« La belle et généreuse Europe que voilà ! | Accueil | Un vieil homme indigne... »

15 juillet 2015

Commentaires

gone with the bling

Hélas, je ne suis pas Antoine Blondin !

Pour ce qui est du lever du coude au-dessus du comptoir en zinc, il eût mieux valu - effectivement - ne pas être Antoine Blondin, ne serait-ce que pour l'intégrité du granité du parenchyme hépatique et la préservation des synapses, comme cela a déjà été dit.

Pour ce qui est d'Eric Fottorino et de Jean-Paul Ollivier, sans vouloir être désobligeant avec le second - en mettant de côté la part affective -, le premier le surclasse dans la qualité des commentaires sur le patrimoine culturel, architectural et géologique de la France (magnifiques images, notamment celles prises depuis des drones). Pour le vécu sur l'histoire du Tour, je préférais nettement Paulo la science.

Lorsqu'on n'est pas en montagne, cette touche de la retransmission du tour est plus intéressante que le spectacle sportif.

Il ne faut pas trop montrer ces images à l'international, car bientôt, on ne saura plus où loger les touristes avides de visiter ce beau pays, si riche et si varié… Hum.

Archibald

Merveilleux mot de Denis Lalanne : "Antoine Blondin avait choisi de lever le coude pour ne pas baisser les bras."
Sans Antoine Blondin, nous aurions été privé d'"Un singe en hiver" :
- Le seul obstacle entre nous, disait-elle, c’est la boisson.
- Je boirai l’obstacle, répondais-je.

breizmabro

Pour le "Froome me" moi j'aurais osé le Froome me, Froome me, Froo midable ! façon Aznavour, en espérant que ça ne soit pas Froome siminable, façon Stromae :-(

Catherine JACOB

@eileen | 16 juillet 2015 à 10:45
"moi aussi j'ai déjà pris été invité à prendre gratuitement un hélicoptère"... et ainsi une nouvelle fois parler de soi...
Lamentable nature humaine !

Quand je parle de forfait, je parle du forfait de location de l'hélicoptère et de son pilote qui représentait pour le commanditaire, effectivement public, un coût identique cependant qu'il me raccompagne ensuite par courtoisie ou me laisse me débrouiller pour rentrer par mes propres moyens ou me paie le taxi qui eût représenté alors là, un coût supplémentaire.

Maintenant un membre de ma famille est le propriétaire-gérant de cette société et, ça n'est jamais arrivé, mais si j'avais envie de faire un petit tour en hélicoptère à l’œil juste pour le plaisir, je ne pense pas que cela fasse partie des choses totalement impossibles. Quoique... Mais bon comme je n'ai pas envie de prendre le risque d'essuyer un refus en m'entendant dire par des gens qui n'ont pas l'habitude de mâcher leur opinion que je suis sacrement culottée, je ne demande rien.

 sbriglia

"...et pourtant je suis plutôt réservé sur vos commentaires d'habitude." (Achille)

Rayez-les, Achille, rayez-les : tous les dégoûts sont dans la rature...

eileen

A son "Sacrés Français" Ted Stanger pourrait ajouter un paragraphe, Les Français et la morale, ou la morale des Français : Lance Armstrong a été applaudi sur le Tour de France, DSK est plébiscité par des Français qui souhaite son retour en politique...
Les Français catholiques mais seulement de parvis LOL croient donc à la rédemption... ils sont prêts à pardonner tout et n'importe quoi... Ce comportement me semble étrange !

sylvain

Coucou Gaspounet !

Nous attendons avec impatience les commentaires de Gasparatchik qui va nous dire qu'il faut déchristianiser le Tour de France pour le rendre plus propre !

Papatte susucre !

calamity jane

Au gré des informations, j'ai appris que les cyclistes ne seront plus tenus de s'arrêter aux feux rouges ?!
Comme le dit ma fille "quand je pense que c'est à vélo que tu as commencé à m'apprendre le Code de la route à six ans"...! Oui, sans stress.
Très chère : "l'éducation appartient aux parents, l'instruction au ministère public".
Sinon, un p'tit tour et puis s'en vont de la compétition. La cote du Tour est-elle en baisse ?

Véronique Raffeneau

"C'est très différent du fait d'être l'invité de personnes qui paient les frais d'une telle équipée de leur poche ou qui ont l'autorisation de leur employeur d'emmener des invités qui peuvent alors en goûter sans remords toute la volupté en échange d'aucun service particulier de derrière les fagots !"

Chère Catherine,

Je ne suis pas certaine qu'Eric Fottorino ait réglé de sa poche les frais de l'équipée Falcon Aller et Retour.

Dans l'hypothèse où les invités sont ceux d'une société privée comme la société Tour de France, aucune observation. Qu'une entreprise privée ait à coeur d'offrir à ses invités du luxe, voire du clinquant et du bling-bling, pas de problèmes.

En revanche, si France 2 - service public - finance, il y a lieu, me semble-t-il, pour les employeurs comme pour les employés, d'observer une certaine modération, une décence de bon aloi au regard de toutes les transgressions observées ici ou là qui affectent à mon sens une certaine idée de l'emploi de l'argent public et donc de la morale publique.

Je sais bien que ma remarque est mesquine si je considère l'épopée Tour de France.

Mais cette histoire de Falcon, c'est vraiment too much.

Achille

@ sbriglia | 16 juillet 2015 à 09:29
"...a enfilé le maillot à petits pois en déclarant : "le tour m'allait !".

Celle-là, elle est bonne, il faut bien le reconnaître et pourtant je suis plutôt réservé sur vos commentaires d'habitude.

eileen

Catherine Jacob ose écrire "C'était dans le cadre d'un forfait qui n'a pas coûté un centime de plus au commanditaire que si j'étais rentrée à pied"...
Certes le commanditaire n'a pas eu à débourser plus que le forfait, mais sa marge a été réduite du coût de l'hélicoptère... au nom du grand principe que rien n'est jamais gratuit, il y a toujours quelqu'un qui paie quelque part ; mais ça c'est de l'économie tout à fait primaire et c'est bien connu les Français sont nuls et réfractaires à toute notion d'économie, même primaire et élémentaire.

Monsieur Bilger voulait raconter son émerveillement de petit garçon, et nous faire partager son aventure, soulignant toutefois - devenu adulte - qu'il n'était pas dupe d'avoir été une journée durant un privilégié... et voilà qu'il se trouve accablé et pollué de com qui n'ont pour objet que de dire "moi aussi j'ai déjà pris été invité à prendre gratuitement un hélicoptère"... et ainsi une nouvelle fois parler de soi...
Lamentable nature humaine !

breizmabro

Votre balade du tour dans le luxe et la volupté ne vaudront jamais les récits de mon oncle Ernest Le Roy qui fut champion de France sur piste (ça c'est du sport ! disait Blondin) et l'équipier de Louison sur différents Tours de France.

Combien de casquettes Ricard et autres cadeaux magnifiques ;) mon frère a pu recevoir (moi j'étais trop jeune et surtout... une fille) de cet oncle qui racontait à l'envi les anecdotes (vécues) du Tour, avec Louison bien sûr, chez qui nous avons eu table ouverte à Quiberon durant des années, mais aussi toutes les chutes et les misères de ce monde impitoyable (!), sans : "vu du ciel".

Votre billet m'a fait repenser à lui et à ses exploits qui me berçaient. C'est déjà ça...

Frank THOMAS

Deux grands commentateurs sportifs pour amis, un ancien coureur pour chauffeur, un tour en hélicoptère et un retour en Falcon. Nous ne sommes pas ici chez n'importe qui, je vois.

Achille

@ citizen kane | 16 juillet 2015 à 09:25
"Mais le "from me to you" des Beatles veut dire "de moi à toi" , alors qu'il fallait sans doute comprendre, compte tenu du contexte : de moi (la mobylette escaladeuse) aux autres (les forçats de la route, qui pédalent dans la semoule, a priori indemnes [?] de dope), en anglais "from me to others" . Yes, Sir."

Parfaitement exact, mais les calembours les plus approximatifs (donc presqu'introuvables) sont toujours les meilleurs ! :-)

Giuseppe

Allez pas de regrets, on ne peut pas avoir couru les prétoires et courir le Tour de France ! Quelque part vous êtes le Blondin de la vie sociale et politique des citoyens, sans vélo, certes mais avec le maillot de la combativité.

Vous touchez sans doute au problème épineux de la corruption passive, luxe et volupté... Enfin presque, mais on peut comprendre qu'entre une vie frugale et la facilité, parfois il doit être extrêmement difficile de résister. Et pourtant ce sont des millions de personnes qui n'ont pas d'autres alternatives, renouvelons les élites, les choix, les mandats, supprimons les cumuls drastiquement, faisons de la transparence un bien commun, vous verrez les progrès seront très visibles.

Catherine JACOB

"Je ne suis pas Antoine Blondin !"

D'où je conclus entre autres, que vous êtes sobre... ou que du moins vous n'appréciez le nectar dionysiaque qu'avec modération.

"...et des adultes comme moi, tout emplis de nostalgie."

Il n'y a pas d'âge pour faire du vélo ! Pas dans les côtes bien évidemment.

"Pour avoir un prénom wagnérien, sa conduite, elle, était toute de légèreté et de rapidité."

Tristan est un prénom celtique d'origine britannique très à la mode au Moyen Âge. C'est de nos jours le 152ème prénom le plus donné depuis 1940.
Dans le roman "Tristan et Iseult", Tristan est le prénom du héros et Drustan - ou Drystan - le nom du chien. Or, il apparaîtrait qu'à l'origine leurs prénoms étaient à l'inverse...
Le rouge serait sa couleur, et le rubis sa pierre.
Etymologie : Tonnerre, Tumulte, Révolte, Bruit etc.
Fête : 12 novembre.

Devinez un peu d'où sortent ces renseignements.

Quant à Yseult ce prénom serait tantôt la forme médiévale d'Isabelle, prénom donné comme dérivé d'Elisabeth qui viendrait pour sa part de l'hébreu el, isha et beth qui signifie : "Dieu protège ma maison" (fête le 22 février), et tantôt un dérivé d'Isolde et viendrait alors du celtique essylt, soit : « belle ».
Son signe astrologique associé serait le Taureau tandis que le signe astrologique associé à Tristan serait le Capricorne. Donc deux bêtes à cornes...

Je ne suis pas fan des transcriptions d'opéra mais l'Isoldens Liebestod (« Mort d'Isolde ») de Franz Liszt, transcription au piano de l'Isoldens Liebstod (« Transfiguration d'Isolde »), l'air final de l'opéra de Wagner, transcription datée de 1867 d'une grande difficulté technique est cependant un régal cathartique. Je pleure à chaudes larmes à chaque fois.

"Nous sommes revenus à Tarbes en hélicoptère pour reprendre notre Falcon pour Paris. Luxe, calme et volupté ! J'ai mieux compris les tentations des politiques et le bonheur d'aller à Berlin avec ses enfants pour le Premier ministre."

Vous voulez dire : "d'emmener ses fils à Berlin voir, aux frais du contribuable français, un match de foot opposant deux équipes dont aucune n'était française et ne nécessitait donc la présence éventuelle d'un élu français membre d'un gouvernement supposé donner l'exemple."

C'est très différent du fait d'être l'invité de personnes qui paient les frais d'une telle équipée de leur poche ou qui ont l'autorisation de leur employeur d'emmener des invités qui peuvent alors en goûter sans remords toute la volupté en échange d'aucun service particulier de derrière les fagots !
Il est arrivé à mon père qui avait son petit-fils à garder, de l'emmener faire un tour en hélicoptère dans des circonstances nécessitant sa présence impromptue et immédiate, afin de ne pas le laisser tout seul dans l'intervalle.
Ce n'est pas du tout la même chose, même si le grand-père et le petit-fils en étaient ravis.
Il m'est aussi arrivé de me faire raccompagner en hélicoptère à l'occasion d'interprétations du japonais, mais c'était dans le cadre d'un forfait qui n'a pas coûté un centime de plus au commanditaire que si j'étais rentrée à pied.

sbriglia

"Pour conclure cette journée mémorable, Philippe Bilger, coiffé de son inséparable casquette Crédit Agricole..." (JDR)

...a enfilé le maillot à petits pois en déclarant : "le tour m'allait !".

citizen kane

Félicitations à Achille qui a presque trouvé la solution à l'énigme Philippe Bilger !
Mais le "from me to you" des Beatles veut dire "de moi à toi" , alors qu'il fallait sans doute comprendre, compte tenu du contexte : de moi (la mobylette escaladeuse) aux autres (les forçats de la route, qui pédalent dans la semoule, a priori indemnes [?] de dope), en anglais "from me to others" . Yes, Sir.

sylvain

Le buzz du jour et des suivants sera l'apparition de Lance Armstrong sur le Tour au profit d'une association ; cet épisode va éclipser tous les autres faits divers : chômage, insécurité, terrorisme ; une bonne aubaine pour les médias et le peuple - veau aux ordres qui va pouvoir se défouler contre l'honni après l'avoir adulé pendant des années pendant lesquelles tout le monde savait mais devait se taire.
Armstrong n'est qu'un de ces héros des temps modernes, reflet de la dépravation de la morale et des mœurs de notre époque.

Véronique Raffeneau

J'aime l'émerveillement et l'allégresse du petit garçon Bilger.

A perfect day.

Une interrogation : vous ne dites pas qui est "on" qui invite ?

Est-ce la société du Tour de France ?

Est-ce France 2 - le service public - qui invite ?

Pardon de l'exprimer ainsi, d'une façon aussi abrupte : cette histoire de Falcon assombrit l'éclat et les couleurs de l'été magnifique de votre billet. Avec le Falcon, c'est plutôt luxe, calme, volupté et vulgarité.

"Hélas, je ne suis pas Antoine Blondin et un petit tour dans le grand Tour de France sans lui est comme une absurdité, une allégresse orpheline."

Blondin et le Falcon, la faute de goût gigantesque, le mariage impossible tant la mise à disposition du Falcon fait de suite songer au modernisme criard, surbooké et friqué, échelle VIP, la modernité qui sépare, qui à mes yeux défigure la magie des fêtes authentiquement populaires et proches comme le bel été de votre billet. Ce qui est à tous.

Et la géographie française, cette France vue en un quart d'heure d'un Falcon que subliment les mondains. Le cœur se serre.

Philippe, votre allégresse n'est pas orpheline de Blondin, mais de l'élégance gentille, celle qui va de soi, des grands Tours de France tant aimés et si spontanément offerts à tous par A. Blondin.

La grâce d'un monde et ceux d'hier.

eileen

Monsieur Bilger, en écho au com de Jean le Cauchois, et très respectueusement, tout "garçon" à votre place aurait eu la même joie et aurait voulu la faire partager, "nous sommes tous des enfants vieillis..." (Lewis Carroll) !

Achille

Bonjour Philippe,

Falcon, hélicoptère et voiture (sans doute diesel), tout ça pour suivre une étape du Tour de France, un sport qui est le symbole du transport écologique. Mieux vaut ne pas faire le bilan carbone de votre petite escapade à Ségolène Royal qui risque de ne pas être contente, elle qui vient de nous dire pas plus tard qu'hier que la pollution de l'air coûtait plus de cent milliards d'euro à l'Etat.

Antoine Blondin je n'ai jamais lu. Je sais juste qu'il picolait sec, mais en cela il ne se distinguait pas de nombre d'autres écrivains célèbres qui trouvaient l'inspiration dans l'alcool.

Par contre il semble que ses calembours laissent un peu à désirer, même niveau que ceux de Stéphane Collaro, ce qui n'est pas peu dire.

Concernant votre propre calembour, je dois reconnaître qu'il m'a fallu un peu de temps pour faire le rapprochement de "Froome me aux autres" avec la chanson "From Me to You" des Beatles.

Jean-Dominique Reffait

C'est une heure avant l'arrivée triomphale de Chris Froome à la Pierre Saint-Martin que le plus célèbre des sportifs en chambre de France, Philippe Bilger, a franchi la ligne, ébouriffant la foule en liesse depuis son hélicoptère privé. Tout le monde aura noté la présence à ses côtés du rugbyman Louis Armary et d'un homme d'aspect taciturne, Francis Touya, maire-adjoint aux sports de la ville de Tarbes. Philippe Bilger a eu sagement raison de laisser son coéquipier dans ses graves méditations car l'homme n'est rien moins que vice-président de la Fédération Française d'Escrime et père de trois grands champions dans cette discipline, Gaël et Damien, champions olympiques de sabre en 2004 à Athènes, et Anne-Lise, plusieurs fois médaillée mondiale avec le même objet tranchant. Ainsi flanqué, Philippe Bilger n'aurait pas pu finir un calembour qu'il se serait trouvé plaqué au sol par l'un et découpé en rondelles par l'autre avant de finir en dégustation sur le stand Justin Bridou.

Sur commission rogatoire, l'ancien juge d'instruction a pu contrôler sur vidéo les merveilleux progrès de la chimie sportive qui permettent de gravir des pentes montagneuses quoique pyrénéennes plus rapidement que les voitures, contraignant leurs occupants à sauter dans un hélico pour espérer assister à l'arrivée du vainqueur en direct. Trop occupé à éviter de marcher sur les seringues qui jonchaient le sol, Philippe Bilger n'a procédé à aucune arrestation, exercice aujourd'hui plus difficile sur le Tour de France que sur le pas de tir d'une fusée Ariane.

Pour conclure cette journée mémorable, Philippe Bilger, coiffé de son inséparable casquette Crédit Agricole, a pu enfin percer le mystère de l'alliance irréductible du sport de haut niveau et du jet privé en déclarant : "Pour une finale du Barça ou pour le Tour de France, c'est un Falcon sinon rien."

De bien belles images qu'on aimerait voir plus souvent.

semtob

Cher Philippe,

Réveiller la mémoire du Tour de France en rappelant qu'"un coup de pédale ajoute au paysage" c'est déjà ça.
Nous espérons que vous n'avez pas célébré "le verre de contact" car d'après ses proches et amis, Antoine Blondin avait les pots de vin en horreur.
Comment faire un papier sur l'amour du tour en se réveillant presqu'à l'arrivée ?
Peut-être faites-vous le plus beau Tour de la justice en ne tournant pas autour du pot ? Car pot devient top.
Les rêves... c'est qui permet de se dépasser.
La prochaine fois, allez sur la lune et vous verrez l'arrivée trois minutes avant l'arrivée ou rapprochez-vous du soleil et vous aurez huit minutes d'avance.
Sur Pluton, vous pourriez nous commenter onze tours de France avant que le départ ne soit donné.
françoise et karell Semtob

sbriglia

Un avocat général s'est échappé : Davenas a pris l'hélico et le juge Falcon est sur les dents...

hameau dans les nuages

Ah donc c'était ça ce gros frelon qui est passé au-dessus de la maison !

Non ! franchement ! elles ne sont pas belles nos Pyrénées ? Il faut dire que le temps s'y prêtait car la musique change quand le brouillard tenace et poisseux colle aux flancs de la montagne. Ce n'est pas vert pour rien. Je ne suis pas un amoureux de la pédale alors j'étais avec un ami à Néou au pied du pic du Midi d'Ossau, le "Jean-Pierre" comme l'appellent avec respect les bergers. C'était comme chaque année la montée en estive. On est allé voir ses amis et collègues dans leurs cayolars respectifs. Grandiose.

https://www.youtube.com/watch?v=GsdIJVzUZGQ

marie

Et tout ça, avec l'argent de la redevance ?
Mazette !

genau

Blondin anaphorique... une découverte.

Ah que vous avez bien fait de vous amuser, et de le dire, les politiques en sont tellement gavés de ces facilités incongrues qu'ils en font leur aura démoniaque.

Tour de France ? Je me souviens de Coppi au sommet de l'Izoard qui n'était pas encore goudronné : terre battue, et de René Vietto dans la côte d'Aix-en-Provence, pété au Ricard, il n'y avait pas encore Blondin, je pense, non, c'était juste après 50.

On nous jetait du Catox et de la brillantine Roja. Comme une illusion d'abondance qui se réalisait. Que n'avons-nous pas arrêté l'horloge ? Et voilà que vous en remontez le mécanisme, c'est cruel ce que vous avez fait depuis votre Falcon ; dire votre plaisir. Finalement, je ne l'aime pas votre billet, il couvre de luxe les fanatiques naïfs ou un peu zinzin et se réfère au hussard tant honni par les cupides qui ont façonné notre monde. Vous nous donnez l'illusion d'être et d'avoir été. C'est pas bien.
Allez, on vous pardonne, comme juge et comme partie.

Jean le Cauchois

Cher PB,

Bravo pour l'avoir fait et merci pour nous l'avoir dit : tout homme a dans son coeur... un enfant qui sommeille ! Prochaine étape, le Ventoux, avec le maire de Crest ?

caroff

Je vous envie Philippe Bilger !!
Blondin, un génie de la plume vélocipédique (je n'ai pas dit de la pédale !!).
Vous souvenez-vous des commentaires d'Anquetil à la télévision, autre grand moment, dans un autre genre naturellement ?

Alex paulista

Voilà qui est beaucoup plus excitant qu'une heure avec Natacha Polony !

Parigoth

On dit qu'une existence réussie est celle où l'adulte réalise les rêves de l'enfant et j'ai été heureux d'être cet enfant comblé si longtemps après.

Cet aveu d'un homme aussi sérieux que Philippe Bilger, qui a exercé une des fonctions les plus graves et les plus sérieuses qui puissent exister est touchant.

Oui, un homme digne de ce nom n'est-il pas aussi quelqu'un qui sait se souvenir de son enfance ?

Marc GHINSBERG

La phrase d'Antoine Blondin qui a dû inspirer Richard Virenque : "Car Ils ne sont pas dopés, ils sont dupés."

Giuseppe

Pour moi aujourd'hui c'était Pau-Cauterets, sans Falcon, mais avec le même plaisir depuis toujours : les motards Cinzano ont disparu, Yvette Horner est désormais rangée des voitures, les chapeaux en papier et les visières en carton sont désormais du domaine du passé. Nostalgie quand tu nous tiens.

En plus "Louisou" Armary comme voisin ! Une légende du rugby, j'espère qu'il aura été plus agréable que votre équipier "taiseux", mais il est vrai que vous faites "sévère" quand on vous voit à la télé bien sûr.
J'ai vu le passage de la première grande victoire de E. Merckx, j'étais au sommet du Soulor... J'arrête là car on pourrait y passer le reste de la soirée.

Pour les purs amateurs de vélo, des coulisses, et d'A. Blondin, lire "Alcools de nuit", cela situe les personnages qui suivaient le Tour à cette époque pleine d'épopées. La suite sera pour la prochaine étape.

Paul Duret

"Froome me aux autres en quelque sorte !"
Faut-il chercher un calembour dans cette phrase ? Dites-le moi car pour l'instant, je n'ai pas trouvé et je ne sais si je dois persévérer.

MS

"Il est dur de résister à ce qu'on vous offre et qu'on a vite fait de trouver légitime !"

Le pendant étant qu'il est âpre de ne pas s'appesantir sur ce qu'on ne vous a pas offert et qu'on a tôt fait de trouver injuste.

Tous les combats d'homme qui valent se tendent probablement entre ces deux pôles : ne rien trouver normal ; banal encore moins.

breizmabro

Durant vos quinze minutes d'hélicoptère pour voir le peloton de haut vous n'auriez pas aperçu la seringue opportune de Christopher Froome ?

Qu'aurait écrit Blondin sur ses rêves frelatés ?

Robert Marchenoir

Hahaha, un Falcon, un hélicoptère, d'autres sont tombés pour moins que ça ! Votre compte est bon !

Mais cela a plus de panache que de se cacher dans son salon pour jouer au train électrique ! Notez bien que je n'ai rien contre les amateurs de trains électriques, c'est un hobby plus respectable que de décapiter les gens au couteau de chasse.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS