« Qui est Gaëtan Brulotte ? | Accueil | Un homme, une femme et un futur bébé... »

31 juillet 2015

Commentaires

calamity jane

@Marc GHINSBERG
"Au plan sociétal, il a tenu sa promesse d'instaurer la possibilité pour les homosexuels de se marier malgré une opposition délirante des tenants de la famille traditionnelle (combien de divorcés et de familles recomposées parmi
ces défenseurs de la tradition?), alors que dans la plupart des pays européens cette mesure a été adoptée avec calme."

Ce matin, à la fraîche, je voulais remplacer certains mots par chômage ou même industrie... Un peu plus tard, à la réflexion, j'ai pensé que c'était résumer la manière du Président de pratiquer une forme de gouvernance.
Et, j'admire votre manière de relater une situation : constat et ineptie du constat (combien de divorcés par exemple) avec la bienheureuse bénédiction de ce fameux pays où cela fut "adopté avec calme".
C'est pourquoi il fut urgent de classer ce problème dans la catégorie "sociétal". La famille n'étant qu'un accident dans une société ! C'était le rêve de toutes les associations qui protégeaient les jeunes qui cherchaient leur identité sexuelle en disant que les parents étaient pour le minimum
homophobes et qu'il fallait donc - pour confirmer la nécessité de l'urgence sociétale - les isoler de leurs parents. Mais ces jeunes pourront par la suite faire comme leurs parents et se marier entre eux, elles.
Dans cet espace nous en avons longuement débattu en son temps et heure.
Juste un rapprochement.

Trekker

@ Marc GHINSBERG | 31 juillet 2015 à 13:34

Ainsi que l’écrit judicieusement breizmabro, l’amour vous égare !... Ou alors l’Elysée vous a promis dix ans d’adhésion gratuite au PS, mais soyez quand même réservé sur les promesses de Hollande : elles n’engagent que ceux qui y croient.

« …a tout de suite porté un diagnostic lucide sur l’économie (rapport Gallois), pris des mesures d’envergure (CICE, pacte de responsabilité) contre une partie de sa majorité… »

Le rapport Gallois, il ne l’a appliqué que très partiellement, et dans ses mesures les moins dérangeantes. Le CICE, parlons-en, une magnifique usine à gaz de technocrates et qui au final sert avant tout les intérêts des stars du CAC 40. Ces dernières, CICE ou pas, délocalisent à tout-va leur outil industriel, ne créent au mieux qu’un nombre infime d’emplois, et pratiquent allègrement l’optimisation fiscale à destination des paradis fiscaux.

Fort généreusement le CICE profite aux banques et à la grande distribution, secteurs florissants financièrement qui ne créent guère d’emploi et ont un impact négatif sur la croissance. Les premières contribuent à asphyxier financièrement les ETI et PME-PMI, quant à la seconde c’est le prédateur éhonté de ces dernières et le fer de lance des importations provenant du SEA.

Pour les ETI, seuls créateurs réels ou potentiels d’emplois et de croissance, le CICE est inadapté notamment de par sa complexité, et surtout ne répond pas à leur besoin de capitalisation immédiat. Certes la BPI a été créée pour cela, mais ses moyens sont loin d’être à la hauteur des enjeux.

« …Au plan sociétal il a tenu sa promesse d’instaurer la possibilité pour les homosexuels de se marier malgré une opposition délirante des tenants de la famille traditionnelle… »

En se murant dans ses certitudes pour complaire à une petite minorité et à dame Taubira, il a généré sciemment un climat de guerre civile qui laisse de fortes traces. Alors qu’au lieu d’un mariage pour tous, il suffisait d’améliorer le PACS en terme de droit et le calquer sur ceux du mariage. Ce serait alors passé sans difficulté, et sans toute la dramaturgie entretenue pendant des mois par le PS, ELV et cie.

Et ce climat de guerre civile ne fait que renaître, car Hollande et son gouvernement se sont refusés à faire appel de la décision de la Cour européenne de justice. Cette dernière maintenant nous oblige à donner un état civil français aux enfants nés de GPA pratiquées à l’étranger, et vu la non sanction des couples recourant à cette pratique, c’est un encouragement à celle-ci, pourtant prohibée en France. Les aisés et autres bobos (électorat adoré de « Terra Nova ») ne se gêneront pas alors pour tourner en ridicule la loi française, mais maintenant l’ultralibéralisme et son corollaire le marché sans entrave sont le dogme de Hollande et du PS.

Ceci est l'exemple type de la personnalité de Hollande, la duplicité alliée à la veulerie et renforcée par une absence totale de conviction... hormis pour sa réélection.

Giuseppe

Maintenant voyons du côté de la parole : Olivier Faure, "Il faut redonner confiance aux Français et leur permettre de consommer davantage." (Les Echos.fr).
Le discours PS dans toute sa splendeur ! Celui qui se voudrait visionnaire, économique, intellectuel, philosophique et tout et tout...
Voyons M. Faure la confiance se mange-t-elle ? Où va-t-il chercher une telle perle.

C'est ainsi très, très souvent, quand on prend le temps de décortiquer - d'ailleurs le Canard en relève quelques-unes -, ce ne sont que des chapelets de platitudes creuses, c'est pourquoi je suis toujours sceptique sur l'emphase des commentaires sur la qualité des textes. N'est pas Malraux qui veut.

Et puis c'est dans le fond faire injure à la qualité d'écoute des citoyens qui n'ont certes pas tous lu Molière dans le texte, mais quand même, à la machine à café elles étaient toutes relevées et d'en rire à gorge déployée.

Des artistes peut-être pour certains, mais pour d'autres de grands comiques qui s'ignorent, deux ans encore, dans le fond entre le retournement économique, l'inflexion de la courbe du chômage, il ne manque plus que la dilution de la dette : "serveur, de l'eau avec le pastis !" De grands comiques formatés aux mêmes méthodes d'un autre temps, vous dis-je.

Allez, salut les artistes aux salles à moitié vides ou à moitié pleines, comme les verres d'ailleurs.

Marc GHINSBERG

@Robert

Dans mon commentaire mon propos n’était pas de justifier la position de FH, ce que je pourrais faire à l’occasion, mais de souligner qu’en la circonstance il avait fait prévaloir son point de vue alors qu’une forte majorité de pays, y compris l’Allemagne, était favorable à une sortie de la Grèce de l’Euro répondant ainsi à ses adversaires, notamment N.Sarkozy, qui prétendent qu’il ne pèse d’aucun poids sur la scène internationale.

herman

@Alex paulista
"Non, il préfère être sûr et certain de s'être planté en restant cinq ans de plus."

Ben dites, vous êtes fort pour prétendre connaître à ce point la psychologie du président !
Et si, tout bêtement, il croyait en sa politique ? Non, ce n'est pas possible pour vous cette simplicité qui fait que telle ou telle personne agisse en fonction de... ce qu'elle pense ?
J'aime le commentaire de Marc Ghinsberg, honnête.
Ce que pour ma part je regrette dans le bilan de Hollande, c'est son obstination à faire passer des lois divisant les Français après n'avoir cessé des années d'opposition durant (on le sait maintenant, stériles...), de stigmatiser un président divisant la nation et ses citoyens. Toujours par conviction j'en suis certain, mais avec quel manque de priorités, même si bien sûr la communauté concernée pensera le contraire.
Mais pour le centre du billet je dirais juste... le chroniqueur politique en piste, le citoyen Bilger à la peine !...

Giuseppe

@Trekker

Tout y est dans votre commentaire, en fait on ne retiendra pas grand-chose de ce Président, à part la Corrèze et ses marchés festifs.

Robert

@Marc GHINSBERG |31 juillet 2015 à 13:34
Vous écrivez en fin de votre commentaire :
"Récemment dans l’affaire grecque alors que le cours naturel des choses conduisait à une sortie de la Grèce de l’Euro il a déclaré qu’il ne l’accepterait pas et a obtenu gain de cause."

Cela me semble une vision un peu simple de la négociation avec la Grèce. Sans doute serait-il nécessaire de modifier cette vision optimiste de l'action du président Hollande.

Tout d'abord, vient de paraître dans Le Monde diplomatique d'août 2015 un excellent dossier sur cette affaire, dossier qui comprend une relation de ces épisodes par Yanis Varoufakis qui en retire, c'est le moins que l'on puisse en dire, une tout autre impression.

Ensuite, parmi les blogs que je consulte régulièrement, deux billets sont également très éclairants :

- celui de Jacques Sapir intitulé "François Hollande : contradictions et démagogie" sous le lien suivant : http://russeurope.hypotheses.org/4136 ;

- Celui de Laurent Herblay intitulé "Hollande à la pointe du fanatisme des euro fédéralistes" avec ce lien : http://www.gaullistelibre.com/2015/07/hollande-la-pointe-du-fanatisme-des.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+gaullistelibre+%28Blog+gaulliste+libre%29

On n'aboutit pas aux mêmes conclusions que les vôtres sur l'action de Monsieur Hollande observée sous ces angles très différents.

Marc GHINSBERG

@breizmabro

La partialité vous aveugle.

Trekker

Encore un excellent billet de notre hôte, mais hélas avec Hollande président il ne fallait guère s’attendre à mieux. Mitterrand se refusa toujours à en faire même un secrétaire d’Etat, premier secrétaire du PS il ne brilla que par son habileté à faire les synthèses les plus superficielles et bancales, mais fut bien incapable de bâtir un projet politique cohérent et réaliste.

Président du Conseil général de la Corrèze, il laissera comme seuls souvenirs d’avoir poursuivi son endettement dans les mêmes proportions que ses prédécesseurs RPR, et d’avoir préservé les prébendes de ces derniers : certes Chirac contrairement à Bernadette, lui en fut très reconnaissant. Ah si, une réussite dans cette fonction : il participa à barrer la route de la présidence de la région Limousin à cet impudent d'Hubert Védrine, et adouba dans cette fonction un ectoplasme mais apparatchik du PS... qu’il remercia ultérieurement par une sinécure de député européen.

Au plan international certains le créditent d’avoir agi avec rapidité et fermeté au Mali, ce qui est quand même contestable. Il ne se décida à cette intervention militaire, qu’à peine 48 heures avant que Bamako tombe aux mains des djihadistes. Nos troupes qu’il avait accepté de prépositionner sur l’insistance de l’état-major, étaient insuffisantes en nombre et pourvues de Gazelle très vulnérables et non de Tigre : résultat, un pilote mort. Certes il fit preuve de fermeté et constance dans cette affaire, mais il ne fit que suivre les conseils du général Puga, officier de grande valeur, qui est son conseiller militaire, et du discret et fort compétent Yves Le Drian ministre de la Défense.

A contrario il fut avec cette girouette de Fabius à deux doigts de nous embringuer dans une nouvelle expédition style "Suez en 1957", avec sa volonté à tout crin de bombarder Assad en Syrie. Fort heureusement les parlementaires britanniques votèrent contre, et Obama n’attendait qu’un prétexte pour ne pas intervenir. Car Hollande en dieu de la guerre qu’il croyait être, avait déjà fait mettre en alerte opérationnel les Rafale, installés sur eux les bombes et missiles déjà programmés pour les futures frappes !…

Jabiru

Question à deux balles !
Comment vont être financés les deux milliards à trouver pour rembourser Poutine et le prestataire des portiques sans augmenter les impôts ?
C'est vrai qu'il est facile de prendre des décisions irresponsables quand on est sûr de ne rien sortir de sa poche personnelle.
Il est à espérer que ces piètres gestionnaires rendent un jour des comptes à ceux qui les ont élus.

Robert

Je pense qu'il faut toujours perdre ses illusions sur notre personnel politique.

Concernant Monsieur Hollande, vous écrivez Monsieur Bilger dans votre conclusion : "S'il ne s'agissait pas du destin de la France, on pourrait presque éprouver une curiosité plus esthétique que civique pour la suite."

Certes, mais il faudrait que Monsieur Hollande se souciât du destin de la France, de la nation française dont il est l'élu et le représentant. Pour peut-être mieux connaître et comprendre sa manière de penser ou de raisonner, sans doute la lecture de cet article enlèvera-t-elle ses illusions à plus d'un de vos commentateurs :
http://www.lecanardrépublicain.net/spip.php?article724

Et, lorsque vous écrivez : "Apparemment le président - l'artiste en piste et le chef de l'Etat à la peine - doit suivre avec inquiétude le succès confirmé d'Alain Juppé dans les sondages, avec l'apport substantiel de voix de gauche", croyez bien que l'on nage là dans la plus parfaite illusion. En effet, Monsieur Juppé a été formé au même moule que Monsieur Hollande, Monsieur Moscovici ou Madame Guigou (cf. "François Hollande, Jeune Leader (1996) de la Fondation franco-américaine" en fin d'article du lien précédent)... Donc la politique, à quelques chouias près, sera sans doute du même tonneau européiste et néolibéral.

Alex paulista

En même temps, comment lui en vouloir. À sa place, comme lui, la plupart des gens ne se poseraient pas le problème comme "qu'est-ce que j'apporte comme solution ?" mais plutôt comme "qu'est-ce que les autres proposent de mieux ?".
Surtout qu'il caresse toujours l'espoir que ses actions se voient couronnées de succès dans la durée. Imaginez qu'il perde sa place, que quelques actions qu'il a lancées commencent à porter leurs fruits et qu'un autre les cueille ? Insupportable.
Non, il préfère être sûr et certain de s'être planté en restant cinq ans de plus.

Giuseppe

"Comment tirer encore davantage sur un président déjà si conscient de ses limites et apparemment prêt à laisser sa place !"

Qu'il parte, ainsi il ne risquera pas d'être touché. A qui peut-on faire croire qu'un chômage de masse peut se détendre en deux ans, tout est à reconstruire, patiemment, avec des guerriers, pas des saltimbanques de la parole. On attend du parler-vrai et des manches retroussées, voilà ce qui manque, le plumage et le ramage en somme.

Quand je pense que notre ministre du chômage voulait de surcroît conserver son portefeuille, quelle indécence ! N'a-t-il pas honte ? Il ferait mieux de faire preuve d'une plus grande imagination reconstructrice que briguer avec tout la mesquinerie qui s'y rattache un cumul des mandats, car ce n'est rien d'autre, n' a-t-il pas suffisamment de travail à son ministère ? Au vu des résultats affichés...

Triste constat, triste échec et vous voulez faire confiance à des boutiquiers qui ne pensent qu'à leur tiroir-caisse alors que des millions de personnes ne savent pas de quoi sera fait leur lendemain ?
Que l'artiste s'en aille retrouver son actrice, la France de de Gaulle a besoin de lutteurs, fuyons ces énarques élevés au tout aliment, loin des réalités profondes d'un pays à la dérive économique et politique.

La parole pour qu'elle soit crédible doit être exemplaire, on a l'impression que l'on assiste à des discussions de salon où les convives se demandent si le thé est à bonne température et de quelle origine il provient.

breizmabro

Marc GHINSBERG | 31 juillet 2015 à 13:34
"Récemment dans l’affaire grecque alors que le cours naturel des choses conduisait à une sortie de la Grèce de l’Euro il a déclaré qu’il ne l’accepterait pas et a obtenu gain de cause"

L’amour vous égare ;-)

"...toujours, toute la vie… oui, ces mots, ces mots bêtes (…)
"Tu n’auras qu’un amour. Vous vous serez fidèles"
Je suis un peu déçu" (Géraldy)

breizmabro

L’artiste fait des claquettes et l’audacieux est en peine.

Dans ce cirque où les acteurs sont en piste, grassement payés par un public esbaudi, n’oublions pas notre prestidigitateur breton.

Hop, hop, vous les avez vus les Mistral ? hop, hop, vous ne les reverrez plus. Loupé !

Début juillet, notre prestidigitateur, Le Drian, a annoncé à Washington (pas aux Français qui ne comprennent rien aux arts étrangers) que les autorités (!) françaises avaient pris la décision définitive de ne pas fournir à la Russie les deux Mistral.

Les Français rembourseront donc à Moscou 1,2 milliard d'euros pour la résiliation du contrat sur la livraison des porte-hélicoptères Mistral. Sans que ceux-ci disparaissent :(

Par contre sa partenaire chabichou, elle, réussit ses tours : hop, hop vous les avez vus les 173 portiques de l’écotaxe ? hop, hop, disparus.

Les Français verseront donc 839 millions sur dix ans (dont 400 millions en 2015) à Écomouv’ pour "dédommagement de rupture de contrat" (FO).

Vous avez vu les 200 salariés d’Ecomouv ? hop, hop, disparus.

Alors l’audacieux arrive sur la piste en courant : hop, hop, pour faire sortir des jobs de son chapeau.

Patatras il n’est que claquettiste...

Le public dépité par tant de "loupés" qui lui coûtent cher s’en va pour chercher si… des fois… un autre cirque n’aurait pas de meilleurs artistes. :-D

Achille

Bonjour Philippe

"L'artiste en piste, le président à la peine"

Que l'on soit de sensibilité de droite ou bien de gauche on ne peut qu'être consterné par le spectacle pitoyable de nos politiciens depuis une dizaine d'années.

Que ce soit Nicolas Sarkozy et ses casseroles qui s'empilent les unes après les autres ou encore François Hollande et ses atermoiements qui démontrent un manque total d'autorité et de charisme.

Ces deux-là tout au long de leur mandat n'auront cessé de ridiculiser la France. La sanction qui a suivi était inévitable. Nicolas Sarkozy a perdu les élections de 2012 parce que les électeurs qui lui avaient fait confiance se sont bien gardés de revoter pour lui. Et tout laisse à penser qu'il en sera de même concernant François Hollande en 2017.

Manuel Valls, s'il est retenu dans une primaire du PS, peut encore sauver les meubles. Quant aux Républicains, s'ils veulent avoir une chance de revenir au pouvoir, ils n'ont guère le choix qu'entre Alain Juppé et Bruno Le Maire. Marine Le Pen jouant pour la circonstance la juge de paix.

Les Français ne pourront pas supporter de retrouver de nouveau en lice l'ancien président et le président en exercice à la prochaine élection de 2017. Manger deux fois des moules sera au-dessus de leur force.

Marc GHINSBERG

Philippe Bilger s’en prend aujourd'hui à François Hollande. Succès garanti auprès de ses fans. Comme François Hollande a été élu, que contrairement aux pronostics ou aux espoirs de certains il continue d’exercer son mandat, qu’il est possible qu’il se représente et que l’on ne peut exclure qu’une fois encore il l’emporte, il faut bien lui accorder quelques mérites. François Hollande serait un remarquable artiste, catégorie illusionniste.
Certes François Hollande est un politique habile est-il pour autant un Président médiocre comme le soutient Philippe Bilger ?
Bien sûr François Hollande a commis des erreurs. De casting tout d’abord en choisissant pour commencer son mandat un Premier ministre, certes tout à fait estimable, mais à la personnalité trop effacée, en supportant trop longtemps de la part de certains ministres un manque de discipline et de solidarité incompatible avec leur fonction, en s’étant entiché d’une compagne d’une jalousie maladive qui, avec son fameux tweet contre Ségolène Royal, a sapé d’emblée son autorité, en choisissant un ministre brillant et compétent mais malhonnête qui aurait pu l’entraîner dans sa chute. De communication ensuite, l’affaire Leonarda constituant un cas d’école de toutes les erreurs possibles en la matière.
Pour autant, celui que Nicolas Sarkozy considère comme nul (au passage se faire battre par un nul n’est pas particulièrement glorieux) a tout de suite porté un diagnostic lucide sur l’économie (rapport Gallois), pris des mesures d’envergure (CICE, pacte de responsabilité) contre une partie de sa majorité. Pris des mesures impopulaires en augmentant les impôts (trop, évidemment disent ses adversaires et parfois ses propres « amis »), mais qui ont rassuré le monde de la finance (son adversaire quand on hérite de plus de 2000 milliards de dette, que notre ami Philippe ignore superbement) et permis à la France de se refinancer à des taux presque équivalents à ceux réclamés à l’Allemagne.
Au plan sociétal il a tenu sa promesse d’instaurer la possibilité pour les homosexuels de se marier malgré une opposition délirante des tenants de la famille traditionnelle (combien de divorcés et de familles recomposées parmi ces défenseurs de la tradition ?), alors que dans la plupart des pays européens cette mesure a été adoptée dans le calme.
Au plan international François Hollande a agi avec rapidité et fermeté lorsque la question d’une intervention au Mali s’est posée. Récemment dans l’affaire grecque alors que le cours naturel des choses conduisait à une sortie de la Grèce de l’Euro il a déclaré qu’il ne l’accepterait pas et a obtenu gain de cause.
Reste le chômage sur lequel François Hollande demande à être jugé, il sait qu’il joue son quinquennat là-dessus, pari difficile car il veut le faire baisser sans remettre en cause le modèle social français. Alors là, s’il réussit vous pourrez dire chapeau l’artiste !

genau

Amusant, intéressant par son auteur, mais au fond, on peut s'en fiche.
La caillera en lardeuss. Les arsouilles chiquenars.
Allez, les Français sont encore siphonnables, on leur laisse leur épargne, malgré Piketty.
Mais l'article sur Brulotte, en revanche, était très intéressant.

Yves

Beau parleux, petit faiseux !
La race n'en est pas éteinte parmi les solliciteurs du suffrage populaire puisque pour être éligible, vous devez bousculer le moins possible les zavac (les avantages acquis), mentir sur les difficultés que vous ne résolvez pas et pour demain promettre la lune.

Mary Preud'homme (Au feu !)

Artiste, ça m'étonnerait ou alors à la manière de Néron et qui finira comme tel !
"Qualis artifex pereo !"

jack

Tout à fait d'accord. Et je considère que Hollande et Sarko se comportent comme des gamins, dont le jeu enfantin utilise de grosses ficelles. Ils veulent pourtant séduire un public d'adultes. Bien sûr Alain Juppé est au-dessus de cette mêlée. Il a véritablement une stature d'homme d'Etat rassembleur. On le verrait bien coopérer avec des personnes sérieuses du type Le Maire, Fillon et des leaders du centre.

Giuseppe

Croyez-vous sincèrement que les citoyens qui sont à la peine, qui sont dans le "dur", qui galèrent au jour le jour, puissent prendre le moindre intérêt à écouter des finasseries stratégiques et politiques ?

Quand on est chômeur, la dialectique et les jeux de société, on s'en fiche comme de sa première chemise. Quand on a faim de tout, que l'on doit boucler toutes les fins de mois avec moins de 977 euros, croyez-vous qu'on puisse être attentif à l'artiste ?

Il faut être bien nourri, "éduqué", pour rentrer dans ce genre de préoccupations. Les citoyens sont éduqués mais ils manquent de tout au moins pour 8,5 millions d'entre eux. Alors les subtilités de l'artiste, le mot ne me paraît pas adéquat, ferait mieux de se mettre à la barre et de souquer avec tous ses concitoyens pour faire avancer le navire.

Entretenir la confusion ne me semble pas d'une grande qualité de pilotage, "quand c'est flou...", alors si on pense à l'humoriste certains inconditionnels peuvent y adhérer, la multitude de rire jaune. On n'a certainement pas voulu élire un artiste, il doit se croire encore à la tête du PS à godiller parmi les siens, mais avec les gens cela ne prend plus, mais plus du tout.

Il suffit de constater, encore un, qu'un certain Rebsamen voulait conserver son ministère en cas de victoire aux municipales de Dijon - totalement inconscient -, c'est dire le degré de bêtise crasse en vérité, quant à l'artiste supposé, il y a longtemps qu'il ne fait plus rire personne de ses blagounettes, et le public a fui la salle. Les sondages sont le reflet de l'état moral du pays. Encore heureux, si certains ont versé le lisier sur les routes, que d'autres n'aient pas encore jeté de tomates sur la scène.

L'artiste est à pleurer.

Jean le Cauchois

"Une baisse tout au long de l'année 2016, crédible, longue et répétée du chômage" (F.Hollande)

Justement, le ministre actuel du Travail vient de trouver une bonne raison de retourner à Dijon et de laisser son poste au gouvernement. Il sera intéressant de connaître son successeur : un artiste des statistiques et de la communication.

Catherine JACOB

"<...probablement les statistiques de notre pays sur ce plan sont-elles fallacieuses. "

Ce ne sont pas les statistiques qui représentent simplement un calcul juste ou faux selon les modalités de calcul adoptées, qui sont fallacieuses, ce sont ces modalités mêmes qui lorsqu'on adopte un mode de comptage en lieu et place d'un autre, permettent de réduire un nombre de personnes identique de 1000 ou seulement 100 personnes susceptibles d'être considérées comme des chômeurs supplémentaires.

En fait, s'il était honnête, au lieu de bidouiller un an et demi à l'avance les modes de comptage, il parlerait de plein emploi incontestable, lequel a objectivement plus de chances d'arriver s'il s'en préoccupait dans les faits davantage qu'augmenter ses chances de réélection !

Mais bon, les Français sont comme les oiseaux qui virent becqueter les raisins de Zeuxis, ce champion du trompe-l’œil qui serait mort de rire en faisant le portrait d'une vieille.

calamity jane

Il serait donc empêtré dans une sorte de tradition qui veut la reconduction systématique à la tête de l'Etat ?
Ou quand la surprise d'avoir été élu ne lui laissa pas le temps de prendre la mesure de la "vastitude" de la tâche !
Il ne chôme pourtant pas pour l'embauche de fonctionnaires supplémentaires...
Là, le bât blesse.
(Par contre, j'ai appris qu'une jeune personne lui avait adressé personnellement un courrier et qu'elle avait obtenu une réponse sans tarder. Ce qui fait figure de nouveauté par comparaison, cette fois nécessaire, avec l'équipe
précédente qui attendait le pourrissement ! Nombre de témoignages.)

Votre conclusion est toutefois remarquable.

Franck Boizard

Pourquoi parler des politiciens ?

Ces gens-là ont un narcissisme pathologique. Peut-être le mieux est-il de les attaquer par là : faire comme s'ils n'existaient pas. Crever les baudruches.

Bien sûr, nous continuerons à subir leurs lois et leurs rapines. Mais il est en notre pouvoir d'effacer leurs noms de notre mémoire, de ne plus penser à eux, de ne plus jamais les citer, d'éteindre la radio quand on entend leurs noms, de ne pas lire les articles où ils apparaissent.

Nos politiciens sont de la racaille en costume. Pourquoi consacrer tant de pensée à cette racaille ? Le mépris suffit.

En tout cas, j'ai décidé de ne plus citer sur mon blog que des politiciens morts ou étrangers.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS