« Marions-les ! | Accueil | Les primaires ne sont pas secondaires ! »

21 novembre 2014

Commentaires

Franck Boizard

Cela commence sérieusement à m'agacer cette fuite devant le fait d'appeler un chat un chat. Le djihadisme n'est en rien une dérive sectaire, cette thèse de la dérive sectaire est une grosse carabistouille. L'islam est une religion établie depuis 1500 ans, et elle est guerrière depuis son origine, il faudrait quand même arrêter de se raconter des histoires. Ou alors, on dit que les croisades sont une dérive sectaire et on arrête de les reprocher aux chrétiens. Faudrait savoir.

@ zefir

1) l'islam est violent partout où il est confronté à des non-musulmans.

2) les djihadistes occidentaux sont en très forte proportion issus de l'immigration.

@ Denis Monod-Broca

Je suis évidemment on ne peut plus sérieux. L'histoire et le Coran nous l'enseignent : l'islam ne laisse qu'une alternative aux non-musulmans, la soumission ou la guerre. Bien sûr, vous avez déjà fait votre choix, vous êtes déjà soumis d'avance, alors cette alternative ne vous dérange pas.

sbriglia

Je savoure sans retenue le commentaire de JDR dont j'approuve chaque paragraphe.

Imaginons cependant le même commentaire dans la bouche d'un homme politique de droite ou de gauche : le lynchage est au bout du chemin !

Cherchez l'erreur !

"L'islam porte en lui sinon la violence, du moins l'acceptation de celle-ci et cela se vérifie partout dans le monde musulman. Il n'est pas un pays musulman dont le sort nous paraîtrait enviable : l'arriération intellectuelle depuis le 13ème siècle ne s'est pas ralentie et le monde musulman n'en finit pas de couler."

MLP, sors de ce corps !

zefir

Les géniteurs de l’EI sont connus, il y a eu pas mal d’articles intéressants dans la presse française sur le sujet. Pourtant sur le blog de M. Bilger, la plupart des commentaires se limitent à pointer la responsabilité de l’islam qui porterait en lui cette violence alors que tous les dignitaires musulmans affirment que les agissements de l’EI ne sont pas conformes à l’Islam. Ca fait des décennies que les théologiens musulmans élaborent des fatwas (avis juridique) pour condamner le terrorisme qui prétend agir au nom de l’islam mais visiblement ça ne parvient pas jusqu’aux oreilles bouchées des occidentaux. Les musulmans asiatiques qui vivent dans des démocraties (certes perfectibles mais démocraties quand même) comme la Turquie, l’Indonésie, l’Inde etc. ne connaissent pas les difficultés des musulmans arabes (minoritaires puisqu’ils ne représentent que 20 % des musulmans). Pourquoi est-ce que les musulmans africains ou moyen-orientaux n’arrivent pas à mettre en place des systèmes politiques viables alors que d’autres musulmans y parviennent ? Pourquoi ne pas aller au fond des choses et rechercher les responsabilités de chacun dans le chaos qui règne au Moyen-Orient ? Si on le faisait, on comprendrait que l’Islam n’est pas responsable de la violence dans laquelle s’enlise cette partie du monde.

@ Mary Preud’homme

L’Organisation de la coopération islamique (OCI) a condamné le déplacement forcé des chrétiens. L’union internationale des savants musulmans a déclaré que le califat établi par l’EI est nul et non avenu. Non seulement aucun Etat à majorité musulmane n’a apporté son soutien à l’EI mais tous l’ont condamné. La ligue arabe a dénoncé les crimes contre l’humanité perpétrés par l’organisation terroriste. Le grand mufti d’Egypte a déclaré que l’EI était « un danger pour l’islam et les musulmans ». Le conseil des oulémas indonésiens a affirmé que l’EI n’agissait « que pour sa propre cause ». Le grand mufti de Turquie ne veut même pas utiliser la dénomination « Etat islamique » pour qualifier l’EI.

En Occident les organisations islamiques ont clairement fait savoir que les actions de l’EI ne sont pas représentatives de ce qu’enseigne l’islam. Les leaders musulmans américains ont qualifié l’EI de « non islamique et moralement répugnant ». Idem au Royaume-Uni où ils espèrent que les Syriens et Irakiens vaincront l’EI. En France tout le monde (Union des Organisations Islamiques de France, le Rassemblement des Musulmans de France, le Conseil Français du Culte Musulman etc.) a condamné l’EI en rappelant que ses actions étaient contraires à l’enseignement de l’Islam.

Malgré toutes ces condamnations fermes et nettes vous persistez à croire que le musulman lambda soutient tacitement les terroristes islamistes car ceux-ci agiraient conformément à la volonté de Dieu et de son prophète Mohammad (je vous résume). Vous êtes dans l’irréel. Vos préjugés sur l’islam et les musulmans sont tels que même la réalité têtue des faits (les condamnations unanimes des dignitaires musulmans du monde entier) ne peut déconstruire le musulman imaginaire que vous avez créé dans votre tête. C’est à vous de vous guérir de vos préjugés. Vous n’avez pas le droit d’accuser le musulman lambda (qui ne peut être que prétendument modéré selon vous) de loyauté (fût-elle tacite) envers une organisation terroriste. Ca s’appelle diffamer, porter atteinte à l’honneur des musulmans en les désignant comme des citoyens déloyaux et fourbes. Et c’est bien là que le bât blesse.

fpo

Je vous ai écouté lors de l'émission de Calvi sur la 5, dès la ruade sur NS, votre peur s'est traduite par votre incapacité à faire la moindre remarque : le Peillon vous a vraiment fait peur !!

scoubab00

Ils vont bien se marrer quand ils vont lire ça incidemment sur archive.org dans vingt ou vingt-cinq ans... "Philippe Bilger" ? Un Français sans doute, rien qu'au ton... ils portent une montre bracelet à cinq chiffres, un costard lombard, ont derrière eux un harem sympa ou plus classiquement des maîtresses attentives. Maghrébins ou celtes d'origine, c'est maintenant eux qui feutrés représentent un Etat, négocient ; envoient au charbon des djeuns comme on a fait avec eux il y a une génération. Ils ont su passer entre toutes ces gouttes quoi. Ils sont riches mais pas toujours bronzés, pas le temps. Le Coran leur a servi d'ascenseur social comme dans cette vieille tour Burj Dubai. La vie leur sourit XXL, leurs morts ont été assez compétents pour leur faire la courte échelle ici ou là... ah, nostalgie, tout d'un coup.

@ Mary

Euh... comment dire... ce que vous affirmez à propos de la guerre d'expansion, à visée dominatrice qui n'a pour but que la conquête au détriment des plus faibles m'arrange bien : je déteste Napoléon, le parangon de ce type d'action ainsi que les colonialistes de tout poil. Cependant, je ne peux être d'accord avec vous.

On me l'a appris au basketball, cela s'appelle le jeu de transition. Il s'agit de s'organiser pour que, le ballon récupéré des mains offensives adverses, on aille le déposer le plus vite possible dans le panier de l'autre côté du terrain. C'est tout un art qui demande doigté, maîtrise du corps et de l'espace. Bref, les "Prussiens", prêts plus tôt, ont déferlé sur la Belgique puis la France certes. Dans un second temps, les Français ont voulu lancer des contre-attaques à l'est ; plus tard vers le nord de plus en plus près de la mer, contre-attaques allemandes et contre-attaques franco-britanniques se succédant. Résultat : des cargaisons de morts pour un front finalement bloqué. Comme à Verdun.

Actuellement, on ramasse encore dans la Somme 50 tonnes de vieilles munitions par an dans les champs, les prés. Si une vache en train de paître a la patte malchanceuse, cela fait une victime de plus. Un siècle après ! Bien sûr Mary, si quelqu'un attaque ma maison ou celle d'un proche, je mords. Mais face à ce niveau d'abstraction bestial, d'aveuglement nationaliste et grégaire, de nature défensive ou pas qui caractérisait cette Grande Guerre, ces jeunes timbrés du Jihad parviennent presque à toucher ma sympathie. C'est dire.

Jean-Dominique Reffait

Philippe, vous allez très vite en besogne en évoquant l'athéisme dans lequel aurait été élevés ces deux jeunes français : c'est juste faux pour Mickaël Dos Santos qui a été élevé très chrétiennement dans une famille portugaise très pratiquante.

Ce n'est donc pas là qu'il faut chercher une piste pour trouver l'élément déclencheur. A dire vrai, je suis sec pour le déterminer même si vous avez raison sur un point important : on ne devient pas un criminel par conversion, celle-ci étant davantage l'alibi pour habiller de propre une âme noire.

Et c'est là que la responsabilité de l'islam est considérable : il sert complaisamment d'alibi, il se laisse faire et ce qui devrait relever du démon combattu est intégré dans le corpus religieux sans examen critique. L'islam porte en lui sinon la violence, du moins l'acceptation de celle-ci et cela se vérifie partout dans le monde musulman. Il n'est pas un pays musulman dont le sort nous paraîtrait enviable : l'arriération intellectuelle depuis le 13ème siècle ne s'est pas ralentie et le monde musulman n'en finit pas de couler. Il ne coule pas à la même vitesse partout, il y a de petites arriérations qui engendrent de petites violences ici et de plus grandes ailleurs. Mais partout il y a cette longue descente de l'islam vers l'obscurité.

Cet alibi islamique permet à l'exalté d'agir en bonne conscience, il n'est pas dans la transgression puisque la religion semble justifier la transgression à ses propres principes, tant le Coran, sur ces questions de violences, est contradictoire. Pire, l'islam donne un cadre strict à la violence, il enserre l'exalté dans une discipline que son état antérieur ne lui a pas communiquée : il faut se lever tôt, accomplir des rites nombreux, se plier à un ordre immuable des choses. Tuer n'est qu'un des aspects de cette ritualisation de la vie.

Il est ainsi fort curieux de voir que les principaux opposants à Daech sont des Etats musulmans qui ne sont pas moins barbares que lui : on lapide à gogo en Iran, on pend pour une broutille en Arabie saoudite. Puisque les musulmans, dans leur ensemble, n'ont pas su relever la tête dans ces cas-là, rien d'étonnant à ce qu'à chaque époque, un cran de plus ait été franchi pour en arriver à Al Qaida et Daech. L'islam et le monde musulman ont laissé un boulevard à ces évolutions.

Aujourd'hui, ce sont de jeunes français qui sont tentés par cette barbarie théocratique. Filles en voiles intégraux, garçons barbus en djellabah. Ce ne sont pas que des comportements individuels, c'est un phénomène sectaire d'ampleur. Ca finira mal si le mouvement se confirme. Les musulmans normaux se voilent la face, ils ne veulent pas voir cette part de réalité de leur religion sclérosée. Mais ce sont eux qui seront physiquement pris à partie quand la coupe sera pleine.

SR

Personne n'avait su prédire que dans une société où tout semble être sous contrôle, un jeune homme portant la barbe, muni d'un canif, avec un accès à YouTube, pourrait terroriser les puissances occidentales. Et pourtant.

moncreiffe

...comme si cette foi n'avait été adoptée qu'à cause de son intégrisme sans limite et des débordements meurtriers qu'elle semble légitimer.

Il n’est pas question ici de foi religieuse sincère et encore moins de spiritualité, mais bien de légitimation des pires exactions, de conquête du pouvoir, de totalitarisme, de supériorité des "vrais croyants" et de soumission forcée des non-musulmans ; toutes choses présentes dans l’islam et dans le Coran, dès l’origine.

Il me semble que les djihadistes européens, qu’ils soient d’origine maghrébine ou récemment convertis, n’ont qu’une connaissance superficielle de l’islam et de la géopolitique. Ce sont probablement des jeunes gens immatures (en quête d’identité) ou frustrés (en quête d’action) qui cherchent une certaine forme de reconnaissance à travers une cause exaltante à défendre.

Ils ne se rendent pas compte que les dirigeants de l’organisation terroriste connue sous le nom d’EIIL (Etat Islamique en Irak et au Levant) les utilisent comme des pions dans leur conquête du pouvoir au service d’un projet totalitaire. Ils servent d’agents de recrutement en Europe (via Internet, pas dans les mosquées) et occupent des tâches subalternes en Syrie.

Les images récentes de décapitation (il vaudrait mieux parler d’égorgement) dans lesquelles figurent des Européens ralliés à la cause salafiste font partie d’une stratégie visant à terroriser et culpabiliser les gouvernements occidentaux (et les populations chrétiennes), pour les dissuader d’intervenir militairement dans les pays musulmans.

Car il n’est pas question ici de religion, mais de pouvoir, dans sa forme la plus brutale. Il serait bon que les musulmans de France condamnent enfin clairement et fermement les violences commises au nom de leur religion, s’ils souhaitent vraiment éviter tout "amalgame".

Michelle D-LEROY

@ Alex paulista

Le seul problème avec les "bobos" c'est que la misère d'autrui, pour eux ce ne sont pas les retraités agricoles qui vivent avec une retraite de 400 € par mois, ce ne sont pas les femmes seules avec enfants qui travaillent à temps partiel à la caisse du supermarché, non ils sont persuadés que seuls les immigrés sont dans le besoin et que de surcroît les méchants Français les humilient... Enfin, les poncifs habituels...

@ Xavier NEBOUT :

Vous avez parfaitement raison de dire que nos cultures sont trop éloignées (entre musulmans et occidentaux) pour que nous puissions nous comprendre et que sans leur donner raison sur tout, on peut aussi se poser des questions sur nos orientations progressistes.

Mary Preud'homme

@zefir

Aucune estimation (même la plus favorable) ne cite le chiffre de 1,7 milliard que vous avancez. Le nombre des musulmans dans le monde oscillant entre 1,2 et 1,5 milliard (estimation haute).
Le nombre des chrétiens (catholiques, protestants et orthodoxes) étant de son côté estimé à plus de 2,2 milliards.
Quant à relever que la plupart des musulmans n'appliquent pas la charia stricto sensu et n'envoient pas leurs fils au djihad c'est indéniable. Il n'empêche que nombre d'entre eux prétendument modérés ne font rien contre non plus (par peur ou conviction non avouée) pour combattre et tarir des dérives meurtrières, étant manifestement convaincus que l'appel à la guerre sainte s'impose à tout bon musulman, même s'il n'y participe pas directement et se contente d'un soutien tacite et non susceptible d'être remis en question car voulu par Allah et commandé par Mahomet son prophète. Et c'est bien là que le bât blesse.

Denis Monod-Broca

@ Franck Boizard
"Je crois, au bout de tout, que les chrétiens ne peuvent combattre l'islam que par le fer et qu'il n'y a pas à regretter les croisades ou à en avoir honte"

Vous parlez sérieusement ou c'est juste une provocation grossière, pour le fun ?...

Robert

Ce matin j'ai entendu un docte journaliste de France Inter dire les expressions stigmatisantes pour les musulmans que la rédaction n'utiliserait plus et celles qui seront dorénavant en usage sur cette radio.
Comme toujours il faut changer les mots pour couvrir une situation dérangeante.

Je rejoins l'analyse de caroff | 21 novembre 2014 à 17:18.
Au-delà des préceptes fondamentaux qui sont partagés, figurent dans le Coran des sourates appelant à la haine des non-musulmans, à leur attribuer une situation de second ordre quand elles n'appellent pas à la destruction pure et simple des mécréants.

Il est évident que des personnes formées à un esprit cartésien ne devraient pas se laisser aller à suivre de telles considérations. Cependant le Coran, pour un fidèle, EST La Parole de Dieu et son contenu ne saurait être passé au crible de la raison. D'où les dérives sectaires auxquelles nous assistons. A ce sujet il est intéressant de lire ce qu'en écrit Alain Bentolila dans son dernier livre : "Comment sommes-nous devenus si cons ?", notamment dans son dernier chapitre intitulé "Que de conneries en TON nom". Les intertitres rendent à peu de choses près ce qu'il convient d'en retenir : sous le masque du sacré ; quand la religion devient officine de recrutement et objet de commerce ; l'intolérance fille de l'obscurantisme ; le désespoir de n'être rien conduit à la crédulité imbécile et à la violence aveugle...

Cela ne signifie pas que la majorité des musulmans ne soient pas modérés. Mais le littéralisme du Coran, exploité à des fins politiques, ne peut qu'entraîner ce que nous voyons à présent, notamment par des imams qui ne sont que des gourous sectaires. Enfin, la manipulation médiatique saute aux yeux : on ne montre plus des jeunes hommes d'origine maghrébine comme Mohammed Merah, mais des Français de souche bon teint, pour bien signifier que ces extrémistes considèrent qu'ils ont gagné la bataille des idées.

C'est donc bien notre type de société qu'il convient de mettre en cause. Mais cela conduirait à mettre en cause ce qui la sous-tend et qui la conduit à une régression sociale qui nous ramène deux siècles en arrière...
C'est d'abord l'échec de l'école qui n'a plus pour vocation de former des citoyens, ce parce que l'idée même de République française a été rejetée par nos intellectuels de pacotille, ceux qui n'ont qu'exécration pour la France, exécration communiquée à longueur de médias à des cerveaux qui n'ont reçu aucune formation réelle : les Humanités sont à présent un enseignement honteux et c'est l'enfant qui est capable de découvrir ce qu'il doit retenir...

Mais je veux éviter de disserter à l'infini sur une société qui a oublié l'étymologie même de son nom !

zefir

Vous dites vous-même que 80 % des candidats au jihad sont issus de familles athées ou non-musulmanes. Dès lors je ne vois pas bien pourquoi écrivez "j'ai besoin de continuer à croire que cette religion est fidèle à elle-même aussi dans la paix et la modération". Ce type de questionnement invite au commentaire "la violence est intrinsèque à l'islam". La preuve dans les commentaires.

Il y a 1,7 milliard de musulmans sur terre. Si cette religion était violente on constaterait les effets de cette violence ailleurs qu'au Moyen-Orient. Même si cela peut surprendre, pour les musulmans l'islam est la religion du juste milieu. Ce qui signifie que le musulman lambda est censé adopter une position médiane en toutes circonstances.

Xavier NEBOUT

Et si on cherchait un peu à comprendre ?
Pour un musulman, nous sommes une civilisation d’abrutis qui ne veulent rien savoir de la vie après la mort, et ils ont raison.
Nous sommes tombés dans une telle déchéance spirituelle et morale qu’on admet que des enfants soient adoptés par des couples d’homosexuels mariés.
Nos arrière-grands-parents, quelle que soit leur couleur politique, auraient été quasiment unanimes à dire qu’une telle civilisation devait disparaître, et ils auraient eu raison.
En Inde, un ministre du yoga et de l’homéopathie vient d’être nommé ; chez nous, on est tellement stupide et borné qu’on vient de retirer l’homéopathie des remboursements.
La corruption ? Mais on nous amuse avec la corruption illégale alors que nous sommes envahis par la corruption légale.

Alors nous aurions la prétention de juger des jeunes le plus souvent athées et même pas issus de milieux musulmans qui se sentent emportés par un idéal religieux ?
Bien sûr que c’est une catastrophe, mais c’est avec la spiritualité qu’on peut lutter contre une spiritualité égarée, et certainement pas en ressassant une indignation d'ignorants profonds, aussi stérile qu’hypocrite avec larmes de crocodiles assorties.

Or, notre spiritualité est captée par des imposteurs nommés francs-maçons dont on voit maintenant, face à l'islam, le degré de performance zéro.

Saint Dominique ne finirait-il pas lui-même par se poser la question de savoir s’il ne vaut pas mieux être envahi par l’islam que voir des Frédéric Mitterrand s’acheter des petits marocains ?

HT

Quand une société triche avec les mots, avec les images, avec le sens de la vie, il est fatal qu'elle engendre des détraqués. Quand des jeunes gens de 20 ans concluent un pacte avec la mort, c'est que leur seule issue est la mort, la leur, celle des autres, peu importe, mais la Mort. On n'est pas fier d'appartenir à cette société-là. Je suis né en 1948 : à cette époque, on glorifiait la vie, on sortait de la guerre, il fallait repartir. Repartir pour quoi ? Nous avons la réponse : la mort. L'histoire de l'humanité se sera résumée à cela : mourir ou faire mourir. La guerre en toutes saisons. Encore merci, la Mort.

breizmabro

OK M. Bilger, je vais être "hors sujet" deux minutes.

De mauvais esprits disent que les Français sont racistes. Je regarde la finale de la Coupe Davis et j'entends 20 000 personnes qui soutiennent Gaël Monfils face à l'idole suisse.

Super, non ?

Franck Boizard

@ eileen

Je sais bien qu'il est à la mode chez les Ponce Pilate de service de renvoyer dos à dos christianisme et islam sous prétexte de violences chrétiennes.

C'est oublier un peu trop vite tout ce qui sépare ces deux religions dans leur relation à la violence. Mais je reconnais que le lavage de mains est tellement plus facile que de se poser la question de la présence d'une religion fondamentalement hostile et conquérante sur notre sol.

Je crois, au bout de tout, que les chrétiens ne peuvent combattre l'islam que par le fer et qu'il n'y a pas à regretter les croisades ou à en avoir honte. Cependant, il suffit de lire les appels de Saint Bernard à la croisade pour comprendre le fossé qui sépare un chrétien combattant d'un djihadiste.

caroff

Ce qu'il y a de "confortable" avec l'islam c'est qu'à la différence de la religion catholique, il suffit de respecter cinq préceptes pour être un bon musulman :
- l'unicité de Dieu
- les cinq prières quotidiennes
- l'aumône
- le ramadan
- le pèlerinage à La Mecque
Foin de discussions à perte de vue sur le "sexe des anges", cette religion est plutôt simple d'application par tous les croyants. Cependant, et c'est là qu'apparaissent les problèmes qui agitent notre temps, certaines sourates ne laissent guère de doute sur les orientations belliqueuses des musulmans.
Mais de quels musulmans parlons-nous ? Des sunnites wahabites d'Arabie saoudite qui appliquent les dispositions les plus cruelles des textes coraniques ou bien les Chiites libanais qui tolèrent que les femmes ne portent pas le voile et soient choyées par les hommes ?
Quant aux Français de souche fraîchement convertis, ils relèvent, selon moi, du secteur de la psychiatrie. Les explications sociologisantes (jeunesse en perte de repères, etc.) ou idéologisante ne me convainquent pas.
Ce type de comportement a déjà été constaté dans la plupart des conflits : les SA avec Hitler, les miliciens avec Pétain ont recruté eux aussi la lie de l'humanité : rien de nouveau donc, hélas!

Parigoth

@eileen
Les Français ne devraient pas être si péremptoires : la France du 16ème siècle a conduit huit guerres de religion très meurtrières.

Vous reprenez là tel quel le poncif éculé ressassé par les médias selon lequel toutes les « religions » se vaudraient et seraient à placer sur le même plan.
Or, je ne vais pas développer une fois de plus ici la démonstration, mais l'islam est très loin de n'être qu'une « religion ».
Et surtout, surtout, les guerres dites « de religion » étaient plus des guerres politiques, la Réforme étant déjà un mouvement de type prérévolutionnaire par rapport au pouvoir royal, que des guerres basées sur des prétextes d'ordre dogmatique.
Les Évangiles n'appellent pas au meurtre des incroyants contrairement au Coran dont c'est le fondement.

Les guerres de religion n'ont été qu'un épiphénomène alors que les appels au meurtre suivis d'effets se poursuivent de façon continue dès les origines de l'islam jusqu'à nos jours, et pas seulement dans l'EIIL mais aussi dans nombre d'Etats membres de l'OCI, dont le Pakistan (Asia Bibi), le Soudan, etc.
Et au passage, les musulmans modérés vivant en France n'ont pas l'air de se bousculer pour dénoncer cet état de fait.

Michelle D-LEROY

A lire aujourd'hui : une fine et pertinente analyse d'Eric Zemmour sur le phénomène et sur la fracture de la jeunesse française, dans le FigMag.

Pour moi, il faut distinguer les assassins qui commettent le pire, parfois multirécidivistes, et Maxime Hauchard et ses pareils.

Les premiers agissent soit par calcul et cupidité extrême, soit par pulsion sexuelle ou encore sous l'emprise de la drogue ou de l'alcool. Ce sont hélas les anomalies de la société, des êtres psychiquement malades, même s'ils ne sont pas reconnus comme tels. Des prédateurs à soigner.

En ce qui concerne les jeunes djihadistes, c'est autre chose parce qu'ils sont embrigadés et enrôlés par une mouvance qui lessive leur cerveau en les persuadant qu'il font bien - même le pire - pour une cause qui serait juste. Il sont déterminés et jusqu'auboutistes parce qu'il croient en leurs mentors et en leurs convictions, et surtout parce qu'on leur apprend à ne se poser aucune question. C'est le cas de toutes les émules des dictatures.
C'est d'ailleurs ce qui fait peur, il y a une exaltation et un fanatisme qui nous dépasse car l'individu ne réfléchit plus, il agit selon son absolutisme.
Aujourd'hui on nous dit que ce sont des êtres fragiles, sans doute mais nous a-t-on dit la même chose des nazis ? et pourtant c'est le même phénomène.

On ne peut associer les assassins de la vie courante et les fanatiques... à mon avis.

L'Etat Islamique - et non Daesh, dénomination bien arrangeante mais je ne parle pas arabe - se base sur des principes issus du Coran en interprétant ses violents versets appelant à la haine de tout ce qui n'est pas musulman. Cette organisation est une dictature en puissance, il faut bien le reconnaître et prendre conscience du danger, même si cela dérange les "pasd'amalgame".

Les musulmans de France et d'Occident qui ne se reconnaissent pas dans ces pratiques d'un autre âge, dans les versets violents du Coran, doivent le dire et le montrer haut et fort, cela éviterait justement de tout mélanger et de penser qu'ils cautionnent implicitement ces fous d'Allah, il est donc urgent pour eux de sortir du silence.
J'avais lu en son temps un beau livre de Mme El-Wafi, mère de Zacarias Moussaoui, "Mon fils perdu", dans lequel elle relate le parcours de ce fils enrôlé pour les attentats du 11 Septembre puis enfermé à Guantanamo. Elle le considérait comme irrécupérable.
Je ne sais s'il est toujours en prison, en France puisqu'extradé, mais si oui, c'est aussi une gangrène pour nos prisons et un sujet important dont il faut s'occuper rapidement. Encore faut-il le vouloir et surtout ne pas avoir peur de stigmatiser ou d'autre bêtise qui paralyse tout débat.

Alex paulista

C'est le même débat que pour les junkies : est-ce le cannabis qui mène aux drogues dures ou bien un comportement compulsif que les gens ont en eux et qui les mène à l'autodestruction, que ce soit en piquouses ou en sniffant de la colle ?

Bien sûr, les deux aspects comptent : lorsque le crack se conjugue avec la misère il faut arrêter de tout analyser sous l'angle psychologique...

-----------------------

@ Michelle D-LEROY | 21 novembre 2014 à 12:02
"Alors, évidemment, lorsqu'un enfant entend cela depuis son plus jeune âge, comment pourrait-il être insensible à la misère d'autrui ?"

C'est sûr, quels imbéciles ces bobos ! Oublier d'inculquer l'insensibilité à la misère d'autrui à leur progéniture... Après on s'étonne de ne pas faire de bons chrétiens !

eileen

J'ignore et je me garderai bien d'affirmer que la violence est intrinsèque à l'islam.
Point 1 - Les monstruosités actuelles qui seraient accomplies au nom de l'Islam par des cohortes de dangereux et immondes personnages le prouveraient...
Point 2 - Les Français ne devraient pas être si péremptoires : la France du 16ème siècle a conduit huit guerres de religion très meurtrières.

Le point 2 n'excuse pas le point 1 il rappelle tout simplement en rafraîchissant la mémoire de certains.

L'islamisation du monde est inscrite dans "la traduction de certaines sourates" ; il faut donc observer bien plus qu'une vigilance de bon aloi, il faut que le monde occidental réagisse... Comment ? comme nombre d'entre nous j'ai quelques idées, les exposer sans la possibilité de les développer en toute sérénité serait inutile : un blog, aussi libre soit celui de Monsieur Bilger, est inadapté.

============

Terrifiant cette mère qui ne reconnaît pas - d'emblée - son fils, terrifiant que les services de renseignements acceptent que soient jetés en pâture le nom d'une personne, le nom d'une famille !

Drôle d'époque que nous vivons dans laquelle l'amateurisme, la désinvolture, la légèreté, l'absence de professionnalisme se propagent lentement dans tous les domaines, sans jamais que des excuses publiques soient présentées et les sanctions correspondantes adoptées.

calamity jane

Roi par choix divin avec comme ministre un cardinal... Parigoth !

Pas que l'Internet Camille !

Mais revoyons notre Loi 1905 qui estime que musulmans et juifs ne sont que membres d'une communauté, cad ne font pas partie des Eglises en état de séparation avec l'Etat !

Perso ces extrémistes ne me font pas peur ! parce que leur faire la publicité à des heures de grande écoute me conduirait davantage à les plaindre et à relativiser leur soi-disant combat...

Franck Boizard

«Hypothèse que personne ne soulève : et si l'attrait du djihadisme était l'envers du nihilisme (à chacun sa vérité...) des sociétés occidentales» (Guzet)

Au contraire, je crois que nous sommes très nombreux à soulever ce qui est plus qu'une hypothèse !

------------------------------------

Il me semble inutile de discuter pour savoir si la violence est intrinsèque à l'islam : il n'y a aucun doute, la réponse est positive.

L'argument le plus simple (mais il est juste, et il y a d'autres arguments) est de rappeler que Mahomet est un guerrier conquérant et exterminateur et qu'il est présenté comme un modèle.

On ne peut pas dire la même chose de Jésus, Bouddha et Confucius.

Bien sûr qu'il existe un islam paisible, mais c'est la paix des cimetières (et des cimeterres). Soit les musulmans sont en telle infériorité qu'ils ne peuvent la ramener, soit ils ont écrasé toute opposition. Entre les deux, ce sont des "f..teurs de m..de". C'est ce que nous vivons en France en ce moment.

Je me permets de copier un commentaire de mon blog que j'approuve :

«Je suis un gadjo pour le Rom, un mleccha pour l'hindouiste, un goy pour le juif, etc. Je ne risque aucune sujétion dans ces cas. Mais pour le musulman je suis un kafir, et comme je suis un kafir endurci, le mieux qui puisse m'arriver si les circonstances s'y prêtent, c'est la sujétion. A ces mots, ceux qui ne connaissent rien à l'islam me traiteront mécaniquement d'islamophobe, oubliant que l'islam est kouffarophobe depuis l'Hégire. Qu'il change (radicalement), et on en reparlera.
Dans quelques échanges avec des prêtres catholiques français, j'ai vraiment de la peine à me faire entendre. L'un me dit que "la peur est toujours mauvaise conseillère". C'est évidemment une formule fausse, puisque si j'ai peur de me tuer en glissant sur le bord instable d'une falaise, ma peur est très bonne conseillère. Une confusion existe aussi, qui aboutit à faire croire que la peur de l'islam engendre inéluctablement la haine des personnes. D'où l'efficacité rhétorique de l'accusation d'islamophobie.
Il y a une vieille vertu qu'on appelait la prudence. Celui qui ne craint absolument pas l'islam, tel qu'il est, à n'importe quelle dose, sur nos terres, n'est pas un esprit ouvert et tolérant, n'est pas un sage, c'est un irresponsable, un fou.»

Mary Preud'homme (Aux Morts !)

@scoubab00

Ne confondez pas la guerre (juste) où l'homme prend les armes pour défendre son territoire, sa maison, sa famille, sa terre et la guerre expansionniste, à visée dominatrice qui n'a pour but que la conquête au détriment des plus faibles.

. Dans le premier cas la guerre s'impose à tout homme d'honneur. Ainsi, gloire à ceux qui ont donné leur sang pour sauver la patrie de l'invasion austro-prussienne comme en 14-18, mettant un terme, entre autres, à l'annexion humiliante de l'Alsace-Moselle.
(Une parenthèse concernant la dernière guerre où là encore la France fut envahie par l'Allemagne nazie : la collaboration qui s'ensuivit restera comme une tache indélébile sur notre nation, en dépit de la résistance héroïque d'une minorité de Français : résistants, justes devant les Nations, etc.)
. Dans le second cas, la guerre relève bien sûr de la folie expansionniste et hégémonique de type colonial où un pays veut en dominer un autre au nom d'une idéologie, d'une religion et/ou d'intérêts économiques troubles sur fond de vol, de viol des consciences, d'annexions forcées, de cruauté et de sectarisme exacerbé.

sylvain

Et c'est parti !

Exactions commises par une quarantaine d’individus encagoulés à l’encontre de la gendarmerie de Sautron.

Communiqué de presse du ministre de l'Intérieur du vendredi 21 novembre 2014

"M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, condamne très fermement les exactions commises ce matin par une quarantaine d’individus encagoulés à l’encontre de la gendarmerie de Sautron (Loire-Atlantique).
Après avoir forcé le cadenas de la grille d’accès et pénétré dans l’enceinte des locaux de la brigade, ils ont couvert les murs d’insultes à l’égard des forces de l’ordre et jeté un fumigène avant de s’enfuir. Un véhicule de la gendarmerie a également été dégradé à coups de marteau à Vigneux-de-Bretagne. Aucun blessé n’est heureusement à déplorer. Cinq individus ont été interpellés.
Le ministre de l’Intérieur exprime son soutien total aux gendarmes ainsi agressés.
Bernard Cazeneuve rappelle que s’en prendre ainsi aux forces de l’ordre constitue une atteinte inacceptable à la sécurité de tous les Français et une atteinte aux principes de la République. Il souhaite que les auteurs de ces actes en répondent rapidement devant la justice."

Parigoth

Ce qui est singulier et déplorable à cause des horreurs collectives qui vont suivre tient au choix non pas évidemment de l'islam en tant que tel - j'ai besoin de continuer à croire que cette religion est fidèle à elle-même aussi dans la paix et la modération - mais de sa forme extrême, la plus sanglante, la plus radicale.

Eh bien cher monsieur Bilger, je pense qu'avant de vous contenter de croire - et cette exhortation de ma part s'adresse aussi à l'ensemble des Français désinformés par les médias et qui font souvent preuve d'une grande naïveté - vous devriez vous renseigner sur la nature profonde de l'islam, qui n'est pas seulement une « religion » mais aussi et surtout un système global, définissant l'ensemble des cadres de la vie des individus et des sociétés, dans les domaines familial, juridique, économique, financier, politique, culturel, guerrier, etc.

En résumé, l'islam c'est aussi un système de gouvernement civil, qui s'oppose de front par nature et par destination aux Etats « mécréants », donc à la « République française » pour l'instant en France, même si, en application des préceptes coraniques, il feint la soumission face à un adversaire qu'il n'est pas encore en mesure de dominer.
Baise la main que tu ne peux mordre, ce qui rejoint le principe de la taqqiyya, c'est-à-dire la possibilité voire le devoir pour un musulman de mentir aux infidèles, qui sont nombreux à tomber dans le panneau de nos jours, à commencer par nos « responsables » politiques, pour ne pas parler des journalistes incultes.

Et l'islam est tout sauf une religion de « paix et de modération » !
Ce n'est pas moi qui le dis : il suffit de se reporter aux textes, à commencer par le Coran dont environ 700 sourates sont des appels à la violence, ainsi que les hadiths dont plusieurs sont ni plus ni moins que des appels au meurtre parfois racial, ce qui tombe normalement en France sous le coup de la loi, si du moins la loi était appliquée (vaste programme).

Exemple : « Égorgez les non-musulmans où vous les trouverez, attrapez-les, assiégez-les et tendez-leur des pièges. » (Sourate 9, Verset 5) 
Et (hadith) :
le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Les Juifs vous combattront et vous aurez le dessus sur eux au point que la pierre dira : ô musulman ! viens tuer ce juif qui se cache derrière moi » (rapporté par Ahmad et par at-Tirmidhi et qualifié par ce dernier de « beau et authentique).
http://islamqa.info/fr/9341

Les musulmans sont tenus d'imiter Mahomet, le Beau Modèle, or ce dernier a été le premier à appliquer les préceptes violents inscrits dans le Coran en s'étant livré à force massacres, dont celui des tribus juives.
Il faut aussi savoir que le Coran comporte des versets abrogés, les mansukh, et des versets abrogeants, les nasikh. Or il se trouve que les versets abrogeants du Coran de Médine - toujours d'actualité - rendant caducs les versets pacifiques du Coran de La Mecque sont des versets violents...
Donc comment les musulmans peuvent-ils à la fois imiter Mahomet et prétendre coexister en paix avec les infidèles ?

Alors, comment au vu de l'histoire du dernier millénaire d'une part et des textes fondateurs eux-mêmes d'autre part, qui ont gouverné cette histoire toujours et partout, pouvons-nous encore entendre répéter sans rire par des manipulateurs que l'islam serait une religion de paix, d'amour et de tolérance ?

« Dans l’islamisme, la guerre contre les infidèles est d’obligation divine, parce que cette religion s’adresse à tous les hommes et qu’ils doivent l’embrasser de gré ou de force. On a donc établi chez les musulmans la souveraineté spirituelle et la souveraineté temporelle, afin que ces deux pouvoirs s’emploient simultanément dans ce double but » (Ibn Khaldoun, Prolégomènes).

Michelle D-LEROY

La première chose qui me frappe lorsque les vidéos où sont reconnus des assassins de l'Etat Islamique sont divulguées, c'est de voir qu'à chaque fois, ce sont des jeunes occidentaux qui sont en première loge. Une ruse de cette mouvance pour faire un grand pied de nez à nous Français ou Occidentaux puisque nous avions déjà vu des jeunes élevés en Angleterre ou aux Etats-Unis. Ils se délectent par avance de nos commentaires et de notre naïveté.

Ils savent que nous serons choqués, c'est voulu et pensé. En les embrigadant et en les montrant en première ligne, ils nous mettent sciemment devant nos contradictions et notre niaiserie. Ils sont plus forts que nous et ce danger en rappelle un autre que, là non plus, nos parents avaient voulu ignorer le plus longtemps possible tant il était inimaginable pour un individu normal, élevé dans des conditions d'un monde civilisé.

Notre problème majeur, c'est notre bien-pensance niaise et béate qui se drape dans une posture intellectuelle d'ouverture d'esprit, de tolérance et d'optimisme incontournable, rejetant toute objection comme populiste, raciste et autre récurrente condamnation méprisante. Trouvant encore des excuses à cette engeance, n'hésitant pas à remonter aux croisades ou à l'inquisition, à la colonisation ou à l'esclavage... bref, nous serions finalement les responsables indirects. Un culot phénoménal mais bien réel !

Cet été, j'ai moi-même appris chez des amis que leur petite-nièce (fille d'un couple de médecins marseillais) venait de se convertir à l'Islam. Les parents étaient, paraît-il, fiers de voir leur fille assumer ses idées jusqu'au bout. Mes amis, atterrés par la nouvelle, n'étaient pas tant surpris que cela, connaissant ces gens, bobos invétérés et se sentant régulièrement tenus de rappeler les misères subies par les immigrés dans notre pays, une attitude de ceux qui se croient supérieurs... alors, évidemment, lorsqu'un enfant entend cela depuis son plus jeune âge, comment pourrait-il être insensible à la misère d'autrui ?
Tout ne vient pas par hasard.

J'imagine que, si cette jeune fille devait partir en Syrie, ses grands-parents que je connais, viendraient sans doute me faire part de leurs craintes, comment les plaindre ? A chacun de subir les conséquences des effets qu'ils ont créés, pour paraphraser Bossuet.

scoubab00

Je ne sais pas vous, la folie de l'homme me paraît de loin préférable sous sa version privative que sous sa version grand public. Il y a juste un siècle collègues, le carnage de la Grande Guerre, majuscules de rigueur. Des vingtenaires essentiellement ruraux furent conviés à acquitter le droit du sang en rangs d'oignons sans qu'on ne leur demande un avis. Rangs d'oignons qu'ils respecteront cimetière y compris. La folie des chefs, passeport pour le métal hurlant.

Aujourd'hui, ce sont quelques touffes de post-adolescents rurbains ou banlieusards qui tentent de se construire un sens, un destin en dégommant des étrangers à l'étranger sans l'aval chloroformant d'un Etat-nation. La guerre à la carte, le jeu vidéo in vivo. C'est mieux ou un peu moins pire. L'homme est guerre et sa version soft economica est pas mal non plus. Et pourtant nous sommes toujours plus nombreux sur Terre si bien que la mort ne sait plus où donner de la tête... de la faux, c'est pas faux.

Les meurtriers, les assassins sont généralement des gens formidables pour leurs parents et proches. Et vous voudriez que ça s'arrête ?

Camille

Comment ces jeunes souvent fragilisés sur le plan social et familial ne seraient-ils pas victimes des techniques d'embrigadement par internet, les plus redoutables qui soient, utilisant des vidéos avec des images subliminales, celles postées en particulier par le recruteur Omar Omsen lié au front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda. Des jeux vidéos comme "Assassin's creed" sont aussi utilisés par ces recruteurs terroristes qui de manière terrifiante ne lâchent plus leur proie.

sylvain

Rédigé par : Denis Monod-Broca | 21 novembre 2014 à 09:35

M. Denis Monod-Broca m'a devancé, il est plus rapide que moi.
Très vrai ce qu'il dit : nous sommes les pires exportateurs de guerre partout dans le monde, après avoir colonisé et réduit en esclavage des populations en Afrique, Asie et Moyen-Orient.
Comment voulez-vous qu'il n'y ait pas de riposte, de haine, de désir de revanche et de vengeance de la part de ces peuplades qui subissent mort, misère, souffrance et humiliation de la part de l'Occident depuis des siècles !
Le top du cynisme et de la provocation a été atteint quand Obama a été élu prix Nobel de la paix.
Nous n'en sommes encore qu'aux prémices de tout ce qui va inévitablement exploser très bientôt !

Parigoth

...ou pour des motifs obscurs et délirants quand il aboutit aux massacres ignominieux de Daesh.

Par pitié, évitons la langue de bois et appelons un chat un chat, en français.
L'acronyme arabe « Daesh » se traduit par EIIL dans la langue de Voltaire, pour État Islamique en Irak et au Levant.

Y aurait-il une raison trouble cachée derrière cette volonté de ne pas recourir à cette appellation ?

Catherine JACOB

"J'incline à concevoir ces folies meurtrières comme la possibilité donnée à certains esprits malades de commettre le pire, avec l'assurance absurde que leur action est nécessaire puisque pour eux, de la mort surgit le Bien."

Certains le disaient déjà depuis très longtemps. Ceci étant, pas de précipitation dans le choix de remèdes pires que le mal.

Denis Monod-Broca

"J'incline à concevoir ces folies meurtrières comme la possibilité donnée à certains esprits malades de commettre le pire, avec l'assurance absurde que leur action est nécessaire puisque pour eux, de la mort surgit le Bien."

Quand nous allons bombarder ici et là, quand les drones américains pilotés depuis une base de l'Arizona tuent jour après jour des cibles nommément désignées, ne faisons-nous pas partie de ces esprits malades qui commettent le pire, assurés qu'ils sont que de la mort peut surgir le Bien ?

calamity jane

Un exposé sensible des questions que les personnes confrontées à cette réalité auprès d'adolescents de 16-17 ans connaissent.
La mise en perspective d'une autre religion, avec des agissements criminels dans le passé, donne une autre conscience à l'adolescent, par écoeurement. Il faut ensuite assurer le suivi, sans doute la période la plus difficile.
Evidemment savoir de quoi on parle en indiquant les genèses en lieu et place de "phobies".

Sinon, les djeuns en ont, en effet, marre de la tiédeur qui les empêche de se construire sur l'exemple d'adultes qui n'assurent pas leurs erreurs, parfois les défaillances ; limitant ainsi, peut-être, la prise de conscience de leur époque par un manque d'ouverture sur le monde autre qu'une forme d'adoration du veau d'or.

Une connaissance me faisait remarquer que la facilité pour changer son patronyme de la part d'un chanteur célèbre représentait une première violence rendue publique, si l'on retient que chaque croyance (conversion ici) reste une affaire intime donc strictement individuelle.

C'est pas simple.

Guzet

Hypothèse que personne ne soulève : et si l'attrait du djihadisme était l'envers du nihilisme (à chacun sa vérité...) des sociétés occidentales ? Comment dénoncer la "barbarie" et se pâmer d'admiration devant le "message" de Sade, comme le fait un grand journal du soir...!

Achille

Bonjour Philippe Bilger,

Rien n'est pire que ces illuminés qui se croient investis d'une mission divine. Ils sont enfermés dans leurs certitudes et rien ne les en fera sortir.

Leur monde n'est pas le nôtre. Ils ne reconnaissent pas les règles de notre société qui reposent sur la démocratie, le droit à la différence culturelle et cultuelle, la liberté d'expression.

Pour imposer leur doctrine hystérique ils n'hésitent pas à se référer à quelques versets coraniques dont ils ont détourné la signification, à moins qu'ils n'en aient pas compris le sens, ce qui est le plus probable.

Ces fous furieux disposent de moyens financiers et logistiques très importants leur permettant de faire face aux armées régulières des pays dans lesquels ils se sont implantés. Depuis quelques années leurs effectifs ne cessent d'augmenter et ils ne cessent d'étendre leur emprise en particulier en Afrique et au Moyen-Orient.

Contrairement à ce qu'affirme Marine Le Pen, certains de ces jeunes ont bel et bien "poussé dans les prairies normandes" comme ce Maxime Hauchard, au nom bien français et issu d'une famille catholique. Dans son petit village normand tout le monde s'accorde pour le décrire comme un garçon “gentil, courageux, poli, bien élevé“.

Comment un jeune homme bien sous tout rapport peut-il soudain devenir un monstre ? C'est la question que l'on peut se poser. Le mal-être d'une société de plus en plus complexe qui ne laisse aucune chance à ceux qui ne peuvent s'intégrer au "système", sans doute. A moins que ce ne soit tout simplement un problème psychiatrique.

Toujours est-il que la communauté internationale semble avoir bien du mal à éradiquer ce mal civilisationnel et cela devient préoccupant.

Citizen pas Kane

La justice selon Dae'ch (extraits du livre de Samuel Laurent : l'État islamique, Seuil.)
________________________

"Il existe plusieurs types de juges, présents à travers l'ensemble de l'État islamique pour assurer le quadrillage de la population. Les cadi hisba, tout d'abord : littéralement, les "juges des marchés". Leur rôle, très dissuasif, consiste à battre le pavé du matin au soir en quête de la moindre marque d'indiscipline ou d'insubordination. Tous les témoignages s'accordent pour les décrire comme fanatiques et brutaux. (…) À la différence des autres juges, le cadi hisba applique les punitions sur place. Pas de procès, pas d'arrestation. Juste une forme plus ou moins dure de châtiment corporel. (…)
La deuxième catégorie de juges s'éloigne du profil de la brute épaisse : les cadi'am ou "juges des affaires générales" possèdent une véritable instruction et ont une connaissance assez approfondie de la charia. Ce sont ces hommes qui avalisent l'ensemble des crimes de l'État islamique, où qu'ils se trouvent. (…)
Les crucifixions constituent désormais une pratique courante. Presque banale. (…) Au sujet des crucifixions, Abou Maria m'expliquera qu'il s'agit d'une peine "parfaitement en règle avec l'islam". Sourate 5, dite de la table servie, verset 33. Son application est méthodiquement définie. On réserve ce châtiment aux bandes de pillards, ainsi qu'à tous ceux qui portent atteinte à la sécurité de l'État. Lorsque je lui relate ma conversation avec [un des témoins…], il m'explique son point de vue avec plus de nuances : "L'État islamique ne doit pas appliquer ces peines dans un pays ravagé par la guerre ! Mais d'un point de vue général, les châtiments que tu décris ne dérogent absolument pas aux principes de la charia. En revanche, tu peux voir que le nombre de crucifixions explose !"
Parce que l'accusation d'atteinte à la stabilité de l'État s'utilise désormais à tout bout de champ. L'État islamique cherche à se prémunir contre toute forme de contestation. L'Amni travaille à plein temps sur ces dossiers. Les "comploteurs" passent devant la justice, mais cela ne représente qu'une simple formalité. Après leur arrestation, ils sont copieusement torturés pendant quelques jours, puis déposés dans le bureau du juge comme un paquet de linge sale ! Le nombre de crucifixions reflète avec précision la politique interne du califat : exclusivement fondée sur la terreur et la paranoïa.
Le juge des affaires générales se borne à appliquer les peines les plus dures et à liquider tous les suspects que les services de renseignements conduisent à sa porte. Mais il doit également "ordonner" les massacres de populations civiles considérées comme non musulmanes ou de soldats capturés sur les lignes de front. Dans la mesure où ces hommes, ces femmes et ces enfants sont toujours exécutés sur-le-champ et qu'un jugement tombé a posteriori aurait de quoi paraître ridicule, on préfère entériner les sentences avant la bataille. (…) L'apostasie constitue le pire crime dont un musulman peut se rendre coupable. Il ne mérite qu'un seul et unique châtiment, la mort. Par conséquent, tous les chiites rencontrés sur le champ de bataille, ou même en temps de paix, doivent être exécutés non pas pour ce qu'ils font, mais pour ce qu'ils sont. (…) Il n'est pas seulement permis de mettre à sac un village chiite, de le piller entièrement et de pourchasser ses habitants pour les massacrer jusqu'au dernier : il s'agit d'une obligation pour tous les musulmans, qui agissent ainsi en plein accord avec la charia… (…)
Les nouvelles recrues reçoivent un permis de tuer "en accord avec l'islam", valable sur tous les ennemis qu'ils croiseront. Ce sont les juges du califat qui élaborent ce discours visant à légitimer les meurtres, les pillages, les flots de réfugiés qui s'enfuient devant les djihadistes pour échapper à ce génocide absurde… Toujours en se référant à la charia et au Coran !"

Michel Matchabeli

Au-delà de l'islam radical il faut prendre en considération le contexte dans lequel ces jeunes se convertissent et décident d'embrasser souvent de manière extrême cette religion.
En effet les difficultés et le manque de perspectives caractérisent aujourd'hui l'environnement dans lequel beaucoup de jeunes issus de milieux populaires grandissent. Et ces conditions offrent un excellent terreau pour ceux qui font du prosélytisme en cherchant à embrigader des personnes dépourvues de repères.
L'histoire a déjà montré à de nombreuses reprises qu'il est bien plus facile de rattacher quelqu'un à sa cause lorsque celui-ci est en errance et qu'il attend beaucoup de la vie. Nombreux sont ceux qui sont à la recherche d'un modèle, et lorsqu'il fait défaut certains se laissent charmer par des recruteurs qui les convainquent de choisir la cause juste pour devenir utile.
Mais l'abandon et la désuétude ne peuvent en aucun cas constituer une excuse car entre cette subtile manipulation des esprits égarés et les atrocités commises au sein de l'Etat islamique il y a un gouffre. N'oublions pas qu'il s'agit de morts, de personnes mutilées et de crimes de toutes sortes commis sans vergogne au nom d'un idéal féodal et barbare.
Et je pense que l'une des questions soulevées dans cet article met en exergue une grande interrogation, à savoir si la responsabilité est due à une forme extrême de l'islam ou à des dispositions personnelles qui poussent à la transgression et à la radicalité.
L'acte de donner la mort de manière arbitraire relève peut-être plus de traits psychologiques meurtriers que d'un idéal fanatique favorisé par un manque de repères évident.

Robert Marchenoir

J'ai besoin de continuer à croire que cette religion est fidèle à elle-même même quand elle est pacifique et modérée.

Quel aveu ! Comment mieux définir la religion Degauche : peu importe la réalité, tant que mon confort moral est assuré...

Et tant pis si des millions de gens en crèvent. L'essentiel, c'est que je sois persuadé d'avoir une belle âme, et mes voisins avec moi.

Cirsedal

L'islamisme théâtralisé n'est qu'une énième façade pour une structure belliqueuse connue de longue date, celle des "surdosés" en testostérone dans certains contextes économiques.
Vous faites de la littérature propédeutique presque pastorale alors qu'il convient de convoquer les analystes reconnus de la violence grégaire, au premier rang desquels Gaston Bouthoul et René Girard.
Bouthoul : le fascisme italien est issu d'une insuffisance de l'insertion économique des jeunes mâles devenus surnuméraires du fait de la fermeture des USA à l'immigration après 1918.
Girard : le désir mimétique est si puissant qu'il peut s'exprimer dans les pires actes.
Synthétiquement, les jeunes mâles convertis sous bannière-prétexte sont désespérés comme les chemises noires de 1922, et soignent leur vide identitaire via la classique catharsis mimétique du sacrifice ambivalent (de soi / de la victime innocente).
Cela aurait été la première fois qu'un procureur (accusateur = satanas en grec ancien) produisît de l'intelligence humaine oblative, mais on attendra encore.

semtob

Cher Philippe,

Si vous voulez comprendre la détresse de la jeunesse, cette absence de bonheur totale, et approcher la réalité prenez quelques minutes de votre temps pour regarder avec attention le message de détresse qui est envoyé à la population.

Cette lecture peut permettre d’approcher un grand malaise, beaucoup plus pertinent que des enquêtes non significatives et faites dans la confusion générale.
Ces chants de détresse illustrent la jeunesse qui garde l’espoir d’être entendue des politiques et des architectes.

Le rap des dix ans est plus délicat à comprendre et la violence sous-jacente ne peut apparaître sur vos billets.
Que ceux qui cherchent à comprendre se munissent de quelques mouchoirs pour écouter les messages des plus jeunes.

Il ne s’agit pas d’aimer ou pas ce style de musique mais d’approcher une réalité et une liberté d’expression, lieu de symbolisation avant le passage à l’acte.

Il nous faut apporter des solutions et une écoute d’urgence pour prendre conscience de l’état d’abandon et de carence de la jeunesse d’aujourd’hui.

« Rap de Paris spécial Grigny 91 »
https://www.youtube.com/watch?v=itseiV0oU9s

« Rap de Paris spécial Meaux 77 »
https://www.youtube.com/watch?v=Np0tUjcHoKM

Merci à vous de votre recherche de compréhension pour la jeunesse abandonnée.
françoise et karell Semtob

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS