« Décryptage #11 - Foot 2 - Ils accouchent dans la douleur ! | Accueil | On serre la main de ce Premier ministre ! »

17 juin 2016

Commentaires

serpentaire

@ Jean-Dominique | 20 juin 2016 à 03:00

Un franc-maçon se doit de prendre les autres pour des imbéciles. Et ce que l'on doit reprocher à la Maçonnerie c'est son côté secte et sa forte présence en politique ce qui implique le copinage :
- les copains-coquins d'abord.

Pour le reste il y a eu de nombreux intervenants sur le sujet comme Eric de Montgolfier, qui pour s’être occupé des réseaux francs-maçons, s’est vu conseiller de mettre la pédale douce, par un ministre. Il s’agit d’une preuve évidente de corruption, de loi du silence, de république franc-maçonne, des petites combines entre malfrats.

Pour clore notre discussion auriez-vous pu convaincre le Général de Gaulle ?
La franc-maçonnerie est une secte qui favorise ses adhérents dans tous les domaines de notre vie courante et qui sous des aspects sédatifs serpente dans le dos des peuples.
Tout le reste n'est que propagande franc-maçonne.

Jean-Dominique

@Jean-Marc et serpentaire

Je me garderai bien de vous déciller les yeux et s'il vous plaît de considérer que tout ce qui va mal en France est l’œuvre des francs-maçons, gens retors ou terriblement maladroits, faites à votre aise. Secte satanique qui a livré la France à l'Islam, rien que ça !
Je n'ai pas vocation, et encore moins lorsque c'est hors-sujet, à expliquer sempiternellement ce qu'est la franc-maçonnerie et ce qu'elle n'est pas : la littérature abonde pour qui veut s'informer, pas besoin d'en être pour cela, tout est en librairie. Pour les autres, il reste les fantasmes réchauffés dans le chaudron de l'ignorance. Je précise que je respecte tout à fait le fait que l'on soit opposé à la franc-maçonnerie, mais pour de bonnes et vraies raisons. Il y en a, cherchez un peu.

Mon propos visait le complotisme qui résulte d'un étrange effort de fuir les évidences pour dénicher par mille détours hasardeux des motivations obscures et malfaisantes aux événements de ce monde. Il nourrit la délégitimation de l’État et justifie que l'on s'attaque à lui puisque des puissances secrètes le piloteraient pour agir contre le peuple. Il faut casser l’État avant que celui-ci, sur ordre des Illuminatis, ne casse le peuple. C'est ridicule mais désormais, le ridicule tue.

serpentaire

@ Jean-Dominique

Vous êtes franc et peut-être maçon... que Dieu garde cette secte satanique !
Mais je me demande comment nous arrivons encore à faire pousser des salades sur une terre aussi pourrie que la nôtre.
Les francs-maçons pourront s'enorgueillir d'avoir livré, pieds et poings liés, notre pays à l'Islam.
Un mauvais calcul, mais les souillons de francs-maçons ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et le peuple a quand même un odorat !
Jean-Dominique, d'après vous quel sera le prochain "couillon" franc-maçon qui dirigera notre pays ?

Jean-Marc

@Jean-Dominique

1- Si le but était électoraliste il serait allé chez les sapeurs-pompiers plus nombreux.
2- Je n'en sais rien et peu importe
3- Non il explique comment chaque grade est organisé, avec la vitrine, l'arrière-boutique et les bureaux à l'écart.

C'est drôle ce déni alors que les francs-maçons s'enorgueillissent d'avoir fait voter des lois, ou Bauer assurant que les frères n'ont jamais été si nombreux mais sans pouvoir.

L'hypocrisie plaît à certains.

Jean-Dominique @ Jean-Marc

Jean-Marc, vous relayez en effet des vidéos ou des sites complotistes caractéristiques.
Sur vos exemples :
1. F. Hollande va au Grand Orient et flatte les maçons. C'est un propos électoraliste. Remplacez francs-maçons par sapeurs-pompiers et sa déclaration fonctionne aussi bien. Mais le montage vidéo tend à extraire des phrases, à les juxtaposer avec d'autres et à démontrer ainsi une collusion qui n'existe pas dans les faits.

2. La liste des francs-maçons du PS est ce qu'on appelle un fake. Elle circule partout mais elle est fausse ! Dans le tas, il y en a évidemment, un petit tiers. F. Hollande n'a jamais été intéressé. Mais si on veut faire une liste de responsables politiques proches de milieux religieux ou autres, on s'apercevra vite que tout cela se neutralise gentiment comme il est normal en démocratie. Le site en question est un site conspirationniste bien fait, orienté contre le complot sioniste et se vante d'avoir dénoncé les mensonges du 11 septembre 2001...

3. Votre troisième exemple est le témoignage d'un ancien maçon qui, converti au catholicisme, considère que sa foi est incompatible avec un engagement maçonnique. C'est son opinion et elle est respectable. Ce qu'il décrit comme organisation serait juste s'il mettait en perspective les structures et leurs relations. Par exemple, le principe des fraternelles (groupement de maçons de même profession) est condamné par les plus grandes obédiences, en raison des dérives affairistes possibles.

Pour se faire une opinion juste, il est bon de consulter des sources opposées. Il ne faut pas se priver de lire les sources anti mais à condition d'équilibrer son jugement avec d'autres sources. C'est le principe de l'honnêteté intellectuelle que l'on se doit à soi-même pour construire une opinion critique recevable.

Jean-Marc

@Jean-Dominique

Non il a tort de ne pas rester sur les francs-maçons mais sans argument c'est une technique assez médiocre.
Votre poulain assimile la République et la franc-maçonnerie :

https://www.youtube.com/watch?v=gSG-NEf84bM

Que dire de cela :

http://www.lelibrepenseur.org/liste-de-francs-macons-du-parti-socialiste/

Et enfin dans quel cercle êtes-vous dans cette secte ?
Dominique Caillet en explique la structure réelle :

http://cailletm.com/index.php/?q=loges

Jean-Dominique @ R. Marchenoir et X. Nebout

Je reviens sur ce billet malgré sa date de péremption - ça va trop vite ! - pour mettre en avant l'échange entre R. Marchenoir et X. Nebout. X. Nebout voit des francs-maçons partout et R. Marchenoir a raison de lui renvoyer tout l'arsenal du complotisme.

C'est une des clés des comportements violents actuels : alors que la démocratie politique s'estompe dans nos sociétés, le complotisme fait des ravages dans des millions de têtes avec le levier d'internet. L’État ne serait que le valet de puissances ténébreuses et ramifiées à l'infini dont le seul but serait l'asservissement des peuples aux volontés d'un cartel de maîtres tout-puissants. Il s'agit de combattre toutes ces puissances liguées et de se définir comme anti : anti-capitaliste, anti-raciste, anti-fasciste, anti-musulman, anti-sioniste, anti-colonialiste, on ne saurait les dénombrer tous.

Les échauffourées récentes lors des manifestations ont d'ailleurs donné lieu à leur lot de théories du complot : les casseurs seraient à la solde de la police qui, comme c'est étrange, ne reçoit pas d'ordre clair de lutter contre les premiers débordements. Ces interrogations sont relayées par les syndicats de policiers eux-mêmes, amplifiées et habillées en complot au gré des blogs. Il en va ainsi de tout incident social qui ne serait que la partie visible d'un immense combat de titans entre forces occultes.

Ce phénomène est important, il touche les plus jeunes par la prolifération de vidéos conspirationnistes sur YouTube. Il nourrit la détestation des institutions et la conviction qu'il faut guerroyer contre ces noirs desseins.

Giuseppe

@ Diogène

Je suis resté perplexe devant l'emploi que vous faites du mot "densité". Mon humilité naturelle estimant que malgré tout l'être humain ayant pour lui une masse volumique de 1000 kgs/m3 (en gros) pour tous, je ne trouve pas si mal que l'on puisse flotter.

Je peux comprendre que vous vous sentiez plus dense que le commun des mortels (cela existe), mais alors là il faut nous fournir votre référentiel. Feriez-vous partie de ceux qui ont une densité proche de la Naine blanche ? Quoi qu'il en soit je ne me lancerai pas ici sur ce qui est relatif et le prisme personnel que chacun peut avoir, les couleurs sont des longueurs d'ondes (pour faire court), alors densité... Je pense qu'on est toujours la densité de quelqu'un et la puissance affectée en tant qu'exposant pour définir la masse volumique dépend de la vue de chacun comme pour les couleurs.

Bon, je ne sais pas pourquoi j'ai écrit ces lignes, dans le domaine de la qualité quand on nommait les faits, les matières, les progrès, les échecs nous mettions en face une règle, un étalonnage... Là je m'éloigne et un livre ne suffirait sans doute pas.

vamonos

@Robert Marchenoir
"Au demeurant, les francs-maçons, les francs-maçons, comme vous y allez... Qui vous dit que ce ne sont pas les Juifs ? ou les Américains ? ou le Mossad ? ou les Illuminati ? ou la Reine d'Angleterre ? ou la City de Londres ? ou les homosexuels ? ou la conférence de Bilderberg ? ou les patrons du CAC 40 ? ou la Trilatérale ? ou Zbigniew Brzezinski ? ou George Soros ?"

Quand il y a complot ce qui arrive souvent, voire tout le temps, il convient de ne pas sous-estimer la puissance occulte des Chinois de la CIA qui sont en fait des transfuges de l'URSS passés par les rangs de la Stasi et exfiltrés dans une valise diplomatique.

Exilé

@Marc Ghinsberg
"...dans son billet il fait référence par deux fois au Figaro et à aucun autre organe de presse."

De toute manière, dans la France soviétique, qu'attendre de différent de l'équivalent des Izvetsia ou de la Pravda, alimentées par les mêmes dépêches de l'agence Tass locale (sans oublier le sinistre Vingt Heures télévisé)  ?

Exilé

La République est bonne fille, il est vrai, mais pas à ce point-là.

Oui-da, et Landru était un bon gars sympa...

Enfin, une bonne fille qui a inventé le génocide méthodique d'Etat, ayant permis de zigouiller légalement au minimum des dizaines de milliers de personnes avant d'avoir servi de modèle aux léninistes et aux nazis, je préférerais ne pas l'avoir pour voisine de palier...

Jean-Dominique Reffait

On peut être amnésique, oublier les émeutes de 2005 et 2007, penser ensuite qu'aujourd'hui est pire qu'hier et désigner légèrement des responsables politiques hexagonaux. C'est, hélas, un peu plus compliqué que cela et les mouvements de violence observés ne sont pas moins critiques ailleurs qu'en France. Aussi bien l'assassinat de la députée britannique que les guerres tribales de supporters russes et anglais montrent en quelques heures seulement combien les points de rupture sont forts sur notre continent.

Je n'ai pas souvenance que les émeutes aient été tellement mieux gérées par les promoteurs de Kärcher mais voilà : quand la droite se plante à rétablir l'ordre, elle est réputée cependant avoir fait le maximum. Tandis que la gauche, même avec le très nerveux M. Valls, demeure ontologiquement coupable de laxisme. On ne s'entretue ni plus ni moins à Marseille sous la droite, forcément légitime en terme de sécurité, ou sous la gauche, forcément discréditée.

Ces clichés de carte postale ne sont pas seulement lassants, ils sont délavés et ne correspondent plus aux réalités. Aucune rodomontade de ministre de l'Intérieur n'est parvenue à résoudre ces tensions dont les causes sont diverses, diffuses et d'intensités variables : notre civilisation traverse une mutation dont F. Hollande ne saurait être le seul comptable. Qu'il ne soit pas à la hauteur de ce formidable enjeu n'est pas douteux mais qui, dans l'offre politique actuelle, le serait ? Personne. Qui, ici, a seulement une vague idée de ce qu'il conviendrait de faire pour résoudre ces crises cumulées de l’État, de la démocratie, de l'autorité, de la responsabilité individuelle ou collective et du bien public ?

Je comprends bien que les actions de la CGT donnent de l'urticaire à beaucoup mais ce n'est pas nouveau : la CGT a toujours donné de l'urticaire depuis sa fondation. Ces épisodes actuels sont des épiphénomènes qui ne doivent pas être confondus avec le désarroi d'une civilisation qui ne sait plus se penser et se projeter. Une jacquerie n'est pas un cataclysme, il y a une hiérarchie des désagréments sociaux. Il faut aujourd'hui inventer, dans la douleur, un nouveau modèle de civilisation car tout a changé en quelques décennies. L'anarchie des valeurs, quand tous les points de vue, du plus crétin au plus subtil, se mesurent à égalité, ne peut conduire qu'aux affrontements, tentatives nihilistes ou totalitaires d'imposer un désordre que l'on imagine régénérateur. Je crains que nous ne soyons condamnés à vivre cette sinistre époque jusqu'à son épilogue, dans l'impuissance politique et intellectuelle. Ce qui en sortira est imprévisible, du meilleur au pire, personne n'en sait rien.

En attendant, faisons semblant. De nous indigner, de froncer les sourcils, de voter, faisons semblant de dénoncer de pauvres responsables à des crises qui les dépassent de cent coudées. Ça repose de faire des efforts trop grands pour penser l'époque et les moyens de sortir, un jour, de ce bazar mondial sans trop de casse.

Robert Marchenoir

Le mystère s'épaissit sur les "supérieurs de François Hollande" dénoncés sans plus de précisions par Yves Seraye, malgré ma requête d'éclaircissements.

Seraye Yves | 17 juin 2016 à 19:41
Ma réponse : "il n'y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir. Il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre et plus muet que celui qui n'ose pas dire."

Si je comprends bien, vous vous reprochez à vous-même d'être muet, c'est bien ça ? Et vous reprochez aux autres de ne pas avoir entendu ce que vous n'avez pas dit ?

La lâcheté semble être congénitale dans ce pays.

Hum... ce n'est pas très gentil pour vos parents. Vous vous accusez vous-même d'être un lâche, c'est bien ça ? Je ne l'aurais pas forcément dit aussi brutalement, mais il est vrai qu'accuser le président de la République d'être à la botte de "supérieurs" qu'on refuse obstinément de nommer, ce n'est pas courageux-courageux...

Non, décidement, mon cher monsieur Seraye, si vous êtes vraiment le Résistant que vous affectez d'être, vous vous dévoueriez pour Montrer le Chemin à nous autres humains de seconde zone, et vous Diriez ce que vous Savez. Le Salut de la Nation est à ce prix.

De plus en plus bizarre :

Xavier NEBOUT | 17 juin 2016 à 21:20
Pourquoi ne pas le dire vous-même qu'il s'agit des francs-maçons. Le gouvernement en est gavé, et celui de l'Europe aussi.

Eh bien, peut-être parce que c'est moi qui ai posé la question ? Et que ce n'est pas moi qui ai accusé François Hollande d'obéir à des supérieurs ostensiblement non désignés ?

Mais non, les complotistes vivent dans un monde non euclidien où c'est aux autres, aux gens normaux, ceux qui ont à peu près les pieds sur terre, d'expliciter leurs propres salades.

Au demeurant, les francs-maçons, les francs-maçons, comme vous y allez... Qui vous dit que ce ne sont pas les Juifs ? ou les Américains ? ou le Mossad ? ou les Illuminati ? ou la Reine d'Angleterre ? ou la City de Londres ? ou les homosexuels ? ou la conférence de Bilderberg ? ou les patrons du CAC 40 ? ou la Trilatérale ? ou Zbigniew Brzezinski ? ou George Soros ?

Non, vraiment, je vous trouve assez léger, sur ce coup-là.

Noblejoué

"Car cet amateurisme continue à m'étonner de la part d'un pouvoir qui a connu, à deux reprises, un pire terrifiant en 2015 mais semble cependant tétanisé face aux transgressions de son propre camp."

La culpabilité n'y est sans doute pas étrangère. Quand on s'engage à ne pas inverser la hiérarchie des normes et qu'on le fait, comment n'y aurait-il pas un retour de bâton pire que face à une droite dont on n'attend rien ou une gauche convaincue de la nécessité de cette réforme et l'annonçant ? Qui trahit sa parole perd son autorité, vous me direz que les politiques n'en font pas d'autres... Ce n'est pas de déployer du pouvoir qui rendra de l'autorité, le pouvoir et l'autorité sont étrangères l'un à l'autre. Qu'est-ce qui peut rendre de l'autorité à des politiciens minables à droite comme à gauche ? Que les autres politiciens, ou syndicalistes, ou médiatiques, ou tout ça, soient pire.

Trop de pouvoir, je reviens à notre indigne Constitution, fait croire que magiquement, par le seul scrutin ou 49.3, on aura de l'autorité. Balivernes !

Dans les pays anglo-saxons, où on aime bien plus la liberté que chez nous, et donc la loi (pour ceux qui veulent finasser, aussi, la coutume dans certains cas) car la loi est ce qui protège de l'arbitraire, il y a moins de problèmes d'autorité.
Autre chose : là-bas le mensonge, notamment d'hommes d'Etat, est bien plus sanctionné que chez nous. S'il y a des aspects crétins la-dedans, comme l'inquisition de la vie privée, le principe est bon. On ne vote pas pour avoir des poutres apparentes dans son appartement pour se retrouver dans un décor zen.
Et puis, autre chose, les Anglo-Saxons aiment la liberté, et aussi, par ailleurs, ont moins de ressentiment que nous... Même si l'épisode Trump et l'attentat contre une députée britannique favorable au maintien de la Grande-Bretagne laissent à penser qu'ils descendent vers nous plutôt que nous ne nous élevons vers eux. Je suis triste pour eux et pour nous, si on admire des gens ou des peuples, et qu'ils semblent déchoir, par quel prodige pourrait-on s'élever jusqu'à eux ? Il y a, certes, l'Histoire, mais "les exemples vivants ont un autre pouvoir".

Xavier NEBOUT

@Robert Marchenoir

Pourquoi ne pas le dire vous-même qu'il s'agit des francs-maçons.
Le gouvernement en est gavé, et celui de l'Europe aussi.

Giuseppe

Si l'on prend aujourd'hui les faits, je suis assez d'accord avec Diogène sur la dureté de l'emballement aujourd'hui comparé à celui de 1995 et l'élaboration du plan Juppé.
Sauf qu'aujourd'hui rien n'est terminé.
Ce qui rajoute à l'effet grossissant des faits est que le terrorisme sur notre sol agit en caisse de résonance des violences urbaines les rendant sans doute disproportionnées par rapport à 1995.
La faiblesse d'un Président et sa transparence, physique et intellectuelle quoi qu'on en dise, ne sont pas là pour atténuer ces effets de loupe.

Que voulez-vous, démarrer une carrière au plus haut sommet de l'Etat avec comme image Flanby, capitaine de pédalo, fraise des bois et j'en passe, est quand même un sacré handicap.
Maintenant pour un bilan un peu plus factuel je livre le lien ci-après :
http://www.luipresident.fr/toutes-promesses?&&&&items_per_page=30&page=18.

Je me pose toujours la question de savoir ce qu'aurait pensé Mongénéral de tous ceux qui nous gouvernent depuis quelques années. Il est vrai qu'à cette époque c'était la République, elle avait une autre gueule que celle des courtisans mode Séguéla et autres BHL lequel voudrait tant ressembler à Malraux, pôvre philosophe, la stature c'est le talent pas les salons.

Marc-Antoine

Lors des obsèques du couple de policiers assassinés, un policier a refusé la main au président de la République et à son Premier ministre. Bravo monsieur car l'un et l'autre sont notamment les principaux responsables de la continuité de la déchéance de notre pays et, à ce titre, ne méritent pas l'estime de ceux qui, modestes et avec abnégation, servent la France sans se servir.

Seraye Yves

@ Robert Marchenoir | 17 juin 2016 à 18:43

Ma réponse : "il n'y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir. Il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre et plus muet que celui qui n'ose pas dire."
Je ne comprends pas d'ailleurs que tous les prétendants actuels au futur trône de notre pays en déconfiture se soient tus pendant quatre années et ne trouvent rien à dire contre celui qui actuellement cause notre perte !
La lâcheté semble être congénitale dans ce pays, voilà pourquoi d'autres populations récemment accueillies prendront bientôt le pouvoir !
Bien à vous Marchenoir.

Robert

De ce billet qui montre un auteur pour le moins désabusé, je retiendrai, Monsieur Bilger, ce court passage de votre introduction : "On n'a jamais eu comme aujourd'hui un Etat sans autorité. On est passé de défaillances ponctuelles même graves à un système structurellement vicié et à une incurie qui n'a pas toujours l'opportunité de se déguiser en mansuétude."

En réalité ce qui, fondamentalement, est ici mis en cause est bien la manière de faire de la politique en France, certes, mais aussi dans beaucoup de nos démocraties prétendument avancées. Cette impuissance organisée de l'Etat est la conséquence de la volonté de notre classe politique depuis des décennies, notamment sur l'autel du droit de droit-de-l’hommisme qui fonde en particulier notre Union européenne et la soumission aux règles du Marché déifié comme l'alpha et l'oméga de notre bonheur.

En France, c'est la faillite du régime des partis dénoncé en son temps par le général de Gaulle, partis qui n'ont que l'exercice du pouvoir comme objectif et se soucient comme d'une guigne de l'amélioration du sort du peuple qui les élit. Souvent en prétendant s'être fait élire sur un programme qui, au prétexte d'une situation différente de celle attendue, n'est jamais appliqué.
C'est là que l'on rejoint le contenu du billet que vous aviez intitulé "Le populiste, c'est toujours l'autre !".

Pourquoi la situation ne peut-elle qu'empirer ? Parce qu'un individu, élu président de la République, rejeté par la majorité du Peuple, navigue à vue et organise ce qu'il pense être les conditions de sa réélection.
Une autre analyse qui me semble parfaitement fondée est due à Jacques Sapir dans le billet intitulé "Populismes et politique" dont je joins le lien :
http://russeurope.hypotheses.org/5016

Il me semble qu'une bonne part des questions de ce billet y trouve des éléments de réponse.

Robert Marchenoir

Seraye Yves | 17 juin 2016 à 17:46
@ Tous les commentateurs
Vous ne voyez pas ce que Hollande et son entourage sont en train de faire ? Monsieur continue à utiliser nos troupes sur ordre de ses supérieurs !

Qui sont donc ces mystérieux "supérieurs" ? Vous m'avez l'air supérieurement bien informé. Allons, soyez courageux, parlez : il est de votre devoir d'informer vos concitoyens. Il ne vous sera fait aucun mal.

popeye

@ Diogène | 17 juin 2016 à 16:54

Je suis certain d'être un crétin, mais vous devriez vous poser la même question sur vous-même !

Et mangez des épinards c'est bon pour la santé !

Seraye Yves

@ Tous les commentateurs

Vous ne voyez pas ce que Hollande et son entourage sont en train de faire ?

Non seulement il fait campagne mais il s'acharne à détruire nos finances qui sont le nerf de la guerre, il favorise son électorat potentiel et des journaux nous expliquent comment il jette par la fenêtre des milliards d'euros, d'autres journaux portent à notre connaissance les tricheries de Bercy sur ordre de Sapin, l'Insee s'y met aussi sur ordre, et sur le plan international, Monsieur continue à utiliser nos troupes sur ordre de ses supérieurs !

Notre pays s'est embourbé, alors de grâce arrêtez de vous coaguler sur des détails de l'actualité et réfléchissez à l'essentiel !

Je me demande comment Hollande peut être encore Président de ce pays qu'il trahit en permanence !

Robert Marchenoir

François Hollande a décidé d'assister à tous les matchs de l'équipe de France. On voit le sens des priorités.

Diogène

@popeye

J'ai bien peur que cela en dise plus sur vous que sur moi.

Xavier NEBOUT

@Achille

La force d'un syndicat ne se mesure pas l'aune de sa légitimité, mais au nombre des abrutis qu'elle peut mobiliser pour terroriser les entreprises et paralyser le pays, face à un Etat ayant peur d'utiliser des canons à eau de peur de faire fasciste, et une justice de gauchistes.

popeye

@Diogène | 17 juin 2016 à 14:30

Au lieu de critiquer, exprimez-vous mieux car je ne comprends rien à ce que vous écrivez !

sbriglia@Marc Ghinsberg

Marc,

Ce que je pense n’est pas très important : je considère que la vérité n’est ni toujours à gauche ni toujours à droite… Pour autant, homme de droite avec des poussées d’urticaire de gauche (à 68 ans je travaille encore, en usine - la virgule après « encore » est importante : ceux qui me connaissent savent que cette virgule est une césure entre deux vies professionnelles foncièrement différentes…), j’ai, comme beaucoup d’hommes de ma génération, la fibre gaulliste : nul n’est parfait, dirait Savonarole !

J’ai envoyé 50 euros à Le Maire… On verra bien… c’est un bon écrivain…

Denis Monod-Broca

Nous avons banni le sacré, il revient sous la forme de la violence.

Nous sommes convaincus de ne croire en rien, convaincus qu'il n'y a rien de tabou, convaincus que tout peut être pensé, dit, fait, par tous et par chacun... Illusion pure ! La réalité se venge, et de quelle façon !

Nos actuels dirigeants ne sont pas à la hauteur, non certes, mais qui l'est ? mais comment l'être ? Certainement pas en faisant porter le chapeau à autrui.

Diogène

Je m'étais éloigné quelque temps de la lecture de ce blog avec l'espoir qu'à mon retour il aurait gagné en densité et objectivité. Vœu pieux.
Dans le domaine politique et social, les augures et décryptages bilgériens sont en effet bien pires qu'avant, qui prennent pour argent comptant les élucubrations de BFMTV et du Figaro. C'est pour avoir oublié que ces organes de presse ont les intérêts de leurs entrepreneurs maîtres.
Il y a une part d'imposture dans la démarche qui consiste à vouloir faire accroire que les soubresauts à l'œuvre dans le monde social aujourd'hui auraient atteint des sommets jusqu'ici inconnus.
Monsieur Bilger comme tous les héritiers de l'Ancien Régime ne supporte pas la part de conflictualité à l'œuvre dans le monde social. La démocratie est la condition de son accommodation. Démocratie dont par ailleurs ils se réclament. Et surtout, ne leur dites pas qu'il peut y avoir des périodes où les destins souhaitent changer de chevaux ( Lord Byron). Ce n'est pas qu'ils soient aussi républicains qu'ils veulent bien le dire. C'est plutôt qu'ils le perçoivent comme une menace contre leur position. À cette aune, cette grotesque litanie sur la République réifiée dont Monsieur Bilger nous entretient des attentes et des indignations, pour vibrante qu'elle entende paraître n'en est pas moins une pantomime pour perroquets. Faudrait-il faire crédit aux républicains chauves-souris ?
Pour qui possède un peu de mémoire, les troubles de 2016 font figure de joyeuses libations à côté des grèves de 1995, que ce soit en termes de durée ou de trouble à l'ordre public. Et cela n'a rien à voir avec une prétendue faiblesse du pouvoir, pas plus aujourd'hui qu'hier. On ne va pas faire donner l'armée parce que deux ou trois fondus entendent manifester contre une loi. L'allusion avec l'Euro dont le pouvoir est soupçonné d'attendre son salut, c'est d'une insondable pauvreté intellectuelle. Du Séguéla dans le texte. La preuve par le nombre de ses repreneurs. Et on aurait souhaité que notre hôte se détourne d'un expédient ramassé par terre. Parce que, à un moment donné, il conviendrait de garder fermé le tiroir à poncifs. Notre capacité à juger sobrement ne s'en porterait que mieux.

calamity jane

La CGT est remerciée de ne pas perturber le 18 Juin, soixante-seizième anniversaire de l'appel. Il ne manquerait plus que "la pelle du 18 Juin 2016"...
Pensez-vous que Papili me remerciera pour cet appel fraternel ?

Marc GHINSBERG

@sbriglia

Je n'ignore pas que Philippe Bilger dévore les quotidiens et les hebdomadaires, mais il ne vous a pas échappé que dans son billet il fait référence par deux fois au Figaro et à aucun autre organe de presse.
Vos critiques sont fort intéressantes, mais votre position à vous quelle est-elle ?

sbriglia

« Ce n’est sûrement pas en lisant Le Figaro, cher Philippe, que vous comprendrez ce qui est en train de se jouer en France. » (Marc G.)

Il est délicieux, notre Marc !

Sans doute ignore-t-il que notre hôte est un fervent lecteur du « journal-de-référence-du-soir », et que, de façon surabondante, les longs développements de son paragraphe suivant font l’objet de la même analyse qu’il nous délivre augustement que ce Figaro qu’il voudrait faire passer pour roupie de sansonnet…

Le fait de réduire la fréquence des coups de marteau sur la tête du pauvre patient n’est pas nécessairement propre à le soulager : les quelques milliers de chômeurs en moins, l’augmentation épsilonienne de la croissance, ne vont pas faire sortir le pouvoir de l’ornière dans laquelle il s’est, par impéritie et dogmatisme, profondément embourbé.

Qu’importe, adepte forcené de la méthode Coué, notre gardien du temple s’échine, billet après billet, à nous annoncer le soleil après la pluie et, tel Diafoirus, à expliquer que le moribond est un bien portant qui s’ignore.

Marc G. ou le monsieur Jourdain de la politique : comme cet homme doit être un grand-père rassurant avec ses petits-enfants !
Il en faut…

PS : Heureusement qu’il y a ce soir et demain soir quatre formidables packs qui m’attendent !
Pas ceux du frigo…

PS 2 : Emouvant Philippe, errant de Sarkozy en Bayrou, de Bayrou en Hollande, de Hollande en Juppé et qui ne semble jamais avoir le tournis !
Les mois à venir vont être « fibrillateurs » pour notre hôte s’il n’y prend garde…

Jabiru

@Achille

En face de Peppone c'est effectivement le néant, n'est pas Don Camillo qui veut. La France telle un paquebot à la dérive a perdu le cap et prend de la gîte. Le capitaine et son équipage complétement déboussolés par tant de désordres de toutes natures ne savent plus comment rétablir une situation qui se dégrade de jour en jour. La météo est pourrie, il pleut des cordes, gros temps qui ne permet aucun repos. Aujourd'hui ce n'est plus le temps de la synthèse mais de l'action désordonnée.
En 68 le Général était parti chercher du réconfort chez Massu, aujourd'hui on louvoie en laissant du temps au temps et en espérant que les congés d'été fassent oublier quelque peu la revendication et le refus du changement. Restera de ce quinquennat une gauche perdue corps et biens qui aura du mal à s'en remettre. Pas besoin d'analyses de boîtes noires pour expliquer les causes du naufrage, les raisons tout le monde les connaît.

PhD

Depuis 42 ans, nos gouvernants de fausse droite et de vraie gauche ont cessé de gouverner au service des intérêts de la France et des Français, mais au service de leur idéologie eurobéate, mondialiste et immigrationniste.

Or, les Français commencent à comprendre que cette idéologie est profondément perverse et mortifère car, malgré les cris d’orfraie de la clique politico-médiatique gardienne du politiquement correct et de la pensée unique, il est devenu impossible de mettre la poussière sous le tapis et de cacher la réalité.

Et c’est ce réveil du peuple qui rend le pays ingouvernable : comment voulez-vous que notre clown présidentiel et la bande de pitres et de bras cassés qui nous sert de gouvernement aient une quelconque légitimité pour prendre des mesures fortes ?

Qui parmi les prétendants UMP pourrait posséder cette légitimé puisqu’ils ont tous trempé dans les politiques suicidaires menées ?

Exilé

D'abord en un piège parlementaire puis en une scandaleuse politisation syndicale, la CGT ayant pris la relève de l'intolérante et fumeuse Nuit debout pour faire de la France un pays répulsif pour les étrangers et, à l'intérieur, une succession de violences, de dégradations et de contestations contemplées trop longtemps, comme au spectacle, par des socialistes en amateurs bienveillants.

En fait tout repose sur un malentendu et nous pourrions continuer à discuter des heures et des heures en tournant en rond tant que nous ne l'aurons pas exposé.

Il faut comprendre que la CGT - qui a été longtemps le bras armé du Parti Communiste et qui prétend ne plus l'être, en dépit de certains comportements - est tout simplement une organisation révolutionnaire marxiste-léniniste camouflée en syndicat.
Au passage, que penser d'une telle organisation qui ne récuse pas officiellement une des pires idéologies des temps modernes, avec le nazisme ?

Rappelons aussi que la genèse de l'implantation du binôme PC-CGT à des endroits stratégiques (énergie, transports, communications, ports...) s'est faite après 1945 sur l'insistance de Joseph Staline en personne auprès de de Gaulle...
Curieux parrainage, non ? La France aux ordres d'un cadavre, comme l'a écrit Maurice Druon.

Ceci posé, les choses s'éclairent.
Un syndicat se doit - du moins en principe - d'agir, selon certaines règles, pour améliorer la situation sociale ou matérielle de ses mandants, ce qui au passage se pratique paisiblement dans d'autres pays que la France.

Une organisation révolutionnaire n'a que faire du bonheur des gens, son fonds de commerce c'est le malheur réel ou au besoin fabriqué des masses qu'elle manipule.
Donc foin d'accords intelligents, de négociations pacifiques, de bienséance, de respect des autres, il faut continuer à entretenir le foyer perpétuel des rancœurs, des jalousies, des haines etc. par l'agitation permanente, à grand renfort de violences et de mauvaise foi.

Rappelons aussi qu'en principe une organisation syndicale ne doit pas faire de politique ou même être dans l'orbite d'un parti politique, par exemple un syndicat de fonctionnaires de police a été interdit vers 1995 sous le prétexte qu'il aurait été proche du Front National.
Or nous ne comptons plus les interférences politiques - y compris dans des domaines n'ayant aucun rapport avec le syndicalisme - imputables à la CGT.
Pourrions-nous commencer par faire respecter la loi au moins dans ce domaine ?

Et il faudra aussi un jour ou l'autre poser la question du scandale de la permanence officielle et impunie du stalinisme en France.
Vaste programme.

Giuseppe

Derrière tout cela, se pose le retour inéluctable de NS. Fichtre ! Et pourtant... Désormais il met sur le tapis ce qu'un Etat de droit doit assumer, non pas contre la démocratie mais pour la conforter. Il va faire un carton avec les mesures qu'il propose, et coiffer (euh...) Juppé sur un poste qui va lui échapper, scénario Balladur 2.

vamonos

C'est pire qu'avant parce que tous les prix augmentent tandis que les salaires restent inchangés et que les primes ont disparu, sauf pour les fonctionnaires qui bénéficient d'une légère revalorisation et qui continuent de percevoir leurs primes. En conséquence, le niveau de vie continue de baisser en France.

Mais le plus préoccupant ne se situe pas là. Le mode de vie à la française est menacé ! Au mois de juin, alors que le soleil et la douce chaleur donnent envie de boire un verre en terrasse, le pouvoir exécutif engage des restrictions concernant la vente d'alcool en extérieur. Comme par hasard, nous sommes en période de ramadan ; mais il ne faut surtout pas faire d'amalgame. Dans le même registre, à Londres, le nouveau maire à pris la décision d'interdire les affiches publicitaires avec des corps en maillot de bain.

Petit à petit, l'oiseau fait son nid.

Yves

Le destin de Nuit debout est scellé. Anagramme>> tout un bide.
Dans Confédération Générale du Travail, il y a confédération, anagramme >> naïf créodonte. Et créodonte= ordre éteint de mammifères du Paléocène.
Éteint peut-être, mais il bouge encore.
Pourquoi nos gouvernants ne prennent-ils pas la main tant qu'il est temps ?
À laisser proliférer l'agit-prop, de plus en plus violente, le risque majeur est de voir s'agglutiner d'autres forces, organisées de l'extérieur, aujourd'hui étrangement silencieuses et autrement virulentes.

Seraye Yves

Monsieur Philippe Bilger,

Les Français en ont assez de l'incompétence de nos gouvernants et de leurs escroqueries...

Voici par exemple un texte édité ce jour sur le journal "Le Point" :
"Reporter l'addition à demain pour embellir la photo dès aujourd'hui. Voilà en résumé le stratagème utilisé par l'exécutif pour contenir l'augmentation de la dette publique. Selon le rapport sur l'exécution budgétaire que la Cour des comptes a publié le 25 mai, Bercy a recours depuis quatre ans à un artifice comptable qui lui permet de sauver les apparences sur l'évolution de la dette.
Le stratagème est décrit dans Le Canard enchaîné du 15 juin. Pour combler le trou laissé par le déficit du budget, Bercy émet chaque année des obligations du Trésor (OAT) comportant des taux de rémunération de 5 ou 6 %, sur lesquels se ruent les investisseurs. Appâtés par la bonne occasion, ceux-ci n'hésitent pas à acheter ces obligations au-dessus de la valeur officielle d'émission, par exemple le double.
Tour de magie
« Résultat : quand l'État vend pour 1 milliard (valeur officielle) d'OAT dopées, il encaisse 2 milliards – un pour la valeur faciale, un autre pour la prime », constate Le Canard enchaîné. L'opération a permis, rien qu'en 2015, de raboter la dette de 22,5 milliards. « Un nouveau record », estime la Cour des comptes.
Et surtout un tour de magie qui a permis de contenir la dette à 95,7 % du PIB. Sinon, elle aurait atteint 98 % du PIB en 2015 et devrait dépasser les 100 % en 2017. Mais l'opération a un coût : ce que l'État gagne au moment de la vente, il le perd en servant des intérêts plus élevés. Pour une émission de février 2015, citée par la Cour, chaque milliard emprunté à 6 % coûtera, pendant dix ans, 60 millions d'intérêt par an, contre 5 millions pour l'emprunt au taux normal émis le même jour. Mais sauver les apparences à un an de l'élection présidentielle, cela n'a sans doute pas de prix."
Fin de citation.

Même chose pour les fausses statistiques publiées par l'INSEE sur ordre de l'Elysée....

Trop c'est trop, la révolte est un mal nécessaire et c'est toute la France qui devrait être dans la rue.

Solon

Comment s'étonner de la position de la CGT sur l’inversion des normes ? La querelle n'est pas d'aujourd'hui. C'est le remake des Girondins décentralisateurs et des Montagnards de Robespierre et Saint-Just. La liberté commandée d'en haut, décidée par une hiérarchie, conforme à une doctrine de parti (le syndicalisme est loin) et mise en oeuvre par tous les moyens, y compris illicites. Surprise ? L'histoire éclaire le présent.

genau

Comment ne pas partager, d'une part, votre terrible tristesse et d'autre part, les propos pleins de raison de JLM.
Oui, le spectacle de notre pays est attristant, affligeant et on peut se demander comment des gens comme M.Martinez existent encore si ce n'est qu'il partage avec les politiques une soif non réfrénée de pouvoir.
Les socialistes ont cédé au vertige de l'argent, de l'argent, de l'argent, à foison, à pleines brassées. Ils en sont devenus répugnants, comme M.Bartolone ou M.Huchon dont les cumuls sont exemplaires.
Casser, briser c'est hélas, un lieu commun. 1789 a ouvert l'ère du national communisme et 1793, l'ère des grands massacres idéologiques.
Sans doute, l'idéal guerrier, l'esprit revanchard sont atténués entre les nations et une diplomatie complexe, aventureuse souvent, cynique très souvent, amortit les chocs internationaux. Le rapprochement des Etats européens a éliminé toute idée de guerre, mais la France, par son intransigeance administrative, sa rigidité fonctionnaire, son infinie complexité fiscale, volontaire et inhumaine, sa distribution de privilèges n'a pas pris le chemin d'une modernité apaisée.
Plongée dans ses contradictions et avant tout haineuse de la réussite, elle engendre des monstres politiques, incapables de dépasser leur idéologie.
C'est ainsi que l'URSS a entamé sa période de grands massacres, mais notre pays n'est pas en reste de désastres.
Ce n'est pas la réussite de nos ingénieurs, de nos chercheurs qui sauvera quoi que ce soit : Hollande avait annoncé la suppression de crédits pour la recherche aussi benoîtement qu'il aurait augmenté les impôts ; son retrait immédiat témoigne de son inconscience ; il ne sait pas ce qu'il fait, ni où il va, ses fonctionnaires non plus.
Les pays arabes souffrent aussi de ces roideurs et de cette complexité et notre société s'entiche de la religion qui est à l'origine de cette soumission passive à la parole d'en haut.
C'est bien de tristesse qu'il s'agit.

eileen

Euro 2016 deux victoires françaises soit, et le bras d'honneur de ce P. Pogba qui - grâce à son communicant - utilise un mot dont il ignore/ignorait l'existence "sa sarabande habituelle" ben voyons... plus rien n'a de sens, les mots ne veulent plus rien dire, les manifestations sont des guérillas urbaines avant de devenir une guerre civile. Marre de tous ces agitateurs qui ne craignent rien !

La France est le pays du désordre permanent, les touristes étrangers auront bien raison de ne pas venir en France, que le secrétaire général de la CGT ose réfuter l'existence de casseurs parmi les siens est le comble de la lâcheté la plus absolue.

Marc GHINSBERG

« La République concrète, la vraie, celle qui attend et espère un Etat digne de ce nom, exemplaire, protecteur et efficace, elle en a plus qu'assez !
Elle ne comprend plus rien, elle est perdue. »

Ce n’est sûrement pas en lisant Le Figaro, cher Philippe, que vous comprendrez ce qui est en train de se jouer en France.
Difficile après avoir expliqué que la Loi travail avait été vidée de sa substance de comprendre pourquoi elle suscite une telle hostilité de la part d’une partie du monde politique et syndical, et d’une partie de la population. Si l’on ne saisit pas l’importance de l’inversion de la hiérarchie des normes qui change les perspectives des négociations sociales en substituant au centralisme plus ou moins démocratique, une décentralisation des discussions syndicats-employeurs au niveau des entreprises, on passe à côté d’un des enjeux essentiels qui se jouent derrière l’agitation entretenue par la CGT : qui va prendre le leadership syndical en France, l’organisation de Philippe Martinez ou celle de Laurent Berger ?
Cette compétition reflète l’opposition qui traverse tous les courants politiques entre ceux qui pensent que le libéralisme et la mondialisation sont des données auxquelles on doit s’adapter, faute de quoi on est condamné au déclin, et ceux qui croient que l’on peut s’y opposer en rétablissant les frontières.
A gauche on assiste à une crispation des frondeurs, du Front de gauche, de la CGT qui s’élèvent contre la ligne social-démocrate ou social-libérale représentée par Hollande, Valls, Macron, et la CFDT. A droite la ligne de partage passe entre les libéraux : schématiquement LR et UDI d’un côté, FN et quelques groupuscules comme « Debout la France » de l’autre.
Sur le plan tactique, je ne suis pas sûr qu’interdire les manifestations serait opportun. Ce serait faire un double cadeau à la CGT en lui permettant de se poser en victime que l’on empêche d’exercer un droit constitutionnel et en lui évitant de se compter. Car le mouvement va forcément s’essouffler, d’autant que les excès auxquels il a donné lieu jouent en sa défaveur. Je prends le pari que les prochaines manifestations, si elles se tiennent, seront des flops.
Pour vous remonter le moral, cher Philippe, je vous invite à lire la dernière note de conjoncture de l’INSEE. Vous y trouverez confirmation qu’au plan économique, n’en déplaise à beaucoup, ça va mieux.
http://www.insee.fr/fr/indicateurs/analys_conj/archives/062016_ve.pdf
Quant à l’Euro j’espère que votre souhait d’une victoire finale de l’équipe de France l’emporte sur la crainte que celle-ci ne profite à François Hollande !

daniel CICCIA

Le problème, M. Bilger, ce n'est pas - ou que très partiellement - l'Etat et donc l'exécutif, mais l'état de la démocratie. C'est elle qu'il faut résoudre. Je ne crois pas, c'est mon point de vue, que vous participiez, cependant, à la relever, même si je ne vous enlève pas la volonté d'y contribuer.

Bien à vous.

Xavier NEBOUT

C'est pire qu'avant parce que le socialisme est le pire.

En 1789, ce sont les colporteurs qui ont fait la politique, maintenant, ce sont les bateleurs de la télévision. Mais ce que les seconds ajoutent aux premiers, c'est la course à la descruction de l'humanité comme oeuvre d'artiste, et c'est là que survient l'Islam.

Michel Deluré

J'ai honte M. Bilger de cette France-là, du visage qu'elle offre actuellement au monde, de la voie sur laquelle nos gouvernants l'ont engagée et qui est celle du déclin.
Comment ne pas partager le sentiment de ce commerçant devant sa vitrine dévastée et se demandant, encore sous le choc, s'il est possible que cela se passe en France en 2016 ? Comment ne pas être écoeuré par le saccage d'un hôpital pour enfants ? Comment accepter qu'un couple puisse être froidement assassiné par un barbare sous les yeux de son enfant de trois ans au seul motif qu'il s'agit de représentants de la loi ?
Et pendant ce temps-là, notre président assiste tranquillement à Paris, à Marseille, peut-être bientôt à Lille, aux matchs des Bleus ! Mais j'oubliais, la France va mieux, il peut donc se détendre ! Et les Français peuvent dormir sur leurs deux oreilles, la CGT continuer à organiser ses manifestations, les casseurs continuer à se défouler, les djihadistes continuer à tuer.
L'autorité de l'Etat, cet exécutif aura plus que d'autres participé à en faire disparaître le peu qu'il en restait. C'est la raison pour laquelle aujourd'hui, comme nombre de citoyens, je ne crois plus en l'Etat.

Achille

Bonjour,

Il règne en ce moment une atmosphère détestable, un état d’esprit malsain qui se répand comme un virus et dont on se demande s’il sera possible un jour de trouver l'antidote.

La CGT est devenue un syndicat en déshérence. Il y a bien eu le passage furtif de Lepaon qui luttait contre le patronat qui méprise les travailleurs et se vautre dans le luxe mais qui n’a pas hésité à s’offrir un bureau de 130 000€, sans doute pour négocier avec les patrons d’égal à égal.

Et puis il y a Philippe Martinez, avec sa moustache à la Peppone et les idées qui vont avec, qui nous joue depuis quelque temps la Grande Bagarre de Don Camillo, sauf qu’en face il n’y a pas de Don Camillo pour lui répondre et c’est bien dommage !

Je pense sincèrement que la CGT devrait rappeler Bernard Thibault, qui avait un réel talent dans l’art de la négociation et un vrai sens des responsabilités, parce qu’avec Philippe Martinez ce syndicat perd toute crédibilité. On ne tardera pas à s’en apercevoir lors des prochaines élections syndicales où elle va perdre le leadership qu’elle détenait depuis 120 ans, au profit de la CFDT.

Jean-Pierre Cassagne

Depuis l'après-Seconde Guerre mondiale la France connaît la pire mandature présidentielle. François Hollande ne conduit pas la France, il gère son parcours et ce, déjà bien avant son élection. Tout en lui est opportunité et calcul. Ce qui apparaît comme une faiblesse n'est, pour cet homme sans vision, qu'un cheminement pervers dont l'institution France est le terrain de jeu et, quand il donne l’impression d’être fort, c’est avec les faibles ou hors de nos frontières, là où un certain consensus national peut être acquis. Comment un pays, cinquième puissance mondiale, a-t-il pu remettre les clés du pouvoir absolu à un tel individu ? Je suis en colère et je ne m'en cache pas, j'avais peu d'empathie à l'égard de François Mitterrand et l’homme, malgré son indiscutable intelligence était terriblement machiavélique mais il avait une hauteur d’esprit qui n’a jamais dégradé la fonction ; mais aujourd'hui, en matière d'incurie, nous avons atteint un niveau record. Alors oui, le pire nous le vivons tous les jours, par la violence de la rue, les contradictions permanentes, les reniements et les mensonges. Le pire du pire serait que les Français n’aient pas retenu la leçon et qu’un second mandat lui soit donné. Je n’ose y penser !

Loufia

Ordre est donné de ne pas arrêter les casseurs. Les casseurs, ça doit être bon pour le gouvernement. Encore heureux si certains ne sont pas des agents de Valls.

charles

Il me semble que l'une des causes provient de la perte du sens des mots et des expressions. Un des manifestants indiquait que nous allions connaître une régression de plus de 100 dans le droit du travail...
Je pense que ces outrances verbales où on indique que la survie de la nation est en jeu permettent implicitement une réaction "physique" du même ordre.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS