« Périclès serait allé à ONPC ! | Accueil | Entretien avec Thierry Mandon »

04 octobre 2015

Commentaires

hameau dans les nuages

Je ne sais pas si Nadine a des "balls" ou alors c'est récent et le réveil en est d'autant plus brutal car en 2008 monsieur Sarkozy prônait le métissage volontaire obligatoire :

https://www.youtube.com/watch?v=VF6MezJ884M

Il est vrai que pour Monsieur Attali le pays par nature est un hôtel.

Voilà le grand projet d'une certaine élite.

breizmabro

@ eileen | 07 octobre 2015 à 14:00

Faut arrêter ou la fumette ou le whisky (ou les deux) ma p'tite eileen.

En même temps...

sylvain

@ scoubidou bidou ouah !

"Ah "toujours" non, regardez le long, très long Moyen Age".
Rédigé par : scoubab00 | 07 octobre 2015 à 14:54

Ben ouais j'ai vu, nous on en est sorti et eux ils y sont encore, c'est pour ça qu'ils nous envahissent car ils n'en ont pas assez dans le calbut pour s'en sortir par eux-mêmes ; courage fuyons ! la preuve qu'ils sont loin de nous arriver à la cheville.

Retournez à vos scoubidous !

Mary Preud'homme (Ma Dalton !)

"Votre sortie est ignoble. Cela vous arrange, que des policiers d'origine maghrébine se fassent massacrer à bout portant ? Il faut que des innocents meurent pour justifier votre politique criminelle d'immigration massive ?" (Marchenoir, le nouveau donquichotte de la beaufitude leucodemerdique, pardon leucomerdique autoproclamée)

Vous êtes décidément très borné sieur Marchenoir car dans votre hâte à me stigmatiser (sottement), vous avez oublié que les maghrébins étaient des blancs (eh oui, il va falloir vous faire une raison) et que je faisais - essentiellement - allusion aux policiers non blancs c'est-à-dire métis, antillais ou d'origine polynésienne, subsaharienne, vietnamienne, nord-américaine, etc.
Au fait votre nom fait un peu tache, non ? Pardon Bob faut bien rigoler "pour empêcher la terre de tomber"... Comme aurait dit mon présumé cousin par alliance Henri Salvador, sponsorisé (à son insu) par Laurent Dingli qui a eu le mérite d'évoquer l'âme des Amérindiens. Moi qui ai une belle-mère authentiquement d'ascendance Taino, ça me touche, vous pouvez pas savoir ! Bien que d'aucuns aient longtemps prétendu (avant d'être démentis par des études sur les ADN mitochondriales) que cette ethnie était complétement éteinte (je n'ose dire race comme on dit pourtant sans complexe à Haïti, Dominicanie, Porto-Rico, Cuba, etc.). C'est fou ce qu'ils sont racistes là-bas. Peut-être bien que j'ai chopé le virus après des dizaines d'années de fréquentation. Va falloir que je me soigne. A soixante-dix piges bien tassées, c'est pas gagné !

scoubab00

@sylvain |11:51]
En outre, la race blanche et chrétienne a toujours montré sa supériorité sur les autres, les faits le prouvent...

Ah "toujours" non, regardez le long, très long Moyen Age. C'est bien pour ça que cette période est souvent décrite comme obscure, ingrate. C'est bien pour ça que je l'aime, elle au moins ne se prenait pas pour une autre. La supériorité des héritiers de Jésus, elle a mis tellement de temps à éclore qu'on peut se demander s'ils l'ont fait exprès. Attendez un peu que les chintoks au sens large ne nous curent les poches, déjà qu'ils détiennent une partie des bons du trésor US. Profitez profitez tant qu'il en est encore temps cher camarade...

Comme disait une pub assez ancienne : tout passe tout lasse sauf les glaces (réchauffement climatique itou).

Les fondamentaux, sylvain quoi, les fondamentaux : chrétienté, race blanche etc :)))

finch

Nadine Morano - qu'on dit stupide - vient probablement de faire la démonstration du contraire. Loin d'être mise à mort, sa réputation risque fort de gagner de la lamentable polémique sur une affirmation qui, au demeurant, n'a pourtant que valeur de constat. Il n'y a nul racisme sous-jacent à la saillie involontaire. La direction de Les Républicains l'a mise en demeure de devoir s'excuser de ses propos avant qu'il ne soit statué - ce soir - sur son éviction ou non d'une liste régionale. Fillon et Raffarin la soutiennent, tandis Sarkozy - telle la corde suspendant le pendu - se prend les pieds dans le tapis en lui demandant de se rétracter de ses dires. Comme probablement elle n'en fera rien, cette fin de non recevoir anoblira indéniablement son parcours. Elle en sortira gagnante, exclue ou pas.

Morano stupide ? Cela reste à démontrer. Prière de ne surtout pas se fier aux apparences. Au terme de l'épisode, on ne la regardera plus comme avant, à l'inverse des lâches - et autres couards de tous acabits, jusqu'aux plus hauts placés - qui plient bannière dès qu'il s'agit de ne pas suivre le fil de la pensée unique bien-pensante dominante afin de ne surtout pas perdre de bulletins de vote aux échéances futures (chacun se reconnaîtra : culture falote du compromis à tout prix ou au contraire respect de la conviction intime). N. Morano peut dire merci à Ruquier et ONPC.

Contrairement à une majorité de ses collègues masculins, Nadine Morano peut se prévaloir d'en avoir, des "balls". Mais cela, on le savait déjà.

eileen

@breizmabro 7.10.15 - 13.27

La démocratie vous autorise à tout dire, même des sottises ahaha : votre commentaire m'a rendue rouge de colère (rires ! ahaha) dans le noir, toutes les couleurs s'accordent a dit Francis Bacon, face au fleuve Jaune me revient un proverbe tibétain "quand deux Sages confrontent leur idées ils en produisent de meilleures : le jaune et le rouge mélangés produisent une autre couleur"... l'orange celui peut-être ahaha de la Famille des Pays-Bas, les Orange-Nassau... les couleurs sont infinies !

Des sottises bien sûr pour un moment de détente pour une vie en rose !

sbriglia, rassis

Je rêve d'une Conférence Berryer sur le thème "Avons-nous remplacé la discussion sur le sexe des anges par le maintien ou non du mot race dans la Constitution ?"

Orateurs de l'affirmative et de la négative, au choix, Messieurs Reffait et Marchenoir...
Rapporteur : Philippe Bilger

Contre-orateur et critique des intervenants : Nadine Morano.

Ambiance assurée à la salle des criées...

Mary Preud'homme (taïaut !)

L'expérience montre que ce sont souvent les moins concernés et les moins savants sur la question qui font "doctement" la leçon aux autres, parfois en s'exprimant spontanément et en énonçant des banalités (mais aussi hélas en nous ressortant des discours mal digérés). Aussi pour éviter un discours trop long me bornerai-je à rappeler que l'on peut utiliser le mot "race" librement tant qu'on ne compare pas les races entre elles et qu'on ne les hiérarchise pas...
C'est d'une telle évidence que même des enfants de moins de dix ans sont capables de le comprendre, mais apparemment pas les "prétendus" surdiplômés du blog qui semblent faire un concours à celui qui sortira le meilleur commentaire antiraciste. Et cet autre qui qualifie de racistes honteux les utilisateurs du mot en lieu et place d'un autre, qu'un conseil de sages va sans doute nous pondre incessamment sous peu pour mettre fin à cette quasi guerre civile.
Quant aux quelques attardés de l'histoire, mais pas que... qui sévissent ici avec une virulence d'autant plus grande qu'ils se savent à l'abri... Pseudo-citoyens planqués derrière leur ordi et autres couards grandes gueules, à vos plumes haineuses et bien affutées. La France le veult !

breizmabro

@ tous les sachants de ce blog

Puis-je dire encore : "j'ai eu une peur bleue, j'étais verte de trouille" ?

"Jacques-Henri broie du noir" ? :-(

"Morano rit jaune" ?

Ou suis-je une incorrigible raciste selon les critères de l'honnête homme Jean-Philippe Désir, condamné à 18 mois de prison avec sursis et 30.000 francs d'amende pour recel d'abus de bien sociaux (en 98) ?

En effet ce saint homme percevait frauduleusement (entre 1986 et 1987) 10.500 francs par mois d'une autre association que SOS Racisme, "l'Association régionale pour la formation et l'éducation des migrants", basée à Lille (déjà les migrants rapportaient à certains ;-))

C'est sans doute ce que cet antiraciste patenté appelait "travailler au black" :-D

Yves

Regardez dans quel état le mot race met certains commentateurs de ce blog. Avez-vous évalué la somme des temps de veille de Marc Ghinsberg pour réagir à tout instant depuis la publication du billet de Philippe Bilger, et distribuer tout au long de 10 (dix) commentaires des arguments, des blâmes et des compliments ? On ne peut pas infliger pareille torture à un être humain se revendiquant bobo, gauchiste. Il faut absolument supprimer du langage public le mot race, d'autant que, d'après ce qu'on nous explique, les races n'existent pas.
Je propose aussi la suppression du mot croissance, puisqu'elle n'existe pas.
Et valeurs, terme imprécis utilisé trop souvent comme synonyme de : moi, vertueux, toi, salaud.

hameau dans les nuages

Il n'empêche qu'il a raison :

"En France, et ailleurs en Occident où règne l'idéologie immigrationniste, les "élites" sont tout à fait prêtes à se dévouer pour exercer le rôle "d'avant-garde" de la nouvelle classe immigrée. Les politiciens, les fonctionnaires et les dirigeants économiques qui sont dans la combine s'imaginent qu'ils se serviront de "l'Autre" comme masse de manoeuvre, pour opprimer ce "Même" indigène, tellement bruyant et tellement indocile.
Naturellement, il s'agit d'une tactique d'apprenti sorcier. Le peuple d'importation, qui devait se contenter de voter pour ses nouveaux maîtres et de leur servir d'esclaves, exigera de les remplacer aux commandes. Et ils ne demanderont pas gentiment. C'est déjà en cours."
(Rédigé par : Robert Marchenoir | 07 octobre 2015 à 01:02)

Par un phénomène naturel, la réaction suit l'action d’où cette montée au créneau bien salutaire même si le travail de sape est bien amorcé.Ce tsunami migratoire était ce qui pouvait arriver de mieux pour réveiller les consciences patriotiques jusque dans les endroits les plus reculés et finalement sabote le travail de fourmi des "élites" qui, elles, ne se mélangent que très peu...

Nous sommes, si j'ose dire, à la croisée des chemins.

Hameau dans les nuages, essentiellement blanc.

Xavier NEBOUT

@Jean-Dominique Reffait

Voilà qui est un grand jour : je suis parfaitement d'accord avec vous.

Le mot race revêt en somme ce que l'on veut y mettre pour distinguer des groupes humains selon des critères génétiques dont la profondeur relève d'un postulat.
On peut ainsi dire que G. Depardieu est de race blonde, mais aussi qu'il semble par sa morphologie s'apparenter à la race néandertalienne (sans aucune intention péjorative dans le propos).

Maintenant, si l'on veut absolument qu'il soit d'origine noire, il n'y a plus de race. Mais alors, il faut dire clairement qu'on ne veut plus de races pour que G. Depardieu soit d'origine noire.

Votre émergence du marais des intellos de gauche ira-t-elle jusque-là ?

Laurent Dingli

Je propose de réunir un Concile pour débattre sur le sexe des anges ou pour déterminer si les Amérindiens ont une âme. Qu'en dites-vous ? Pendant que les espèces vivantes disparaissent et que la terre se réchauffe ça pourrait être marrant ?

sylvain

Fastoche de donner la définition du mot "race", pas besoin de Larousse ni de la blonde ; la mienne est simplissime mais ne s'adresse pas aux faux derches qui sont légion.
"Mot nié par ceux qui sont atteints de chaude-pisse mentale intellectuelle gauchiste".
Et ce n'est pas ce qui manque, on a même des "chefs d'escadrille" ici.
En outre, la race blanche et chrétienne a toujours montré sa supériorité sur les autres, les faits le prouvent, c'est ça surtout qui met en transes haineuses nos prêtres gauchistes de la "bonne pensée" seule autorisée.
En attendant, le monde entier retient son souffle : Morano a jusqu'à ce soir pour présenter ses excuses aux autres races qui n'ont pas la chance d'être blanches et chrétiennes, hélas, tout n'est pas parfait en ce bas monde : blanc hétéro de droite chrétien sont des labels qui ne sont pas distribués à tous les humains, va falloir que l'UNESCO, protecteur des espèces menacées en voie de disparition, se penche sur la question.

MS

"N'est-ce pas vous qui prétendiez ici il y a peu qu'il n'y avait qu'une seule race humaine ?"

En effet, mon bon Garry, et c'est bien ce que je redis, m'appuyant sur le Petit Robert pour qui "rien ne permet de définir la notion de race" chez l'homme, hors quelques signes extérieurs de diversité. Dès lors, espèce et race se recouvrent. Une seule espèce humaine, une seule race humaine, une humanité.

Il vaudrait mieux d'ailleurs que nous tombions universellement d'accord sur ce point : une seule race humaine. Parce que la définition ici et là manifestement encore assez floue voire fluctuante et en tout cas sans consensus du mot race appliquée à l'homme risque d'ouvrir une faille juridique si on décidait d'enlever le mot race du texte de la Constitution. Si ce texte se contentait de dire "Elle [La République] assure l'égalité de tous les citoyens sans distinction d'origine ou de religion", implicitement il n'interdirait donc pas la distinction de race...

Robert Marchenoir

Mary Preud'homme | 07 octobre 2015 à 01:15
Vous ramenez tout à votre obsession racialiste imbécile. Sans prendre conscience dans votre délire obsessionnel qu'il y a parmi les nombreux blessés et tués chaque année dans les forces de l'ordre des non blancs, sans doute plus français que vous ne l'êtes, en raison de leur engagement à servir loyalement, sans préjugés ni particulière exonération, les valeurs de leur pays, la France. A vous lire, bien loin de faire honneur à notre beau pays, vous semblez être de plus en plus son repoussoir.

Non, Madame. ce n'est pas moi qui suis obsédé par la race. C'est vous. Ce sont les soi-disant "anti-racistes", ceux qui font la loi dans ce pays. C'est la mafia socialiste qui ramène tout au "multiculturalisme" et à l'immigration de masse obligatoire.

C'est vous qui me sortez maintenant de prétendus policiers non blancs qui seraient tués en masse en France, assertion là encore totalement tirée de votre chapeau et basée sur absolument rien.

Et quand même y aurait-il des policiers non blancs tués en masse par des criminels en France, par qui sont-ils tués, à votre avis ? Qui occupe de façon parfaitement disproportionnée les statistiques de la délinquance et les effectifs des prisons ? Sinon vos petits chéris non-blancs qui seraient, maintenant, "plus français que vous et moi", ce qui prouve bien que c'est vous la raciste, vous l'obsédée, vous la semeuse de haine et de discorde.

En quoi le fait que d'hypothétiques policiers noirs ou arabes soient tués par des criminels largement de la même couleur devrait-il nous réjouir ? En quoi le fait qu'un assassin djihadiste ait abattu un gardien de la paix arabe, après avoir fait un massacre à la rédaction de Charlie Hebdo, justifierait-il l'immigration de masse et l'islamisation qui a permis cette hécatombe ?

Votre sortie est ignoble. Cela vous arrange, que des policiers d'origine maghrébine se fassent massacrer à bout portant ? Il faut que des innocents meurent pour justifier votre politique criminelle d'immigration massive ?

Car c'est bien cela qui est en cause, derrière ces élucubrations ridicules de faux intellectuels dévoyés sur la prétendue inexistence des races. Comme si les moitié des retraités français de classe supérieure s'étaient soudain pris de passion pour la génétique et la biochimie, et consacraient leurs journées et leurs nuits à compter les allèles et à dévorer des thèses de biologie moléculaire !

Le but est bien, par le terrorisme intellectuel et la guerilla judiciaire, d'interdire toute remise en cause, par le peuple français, d'une immigration de masse catastrophique pour laquelle il n'a jamais donné son accord, pour la bonne raison qu'on ne lui a jamais demandé son avis.

Personne, dans ce pays, ne se préoccupait de race, figurez-vous, avant vos lois "anti-racistes" scélérates, avant votre SOS Racisme criminel, avant l'obsession multiculturaliste de vos amis politiques, avant le délire anti-discriminatoire et la politique des quotas, avant l'islamisation massive de la France et l'explosion de la criminalité provoquée par vos protégés.

Contrairement à vos assertions diffamatoires, les Français n'étaient pas racistes. Ils côtoyaient des Noirs, des Jaunes, des Arabes et tout cela se passait fort bien.

C'est à partir du moment où des traîtres à la nation ont décidé de se servir de l'immigration comme outil politique pour se maintenir au pouvoir que les conflits raciaux ont commencé. Cela a été organisé et calculé. Nous savons comment François Mitterrand a suscité la création de SOS Racisme à partir de rien, parce que les ouvriers n'étaient plus de bons clients, parce qu'ils préféraient le capitalisme qui avait réellement amélioré leur sort, contrairement aux fausses promesses des marchands de salades socialistes.

Alors, il fallait changer de peuple, puisque le peuple menaçait de voter mal, afin de permettre à ces messieurs-dames de conserver leurs confortables planques de politiciens, fonctionnaires et autres "associatifs" payés sur fonds publics.

Des Noirs musulmans fanatisés décapitent des soldats dans les rues de Londres, et c'est moi que vous osez traiter de raciste ? Depuis leur plus jeune âge, les Français sont désormais menacés, insultés, humiliés, rackettés, battus, violés et tués comme des chiens, à l'école, dans la rue, en ville, dans les fêtes de village, partout, par vos amis "non-blancs", par haine raciste pure à l'encontre des Français et des Blancs, et c'est nous qui sommes racistes ? Nous qui nous opposons à cette invasion et à ce génocide ? Mais d'où sortez-vous ? Pour qui vous prenez-vous ? Qui vous permet de parler au nom de la France, alors que la vie de tant de Français est devenue infernale par votre faute, par la faute de l'idéologie imbécile et criminelle que vous défendez ?

caroff

@Alex paulista

Il va penser que votre concept de "variabilité génétique", vous pouvez vous le gardez.

J'insiste pour dire que la variabilité génétique couvre des facteurs comme les groupes sanguins, les HLA (système immunitaire) et les allèles différents qui codent pour des protéines différentes en produisant des variabilité de réponse des individus à l'environnement.
Cette donnée n'est pas visible à l'oeil nu, comme la couleur de la peau, mais reste essentielle pour pouvoir affirmer que les différences entre une même population peuvent être plus importantes que celles qui existent entre deux groupes humains éloignés...

Catherine JACOB

"Comme on maîtrise de moins en moins le langage, on a de plus en plus peur des mots."

Autrement dit on prend tout systématiquement en mauvaise part.
D'où exit l'ambiguïté fondamentale et régulatrice du sens, mise en place de quelque chose comme un "reiner Sinn" comme il y a eu une "reine Vernunft", mais en revanche sans ses fondations, pureté du vocabulaire appauvri avec son corollaire de mixité culturelle dont le langage emblématique est UNITED COLORS OF BENETTON, autrement dit de la pub universelle, sont les deux nouvelles mamelles de notre temps.

eileen

Un nouveau duo vient de naître : deux fabricants de tartines extra/mega longues et indigestes, ni l'un ni l'autre ne cède sur quoi que ce soit, les deux partent du principe qu'ils détiennent la vérité, ils ont donc toujours raison et ils tentent de le prouver : ça promet des e.bagarres interminables et des textes XXXL qui n'intéresseront qu'eux et de rares autres... Une solution : la fuite... cliquer sur leurs commentaires pour passer à autre chose...
Pour certains/certaines un blog n'est pas un amphi sur lequel on balance un cours magistral, pour eux un blog est un terrain de jeu sur lequel ils s'épanchent/s'étalent en toute impudeur, sans retenue ! Pourquoi n'échangeraient-ils pas leur email address pour laisser respirer les autres !

Trekker

@ Robert Marchenoir | 07 octobre 2015 à 01:[email protected] Arié | 06 octobre 2015 à 16:30
"Vos assertions péremptoires, bien qu'interminables, ne sont étayées sur rien. Vous prétendez que les variations génétiques au sein d'une même race sont plus grandes que les variations génétiques entre races. Non seulement vous vous abstenez soigneusement de nous dire d'où vous tirez cela (..) en quoi cette assertion serait compatible avec l'existence d'un test ADN permettant de déterminer la race..." 

Tout à votre suffisance crasse et votre racialisme délirant, vous ne mesurez pas le ridicule de vos propos vis-à-vis du médecin éminent qu’est Elie Arié. Il est quand même nettement plus qualifié que vous pour disserter sur les variations génétiques et les tests ADN. Certes vous m’objecterez qu’il est cardiologue de formation et non comme vous omniscient !…

Sur votre obsession racialiste aussi imbécile qu’obsessionnelle, Mary Preud’homme vous a fort bien répondu dans son dernier commentaire.

Dans les années 50 vous auriez fait un « excellent  médecin » pour la CIA, plus précisément dans le cadre de ses recherches pseudo-scientifiques sur des cobayes humains afin d’expérimenter diverses drogues - LSD entre autre - et effets des radiations nucléaires. Cesdits cobayes appartenant aux races que vous qualifiez d’inférieures, ou aux couches sociales soi-disant dégénérées, donc aucun état d’âme à les employer pour les pires expériences !…

Jabiru

On peut toujours épiloguer !
Il n'empêche que les races existent et que le mot race n'est pas un gros mot. Qu'elle soit blanche, jaune ou noire il y a en son sein des êtres respectables, des hommes et des femmes qui ont un cœur et des qualités humaines. Les respecter est un devoir. Et ce n'est pas en supprimant cette qualification de race qui ne doit en aucun cas être péjorative que l'on va en supprimer l'existence. Le club du monde est Benetton on ne peut rien y faire et c'est tant mieux.
Enfin ce que j'en dis....

Achille

133 commentaires !

Finalement pour avoir de nombreux commentaires et des échanges enflammés c'est très simple.

Vous prenez un mot bien sulfureux, ("race" par exemple), de préférence prononcé par une personnalité politique atypique. Nadine Morano est un très bon choix car elle a toujours su se distinguer dans l'utilisation des mots, dont elle a une définition très personnelle.

Vous agitez le tout en y mettant un petit soupçon de mauvaise foi pour faire prendre la pâte. Il vous suffit ensuite d'attendre les réactions de vos blogueurs.

Vous ne tarderez pas à lire de doctes définitions, souvent contradictoires les unes des autres, puis très vite des invectives de quelques excités, toujours les mêmes. Inutile de les citer les habitués les reconnaîtront sans mal.

sylvain

@Mary Preud'homme | 07 octobre 2015 à 01:15
"...des non blancs, sans doute plus français que vous ne l'êtes, en raison de leur engagement à servir loyalement, sans préjugés ni particulière exonération, les valeurs de leur pays, la France."

Je mets cette phrase en tête du hit-parade des gasconneries, comme on dit chez nous, loin devant les GG et consorts.
Je suis encore et toujours MDR sur ce blog, entre les gauchistes, les déchristianiseurs, les bisounours et les démagos faux derches qui ont tous honte d'exprimer leurs vrais natures et instincts ; incroyable comme les gens faux culs mielleux s'acharnent à bêler des formules hypocrites à l'emporte-pièce pour se donner bonne conscience.
Vos non blancs comme vous dites n'en ont rien à cirer de la France et ses valeurs sauf celles de fin de mois, le salaire bien entendu. Ils ont choisi une profession : Police, Armée, gardiens de prison, qui sont encore parmi les seules où tous les ratés de la vie, échecs scolaires et refoulés de l'éducation ont encore des chances d'être intégrés ; éboueur à la rigueur mais ce n'est pas très valorisant pour draguer des meufs et puis courir derrière une benne à ordures, quel comique grotesque !
Arrêtez vos délires, tout le monde le pense mais c'est héroïque de le dire haut et fort.
Ma pauvre Mary je préfère croire que c'est du second degré, vous êtes trop intelligente pour sortir des grossièretés pareilles, n'ayez pas honte de notre vraie nature ; mais si vous le pensez vraiment alors je ne peux rien pour vous.
Dommage que Morano n'ait pas employé cette formule très faux cul, elle était sûre d'être tête de liste aux régionales et très populaire mais elle a dit la vérité et c'est un péché, une tare, une faute, dans notre beau pays gauchisé paranoïaque donneur de leçons de liberté au monde entier et ça se paie très cher.

Garry Gaspary

@ herman

Les races humaines n'existent pas. Depuis que ce débat a commencé sur ce blog, tous les tenants de leur existence sont incapables de nous fournir une définition précise de ce qu'est une race humaine.

Si le Petit Robert avait proposé :

Race (n.f) :

- Sorte de cigarettes : "Il faut que les races inférieures partent en fumée" (A. Hilter)

sbriglia n'aurait pas hésité à nous fournir également cette définition tout aussi grotesque que les autres comme preuve de l'existence de la race humaine, et ceci sous vos hourras et applaudissements...

Par contre, les racistes existent. Et toute la différence entre le racisme assumé d'un Marchenoir et le racisme honteux de ceux qui acceptent l'existence des races humaines tout en niant être des racistes, c'est que Marchenoir a tout à fait conscience que si les races humaines n'existent pas, il doit consulter d'urgence parce que quelque chose ne fonctionne pas bien dans sa façon d'appréhender le monde.

Vous, les racistes honteux, vous acceptez le symptôme mais vous cherchez à nier la maladie qui vous dévore parce qu'elle est aussi mal vue que la chaude-pisse.

Et, voyez-vous, moi, ce qui m'intéresse dans cette histoire, c'est la cause de la maladie. On ne naît pas raciste, on le devient, et, en France, plus la famille dans laquelle on naît est christianisée, plus on a de chance de le devenir.

@ MS

Pas si vite ! N'est-ce pas vous qui prétendiez ici il y a peu qu'il n'y avait qu'une seule race humaine ? D'où sortez-vous donc cette définition qui est contraire à celle (encore une ! Et encore une qui est différente ! Décidément, le Petit Robert est très inventif concernant la définition de la race humaine) fournie par votre Petit Robert ?

@ Elie Arié
Je croyais qu'un juriste était plus attentif au sens exact des mots...

Il n'y a en réalité qu'un seul et unique sujet sur ce blog : le curieux sens que donne P. Bilger aux mots et son acceptation par son public.

On ne reprochera donc pas à Nadine Morano (qui n'a jamais évoqué une quelconque hiérarchie entre les races ) et à ceux qui la félicitent d’avoir proféré « une évidence » d’être racistes

Ben tiens...

Ainsi, selon vous, quand un homme - Charles de Gaulle - et une femme - Nadine Morano - politiques viennent nous parler de leur attachement à la race blanche, ils ne font pas dans le racisme, mais dans l'esthétisme.

Ils ne viennent pas proposer que la France n'aurait pas la même grandeur si elle n'était pas ou plus de tradition judéo-chrétienne et de race blanche, mais ils nous parlent juste de leur couleur préférée...

Eh bé...Quand on voit à quel point Finkie est obsédé par la virulence des antiracistes dont la dictature chapeauterait, selon lui, la France et le monde, on se dit qu'une petite cure sur ce blog lui ferait le plus grand bien.

Marc Ghinsberg

@herman

Pas besoin d'être une intelligence supérieure pour consulter un dictionnaire.
Larousse
Race : "Catégorie de classement de l'espèce humaine selon des critères morphologiques ou culturels, sans aucune base scientifique et dont l'emploi est au fondement des divers racismes et de leurs pratiques. (Face à la diversité humaine, une classification sur les critères les plus immédiatement apparents [couleur de la peau surtout] a été mise en place et a prévalu tout au long du XIXe siècle. Les progrès de la génétique conduisent aujourd'hui à rejeter toute tentative de classification raciale chez les êtres humains.)"

calamity jane

Sinon, nous pouvons continuer à rigoler jaune (oups ! une nouvelle race) en le transposant aux religions !
Où nous rencontrerons le même archange envoyé par le même dieu parler à un prophète ne résidant pas sur le même continent.
La préférence de l'archange pour les endroits ensoleillés et chauds de la planète n'est pas de notre fait. Il va être difficile pour lui de venir prêcher en Sibérie... :-))

calamity jane

Monsieur Marchenoir,

Vous souhaitiez avoir de la place pour vous exprimer et sur cet espace, vous vous êtes servi. Je sens bien que vous ne souhaitez pas penser contre vous-même, si toutefois cette notion vous était connue ! Mais elle a aussi son revers cad que celles/ceux qui occasionnellement peuvent ne pas penser comme vous vous permettent de fourbir vos armes ! souventes fois contre eux/elles.
Un dur travail et nous pouvons comprendre qu'il grève parfois votre repos.

Nous sommes donc bien d'accord qu'il s'agit, ainsi que de nombreuses personnes sur cet espace l'ont signalé, de supprimer un mot dans la composition de l'article I de la Constitution française... Proposez donc une définition
nouvellement revue et corrigée et faisons dudit article la base du nouveau roman constitutionnel... qu'en pensez-vous ? :-)

Mary Preud'homme

@Robert Marchenoir | 06 octobre 2015 à 21:43

Vous ramenez tout à votre obsession racialiste imbécile.
Sans prendre conscience dans votre délire obsessionnel qu'il y a parmi les nombreux blessés et tués chaque année dans les forces de l'ordre des non blancs, sans doute plus français que vous ne l'êtes, en raison de leur engagement à servir loyalement, sans préjugés ni particulière exonération, les valeurs de leur pays, la France.
A vous lire, bien loin de faire honneur à notre beau pays, vous semblez être de plus en plus son repoussoir.

Robert Marchenoir

@Elie Arié | 06 octobre 2015 à 16:30

Vos assertions péremptoires, bien qu'interminables, ne sont étayées sur rien.
Vous prétendez que les variations génétiques au sein d'une même race sont plus grandes que les variations génétiques entre races.
Non seulement vous vous abstenez soigneusement de nous dire d'où vous tirez cela, mais vous n'expliquez pas en quoi cette assertion serait compatible avec l'existence d'un test ADN permettant de déterminer la race.
Existence qui, elle, est avérée. Comme je viens de le montrer.

@Jérôme | 06 octobre 2015 à 19:53
De mes cours de sciences nat me reste un vieux reliquat qui de mémoire nous enseignait qu'on distingue les races en fonction de la capacité que l'on a à se reproduire entre membres d'un même groupe.

Toujours cette formidable désinvolture avec laquelle les gauchistes donnent des leçons au monde entier... à l'instant même où ils font preuve de leur insondable ignorance. Ce serait réjouissant si ce n'était tragique.

De la phrase ci-dessus, je présume qu'il faut comprendre : une race est définie par la capacité de ses membres à se reproduire entre eux.

Manque de bol, c'est tout le contraire.

Cela est la définition de l'espèce, et non de la race.

Deux êtres vivants sexués appartiennent à la même espèce dans la mesure où ils peuvent se reproduire entre eux (moyennant quelques exceptions, marginales).

Tandis que les races sont des subdivisions de l'espèce. Donc, par définition, les membres de races différentes sont inter-féconds pourvu qu'il appartiennent à la même espèce.

Le fait qu'on puisse croiser des chiens de races différentes ne prouve nullement l'inexistence des races de chiens : il prouve l'existence de l'espèce canine.

De même, évidemment que des hommes de race différente sont inter-féconds : cela dénote simplement le fait qu'ils appartiennent à la même espèce, l'espèce humaine.

Cela n'entraîne nullement que les races humaines n'existent pas.

Quand vous croisez un berger allemand mâle avec un berger allemand femelle, cela donne toujours un berger allemand et jamais un loulou de Poméranie : c'est la preuve de l'existence des races de chiens.

Quand vous mettez dans un plumard un homme blanc et une femme blanche, cela donne toujours un bébé blanc et jamais un bébé noir : c'est la preuve de l'existence des races humaines.

Je pense que vous deviez dormir lors de vos cours de sciences nat. Cela dit, à votre décharge, je n'exclus nullement que l'on vous ait délibérément enseigné des mensonges. Cela fait belle lurette que l'école française a cessé d'être un lieu d'apprentissage du savoir, et qu'elle est devenue une officine de propagande lyssenkiste.

Au demeurant, il n'est nul besoin de cours de sciences nat pour apprendre ce qui s'observe à l'oeil nu. Bon, évidemment, pour des gens qui baignent depuis leur naissance dans le virtuel, les médias, la propagande et le déluge de mots dépourvus de sens, la notion de réalité peut être assez insaisissable.

Au passage, sur cette question des races, on admirera à quel point la France est devenue une succursale de l'URSS. C'est sous Staline que l'imposteur Lyssenko fut honoré du statut de savant officiel, parce qu'il niait l'existence de la génétique : la science marxiste était plus forte que la science bourgeoise, et trouver quelque pertinence à la génétique était une insulte au pouvoir illimité du prolétariat, qui allait dicter ses conditions aux épis de blé. On allait bien voir ce qu'on allait voir.

De nos jours, le lyssenkisme est redevenu la doctrine officielle en France : quiconque se réclame de la génétique est accusé de nazisme, sauf si, comme Axel Kahn, il a la carte de l'Union des généticiens soviétiques (pardon, "républicains"), et passe donc son temps à répéter que les races n'existent pas, à subvertir la discipline qu'il est censé représenter, à nier tous ses acquis, etc.

En France socialiste comme en Russie socialiste, la motivation est la même : l'Etat doit avoir les mains libres pour forger l'Homme Nouveau, et tout obstacle relevant de la réalité, c'est-à-dire de la biologie et donc des races, est une intolérable offense aux intérêts du peuple soviétique. Je veux dire "républicain".

Le projet de l'Etat socialiste n'est plus la lutte des classes qui doit conduire à la dictature du prolétariat, il est la lutte des races qui doit conduire à la dictature de l'immigré et du métis. Celui que la propagande officielle appelle, d'une formule tout à fait ridicule, "l'Autre", avec une majuscule.

Bien sûr, pas plus qu'on ne pouvait envisager de confier le pouvoir réel au prolétariat, nos gouvernants n'envisagent de confier le pouvoir réel aux immigrés.

En URSS, c'était le parti communiste qui servait "d'avant-garde" au prolétariat (en bon français : qui exerçait le pouvoir à la place de ces abrutis).

En France, et ailleurs en Occident où règne l'idéologie immigrationniste, les "élites" sont tout à fait prêtes à se dévouer pour exercer le rôle "d'avant-garde" de la nouvelle classe immigrée. Les politiciens, les fonctionnaires et les dirigeants économiques qui sont dans la combine s'imaginent qu'ils se serviront de "l'Autre" comme masse de manoeuvre, pour opprimer ce "Même" indigène, tellement bruyant et tellement indocile.

Naturellement, il s'agit d'une tactique d'apprenti sorcier. Le peuple d'importation, qui devait se contenter de voter pour ses nouveaux maîtres et de leur servir d'esclaves, exigera de les remplacer aux commandes. Et ils ne demanderont pas gentiment. C'est déjà en cours.

Alex paulista

"L’analyse de l’ADN montre que la variabilité génétique des individus à l’intérieur d’un groupe (le groupe à la « peau blanche ») est bien plus élevée que la divergence moyenne d’un groupe (« race blanche ») à un autre (« race noire ») .
On ne reprochera donc pas à Nadine Morano (qui n'a jamais évoqué une quelconque hiérarchie entre les races ) et à ceux qui la félicitent d’avoir proféré « une évidence » d’être racistes, mais leur ignorance dramatique de ce dont ils parlent."
Rédigé par : Elie Arié | 06 octobre 2015 à 16:30

Ce que vous appelez "ignorance dramatique" est simplement une approche de bon sens. Le français moyen qui n'a que des blancs dans sa famille (des petits, des grands, des yeux de toutes les couleurs), s'il est marié avec une blanche qui n'a que des blancs dans sa famille, et que celle-ci accouche d'un joli métis et qu'elle lui dit "regarde il a tes yeux et il est grand comme toi"... ben il risque de le prendre assez mal.
Il va penser que votre concept de "variabilité génétique", vous pouvez vous le gardez.
Et l'analyse de l'ADN pour voir s'il est le père risque de lui donner raison.
Alors allez savoir qui est le plus rigoureux de lui ou de vous. Peut-être est-ce là que réside la différence entre scientiste et scientifique.
Vous me rappelez ces économistes qui expliquaient au changement pour l'euro la main sur le cœur que l'inflation était une illusion... en choisissant eux-même les critères d'évaluation, additionnant dans le panier des écrans plats et des appareils photos numériques dont le prix à la baisse compensait l'augmentation des produits de base.
C'est pas beau de mentir en prenant les gens pour des idiots.

Alex paulista

"De mes cours de sciences nat me reste un vieux reliquat qui de mémoire nous enseignait qu'on distingue les races en fonction de la capacité que l'on a à se reproduire entre membres d'un même groupe".
Rédigé par : Jérôme | 06 octobre 2015 à 19:53

Non, ça c'est l'espèce. Les chiens de races différentes peuvent se reproduire entre eux pour donner un bâtard. Les vaches aussi. Entre espèces proches, la reproduction est possible, mais donne en général un animal stérile. Un âne avec une jument donne une mule ou un mulet, par exemple.

Et si on doit éviter tout ce qui n'est pas exactement défini, enlevons le mot "couleur". En effet, chaque personne voit la même couleur différemment en fonction de sa proportion de cônes et de bâtonnets dans la rétine. Puis enlevons toute référence à la notion de temps, puisque depuis 1905 et la relativité restreinte nous savons que le temps dépend du référentiel.
Vous voilà avec du boulot sur les bras.
Mais avant cela et avant d'insulter quiconque, assimilez les sciences nat de collège.

JLM

@Alex paulista

Ai-je dit autre chose ? Je parlais de la discrimination subie au quotidien par les uns et les autres, pourquoi le racisme anti-blanc vous laisse-t-il indifférent ? parce que vous-mêmes n'en avez jamais fait l'objet ? un humanisme réduit est-il toujours un humanisme ? Mais si un jour vous-même ou une personne chère est concernée, alors là vous verrez que votre humanisme deviendra universaliste.

herman

@Marc Ghinsberg

Bref ! "Je suis intelligent et sais bien ce que veux dire "race", mais les autres sont tellement stupides qu'ils sont bien fichus de nous rejouer la Seconde Guerre mondiale après s'être fait teindre les cheveux en blond !"
L'intelligentsia dans sa pleine mesure !

caroff

@ Elie Arié

C'est exactement ce que j'ai dit plus brièvement que vous un peu plus tard et sans vous avoir lu !

Robert Marchenoir

Profond silence des grandes consciences de gauche sur ce blog, qui nous expliquaient, il y a quelques jours, que sortir de prison pour assister à des obsèques était un droit de l'homme, que c'était la moindre des choses, que cela faisait partie des valeurs républicaines, qu'ils ne comprenaient pas qu'on ait osé hésiter une seconde à libérer un pauvre délinquant romanichel pour aller enterrer un membre de sa famille : la racaille islamiste qui vient de tirer dans la tête d'un policier au cours d'un hold-up avait bénéficié d'une permission de sortie "pour démarches successorales après le décès de son père"... et n'était jamais revenue.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/10/06/01016-20151006ARTFIG00345-des-evasions-en-serie-fragilisent-la-chancellerie.php

Mais ce n'est pas un micro-détail de ce genre qui va les "convaincre", hein ?...

Les gauchistes mentent comme des arracheurs de dents et ont une mémoire de poisson rouge.

Au fait, je ne vois nulle part dans la presse le nom de ce criminel, dont on nous dit simplement qu'il a été "radicalisé" en prison (radicalisé à quoi ? c'était un intégriste catholique ? un électeur du Front national ?).

Il s'appellerait Mohammed et il ne faudrait pas qu'on le sache ?

scoubab00

@ Elie Arié [16:30]

Tout ça c'est bien joli mais faut bien prendre en compte qu'une femme ou un homme politique est dans la plupart des cas un généraliste qui passe son temps à dire "oui" aux gens qu'il écoute. Ce n'est pas qu'ils comprennent forcément, les élus, mais ils sont assez doués pour faire semblant. Dans un sens, on peut appeler ça de la politesse. Ces gens-ci ne font pas partie de mon panthéon à moi mais je dois leur reconnaître aussi courage et patience. Certains experts consultés doivent être particulièrement gonflants, tout le monde ne peut s'exprimer avec votre clarté. Et puis capter avec sérieux les jérémiades des abrutis avinés, adjuvantés ou même naturels, je pourrais pas en ce qui me concerne.

Dans le cas de Nadine Morano, elle est désireuse de s'emparer d'un sujet qui est l'ADN du FN. Peut-être est-elle en service commandé, je ne sais pas. La Lorraine se fiche de savoir qu'Arabes et Européens appartiennent à la même race blanche puisque, eu égard au contexte de doute civilisationnel ajouté à l'atonie économique et aux préjugés, son électorat potentiel est persuadé que ce n'est pas le cas. Vous pouvez leur raconter tout ce que vous voudrez, ce sera en vain hélas. Toujours le même fond de lâcheté ici comme ailleurs : quand ça va mal, c'est forcément de la faute de l'autre. Le voisin, la belle-mère, le contremaître, le patron, le basané, l'étranger, le dictateur exotique. J'ignore ce qu'il en est pour les autres animaux, les végétaux mais la condition humaine, c'est aussi veulerie câblée à tous les étages. Parce que ça nous arrange.

Vous savez Elie, si Philippe Bilger a été juriste de profession, son fond est bel et bien littéraire. Vous l'avez sans doute remarqué si vous avez l'habitude de le lire.
Les mots représentent une échappée comme une autre, ne pas les prendre trop au sérieux tout de même. Avocat général, c'était pour faire bouillir la marmite en inox. Ou pour faire plaisir aux parents ?

Marc Ghinsberg

@Elie Arié

Félicitations pour votre contribution. Limpide.

Jérôme

Bonjour Philippe,

Le procès fait à Mme Morano est un procès inexact. En dehors de son évidente volonté de promouvoir ce qu'elle appelle la "race" blanche, de tenir, je le pense, des propos volontairement interprétables comme racistes, donc tels, on devrait également lui faire celui d'être inculte. Les méchantes langues pourraient dire que c'est un pléonasme.
De mes cours de sciences nat me reste un vieux reliquat qui de mémoire nous enseignait qu'on distingue les races en fonction de la capacité que l'on a à se reproduire entre membres d'un même groupe.
Par ailleurs un noir peut me donner son sang quand un blanc pas, sa peau, quand un blanc pas, et inversement bien sûr. La couleur de la peau n'est qu'une caractéristique parmi bien d'autres. La couleur des cheveux, des yeux, la longueur des jambes, la taille, le groupe sanguin, je peux être génétiquement bien plus proche d'un noir que d'un blanc.
J'ai entendu de brillants intellectuels, dont M. Dupond-Moretti, s'amuser de l'idée que, sans la notion de races quand on parle du groupe des êtres humains, on ne pourrait plus parler de racisme. Etonnant raccourci. Le raciste sera, comme dit précédemment, affublé de la double étiquette d'inculte, pour rester poli, inculture mise au service de sa volonté de promouvoir la supériorité de l'un sur l'autre en fonction de la couleur de sa peau.
Le racisme n'existe pas parce que les races existeraient au sien de la race humaine, il existe parce que des gens ont considéré que la différence liée à la couleur de la peau entraînait des différences fondamentales de qualités chez les êtres humains. Stupide mais réel. Le fait de ne pas employer ce mot dans des documents officiels pour différencier les individus relève du respect des réalités scientifiques.
C'est simple.
Trop simple probablement pour des intellectuels.
La seconde partie du débat, suscité par les propos de Mme Morano, qui serait bien inspiré de se consacrer au commerce de proximité dans lequel je ne doute pas de sa réussite, par exemple la vente de produits de la mer, tient à ce qu'on ne pourrait plus se permettre de dire quoi que ce soit, encore faudrait-il définir ce que l'on entend par : "quoi que ce soit", au risque de s'attirer les foudres des ligues de défense des vertus outragées.
Astucieux retournement pratiqué depuis bien des années par les tenants de ce qu'eux-mêmes appellent : le politiquement incorrect.
La traduction en est que, dire : la guerre n'est pas une bonne chose, la faim dans le monde devrait être vaincue, la pédophilie est une abomination, l'amour est une belle chose, le racisme est un sentiment négatif, se devrait d'être systématiquement confronté à un pendant disant l'inverse.
Pourquoi pas ? Mais pourquoi ne pas simplement garder l'esprit critique sans accepter de s'intoxiquer avec des idées nauséabondes ?
N'est-ce pas Mme Morano ?
C'est plus compliqué.
Probablement trop pour quelques mal-comprenants.

Mary Preud'homme

Rédigé par : Alex paulista | 06 octobre 2015 à 16:58

Et quand on en a de toutes les couleurs dans sa famille, ça se complique, mais qu'est-ce qu'on rigole entre nous, y compris en nous envoyant des vannes pas possibles comme celles que l'on lit parfois sur ce blog ou glanées ici ou là en faisant son marché ou au café du commerce !
Je note au passage que personne n'a parlé ici des races dont il est question dans la bible. Vaste programme ! (comme aurait dit le général.)

Marc Ghinsberg

@Robert Marchenoir

Bigre, quelle réaction ! Vous êtes à la limite de la menace physique, pourquoi tant de haine ? Supportez qu’on ne soit pas de votre avis et que l’on exerce son esprit critique à l’égard de vos « preuves ».
Allez, calmez-vous, j’aurais mauvaise conscience à provoquer une crise d’apoplexie.
Sinon ne vous gênez pas pour me traiter de gauchiste, de bobo, d’intello. Ce ne sont pas pour moi des insultes.

Robert Marchenoir

@Marc Ghinsberg | 06 octobre 2015 à 01:04
Votre réaction était prévisible comme du papier à musique. On vous met les preuves sous le nez, et vous prétendez "ne pas être convaincu".

Quel aveu ! Comme si la science était affaire de conviction ! En revanche, dans le marais idéologique où vous barbotez, en effet, seule la conviction compte...

Les gauchistes dans votre genre sont entièrement étanches à la réalité, c'est pourquoi tout dialogue avec des malfaiteurs intellectuels de votre espèce est inutile.

Si seulement vous vous contentiez, comme les journalistes de Charlie Hebdo, de vous faire égorger, puis de prétendre que les égorgeurs n'existent pas, au moins l'on pourrait se borner à vous plaindre.

Mais c'est que votre propre suicide ne vous suffit pas : il faudrait encore que les autres consentent à se suicider avec vous.

Et là, mon petit bonhomme, la chanson va être légèrement différente : figurez-vous que les Français sont bien décidés à ne pas se laisser faire. Et viendra un moment où vous ne vous en tirerez pas seulement avec des pirouettes verbales.

caroff

L'espèce humaine oui, la race humaine non.

Tel est l'enseignement dispensé par l'anthropologue Jean Hiernaux dont j'ai eu la chance de suivre les enseignements.

Ses travaux montrent qu'il y a plus de diversité biologique au sein d'un groupe ethnique qu'entre des populations supposées plus étrangères du point de vue des caractéristiques "raciales".

Certes, des catégories de l'espèce humaine peuvent être distinguées suivant des caractéristiques comme la forme des cheveux, la couleur de la peau ou d'autres phénotypes.
En revanche si l'on retient le matériel génétique, on découvre que les populations de "races" différentes sont plus rapprochées les unes des autres que certaines qui relèvent de la même unité "raciale" !!
Par exemple, il y a moins de différence génétique entre des Languedociens, des Provençaux et des Maghrébins qu'entre ces mêmes Maghrébins et les Arabes du Proche-Orient, finalement beaucoup plus éloignés de ce point de vue...

Fianalement les différences entre populations tiennent beaucoup plus aux habitus culturels et religieux qu'à leur apparence physique.
Mais ce n'est pas une nouveauté !!

Elie Arié

Il ne s'agit pas d'épurer, mais de définir : comment s'entendre sur le mot "race" lorsque chacun l'utilise dans un sens différent ?

Pour tenter de clarifier les choses :

http://www.marianne.net/elie-pense/nadine-morano-peau-blanche-cerveau-petit-pois-100237092.html

Alex paulista

@ JLM | 06 octobre 2015 à 10:26

Vous avez raison, ce racisme anti-blancs est proprement insupportable. Cette discrimination à l'embauche, en discothèque, au logement, cette stigmatisation dans les médias, tous ces contrôles au faciès contre les blancs, en somme cette manière de faire sentir aux blancs qu'ils sont à peine tolérés dans leur propre pays, c'est un scandale.
C'est bien le racisme anti-blancs qui devrait préoccuper en premier lieu SOS Racisme. Au lieu de ça il ne s'occupe que du prétendu racisme anti noirs, juifs et arabes, qui est complètement minoritaire sinon totalement inventé pour toucher des subsides.

Savonarole

Et pendant ce temps-là, le Japon et le Canada reçoivent des prix Nobel alors que la France se déchire sur Morano...
Qui aujourd'hui donnerait un prix à ce gland d'Axel Kahn ?
Quel jeune homme de 30 ans peut aujourd'hui écouter Thierry Mandon, avec ses fringues de Pompes Funèbres Générales, qui va bander en écoutant ce sinistre "commis de l'Etat", hein ?...
Monsieur Bilger, quittez les années 70, plongez-vous dans la mondialisation.
Quittez donc ce quarteron de crétins qui se sont installés sur votre blog soit pour vous contredire, soit pour jacter sur tout autre sujet, ça devient illisible.

breizmabro

"(...) à méditer par tous les donneurs de leçons qui s'étalent sur ce blog !" (eileen 05 octobre 2015 à 08:13)

"Un blog n'est pas un amphi où l'on balance un cours magistral. Un blog doit permettre de débattre, sous-entendu accepter des contradictions, des différences de point de vue" (eileen | 06 octobre 2015 à 11:50)

Droite dans ses bottes la eileen ;-))


Elie Arié

Je croyais qu'un juriste était plus attentif au sens exact des mots...

Le débat déclenché par la phrase de Nadine Morano sur la France « pays de race blanche » est consternant par ce qu’il relève du manque des connaissances des Français sur la notion de « race humaine ».

En effet, ce débat prend de plus en plus la forme de « Les élites à la langue de bois empêchent une femme issue d’un milieu modeste de proférer des évidences politiquement incorrectes »… et cela, même chez des gens cultivés : mais on ne peut pas être cultivé dans tous les domaines, et on peut être issu d’un milieu modeste et proférer néanmoins des âneries, fussent-elles approuvées par la majorité de la population.

D'abord, il faut savoir de quoi on parle, et définir le mot « race » :

- on entend par là un groupe d'humains porteurs d'un certain nombre de caractéristiques physiques (une seule ne suffit pas) les distinguant des autres groupes d'humains ;

- certains y rajoutent un certain nombre de caractéristiques psychologiques et comportementales, également d'origine génétique (et non sociale ou historique), et qui y seraient associées - bien que ceci n'ait jamais été démontré, et, même si cela existait, ne pourra sans doute jamais l'être (voir ci-dessous) ;

- d'autres, enfin - et ce sont les seuls qu'on puisse qualifier de « racistes » - établissent une hiérarchie de valeurs entre ces caractéristiques génétiques, et parlent de « races supérieures et inférieures ».

En réalité, il faut replacer la phrase de Nadine Morano dans son contexte… ce qui ne fait qu’aggraver son cas : elle semble mélanger couleur de peau, spécificités culturelles et surtout religions : les Français convertis à l’islam sont-ils de « race blanche » ? Les Syriens, les Kurdes, les Afghans dont elle déplore l’afflux en Europe ne sont-ils pas de « race » aussi blanche que les Portugais ou les Siciliens ?

Pendant longtemps, le mot « race » a été utilisé dans le sens de « peuple », notion qui se réfère beaucoup plus au type de civilisation, aux spécificités culturelles et religieuses, au niveau de développement technique, etc. donc à des éléments de nature sociale variables et rapidement réversibles, qu’à des caractéristiques génétiques permanentes ; c’est en ce sens qu’il fut utilisé par des gens comme Jules Ferry (« les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures parce qu'il y a un devoir pour elles. Elles ont un devoir de civiliser les races inférieures »), Rudyard Kipling (« Le fardeau de l’homme blanc ») ou même Léon Blum (« Nous admettons qu'il peut y avoir non seulement un droit, mais un devoir de ce qu'on appelle les races supérieures, revendiquant quelquefois pour elles un privilège quelque peu indu d’attirer à elles les races qui ne sont pas parvenues au même degré de culture et de civilisation ») : l’énoncé même de ces phrases montre bien que leurs auteurs ne doutaient pas de la capacité de certains peuples à atteindre le même niveau que le leur… puisqu’ils entendaient justement les y conduire !

La notion de « race blanche » relève, elle, d’une conception génétique, et d’un classement à partir de ce qui apparaissait comme une évidence : on a la peau blanche ou noire, il y a plus de gens de peau noire au Sénégal qu’en Suède, etc. Cette pseudo-évidence ne comporte pas nécessairement un jugement de valeur, selon lequel certaines « races » seraient supérieures ou inférieures à d’autres : malheureusement, cette évidence est… fausse.

Certes, l’analyse fine de l’ADN permet de définir des groupes d’ascendance au sein de l’espèce humaine et de repérer la probabilité de l’appartenance d’une personne à ces ensembles ; et ces ensembles correspondent approximativement aux grandes catégories géographiques : Afrique, Asie, Europe. Il existe des écarts significatifs entre ces groupes quant à l’incidence de quelques assez rares maladies : si, dans la plupart des cas, ces écarts ne sont pas imputables à l’hérédité et sont liés aux différences persistantes des modes de vie et d'alimentation, quelques rares affections sont liées aux conditions de vie des populations ancestrales, à la sélection qui s’est ainsi effectuée, et présentent une part génétique indiscutable : on pense, en particulier, à la drépanocytose, maladie sanguine grave mais qui protège d'une autre encore plus mortelle, le paludisme, et qui, constituant donc un avantage compétitif, s'est imposée par sélection naturelle dans les régions où sévit cette parasitose - en notant qu'elle affecte aussi bien des Noirs d'Afrique subsaharienne que des Indiens ou des Européens du bassin méditerranéen (d'où le paludisme n'a été éradiqué que trop récemment à l'échelle des sélections génétiques, qui mettent des générations à apparaître ou à disparaître).

En fait, il est très difficile de dêméler l'inné (génétique) de l'acquis (comportement) : on savait depuis longtemps que les Chinois faisaient beaucoup moins d'infarctus que les Américains ; mais on s'est récemment aperçu que les Chinois vivant aux Etats-Unis en faisaient autant qu'eux : ce qu'on avait longtemps considéré comme un fait d'origine génétique s'est avéré être un fait lié au mode de vie et d'alimentation.

1- On peut tenter de classer les humains en fonction de la couleur de leur peau… bien que ce ne soit pas facile ! Tous les intermédiaires existent entre la peau totalement blanche, et la peau totalement noire, en passant par les peaux cuivrées des Indonésiens, Mélanésiens, etc. ; les Asiatiques sont classés parmi « les jaunes », bien que leur peau ne soit jaune que lorsqu’ils sont atteints d’hépatite, comme les blancs (et ne parlons même pas de ce que j’apprenais au lycée dans les années 1950, la « race rouge », résultant d’une confusion des premiers colons européens en Amérique du Nord entre la couleur des « Peaux-Rouges » et leurs peintures de guerre, confusion qui persistait plusieurs siècles plus tard dans les manuels scolaires.)

2- Mais on peut aussi classer les humains d’après d’autres caractères physiques, par exemple la taille (critère tout aussi arbitraire que la couleur de peau) : et, alors, les groupes seraient constitués différemment : les Laobés noirs (de taille en général supérieure à 1,80 m) se retrouveraient alors dans le même « race » que certains blancs, et dans une « race » différente de celle des Pygmées noirs ; de même, si on classe les individus en fonction non pas de la couleur de leur peau, mais de celle de leurs yeux, la distribution en « races » sera chamboulée, des gens de peau blanche se trouveront mêlés à des gens de peau noire dans chaque groupe ;

3- Sans parler des critères non visibles à l’œil nu mais tout aussi importants, tels que le groupe sanguin : si Mme Morano a besoin un jour d’une transfusion sanguine, il se peut fort bien que le donneur adapté soit, pour elle, un Sénégalais plutôt que sa mère ; et si le Créateur, dans son infinie bonté, avait eu la bonne idée que notre groupe sanguin soit inscrit sur notre front afin de faciliter la tâche des anesthésies-réanimateurs, nul doute que ce caractère alors très visible jouerait un rôle important dans notre perception de celui qui est différent de nous, et aussi dans les théories racistes.

Mais, surtout, ce que la majorité des gens (y inclus de grande culture) semble ignorer, c’est que

1- les races humaines au sens strict n’ont pas d’existence biologique : la notion d’une humanité divisée en races, définissant l’appartenance de chaque individu en fonction d’éléments physiques identifiables, et lui attribuant des aptitudes et des comportements spécifiques et héréditaires, n’est pas tenable du point de vue des connaissances génétiques actuelles, du fait de notre relative homogénéité liée à notre origine récente et aux multiples mélanges de populations qui ont marqué notre histoire ;

2- L’analyse de l’ADN montre que la variabilité génétique des individus à l’intérieur d’un groupe (le groupe à la « peau blanche ») est bien plus élevée que la divergence moyenne d’un groupe (« race blanche ») à un autre (« race noire ») .

On ne reprochera donc pas à Nadine Morano (qui n'a jamais évoqué une quelconque hiérarchie entre les races ) et à ceux qui la félicitent d’avoir proféré « une évidence » d’être racistes, mais leur ignorance dramatique de ce dont ils parlent.

eileen

"Chienlit" est le mot du jour à supprimer, déclaré "dangereux" par Manuel Valls, en référence à une déclaration de Nicolas Sarkozy !

...et pourtant le 19 mai 1968 en plein chaos, le Général de Gaulle déclarait "La réforme oui, la chienlit non !"

Manuel Valls et ceux/celles qui leur ressemblent veulent tout tirer vers le bas et surtout et d'abord notre manière de nous exprimer... et produire les 450 mots qui peuvent être utilisés !

sbriglia

On oublie, me semble-t-il, la Déclaration universelle des droits de l’homme adoptée par une majorité de pays dans l’immédiat après-guerre et plus que jamais en vigueur :

« Préambule

Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde….

L'Assemblée générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l'homme
/…
Article 2

1.Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation. »

Que fait-on, dès lors ?...

On prend l’étendard de la liberté guidant le peuple et on demande à l’ONU de supprimer le mot race ?

Idem pour la Déclaration des droits de l'enfant : le mot race y figure...

C'est vrai, c'est du siècle dernier, donc nécessairement obsolète comme le soutiennent quelques... (Chacun choisira le qualificatif approprié, ne voulant m'exposer à la grossièreté dans ce club raffiné où Colette Castafiore donnait des master class à Maria Callas - elle se reconnaîtra...)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS