« C'est beau, un Le Foll ! | Accueil | Traiter Marine Le Pen de "salope" est permis ! »

05 novembre 2016

Commentaires

Deviro

@breizmabro | 06 novembre 2016 à 20:51

En ce qui concerne Marchenoir je fais mienne la citation de Remy de Gourmont :
"Un imbécile ne s'ennuie jamais, il se contemple" ;-)
------------------
Là, Savonarole est battu !
J'ai dû m'y reprendre à deux fois pour remettre ma mâchoire en place !!

Lucile

@Exilé
"Nous pouvons montrer que la plupart du temps ces systèmes ou régimes sont des golems des Etats-Unis, créatures qu'ils sont obligés de combattre après les avoir aidées à grandir".

Les deux fléaux de loin les plus meurtriers du 20ème siècle, c'est l'Europe qui les a sécrétés, toute seule comme une grande : le nazisme et le communisme. Les Américains ont bon dos. Et maintenant qu'ils en ont assez d'intervenir dès qu'il y a un conflit, on le leur reproche. Pendant ce temps-là, l'Europe se saborde lamentablement. Mais à nous entendre, c'est la faute des Américains, et de personne d'autre, à part, bien sûr "les Anglo-Saxons", cette famille Dalton qui représente une plaie pour le reste des terriens. Avouez que si vraiment leur but est de prospérer à nos dépens, et de nous écraser de leur simplisme, nous, simplets que nous sommes, faisons tout ce que nous pouvons pour les y aider.

Eux ne comptent que sur leurs propres efforts pour assurer leur survie, et ils ne passent pas leur temps à se victimiser. En cela je trouve qu'ils sont autrement plus responsables que nous.

Exilé

@Franck Boizard
A partir du moment où l'ennemi n'est plus seulement l'ennemi mais le Mal, les choses s'enveniment et les plaies sont plus longues à cicatriser. Les guerres morales sont beaucoup plus féroces que les guerres d'intérêt.

Nous sommes sur la même longueur d'onde, vous avez parfaitement saisi ce que je souhaitais exprimer.

Nous pourrions aussi dire qu'il est assez dérangeant de voir un vainqueur s'ériger en justicier afin de dire le Bien et le Mal à sa manière.

Trekker

@ Exilé le 06 novembre 2016 à 21:33
"Les parents de certains présidents étasuniens contemporains étaient en relations d'affaires avec des sociétés ou des banques allemandes."

Prescott Bush, père et grand-père des deux présidents du même nom, pourquoi ne pas citer nommément cet archétype de l’affairisme US avec les nazis ? Son passé dans cette période est bien décrit dans le début du livre "La Guerre des Bush" d'Eric Laurent (éditions Plon - 2004).

La devise de ce « brave » homme était aux dires d'Eric Laurent : "Avant de vous lancer dans la politique, commencez par réussir dans les affaires. Vos futurs électeurs seront alors convaincus que vous êtes compétent, désintéressé et attaché à l'intérêt général." 

On peut présumer que les faits graves rapportés sont exacts, car ce livre n’a jamais fait l’objet de poursuites en justice - française et USA - et il est toujours en vente sur Amazon !

Exilé

@Lucile
Le schéma simpliste "imposé" depuis 1940 par les USA nous a libérés d'Hitler. Avec leur simplisme ils ont fermé les camps de concentration, et ont mis fin au nazisme.

Pardonnez-moi, mais ce n'est pas aussi simple que cela.

Les États-Unis d'Amérique servent avant tout leurs intérêts, ce en quoi ils ont bien raison et nous serions bien inspirés de suivre leur exemple au lieu de nous échiner à faire obséquieusement des cadeaux somptuaires à des gens qui nous détestent.

Quand ils sont entrés en guerre en 1917 puis en 1941, c'est qu'ils ont estimé que leurs intérêts étaient menacés.
La défense de la liberté et de la démocratie n'a servi que d'habillage pour faire passer le reste.

Vous oubliez également de dire que jusqu'en 1941 (et même au-delà) le jeu de l'Administration Roosevelt et celui d'industriels ou de citoyens étasuniens a été plus qu'ambigu.
Par exemple, Henry Ford était un admirateur du nazisme, il a été décoré de l'Aigle d'Or.
Alors que les États-Unis étaient en guerre, des usines allemandes continuaient de produire des camions sous licence Ford...

Le chasseur Focke-Wulf 190 que les pilotes de chasse étasuniens pouvaient rencontrer étaient fabriqués dans une usine dont le groupe ITT possédait des parts...

Un additif (éthyle) à l'essence synthétique fabriquée à partir du charbon ayant permis à l'effort de guerre allemand de se déployer relevait d'une licence Standard Oil...

Les parents de certains présidents étasuniens contemporains étaient en relations d'affaires avec des sociétés ou des banques allemandes...

Etc., etc.

Et si la voie d'invasion n'avait pas commencé à partir de la Normandie, en ayant fait de la France un lieu de passage obligé, nous n'aurions jamais été libérés...
Les Tchèques et les Polonais en savent quelque chose.

Voir aussi :
http://reseauinternational.net/qui-a-finance-hitler-la-liberte-en-echange-du-silence-des-noms-et-des-faits/

Enfin, de façon plus générale, qu'il s'agisse du communisme soviétique, du nazisme, du talibanisme afghan, de l'Irak de Saddam Hussein, d'Al-Qaïda, de l’État Islamique etc. nous pouvons montrer que la plupart du temps ces systèmes ou régimes sont des golems des Etats-Unis, créatures qu'ils sont obligés de combattre après les avoir aidées à grandir.

breizmabro

@ Joséphyne | 06 novembre 2016 à 11:59
"...par la même occasion, abstenez-vous donc d'injurier les dames bretonnes"

Merci pour votre amical soutien... En même temps je prends ça de la part de qui ça vient ;-)

@ Trekker | 06 novembre 2016 à 16:24

En ce qui concerne Marchenoir je fais mienne la citation de Remy de Gourmont :

"Un imbécile ne s'ennuie jamais, il se contemple" ;-)

Franck Boizard

@ Lucile | 06 novembre 2016 à 19:56

Je ne suis pas sûr que vous ayez bien compris le propos d'Exilé.

Ce qu'il qualifie de simpliste n'est pas l'intervention américaine contre l'Allemagne (et contre le nazisme par ricochet, la distinction entre Allemagne et nazisme entre 1933 et 1845 est spécieuse), mais la présentation que les Américains en ont donné, le Bien contre le Mal.

Depuis le traité de Westphalie, il était entendu que les guerre entre Etats étaient justifiées par les intérêts desdits Etats et que les raisons morales étaient secondaires.

On évitait ainsi un mélange des genres malsain et on permettait des après-guerre relativement sereins.

A partir du moment où l'ennemi n'est plus seulement l'ennemi mais le Mal, les choses s'enveniment et les plaies sont plus longues à cicatriser. Les guerres morales sont beaucoup plus féroces que les guerres d'intérêt. Mais les guerres morales sont une conséquence de la démocratie de masse : pour convaincre le troufion-citoyen d'aller se faire trouer le bide, dire que la guerre est dans l'intérêt de la mère-patrie ne suffit pas, il faut que l'ennemi soit le Mal.

De manière significative, Churchill était initialement opposé au procès de Nuremberg, justement parce qu'il ne voulait pas raisonner exclusivement en termes de Bien et de Mal (même s'il a joué sur cette corde dans ses discours). Il voulait une exécution sommaire des dirigeants nazis, ce qui était moins grandiloquent, moins prétentieux, qu'un procès.

"On a gagné, on bute les vaincus" est plus modeste que "On est le Bien, on va faire un procès au Mal". Bien sûr, il y avait une autre raison : éviter le déballage.

azer

Les invectives des hommes contre les femmes s'expriment souvent par les mots lesbienne, prostituée, hystérique, chienne de garde, c'est-à-dire des mots qui se réfèrent à la sexualité. Les invectives équivalentes contre les hommes sont moins sexualisées : excepté l'incontournable "pédé", on parle de vendu et non de prostitué, d'excité et non d'hystérique, de gardien du temple et non de chien de garde. Les auteurs des invectives désirent mettre l'accent sur les problèmes sexuelles des femmes, pour mieux se défausser des leurs. Certains utilisent abondamment "mal baisée", sans comprendre ce que les femmes n'osent pas leur répondre : "A qui la faute ?", elles qui sont aux hommes de soixante kilos ce que ceux-ci sont à ceux de cent vingt, les animaux étant en dernier lieu l'ultime défouloir.

Lorsqu'un homme méprise les femmes, on a coutume de se demander ce qu'elles ont pu lui faire pour qu'il les déteste autant.
S'il est vrai qu'une succession de rencontres avec des exemplaires peu glorieux de la gent féminine peut laisser un arrière-goût désagréable, on devrait plutôt se demander ce que les femmes ne leur ont pas fait...

@ Exilé

Ne vous fatiguez pas à comprendre : vous qui pensez que l'estime de soi est un concept psychanalytique, que la psychanalyse est une imposture, tout comme le réchauffement climatique, vous n'y arriverez pas. Que vous écriviez en italiques vos trivialités, persuadé que vous êtes un de ces vieux sages qui a percé les arrière-plans de notre bas monde et les révèle ainsi aux naïfs (vous qui aviez compris dès l'âge de six ans que le régime politique dans lequel vous viviez n'était pas un système recommandable !) n'est guère surprenant puisque vous ne comprenez même pas que demander à un élève de se mettre à quatre pattes pour ramasser ce qu'il a fait tomber relève bien d'une volonté d'humiliation car, nous dites-vous, c'est dans cette position qu'on se met le plus souvent pour faire cela, pas seulement pour chercher ce qui s'est logé sous un meuble !
Faites donc un plan d'une salle de classe, avec son armoire au fond et ses tables partout ailleurs, et calculez la probabilité que ce qu'a fait tomber un élève s'y loge. Non, je plaisante : c'est inutile. Si vous aviez une connaissance du monde autre que par la lecture de la presse et par l'abrutissement télévisuel, vous sauriez que les armoires de rangement des salles de classe n'ont plus de pieds depuis belle lurette mais reposent sur un socle, ce qui rend impossible à un objet de s'y loger en dessous.
Je vous fais remarquer que si j'étais réellement un adepte outrancier de la psychanalysation (j'ignore si le mot existe), je vous demanderais pourquoi, à moins que vous ne souffriez d'un handicap aux genoux, vous vous mettez tellement à quatre pattes pour ramasser un objet...

PS (non Robert, calmez-vous : je ne suis pas au parti socialiste, je rajoute simplement une chose !) : vous pouvez publier une photo d'une armoire de classe avec des pieds. Certains, qui réfléchissent avec les leurs, publient des photos où trois Algériens assis sur un banc réfutent l'injustice de l'invasion de l'Algérie par la France...
Celui qui publiera une photo de trois Français à l'usine aura fait la démonstration éclatante que cette fichue courbe du chômage est bien inversée !

Lucile

@Exilé

Désolée de vous contredire, mais je me sens obligée de le faire.

Le schéma simpliste "imposé" depuis 1940 par les USA nous a libérés d'Hitler. Avec leur simplisme ils ont fermé les camps de concentration, et ont mis fin au nazisme. L'URSS aussi, mais les pays qu'elle a satellisés pour la peine (à vous de juger si elle leur a imposé un schéma simpliste ou complexe) ont abominablement souffert pendant un demi-siècle. Toute l'Europe réunie, malgré le nombre et la richesse de ses habitants ne peut pas compter sur elle-même pour assurer sa propre défense. Le jour où l'Europe aura le moindre bon sens politique, et où ses citoyens ne compteront plus sur les Américains (ou sur les Russes ?) pour les tirer d'affaire quand ça tourne mal, je pense que nous serons mieux placés pour parler du discours simpliste qui nous est "imposé" par le cinéma "étatsunien" (que personne ne nous force à regarder d'ailleurs).

Ils ont considéré, et considèrent encore, que le communisme est un fléau, de même que le terrorisme. Est-ce que c'est une preuve de manichéisme ou de simplisme ? Sans doute, mais il y a des moments, malgré tout, où cultiver la complexité n'est pas forcément un choix juste (voir les choix du journal Le Monde au temps des exactions de Pol Pot). Par ailleurs les films soviétiques n'étaient pas moins manichéens, et j'en dirais presque autant des quatre cinquièmes de la production française, dans son genre.

Exilé

@Valery
Je me suis fait avoir comme un bleu à ma toute première visite de ce blog, mes yeux se sont écarquillés à lire tant d'âneries sur la Russie que je connais un tantinet, pour y avoir vécu pendant 18 ans.

Nous aurions tort de croire que tout ce qu'écrit Robert Marchenoir soit idiot, malheureusement son tropisme dénué de sens critique envers tout ce qui vient d'outre-Atlantique lui fait parfois perdre tout bon sens, entre autre en ce qui concerne la Russie et Vladimir Poutine, comme si nous étions toujours à l'époque de l'URSS.

La diabolisation de Vladimir Poutine et du pays dont il a la charge peut s'expliquer si nous considérons que la politique étrangère - donc militaire - des États-Unis d'Amérique est grosso modo basée sur l'affrontement entre un « bon » et un « méchant » (généralement très méchant) selon un schéma simpliste imposé au monde entier depuis les années 40 par le cinéma de série B étasunien.

Alors que dans la tradition européenne la guerre répondait encore jusqu'au début du XXe siècle à un code d'honneur remontant à la tradition chevaleresque, un ennemi vaincu méritant le respect, en revanche pour les Étasuniens traditionnellement inspirés par la Destinée Manifeste supposée guider leur nation, l'ennemi ne peut être que l'incarnation du Mal et doit être châtié après la victoire, éventuellement après avoir été jugé, ce qui est complètement étranger à la culture européenne.

De façon plus pragmatique, la volonté de maintenir la suprématie militaire impose de développer un complexe militaro-industriel puissant et performant, motivé par la garantie de commandes gouvernementales importantes et régulières ce qui implique que l'administration en place, quelle qu'elle soit, est condamnée à tomber dans une logique de guerre pour alimenter la machine à feux continus.

Et quand il n'existe pas de casus belli sérieux ou de « méchant », on en fabrique de toutes pièces (cf les « couveuses koweitiennes » ou bien la « fiole d'anthrax »)...
Les médias sont là pour ça.

Exilé

Footballeurs et politiques : même langue de bois ?

Mais d'où provient ce recours obligé à la langue de bois si ce n'est de l'impossibilité de recourir à la langue vernaculaire pour nommer les choses pour ce qu'elles sont, c'est-à-dire pour appeler un chat un chat et Rollet un fripon ?

Nous savons que cette langue de bois - certains disent même langue de béton - était le support de communication privilégié des pays marxistes-léninistes, adeptes du mensonge institutionnel, quand ils étaient confrontés à la nécessité d'expliquer aux masses qu'elles devaient croire le contraire de ce qu'elles voyaient.

Notre démocratie pas très démocratique s'aligne de plus en plus sur les pratiques de ces régimes totalitaires.
Par exemple qui, à part les incorrigibles benêts, ignore encore le sens politico-médiatique des termes jeunes, sauvageons, chances pour la France, quartiers populaires, quartiers sensibles, incidents, tensions, mouvements ludiques etc. ?

Quand les autorités - ou ce qu'il en reste - usent et abusent du recours à la xyloglossie, elles ne font que dresser encore davantage contre elles les Français qui en ont assez que l'on leur fasse prendre des vessies pour des lanternes.

Quand les Hommes du Régime transforment d'un coup de baguette magique les délinquants que sont les immigrants illégaux en pauvres réfugiés, ils se moquent tout simplement du monde.

Quand un préfet explique aux habitants d'une bourgade qu'il va leur imposer un quota de « réfugiés » sous le prétexte qu'il aurait une « obligation de solidarité » (depuis quand un préfet doit-il se montrer solidaire de délinquants voire parfois pire ?), il se moque aussi du monde.

Nous pourrons accumuler jusqu'à l'absurde les lois interdisant d'appeler un chat un chat, quitte à le qualifier de « canidé possédant un handicap l'empêchant d'aboyer », mais tous les Raminagrobis recouverts de papiers au nom de Médor continueront de faire miaou...

« Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté » (Confucius)

Trekker

@ Lucile le 06 novembre 2016 à 14:08

Le sujet du billet de notre hôte n’ayant aucun rapport avec la Russie et Poutine, je m’abstiens donc de traiter sur le fond du problème de la relation ou non relation qu’on devrait avoir avec Poutine.

Je n’ai fait dans mes deux précédents commentaires que répondre aux délires obsessionnels de Robert Marchenoir, et plus précisément à ses propos diffamatoires et injurieux concernant certaines personnes. Qu’il ressasse quel que soit le sujet ses phobies monomaniaques soit, c’est lassant, mais les assortir maintenant quasi systématiquement de propos dont le diffamatoire le dispute à l’outrancier : NON et NON !

De plus il se permet une remarque injurieuse et triviale - sans aucun rapport avec ses délires - vis-à-vis d’une commentatrice bretonne.

Notre hôte dans son infinie tolérance accepte ici l’expression de toutes les opinions, même quand elles sont en totale contradiction avec les siennes. Mais Robert Marchenoir le confond avec un droit inaliénable à l’insulte et à la diffamation vis-à-vis de tous ceux qui tant soit peu le contredisent.

Valery

@José[email protected]
J'ai tout de suite pensé que votre dérive sur Poutine malgré le thème de Monsieur Bilger ne parlant nullement de Russie, allait vous attirer des réponses grinçantes.
Bien, c'est fait, allez-vous enfin comprendre que votre délire anti-poutinien finit par fatiguer.

Je crois qu'à peu près tout le monde, sur ce blog et bien d'autres, a compris que Marchenoir gagne ses débats par attrition. Poster une énormité, ignorer les réponses et les contre-arguments, traiter ceux qui osent le contredire de traîtres ou d'agents étrangers - donc tuer dans l’œuf tout échange objectif - puis reposter la même chose, mais en plus long et plus virulent.

Répéter le cycle autant de fois que nécessaire jusqu'à avoir le dernier mot.

Je me suis fait avoir comme un bleu à ma toute première visite de ce blog, mes yeux se sont écarquillés à lire tant d'âneries sur la Russie que je connais un tantinet, pour y avoir vécu pendant 18 ans.

C'est bien dommage car j'aime son style, mais niveau contenu, la plupart du temps c'est répétitif, et surtout, très caricatural.

Deviro

Je crois que la courtoisie nous invite à donner à Robert Marchenoir le temps :
1 - de choisir de nouvelles insultes ou injures, si possible inédites.
2 - de retenir QUI insulter ou injurier, et dans quel ordre.

agecanonix

Je l’avais bien dit dès le début, que Macron n’était qu’un petit c.. mis en place par ceux qui dirigent la France et qu’ils imposent par la suite à notre population, par l’intermédiaire de la presse, qu’ils ont entre leurs mains comme la finance et la télé !

Macron n’a pas de charisme, Macron n’a pas d’idées, sauf celles qu’on lui souffle, ce n’est qu’un pantin comme Hollande et comme il n’a pas de moyens intellectuels il utilise ceux de ses prédécesseurs :

- le bouc émissaire !

Le voilà donc comme les autres à dire jamais le FN, comme les alcooliques disent jamais de vin !

Pauvre petit… !

Lucile

@ breizmabro, Trekker

Il me semble à entendre nos personnalités politiques qu'elles n'estiment pas que le cas Poutine soit à ignorer. Il me semble aussi, toujours à les entendre, qu'il représente à leurs yeux un danger potentiel.

Par rapport à cette constatation, la distribution se fait entre trois grandes catégories :
1) Une politique attentiste : tant que le problème reste ce qu'il est, on ne bouge pas, on dort sur nos deux oreilles, quitte à le minimiser.
2) Se rapprocher et faire ami-ami quitte à fermer les yeux sur quelques "irrégularités" du type ukrainien ou coups de semonce, telles les menaces sur les pays baltes.
3) Gêner Poutine, le surveiller, se méfier et se préparer à lui résister dès qu'une ligne rouge est franchie, quitte à laisser le problème prendre le pas sur tous les autres.

Compte tenu que l'Europe a choisi d'appartenir à un système de défense, les élections américaines nous concernent à ce sujet au plus haut point. Il me semble que si un jour les USA et la Russie devaient entrer en conflit, - selon l'adage de Montaigne d'après qui il est plus doux de mener la guerre sur un sol étranger que chez soi -, ça pourrait se passer ailleurs qu'au Moyen-Orient, par exemple à mi-chemin ; sauf ni nous sommes trop forts et trop unis pour que l'un de ces deux grands pays vienne faire la leçon à l'autre chez nous.

Ce ne sont que des supputations, mas il faut tout envisager, l'impensable deuxième guerre mondiale nous a appris à croire, contre toute vraisemblance, aux pires cauchemars. Il suffit d'un fou au pouvoir, et d'un peuple trop soumis qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez.

breizmabro

@ Robert Marchenoir | 05 novembre 2016 à 21:14

Avec des ami(e)s ce midi, on se posait la question (existentielle) : c'est quoi une prostituée de départementale ?
Celle qui fait le tapin dans tout le département ?
Ouuah ! dur, dur métier ;-)
Du coup je comprends mieux pourquoi vous exercez cette activité sur un blog. C'est plus c.. mais moins fatigant.

Joséphyne

@ Robert Marchenoir

Après votre première intervention, j'ai tout de suite pensé que votre dérive sur Poutine malgré le thème de Monsieur Bilger ne parlant nullement de Russie, allait vous attirer des réponses grinçantes.
Bien, c'est fait, allez-vous enfin comprendre que votre délire anti-poutinien finit par fatiguer.
Vous ne l'aimez pas, soit, inutile d'en faire des écrits à rallonge, et par la même occasion, abstenez-vous donc d'injurier les dames bretonnes.

Franck Boizard

Dans les Racines du ciel, Romain Gary raconte une histoire, qui, s'il n'est pas vraie, est bien trouvée.

A la Société Des Nations, les Polonais ennuyaient tout le monde avec leur "question polonaise".

Un facétieux confia donc à la délégation polonaise une mission sur la préservation des éléphants.

Tout naturellement, les Polonais écrivirent un rapport intitulé "Les éléphants et la question polonaise".

Michel Deluré

Il faut croire cependant qu'il reste un public malheureusement réceptif à cette langue de bois puisque ceux qui sont passés experts dans l'art de sa pratique courante, je parle ici des politiques, sont toujours à leur poste. Comment ce public peut-il se laisser finalement abuser par ces paroles lénifiantes qui enveloppent le contenu dans un bel emballage cadeau pour mieux masquer la réalité du propos, alors que par expérience il sait depuis longtemps que tout cela n'est qu'artifice destiné à masquer la vérité ?

Xavier NEBOUT

Le bon peuple croit souvent que la langue de bois des politiciens émane de gens qui savent tant de choses qu'ils parlent ainsi pour être compris de lui.
C'est que le bon peuple ne peut concevoir que leur activité intellectuelle étant monopolisée par les élections, ils deviennent des ignorants profonds passé quelques années d'études aussi vides de profondeur que vite oubliées.

D'autre part, la langue de bois est le paravent nécessaire contre les terroristes intellectuels du politiquement correct, faute d'avoir le courage de le dénoncer, et surtout d'avoir les connaissances nécessaires pour ce faire.
La langue de bois tourne ainsi rapidement au populisme tel que le souci de parité ou de diversité dans un gouvernement, alors que seule la compétence devrait y être le critère.

Tipaza

La langue de bois, elle (*) ne consiste pas nécessairement à dire le contraire de ce qu’on pense, mais aussi à tenir des propos incompréhensibles pour le commun des électeurs, comme pour celui qui les énonce d’ailleurs.

De ce point de vue, celle des politiciens est incomparablement supérieure à celle des malheureux footeux, dont le cerveau est faiblement musclé, dixit Hollande.

J’ai pu me procurer un exemplaire du discours que tiendra Alain Juppé lors du prochain débat de la primaire.

En voici quelques extraits :

« Eu égard à la complexité de l'époque actuelle, nous sommes contraints d'examiner la somme des problématiques opportunes, rapidement.
Avec la baisse de confiance conjoncturelle, il est préférable d'inventorier l'ensemble des ouvertures réalisables, même si ce n'est pas facile. Nonobstant l'orientation de l'époque actuelle, il est très important de gérer la simultanéité des stratégies que nous connaissons.
Vu l'inertie de ces derniers temps, je vous demande d'avoir à l'esprit chacune des modalités évidentes, parce que la nature a horreur du vide.
Où que nous mène la crise observée, on ne peut se passer d'examiner les principales synergies possibles, à l'avenir.
C’est pourquoi je préconise un audit afin d'avoir à l'esprit les relations des synergies éventuelles, dans une perspective correcte. »

Bon, vous avez compris que ce n’était pas du Juppé dans le texte, mais que ça aurait pu être du Juppé authentique, pur et dur, direct du cerveau du meilleur d’entre nous aux plus mauvais des électeurs.

C’était tout simplement un texte généré automatiquement par un logiciel, qui assemble des extraits de phrase.
Étonnant par la ressemblance avec le discours technocratique de certains, disons même de tous.

C’est du Pipotron, dont voici le lien si vous voulez vous amuser vous-même à construire des phrases de campagne électorale, si vous êtes candidat.
Après tout le PCF et EELV veulent avoir leurs propres candidats, alors pourquoi pas vous, vous n'êtes pas moins représentatifs !!

http://www.pipotron.free.fr/

(*) Prenant exemple sur Hollande, je double le sujet.
Je me demande si ce doublement de sujet chez lui ne correspond pas à un sentiment d’infériorité qu’il compense en réaffirmant le sujet.

Xavier NEBOUT

@Robert Marchenoir

Je vous remercie pour le lien avec Philippe de Villiers sur YouTube.

Vous devriez mieux l'écouter, et surtout argumenter sur un autre ton que celui du café du commerce ou de chez Madame Marthe pour les anciens.

Il est tout d'abord évident que la France a plus intérêt à se tourner vers la Russie que vers les USA qui n'ont rien à faire de nous, à supposer même que les Américains sachent au juste où est la France.

Il s'agissait autrefois d'une alliance stratégique sur le plan européen, et maintenant sur le plan mondial face à l'Extrême-Orient.

Elle aurait d'autant plus intérêt à le faire qu'elle pourrait lier les deux en laissant les autres pays d'Europe s'engluer avec les USA.

Jadis, on gouvernait en ayant un globe terrestre sous les yeux, maintenant, il s'agit de savoir comment on va être réélu, et vous vous cantonnez dans ce registre.

Par ailleurs V. Poutine reconstitue la Russie historique amputée suite à l'éclatement de l'empire communiste, et par là même sa nation ; il se trouve heureusement des Français pour y comprendre quelque chose et honorer ainsi leur pays malgré la pègre qui le gouverne.

breizmabro

@ Robert Marchenoir | 05 novembre 2016 à 21:14

Touché le Robert ! (ce serait bien s'il pouvait aussi couler... :)

Claude Luçon

@ Robert Marchenoir | 05 novembre 2016 à 21:14

Apparemment ma première tentative pour vous réveiller, Robert, n'a pas eu de succès. Vous êtes en plein cauchemar en répondant à Trekker et à breizmabro.
Je claironne donc cette fois-ci... m'entendez-vous ?

TARATATA ! TARATATA ! TARATATA !
C'est fait ?
Vous êtes de retour parmi nous ?
Vous vous preniez pour l'anti-Assange en dormant (il est pro-Poutine).
Vous rapportez des faits qu'on ne lit jamais dans les médias français dites-vous. Et pour cause ! Les journaux ne rêvent pas, ils déraisonnent, ce qui est différent.
Regardez par la fenêtre, vous êtes en cette bonne vieille France, au pays de Descartes, pas celui de Mary Poppins même si ça sonne comme Vladimir Poutine's.

Ou vous êtes très jeune, croyez à la théorie du complot et êtes doté d'une imagination d'adolescent.
Ou vous êtes plus âgé que moi, alors attention, Alzheimer est au coin du lit et pilote votre sommeil cauchemardesque.
Poutine s'occupe des intérêts de la Russie, ce que Hollande ferait bien de faire pour la France.

Dans un de mes rêves j'ai eu la révélation que nous avions envoyé à Poutine notre arme fatale : Gérard Depardieu. Vous ne le saviez pas ? Autour de son ventre ce n'est pas de la graisse, c'est une ceinture de TNT à la kamikaze djihadiste, un rien de vodka en plus et boom ! il saute et tout le Kremlin avec lui.
Dormez en paix si je n'ai toujours pas réussi à vous réveiller, nous avons neutralisé Poutine.

Trekker

@ Robert Marchenoir le 05 novembre 2016 à 21:14

A lire vos délires tous nos dirigeants et politiques passés, actuels et futurs en Occident sont à la solde de cette réincarnation du diable qu’est Poutine : Nicolas Sarkozy, Philippe de Villiers, Donald Trump, Hillary Clinton, Marine Le Pen, Jean-Frédéric Poisson, etc.

Je présume que votre liste de traîtres à la solde du Kremlin comporte plus de noms que de places disponibles à Guantanamo !

Savez-vous que des propos similaires aux vôtres étaient tenus par un certain James Forrestal, cela juste avant son internement d’office en hôpital psychiatrique militaire aux USA suivi de son suicide ? Certainement un meurtre déguisé commis par une taupe communiste, dans votre parano.

Vous devriez méditer le conseil que vous donnait notre doyen Claude Luçon, à la fin de son commentaire du 5 novembre : « En espérant vous avoir réveillé, bonne journée ! Faites attention en conduisant, vous pourriez faire des victimes collatérales vous aussi. »

Vous seriez fort aimable de citer un de mes commentaires où j’aurais argué de ma supposée qualité d’officier français. Vous manquez pour le moins de rigueur dans vos informations-appréciations, et pas que sur moi !

Evitez quand même de diffamer des officiers supérieurs en activité, tel l’actuel CEMA, ou en retraite tel le colonel Didier Tauzin (ex-chef de corps d’un des régiments vedettes du COS). Ces personnes sont fort sourcilleuses en ce qui concerne leur honneur, et disposent de nombre de relations permettant de vous identifier. Être condamné en correctionnelle à leur initiative, certes cela serait pour vous l’occasion d’acquérir une éphémère gloire médiatique !

Robert Marchenoir

@Trekker | 05 novembre 2016 à 17:03

C'est tout de même curieux... Nous avons ici quelqu'un qui prétend être un officier français, et qui ne rate pas une occasion de prendre la défense des menées agressives de la Russie.

C'est vous qu'il faudrait ajouter à la liste des traîtres, Trekker. Mais ma liste ne comprenait que les gens importants, voyez-vous. S'il fallait que j'y ajoute tous les agents provocateurs qui trollent anonymement sur les blogs, il me faudrait des dizaines de pages...

Quant à Donald Trump, contrairement à vos allégations mensongères, j'ai amplement détaillé ses liens suspects avec le régime de Moscou. J'ai rapporté des faits qu'on ne lit jamais dans les médias français. Et cela ne me vaut pas que des amis dans le milieu du réactionnariat français... J'ai également expliqué les nombreux liens suspects d'Hillary Clinton avec le régime de Moscou, car l'un comme l'autre sont tout aussi compromis, figurez-vous. Le Kremlin possède de quoi faire chanter agréablement les deux candidats à l'élection américaine.

C'est évidemment difficile à concevoir pour quelqu'un qui s'emploie à nier systématiquement la menace que représente la Russie pour le monde libre, et qui joue systématiquement les roquets pro-soviétiques dès lors qu'on ose critiquer sa petite Russie chérie. C'est difficile à concevoir pour un sectaire et un idéologue.

Ah, au fait, petit rappel plus près de chez nous : Sarkozy s'est fait gravement insulter et personnellement menacer par Poutine lors d'une entrevue en tête à tête ; Poutine lui a dit qu'il pouvait l'écraser ou le faire roi d'Europe, selon son bon plaisir. Aujourd'hui, Sarkozy fait des ronds de jambe à Poutine en public. Que s'est-il passé entre les deux ?

Je suis sûr que vous allez nous l'expliquer, Trekker, vous qui savez tout sur les intentions pures et bienveillantes de la Russie à notre égard. Vous qui nous expliquiez que l'espionnage soviétique n'était pas du tout une menace pour la France et des Etats-Unis sous l'URSS, et l'est encore moins aujourd'hui.

@breizmabro | 05 novembre 2016 à 17:30
"Petite boutique toi-même... Finalement pas aussi con que Robert le Philippe..."

C'est à mourir de rire. On touche au saint homme Philippe de Villiers, et la dame bretonne propre sur elle pète un fusible et se met à insulter le monde avec l'abandon (et le manque d'imagination) d'une prostituée de départementale.

S'il fallait une preuve supplémentaire de la vilenie profonde qui se cache au sein de l'extrême droite soi-disant catholique... Il ne faut pas bien longtemps pour que le vernis craque, et que ces gens-là montrent leur vraie figure.

Mary Preud'homme

Il me semble que la pratique de la langue de bois se rencontre davantage dans le milieu de ceux qui ont fait de bonnes études que parmi les bac moins deux qui se livrent avec d'autant plus de naturel et de spontanéité qu'ils n'ont pas fait d'études supérieures. Ce qui est le cas de nombre de footeux, mais aussi de bien d'autres sportifs et athlètes qui nous font rêver plus en fonction de leurs talents et prouesses que par leur aptitude à répondre sur le vif à des interviews orientées qui ne nous font ni chaud ni froid.

Claude Luçon

@ Exilé | 05 novembre 2016 à 09:48

C'est une excellente idée et tout un programme contrairement à ce qu'ils nous proposent. Pas de reculade, droit au but.
Le seul risque est que cela encouragerait Eric Cantona, Karim Benzema et Franck Ribéry à se présenter à la Présidentielle, et je ne suis pas sûr qu'ils fassent mieux que François Hollande. Mais on peut se poser la question.

breizmabro

@ Robert Marchenoir | 05 novembre 2016 à 12:05
"Philippe de Villiers est patron d'une petite boutique"

Petite boutique ? Petite boutique toi-même... Deux millions de visiteurs au Puy du Fou en 2015 quand même... :-D

Qu'est-ce qu'il nous a dit dernièrement Philippe (de Villiers) :
"L'ablation de notre souveraineté au profit de Bruxelles a généré une nouvelle espèce d'animal à sang froid, le manchot cul-de-jatte.
Les politiciens qui nous gouvernent n'ont plus ni bras ni jambes et nous disent que la France va encore courir le 100 mètres.
A grand renfort d'intellectuels de la trempe de BHL, la France est devenue le seul pays au monde que nous n'avons pas le droit d'aimer".

Finalement pas aussi con que Robert le Philippe...

Claude Luçon

@ Robert Marchenoir | 05 novembre 2016 à 12:05

Réveillez-vous Robert, la guerre froide est finie, le mur de Berlin est tombé, l'URSS n'existe plus et nous ne sommes pas en guerre avec la Russie !
Eux se mêlent des affaires des Géorgiens et des Ukrainiens, nous de celles des Libyens et des Maliens, où nos soldats meurent, mais chacun de notre côté.
Nous sommes du même côté au Moyen-Orient.
Leurs bombes font des victimes collatérales, c'est dramatique, mais les bombes anglo-américaines faisaient aussi beaucoup de victimes collatérales chez nous en 43-44 et personnes ne s'en émouvait, moi si, j'étais dessous avec les autres gamins de mon époque. C'est le triste destin des bombes.
Que Hollande ne comprenne rien à la géopolitique n'est pas une raison pour empêcher Philippe de Villiers et ses fils de gagner des sous avec les Russes.
Nos cultivateurs et éleveurs feraient bien de dire ce que je pense, mais que Pascale censurerait, à François Hollande et Bruxelles et d'aller vendre leurs patates, leurs cochons, leurs pommes, leurs tomates et autres chez Poutine. Ils pourraient peut-être ainsi boucler leurs fins de mois. Eux aussi sont des victimes collatérales de la politique étrangère de notre gouvernement, en particulier ceux qui se suicident.

En espérant vous avoir réveillé, bonne journée !
Faites attention en conduisant, vous pourriez faire des victimes collatérales vous aussi.

Jabiru

@Robert Marchenoir

Il y a peu, le sieur Macron a été baiser l'anneau de Jeanne d'Arc chez le sieur de Villiers. Ils ont parlé affaire et Macron tout emballé qu'il était par la petite entreprise vendéenne, s'est demandé en son for intérieur si en cas d'une éventuelle disette financière, il pourrait peut-être négocier un CDD avec le Vicomte.

PS : l'anneau c'est vrai, le CDD c'est moins sûr.

breizmabro

"Le foot, le foot, le foot : la France est foutue. Carton rose !" (sketch de Guy Bedos)

Un résumé naturellement -;))

Trekker

@ Robert Marchenoir le 05 novembre 2016 à 12:05
"Dans un pays normal, non vérolé par les réseaux communistes et soviéto-russes, Philippe de Villiers serait déjà inculpé pour toute une série d'accusations en raison de ces faits. Ainsi, d'ailleurs, que Marine Le Pen, Aymeric Chauprade, Nicolas Sarkozy, Thierry Mariani, Jean-Frédéric Poisson et quelques autres." 

Dans les quelques autres vous incluez sans le dire ouvertement, probablement le chef chef d'état-major de l'armée française qui a pour seul tort d’être le frère de Philippe de Villiers. Un peu de courage, envoyez le double de votre commentaire au ministère de la Défense !

Le McCarthy qui sommeille en vous si par malheur il avait une once de pouvoir en France, serait un grand pourvoyeur de « procès de Moscou » modèle fin des années 30.

Etrange vous ne mettez pas dans votre liste Donald Trump, pourtant il eut des propos fort bienveillants à l’égard de la Russie et Poutine. Le résultat des prochaines présidentielles US étant très incertain, il est plus sage de ne pas insulter l’avenir et vos « employeurs »…

Savonarole

La langue de bois est un héritage, une survivance, du communisme, les Français ont été pétris dans cette pâte.
Pas un dîner en ville sans qu'un crétin ne vous dise "je ne peux pas vous laisser dire cela", puis vous assène un salmigondis de bonobo.
Karel Bartosek, dissident tchèque, avait théorisé sur le "en somme" du KGB ou de la STASI, en somme si vous dites ceci, c'est que vous pensez cela. Un cauchemar intellectuel.
Chez les footeux c'est moins grave : ils sont tous cons.

http://www.huyghe.fr/actu_205.htm

Yves

L'expression orale des footballeurs ? Ça ne va pas s'arranger...
Depuis des années, les terrains de football de la région parisienne sont très appréciés par les jeunes diversitaires. Et le décrochage scolaire n'est pas une contre-indication.
Si vous êtes un jeune français d'origine française, amateur du jeu des manchots, vous risquez vite de vous trouver isolé sur le terrain, tellement les solidarités autres que sportives font que le ballon passe adroitement de pieds en pieds, mais loin des vôtres.
Vous finissez par trouver que vous ne progresserez pas, faute de munitions, et l'ennui vous pousse à partir pour le rugby.
Bien sûr, vous avez aussi été tenu à l'écart par le barrage linguistique. Le sabir parlé sur nos terrains ne favorisera pas la bonne tenue des meilleurs joueurs, plus tard, quand ils seront interrogés par les journalistes.

Michelle D-LEROY

Depuis bientôt cinq ans, nous avons un Président qui, tour à tour regarde sa montre à l'envers, met sa cravate de travers, prend l'eau pour faire "dur", regarde une bouche d'égout à la place d'un cercueil et surtout qui ânonne des discours en cherchant ses mots entrecoupés de "e" car " d'abord, il y a la peur, le souci de ne pas faire de vagues, d'en dire le moins possible au point que chaque phrase faussement consensuelle exige une traduction". Des discours ennuyeux et quotidiens prononcés à tout propos et particulièrement aux hommages perpétuels, faute de mieux, pour satisfaire le plus grand nombre.

Alors oui nous sommes saturés de ses mauvaises tournures de français et nous avons besoin de bonne présentation et de paroles claires. L'exemple vient d'en haut, les tenues débraillées, le français approximatif, le langage grossier ou argotique pour faire "djeune" contribuent au laisser-aller général... en cela vous avez parfaitement raison.

Mais après deux débats LR, nous sommes un peu ragaillardis tant les candidats parlent "fluently". Avant tout autre programme, un vrai bonheur de les écouter s'exprimer.

Robert Marchenoir

Franck Boizard | 05 novembre 2016 à 08:28
"Les candidats sont tous des petits boutiquiers immatriculés à Bruxelles" (Philippe de Villiers)

Hahaha, sacré vicomte... Tandis que lui est un petit boutiquier immatriculé à Moscou, ce qui change tout, évidemment...

Rappel : le soi-disant patriote Philippe de Villiers s'humiliant publiquement et insultant la France devant Vladimir Poutine, en Crimée occupée où il s'est rendu illégalement :

https://www.youtube.com/watch?v=uTYacqnm5PI

(Vidéo officielle mise en ligne par "Villiers staff"... "Villiers staff", c'est délicieux, pour quelqu'un qui passe son temps à vomir sur les Anglais et la langue anglaise...)

Rappel :

1. Philippe de Villiers est patron d'une "petite boutique" s'appelant le Puy du Fou, dont il a obtenu de créer une succursale en Crimée (violant ainsi la loi de son pays, en plus de la loi ukrainienne) et une autre en Russie, grâce à la servilité publique dont il a fait preuve envers Poutine.

2. L'un des fils de Philippe de Villiers est patron d'une "petite boutique" de promotion immobilière située à Moscou, dont le "business model" consiste à vendre des résidences de très grand luxe en France à la classe politique russe... avec l'argent que cette dernière a volé à son peuple... "petite boutique" qui pourrait être fermée sur un simple claquement de doigts de Vladimir Poutine (et son patron mis en prison pour des années, sous une accusation fabriquée de fraude fiscale, selon les pratiques habituelles des autorités de Moscou).

3. Le frère de Philippe de Villiers est... le chef d'état-major de l'armée française, tout simplement. Aucun rapport, bien entendu, avec le fait que le chef d'Etat d'une puissance nucléaire, dirigeant l'un des 5 seuls pays membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, se fait filmer en train de rencontrer en tête-à-tête un zéro complet sur le plan international, simple député européen, au moment même où la politique étrangère de la Russie consiste à tenter d'enfoncer un coin entre l'Europe et les Etats-Unis, à faire éclater l'OTAN et à multiplier les menaces et les provocations militaires contre les pays européens... tout en essayant de compromettre un maximum de décideurs, y compris militaires, par les activités subversives de ses services secrets, qui ont retrouvé le niveau extrême qu'elles avaient au plus fort de la guerre froide !

Dans un pays normal, non vérolé par les réseaux communistes et soviéto-russes, Philippe de Villiers serait déjà inculpé pour toute une série d'accusations en raison de ces faits.

Ainsi, d'ailleurs, que Marine Le Pen, Aymeric Chauprade, Nicolas Sarkozy, Thierry Mariani, Jean-Frédéric Poisson et quelques autres.

Claude Luçon

@ Claggart | 05 novembre 2016 à 10:38
"Armani ou Smalto ?"

Ni l'un, ni l'autre, taillé sur mesure à Savile Row bien sûr, c'est aussi pour cela qu'il va à Londres, pas seulement pour récupérer des sous pour sa campagne. Son épouse visite Harrods à l'occasion.

En parlant de bois, certains commentateurs lors des programme débattant du football font penser aux baobabs, des arbres bien gros et vides à l'intérieur qui se remplissent d'eau. Ils clapotent au lieu de papoter.
Sans compter ceux, commentant le match, dont l'accent pour le moins étrange tape sur les nerfs, ceux qui hurlent, ceux qui bavardent entre eux pour ne rien dire, en tout cas rien ne concernant le match qu'ils sont supposés nous commenter et ceux qui nous énumèrent les noms des joueurs qui touchent le ballon comme lors des célébrations en souvenir d'un massacre genre 11 Septembre.
Il y a là un réservoir abondant de clients pour l'Institut de la Parole.
Le son le plus agréable en regardant un match est de couper les commentateurs et d'écouter Wagner, Beethoven, Rachmaninov, Stravinsky, Ravel ou Chopin suivant le rythme du match.
Dommage que Brassens n'ait pas été un fan de foot nous aurions eu droit à quelques couplets savoureux.

Achille

Bonjour

Je ne suis pas persuadé que les supporters des clubs de foot soient particulièrement sensibles au talent oratoire de leur joueurs stars. Pour eux ce qui compte c’est que leur club soit en tête du championnat. Ils s’accommodent très bien des réponses monocordes composées de phrases toute faites de leurs attaquants. Un chef c’est fait pour cheffer et un footballeur c’est fait pour « footer » pas pour nous réciter du Virgile ou nous sortir des citations de Spinoza.

A noter toutefois que les clubs fortunés de ligue 1 comme le PSG, Monaco ou l’OM pourraient prévoir des stages pour leurs joueurs vedettes à l’Institut de la Parole. Ceci n’entamerait pas beaucoup leur budget approvisionné généreusement par les émirats du Golfe et améliorerait d’une façon substantielle la qualité des interviews. Je plaisante bien sûr, encore que…

J’ai trouvé sur Twitter un tableau donnant la traduction de la langue de bois des footballeurs. Je le joins à ceux que ça pourrait intéresser :


Solon

Je suis un amateur de foot. C'est-à-dire d'un spectacle vivant. Mais, en dehors de toute supposée médiocrité intellectuelle, que voulez-vous dire d'original avant ou après neuf matchs sur dix ? Quand vous interrogez un joueur épuisé par les efforts consentis, encore hors d'haleine, qui a hâte de prendre sa douche, que peut-il inventer pour être intéressant ? Son équipe a bien joué ou l'inverse, il a fait un beau match ou l'inverse, l'équipe adverse a été valeureuse (à vaincre sans péril...), on a besoin de points, on espère gagner la prochaine fois etc. Sans oublier l'arbitrage. Bref, des trucs parfaitement oiseux. Bien dits ou mal dits mais qui restent inévitablement répétitifs.

Exilé

@Franck Boizard
Aucun des candidats ne propose de solution à la hauteur du Grand Remplacement musulman. Ils se valent donc tous, ils ne valent rien.

Mais qu'attendez-vous d'autre de la part de gens qui à des degrés divers sont responsables de cette situation, soit de façon active comme Juppé, Sarközy et Fillon, soit de façon passive comme les autres qui s'en sont fait les complices par leur silence ?
Bien entendu, leurs clones de la vraie gauche ne valent pas mieux.

Xavier NEBOUT

Voilà que je me trouve souvent en accord avec l'un d'entre nous. Ca finit par être agaçant !

Frank Boizard, donc,

Il faut être logique : puisque les races n'existent pas, que la République ignore les religions, et que la culture sur fond de franc-maçonnerie et de football est universelle, comme notre natalité ne se porte pas au mieux, l'immigration est une chance.

Ou alors on est raciste, religieux intégriste, xénophobe, replié sur soit, etc. etc., et donc nazi.

Bienvenue chez les nazis !

Alex paulista

Vous auriez pu parler de Didier Deschamps : il manie un langage simple mais pour autant très maîtrisé. Il pourrait donner des cours à beaucoup de politiques qui ne contrôlent rien malgré un langage ampoulé parsemé de grossièretés pour faire peuple.
Et quand DD veut dire quelque chose, il le dit clairement.

Claggart

"Une belle chemise, un costume bien coupé (1), des chaussures de classe"

On dirait Macron qui cause !
Je pense, et je regrette, que notre hôte ait oublié que "l’habit ne fait pas le moine"...

(1) Armani ou Smalto ?

agecanonix

Hollande tu es fichu le peuple est dans la rue !
Hollande et sa bande en prison pour trahison envers la patrie !

Articles de presse de ce jour :

« Ils ont défilé dans le centre-ville en entonnant La Marseillaise. Environ 700 policiers en civil, arborant pour certains leur brassard orange, se sont rassemblés, vendredi soir, à Lyon, aux cris de « la racaille en prison, citoyens avec nous ».

« Quelque 500 policiers et personnes les soutenant se sont rassemblés ce vendredi soir devant le commissariat de Béziers et la sous-préfecture voisine, et environ 200 personnes devant la mairie d'Avignon, ont constaté des correspondants de l'AFP.
A Béziers, les policiers municipaux ont été rejoints par des policiers nationaux des commissariats de Béziers et d'Agde, par des pompiers, des habitants de Béziers, par deux magistrats et par une dizaine d'avocats. Ils ont scandé "Policiers en colère" et "La racaille en prison", et portaient des pancartes "J'aime ma police".
A Avignon, les manifestants ont entonné La Marseillaise devant l'hôtel de ville, sur la place de l'Horloge, et les agents, qui étaient deux fois plus nombreux que vendredi dernier, ont été applaudis par une dizaine de pompiers qui avaient pris part au rassemblement. Une délégation a été reçue vendredi après-midi par le préfet, a indiqué à l'AFP l'un des fonctionnaires de police.
Au Mans, une centaine de policiers en civil accompagnés de pompiers et d'une dizaine d'habitants ont également défilé dans la soirée, malgré une pluie battante. Partis du commissariat central, ils ont rejoint la mairie en chantant plusieurs Marseillaise. C'est la quatrième manifestation des policiers manceaux depuis le début du mouvement de protestation. »
Fin de citation

Stop au massacre de la France… stop à l’invasion… stop aux canailles au pouvoir…
Et nous n’allons quand même pas lui payer plus de 35 000 € de retraite par mois, les sans dents disent non, Hollande en prison !

Exilé

Footballeurs et politiques...

Au fait, et si les présidentiables se départageaient par une série de tirs au but ?

Cette méthode aurait au moins l'avantage de nous éviter d'avoir à subir bien des carabistouilles.

PHansen

Est-on obligé de répondre à un journaliste ? Cette tyrannie des médias au nom du devoir de renseignement du citoyen, de soumettre à la question n’importe quelle personne collant à l’actualité en exigeant de lui aucune faute de français, de syntaxe et en plus d’être politiquement correct est pour moi scandaleuse.
L’interviewé s'il n’est pas rompu à ce genre d’exercice (des formations existent) se retrouve souvent par de pernicieuses questions fort embarrassé et souvent se prend les pieds dans le tapis.
Puisque vous suivez le football, vous aurez remarqué cet été le lancer de micro dans le lac de CR7, ce qui nous ramène à la question du début : est-on obligé de répondre à un journaliste ?

Suite à ce Montpellier-OM d’hier soir, le jeune Boudebouz, auteur de deux buts, s’exprimait dans un parfait français, relatant d’une manière compréhensible ce match… étonnant… non, ça s’appelle l’intelligence et tous n’en sont pas pourvus, y compris nos politiques.

Marc GHINSBERG

Il n’est pas rare que ceux qui pratiquent la langue de bois aiment à jouer du pipeau.

Franck Boizard

Philippe de Villiers a un critère très simple pour juger nos politichiens.

Il y a des questions importantes (les déficits, le système social, etc.) et il y a une question essentielle : le Grand Remplacement et l'islamisation de la France.

Aucun des candidats ne propose de solution à la hauteur du Grand Remplacement musulman. Ils se valent donc tous, ils ne valent rien.

http://video.lefigaro.fr/figaro/video/primaire-a-droite-les-candidats-sont-tous-des-petits-boutiquiers-immatricules-a-bruxelles/5195179712001/

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS