« Les citoyens ont tort, pas le pouvoir ! | Accueil | Entretien avec François Bayrou »

15 octobre 2015

Commentaires

Moreau

@Josiane Lacombe Minguell

Mes arguments, non, simplement la lecture du blog. Il suffit de relire celui du 07.10 pour constater la différence d'appréciation sur Madame Taubira ; il faut dire que là, je n'en croyais pas mes yeux et celui du 27.09 sur la fausse indifférence du blogueur de ne pas être sous les projecteurs médiatiques.

Mitsahne

On pourrait doubler les effectifs, tripler les commissaires, apporter les derniers modèles en armes et gilets pare-balles, agrandir les commissariats... tout cela est bel et bon mais, en dernier ressort, sur le terrain quand il y a du grabuge, il n'y a qu'un seul patron : le Préfet. C'est lui qui décide si on garde l'arme au pied ou si on "accroche".

Le Préfet a deux téléphones, l'un pour recevoir les consignes "d'en haut", l'autre pour dire aux commissaires (ou colonels si c'est la gendarmerie) ce qu'ils doivent faire. La consigne n'est que très rarement d'agir. C'est toujours le "pas de vagues" qui prévaut. Et c'est la rage au coeur que des hommes qui sont sur le terrain se voient obligés d'assister aux pillages et aux saccages sans intervenir. En haut-lieu, on ne comprendrait pas... Toujours la politique de l'excuse.

De bonnes gens vous disent : "y a qu'à envoyer la Légion !" Bien sûr, et pourquoi pas la IIe Division blindée ! Ce serait exactement la même chose, le Préfet doit apaiser, ne pas envenimer, prêcher le calme. On parle même des "droits de l'homme" à messieurs les voyous...

Et si par inadvertance, quelques brebis galeuses étaient arrêtées (pardon monsieur le Préfet, on ne recommencera plus), la garde des Sots veillera à ce qu'ils ne connaissent pas l'affreuse prison criminogène !

Ainsi vont les choses dans la République pure et dure.

Robert

@ Mary Preud'homme | 16 octobre 2015 à 17:35

Je me permets d'extraire de votre dernier commentaire les passages suivants :

"Pas de raison néanmoins d'opposer police et gendarmerie qui, nonobstant leurs spécificités et leurs compétences territoriales, sont de plus en plus complémentaires et sont appelées à travailler de plus en plus en symbiose avec l'explosion de la délinquance, la disparition des frontières et le danger du terrorisme qui peut frapper n'importe où. [...] Permettez-moi de dire que j'ai un grand respect pour la police et la gendarmerie, tous grades confondus. Que je fais partie, bien qu'y étant totalement étrangère (par mon métier et mon parcours) des gens qui les soutiennent et les admirent sans réserve, eu égard à leur courage, à leur constance et à leur esprit de service (pour la plupart). Je n'ai pas attendu pour cela d'avoir un fils commissaire ou qui que ce soit d'autre dans la police ou la gendarmerie".

J'apprécie tout particulièrement la modération de vos propos et vous rejoins sur l'inutilité de débats sur les qualités comparées des deux institutions que sont la police et la gendarmerie nationales. Elle ne peut profiter qu'aux délinquants et aux ennemis de l’État et de l'ordre.
Il me paraît évident que les différences d'approches de leurs missions respectives tiennent essentiellement à leur statut : fonction publique pour la police, militaire pour la gendarmerie.
Il me semble aussi qu'il faille sortir des clichés et de la généralisation indue de situations particulières ou de cas particuliers.

De fait l'engagement des policiers et gendarmes me paraît être constant et encore efficace, les limites étant pour la plupart liées à la volonté politique de traiter les problèmes auxquels ils sont confrontés au quotidien, notamment au caractère timoré des décideurs politiques qui les mettent trop souvent en porte-à-faux, voire au manque de soutien des autorités quand ils se trouvent dans des situations difficiles, voire encore au sentiment que certains magistrats sont plus prompts à les mettre en cause à la moindre erreur procédurale qu'à poursuivre et condamner efficacement les délinquants multirécidivistes.

Très cordialement

Savonarole

@ Mary Preud'homme

L'amour maternel que vous portez à votre fiston vous honore.
Toutefois lorsqu'Yves Calvi depuis dix ans invite systématiquement le représentant du syndicat Alliance, flanqué d'Alain Bauer, pour évoquer la police, on peut se demander si cette curieuse manifestation devant le ministère Taubira ne serait pas "téléphonée" afin de se débarrasser de la ministre après les prochaines régionales.
Valls et Bauer savent manier le compas et l'équerre pour résoudre un problème...

Xavier NEBOUT

Quelques réflexions dont je n'ai pas vu trace dans les commentaires :

1/ Les policiers gagneraient en dignité et respect s'ils ne s'habillaient pas comme des arsouilles au prétexte fallacieux de se fondre dans la foule.
La manière de s'exprimer pas loin de celle en usage dans le milieu du foot est aussi remarquable que significative d'un niveau philosophique limité.
Lorsqu'on tutoie les délinquants, il ne faut pas s'étonner là aussi que l'on ne soit pas respecté.

2/ 95% des cambriolages sont notoirement commis par les "gens du voyage" qui risquent au pire cinq ans de prison après s'être fait condamner x fois, c'est-à-dire très rarement tant ils se trouvent le cas échéant cent témoignages pour attester de leur innocence.
Ayant entrevu par inadvertance l'intérieur d'une maison de "gitan" fortuné qui servait manifestement d'entrepôt d'objets volés, je l'ai signalé à la gendarmerie. Ils ne se sont pas dérangés car ils se seraient fait "engueuler" pour avoir outragé des collectionneurs.

3/ Vu ce qu'on y risque, l'Arabie Saoudite ne connaît pas de délinquance et on peut laisser sa voiture dans la rue avec les clefs dessus.
Au lieu de prendre les musulmans pour des arriérés mentaux, on ferait bien de s'en inspirer concernant notre politique pénale.

eileen

Bon, tous les flics et gendarmes se sont très largement exprimés, j'ignorais que le blog de Monsieur Bilger était composé d'autant d'ex de la marée-chaussée... (sans aucun doute, ce terme va déclencher des mises au point), il y avait d'ex-juristes, peut-être d'ex-avocats, des historiens ? des profs ?... désormais il faudrait que des anciens gardés à vue, des anciens taulards s'expriment... ce serait quand même bizarre qu'aucun de ces messieurs blogueurs n'ait été mis en GAV, incarcéré quelques jours, ou quelques heures en salles de dégrisement, ou au moins au mitard durant son service militaire ! ahaha

Mitsahne

Je suis assez d'accord avec Marc Ghinsberg sur une "non définition" du peuple.
L'indépendantiste guyanaise qui est à la tête de la Justice fait-elle partie du peuple ou pas ?
Les délateurs anonymes qui, un jour, dénoncent les résistants et ceux qui, un autre jour dénoncent les collaborateurs, peuvent-ils être les mêmes ?
Ceux qui défilent pour le mariage pour tous, et ceux qui défilent contre ?
Et ceux qui n'ont pas défilé le 11 janvier seraient-ils donc tous anti-Charlie (donc citoyens douteux) alors que les trois millions qui étaient dans la rue étaient, forcément, l'élite de la nation ?
Ceux que l'on désigne par conviction "chances pour la France" à gauche, et que l'on désigne des mêmes termes par dérision à droite, sont-ils plus peuple que d'autres ?

Des 50% de Français qui ne payent pas d'impôt et les 50% qui en payent trop,
Des électeurs qui votent un coup à gauche puis un coup à droite,
Les militants de partis qui sont au pouvoir depuis cinquante ans et ceux qui militent pour un parti qui n'a jamais exercé ce même pouvoir,
De cette masse de gens qui subit tous les jours la violence et ceux qui, publiquement encouragent à "foutre le bordel",
oui, qui est le peuple et qui ne l'est pas ?
C'est encore pire quand un orateur, quel qu'il soit, proclame, le menton levé, son amour pour "mon peuple" ! Exercice facile et récupérateur qui provoque généralement les applaudissements du susdit peuple venu pour ça, dans la salle.
Sur quoi l'orateur enchaîne très vite sur "nos valeurs". Ah, nos valeurs (deuxième coup de menton), c'est le pain bénit des politiques, le drapeau des petits et grands chefs, le condiment indispensable de tout discours, la couverture de toutes les inepties grandiloquentes, la bouillotte des frileux, le viagra des "j'voudrais bien mais j'peux point", le piment des frimeurs. C'est comme dans la Bible, "en vérité je vous le dis", parole d'Evangile.
Avec le peuple et les valeurs, n'importe quel président peut tenir vingt minutes face à un quelconque journaleux aussi coriace soit-il.
J'ai dit "n'importe quel président". Ce n'est pas une vacherie, cela veut dire "pris au hasard". Ce qui, à vrai dire, ne serait peut-être pas pire que l'élection à deux tours.

Mary Preud'homme

@genau 16/10 - 9:16
"...Mais je pense vraiment qu'il y a chez les gendarmes un déficit d'efficacité quant à la résolution d'affaires criminelles, au bénéfice de la Police. En revanche, dans les affaires très médiatisées, à grand spectacle, les gendarmes sont omniprésents. Enfin, la formation juridique des gendarmes est souvent monovalente et ne leur permet pas de faire face à un citoyen averti, ce qui se solde souvent par la hausse du ton et la perte de confiance corrélative."

Si les policiers ont une plus grande efficacité en matière de résolution d'affaires criminelles, c'est sans doute parce qu'ils opèrent pour l'essentiel dans les grandes agglomérations urbaines, où ils sont confrontés à une délinquance et à un taux de criminalité très supérieur à celui que l'on rencontre en milieu rural. Ils ont donc plus d'expérience. Les officiers et commissaires de la police nationale (notamment ceux issus des concours externes) ont aussi une formation juridique beaucoup plus pointue que leurs homologues officiers de gendarmerie, en raison du niveau très élevé en droit des concours précités et de leur sélectivité.

Concernant les affaires très médiatisées, il est normal que les policiers en uniforme ne se montrent pas, dès lors que leur obligation de réserve les empêche de s'exprimer en public. C'est pourquoi on voit le plus souvent des syndicalistes se faire le porte-parole de la police nationale auprès des médias, avec un discours souvent biaisé ou orienté. Ce qui donne une image ambiguë ou tronquée de la police.

Pas de raison néanmoins d'opposer police et gendarmerie qui, nonobstant leurs spécificités et leurs compétences territoriales, sont de plus en plus complémentaires et sont appelées à travailler de plus en plus en symbiose avec l'explosion de la délinquance, la disparition des frontières et le danger du terrorisme qui peut frapper n'importe où.
Cordialement

@ J Marques

On sent chez vous beaucoup de rancoeur comme chez nombre de syndicalistes de la police nationale. Mais il me semble que vous faites un mauvais procès à la hiérarchie policière en la tenant pour responsable de tout ou partie de vos maux. Vous n'imaginez pas en effet ce que peut être la tâche écrasante d'un commissaire dans certaines agglomérations d'importance, Paris, Ile-de-France, Marseille, Lyon, Lille ou encore Grenoble, pour n'en citer que quelques-unes, avec une pression inouïe de toutes parts, des horaires qui n'en finissent jamais (14 heures par jour) des rappels la nuit ou les jours fériés à la moindre affaire "sensible", etc. etc. Eh oui le commissaire ne peut être partout, mais quand une affaire importante requiert sa présence, il accourt, même en pleine nuit, tandis que vous dormez sur vos deux oreilles. Et si ça tourne mal, il a alors le procureur, le préfet, le maire du coin et toute la smala sur le dos, c'est lui qui déguste en tout premier même si c'est l'un de ses subordonnés qui a m.... Sans parler des journaliste qui le gavent et du "sinistre" de l'Intérieur qui souffle perfidement le froid et le chaud. Idem pour les plaintes en tout genre du public, parfois mensongères, les dénonciations etc. C'est lui qui doit s'expliquer en premier lieu auprès des boeufs carottes qui ne lui font généralement pas de cadeau.
J'ajoute que nombre de commissaires ont une longue expérience de terrain, contrairement à vos allégations. C'est notamment le cas de ceux qui sont issus du concours interne. Renseignez-vous ? Au passage, vous feriez bien de réviser vos chiffres concernant les effectifs de commissaires de la PN. Ils tournent actuellement autour de 1500, chiffre en baisse constante depuis dix ans. De même que les officiers au nombre approximatif de 11 000. Pour environ 118 000 gradés et gardiens et 10 500 auxiliaires (sous contrat à durée déterminée).
Ces quelques faits rappelés, permettez-moi de dire que j'ai un grand respect pour la police et la gendarmerie, tous grades confondus. Que je fais partie, bien qu'y étant totalement étrangère (par mon métier et mon parcours) des gens qui les soutiennent et les admirent sans réserve, eu égard à leur courage, à leur constance et à leur esprit de service (pour la plupart). Je n'ai pas attendu pour cela d'avoir un fils commissaire ou qui que ce soit d'autre dans la police ou la gendarmerie. De même que je n'en veux pas (ou plus) aux gendarmes mobiles de m'avoir sévèrement tabassée en 1968, alors que je prenais des photos en pleine manif (bilan : 7 points de suture et un doigt cassé). C'est dire si je suis loin d'avoir un quelconque parti pris.
Cordialement à vous

@scoubab00

Je n'ai fait allusion à votre cousin que parce que vous en parliez le premier. Relisez-vous. Laissant entendre au passage que la haute hiérarchie de la police ne marchait qu'à l'alcool et aux excitants. Une légende de plus comme la fable des franc-mac rapportée par Savonarole ou du policier ignare et obtus de sylvain, lequel vient opportunément de retourner sa veste !
So long

citizen kane

@ Roger L
"…la légende de Saint-Tropez (le Bailli de Suffren, Mick Jagger, Chirac et Sénéquier aussi)…"

Cela a fait l'objet d'un sketch célèbre de Laurent Gerra mimant Chirac scotché à regarder passer les "c.ls" depuis la terrasse rougeo-flamboyante de Sénéquier. Il aurait pu être verbalisé par la maréchaussée pour cela.

sbriglia@Deviro

"A moins que je ne m'endorme devant mon poste samedi soir, je ne pourrai boire une coupe de champagne à moins que la France mette une raclée à la Nouvelle-Zélande"

Vous aurez compris, cher Deviro, que les deux acceptions sont aujourd'hui admises...

sylvain

@Deviro | 16 octobre 2015 à 14:25

Non non cher Deviro, je me suis caricaturalement exprimé ; je voulais dire que malgré leurs manifs, rien ne changera pour eux : ils continueront à servir de cibles à tous les malfrats et les caïds des teucies en toute impunité multirécidiviste avec la complicité des juges rouges qui éprouvent une haine viscérale envers les policiers taxés de fachos racistes réacs etc., la routine !
Je compatis au malheur de ces familles de policiers mais je les soutiendrai à fond quand ils iront par la force virer ces malfrats de juges complices des criminels !

Roger L

@Achille
"C'est à ce genre de commentaire que l'on peut s'apercevoir que Jean Girault a fait beaucoup de mal à la gendarmerie avec sa série de films sur les gendarmes de Saint-Tropez."

…C'est à ce genre de commentaire que l'on peut s'apercevoir que Jean Girault et Brigitte Bardot ont fait beaucoup de bien à la légende de Saint-Tropez (le Bailli de Suffren, Mick Jagger, Chirac et Sénéquier aussi…). L'ancienne gendarmerie de Saint-Trop est maintenant affublée d'un kiosque vendant force souvenirs de l'épopée burlesque. C'est lors du tournage d'"Et Dieu créa la femme" que s'est fondé le mythique Club 55 toujours haut-lieu "robinsonesque" des V.I.P. en guinguette sur la fameuse plage de 4,5 kilomètres de Pampelonne. Cette même plage avait été fréquentée par les Galabru, de Funès et autres acolytes en uniforme, en chasse punitive aux nudistes. La plage, plus sauvage et moins snob, des Salins est sympa. En effet, nul yacht (ou presque) n'y mouille à cause d'un dédale d'écueils pour y parvenir.

    Il n'est pas du tout certain que l'évocation de ladite série soit honteuse pour la gendarmerie. L'écoulement du sablier y aidant…

scoubab00

@ Mary [22:42]

Si mon cousin picole je l'ignore. Il a eu de gros problèmes de santé mais, quasiment incroyable, n'a pas divorcé. Il était intervenu, comme Philippe à plusieurs reprises, dans l'émission présentée alors par C. Hondelatte "Faites entrer l'accusé" mais je n'ai jamais vu l'épisode en question.

Ca me remet en mémoire mon parcours à La Poste. Au cours d'une visite au médecin du travail, celui-ci, alerté par mon accent du sud-ouest, m'a questionné avec insistance sur ma consommation de vin, briefé par mon employeur d'alors inquiet par la propension de son personnel à lever le coude.

Ma réponse apaisante n'a pas eu l'air de le convaincre, j'avais peut-être un peu trop sulfaté au déodorant mes aisselles ?

J.Marques

Tout a été dit ou presque sur la police et même la sempiternelle et stupide opposition police /gendarmerie.
Merci monsieur zenblabla votre stupidité n'a d'égal que votre méconnaissance du sujet.

Le lieu de cette manifestation était symbolique mais la magistrature n'est pas la seule en cause.

A y voir de plus près, beaucoup causent et ne connaissent rien du quotidien des policiers et gendarmes de terrain
De la difficulté permanente à exercer son métier, de l'angoisse quotidienne des policiers et des gendarmes mais aussi de leurs familles.
De menaces exercées, des coups portés sur leurs enfants dans les écoles ou dans les clubs de sports car leurs pères ou leurs mères sont des keufs.
De l'absence totale de soutien de la part de leur hiérarchie.

Certes on peut mettre les magistrats face aux conséquences de leurs actes, je n'y reviendrai pas, mais cela ne doit pas dédouaner la haute hiérarchie de la police et de la gendarmerie qui fait plus de politique que de concret.

Qui a mis en place la course aux chiffres pour faire de l’esbroufe ?
Certes Sarkozy y est pour quelque chose mais on connaît les arcanes de la fonction publique et on sait très bien que le gouvernement propose mais que ce sont les hauts fonctionnaires, chefs de cab, directeurs et sous-directeurs qui font la pluie et le beau temps.
Ce sont eux qui appliquent ou non les réformes. Ils s'en moquent, ils ne risquent rien mais vraiment rien et au pire être mis au placard, c'est-à-dire d'avoir un poste sans responsabilité mais toujours autant rémunéré. Le c.. au chaud quoi. Regardez l'organigramme détaillé des directions de la PN et de la GN et vous comprendrez ce que je veux dire.

Comment ça marche ?
C'est simple plus tu fais de chiffre plus tu as de bons points et plus vite tu prends du galon ou des postes intéressants et plus vite tu as une place au chaud.

Alors une seule solution, c'est de pressurer le personnel. En fait entre le public et le privé il n'y a aucune différence.
Visitez les casernes et les commissariats et vous verrez le délabrement des structures de ceux qui ont la charge de la défense des citoyens.
Ce n'est pas le coup de pinceau mis la veille d'un déplacement ministériel, annoncé une semaine à l'avance, qui changera le fond du problème.
Par contre, cette hiérarchie aura sans vergogne supprimé les congés hebdomadaires des policiers ou gendarmes pour avoir de la "masse" présente devant les caméras.

L'ancien patron de la police, monsieur Péchenard, s'étonnait il y a peu sur RTL de l'obsolescence des gilets pare-balles des forces de l'ordre.
On le savait déjà alors qu'il était encore en fonction, qu'il arrête de prendre les gens pour des c....
C'est comme au sujet de la modernité dans le fonctionnement, il a pris des engagements qu'il n'a jamais tenus.

Concernant les gilets pare-balles, il peut aussi demander à son collègue de la gendarmerie pourquoi cela ne s'est pas fait alors que les personnels en charge du travail de renouvellement (PN/GN) avait trouvé le bon matériel ?
Je cite de mémoire la parole qu'aurait dite le n°2 de la GN, et qui m'a été rapportée par un ami gendarme :
"ça vient des flics alors c'est de la m... on n'en veut pas".

Il faut savoir qu'une lutte extraordinaire est engagée dans les plus hautes instances de la PN et de la GN.
En effet depuis le début de la mutualisation en 2009 ils se sont aperçus que le nombre de postes de "chefs" était moindre et que tous ne seront pas élus.

Il y a de bons patrons tant en GN qu'en PN mais il y en a tellement de mauvais, je ne dis pas d'incompétents, de simples carriéristes qui ont passé la plus grand partie de leur carrière en bureau au chaud loin de la rue.
Cela ne les empêche pas de se prendre pour des policiers ou des gendarmes alors même qu'il en sont que des fonctionnaires.

Le ras-le-bol du terrain c'est aussi contre eux qu'il s'exprime au quotidien.
En gendarmerie également, où le gendarme - entendez le gendarme et le sous-officier - est traité bien souvent avec condescendance et mépris par sa hiérarchie.
D'ailleurs je suis pour les syndicats dans la gendarmerie. Les gendarmes faisant partie du ministère de l'Intérieur ils devraient avoir les même droits que les policiers.

Mary Preud'homme peut être fière de son fils commissaire car effectivement il n'est pas facile de devenir patron mais il y a environ 2500 commissaires en France pour 140 000 policiers. La vraie police ce sont ces gens-là, ceux qui jour et nuit sont au contact de la délinquance.

Les temps ont changé et les commissaires comme les colonels sont pour la plus grande part d'entre eux des DRH. Certains d'entre eux s'en plaignent d'ailleurs.
Qu'on ne s'y trompe pas je n'ai aucun mépris pour les commissaires mais j'ai tellement plus d’empathie pour les gens de terrain ou pour ceux qui dans l'ombre font fonctionner les institutions comme par exemple les informaticiens, les techniciens des garages, les gens de l"équipement et bien d'autres et qui eux aussi subissent une hiérarchie bureaucratique à en mourir.

Il existe dans ces 2500 patrons des gars très estimables, j'en connais quelques-uns, qui au quotidien sont sur le terrain avec leurs hommes ou qui dans les bureaux travaillent réellement à l'amélioration du quotidien des policiers et gendarmes. Ça ce sont des patrons, des vrais, aimés de leurs hommes ou appréciés des gens qui ont affaire à eux.

@Savonarole

Monsieur Savonarole arrêtez de dire des bêtises sans nom. Vous parlez sans savoir.
La PN et la GN ne travaillent pas sur les mêmes territoires.
Quand vous êtes à la campagne les seuls délinquants ou presque sont des voleurs de poules.
Il en est autrement à Sarcelles. Ça donne le temps d'être cool.
Par contre lorsque les gendarmes sont en banlieue comme par exemple à Grenoble ils ont les mêmes problématiques que leurs collègues de la PN.

Vous avez quelque chose contre le jambon beurre cornichons ? C'est quand même un classique de la restauration rapide et parfois il n'y a pas de temps de manger autre chose dans le véhicule de patrouille.
Ne soyez pas méprisant cela fait ressortir votre haine.

Le syndicat Alliance est un syndicat de gardiens pas de patrons, ni d'officiers. Vous confondez encore par ignorance. Les syndicats dans la police sont catégoriels même s'ils sont regroupés au sein de grandes centrales.

@Mary Preud'homme

Les gendarmes mobiles et les CRS travaillent eux aussi souvent ensemble, ou s'avèrent être très complémentaires en cas de manifestations avec violences, d'émeutes, etc.
Sans parler des unités d'élite de la police (RAID, GIPN) et de la gendarmerie nationale (GIGN).

C'est normal ils sont sous la même autorité, celle des préfets et notamment des préfets de zone.
Concernant le RAID, le GIPN et le GIGN, on parle de plus en plus de FSI ou force de sécurité intérieure.

Deviro

@sylvain | 16 octobre 2015 à 09:40

Il y a sûrement de l'humour, là, mais je n'ai pas bien capté.
à moins que... ce soit un subtil et élégant appel au meurtre ?

PS : On écrit "ce soit", ou "ce ne soit" ? Pour la tournure correcte, il faudrait demander à Laurent Dingli, lui, il sait...

hameau dans les nuages

@Alex paulista
"J'espère que le corps de la Gendarmerie saura conserver sa dignité et sa grandeur."

C'est mort. On est en train de les mettre à poil en leur enlevant leur emblème tricentenaire.

Maintenant c'est GDF : Gendarmes de France mais sans les couleurs et cela depuis le 1er septembre.Vous me direz qu'on leur demande de plus en plus de relever les compteurs.

Abracadabra :

https://www.facebook.com/gendarmerienationale/videos/957820877615441/

Jabiru

Un journaliste sur Boulevard Voltaire évoque une grosse bavure au Parquet de Melun. On parle d'une erreur doublée d'un mensonge, celle d'un magistrat, couverte par la Chancellerie. De quoi rallumer la défiance Police/Justice si cette affaire est avérée d'autant plus qu'elle concernerait le malfaiteur en cavale qui a tiré sur le policier. Affaire à suivre !

Jabiru

@Robert

Je souscris aux propos de votre commentaire de 19:18.
Le gendarme reste un militaire qui obéit aux ordres et directives de ses supérieurs dans le cadre des missions qui lui sont confiées, maintien de l'ordre, police de la route, enquêtes pénales, investigations et notamment renseignement en zone rurale. Les vieux routiers savaient à la fois collecter de l'information pour alimenter leurs précieux fichiers et fermer les yeux sur des délits mineurs pour mieux "confesser" leurs interlocuteurs. Le courant passait bien et tout le monde y trouvait son compte. La hiérarchie a évolué, a mutualisé les moyens pour plus d'efficacité sur le terrain. Aujourd'hui le citoyen lambda n'a plus le contact avec son pandore du fait de cette mutualisation. Quand il se déplace il se retrouve devant une brigade fermée la plupart du temps, appuie sur le bouton de l'interphone et rentre en contact avec une plate-forme téléphonique. Pas vraiment l'idéal pour se confier ! Et quand il appelle de chez lui, il tombe encore sur une plate-forme du style tapez 1, tapez 2, toutes les lignes de votre correspondant sont occupées. Et c'est comme cela que la Gendarmerie en se modernisant a perdu le contact avec une partie de la population et c'est bien dommage.

sylvain

La récré est terminée ! Ils ont bien fait mumuse nos gentils policiers ? Allez, retournez à vos postes, réintégrez vos stands de tir, côté cibles bien entendu !

genau

@Robert

Merci pour votre commentaire, fondé. Non, je ne suis pas ce que vous pensez que j'aurais pu être, même si j'ai volé dans ces altitudes.
La réunion des corps n'a pas réglé les questions de compétition et a exacerbé les tendances à sa manifestation médiatique. J'évoque en surface l'intervention du Général Subelet, séance d'enrobage subtil, et son soi-disant limogeage...
Mais je pense vraiment qu'il y a chez les gendarmes un déficit d'efficacité quant à la résolution d'affaires criminelles, au bénéfice de la Police. En revanche, dans les affaires très médiatisées, à grand spectacle, les gendarmes sont omniprésents. D'autre part, la présence des gendarmes dans les communes rurales est strictement encadrée, minimale et n'offre aux civils qu'un contact lointain et facilement dérivé vers des organes invisibles, groupements ou région.
Enfin, la formation juridique des gendarmes est souvent monovalente et ne leur permet pas de faire face à un citoyen averti, ce qui se solde souvent par la hausse du ton et la perte de confiance corrélative.
Vieux fantôme des campagnes et des enquêtes discrètes, je ressens la désaffection des populations pour les "mal habillés", leur méfiance envers leurs réflexes tactiques : d'abord verbaliser, ou chercher une raison de le faire, écouter ensuite.
L'intervention en montagne lors de l'affaire de l'avion de Wings est symptomatique de ce goût de la mise en scène qui en a choqué beaucoup qui, eux, non mentionnés, étaient sur le terrain.
Cordialement.

Jabiru

@ Alex paulista

Et pourtant la devise de la Gendarmerie c'est encore "Bien moins la loi qui réprime que la loi qui protège".

Achille

@ Alex paulista | 16 octobre 2015 à 08:00
"Une mission essentielle de la Gendarmerie était de maintenir le lien avec la population.
J'ai l'impression que c'est devenu porteur de radars mobiles, ou faiseurs d'embuscades à la sortie des mariages."

C'est à ce genre de commentaire que l'on peut s'apercevoir que Jean Girault a fait beaucoup de mal à la gendarmerie avec sa série de films sur les gendarmes de Saint-Tropez. :)

Alex paulista

@ Jabiru | 15 octobre 2015 à 17:51

Une mission essentielle de la Gendarmerie était de maintenir le lien avec la population.
J'ai l'impression que c'est devenu porteur de radars mobiles, ou faiseurs d'embuscades à la sortie des mariages.
Et on veut leur retirer le droit de faire feu pour stopper un crime, les transformer en signataires de pétitions syndiqués qui défilent en demandant la tête de la garde des Sceaux à l'occasion d'un crime sordide qui n'a rien à voir...
J'espère que le corps de la Gendarmerie saura conserver sa dignité et sa grandeur.
Pas évident, sans ce lien avec le peuple on finit comme les gendarmes maritimes, appelés flicmars. Pas un hasard.

Josiane Lacombe Minguell

@Moreau

Où sont vos arguments ?

Jean-Paul Ledun

Pas le temps d'en dire plus.

Libérez nos camarades policiers affectés aux stades de foot !
Ca en fera un paquet en plus pour courser les bandits de tout poil.

semtob

Cher Philippe,

Bien sûr qu'il faudrait moderniser les administrations, car la lenteur de celle-ci n'est plus compréhensible.
L'administration a depuis longtemps abandonné ses fonctionnaires.
Certains prétendent qu'il existerait une instrumentalisation de la situation du policier dont nous espérons toujours son rétablissement, mais chacun ferme les yeux et ces derniers temps, il est fréquent que des délinquants tendent des pièges et tombent sur la police par bande de dix ou vingt pour faciliter un petit trafic à droite ou à gauche.
Des fonctionnaires se sont fait renverser par des véhicules, voire écraser sans que cela ne soit relevé comme une indignité, une monstruosité. L'Etat n'a pas assez dénoncé ces pratiques répétées. Les agressions de pompiers, d'enseignants, de personnel hospitalier sont banalisées. Ce sont aussi des monstruosités.
Quelle réponse faut-il apporter à de tels comportements ? la fermeté des lois et leur application par la justice.
Depuis que Dame Taubira fait la loi, les délinquants se marrent.
Ils ont très bien compris que des ordres avaient été donnés de vider les prisons.
Par contre les détenus n'ont pas vu d'amélioration de leurs conditions de détention et c'est un autre scandale.
Heureusement que la justice européenne rappelle à l'ordre la France sur ce sujet.
Ce n'est pas un faiseur de discours ni une midinette qu'il faut au poste de garde des Sceaux, mais un arracheur de moquette, un lanceur de matelas pourris, une force de la nature qui prenne les décisions humaines qui s'imposent.
Des magistrats qui refusent d'instruire des dossiers à la chaîne, parce que c'est source d'erreur.
Cher Philippe, avez-vous revu un délinquant qui a subi l'incarcération et vous êtes-vous demandé quelle amélioration lui a été apportée dans le respect de sa verticalité ?
Une prison ne doit pas être considérée comme un lieu de maltraitance, mais comme un lieu où ce qui n'a pas été acquis dans la construction de l'individu doit se mettre en place.
françoise et karell Semtob

Jean le Cauchois

Je veux bien comprendre la manifestation des policiers place Vendôme : c'est plus facile d'accès pour s'y réunir nombreux que place Beauvau. Bien sûr, la personnalité de madame Taubira telle qu'on nous la présente dans les médias (arrivée à pied toute souriante dans la cour de l'Elysée avec de volumineux dossiers disparates sous les deux bras ; arrivée à Sciences Po à bicyclette, avec la camionnette d'accompagnement en arrière-plan bloquant la circulation...) se prête à la critique, indépendamment de ses options politiques ou politiciennes. Mais la véritable cause des dysfonctionnements de la justice, c'est bien l'absence de conscience professionnelle, ou l'inconscience involontaire, ou la simple incompétence dans leur poste, d'un certain nombre de fonctionnaires, comme dans toutes les grandes organisations humaines. Les cas sont éventuellement cités, proposés aux commentaires, mais c'est tout. Les juges et leurs auxiliaires sont protégés, ou s'auto-protègent. Je les comprends sans les envier ni les admirer, et je ne suis sûrement pas le seul dans ce pays. Je préfère tout compte fait les policiers des villes et les gendarmes des champs : ils sont visibles et paraissent plus humains, moins arrogants. Je dois avouer que je n'ai été "jugé par la justice" qu'une fois, à Nérac (!) pour excès de vitesse sur une longue ligne droite, dans les Landes, au temps où les radars n'existaient pas : souvenir inoubliable - le décorum, le nombre de "jugeants" - de la stupidité institutionnelle de la République.

Trekker

@ Alex paulista | 12 octobre 2015 à 11:09 & 15 octobre 2015 à 18:14

Vos commentaires sur la Turquie sont dignes de figurer dans les communiqués officiels du gouvernement de ce pays !…

Je vous rappelle que l’actuel gouvernement turc - islamistes dit modérés - depuis des années fait tout pour réduire la laïcité dans son pays. Et quant à sa politique militaire elle consiste en premier à combattre les kurdes, et a minima Daech pour ne pas se couper de l’aide américaine et de l’OTAN : elle argue de son appartenance à cette dernière quand cela l’arrange.

Certes la Turquie accueille des réfugiés, mais a contrario a facilité et facilite toujours le passage de volontaires pour combattre dans les rangs de Daech. Elle lui sert également discrètement de relais financier, cela en fermant les yeux sur le transit sur son sol de sa contrebande de pétrole, une de ses principales sources de revenus.

La Turquie n’a absolument pas besoin de notre aide, en cas de besoin les pétromonarchies du Golfe seront ses bailleurs de fonds... si ce n’est déjà le cas.

Elle n’est pas menacée d’une guerre par les Russes et encore moins d’un envahissement par ces derniers, les survols de son territoire par ses avions ne sont qu’un avertissement : arrêtez votre soutien à Daech. Les USA l’ont fort bien compris - ils avaient probablement été informés officieusement préalablement - raison pour laquelle leurs protestations n’ont été que de pure forme. Alors que la Turquie est membre de l’OTAN, et compte sur son sol des bases aériennes conséquentes de celle-ci !

Les Américains ne sont pas dupes du jeu plus que trouble mené par le gouvernement turc, et ce depuis l’accession au pouvoir des islamistes : avec des alliés « officiels » comme eux leurs ennemis n’ont fait que croître ! Il est à espérer que l'attentat sanglant commis sur son sol par les séides de Daech auront un peu décillé les yeux du gouvernement turc. Maintenant ils sont à la croisée des chemins, et doivent choisir...

Vous semblez oublier les liens religieux-idéologiques qui rassemblent ou plutôt unissent ces derniers avec la Turquie, ce que certains dénomment à juste raison l’arc sunnite fondamentaliste. Les islamistes soi-disant modérés turcs ne sont qu’une version non agressives (jusqu’à quand ?) du salafisme, et ce dernier est la version export du wahhabisme saoudien.

Dans votre irénisme vous oubliez que le wahhabisme et ses variantes export sont les pires ennemis de nos valeurs et modes de vie occidentaux, autrement plus que la Russie de Poutine. Car ils se réfèrent à une foi religieuse aussi archaïque qu’intolérante et animée par une volonté messianique. Certes les Saoudiens et autres pétromonarques dans leur grande duplicité n’en font pas état officiellement, mais en pratique ils financent tous les mouvements islamistes : des piétistes au plus radicaux-violents.

PS : je n’écris rien sur le sujet du billet de notre hôte, car je partage totalement ses propos et analyses.

Mary Preud'homme

@scoubab00 | 15 octobre 2015 à 20:34

Ainsi vous auriez un cousin qui picole et qui se shoote aux médocs. Pas sans cause que sa maman s'inquiète.

Achille

@ Mary Preud'homme | 15 octobre 2015 à 13:15
"Un dernier mot pour les familles de policiers de tous grades (conjoints, enfants, parents) - mère d'un commissaire divisionnaire, j'en fais partie et j'en suis fière. Dur dur ! Mais on tient bon !"

Mère d'un commissaire divisionnaire ? Ça doit être super pour faire sauter ses PV !

Savonarole

Dans la manifestation on a vu nombre de drapeaux du syndicat "Alliance", syndicat hyper présent chez Yves Calvi depuis plus de dix ans, une confrérie franc-maçonne qui a pignon sur rue.
De quoi se plaignent-ils, ces pauvres chéris, que Taubira ne soit pas franc-mac ?

Moreau

Evidemment Monsieur Bilger se complaît dans le Taubira bashing. Cela lui manquait dans son blog, il avait alors le temps de nous faire pleurer sur le fait que certaines émissions de TV ne souhaitaient plus sa présence. A lire ses positions et ses cirages de pompes, nous comprenons pourquoi.
Heureusement, voilà cette triste affaire qui lui permet de geindre encore un peu.
Son allergie au garde des Sceaux nous permet d'admirer sa rhétorique fallacieuse de mauvaise foi.
Il se pique de bien parler et de bien écrire, mais jamais de bien penser, heureusement !

scoubab00

Oui bonsoir, je dois être un des "doux irresponsables" cités haut dans le billet. Désolé mais tous ces gens de l'Ordre sont en difficulté au même titre que l'ensemble de la société. Ils doutent, normal ; ils manquent d'argent, normal ; ils manquent de reconnaissance, chochotte eux aussi ah bon ? J'ai consulté des stats européennes pour notre justice et la situation a notablement peu évolué depuis une quinzaine d'années. Les maux d'avant-hier y seront probablement les maux d'après-demain et ce même si la situation socio-économique se redresse avec majesté. Les contrevenants, contrefacteurs auront même plus de grain à moudre si l'argent circule plus à l'aise ; en l'an vingt il y aura au moins autant de blessés, violés et tués qu'en 2015. Merci de me communiquer d'autres données chiffrées qui infirmeraient mes dires, n'étant pas pourvu de science infuse.

Un de mes cousins est un flic de haut niveau. Sa mère Maryse ne voulait vraiment pas qu'il tente le concours de commissaire mais c'était sa vocation. Comme Mary ici, les parents s'inquiètent, c'est bien normal. Pourquoi devrais-je le plaindre ? Dans ces professions-là, il y a médicaments et alcoolisme, hé avec tout l'humain peu ragoûtant qu'ils se coltinent... on vit plus fort, on morfle plus fort - avec ma poupoule vierge du casier les aléas ne sont pas si éloignés. Arrêtez donc s'il vous plaît de vouloir nous fabriquer une société de bisounours gavée au milk-shake-soda et à la viande de réforme. La vie en 2015, c'est un polar in vivo avec des mystères tout partout à élucider et ça ne vous va pas ? Achetez une île et ne la câblez surtout pas !

Ah, "désaveu populaire" celle-là je l'attendais, là Philippe vous me faites rire grave. Si les gens ont bien intégré qu'il y a une ministre black au gouvernement - comme Rama Yade dans la majorité précédente - assez peu sont capables de citer la fonction exacte de dame Taubira. Ce qui est fort réjouissant, cela voudrait dire dans le cas contraire qu'une "personne de couleur" serait tellement suspecte d'exercer des fonctions de haut niveau qu'il faudrait soit la caser au sous-secrétariat des balais-brosses et pinces à épiler, soit faire apprendre ses nom et fonction précis, tant cela catalyserait stupeur plus incrédulité en notre doux pays.

Qu'ils manifestent donc et aux suivants.

Michelle D-LEROY

@ Jabiru
Le bémol c'est qu'au niveau du ministère de la Justice le message est difficilement audible même si les statistiques publiées ne cautionnent pas le laxisme ressenti.

Les statistiques ! Elles sont manipulées de façon à ce qu'elles disent ce que le peuple doit entendre, on ne le voit que trop dans d'autres domaines.

@ Achille
...mais ce n'est qu'avec un certain recul que l'on pourra apprécier le travail accompli.

Enfin un peu d'humour dans ce monde difficile ! Car le travail accompli, on se demande dans quel domaine on pourrait s'en apercevoir.

Franck Boizard

Il y a, dans la classe jacassante, pas seulement à gauche, une véritable haine du Français non-renié, qu'il soit de souche ou assimilé. Ce Français qui veut la prospérité, l'ordre, et, suivant le mot de Pompidou, qu'« on arrête de l'emmerder ».

C'est pourquoi, au-delà des chiffres de l'invasion migratoire, les Français adhèrent si facilement à la thèse du Grand remplacement : ils se sentent de trop, vus de leurs dirigeants (y compris Marine Le Pen, qui s'est si bien intégrée à cette classe jacassante).

La classe jacassante, fidèle à sa rancoeur, prend le Français non-renié à rebrousse-poil. Elle favorise la misère, le désordre et n'arrête pas de se mêler de la vie des Français.

Robert

@ PAUL | 15 octobre 2015 à 18:01

Votre commentaire n'est que la caricature colportée à longueur de médias. Bien entendu les policiers sont racistes, les gendarmes décident de faire du numéro sur les routes de France en s'en prenant à ces pauvres artisans toujours pressés...

Sans doute avez-vous vu peu de morts et de blessés graves dans des accidents de la route pour vous exprimer ainsi. Mais le problème n'est pas là. En effet les priorités fixées aux unités de police et de gendarmerie ne sont que la déclinaison de directives établies au plan central et décidées par le ministre de l'Intérieur. Dès lors les unités de police sur la route n'ont pas d'autre choix que d'appliquer ces directives.

Si ces institutions ne sont pas exemptes de défauts, elle restent et surtout doivent rester le symbole de l'autorité de l’État. Sans police, au sens étymologique et générique, il n'y a plus d’État et la société, livrée à elle-même, ne peut que s'écrouler. Si la force de la Loi n'existe plus, la "loi des plus forts" s'impose alors systématiquement aux plus faibles. C'est le règne assuré des mafias de toutes sortes : l’auto-organisation spontanée reste un doux rêve d'utopiste. Est-ce la société que nous souhaitons ? Là est la vraie question.

Laurent Dingli

@ Alex,
Peut-être avez-vous l'idée d'imputer l'attentat d'Ankara aux services secrets du gouvernement turc, comme en Espagne avec l'ETA. Il est un peu tôt et pour ma part je n'y crois pas.

Non, je fais allusion aux raids turcs visant à bombarder les forces kurdes combattant l'EI, qui est notre ennemi principal, contrairement aux Kurdes, je vous le rappelle.

Votre position est de laisser la Turquie exploser, de ne surtout pas l'aider. Je pense au contraire qu'il faut l'aider à prendre en charge les réfugiés, avec l'OTAN à contenir les Russes. C'est en augmentant les partenariats que l'on pourra infléchir son comportement envers les Kurdes. Pas en la laissant se débattre seule contre des problèmes qui sont aussi et surtout les nôtres.

Arrêtez de rêver (un peu comme pour l'Arabie saoudite qu'on devrait selon vous civiliser et patati et patata) : cela fait des décennies que la Turquie est une base de l'Otan, et alors ? Et non, ce n'est pas plus notre conflit que celui des Turcs, des Russes, des Saoudiens ou des Iraniens, chacun règle ses comptes à travers ce conflit régional et sur le dos du peuple syrien.
Pour revenir à l'article de Philippe Bilger, nous n'avons décidément pas lu le même texte.

Alex paulista

@ Laurent Dingli | 15 octobre 2015 à 16:03

Ben si, le présent billet lie directement la manifestation policière faisant suite au drame de ce policier entre la vie et la mort, avec la présence de Taubira au gouvernement, et trouve que 40% de plaintes sans suites à l'IGPN est une statistique scandaleuse.
Et quand j'incite à aider les Turcs, ce n'est pas pour aider son gouvernement à massacrer le PKK, mais à aider ce pays à faire face à l'afflux de réfugiés.
Évidemment, il est plus confortable de laisser la situation enfler puis de condamner les excès des Turcs quand ils seront à bout. Peut-être avez-vous l'idée d'imputer l'attentat d'Ankara aux services secrets du gouvernement turc, comme en Espagne avec l'ETA. Il est un peu tôt et pour ma part je n'y crois pas.
Il faut aider la Turquie. L'Allemagne connaît la Turquie, c'est en partie pour cette raison qu'elle s'est mise en première ligne pour accueillir des réfugiés.
Votre position est de laisser la Turquie exploser, de ne surtout pas l'aider. Je pense au contraire qu'il faut l'aider à prendre en charge les réfugiés, avec l'OTAN à contenir les Russes. C'est en augmentant les partenariats que l'on pourra infléchir son comportement envers les Kurdes. Pas en la laissant se débattre seule contre des problèmes qui sont aussi et surtout les nôtres.

PAUL

Je crois que policiers et gendarmes se sont décrédibilisés en faisant leurs choux gras de la soi-disant sécurité routière qui n'est qu'une sécurité rentière. Il est plus facile de faire du chiffre en sanctionnant le paisible retraité ou l'artisan un peu pressé que de courir après les incivilités, tags, mauvais regards, insultes parce qu'on est blanc...

Jabiru

@Mary Preud'homme

Pour avoir vécu une grande partie de ma jeunesse dans une caserne de gendarmerie, je connais assez bien l'esprit de ce corps discipliné et bien considéré par la population (un peu moins aujourd'hui avec les opérations radars et la fermeture d'un grand nombre de petites brigades de campagne). Ce que j'ai perçu en 2009 c'est que les 100 000 gendarmes avaient mal ressenti ce rattachement à la tutelle du ministère de l'Intérieur. L'esprit gendarme étant différent de celui de la police, la mayonnaise avait un peu de mal à prendre, chacun protégeant sa chapelle.
Les années passent, les hommes s'adaptent et c'est une bonne chose pour la sécurité publique. Par contre cette nouvelle organisation a bousculé les habitudes au motif qu'elle a éloigné les gendarmes du citoyen et causé de ce fait un déficit d'informations qui faisaient la force des fichiers de la Gendarmerie. Sans doute d'autres moyens ont-ils pris le relais mais le contact n'est plus le même. A une époque on y faisait carrière jusqu'à 55 ans et maintenant la Gendarmerie recrute sur des contrats à durée déterminée. Les temps changent, il est à espérer que cela va dans le bon sens. En ce qui me concerne je continue d'avoir un grand respect pour ce corps d'élite qui reste le garant de l'ordre républicain quoi qu'il arrive !

Jabiru

@Achille

Sur le fond votre analyse est tout à fait pertinente mais c'est sans compter sur la capacité de nuisance d'une telle femme obligée de quitter une éminente fonction. Imaginez les dégâts après la révélation des sans dents ! Il n'empêche que le ras-le-bol étant général chez les policiers et gendarmes, on ne voit pas bien comment calmer le jeu sans faire sauter un fusible. Après tout qu'il assume ses choix !

sbriglia, hilare

J'adore quand les deux compères, Lev et Marc Ghinsberg, se passent la rhubarbe et le séné comme au théâtre italien ! M'est avis qu'on va entendre leur écho s'amplifier au fur et à mesure des échéances électorales !

Jean-Dominique Reffait

Bon, pour une fois, le comptage des manifestants est identique : 7500 selon la police et 7500 selon la police, même s'il apparaît que la Préfecture ait été exceptionnellement généreuse (Le Monde).
Là encore, je veux bien que C. Taubira soit la source de tous les maux de la terre mais ce n'est tout de même pas d'hier que les policiers protestent contre des décisions de justice qui saperaient leur travail et les mettraient en danger.

Le dispositif des permissions de sortir, que je sache, n'est pas nouveau et leur nombre a même baissé depuis l'arrivée de C. Taubira place Vendôme. En 2014, il n'a jamais été aussi bas (48 480) depuis près de dix ans alors qu'il atteint un record en 2010, sous le très sécuritaire Sarkozy qui nous promettait une loi à chaque fait divers (62 266) – (Le Monde et Direction de l'Administration Pénitentiaire). Il convient de préciser que les détenus reviennent dans 99,5 % des cas et que le taux d'évasion, heureusement très faible, est également en baisse à 0,53 % en 2013 contre 0,60 en 2010 et 0,62 en 2012. Depuis 2012, le nombre total de détenus a augmenté nettement passant de 60 978 personnes en 2010 à 67 075 en 2014. Voilà pour la réalité des chiffres qui ne sont pas très démonstratifs d'un quelconque laxisme soudain de la place Vendôme depuis l'arrivée de C. Taubira.

Rappelons enfin que la permission de sortir est une procédure qui implique plusieurs magistrats, dont le Parquet. Il ne s'agit pas du caprice sulpicien d'un magistrat isolé qui vouerait secrètement un culte à la garde des Sceaux.

Mais sans chiffre et sans examen de l'évolution statistique, juste de l'émotion, on peut se permettre de tout dire et attribuer à C. Taubira une situation qui ne correspond pas à la réalité.

Pour les autres circonstances que vous citez, nous sommes, hélas, dans un état de droit. Certaines politiques stupides de diminution aveugle des postes de fonctionnaires menées entre 2007 et 2012 (non remplacement d'un fonctionnaire sur deux toute administration confondue) ont amené la justice et la police à se voir dépouiller des moyens humains de remplir correctement leurs missions. Des dossiers qui s'entassent, des délais qui ne sont plus respectés, des erreurs humaines qui se multiplient devant la charge de travail conduisent parfois à ces aberrations, la libération de personnes qui devraient être ou rester en prison. Entre 2004 et 2012, N. Sarkozy ministre de l'Intérieur puis Président a supprimé plus de 10 000 postes de policiers. Depuis 2012, même si le niveau de recrutement ne permet pas de résorber la saignée antérieure, le nombre de policiers augmente (+ 2700 sur trois ans) – (le JDD). On peut casser le thermomètre sous le coup de l'émotion et réclamer la démission de C. Taubira, ça ne change pas la réalité des chiffres.

Si l'on peut évidemment comprendre la colère des policiers, particulièrement sollicités et exposés avec la menace terroriste qui s'ajoute à la criminalité ordinaire, on ne peut raisonnablement pas inventer de mauvaises causes à de véritables difficultés : non, la justice n'est pas davantage laxiste aujourd'hui, la politique pénale de C. Taubira n'a pas eu pour conséquence de vider les prisons, bien au contraire puisque c'est l'inverse qui se passe. La justice commet peut-être plus d'erreurs formelles qu'auparavant du fait de ses effectifs en berne, la police aussi pour les mêmes raisons (40 % de classement sans suite pour l'IGP, cela donne quand même, si je sais compter, 60 % de poursuites).

Sans moyens humains et matériels pour supprimer les erreurs formelles, pour escorter certains détenus, pour développer les outils alternatifs (visio-conférence à la place de la permission de sortir), il ne peut y avoir de progrès et d'autres drames, qui auraient pu être évités, auront lieu. Avec ou sans C. Taubira.

breizmabro

@ sbriglia | 15 octobre 2015 à 15:15
"...le jour où l’on obligerait les étudiants de l’ENM à passer huit heures en cellule de dégrisement..."

M. Sbriglia on ne met pas un étudiant de l'ENM, ou le fils du proc, ou celui de Mme Taubira en salle de dégrisement enfin ! On appelle son papa ou sa maman pour qu'il/elle vienne le chercher...

Vous vous croyez où Monsieur ? Dans une démocratie dite égalitaire en droit ?

Allez, allez... circulez, ya plus rien à voir.

Laurent Dingli

Faut enlever vos triples foyers Alex. Philippe Bilger n'a jamais écrit ce qui fait l'objet de votre indignation théâtrale. Il constate un fait d'évidence : la contradiction des buts affichés et poursuivis au sein d'un même gouvernement par les différents ministres qui le composent. Il ne s'agit pas de marqueur de droite ou de gauche, mais d'absence totale de cohérence. Vous nous ferez toujours rire, Alex. Vous adressez de continuelles leçons droit-de-l'hommistes depuis le Brésil tout en vous indignant sans rire lorsqu'on ose critiquer vos amis d'Arabie saoudite qui mettent les femmes en esclavage, mutilent les voleurs présumés et condamnent à la pendaison et à la crucifixion les fils de leurs opposants politiques ! Hier encore, vous préconisiez sérieusement, tout énervé que vous étiez derrière votre écran, d'aider la Turquie (à faire quoi ? A massacrer davantage les Kurdes ?). Décidément, vous ne comprenez pas grand-chose, mon pauvre ami.

Mary Preud'homme

@ finch

Merci pour votre bel hommage. Les gendarmes et les policiers parmi mes très proches apprécieront.

@ Jabiru

"Depuis le 1er janvier 2009, la gendarmerie nationale, qui dépendait jusqu’alors du ministère de la défense, est officiellement placée sous la tutelle du ministère de l’intérieur".

A noter que police et gendarmerie (en civil) travaillent de plus en plus conjointement, notamment dans les GIR (groupements d'intervention rattachés à la PJ et constitués paritairement de policiers, gendarmes et douaniers)* dirigés en alternance par un commissaire de police ou un chef d'escadron de gendarmerie. Leur rôle étant de lutter contre le trafic de stupéfiants, les commerces parallèles, blanchiment d'argent etc. avec des pouvoirs et des compétences territoriales élargies.
Les gendarmes mobiles et les CRS travaillent eux aussi souvent ensemble, ou s'avèrent être très complémentaires en cas de manifestations avec violences, d'émeutes, etc.
Sans parler des unités d'élite de la police (RAID, GIPN) et de la gendarmerie nationale (GIGN).

J'ajoute à l'attention de certains, manifestement incultes sur ce vaste sujet, que la police de sécurité publique (le plus souvent en uniforme) ne constitue qu'une partie des effectifs de la police nationale (environ 65 000). C'est aussi la plus exposée. Mais si l'on retranche les 10 000 auxiliaires (ADS, cadets) sommairement formés et qui n'ont en réalité aucun pouvoir de police et les fonctionnaires affectés à d'innombrables tâches annexes, administratives, gardiennages etc. l'effectif de policiers "actifs" est réduit à moins de 40 000 (je n'ai pas vérifié les chiffres exacts mais c'est à peu près ça).
_____
* auxquels s'ajoutent un magistrat et un fonctionnaire des impôts chargés d'activer et de faire remonter rapidement les dossiers dans leurs directions respectives.
-----
Nota : comme l'a fait remarquer Philippe Bilger le ménage (hybride) à trois formé par Valls, Taubira et Cazeneuve était surréaliste. Le premier tirant l'une qui rechignait, tandis que l'autre rongeait son frein et lançait des regards courroucés. Quel attelage ! En tout cas un vrai régal pour les humoristes !

eileen

@Savonarole 15.10.15 14.05

Plutôt d'accord avec votre commentaire... certain(e)S à "trop embrasser mal étreignent"...
Flic ou Voyou (G. Lautner) ce titre représente assez bien ce que peut être la police pour une partie de la population française, le flic français est bien loin du bobby britannique !

Bien sûr il y a eu "Honneur de la Police" ce groupe de Résistance, mais dans le même temps il y avait René Bousquet, secrétaire général de la Police Nationale et la Rafle du Vel' d'Hiv, la police au service de l'occupant nazi... point Godwin ! (SVP on ne rit pas !)

Parmi les scandales les plus récents, il y a eu l'affaire de la BAC de Marseille, puis l'affaire du 36 quai des Orfèvres avec une affaire de viol, puis celle des 50kg de cocaïne avec cet infect Rocancourt, la semaine prochaine le procès de Neyret, le meilleur flic de Lyon qui serait hautement compromis, mis à l'écran par Olivier Marchal dans Borderline... il est évident que lorsque l'on côtoie la pègre et ses voyous - tous bien évidemment bons pères de famille, bons maris (il ne manquerait plus qu'ils ne le soient pas ahaha) - le danger est d'être souvent "borderline" et ce n'est pas Martine Monteil qui démentira, ni aucune Grand Flic !

Pour être respecté il faut être respectable, au quotidien dans la rue, tous les policiers, tous les cops, tous les flics ne le sont pas...

Un grand principe devrait être rétabli, un policier représente la force publique, on obtempère à toute demande (convenable) d'un policier, même si elle apparaît stupide et inadéquate, montrer ses papiers n'est pas terrible en soi, on ne tire pas sur un policier, on n'insulte pas un policier, on ne provoque pas un policier... il faudrait rappeler à tous ces petits voyous qui défient la police en permanence qu'il y a quelques décennies l'assassinat d'un policier valait à coup sûr à son auteur la peine de mort et son exécution. La peine capitale n'est plus on ne peut que s'en réjouir, il serait bon que certains voyous sachent que la tête de certains est tombée pour avoir tiré et tué un flic.

Pour être respecté il faut être respectable, au quotidien dans la rue, tous ne le sont pas !
Ils ont choisi ce métier dont ils connaissaient les contingences, chaque métier a ses difficultés, leur terrain d'opération est certes difficile, ils côtoient le pire de notre société, ils ont toujours le choix de démissionner !

Flic, voyou ou citoyen lambda la perte d'un être humain est toujours un drame !

sbriglia

J’ai toujours pensé, naïvement sans doute, qu’on réduirait le fossé entre police et magistrature le jour où l’on obligerait les étudiants de l’ENM à passer huit heures en cellule de dégrisement, à planquer toute une nuit au pied d’une barre de banlieue, à porter le bélier défonceur de porte à six heures du matin, à passer trois jours à rédiger des PV dans un commissariat du 18ème puis à terminer ces « unités de valeur » par planton le soir de Noël devant le domicile d’un ministre.

J’ai, pour ma part, compris le dur métier de magistrat le jour où, stagiaire à la chambre d’acc., le président a eu le bon goût de suspendre une audience trop longue en disant mezzo voce à son conseiller : « Bon, c’est pas tout ça, on pisse un coup et on confirme ».

Qui va imaginer une seconde un nouveau van Gulik écrire les aventures du juge Gentil ?...

yoananda

"...aberrante exécution des peines et incompréhensibles mansuétudes pénitentiaires."

Ce n'est ni aberrant, ni incompréhensible, bien au contraire.

Il s'agit d'une politique délibérée qui vise à favoriser l'allogène au détriment de l'indigène.
Il n'y a que dans les cités charia-compatibles que la police ne rentre plus.
Cette politique porte un nom : la dhimmitude, ou haine de soi (enfin surtout du catho).

La loi "anti-racisme" vise à museler les défenses immunitaires françaises. Vous ne verrez jamais un arabo-musulman être inquiété en parlant de "sales français".
Les exemples sont légion et, comme les petits cailloux mis en ligne, pointent une direction très précise : le grand remplacement ("immigration de peuplement" pour Valls, "métissage obligatoire" pour Sarko).
Demandez aux petits commerçants qui, excédés des attaques répétées et de l'absence de réaction de la police, décident de se défendre eux-mêmes, ce qui leur arrive ensuite devant le juge.
Demandez aussi à ceux qui ne baissent pas le regard en boîte de nuit.
Etc.

Alex paulista

J'aimerais comprendre la logique qui rend Christiane Taubira responsable des derniers événements tragiques dont des policiers ont été victimes.
Sans doute la même qui, à partir du chiffre de 40% de plaintes à l'IGPN classées sans suite faute de preuve, en déduit que les policiers seraient victimes de dénonciations calomnieuses en masse.
Car cela signifie que 60% des plaintes ont un fondement et des preuves.
Pour moi c'est beaucoup.
Au moins cela signifie que l'IGPN fait son travail sérieusement.

Vous surfez sur l'air du temps, reprochez à Christiane Taubira d'être là comme un marqueur de gauche, mais accompagnez les idiots qui demandent sa démission sans raison valable, juste pour marquer le coup.
Vous méritez bien d'avoir des ministres escrocs qui diminuent les crédits et piquent dans la caisse : tant qu'ils disent aimer la police, claquent les talons et fustigent la racaille, c'est bon.
En somme, vous ne demandez qu'un "marqueur à droite".
Triste France.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS