« Des progrès mais peut mieux faire ! | Accueil | Plus Syriza que moi, tu meurs ! »

25 janvier 2015

Commentaires

scoubab00

Au contraire, Philippe est une personne solidement campée sur ses fondamentaux. Qui s'autorise de-ci de-là quelques embardées plus ou moins inspirées mais n'est-ce pas la moindre des politesses quand on s'intéresse à moult sujets complexes, filandreux, troublants ? C'est qu'il n'est pas un homme à cases, il aime bien éparpiller, brasser pour mieux embrasser ou écarter selon l'humeur du courant d'air. L'homme aux prises avec les éléments, encore.

Notre hôte a certes tendance à se répéter, normal, pour ma part je le trouve stimulant et créatif. Et de temps en temps, il nous distille un billet qui nous offre un aller simple pour la luxuriance de l'évidence. Peut-on souhaiter meilleur Philippe ?

Didier L

Cher monsieur Bilger,

Rassurez-vous, "je vous ai compris".
Et ne suis pas le seul, visiblement.
Dans ce monde à 300 à l'heure, la seule chose qui se traîne encore, c'est le débat d'idées. Une écrasante majorité de nos con-citoyens se sentiraient à jamais déshonorés si, à l'issue d'une discussion, ils étaient amenés à changer d'opinion, éclairés par les arguments de leur contradicteur.
Ils qualifient donc de girouettes ceux qui ne craignent pas de dire : "je me suis trompé", ou pire, le contexte ayant changé, "j'ai changé d'avis".
Il est tellement plus simple de se reposer sur ses certitudes.
Laissons-les dormir.

L. Volpi

Vous en agacez plus d'un comme vous l'a laissé entendre ce monsieur courtois, dites-vous, qui vous a reconnu gare Montparnasse.

En somme, vous êtes un homme libre. Libre et courageux. Donc rare !

M.Bilger, j'ai pour vous la plus haute considération en dépit de nos divergences de points de vue, de temps en temps.

Merci pour votre présence !

zenblabla

Aujourd'hui, tandis que l'on pourrait se demander en quelles parts nous sommes désignés rentiers, héritiers, anciens riches ou nouveaux pauvres, il faut saluer l'autoportrait que vous livrez, pour distinguer des parvenus et tendus pour parvenir.
Moi, j'aime bien comme vous faites en blog et si je trouve que c'est heureux je me dis que votre manière de prêter le flanc sur cet article en particulier, rameutant tous les désignés, ce n'est pas demain que l'auto-désignation m'aidera !
Après-demain j'espère que l'auto-désignation parviendra à aider généralement... comme avec Mao étant remis en réussite !

protagoras

Monsieur Bilger,

Je ne peux vous suggérer qu'un seule réponse, très "française", pour les zélateurs du positionnement univoque :

"j'occupe la position du nombril, au-dessus des parti(e)s"
(San Antonio)

Jean-Paul Ledun

J'aimerais bien avoir une girouette comme vous dans mon salon.
Débats garantis jusqu'à plus soif.

vamonos

"Cette incommunicabilité structurée et délibérée a pour conséquence que l'écoute de l'autre n'est souhaitée que s'il appartient à votre camp, à votre cause et est situé du bon côté de la frontière."

Dans l'Entretien avec Élisabeth Lévy, celle-ci est soumise à la question : Etes-vous de gauche ou de droite ?
La réponse n'était pas a priori évidente puisque, patronne d'un organe de presse, elle fait paraître des textes rédigés par des auteurs appartenant à toutes les tendances politiques.
La réponse m'a parue intéressante. Mme Lévy considère qu'elle n'est plus à gauche, tout en admettant qu'elle l'a été ; mais elle considère qu'elle ne peut pas être à droite.
Tout le problème est là. Une explication possible est de considérer qu'elle n'est pas encore totalement guérie de plusieurs années de discours moralisateurs des intervenants de gauche, par conséquent, elle ne peut pas épouser complètement l'idéologie de droite. Sur ce point, je suis assez d'accord avec Mme Lévy, alors, je reste dans le "no man's land', ni à gauche, ni à droite.

Billet

Je suis entièrement d'accord avec vous M Bilger.
Trop de Français fondent leur choix sur la simple dichotomie droite/gauche et préféreraient voir M. Sarkozy au pouvoir, même au prix d'un sacrifice de la morale publique, par peur de la gauche. C'est la raison pour laquelle je porte mes espoirs sur la personne d'Alain Juppé qui me semble être la seule personnalité politique à être capable de réaliser le consensus politique dont la France a besoin.
Cordialement.

giuseppe

@Achille

Sans polémique aucune, c'est quoi le sens de la mesure ? A chacun son curseur et cela me dérange, car je ne sais pas ce que cela signifie. Posez la question à Bernard Tapie, et écoutons sa réponse sur son sens personnel de ladite mesure.
Des juges d'arbitrage pour le moins inconséquents, et ce dernier de les trouver normaux et de les défendre d'ailleurs pour leur sens de la mesure. Il est vrai qu'ils lui ont accordé 400 000 000 €, tout de même.

Mon instrument de prédilection était le mètre, le théodolite, forcément je dois être insensible au mot "sens", mais je m'attacherai désormais à moins de rigueur et plus d'élasticité. Pourtant l'exemple ci-dessus le montre bien, il peut nous coûter parfois très, très cher.
N'anticipons pas attendons le résultat des investigations. Rassurez-vous je ne sais pas si j'ai fauté mais j'aime bien me regarder dans la glace le matin sans baisser les yeux.

Bien à vous.

herman

@Serge

Non non, Serge, pas "on s'en fiche" mais "JE m'en fiche" !
Moi aussi d'ailleurs...

Achille

@ giuseppe | 26 janvier 2015 à 12:40
"C'est quoi le raisonnable, un œuf, un bœuf, un million, un milliard ?
Décidément, les Balkany et consorts peuvent continuer à dormir sur leurs deux oreilles."

Le raisonnable est ce qui peut être toléré. Pour le savoir il suffit d'avoir le sens de la mesure.

Vous êtes donc quelqu'un qui n'a jamais fauté. Quel être admirable vous êtes.
Bon il est vrai que concernant les Balkany, on a affaire à un autre calibre. Mais pour l'instant ils sont libres comme l'air et qui plus est présumés innocents.

Pas de preuve, pas d'aveu, donc pas de coupable. La Justice est terriblement procédurière, vous savez, ce qui ne l'empêche pas parfois de condamner des innocents.

Eh non la perfection n'est pas de ce monde.

serge

En fait, on s'en fiche.

giuseppe

@Achille
"Laissons-nous le droit de fauter de temps en temps, dans les limites du raisonnable..."

C'est quoi le raisonnable, un œuf, un bœuf, un million, un milliard ?
Décidément, les Balkany et consorts peuvent continuer à dormir sur leurs deux oreilles.

eileen

Parigoth 26.1.15 10.13

Vous et moi, en référence à un précédent échange de commentaires, connaissons/respectons les principes de Julius César LOL LOL
Sign. "La meuf 'à' César" LOL LOL

Jabiru

@Tipaza

Quand la manche à air dénommée "biroute" par les vieilles tiges est à l'horizontale c'est du 25 nœuds de vent et quand il est de travers une seule manœuvre pour atterrir, manche dans le vent, pied contre. Les pilotes connaissent mais les politiques un peu moins et c'est pour cela que ça dérape de temps en temps.

Robert

@ Garry Gaspary | 26 janvier 2015 à 08:51

Merci de l'élégance de votre adresse. Je vous invite à bien me relire et je ne demande à zefir que de définir avec précision les expressions qu'elle utilise. J'attends ensuite qu'il soit démontré, dans les propos tenus par notre hôte sur son blog, qu'ils sont un "soutien systématique au discours islamophobe ".
La simple critique de l'Islam, de ses fondements, principes, présupposés ou modes d'action ne saurait être interprétée comme étant un rejet ou une haine de l'ensemble des musulmans qui veulent s'intégrer en tant que citoyens à notre société sans lui imposer leurs propres règles religieuses, donc la convertir de facto à ces dernières. Par ailleurs distinguer l'islam politique de la pratique religieuse personnelle et privée me semble un préalable à toute discussion sur le sujet, singulièrement dans un État laïque comme la France.

A vous lire dans votre défense de zefir, on peut légitimement penser que zefir et Garry Gaspary seraient la seule et même personne...

Achille

"Pour ne prendre que l'exemple d'Edwy Plenel qui est honteusement traîné dans la boue par des gens comme, notamment, Patrick Balkany si mal placé pour juger autrui (Le Point.fr), je m'en suis toujours tenu à cette appréciation favorable à l'ami et à la formidable qualité d'investigation de Mediapart mais goûtant peu l'idéologue. Même le subjectif a droit à la nuance."

Se faire insulter par Patrick Balkany doit être jouissif, une volupté de fin gourmet disait Courteline qui semble avoir rencontré beaucoup de ces personnages imbus d'eux-mêmes bien qu'ils soient d'une bêtise affligeante.

Je n'aime pas particulièrement Edwy Plenel même si je lui reconnais certaines qualités et notamment sa maîtrise de la dialectique. Je me méfie de ces "monsieur Propre" qui vont fouiner partout au nom d'une République irréprochable qui n'existera jamais, tout simplement parce que l'Homme a ses faiblesses, qu'il soit une personnalité politique ou un simple quidam. Et une société trop aseptisée serait insupportable. Laissons-nous le droit de fauter de temps en temps, dans les limites du raisonnable, bien sûr.

Par contre quand il prend de gros poissons comme les époux Balkany et leurs ami je reconnais son utilité. Il n'en demeure pas moins vrai que ces gens-là sont toujours présumés innocents et que l'on peut toujours voir les mardi et mercredi après-midi Patrick Balkany vociférer sur son banc à l'Assemblée nationale. Qui sait, sera-t-il même réélu par les braves habitants de Levallois-Perret lors des prochaines élections.

duvent

Cher Monsieur Bilger,

Ce qui vous rend aimable c'est votre bonne volonté.
Puis, comme la nuance et l'intelligence vous le commandent vous écoutez l'autre. Malheureusement, vous oubliez que l'autre ne pense, ne rêve, n'envisage, n'imagine, n'admire, n'écoute que LUI.
Et "LUI", lui-même, est si monolithique, si monochrome, si monomaniaque que vous ne pouvez certes pas atteindre l'endroit, si minuscule, si caché, si sombre, où se terre son intelligence qui comme celle du Gollum se ronge les sangs pour une précieuse vanité !

Garry Gaspary

@ Robert

Il faut apprendre à lire avant d'écrire : zefir n'accuse pas P. Bilger d'être islamophobe mais de soutenir constamment le discours islamophobe.

Pour répondre à votre question, le discours islamophobe est un discours de sans-dents, c'est-à-dire de personne totalement inadaptée à la vie en société et qui cherche à vivre en parasite à ses dépens.

Ne le confondons avec la France d'en-bas. La France d'en-bas lutte en ce moment en bloquant les routes pour tenter d'améliorer son quotidien, le sans-dent ne sait pas, ne veut pas lutter, il est d'ailleurs la première cause de la mort du syndicalisme en France, le sans-dent ne sait que se plaindre, et il se plaint constamment du fait que l'autre, ici le musulman, s'en sorte mieux que lui.

Le sans-dent est donc un être inférieur qui se sait inférieur et dont la morgue ne sert qu'à tenter de dissimuler son infériorité. Il est donc naturel pour une société de ne pas tolérer un individu dont la première caractéristique est d'être incapable de faire société.

Et pourtant, nos sociétés soutiennent les sans-dents. Parce que nos sociétés sont encore largement christianisées, et préfèrent faire preuve de charité concernant le parasite intolérant plutôt que de rendre justice au musulman.

Ainsi, P. Bilger est incapable de voir la France bleu-Marine comme une masse de parasites contre laquelle la société devrait légitimement se défendre. Il la définit comme une pauvre communauté de gens un peu déboussolés et sur laquelle nous devrions tous nous apitoyer.

En même temps, il est simple de constater que la justice pour P. Bilger se définit par l'amour qu'il porte à N. Sarkozy et qui lui a fait invoquer une présomption de culpabilité contre notre ancien président, par l'amour qu'il porte à R. Ménard qui lui fait légitimer tous ses délires de maire, par l'amour qu'il porte à C. Taubira dont il est incapable de voir la politique autrement que sur la base de l'amour qu'elle porterait elle-même aux délinquants et ceci aux dépens des victimes, par l'amour que porte H. Guaino au juge Gentil et qui aurait dû être seul pris en compte dans un jugement d'outrage à magistrat, etc., etc.

Bref, s'il y a bien une constance chez P. Bilger, c'est sa totale fermeture à la notion même de justice, fermeture qu'on ne peut évidemment pas imputer à une quelconque inculture. Mais qui est cependant typique chez le christianisé...

eileen

Bizarre mais si français de ne voir que le verre à moitié vide... une girouette pour la météo est un outil utile, il serait devenu électronique cf Wikitruc

Donc être une girouette pourrait être aussi un avantage, ce serait être capable de sentir, d'analyser, de développer l'air du temps.

GROS PIEGE DONC, LE MOT A UN DOUBLE SENS totalement opposé l'un à l'autre

1- Monsieur Bilger n'est pas une girouette au sens ordinaire et populaire, le plus connu, mais il sent, analyse et donne son point de vue d'avocat général sur l'air du temps !

2- Monsieur Bilger est comme tout un chacun soumis aux modifications "du vent" du monde qui nous entoure et dans lequel nous vivons, il est contraint - moins que d'autres - de peut-être s'y soumettre, contraint à la marge de bouger les lignes de certaines certitudes. Certaines lois récentes peuvent déplaire mais il faut en tenir compte, comme doit le faire tout républicain.

Conclusion, Monsieur Bilger n'est donc pas une girouette, il est tout simplement un homme républicain et raisonnable de son temps, de notre temps qui évolue comme nous le faisons tous : ceux qui refusent d'évoluer sont déjà morts, socialement en tout cas !

Alex paulista

"Un certain Caius Julius César - un gars qui est né un peu avant Alain Delon - adoptait également cette façon de parler de lui."
Rédigé par : Parigoth | 25 janvier 2015 à 10:13

Spécial dédicace :
http://www.dailymotion.com/video/xfrpk7_alain-delon-en-totale-auto-derision_fun

@ Robert | 25 janvier 2015 à 22:38, zefir

Notez que zefir ne qualifie pas les propos de notre hôte, mais de ceux qu'il soutient (Ménard, Zemmour...). Elle n'a pas entièrement tort.
Même si elle devrait remarquer que notre hôte a également défendu la liberté d'expression de gens classés dans d'autres catégories (Dieudonné, Plenel...). Et que notre hôte lui laisse publier sur son blog des propos offensants.
C'est regarder le monde avec une obsession. C'est comme quand une femme demande tous les jours si on trouve qu'elle a grossi. On peut lui dire cent fois qu'elle est belle comme elle est, si on a le malheur de dire une fois par lassitude et inconscience que oui, on l'aime comme elle est, mais qu'on a bien perçu un petit changement vu qu'elle a pris 15kg, c'est bon on le paye pendant dix ans...

Sinon, vive la métamorphose ambulante !
https://www.youtube.com/watch?v=hHo_iWhvDdg

Personnellement je ne qualifierais pas notre hôte de girouette, mais je lui trouve une tendance à s’exalter pour des personnalités. Il a porté Nicolas Sarkozy aux nues en 2007, puis l'a exagérément maltraité alors que le ver était visible dans le fruit de 2007, a fait des éloges dithyrambiques à Lula, Obama, alors que la réalité est plus complexe.

Sur le curé Plenel : oui, son journal est utile car il investigue, mais la mise en perspective de l'information est tellement malhonnête que l'on ressent un dégoût profond dès que l'on connaît un peu le sujet abordé par l'article.
Je n'aime pas être manipulé, c'est pourquoi j'ai résilié mon abonnement.

giuseppe

D'un côté vous "goûtez peu" l'idéologue Edwy Plenel, de l'autre vous louez sa "formidable qualité d'investigation".
L'un ne peut aller sans l'autre, alors pourquoi le peu.

A chacun sa lecture, et la part que l'on retiendra de son travail.
Ce journaliste a fait en très peu d'années pour la démocratie, plus que tous les journaux depuis bien longtemps. Je retiens chez lui le courage de soulever les couvercles de fosses septiques qui n'auraient jamais été vidangées : la plus emblématique, l'affaire Cahuzac bien sûr, d'autres en cours.

C'est le cœur de la démocratie, il combat avec ardeur ce que tous les autres mettaient sous l'éteignoir, pauvre journalisme du type Aphatie et apparentés.

La corruption et son cortège de vilenies qui gangrènent toutes les sociétés. Signe évident de toutes les dictatures.
Alors si parfois il paraît péremptoire dans ses analyses politiques, ne pensant qu' à tracer sa route contre vents et marées, je suppose qu'il le fait avec d'autant plus de force que ses collègues sont timorés.

Avec justesse vous avez relevé que les attaques d'un Balkany sont pour le moins saugrenues, incongrues, il suffit de lire dans la presse les avatars de ce dernier.
Je pense qu'il faut soutenir les Fabrice Arfi, Laurent Mauduit et les autres de leur calibre. Idéologues, certes, au stylo en bandoulière jamais dans le tiroir.

Ellen

Bonjour Monsieur,

La vérité pure et simple est rarement pure et jamais simple, surtout dans le monde mutant et désorganisé dans lequel nous vivons et où à chaque instant il nous faut repenser, recomposer, réajuster et éclairer pour construire le meilleur et non le pire. Qui ne change pas d'avis acquiert peu et perd toute imagination, certains critiqueurs se reconnaîtront à juste titre. Puis-je ajouter que lorsqu'on sait d'où vient le vent, on sait mieux où l'on va. La girouette ? non, vous ne l'êtes pas et puis, peu importe. L'essentiel est d'avoir un bon capitaine à bord pour nous amener à bon port.

Ne nous laissez pas tomber ! On a besoin de votre éclairage.

Sincèrement

Robert

"Je vous trouve plutôt prévisible et constant concernant votre soutien systématique aux discours islamophobes ".
Rédigé par : zefir | 25 janvier 2015 à 20:49

Il serait utile que notre "douce heureuse" zefir nous définisse précisément ce qu'est un discours islamophobe. Et qu'elle définisse avec la plus grande précision ce que serait l'islamophobie.

Il y a là un caractère tellement général propre à ce type d'expression qu'il ne convient nullement à la précision sémantique de notre hôte, pas plus qu'à sa finesse d'analyse et d'expression !

Il y a dans l'attitude de zefir une constante victimaire qui fait vraiment mal au cœur !

Tipaza

@ Mary Preud'homme

Rien à voir avec Wiki, que je n'ai pas eu besoin de consulter pour jouer avec les mots.

Mais enfin si vous voulez penser que c'est Wiki... ça ne me dérange pas !

Mary Preud'homme (il est vraiment phénoménal !)

"Rédigé par : Tipaza | 25 janvier 2015 à 19:29"
------------
A encadrer l'explication de texte sur les girouettes, made in Wikipédia.

zefir

Je vous trouve plutôt prévisible et constant concernant votre soutien systématique aux discours islamophobes.

Michelle D-LEROY

Je pense que tout individu qui n'est pas un mouton de Panurge, mais qui réfléchit un tant soit peu, ne se reconnaît pas dans la politique d'aujourd'hui. De là à le qualifier de girouette...

Si je prends mon cas, je suis très désabusée. La gauche n'a plus rien de gauche tant elle ne se préoccupe pas des "sans dents", des gens modestes ou moyens, une gauche exécrable, prétentieuse et méprisante qui de temps en temps parle d'"apartheid" ou des licenciements de Florange juste pour avoir l'air de flatter quelques électeurs partis vers d'autres horizons.
La droite avec laquelle je me sentais plus en harmonie de pensée, est devenue si couarde devant les socialistes, si timorée pour désigner les vrais problèmes, si suiveuse des socialistes pour essayer de récupérer des voix ou tout simplement exister, qu'elle en est pathétique.
Le centre, rien de folichon, ce sont des ni ni, sans idée maîtresse, sans clairvoyance.
Si bien que j'adhère au plus grand parti de France, celui des abstentionnistes, même si je n'ai encore pas osé m'abstenir, tant le droit de vote est une belle opportunité démocratique et que finalement je préfère toujours voter pour la droite pour faire barrage à ces dogmatiques et sectaires de gauche. Malgré tous ses défauts que je lui reconnais, je préfère un Sarkozy fonceur, parlant vrai, à un Hollande indécis, inconditionnellement aux idées bobo-gaucho, démolisseur de notre société.
Girouette, je ne le suis pas tant que cela et je pense que M. Bilger non plus mais en entendant les uns et les autres, il fluctue selon l'actualité et les discours, et à mon opposé toujours plus ouvert aux discours (pourtant sans saveur) du Président actuel ou du Premier ministre qui lui, pour le coup est une vraie girouette. Ce dernier, entre le 8 janvier et le 19 a dit tout et son contraire. A chacun de choisir.

Sangero

Cher Monsieur Bilger,

C'est clair. Votre indépendance d'esprit et votre honnêteté intellectuelle si appréciées ici font qu'on est en train de vous "zemmouriser". Ne vous inquiétez pas, ce n'est pas mortel. Ne vous inquiétez pas non plus car on va prendre votre défense et on va y aller de bon coeur, soyez-en sûr. Sur ce blog, comme sur pleins d'autres, qui sont aussi libres que le vôtre et que la gauchiasse n'arrivera jamais à faire taire. On commence à être rompu à la "dialectique" comme ils disaient.
Le bas peuple que nous sommes n'a jamais aimé en règle générale les procureurs, mais cette fois-ci on va prendre la défense d'un avocat général. Faut l'faire. Elle est pas belle la vie en France ?

Tipaza

« Suis-je une girouette ? »

Je me garderai bien de répondre à cette difficile question à laquelle beaucoup ont déjà répondu sans prendre la peine de se demander ce qu’est une girouette.

On leur pardonnera.
Ils n’ont pas l’esprit critique, et donc ne savent pas se documenter ce qui les empêche de changer d’avis le cas échéant.

Deux instruments se partagent le mérite d’indiquer la direction du vent :
La girouette et la manche à air bien connue de ceux qui prennent l’air de temps en temps sur de petits coucous.

Depuis toujours la girouette a été l’objet de soins attentifs de la part des forgerons.
Il faut dire que placée au plus haut des beaux clochers des églises de notre France chrétienne, elle est celle que le voyageur sur les routes et les sentiers voyait en premier, signal de spiritualité du lieu et de convivialité d’une auberge accueillante.

À ce titre elle a été déclinée sous diverses formes selon les moyens du mécène qui la finançait. La queue haute et orgueilleuse s’il avait les moyens ou la queue basse si les moyens n’étaient pas à la hauteur, ce qui pour une girouette est le comble.

Il n’y a que les ignorants qui pensaient que la girouette avait seulement pour fonction d’indiquer la direction du vent, les initiés eux savaient qu’elle avait également la mission d’annoncer l’arrivée du Vent Paraclet lors de l’office.

Noble fonction que seuls les plus subtils pouvaient comprendre et dont la connaissance s’est perdue, mais pas pour tous, puisque certains essaient de la perpétuer en annonçant le dirigeant politique le plus apte.
Selon les jours il peut venir de gauche ou de droite, et ce n’est pas la faute de la girouette !!

Quant à la manche à air, instrument vaniteux associé à la technique, et donc un peu au Diable, gonflée d’air, elle s’imagine indispensable alors que trouée de part en part, elle ne sert que de transit à un courant d’air.

Il y a quelque chose de la manche à air chez beaucoup de nos politiques de gauche, gonflés de leur suffisance, le moindre coup de vent leur donne l’illusion de leur utilité, mais le vent retombé, ils redeviennent ce qu’ils sont, des chiffons, même pas des drapeaux de prière tibétains, capables de porter un message réconfortant.

Si par hasard, vous étiez une girouette, puis-je émettre le vœu qu’elle reste coincée dans la bonne direction, celle de la droite non seulement honorable, mais forte et triomphante.

On a le droit d’émettre des vœux jusqu’à la fin janvier, j’en profite donc, sachant que les vœux ne lient ni l’émetteur ni le récepteur.

Franck Boizard

@ Mary Preud'homme

Pas mal.

"Aimer les femmes intelligentes est un plaisir de pédéraste." Charles Baudelaire

Cette citation me perturbe beaucoup : j'estime Baudelaire, j'aime les femmes intelligentes et je ne suis pas pédéraste.

Je reconnais toutefois qu'il s'agit là d'un problème très théorique, puisque, en pratique, les femmes intelligentes sont très rares, à la limite de l'inexistence (les hommes aussi, peut-être, mais le sujet me passionne moins) et que, lorsque la rencontre miraculeuse d'une femme intelligente m'arrive, c'est elle qui ne s'intéresse pas à moi.

J'ai le même problème que Sacha Guitry :

"Il y a deux sortes de femmes : celles qui sont jeunes et jolies, et celles qui me trouvent bien."

Savonarole

Puisqu'on est dimanche : "Le ministre centrafricain de la Jeunesse et des Sports a été enlevé !" (AFP ce jour)

Imaginez qu'il nous arrive pareil malheur, pouvez-vous me donner le nom du Ministre français de la "Jeunesse et des Sports" ?

Vous avez quatre heures (sans Wikipédia svp...)

Savonarole

Philippe Bilger n'est pas une girouette, c'est un ventilateur. Il brasse l'air fétide ambiant et éloigne les mouches, les moustiques, les frelons et comme c'est un ventilo orientable il souffle de gauche à droite, puis de droite à gauche. Parfois il reste bloqué sur la droite, mais avec un contrat SAV le ventilateur est garanti jusqu'en 2017.

fugace

Bonjour,

Non pas vous !

Car la girouette aime nous montrer le chemin, et même quelquefois gémir. Qui la regarde aime jeter un œil pour savoir de quel côté vient son ami le vent. Ici, je la vois m’indiquer le chemin de la poésie… avec votre permission :

La girouette au bout du pignon tourne au vent ;
Et selon que le vent la caresse ou la fouette,
Plus ou moins vite, on voit tourner la girouette,
Sa pointe en tous les sens et sans cesse en avant.

Du nord au sud, de l'est à l'ouest, elle vire
En décrivant un rond qui s'efface dans l'air ;
Parfois, elle s'arrête, et de son doigt de fer
Désigne longuement un objet qui l'attire.

La girouette oscille et fait un demi-tour,
Elle hésite, on dirait qu'elle a peur de l'espace ;
Elle se meut de droite à gauche au vent qui passe :
Attentive, elle écoute et regarde alentour.

Voici que tout à coup un souffle la bouscule ;
Elle tourne, et s'arrête encore brusquement,
Comme prise soudain d'un grand étonnement...
Puis, recommence son manège minuscule.

Je ne me moque point de ses tours et ses sauts,
Ainsi qu'elle, mon cœur est une girouette ;
Le jour furtif l'émeut, l'agite et l'inquiète,
L'orientant toujours vers des rêves nouveaux.

Il lui montre à plein ciel les bonheurs qu'il envie,
Mais il ne lui permet jamais de les goûter ;
Lui dont le seul désir serait de s'arrêter,
Il tourne, hélas ! il tournera toute la vie !
(Albert Lozeau (1878-1924) - Poète canadien)

Plus que la girouette, c’est sans aucun doute sur le vent qu’il faut concentrer son attention, d’autant qu’il semblerait que notre capitaine après une période de vents favorables risque fort de se retrouver à nouveau par vents contraires.
Et remonter au vent est un art bien plus difficile que de se laisser porter par les courants.Sans jeu de mots, c’est à la voilure que l’on va très vite comprendre si le capitaine à décidé ou non de remonter au vent en haute mer. Pour l’instant, je n’aperçois pas les voiles du mât de misaine à l'avant.

breizmabro

"Confronté à son bilan, critiqué pour son mélange des genres et réduit à l’atonie par une gauche gouvernementale qui empiète sur son terrain, le patron de l'UMP traverse une période pour le moins délicate. L'effet Sarkozy ne fonctionne plus, y compris dans ses propres rangs" (ELLEN SALVI Médiapart 25/1/015)

"Le terrorisme a cette troublante efficacité de susciter dans l’espace public un ensemble de récits médiatiques et de performances patriotiques qui ont pour objet de réécrire le roman national" (CHRISTIAN SALMON Médiapart 25/1/015)

Sincèrement s'il n'y avait pas les gouroutisés de Plenel faudrait les inventer :-D

caroff

Vous n'êtes pas une girouette, mais un esprit libre qui réfléchit avec intelligence et sensibilité...

Tout le contraire d'un Plenel qui a, me semble-t-il, vos faveurs...

Mary Preud'homme (girouettes sous la couette !)

@ Franck Boizard... cette remarque à propos du sens de l'orientation, dont paraît-il les femmes seraient généralement dépourvues, alors qu'il serait inné chez les hommes.
-----
Alors...
Pourquoi faut-il des millions de spermatozoïdes pour fertiliser un seul ovule ?
Parce que les spermatozoïdes sont masculins et refusent de demander leur chemin.

Maud

Cher Monsieur,

Continuez ! Il est vrai que par un instinct classique de grégarité la plupart des gens lisent plus pour se conforter que pour s'informer. Les esprits libres sont toujours déroutants pour la première catégorie. Quant au classement "de gauche" "de droite" s'il convient sans doute encore de s'y référer, ce classement hérité du siècle dernier est bien déroutant en cette période de basculement des valeurs et d'une démocratie bien bousculée à pleins d'égards. Alors qu'il soit permis de juger en fonction des actes, de ce qu'on considère comme l'intérêt général, d'éviter tout embrigadement dans des idéologies rigides en souvent désastreuses. L'époque mérite un questionnement et le souhait d'une nouvelle Renaissance. Vous vous déclarez "de droite", je me sens "de gauche" mais qu'est-ce que cela veut dire aujourd'hui ? La 'gauche" comme la "droite" semblent bien dépassées par les événements. Qu'est-ce que la droite (plurielle à l'évidence) la gauche (plurielle, également) ? J'ai plaisir à vous lire et c'est bien suffisant pour satisfaire et stimuler mon esprit critique. Cordialement.

Luce Caggini

Bien envoyé, Philippe !
"Je vous écris d'Oran".

Roland

Selon Wikipédia, le magistrat, tel l'avocat général du Ministère public, a pour tâche de défendre l'intérêt de tout citoyen ou toutes personnes morales intentées en justice en restant dans le seul et unique cadre de la loi. Il réclame l'application de la loi et veille à l'intérêt général de la société. De ce fait, il n'est censé que faire appliquer la loi. Il est en quelque sorte l'avocat des deux parties.

Il ne doit, non plus, je vous cite, «jamais faire passer le sommaire avant le complexe ». Ni juge et partie.

Entre l'intérêt particulier et l'intérêt général, la versatilité récurrente (par démocratie) du résultat des élections, la macro ou la microéconomie, pour cet homme (ou femme) publique la mission s'avère des plus complexes.

Communiquer ses expériences, son ressenti, ses convictions, à la lecture des messages laissés par les internautes, et « se reconnaître dans ce qu'il dit et écrit, dans ses doutes et ses affirmations » ce n'est pas sans risque mais très courageux, et dans l'intérêt général.

Merci à vous Monsieur Bilger.

Daniel Ciccia

Cher Monsieur Bilger,

En dépit du fait que nous ne nous connaissions pas et que nous n'appartenions pas au même cénacle, j'ai pour vous une réelle amitié, au sens littéral comme au sens prosaïque.
Je suis venu par hasard (lequel existe ou n'existe pas selon les uns ou les autres ce qui ouvre un nouveau débat) sur votre blog et je m'y suis pris d'y verser partie de ma pensée, pas toujours avec pertinence.
Un chose est sûre, je m'y suis discipliné en partie aux écrits de vous-même, ainsi qu'aux écrits des uns et des autres (j'avoue un faible pour Catherine Jacob qui parvient à s'abstraire et s'envoler avec une aisance volatile)...

Où en étais-je...

La magistrature, c'est les tables de la Loi.
La Loi, c'est l'ossature de l'humanité.
Il faudrait une somme théologique du côté de Saint-Thomas d'Aquin ou même de Moïse, mais aussi avant lui ou après... Embrasser tout cela et le faire coïncider avec une chronologie exacte de l'humanité, ses voeux incidents, c'est oeuvre qui n'a pas de nom car hors de tout entendement...

Pourtant, en chaque être humain, il y a probablement cet effort qui avorte ici et renaît là...
J'ai beaucoup d'indulgence dans mon ordinaire, car je crois à l'indulgence (il paraît que c'est l'apanage des dignitaires de la distribuer formellement, ou pas)...

Je me suis construit mon espèce de langage. Il n'est pas païen à proprement parler, mais il le serait puisque, ne sortant pas de la cuisse de Jupiter mais de l'école qui se voulait encore élémentaire Montmorency à Narbonne, j'ai puisé ici ou là, dans Hugo comme dans tel autre... Je m'égare, pour dire que ce fut et c'est un réel plaisir, de pouvoir être d'accord ou pas avec vous, car c'est toujours grandissant de discuter, de se confronter avec des gens qui participent à élever le degré d'une conversation, de sortir de ce que j'appelle la tautologie (je considère assez étonnant la récidive aggravée du Premier ministre de la France sur l'apartheid)...

Je suis allé du côté de Malraux l'autre jour, via le site, je me rappelle ce qui a pu être dit il y a quelques années de lui et de son oeil, avant qu'évidemment nous en fûmes à considérer et photoshoper seulement sa cigarette, organe éminemment protubérant... J'ai lu l'hommage de Régis Debray, qui s'avère être aussi un compagnon de route de l'acabit de cet homme qui fut une sorte de lion, non pas Hemingway, vous avez raison, on ne peut pas citer tout ceux qui viennent, son venus, viendront, accorder les polyphonies du cortex supérieur...

Tout ce préliminaire pour signifier que je partage la plupart des origines qui mènent à vos observations, sauf celle relative à Mediapart qui selon moi est entaché, par son attachement idéologique qui fait de l'information non pas une fin mais un moyen... S'agissant de M. Sarkozy, le plus étonnant dans l'humanité, et ce à quoi j'attache une infinie importance, ce sont les moyens de la transformation, pas sociale mais de l'être.
Je l'ai éprouvée car je ne suis qu'un cancre qui parle.
Celui qui fait le plus grand chemin entre ce qu'il était et ce qu'il devient mérite toujours le plus grand respect.
A cette heure, j'ignore si M. Sarkozy peut faire ce bond.
Le drame, c'est qu'il en a le potentiel et l'a laissé deviner en 2007.
Il y a donc en lui, si les petits cochons qui moi-même m'ont menacé, ne le mangent pas, un inachevé à achever.
Je suis d'accord pour considérer que tout complote autour de soi pour empêcher de telles réalisations.
Mais de Gaulle fut, dans ce qui fut avant son éclosion, hors de son contexte.
Acceptons tous la possibilité non d'un île, mais d'être soi-même surpris.

Bien à vous, cher magistrat.

breizmabro

@ Franck Boizard 25 janvier 2015 à 13:23

Je suis à 99,5% d'accord avec vous SAUF pour "l'assemblée de dames d'oeuvre(s)" à laquelle vous auriez pu ajouter "de bénitiers" (même si les kalachnikoviens (*) ne savent pas ce qu'est un bénitier ;-))

(*)Mikhaïl Kalachnikov, créateur de l'AK-47, qui vécu jusqu'à ses 94 ans printemps, sans problème majeur, à l'instar des inventeurs de la bombe A comme "Atomique" attribués aux travaux effectués au Collège de France par MM.Joliot-Curie, Halban et Kowarski qui en déposèrent le brevet en 1939 (brevet d’invention sous le n° 971-324)

Elle est pas belle la vie... des autres ? ;-)

giuseppe

La question est intéressante, et embarrassante si l'on doit répondre par un oui affirmatif. La girouette véhicule une image de mécanique péjorative : elle tourne sur elle-même sur un axe vertical et subit la pression des vents dominants.

La lecture de vos billets me fait penser plutôt au spectre de la lumière, certes perceptible par l'œil humain entre 380 et 780 nanomètres, mais certainement plus complexe et nuancé.

Parfois il est vrai, il faut aller chercher à travers vos lignes les ultraviolets ou autres infrarouges, mais on peut estimer que la palette de la réflexion est suffisamment ouverte pour que chacun aille quérir ce qui semble propice à sa pensée, donc à sa lumière pour peu qu'il veuille gratter au fond de lui.

Une girouette est souvent représentée par un coq sans cervelle, dit-on, ce serait grave de vous assimiler à cet ouvrage de couverture sans âme et soumis au gré des alizés.
Tomberiez-vous dans la déprime, ou solliciteriez-vous une "estime de soi" mal reconnue ?

Il ne faut pas vous inquiéter, je ne suis pas médecin, il en va des opinions comme des girouettes, la preuve, notre Président au plus bas, quelques reconnaissances normales plus loin - il a fait le job sans plus - et le voilà au plus haut.

Ne nous y trompons pas la réalité va vite rattraper la superficialité, et l'opinion sous la pression de vents contraires de tourner sur elle-même, et revenir à son point de départ.

Le souci c'est que les médias influent sur le sens du vent, et donc d'orienter la girouette, mais malheureusement elle tourne toujours sur elle-même comme une toupie et en fin de course de s'arrêter.

Il y a de la marge pour l'œil humain alors les couleurs disponibles sont infinies, donc il y a de quoi encore éclairer dans vos billets. Billet n'est pas girouette.

Franck Boizard

A propos de girouette, il y en a une de Talleyrand que j'aime bien : "Les femmes, c'est comme les girouettes : elles se fixent quand elles rouillent".

En notre époque de pisse-vinaigre, dès qu'on ose une blague misogyne - raciste - homophobe -islamophobe - antisémite - gérontophobe - handicapophobe etc. (rayez la mention inutile), c'est tout de suite les yeux qui roulent et les airs pincés.

L'humour est limité à "l'humour" Canal Plus qui est au rire ce que le Canada Dry est à la Romanée-Conti. Que "il est interdit d'interdire" aboutisse à l'interdiction de rire, quelle ironie cruelle !

On croirait que notre monde est devenu une gigantesque assemblée de dames d'oeuvre, avec plein de petits maîtres censeurs, les Plenel, Roger-Petit, Vallaud et compagnie.

Franchement, qu'est-ce qu'on se fait ch... !

breizmabro

@ eileen 25 janvier 2015 à 09:59
""J'ai le droit de tout dire", le sous-titre subliminal que j'avais cru lire était "J'ai aussi le droit de changer d'avis""

et lycée de Versailles aurait ajouté le papa de San Antonio :-D

Comte Touiteur

Amusant de lire les commentaires qui, malgré votre billet, vous enferment dans un rôle de girouette. Je vous suis : vous êtes un incompris.

A lire les commentateurs, vous êtes une girouette ! Et puis c'est tout !
En somme, "on" vous pardonnerait de retourner votre veste mais pas d'avoir une veste ouvertement "bi-", "tri-" ou "multicolore".
Voir sortir une "idée de droite" et une "idée de gauche" d'une même plume, sans pression extérieure, ça c'est impossible !
Je vous comprends...
Et j'apprécie toujours de vous lire, que je sois d'accord avec vous ou pas. Comme vous je n'aime pas les grilles de lecture(s).

Robert

Il me semble Monsieur Bilger que beaucoup de vos lecteurs savent décrypter votre pensée et, comme vous, je n'ai aucunement l'esprit partisan. Je me suis fait avec le temps un corpus d'idées et de principes qui semblent me permettre d'analyser le monde tel qu'il est, sans idéologie faisant office d’œillères comme on le perçoit chez certains de vos commentateurs.

Ceci étant, votre billet peut éclairer sur l'origine de vos avis (estimes, admirations, réserves ou hostilités) et personne ne saurait vous interdire de les penser ou de les exprimer.

Permettez-moi cependant de ne pas vous suivre intégralement dans votre avis sur Edwy Plenel qui reste un idéologue. Sur ce point, l’approche de Natacha Polony me semble plus exacte, par exemple dans son article paru dans le dernier Marianne : "Accusé Zemmour, levez-vous...". Plenel me semble avoir des analyses tout aussi contestables que celles de Laurent Joffrin sur notre situation actuelle, même si parfois certaines de ses critiques sont fondées sur des faits réels.

Xavier NEBOUT

Une structure et une tendance suffisent pour susciter la sympathie et dire utilement : « aimez-moi », mais elles ne suffisent pas pour fonder une pensée charitable, c'est-à-dire dotée de la puissance argumentative qui purifie l’âme et élève l’esprit de son prochain.

La pensée égoïste peut être pathétique, mais agaçante lorsqu’on y voit une force dispersée au gré des sympathies et des antipathies, un potentiel gaspillé à vouloir être libre de toute contrainte spirituelle.

Un peuple reniant une relation avec les principes fondateurs de l'humanité et constitutifs d'une religion fédératrice de sa nation, ne mérite pas mieux que des Sarkozy ou des Hollande ; mais à quoi bon fuir l’un si l’autre doit nous mener à la catastrophe ? Pour ensuite, juché sur un tas de décombres, contempler son talent à s’apitoyer sur ceux qui vous ont écouté ?
Personne ne veut voir dans ce qui se produit aujourd'hui l'aboutissement de la séparation de l'Eglise et de l'Etat, l'évidence.

A garder la spiritualité pour plus tard, on court le risque de mourir en se demandant « qu’ai-je fait de mon talent ?»

Catherine JACOB

"Si la personnalité de notre président ne me hérisse pas comme celle de son prédécesseur et si je ne méconnais pas certaines de ses réussites, il est certain qu'à moins d'un revirement miraculeux qui donnerait à ce pouvoir toutes les vertus, notamment sur le plan économique et judiciaire, le retour d'une droite honorable - sans Nicolas Sarkozy qui, à la fois, l'a fait perdre et dévoyée pour la morale publique - aura mon suffrage."

Ne parlons pas de cette très utile girouette par laquelle le sens du vent nous devient apparent, mais parlons en revanche de ce type de piège qu'ont utilisé les chasseurs pour attirer certains oiseaux, dont les alouettes, en mettant à profit la sensibilité inhabituelle à la lumière de certaines espèces le jour, et qui semblent lors de leurs pseudo-migrations saisonnières nocturnes qui s'intensifient lorsque la lune est dans une phase dite gibbeuse, attirées par les halos lumineux, ceux de nos jours des conurbations également.

Autrement dit, du miroir aux alouettes constitués par les points d'indice des sondages circonstanciels.

Le naturaliste Buffon s'était demandé si les alouettes ne confondaient pas les éclats de lumière avec la surface d'un point d'eau.

Quoi qu'il en soit, méditons, c'est toujours utile, ce petit madrigal :
« Dès que l'alouette étonnée
Voit le soleil étincelant,
Dont la chaleur inoculée
Tournoie horizontalement,
L'alouette, qui, dans les nues,
Chaque malin à son réveil,
Jusqu'aux sphères inconnues
S'élève au-devant du soleil,
Vers cette ardente image arrive;
Toutes d'un vol jaloux, rival,
Quittent le mont, quittent la rive,
Traversent le fleuve et le val,
Cherchent l'éclair devant la foudre,
Et, témoins du malheureux sort
De celles qui tombent en poudre,
Se précipitent sur la mort.
Le plomb meurtrier siffle, gronde
Sur les oiseaux audacieux
Qui se disputent à la ronde
Le miroir qui joue avec eux.
Elles se jettent, éperdues,
Sur ces diamants séducteurs;
Souvent leurs ailes étendues
Ne leur servent plus de moteurs.
Pendant que, du fond de la plume,
Vingt, trente foncent pour le voir,
Celle-ci se balance à peine,
Celle-là se pose au miroir,
Quitte et reprend la même place ;
On trouve encore au même lieu
Celle à qui le sort fit grâce
Alors que le chasseur fit feu. »

J. Marques

Etes-vous de gauche ou de droite ?
Mais quelle question stupide !

Les gens ont souvent une tendance affligeante à mettre des étiquettes.
Etre soi c'est déjà difficile.
Assumer tous ses choix également.

Je suis acteur de votre blog justement parce que vous ne vous figez pas dans une attitude, une posture, et que votre liberté d'esprit se ressent jusque dans la manière de gérer votre blog, et bien sûr dans vos écrits.

C'est justement cette liberté, qui vous laisse nous exprimer comme bon il nous semble, qui est appréciable.

J'ai pu le remarquer, comme tant d'autres, quand on s'affiche d'un camp et qu'on s'avise un jour de dire que l'autre côté fait ou dit quelque chose de bien, alors on est un traître à tout jamais.
Les chiens sont alors lâchés surtout si vous avez des responsabilités politiques, mais pas seulement.

Et si justement les traîtres à la raison et au bon sens c'était eux ?
Je le pense sincèrement.
Monsieur Bilger restez celui que vous êtes mais de cela je ne doute pas.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • CNews,"Face à l’info"
    Ludi 28 octobre de 19 h à 20 h, dialogue sur la Justice avec Eric Zemmour.
  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS