« La politique en France, l'amitié en Suède... | Accueil | La manif s'est bien passée : quel désastre ! »

22 juin 2016

Commentaires

eileen

Le 25/6/16 deviro 16.13 - serpentaire 19.29

Quelle confusion, malhonnêteté intellectuelle ou incapacité à comprendre ce qui est écrit et par conséquent vérifiable... quand deviro m'attribue ses propres propos et qu'il les critique... on peut légitimement se poser la question, d'où sort ce duo toxique et infernal.

serpentaire

@Deviro | 25 juin 2016 à 16:13
"Un de mes bons potes, Sénégalais, a commenté le post de "ahahaha" en ouolof :
LADA MEDINGO !
Je n'ai pas compris, quelqu'un pourrait prendre le risque de m'expliquer ? Merci."

Explication :
Eileen comme vous le dites, est pleine de fiel, je l'avais déjà dit (mais non publié).
Ce n'est pas compliqué... aujourd'hui ici et maintenant les érudits de ce blog s'entredéchirent pour un oui ou pour un non et en plus au nom de Socrate ou de Victor Hugo ...
C'est un signe manifeste de la déperdition de nos consciences qui ne savent plus à quel philosophe grec se vouer... mais aiment répandre sur nos tartines leur culture apprise ou copiée !
D'autres tentent de garder raison mais tout devient difficile dans un espace hexagonal voué à la destruction !
Au diable les varices et gardons la tête au-dessus de l'eau !

Deviro

Ben oui, ce blog comporte des risques...
A la rescousse ! Help ! Socorro ! Hilfe ! Aiutare !
Je me suis encore fait baffer, ahahaha...

Jet de fiel de portée 5 mètres de eileen | 24 juin 2016 à 06:15 :

"Pourquoi laisser la part belle à toutes ces personnes radoteuses, agressives, acerbes, vindicatives et menaçantes (deviro 9.34) ignorez-les, zappez-les, elles n'ont aucun intérêt, malgré ce qu'elles prétendent leur vie est un désert*.

On ne voit pas atrabilaire, pédophile, hypocondriaque, tuberculeux, érotomane et mafioso. Un oubli, sans doute...

...ces schtroumpfs grognons et intolérants, pollueurs mentaux vieillissants !

Elle aime bien que les autres soient tous "vieux". Etrange...

Puis, conclusion précautionnelle, on ne sait jamais :
"*J'ai comme l'impression que cette 'affirmation' va déclencher une avalanche d'exemples tous plus inintéressants et mensongers les uns que les autres pour prouver la nullité de mon affirmation... ahahaha"

Sa référence, ci-dessous :
Crotte de bique ! Quand la dame a voulu quitter ce blog, je lui avais mis un message qui, parmi d'autres, "lui avait fait chaud au coeur" Elle est revenue, agressive, acerbe, vindicative et menaçante. Changement de métabolisme ? Effarant... Rédigé par : Deviro | 23 juin 2016 à 09:34

...Et elle a trouvé ce texte "menaçant" !

Un de mes bons potes, Sénégalais, a commenté le post de "ahahaha" en ouolof :
LADA MEDINGO !
Je n'ai pas compris, quelqu'un pourrait prendre le risque de m'expliquer ? Merci.

fugace

@breizmabro

Ceci n'est pas une déclaration, juste des souvenirs, après la pub évidemment.

http://www.jukebox.fr/herve-vilard/clip,reviens,qmfsk5.html

Qu'il est beau le pays des marins

https://www.youtube.com/watch?v=fc5y88xIAhU

Ce lien est désormais dans mes favoris.

Robert

De ce billet, qui est l'interrogation suprême, je retiendrai, Monsieur Bilger, ce passage :
"Les sentiments humains, amitié, amour, audace, solidarité, éthique, vérité et d'autres encore, sont autant de défis qui entraînent vers la médiocrité s'ils ne sont pas relevés ou du côté du risque quand ils brûlent et qu'ils vous brûlent".

Au-delà de la certitude que nous sommes tous mortels, du désir de vivre la vie qui nous a été donnée, la question de la risquer inutilement peut se poser à tout esprit éclairé.
Cependant, il est des métiers qui, par nature, conduisent les individus qui les ont choisis à risquer leur vie par altruisme. Je pense notamment aux militaires, aux gendarmes, aux policiers ou aux sapeurs-pompiers.
Il me semble qu'en cette matière, l'Homme se doit d'éviter de trop se regarder le nombril ou dans la glace pour se considérer comme supérieur aux autres, ou plus beau ou meilleur que les autres, ses semblables ; ou fuir tous risque, tout danger qui pourrait attenter à sa vie.
Au fond il lui appartient de choisir une forme de noblesse pour guider sa vie, une forme d'altruisme pouvant côtoyer le sacrifice ou la bravoure, plutôt que la couardise ou le maintien de sa vie dans la vilenie ou la bassesse. Mais c'est sans doute trop demander au vulgum pecus ou à notre classe politique si prompte à donner des leçons au bon peuple sans se sentir elle-même concernée.

Savonarole @ Claude Luçon

@ Claude Luçon

Ah mince alors ! Eileen avait cru détecter en vous un nouveau Saint-Simon écrivant magnifiquement sa propre oraison funèbre et voilà qu'on apprend que vous lisez "Boxe-Hebdo" et les pensées profondes de Tyson ?...
Ce blog est une véritable galère dès qu'un nouveau contributeur apparaît.
Au premier commentaire on se dit "il a du potentiel"...
Au deuxième commentaire "il aurait pu mieux faire, manque de souffle, il va progresser"...
Au troisième, c'est la débandade, pantalon sur les chevilles, on doit subir le "best of" des lieux communs.
Reprenez-vous, abonnez vous à Voltaire-Hebdo.

eileen

Pour les "sinistrosés" heureux !

La vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle, et celui-là croit qu'il guérirait à côté de la fenêtre. (Charles Baudelaire).

"Je suis né sans savoir pourquoi. J'ai vécu sans savoir comment. Je meurs sans savoir ni pourquoi, ni comment". La mort est partout présente dans les dix lettres à Lucilius qui répondent à la prose de Paul Morand : "Vivre l'heure est non pas odieux mais fastidieux : on glisse sur cette pente, poussé par la philosophie elle-même quand on se dit : quoi ! toujours les mêmes impressions ! toujours me réveiller, dormir, me rassasier, avoir faim, avoir froid, avoir chaud, rien qui ne finisse jamais" (L'art de mourir écrit par Paul Morand en 1930 avec les lettres de Sénèque sur la mort et le suicide)

sbriglia

« Je vais donc me retirer sur mon île (Sein) »
C’est beau comme l’antique, on dirait de Gaulle partant en Irlande, Cincinnatus retournant à sa charrue...
Et les blanches colombes - qui, là-bas, sont plutôt des mouettes - se regarderont, délaissant les crapauds, murmurant : « Breizmabro, de quel amour blessée vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée ? »
Allez, les amis, pas d’inquiétude, elles sont toujours revenues après leurs adieux…
Sauf Catherine Jacob…
Mais elle, elle n'a pas d’adieux…
« Never explain, never complain », disait-elle.
On voit bien là toute la différence comme l’écrivait Vialatte.

Claude Luçon

Dans une interview consacrée au boxeur Tyson Fury, actuel champion du monde poids lourds, un gaillard britannique de 2,06 mètres et 118 kilos, voici ce qui s'est dit :

Mais alors, pourquoi boxez-vous ?

"Pourquoi je boxe ?
Pour l’argent.
Au départ, je rêvais d’être champion. Je le suis devenu. Une fois que tu es au sommet, tu réalises que c’est de la merde. C’est comme une Rolls-Royce, tu en rêves et, une fois que tu en possèdes une, tu t’en tapes. Pareil pour une montre Rolex, tu t’en paies une, et après ? Le vide. Tu t’offres un manoir, mais, du coup, tu regrettes ta caravane.
Toutes ces choses ne sont pas si essentielles, n’est-ce pas ?"

Plus loin il ajoute qu'il n'attend que d'aller au paradis. (Après avoir cabossé quelques autres gaillards de son calibre)

Tout le monde ne voit pas la vie sous le même angle.

Savonarole

@sylvain | 24 juin 2016 à 14:00

Exact, mais excusez-la, elle n'y avait pas pensé, elle risque de nous faire une crise et de claquer la porte du blog.
Ce serait dommage, elle m'amuse beaucoup.

Lucile

Chère breizmabro

C'est la cata si les Bretons déclarent forfait le jour même du Brexit. Revenez vite baragouiner avec nous, please.

sylvain

@ eileen
"La mort n'est pas un risque c'est une certitude, sa date une incertitude !..."

Euh, pour des milliers d'individus, sa date est une certitude. Des milliers de suicidés : paysans, chômeurs, jeunes écoeurés par la vision atroce de leur avenir, femmes sans ressources seules avec enfants, la liste s'allonge démesurément, tous les records de suicides ont été battus et vont encore atteindre des sommets... avec certitude !

Diogène

@breizmabro

Johnny Hallyday et Eddy Mitchell devraient prendre des leçons.
Toutefois, je pense vraiment que vous faites marcher vos fans, ça ne peut être la dernière séance.
breieieizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz.

calamity jane

Le bal des pleureuses accompagne parfaitement votre billet "Le risque de la vie" et j'ajoute - sur cet espace. Karamba ! sortons nos mouchoirs.

eileen

Curieux ces commentaires qui associent la mort à un risque, la mort n'est pas un risque c'est une certitude, sa date une incertitude !

breizmabro

@ Lucile | 24 juin 2016 à 10:10

L'embêtant ce n'est pas que la rose (Marc Ghinsberg ;-)) ou les carencés en breton ;-) mais l'agressivité bête, gratuite, et inutile.

En même temps "la bave des crapauds..etc." :-D

Je vais donc me retirer sur mon île (Sein), les gens que j'y fréquente n'ont pas besoin de blog pour partager le "baragouin" (bara gwin)

Adeo !

Lucile

@breizmabro

Si je savais dire "Ah non, ne partez pas" en breton, c'est ce que j'écrirais, ça aurait peut-être plus de poids auprès de vous. Je me contente du français pour vous dire que vous ne pouvez pas laisser toute la place à ceux dont vous n'aimez pas l'esprit.

breizmabro

@ Achille, Marc GHINSBERG, Noblejoué, Savonarole et eileen

Merci pour votre amical soutien :-D

caroff

@saladin
مرحبا كنت عربيا فقط انتقاد المسيحيين وفيليب Bilger... هاث الله - هل مهمة تحويل معين؟

On comprend un peu le sens mais il y a des erreurs dans votre arabe...

Achille

@ breizmabro | 23 juin 2016 à 17:40

Vous n’allez pas nous quitter vous aussi, à cause de quelques crétins qui polluent cet espace de liberté d’expression, sans doute l’un des plus tolérants qui soit dans la blogosphère.
Ce serait encore une victoire qu’ils vont mettre à leur actif.

Il y a suffisamment de commentateurs intelligents, qui acceptent la contradiction en respectant les règles de la courtoisie et savent faire valoir leurs arguments avec pertinence et même une belle pointe d’humour.

Bon certains d’entre eux ont un peu tendance à « se la péter ». Ils ne peuvent s’empêcher de nous balancer des pensums alambiqués avec des références à Kant, Nietzsche, voire des citations latines.
Sans doute de vieux profs de philo qui n’ont pu se débarrasser de leurs vieilles habitudes. Mais ça nous rappelle les belles heures de notre jeunesse où l’on écoutait notre vieux prof de philo. Perso ça me rappelle le temps du lycée, que du bonheur.

Marc GHINSBERG

@Savoranole

Tiens, vous continuez de me lire ! Seriez-vous masochiste ?

vamonos

@P.Bilger
"Selon son choix, la vie est un risque qui vaut la peine ou un exercice sans trouble. Comment hésiter ?"

Il existe mille manières de concrétiser l'hésitation, elle apparaît quand la vie elle-même est en péril, l'impérieux instinct de conservation entraîne alors des choix pour minimiser les risques.

Au début des années 80, le pape a été victime de deux tentatives d'assassinat. Les procédures de sécurité ont été modifiées pour qu'une troisième tentative soit vouée à l'échec. Désormais, les gardes suisses chargés de la protection rapprochée, ne sont plus obligés de se tourner vers l'homme en blanc quand il passe à proximité, ils peuvent continuer à contrôler la foule. Mais la décision la plus contraignante concerne le véhicule qui sert aux déplacements, il est surmonté d'une vitre blindée qui empêche les contacts physiques entre le pape et les fidèles, qui rend impossible l'agression d'un terroriste qui est malintentionné par définition.

Jusqu'à ce jour, ces mesures de sécurité se sont avérées positives puisqu'elles ont permis la préservation de l'intégrité physique du chef spirituel de l'Eglise catholique. Par contre, elles ont eu un effet néfaste pour la liberté de mouvement, pour la propagation de la charité.

Au bout de trente ans, Ali Agca a fini de purger les différentes peines qui avaient été prononcées par les tribunaux italiens et turcs. Le terroriste qui avait tiré sur Jean-Paul II et sur d'autres hommes est libre. Il a écrit un livre dans lequel il explique ses motivations, son parcours et surtout le nom de ses commanditaires. Pendant des années, il a brouillé les pistes suivies par des enquêteurs et puis un jour il a choisi d'abandonner la haine, il s'est converti au christianisme. Dans son livre, il dénonce sans équivoque que l'Iranien Khomeini lui a donné l'ordre d'assassiner Karol Wojtyla. Sa version des faits n'est pas relayée dans Wikipédia et dans les media. Pourtant, Ali Agca explique comment il n'a pas hésité et pourquoi il a préféré la voie du risque au lieu de choisir l'exercice d'une vie dans un foyer sans trouble à l'ordre public.

Tipaza

À l’heure qu’il est, il semble que les Britanniques aient pris le risque majeur que l’on peut prendre en société, celui de la liberté.

La Grande-Bretagne nous a sauvés de la domination militaire allemande en 1940, elle nous sauvera de sa domination politique plus sournoise, plus insidieuse, mais tellement dévastatrice.

Le Saint-Empire germanique, version new look déguisée en Union européenne, a ses jours comptés.

Dieu sauve la Reine et la Grande-Bretagne pour son courage et sa volonté !!

eileen

@breizmabro 23.6.16 - 17.40

Pourquoi laisser la part belle à toutes ces personnes radoteuses, agressives, acerbes, vindicatives et menaçantes (deviro 9.34) ignorez-les, zappez-les, elles n'ont aucun intérêt, malgré ce qu'elles prétendent leur vie est un désert*, lisez plutôt les commentaires d'un Claude Luçon (14.29) qui sont pleins d'optimismes et de bon sens, ce monsieur aime la vie, la vie l'a aimé, il est un être positif c'est ce dont nous avons TOUS besoin.

Souvent comme vous j'ai eu envie de quitter le blog de Monsieur Bilger à cause des ces schtroumpfs grognons et intolérants, prenez un bon bol d'embruns bretons jusqu'à plus soif... et revenez après un interlude de quelques jours et la promesse de ne plus réagir à ces pollueurs mentaux vieillissants !

Je regretterai vos envolées à l'odeur de la forêt de Brocéliande, je ne les comprenais pas tous, je ne suis pas bretonnante ahahaha

*j'ai comme l'impression que cette 'affirmation' va déclencher une avalanche d'exemples tous plus inintéressants/mensongers les uns que les autres pour prouver la nullité de mon affirmation.. sauf si mon affirmation a touché là où ça fait mal.... ahahaha

Donc point de "kenavo" juste un moment d'agacement... bien légitime !

Herman Kerhost

Breizh Mabro dehors ? Champagne !!

Herman Kerhost

Prendre des risques, être riskophile ! comme disait l'ami Bernard Maris mais concernant seulement les Kerviel au quotidien...
Difficile de se pencher sur la question en s'oubliant, sujet, donc, très personnel.
Essayons tout de même l'effort de s'éloigner de soi...
Je ne suis pas riskophile, ma nature est ailleurs, mais si je regarde dans le rétroviseur je suis un malade mental du risque, je ne m'arrête jamais...
Votre billet traite le risque de ce côté, individuel, mais il fait j'imagine écho au principe de précaution politique.
Ces notions sont antagonistes, le risque individuel n'engage que votre liberté et vous auriez tort, en dehors évidement de toute déviation à la loi, de vous priver des excès auxquels vos sentiments vous poussent d'abuser effrontément.
Le problème n'est aucunement individuel. Les publicistes en tout genre peuvent bien nous noircir les paquets de clopes en vert diarrhée jamais il n'auront le pouvoir de vous éteindre votre cigarette. Le principe de précaution ne tue pas, il ne fait que, et je vous rejoins là, diminuer la vie.
Ce principe oublie que l'on meurt, d'une manière ou d'une autre, regardez Charlie...
La liberté tue, la vie tue, le monde tue, l'univers tue tous les jours, nous mourons tous les jours...
Le principe de précaution ne devrait exister que dans un monde où les risques sont exclus...

Savonarole

@breizmabro | 23 juin 2016 à 17:40

Breizxit ?
Avouez que c'est pour échapper à Marc Ghinsberg lorsqu'il monte en chaire pour nous vanter le quinquennat de Hollande, je vous comprends, c'est lassant. Il fait même pitié. Pontifier sur un tas de fumier est un exercice navrant passé un certain âge.
On vous reverra, j'en suis sûr.

Deviro

@Mary Preud'homme | 23 juin 2016 à 23:33
"Tous ces qualificatifs (qui me vont si mal dans la vraie vie) parce que j'ai osé ironiser sur votre humour après que vous avez fait de même en pointant l'absence du mien.
Pas très fair-play Deviro !
"

Je ne suis pas fair-play, ce n'est pas un scoop, le monde entier le sait !
J'ai une requête à vous présenter, et j'espère que vous l'accueillerez favorablement.
Pourriez-vous à l'avenir ...m'épargner.
- c'est-à-dire m'ignorer.
- en conséquence ne prêter aucune attention à mes contributions.
- et a fortiori ne pas y répondre.

L'équité me commande d'avoir la même attitude envers vous.

J'ai trouvé sur ce blog de Philippe Bilger des perles (pas toujours de culture...), mais aussi des pépites et des fulgurances dont je fais mon miel. Et je souhaite modestement passer sous l'horizon des intervenants qui se mettent au clavier en pensant "qui vais-je pouvoir baffer aujourd'hui ?"

Ma requête est faite à froid et aucunement dans le chaud du moment.
Et je l'espère, courtoisement écrite.

Merci d'avoir lu pour la dernière fois cette intervention et merci infiniment de ne pas y répondre, l'intérêt de la chose serait petit.

Mary Preud'homme

@Deviro | 23 juin 2016 à 09:34 (1er paragraphe)

Tous ces qualificatifs (qui me vont si mal dans la vraie vie) parce que j'ai osé ironiser sur votre humour après que vous avez fait de même en pointant l'absence du mien.
Pas très fair-play Deviro !

Noblejoué

@ seraye yves
"Certes le risque offre la mort parfois mais la mort n'est pas un risque puisqu'elle nous est offerte à tous... avec un avenir pour certains ou rien pour d'autres !"

La mort nous est offerte, je rêve ? Quel cadeau... La vie nous est retirée, plutôt... Enfin, retirée, c'est beaucoup dire, rien ne prouve que quelqu'un ait créé le monde et décidé que nous serions mortels. Si oui, il pouvait se garder la souffrance et la mort. On critique le moindre homme en tuant un autre, mais pas le bourreau universel, "selon que vous serez puissant ou misérable"...

A part ça, la mort est une certitude et un risque. Comme dans une condamnation à mort. Le condamné sait qu'il est condamné et le jour de son exécution est un risque, car après tout, s'il est condamné à la chaise électrique, le courant peut être coupé par panne de courant, il peut s'évader avant, il y a des tonnes d'hypothèses, et puis il peut, à l'inverse, mourir de peur avant ! Ceci dit, si rien de tout cela n'arrive, ou si on reprend l'évadé, le risque finira par devenir... mortel.
Pour la mort naturelle, il en va de même. Le mortel finira bien par mourir de quelque chose. La certitude est la mortalité, le risque c'est le moment, la cause.

Plus tard, il se peut, et je l'espère, que la mort ne soit plus une certitude mais seulement un risque et une option. Qu'il n'y ait plus de mort "naturelle". Mais qu'il y ait le risque de la foudre, l'accident automobile, l'assassinat... Ou la décision de mourir.
Encore faut-il que la société n'empêche pas les recherches. Enfin, ailleurs, heureusement, on y travaille. Mais j'aimerais autant que ma société y oeuvre aussi.

"La mort offerte à tous". Excusez-moi, si je suis favorable au mariage pour tous vu que je suis pour la liberté, je n'irais pas militer pour la mort pour tous. La vie immortelle pour tous si un jour elle est possible, plutôt ! Ou non, plutôt le droit de chacun de se déterminer. La manie des gens d'imposer leurs préférences...

"Un avenir pour certains ou rien pour d'autres !" Voulez-vous dire que certains pensent que la mort n'est pas la mort, ou dit autrement, que certains pensent que nous ressusciterons, et d'autres non ? Ou voulez-vous dire que certains auront la vie éternelle et d'autres la mort sans fin ? Ou... Ou... J'ai l'impression qu'on peut interpréter votre phrase de bien des manières.

Sinon, bien sûr que tout risque n'est pas mortel. Mais enfin, quand on parle d'aventures, de vie, de mort et du reste, on ne va pas mentionner les cors au pied. D'accord, on risque aussi et je le dis, de perdre sa liberté. L'échec est aussi une perte importante, mais je n'ai guère envie de l'évoquer... D'une part, tout le monde est mortel et toute société peut finir conquise par une autre, ce qui rend ces problèmes universels, tandis que l'échec ne menace pas tout le monde, les gens qui n'ont pas envie ou besoin ou pas l'opportunité d'agir existant.
D'autre part l'échec peut être pour moi résumé comme la mort dans la vie, ce qui en détruit le sens comme la servitude en détruit la dignité.

Le coup d'angoisse d'y penser et de l'exprimer !

Bon, je vais quand même aller dormir, il le faut bien, en espérant ne pas faire de cauchemars. Beau rêve à vous, et tant que j'y suis, à tous !

Vive la vie, mais surtout la liberté !

Marc GHINSBERG

@MS

Ben vous voyez. Votre post permet de pousser la réflexion beaucoup plus loin !

duvent

@ breizmabro

J'aime beaucoup que vous soyez affectée par la dureté qui n'est que de l'indifférence à l'autre, car nous voyons ainsi, une personne sensible et c'est ce qu'il y a de plus intéressant chez les êtres humains...
La sensibilité !

Je crois que celui ou ceux qui ont pour amusement de venir écorcher celui-ci ou celle-là, ont le plaisir malsain de mesurer l'effet qu'ils font sur ce monde et cela passe semble-t-il par ce jeu puéril !

Il est plus facile de faire le mal que le bien, et il est aussi plus facile de dire une évidence que d'énoncer une pensée chantournée pour un esprit affûté, aussi il convient de ne pas se formaliser lorsque certains jouent avec insensibilité avec les croyances des autres ou leur défaillances (qui n'en a pas ?)

Ici, des rôles sont distribués au hasard d'un sujet, et quelquefois surgit un alter ego d'autres fois un sot !!

Video meliora proboque deteriora sequor !

Il faut ne pas déserter le champ de bataille, quand bien même la bataille ne serait pas digne de soi... Car le sot de tout à l'heure considérera qu'il a gagné par KO, en effet, il n'est pas capable de mesurer la grandeur le l'abandon par dégoût... La vie est ainsi faite que du matin au soir et du soir au matin, il faille encore et toujours recommencer le travail que l'on croyait avoir terminé ! L'homme est imparfait par plaisir et le reste aussi...

MS

@ Marc Ghinsberg
"Nos posts sont un peu des bouteilles qu’on jette à la mer, mais si une fois de temps en temps ils permettent de pousser la réflexion un tout petit peu plus loin alors il n’auront pas été totalement inutiles."

Un peu desservis quand même par cette sorte d'onctuosité satisfaite.

Marc GHINSBERG

@breizmabro

Plusieurs fois j’ai eu la même tentation que vous : me retirer, écœuré par la vulgarité de certains commentateurs dont la vigueur des invectives est proportionnelle à la vacuité de leur pensée, leur courage d’autant plus grand qu’ils se réfugient derrière un pseudo. Ceux-là il faut les traiter par la dérision ou l’indifférence. Pensez aux autres et aux lecteurs de ce blog qui sans nécessairement poster un commentaire peuvent être intéressés par les vôtres.
Philippe Bilger nous permet de nous exprimer, il accepte la contradiction, ses billets, que l’on soit d’accord ou pas avec lui, ne laissent pas indifférents car la plupart du temps ils développent une pensée personnelle originale qui provoque la réaction et nous incite à préciser la nôtre. Ne laissez pas le monopole de l’expression aux imbéciles, exprimez-vous autant que vous le souhaitez. Nos posts sont un peu des bouteilles qu’on jette à la mer, mais si une fois de temps en temps ils permettent de pousser la réflexion un tout petit peu plus loin alors il n’auront pas été totalement inutiles.
Je serais navré de ne plus vous lire et de ne plus vous apporter parfois la contradiction.

MS

"...au prix d’un combat contre le satanisme sous-jacent à notre volonté de vie."
D. Tillinac

"Comment lutter contre la volonté de vie ? En proposant qu'elle est satanique."
G. Gaspary

Un tel fallacieux renversement du propos de Tillinac introduit à votre endroit une sous-jacente interrogation trinitaire, mon bon Garry : sot, malhonnête, obtus ?

Diogène

@freud
le mal-nommé.

Juste pour ma curiosité propre, pourriez-vous expliquer en quoi cette citation et l'analyse qui en est faite relèvent-elles d'une quelconque "pensée psychanalytique" ?

seraye yves

@ Noblejoué | 23 juin 2016 à 18:27

Vous confondez la mort avec le risque !

Certes le risque offre la mort parfois mais la mort n'est pas un risque puisqu'elle nous est offerte à tous... avec un avenir pour certains ou rien pour d'autres !

J'ai aimé dans mon adolescence des hommes comme : Burton, Gordon, Stanley, Livingston, René Caillé, Marco Polo, Henry de Monfreid et bien d'autres, ceux qui passaient le cap Horn dans des conditions épouvantables pour aller vers nulle part !

Et je découvre au-delà de mes aventures et de mes lectures passionnantes l'univers rabougri de ce que je n'aurais jamais avoir voulu vivre !
J'ai "exploré" la Chine, le Maghreb, l'Afrique occidentale ou Madagascar avec une envie enfantine, sans jamais me poser de questions et aujourd'hui dans l'automne de ma vie je poursuis ce chemin, avec une épouse formidable, en ayant eu la chance de voir ce damné Cap Horn, ce p... d'Alaska, la Chine en long en large et en travers sur les pistes des caravanes et le reste !

Au diable les convenances !

La vie à tout prix c'est l'essentiel !

Noblejoué

@ breizmabro

Je ne sais pas s'ils existent, mais au cas où, si vous n'y avez pas pensé vous-même, vous pourriez peut-être trouver des blogs en langue bretonne ? J'imagine qu'ils vous parleraient de sujets intéressants et, plus important encore, vous intéressant, et comme les Bretons sont fiers et créatifs en leur culture, que les gens, plus fiers d'eux-mêmes ont moins de ressentiment, les échanges y seraient plus suaves.

D'un autre côté, vous pourriez regretter ce blog... Il ne faut jurer de rien, mais j'ai l'impression qu'il y a peu de censure. Si ce n'est l'air du large, celui de la liberté !

freud

Ave Philippe morituri te salutant.

Faire ce que l'on peut avec ce que l'on a semble être le sujet de vos deux idoles du moment. L'une me fait penser à Jeannette Bougrab, Dati et bien d'autres qui ont su découvrir l'âme de l'homme et ses faiblesses.

La pensée psychanalytique que vous nous offrez sent la naphtaline et les penseurs grecs doivent, dans leurs tombes, se dire : ils en sont encore là !

Soyons sérieux, les enjeux intellectuels, politiques et économiques qui submergent l'homme de la rue sont plus importants !

Tiens ne serait-ce que de prendre un train de banlieue le soir !

Noblejoué

On est passé du risque de la vie... à une poétisation de la mort. Je préfère intervenir avant qu'on la justifie : ce n'est pas parce qu'on ne peut pas éviter quelque chose qu'il faut la croire bonne.

Un né esclave peut rêver de liberté, voire qui sait essayer de se tuer, s'enfuir ou tuer son propriétaire. De même, un nait mortel peut s'insurger contre la mort. Et qui sait, faire plus ? Avec la science, peut-être. Mais on ne sortira jamais des chaînes si on commence à s'en accommoder.

Le premier livre de l'Humanité, L'épopée du grand homme qui ne voulait pas mourir :

http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/5687

est instructif.

Ayant échoué à conquérir la vie sans fin, le héros se résigne, et se divertit, il a bien raison, pour se changer les idées.
Mais de là à valoriser la mort, la prétendant apte à nous rendre capable de créer, d'aimer et autres choses quand elle est plutôt le à quoi bon fondamental de nos vies qu'on croit surmonter à force de religion, politiques et autre, il y a un abîme.

Je précise que les religions ne sont pas nées de la peur de la mort mais de boucs émissaires. On pourrait s'y tromper car trop s'opposent à l'ambition de la vie sans fin. Beaucoup par peur de disparaître. Mais ce n'est même pas un risque de la vie ! Mortels ou immortels les gens auront besoin de religion pour se lier entre eux et à ce qui les dépasse et la religion est le moyen le plus fondamental de l'espèce pour le faire.

La mort c'est la mort, l'esclavage l'esclavage, on n'a pas à dire que c'est bien, selon les cas parce que :
- Personne n'y échappe. Eh bien, mieux vaudrait que quelqu'un réchappe d'un naufrage que personne s'il vaudrait mieux que tout le monde y surnage, et voilà pour la mort belle car égalitaire.
- L'esclavage qui n'en serait pas un car la liberté soit n'existe pas soit est intérieure. On rejette vers le néant ou l'intérieur ce qu'on n'a pas réussi à établir entre soi et les autres.

Les choses sont ce qu'elles sont, il faut se risquer à les affronter.

breizmabro

Pendant un certain temps j'ai participé à ce blog. C'était avant. C'était du temps où ce blog était bon enfant, parfois instructif, quelquefois spirituel. Il me donnait l'envie de participer (n'est-ce pas le plus important ;-))

Depuis quelque temps ce blog dérive vers l'agressivité permanente entre intervenants anonymes (quel courage !).

J'envie Marc Ghinsberg, Achille ou eileen (et un peu Savonarole) de rester imperturbables face à ces agressions verbales souvent imbéciles, et dans certains domaines, sans fondement.

Je continuerai à vous lire. Peut-être que mon clavier me démangera encore une fois ou deux, mais franchement vos joutes verbales intellos/Wiki ne m'amusent plus.

Adeo Kamarad (en breton finistérien ;-))

Claude Luçon

@ eileen et Deviro

Merci pour vos commentaires.
Je vous souhaite à tous deux de voir le monde comme je le connais.

Bien que pour de très grandes différences et raisons je puisse dire comme Roberto Benigni, "La vie est belle".
Particulièrement en France !
Seuls les Français ne s'en rendent pas compte.
Ex-pétrolier, j'ai travaillé et vécu sur la moitié du globe dans tout le Moyen-Orient, toute l'Afrique, en Europe de l'Ouest et Amérique du Nord entre 1952 et 2001, c'est à la conclusion de tout cela que j'ai acquis la certitude que la vie était une expérience extraordinaire que je recommencerais volontiers.
Celle que je termine m'a parue trop courte, il me reste tant de choses à voir et à faire.
J'ai eu la chance en plus, pendant 55 ans, d'avoir une épouse anglophone d'origine italienne, francisée au contact du chauvin angevin que je suis, une combinaison explosive, décédée en 2013, une compagne extraordinaire qui ne m'a jamais laissé le temps de regretter d'être de ce monde, bien au contraire, même si sa disparition m'a laissé une blessure profonde de tristesse au coeur qui ne se cicatrise toujours pas.

Mary Preud'homme

"Aimé Césaire et autres poètes haïtiens !" (Tipaza)

Vous vouliez sans doute dire Aimé Césaire et autres poètes antillais. Les innombrables poètes et écrivains haïtiens n'ayant rien à envier aux rares poètes martiniquais dont Césaire est le plus beau (sinon l'unique) fleuron.
Quant à débattre au Zénith, je n'ai nullement cette prétention. Et tant qu'à imaginer l'hypothèse d'un face-à-face féminin, je verrais plutôt Marie-France Garaud autrement armée que moi, opposée à Christiane Taubira.
Ah ces Marie et Mary de toutes les couleurs, des passionnées vous dis-je...
Je dois néanmoins reconnaître que vous-même pas plus que Deviro, Aliocha, Noblejoué, Paul Duret et tant d'autres sur ce blog ne s'en sont jamais pris à mes proches. Ce qui fait toute la différence.
Quant à Savonarole qui aime jouer à cache-cache et que j'ai gardé pour la fin, je sais toujours où le trouver... Et jamais en reste pour dire le mot qu'il faut pour apaiser les rancoeurs et neutraliser les mauvaises langues et les piètres cuisinières !

Diogène

On peut souscrire ou pas à ce réquisitoire de Norbert Bensaïd contre notre besoin compulsif de nous prémunir contre tous les risques liés au fait même d'être là. Il reste que nous ne pouvons pas nous exonérer de l'interroger, cette peur. Qu'est-ce qu'elle dit de nous ?
La phénoménologie heideggerienne avec son "expérience de la vie facticielle", vous n'y pensez pas ?

Manger cinq fruits et légumes par jour pour ne pas mourir. Je caricature à peine.

Dans le le même ouvrage La Lumière médicale dont les familiers du Nouvel Obs ont pu lire des extraits à l'époque :
"Notre liberté est menacée par le besoin de sécurité et la sécurité elle-même est menacée par le souci obsédant qu'on en a".

Je suis tenté d'élargir le champ d'application de ces citations de Norbert Bensaïd. Tant je crois qu'elles interpellent également ces solutions infaillibles censées nous protéger dans le domaine de la sécurité des personnes et des biens.
Que cela soit de nécessité décisive, qui en douterait ?
Il n'empêche, j'ai toujours trouvé pitoyables les mots d'ordre du genre "tolérance zéro".
Il n'y a pas de risque à se payer de mots. Monsieur Bruno Le Maire a même cru devoir reprendre cette idiotie à son compte lors d'une récente intervention télévisée. Surprenant de la part d'un lettré, ou qui le laisse dire.
Bruno Le Maire, éclairs dans les yeux et menton relevé, juché sur Rossinante, qu'il ne devine pas affectée de fourbure.
Que l'application de toutes ces brillantes trouvailles puisse aboutir à la société idéale, la belle affaire. Le problème c'est que ça n'existe pas.
Je ne suis pas insensible aux promesses de protection que les aspirants gouvernants nous font pendant trois mois tous les cinq ans, mais je suis souvent tenté de leur demander : et qui me protègera de vous ?

L'enfer est pavé de bonnes intentions.
Le film Minority Report, ou comment faire advenir la société fabulée, qui à la fin se révèle dystopique.

@seraye yves

N'exagérons rien. "L'expérience du culot", vous la tentez très bien en vous livrant à cette litanie dont chaque point pourrait être démonté par le premier venu.
Dans un souci d'indulgence à votre égard, je n'en retiendrai qu'un pour correction : pour devenir député il faut être... candidat et convaincre. C'est bête, hein ?
Pour les autres points et leur insoutenable légèreté, je pense que ce n'est pas la peine, c'est vraiment trop dur.

popeye

@ Deviro | 22 juin 2016 à 16:35

Pas mal... Mais il y a plus fort que cela :
- l'eau transformée en vin ?
- les pêches miraculeuses ?
- la marche sur les flots ?
et
mais voilà "Mary Preud'homme" je me casse à + Deviro

P.S. : l'humour à la française a disparu lors de la nomination de Mitterrand et depuis il ne faut plus dire ceci et cela sous peine d'être poursuivi par "SOS LE RACISTE" organisme attitré de Julien Dray qui doit en percevoir des royalties pour se mettre à l'heure... la dernière en date c'était la quenelle qui a failli nous faire tous mourir d'asphyxie... c'était d'une bêtise digne du plus grand des sots de notre pays le Hollande et son scooter.

Michel Deluré

Le risque est inhérent à la vie. Cette dernière est le terrain de notre mise à l'épreuve constante. C'est ainsi que l'Homme, confronté à ce parcours, parvient à se définir, à se façonner, "à se mûrir et à se créer indéfiniment soi-même" comme l'écrivait Bergson. S'il est compréhensible que l'Homme conscient, responsable, cherche à mieux maîtriser le risque pour en limiter ses conséquences, il est illusoire de vouloir éradiquer totalement celui-ci. Ou alors, quel goût aurait notre existence ?

Savonarole

@Tipaza | 23 juin 2016 à 08:40

Oui, ça aurait valu le spectacle, mais Taubira a disparu dès qu'elle a appris le retour de Mary.

Exilé

Les Hommes du Régime, pris d'une boulimie réglementaire échevelée, nous traitent comme des petits enfants en nous entourant d'une foultitude d'interdictions ou de limitations présentées comme des garde-fous contre les risques de la vie quotidienne.
Nous connaissons aussi tous ces slogans débiles du genre « mangez bougez » - comme si nous n'étions que des porcs d'élevage dont il faudrait faire un peu fondre la graisse, ou bien « évitez de manger gras etc. ».

En revanche, il est curieux de constater qu'en ce qui concerne les vrais risques, ceux qui entraînent malheurs, invalidités et morts violentes causées par certains de nos invités qu'ils laissent entrer chez nous sans contrôle par centaines de milliers alors que certains ne sont pas animés des meilleures intentions à notre égard, rien, motus, pas d'application du sacro-saint principe de précaution mis en avant par ailleurs par de faux écologistes alors que dans ce cas son application serait vitale...

Aliocha

Suggestion de soin apaisant pour le prurit allergique au chrétien :
https://www.youtube.com/watch?v=RwFYUJb03d0
Et, avant tout, arrêtez de vous gratter, le mal ne fait qu'empirer.

Deviro

@Mary Preud'homme | 22 juin 2016 à 23:47
J'apprécie beaucoup l'humour juif, l'humour bédouin (réservé aux hommes et servi à la louche), c'est-à-dire le vôtre, pas du tout !

Crotte de bique ! Quand la dame a voulu quitter ce blog, je lui avais mis un message qui, parmi d'autres, "lui avait fait chaud au coeur" Elle est revenue, agressive, acerbe, vindicative et menaçante. Changement de métabolisme ? Effarant...

@Paul Duret | 22 juin 2016 à 22:52
Pan sur le bec !
Très bonne réponse de Mary Preud'homme à Deviro.

On dirait un pet, ce commentaire !

Mon post ? tout à fait innocent :
...à propos de Jésus, qui savait prendre ses risques et savait (avant tout le monde...) ce qui lui arriverait, il faut reconnaître qu'il était quand même assez démerde...
Où ai-je lu ça ?
D'après la Bible, Jésus est né à Bethléem, en Palestine, un pays où les gens s'appellent : Mohamed, Abdel, Mounir, Aziz, Ahmed, Farid, Omar, Youssouf, Mouloud, etc.
Et il a quand même réussi à se trouver douze copains qui s'appelaient Jean, Pierre, Paul, Jacques, Thomas, Matthieu, André, Philippe, Simon, etc. et qui buvaient du vin !
Qui dit mieux ?

Au secours, je suis innocent !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • CNews,"Face à l’info"
    Ludi 28 octobre de 19 h à 20 h, dialogue sur la Justice avec Eric Zemmour.
  • Causeur
    causeur.fr du 13 octobre "Philippe Bilger, le style fait l'homme", par Thomas Morales
  • Le Point
    Philippe Bilger : « Le mur des cons a fracturé la confiance dans la justice », lepoint.fr du 11 octobre.
  • Sud Radio, "Le Grand Matin"
    Tous les vendredis de 8 h 45 à 9 h 15, débat dans la Matinale de Patrick Roger.
  • CNews, "L'Heure des Pros"
    Tous les mercredis de 9h à 10h30, animé par Pascal Praud.
  • Sud Radio "Les Vraies Voix"
    Tous les jours du lundi au vendredi de 17h à 19h, émission de débat et de divertissement animée par Christophe Bordet.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS