« Le bonheur du contrôle | Accueil | Grave à partir de quand ? »

19 février 2015

Commentaires

Xavier NEBOUT

La justice se glorifie

Dans l'affaire DSK, on a poursuivi un brave homme un peu libertin qui croyait que le directeur du Carlton avait du mal à trier les candidatures de jeunes femmes rêvant de lui faire des gâteries.
Comme le suggère P. Bilger, les magistrats nous prennent vraiment pour des c... à avoir aussi bien joué aux c... sachant que la pègre politico-médiatique serait complice de la magouille.

D'un autre côté, dans l'affaire Tapie, tout le monde s'y sera mis. Les juges pour recréer le droit et les avocats en oubliant par exemple de penser à attaquer C.L. et sa filiale et non le C.L. seul. Effarant. Quelle bande de billes !

duvent

La relaxe ! Pourquoi pas ? L'argent dépensé est comme la blanc de la neige quand elle fond, on ne sait ni où, ni quand, ni pourquoi cela est advenu...
La morale étant un gros mot, taisons-nous !
L'interdit étant permis, ennuyons-nous !
La femme étant un objet, amusons-nous !
L'épouse n'étant pas celle d'Ulysse détournons-nous !
L'Aède travaillant dans un journal, de ces chants délectons-nous !
La justice étant à géométrie variable, offusquons-nous !
Les amis sont juges, ils sont bavards, ils travaillent à votre gloire !

Catherine JACOB

"Il n'empêche qu'avec ce désavantage d'avoir certes tout lu mais de n'avoir assisté à aucun débat, j'ai été très étonné par les séquences autonomes de ce procès comme s'il était découpé en tranches nettes et irréfutables. "

Voulez-vous dire que le procès a été découpé en tranches comme du saucisson ? Je m'inspire pour cette métaphore de la tactique du salami à laquelle fait référence par ex. cet extrait :
"Il fut un temps de plomb, pas si lointain, où un dictateur hongrois avait donné un nom à une pratique politique restée célèbre dans l’histoire du communisme, la tactique du salami : semaine après semaine, le stalinien Mátyás Rákosi s’en prenait aux libertés démocratiques nées de l’après-guerre comme on découpe un vulgaire saucisson, tranche après tranche, jusqu’à régner sans partage. (Vincent Giret, Salami, dans Libération, n° 9532, p. 3, 4 janvier 2012)"

Tactique du salami qu'il fut un temps on a également abondamment reprochée aux manuels scolaires de présentation des programmes d'histoire.

"Mais ce sont des interrogations vaines, en tout cas pour DSK.
Puisqu'il sera relaxé et qu'il a beaucoup de talent.
"

J'entends, mais peut-être ai-je mauvais esprit, 'beaucoup de talents'.

SR

Tout ça fait quand même pitié, un homme qualifié de puissant mais dépendant d'un entourage très zélé pour lui apporter du "matériel" qui sera partagé entre beaufs, car il s'agit bien d'un monde de beaufs, riche et puissant, mais beaufs. Pas de préliminaires, pas de social, juste de la baise directe. On est bien dans un monde de beaufs. C'est ça être riche et puissant ?

Laurent Dingli

Une analyse fine et nuancée

protagoras

Le "fléau de..." : au moins, les régimes totalitaires avoués sont clairs quant aux moyens d'éradiquer ce qu'ils décrètent "fléau" (handicapés, ennemis de classe, ennemis de race, etc.).
L'éradication du "fléau de l'exploitation sexuelle des femmes" (des hommes également entre parenthèses) est l'un des nombreux pseudopodes de l'hygiénisme-puritanisme- prohibitionniste, qui résulte toujours de graves répressions infantiles opérées sur ses vecteurs et zélateurs, et aboutit évidemment à une hypocrisie et à un "double bind".

En effet, nous avons :
- d'une part la mise en place d'une masse de législations (au sens large) visant à maintenir la distance, la propreté, bref, à instiller le tabou du toucher, l'illusion d'être en relation alors qu'on se contente de "SMSer", de "4Ger", de consommer compulsivement du film porno (la soi-disant révolution numérique !!) : bref, une croissance infinie de mesures contraphobiques (qui a peur de quoi en réalité ?) totalitaires, mesquines et contradictoires, fantasmant l'imperméabilisation de chacun(e) contre chacun(e).

- d'autre part, et sous les mêmes prétextes, une rupture systématique de la barrière de l'intimité, au nom, évidemment, d'un fonctionnalisme holistique dénommé "société" ou "monde meilleur" ou même "République mondiale" ( celle de Platon ?) etc., au prix de la perte du sentiment d'individualité, de la liberté d'arbitrage personnel (la perte de celui-ci étant LA source d'angoisse par excellence d'un sujet normal, dont la traduction sexuelle est le sentiment de perte de sexuation, de perception de la différence des sexes : il n'est pas étonnant que l'idéologie de la "théorie du genre", la vraie dont je conseille la lecture des textes fondateurs, accompagne les mouvements prohibitionnistes.
Merci Aldous Huxley de nous avoir avertis !
Les magistrats instructeurs de l'affaire DSK devraient s'inspirer des techniques behaviouristes décrites dans "Le meilleur des mondes", s'ils désirent se poser en réformateurs...

Que des magistrats dont l'intérêt doit toujours être l'individu (c'est-à-dire un animal précisément non social), cautionnent ce genre de procès devrait donner à s'inquiéter... (c'est un euphémisme).

Que périsse un seul pour que l'espèce (la société, la fourmilière, l'humanité, l'espèce, la femme, enfin la maman, surtout pas la putain...) survive est un raisonnement parfaitement psychotique, de même que les fantasmes de "néo-humanité" (voir, pour ce dernier point, le "président Schreber" de Freud)

Quant à ceux qui se cherchent un minable "salut" personnel du haut de leur chaire et revêtus de leur robe, au travers de telles mascarades judiciaires, je recommande Socrate !

Je constate que le puritanisme, principalement WASP, le même que celui des ligues de vertu américaines du début du 20e siècle (d'où la prohibition etc.) progresse à la vitesse assez ahurissante de la soi-disant "route de la soie" de la globalisation "heureuse" : l'hygiénisme-eugénisme à la Galton n'est pas loin (vous avez dit caractère "anal-puritain" ?), y compris sexuel... et l'Amour même y succombera...

"Healthy and productive", telle devrait être la nouvelle devise juridique ?
Et le sentiment de vie dans tout ça ?

Terut

Personne ne croit que DSK ignorait que c'étaient des prostituées. En tous cas pas l'immense majorité du "Peuple français" au nom duquel la justice va être rendue. Celle-ci ne va que davantage se déconsidérer aux yeux de celui-ci.

Giuseppe

J'avais écrit tout ce cirque pour pas grand-chose et qui ferait pschitt... Pas une virgule à changer, cela n'a pas loupé. Le grand Zampano a trouvé artiste à sa mesure. Le Robin des Bois des prétoires !

De l'esbroufe et beaucoup d'argent public sans doute, jeté par les fenêtres. Irresponsabilité de ceux qui ont amené à ce fiasco ? Mais quel intérêt profond pour remuer si peu et allumer autant de lampions...

On a perdu tout sens de l'équilibre, mais perdre son temps à ce point et avec autant d'énergie, un vrai désastre et la risée aussi de tous dans cette affaire peu glorieuse.

Se profile à l'horizon la reprise de l'arbitrage Tapie, j'espère qu'il sera d'une autre tenue, et que pour le moins on puisse récupérer, pour le bien public, l'argent dépensé inutilement ci-avant, mais cela j'en doute aussi.

Gabegie quand tu nous tiens ! Et pendant ce temps-là "qui c'est qui monte", le rire carnassier au coin des lèvres ? - "c'est pour mieux vous dévorer, tendre public" ! Pas trop vite, ni trop fort, elle sait MLP qu'elle a le temps et que ce dernier travaille pour elle, pour nous c'est une autre histoire.

protagoras

Monsieur Bilger,

A l'évidence, des magistrats instructeurs, par refoulement, "ordremoralisme", et tout ce que l'on peut imaginer, ont, dans leurs fantasmes, voulu faire condamner, ou du moins humilier, le seul libertin, le seul "marquis de Sade", qui soit à leur portée (tel que le fit Robespierre...).
Nullissime et inquiétant, esprit WASP avec toute son hypocrisie, son refus de nommer les choses par leur nom, hygiénisme prohibitionnisme généralisé, accessoirement très favorable au "business" (d'où la réussite économique de toutes les sectes protestantes américaines, mais déjà Max Weber...).
Ces personnes ont sans aucun doute un lourd contentieux avec leur propre "scène primitive".
Que n'instruisent-ils l'interdiction des ouvrages de Sophocle pour "incitation à l'inceste" ou ceux de Freud pour "incitation au parricide et à la pédophilie" ?
Répugnants et surtout dangereux sont ces personnages.

Garry Gaspary

"Un homme puissant serait-il nécessairement coupable?"

C'est bien de se poser les bonnes questions. Je vous en propose une autre :

"Une femme prostituée serait-elle nécessairement innocente ?"

Il faut bien sûr être totalement déchristianisé pour répondre correctement à cette question.

A la première aussi, d'ailleurs.

C'est bien pour cela que Saint Michel Onfray y a répondu par l'affirmative.

Achille

Bonjour Philippe Bilger,

"DSK : réflexions sur une relaxe annoncée"

Eh oui, DSK va être relaxé. J'imagine sans mal la grande frustration de ceux qui auraient espéré, au nom d'une morale saine et salutaire, au moins quelques jours d'emprisonnement et une amende bien sentie.
Mais la Justice est codifiée et à ce titre elle ne saurait se laisser emporter par la passion entretenue par certains médias trop heureux de pouvoir se payer un "puissant". Même si parfois, dans certaines affaires, elle a pu être tentée de le faire, avec DSK ce n'est pas le cas.

Les turpitudes de DSK seront-elles sans conséquences pour lui ? Evidemment non.

Désormais DSK restera aux yeux de nombre de gens honnêtes un vieux pervers lubrique. Lui qui était promis aux plus hautes fonctions a vu son avenir politique anéanti. Sa femme l'a quitté après l'avoir défendu courageusement lors de l'affaire du Sofitel de New York. Ses amis l'évitent afin de ne pas compromettre leur avenir politique. Quant à ceux qui ne se rallient pas à la vindicte populaire, ils font l'objet d'insultes jusque sur ce blog.

Dans quelques mois cette sordide affaire sera oubliée. Les médias, toujours en quête de scandales de préférence sordides, vont se tourner vers une nouvelle proie, histoire d'entretenir le voyeurisme malsain de leurs lecteurs et auditeurs.

Tiens pourquoi pas Bernard Tapie. Voilà un "bon client". Oh lui pas de turpitudes sexuelles, il est fidèle à son épouse depuis quarante ans. Mais du côté magouilles politico-financières il y a du grain à moudre et de belles unes à préparer pendant quelques semaines.

Allez hop tous sur Bernard Tapie et gare à ceux qui ne partagent pas l'indignation des bonnes gens.

Alex paulista

Quand il faisait ses orgies, il ne se demandait pas non plus qui payait la chambre, le champagne, les voyages. Pour lui tout était gratuit car payé par ses amis sur leur propres deniers, sans abus de biens sociaux évidemment...

genau

Tout cela serait bel et bon si votre commentaire n'avait pas poussé sa corne un peu loin en parlant de détresse conjugale. C'est d'un drôle consternant et une méconnaissance des ressorts de cette conjugalité-là.
Heureusement vous vous interrogez sur le rôle du Parquet. Moi, je parcourrais avec plaisir des renseignements très très généraux.
Mais qu'on relaxe cette baderne, qu'il fiche le camp dans ses conférences bien payées, tiens, dans les pays arabes, où on réfléchit beaucoup avec sa b... et son couteau.
Ne nous demandez pas d'admiration pour ces subtilités de juges d'instruction et de la béatitude à entendre ce monsieur exposer pourquoi, étant ainsi, il ne peut être autrement. Nous n'avons que faire des ces duels où on n'a à venger que son horreur.
Un libertin digne de ce nom reconnaît la putain à cent lieues, la cocotte à cinquante, la courtisane plus difficilement, le gibier de passage à des plumages très divers, quelquefois anonymes. Il suffit de relire La Philosophie dans le boudoir, au moins les choses y sont dites avec élégance, comme chez vous, cher M.Bilger, mais avec plus de force cynique.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS