« Plus Syriza que moi, tu meurs ! | Accueil | La bêtise à la carte... »

27 janvier 2015

Commentaires

Trekker

@ Robert Marchenoir
"Mais cet épisode s'est clos rapidement : le propre du régime soviétique étant de massacrer périodiquement ses propres partisans, et cette caractéristique se combinant à l'antisémitisme russe naturel, les choses sont revenues à la normale, si j'ose dire"

Vous prenez encore de grandes libertés avec l’Histoire, cet "épisode" a quand même duré près de 28 ans : 1917-1945. Le massacre par le régime de ses partisans, notamment lors des grandes purges de 1936/38, reposait sur des critères politiques (certes fort contestables) et non ethniques : antisémitisme. Certes les cadres juifs du PC payèrent leur tribut, mais ni plus ni moins que les autres cadres communistes initiaux : combien de juifs au sein des dizaines de milliers d’officiers soviétiques fusillés en 1938 ?

Désolé votre philosémitisme et antipoutinisme vous égarent, tenez-vous-en aux faits !…

Robert Marchenoir

Trekker | 31 janvier 2015 à 03:26

Nous disons la même chose. J'ai mis la révolution bolchevique entre parenthèses, parce qu'elle fut largement menée par des Juifs, comme chacun le sait, et qu'elle a été une formidable occasion d'ascension sociale pour ces derniers.

Mais cet épisode s'est clos rapidement : le propre du régime soviétique étant de massacrer périodiquement ses propres partisans, et cette caractéristique se combinant à l'antisémitisme russe naturel, les choses sont revenues à la normale, si j'ose dire.

On peut débattre de la virulence de l'antisémitisme tsariste, mais enfin pogrom est un mot russe, Les Protocoles des Sages de Sion sont un livre russe, la zone de résidence réservée aux Juifs fut créée par Catherine II (et connut d'ailleurs son avatar stalinien), tandis qu'une partie non négligeable des Juifs américains sont d'origine russe.

Je dirais que l'état actuel de l'antisémitisme russe est assez représentatif de son étiage historique - bien qu'il y ait certainement eu de pires périodes pour être juif en Russie.

D'un côté, Vladimir Poutine organise une conférence ostensible avec des rabbins, s'entoure d'oligarques dont un nombre non négligeable sont juifs, et entretient avec Israël des relations diplomatiques qui ne sont peut-être pas tout à fait cordiales, mais qui sont certainement meilleures que celles qu'il entretient avec les Etats-Unis.

D'un autre côté, le mouvement d'opinion qui soutient Poutine, à domicile comme à l'étranger, est largement antisémite. C'est spectaculaire dans le cas ukrainien, où, en même temps que la propagande officielle de Moscou fait mine de s'offusquer d'un nazisme totalement imaginaire de Kiev, les blogs et les militants qui soutiennent la partie russe contre la partie ukrainienne se déchaînent contre les "youpins", voient d'imaginaires commandos du Mossad sur le Maïdan et fustigent le "lobby judéo-américain" pour le "coup d'Etat" de la "junte de Kiev".

Moscou est ravi de soutenir ostensiblement des partis antisémites européens, comme l'ANEL grec désormais au pouvoir ou le Jobbik hongrois.

La politique juive de Poutine paraît simple : manifester un antinazisme bruyant jusqu'à l'absurde, voir des nazis partout de façon encore plus pathologique que la LICRA ou Bernard-Henri Lévy, afin de flatter l'opinion officielle et médiatique anti-antisémite, dont il sait qu'elle a le pouvoir en Occident ; et encourager en sous-main l'antisémitisme rabique traditionnel en Russie, et résurgent en Europe, parce qu'il sait que les mouvements populistes qui portent la contestation en Europe - et les immigrés musulmans qui menacent sa stabilité - sont de plus en plus antisémites, d'un antisémitisme indissociable de l'antiaméricanisme. Antiaméricanisme qui commence à être, en Russie, presque aussi délirant que celui des Coréens du Nord, ce qui n'est pas peu dire.

Ce double jeu est un moyen habile de favoriser et la subversion en Ukraine, et la subversion en Europe, afin d'affaiblir le pouvoir de l'une et de l'autre. L'impérialisme par la subversion est l'un des savoir-faire les plus anciens et les plus aboutis de la Russie et du KGB, dont Poutine est l'héritier revendiqué.

eileen

@Savonarole 31/1/15 13.34

Nous avons donc fumé le calumet de la paix... parce que l'intelligence ordinaire consiste à savoir clore un débat, un différend quel qu'il soit, sans haine, sans débordement inapproprié, juste avec classe... ce qui nous caractérise LOL LOL

calamity jane

Mais qui nous a encore énervé sylvain ?

Savonarole

@eileen | 31 janvier 2015 à 12:34

Oublions cette blague de collégien sur le boeuf mironton, je ne recommencerai plus.
Je trouverai bien une autre victime sur ce blog.
C'est irrésistible chez moi, toujours cette envie d'allumer un pétard de 14 juillet dans une cathédrale.

eileen

@Savonarole 30/1/15 22.05

Votre "bien-aimé bœuf miroton" mijotait tranquillement composé essentiellement/uniquement de produits de tout premiers choix... et vlan il a fallu quelques bas morceaux pour tenter de tout gâcher, ils n'ajoutent rien, n'apportent rien, prennent de la place dans la marmite, suffit de les retirer, de les oublier, et vous retrouverez ce merveilleux bœuf miroton, mijoté à point que vous appréciez tant LOL
Les viandes mijotées, viandes longues je n'aime pas, par contre je partagerais volontiers un Cheval Blanc avec vous LOL que j'apporterais bien évidemment... LOL

sylvain

Lu ceci et MDR !

"Me faire traiter de gauchiste est un plaisir de fin gourmet."
hameau dans les nuages | 30 janvier 2015 à 20:05

.......................................................

Ben moi c'est me faire traiter de droitiste sarkozyste lepéniste facho réac nazi collabo vichyste pétainiste etc. par la racaillerie de la socialistéria gauchiste qui sont des mets très raffinés, des Légions d'honneur, des croix de fer, des distinctions suprêmes ; quand on voit l'état de délabrement mental de cette fange sociale de gauche, je me dis que je l'ai échappé belle et que mes géniteurs ont bien travaillé, le spermatozoïde qui est arrivé en tête sur le podium devant les millions d'autres faisait partie de la Race Pure et de l'Elite.

Le bonus des bonus : je suis blanc, hétéro, enfants naturels et CHRETIEN !!

Merci Seigneur !

Alex paulista

"Du bavardage et de la péroraison. Comme d'habitude chez les gauchistes".
Rédigé par : Robert Marchenoir | 30 janvier 2015 à 17:49

Attention Chaponoir, vous gauchissez dangereusement !
Vous en connaissez des Ukrainiens ? De l'Ouest, de l'Est ?
J'en ai côtoyé quelques-uns. Des chercheurs, des ingénieurs.
Au-delà de votre rage contre Poutine et ses procédés, admettez que le problème de fond vient du fait que dans ce pays on a d'un côté des gens qui assimilent la Russie à un bruit de bottes, et de l'autre des citoyens qui se considèrent autant russes qu'ukrainiens.
Le ver était dans le fruit depuis un moment.

Sinon, sur Poutine, personne n'est dupe, pas même notre Gégé national. Et cette manière d'affirmer des énormités en sachant que personne ne les croit est typique des régimes qui veulent dégager de la force. Les nazis faisaient pareil.
Mais regardez comment le tigre de papier est mis au pas avec la crise du rouble... Ne vous en faites pas, les Américains ont la main.
Pas nous, et c'est ce qui m'attriste.

Sur le soulagement de ne pas avoir le choix, c'est assez universel. Comme le chante Thiéfaine, Soleil, Soleil, n'est-ce pas merveilleux de se sentir piégé ?

Pourtant tout est possible d'ici quelques dizaines d'années. Puisqu'il s'agit de piéger le soleil, imaginons que le CEA maîtrise le premier la fusion nucléaire...
Mais bon, je m'emballe sur l'avenir au lieu de revenir encore et encore sur les commémorations de l'Holocauste.
Pardon, pardon...

Trekker

@ Robert Marchenoir
"C'est la Russie qui a mené une politique antisémite impitoyable avant et après la révolution bolchevique"

Vous prenez quelques libertés avec l’Histoire. Le régime tsariste avant la révolution de 1917 n’était certes guère favorable aux Juifs, et notamment tolérait les pogroms faits par les Cosaques. Mais de là à parler d’une politique antisémite impitoyable, il y a plus qu’une nuance.

Après la révolution de 1917 et jusqu’en 1936 / 39, le régime soviétique n’était pas du tout antisémite. Voir le nombre de juifs ou d’ascendance qui composaient les cadres du parti, et pire de l’appareil répressif (Tchéka puis NVB). D’ailleurs le mouvement ukrainien, anticommuniste et libertaire, de Makhno se référait entre autre à l’importance des juifs parmi les cadres communistes, Armée rouge et NVB. Exemple : nombre de commissaires politiques chargés de la répression dans les années 20 étaient juifs.

Les juifs qui fuirent l’URSS dans les années 20, le firent avant tout par opposition au régime communiste ou/et pour des raisons économiques.

Par contre à partir des années notamment 45, le régime mena une politique antisémite sous l’impulsion de Staline qui peut assouvir son profond antisémitisme.

Mary Preud'homme

Mais je ne me querelle pas Savonarole. Je ne m'abaisserais pas à cela ici. Relisez plutôt mes posts et les siens. J'ai seulement rappelé à cette pseudo eileen, dont je me fiche royalement des opinions "droitières" ou "gauchères", qu'elle n'avait aucun droit (sous couvert de l'anonymat) de venir m'insulter et tenir des propos venimeux et diffamants à mon égard. C'est quand même le minimum à attendre sur un blog tenu par un magistrat, que de pouvoir rappeler aux contrevenants quelques règles élémentaires.
Quant à mes interventions depuis sept ans sur ce blog, que ce soit pour réagir aux billets de Philippe Bilger ou à un commentaire, voire parfois rectifier une erreur manifeste de tel ou telle, de quel droit voudrait-elle m'en empêcher ?
D'autant qu'en ce qui me concerne, je n'interviens que sur des sujets que je connais ou qui me tiennent particulièrement à cœur. Et contrairement à elle, quand je me trompe, j'ai l'honnêteté de le reconnaître et je ne me venge pas bassement en projetant sur l'autre mes propres travers.

So long Savonarole

eileen

Traiter de "gauchiste" semble être pour certain l'insulte suprême. Un peu court...

Ni Alex paulista ni hameau dans les nuages ne m'avaient semblé être des gauchistes... ni de "dangereux gauchistes"... il va me falloir revoir, revisiter certains fondamentaux, certes les lignes bougent : je vais être très attentive à leurs prochains commentaires, je suis peut-être en train de virer ma cuti LOL LOL Vigilance donc pour ne pas être intoxiquée LOL LOL

Savonarole@ eileen & Mary

@Mary & eileen

Allons, allons, mesdames, ne vous disputez pas, on vous lit avec plaisir dans ce blog où domine l'homo sapiens velu et braillard, un tantinet Algérie française et un chouïa maréchaliste.
Vos commentaires ne laissent jamais indifférent.
Je ne vois pas pourquoi vous vous querellez alors que vous me semblez de droite toutes les deux, ça promet pour 2017...
Mon incommensurable modestie m'amène à écouter tout le monde, tout me profite, de Christian C à Xavier Nebout ou Robert Marchenoir, et bien d'autres, chacun pose une pierre, et la Tour de Pise tient toujours debout, même de traviole.

hameau dans les nuages

@Robert Marchenoir

Me faire traiter de gauchiste est un plaisir de fin gourmet.

Votre réquisitoire est implacable dans tous les sens du terme. Mais je l'archive volontiers pour assurer ma défense si un jour les commissaires du peuple viennent m'alpaguer au chant du coq. Je passerai ainsi pour un centriste.

On sent chez vous comme une sorte d'auto-allumage dans vos propos. Le démarreur semble patiner et puis cela mouline, cela mouline, le moteur hoquète puis pétarade pour finalement se taire dans un soupir. Comme il s'agit d'un diesel ce sont sans doute les injecteurs, la pompe à injection ou un vieux fuel ayant condensé et contenant de l'eau.

Je vais avoir du mal à voir des T-95 par ma fenêtre, le projet de ce char ayant été abandonné en 2010.

Finalement vous êtes en avance d'un char et d'une guerre. Celle que vous désirez peut-être.

Sinon j'ai déjà été traité de sauterelle par des extrémistes de votre acabit pour avoir réfléchi avant de m'engager mais alors de gauchiste jamais... Peut-être que c'est ça le libre arbitre.

eileen

@Mary Preud'homme 17.52

Je vous retourne ce nouveau commentaire, totalement délirant et divagant, et qui une nouvelle fois vous décrit parfaitement, votre vocabulaire est inadapté et outrancier.

Ne lisez pas ce qui ne vous est pas adressé nommément, cessez de regarder par le trou de la serrure. Le choix vous appartient mais ne vous plaignez pas de ce que vous lisez ou voyez !

Je ne lis jamais vos commentaires ampoulés, des enflures ; ne m'amusent que les réponses qui vous sont faites, vous provoquez toujours la polémique, toujours de même nature, et suscitez des blagues d'une grande vulgarité, c'est votre choix. Ce que vous écrivez ne m'intéresse pas. Vous ne m'intéressez pas. Je ne vous lis donc pas !

Ne lisez pas mes commentaires il ne vous sont jamais adressés, rien de ce que vous êtes ne m'intéresse, ignorez-moi comme je vous ignore.

Quant à la rengaine sur le pseudo, certains ont le respect de leur entourage proche et élargi... je pensais que vous utilisiez un pseudo LOL LOL ... faut-il être à bout d'argument, faut-il être doté d'une grande mesquinerie pour tenir de tels propos imbéciles.

Intervenir sur un blog sous sa propre identité est peut-être aussi la preuve d'un besoin de reconnaissance ultime, être enfin connu, reconnu, exister enfin... Mon ego ne me prédispose pas à ce genre de fantaisie même sur un blog comme celui de Monsieur Bilger qui lui, tout comme son épouse, savent où et comment me contacter. En utilisant un pseudo je me préserve des trolls de votre espèce et surtout, le plus important, je préserve les miens, tous les miens LOL

Restons-en là... Ne perdez pas votre temps, je n'en perdrai pas davantage GOMER

Mary Preud'homme

Rédigé par : eileen | 30 janvier 2015 à 16:38

Se dissimuler derrière un énième pseudo pour venir insulter, diffamer honteusement une personne dûment identifiée, dont le tort ne fut que de répondre à l'une de vos innombrables attaques, n'est pas très glorieux.
N'oubliez pas cependant que le droit de tout dire a des limites, même sur le blog de Philippe Bilger où la diffamation et l'atteinte à l'honneur et à la considération, pas plus qu'ailleurs, ne saurai(ent) être tolér(ées).

Robert Marchenoir

Alex paulista | 30 janvier 2015 à 13:43

Pas un fait, pas un argument. Rien. Du bavardage et de la péroraison. Comme d'habitude chez les gauchistes.

eileen

@Mary Preud'homme 18.24

Vous me qualifiez de jalouse, mais jalouse de qui ? pas de vous quand même, incolore, inodore et sans saveur, adepte du copié-collé, qui a peut-être lu, beaucoup copié/recopié mais bien incapable de restituer en mettant en perspective, du brut de décoffrage, toujours à l'affût de quelque chose pour enfin exister.
Je vous retourne votre commentaire qui vous sied à merveille, vous vous connaissez fort bien, vous vous êtes parfaitement décrite pensant m'atteindre... vous rigolez, vous ne pouvez pas être sérieuse, vous vous surestimez, ceux et celles qui vous ressemblent ne peuvent pas m'atteindre, trop centrés sur eux-mêmes.
Je cherchais en vain, je respecte chacun des intervenants, l'idiot utile atteint du syndrome de Calimero, décrit par l'un des intervenants, vous vous êtes dénoncée, c'est vous... GOMER

zenblabla

@ Savonarole

Grand merci pour vos précisions, c'est très avenant.

@Pitié Mary Preud'homme

D'ailleurs, si j'oublie facilement les références historiques et reçois toujours avec bonheur leurs informations, c'est non seulement parce que la mémoire fait trop souvent défaut chez moi souvent par l'obligation de sa généralité qui n'épouse pas, mais c'est aussi parce que, et pourquoi même, si ce n'est peut-être pas l'attitude qu'il convient toujours d'adopter autant qu'elle peut ressembler à un épanchement, cela étant très désagréable il faut en convenir, alors qu'une sorte de devoir d'expression entraîne et même fait passer au-delà du témoignage, je pressens sur ce blog un devoir d'exprimer avec le témoignage de chacun contre tous.
N'est-ce pas une rare (merci notre hôte) et obligée manière ?

Et si cela n'est pas important, recevez plus haut Mary Preud'homme mes distingués salmigondis, alors avec ce qui découlant de l'étrange manière de raconter entre des idées constamment reçues qu'elles naviguent parmi les subjectivités, donc plus bas avec ma restriction que rend le témoignage...
J'ai bien lu avec vous plus haut l'importance des petits enfants, la sais autant que je les attends.

@zefir

Je précise mon témoignage, celui où je vous ai parlé d'une séance de cinéma intentée par l'Education nationale pour faire voir l'horreur de l'esclavagisme. C'était en 1967.
Le moins que je puisse dire c'est que l'effet fut avec moi réussi.
Ce que j'avais oublié de raconter, mais l'épanchement est tellement désagréable (Mary Preud'homme !), c'est que la salle obscure était à Beaumont, un quartier de Marseille où réside une forte communauté arménienne issue de déplacements.
Comment ne puis-je pas me souvenir de tous mes camarades Oskian, Gourdikian, Eurdekian... tous qui étaient tenus par une étrange réserve, cette même réserve que j'ai pu reconnaître ensuite avec mes compagnons et compagnes des communautés juives ou maghrébines, moyen-orientales aussi, asiatiques souvent, allemandes et turques la plupart du temps... dans un temps bien plus restreint par la communauté turque que par l'allemande.
Les Français pipent rarement mot autant qu'ils parlent trop...

sbriglia

"Tout autre esprit, et notamment l'esprit chrétien, doit et va disparaître de notre civilisation sans y laisser aucune trace."(G.Gaspary)

Houellebecq, sors de ce corps !

Robert Marchenoir

@ hameau dans les nuages | 29 janvier 2015 à 21:20

Le lien que vous avez mis dans un de vos commentaires qui m'était adressé est tenu par de jeunes journalistes ukrainiens. Léger problème, l'école de journalisme dont ils sont issus est un think thank américain.

Il n'y a que dans votre esprit que c'est un problème.

Vous avez recours au célèbre procédé de falsification gauchiste dit : "D'où tu parles ?", qui consiste à s'intéresser exclusivement à l'auteur de propos, et non au contenu des propos eux-mêmes. Puis à disqualifier automatiquement ce dernier, dès lors qu'il provient d'une source étiquetée comme haram par les gauchistes : la droite, le Front national, "les patrons", Israël... et, avant tout, les États-Unis.

Votre démarche est exactement à l'opposé de la démarche scientifique, qui est celle que je m'efforce de suivre.

C'est sûr que si vous éliminez d'office toutes les sources ukrainiennes pour ne retenir que les sources officielles russes, dont il est établi qu'elles passent leur temps à mentir, vous ne risquez pas d'aboutir à la vérité...

Bien sûr que les Ukrainiens sont aidés par les Américains, et c'est une excellente chose. Vous auriez préféré que les étudiants ukrainiens suivent des cours de journalisme en Russie ? Vous pensez que les écoles de journalisme russes, les journaux russes, les télévisions russes, ont un meilleur bilan, concernant la recherche de la vérité, que leurs homologues américains ? Vous vous appuyez sur quoi, pour penser cela ?

Figurez-vous qu'il existe une grande diaspora ukrainienne à travers le monde, due aux différents massacres perpétrés à leur encontre par les Soviétiques dont Poutine est l'héritier revendiqué, que beaucoup de ces Ukrainiens se sont installés aux États-Unis parce que c'est le pays de la liberté, et que, de là où ils sont, avec la nationalité américaine qui est la leur désormais, ils s'efforcent, bien entendu et fort légitimement, de venir en aide à leurs frères opprimés par le tchékiste de Moscou qui recueille toute votre indulgence.

Contrairement à ce que vous prétendez, contrairement à ce qu'implique la culture de la stupidité et de l'ignorance qui règne désormais en maître et dont vous vous revendiquez, la vérité existe, la fausseté existe, et il est possible de les départager.

Cependant, pour cela, il ne faut pas jouer au con. Il ne faut pas faire le malin, comme vous le faites, et ignorer délibérément les faits, au profit de la diffamation des personnes qui les diffusent.

Il faut travailler. Il faut faire des efforts. Il faut se soumettre aux faits. Exactement ce que vous ne faites pas. Je vous rends service en vous indiquant un site sur lequel des gens ont passé des centaines d'heures à examiner les allégations diffusées par la Russie, à les vérifier et à les réfuter, et vous, qu'est-ce que vous faites ?

Vous n'avez même pas la décence de lire ce site. Vous n'avez même pas la rigueur d'examiner les documents fournis par ces gens qui sont des bénévoles, qui défendent leur pays attaqué par un agresseur étranger. Vous ne vous donnez même pas la peine de comprendre leur démonstration, de vous interroger sur sa validité, d'examiner leur méthode (qui est particulièrement rigoureuse), de vérifier les documents présentés, d'en chercher éventuellement d'autres, de proposer, le cas échéant, une réfutation rationnelle et argumentée de leur travail - si tant est qu'il se prête à la réfutation.

Non. Vous déterrez un obscur lien entre ce site et un "think-tank américain", et vous en concluez que tout cela ne vaut pas un pet de lapin, que vous êtes plus malin que tous ces gens-là, et qu'à vous on ne la fait pas.

Mais vous êtes mûr pour l'esclavage, mon bon monsieur ! Vous êtes prêt à vous faire mener par le bout du nez par n'importe quel dictateur qui va vous raconter une belle histoire... Poutine, ou un autre, peu importe.

Vos arguments sont ridicules :

Je vous le dis, dans ce genre d'histoires tout le monde se balance à la figure vérités et contrevérités.

Ca veut dire quoi, ça ? Que la vérité n'existe pas ? Qu'il est impossible de l'établir ? Que la vérité est la moyenne des affirmations partisanes ? En somme, pour avoir la vérité, il faudrait additionner Hitler et Churchill, puis diviser par deux ? Comme ça, on aurait une chance de tomber juste ?

Je me souviens de la tuerie de Timisoara.

Moi, je me souviens d'une fois où mon poissonnier m'a vendu du poisson en m'assurant qu'il était frais, et en fait il était pourri. C'est donc la preuve que les Ukrainiens mentent. Mais pas les Russes, bizarrement...

Vous avez définitivement abandonné toute prétention à la rationalité, toute pensée scientifique, tout l'héritage de 2 500 ans de civilisation occidentale.

Vous êtes intégralement poutinisé. Vous êtes contaminé par l'esprit russe. Soixante-quinze ans de communisme suivis de quinze ans de poutinisme (et je ne parle pas du tsarisme) ont convaincu les Russes que la vérité n'existe pas, que seule la force compte. Ce qui est la définition de la barbarie. Tu parles d'un défenseur de la civilisation européenne ! (Ce que serait Poutine, d'après ses thuriféraires français...)

La propagande russe ne fait même pas semblant. Elle ne fait même pas semblant de croire à la vérité. Elle ne se donne même plus la peine d'échafauder des mensonges vraisemblables. C'est un considérable recul par rapport à l'URSS, où la police politique rendait, au moins, l'hommage du vice à la vertu. Les officines de propagande auraient, à l'époque, eu honte de se faire prendre en flagrant délit de mensonge. Elles s'efforçaient de se conformer, au moins en apparence, aux règles du monde libre, du monde occidental, des Européens d'Europe et d'Amérique héritiers du christianisme et du monde grec, inventeur de la science et de la démocratie.

Maintenant, tout fait ventre. Les télévisions russes balancent les contes de bonne femme les plus invraisemblables, les plus comiques, les plus grotesques, sans le moindre souci de vraisemblance, mais avec des moyens financiers démesurés et un sens de la mise en scène consommé. Poutine ment ouvertement, à la face de son peuple et à la face du monde. Un jour il dit, et il répète, que l'armée russe n'a pas envahi la Crimée, le lendemain il dit : bien sûr que l'armée russe a envahi la Crimée, qu'est-ce que vous croyez ? Et les Russes rient, ils aiment ça, il avalent ça comme des McDo avariés, à la chaîne, goulûment. Quant aux Occidentaux décérébrés, ravis d'être stupides, faisant des concours d'arriération, ils leur emboîtent le pas.

J'ai écrit, à l'intention d'Achille, que je le mettais au défi de réfuter la véracité des faits que j'ai présentés concernant les mensonges de Poutine sur Auschwitz.

Vous, vous ramenez votre fraise, vous prétendez relever le défi à sa place, et c'est pour aussitôt... avouer que vous ne relevez rien du tout, que vous vous moquez de la vérité, que d'ailleurs elle n'existe pas, et que cette conviction fait de vous un homme particulièrement lucide et maître des événements.

Belle démonstration de la rage de l'Occident à se suicider !

Ce n'est pas moi qui ai écrit, il y a 11 ans déjà :

Poutine a juste effleuré notre point sensible, et comme des grenouilles de laboratoire, nous avons réagi à ce faible choc électrique par un frisson collectif. Quel est ce point sensible ? C'est notre servilité. Cet état nous est cher.

Comme on le sait, à la fin de la période elstinienne, la majorité des citoyens russes avaient le sentiment que l'époque soviétique était un temps heureux. L'URSS leur apparaissait comme un gigantesque empire qui faisait peur au monde entier, où la population était sûre des lendemains... Ne sachant maîtriser la nouvelle donne économique, la plupart des gens, au lieu de se retrousser les manches et de se mettre à construire une société démocratique, devint nostalgique de cette époque confortable où nous n'étions responsables que de peu de choses, où nous ne travaillions presque pas tout en ayant toujours du pain et du saucisson [...].

Nous nous sommes réjouis de pouvoir de nouveau ne pas réfléchir. Parce que Poutine pense pour nous [...]. L'esclavage est notre fatalité. Mais aussi notre fétiche. Nous aimons être des esclaves. "La majorité écrasante" rêve de cela, comme la forme la plus commode de l'existence.

C'est la grande journaliste russe Anna Politkovskaïa qui a écrit cela. Trois ans plus tard, elle était assassinée dans sa cage d'escalier, de quatre balles, le jour de l'anniversaire de Poutine dont elle avait consacré sa vie à dénoncer les crimes.

Je ne crois que les histoires dont les témoins se feraient égorger, disait Pascal. Anna Politkovskaïa savait qu'elle risquait sa vie en rapportant des faits qu'elle était seule à rapporter. On m'excusera d'accorder davantage de crédit à ses reportages qu'au nihilisme acide et dégoulinant de blogueurs français confortablement chaussés de leurs pantoufles.

Pour ma part, je me contente d'écrire, depuis des années, parce que je l'ai constaté, que les Français, eux aussi, ont une mentalité d'esclaves, qu'ils se vautrent dans la servilité et qu'ils en redemandent. Cela ne m'a pas valu que des amis, et dans tous les bords politiques.

Je constate que les remarques d'Anna Politkovskaïa sur la société russe s'appliquent intégralement à la société française. Je constate que les Français sont nombreux à penser que Poutine est un brave homme et que la Russie a beaucoup à nous apprendre. Tout cela est parfaitement cohérent et me donne, hélas, raison.

En revanche, pas un seul commentateur n'a été en mesure de réfuter, jusqu'à présent, les innombrables faits, plus incriminants les uns que les autres, que j'ai présentés contre le régime poutinien. Mais des bavardages, des slogans creux et des calomnies, ça, pas de problème.

Pendant ce temps-là, le "grand homme d'État Poutine", avec lequel "nous aurions intérêt à nous allier pour contrebalancer l'influence malfaisante des États-Unis", envoie ses bombardiers nucléaires au-dessus de la Manche, sans plan de vol, transpondeur éteint, mettant en danger de mort des milliers de passagers aériens pour satisfaire son impérialisme militariste - comme si les 300 morts du Boeing de la Malaysia Airlines, dont certains pourrissent sans doute encore dans un champ ukrainien, ne lui avaient pas suffi.

Et nos poutinolâtres nihilistes gardent le nez collé sur leur écran, à se repaître de vidéos floues fabriquées par le KGB, au lieu de regarder par leur fenêtre les TU-95 russes qu'ils pourraient pourtant, pour certains, apercevoir.

Alex paulista

"Il est, d'ailleurs, tout à fait possible que Poutine ait fait exprès de ne pas aller à Auschwitz"
Rédigé par : Robert Marchenoir | 29 janvier 2015 à 15:03

Le contraire est possible aussi et hautement probable.
Attention, si vous n'êtes pas d'accord vous devez me prouver que ce que je dis n'est pas vrai !

Sinon, pour prendre un peu de distance, je trouve que ce qui se passe en Ukraine est très triste : voilà un pays qui, avec sa dualité, pouvait devenir un pont entre l'Europe occidentale et la Russie.
Ce que les Américains ne désirent surtout pas, comme par hasard.

Garry Gaspary

@ Tipaza

Pour connaître la haine, il faut s'être fait de l'amour une religion et je suis totalement déchristianisé : ce blog et ses commentaires sont un excellent exemple qui montre à quel point l'amour et la haine sont aveugles et stupides. Pour ma part, je fonctionne à la connaissance, et donc au mérite, à la justice et au respect.

@ protagoras

L'Europe moderne est surtout héritière du monothéisme rationnel et donc épris de sciences et de justice des musulmans Avicenne et Averroès, ou du juif Maïmonide, inspirations directes et revendiquées d'un Thomas d'Aquin pour ses Sommes mais alors pourries par les mystères chrétiens.

Augustin n'est qu'une plaie pour notre civilisation, un bavard comme seule Rome savait en produire, son nom est directement lié à l'antisémitisme spirituel, à la négation historique de l'esprit juif due à sa pauvre réinterprétation chrétienne et complètement loufoque de la Bible qui est juste risible comparée à la richesse et la puissance de la spiritualité juive présente dans le Talmud. On lui doit sûrement aussi la perte d'œuvres majeures notamment celles d'Aristote qui ont soit été détruites, soit arrêtées d'être copiées pour mettre toute l'Europe médiévale à la sauce augustinienne.

Le miracle de l'Histoire n'est ni grec, ni chrétien, le miracle de l'Histoire est la naissance du monde moderne basé sur la raison et la justice malgré mille ans d'une chrétienté qui a tout fait pour les détruire. Et ce miracle nous le devons directement à l'esprit juif qui est une composante essentielle de la construction du monde moderne et indirectement à l'esprit musulman qui y retrouve la place qui est sienne aujourd'hui. Tout autre esprit, et notamment l'esprit chrétien, doit et va disparaître de notre civilisation sans y laisser aucune trace.

eileen

@Trekker 29/1/15 19h37

Chapeau bas LOL Le fait que vous reconnaissiez une erreur fait de vous un personnage comme "hors norme" : faute avouée à moitié pardonnée, remettre les choses dans l'ordre n'était pas très compliqué... c'est aussi la preuve que je vous ai lu avec intérêt et que je continuerai chaque fois que vous "publierez" !!

hameau dans les nuages

@Robert Marchenoir
"Je vous défie de démontrer que ce que j'ai écrit n'est pas la vérité"

Le lien que vous avez mis dans un de vos commentaires qui m'était adressé est tenu par de jeunes journalistes ukrainiens. Léger problème, l'école de journalisme dont ils sont issus est un think thank américain

http://en.j-school.kiev.ua/%E2%80%8E

Il faudrait que je retrouve une vidéo du discours d'un député ukrainien s'exprimant à l'Assemblée donc ne pouvant être assimilé à un fake poutinien ou dans celle-ci tournée en 2013 il explique la préparation de la "révolution de Maïdan" avec les appuis américains.

Je vous le dis, dans ce genre d'histoires tout le monde se balance à la figure vérités et contrevérités. C'est, si j'ose dire, "de bonne guerre".

C'est ainsi que l'on nous balance d'énormes mensonges, tellement énormes jetés à la figure (qui plus est avec le pouvoir aveuglant de l'image) qu'ils nous paraissent incontestables.

Je me souviens de la tuerie de Timisoara et des discussions enflammées avec mon beau-père qui croyait dur comme fer au tableau macabre présenté à la télévision. On le voit donc c'est vrai... On nous le rabâche donc c'est vrai... On interdit de formuler une idée contraire ou simplement différente donc c'est parole d'évangile...

Toute comparaison avec des faits historiques... vous connaissez la suite.

Trekker

@ eileen
"- Mai 1942 Fin de la mission de l'ambassadeur américain à Vichy, remplacé par un simple conseiller sans pouvoir, simple observateur
- Juillet 1942 Rafle du Vel d'Hiv
- Novembre 1942 Débarquement en Afrique du Nord"

Je reconnais volontiers mon erreur, mais hélas cela ne change rien sur le fond. De mai à novembre 1942, les USA sont représentés par un conseiller d'ambassade, Tuck, qui dispose a priori de pouvoirs en matière de délivrance de passeports. Il en est de même pour le consulat US de Marseille qui de juillet 1940 à octobre 1942, se chargera de trier les juifs acceptés comme immigrants : ceux utiles à la science et aux arts !...

Robert Marchenoir

Achille | 29 janvier 2015 à 18:04
On ne vous a jamais appris que ce qui est excessif est dérisoire ?

Vous mentez. Vous bavardez. Vous blablatez. Vous répandez des adjectifs, des slogans et des proverbes de bonne femme. De bonne femme socialiste.

Moi, ce qui m'intéresse, c'est la vérité. Il y a le vrai, et il y a le faux. Il y a les adjectifs, et il y a les faits.

Je vous défie de démontrer que ce que j'ai écrit n'est pas la vérité.

Mary Preud'homme

@ eileen

Votre haine et votre jalousie maladive vous ôtent parfois toute objectivité.
Sinon vous auriez reconnu simplement l'erreur de votre affirmation péremptoire.
J'ajoute que la première à épingler les autres (souvent méchamment) et à vous mettre en avant (la plupart du temps hors de propos) c'est vous et vous seule. Qui donc est la mère Emptoire dans l'histoire ? Un peu de modestie vous siérait.

Achille

@ Robert Marchenoir | 29 janvier 2015 à 17:09

On ne vous a jamais appris que ce qui est excessif est dérisoire ?

A trop en faire vous perdez toute crédibilité et en plus vous en devenez ridicule.

Cool ! Cool ! Vous allez finir par nous faire un AVC. Ce serait dommage car vos délires sont franchement risibles ! :-)

Mary Preud'homme (mehr Licht !)

Rédigé par : Xavier [email protected] Preud'homme | 29 janvier 2015 à 09:24
-----
Le négationnisme n'est pas une opinion. On vous l'a déjà dit mais vous êtes buté et votre adulation pour les traîtres Pétain, Laval etc. égare votre esprit.

Robert Marchenoir

La preuve que l'absence de Poutine à l'anniversaire d'Auschwitz est une excellente chose : il a organisé sa propre commémoration de la Shoah à Moscou, et en a profité... pour diffamer les Ukrainiens et défendre l'action de l'armée russe en Ukraine (qui n'est pas présente en Ukraine, prétend-il).

Sur le site officiel de la présidence russe, Poutine déclare, à propos de la Journée internationale de commémoration de l'Holocauste :

"We all know how dangerous and destructive double standards and indifference to others may be. Take, for instance, the current tragedy in the southeast of Ukraine, where the peaceful population of Donetsk, Lugansk and other towns and cities have been shot for months in cold blood.

http://eng.news.kremlin.ru/news/23533

Tués par qui ? Et à la suite de l'agression militaire de quel pays ?

A quelles profondeurs d'abjection ne faut-il pas plonger, pour détourner la commémoration de la Shoah en vue de justifier le massacre perpétré par sa propre armée, en ce moment même, contre les Ukrainiens ? Quel rapport entre le massacre des Juifs par les nazis, et la guerre menée par la Russie contre l'Ukraine ? Quelle indécence de prétendre s'apitoyer sur le génocide des Juifs, et de se servir de leurs cadavres comme combustible politique pour justifier ses propres guerres !

Et c'est lui qui accuse les autres d'appliquer le deux poids, deux mesures ?

Voilà la preuve irréfutable que les pleurnicheries poutiniennes au sujet de sa soi-disant éviction de la commémoration d'Auschwitz, obligeamment relayées en Europe par des gens trop heureux de l'aider à répandre ses mensonges, ne sont qu'une opération de propagande destinée à justifier la politique d'agression militaire et d'impérialisme annexionniste de la Russie de 2015.

Laquelle s'appuie, explicitement, sur les arguments ethniques et linguistiques avancés par Hitler pour annexer l'Autriche et la Tchécoslovaquie, déclenchant ainsi la Seconde Guerre mondiale.

Difficile d'être plus méprisable que ce misérable petit bonhomme de Poutine, tâcheron du KGB monté en graine et autorisé à imposer, à la Russie et à ses environs, son délire paranoïaque d'espion communiste.

eileen

@Xavier Nebout 9.24

Merci pour l'info historique !

"Quand j'affirme je doute encore" formule ignorée de celle à laquelle vous vous adressez... à quoi bon gaspiller son énergie à corriger, quand on ne sait, qu'on ne veut qu'épingler, égratigner à tort et à travers.

eileen

@zefir 12.02

L'expression que vous employez "Français de souche" vs "Français de papier" est celle du FN... en employant cette expression vous "stigmatisez" LOL les Français (que vous reconnaissez parce qu'ils sont tous selon vous blancs et catho, allez jusqu'au bout de votre stigmatisation LOL) qui ne se reconnaissent pas dans le FN... mais en affirmant que les "Français de souche auraient (selon vous) une peur irrationnelle des musulmans" vous vous ridiculisez en affirmant n'importe quoi.

Pourquoi aurait-on peur du Français musulman, ceux qui doivent être craints sont les fondamentalistes, tous les fondamentalistes quels qu'ils soient, qui frappent dans le tas... alors méfiez-vous : il est sain de se prémunir contre les fous, de tous les fous !

eileen@Trekker

@Trekker 14.32

Les dates sont des faits incontestables :
- Mai 1942 Fin de la mission de l'ambassadeur américain à Vichy, remplacé par un simple conseiller sans pouvoir, simple observateur
- Juillet 1942 Rafle du Vel d'Hiv
- Novembre 1942 Débarquement en Afrique du Nord

Le troisième paragraphe de votre commentaire ne semble pas respecter scrupuleusement cette chronologie.

protagoras

@Garry Gaspary

Enfin, M. Gaspary, l'Europe n'est qu'athénienne, puis hélennique, puis gréco-latine ; tous les outils spéculatifs et conceptuels proprement européens ne sont ni chrétiens (qui reprennent et transmettent, chez les érudits évidemment, toute la pensée occidentale antique via des pères fondateurs formés à la pensée grecque, type Saint Augustin) ; la liberté de penser et de jouir s'arrête au sixième siècle, définitivement, lors de l'Edit de Justinien.

Arrêtez donc tous de dire des bêtises.
Pour les anciens Romains, l'Orient était "superstitieux et corrupteur". Les scissions dans la société juive entre les "intellectuels" héllénisés formés surtout à Alexandrie et les "bigots" est déjà antérieure à JC (épisode des macchabées).

La pensée européenne est gréco-méditerranéenne et fruit d'un grande liberté de penser, de réfléchir, et de déconner (beaucoup de grands philosophes, dramaturges, mathématiciens grecs étaient des non conformistes...)

Retour aux sources, aux vraies...

Robert Marchenoir

Il est, d'ailleurs, tout à fait possible que Poutine ait fait exprès de ne pas aller à Auschwitz, pour pouvoir ensuite faire dire par ses officines de propagande, et leurs relais dans l'opinion européenne, que la Russie a été injustement blackboulée par le méchant Occident anti-russe, etc.

Ce serait bien dans le genre sournois et pervers de la dezinformatsiya du KGB.

La propagande de Poutine passe son temps à accuser ses adversaires des méfaits dont il se rend lui-même coupable. C'est l'une de ses marques de fabrique.

Robert Marchenoir

Denis Monod-Broca | 27 janvier 2015 à 12:34

Merci de bien vouloir arrêter la désinformation.

Le président ukrainien n'est pas allié de groupes néo-nazis.

Il y a beaucoup plus de néo-nazis en Russie qu'en Ukraine, et ils sont bien plus proches du pouvoir. Alexandre Douguine, qui a inspiré l'idéologie de Poutine, est un néo-nazi. La politique étrangère de Poutine est, à strictement parler, hitlérienne, ce qui explique pourquoi sa propagande cherche de façon obsessionnelle chez ses adversaires un nazisme inexistant.

Poutine soutient le nouveau gouvernement grec, qui, lui est allié à un parti d'extrême droite antisémite qui prétend que les Juifs grecs ne payent pas d'impôts, contrairement aux Grecs orthodoxes (ce qui est faux, bien entendu). Les deux chefs de l'alliance grecque de gouvernement ont fait le voyage à Moscou avant les élections, comme Marine Le Pen. Le premier responsable étranger rencontré par le nouveau premier ministre Tsipras a été l'ambassadeur russe.

Poutine n'est pas allé à Auschwitz parce qu'il n'a pas voulu y aller.

Personne n'a invité Hollande à Auschwitz, ni aucun chef d'Etat. Les seuls invités étaient les anciens déportés. Les chefs d'Etat se sont invités tout seuls.

Au demeurant, il serait parfaitement justifié que la Pologne interdise à Poutine l'accès à Auschwitz (bien qu'elle ne l'ait pas fait). C'est la Russie qui a conclu un accord secret avec Hitler pour dépecer la Pologne et s'allier aux nazis. C'est la Russie qui a mené une politique antisémite impitoyable avant et après la révolution bolchevique. C'est Vladimir Poutine qui a, il y a quelques mois, soutenu (mais devant un public russe...) que le pacte hitléro-soviétique était parfaitement justifié.

Et c'est le lieutenant-colonel du KGB Vladimir Poutine qui n'a jamais renié le communisme de l'Union soviétique, qui n'a jamais exprimé aucun regret pour son rôle personnel dans cette organisation dictatoriale et sanguinaire qu'est le KGB, et qui, bien au contraire, se revendique tchékiste, du nom de la police politique de Lénine, ancêtre du KGB et de son avatar contemporain le FSB.

Donc, c'est une excellente chose que Poutine n'ait pas paradé à Auschwitz, et qu'il n'ait pas pu piétiner des millions de Juifs assassinés pour astiquer sa propagande grâce à laquelle il torture et massacre, aujourd'hui, des milliers de Tchétchènes, de Géorgiens, d'Ukrainiens, de Russes et j'en passe.

Trekker

"Pourquoi tous les juifs menacés, inquiets, harcelés, privés de tout, et d'abord de leur dignité d'hommes et de femmes, ne sont pas partis vers des pays plus cléments ? Ceux-ci n'en voulaient pas, ou alors au compte-gouttes." (Philippe Bilger)

A partir des années 30, suite à la montée des régimes antisémites, fascistes et nazi dans toute l'Europe centrale, la France fut le pays qui accueillit le plus grand nombre de réfugiés : juifs et/ou opposants politiques, en 1939 les deux tiers des juifs résidant en France étaient des réfugiés arrivés dans les années 30.

Aux USA, l'AIPC et autres ultras sionistes ne manquent pas de culot en stipendiant la France, car ils font semblant d'oublier la conférence d'Evian en 1938 consacrée aux réfugiés juifs. La Grande-Bretagne accepta d'en accueillir un nombre restreint sur son sol et un peu plus dans ses colonies (hors Israël), quant aux USA ils se limitèrent à quelques centaines d'intellectuels : scientifiques de haut niveau, cinéastes, peintres et autres artistes de renom. La France fut le pays qui accepta d'en accueillir le plus et sans guère de limitations, le Mexique et l'Argentine acceptèrent aussi d'en accueillir un nombre relativement conséquent (bien moins que la France, mais autrement plus que les USA et la Grande-Bretagne).

Après la défaite de la France en juin 1940 et jusqu'au débarquement de novembre 1942 en Afrique du Nord, les USA continuèrent d’entretenir de bonnes relations diplomatiques avec le gouvernement de Vichy : Pétain et Darlan détestaient les Anglais, mais étaient très américanophiles. Pour autant l'ambassade américaine à Vichy se limita à délivrer avec une grande parcimonie des titres de séjour au compte-gouttes aux juifs. Seulement à quelques centaines d'intellectuels connus voulant émigrer aux USA, et cela bien qu'elle connaissait parfaitement la politique de Vichy à l'égard des juifs : statut des juifs, rafle du Vel'd'Hiv, etc.

Robert Marchenoir

Le film israélien "Defamation" consacré à l'antisémitisme dans le monde est un excellent reportage, innovateur, pertinent et honnête. C'est du très grand journalisme.

Malheureusement, il est utilisé à l'occasion par les antisémites pour défendre leur obsession - ce qui montre au passage que l'antisémitisme recrute en priorité chez des gens pas très intelligents, car ils comprennent le film tout de travers.

Peut-être peut-on reprocher au film de trop minimiser l'antisémitisme non musulman, qui a existé et existe encore - puisque telle est la thèse, justifiée, de l'auteur : à force de mettre l'accent, pour d'excellentes raisons, sur un antisémitisme aujourd'hui éteint qui est celui des nazis, on en vient à nier le vrai risque antisémite contemporain (et le risque tout court), qui vient de l'immigration de masse musulmane en Occident.

Savonarole

Qu'on m'amène ce Gaspary !
Je le veux nu sous sa chasuble.
Je vais le tonsurer, le circoncire, le baptiser, ça nous fera des vacances.

Tipaza

@ Rédigé par : Garry Gaspary | 29 janvier 2015 à 09:05

Une seule explication à la haine que Garry porte à la christianisation et aux chrétiens : il s’agit d’un moine défroqué, qui s’est fait virer de son monastère pour avoir mangé de la viande un vendredi saint.

Ou alors c’est une nonne, mais cette hypothèse demande une étude graphologique de ses textes.
Avec quelle police écrit-il ou écrit-elle ??

Savonarole

@zenblabla | 28 janvier 2015 à 23:40

Toutes ces anecdotes sont tirées du livre de l'avocat Jean-Marc Varaut "Le procès de Nuremberg".

Xavier NEBOUT@Mary Preud'homme

@Mary Preud'homme

Vous avez faux, car sur les 80 parlementaires, la quasi totalité n'avaient pas voté les pleins pouvoirs parce qu'ils estimaient bien au contraire que ceux-ci n'étaient pas assez étendus.

Garry Gaspary

@ zefir

Dire que l'identité arménienne se limite à une mémoire traumatisée est complètement faux : il existe en France des églises, des écoles arméniennes ce qui démontre une culture arménienne, et donc l'existence indéniable d'une identité totalement indépendante du génocide turc.

Vous reprenez là le discours des antis qui consiste à s'approprier l'identité qu'on cherche à faire disparaître pour la nier, et c'est d'ailleurs là tout le piège de ces discours racistes dans lequel certains peuvent effectivement tomber : de la même façon que l'identité juive n'existe pas par et dans le discours antisémite (autrement dit, le terme "juif" dans le discours antisémite ne correspond à rien de concret de l'identité juive réelle), mais existe indépendamment de ce discours, l'identité arménienne existe en dehors de tout discours anti-arménien.

C'est cette erreur que font les jeunes Israéliens dans le film dont vous avez fourni le lien : chercher une identité juive dans le discours antisémite, penser que ce que hait l'antisémite est ce qu'ils sont alors que l'antisémite ne sait même pas ce qu'ils sont et qu'il se fiche de le savoir.

A partir de là, il ne faut surtout pas arrêter les discours identitaires mais au contraire, vivre d'une façon pleine et entière toute identité. Vivre au quotidien sa judaïté, sa culture arménienne, son islam, etc. et ceci d'une façon conforme à toute loi française, montrer que toutes les identités n'ont absolument rien à voir avec les délires xénophobes qui cherchent à les redéfinir pour mieux les faire disparaître, qu'elles sont une richesse humaine d'un prix inestimable pour toute société.

Mais c'est aussi se battre contre des lois et des attitudes indignes qui remettent injustement en cause ces identités.

@ genau

Rendre les musulmans de France responsables de quoi que ce soit qui se passe en Arabie saoudite est aussi crétin que rendre les juifs de France responsables de quoi que ce soit qui se passe en Israël.

Et exhorter les musulmans de France à se positionner par rapport à une identité saoudienne ou des actes terroristes qui ne les concernent en rien est aussi odieux qu'exhorter les juifs de France à se positionner par rapport à une identité israélienne ou des bombardements sur Gaza qui ne les concernent pas non plus.

Il faut sortir de cette xénophobie ignoble qui consiste à définir des identités par des équivalences complètement loufoques et littéralement hors sol.

Sur le reste, je ne dis pas que les musulmans d'Europe font subir une nouvelle Shoah mais qu'on retrouve les mêmes dispositifs totalitaires qui cherchent à nier le particularisme aujourd'hui musulman : discriminations de la population, lois islamophobes, discours, manifestations publiques et littératures de haine envers les musulmans, etc.
Et la cause de ces tentatives d'élimination de ces particularismes est la même : la laïcité est encore bien trop christianisée, la laïcité veut encore trop voir du chrétien partout, la laïcité christianise la vie publique alors qu'elle est censée la déchristianiser.

Il faut donc la révolutionner. Et cela se fera lorsque les musulmans d'Europe auront pris conscience qu'ils sont aussi européens que tout chrétien, et que l'islam a apporté et a encore à apporter à l'Europe autant de choses que le judaïsme, et positivement bien plus que tout christianisme.

zenblabla

@Savonarole

Votre commentaire est à coup sûr pas trop exact au début, pas trop faux à la fin, mais très appréciable dans son ensemble.
Vous voyez bien où mène l'appréciation d'autrui...
Enchanté de vous lire ici, et pas seulement avec ce commentaire !

Savonarole

@ Tipaza, Mary, zenblabla

Cessez de vous disputer.
Avec l'âge je confonds les maréchaux et les généraux, entre de Lattre de Tassigny ou le maréchal Juin, qu'importe, la blague de notre regretté Von Keitel reste amusante "ach so, les Français aussi ?"...
Il a été pendu à Nuremberg, on raconte que lors de son exécution il se serait exclamé "joli Yom Kippour !", à moins que ce soit Alfred Jodl, je ne sais plus, pas de quoi se disputer en tous cas. L'humour macabre vaut la peine qu'on s'en souvienne.

zenblabla

@Mary Preud'homme

Désolé et merci pour la maîtrise de l'erreur masquée.

Mary Preud'homme

Faites erreur sur la personne mon pauvre zenblabla ! C'est comme votre charabia, un salmigondis de lieux communs aussi confus qu'indigestes !

zenblabla

@ Mary Preud'homme

Vous alors !
Vous êtes toujours tellement désolante... toujours le diable avec vous dans le détail qui prouverait l'irrespect incommensurable !
Ressaisissez-vous et tentez de prouver... comme s'il était possible de substituer la vérité à la réalité...
Allez-y, faites un effort... tandis que suffiraient silence et méditation !!
De quoi parlez-vous qui ne rejette ?

fugace

@ Marc Ghinsberg | 28 janvier 2015 à 10:32

J'ai écouté avec attention et intérêt les 52 minutes proposées. Il faudra que je le réécoute, car je me suis surpris à m'interroger à de nombreuses reprises.

L'Histoire se répétant sur des cycles plus ou moins longs, faudrait-il que nos intellectuels d'ici et d'ailleurs se mettent maintenant non plus à débattre, échanger, mais crier pour tenter d'allumer beaucoup plus de projecteurs sur ce que sont, depuis trois décennies désormais, ce que je qualifierais "d'ombres non virtuelles" en actions réelles ?

Mary Preud'homme

"Pétainistes tous l'ont été, ils ne savaient plus à quel saint se vouer..." (eileen)
---
Faux ! A noter que 80 parlementaires ont refusé de voter les pleins pouvoirs à Pétain, dont Gaston Thiébaut, maire de Verdun. Tout un symbole !
Quant aux adversaires déclarés dudit Pétain et de sa clique, obligés de se cacher ou de fuir à l'étranger, ils furent, outre les juifs et leurs amis, des centaines de milliers dûment recensés. Des statistiques à cet égard sont d'ailleurs consignées dans les archives des renseignements généraux de l'époque où l'on retrouve des opposants, de toutes origines, milieux sociaux, partis politiques et confessions.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS