« L'islamisation de la France : l'identité angoissée | Accueil | Emmanuel Macron enlève le haut... »

03 septembre 2016

Commentaires

genau

Grothendieck est mort en 2014, dans l'indifférence générale, prophète et sans doute plus grand génie mathématique du 20ème siècle. Ce ministre de quelque chose a les honneurs de l'information, mais lui-même, combien de vies a-t-il saccagées ? Combien d'âneries a-t-il débitées pour infecter l'esprit des jeunes Coréens, interdits à vie de penser clairement ?
L'assassinat d'un salaud n'en fait qu'un salaud mort, pas un martyr, et vous le suggérez.

Nous n'avons qu'une liberté qui est la plus grande des contraintes : le respect d'autrui et je ne parle pas du respect des banlieues qui n'est souvent que la révérence devant la réussite et l'argent. Le respect pour notre langue, pour notre terre, impliquant la détestation des mercenaires qui les dépècent. Le respect peut impliquer la violence, la sainte colère et c'est le calcul dérivé du maître de Corée : on lui a manqué de respect en s'endormant. C'est l'asymptote de la courbe de folie avec l'abscisse de la raison. Mais courage, cher M.Bilger, la France à genoux devant Staline, c'était de la folie collective, aujourd'hui participer à un scrutin relève de l'inconscience ou de l'avidité tant ceux qui gouvernent donnent la nausée.
Telle zélatrice de l'extrême gauche, sous la sympathie idiote qu'elle engendra était tout à fait capable, comme ses semblables, de faire fusiller sans sourciller 500 personnes, pour le bien du peuple. Tel homme politique, célébré pour sa grandeur n'a jamais hésité à sacrifier ses compatriotes pour sa gloire personnelle, et, bien que rejeté par tout le monde occidental de l'époque réussit à régner dans son pays, idolâtré, faute de mieux. Sans doute ne l'imagine-t-on pas en correctionnelle mais au royaume des ténèbres, sous la devise "Mane Thecel Phares".

Alex paulista

Je pense que ce ministre s'est fait massacrer pour une autre raison, probablement politique. Ses yeux semi-fermés sur la photo ne sont probablement qu'un prétexte.
Ce dictateur veut inspirer la peur.

agecanonix

Ce titre me fait penser à un autre :

Ceux qui nous gouvernent nous tuent.

Scoop, "'eurodéputé et vice-président du MoDem, Robert Rochefort a été interpellé mercredi après avoir été surpris dans un magasin en train de se masturber à proximité d'enfants."

Nous nous posons sempiternellement la question pourquoi sommes-nous dans une situation catastrophique... la réponse est simple, les escrocs de droite ou de gauche se sont emparés du pouvoir... et pour pouvoir se débarrasser d'eux il n'y a que les méthodes fortes : guerre ou révolution.

Jean-Pierre CASSAGNE

Bonjour,

Tous ces tortionnaires que l’humanité vomit régulièrement comme Kim Jong-un, sont des malades mentaux pour lesquels des populations entières, soit par fascination, soit soumises à la terreur, obéissent corps et âmes à un bien triste individu qui, seul devant la multitude, ne devrait pas peser bien lourd, pourtant : c’est le contraire qui se produit. Comment un tel aveuglement, une telle soumission d’un pays tout entier est possible ? Je n’ai pas la réponse, cependant, et l’histoire est là pour le confirmer, après avoir fait tant de mal à l’humanité, leur parcours se termine souvent assez mal !

Exilé

Celle de la dévastatrice liberté qui nous a été laissée. Pour le meilleur ou pour le pire.

Nous sommes ramenés à la question éternelle de la lutte, qui dépasse le seule dimension humaine, entre le Bien et le Mal, chacun que l'on soit ange ou homme étant libre de choisir son camp.

Et il est illusoire de croire que nous viendrons à bout du Mal en nous réclamant à cor et à cri de textes de portée prétendument universelle comme la déclaration des « droits de l'homme » (ses devoirs étant singulièrement oubliés) de la même aune que le règlement de la SNCF.

C'était le fou qui dirigeait la Corée du Nord et la Corée du Nord elle-même était-elle bien des nôtres ?

N'est-il pas curieux de constater que tous ces éternels donneurs de leçons qui ont stigmatisé divers « dictateurs » du monde arabe dont certains étaient même inoffensifs, avant parfois d'avoir lancé contre leurs pays des opérations militaires à grand spectacle (c'est bon pour le vingt heures) sont étrangement muets au sujet de ce qui se passe en Corée du Nord, qui ne fait pourtant pas mystère de sa volonté de modifier la carte du sud-est asiatique voire au-delà, en recourant au besoin à l'arme nucléaire ?

Deux poids, deux mesures ?

Marc GHINSBERG

A propos de la Corée du Nord, on se dit que l’Etat de droit ce n’est pas si mal. Merci à François Molins d’avoir remis les pendules à l’heure sur ce sujet.
A propos de mère Teresa, si tous ceux qui nous parlent des racines chrétiennes de la France vivaient réellement en chrétiens, on parlerait moins de son « islamisation ».

Catherine JACOB

« Ce Caligula sanguinaire »

« L'étude des sources anciennes remettrait en question la théorie de « l'empereur fou ». Son court règne concorde avec la première tentative de divinisation d'un prince de son vivant, sur le modèle des monarchies hellénistiques alors que jusqu’à ce moment-là, les Romains gouvernaient avec les dieux par la pratique des augures qui augmentaient leur potestas, et non en tant que dieux eux-mêmes.

Ayant régné de 37 à 41, c’est le successeur de Tibère, un empereur intraitable sur le chapitre de la maiestas romaine:

C’est là en effet un « crime apparu à Rome sous la République sous le terme de crimen maiestatum. La première loi sanctionnant ce délit pour lui-même, et non plus comme argument à charge dans le cadre d'un procès à visée plus large, est due au tribun de la plèbe Lucius Appuleius Saturninus.
La loi qu'il fit alors promulguer, la lex appuleia de maiestatis, en 103 ou en 100 av. J.-C., instituait des tribunaux chargés de juger ce délit en particulier.

Seuls les actes et non les propos semblent avoir été initialement sanctionnés, mais avec l'Empire, l'empereur devient la personnification de la maiestas du peuple romain. Il est donc sacrosanctus, autrement dit inviolable et sacré, avec cette conséquence qu’ « Auguste le premier se couvrit de cette loi pour engager une instruction sur les libelles scandaleux. »— Tacite, Annales, I, LXXII, 2-4

Je dirais même pire :

« Vers le même temps, comme un préteur demandait à Tibère s’il voulait faire poursuivre les crimes de lèse-majesté, il répondit "qu’il fallait appliquer les lois", et il les appliqua de la manière la plus atroce. Quelqu’un avait enlevé la tête d’une statue d’Auguste pour lui en substituer une autre ; l’affaire fut débattue au Sénat et, comme il y avait doute, on eut recours à la torture. L’inculpé ayant été condamné, ce genre d’accusation fut insensiblement porté si loin qu’on fit un crime capital même d’avoir battu un esclave ou changé de vêtements près d’une statue d’Auguste, d’avoir été aux latrines ou dans un lieu de débauche avec une pièce de monnaie ou une bague portant son effigie, d’avoir critiqué l’une de ses paroles ou de ses actions. Enfin on alla jusqu’à faire périr un citoyen qui s’était laissé investir d’une magistrature dans sa colonie, le même jour où l’on avait autrefois décerné des charges à Auguste. » — Suétone, Vies des douze Césars, « Tibère », LVIII

Certains chercheurs considèrent que, justement sous le règne de Tibère, Ponce Pilate condamna Jésus sous ce chef d'inculpation de lèse-majesté, le titre de « roi des Juifs », portant atteinte à la majesté du peuple romain et à l'empereur. »

« La révision du code pénal en 1832 a fait disparaître la mention de lèse-majesté en France. Un délit d'offense au plus haut représentant de l'État a cependant été réintroduit par la Troisième République » extraits cités par Wiki. Il était jusqu’en juillet 2013 passible d'une amende de 45.000 euros ».
Un Premier ministre ou vice-Premier ministre ou ministre de l’Éducation assoupi semble donc porter atteinte à la maiestas du chef de l’État coréen vu qu'il s'agit de l'ESPACE PUBLIC !

Il est heureux pour lui que Jean-Marc Ayrault ne soit pas Coréen du Nord. Il est de même heureux que certains défenseurs du burkini ou certains parlementaires dont la posture a nécessité que leurs voisines leur rabattent la jupe à défaut du caquet, ne le soient pas davantage.

Une question cependant que suscite ce complément d’information de La Croix : « Il a été dénoncé pour sa mauvaise posture lorsqu’il était assis sous la tribune » lors d’une séance au Parlement. Soumis à un interrogatoire, il a « révélé ses autres crimes », a ajouté le responsable sud-coréen.

Quelqu’un avait-il versé un narcotique dans son thé ce qui peut avoir fourni un prétexte à se débarrasser d’une personnalité prudente – il me semble qu’il fallait l’être pour être vice-Premier ministre sous un tel tyran –, ayant déplu par quelque autre lèse-majesté ou ambition inavouable ??
On en revient à la croyance aux conséquences de pratiques réputées magiques déjà abordée ici même, il me semble. Ceci étant, outre la question des KATA dans les arts martiaux, « la posture » qui se dit en idéogrammes 姿勢 (lecture jap. : SHISEÏ) est considérée comme condition d'un bon parcours scolaire de l'élève attentif.

Les systèmes d’éducation asiatiques accordent beaucoup d’importance à une bonne posture ainsi qu’on peut le voir sur cette infographie : .
On va donc dire qu’outre l’atteinte à la maiestas du leader qu’on se doit d’écouter quand il s’exprime, on a peut-être bien estimé que le ministre de l’Éducation avait donné le mauvais exemple aux élèves nord-coréens.
Ceci étant, les Nord-Coréens contrairement aux anciens Romains, peuvent tout de même se rendre à leurs vespasiennes – et j’utilise à dessein ce terme – sans s'être préalablement délestés de leur monnaie, vu que leurs pièces ne semblent pas comporter d’image de leur leader .

Tipaza

On savait la somnolence postprandiale dangereuse en voiture, la sécurité routière nous le répète suffisamment, mais on ignorait qu’elle pouvait être également dangereuse en politique.

Pauvre homme trahi par un déjeuner un peu trop copieux ou trop arrosé.
Le roi Ubu nord-coréen s’apercevra avec l’âge qu’on ne maîtrise pas toujours cette somnolence bienfaisante, et que dans certains pays elle est cultivée sous le nom de sieste. Plaisir délicieux des sudistes, mais interdit aux nordistes si je comprends bien.

Je suis intrigué par deux aspects sur ce pays.

Le premier concerne le dirigeant lui-même.
On remarque que ce jeune, très jeune roi Ubu, est entouré de vieux, très vieux généraux, pas un seul jeune de sa génération. Pour un médecin cette absence doit contribuer à témoigner de la grave pathologie de l’individu, qui semble refuser ceux qui lui ressemblent et qui pourraient lui faire concurrence.

Le second point intrigant est la haute technicité de ce petit pays, qui arrive à développer l’arme atomique et les vecteurs perfectionnés qui peuvent la projeter.
Qu’il y ait les capacités intellectuelles, pourquoi pas. La France, petit pays également, a été capable de développer, elle aussi, l’arme atomique.
Mais il a fallu les trésors d’ingéniosité de la valise diplomatique pour arriver à se procurer les composants électroniques indispensables à ce type d’armement. la France surveillée par les USA n’était pas sous un embargo aussi impératif que celui de la Corée du Nord.

Il en est d’ailleurs de la Corée du Nord comme de l’Iran, tous deux sont sous un embargo sévère pour tout ce qui concerne le matériel stratégique et tous deux développent des technologies militaires hautement avancées qui demandent une technicité de composants qu’ils n’ont pas.

Cela en dit long sur les trafics qui existent et qui échappent, ou qui sont plus ou moins sous contrôle des services secrets pour des raisons un peu mystérieuses.
On laisse filer pour mieux contrôler ?
Ou bien d’autres pays, la Chine, le Pakistan jouent la Corée du Nord et l’Iran contre les USA ?

daniel CICCIA

A combien d'encablures se trouve le jour où les gamins regardant les icônes ou les tableaux que l'on voit dans les musées ou églises interrogeront leurs parents sur l'auréole qui entoure la tête des saints en demandant "Qu'est-ce que c'est ?", et où les parents leur répondront quelque chose comme "C'est rien. Juste de la communication".

Philippe Dubois

Bonjour Monsier Bilger

Ces journalistes, dont vous déplorez le silence (complice ?) concernant les délires et crimes de Kim Jong-un, sont les dignes successeurs de ceux, philosophes, journalistes, intellectuels degôche, qui encensaient le petit père des peuples et ne disaient mot du goulag et des exécutions arbitraires.
Ils allaient même jusqu'à injurier et calomnier ceux qui avaient le toupet de dénoncer les crimes du communisme.

C'est normal, ce sont ces anciens qui ont formé les actuels, à quelques rares exceptions près.

jack

Crimes du despote en Corée du Nord : voilà ce que donne le totalitarisme communiste mâtiné de népotisme. Certes cet illuminé n'a pas encore tué autant de personnes que le communiste Staline, le 'petit père des peuples'. Mais il a à son actif et en héritage : les camps, l'élimination physique, le culte de la personnalité, le surarmement, la difficulté de vivre de la population, etc. Tout cela paraît accepté ou subi localement au nom d'un nationalisme exacerbé et la fausse crainte des USA et de la Corée du Sud, savamment entretenue par Kim Jong-un et la grasse classe dirigeante.
Le silence de la communauté internationale est glaçant. Ainsi, on peut tuer librement sans que personne ne fronce les sourcils. La Chine aurait pourtant des moyens de pression. Elle ne semble pas préoccupée par les atrocités commises à proximité. La géopolitique prime sur les individus qui meurent sans bruit.

Denis Monod-Broca

Il y a tant de sang qui coule dans le monde, tout le temps, pour rien...
Enfin, "pour rien" façon de parler, ceux qui le font couler ont toujours une raison, bonne à leurs yeux.
Il y a tant de gens de par le monde qui souffrent et meurent dans l'anonymat, le silence, l'indifférence...
Et pendant ce temps-là, nous nous gobergeons, nous nous disputons pour des broutilles, nous nous enorgueillisons de nos belles valeurs et de nos beaux principes.
Nous avons tout, ils n'ont rien, nous en voulons toujours plus, à leurs dépens.
Ah, elle est belle... notre tant vantée mondialisation...

Frank THOMAS

Kim Jong-un est un tyran brutal, déséquilibré et sanguinaire, cela ne fait aucun doute. Mère Teresa est son opposé, cela non plus n'est pas douteux.
Mais pourquoi faut-il donc choisir une religieuse - une "sainte" - pour la confronter à un assassin ? Est-ce à dire que sans la foi et la pratique d'une religion, on ne saurait être vraiment vertueux et bon ? Ne se trouverait-il donc pas des femmes et des hommes altruistes, généreux, aimants et serviables en dehors du monde religieux ?
Et si, pour une fois, on confrontait un religieux criminel et un laïc humaniste ? Allons ! Cela se trouve.

Claude Luçon

"...m'a donné soudain la nausée. Je n'en pouvais plus".

C'est hélas une nausée qui nous touche tous.
Les opprimés et les faibles.
Pour les uns, mais que fait donc notre pourfendeur de dictateur BHL ? Certes Kim Jong-un n'est pas Kadhafi pourtant c'est enfin un dictateur à la mesure de notre philosophe guerrier.
Pour les autres, que dirait Mère Teresa à tous nos dirigeants européens en voyant tous ces malheureux migrants cherchant un rien de paix et de vie ? Sans doute qu'on ne trouve pas un rien d'empathie et de générosité au fond de son nombril, mais au fond de son coeur. Et que peut-être nos gouvernements européens devraient inclure un ministère de la compassion.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS