« Le bonheur du contrôle | Accueil | Grave à partir de quand ? »

19 février 2015

Commentaires

Giuseppe

Finalement pour un profane ce procès, déjà oublié, n'aura fait qu'oxygéner l'eau mais pas plus. Quelques vaguelettes, des tours, des contours et trois petits tours et puis s'en vont.

Je ne sais pas si les responsables de la Justice, en France, se posent la question du regard que peut poser le citoyen lambda sur elle. Hormis celles criminelles toutes les autres, politiques "toujours inquiétés, jamais condamnés", mots de Stéphane Guillon, ne font que renforcer ce sentiment d'impunité et de gabegie immense.

Giuseppe

Allons-y tant que l'on y est, dernier envoi avant fermeture : la médecine et DSK, ce n'est pas très glorieux mais bon, le dernier dessin de Vadot vaut son pesant... de patchs, je l'ai écrit pas très glorieux.

Giuseppe

Cher Dominique,

On peut être triste, une nouvelle fois ils ne voudront pas de toi, pourtant on ne peut pas dire que tu ne fais pas d'effort. Vraiment il y a quelque chose qui cloche en toi ou qui cloche en eux, de toutes façons ce n'est pas grave, puisqu'il n' y a pas de condamnation ou si peu.

Il est vrai que tu as frisé la catastrophe, mais quelqu'un veille sur toi, les joueurs patentés diront que tu as la baraka, les jaloux que tu as des relations "auplushautniveaudelétat", les autres ma foi s'en fichent éperdument, mais il faut le reconnaître tu ne fais jamais les choses à moitié, tu "frottes" de temps à autre comme dirait un coureur automobile, mais ça passe sans casser... pour l'instant.

Je suis quand même sceptique, tu as quand même parfois un comportement bizarre, mais beaucoup s'en accommodent, bon, on en restera là, pour l'instant, faisons comme tout le monde, tu auras fait couler beaucoup d'encre pour le pire et le meilleur, mais tu es toujours présent, finalement il me reste à te dire... A la revoyure ! Peut-être.

jack

Espérons que ce procès va replacer DSK dans l'ombre. Ce type est incommodant. Patron du FMI, il a contribué à la risée de la France. Vous le qualifiez d'intelligent et tacticien. Il est tout simplement esclave de ses instincts et il a fait un tort considérable à son pays. Ces déplacements au palais de justice de Lille en puissante et luxueuse berline aux vitres opaques m'écœurent. On en viendrait à remercier les FEMEN !
Qu'il profite de son fric en silence en ne faisant plus parler de lui. On veut vite l'oublier.

Véronique Raffeneau

"Je ne méconnais pas à quel point, dans le climat judiciaire de ces dernières années, des procédures sensibles ont pu être menées en suscitant parfois dans la tête des citoyens le soupçon, l'accusation que les juges mettaient en examen des "puissants" sans se soucier assez de l'administration de la preuve, en les préjugeant coupables."

Vous êtes très en-dessous du sentiment général qui domine.

La question que se pose tout citoyen à propos de ce procès est bien plus pragmatique et écœurante : celle de la mise en œuvre et en scène de moyens insensés au regard de ceux réservés au fonctionnement ordinaire de la justice du quotidien, celle où il n'est pas question des "puissants" (comprendre personnages médiatiques), celle, banale, trop banale qui indiffère les médias et les commentateurs.

"Elle (Frédérique Beaulieu, un des avocats de DSK) raconte "la débauche de moyens d'investigation" déployés dans ce dossier, les comptes bancaires de Dominique Strauss-Kahn et de ses proches "examinés à la loupe", les dix-huit pages d'interrogatoire consacrées à sa téléphonie et à ses échanges de SMS qui seront, dit-elle, "utilisés, interprétés de manière déloyale". Dès le départ, affirme Me Baulieu, "le droit a été tordu dans cette affaire, détourné de sa finalité, tout comme l'ont été les faits, dans une construction folle." (blog de Pascale Robert-Diard).

En temps normal, vous semblez défendre la morale publique. Cette débauche des moyens judiciaires avec pour seul objet le divertissement fou, judiciaire et médiatique - se faire un puissant - est immorale.

"Je suis stupéfié que malgré ses réquisitions écrites, le parquet, avec la curiosité qui doit s'attacher à l'invention et à la possible imprévisibilité de l'audience, n'ait pas posé une seule question à DSK."

Pourquoi reprochez-vous au Parquet de s’en être tenu à l’application du droit ?

Est-ce si désespérant et si ennuyeux ?

Merci à Mary d'avoir rappelé qu'ailleurs, dans le réel, se tenait un autre procès d'assises.

Robert

Merci à Mary Preud'homme | 20 février 2015 à 17:20 d'avoir rappelé le procès des assassins de deux gendarmes féminins : là c'était leur métier et elles en sont mortes en service...

Franck Boizard

"Si vous vous sentez visé par 'vieux gros porc libidineux' c'est que vous n'avez pas la conscience tranquille, je n'en suis pas responsable !"

Laissez donc ma conscience tranquille, elle ne regarde que moi.

Robert Marchenoir

eileen | 20 février 2015 à 18:36

Je vous avais pourtant conseillé de réfléchir avant d'écrire. Je crois qu'on a fait une erreur en donnant le droit de vote aux femmes.

Parmi vos incontinences verbales, je relève ceci :

Quant à dire que la prostitution serait un métier, ridicule absolu, il faut de toute urgence avertir Pôle emploi qui n'a pas encore répertorié ce métier ! Pathétique !

Figurez-vous que l'équivalent allemand du Pôle emploi a non seulement répertorié ce métier, mais a sanctionné une chômeuse qui n'a pas donné suite à une offre d'emploi dans ce "secteur".

Vous prétendez également que seules certaines prostituées se définissent comme "travailleuses du sexe". Vous ne savez pas de quoi vous parlez. D'innombrables associations de gauche, militant-e-s, chochiologues et autres parasites féministes professionnels utilisent cette expression, et y tiennent beaucoup, comme à tous les colifichets de leur idéologie.

Franchement, je ne comprends pas votre comportement. Vous me rappelez une cousine d'une dizaine d'années qui tentait absolument de se rendre intéressante dans les repas de famille, en minaudant et en interrompant les conversations des grandes personnes pour raconter des sottises.

C'est peut-être attendrissant cinq minutes quand on est à la place des parents, mais dans tous les autres cas c'est... comment dites-vous ? pathétique, voilà.

eileen

@breizmabro 19.19

J'ignorais que le "hareng" était égal à "maquereau", seul mot dont je connaissais la définition argotique LOL

@Franck Boizard 18.34

Si vous vous sentez visé par 'vieux gros porc libidineux' c'est que vous n'avez pas la conscience tranquille, je n'en suis pas responsable !
Ravie de vous avoir donné un sujet de conversation avec votre épouse LOL une nouvelle fois je ne suis pas responsable de votre choix !

breizmabro

@ eileen | 20 février 2015 à 17:26

J'ai employé sciemment le mot "hareng" qui est l'égal de maquereau ou souteneur en argot, parce que --lui-- se conserve dans la saumure des bateaux de pêche ;-))

eileen

@Robert Marchenoir
"Les néo-puritaines gauchistes qui vilipendent les clients des prostituées sont les mêmes qui manifestent pour le droit des "travailleuses du sexe" (comme elles disent) à exercer leur métier"

Comment peut-on oser rédiger de telles bêtises, ce sont les prostituées qui se définissent ainsi "travailleuses du sexe" et non pas les néo puritaines gauchistes, catégorie non identifiée donc sans existence LOL, quant à dire que la prostitution serait un métier, ridicule absolu, il faut de toute urgence avertir Pôle emploi qui n'a pas encore répertorié ce métier ! Pathétique !

Franck Boizard

@eileen | 20 février 2015 à 16:27

Vous tombez exactement dans ce que disait Eric Zemmour récemment : "On ne me dit pas que j'ai tort. On me dit que je suis méchant."

Pourquoi me traitez-vous de "vieux porc libidineux" (car je me sens visé, avec d'autres) ? Vous ai-je traitée de "mal baisée" sous prétexte que vous n'étiez pas d'accord avec moi ?

Sortez de la posture moralisatrice, exposez-nous vos arguments et nous en discuterons.

Ou, si vous tenez absolument à rester dans la posture moralisatrice, expliquez-nous plus complètement votre morale. Par exemple, les prostituées sont-elles victimes de leurs clients ? Et, dans ce cas, doit-on les considérer comme des mineures ?

Nota : je vous remercie tout de même. Je sens que "Suis-je un vieux porc libidineux ?" va me fournir un sujet très rigolo de conversation avec mon épouse ce soir.

Robert Marchenoir

Comparons : aujourd'hui, le féminisme fait partie de l'idéologie dominante, la prostitution est un droit de l'homme (pour les prostituées) mais une immonde manifestation de sexisme fasciste et patriarcal (pour les clients), et le mariage est en voie de disparition.

Hier, le féminisme n'existait pas (ou alors sous forme de curiosité), la prostitution était réprouvée mais tolérée, personne ne se glorifiait d'y participer (ni les prostituées, ni leurs clients), et le mariage était l'état normal de la famille.

Conclusion : la prostitution protège le mariage et la famille, et le féminisme les détruit.

eileen

@breizmabro 13.28

LOL LOL Dans le cas présent ce sont les maquereaux qui seraient conservés dans la saumure de Dodo LOL LOL

Achille

Ce qui est remarquable dans les commentaires de ce billet, c'est que de fil en aiguille, on part de la vie dissolue de DSK à celle très respectable de madame du Châtelet.

Si on avait établi un lien avec entre DSK et le marquis de Sade j'aurais encore compris, mais là difficile de voir le moindre rapport avec cette maîtresse de Voltaire.

Mais tout cela n'est pas bien grave. Après tout, sur ce blog, chacun y va de son petit délire et c'est très bien comme ça.

Mary Preud'homme

Un procès d'une autre importance se termine aujourd'hui. Celui d'Abdallah Boumezaar, assassin de deux femmes gendarmes avec la complicité de sa compagne Inès Fahrat. Peines requises : perpétuité avec une peine de sûreté de 30 ans pour le premier et 15 ans pour la seconde (dont 2/3 incompressible).
Courage aux familles, notamment au mari d'Audrey et à leurs deux enfants qui n'ont plus de maman. Et toute mon affection aux parents d'Alicia, une fille adorable et dynamique que j'avais eu l'occasion de rencontrer et qui était très proche de certains membres de ma famille.

Franck Boizard

@ Robert Marchenoir | 20 février 2015 à 15:02

Vous connaissez le problème : le féminisme militant a paru à certains un moyen efficace pour traduire la famille traditionnelle et donc la société traditionnelle qu'ils haïssaient. Casser le monde de papa, un fantasme d'adolescents attardés.

Bien sûr, ils ne savent rien reconstruire à la place puisque les utopies qu'ils proposaient se sont avérées criminelles.

Des idiots utiles, par conformisme, par goût de la mode, leur ont servi d'appui sans comprendre ce qu'ils faisaient.

Maintenant, nous comptons un record de femmes seules avec enfants, que nous savons plus exposées à la précarité. De plus, nous avons désormais en banlieue des femmes qui subissent une vraie société patriarcale (ce que la nôtre n'a jamais été, contrairement à ce que prétendaient ses détracteurs).

Il n'y a pas à dire, depuis les débuts du féminisme, la condition concrète des femmes a fait un bond. Mais dans quel sens ?

eileen

Navrée pour vous et votre blog Monsieur Bilger : les vieux gros porcs libidineux n'étaient pas seulement à Lille, votre billet les a attirés, ils se sont lâchés LOL !

Robert Marchenoir

Les néo-puritaines gauchistes qui vilipendent les clients de prostituées sont les mêmes qui manifestent pour le droit des "travailleuses du sexe" (comme elles disent) à exercer leur métier.

Ce sont aussi les mêmes qui trouvent parfaitement normal de divorcer après quelques années de mariage, sans oublier de passer par la case pension alimentaire et prestation compensatoire. Au moins, les femmes entretenues du temps jadis n'exigeaient leur petit cadeau que tant que durait leur union. "L'égalité" moderne veut que l'homme paye à vie en échange de... rien.

On ne m'en voudra pas de trouver beaucoup plus morales les prostituées, et leurs clients.

La question de savoir comment les hommes peuvent être convaincus de fonder une famille alors que les lois sont aussi déséquilibrées à leur encontre reste posée. Le féminisme est une arme de destruction massive contre la civilisation occidentale. Après elles, le déluge.

Giuseppe

Depuis le 17 février se profile à l'horizon la remise en cause de l'arbitrage de B. Tapie.
Je crois, une première en France. Là est un vrai test, 405 000 000 € attribués à ce dernier par des juges dont le chef d'inculpation pour certains ferait rougir le plus beau blanc immaculé des marbres de Carrare.

Voyons une nouvelle fois ce qui va se passer, un compromis qui permettra aux citoyens de récupérer une partie de leur dû ? Dans tous les cas le plus désespérant est toujours le même sujet trivial - les galipettes -, oui mais cette fois-ci on fait dans le lourd, les galipettes financières.

Je souhaite que l'expertise de Thomas Clay se vérifie, elle a pris un peu plus de temps que le délai qu'il avait annoncé, mais on y est.
Une partie de mes concitoyens doivent se sentir floués, comme moi-même le ressens, je ne suis pas juge, mais espérons que la bouteille ne fera pas une nouvelle fois pschitt... Alors là ce serait désastreux pour l'image des magistrats instructeurs pour les citoyens que nous sommes et profanes. Et donc à nouveau l'inutilité d'un tel raouf pour des cacahuètes.

Franck Boizard

Puisque j'ai conseillé les oeuvres d'Alphonse Boudard (auquel on peut ajouter Albert Simonin), je me suis appliqué mon propre conseil et j'ai survolé hier soir quelques livres. Je résume :

1) La qualité essentielle pour une prostituée est d'être fortement motivée pour ne pas se salir les mains à l'usine.

2) Les deux qualités essentielles pour un maquereau sont d'être fortement motivé pour ne pas se salir les mains à l'usine et de pouvoir avoir une érection sur commande, son devoir étant d'honorer ses gagneuses régulièrement.

3) Tant à Simonin qu'à Boudard, la genèse du maque et de la prostituée semble aussi insoluble que celle de la poule et de l'oeuf. Boudard fait remarquer qu'une prostituée "libre" ne le reste jamais longtemps, qu'elle se trouve toujours un homme à gâter. Ce que Pierre Dac, dans sa parodie de Phèdre, synthétise ainsi : "Je f'rai le tapin pour toi dans les rues de Trézène. Tu s'ras mon p'tit homme et j'te donn'rai des sous". Proposition qu'Hippolyte-Dac refuse avec hauteur, ce qui lui vaut d'être traité "d'érotique sablonneux".

4) Il n'y a pas de mépris plus fort que celui de la pute pour le micheton. Le monde des "hommes" et celui des "caves" est séparé par un fossé plus grand que l'océan Pacifique. Le micheton appartient définitivement au monde des "caves".

5) Tout cela est sordide et n'acquiert un romantisme que dans les romans.

Bien sûr, l'expérience de Simonin et Boudard date des années 20 à50, mais la psychologie a-t-elle tellement changé ?

Je ne sais pas si cela vous éclaire l'affaire DSK, mais il me semble que les rôles du maque et du micheton sont très difficiles à confondre, en pratique, en droit, comme en psychologie.

Franck Boizard

@ Catherine [email protected] Boizard | 19 février 2015 à 19:17

Vous n'avez visiblement pas compris ma phrase, j'écris que nous ne sommes pas dans le salon de Mme du Châtelet.

Rappelons tout de même que Voltaire a surpris Mme du Châtelet en train de se faire trousser par son amant, que cela l'a beaucoup vexé et peiné, et qu'elle est morte en couches des oeuvres dudit amant.

Surtout, je ne vois pas où vous voulez en venir avec cet exposé.

@ eileen
"Oser prétendre de façon subliminale que le proxo devrait être condamné et pas le consommateur c'est une honte absolue"

Gardez donc vos envolées lyriques pour vous, c'est ridicule. Il n'y a rien de subliminal : c'est la loi. La prostitution existe depuis la nuit des temps, elle existera bien après nous, c'est donc qu'elle doit satisfaire certains besoins, et pas seulement des clients.

breizmabro

@ eileen | 20 février 2015 à 11:25
"Proxénétisme et prostitution les deux faces de la même pièce, celle du commerce d'êtres humains"

Tout à fait vrai, mais c'est le même "blème" que "pas de fabricants/vendeurs d'armes, pas de Boko Haram" alors que toute la France médiatico-politique s'est réjouie de la vente des avions (et plus si affinités) de Dassault, garantis par l'Etat (nous) :-(

Cerise sur la gâââteau, Dodo, dit "la saumure" (sans doute parce qu'on conserve mieux les harengs (;) dans le sel) était invité chez les bobos de "Canal Plus c.. tu meurs" (j'ai zappé c'était trop d'un coup !:-D)

Elle est pas belle la vie médiatique des "coupures pubs" (avec dents blanches en prime. Ting*)

(PS : merci Sarkozy de nous avoir délivrés du mal ;-)... sur France 2.

Giuseppe

Par contre la question qui me taraude toujours est quand est-ce qu'il trouvait le temps de travailler ? Finalement plus vous êtes haut dans la hiérarchie, plus c'est facile de ne rien faire.
J'en veux pour preuve les 149 années! de mandat de notre ancien ministre Christian Poncelet qui à 86 ans se retire de la vie politique. Comment supportait-il le poids d'un travail herculéen ?

Sans doute sont-ils des êtres exceptionnels venus d'une autre planète ? Mais je crois surtout que pour tout ce qui touche au matériel ils retombent vite sur terre. DSK tel le Phénix renaîtra de ses cendres n'en doutons pas et des personnages non désintéressés de l'y aider.
Allez ! A la prochaine ! Sans rire.

protagoras

Je propose de rester français de France.

Ce qui est permis à un gentilhomme ou une gente dame de la cour de France (cour licencieuse, et avec l'assentiment des deux sexes, depuis au moins François 1er) ne l'est pas à DSK, en raison de son manque d'"Aristos" ?

Serait-ce à dire que DSK n'est pas Philippe d'Orléans ? Mais cela nous le savons tous.

Serait-ce aussi à dire que DSK ne serait qu'un "pipolibertin" (comme certains "penseurs" français ne sont que des "piposophes"), un VRP aux allures de VIP, fantasmant le libertinage comme une bonniche de sous-préfecture les fastes du grand siècle ?
La philosophie des Lumières vue par le notable partouzard de petite province ?

"J'ai vécu en Philosophe, je mourrai en Chrétien" (Casanova )
En quoi DSK et ses magistrats, vivent-ils et mourront-ils ?

Robert

J'avoue n'avoir éprouvé strictement aucun intérêt pour ce procès qui ne tenait au fond qu'à la personnalité du principal accusé : DSK.

J'ignore sur quoi les juges d'instruction se sont fondés pour le poursuivre avec ses acolytes et je veux croire que c'est sur autre chose que de la moraline, de la morale à deux sous.

Je rejoins donc Giuseppe | 19 février 2015 à 23:48 pour considérer que l'on se trouve dans la justice-spectacle qui n'est somme toute que le reflet de la faiblesse, de la bassesse de notre société actuelle, laquelle se vautre dans l'affaissement continuel. Il suffit de penser aux cinquante nuances...

Pendant ce temps-là, sur l'autre rive de la Méditerranée, une autre forme de justiciers se donnent eux aussi en spectacle. Mais celui-ci est particulièrement sanglant et nous menace dans notre petit confort douillet :

http://blog.causeur.fr/bonnetdane/la-societe-islamiste-du-spectacle-00649.html

Où, entre ces deux événements, se situe l'important, pour ne pas dire l'essentiel ?

Luce Caggini

Et toujours l'"exquisite" style de Philippe Bilger.

protagoras

@Catherine JACOB

Tout à fait exact ; je crois d'ailleurs utile de rappeler que le titre de ce grand oeuvre de Newton est :
"Philosophiae Naturalis Principia Mathematica", histoire de rappeler qu'en ces temps-là, on ne distinguait pas la "Philosophie de la Nature" des autres "arts libéraux".
Mme du Châtelet ne s'est d'ailleurs pas bornée à la traduction de l'oeuvre de Newton, mais l'a également remarquablement commentée, en reprenant certains théorèmes en termes de calcul infinitésimal, ce que Newton, d'ailleurs, s'était refusé à faire dans ses éditions originales, tenant à présenter sa physique sous une forme purement géométrique.

Néanmoins, gardons-nous de présenter les authentiques femmes réellement savantes comme des "frigides" ; elles peuvent être tout aussi "désirantes", voire plus, que le plus pervers des DSK...

Le principal organe sexuel, c'est le cerveau.

eileen

Certains commentaires sont consternants, oser prétendre de façon subliminale que le proxo devrait être condamné et pas le consommateur c'est une honte absolue ! Tous font commerce d'êtres humains. Les uns proposaient du "matériel", les autres l'utilisaient, dans le cas de DSK lui passait commande, il "activait" ce commerce pour ses séances festives et "ludiques" !
On prétend toujours que la justice - l'institution - tiendrait compte de la personnalité des prévenus : DSK issu d'une famille convenable bien que son patronyme Strauss-Kahn soit une construction pour le moins tordue, DSK que certains - parmi les plus ignorants - aiment décrire comme talentueux, a été ministre de la République, directeur général du FMI, prétendant à la magistrature suprême etc. autant de faits aggravants et c'est bien évidemment pour cela que des centaines de reporters/ journalistes ont couvert ce procès honteux.

Il n'en demeure pas moins vrai que les faits sont têtus et les faits accablants pour DSK. Proxénétisme et prostitution les deux faces de la même pièce, celle du commerce d'êtres humains.

S'il s'en tirait une fois encore sans aucune sanction même symbolique, DSK en prison ça n'a pas de sens, des soins seraient plus adaptés LOL, la justice ne s'en sortirait pas grandie. A cause de la personnalité de DSK la justice ne peut pas, ne doit pas, le juger comme un personnage ordinaire : tout le long il a profité de son statut d'homme politique auquel rien n'était/ne pouvait/ne devait être refusé etc. !

anne-marie marson

Finalement ce procès, comme l'a dit Maître Dupond-Moretti ce matin sur France Inter, devrait être celui de la sexualité des juges, et non pas celui de DSK.
On reconnaît là la morale socialo approximative, qui fait des accusateurs des coupables.
On l'a vu après le 11 janvier, où les Français qui se sont levés contre le terrorisme islamique, croyant être Charlie, se sont retrouvés charlots et instrumentalisés au nom du vivre ensemble, et punis collectivement.
Enfin sur cette affaire DSK, je laisserai la parole à N.Canteloup, sur TF1, faisant parler DSK : "Je suis naïf, ce n'est pas moi qui le dis, ce sont les juges...".

Jean-Paul Ledun

Moi je vous le dis Jean-Dominique Reffait | 20 février 2015 à 01:15
sans compter que Alex paulista | 19 février 2015 à 07:25 !
que Garry Gaspary | 19 février 2015 à 08:11. Et qui avait raison dans tout cela : Giuseppe | 19 février 2015 à 10:03.
Ne l'oublions pas...

Tendance

Je cite :
DSK sera donc relaxé
Donc DSK sera normalement relaxé
DSK sera évidemment relaxé
Puisqu'il sera relaxé et qu'il a beaucoup de talent...

A force de tant de redondances, on va finir par s'endormir !
Dodo, la relaxe.

Jean-Dominique Reffait

Vous savez fort bien, Philippe, que ce procès n'aurait pas eu l'écho qu'il a eu sans DSK, et que, pour faire un procès retentissant sur cette affaire, il était indispensable que DSK y fut, moins, peut-être, pour se payer un puissant que pour s'assurer d'une caisse de résonance suffisante à l'appui de ses thèses.

Le président a donc eu raison de fixer le cadre du procès d'entrée puisqu'il était clair que tout le monde avait dans l'idée d'en sortir : les médias n'avaient pas d'autres idées que de gratter du salace à l'audience et certains avocats de parties civiles étaient tout disposés à leur en servir à satiété.

Vous évoquez les zones grises qui n'auraient pas été fouillées suffisamment par le tribunal, mais déjà que les zones réputées noires se sont révélées dépourvues de preuves, quel besoin, à part documentaire, d'aller chercher ailleurs et quoi donc ? DSK n'a fait qu'une bouchée des preuves alléguées, presqu'un jeu d'enfant. Que fallait-il chercher d'autre ? Où chercher ?

En vérité, pour qui a quelques notions de la personnalité et de l'entourage de DSK quand il est en goguette, cette affaire est simplissime : des courtisans qui veulent, pour le simple avantage d'être dans l'intimité du grand homme, lui servir d'ordonnateur de ses plaisirs. Et comme, oui, oui, ça se bouscule au portillon pour faire partie de l'escorte ludique de DSK, il y a surenchère, on paye pour rester au niveau. DSK n'a aucun besoin de savoir car il a le choix aussi moche qu'il soit devenu.

Giuseppe

Tout ça pour ça, dans notre beau pays il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. Que veut donc dire ce type de procès, on peut philosopher, supputer, expliquer, expliciter, mais n'y a-t-il donc pas autre chose à penser ?

Tout cela ne vaut pas un pet de lapin, vite arrêtons ce massacre annoncé par cette bêtise ambiante, laissons notre "meilleuréconomistedumonde" à ses équations différentielles qui l'occupaient à New-York, et guides de se recentrer sur le minimum sérieux pour notre pays.

Basta de ces inepties qui enchantent plus les gogos et les people, et de voir un peu plus loin que les draps de soie qui n'intéressent que ceux qui veulent bien s'y vautrer. Passé le moment risible tout cela semble bien pathétique et de se ficher de ces ébats. Cela passera comme tout le reste, à la trappe de l'oubli. Qui se souvient aujourd'hui de la rencontre J-P Jouyet et F. Fillon laquelle n'intéresse déjà plus personne et dont on se moque aujourd'hui éperdument.

D'ailleurs j'aurais dû titrer pour plagier notre hôte, "Réflexions sur un désastre annoncé."

ht

Le mot "élégance" vient juste d'être écrit dans cette affaire, où il n'y avait jusqu'à présent que bestialité, enculage, sodomie, enfin tout ce qui caractérise DSK, ce gros dégueulasse cher à Reiser. Elégance... Sûr qu'il baisait le bout des doigts de ses épouses avant d'aller enfourailler des inconnues tarifées. Mais il faut aussi pointer l'aveuglement (?) de ces épouses qui, à aucun moment, n'auraient senti le cochon...

Catherine JACOB@Franck Boizard

@Franck Boizard | 19 février 2015 à 14:42
"Quant aux femmes traitées de matériel, ce n'est pas très glorieux, mais nous ne sommes pas dans le salon de Mme du Châtelet."

De quelle Madame du Châtelet parlez-vous ?

Parce que Gabrielle Émilie Le Tonnelier de Breteuil, marquise du Châtelet, communément appelée Émilie du Châtelet, née à Paris en 1706 et morte à Lunéville en 1749, autrement dit l'amie de Voltaire, est à ma connaissance une mathématicienne, femme de lettres et physicienne française.
Et personne ne se faisait trousser, qui plus est rudement - je crois que c'est ce que DSK a dit de sa propre sexualité, qu'elle est rude -, dans son salon.

"Elle est toujours célèbre pour être l'auteur de la traduction en français des Principia Mathematica de Newton qui fait encore autorité de nos jours.

Elle doit à son père une éducation qui n'était à l'époque que rarement dispensée aux filles.
Lui-même lui enseigne le latin et, douée pour les études, elle apprend également le grec et l’allemand. Douée aussi pour la musique, elle apprend à jouer du clavecin. Aimant la danse et le théâtre, qu’elle pratique en amateur, elle aime aussi chanter l’opéra. Elle doit à son père une éducation qui n'est alors que rarement dispensée aux filles. Lui-même lui enseigne le latin et, douée pour les études, elle apprend également le grec et l’allemand. Douée aussi pour la musique, elle apprend à jouer du clavecin. Aimant la danse et le théâtre, qu’elle pratique en amateur, elle aime aussi chanter l’opéra."

Autrement dit dans son salon, les filles et les femmes étaient tout sauf du matériel vu que leur était reconnue la qualité de beaux esprits quand elles en étaient pourvues. Et pour votre gouverne, l'esprit ne vient pas obligatoirement aux filles de la façon dont nous le conte Jean de la Fontaine.

Ainsi, a-t-on pu lire sous la plume de Voltaire :

« Jamais une femme ne fut si savante qu’elle, et jamais personne ne mérita moins qu’on dît d’elle : c’est une femme savante. […] Elle ne parlait jamais de science qu’à ceux avec qui elle croyait pouvoir s’instruire, et jamais n’en parla pour se faire remarquer. »

eileen

@Alex paulista 15.19

Catherine A. 16.31 fournit la réponse que j'aurais faite !

Robert Marchenoir

Toute cette affaire est incompréhensible. Etre proxénète, c'est gagner de l'argent en dirigeant des prostituées. Dominique Strauss-Kahn n'était pas patron de prostituées, il était client de prostituées (payées par d'autres). C'est exactement le contraire.

Soit la loi devient tellement compliquée qu'elle est incompréhensible au commun des mortels (ce qui veut dire que tout le monde est un délinquant en puissance), soit les notions fondamentales de droit ont tellement dérivé qu'elles finissent par recouvrir le contraire de ce qu'elles sont en principe, soit les magistrats (télécommandés ou non par le gouvernement) sont devenus tellement mauvais que leur latitude d'interprétation leur permet d'exercer l'arbitraire le plus total.

Et c'est probablement un mélange de tout cela.

Franck Boizard

"Pour répondre à la question "un client de prostitué(e)s est-il un proxénète ?" je répondrai sans hésitation qu'il est "au moins un complice" : sans clients pas de proxos ; cela va de soi." (Catherine A.)

Bien sûr, et un drogué est un complice des dealers.

Il y a des fois, quand on voit ce qu'on voit et quand on lit ce qu'on lit...

Vous devriez lire les excellents ouvrages d'Alphonse Boudard. Evidemment, ce n'est pas politiquement correct, mais c'est un peu plus humain et un peu plus fin. Ah, l'humanité de chair et d'os, cette garce ! Avec ses pulsions, ses désirs, ses différences irréductibles entre hommes et femmes, quel malheur.

http://www.dailymotion.com/video/xieqiw_putes-et-feministes-castratrices-debat-on-n-est-pas-couche_news

protagoras

@breizmabro

Je suis de votre avis, mais d'une part si preuve de viol il y avait eu, l'action se serait conclue au pénal (mais le proc américain savait parfaitement qu'il y avait plus que "doute raisonnable", surtout avec une plaignante ayant déjà menti à l'administration américaine, l'acquittement au pénal était plus que probable), d'autre part le "prix du péché" (je reviens sur cette notion qui infiltre l'imaginaire américain et qui nous est étrangère sous cette forme) se chiffre en argent, en espèces sonnantes et trébuchantes.

Je dirais que le Dieu des protestants diffère beaucoup de celui des catholiques (celui-ci dispensant d'autant plus de grâce que le péché est abondant, s'il faut en croire Paul, celui-là par contre récompensant et punissant de manière nettement plus matérialiste).

La culture "justice-police" américaine est assez incompréhensible pour nous ; le rapport américain au propre et au sale également.

NB : je n'ai aucune sympathie particulière pour DSK, et considère que le viol, négation de la libre disposition pour chacun(e) de son propre corps, est pour cette raison hautement condamnable (à condition qu'il soit prouvé, et croyez-moi, c'est loin d'être toujours facile..)

@genau
"Il suffit de relire La Philosophie dans le boudoir, au moins les choses y sont dites avec élégance, comme chez vous, cher M.Bilger, mais avec plus de force cynique."

Entièrement de votre avis.
J'opposerai même, en miroir déformant, en négatif/positif photographique, la construction obsessionnelle des juges dans cette affaire à l'architectonique mathématique des pyramides de corps libertins ajustés dans "Juliette" : la raison de l'ingénieur au service de la destruction de l'ordre moral.
(D'ailleurs, je proposerais volontiers l'étude de "Thérèse philosophe" en parallèle aux cours d'éducation sexuelle délivrés à nos collégiens, et je suis très sérieux)

Catherine A. quel talent ?

...celui aussi sans doute de faire croire qu'il est un brillant économiste ce qu'il n'a démontré ni à la tête du ministère de l'Economie ni à celle du FMI. Strauss-Kahn a surtout l'arrogance que le pouvoir et l'argent donnent à certains ; pas aux meilleurs.
Pour répondre à la question "un client de prostitué(e)s est-il un proxénète" je répondrai sans hésitation qu'il est "au moins un complice" : sans clients pas de proxos ; cela va de soi.

breizmabro

@protagoras | 19 février 2015 à 14:11
"une fellation à six millions de dollars"

disons à "X" millions de dollars (moins de six sans doute) pour la paix du brave (DSK), de l'épouse bafouée et de ses enfants meurtris. Pourquoi pas, SAUF si celle-ci n'était pas consentie ce qui constituerait un viol. Et si, en plus il y a paiement, quelle que soit la somme, un délit de proxénétisme. Mais Madame Sainte Claire possédait des oeuvres de maîtres monayables pour satisfaire les récréations de son mec potentiellement présidentiable.

Alex paulista

"Mais il est évident à toute personne de bonne volonté qu'il a été complice de proxénétisme... Comment peut-il, comment ose-t-il imaginer qu'une femme ait envie d'avoir un rapport sexuel "gratuit" avec lui"...
Rédigé par : eileen | 19 février 2015 à 14:00

C'est vrai, c'est évident.
C'est pas comme si des top models, chanteuses ou actrices riches et célèbres probablement bien plus jolies que ces prostituées étaient en couple avec des hommes politiques candidats à la présidence de la République.
Ça se saurait, hein... Toutes des putes, forcément, évidemment...

En plus, si on suit votre raisonnement, tout client de prostituée serait "complice de proxénétisme" et irait en taule.
Ce serait une jurisprudence nouvelle, inaugurée pour DSK ?

Franck Boizard

Un client de prostituées n'est pas un proxénète. Un micheton n'est pas un maque.

Cette distinction élémentaire semble échapper à beaucoup.

Quant aux femmes traitées de matériel, ce n'est pas très glorieux, mais nous ne sommes pas dans le salon de Mme du Châtelet.

Il me semble bien que, sous couvert de condamnation du proxénétisme, on fait le procès de la prostitution. C'est dans l'air du temps, mais nous vivons un temps moralisateur et hypocrite que je n'aime pas beaucoup.

Alex paulista

Après DSK, je vous sers un petit Jean-Luc Lahaye ?

Ah, petite...

protagoras

"DSK n’a pas été poursuivi aux Etats-Unis pour le viol de Nafissatou Diallo..."
"...le procès de Lille était le procès du peuple moralisateur"

Visions très "marxiste chrétienne", dans laquelle les "vieux riches" fournissent l'argent et les "jeunes pauvres", avatars des damnés de la terre, la chair.

Pour ma part, et comme Ovide, même pauvre j'ai b..sé, et sans amours tarifés.

Peut-être, finalement, dans le cas de Diallo, n'y avait-il rien de probant à poursuivre ; le "prix du péché" si cher aux Américains se résume comme d'habitude à une transaction financière civile (extension macroscopique : "too big too jail" dès qu'il s'agit de banquiers puritains et mégalomanes).
Après tout, quitte à être cynique, une fellation à six millions de dollars, permettant un confortable bénéfice après règlement des frais d'avocat, permet à la "pov' p'tite' damnée colonisée de la terre" de devenir une femme plutôt riche et établie...

Procès du peuple moralisateur ?
De quel peuple s'agit-il ? un peuple fantasmé par des puissants qui le voudrait "moral", un peuple de mickeys "amis de la police", un peuple de "tintins" justiciers non fumeurs de surcroît ; je n'ai rien vu de tout cela de la part des "gens du peuple" que je peux côtoyer.

Non, ce procès est celui de zélateurs de l'ordre moral.

Pour information : les pratiques du Carlton de Lille sont tout à fait mondiales ; une grande chaîne d'hôtels internationaux fournit à la demande, dans un certain pays lusophone d'Amérique latine, des amours vénales au choix de chacun et chacune selon ses goûts (à l'exception de la fourniture d'enfants), des femmes n'hésitant pas à en demander le bénéfice (je parle de clientes...)

Non, ce procès est plutôt requis par... disons la face "morale" du consensus de Washington (je sais que je lance un gros pavé, mais que ceux qui ne font pas le lien entre ordre moral hygiéniste et "liberté de business" réfléchissent bien).

eileen

Tout a été écrit, inutile d'en rajouter... ce gros vieux porc, big pig, Grosses Schwein qui voulait que ses récréations soient la fête et ludiques... il prétend qu'il aurait été glacé si le "matériel" avait pleuré...

Bien sûr il n'a pas lui-même payé le matériel, un politique ne paie jamais rien, bien sûr que ce n'était pas le procès des pratiques sexuelles de DSK... mais il est évident à toute personne de bonne volonté qu'il a été complice de proxénétisme... Comment peut-il, comment ose-t-il imaginer qu'une femme ait envie d'avoir un rapport sexuel "gratuit" avec lui, "tu t'es vu quand t'es nu"... pour parodier une pub contre l'alcoolisme... il doit être immonde !
Cet infâme personne illustre "que vous soyez puissant ou misérable le jugement de cour vous rendra blanc ou noir"
S'il était relaxé, tout simplement comme si rien ne s'était jamais passé, ce serait une honte pour la justice française... DSK est complice de proxénétisme !

breizmabro

DSK n’a pas été poursuivi aux Etats-Unis pour le viol de Nafissatou Diallo, une opportune négociation ayant veillé à cette éventualité.

Son épouse l’a soutenu y compris financièrement alors que, vraisemblablement, elle connaissait les turpitudes de son DScas de mari. Donc durant plus de quinze ans son épouse a pardonné à ce fêtard sexuel toutes ses frasques. Ce soutien infaillible n’a pu que conforter ce personnage dans le bon droit qu’il s’était fixé. Mais comme tout le monde le sait l’argent ne fait pas le bonheur, et à force de vendre des tableaux de maîtres pour éponger les frasques de son "cher" époux, cette première dame putative ;) voyant l’objet de son désir (l’Elysée) hors de portée, a fini par jeter l’éponge et a demandé le divorce. Ouf !

Comme son épouse tous les hommes et femmes politiques qui le côtoyaient connaissaient ses penchants pour les « troussages de domestique » que notre belle langue française nomme libertinage, allant même jusqu’à soutenir effrontément « s’il y a complot, nous verrons bien… »

Bien sûr le procès de Lille était le procès du peuple moralisateur mais il nous a fait découvrir, grand format, que M. Strauss-Kahn était bien le personnage que les avocats de Nafissatou Diallo nous avaient décrit, au grand dam de ses amis qui bénéficiaient des largesses du couple et qui espéraient un « retour sur investissement » pour leurs… émotions affichées sur tous les plateaux de télé, criant au complot pour donner un coup d’arrêt à un si brillant homme :-D

Patatras, à Lille nous avons compris que cet homme était surtout sordide pendant ses « récréations festives » entre deux sauvetages du monde (avec le chéquier des impôts --des peuples-- et pas celui de sa femme ;-)) et le chéquier des boutiquiers qui comptaient, eux aussi, sur un retour « sur investissement… en « matériel ».

Finalement tout cela est glauque et pitoyable, et je plains ses enfants qui ont lu et entendu les turpitudes de leur père et constaté que ce dernier n’a manifesté à aucun moment un quelconque regret sur son comportement, puisqu’il était libertin et pas mac :-D

M. DSK sera relaxé des faits qui lui étaient reprochés. Mais pour avoir ridiculisé les Français (dont moi) la sentence sera : « casse-toi tu pues et marche à l’ombre » ;-))

Ellen

Bonjour Monsieur,

DSK relaxé et mis à son aise, sauf pour les femmes traitées de matériels. Où est la morale et le respect d'autrui ? A mon avis, le pire n'a pas dû être dit.

Trois avocats et de taille rien que pour un seul homme se disant être libertin est un minimum pour un riche et puissant. Comme dit la pub, parce que je le vaux bien.

Quant aux autres protagonistes infréquentables, les amendes et les peines requises sont très légères au vu du mal qu'ils ont fait.

Je ne comprends plus rien. Comment enseigner aux jeunes ce qu'est la morale pour le bien-être de tous, la bonne conduite et le respect de l'autre ?

Bien à vous

Giuseppe

Si on parle du "talent" auquel notre hôte fait allusion, mis en miroir avec le fourvoiement des magistrats instructeurs, je vous suis, c'est trop facile dans ce cas d'en posséder. Si c'est celui qui le fait grimper aux rideaux je peux le comprendre, pour le reste je n'y crois pas et la réalité le démontre et l'a rattrapé.
Sacré personnage que notre "plusgrandéconomistequelemondenousenvie".

Par contre j'ai relu ce billet avec un plaisir de gourmet, il est comme le cristal, champagne donc !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS