« Trois sophismes de François Hollande | Accueil | L'Elysée contre les Français ? »

17 juillet 2016

Commentaires

azer

Le "12 trônant sur le manteau de la cheminée avec sa boîte de cartouches noircie par la fumée", dans la démonstration de sa redoutable efficacité pour défendre les braves gens des terroristes et autres gauchistes mais en aucun cas servir pour les délinquants relationnels lassés de tirer sur des lapins :

http://www.charentelibre.fr/2016/10/26/creuse-4-blesses-dont-2-gendarmes-dans-une-expulsion-judiciaire-qui-tourne-mal,3064723.php

azer

@ protagoras
"Les statistiques sont l'appréhension à l'aide des chiffres de la réalité. Si vous lancez une pièce de monnaie, les statistiques affirment que vous avez une chance sur deux que la face que vous avez choisie devienne visible à vos yeux, l'autre étant du côté de la table"
Evidemment, non."

il est manifeste que vous ne comprenez pas le sens des mots statistiques ou appréhension, voire des deux (ainsi que des mots hasard et probabilité).

On est parvenu à ce constat (une pièce de monnaie a une chance sur deux de se retrouver d'un côté) avec des moyens autrement plus fiables que votre champion de lancer. En prenant une surface inclinée se terminant par un mur, avec un disque à tranche plate (comme une pièce de monnaie) et sans dessin pile ou face (pour éviter un déséquilibre de matière dû à la différence du dessin), avec une machine libérant ladite pièce de la même façon, au même endroit etc. on observe qu'après avoir heurté le mur la pièce tombe une fois sur deux d'un côté. Les conditions initiales sont rigoureusement les mêmes et le résultat invariablement le même, qu'on exprime de cette façon : la probabilité qu'une pièce lancée au hasard tombe d'un côté est de 1/2.
L'exemple de votre champion de lancer revient à dire que lorsqu'on souhaite faire tomber une pièce d'un côté plutôt que d'un autre, on y arrive, c'est-à-dire que quand on ne lance pas au hasard, le résultat n'est pas hasardeux.
L'exemple que je cite montre que lorsqu'on lance une pièce sans intention de la faire tomber d'un côté particulier, elle tombe une fois sur deux sur l'un et une fois sur deux de l'autre.

Le hasard désigne la ou les causes ignorées qui font que ce résultat se manifeste. Votre exemple revient à dire que lorsqu'on connaît la cause, on ne l'ignore pas .
"Un quart d'heure avant de le savoir, je ne le savais pas encore. Ahhh" aurait dit monsieur de La Palice...

Ecrivez le chiffre un ou bien le chiffre deux. Cachez le résultat et demandez à quelqu'un de dire quel chiffre vous avez écrit. Qu'il devine ou pas, expliquez-moi donc quel est le lien de causalité qui intervient dans la réponse, juste ou fausse...

"La nature fait les hommes inégaux, le colt les fait égaux" écrivez-vous. C'est faux : le colt remplace l'inégalité de la force musculaire par l'inégalité de la rapidité et de l'adresse.
Quant à votre demande de comparer les mort dus à ceci avec ceux dus à cela, j'y ai déjà répondu.

Avec les erreurs logiques grossières que vous commettez sur des problèmes pourtant relativement simples, je vous fais remarquer que vos considérations sur la physique relèvent de flatulations plus hautes que votre fondement.

azer

@ Robert Marchenoir
""Et ce ne sont pas les gens rationnels, calmes, avec qui on peut discuter qui s'armeraient le plus si c'était autorisé mais plutôt les colériques et les imbéciles, ceux qui insultent et crient quand on leur fait remarquer qu'ils viennent de vous refuser la priorité à droite."
C'est une affirmation totalement gratuite, entièrement sortie de votre imagination."

C'est d'affirmer que cette remarque est sortie de mon imagination qui est une affirmation gratuite sortie de la vôtre : mon affirmation résulte des discussions que j'ai eues avec des universitaires, des enseignants, des gens qui ne sont pas les précédents mais qui fréquentent les musées plutôt que les stades de foot ou de rugby, ne jouent pas à la guerre avec des pistolets à balles en plastique et ne regardent pas ces débilités hollywoodiennes où les voitures explosent comme si elles étaient touchées par un bombe à napalm.

"Remarquez que l'objection classique que vous me faites, selon laquelle mettre un pistolet dans la main des Français les transformerait en fous furieux défouraillant au moindre prétexte, n'est jamais faite pour s'opposer à l'armement des policiers. Pourquoi ?"

Je n'ai pas objecté cela, relisez : j'ai objecté que le bilan entre les morts évitées par la mise hors d'état de nuire des terroristes et les morts causées par les actes d'incivilité qui dégénèrent ne serait pas forcément bon.
Concernant les policiers, il s'agit d'un corps constitué, hiérarchisé, composé d'individus enclins à la discipline, et surtout qu'on n'insulte pas aussi facilement que les citoyens classiques : ils sont donc moins fous furieux et ont moins de prétexte d'utiliser leur arme à feu, à contexte social équivalent.

"Si ce que vous dites était exact, 100 % des ménagères (et des ménagers, ne soyons pas sexistes) devraient courir dans les rues en trucidant tout le monde à coups de couteau, puisque 100 % des gens ont, dans leur cuisine, toute la coutellerie nécessaire pour faire un massacre."

Et pourtant, non. Personne n'a encore interdit les cuisines, les couteaux ne sautent pas tout seuls de leur tiroir pour se faufiler dans le thorax du voisin, tout est normal. Comment se fait-ce ?
Cela est dû au fait qu'il est interdit de porter une arme blanche sur soi dans la rue, qu'il est beaucoup plus difficile de tuer à l'aide d'une arme blanche qu'à feu et qu'on tue quand on à une raison de tuer, c'est-à-dire un différend, d'autant plus qu'il surgit avec des gens avec lesquels ont n'a pas de liens affectifs.
J'ai objecté que les colériques et imbéciles sont potentiellement plus criminels que les autres, votre réponse montre que vous avez compris que j'affirmais que tout le monde tuerait s'il était armé. Vous comprenez de travers.

"Comme quoi, la devise des partisans américains des armes d'auto-défense est bel et bien vérifiée : ce ne sont pas les armes qui tuent, ce sont les criminels."

Et avec quoi les criminels tuent-ils ?? Des livres ??

"Mais c'est que les amateurs de "statistiques" et "d'études" sont très sélectifs dans leur chasse aux chiffres. En effet, lorsqu'on cherche les pays, dans le monde, dont les citoyens détiennent le plus d'armes légalement, on trouve, parmi eux... la France.
En tant que pays peuplé de "mabouls surarmés", la France se défend très bien. C'est qu'il s'agit, en majorité, d'armes de chasse.
Mais alors, si la "sagesse populaire" était juste, ces possesseurs de fusils devraient causer d'innombrables "fusillades" tous les ans ? La mortalité par arme à feu devrait être à son comble ? Tous les énervés devraient mitrailler, au carrefour, les réfractaires à la priorité ? Curieusement, ce n'est pas le cas."

Si ce que vous décrivez ne se produit pas, c'est bien parce que le port des armes est interdit, et que de surcroît un fusil de chasse n'est pas pratique à porter en toute discrétion ! En revanche, les faits divers relatent régulièrement des familles décimées par un de leur membre (le plus souvent le père) armé d'un fusil de chasse et non d'un couteau de cuisine ou d'un bilboquet. Votre "12 trônant sur le manteau de la cheminée avec sa boîte de cartouches noircie par la fumée" n'a jamais sauvé la vie des familles qui en possèdent et n'est l'expression que d'une altération de la personnalité qui consiste à éprouver du plaisir en tuant des animaux, guerre à la mesure des poltrons car comme le faisait très justement remarquer de Gaulle "la guerre c'est comme la chasse, sauf qu'à la guerre les lapins tirent". En France, qui sauve sa vie et celle de ses proches à l'aide d'un fusil de chasse en se défendant d'une agression dans son domicile ? Depuis quand les cambriolages relèvent-ils de la tentative d'homicide et donc appellent en réponse la légitime défense ?

"Vos spéculations sur les flics qui vont par deux sont tellement plus intéressantes que la réalité, n'est-ce pas ?"

Vous qualifiez de spéculations un simple constat qui contredit votre argument : oui, les policiers sont toujours au moins en binôme quand ils patrouillent, et ce pour la raison que j'ai mentionnée.

"Tout à l'heure, vous brandissiez les odieuses fusillades de barjots, spécialité américaine qui sont bien la preuve que le droit au port d'arme est une abomination.
Vous avez donc sous votre nez une preuve de plus, après Nice, chez nous, en Europe (et pas en Amérique), que votre argument des fusillades américaines est du pipeau, mais non !"

Je n'ai pas utilisé l'exemple des fusillades US comme argument contre le port d'arme généralisé, j'ai simplement objecté que le bilan entre les morts évitées par des citoyens armés qui contrent les meurtriers et les morts causées par les citoyens armés qui passeraient facilement de la légitime défense à la justice rendue par soi-même ne serait pas forcément favorable, pour la raison qui va suivre.

"Nous sommes massacrés par des gens avec des Kalachnikov, et quand je vous parle de légitime défense, vous m'opposez le danger représenté par des gens qui jouent avec de faux pistolets à billes en plastique, et qui ne sont pas aussi polis que la marquise de Prout-Prout quand ils pilent devant vous au carrefour ?"

Exactement. Vous qui me reprochez de ne pas tenir compte des faits, je vous rappelle que l'auteur de la tuerie de Nice était un homme qui n'était pas, c'est un euphémisme, "aussi poli que la marquise de Prout-Prout quand ils pilent devant vous au carrefour", à moins que l'étalage de son passé d'homme violent ne soit qu'une énième propagande des gauchistes. Le réel, c'est-à-dire la personnalité des assassins, ajoute que ceux-ci ne sont majoritairement pas des gens calmes et intelligents mais des gens qui aiment les armes et qui tendent leur majeur bien haut à celui à qui ils viennent de refuser la priorité à droite.
Vos erreurs, en dehors de votre manifeste faiblesse en logique, viennent de ce que vous êtes un vieux. Ce n'est pas votre âge que je vous reproche mais ce qu'il implique dans la représentation du réel en raison du mode de vie qu'il constitue. A votre âge, on ne rentre plus chez soi la nuit en ville (ni à la campagne), on ne fréquente plus les bars le soir quand l'heure permet de consommer de l'alcool sans encombre professionnel et qu'elle révèle la vraie nature des êtres car l'alcool ne "rend" rien mais permet seulement à ce qui est déjà présent mais caché dans l'être de se dévoiler. A votre âge, on ne conduit plus guère, on a une vie sociale qui tend vers un contact physique moindre avec autrui, on ne part pas en vacances en camping, on ne va pas dans les fans-zones pour savoir quel groupe de onze imbéciles est le plus fort dans la maîtrise d'un ballon rond sans l'usage des membres supérieurs... Si l'on ajoute une répugnance à l'agressivité envers les vieux, on comprend pourquoi ceux-ci ont une vision tronquée des rapports sociaux et que certains ne comprennent pas que donner à quiconque le demande la possibilité de se promener avec une arme pour empêcher des terroristes de tuer serait un remède peut-être pire que le mal. Vous objecterez qu'on pourrait néanmoins tenter l'expérience. Si elle échoue, je souhaite bon courage aux forces de l'ordre qui entreprendraient de reprendre à chacun l'arme dont il dispose afin de rétablir le calme !

Pour finir, vous n'êtes, comme tous ceux qui brandissent le terme, scientifique ni professionnellement ni dans la démarche.
Vous n'avez de succès qu'au marché noir des sophismes.

Deviro

@Diogène

Ceci va vous amuser, j'espère !
J'ai travaillé onze ans aux USA, mais le zozo me traite de "touriste" !
Je reste frustré, car je n'ai pas encore eu droit au titre de "psychopathe" comme vous !

- Voici la réponse qu'il a faite au post d'azer | 24 juillet 2016 à 02:09 dans laquelle il lui reproche ... de ne pas lui répondre sur le fond !
Ca ne vous rappelle rien ?

Nous voilà donc avec un nouveau psychopathe : azer

"Vous m'aviez posé, je vous le rappelle, la question de savoir si les auteurs des "fusillades" récurrentes aux Etats-Unis étaient munis d'armes légalement acquises ou non.
Vous reprenez la parole pour me contester ma position favorable aux armes, mais vous ne tenez nullement compte de ma réponse.
Dans votre dernière intervention, pas un mot sur le sujet !
" (Rédigé par : Robert Marchenoir | 24 juillet 2016 à 13:59)

Robert Marchenoir

Tout comme les pistolets, les couteaux ne sautent nullement par leurs propres moyens hors des tiroirs de cuisine pour tuer les gens : ce sont des demandeurs d'asile syriens qui s'en emparent, dans les kebabs où ils travaillent, pour tuer les serveuses polonaises enceintes dont ils sont amoureux :

http://www.telegraph.co.uk/news/2016/07/24/syrian-refugee-kills-woman-with-machete-in-southern-germany/

Et ce sont les conducteurs allemands de BMW, respectueux de la loi et donc dépourvus de pistolet légalement porté sur eux, qui sont contraints de les renverser avec leur voiture pour qu'ils ne tuent personne d'autre.

Toute personne qui en concluerait :

- Qu'il faut mettre fin à l'immigration de masse,
- Qu'il faut mettre fin à l'immigration musulmane,
- Qu'il faut autoriser les conducteurs de BMW honnêtes et les serveuses allemandes à porter une arme à feu,
- Qu'il faut interdire les kebabs,

ne saurait être, bien entendu, qu'un extrémiste et un populiste jouant sur les peurs et faisant le jeu du Front national.

Au passage, on s'étonnera de l'oubli complet, dans ce genre de discussion sur le droit aux armes, de l'une des principales raisons qu'il y a à les autoriser : permettre aux femmes de se défendre contre le viol.

C'était d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles les femmes s'armaient, quand cela était permis, en France. Et c'est certainement l'une des raisons pour lesquelles de nombreuses Américaines de tout âge sont armées, même s'il y a davantage d'hommes à profiter de ce droit.

A l'heure où mille femmes se font violer par des immigrés illégaux à Cologne en une seule nuit, je m'étonne qu'on parle du danger entièrement imaginaire posé par des beaufs franchouillards qui jouent à la guerre entre eux, dans les bois, avec des armes factices, et qu'on omette complètement ce danger bien réel qui affecte la moitié de la population.

http://www.express.co.uk/news/world/636944/Cologne-sex-attacks-list-crimes

http://www.spectator.co.uk/2016/01/its-not-only-germany-that-covers-up-mass-sex-attacks-by-migrant-men-swedens-record-is-shameful/

(Merci de ne pas m'obliger à rentrer dans les détails et à expliquer pourquoi un grand nombre de ces faits sont juridiquement des viols, même lorsqu'ils sont qualifiés d'agressions sexuelles)

La même nuit de la Saint-Sylvestre, dans des circonstances tout à fait semblables, deux femmes se sont fait violer par des immigrés sous la Tour Eiffel. A ma connaissance, aucun média français n'en a parlé : elles étaient anglaises et retournaient dans leur pays, donc bon, hein...

Lors de l'attaque de Cologne, une femme politique allemande s'est attirée à juste titre la réprobation générale, en déclarant qu'il suffisait aux victimes potentielles de tenir les hommes à distance, la distance correspondant à un bras tendu.

C'est beaucoup mieux si, au bout de ce bras, il peut y avoir un pistolet.

Si Anne-Lorraine Schmitt avait été armée, elle serait encore en vie.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/12/15/01016-20101215ARTFIG00704-perpetuite-pour-le-meurtrier-d-anne-lorraine-schmitt.php

protagoras

@azer
"Les statistiques sont l'appréhension à l'aide des chiffres de la réalité. Si vous lancez une pièce de monnaie, les statistiques affirment que vous avez une chance sur deux que la face que vous avez choisie devienne visible à vos yeux, l'autre étant du côté de la table"

Evidemment, non.
La réalité n'a rien de probabiliste, même en mécanique quantique (l'équation de Schrödinger et la décohérence de phase sont totalement causalistes, sans aucun formalisme probabiliste : le paradoxe du chat n'existe pas, en réalité... (voir par exemple Jean-Louis Basdevant, Mécanique quantique, Editions de l'Ecole polytechnique)

L'exemple du pile ou face que vous donnez est précisément une illusion cognitive sur le fait que la réalité serait "intrinsèquement probabiliste", que les probabilités seraient une cause fondamentale efficiente nécessaire à la théorie du réel.

Un champion de lancer à pile ou face (comme un champion de billard) n'a aucune peine à engendrer une suite de pile ou face parfaitement déterministe, par exemple pile face pile face etc. car il connaît, par entraînement, les conditions initiales (vitesse, angle, nombre de rotation, etc.) qu'il imprime à la pièce : l'aléatoire observé couramment correspond au lanceur lambda, qui précisément, avec les mêmes lois physiques, ne contrôle pas ses conditions de lancement.
Les statistiques ne sont que la mesure de l'ignorance : connaissant exactement et précisément les antécédents (les conditions initiales) et les lois d'évolution de ces antécédents, la prévision des conséquents
(les effets) se fait sans aucune ambiguïté.

Seulement, comme la recherche de chaînes causales est beaucoup plus longue et difficile que l'application de simples tests statistiques, il est tentant d'énoncer que les statistiques sont une appréhension de la réalité, quitte à glisser vers... la seule appréhension de la réalité.

Sur un plan plus théorique, cela revient à énoncer que la réalité est un gaz parfait à l'équilibre de Boltzmann et que les chaînes causales se réduisent à des chaînes de Markov.

C'est ce que vendent certains "statisticiens professionnels" : épidémiologistes officiels, économistes, falsificateurs de la "théorie de l'information" ; l'Entropie de Boltzmann est la seul vraie, physique ; celle de Shannon, la soi-disant entropie d'une information, est une dénomination totalement abusive... etc.

Il n'y a qu'une réalité : un individu c'est 100%, pas un mélange statistique d'états.

Robert Marchenoir

@azer | 24 juillet 2016 à 02:09

Votre intervention illustre parfaitement pourquoi je suis de plus en plus réticent à fournir des informations à ceux qui, comme vous, font mine de s'enquérir sur un sujet, alors qu'ils n'ont pas la moindre intention de remettre en question leurs préjugés de gauche quelle que soit la réponse.

Vous m'aviez posé, je vous le rappelle, la question de savoir si les auteurs des "fusillades" récurrentes aux Etats-Unis étaient munis d'armes légalement acquises ou non. Je vous ai fourni, à cet égard, des informations dont vous ne disposiez visiblement pas.

Vous reprenez la parole pour me contester ma position favorable aux armes, mais vous ne tenez nullement compte de ma réponse. Alors pourquoi avez-vous posé la question ?

Tout à l'heure, ces fameuses "fusillades" américaines renfermaient, à vous en croire, la clé du débat. Dans votre dernière intervention, pas un mot sur le sujet !

En revanche, nous apprenons des choses passionnantes sur six personnes que vous n'aimez pas, parce qu'elles s'amusent avec des armes factices et conduisent mal (quel rapport avec la légitime défense ?) ; et patapouf, et patapouf, et patapouf, le moulin à paroles se déroule, imperturbable, vous ne vous sentez pas contraint le moins du monde de tenir compte des faits, de parler du sujet que vous avez vous-même prétendu aborder, du conflit mortel que nous sommes en train de subir, de l'attentat de Nice et des trois citoyens qui ont risqué leur vie pour sauver la nôtre, bien que la loi les ait désarmés.

Nous sommes massacrés par des gens avec des Kalachnikov, et quand je vous parle de légitime défense, vous m'opposez le danger représenté par des gens qui jouent avec de faux pistolets à billes en plastique, et qui ne sont pas aussi polis que la marquise de Prout-Prout quand ils pilent devant vous au carrefour ?

Tout à l'heure, vous brandissiez les odieuses "fusillades" de barjots, spécialité américaine "qui sont bien la preuve que" le droit au port d'arme est une abomination.

Entre-temps, survient à Munich l'exact équivalent de ces fameuses "fusillades" : un adolescent mal dans sa peau, qui se venge d'humiliations subies ou imaginées à l'école en massacrant des jeunes de son âge, puis en se suicidant.

Et justement, il le fait à l'aide d'un pistolet bien évidemment acquis illégalement, car les lois allemandes sur les armes sont parmi les plus sévères du monde. Mais ça ne l'a pas empêché de se le procurer !

Vous avez donc sous votre nez une preuve de plus, après Nice, chez nous, en Europe (et pas en Amérique), que votre argument des "fusillades" américaines est du pipeau, mais non ! Juste au moment où il faudrait parler des "fusillades", subitement vous perdez la mémoire, la gauche a raison par définition, vous avez une fois de plus déplacé la cage de buts à roulettes, et puis vos spéculations sur les flics qui vont par deux sont tellement plus intéressantes que la réalité, n'est-ce pas ?

Je ne vois vraiment pas pourquoi je perds du temps à discuter avec des gens comme vous.

Diogène

@Herman Kerhost

Vos états d'âme et vos mièvreries de petit communiant m'ennuient singulièrement.
Vous reprenez sans cesse cette citation sur laquelle je me suis expliqué on ne peut plus clairement.
Et encore cette ridicule accusation de soi-disant élitisme, qui n'existe que dans votre tête de complexé. C'est le procédé de tous ceux qui ne sont pas fichus de se coltiner le fond.

Et puisque vous déplorez que votre ami Robert Marchenoir ne m'ait pas répondu sur les points faisant débat, il suffirait que vous le fassiez à sa place. Ça lui rendrait service.
Je ne vais pas une fois de plus vous livrer ma conception du débat, pour ne pas remettre une pièce dans la machine.
Vous n'aurez aucune difficulté à retrouver ces points, puisqu'il semble que vous vous soyez fait une spécialité de l'archéologie de mes écrits. Vous avez le contexte et la matière.
Si vous ne pouvez pas faire ça, ce serait bien de me lâcher un peu, parce que je ne prends aucun plaisir à essayer, contre toute logique, de faire boire un âne qui n'a pas soif.
Excellente journée à vous.

azer

@Robert Marchenoir
"Et ce ne sont pas les gens rationnels, calmes, avec qui on peut discuter qui s'armeraient le plus si c'était autorisé mais plutôt les colériques et les imbéciles, ceux qui insultent et crient quand on leur fait remarquer qu'ils viennent de vous refuser la priorité à droite.
C'est une affirmation totalement gratuite, entièrement sortie de votre imagination."

C'est le constat de mes discussions à ce sujet avec les gens calmes et rationnels que je connais. C'est en revanche votre imagination qui suppose que mon affirmation est gratuite.

"Qu'est-ce que vous permet de dire que ce sont des colériques et des imbéciles prêts à vous insulter quand on leur refuse une priorité ?"

Je n'ai jamais discuté avec un colérique qui vient de me refuser la priorité à droite de sa volonté de s'armer si c'était un jour légalement possible. En revanche je connais personnellement six personnes qui détiennent des armes factices ou tirant des billes en plastique et qui vont jouer à la geurre dans la campagne : les six sont toutes des imbéciles colériques qui insultent à tout-va ceux qui protestent lorsqu'ils font une faute de conduite, comme j'ai pu m'en apercevoir en étant passager à bord de leur véhicule.

"Et qu'est-ce qui vous permet de dire qu'il n'y a pas des milliers d'hommes comme eux, responsables et courageux, qui se révèleraient si le droit de porter des armes était rétabli en France ?"

Je ne l'ai ni dit, ni écrit, ni pensé, c'est vous qui me l'imputez.

"...si ça dégénère et que vous vous sentez menacé, vous allez être tenté d'exhiber l'arme ; si vous exhibez l'arme, vous allez risquer de devoir dégainer et viser l'individu hostile ; et à partir du moment où vous visez l'individu hostile, vous allez avoir une fraction de seconde pour décider de tirer ou non ; et si vous tirez... eh bien il y a une probabilité non nulle pour que vous passiez le reste de vos jours en prison, si vous n'étes pas en légitime défense.
Moralité : quand vous êtes armé, vous ne faites pas le con."

La probabilité non nulle de passer le reste de ses jours en prison n'a jamais empêché des gens armés de faire les c...

"Remarquez que l'objection classique que vous me faites, selon laquelle mettre un pistolet dans la main des Français les transformerait en fous furieux défouraillant au moindre prétexte, n'est jamais faite pour s'opposer à l'armement des policiers. Pourquoi ?
Ce sont des surhommes ? Etant fonctionnaires, ils sont dotés d'une essence divine ? Le seul fait d'arborer un costume de chauffagiste avec marqué "Police" dessus leur confère des qualités morales dont le Français moyen serait dépourvu ?
Si ce que vous dites était exact, la police serait sans cesse en train de tirer partout sans raison."

Les policiers sont armés essentiellement lorsqu'ils sont en mission, et je n'en ai jamais vus en mission en solitaire mais au moins en binôme, ce qui permet de réduire la peur en cas d'agression donc de réduire le risque de sortir son arme sous le coup de l'émotion, ce qui permet aussi d'éviter d'être agressé (on agresse plus facilement un individu seul que plusieurs) et permet aussi, en cas de perte de sang-froid d'un des policiers, que son collègue le ramène à la raison.

"Si ce que vous dites était exact, 100 % des ménagères (et des ménagers, ne soyons pas sexistes) devraient courir dans les rues en trucidant tout le monde à coups de couteau, puisque 100 % des gens ont, dans leur cuisine, toute la coutellerie nécessaire pour faire un massacre."

Vous me faites dire ce que je n'ai pas écrit. Où avez-vous lu que j'affirmais que tous les gens armés utiliseraient leur arme pour tuer ? J'ai écrit que les plus idiots s'armeraient en priorité, ce qui est très différent.
Et on ne massacre pas avec un couteau, sauf ses enfants dans leur sommeil, pour les raisons pratiques que j'ai mentionnées.

Pour le reste, je ne connais des USA que ce que les journaux m'en disent. Ils rapportent que les policiers ont la gâchette facile précisément parce qu'ils ont peur que le contrevenant qu'ils interpellent soit armé et qu'au premier geste qui ressemble à la tentative de sortir une arme ils tirent préventivement avant d'être eux-mêmes atteints. Parfois sur des enfants brandissant une arme jouet. Ce qui ne va pas dans le sens de votre thèse stipulant que les armes pacifient.

@Jean-Marc
"Je n'en sais rien mais je vais vous croire et donc envisager la position la moins favorable à ma thèse (je suis opposé à l'armement de la population)"

Vous adoptez donc la pensée "si ça se trouve", pas d'arme à feu pas de meurtre.

Ce que j'appelle "la pensée si ça se trouve" ne consiste pas à envisager des hypothèses mais à les tenir d'emblée pour vraies. Elle consiste à attribuer à autrui des caractéristiques sans savoir si c'est à raison et qui justifient l'opinion qu'on a à son sujet. C'est simplement le sens du verbe imputer.

@protagoras
"Puisque vous aimez les statistiques (que je considère, quant à moi, comme la présentation scientifique du mensonge)"

Les statistiques sont l'appréhension à l'aide des chiffres de la réalité. Si vous lancez une pièce de monnaie, les statistiques affirment que vous avez une chance sur deux que la face que vous avez choisie devienne visible à vos yeux, l'autre étant du côté de la table. Ca n'empêche nullement d'avoir ponctuellement plusieurs fois le même côté de la pièce mais si vous répétez l'expérience un grand nombre de fois, vous observerez qu'une pièce lancée en l'air retombe une fois sur deux sur le même côté.
D'ailleurs, comment êtes-vous parvenu à vos conclusions lors de vos visites dans les instituts médico-légaux ? Si vous ne vous êtes pas donné la peine d'inventorier telle ou telle cause d'homicide, c'est-à-dire de dénombrer, éventuellement de hiérarchiser et de calculer par exemple un écart-type ou une covariance, comment pouvez-vous affirmer qu'on tue le plus souvent sans recourir aux armes à feu ?

"Je vous propose le problème suivant : combien de vies humaines ont-elles été détruites par des guerres fomentées par les gouvernements, au regard des vies humaines détruites par toutes les truanderies ?"

La comparaison n'est pas pertinente car le sujet qui nous préoccupe est de savoir si armer des non-terroristes pour lutter contre des terroristes permet d'obtenir un nombre de morts plus faible que si on ne le fait pas, alors que les guerres fomentées par les gouvernements n'ont jamais fait diminuer le nombre de morts causé par les truands, et que le nombre de morts causé par les truands n'a jamais fait baisser celui dû aux guerres entre Etats.

"Et vous faites confiance à des gouvernements pour assurer votre sécurité ?"

Plus qu'en permettant à qui le désire de s'armer. Quand les armes seront en vente libre, l'illusion du contrôle sur leur destinataire apparaîtra. A supposer que j'aie l'intention de commettre un attentat, que je sois fiché S, fréquentant régulièrement les lieux de propagande djihadiste, je ne prendrais même pas le risque de me faire repérer en entrant dans un armurerie, je préfèrerais payer quelqu'un qui n'attire pas l'attention pour acheter l'arme puis pour me la revendre moyennant une plue-value. Ca s'appelle le trafic d'arme, ça existe déjà avec des filières d'approvisionnement illégales, et je ne vois pas l'utilité de le faciliter avec des filières légales.

Robert Marchenoir

@hameau dans les nuages | 23 juillet 2016 à 10:52
"Le fait d'avoir le 12 trônant sur le manteau de la cheminée avec sa boîte de cartouches noircie par la fumée..."

Voilà encore un fait, rarement mentionné, qui réfute l'hystérie qui se déclenche, en France, dès que l'on évoque l'opportunité d'autoriser les citoyens à s'armer pour leur défense, celle de leur famille et celle d'autrui.

La "sagesse populaire" française (et européenne) aime à décrire les Etats-Unis comme un pays de mabouls surarmés, qui, fatalement, connaît une forte criminalité.

Mais c'est que les amateurs de "statistiques" et "d'études" sont très sélectifs dans leur chasse aux chiffres. En effet, lorsqu'on cherche les pays, dans le monde, dont les citoyens détiennent le plus d'armes légalement, on trouve, parmi eux... la France.

En tant que pays peuplé de "mabouls surarmés", la France se défend très bien. C'est qu'il s'agit, en majorité, d'armes de chasse.

Mais alors, si la "sagesse populaire" était juste, ces possesseurs de fusils devraient causer d'innombrables "fusillades" tous les ans ? La mortalité par arme à feu devrait être à son comble ? Tous les énervés devraient mitrailler, au carrefour, les réfractaires à la priorité ? Curieusement, ce n'est pas le cas.

Certes, un fusil de chasse n'est pas une arme idéale d'attaque ou auto-défense (bien qu'il soit, techniquement, assez proche d'un fusil à pompe, souvent recommandé aux Etats-Unis pour la protection du domicile).

Mais nous n'allons pas pinailler. Chacun sait bien que l'homme est une bête féroce qui, dès qu'on lui met une arme entre les mains, s'empresse de l'employer pour effacer le sourire de ceux qui ne lui reviennent pas. Non ?

La France n'est pas le seul pays légalement surarmé, en dehors des Etats-Unis, où l'on ne constate, en dépit de la théorie gauchiste, aucune prévalence extrême des meurtres par arme à feu. On peut citer aussi le Canada, la Finlande ou la Suisse.

Comme quoi, la devise des partisans américains des armes d'auto-défense est bel et bien vérifiée : ce ne sont pas les armes qui tuent, ce sont les criminels.

hameau dans les nuages

@protagoras | 23 juillet 2016 à 19:06
"...ce qui explique probablement notre sociopathie de "primitifs", et notre étroite territorialité !"

Et ce qui peut paraître paradoxal pour les donneurs de leçons : une porte toujours ouverte...

Allez je vais me la jouer latiniste : Si vis pacem para bellum !


protagoras

@hameau dans les nuages | 23 juillet 2016 à 10:52

Je vois que les traditions "rurales" du calibre 12 ont encore cours chez vous.
Bienvenue au club : c'est également mon cas, ce qui explique probablement notre sociopathie de "primitifs", et notre étroite territorialité !

Herman Kerhost

@Diogène

Ecoutez, je ne vais pas passer mon temps à vous mettre le nez dans vos écrits. Je comprends aisément qu'étant l'auteur de vos actes il vous est difficile pour vous d'y voir la suffisance qu'ils contiennent.

Mon opinion à la lecture de vos commentaires, c'est que vous prenez les gens pour des imbéciles incapables de connaître une autre langue que la leur. Que lorsqu'un de ces "imbéciles" prétend avoir lu un livre écrit en anglais ce ne peut être que parce que le commentateur veut se la jouer, alors que vous, Diogène, êtes assez intelligent et instruit, et donc avez la capacité, contrairement au commentateur lambda (imbécile évidemment), de suivre les liens d'articles en anglais, et de nous en rapporter la lecture. C'est que vous, vous savez lire une autre langue que la vôtre, n'est-ce pas, chez vous la science est infuse.

Isoler une phrase du propos ? Bien sûr, mais il me semble à la lecture de votre propos que cette phrase était significative et permettait de l'isoler du contexte dans la mesure où cinq mois plus tard vous écrivez "Des ouvrages en langue anglaise pas-édités-en-français-s'il-vous-plaît, ça vous pose un bonhomme."

Cela sans parler de vos "états de services" ou quelque chose de ce genre bien supérieur à votre interlocuteur prétendiez-vous dans une autre discussion.

Ce ne fut pas un plaisir, désolé, non pas que je vous méprise, mais simplement parce que j'ai des choses à faire, et que je m'y suis mis, après un certain temps, constatant que ni Robert Marchenoir, ni personne n'avait relevé ce qui me semblait important à retenir dans votre discours.

J'ajoute, et cela devrait vous rassurer quant à mon parti pris, que je pense que Robert Marchenoir se devait de répondre au commentaire critique que vous lui avez adressé. Il ne l'a pas fait, à mon grand regret.

Sans doute a-t-il ses raisons, mais habituellement il répond. Tant pis pour moi ! pour nous...

Diogène@Herman Kerhost

@Herman Kerhost

Merci de reprendre mes écrits. Mais ça serait mieux de ne pas reprendre que ce qui vous arrange, et de vous abstenir d'isoler un propos.

Je vous explique : si quelqu'un me confie le plaisir qu'il a ressenti à lire comment la crise du silex au précambrien est traitée dans Guerre et paix, je serais naturellement conduit à douter de sa capacité à déchiffrer et rendre compte d'un texte.

Vous ne fonctionnez pas comme ça ? Moi si, comme la plupart des idiots.
Heureux d'avoir échangé avec vous.

protagoras

@azer

Puisque vous aimez les statistiques (que je considère, quant à moi, comme la présentation scientifique du mensonge) je vous propose le problème suivant : combien de vies humaines ont-elles été détruites par des guerres fomentées par les gouvernements, au regard des vies humaines détruites par toutes les truanderies ?

Et vous faites confiance à des gouvernements pour assurer votre sécurité ?

N'oubliez jamais qu'un homme ne possède que ce qu'il peut défendre.

Herman Kerhost

@Diogène

Diogène à Robert Marchenoir le 28 février 2016 à 22:24 :
"Sur vos capacités à lire un ouvrage écrit dans une autre langue que la vôtre, on ne peut qu'avoir des doutes sérieux..."

Diogène@Herman Kerhost

Il y aurait sans doute une précaution élémentaire à observer avant de commenter ou répondre. Ce serait de s'assurer d'avoir toutes les cartes en main.
Manifestement, vous ne savez pas pourquoi vous m'interpellez.

La citation que vous mettez en exergue n'est pas fortuite. Elle a une origine, et elle contient une part d'ironie que vous occultez volontairement. Vous êtes peut-être un peu malhonnête. Le peut-être, c'est au bénéfice du doute.

Juste pour être clair, je n'ai jamais prétendu que le personnage dont il est question ici ne serait pas capable de lire l'anglais par opposition à moi-même.
C'est plus le renvoi sans cesse pour vérification de ses assertions à des ouvrages dont il précise qu'ils ne sont pas édités en français, qui est de mon point de vue choquant. Ce n'est pas moi qui parle d'ouvrages non édités en français. Ce qu'une lecture plus attentive et moins partisane vous aurait confirmé.
La seule chose qui m'intéresse, c'est de savoir si l'ouvrage contient ce qu'on dit, voire y fait allusion.
Et j'ai démontré que deux ouvrages pris en référence à l'appui d'une thèse ne comportaient aucunement ce qui était avancé. Je ne vais pas vous refaire le film. Je l'ai démontré et je n'ai pas lu que quelqu'un me contredisait là-dessus avec des arguments.
Cela signifie clairement pour moi, soit qu'on n'a pas pris la peine de lire un ouvrage auquel on renvoie, soit qu'on utilise un faux argument d'autorité - voyez, untel le dit dans tel ouvrage - pour manipuler les gens. Dans les deux cas, c'est malhonnête. C'est tout.

Pour l'apprentissage de langues étrangères dès la 6ème, merci de me l'apprendre. Ce n'est sans doute pas la condition suffisante pour une lecture d' Ulysse de James Joyce.
Ne racontez pas d'histoires.
Pour ce qui me "classe plutôt chez les sots", je suis très content d'être reconnu par vous et je veillerai désormais à m'en réclamer.
Savez-vous ce qu'on conseille aux gens qui veulent grimper aux arbres ?

hameau dans les nuages

@azer | 23 juillet 2016 à 00:44

Remise à niveau et vases communicants. Oui il se peut que le nombre de victimes augmente car effectivement le nombre d'agresseurs tués va augmenter. Où est le problème ? Choisis ton camp camarade, car il va falloir choisir de gré ou de force devant la carence, voire la trahison de nos dirigeants. Plus on attend, plus le raisonnement « bon père de famille » va prendre du plomb dans l’aile, si j’ose dire.

C'est bizarre cette aversion pour les armes à feu (je ne parle pas des psychopathes ayant besoin d'avoir 50 calibres pour se rassurer ; ils ont toujours existé). En quelques années le fait d'avoir le 12 trônant sur le manteau de la cheminée avec sa boîte de cartouches noircie par la fumée (les cheminées béarnaises vernaculaires tirent très mal, c’est rassurant ? non ?) hors de portée des enfants a fait de vous un martien aviné et sanguinaire par des gens bien propres sur eux roulant en 4x4 de deux tonnes airbagué sur ses quatre faces se renseignant frénétiquement sur les moyens domotiques pour mettre leurs biens et leurs personnes en sécurité, faisant ainsi la fortune des sociétés de gardiennage. On peut même assister de sa tablette (ce serait dommage de louper un tel événement) au cambriolage de sa maison ou de son appartement et mettre la vidéo sur facebook.

Vous me direz que maintenant dans une véritable schizophrénie, on se selfie devant les cadavres sanguinolents de Nice tout en partant à la chasse aux Pokémons virtuels. Pas mieux que les rebelles « modérés ». Un petit selfie avant décapitation :

http://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2016/07/CnwKYMQXEAARMFl.jpg

Marchenoir a raison. Finalement vous avez peur de vos propres réactions et préférez faire profil bas en croisant les doigts pour que d’autres réagissent pour vous. Vous serez perdant-perdant. Il y ainsi un bon documentaire sur le comportement animal de l’humain pendant le siège de Sarajevo.

Si je n’avais pas mes petits-enfants, je serais heureux d’assister à la chute de Rome de mon vivant. Les Pyrénées sont un balcon magnifique. Après tout, cela n’arrive que tous les 2000 ans.

Jean-Marc

@azer
"Je n'en sais rien mais je vais vous croire et donc envisager la position la moins favorable à ma thèse (je suis opposé à l'armement de la population)"

Vous adoptez donc la pensée "si ça se trouve", pas d'arme à feu pas de meurtre.

Robert Marchenoir

azer | 23 juillet 2016 à 00:29
Le problème est donc de savoir si l'armement de tous causerait plus de mort par agression qu'il ne sauverait de vie par légitime défense.

En effet. Remarque parfaitement raisonnable, à laquelle je vais vous répondre.

Mais auparavant, permettez-moi une petite interruption dans nos programmes : vous m'avez demandé si les auteurs de ce qu'on appelle communément les "fusillades" aux Etats-Unis (un type pète les plombs, et se met à massacrer le plus de gens possible dans un lieu public, avant de se donner la mort ou d'être tué par la police), commettaient leurs forfaits avec des armes à feu achetées légalement.

La question est absolument passionnante, mais puis-je vous faire remarquer que 100 % des auteurs des innombrables fusillades que nous constatons presque chaque jour, désormais, en Europe, utilisent des armes à feu acquises illégalement ?

Et qu'en face d'eux, il y a 100 % de gens, victimes potentielles ou réelles, qui sont dépourvues d'armes à feu, légales ou illégales ?

Donc j'entends bien que d'innombrables Français, altruistes jusqu'au bout des ongles et passionnés de débats intellectuels, se préoccupent du bien-être des Américains, mais puis-je réclamer que l'on se préoccupe d'abord du sort des Français et des Européens ?

Concernant les fameuses fusillades américaines auxquelles vous faites allusion, la réponse est simple : elles ont très peu d'incidence sur la criminalité globale.

Ces fusillades sont "ce qu'on voit à la télé", et de plus il y a eu différents épisodes de fusillades dans des écoles, ce qui fait pleurer Margot. Donc, l'opinion publique, française comme américaine, se focalise sur elles en ignorant tout le reste.

La réalité, c'est que ces événements spectaculaires, vécus en direct dans le monde entier, représentent une fraction infime du nombre des tués par arme à feu aux Etats-Unis. Mais en effet, dans un certain nombre de cas, ces assassinats ont été commis avec des armes achetées légalement, donc la gauche américaine, qui n'est pas moins malhonnête que la gauche française, les exploite jusqu'à l'écoeurement pour réclamer l'interdiction des armes.

Au demeurant, les auteurs de la plupart des fusillades-dans-les-écoles choisissent pour commettre leurs crimes, justement, des lieux... où il est interdit de porter une arme à feu. Comme ça, ils sont sûrs de pouvoir tuer un maximum de gens !

Ce n'est évidemment pas un hasard. La fusillade islamiste meurtrière de Fort Hood, comme je l'ai déjà signalé à deux reprises ici même, a eu lieu sur une base militaire où les soldats avaient interdiction de porter une arme personnelle... exactement comme des étudiants ou des professeurs dans une école ou une université !

Curieusement, quand on parle des "fusillades commises par ces gros imbéciles d'Américains avec leurs armes achetées au supermarché", on a toujours en tête l'image de l'adolescent blanc mal dans sa peau qui fait un massacre dans sa propre école ; mais on ne pense jamais au massacre de Fort Hood, qui s'est pourtant déroulé selon le même schéma.

Dans les deux cas, si les futures victimes avaient eu le droit de se promener "équipées", le décompte des morts aurait été bien inférieur. C'est bien ce qu'en ont conclu les professeurs, qui se sont mis à suivre des cours d'initiation collectifs à l'usage des armes, dans les régions où l'interdiction du port d'arme dans les écoles a été, fort raisonnablement, levée. Justement parce qu'il y a eu des "fusillades".

Regardez-moi ces belles images :

http://www.reuters.com/news/picture/teachers-only-gun-training?articleId=USRTR3CGH2

Les élèves, dans cette salle de classe, sont des professeurs, comme vous l'aurez compris.

Vous dites :

Et ce ne sont pas les gens rationnels, calmes, avec qui on peut discuter qui s'armeraient le plus si c'était autorisé mais plutôt les colériques et les imbéciles, ceux qui insultent et crient quand on leur fait remarquer qu'ils viennent de vous refuser la priorité à droite.

C'est une affirmation totalement gratuite, entièrement sortie de votre imagination.

Encore une fois : aujourd'hui, ce ne sont pas les gens rationnels, calmes, avec qui on peut discuter qui s'arment. Qui tirent. Et qui tuent. Il faudrait quand même commencer par tenir compte des faits, avant de faire des hypothèses.

De plus, en disant cela, vous dénigrez tous les Français rationnels, calmes, avec qui on peut discuter, en présumant d'avance qu'ils seraient trop lâches, ou pas assez responsables, pour s'équiper d'une arme à feu en vue de préserver leur vie, celle de leur famille et celle des inconnus autour d'eux.

Qu'est-ce qui vous permet de dire que les trois héros de Nice ne seraient pas les premiers à s'armer, si cela était autorisé ? Qu'est-ce que vous permet de dire que ce sont des colériques et des imbéciles prêts à vous insulter quand on leur refuse une priorité ? Et qu'est-ce qui vous permet de dire qu'il n'y a pas des milliers d'hommes comme eux, responsables et courageux, qui se révèleraient si le droit de porter des armes était rétabli en France ?

Je dis rétabli, parce qu'il faut quand même rappeler que la France n'a pas toujours été socialiste et bisounours... Il fut un temps où il était à peu près aussi normal, pour une dame, de glisser un revolver dans son sac à main qu'un smartphone aujourd'hui.

L'observation des possesseurs d'armes aux Etats-Unis montre, justement, le contraire de ce que vous dites. Acquérir une arme, ça calme sérieusement. C'est une responsabilité. Ca oblige à prendre des précautions pour mettre en garde les enfants. Ca oblige à leur enseigner l'usage responsable des armes pour le cas où ils seraient seuls à pouvoir les utiliser. Ca oblige à se former. A fréquenter le stand de tir. A suivre des cours d'auto-défense, de formation tactique, technique et juridique.

Ceux qui ne sont pas prêts à assumer une telle responsabilité ne s'équipent pas. Et il y a de nombreux Américains qui refusent d'avoir une arme à la maison, justement, parce qu'ils ont peur, parce qu'ils ne sont pas assez rationnels et calmes, comme vous dites, parce qu'ils ne veulent pas assumer cette responsabilité.

Ce qui se défend parfaitement, tout le monde est libre.

Et puis vous avez le gens à la mentalité criminelle, qui sont ceux, précisement, qui vous menacent physiquement au carrefour, etc. Ceux-là, quand ils veulent des armes, les achètent souvent illégalement. Parce qu'ils ont un casier judiciaire.

Le possesseur d'armes lambda, aux Etats-Unis, est largement mieux entraîné au tir et à l'auto-défense légale que le policier français lambda.

Pour la pensée-réflexe française, chaque homme est un monstre en puissance, qui n'attend, pour se transformer en meurtrier déchaîné, que le pistolet qui pourrait lui tomber dans les mains.

C'est le fruit d'un simple préjugé. Personne n'a envie de mourir. Personne n'a envie de passer vingt ans de sa vie en prison. Ce qui risque de vous arriver si, comme vous le présumez, vous jouez au kéké sous prétexte que vous êtes armé.

Les Américains qui portent un pistolet caché sur eux prennent bien soin de ne provoquer personne, de faire le maximum pour ne pas être mêlé à des querelles publiques, etc. C'est simple à comprendre : si ça dégénère et que vous vous sentez menacé, vous allez être tenté d'exhiber l'arme ; si vous exhibez l'arme, vous allez risquer de devoir dégainer et viser l'individu hostile ; et à partir du moment où vous visez l'individu hostile, vous allez avoir une fraction de seconde pour décider de tirer ou non ; et si vous tirez... eh bien il y a une probabilité non nulle pour que vous passiez le reste de vos jours en prison, si vous n'étes pas en légitime défense.

Moralité : quand vous êtes armé, vous ne faites pas le con. Une société armée est une société polie. Et d'ailleurs, les Américains sont beaucoup plus polis que les Français.

Vous me parlez de "l'armement de tous". Mais il n'a jamais été question de cela. Il est question d'autoriser les gens à s'armer s'ils le souhaitent, ce qui est très différent. Seul un tiers des Américains possèdent une arme.

Tout le monde a le droit de piloter un avion de tourisme, en France. Peu de gens le font, parce qu'il faut obtenir un permis, c'est assez cher, il faut apprendre, ce n'est pas dépourvu de danger... Et surtout, tout le monde n'en a pas envie...

Le Français se dit toujours : si on autorise tel truc, alors tout le monde va le faire, et ça sera la fin du monde... Ben, non. Les gens sont libres. Ils ont des souhaits différents. Et (merveille de la nature humaine), les souhaits s'adaptent en général aux capacités...

Remarquez que l'objection classique que vous me faites, selon laquelle mettre un pistolet dans la main des Français les transformerait en fous furieux défouraillant au moindre prétexte, n'est jamais faite pour s'opposer à l'armement des policiers. Pourquoi ?

Ce sont des surhommes ? Etant fonctionnaires, ils sont dotés d'une essence divine ? Le seul fait d'arborer un costume de chauffagiste avec marqué "Police" dessus leur confère des qualités morales dont le Français moyen serait dépourvu ?

Si ce que vous dites était exact, la police serait sans cesse en train de tirer partout sans raison. Vous n'avez pas répondu assez vite à un policier ? Bam ! Votre tronche ne lui revient pas ? Bam !

Or, je constate plutôt, sur ce blog et ailleurs, que les Français reprochent à la police de n'être jamais là, de ne pas être autorisée à tirer sur les criminels quand la situation l'exige, etc.

Si ce que vous dites était exact, 100 % des ménagères (et des ménagers, ne soyons pas sexistes) devraient courir dans les rues en trucidant tout le monde à coups de couteau, puisque 100 % des gens ont, dans leur cuisine, toute la coutellerie nécessaire pour faire un massacre.

Et pourtant, non. Personne n'a encore interdit les cuisines, les couteaux ne sautent pas tout seuls de leur tiroir pour se faufiler dans le thorax du voisin, tout est normal. Comment se fait-ce ?

Ce refus viscéral du droit au port d'armes relève de la pensée magique. Fonctionnaire = demi-dieu = son arme ne peut faire que le bien. Homme normal = malfaisant incontrôlable que seul l'Etat peut maîtriser à la schlague = mettre un pistolet entre ses mains, ce serait donner le bouton nucléaire à un chimpanzé cocaïnomane.

Un autre monde est possible, camarades ! Osons la liberté...

azer

@protagoras
"Faites un tour dans les Instituts médico-légaux et vous vous apercevrez que les meurtres par arme à feu ne constituent pas la majorité des morts violentes, de loin pas"

Je n'en sais rien mais je vais vous croire et donc envisager la position la moins favorable à ma thèse (je suis opposé à l'armement de la population) qui, si elle résiste malgré cela, sera d'autant plus fondée si la position la plus favorable s'avère être la réalité : si vous avez raison, alors l'armement de tous conduira à l'augmentation du nombre de meurtres par armes à feu, à moins qu'un effet de vases communicants maintienne inchangé le nombre total de morts et n'augmente que la proportion de celles dues aux armes à feu au détriment des autres causes. En somme, est-ce qu'on étrangle moins si on peut flinguer ?
En supposant que la réponse soit positive, il demeurera irréfutable qu'on ne peut tuer en grand nombre dans un temps bref qu'avec une arme à feu, pas avec ses poings ni une arme blanche, qui nécessitent de s'approcher de la victime au point qu'elle puisse répliquer, ce qui est impossible lorsqu'on est face à un homme armé qui se tient à distance.
Les familles décimées que les journaux relatent le sont quasiment toujours par une arme à feu, la plupart du temps une arme de chasse.

Herman Kerhost

@Diogène

Vous dites "Des ouvrages en langue anglaise pas-édités-en-français-s'il-vous-plaît, ça vous pose un bonhomme."

Il me semble, pour me rappeler de votre conversation avec Robert Marchenoir, que vous le contredisiez quant à ce qui se trouve dans ce livre. Donc il vous est permis à vous de lire un livre en anglais de façon tout à fait naturelle, mais si un commentateur quelconque prétend l'avoir lu c'est qu'il ment, puisque l'ouvrage en question n'ayant pas été traduit, sa lecture en anglais ne peut s'acquitter que par des personnes issues de l'élite, à laquelle vous appartenez évidemment puisque vous vous l'avez lu le livre, n'est-ce pas ?

Êtes-vous au courant que dès la 6ème les élèves commencent à apprendre une langue étrangère ?

"Ça vous pose un bonhomme"

Un sacré bonhomme oui !

C'est à cause de gens de votre espèce* qu'une partie de la population donne dans le "populisme", juste pour vous rendre le mépris que vous leur distillez.

*Ceci étant votre présomption sur la capacité des gens à lire l'anglais vous classe plutôt chez les sots.

azer

@Robert Marchenoir
""Les auteurs des tueries aux USA, sur les campus universitaires ou dans les boîtes de nuits gay, ont-ils mis en oeuvre l'amendement de la Constitution qui autorise chaque citoyen à porter une arme ?"

Certains oui, d'autres non."

-----------

Le problème est donc de savoir si l'armement de tous causerait plus de mort par agression qu'il ne sauverait de vie par légitime défense.
Votre hypothèse que des hommes ayant le courage d'intervenir à mains nues contre un camionneur fou (en fait plus stupide que fou mais ce n'est pas le sujet) auraient été plus efficaces s'ils avaient été armés et auraient ainsi pu éviter un bilan aussi lourd, est tout à fait plausible mais c'est le bilan final que je mentionne dans ma première phrase qui importe.
Et ce ne sont pas les gens rationnels, calmes, avec qui on peut discuter qui s'armeraient le plus si c'était autorisé mais plutôt les colériques et les imbéciles, ceux qui insultent et crient quand on leur fait remarquer qu'ils viennent de vous refuser la priorité à droite. Quand je commets cette erreur et que j'essuie une volée de bois vert, je m'excuse sincèrement, main sur la poitrine et mimique de regret, ce qui désamorce toujours l'agressivité justifiée de la victime. Quand les rôles sont inversés, je n'aimerais pas que ceux qui me répondent avec colère d'entrer en contact avec la population masculine grecque soient armés...

agecanonix

Etant donné les leçons de bêtises que nous fait Diogène, ce n'est pas dans un tonneau qu'il réside mais dans une cave où il s'est spécialisé dans la dégustation du pinard !

Ne rasez pas les murs, comme vous dites, le moment viendra où l'Islam vous empêchera de boire et vous obligera à voiler vos femmes, filles et petites-filles !
Etes-vous disposé à vous convertir ?

protagoras

@azer | 22 juillet 2016 à 03:11

Les "tueurs de masse" aux USA ne sont pas une espèce homogène.
Les tueurs au sein de collèges ou universités sont très souvent des jeunes gens dont le diagnostic de schizophrénie a été refusé, donc non traités... par des familles en général très croyantes (croyantes à l'américaine, donc complètement "allumées" selon notre sagesse vieille européenne...)
Si l'on désire "poétiser" ces actes, on peut peut-être parler de "losers absolus".

Les tueurs de type Nice ou Orlando n'appartiennent pas à cette catégorie, et sont de toute façon formatés directement ou en douceur par des commanditaires qui n'ont certainement pas des stratégies de losers.
Je ne crois pas que certains pays auxquels tout le monde pense (y compris l'homme de la rue égyptien ou tunisien par exemple) entendent se poser en "perdants absolus"...

Petites notes additives :
Faites un tour dans les Instituts médico-légaux et vous vous apercevrez que les meurtres par arme à feu ne constituent pas la majorité des morts violentes, de loin pas ; les êtres humains ont beaucoup d'imagination...

Vieux proverbe américain : "Dieu a créé les hommes inégaux, le colt les a rendus égaux".
En bon snob français, j'aurais une préférence pour la canne épée ou canne fusil, ou encore pour le discret pistolet de dame à deux coups.

La thèse du tueur isolé ayant "pété les plombs" à Nice vient de s'effondrer.

sylvain

Pas de leçons à donner aux US concernant le port d'arme autorisé par leur constitution et ses dérives. Chez nous notre constitution ne l'autorise pas mais apparemment il y en a qui s'en tapent le coquillard et ne se privent pas d'en user et abuser ; proportionnellement nous allons dépasser les USA en meurtres crimes attentats, le dernier bilan islamiste en la matière laisse rêveur. Il faut dire aussi que les socialistes font tout pour leur laisser la voie libre afin de perpétrer leurs crimes.
La gauche a toujours été viscéralement du côté de ceux qui se battent contre l'autorité, même si des citoyens innocents en paient le prix fort.

Diogène@Robert Marchenoir

@Robert Marchenoir
"Il y en a qui s'emploient..."

Sur tout ce que vous avez égrené, je peux raisonnablement penser que je n'aurai guère à rougir au moment de faire le bilan. Ça va plutôt bien. Je ne raserai pas les murs, tête basse, pas de quoi. Mes enfants ont été plutôt bien élevés, ça se voit à la façon dont ils commencent à élever les leurs.
Pour la contribution "à soulager les affligés", l'élégance élémentaire me commande de me taire.

Je ne garantis pas que j'arrêterais un terroriste de mes mains, ça n'a aucun sens de dire des choses pareilles.

Pour ce qui est de dénoncer Robert Marchenoir. Allons, il ne faudrait pas vous laisser griser par cette espèce d'hypertrophie du moi qui vous caractérise. Pour moi, la personne de Robert Marchenoir n'a aucune importance.

Je constate qu'au lieu de répondre sur le fond, vous continuez de pleurnicher à propos d'une prétendue dénonciation dont vous feriez l'objet. C'est d'une insondable veulerie. Le combattant chauve-souris :
Je suis souris, voyez ma propagande. Je suis oiseau, voyez mes larmes.

Oui, parfaitement, je dénonce et je dénoncerai vos mensonges, approximations et arrangements avec la vérité, parce que je ne souhaite pas que mon pays coure vers l'abîme auquel des gens comme vous le préparent.
Ce n'est en rien un combat entre "le Bien et le Mal", c'est l'opposition entre deux façons de voir, et surtout deux méthodes. Dans cette configuration-là, j'ai comme tout un chacun ma place, et je l'occuperai ici ou ailleurs, ne vous en déplaise.
Ne doutez surtout pas de mon opiniâtreté, vous commettriez une erreur.

Robert Marchenoir

azer | 22 juillet 2016 à 03:11
Les auteurs des tueries aux USA, sur les campus universitaires ou dans les boîtes de nuits gay, ont-ils mis en oeuvre l'amendement de la Constitution qui autorise chaque citoyen à porter une arme ?

Certains oui, d'autres non.

Robert Marchenoir

Diogène | 20 juillet 2016 à 14:54
À ma modeste place, j'entends m'y employer.

Comprendre : à me dénoncer.

Il y en a qui s'emploient à élever leurs enfants pour en faire des hommes.

Il y en a qui s'emploient à arrêter de leurs mains un terroriste musulman au volant de son 19 tonnes.

Il y a qui s'emploient à créer des entreprises.

Il y en a qui s'emploient à rendre la France plus libre et plus prospère.

Il y en a qui s'emploient à devenir le prochain Balthus.

Il y en a qui s'emploient à soulager les affligés autour d'eux.

Il y en a qui s'emploient à bien faire leurs soudures ou à bien poser leur mortier.

Et puis vous avez Diogène, qui s'emploie à dénoncer Robert Marchenoir.

Voilà qui est à la mesure de ses ambitions et de son talent.

azer

@Robert Marchenoir

Les auteurs des tueries aux USA, sur les campus universitaires ou dans les boîtes de nuits gay, ont-ils mis en oeuvre l'amendement de la Constitution qui autorise chaque citoyen à porter une arme ?

Noblejoué

@ Philippe Dubois

Donc, si je comprends bien, le commandement de l'armée navigue entre la routine et l'ego, comme nos politiques. Comment réformer si on est ainsi ? Peut-être en n'en appelant pas à trop de contrition ou d'intelligence.

Si on ne disait pas que cela ne va pas, manière de parler qui fâche, mais si on faisait que ça marche encore mieux en imitant les meilleurs ?

Ainsi, vous dites :

"J'ai vu la discipline dans le cantonnement d'une compagnie de Légion beaucoup plus souple (mais parfaitement respectée) que celle d'un régiment blindé métro."

Si la Légion marche mieux que le reste, il faut peut-être l'imiter. Est-ce possible ? Ou imiter d'autres armées, l'armée américaine peut-être ?

Herman Kerhost

Afin de calmer les esprits suite aux commentaires de Robert Marchenoir, voici un commentaire du monsieur posté sur un autre blog en 2006 :

Samedi 25 novembre 2006 01:42 Robert Marchenoir
"Si hier soir le policier tireur avait été blanc, et la victime légèrement bronzée, les banlieues auraient immédiatement surchauffé !"

Bonne remarque. Heureusement que les flics n'ont pas tiré en banlieue, jusqu'à présent. Mais on est passé bien près à plusieurs reprises. Il faut se féliciter de leur sang-froid et des instructions qui, sans nul doute, ont été données. Je ne suis pas pour le "tirage dans le tas", contrairement à ce que revendique le texte. Dans le cas du Parc des Princes, il y a de bonnes chances pour que le flic ait eu raison de craindre pour sa vie, et celle du supporter qu'il protégeait. Et que son tir ait été justifié.
Mais le deux poids deux mesures est patent. Heureusement que le flic était noir : ça le blanchit auprès de la part remuante de l'opinion publique. Heureusement que les excités qu'il avait face à lui étaient des lepénistes. On n'aura pas tous les jours cette chance.
"Qui oserait forcer un barrage de contrôle routier s’il sait que la police peut tirer pour l’arrêter ?"
A la différence des policiers, les gendarmes ont, hélas, ce droit. Ils peuvent tirer après simple sommation, même s'ils ne sont pas en état de légitime défense. Et ils ne s'en privent pas. Le Bondy Blog 1.0 a relaté l'histoire d'un jeune de banlieue qui n'avait rien à se reprocher, et qui a été tué de cette manière.

C'est pas de la sagesse ça ?

Philippe Dubois

@ Noblejoué | 20 juillet 2016 à 23:28
"La seule chose que je ne comprenne pas, alors, c'est que l'idée de service militaire revienne."

J'avoue que j'ai aussi un peu de mal à comprendre. Quelques hypothèses :

La plupart de nos décideurs ont connu le SM et comme ils l'ont à peu près bien vécu, cela ne leur pose pas de problème métaphysique.

Un certain nombre de cadres et beaucoup de généraux (de l'armée de terre essentiellement) n'ont toujours pas digéré sa suppression : cela fait des effectifs, donc des postes et des commandements en moins et ils en sont restés à la levée en masse de gros bataillons ; donc, à la moindre occasion, ils le remettent sur le tapis.

Le SM fait partie des idées magiques, censées résoudre tous les problèmes d'effectifs, mais ses partisans occultent complètement les effets collatéraux.

La remise en cause de la structure est impossible en interne puisque les officiers brillants qui pourraient avoir des pensées iconoclastes sont quasi systématiquement éliminés par le jeu de l'avancement. Donc on ressort les vieilles lunes en permanence.

L'armée est devenue une vaste bureaucratie mais la première réforme à réaliser pour l'armée est intellectuelle.

Elle consiste notamment à extirper des esprits le culte de la misère (pour l'armée de terre) et la culture du mensonge (partout).

Elle consiste aussi (toujours dans l'armée de terre) à admettre que ce n'est pas forcément celui qui a le plus de galons qui sait. J'ai vu dans la Marine un amiral dire "Merci Monsieur l'ingénieur, il faut donc abandonner ce projet" à un 3 galons IETTM qui lui a expliqué que le projet prévu était infaisable.

Une démarche du type :
1. Que veut le pouvoir politique ?
2. Quels sont les moyens nécessaires ?
2.1. Moyens en front office, y compris les relèves
2.2. Moyens en back office
le tout en inter-armes et en interarmées
3. Combien ça coûte ?
4. Êtes-vous prêts à payer ?
4.1. Oui, alors par de problème
4.2. Non, alors
- revoyez vos exigences globales à la baisse ou
- renoncez à telle ou telle demande sans mettre en péril l'ensemble du dispositif

Exemple de dysfonctionnement que j'ai connu et auquel il serait facile de remédier :
L'armée de terre envoie les pires c... en OPEX, types qui passent leur temps à pourrir la vie des militaires présents et à interdire ou essayer d'interdire tout ce qui pourrait améliorer les conditions de vie.
Au retour, les EVAT, qui ont été logés comme des gueux (culte de la misère) et traités comme des gamins dans une boîte à curés du XIXe siècle (quand ils ne sont pas en plus privés de solde grâce à Louvois) résilient leur contrat ou ne renouvellent pas. J'ai vu la discipline dans le cantonnement d'une compagnie de Légion beaucoup plus souple (mais parfaitement respectée) que celle d'un régiment blindé métro.

Que notre hôte veuille bien m'excuser de cet aparté un peu long.

Diogène @ hameau dans les nuages

Je promets de suivre votre conseil : "arrêter de lire"... vos idioties.
La preuve, votre ami à la gare du Nord.
Ça sent la fable inventée de toute pièce. Franchement ridicule.

Diogène@sbriglia

@sbriglia
"Dans l'usine où je travaille il y a des génies, des insipides, des crétins : ils arrivent pourtant à travailler ensemble... comme sur ce blog"

Et personne n'a jamais parlé de synergie, dans cette usine ?
Si cela ne vous cause pas de souci, nous allons peut-être en rester là.

hameau dans les nuages

@ Diogène
"Pour "l'intelligence collective", je vous proposerais bien :
un ensemble de potentialités cognitives qui nous seraient propres et qui nous pousseraient à atteindre au meilleur".

Ça c'est du lourd. Complétement contredit dans la vie courante. Oui je sais que le terme "vie courante" est vulgaire et populiste. Disons "dans la vraie vie".
Je vous assure, vous devriez arrêter de lire. Pas totalement mais un peu. J'ai un ami qui était gare du Nord lors de l'interruption du trafic suite à un incendie malveillant.
Le haut-parleur clamant "nous faisons appel à vos valeurs cognitives afin d'éviter les bousculades même si la promiscuité, la chaleur, les pickpockets et l’hygiène corporelle de nombre d'individus sont des obstacles à cette mise en valeur".

Vous êtes bouddhiste ou un truc du même tonneau ?

sylvain @ Gabriel

@Gabriel | 21 juillet 2016 à 10:02

Les réponses sont dans vos questions : ils sont lâches et traîtres vendus à l'ennemi ; rien d'autre à ajouter.

agecanonix

@ Robert Marchenoir | 21 juillet 2016 à 00:57

Allons Robert n'en faites pas trop, sans cela vous allez vivre comme Louis Althusser, c'est-à-dire entre le réel et la folie !

Ne critiquez pas systématiquement tout !

Vous avez de bonnes informations, une intelligence vive... ne gâchez pas tout cela et continuez à nous informer calmement sur les traîtrises de nos gouvernants !

sbriglia@Diogène

"C'est pointu, comme raisonnement"

Ce n'est pas un "raisonnement", Diogène, c'est une constatation.

Elle n'a pas à être pointue ou non : dire "il fait froid en hiver" ne nécessite pas une pensée pointue...

Quant à votre "intelligence collective", non vraiment je ne partage pas votre tentative de définition : entre deux êtres d'intelligence différente, la discussion se fait toujours au niveau le plus bas... hélas.

L'"intelligence collective" d'un couple, d'un groupe, d'une communauté, d'un pays, c'est une notion assez fumeuse pour que votre définition soit emberlificotée.

Dans l'usine où je travaille il y a des génies, des insipides, des crétins : ils arrivent pourtant à travailler ensemble... comme sur ce blog.

Gabriel

@ sylvain | 20 juillet 2016 à 19:12

Avis totalement partagé.
Je me pose souvent la question suivante :
"Nos généraux sont-ils sourds et muets ou sont-ils simplement des lâches ?"
Fût un temps ou les Saint-Cyriens ne vivaient que pour la patrie, aujourd'hui ne vivraient-ils que pour nos ennemis ?

Robert Marchenoir

Deviro | 20 juillet 2016 à 23:35
@Trekker | 20 juillet 2016 à 12:52
vos rectificatifs à Robert Marchenoir
J'ai vécu assez longtemps aux Etats-Unis pour savoir que ce que vous avez écrit est exact.

Ah. Voilà maintenant le touriste, autre figure de la sottise internétique française. Le type qui vous dit : j'y suis allé, ou même : j'y ai vécu, donc je sais. J'ai raison.

Il semble échapper à ce genre d'écervelé prétentieux que des dizaines de millions d'Américains vivent depuis des générations aux Etats-Unis, et que cela ne les empêche pas de raconter des sottises. Ou de défendre des idéologies criminelles.

Ile ne manque pas d'Américains qui sont opposés au port d'arme ; les médias, l'université et les sphères politiciennes sont remplis d'erreurs, de mensonges et de propagande à ce sujet : la belle nouvelle !

Il ne manque pas, aux Etats-Unis comme en France, de gauchistes, d'immigrationnistes, de racistes anti-Blancs, d'islamo-complaisants, de pacifistes, de menteurs, d'escrocs et de bandits.

Et ? Donc ? Qu'est-ce que ça prouve ?

Le gros malin franchouille qui vient vous dire, sur un blog français : "J'ai vécu assez longtemps aux Etats-Unis pour savoir que ce que vous avez écrit est exact", et qui ne réalise pas que c'est à peu près aussi idiot que si l'un des commentateurs de ce blog tentait de justifier ses propos en disant : "J'ai vécu assez longtemps en France pour savoir que ce que vous avez écrit est exact".

Alors qu'on peut constater, ici comme partout ailleurs, que les gens qui ont passé leur vie en France ne sont d'accord sur rien en ce qui concerne la France...

Et bien sûr, le gros malin qui vous énonce cette sottise grosse comme lui ne vous dit pas la seule chose qui pourrait, éventuellement, apporter quelque chose au débat : ce que lui a personnellement constaté, et qui aurait un rapport avec le sujet.

Non : j'y ai vécu, donc je sais. Cela, à l'heure d'Internet, d'Erasmus, du voyage en avion moins cher que la course en taxi... Franchement, il y a des cuistres qui s'imaginent impressionner le monde avec peu de chose !...

A supposer, bien entendu, que le gros malin ait réllement vécu aux Etats-Unis comme il prétend, ce qui est évidemment impossible à vérifier. Raison de plus pour laquelle un intervenant honnête s'abstiendra d'utiliser ce genre d'argument...

Pas étonnant que la revue scientifique Intelligence ait fait état, dernièrement, d'une baisse de 4 points du QI moyen des Français entre 1999 et 2008... ce qui est énorme.

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0160289615001221#bb0030

Baisse dûe, notamment, à l'immigration. Bien sûr. Vous ne pouvez pas importer, à doses massives et pendant des décennies, des gens qui sont, en moyenne, des abrutis scientifiquement certifiés, et espérer que cela n'aura pas de conséquences sur l'intelligence moyenne de la population.

A côté de l'abruti génétique, vous avez l'abruti qui se laisse aller, celui qui suit le mouvement. Parce que, franchement, l'honnêteté intellectuelle... la rigueur... à quoi ça sert ?

hameau dans les nuages

Au moins les choses s'éclaircissent dans ce tohu-bohu. La fermeture des mosquées salafistes a été refusée.

Et comme aurait dit Coluche : "on a les noms".

On s'approche du fond de la piscine. C'est difficile, on suffoque, on panique, les oreilles bourdonnent, les yeux brûlent, les bras s'agitent en tout sens cherchant des appuis, des phrases délirantes remontent à l'esprit "prôner le djihad n'est pas un délit"...

Il fallait et il faut en passer par là.

Deviro

@Trekker | 20 juillet 2016 à 12:52
vos rectificatifs à Robert Marchenoir

J'ai vécu assez longtemps aux Etats-Unis pour savoir que ce que vous avez écrit est exact.

Attention ! vous allez être traité de psychopathe !
Moi, pour le moment, je ne suis encore qu'un troll, mais psychopathe, j'attends avec gourmandise d'être intronisé par RM...
On pourrait créer une amicale avec Diogène, qui est déjà un psychopathe-vétéran ?

Noblejoué

@ Pierre Dubois

Vous êtes convaincant. La seule chose que je ne comprenne pas, alors, c'est que l'idée de service militaire revienne.
A part le budget, je suis d'accord, comment faudrait-il réformer l'armée ?

@Diogène
"Le terrorisme qu'il soit d'origine islamique ou pas, n'aura jamais le dessus sur nous."

Qu'est-ce qui vous en rend si sûr ? Le gouvernement est mou, l'opinion ne comprend pas qu'il est impossible de prévenir tous les attentats, certains, au lieu de lutter contre les terroristes, veulent s'en prendre à tous les arabo-musulmans, certains versent dans un angélisme pervers en nous confondant avec les terroristes.
Il y a des médiatiques comme ça, il y a Denis Monod-Broca qui préfère s'en prendre à moi que de dénoncer les islamistes. Tout cela parce que je vois la différence ami-ennemi, et que j'ose parler sérieusement, c'est-à-dire sans moraline, de la vengeance. Absurde de défendre les assassins en disant que nous pourrions tous assassiner, ce qui, d'ailleurs, est vrai ! Si on suivait la non-discrimination de DMB on pourrait condamner n'importe quel innocent pour le meurtre d'un homme, ou ne condamner personne parce que cet homme, dans certaines circonstances, lui aussi, pourrait tuer.
Denis Monod-Broca ne comprend pas qu'il est injuste de traiter également ce qui n'est pas égal.
Après lui, on va voir débarquer sur le blog un illuminé voulant qu'on traite les animaux comme les humains, c'est dans l'air du temps.
Oui, on a bien expulsé des peuples indigènes de leurs terres pour faire des réserves naturelles. Réfugiés de la conservation, il faut faire les recherches Internet sous ce vocable, et on trouve quelques pépites si moins que sur papier.
Ah !
Entre ceux qui discriminent ceux qui ne nuisent à personne, Noirs, Juifs, femmes et autres, et ceux qui érigent les assassins et les bêtes, nous sommes cernés !
Et demain, la chasse à l'homme organisée par les écolos ?

Il y a que nous avons déjà été occupés, il y a, hélas, beaucoup à dire, et cela commence à me déprimer.

Bref, ne faudrait-il pas envisager le pire pour l'empêcher ?

calamity jane

Quand certains prennent au sérieux la France Pays des Droits de l'Homme !
Tous les droits dont celui de massacrer.
Modérez vos propos Messieurs !

Diogène

@sbriglia

Je ne fais rien légèrement. En parlant de troll, j'ai dit exactement ce que j'entendais par là. Dieu reconnaîtra les siens.

"Certes, enfin pour l'instant l'islamisme radical a fait plus de morts que notre Robert Marchenoir et, à tout prendre, je préfère le lire que de me faire égorger..."

C'est pointu, comme raisonnement.
Pour "l'intelligence collective", je vous proposerais bien :
un ensemble de potentialités cognitives qui nous seraient propres et qui nous pousseraient à atteindre au meilleur. On peut appeler cela la meilleure interactivité possible. Si vous avez travaillé dans une grande entreprise, ça devrait vous parler.
Après, si ma réponse ne devait pas vous satisfaire, il y a toujours la possibilité de poser la question à une grande personne.
C'est à vous de voir.
Pour ce que vous appelez "le vrai débatteur", vous me faites rire.
Le débatteur dans l'arène accepte que ses assertions soient discutées, confrontées et démenties, le cas échéant.
Ce n'est pas la première fois que je prouve que Robert Marchenoir ment sur à peu près tout, et la seule réponse qu'il ait jamais été capable de produire, c'est troll et gauchiste. Je ne comprends pas ce que veut dire gauchiste.
J'ai mis plusieurs fois sous le nez de votre idole les preuves absolues de ses mensonges.
Et puisque vous venez le défendre, au lieu de me chicaner sur "troll" et "intelligence collective", prouvez-moi que j'ai produit des arguments qui ne satisfont pas aux normes de la vérité.
Soit vous êtes en mesure de prouver que sur les points que j'ai soulevés, j'ai tort, soit vous réservez vos réponses à quelqu'un d'autre, pas à moi.
Je n'ai pas de temps à perdre avec vos états d'âme. Je ne m'occupe que des faits.

Robert Marchenoir

@Trekker | 20 juillet 2016 à 12:52
"Il est bien connu que dans ce pays objet de votre idolâtrie..."

Bah non, les Etats-Unis sont l'objet de votre idolâtrie, mais c'est seulement quand ça vous arrange... Quand "ce pays" permet aux officiers de participer au débat politique, contrairement à la France, c'est vous qui le citez en exemple ici même. Vous êtes militaire, mais c'est to-ta-le-ment un hasard ! Absolument rien à voir avec vos petits intérêts corporatistes et personnels !

Vous semblez incapable de concevoir que quelqu'un d'autre que vous puisse discerner des points positifs aux Etats-Unis, sinon par "idolâtrie". C'est de la rhétorique CGT de bas niveau.

Puisque, par définition, les Etats-Unis sont un pays abominable (sauf quand ils sont gentils envers leurs militaires, parce que les militaires sont des gens bien par définition), alors il s'ensuit que lorsque quelqu'un n'en dit pas du mal, c'est forcément par "idolâtrie" !

Il est bien connu que dans ce pays objet de votre idolâtrie", donc, "on tue avant tout avec des couteaux de cuisine et autres objets domestiques !"

Ce n'est peut-être pas connu de vous, mais c'est la réalité. La réalité n'est pas toujours ce qui est "bien connu" chez les franchouilles. Elle est même souvent à l'opposé.

Quant à votre réglementation des armes existant dans certains Etats US...

Ce n'est pas ma réglementation. Je puis vous assurer que je n'occupe, contrairement à vous, aucune fonction gouvernementale. Et il n'y a pas une réglementation des armes dans "certains Etats US" (en français, on dit américains ; les militaires sont dispensés de parler français, en France ?) : chaque Etat a ses propres lois sur la question (et non sa réglementation, d'ailleurs ; ce sont des lois de plein exercice, qui prévalent sur les lois fédérales dans bien des cas ; autre concept difficile à comprendre vu de Franchouillardie jacobine et ultra-centralisée).

Le florissant marché de la revente par des particuliers (ex : bourse aux armes), et là de fait celui-ci s’exerce sans aucun contrôle.

C'est faux : les foires aux armes sont soumises à des lois, même si elles sont moins contraignantes que pour les armuriers, et au demeurant c'est accessoire. Si le gouvernement américain proposait, aux défenseurs du droit constitutionnel à porter les armes, de consentir à des contraintes identiques pour les foires aux armes et les armuriers, en contrepartie de l'engagement de Washington de ne plus jamais chercher à remettre en cause le droit au port d'armes, ils accepteraient aussitôt.

Tout ce pinaillage, par les gauchistes américains eux-mêmes, ne sert qu'à masquer leur véritable objectif, qui n'est nullement la réglementation des foires aux armes, mais l'abolition pure et simple du droit des citoyens à être armés.

Dans nombre d’Etats US, il est interdit de vendre des armes tirant par rafales, le mécanisme permettant cela devant impérativement être modifié pour tirer seulement coup par coup.

Non. Le mécanisme n'est pas "modifié", ce qui suggère un petit artisan de proximité modifiant les fusils d'assaut un par un pour qu'ils tirent au coup par coup, et suggère parallèlement que le même artisan pourrait réaliser l'opération inverse.

Les fabricants d'armes vendent des versions civiles et des versions militaires de leurs produits, voilà tout. Cela s'appelle l'économie de marché : un concept difficile à comprendre pour des Français.

Le gouvernement américain vote une loi interdisant la vente de fusils automatiques aux civils ? Eh bien, comme il y a une forte demande civile de fusils, les industriels s'adaptent, et créent des versions civiles de leurs produits, qui respectent la loi et qui satisfont le consommateur.

Il n’empêche que cette disposition est allègrement contournée, car il est très facile d’acheter des kits permettant de restaurer leurs tirs en rafales.

Non, c'est faux. Il existe des bricolages ou des accessoires, légaux ou non, permettant de simuler le tir en rafale, avec une précision dégradée. Leur usage est marginal, et ils sont employés avant tout par ceux qui veulent frimer sur le stand de tir ; pas par ceux qui achètent une arme pour l'auto-défense.

Et d'ailleurs, où voulez-vous en venir ? Etes-vous opposé au contournement, très marginal, de la loi fédérale interdisant les fusils automatiques aux civils ? Ou êtes-vous opposé à la détention légale d'armes à feu ?

Les défenseurs des armes, aux Etats-Unis, dans leur majorité, ne réclament nullement la ré-autorisation des fusils automatiques. Le vice du discours gauchiste, tel que celui que vous tenez, c'est de faire sans cesse des "amalgames", afin de détourner l'attention de ce qui est véritablement en débat.

Tout ce pinaillage périphérique, sport favori du gauchisme français (et américain !), n'a pas la moindre pertinence : on peut tuer des gens fort proprement avec un fusil AR-15 qui tire au coup par coup, je vous assure. C'est d'ailleurs une excellente arme pour l'auto-défense d'un domicile.

On peut même tuer un nombre considérable de gens, fort proprement, avec un simple pistolet. Je viens de rappeler ici même comment le major Nidal Hasan avait fait un massacre au nom d'Allah, en 2009, sur la base de Fort Hood aux Etats-Unis, à l'aide d'un unique pistolet. Il a tué 13 soldats et en a blessé 32 ! Pourquoi ?

Parce que selon la même idéologie que vous défendez ici, ces soldats avaient été désarmés par la loi ! Il leur était interdit de porter leurs armes sur leur propre base ! Prétendument pour des raisons de sécurité !

Tout militaires qu'ils fussent, ils se sont donc retrouvés exactement dans la même situation que les civils français face à l'assassin de Nice : ils ont été massacrés par un homme, un militaire, muni d'une arme illégalement détenue, alors qu'eux-mêmes avaient été désarmés par la loi "pour leur propre bien" ! Les soldats de l'armée la plus puissante du monde ont été obligés d'appeler Police-Secours pour se défendre d'un type qui, techniquement et comparativement, était armé d'un pistolet à bouchon !

Qu'est-ce qu'il vous faut de plus comme preuve que ce ne sont pas les armes qui tuent, mais les criminels ? De même que ce ne sont pas les camions qui tuent : ce sont les camionneurs islamistes.

Il faut quand même être sacrément aveuglé par l'idéologie pour ne pas réaliser, à la lumière des événements récents, qu'une voiture est une arme dangereuse parfaitement capable d'être employée pour écraser des gens en masse (de nombreux attentats islamistes ont eu lieu exactement de cette manière, en France comme dans le monde).

Et pourtant, en France, pays où "règne la loi de la jungle" et qui ressemble scandaleusement "au Far-West", n'importe quel civil peut, très facilement, obtenir un permis de conduire des automobiles et en acheter librement une ou même plusieurs. Il y a même des "foires aux voitures" et des sites spécialisés dans la vente entre particuliers !

Et ces voitures sont capables de tirer en rafale -- pardon, d'atteindre des vitesses de 160 à 180 km/h ! Imaginez un peu le massacre qu'on peut réaliser, en montant sur le trottoir d'une petite ville traversée à 160 km/h ! Alors que notre gouvernement est tellement stupide qu'il n'a même pas mis d'obstacles anti-chars sur les trottoirs de tous les villages ! De plus, le commerce des automobiles est un business "florissant" ! Et quand un business "fleurit", nos gauchistes domestiques s'empressent de trouver ça intolérable ! Comment, comment, tout le monde n'est pas pauvre comme Job, dans ce pays ? Il y a encore des têtes qui dépassent ? L'impôt n'a pas encore ruiné tout le monde ?

Qu'attendez-vous pour dénoncer le scandale des automobiles en vente libre en France ? Après tout, que ces gros imbéciles d'Américains se tuent les uns les autres avec leurs fusils d'assaut en kit, qu'est-ce que ça peut bien vous faire ? Occupons-nous donc de ce qui se passe en France, nom dedjeu !

Gabriel

@ Diogène | 20 juillet 2016 à 14:54

L'aspect dangereux que vous trouvez en Robert Marchenoir est le même qui a trouvé domicile dans votre tonneau !

Diogène enfin que racontez-vous... Marchenoir n'est pas un traître comme notre Président et il n'a aucun pouvoir de nuisance comme notre gouvernement !

Allez remettez-vous !

sylvain

La France socialiste collabore à l'invasion islamiste et souhaite même une immigration encore plus forte qu'avant, c'est le projet socialiste Terra Nova : le grand remplacement des populations de souche, des mœurs, coutumes, cultures, religions, en faveur des nouveaux arrivants : migrants islamistes, cheval de Troie terroriste pour nous soumettre par la terreur, les collabos actuels sont ce gouvernement socialo de Hollande Valls Cazeneuve NVB Taubira qui ont plaqué une chape de plomb sur notre liberté d'expression et de résistance patriote ; les tribunaux de l'inquisition antiraciste et islamophile sont prêts : SM mur des cons juges d'extrême gauche, LDH, associations gauchistes, intellos merdias de gauche pro-islam, élus gauchistes FDG NPA qui appellent en renfort les immigrés de tout bord à venir nous envahir, nous sommes donc bien revenus au bon vieux temps de la collaboration pétainiste, les nazislamistes ont remplacé les nazigothos, la gauche nous refait le coup des années 40 époque bénie où ils dénonçaient, capturaient et livraient les citoyens résistants aux boches : la gauche c'est le fascisme comme d'hab !

Philippe Dubois

@ Noblejoué | 20 juillet 2016 à 14:29

Police et gendarmerie pourraient être efficaces contre les émeutiers de banlieue si on les laissait faire leur travail normalement, en particulier si policiers et gendarmes avaient la possibilité de riposter, y compris en faisant usage de leurs armes, contre les tirs, les cocktails Molotov et autres.

Le coffrage des apprentis djihadistes procède de la même fermeté de l'Etat contre des gens qui nous haïssent.

Sécuriser des sites contre les terroristes ne sert pas à grand-chose : le terroriste ira rafaler ailleurs.

Donner aux policiers et gendarmes
- les moyens de travailler
- la possibilité de travailler sans être soumis à des procédures ubuesques et à un code de procédure pénale abracadabrantesque

Revoir les conditions d'usages des armes pour les forces de l'ordre, en particulier
- redéfinir et étendre la notion de légitime défense : deux flics qui se font agresser par une dizaine de racailles armées de battes de baseball doivent pouvoir ouvrir le feu (on pourrait en profiter pour le faire aussi en faveur du citoyen lambda)
- autoriser le tir après sommation (qui existe déjà pour les gendarmes) et la possibilité d'ouvrir le feu sur un véhicule qui essaie de forcer un barrage

Quant à l'armée, c'est un vaste sujet de réflexion : outre lui redonner un budget à la hauteur de ses besoins, il me paraît nécessaire de revoir de fond en comble des pans entiers de cette institution, dans laquelle j'ai passé 28 ans de ma vie, notamment toute la politique de recrutement et par extension de la gestion RH, au moins dans l'armée de terre.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilg[email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS