« Justice à la traîne, délais raisonnables... | Accueil | Les polémistes, les hommes politiques.... et moi ! »

25 septembre 2015

Commentaires

Laurent Dingli

Après avoir proclamé, péremptoire, que la nécessité d'une alliance avec le criminel de masse Bachar el-Assad était une "évidence", Philippe Bilger ose écrire :

"Mais de la déraison et du cynisme d'Etat. On consolide nos positions en même temps qu'on détruit nos valeurs. La France, patrie des droits de certains hommes seulement.
S'il est décapité et crucifié, je parie que François Hollande présentera ses condoléances au roi d'Arabie saoudite".

Philippe Bilger moquant Hollande c'est l'hôpital se moquant de la charité ou plutôt la fosse commune du cimetière.

Laurent Dingli

@ Alex
"...Mais pas des barbouzeries"

A quoi pensez-vous précisément ?

Je vous ai donné partiellement raison dans mon dernier commentaire sur l'article "Antigone n'a pas sa place en Syrie", estimant qu'il y a beaucoup d'incohérences de la part de Philippe Bilger de prôner l'alliance avec le criminel de masse Assad et de dénoncer une exécution en Arabie saoudite.

Alex paulista

@ Laurent Dingli | 30 septembre 2015 à 14:25

Je ne rappelle personne à l'ordre et ce que je propose est justement une position ferme. Mais pas des barbouzeries !
Mais quand je vois le peu d'avancées sur la fusion nucléaire, je me dis que nous marchons sur la tête en forçant nos meilleurs étudiants à se tourner vers la finance pour gagner leur vie correctement.
En 99 on s'essayait mollement à la création de tritium par bombardement de deuterium et au déclenchement de la fusion par laser... Il me semble qu'on n'a pas trop avancé en quinze ans.
Au lieu de ça on nous vante l'EPR...
Pensez, si on maîtrisait la fusion, même expérimentalement, même dans des réacteurs enterrés sous la mer, on pourrait voir les choses autrement.

Laurent Dingli

@Alex paulista

Soyons sérieux, voulez-vous. Qui peut imaginer attaquer l'Arabie saoudite ? Mais entre un conflit ouvert et une position ferme il existe une marge. Vous, à qui le nomadisme professionnel devrait ouvrir l'esprit, pourriez commencer par tolérer des idées divergentes et des critiques adressées à certains pays, religions ou cultures qui ne sont pas, immanquablement des victimes. En d'autres termes, lorsque Philippe Bilger ne fait que constater une évidence, à savoir que ces autocraties religieuses se moquent comme d'une guigne des droits de l'homme, il est inutile et même un peu déplacé de le rappeler à l'ordre. De même, je vous assure que je peux parler de l'Islam sans être "obsédé" par cette religion. Ceci dit, j'ai plaisir à échanger avec vous et serais heureux que nous partagions un verre (une bouteille ?) d'Arak...

Alex paulista

@Laurent Dingli | 29 septembre 2015 à 10:47

Et bien c'est parfait, si vous avez des parents au Liban on devrait s'y croiser devant un verre d'arak et un peu de sage chaud.
Je vous rassure, j'ai fait plus que visiter les hôtels. J'ai même été coincé au Liban sous le feu d'Israël en 2006, ai dû prendre un taxi pour la Syrie sous la menace des chasseurs israéliens qui tiraient même sur des ambulances. J'y ai vu la marée noire, y ai rencontré des députés parents de collègues et amis. À l'époque, la route de Damas était le passage obligé en 4x4 pour espérer rentrer en avion à Paris...
Mais revenons sur le fond du sujet : votre position c'est qu'il faut attaquer les Saoudiens tout en étant contre toute énergie nucléaire ?
Je persiste à penser que votre vision est bien plus angélique que la mienne.

Laurent Dingli

@sylvain

Je ne sais pas si je suis de drauche ou de groite, ou plutôt si, je sais que je ne suis ni d'un camp ni de l'autre et que cette subtilité brouille le mononeurone avec lequel vous tentez désespérément d'appréhender le monde. Pauvre sylvain, dès qu'on n'agite plus devant lui le chiffon rouge/gauchiste, notre brave bête à cornes est perdue dans l'arène et ne sait plus où donner de son double front (un pour Front national, l'autre pour celui des coups de boule avec lesquels vous prétendez régler les questions intellectuelles !!). Donc, cher double-Front, la blogosphère est moins occupée par des Dingli de drauche ou de groite que par des bidochons fachoïdes anonymes sylvanisés au QI de bulot. Tiens, d'ailleurs, à propos de comparaisons animales, vous me traitiez l'autre jour de "vautour de ce blog" comme ce bon vieux Gary Gasparovitch. J'adore, continuez, vous savez que je suis un fan d'animaux. Vous pouvez donc me qualifier de hyène, de serpent, de cochon, pas de problème. En revanche, si vous me traitiez de "sylvain", là, je pourrais mal le prendre !!
Eh ! sylvain, un petit conseil pour ce soir, quand vous aurez ôté votre tenue de rugbyman et vos charentaises, n'oubliez surtout pas de regarder sous le lit au cas où un musulman s'y cacherait, le couteau entre les dents ! Ah ah ! Sacré superdupont !

Laurent Dingli

@ Alex paulista

Vous m'interpellez de la manière suivante :

Vous êtes déjà allé au Liban, en Syrie, dans la région ? Avez travaillé avec des Saoudiens, des Qataris, des gens de Dubaï et d'Abu Dhabi ? Il y a quelque temps vous me le reprochiez, je pensais que vous étiez fier de n'y avoir jamais mis les pieds. J'aurais mal compris alors.

Certes, une fois encore, vous avez mal compris et je ne vous ai jamais reproché par ailleurs d'avoir travaillé avec ces gens. Je ne sais pas où vous êtes allé chercher tout cela. Pour le reste, j'ai en effet longuement séjourné dans la région. Mais je ne vais pas avoir le ridicule de me lancer dans un concours de visas avec vous. Ce serait aussi absurde que de vous sommer de répondre au questionnaire suivant :
1. Avez-vous été élevé en partie par votre grand-mère d'origine libanaise ?
2. Vos parents et grands-parents paternels et maternels sont-ils nés en Egypte ?
3. Savez-vous écrire l'arabe ?
4. Avez-vous étudié pendant des années l'histoire du Moyen-Orient arabe ?
Eh, dites, Alex, ça me donnerait le droit d'émettre le début d'une hypothèse sur le sujet. Bon mais avec humilité, hein ? Parce qu'à côté d'un grand personnage qui a baragouiné en anglais avec un businessman saoudien dans un bar d'hôtel, j'aurais certainement la honte ! Sacré Alex !
أنا أتكلم العربية

Laurent Dingli

@ Trekker

Pour en revenir à l'Afghanistan et à la Libye, j'étais convaincu qu'il fallait intervenir, entre autres pour des raisons humanitaires. En revanche, j'étais opposé à l'intervention en Irak (2003), comme d'ailleurs beaucoup de Français. A ce sujet, j'écoutais ce matin Dominique de Villepin dont les propos m'ont fait réfléchir sur l'opportunité d'une intervention en Syrie (qu'il juge inutile et dangereuse pour faire vite), de même que les articles du colonel Goya, que vous m'avez fait connaître, ont alimenté ma réflexion sur le sujet. En effet, je n'ai pas la prétention de détenir une quelconque vérité ou de concevoir des solutions bien que je connaisse le Moyen-Orient et la complexité de ses rapports communautaires contrairement à ce que s'est imaginé Alex paulista. Par ailleurs, il est difficile d'établir une gradation dans l'horreur entre Daesh et Bachar el-Assad, les actes de barbarie commis par ce dernier ne faisant pas l'objet d'une propagande et d'une publicité intensive contrairement aux crimes des premiers. J'entends bien le raisonnement de Dominique de Villepin, qui rejoint finalement celui du colonel Goya, à savoir qu'il faut tenter de détacher le soutien qu'apporte une partie de la communauté sunnite à Daesh, notamment en surveillant mieux les frontières, en asséchant autant que possible les moyens financiers du groupement terroriste, etc. Dans les faits, une entreprise très aléatoire et très difficile à mener (certainement moins, il est vrai, qu'une opération de l'ONU sur le terrain). Je suppose que, une fois encore dans l'Histoire, il faudra bien s'allier avec le diable (Assad soutenu par Poutine) pour combattre le diable (Daesh), non pour des raisons morales mais parce que l'un menace en apparence moins l'Occident que l'autre. Mais revenons à la Libye. Imaginons qu'il n'y ait pas eu d'intervention : il est probable que Kadhafi aurait repris la main et continué d'asseoir sa dictature sur les massacres de masse et la torture comme la famille Assad le fait en Syrie depuis 45 ans. L'intervention de l'Occident est loin d'être le seul facteur de désagrégation de la région et de l'oppression des sunnites par la minorité alaouite. Ce ne sont ni les Américains ni les Anglais ni les Français qui ont massacré environ 200 000 personnes en Syrie, accusées d'être des Frères musulmans, mais Hafez el-Assad. Ce n'est pas seulement l'Occident qui a contribué à déstabiliser pour des décennies le Liban, mais les conséquences du conflit israélo-palestinien, Israël, l'Iran et la Syrie du même Hafez el-Assad. Bref, les tyrannies tribales installées depuis 1970 (Irak, Syrie, Libye), c'est-à-dire au lendemain de la décolonisation, ne pouvaient durer éternellement et il était inévitable que les luttes d'influences des puissances régionales (Israël, Turquie, Iran, Arabie Saoudite, etc.) et internationales (Etats-Unis, Russie, France...) se répercutent sur ces nations. La guerre civile aurait tout aussi bien pu perdurer en Libye pendant des décennies avec le soutien extérieur de certains Etats du golfe et de la nébuleuse islamiste internationale : dans ce cas, tout à fait plausible, la Libye aurait été un foyer de déstabilisation régionale pour une durée indéterminée comme elle l'est aujourd'hui. Je rappelle en effet que l'Occident n'est pas directement à l'origine des révolutions arabes. Tout cela pour dire qu'il faut considérer l'équilibre régional avec beaucoup d'humilité, mais je ne pense pas devoir vous convaincre de cela.

Alex paulista

@ sylvain, dosimi

Ce que je dis me paraît moins irréaliste que de vouloir lancer des frappes sur tout pays qui exécute un opposant politique. Sinon, il aurait fallu depuis trente ans attaquer la Tunisie, l'Algérie, l'Égypte... Au lieu de cela nos ministres y passaient leurs vacances.

Sur le fait de laisser s'exprimer l'oncle du jeune homme exécuté : durant la dictature militaire au Brésil, certains représentants de l'Eglise qui dénonçaient les tortures ont commencé à communiquer dans les pays occidentaux. Je pense par exemple à Don Hélder Câmara :
https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9lder_C%C3%A2mara

Son travail de sape a permis l'arrêt du support inconditionnel occidental et a participé à la transition démocratique au Brésil, de 78 à 86. Certes Don Hélder Câmara a été un peu mis à l'écart par Jean-Paul II qui voulait toute la lumière, mais il n'a pas "disparu" physiquement. Il va peut-être être béatifié.
Bien sûr il faut quelqu'un qui ait une certaine aura, suffisamment pour ne pas être exécuté à son tour. Pourquoi pas un représentant religieux ou quelqu'un de la diaspora ?

Sur les affaires de mœurs que l'on cesserait d'étouffer : ils ont peur du scandale et détestent que ces choses-là sortent publiquement. C'est aussi un bon levier pour les calmer.
Peut-être plus que l'opposition frontale.

sylvain

@Alex paulista | 27 septembre 2015 à 18:47
"Pour illustrer mon propos et vous paraître moins naïf : il faudrait inviter en France la famille de ce jeune homme condamné et la laisser s'exprimer. Pas forcément épouser leur cause, mais au moins les laisser s'exprimer et leur signifier que nous sommes révoltés par cette exécution."

MDR ! On pourrait aussi organiser des marches blanches, vendre des tee shirts : "Je suis... comment s'appelle-t-il déjà ?" ouvrir une page Facebook, organiser des concours de tweets, inviter des bobos showbiziens en mal de pub, comme Cantona par exemple qui se refait une santé sur le dos des migrants et des naïfs acquis à sa "juste cause" LOL ; le yakafoconnisme gauchiste est plein de réseaux sociaux à cet effet et de Dingli "ni-nis" de drauche.
Ce qui est sûr, c'est que le faucuïsme gauchiste a de beaux jours devant lui.

dosimi

@Alex paulista | 27 septembre 2015 à 18:47
« Pour illustrer mon propos et vous paraître moins naïf : il faudrait inviter en France la famille de ce jeune homme condamné et la laisser s'exprimer. Pas forcément épouser leur cause, mais au moins les laisser s'exprimer et leur signifier que nous sommes révoltés par cette exécution. »

« ...paraître moins naïf » !?

Et vous compter vous y prendre comment pour inviter cette famille ? Envoyer un carton d’invitation ou une compagnie de bérets verts ?
C’est un peu du yaka fokon vos solutions.

Trekker

@Alex paulista | 27 septembre 2015 à 18:47

Là, totalement d’accord avec vos propos : inviter en France la famille de ce jeune condamné et appliquer les lois de notre pays aux princes et aux émirs quand ils séjournent chez nous. Ce serait un minimum aisément réalisable, cela demande juste un tout petit peu de courage politique mais même ceci est loin d’être à l'ordre du jour. Exemple : les dérogations accordées cette année pour la villa du prince saoudien (extension non conforme, plage réservée et exigence de ne pas être gardés par des femmes policiers).

Alex paulista

@ Trekker | 27 septembre 2015 à 16:40

Pour illustrer mon propos et vous paraître moins naïf : il faudrait inviter en France la famille de ce jeune homme condamné et la laisser s'exprimer. Pas forcément épouser leur cause, mais au moins les laisser s'exprimer et leur signifier que nous sommes révoltés par cette exécution.
Pratiquer la tolérance zéro pour tous les princes qui sont mouillés dans des scandales et qui bénéficiaient jusqu'à présent d'une volonté de discrétion. C'est ce que commencent à faire les États-Unis, où les scandales de moeurs et d'excès de vitesse commencent à éclore.
Mettons ces princes un peu à l'ombre.
Au niveau des entreprises : quand ils sont désobligeants envers les femmes que nous envoyons, je pense qu'il faut cesser d'y envoyer qui que ce soit.
D'ailleurs les Saoudiens sont un cas à part. Je n'ai eu de problèmes qu'avec eux, et quand ils étaient chez eux.
J'ai cessé d'y aller.

Trekker

@ Alex paulista | 27 septembre 2015 à 03:10
"...pour les Saoudiens et d'autres plus évolués venus des Emirats, je suis convaincu que c'est en augmentant les échanges avec ces gens que nous les civiliserons. Ils sont très sensibles à nos traditions, rêvent de noblesse d'âme…"

Après de telles naïvetés vous vous permettez de traiter Laurent Dingli de comique, mais désolé vous êtes l’illustration des discours lénifiants et déconnectés du réel concernant ces pays... ou subjugué par la riyadpolitik de notre gouvernement !

Cela fait plus de trente ans - grâce à leurs mannes de pétrodollars issus de la crise de 1974 - que les familles régnantes de ces pays pratiquent des échanges intenses avec les pays occidentaux, et vivent le tiers ou a minima le quart du temps dans ceux-ci. Ils ne fréquentent ponctuellement des pays tels le Liban et le Maroc que pour leur bon plaisir : réservoirs de jeunes femmes à leur disposition !... En outre ils achètent souvent ce qui se fait de mieux chez nous en matière culturelle, et tous leurs grands chantiers sont réalisés par des entreprises occidentales.

Résultat, rien n’a changé dans leur mode de vie : moeurs, primat du religieux le plus archaïque et droits de l’homme. Leur seule évolution c’est l’exportation intense du salafisme depuis 20/25 ans dans tous les pays musulmans et communautés musulmanes dans les autres pays : version quasi à l'identique du wahhabisme. Tous ces pétromonarques sont viscéralement attachés à cette version moyenâgeuse de l’islam et de la société en découlant, entre outre elle leur permet de régner en autocrates : les quelques embryons de Parlement existant parfois ne sont que poudre aux yeux.

Mais pas besoin d’une guerre au sens classique du terme pour se débarrasser de ces pires ennemis de notre civilisation, il suffirait de limiter drastiquement nos échanges commerciaux avec eux et de quelques actions - violentes naturellement - de nos services spéciaux et au plus de nos forces spéciales. Comme toutes les tyrannies, sans réelle assise populaire ou dotée d’un parti totalitaire, ces régimes s’effondreraient.

Mais là cela demande de voir un peu plus loin que nos intérêts financiers à très court terme, et du courage politique. Mais hélas il est loin le temps des Churchill, Roosevelt et de Gaulle, qui eux avaient compris que leurs peuples avaient une capacité de résilience bien supérieure à la classe politique et sauraient accepter des sacrifices si on leur expliquait clairement les enjeux. De plus une confrontation avec ces pétromonarchies et surtout avec les moyens que j’expose, serait bien éloignée du caractère apocalyptique de la Seconde Guerre mondiale.

Ce ne sont pas les Russes qui risquent de voler au secours de tous ces tyrans dont l’archaïsme n’a d’égal que leur fortune ; certes cela n’entre pas dans la doxa de Robert Marchenoir : massacrons Poutine et un tiers du peuple russe, mais surtout ne touchons pas à un poil de barbe de ces émirs !…

Alex paulista

@ Laurent Dingli

Vous êtes déjà allé au Liban, en Syrie, dans la région ? Avez travaillé avec des Saoudiens, des Qataris, des gens de Dubaï et d'Abu Dhabi ?
Il y a quelque temps vous me le reprochiez, je pensais que vous étiez fier de n'y avoir jamais mis les pieds. J'aurais mal compris alors.
À bientôt donc à Gemmayzé. Amenez Rossinante, on lui trouvera bien un abreuvoir quelque part et un Saoudien pour s'occuper d'elle.

Laurent Dingli

@ Trekker

Je prends le TGV pour Paname et vous réponds dès que possible (sans nulle "ire", n'ayez crainte). Un mot seulement : je ne mélange pas les différentes interventions. Je pense que vous avez compris ce que je voulais dire : le statu quo précédant l'intervention de Bush junior suffisait à protéger les populations kurdes et, partiellement, les chiites d'Irak. Je n'ai plus tous les détails et dates en tête et vous remercie pour vos précisions. Enfin, je pense, contrairement à vous que les interventions en Afghanistan et en Libye se justifiaient, mais nous en reparlerons plus longuement je suppose.

Giuseppe

@Alex paulista

Sur l'esprit de changement, je comprends votre raisonnement et il est juste très fin, ainsi que sur la méthode, sans aucun doute... Mais (il y a toujours un mais), à l'échelle du temps d'Albert Jacquard, il ne resterait que son livre Mon utopie, et certainement de ne pas connaître ces bouleversements.
Rassurez-vous je n'ai pas de solutions, mais j'adhère à votre approche.

Laurent Dingli

Bobo paulista,

Arrêtez, cher bobo de droite, je vous reconnais bien là : après avoir approuvé la mise à feu et à sang d'une région où vous êtes fier de n'avoir jamais mis les pieds, vous allez vilipender les bobos de gauche qui militent à la Cimade pour aider les immigrés, ou pire, ceux qui ont le malheur de parler de relations internationales en ayant vécu dans d'autres pays que la France.

Amusant, de se faire traiter de "gauchiste" par nos amis de droite et de "bobo de droite" par nos amis de gauche. En tout cas, je me sens assez libre et satisfait de ne pas appartenir à vos chapelles. Merci donc du compliment. Pour le reste, vous êtes en plein délire, mon vieux. J'aurais approuvé la mise à feu et à sang d'une région où, selon vous, je n'aurais jamais mis les pieds. Comme je vous ai remis sous le nez une de vos gigantesques sottises, vous vous agacez au point d'écrire n'importe quoi. En tout cas, merci pour la nouvelle rigolade provoquée par votre suggestion visant à humilier les Saoudiens pour les civiliser, etc. Je répète : Sacré Alex ! Si vous n'existiez pas, il faudrait vous inventer pour divertir nos dimanches.

Trekker

@Laurent Dingli | 25 septembre 2015 à 12:57

Désolé mais je suis en désaccord avec plusieurs de vos propos, en espérant que cela ne suscitera pas votre ire.

"La question finalement est moins de savoir s'il fallait intervenir en Irak, en Afghanistan ou en Libye que de savoir comment le faire"

Mais la question de fond et primordiale dans ces trois cas, avant même de s’interroger sur le comment, c’est la pertinence de ces trois interventions qui est loin d’être avérée : en Afghanistan nous n'étions nullement concernés par ce conflit et nous n’avons fait que du suivisme vis-à-vis des USA, en Libye on pouvait très bien ramener à la raison Kadhafi sans mettre à feu et à sang ce pays, en Irak là encore nous ne sommes pas concernés et nous n’avons pas à endosser le fruit des bêtises de Bush junior.

"L'intervention de Bush père suffisait à calmer les velléités génocidaires de Saddam Hussein (kurdes gazés, chiites massacrés, etc.)"

Vous mélangez des faits s’étant déroulés avant et après la première guerre d’Irak, et celle-ci visait uniquement à punir Saddam Hussein pour son envahissement du Koweït : acte certes condamnable, mais dû en grande partie à la rapacité de l’émir Jaber *, ainsi qu’au jeu trouble des USA avec l’Irak avant cet envahissement.

* L’Irak de Saddam Hussein avait sacrifié nombre de ses hommes dans sa guerre avec l’Iran pour de fait sauver les pétromonarchies, et le Koweït était une des premières concernées. L’Irak était sortie exsangue financièrement de cette guerre, et l’émir Jaber refusa d’annuler la dette contractée pour la faire auprès du Koweït : principale cause de son envahissement par l’Irak.

Les kurdes furent gazés massivement par Saddam Hussein de février à septembre 1988, avec la bienveillance de Jacques Chirac, les armes chimiques furent fournies pour une grande part par la RFA (business is business) et dans l’indifférence des USA : donc près de trois ans avant la première guerre du golfe en 1991.

Les chiites furent massacrés par Saddam Hussein juste après la fin de cette première guerre du golfe, suite à leur révolte contre le régime irakien. Ils furent appelés ouvertement à cette révolte par les USA (radio, télévision et déclarations officielles), mais ceux-ci se gardèrent bien cyniquement de venir à leur aide. Certes au même moment, donc après ladite guerre du Golfe, les kurdes se lancèrent dans un embryon de révolte qui fut réprimé a minima par Saddam Hussein. Pour ce dernier sa priorité - et ses moyens militaires subsistant - était la révolte chiite, et de plus la France se livra à une interposition militaire (fort limitée dans les faits) entre les deux belligérants.

"C'est l'intervention de son imbécile et illuminé de fils qui a précipité la région dans le chaos"

Là je suis totalement d’accord avec vous !

"Pour la Libye, il était nécessaire d'empêcher Kadhafi de massacrer sa population"

Bien sûr mais il ne faut pas exagérer, Kadhafi menaçait uniquement de massacrer les habitants de Misrata et Benghazi. Il suffisait de respecter l’esprit et la lettre de la résolution ONU dont on s’est prévalu, cela pour faire une guerre qui la transgressait allègrement. Les colonnes de chars de Kadhafi qui s’approchaient de ces villes pouvaient être stoppées et en grande partie détruites par voie aérienne. Kadhafi qui était avant tout un matamore - quasiment tous ses raids sur ses voisins avaient été suivis de piteuses reculades - aurait fort bien compris la leçon et après cela devenait du ressort de la diplomatie.

"La communauté internationale aurait dû élaborer conjointement un plan visant à organiser la suite avec tous les risques d'enlisement et de pertes humaines" 

Mais cela relevait de la politique-fiction étant donné l’engagement uniquement aéronaval des USA, les armées britanniques et françaises étaient bien en peine de pouvoir concrétiser un tel plan. Celle britannique et notamment de terre était totalement « rincée » suite à ses engagements en Afghanistan et en Irak : elle comptait moins d’unités et hommes que l’armée française, c’était dire son état ! Quant à la France son armée de terre suite à une professionnalisation loin d’être cohérente et menée au pas de charge par Chirac, à laquelle s’ajoutaient les fortes réductions d’effectifs et de moyens dus à la RGPP de Sarkozy, en était bien incapable. En raclant les fonds de tiroirs on pouvait et on ne peut constituer au mieux qu’un corps expéditionnaire de 5000 hommes...

La mise en oeuvre d’un plan de stabilisation en Libye ou autres théâtres d’opération similaires implique impérativement une forte présence au sol et là rien de sérieux ne peut se faire avec moins de 100 000 hommes. Rappelez-vous la Bosnie et le Kosovo, pourtant ayant des surfaces autrement plus restreintes, rien de décisif ne peut être entrepris sans une forte participation terrestre des USA. On peut s’en réjouir (cas des Verts et autres gauchos antimilitaristes pulsionnels) ou le déplorer, mais nous n’avons plus qu’une armée capable d’intervenir seule dans des petits/moyens pays africains pauvres du sud-Sahel, ou de jouer les harkis pour une grande puissance !

Alex paulista

@Laurent Dingli | 26 septembre 2015 à 16:13

Ah sacré Laurent, je vous retrouve bien là, tant habile pour juger depuis votre fauteuil.
Figurez-vous que je ne vous ai pas attendu pour connaître les Saoudiens. Il y a bientôt vingt ans de cela, j'étais dépité en voyant sortir un bâtiment de la rade de Brest : un marin avait osé dire ses quatre vérités et gifler un officier, le navire partait dans les eaux internationales pour pendre le jeune homme. Je les ai observés débarquer le corps, je pense qu'ils l'ont laissé dans une fosse commune en France.
Dix ans plus tard, c'est à l'occasion de contacts professionnels avec la banque Samba que j'ai eu à pratiquer ces guignols insupportables.
En goguette à Beyrouth, je les ai également observés s'engouffrer dans les "super-discothèques" de la capitale.

Mais une fois qu'on a dit tout ça, monsieur Dingli, que fait-on à part sauter comme un cabri devant son poste ?
Une guerre de plus ?
Arrêtez, cher bobo de droite, je vous reconnais bien là : après avoir approuvé la mise à feu et à sang d'une région où vous êtes fier de n'avoir jamais mis les pieds, vous allez vilipender les bobos de gauche qui militent à la Cimade pour aider les immigrés, ou pire, ceux qui ont le malheur de parler de relations internationales en ayant vécu dans d'autres pays que la France.

Après avoir côtoyé les Saoudiens et d'autres plus évolués venus des émirats, je suis convaincu que c'est en augmentant les échanges avec ces gens que nous les civiliserons.
Ils sont très sensibles à nos traditions, rêvent de noblesse d'âme. C'est le dernier luxe en rayon, celui qu'ils ne peuvent pas s'offrir facilement.
Contrairement à ce que vous ignorez sans doute, il existe une fascination envers la France.
La solution n'est sûrement pas de couper les ponts mais de mettre en difficulté leurs dirigeants.
Leur faire comprendre à l'orientale, par exemple en faisant plus d'honneurs et en recevant les familles du coin qui sont plus progressistes.
En clair, pratiquer l'humiliation sur ce qu'ils ont de plus cher et qui ne s'achète pas : la considération.

Et j'oubliais de rappeler, cher comique va-t-en-guerre contre les Saoudiens, que vous êtes également un fervent opposant au nucléaire...
Sacré Don Quichotte affublé d'une éolienne en guise de lance !

Rêver, à l'impossible rêve...

Giuseppe

Je me suis toujours demandé comment il se pouvait que les dirigeants de notre pays pouvaient encore se servir de personnages tels que Jaquatali et BHL. En fait, j'en suis arrivé à la conclusion suivante, à force de les écouter et de les lire, pour les deux premiers, ils représentaient tout ce qu'il ne fallait pas entreprendre ni faire, et d'en déduire les chemins autres qu'il fallait emprunter, même si parfois ils étaient escarpés, mais moins fumeux que celui du faux Malraux ou du faux Mitterrand.

Pour la justice, depuis toujours il y a comme une peur étrange qui noue les tripes de l'exécutif, comme si celui-ci avait peur de son ombre ou de ce qui pouvait se cacher par-devers lui, de crainte de se faire éclabousser ; on renie donc toute velléité de transparence et d'honnêteté juste, qui serait sans doute plus profitable à un corps de magistrats en place, sans doute fragilisé, et dont les citoyens peinent à comprendre des décisions pour le moins équivoques.

Toutes les relaxes prononcées sur des personnages sulfureux font douter de toute impartialité et de là le public de voter toujours pour les mêmes. Plus que le clientélisme avéré, on s'aperçoit que si cela continue les "époux infernaux" bientôt seront de pauvres persécutés. Triste justice, pâles condamnations, méchants électeurs au bout du compte, mais ce n'est pas forcément toujours leur faute.

breizmabro

"Mais de la déraison et du cynisme d'Etat (...)"

A propos de déraison et cynisme, je viens d'apprendre que Patrick Pelloux va percevoir 1,8 million de l'Etat (donc de nous) d'indemnités pour le traumatisme subi pour la mort de ses amis de Charlie (on est TOUS Charlie, vous vous souvenez ?).

En même temps il a - bien - pleuré dans les bras de Hollande et il a viré la chiure de pigeon tombé sur son manteau, il a donc bien mérité son million huit.

Fermez le ban.

Trekker

@scoubab00 | 26 septembre 2015 à 10:47

Hormis vos moqueries à mon encontre digne d’une chambrée d’hommes de troupe bien avinés, j’observe que vous vous abstenez pieusement de faire des observations sur six des sept paragraphes de mon commentaire auquel vous faites allusion.

La chose militaire et plus spécialement son histoire ne semblent être connue de vous que fort approximativement, et je suis gentil en utilisant cet euphémisme. Quand on vous fait remarquer fort poliment que vous êtes dans l’erreur sur divers points et non secondaires, vous vous abstenez de répondre et vous réfugiez derrière le masque facile d’un pseudo-humour.

A croire que vous êtes un proche cousin de Robert Marchenoir, mais en moins pénible question longueur et répétition des phobies.

Mitsahne

Non, non et non, il n'y a pas lieu de créditer F.H. de la libération de nos otages QUELLES QU'EN SOIENT LES MODALITES.

A chaque fois, il y a affirmation officielle qu'il n'y a pas eu de versement de rançon, et cela fait hurler de rire tout le monde ! Si c'était vrai, pourquoi les ravisseurs continueraient-ils à enlever ? Seraient-ils donc si sensibles à nos appels à la vertu et aux droits de l'homme qu'ils libéreraient, contre rien, les otages ?

Faut pas être naïf.

breizmabro

@ Roger | 26 septembre 2015 à 14:04

Comme j'aime. Le dire, oui, mais avec humour et légèreté (nous ne sommes pas dans une salle d'armes !).

"Les retards et l'engorgement des tribunaux reflètent le déficit de moyens opérationnels, donc d'argent"

Ca aussi c'est de l'humour car l'engorgement des tribunaux ne vient pas, uniquement, du manque d'argent. Un jour, si vous êtes sage, je vous raconterai ces belles histoires de magistrats (dont certains très connus) jouant au tennis les après-midi (je le sais, il m'est arrivé d'être leur adversaire), ou au golf, ou allant régulièrement aux séances de cinéma de 15 heures, ou lisant leur dossier sur la plage en compagnie de leurs enfants dont l'institutrice était en grève... Celle de cette magistrate de la cour d'appel, alcoolique, mise en arrêt maladie (en même temps... !) durant cinq ans mais qui continuait à toucher son... traitement ;-))

Ceci dit ce sont des histoires qui ne datent pas d'hier...

breizmabro

"...mais de la déraison et du cynisme d'Etat. On consolide nos positions en même temps qu'on détruit nos valeurs. La France, patrie des droits de certains hommes seulement"

1° Depuis la publication de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 par la France celle-ci s'est vu attribuer le titre de PATRIE des droits de l'homme, alors que, sauf preuve contraire, elle n'a jamais revendiqué ce titre ! (Bien fait. Elle n'avait qu'à pas la publier cette déclaration ;-))

2° Vous invoquez le cynisme de notre Etat, mais que dites-vous alors - des Allemands qui, tout l'été, ont donné des leçons de morale à ces Grecs menteurs et tricheurs, à ces Onassis et compères pollueurs des mers, alors que eux, pendant ce temps, dans leurs petits ateliers de dix mille salariés, fourbissaient leurs tricheries informatiques internationales (Tsipras doit être mort de honte d'avoir cédé devant ces arrogants moralisateurs).
- ou de Merkel ouvrant grand ses portes aux réfugiés migrants via l'Autriche puis leur claquant la porte au nez huit jours plus tard pour... raisons multiples évoquées dont la fête de la bière... :-(

La Justice juste n'existe pas M. Bilger, vous le savez mieux que quiconque. Ne faites pas le manichéen ça ne vous ressemble pas. Ou alors... par cynisme ? ;-)

Laurent Dingli

Il y a quelque temps, Alex paulista, super bobo expat et comique involontaire de ce blog, était tout rouge de colère derrière son clavier brésilien. La cause d'un tel émoi ? Philippe Bilger avait porté un jugement "à l'emporte-pièce" sur nos braves humanistes d'Arabie saoudite...
Eh ! cher comique, c'est tout de même mieux que d'avoir des jugements à l'emporte-têtes !
Sacré Alex !

Solon

Le titre seul a de quoi faire sauter ! "La justice selon François Hollande..."
Et puis "Pour la justice, dans sa définition judiciaire, après avoir cru naïvement qu'elle le préoccupait (...) Faut-il voir dans cette épidémie de mansuétude..."

Si on comprend bien le propos, la justice dépend du président de la République, donc du pouvoir exécutif. Et les magistrats dont "l'intuition judiciaire anticipe dans deux ans l'échec de la gauche" sont attentifs à protéger leurs arrières. Ils jugent en fonction du Souverain auquel il convient de ne pas déplaire. On a rarement entendu un réquisitoire aussi bref et aussi violent.

finch

@Giuseppe
…une nouvelle fois notre-plus-grand-visionnaire-du-monde Jaquatali.

Parlons-en de "Jacques-a-dit". Il parle de rien sur tout et se trompe d'un rien sur tout. Il faut donc se tenir à cent lieues de son dernier opuscule qui touche précisément au thème sensible de la prédiction. Il a décidé d'embrasser le métier de conseil auprès des grands pour ne pas faire de politique (sic) qui - chacun sait - conduit prétendument à la fabrique de grands. Cela lui a permis d'éviter d'être un grand politique et de recevoir des conseils d'un qui se croyait grand en coaching.

Ses conseils rarement lus, encore plus rarement écoutés voire suivis, deviennent inexorablement des reliques dès qu'il s'agit de prétendre à la réussite. Le couronnement de sa carrière résidera assurément dans l'épitaphe dont nous gratifiera celui qui déteste qu'on le compare à un vieux hibou.

Grand seigneur, tel le prédateur précité perché sur son arbre, il scrute les proies faibles à saisir (se rappeler son élégante saillie contre J.J. Goldman à propos de sa chanson controversée pour les enfoirés) et flatte les puissants - clients potentiels ou avérés - devant lesquels il se prosterne abondamment dans la perspective d'une miette de contrepartie mercantile.

Roger

"…elle [Taubira] est le marqueur solitaire d'une gauche qu'on ne veut plus, et d'abord François Hollande." P. Bilger.

C'est entériné : désormais, sous la plume de P. Bilger, F. Hollande se "sarkozyse". Dans la prise en grippe d'un personnage jugé abominable à la tête de l'État. Pour l'observateur un tant soit peu attentif du blog, le virage s'est produit imperceptiblement, il y a quelques semaines. François Hollande passe dorénavant devant le tribunal lucide et sans pitié de Philippe Bilger. Haché menu à la moulinette sur fond de critique cinglante, impitoyable… Les griefs sont exposés sèchement comme autant de coups de hachoir assenés violemment sur épais billot. Faut-il que P.B. soit remonté comme une pendule, pour qu'il reproche aujourd'hui à Hollande ce qu'il tolérait de lui hier avec la bienveillance la plus exégète. Du reste, le grief d'une justice laxiste, à la dérive, est l'exact l'inverse de ce qu'il abhorrait chez Sarkozy (justice muselée, humiliée, infiltrée, aux ordres de l'exécutif pour étouffer les affaires dérangeantes…). Comprenne qui pourra… Où situer exactement le curseur ?

Les bavures judiciaires citées dans le billet sont intolérables. Les retards et l'engorgement des tribunaux reflètent le déficit de moyens opérationnels, donc d'argent. D'où la constatation de l'insupportable, de l'indéfendable, de l'impensable. Un appel d'air pour les voyous. Une menace pour la société. Le cercle vicieux du dysfonctionnement a atteint son plein régime de croisière pour le plus grand malheur des parties civiles n'ayant pas encore fait le deuil du disparu, contraintes - de surcroît - à s'offusquer devant une libération contre-nature, insupportable, insultante.

Tous les voyants de la justice sont au rouge, à l'identique, d'ailleurs, des autres domaines régaliens. Avec F. Hollande la gabegie s'installe et s'infiltre partout, sournoisement, tel un néoplasme et ses métastases. Il est à souhaiter que cette hirondelle (la gabegie) n'effectue pas de troisième printemps.

Roland Gérard

@Robert Marchenoir
"Quant aux fameuses "armes de destruction massive qui n'existaient pas"... elles existaient bel et bien. On en a la preuve aujourd'hui. Savoir si elles justifiaient une intervention militaire, c'est une autre question"

Depuis des années on nous serine la même allégation fausse, à savoir que les armes de destruction massive n'existaient pas.

C'est une très grosse blague car tous les grands fournisseurs d'armes du monde, je veux dire la France, l'Allemagne, les USA, l'URSS, etc. disposaient de bons de livraison de ces fournitures d'armes de destruction massive.

C'est l'évidence, un secret de polichinelle et tout le monde le sait.

Xavier NEBOUT

"Au-delà de ce désinvestissement qu'on ne déplore pas parce que Nicolas Sarkozy l'investissait trop" dites-vous.

Elle est bien bonne : avec une magistrature de gauche, le nul n'a pas besoin de l'investir.

Quant aux abandons de poursuites suspects, dites-nous qui est franc-mac dans ce mic-mac et on commencera à y voir plus clair.

Laurent Dingli

Les droits de l'homme vus par nos copains friqués de la Péninsule :

Giuseppe

A force d'écouter tous les experts, tous les stratèges en tous genres, j'en perds mon latin. Bien sûr chacun a la (sa) vérité. Si c'était aussi évident que le prônent certains il n'y aurait pas l'embrouillamini actuel dans tous ces pays du Moyen-Orient. Insoluble.

Alors en matière de justice et d'occupation de terrain j'y vois le même parallèle. Mais dans le fond toujours les même écueils, toujours les mêmes relaxés, les attentes sont toujours là et les réponses toujours autant inexistantes. Et pourtant Dieu sait combien les communicants croissent à la vitesse grand V, partout, pour toujours moins de résultats.

Il est triste de se rendre compte qu'une Europe et des dirigeants n'arrivent à rien ou à si peu de résultats, on le voit bien, et une nouvelle fois notre-plus-grand-visionnaire-du-monde Jaquatali de commettre un nouveau livre dans lequel il va nous expliquer le futur. Vite fuyons à toutes jambes loin de tous ces personnages, qui ne sont que des enfonceurs de portes ouvertes.

Quant aux thèmes développés par l'exécutif, rien de nouveau sous le soleil, on godille comme on peut afin d'arriver jusqu'au rivage. Manque de chance, nous citoyens, nous avons de plus en plus de mal à discerner de quel côté il se trouve.

breizmabro

@ Laurent Dingli (26 septembre 2015 à 00:32) et hameau dans les nuages (26 septembre 2015 à 00:28) veilleurs de nui... sances

Je suis comme vous, effondrée (en réalité j'ai pleuré de rire) à la lecture du billet indigeste de Robert Marchenoir dans lequel il vend, façon Volkswagen :

- l'inversion de la courbe du boycott en Russie puisqu'il s'agirait d'entendre que c'est la Russie qui a demandé de boycotter l'UE. Heureusement qu'elle ne l'a pas demandé aux Ricains car Exxon n'aurait pu signer un contrat juteux pour aller farfouiller sous les jupes de l'Arctique...

- les Mistral construits à Nantes parce que la Russie "cache mal la façon dont son industrie souffre de l'impossibilité d'importer les technologies qui lui sont indispensables à la mise à niveau de ses armements" (c'est pas ce que dit Obama mais ce n'est qu'un petit garçon à côté de Marchenoir ;-))

- les fameuses armes de destruction massive qui existaient bel et bien "on" "en a la preuve aujourd'hui" (?)

"Le but de la seconde guerre d'Irak n'étant pas d'éliminer des "armes de destruction massive", il était de porter un coup fatal aux dirigeants barbares et sanguinaires d'un pays musulman". Là, pour le coup, fatal...

- Volkswagen qui fait allégeance au communisme vert "puis truande ses petits logiciels en coulisses"

et, cerise sur la bouillie : les tickets de rationnement en Russie que ne nous ont pas révélés nos journaux de propagande...

Cette prose de notre Joseph McCarthy à nous m'a mise d'excellente humeur.

Alors je dis : Merci Robert ! :-D

scoubab00

@ Trekker [lundi dans "Le pape serait-il protestant ?" suite]

Vous ne me décevez pas le moins du monde. Colonel à l'échelon de ce blog c'est une promotion, arbitrairement désigné mais la vie n'est-elle pas opportunité à saisir ?
Si LCI ou i>TELE ont leur expert ès géopolitique, pourquoi ce blog riche en talents n'en disposerait-il pas... votre fibre pédagogique alliée à votre clarté ne demande qu'à dévaler ses colonnes, l'étiquette aide bien.

Numéro 0, extrait.
"Que pensez-vous tr... colonel Trekker de la situation militaro-stratégique de ce site ?
- Eh bien il me semble que notre hôte monsieur Bilger serait bien avisé de se munir sans tarder d'un casque vintage US M-1 avec filet, qui présente le double avantage d'être solide et léger. On peut s'en procurer à bon prix sur le site marchand qui commence par : le et qui finit par : oin. Ainsi qu'un gilet pare-balles dernière génération V-Great en Twaron® certes plus onéreux mais d'un usage précieux si l'on se réfère aux attaques répétées ou en piqué des sieurs Monod-Broca, Gasparov, scoubab00 ou autres Nebout, JDR et...
- Merci colonel et à très bientôt."

Ca le fait bien, non ?

@ Catherine JACOB [8:41]

Bel effort dûment gainé, bravo.

Catherine JACOB

"La justice selon François Hollande..."

La Justice selon François Hollande ne m’intéresse pas davantage que la Justice selon son ministre. Pourquoi ? Parce que ce qui me paraît intéresser ces deux personnages c'est avant tout eux-mêmes et ce qui leur paraît servir leurs intérêts partisans à court terme.
Pour qu'on s'intéresse à leur conception de la Justice il faudrait d'abord qu'ils aient une idée et développent une réflexion autour de ce qu'elle est et de ce qu'elle devrait être. Mais le voudraient-ils et en seraient-ils capables que le train-train du quotidien des affaires de l'Etat ne leur en laisserait guère le temps. Il leur eût fallu développer une telle réflexion bien avant d'être contraints par la nécessité du jour qui, comme on le sait, fait loi.

Personnellement, je n'attends plus rien de la Justice selon les politiques qu'un scandale de plus ou de moins.

Ce qui m'intéresse en revanche davantage c'est la conception au quotidien de la Justice par ceux qui sont appelés à la rendre.

Quelle rigueur est la leur ? Tant vis-à-vis d'eux-mêmes que vis-à-vis de leur tâche ? Quels vrais efforts sont les leurs pour faire advenir ce qui est juste ? Nous savons tous ce qui est juste et ce qui ne l'est pas et même le petit enfant qui ne parlant pas encore ne saurait l'exprimer de lui-même, sait d'instinct ce qui est juste et ce qui ne l'est pas.
Pourtant, il apparaît que trop souvent, la Justice est rendue à l'encontre de ce qui est juste. Pourquoi ? Voilà qui à la vérité serait intéressant à connaître et à débattre sur la base d'exemples précis et selon une argumentation qui n'ait rien de baroque, d'étrange ni de biscornue ou de simpliste, rien de tape-à-l’œil, rien d'absurde, rien de frappé au coin de l'idéologie partisane mais tout d'intelligence lumineuse et de véritable humanité et de grande honnêteté intellectuelle.

En dehors de vous-même et d'un tout tout petit nombre de vos collègues, je vois extrêmement peu de magistrats qui me paraissent mériter le pouvoir qui est le leur de à la fois bouleverser inutilement des vies et à la fois en réparer d'autres à la manière d'une compression de César. Car ce pouvoir veut d'abord une grande humilité et je ne vois partout qu'ego démesuré ou, au mieux, je-m’en-foutisme et automatismes pervers actionnés par des grenouilles décérébrées tandis que s'agitent autour de la mare de grands hérons noirs au col blanc.

Denis Monod-Broca

"Ce n'est même pas de la raison d'Etat. Celle-ci a encore sa logique.
Mais de la déraison et du cynisme d'Etat."

Ce n'est même pas déraison ou cynisme d'Etat : il n'y a plus d'Etat !
La France n'a plus d'Etat.
Plus de monnaie nationale (l'euro est un deutsche mark déguisé), ni de justice (les décisions de justice nationale peuvent être remise en cause par la CEDH), ni d'armée (elle est sous commandement de l'OTAN), ni de loi (transposition de directives bruxelloises). Que reste-t-il de l'Etat ? Les apparences ! Rien de plus.
Faut-il que Sarkozy succède à Hollande et après, pourquoi pas, Hollande à Sarkozy pour que la farce apparaisse aux yeux de tous ?
Si nous n'avons plus envie d'être la France, assumons notre renoncement, ne faisons porter le chapeau ni à l'un ni à l'autre.
Si au contraire nous avons encore envie d'être la France, parlons et agissons en conséquence : cessons d'être dupes de ces faux-semblants, faisons la grève des urnes, manifestons, faisons la révolution...

Les incohérences criminelles de notre politique étrangère ne sont-elles pas le signe flagrant de notre absence d'Etat ? Nous zigzaguons comme une poule sans tête...

Laurent Dingli

Bob,

Donc, en résumé, Volkswagen est victime du fascisme vert et G. W. Bush a engagé une croisade contre un pays musulman, l'Irak de Saddam, repère de terroristes !!!! Bob, vous découragez les meilleures volontés. Il est temps d'aller vous coucher, et surtout n'oubliez pas de prendre vos petites pilules roses.

hameau dans les nuages

@ Robert Marchenoir
"Au fait, des tickets de rationnement alimentaire viennent d'être introduits en Russie..."

Sans doute juste une erreur de typographie. Il fallait bien sûr lire USA au lieu de Russie (foodstamps et cela depuis plusieurs années)...

Après j'en ai relevé d'autres noyées dans ce texte fleuve mais il se fait tard...

Ah si aussi quand même le coup de la fiole d’anthrax présentée uniquement parce que nous réclamions des preuves et qu'il fallait bien nous contenter... j'ai bien ri.

Robert, c'est quand même un peu de la bouillie pour chats, hein ? Vous le faites direct ou en passant par Word ?

Allez dodo.

caroff

@Bahvoyons
"Are you serious ? Kadhafi était ce violeur, terroriste et dictateur qui dès que mis à portée de pogne de son peuple a fini en lambeaux".

Certes, mais s'il a fini comme il a fini c'est avec un sacré coup de pouce d'une coalition occidentale...
Le peuple libyen, quel peuple libyen ? Une centaine de tribus sur lesquelles s'appuyait Kadhafi...
Attention aux simplifications de type journalistique !

Trekker

Fort pertinent, votre excellent billet monsieur Philippe Bilger. Je partage toutes vos analyses et vos remarques judicieuses. Je me permets de citer deux de vos phrases frappées du plus élémentaire bon sens, n’en déplaise à certains commentateurs.

« La justice est clairement gangrenée par le "deux poids deux mesures". On n'agit pas de la même manière avec tout le monde, on réprime ou on s'abstient, on encourage des manifestations ou on en brise d'autres. L'inégalité est la règle et la justice sur ce plan est à la tête du citoyen ou de son étiquette politique. »

« …s'il est décapité et crucifié, je parie que François Hollande présentera ses condoléances au roi d'Arabie saoudite… »

J’ose même aller plus loin, afin « d’humaniser » la peine de mort dans ce pays car ses décapitations ont un caractère moyenâgeux. Notre bon et réaliste François Hollande va peut-être donner derechef à ce pays notre stock de vieilles guillotines, en demandant qu’elles ne soient utilisées que dans les enceintes de ses geôles. Nettement plus moderne, et leur emploi dans lesdites geôles scandalisera beaucoup moins les opinions publiques.

Cette idée ne devrait pas déplaire au pragmatique qu’il est - un adepte des synthèses les plus bancales - et la Riyadpolitik étant le nirvana de sa politique étrangère. On ne va pas se fâcher pour si peu (une simple exécution), avec un régime qui finance à tout-va notre industrie de l’armement : juste lui donner le moyen pour que celles-ci soient plus discrètes.

Bahvoyons

@caroff | 25 septembre 2015 à 13:08

Are you serious ?

Kadhafi était ce violeur, terroriste et dictateur qui dès que mis à portée de pogne de son peuple a fini en lambeaux.

Rien de plus, rien de mieux.

Robert Marchenoir

@Laurent Dingli | 25 septembre 2015 à 12:57
Je n'aime pas davantage la Russie de l'ignoble Poutine que R. Marchenoir, mais, si l'on s'engage avec cohérence dans cette logique du boycott, il faudrait l'appliquer à tous et ce n'est guère possible, je veux dire qu'il n'y aurait quasiment plus de commerce international, étant donné le nombre infime de pays qui respectent les droits de l'homme, droits de l'homme dont nous serions soi-disant les champions.

Voyez comme vous vous laissez enfumer par la désinformation des officines russes. Il n'y a pas de boycott de l'Europe envers la Russie ; il y a un boycott de la Russie envers l'Europe !

C'est la Russie qui a décidé d'interdire les importations de produits agricoles européens chez elle, au grand dam de sa population qui meurt de faim ; pas l'inverse ! Mais le discours vicieux des propagandistes soviétiques est visiblement arrivé à faire croire l'inverse...

Au fait, des tickets de rationnement alimentaire viennent d'être introduits en Russie... Vous le saviez ? Pour ma part, je ne l'ai certainement pas lu dans les médias "officiels" français, comme ont dit chez les pro-Poutine...

Les mesures des pays européens contre la Russie consistent essentiellement : à interdire à certains membres des cercles dirigeants russes de pénétrer sur leur territoire, et à bloquer leurs avoirs détenus à l'Ouest ; à interdire les transactions financières avec les banques russes (ce qui devrait ravir les anti-libéraux qui sont nombreux à soutenir Poutine ; n'est-ce pas ? mon ennemi, c'est la finance internationale, et tout ça...) ; à interdire les exportations de matériels militaires, ce qui est bien le moins ; et à interdire les investissements en Crimée et les importations en provenance de ce territoire ukrainien, occupé par l'armée russe et annexé en violation du droit international (ce qui est, encore une fois, la moindre des choses).

L'Union européenne n'a nullement interdit le commerce international en direction et en provenance de la Russie !

Et ces sanctions sont efficaces. Le psychodrame autour des Mistral, activement mis en scène par les agents d'influence soviétiques en France, cache mal la façon dont l'industrie de défense russe souffre de l'impossibilité d'importer les technologies qui lui sont indispensables à la mise à niveau de ses armements. Les représentants du complexe militaro-industriel russe (autrement plus important que son équivalent américain, dont la propagande soviétique et néo-communiste nous rebat pourtant les oreilles) l'avouent publiquement.

La question finalement est moins de savoir s'il fallait intervenir en Irak, en Afghanistan ou en Libye que de savoir comment le faire. Si mes souvenirs sont exacts, l'intervention de Bush père suffisait à calmer les velléités génocidaires de Saddam Hussein (kurdes gazés, chiites massacrés, etc.), c'est l'intervention de son imbécile et illuminé de fils qui a précipité la région dans le chaos.

D'accord avec la première affirmation, pas avec le reste. Si Bush fils est un "illuminé", c'est surtout pour avoir prétendu que l'islam était une religion de paix avec laquelle l'Amérique n'était nullement en guerre. Soit exactement le contraire de ce que lui reprochent ceux qui le traitent d'illuminé.

La campagne militaire contre l'Irak fut un remarquable succès, jusqu'à l'occupation (*). C'est à partir de là que les choses se sont gâtées. Et notamment avec la décision de démanteler l'armée irakienne, dont les officiers laissés à eux-mêmes ont créé, bien plus tard, l'organisation de l'Etat islamique.

C'est l'illusion naïve de pouvoir (et devoir) construire un Etat nouveau à partir de zéro, selon les normes occidentales, qui fut l'erreur majeure. Une illusion socialiste, en somme. Le fantasme de la page blanche, le fameux "on va tout mettre à plat" si souvent entendu en France, pour la France.

Notamment dans la bouche de ces mêmes néo-communistes, pseudo-gaullistes et soi-disant souverainistes, qui n'ont pas de mots assez durs contre le "nation-building" des Américains. Mais trouvent parfaitement normal que la France "maintienne sa présence en Afrique, dont le destin est indissolublement lié au nôtre", qu'elle "assure son rayonnement international grâce à son immense domaine maritime, le premier du monde", et patin-couffin. Une posture, en somme, assez poutinienne.
___

(*) Je parle de la deuxième guerre du Golfe, bien entendu, car la première fut un succès complet. Mais nos anti-américains habituels se gardent bien de le rappeler...

Quant aux fameuses "armes de destruction massive qui n'existaient pas"... elles existaient bel et bien. On en a la preuve aujourd'hui. Savoir si elles justifiaient une intervention militaire, c'est une autre question.

J'aurais tendance à dire que les Etats-Unis se sont comportés, avec les "armes de destruction massive" (le nom seul est déjà une manipulation politique), comme Volkswagen s'est comporté avec le diesel.

Le gauchisme international représenté par l'ONU est suffisamment stupide pour exiger des "preuves" et des "autorisations" pour partir en guerre ? Eh bien, puisqu'on demande aux Américains de faire les imbéciles, ils font bien volontiers les imbéciles, et montrent des petites fioles à l'ONU.

Les fascistes verts prennent l'industrie internationale en otage avec leur délire écologique ? Eh bien, Volkswagen, comme tous les constructeurs automobiles, jure allégeance sur l'autel du communisme repeint en vert... puis truande ses petits logiciels en coulisses.

Le but de la seconde guerre d'Irak n'était pas d'éliminer des "armes de destruction massive", il était de porter un coup fatal aux dirigeants barbares et sanguinaires d'un pays musulman qui était soupçonné, à juste titre, d'entretenir des liens avec Al-Qaeda.

Mais même ça, c'était haram de le dire. Bush, contraint par le politiquement correct à chanter les louanges de l'islam, ne pouvait évidemment pas dire qu'il était légitime, pour les Etats-Unis, d'attaquer un pays musulman quel qu'il soit, comme ça, par principe, après avoir subi l'attaque du 11-Septembre.

En plus du fait que l'Irak était musulman, il avait un casier judiciaire politique long comme le bras (dictature, barbarie, emploi des armes de destruction massive contre sa propre population, tentative passée de porter atteinte à l'approvisionnement pétrolier de l'Occident, fricotage avec Al-Qaeda, etc., etc.). Cela justifiait amplement l'invasion.

SERAYE Yves

Merci, monsieur Philippe Bilger, pour cette leçon de démocratie !

Je ne suis qu'un simple citoyen et je partage intégralement vos propos !

J'attends la fin de ce cauchemar (Sarkozy et Hollande et leur comparses) !

J'aimerais savoir si vous pensez que notre pays survivra à toutes ces infamies !

Giuseppe

"Faut-il voir dans cette épidémie de mansuétude le triomphe de l'état de droit ou une forme d'intuition judiciaire qui anticipe dans deux ans l'échec de la gauche ?"

La réponse est dans la question, avec certitude dans la deuxième réponse.

Paul Duret

Finalement, qu'est-ce qui va bien en France ?
Citez-moi un secteur qui ne soit ni en crise ni en déficit ni en dessous de ses objectifs ? (Mis à part les aventures extra-conjugales du Président)

Décembre

Mais pourquoi blâmer Hollande ?
Vous pensez que c'est lui qui décide ?
Qu'il n'est pas une marionnette qui sera remplacée par une autre ?

Pourquoi ne blâmez-vous pas votre "Droit de Vote" qui, à chaque fois que vous vous vantez de l'utiliser en fin connaisseur, met tout l'monde dans l'pétrin, même les 40% qui ne votent pas...?

Bernard

Quelles sont les valeurs de la gauche, c'est le genre de question qui fait très sérieux. Sectarisme, démagogie, mensonge, clientélisme ??

Giuseppe

Le pire est à venir, mais contre qui l'échanger ?
Qu'il est triste et désespérant de ne pas avoir de recours, il le sait ce Président, affronter NS, facile dans le fond, les citoyens n'en veulent pas plus que lui et mathématiquement il a une chance sur deux, ce qui est beaucoup plus que les intentions de vote, et cela il le sait aussi.
Au final il a de grandes chances d'être réélu et là aussi il est au courant.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • CNews,"Face à l’info"
    Ludi 28 octobre de 19 h à 20 h, dialogue sur la Justice avec Eric Zemmour.
  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS