« François Hollande se surestime... | Accueil | Tout sauf Sarkozy : un impératif, une angoisse... »

11 novembre 2016

Commentaires

azer

La logique selon Marchenoir

Leçon n° on ne compte plus...

Ecrire d'abord :

"Si les règles sur lesquelles se sont mis d'accord les citoyens sont respectées, alors l'élection est légitime. Ce qui ne l'est pas, c'est de remettre les règles en cause après coup."

puis ensuite :

"Voilà pourquoi Trump a déclaré, durant la campagne, qu'il se réservait de contester le résultat si c'était nécessaire."

"si c'était nécessaire" signifiant : si je perds les élections.

Donc si Trump gagne il ne conteste pas et si Trump perd il conteste. Comme il lui faut attendre le résultat pour savoir s'il a perdu ou gagné, la contestation n'est en aucune façon "après coup" !
Mais si Trump a contesté avant même de se présenter à l'éléction ("avant coup"), c'est donc qu'il pense que le résultat ne peut pas être légitime car les règles ne seront pas respectées.

Heads I win
Tails you loose...

Robert Marchenoir

@Alvaro | 17 novembre 2016 à 20:18
"Le vote populaire a été remporté par Hillary Clinton."

Il faudrait arrêter avec cet argument de mauvaise foi. Aux Etats-Unis comme dans tous les pays démocratiques, il y a un mode de scrutin basé sur des règles. Elles sont différentes dans chaque pays et pour chaque élection, et la mécanique du vote, toujours un peu complexe, jamais idéale parce que c'est impossible, fait qu'il se peut tout à fait qu'un homme ou un parti gagne les élections sans avoir la majorité des voix.

Cela ne veut pas dire qu'il n'est pas légitime. Si les règles sur lesquelles se sont mis d'accord les citoyens sont respectées, alors l'élection est légitime. Ce qui ne l'est pas, c'est de remettre les règles en cause après coup.

Si nous nous mettons d'accord pour donner le pouvoir à celui qui gagnera une course en sac, et que vous venez me dire après le vote que le vainqueur n'est pas légitime parce que son adversaire aurait gagné un concours de pêche à la baleine, c'est vous le malhonnête, pas le type qui a gagné.

Au demeurant, les gros malins qui propulsent ce genre de pinaillage oublient de nous dire combien d'immigrés illégaux ont voté pour Hillary Clinton (alors qu'ils n'avaient pas le droit de voter, faut-il le préciser ?). Pour vous faire une petite idée, voici quelques études qui montrent à quel point il est facile de voter aux Etats-Unis sans même être citoyen :

http://watchdog.org/260524/illegal-immigrants-2016-election/
http://dailycaller.com/2016/10/07/study-non-citizens-voting-in-virginia-by-the-thousands/
http://www.inquisitr.com/3719036/3-million-illegal-immigrants-voted-gregg-phillips-votestand-donald-trump-final-popular-vote-count-2016-predictions/
http://www.truthrevolt.org/news/harvard-study-yes-illegals-help-get-democrats-elected

Rappelons que de nombreux Etats interdisent de vérifier l'identité des électeurs dans les bureaux de vote... Malgré les demandes de la droite, la gauche s'est toujours opposée à une réforme sur ce point, au motif que ce serait "raciste"...

Voilà pourquoi Trump a déclaré, durant la campagne, qu'il se réservait de contester le résultat si c'était nécessaire. (Bien sûr, l'insondable mauvaise foi de la tribu gauchiste mondiale a travesti son propos, et l'a diffamé en insinuant qu'il était disposé à faire un coup d'Etat...)

Et si vous tenez absolument à pinailler sur la légitimité du vote, alors enlevons du score de Clinton les électeurs qui sont des "anchor babies", c'est-à-dire qui sont devenus Américains par la loi du sol alors qu'ils sont nés d'immigrants illégaux (ces derniers étant au nombre de 12 millions !).

Obama a lui-même encouragé ces Américains de papier à aller voter, en réponse à la question d'une journaliste hispanique qui s'inquiétait de savoir si une telle démarche ne pouvait pas amener les autorités à découvrir la présence de la famille et à l'expulser !

Alvaro

Analyser l'élection présidentielle américaine comme une nouvelle occurrence de l'opposition entre le "peuple" et les "élites" est un peu paresseux. Il faut d'abord noter que 46% du "peuple" n'a pas voté. Par ailleurs, le vote populaire a été remporté par Hillary Clinton avec, au stade actuel d'un décompte qui n'est pas terminé, une avance d'environ 1,4 million de voix, la tendance étant à l'accroissement de cette avance au fur et à mesure que le décompte est plus complet - cf. lien ci-dessous. C'est donc le collège électoral, un aspect du "système" que Trump a en son temps critiqué, qui a permis l'élection d'un candidat prétendument anti-système.

Avec un taux de participation de 54% et un résultat populaire de 47,1%, Trump a été élu par 25,4%... du "peuple". Statistiquement, un quart de la population représente plutôt une élite qu'une masse. Si une opposition permettait de saisir plus exactement ce vote, ce serait moins celle entre le peuple - conçu comme une masse silencieuse qui soudainement se serait exprimée - et une élite ultra-minoritaire que celle entre deux élites : celle de la haine et du ressentiment et celle des technocrates déconnectés.

En conclusion, quand Monsieur Bilger parle des progressistes qui ne respectent pas le vote, je lui répondrais que c'est le système électoral américain - élitiste dans son principe - qui ne respecte pas le vote populaire. Je comprends bien que ce sont des détails que refusent de voir ceux qu'anime une idéologique basée sur la dichotomie entre un "peuple" mal défini et un élite forcément corrompue.

http://www.theatlantic.com/politics/archive/2016/11/clintons-popular-vote-lead-will-grow-and-grow/507455/

Robert Marchenoir

@anne-marie marson | 16 novembre 2016 à 23:23
"On ne dit pas "une multitude de beaufs prête à dialoguer", mais "une multitude de beaufs prêts à dialoguer", puisque l'adjectif s'accorde avec le nom situé immédiatement avant."

Okay. Infligeons donc les derniers outrages à un essaim de mouches concernant l'orthographe, ça nous fera des vacances.

Moi aussi je parlerais de multitude de beaufs prêts à dialoguer, mais non pas en raison de la proximité du nom et de l'adjectif, qui ne rentre jamais en compte pour l'accord (pratiquement jamais ?) : simplement parce que ce sont les beaufs qui dialoguent, et non la multitude.

Au contraire : la proximité est source fréquente d'erreurs d'accord, alors que l'accord est soumis à la logique. L'accord révèle ou souligne le sens de la phrase. Un mot peut donc s'accorder avec un autre qui se trouve situé à des kilomètres.

En revanche, on écrirait : la multitude des beaufs est prête à dialoguer, et non : la multitude des beaufs sont prêts à dialoguer. J'en conclus que l'orthographe des beaufs est une chose bien compliquée.

anne-marie marson

Il est inutile de vouloir tacler GG. Ses discours sont des certitudes connues de lui seul et ne sont pas de l'ordre du rationnel.
En plus de maltraiter les lecteurs de ce blog, il maltraite aussi la langue française : on ne dit pas "une multitude de beaufs prête à dialoguer", mais "une multitude de beaufs prêts à dialoguer", puisque l'adjectif s'accorde avec le nom situé immédiatement avant.

boureau

@Ellen

Merci pour votre soutien.
Cordialement

calamity jane

Quand Ellen constate que le G.G. n'a plus qu'une moitié de croissant, à 0,07 centimes d'euro donc, et que boureau lui conseille le sexe des anges, près, tout près des soixante-douze vierges ! et qu'Aliocha nous prouve que dans le rétroviseur, l'avenir y était inscrit... mdr.

Garry Gaspary

@ boureau

Vous trouverez ici une multitude de beaufs prête à dialoguer avec vous sur le sexe des anges ou toute croyance similaire que vous avez sur les USA.

Pour ma part, j'ai déjà perdu trop de temps avec vous.

Ellen

@boureau 15 novembre à 19:34

Je viens vous soutenir.
Garry Gaspary, GG ce gaucho-radicalisé que l'on combat n'a plus que la moitié du croissant jaune dans son hémisphère gauche cervical. Il ne sait plus lui-même qui il est et dans quel monde il vit. Il est paumé. Il vomit tout le monde ici.

Aliocha

Le réalisateur et activiste de gauche avait prédit la victoire de Donald Trump dès juillet :
http://www.lepoint.fr/monde/michael-moore-visage-de-la-resistance-anti-trump-14-11-2016-2083051_24.php?google_editors_picks=true

Claude Luçon

Nos dirigeants ne comprennent pas grand-chose en général mais ils n'ont vraiment pas compris les Américains.
Depuis quelques jours, à Paris, à Bruxelles, à Marrakech et ailleurs, nos bonhommes de politiciens n'arrêtent pas de mettre les Américains en garde pour avoir osé élire Donald Trump. C'est la meilleure façon de stimuler leur enthousiasme à l'égard de leur nouveau président, même ceux qui ont voté pour Hillary.
Et ils présument que les Américains écoutent nos médias bien sûr, ce qui est plus que douteux.

Chacun d'eux veut décider de son sort, c'est précisément le droit que leur donne leur vieille Constitution, armes comprises, au point d'en rejeter le projet de couverture maladie d'Obama ! Il est douteux que les remontrances de Hollande, Merkel et autres les impressionnent sauf à les conduire à penser : "Si les Européens sont contre Trump c'est la confirmation que avons bien fait. La preuve : ils ont peur que nous retirions nos troupes d'Europe, de se retrouver comme en 1914 ou 1939 et d'être obligés de nous demander de revenir".

boureau

@Garry Gaspary

Je regrette d'avoir voulu entamer un dialogue avec vous. J'ai compris.
A l'avenir je m'abstiendrai !
Défaut du nouveau sur un blog !
Courtoisement

vamonos

Depuis le début des années 2000, la grande barrière est en construction entre les Etats-Unis d'Amérique et le Mexique.

Donald Trump a décidé de relancer la construction. S'il se débrouille bien et il n'y a a priori pas de raison qu'il échoue, il va pouvoir faire gagner un énorme pactole à ses entreprises de bâtiments et travaux publics.

Dans ces conditions, il est tout à fait concevable qu'il renonce aux 300 000 dollars de salaire annuel perçus habituellement par le président des USA. Que le personnel s'amuse.

Herman Kerhost

Un article qui montre bien que les journalistes ne travaillent plus et racontent n'importe quoi :

http://fr.euronews.com/2016/08/30/pourquoi-trump-ne-peut-pas-gagner-c-est-mathematique

Garry Gaspary

@ boureau

Votre remarque cherchait à me donner des leçons sur la réalité américaine en ne s'appuyant sur aucun fait mais uniquement sur vos croyances débiles dont tout le monde ici se fiche, moi le premier...

Elle est ainsi ridicule et ne demande de réponse plus pertinente que celle que j'ai eu la gentillesse de vous fournir.

Lucile

@fugace

Merci.

Je me rends compte après tous ces mois à essayer de préciser ma pensée, à bien saisir celle des autres, et à y répondre, que ces échanges ont créé un lien de compagnonnage entre nous. J'apprécie vraiment votre gentillesse à mon égard, l'expression est peut-être fugace, mais non le sens qu'elle a pour moi. En tout cas, si ma prose vous intéresse, sachez que c'est réciproque !

Philip_Marlowe

Il est piquant de noter que Donald Trump avait manifesté son intention de contester le résultat de l'élection s'il ne lui était pas favorable.

fugace

@ Lucile | 12 novembre 2016 à 13:08

Moi aussi j'ai remarqué que Lucile était lucide. D'où mon intérêt à lire ses commentaires.
Lucile la lumière !
Dans la signification de prénoms (pour la cerner), que de qualités !
Alors un défaut ? L'affolement face à l'adversité, d'où son côté garçon manqué... peut-être...
Cordialement en attendant un prochain commentaire.

Ellen

@Garry Gaspary à 08:45

Vous êtes dur d'oreille GG. Tartiner le blog avec vos idioties prouve que vous n'avez toujours rien compris. Vous êtes très stupide. La fête pour vous et les vôtres de la même clique, bientôt, va être terminée. D. Trump a lancé l'alerte chez lui aux USA, et son message a bien été reçu en France 5 sur 5. Fermeture des frontières et les indésirables qui nous font le b... seront sagement reconduits au bercail.

Chacun chez soi et les vaches seront bien gardées.

boureau

@Garry Gaspary

Vous ne répondez en rien aux remarques formulées. Simplement des enfantillages. J'attendais mieux. Dommage !
Cordialement

Garry Gaspary

@ boureau

La réalité ? Le christianisme a été inventé pour des gens comme vous : des types tellement faibles qu'ils sont incapables de supporter la moindre réalité.

Continuez à jouir de vos obsessions xénophobes en votant Marine et à laisser la réalité, politique ou sociale, à ceux qui n'ont pas peur de leur ombre.

Personne ne vous en demande plus...

Aliocha

Au baron des ténèbres en marche, quand viendra l'heure de la contrition :
https://www.youtube.com/watch?v=ntT2VemnVV8&list=RDntT2VemnVV8#t=7

Alex paulista

@ Frank THOMAS | 13 novembre 2016 à 12:00

Arrêtez de choquer notre grenouille de bénitier. À sa décharge, six Français sur dix croient en l'homéopathie.
Alors le créationnisme pourquoi pas, le darwinisme pouvant laisser un peu sceptique : le principe explique qualitativement l'évolution, mais quantitativement c'est plus contestable dans le détail, certaines adaptations semblant difficiles à expliquer par la sélection naturelle.
On est souvent darwiniste comme on peut être hollandiste : par faute de mieux.

Jean-Paul Ledun

Jeu pernicieux de la rédaction de France 2 (entre autres) qui hier nous faisait découvrir un reportage bien construit d'une journaliste "qui a suivi Trump sur plus de 3000 km".

Là, c'est le peuple qui parle, pas les sondeurs.
Là, ce sont les floués de l'administration Obama-Clinton qui s'expriment, pas les médias.
Là, ce sont les ruinés suite à la crise des subprimes qui disent leur colère, pas un commentateur.
Quand on écoute ces gens, on ne peut pas être surpris, Philippe, de l'élection de D. Trump.

Pourquoi nous donne-t-on ces informations après la catastrophe ?
Nous avons préféré nous abreuver de trois phrases scandaleuses de Trump au lieu d'écouter la vraie colère de l'Amérique profonde.
Je dois dire que vos larmes de crocodile m'amusent beaucoup (c'est toujours cela de pris).

Et puis non ! Sarko n'a rien à voir avec M. Trump.
Mais oui ! M. Trump est maintenant un partenaire avec qui il va falloir parler.
Eh oui Philippe ! Sarko a raison de dire maintenant que la pensée unique + les sondages + les médias + les commentateurs (dont je fais partie) font beaucoup de mal au jeu démocratique.

Je vous réitère ma demande M. Bilger. Faites-moi plaisir et prédisez la défaite du petit bonhomme à la primaire des Républicains...
Merci pour lui.

boureau

@Garry Gaspary

Vouloir expliquer le résultat des élections américaines à travers le prisme du ''social'' est totalement illusoire et ne correspond à aucune réalité aux Etats-Unis.
Il n'y a qu'en France que le ''social'' doit tout expliquer. On reconnaît là l'influence désastreuse du post-marxisme.
Quant à la phrase : ''C'est sur cet avantage que la gauche doit compter pour renaître et proposer un projet révolutionnaire que le monde attend'', les bras m'en tombent ! Je pensais que ce blog discutait du XXIe siècle et non du XIXe !

J'ajoute que voir ''une supériorité sociale et politique de la France sur les USA'' c'est à la fois ne rien connaître de la civilisation américaine et justifier l'appellation qui colle à la peau de beaucoup de Français qui s'y croient : arrogants.
Cordialement

Marc GHINSBERG

@Philippe Dubois

1- Je ne sais d'où sort cet historique de 2/3, 1/3 j'aimerais bien savoir comment il est calculé.
2- À supposer que l'on puisse établir un historique statistiquement significatif rien ne permet d'affirmer qu'il permet de prédire le futur. Sinon on se demande pourquoi aller voter, autant reprendre les résultats "historiques" des élections précédentes.
Vous confondez le réel avec une spéculation intellectuelle fondée sur des raisonnements erronés.
Bien à vous.

Robert Marchenoir

Décidément, l'arrivée de Donald Trump au pouvoir fait perdre la tête à pas mal de gens.

Nous avons le nazi de droite :

"Très objectivement, personne ne contestera qu'Hitler avait de façon prodigieuse relevé son pays de la ruine matérielle, et sur le plan spirituel lui avait donné un élan patriotique dont Bismark lui-même n'avait sans doute pas osé rêver [...]. L'Angleterre a ainsi habilement provoqué la guerre."
Xavier NEBOUT | 12 novembre 2016 à 18:10

Plus original, nous avons le nazi de gauche :

"La furie capitaliste, tyran furieusement plus redoutable qu'un Hitler ou autre Mussolini. [...] L'Europe mériterait mieux [...] que les règles ultra-libérales que les Anglo-Saxons lui avaient imposées."
Aliocha | 12 novembre 2016 à 20:30

Encore plus fort, nous avons même le nazi du centre :

"Depuis mercredi les propos de deux spécialistes incontestables en politique internationale, Dominique de Villepin et Hubert Védrine, ramènent à leur juste mesure le 'tsunami' Donald Trump."
Trekker | 12 novembre 2016 à 17:47

Nazi du centre, parce que si Dominique de Villepin est spécialiste de politique internationale, moi je suis fonctionnaire émérite. La "spécialisation en politique internationale" de Villepin a essentiellement consisté à faire un discours à l'ONU pour dire son opposition à la deuxième guerre d'Irak, puis à profiter du carnet d'adresses que cela lui a valu dans le monde arabe pour tapisser son compte en banque aux dépens des Français.

Je ne vois pas bien la différence entre Dominique de Villepin, Bill Clinton et Tony Blair. Tous trois ont perfectionné l'art de tirer parti de leur passé politique pour racketter chefs d'Etat et décideurs internationaux dans le but de s'enrichir personnellement.

Dominique de Villepin : "Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza"

Villepin, grand émissaire du Qatar

Dominique de Villepin, le poète des affaires

Les vies secrètes de Dominique de Villepin

Pour certains politiques, le Qatar était un distributeur de gros billets

Comment le Qatar a acheté la France (et s'est payé sa classe politique)

Ils ont livré la France au Qatar

Qatar : s'ils pouvaient, ils achèteraient la tour Eiffel

Pourquoi le Qatar donne-t-il beaucoup d'argent à l'avocat débutant Villepin ?

Anti-américanisme rabique : OK.

Haine d'Israël : OK.

Complaisance active envers les Arabes et les musulmans : OK.

Complaisance cachée envers les communistes : OK.

Bonus ajouté : Dominique de Villepin est propre sur lui, il ne hurle pas à la tribune en tendant le bras, il a un bon coiffeur, il est amateur de poésie, bref on peut le présenter aux beaux-parents sans craindre qu'il ne fasse pipi sur la moquette.

On n'a pas assez insisté sur le fait que l'anti-américanisme systématique est le cache-sexe contemporain de l'antisémitisme.

En parlant d'antisémites, le gentil catholique Jean-Frédéric Poisson, qui a "voté" Trump pour exorciser Hillary Clinton, trop soumise aux "lobbys sionistes" selon lui, se retrouve gros-jean comme devant :

"L'arrivée du milliardaire à la Maison-Blanche va probablement se traduire par une politique américaine beaucoup plus favorable à Israël, repoussant l'établissement d'un État palestinien."

http://www.lefigaro.fr/international/2016/11/10/01003-20161110ARTFIG00310-israel-mise-sur-donald-trump-pour-enterrer-definitivement-le-processus-d-oslo.php

Pour Israël, avec Trump pas d'Etat palestinien

Trump reconnaîtrait Jérusalem capitale d'Israël

Bon, on ne peut pas, à la fois, passer son temps auprès des Russes pour recueillir leurs instructions, et comprendre la politique américaine...

Afin de ventiler ces miasmes, je vous propose deux articles de l'historien libéral Philippe Fabry, qui n'est peut-être pas un "spécialiste des relations internationales", mais dont les écrits ont le mérite de s'inscrire dans l'univers de la rationalité :

Trump président : et maintenant ?

Trump : vers l'isolationnisme impérialiste

Yves

@confucius 12 novembre 18:42

Ne faites pas le Confucius...
Il faut que l'on vous dise qu'avec 70 cm de texte, vous avez autant de chances d'être lu que le candidat écolo à la présidentielle a de chances d'être élu.


Frank THOMAS

@ Xavier NEBOUT
"En physique, quel diplôme d'Etat sanctionne en France les recherches sur les phénomènes paranormaux ?"

Aucun, heureusement !
Mais laissez-moi apporter de l'eau à votre moulin : il n'est pas possible non plus, en biologie, de soutenir une thèse créationniste, en astronomie de développer les preuves de la platitude de la Terre ou, en égyptologie, de reprendre les foutaises de Christian Jacq.
C'est grave ?

Achille

@ fugace | 13 novembre 2016 à 02:48
« Le capitalisme étant le moins mauvais des régimes politiques... on connaît la citation. »

Encore faut-il ne pas déformer ladite citation

« La démocratie est le pire des systèmes, à l'exclusion de tous les autres » (Winston Churchill)

Aliocha

@ fugace

Comment ?
- une paroi de verre entre banque de dépôts et banque d'investissements
- stériliser les paradis fiscaux
- supprimer les produits financiers sans base dans l'économie réelle
- donner un caractère public aux agences de notations :

http://www.dailymotion.com/video/x10h4s2_michel-rocard-l-europeen-dechaine-l-integrale_news

Lien déjà cité plusieurs fois. Rocard, dans son diagnostic visionnaire, parle lui aussi des années trente.
En résumé, les nations européennes se dotent d'un commandement commun, ou à moyen terme deviennent colonies chinoises.

Garry Gaspary

@ Mary Preud'homme

Ce n'est pas l'élection d'Obama qui explique celle de Trump, c'est l'élection de Trump qui explique celle d'Obama.

Autrement dit, les classes miséreuses avaient élu le démocrate le mieux placé selon elles pour pouvoir bouleverser le modèle social américain justement parce qu'il était Noir. Mais ce dernier n'a pas pu faire ce qu'il voulait en matière d'aide sociale en raison du barrage politique. C'est donc ce barrage politique que les mêmes classes miséreuses veulent tenter de faire exploser en ayant choisi Trump.

Cette élection n'est pas uniquement le rejet du camp démocrate, elle constitue aussi, et peut-être d'abord le rejet du camp républicain qui bloque toute avancée sociale dans le pays.

De la même façon, la victoire écrasante de Marine Le Pen si elle participait à une primaire de la droite française - fort heureusement pour nos Républicains, nous ne fonctionnons pas en bipartisme - , signerait le rejet de la droite dite républicaine. La seule différence étant que Marine serait alors battue à la présidentielle par n'importe quel candidat de gauche, et c'est cela qui fait toute la supériorité à la fois sociale et politique de la France sur les USA. C'est sur cet avantage que la gauche française doit compter pour renaître et proposer un projet social révolutionnaire que le monde attend.

Robert Marchenoir tente de convaincre que le problème majeur aux USA est toujours la race. C'est faux. Le problème majeur aux USA aujourd'hui, c'est la misère due au désengagement social de l'Etat, et plus uniquement celle qui touche les Noirs.

Le "rêve" américain s'est totalement brisé aux portes de la mondialisation qui signe la fin historique de la droite.

Mais sûrement pas la fin de l'Histoire.

calamity jane

Hubert Védrine, il eut fallu que F. Hollande comprenne ce qu'il dit !

F. Hollande s'est constitué une équipe de jeunes quarantenaires pour pallier ses problèmes d'autorité et de présence (sans concurrence) en qualité de représentant des Français...

La re-médiatisation de J. Dray pour défendre le bilan de Papili se concrétise par des spots publicitaires sur les grosses caisses poignet-montre-moi-quelle-heure-il-est-avant-qu'il-ne-soit-trop-tard... dont on avait perdu la trace !

L'élection au Etats-Unis de D. Trump décomplexe les électeurs au-delà du clivage entretenu gauche/droite qui tendrait aujourd'hui à signifier que le président gouverne de manière différente que ses supposés adversaires. Le leurre n'existe pas en pisciculture... ils se comprennent donc parfaitement. Les pêcheurs en eaux vives feront la différence !

Philippe Dubois

@ Marc GHINSBERG | 12 novembre 2016 à 21:20

Vous êtes bouché à l'émeri ou vous le faites exprès ?

Je cite waa | 12 novembre 2016 à 08:33 :
"Historiquement, ces votes [les votes par correspondance] montrent un rapport 67/33 en faveur des Républicains."

Donc,
- soit vous n'avez pas lu le commentaire de waa auquel vous avez répondu
- soit, et c'est le plus probable, vous êtes encore en train d'essayer de tordre la réalité pour qu'elle entre dans le cadre de votre idéologie.

Sachant que vous n'avez apporté aucun argument ou fait permettant d'invalider ou de nuancer l'affirmation de waa.

waa

@Marc GHINSBERG

J'ai essayé de vous expliquer un système électoral que manifestement vous ne connaissez pas, mais que vous commentez abondamment.

"Donc vous, vous savez que dans les États où Hillary Clinton est arrivée tellement en tête que l'on n'a pas eu besoin de compter les votes par correspondance, ceux-ci se répartissent à 2/3 pour les républicains, 1/3 pour les démocrates."

Cette répartition de 2/3, 1/3 est une moyenne nationale.
C'est-à-dire qu'elle s'applique à tous les États, pas seulement à ceux où Clinton est arrivée en tête.

Si vous n'avez pas les bases mathématiques élémentaires nécessaires pour comprendre ça, inutile pour moi de continuer.

boureau

@Mary Preudhomme

Quel délire paranoïaque voyez-vous dans l'article posté par confucius ? Expliquez-vous sereinement plutôt que de jeter l'anathème sans justification(s) ! Nous ne sommes plus au temps de l'Inquisition !
Quelques petits excès de langage certes, mais un maximum de vérités qui peuvent effectivement déranger la bien-pensance. Ce qui n'est pas votre cas bien sûr.
Cordialement

jlm

@Lucile

Se perdre dans les détails est un peu un art d'orfèvre, et votre surmoi intellectuel veille au grain avec une efficacité indéniable. Bon j'arrête avec la brosse à reluire...

fugace

@ Aliocha | 11 novembre 2016 à 11:58
"...perversion du capitalisme"

C'est bien l'explication de l'élection de Trump. Un paradoxe de plus. Mais HC n'était-elle pas autant sinon plus en décalage avec les forces sociales du pays ?

Il était fréquent de dire que la France (et l'Europe) avait une guerre de retard par rapport aux US, ou vingt ans de retard politiquement. Il est probable que cela se vérifie encore début 2017.

Le capitalisme étant le moins mauvais des régimes politiques.... on connaît la citation. Il faut donc charger et juger nos élites successives qui ont laissé faire, en ne mettant pas les limites requises pour la régulation de la finance. Mais comment ?

@ jack | 11 novembre 2016 à 11:59

Il n'est pas impossible que Trump soit plus "honnête" qu'H.C.
L'avenir nous l'apprendra. Quand à Obama, il a embrayé sur le social, et Trump va poursuivre le travail en modifiant peut-être la trajectoire, mais il va le faire.

Xavier NEBOUT

@Frank Thomas

En physique, quel diplôme d'Etat sanctionne en France les recherches sur les phénomènes paranormaux alors qu'ils sont étudiés et reconnus un peu partout dans le monde ?

En grec ancien même, croyez-vous que l'on puisse présenter une thèse de doctorat sur la théologie mystique du Pseudo-Denys ? à Strasbourg, oui ; mais à Paris, j'en doute.

En quasiment toutes les matières, le comité de salut public veille.

Pierre Blanchard

@ Marc GHINSBERG | 12 novembre 2016 à 19:07
en réponse @ boureau | 12 novembre 2016 à 18:11
Comment vous y allez !
Moi je ne discute que de sa politique.

Assez plaisant M. Ghinsberg de vous lire écrire cela. Il me semblait que depuis le début de ce sujet, votre principal angle d’attaque à l’égard de M. Trump serait plutôt le nombre de voix obtenues par ce dernier qui, d’après vous, le disqualifie au regard des 200 000 voix supplémentaires obtenues par Mme Clinton !!

Quant à la politique qui sera menée par M. Trump, je pense que dans l’immédiat elle est aussi nébuleuse pour ses électeurs que celle menée par M. Hollande pour les siens pendant son premier quinquennat.

Voyez, je reste optimiste à son égard, le temps du vote n’étant pas encore passé, il conserve toutes ses chances pour un second !

Marc GHINSBERG

@Philippe Dubois

Donc vous, vous savez que dans les États où Hillary Clinton est arrivée tellement en tête que l'on n'a pas eu besoin de compter les votes par correspondance, ceux-ci se répartissent à 2/3 pour les républicains, 1/3 pour les démocrates. Chapeau !

jlm

@Claude Luçon

Merci à vous pour votre stimulant rappel de la grandeur gauloise. Moi aussi j'ai un petit faible pour NKM. Par contre F. Fillon je n'adhère pas du tout, même si je reconnais que techniquement il est plutôt meilleur que la plupart des autres candidats, son charisme inexistant et ses manières de nouveau châtelain m'indisposent.

Mary Preud'homme

@confucius | 12 novembre 2016 à 18:42

Belle démonstration de délire paranoïaque ! Et pour ceux qui en redemandent, allez sur Riposte laïque vous serez servi...
Un bémol cependant, neurasthéniques et autres dépressifs s'abstenir.

boureau

@Marc GHINSBERG

Nous discutons du sexe des anges car personne ne sait de façon même imprécise ce que sera le contenu de la politique de Donald Trump. C'est pourquoi il me semble sage d'attendre quelques mois avant de discuter plus avant.
Cordialement

@confucius

La défense de la nation que vous détaillez a pleinement mon accord.
Cordialement

Aliocha

@genau

La phase belliciste verra la fin de ce monde. Vous disiez un jour que nous étions dans une phase semblable à la Renaissance, ce qui est très juste, mais les armes actuelles ne sont plus sabres et bombardes, et la lutte des empires, à côté de laquelle l'islam est détail, détruira tout, le président élu du Nouveau Monde ayant reçu dorénavant les moyens d'aller braver le dragon chinois de sa mèche bien brossée.

Le regret que j'ai, et que sans doute mes faibles moyens ne permettent pas de faire comprendre, est que le souverain européen, le peuple éclairé donc, ne sache pas incarner ce qui à mon sens est le seul espoir pour ce monde, organiser en ses larges frontières le retrait nécessaire à la paix de ses nations réconciliées, frontières protégées des hauts murs de sa loi, notamment de la furie capitaliste, tyran furieusement plus redoutable qu'un Hitler ou autre Mussolini, capable de nous imposer l'autre Narcisse télé-réel comme interlocuteur de la première puissance mondiale, et de soumettre n'importe quel altermondialiste à la botte de la mutualisation des coûts et de la privatisation des profits.
L'Europe est la bonne dimension pour cette expérience salvatrice, et mériterait mieux, maintenant que les Anglais sont sortis, et que Trump désire se retirer sur ses terres, que les règles ultra-libérales que les Anglo-Saxons lui avaient imposées, mériterait de tenter ce que des siècles de luttes et de guerre ont fini, par contraste, à mettre en lumière : les conditions de l'équilibre et de la paix, et la rigueur nécessaire à leur application, soit l'économie de marché encadrée par les droits de l'homme, la démocratie, et la protection sociale. Le climat ainsi obtenu, élevant l'ordre politique à l'ordre poétique de la charité, permettrait la tranquillité nécessaire à l'édification du plus grand nombre, et à affronter la pente terrifiante de la courbe démographique.
Sans doute n'est-ce que rêve chimérique, mais ce rêve à le mérite de m'aider à supporter le cauchemar que nous aurons à vivre fort prochainement si nous ne trouvons pas d'autre solution que de voter pour les extrêmes.

hameau dans les nuages

@ confucius | 12 novembre 2016 à 18:42

Certes le mal est profond mais il faut en passer par là.

Il est tellement profond que l'on voit notre Aphatie de Moncayolle déclarer qu'il faut raser le château de Versailles et remettre en cause le suffrage universel.

Il a dû se cogner la tête, petit, au fronton du village en jouant à la pelote ou alors l'excès d'Izarra ou d'Irouléguy peut être.. En tout cas les ceps ne font pas ça...

http://static.frontons.net/data/photos/large/fronton-64130-moncayolle-larrory-mendibieu-france-37_2.jpg

Toujours cette gentille rivalité basco-béarnaise qui fait dire à ces derniers à quelqu'un d'obtus : "Dios ! Mais t'es c** ou t'es basque ?"

Aphatie semble être un cumulard.

Michelle D-LEROY

@ Mary Preud'homme

J'ai pu lire également que Mme Clinton était une lointaine cousine de Justin Trudeau. Comme vous, je pense que cela est de l'amuse-gogos.

@ Lucile
"Il me semble que l'erreur d'une certaine "élite" intellectuelle, c'est de se croire meilleure moralement, et du coup, de se croire justifiée d'exercer un magistère sur ceux qu'elle considère comme inférieurs intellectuellement et moralement"

C'est tout à fait vrai mais cela a atteint un niveau assez ahurissant quand on y pense.
Par exemple, Jean-Michel Aphatie horrifié par l'élection de Donald Trump dit qu'il faudra penser à supprimer le suffrage universel pour que le peuple ne vote pas n'importe comment ou qu'il faudrait raser Versailles pour éviter que les Français ne se retournent sur leur Histoire et aiment la France.
La Mairie du 4ème arrondissement de Paris a accueilli le 10 novembre My Foul’art, "un salon expo dédié au foulard dans toute sa diversité"... Et ce sont les mêmes qui prônent le féminisme par ailleurs. Difficile de les suivre.
Finalement ces faux démocrates fabriquent les Trump et les extrémistes de tous bords tant ils exaspèrent les gens... et pas que le petit peuple !

Mais aux USA, c'est idem puisque le milliardaire George Soros invite les Américains à descendre dans la rue pour contester l'élection.

Elites intellectuelles ou pas, on n'a pas envie de les suivre tant ils ne sont que des tyrans de la pensée, comme l'étaient les grands révolutionnaires français, leurs idoles... sauf que depuis 1789, les Français du peuple se sont instruits et sont aujourd'hui informés sur tous les dérapages, Internet aidant.

Achille

@Trekker | 12 novembre 2016 à 17:47
"Depuis mercredi les propos de deux spécialistes incontestables en politique internationale, Dominique de Villepin et Hubert Védrine, ramènent à leur juste mesure le tsunami Donald Trump."

Exact. Hubert Védrine et Dominique de Villepin ont été deux excellents ministres des Affaires étrangères.
Je trouve d‘ailleurs étonnant que François Hollande n’ait pas fait appel à Hubert Védrine pour occuper ce poste éminemment stratégique surtout dans le contexte actuel.
Il a 69 ans, ce qui pour un diplomate est un âge qui permet d’allier l’expérience à la sagesse.

Marc GHINSBERG

@boureau
"Pour l'instant, nous discutons du sexe des anges. !"

Comment vous y allez !
Moi je ne discute que de sa politique.
Bien cordialement.

Philippe Dubois

@ Marc GHINSBERG | 12 novembre 2016 à 13:51

Vous avez vraiment cette détestable manie socialiste de tordre les faits qui ne collent pas à votre idéologie.
waa | 12 novembre 2016 à 08:33, vous explique que les votes par correspondance se répartissent à 2/3 pour les républicains et 1/3 pour les démocrates et vous avez le culot d'affirmer que si on les avait comptés, l'écart se serait creusé en faveur de Clinton.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS