mortifère, à des degrés près.

Il faut aussi rappeler qu'en islam, il n'existe pas - contrairement au catholicisme par exemple - de hiérarchie constituée chargée de veiller toujours et partout sur l'intégrité du dogme et sur ses interprétations.
Les imams eux-mêmes ne sont pas les membres d'un véritable clergé, sachant que n'importe quel musulman est apte à diriger la prière.
Donc tôt ou tard, n'importe qui peut se prétendre émir et entraîner les croyants à sa suite au nom du respect du Coran, en se basant sur l'exemple montré par le Beau Modèle lui-même.

Et pourquoi employer le terme Daesh ? Est-ce pour gommer le qualificatif islamique figurant dans l'acronyme EIIL, pour faire semblant de croire contre toute évidence que l'islam ne serait pour rien dans les crimes commis actuellement en Syrie et en Irak ?
Qui cherche-t-on à abuser de la sorte ?

vamonos

Quelle que soit la guerre, un soldat peut s'estimer satisfait lorsqu'il parvient à recruter son ennemi pour que celui-ci aille combattre à sa place et si possible recruter d'autres ennemis pour en faire des traîtres.
A cet égard, les adolescents et les jeunes adultes européens qui s'engagent en pleine connaissance de cause pour combattre, massacrer et piller au Moyen-Orient sont tous des traîtres. Ils ont trahi une fois, ils sont susceptibles de trahir de nouveau, leur mort est inéluctable. Qu'ils apparaissent ou non à visage découvert n'a qu'une importance relative, ils sont condamnés par ceux-là même qui les ont recrutés.

Garry Gaspary

Je trouve tout simplement odieux qu'on puisse dire que ces jeunes sont des criminels exploités par la prétendue violence d'un islam qu'on ose poser comme étant la cause de la barbarie du monde musulman.

Si le monde musulman coule, ce n'est pas à cause de l'islam, mais bien parce qu'une main même pas invisible lui maintient la tête sous l'eau afin de pouvoir spolier ses richesses. Le monde musulman n'a pas connu de modernisme parce que l'Occident a construit son époque moderne en grande partie sur son exploitation, ce qui implique le maintien de l'arriération de la population. Et une population arriérée ne peut moderniser quoi que ce soit, sa propre religion comprise.

Ces jeunes ne sont pas des criminels parce que le meurtre est un crime uniquement en temps de paix. Ces jeunes ne sont même pas des terroristes parce qu'ils ont totalement renoncé à croire qu'un changement de situation dans le monde musulman doit passer par une quelconque prise de conscience (qu'il faudrait alors provoquer par des attentats dans leur pays d'origine) de l'Occident. Ces jeunes ne sont plus Français, parce que la France n'a pas su les garder en son sein, alors qu'on cesse de les considérer comme des Français et qu'on cesse de prétendre que l'islam est diablerie assez forte pour détruire un sentiment national alors que la France n'a plus rien d'une nation.

Ces jeunes sont des combattants qui luttent pour un monde musulman libre. Ces jeunes préfèrent risquer leur vie pour l'espoir d'un avenir plutôt que de la continuer au milieu des zombies que nous sommes devenus.

Et j'ai beau me forcer, je n'arrive pas à trouver au nom de quoi je peux me permettre de les condamner.

Tipaza

À chacun son djihad !!??

À chacun son livre saint, et à chacun sa vérité d’interprétation plutôt.

Il y a quelque chose qui m’a toujours surpris chez les religieux de tous bords, et en particulier chez les musulmans c’est la lecture linéaire qu’ils font des textes sacrés et de la Parole de Dieu.

Il y a dans cette interprétation infantile une part d’inintelligence de Dieu et de vanité humaine qui a l’illusion de comprendre complètement le Message.

La Parole de Dieu est la parole à destination des humains, petites poussières dans l’Univers, même si elles sont porteuses de conscience.
Mais cette parole est énoncée en un temps donné et un espace particulier. Même si elle a un caractère universel elle est adaptée à l’entendement limité des hommes, et c’est faire injure à Dieu que de considérer que tout est dit dans ces textes.

Une lecture entre les lignes est indispensable, une interprétation évolutive et elle est d’autant plus indispensable dans le cas du Coran, que celui-ci regroupe à la fois la parole de Dieu, si on est musulman, ainsi que les paroles du Prophète, celles qu’il a validées, et celles qu’il rejetées. La distinction entre les deux sortes, validées et rejetées, n’étant d’ailleurs pas tout à fait claire. Elle est d’autant moins claire que Mahomet était à la fois l’intermédiaire de Dieu et chef de guerre, et qu’il devait assurer sa victoire par tous les moyens.

Le problème de l’Islam est que ce travail d’interprétation est limité, c’est un euphémisme, et que le texte est pris au sens littéral avec évidemment tous les abus qui en découlent. Et quand ces abus prennent la forme de massacres généralisés cette lecture vire à la tragédie. C’est l’aspect chef de guerre qui est mis en avant et qui fascine tous ceux que notre civilisation émolliente rebute.

Tant que certains dans l’Islam se limiteront à cette lecture linéaire, il n’y aura aucun dialogue possible avec eux. La confrontation ne sera que la seule issue possible.
Et nous perdrons cette confrontation, parce que l’idéologie socialo-marxiste a évacué le spirituel au profit du matériel, et pire a placé l’ «humain » et la planète au centre de sa névrose.
Le terrestre, tout le terrestre, rien que le terrestre, est la nouvelle règle de nos sociétés.
Le terrestre ne peut triompher du spirituel, toutes les philosophies matérialistes du monde ne pourront effacer cette loi historique et naturelle, à savoir que l’Homme tend toujours vers ce qui le dépasse et n’accepte de mourir que pour plus grand que lui.

Il se fait que des jeunes hommes découvrent cette loi éternelle, et la mettent en oeuvre à notre détriment.

Cyril

Ce billet met en relief ce que j'ai constaté depuis bien longtemps, la complexité de l'être humain.
Il y a deux choses infiniment complexes dans le monde du vivant : l'être humain et l'Univers.
Il est évident que les jeunes djihadistes, quelle que soit leur nationalité, pensent trouver un horizon constructif telle une dévotion, en se rendant en Irak ou en Syrie, en prêtant allégeance à Daesh, en justifiant l'ignominie de leurs agissements au nom d'une religion ou d'une quelconque idéologie.
La quête d'une spiritualité canalisée, où se mêlent sadisme, barbarie, criminalité au service d'une cause, en l'occurrence l'Islam.
Cette religion est bien sûr une religion de paix, mais ses interprétations sont tellement nombreuses que par un esprit fragile et un sérieux manque de rigueur intellectuelle, certains peuvent y trouver une légitimation des attitudes et des prises de position des plus sordides.
C'est bien en Arabie saoudite et en Iran que les homosexuels risquent la peine de mort !
C'est toujours en Arabie saoudite que les femmes n'ont pas le droit de conduire ou qu'elles doivent requérir le consentement express du conjoint pour monter dans un autobus !
C'est dans ce même pays que la population est en liesse lorsque les footballeurs nationaux se qualifient pour une phase finale de coupe du monde !
Il ne saurait être question de banaliser le monument culturel qu'est l'Islam, mais force est de reconnaître que l'interprétation des écritures musulmanes laisse libre cours à des effets dévastateurs, et c'est justement ce que l'on constate avec ces jeunes djihadistes.
La situation personnelle imprégnée de précarité (précarité intellectuelle, économique, sociale), le contexte international, génèrent une envie irrémédiable de quitter la France pour rejoindre les rangs de Daesh.
On estime, si mon nombre est exact, à 400 le nombre de Français partis au Proche-Orient, ce qui a amené le législateur à prendre conscience de la gravité du problème et à se pencher sur l'arsenal juridique à adopter pour enrayer, tout du moins diminuer ce phénomène.

Ce qui me préoccupe, dans les mouvements et agissements des jeunes djihadistes, ce n'est pas l'explication de ces départs volontaires dans cette région du monde et l'implication physique à des exactions massives, beaucoup se sont attachés à cette réflexion, avec brio d'ailleurs, des sociologues, des spécialistes de mouvements radicaux, des politologues, ce qui me préoccupe beaucoup plus, c'est la lutte contre Daesh.
Les frappes aériennes sont vraiment opportunes, certes, mais malheureusement beaucoup trop insuffisantes pour faire reculer Daesh, j'attends avec impatience l'intervention de troupes au sol, ce que préconisent beaucoup d'experts en stratégie militaire.
Mais il s'agit là d'un autre terrain, c'est le terrain politique !

giuseppe

Il ne faut pas aller chercher bien loin les raisons d'un tel engagement : ils pourraient faire la même chose dans leurs pays respectifs, à coup de bombes ou autre moyen, mais pourquoi donc vont-ils rejoindre les rangs de cette armée EI ?

Certainement un besoin de reconnaissance personnel lisible (affichage mondial), un environnement où ils ont tous le même dessein, et là ils trouvent une représentation. Ils sont quelques milliers, et en plus justifiés de leurs actes par une application de textes qu'ils n'ont certainement pas lus, si ce n'est à partir de propagande sur le web.

En fait, je pense qu'ils sont comme tout le monde, les voisins l'affirment, mais dans leur vision de lutte, ils ne sont que la fraction irréductible que l'on peut trouver dans nos sociétés de personnes qui veulent transgresser, ce qui dans leur cas est justifié par des textes, en Occident on trouverait le pendant de ces textes, mais sans communauté active.

On a connu l'Inquisition et tous les excès, on en est sorti. Ce qui peut être inquiétant est que les moyens de diffuser ont changé et l'information se déplace et se répand à la vitesse d'internet, donc mathématiquement plus facile de recruter en nombre toujours plus grand. La loi commerciale des 5% pourrait s'appliquer quasiment ici, et cela est inquiétant.

Mary Preud'homme

Lorsque Philippe Bilger note que 80 % des familles de jeunes qui se convertissent à l'islam radical "seraient" athées, il parle au conditionnel. Il n'affirme donc rien concernant le cas particulier de Mickaël Dos Santos élevé dans la foi catholique comme beaucoup. Ce qui n'a pas fait pour autant de ce garçon un chrétien authentique. En effet, combien de ces jeunes dûment baptisés, ayant fait leur communion, confirmation et tout le tralala, tous signes ostensibles relevant davantage de la tradition familiale que d'une adhésion mûrement réfléchie, rejettent la religion de leur enfance une fois devenus adultes et se proclament athées. Quand ils ne se tournent pas vers une organisation idéologique à l'opposé de celle de leurs parents afin de mieux marquer leur différence ou leur rejet d'un milieu qui les déçoit ou les étouffe.

Christian C

@Parigoth

Un simple voyage sur Wikipédia vous permettra de découvrir que le Coran compte 114 sourates et non les 700 que vous évoquez.

De même la lecture du verset 5 de la sourate 9 vous apprendra que (sous la réserve des interprétations du traducteur) : « 5. Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »

En cherchant un peu, vous serez certainement surpris d’apprendre que les « associateurs » ne sont pas, à proprement parler, des « non-musulmans », mais sont ceux qui associent à Allah (Dieu) d'autres divinités : ce sont donc les polythéistes, les païens. Les athées y sont assimilés.

Mais vous aurez néanmoins remarqué comme moi que « Allah est Pardonneur et Miséricordieux ».

Croyez-le ou non, je ne cherche nullement à vous faire le coup du cuistre. Mais vous en savez apparemment autant que moi sur le Coran.

Il reste dangereux de tirer des conclusions nocives de notions que l’on n’a pas totalement maîtrisées.

eileen

@Xavier Nebout 18.56

Il était possible d'adhérer à votre commentaire, jusqu'à ce que vous mettiez en cause les francs-maçons.
En quoi la spiritualité individuelle serait-elle "captée" par les membres d'une société de moins en moins secrète, dont les planches lors des tenues sont inoffensives, juste quelquefois, juste quelquefois LOL, d'une grande qualité intellectuelle.
Cette société secrète n'est ni plus ni moins qu'un vaste réseau de réflexion, d'entraide et de fraternité. La franc-maçonnerie n'est pas toujours anticléricale, voulant en découdre avec la religion et bouffer du curé LOL
Les valeurs morales et intellectuelles qui sous-tendent la franc-maçonnerie sont d'une grande qualité morale.
Comme dans tout groupement humain, il y a des canards boiteux, autant qu'ailleurs mais pas plus.

A une époque où les réseaux voudraient être des liens sociaux, il ne faut pas confondre "réseaux sociaux" qui drainent tout et surtout n'importe quoi, avec la franc-maçonnerie, et d'autres comme Bildergerg, le Siècle et aussi tous les partis politiques, syndicats et associations.

------------------------

Je maintiens mes propos même s'ils sont "éculés" et "ressassés" par les médias : jugements portés par des individus qui incarnent ainsi une forme sournoise d'intolérance qui s'arrogent le droit de dire ce que l'autre doit penser à coups de "taisez-vous, moi je sais !" Oui toutes les religions se valent dès lors qu'elles sont prosélytes et qu'au nom d'un dieu elles tuent et massacrent. Pour s'imposer, toutes les religions l'ont fait par la force, celle des mots, puis la force des armes, et le sang versé... sauf peut-être le bouddhisme qui n'est pas une religion, mais une philosophie... et les évangélistes bien que les adventistes et autres mormons aient une forme plus discrète d'asservissement et de dégradation de la notion d'être humain. Oui toutes les religions se valent alors que toutes prétendent être des religions de paix et d'amour ! Comparer la violence exercée par les chrétiens d'antan et les islamistes d'aujourd'hui n'a aucun sens, c'est même abject ; c'est aussi imbécile que prétendre qu'il aurait été moins douloureux d'être torturé sous la botte nazie que sous la botte soviétique, que le goulag soviétique aurait été moins pénible que le camp de détention nazi. Ces propos de bistrotiers sont intolérables et pourtant certains osent encore les tenir, les écrire ! Tenter d'expliquer les décapitations et autres égorgements commis par ces malades et dangereux islamistes n'a aucun sens, ce qu'il faut c'est comprendre leur détermination et leur cause réelle, pour les combattre et les éradiquer. S'il faut combattre tous ces groupes islamiques quel que soit leur nom, il faut aussi prendre le mal à la racine, combattre "nos pays amis" qui les subventionnent, mieux encadrer les mosquées en France et ailleurs, et veiller à ce que les dispositions annoncées soient prises, et ne restent pas comme trop souvent des promesses donc des vœux pieux.

Une nouvelle fois le constat est fait, mais aucune solution, pas même le début du commencement... les solutions ne résident pas dans l'emploi de "super superlatifs" abusifs et de phrases alambiquées. Dénoncer n'est jamais suffisant ! C'est pourtant ce que certains savent le mieux faire, reportant la responsabilité toujours ailleurs, sur l'autre ! ==================== Remember remember ! C'était le 22 novembre 1963 par une belle matinée ensoleillée Deadley Plaza à Dallas Texas elle portait un joli tailleur rose et son bibi assorti...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • CNews,"Face à l’info"
    Ludi 28 octobre de 19 h à 20 h, dialogue sur la Justice avec Eric Zemmour.
  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS