« La démocratie mais "Not my president" ! | Accueil | Notre-Dame-des-Embrouilles... »

13 novembre 2016

Commentaires

Robert Marchenoir

@Trekker | 17 novembre 2016 à 15:38

Vous faites la preuve une fois de plus que vous êtes un militant pur et simple : vous ne tenez aucun compte des faits et des arguments qui vous sont présentés, et vous nous resservez toujours en boucle les mêmes éléments de propagande, y compris lorsqu'ils viennent d'être réfutés de A à Z.

Cela ne m'étonne pas que vous défendiez les caciques du régime russe, vous leur ressemblez comme deux gouttes d'eau. Malheureusement, je crains qu'il n'aient pas besoin de vous. Ils ont de bien plus gros poissons sous la main.

Au passage, vous confirmez que les militaires sont avant tout faits pour obéir, et qu'il ne faut surtout pas les laisser s'approcher du pouvoir. Dieu nous préserve de "patriotes" tels que vous ! On comprend la fascination d'une partie dévoyée de l'armée française pour le pouvoir russe : celui-ci est une junte militaire. Il n'est pas étonnant que cela fasse fantasmer un certain nombre d'officiers qui bénéficient d'une retraite précoce, ont beaucoup de loisirs et sont contaminés par le mythe du chef de guerre sauveur de la nation (Napoléon, Boulanger, Salan, de Gaulle).

fugace

"Or, l’autorité se conquiert à force de courage."

Certainement pas. Cette qualité est innée et peut éventuellement s'affiner.

Deviro

Rédigé par : Trekker | 17 novembre 2016 à 15:38 @Robert Marchenoir
"Vous vous livrez à ce qui n’est qu’une chasse aux sorcières vis-à-vis de ceux qui ne partagent pas vos phobies."

Attention... vous allez entrer dans le club des PSYCHOPATHES !!

Trekker

@ Robert Marchenoir |e 16 novembre 2016 à 21:18
"Cela étant, si vous voulez me faire dire qu'une bonne partie de ces gens-là sont sincèrement poutinistes, et ne font pas ça que pour l'argent, ou même pas spécialement pour l'argent, voire qu'ils le feraient volontiers pour pas un rond, c'est tout à fait certain. Il y a toujours eu des espions qui ont trahi leur patrie pour des raisons idéologiques. En France, nous en avons eu des millions, au sein et autour du parti communiste « français »..."

A vous lire, même s'ils font cela par conviction et non pour une quelconque rémunération, vous taxez ces gens d’espions et traîtres à notre pays. Je vous ferai remarquer que nous ne sommes pas en guerre avec la Russie, et qu’en conséquence vous vous livrez à ce qui n’est qu’une « chasse aux sorcières » vis-à-vis de ceux qui ne partagent pas vos phobies.

Avec les mêmes critères - bienveillance voire propagande au profit d’une puissance étrangère - pourquoi ne taxez-vous pas d’espions voire traîtres certains politiques français propagandistes zélés de la politique étrangère US ? De plus il n’est pas rare que ceux-ci bénéficient d’avantages financiers et matériels, certes souvent mineurs, venant d’organismes liées au gouvernement US : Young Leaders, fondation Soros, etc.

Véronique Raffeneau

Un mot de conclusion, Lucile.

Ce qui est insupportable est l'idée d'un Philippe Bilger travesti en justicier.

Quand bien même l'excessif est son domaine naturel, il y a dans sa passion justicière à l'égard - à l'encontre - de N. Sakozy quelque chose de grimaçant et d'aigre qui défigure et dénature ce que je respecte au-delà de tout chez Philippe Bilger.

Je déteste quand Philippe fait dans l'acharnement, la répétition, l'obsession, la détestation sans répit ni respiration, quand il fait dans le lieu ô combien commun et le slogan, comme ici :

"Le Tout sauf Sarkozy est déjà une ligne directrice fondamentale qui doit inspirer. Il y a là un impératif qui dépasse largement ma perception personnelle et concerne la France, son destin, sa sauvegarde et son image. Et la représentation de ce que nous sommes."

stephane

Sarkozy vient de déclarer à Nice que Fillon mettait en œuvre les réformes que lui (NS) décidait et qu'il est à présent contre la hausse de deux points de la TVA après avoir reproché aux socialistes la suppression de la hausse qu'il voulait mettre en œuvre.
On a vu le résultat des réformes, Fillon n'est donc pour rien dans le bilan de Sarkozy.
Il est donc tout à fait cohérent de voter aux primaires à droite et de soutenir un opposant au cas où Sarkozy viendrait à devenir candidat.
Merci pour ce moment.
Sarkozy veut défendre le pouvoir d'achat du peuple,
FF a perdu la tête de l'UMP et c'est peut-être ce qui l'a sauvé dans cette campagne.
Pour ceux qui hésitent encore, on aura compris le clivage et l'irréconciliabilité de FF et NS.

Et comme Sarkozy n'a pas compris en 2012, on va l'aider.
Je vais être contraint d'aller voter quitte à laisser la droite vraie choisir entre Juppé et Fillon au deuxième tour.
De toutes façons aux législatives ce microcosme parisien se retrouvera et il faudra un président bien sur ses appuis pour siffler la fin de la récréation. Fillon m'en semble capable.
Quant à Bayrou tout ça pour ça.

Robert Marchenoir

@Trekker | 16 novembre 2016 à 00:31

Non, je ne confonds pas la corruption et l'intelligence avec une puissance étrangère. Elles vont ensemble.

C'est le cas avec le Qatar, c'est aussi le cas avec la Russie. Le mélange est variable. Parfois il y a l'un, parfois il y a l'autre, souvent il y a les deux. Il est illusoire de vouloir séparer l'un et l'autre.

Et puis la corruption, ce n'est pas seulement des valises de billets. C'est même exceptionnellement des valises de billets ! Vous prenez vraiment les corrupteurs pour des imbéciles... Il y a des façons infiniment plus discrètes de procurer des avantages matériels en échange d'un soutien politique.

Jacques Sapir fait une chronique régulière sur la chaîne Internet Sputnik News. C'est une chaîne de désinformation de l'Etat russe, exclusivement destinée aux Français, dont le but est de diffuser des fausses nouvelles et de semer la subversion en France. Cela seul devrait être illégal. Ces chroniques sont payées : Sapir reçoit bien de l'argent de l'Etat russe, en échange de la propagande pro-russe qu'il déverse à jet continu sur les Français.

D'ailleurs, il s'agit de chroniques de complaisance. Les avez-vous écoutées ? Il n'y a rien dedans. On n'y apprend strictement rien, ni sur la Russie, ni sur la France. Payer quelqu'un pour écrire des articles ou des rapports de complaisance, c'est une méthode de corruption vieille comme le monde.

Jacques Sapir donne des cours dans une université russe. Ces cours sont payés. Pour qu'un étranger donne des cours dans une université russe, il doit avoir un visa. Ce visa peut être refusé, et il l'est assez souvent. Des chercheurs étrangers sont régulièrement expulsés sous prétexte qu'ils n'ont pas le bon visa -- en réalité pour des raisons politiques. Il faut aussi avoir des soutiens bien placés. On n'obtient pas une place de prof dans une université russe juste sur sa bonne mine.

Jacques Sapir fait figure, en France (auprès des ignorants) de spécialiste de la Russie. Il vit de cela. Ses revenus français légitimes (éditoriaux, journalistiques...) proviennent de cette image. Pour cela, il a besoin de conserver son poste universitaire en Russie. Il a besoin de conserver ses sources en Russie, son accès à telles ou telles archives...

Thierry Mariani, l'un des poutinistes les plus enragés et les plus extrêmes, est administrateur d'un fonds d'investissement géré par Constantin Malofeev, l'oligarque qui a aidé à l'invasion de l'Ukraine et qui sert de point de contact aux poutinistes français (il l'a démenti, mais on sait ce que valent les démentis en cette matière). Il y a énormément d'argent qui circule en Russie. Comme ce n'est pas un Etat de droit, l'argent est aux mains du pouvoir (et des mafias, mais c'est la même chose). Si vous vous rapprochez du pouvoir russe, vous pouvez espérer bénéficier d'un peu de cette douche bienfaisante.

Feu Christophe de Margerie, l'un des chefs du parti poutiniste français, décoré par Poutine après sa mort accidentelle, faisait un business intensif avec la Russie à la tête de Total.

Aymeric Chauprade a été invité, il y a quelques années, à s'adresser aux députés de la Douma russe. Cet honneur est en général réservé aux chefs d'Etat. A l'époque, Chauprade était un zéro international complet, un petit prof de second ordre licencié de son poste universitaire pour propagande, diffusion de fausses nouvelles, manquement à l'éthique... le tout allant comme par hasard dans le sens des intérêts de la Russie.

J'ignore s'il a été payé pour ce discours, et ça n'a aucune importance (je suis sûr en revanche qu'il n'a pas payé son billet pour Moscou).

Quelque temps après, Aymeric Chauprade est recruté au sein de la direction du Front national qui est financé par le Kremlin, dont la présidente se vante de se rendre très souvent à l'ambassade russe et rencontre une fois par an l'ex-président de la Douma, lequel vient d'être nommé à la tête des services d'espionnage russes. Puis Aymeric Chauprade est élu, sur une liste du Front national, à la somptueuse planque de député européen, qui le sauve du chômage et lui assure de très confortables revenus et avantages matériels en tout genre.

Mais il n'est pas payé par le Kremlin : il est payé par l'Union européenne, ennemi juré du Kremlin que ce dernier s'emploie à détruire, au moyen notamment de gens comme Chauprade ! Joli travail des services secrets russes...

L'inconnu complet Chauprade n'aurait jamais été élu député européen s'il n'était pas allé faire de la propagande pro-russe et anti-française à la tribune de la Douma. Vous comprenez maintenant comment ça marche, la corruption ?

Cela étant, si vous voulez me faire dire qu'une bonne partie de ces gens-là sont sincèrement poutinistes, et ne font pas ça que pour l'argent, ou même pas spécialement pour l'argent, voire qu'ils le feraient volontiers pour pas un rond, c'est tout à fait certain. Il y a toujours eu des espions qui ont trahi leur patrie pour des raisons idéologiques. En France, nous en avons eu des millions, au sein et autour du parti communiste "français".

Aujourd'hui, il y a effectivement une palanquée de gens, en France, qui se portent volontaires pour trahir leur pays avec empressement en faveur de la Russie, sans être payés, sans même recevoir d'instructions directes de ce que les services secrets d'un pays d'Europe centrale ont appelé le nouveau Komintern. Je ne vois pas en quoi cela devrait nous enthousiasmer.

Vous prétendez que Chauprade, Sapir ou Mariani sont "pondérés" et "neutres" vis-à-vis de la Russie : je crois que vous vous moquez du monde.

Si vous voulez le moindrement faire croire à votre bonne foi, je vous conseille d'abandonner les accusations ridicules selon lesquelles "je ne parlerais pas de l'Arabie saoudite", ou d'autres pays que vous n'aimez pas et sur lesquels vous souhaiteriez détourner l'attention en faveur de la Russie.

Bien sûr que j'en parle : je m'oppose à toutes les formes de corruption et de trahison. Vous pouvez remplir le formulaire ci-dessous avec tous les pays que vous voulez, l'imprimer, puis l'afficher dans votre chambrette avec mon nom en dessous. C'est ça "ma liste".

[...]

Maintenant, la corruption pratiquée par l'Arabie saoudite, ou par le Zombistan inférieur, n'excuse ni ne justifie celle pratiquée par la Russie. Ca c'est la grosse ficelle de la propagande russe : puisque les autres se comportent (selon nous) comme des cochons, alors nous aussi on a bien le droit de se comporter comme des cochons.

Morale de voyous, morale de bandits. Et c'est cette "morale" que viennent défendre en France les tenants des prétendues "valeurs traditionnelles". On ne doit pas parler de la même tradition.

L'autre morale, celle du monde libre, la nôtre, c'est celle de l'Etat de droit : la loi (morale ou juridique) s'applique à tous. Mais j'ai bien compris que les poutinistes ont choisi la loi du plus fort, la loi de l'autocratie, la loi des voyous. C'est précisément ce qui nous sépare.

Vous seriez aussi plus crédible si vous cessiez d'employer cette expression ridicule de "phobie anti-Poutine et anti-russe". Je suis anti-Poutine et anti-Russie. Ca me paraît clair. Je me tue à vous le dire. Je vous ai amplement expliqué pourquoi. Vous n'avez jamais pu réfuter un seul de mes arguments.

En revanche, vous, vous ne nous avez jamais expliqué pourquoi il faudrait accorder à la Russie ce qu'elle demande, ni tolérer ses agressions répétées. Mais vous employez cette vieille tactique communiste qui consiste à essayer (je dis bien essayer, parce que vos minables tentatives ne vont nulle part) de stigmatiser les gens en leur collant des étiquettes qui se veulent infamantes : islamophobe, homophobe, n'importe quoi-o-phobe...

Il fut un temps où on pouvait faire ramper les gens sous la table en les accusant d'être anti-communistes. Ce temps est révolu ; il serait bon de vous en apercevoir. Il est excellent d'être anti-communiste, il est excellent d'être anti-russe, il est excellent d'être anti-musulmans...

A vous de justifier, si vous le pouvez, la position inverse. Pour l'instant, je n'ai rien vu. Vous vous contentez de sarcasmes.

Puisque le sujet du fil est Nicolas Sarkozy et l'opportunité de le réélire, vous pourriez peut-être nous expliquer en quoi le mensonge historique qu'il a prononcé en public, selon lequel "la Crimée a toujours été russe", n'en est pas un ? Vous pourriez peut-être nous expliquer, d'ailleurs, en quoi il serait désirable de reconnaître l'annexion de la Crimée ?

Vous pourriez aussi nous expliquer par quel miracle le même Sarkozy, qui a été si gravement insulté par Poutine, lors d'une entrevue en tête-à-tête, que la presse internationale l'a cru ivre lors de la conférence de presse qui a suivi, alors qu'il était simplement sonné par l'insolence et la grossièreté de son interlocuteur, lui donne maintenant du "président Poutine" long comme le bras, assorti de divers compliments plus serviles les uns que les autres, lorsqu'il accourt donner une conférence au sommet économique de Saint-Pétersbourg parrainé par le même Vladimir Poutine ?

A-t-il été payé, d'ailleurs, pour cette conférence ? Le savez-vous ? L'un des bras droits de Donald Trump, qui a participé à un raout similaire en Russie, assis à côté de Poutine, a reconnu avoir été payé pour sa présence ; avec réticence, et après que le journaliste qui l'interrogeait fut revenu à la charge. Quel journaliste français a posé cette question à Sarkozy ?

Juste avant que la presse internationale ne le suppose bourré comme une queue de pelle, Sarkozy s'était entendu dire par l'autocrate de Moscou, hors caméras, que son pays (le nôtre, donc) était un petit pays de merde, alors que son pays à lui était immense, et que lui, Poutine, pouvait, à sa guise, l'écraser comme une mouche ou le faire roi d'Europe.

Et maintenant, Sarkozy passe son temps à chanter les louanges de Poutine et à défendre les intérêts de la Russie. Vous ne trouvez pas ça étrange ? L'hypothèse de la corruption ne vous saute pas aux yeux ? Et c'est avec un tel dirigeant étranger que vous voudriez que la France "s'allie" ? On a déclenché des guerres et conquis des nations pour moins que ça !

Sarkozy a fait la preuve qu'il était sensible, avec beaucoup d'autres, à la corruption du Qatar, peut-être de la Libye ; il a déclaré à de multiples reprises son intérêt pour l'argent ; et vous ne vous posez pas la question de savoir si ce brusque revirement, inexplicable chez quiconque mais plus encore chez quelqu'un d'aussi sensible aux égards, ne cacherait pas par hasard quelque énorme compromission dont nous savons que les Russes sont par ailleurs coutumiers ? Sarkozy n'aurait-il pas cédé à la tentation de devenir "roi d'Europe", quelles que soient les contreparties qui puissent se cacher derrière cette promesse ?

hameau dans les nuages

@ fugace | 16 novembre 2016 à 14:48

Oui merci. J'étais tombé il y a quelques mois sur cet avis de décès mais ai cru à un homonyme. Hélas cette fois-ci je suis tombé sur le site du CIRAD avec une lettre de condoléances de ses collègues confirmant ma crainte. Une très belle carrière professionnelle. Il y a forcément des cocotiers dans un paradis idyllique. Il va pouvoir en prendre soin.

Lucile

@Véronique Raffeneau | 16 novembre 2016 à 06:34

Les critiques contre Sarkozy, même répétitives, sont-elles justes ou non, c'est ce qui me paraît important. La personnalité de Sarkozy se prête particulièrement à l'adulation ou au dénigrement. Il n'a pas toujours le mot juste, certains en gardent une dent contre lui, mais il n'y a pas que cela dans son cas. Il irrite et verse du sel sur les rancœurs par son comportement. La plupart des media quand il était au pouvoir en ont systématiquement fait une sorte de monstre, fou ou criminel, et je les ai trouvés aussi odieux que bêtes, d'autant plus qu'à force ils se sont décrédibilisés complètement. De même, si la justice avec tous ses pouvoirs l'attend au tournant et lui réserve un traitement choc, cela aussi me paraît scandaleux. En ce sens, je vous rejoins complètement dans votre rejet du totalitarisme.

Mais je voudrais ajouter que nous avons tous un jugement biaisé sur les hommes politiques car nous y mettons de l'affect, que nous le voulions ou pas. Et même dans le jugement le plus rationnel et le plus désintéressé, nous nous identifions à une image idéale de nous-mêmes. C'est ce côté affectif et ces choix inconscients qui rendent la vie politique fascinante, et c'est pourquoi les technocrates la comprennent si mal, à mon avis. À ce propos, j'ai été amusée d'entendre Fillon conseiller aux électeurs de" se faire plaisir" en votant pour le candidat qui leur faisait envie. Soit dit en passant, "se faire plaisir" me paraît autrement plus parlant que le concept d'identité heureuse !

Véronique, je suis toujours intéressée par ce que vous écrivez. Mais vous vous faites rare !

fugace

@Trekker 15 novembre 2016 à 15:51
"Si ces faits sont avérés..."

Bizarrement, depuis cinq ans aucune preuve tangible !

N'êtes-vous donc pas habitué aux dossiers qui ne sortent qu'aux moments opportuns et qui s'évanouissent tout aussi rapidement ? Salissez, il en restera toujours quelque chose.
Pour Juppé, je sais pourquoi il a été condamné et ce pourquoi il aurait dû l'être aussi.
Pour Sarkozy, pour l'instant, que des non-lieux, et pourtant l'état d'urgence ne lui est certainement pas favorable, si vous voyez ce que je veux souligner.
Ce ne sera donc que dans mon intime conviction que je déciderai entre Sarko et Fillon. Car après le feuilletage du bouquin de Buisson, étonnamment, Sarko remonte dans mon estime.

fugace

@Giuseppe | 15 novembre 2016 à 15:48

Fort heureusement, un mal pour un bien en ce cas, la planète se réchauffe, et les immenses icebergs vont devoir monter leurs soubassements cachés.
Une pensée immédiate pour les ours polaires seulement !

@hameau dans les nuages | 15 novembre 2016 à 15:35

J'ai saisi nom et prénom sur le Net et suis arrivé sur ce lien.
En faisant le lien, j'ai un pincement au cœur si la personne qui vous fut chère était celle-ci...

http://carnet.sudouest.fr/deces/hubert-de-franqueville/44202818

Qui n'a pas UN copain d'avant plus cher que tous les autres !

@ Mary Preud'homme | 15 novembre 2016 à 14:17

Bonjour,
Il n'est pas impossible en effet que le résultat des primaires soit annulé.
En permettant un vote aux non adhérents, la porte reste ainsi ouverte à toutes les contestations possibles.
Et chacun alors de se présenter aux présidentielles comme le veut la cinquième. N.S. et FH n'attendent de leur côté que cela !

catherine A. éliminer pour pouvoir choisir

Sans primaire nous aurions au premier tour de la Présidentielle Hollande-Sarkozy et Le Pen évidemment ce qui implique au second tour un Le Pen-Sarkozy ou moins vraisemblablement, mais je ne lis pas dans le marc de café et les électeurs sont imprévisibles qui on le sait, se décident souvent au dernier moment - un Hollande-Le Pen ; Le Pen n'étant pas ce que je souhaite pour la France, je voterai donc forcément pour quelqu'un qui n'est pas, selon moi, digne de cette fonction... une perspective qui ne me fait pas sourire ; c'est pour éviter ces cas de figure que je voterai aux deux primaires ; et aux deux tours of course car au premier on élimine, au second on choisit, c'est bien connu.

PS pour sbriglia : je ne comprends rien à votre commentaire sur les journalistes qui mangent aux deux râteliers ; normal je suis journaliste et qui plus est blonde. Cela dit c'est toujours mieux que boire à tous les zincs.

Véronique Raffeneau

@ Lucile

Le mot subjectif employé seul, vous avez raison, ne suffit pas.

Néanmoins j'ai écrit : quand le subjectif prend la place, de façon totalitaire et exclusive.

De cette façon, chère Lucile, à coup sûr on devient à son tour injuste, enfermé dans une sorte de mécanisme - de répétition - d'une détestation irrépressible.

L'obsession qui ne s'appuie que sur la pente justicière est extrêmement dangereuse.

Cela va à l'encontre de tout ce que Philippe Bilger a défendu dans ce blog depuis des années : une idée haute - un idéal - de l'intérêt social et commun à tous.


@ Mary Preud'homme
"Mais n'est-ce pas le prix de la liberté d'opinion ? Une liberté qu'il se donne et nous donne..."

Bien sûr.

Cependant, chère Mary, quand l'abcès du ressentiment et du règlement de comptes prend le commandement, quand bien même, écrit Philippe, les propos intolérables de NS à l'encontre de Pierre Bilger sont une conséquence et non la cause de son hostilité à l'encontre de l'ancien président, donc quand la détestation prend les commandes de l'esprit et du cœur, on ne peut plus parler de liberté.

calamity jane

D'après un titre de Marianne : "Ziad Takieddine assure avoir remis des valises d'argent libyen à Sarkozy et Guéant".

Le bouleversement est vraiment là : l'argent n'a plus d'odeur, il a une provenance !
Personne n'a encore osé : "Quand M. Kadhafi paie pour se faire trucider".

@hameau dans les nuages

Pas mal ! pour un ancien président de tous les Français le bon sens près de chez vous... et on peut en faire à la pelle genre : si t'as pas un manteau chaud reste chez toi ! si t'as pas une bonne retraite fais du bénévolat à la Croix-Rouge !
Comme si dans les collèges et lycées les "cantinières" ne proposaient pas naturellement autre chose lorsque les jeunes n'aiment pas un plat ?

Sinon, question pour les votants aux primaires : est-il vrai que les étrangers (communautaires ou non) peuvent voter aux primaires ? après avoir signé la charte des frites une fois ?

Lucile

@ Franck Boizard | 15 novembre 2016 à 17:17

Mais je déplore justement qu'au lieu d'adapter peu à peu et en souplesse le système, on soit obligé d'attendre une crise violente comme en 58, pour tout mettre par terre et repartir à zéro. Ou comme en 1789, puisque vous citez ces deux dates. Ce ne sont pas vraiment des réformes, ce sont des bouleversements complets. C'est un mode d'adaptation au changement terriblement coûteux, dur, qui nous fragilise. Je n'accuse pas les Français, ils s'adaptent de leur mieux à ce système dont on leur apprend depuis leur plus jeune âge qu'il est le plus généreux du monde, et que nous devons tout faire pour le préserver. Combien de fois n'avons-nous pas entendu que "les Français tiennent beaucoup à leur système social" (sous-entendu si vous le critiquez parce qu'il est onéreux et moribond vous êtes contre les Français).

J'ai lu un livre très intéressant d'un historien anglais sur la France avant la révolution. J'ai malheureusement oublié les références, mais je peux les retrouver. Les gens ne s'y comprenaient pas d'une province à l'autre, en dehors des lettrés parlant le français classique, qui n'étaient pas la majorité. Les coutumes et les lois étaient différentes à différents endroits. À ce morcèlement a succédé brutalement (avec la Révolution et Napoléon) une centralisation complète, efficace à l'époque, mais souvent imposée par la force, venue d'en haut, avec une composante policière marquée.

Encore maintenant, ce sont des réglementations à n'en plus finir (et corrélativement, des dérogations aussi nombreuses), une bureaucratie omniprésente, des lois toujours plus nombreuses et des changements brusques au gré des législateurs, ainsi qu'un Etat ouvertement inquisiteur.

Cela donne un profil de citoyens bien caractéristique, méfiant, réfractaire face à l'autorité, ambivalent à l'égard de la loi et de ses représentants. Le traumatisme de la défaite et de l'Occupation n'a rien arrangé. Les Français, sauf ceux qui ont le bras long, ne se sentent pas en confiance face aux Autorités, ils les craignent, et ils essayent de s'en tirer comme ils le peuvent, individuellement plutôt que collectivement ; l'État, et surtout les gouvernements n'ont pas toujours été francs avec eux. Les Français ne croient pas les hommes politiques, ni les journalistes, ils n'ont pas confiance dans la justice, et ils ont un proverbe qui étonne beaucoup les Anglais : "Pour vivre heureux, vivons cachés".

hameau dans les nuages

@Achille | 15 novembre 2016 à 20:22

Si si je vous assure ! Ne me dites pas qu'il y avait derrière déjà un fonds de pension ? :)

Sinon hélas ma bouteille à la mer s'est brisée. Suite à mon précédent commentaire j'ai fait à tout hasard une nouvelle recherche et ai appris son décès il y a presque un an jour pour jour en Indonésie. Il était chercheur au CIRAD et spécialisé dans les maladies du palmier et du cocotier.
Eleve brillant et calme dans le collège précité je le raccompagnais chez lui en remontant la rue Oudinot, lui racontant des fadaises pour le faire rire. Lui déjà dans les livres et moi dans les nuages. RIP

Trekker

@ Robert Marchenoir |e 15 novembre 2016 à 23:00
"C'est bien, de dénoncer la corruption ; mais alors, il faut la dénoncer complètement. Moi aussi, je suis pour qu'on traduise devant la Cour de sûreté de l'Etat des gens comme Aymeric Chauprade, Jacques Sapir ou Thierry Mariani..."

Vous confondez allègrement corruption avec intelligence avec une puissance étrangère ! A ce que je sache jusqu'à ce jour Aymeric Chauprade, Jacques Sapir ou Thierry Mariani n’ont pas perçu d'argent des Russes en contrepartie de leurs positions politiques vis-à-vis de ces derniers.

Vos phobies anti-Poutine et anti-Russes vous conduisent à taxer de corrompu/traître toute personne faisant preuve de pondération ou neutralité vis-à-vis d’eux. Libre à vous d’être totalement hostile à ce type de position politique, mais là vous pratiquez les bonnes vieilles méthodes staliniennes : toute pensée non conforme à votre doxa n’est que traîtrise et doit être traitée comme telle !

Etrangement dans votre liste des responsables à traduire devant la Cour de sûreté de l’Etat, vous omettez les politiques touchant des subsides du Qatar et de l'Arabie Saoudite. Certes ces deux pays n’ont fait que financer tout le spectre des mouvements islamistes violents, sauf a priori depuis juste deux ans Daech !

"Comme la quasi-totalité des partis qui sont passés au pouvoir "dans ce pays", et qui ont utilisé l'argent noir de la Françafrique, ou d'ailleurs, pour leurs petits besoins domestiques ?" 

Là, d’accord avec vous, tous les partis et personnes publiques, de droite et gauche, ayant bénéficié d’argent provenant de la « Françafrique » sont bel et bien des corrompus. Hélas un nombre infime de ceux-ci ont fait l’objet de poursuite en justice, et dans ce cas les sanctions furent quasi toutes de principe.

Deviro

Rédigé par : Robert Marchenoir | 15 novembre 2016 à 23:00 @Trekker | 15 novembre 2016 à 15:51

Soyez heureux, Trekker, il ne vous a pas traité de psychopathe. Il baisse, je trouve.
Seulement un petit "Et puis voyez comme vous êtes de mauvaise foi", c'est gentillet.

Robert Marchenoir

@Trekker | 15 novembre 2016 à 15:51
"Votre aveu me laisse coi, venant d’un observateur qui se prétend des plus lucides sur notre classe politique !"

Je ne me prétends rien du tout. J'essaie de comprendre ce qui se passe et de partager des analyses que je crois justes.

Et puis voyez comme vous êtes de mauvaise foi : vous prétendez que déclarer son vote pour Sarkozy serait un "aveu". Sournoise façon de diffamer le candidat et de suggérer que voter pour lui serait un délit... sans même se sentir tenu, soi-même, à un "aveu" symétrique !

Vous serez bien aimable de me dire qui valait mieux que Sarkozy à l'époque. Si votre seul critère est "la trahison, les coups tordus et l'opportunisme", je suis au regret de vous apprendre que ça s'appelle la politique. Si vous me trouvez un politicien arrivé dans les étages supérieurs qui n'a jamais pratiqué "la trahison, les coups tordus et l'opportunisme"...

Maintenant, ça dépend aussi de la politique que vous voulez. Avant de jeter l'anathème sur tel ou tel comme vous le faites, peut-être conviendrait-il que vous nous expliquiez votre programme. Mais c'est tellement plus commode de se jeter des têtes de Turc à la figure !

"Si ces faits sont avérés cela s’appelle de l’intelligence avec une puissance étrangère, et devrait être comme tel sanctionné de manière impitoyable par la justice."

Vous voulez dire : comme Marine Le Pen ? Comme Jean-Marie Le Pen ? Comme la quasi-totalité des partis qui sont passés au pouvoir "dans ce pays", et qui ont utilisé l'argent noir de la Françafrique, ou d'ailleurs, pour leurs petits besoins domestiques ?

C'est bien, de dénoncer la corruption ; mais alors, il faut la dénoncer complètement. Moi aussi, je suis pour qu'on traduise devant la Cour de sûreté de l'Etat des gens comme Aymeric Chauprade, Jacques Sapir ou Thierry Mariani.

Mary Preud'homme (si tous les Pignon médiatisés par des beaufs de rencontre devaient se donner la main !)

Vous ne m'apprenez rien Achille. Des qui bouffent à tous les râteliers, s'en vantent et se trouvent même des modèles à la Minc ou autre du genre, planqués minables et peureux (ayant pignon sur rue) ce n'est pas ce qui manque par les temps qui courent. C'est même la majorité !

Mary Preud'homme

Autorité, responsabilité, ordre, respect des institutions, de la vie dès la gestation et de la famille traditionnelle, patriotisme, loyauté, tolérance mais sans laxisme, telles sont quelques-unes des valeurs que la droite revendique avec honneur, tandis que la gauche estime ces mêmes valeurs pour la plupart ringardes, quand ce n'est pas inappropriées voire illégales (concernant notamment l'avortement qu'elle estime quant à elle être un droit et une avancée alors que c'est une régression honteuse de notre civilisation, de même que le mariage homosexuel, la gestation pour autrui etc.).
Autant de valeurs précitées qui constituent en réalité notre patrimoine et la forme la plus aboutie des droits de l'homme censée protéger tout un chacun à commencer par les plus faibles, les plus démunis.

Par ailleurs, compte tenu de l'organisation des primaires de dimanche, il semble d'ores et déjà assuré qu'une majorité de gauchistes s'apprête à venir polluer ces élections et en fausser les résultats par des choix sans rapport avec leurs idées et autres manœuvres crapuleuses qui ne relèvent que de la magouille et d'un manque de scrupule et de civisme absolus, l'essentiel étant pour eux de parvenir à leurs fins en sabotant une élection qui ne les concerne pas.
Alors que dans le même temps, nombreux seront les électeurs potentiels de droite qui ne pourront même pas aller voter, c'est le cas notamment de beaucoup d'anciens, par manque d'information ou de moyens de transport leur permettant de se rendre au bureau de vote le plus proche.

Achille

@hameau dans les nuages, Mary Preud'homme

Franchement je ne sais pas quel pensionnat vous avez fréquenté mais il se trouve que moi aussi j’ai fait toute ma scolarité en internat avant Mai 68 et jamais je n’ai eu à manger les horreurs que vous évoquez. Je n’ai jamais eu à me plaindre de la nourriture. Je me souviens que les frites étaient très bonnes et que ceux qui le voulaient pouvaient même avoir du rab.

Achille

@ Mary Preud'homme | 15 novembre 2016 à 14:17

A noter que même Alain Minc dans Répliques, l’émission d’Alain Finkielkraut, a dit qu’il irait voter aux deux primaires, celle de la droite et du centre et celle de gauche. Il a même précisé qu'il voterait Juppé, lui qui fut un des visiteurs du soir réguliers de Nicolas Sarkozy. C'est dur quand même.

Apparemment cette fameuse notion d’honneur, qui vous tient tant à cœur, il s’en fiche comme d’une guigne, tout comme Alain Juppé appelle tous les électeurs potentiels à venir voter pour la primaire quelle que soit leur obédience politique.

En ce qui me concerne je compte bien, moi aussi, aller voter aux deux primaires car pour avoir des candidats de gauche et de droite crédibles, la seule solution est que les Français fassent eux-mêmes la présélection et ne surtout pas la donner aux appareils des partis politiques qui seraient bien capables de nous refourguer un remake de mai 2012, Hollande-Sarkozy. Et là ce serait tout simplement insupportable.

Mary Preud'homme

@hameau dans les nuages | 15 novembre 2016 à 15:35

Merci pour ce rappel et comme nous aurions aimé nous autres écoliers, collégiens ou lycéens d'avant 68 d'être condamnés à une double ration de frites. Le rêve absolu pour nous qui n'avions pas le droit de nous plaindre de la malbouffe dans les pensionnats sous peine de dures sanctions et n'avions d'autre alternative que nous envoyer des tonnes de betteraves rouges dégueu, du foie de porc saignant écoeurant ou du poisson avarié farci aux câpres, et, en cas de refus nous voir condamnés à des privations de sorties et autres punitions pouvant aller de l'avertissement pour indiscipline jusqu'au blâme et même au renvoi.

stephane

Primaires à droite
Élections ou réactions ?
Je ne vois pas ce qui interdirait à un électeur français de voter pour le candidat de son choix, puisque les élections primaires sont ouvertes à tous.
Après c'est affaire de conscience.
On ne peut cependant pas refuser le droit aux électeurs de voter contre Sarkozy au deuxième tour de la primaire.
Le problème ne se serait pas posé s'il avait tenu son engagement.
Et puis franchement. Au niveau du PS, n'y en a-t-il pas sur ce blog pour reconnaître que Valls et Hollande sont davantage à droite que Sarkozy et Fillon ne l'étaient ?
J'ose le dire et en ce sens il y a une petite prime pour Valls.

Mitsahne

N’étant entré que récemment sur ce blog et ignorant tout de « l’affaire Pierre Bilger », je comprends enfin la répulsion de notre hôte à l’égard de Sarkozy et la raison de son vote en faveur de Hollande, inexplicable autrement pour un homme de droite.
J’ai voté (dans l’enthousiasme) pour NS en 2007, mais déçu, résigné et par devoir en 2012.

Pour cette fois, j’hésite encore aux Primaires à voter pour JF Poisson ou F. Fillon. Le premier est celui qui offrira le moins de résistance face à Marine Le Pen au deuxième tour de la présidentielle, le second est celui qui a le moins de défauts parmi les « récidivistes », appelés ainsi parce qu’ils ont tous collaboré, à des titres divers, aux précédents gouvernements qui ont mis la France sur la paille.

Ne nous trompons pas : comme le dit Dupont-Aignan, si on en a marre de l’auberge qui depuis des décennies nous sert le même brouet indigeste, il faut changer l’aubergiste. Ce n’est pas en reprenant les mêmes qu’on y arrivera. Marine Le Pen et son FN ne peuvent être accusés d’avoir eu la moindre responsabilité dans les déboires de la République et s’il y a des failles dans son programme, elles ne sont pas plus rédhibitoires que celles des autres prétendants.
L’exemple de l’élection de D. Trump est remarquable : malgré sa fougue et ses excès, il a été élu et déjà il montre une certaine souplesse dans la future exécution de son programme. Rappelez-vous l’élection de Reagan, cet acteur de catégorie Z, le plus moqué des candidats de l’époque et qui fut, à mon modeste avis, le meilleur président des U.S.A. depuis la fin de la guerre.

Cela étant, j’aurais préféré qu’il n’y eût pas de primaires et que le système électoral français fût à un seul tour, ce qui supprime toutes les magouilles du deuxième tour qui rendent illisibles les résultats. Mais puisque le système nous est imposé… le vote est toujours préférable à l’abstention.

stephane

@Catherine A

Lisez la charte jusqu'au bout. Comme on devrait le faire pour un crédit revolving.
Si parjurer ne vous gêne pas, un électorat tel que le vôtre aura le président qu'il mérite, un minable.
Ceci étant je vous rends cet hommage de faire la sale besogne à ma place.
Tout n'est donc pas à jeter dans votre approche de la situation.
Si vous voulez rester cohérente, seul voter au deuxième tour des primaires devrait être suffisant.
Et en plus vous gagnerez 4 euros soit le montant que dépense Copé pour acheter 25 pains au chocolat.

Quel intérêt pour le PS de faire une primaire si Hollande est candidat ?
En même temps ils ne sont plus à une incohérence près.
Tout cela pour appeler à voter UMP aux législatives contre le FN.
Elle est belle l'alternance.

Franck Boizard

@ Lucile | 15 novembre 2016 à 10:20

La dernière fois que la France a été réformée dans un bon sens, c’était en 1958 (je ne parle donc pas des lubies socialistes de 1981).

Le réformateur doit avoir l’autorité pour convaincre que ses réformes sont dans l’intérêt du pays (encore faut-il qu’elles le soient vraiment. Et non une génuflexion devant Bruxelles, par exemple). Or, l’autorité se conquiert à force de courage. Vous rappelez-vous la dernière fois qu’un politicien français a été courageux ?

De plus, les réformes supposent une mise en place intelligente (des privilèges, ça s’achète, ça se compense ou ça s’éteint : un moyen simple d’éteindre les régimes spéciaux de retraite est d’appliquer le régime général aux nouveaux embauchés, mais l’effet bénéfique ne se faisant sentir qu’à long terme, il faut avoir anticipé et ce n’est pas la spécialité de nos politocards).

Alors, avant de mettre en accusation les Français, il faut d’abord regarder en face les supposés réformateurs. Dans les années 1780, beaucoup estimaient aussi que la France était irréformable. On sait ce qu’il en est advenu.

Exilé

@catherine A
...ni le PS ni les LR ne sont les propriétaires exclusifs des valeurs républicaines. (...)

Il faudra qu'un jour quelqu'un nous explique en quoi consistent ces mystérieuses valeurs républicaines, ou peut-être plutôt anti-valeurs au vu de ce qui se passe dans notre pauvre pays où les crapules tiennent le haut du pavé et où les braves gens se font massacrer sans avoir le droit de se défendre et de protester.

Vous votez pour qui vous voulez, mais permettez-moi de ne pas applaudir si vous comptez reconduire les complices de fait des assassins.

Trekker

@ Ellen |e 15 novembre 2016 à 13:42
"Ziad Takieddine a révélé ce matin à Mediapart avoir remis en mains propres de la part du Libyen Mouammar Kadhafi deux valises pleines d'argent liquide directement à Claude Guéant et à Brice Hortefeux et une valise directement à Sarkozy avec cinq millions d'euros entre fin 2006 et début 2007, pour la campagne de Sarkozy…"

Merci pour cette information ; ceux qui pensent encore que voter N.S. lors des primaires est le bon choix ou le moins mauvais auront-ils enfin les yeux décillés sur la nature profonde du personnage ? corrompu, traître et capable du pire pour être élu. Si ces faits sont avérés cela s’appelle de l’intelligence avec une puissance étrangère, et devrait être comme tel sanctionné de manière impitoyable par la justice.

Cela ne change rien à ma décision pour le vote des primaires, j’hésite encore seulement entre Fillon et Juppé : seul un des deux est capable de nous débarrasser de ce politicien sans foi ni loi. Donc j’ai fait mienne et ce depuis longtemps la devise de notre hôte : TSS (tout sauf Sarkozy), cela vu que Hollande est déjà hors course quelles que soient ses rêveries et celles de son minuscule carré de fidèles.

@ Robert Marchenoir |e 14 novembre 2016 à 23:36
"J'ai voté Sarkozy et je ne le regrette pas… Hélas, il n'a pas tenu ses promesses. Sa versatilité, son insuffisant dévouement à la chose publique, et jusqu'à sa passion de n'être jamais où on l'attend (avec son ouverture à gauche), ont fait de son mandat une occasion gâchée."

Votre aveu me laisse coi, venant d’un observateur qui se prétend des plus lucides sur notre classe politique !

Si vous aviez un tant soit peu observé dans les années 90 et 2000 les positions successives de cet individu, vous auriez alors constaté qu’il n’était que trahisons, coups tordus et opportunisme : de la trahison de son mentor Pasqua pour prendre la mairie de Neuilly à ses torpillages de Dominique de Villepin (affaire Clearstream et CPE), en passant par ses multiples prises de positions politiques dénuées de cohérence.

Giuseppe

C'est parti ! On dézingue à tout-va Takieddine et ses révélations, le plus triste c'est qu'il se trouvera toujours une majorité pour pleurer NS le sauveur de lui-même.
Nous avons vécu dix années de spoliations, de lâchetés, de procès en cours, de malversations, de vulgarité et de morale bafouée, et l'on nous dit que nous sommes en démocratie ?

Les citoyens sont sacrifiés au profit d'une élite corrompue, la justice ne passe plus assez vite, les profiteurs sont déjà loin.
Où en est-on des "aquarelles" de Guéant, des implants de Cahuzac, des bandes organisées de Tapie et consorts ?

Pour que la démocratie survive, la justice doit se mettre au rythme des affaires et conclure.
Trop long et c'est l'oubli, les citoyens pour leur majorité ont la mémoire courte quand ils n'ont pas de mémoire du tout.
L'échec de la magistrature est là, trop de longueur, trop de langueur pour une démocratie qui est soumise à la vivacité de personnages bien agiles.

hameau dans les nuages

@ calamity jane | 15 novembre 2016 à 09:08
"Du reste, son cynisme concernant la double ration de frites ne mérite pas une ligne."

Quel cynisme ? Du simple bon sens ! Mon dieu que n'aurais-je pas souhaité que l'on me propose deux fois des légumes lorsque se présentait à moi de la cervelle de mouton ou de la langue de boeuf à la tomate qui me soulevaient des haut-le-coeur et que l'on m'obligeait à manger...

Drôle de madeleine de Proust me rappelant le sous-sol du collège Saint-François-Xavier où officiaient les cantinières avec la visite impromptue de monsieur Petit, le directeur, pour mater les récalcitrants...

Pauvres petits choux de musulmans à la crème !

PS : En allant sur Street View au 44 de l'avenue Duquesne je me suis aperçu que la dénomination avait changé mais je reconnais bien les bâtiments. Seuls les soupiraux de la salle de torture ne sont pas visibles. Heureusement un camarade plus fortuné s'échappait après le repas pour aller au ravitaillement au "Pierrot Gourmand" proche.

Comme une bouteille à la mer je salue un "copain d'avant", Hubert de Franqueville, qui peut-être par la magie du Web passe sur ce blog.

Mary Preud'homme

@Véronique Raffeneau | 15 novembre 2016 à 04:44

Pour avoir été avocat général, Philippe Bilger n'en est pas moins homme. Et heureusement, sinon ce blog perdrait beaucoup de sa saveur, de sa franchise, de son originalité et de son intérêt à mes yeux. Parfois surprenant ou déconcertant il est vrai. Mais n'est-ce pas le prix de la liberté d'opinion ? Une liberté qu'il se donne et nous donne, nonobstant nos différences d'opinions, croyances, origines, milieux sociaux et culturels.

Giuseppe

Sarkozy, Guéant et les autres, tout ce qui est révélé, même combat pour leur dieu fric.
Mitterrand, à qui on suggérait de prendre Roland Dumas comme porteur de valises, répondit "qu'il avait les doigts qui collent"...
Ceux cités avant ont apparemment les mains et les pieds qui collent.

Mary Preud'homme

Les dates des élections présidentielles 2017 fixées lors du Conseil des ministres du 4 mai 2016 sont les suivantes : le premier tour aura lieu le dimanche 23 avril 2017 et le second tour le dimanche 7 mai 2017.

La liste définitive des candidats sera fixée à l'issue des primaires organisées par le parti républicain (LR) et le PS.

Mais si les gauchistes viennent saboter en nombre (comme ils s'en vantent sans vergogne) les élections primaires de la droite et du centre des dimanches 20 et 27 novembre, il est à craindre que le résultat ne reflète en rien le choix réel des adhérents et sympathisants de ces partis. Une OPA qui pourrait bien se traduire par une contestation massive et une annulation de ces élections "primaires" pour trucage massif et faux témoignages. Situation dont seront responsables ceux qui ont choisi le vote du déshonneur. Beurk !
Ainsi ces individus sans scrupule n'ont pas encore fait assez de mal à la France, il leur faut en plus venir polluer par leur sales magouilles le peu qu'il reste de démocratie aux Français en détournant des élections de leur objet qui est, faut-il le rappeler une énième fois, de choisir un candidat (en fonction de sa sensibilité, de ses idées et de ses valeurs) et non un président. Et si ce choix est fait sans tricherie, le soutien devra revenir sans réserve au candidat vainqueur du second tour des primaires...

Les présidentielles, pour tous, c'est en avril et mai prochain. Pigé ?

Lucile

@ Véronique Raffeneau | 15 novembre 2016 à 04:44

Vous avez raison à mon avis de dire que le subjectif ne doit pas aveugler le jugement, et qu'il faut essayer de peser le pour et le contre chez un homme politique en se plaçant du point de vue de l'intérêt général, et donc en faisant abstraction de ses sentiments personnels.

Mais si cet homme politique a publiquement mal parlé de quelqu'un qui ne méritait pas cet opprobre, ce n'est pas parce qu'il s'agit d'un frère que le jugement est subjectif puisque, objectivement, il s'agit d'une injustice. Seul un proche, justement, peut savoir à quel point c'est injuste. Et ce n'est pas parce que l'injustice touche une seule personne qu'elle est moins injuste ou moins révélatrice d'une propension à l'injustice chez celui qui l'a commise.

Lorsqu'une injustice ne touche qu'une seule personne, le risque est de la laisser passer : en toute probabilité, chacun se taira, et on fera taire celui qui est touché, pour toutes sortes de bonnes raisons. Tant pis pour lui. Personne ne se mouille pour lui, et tout le monde est content, ou presque. Un homme injustement traité ne peut pas compter sur grand monde pour le soutenir. Seuls ceux qui l'aiment prennent sa défense, obstinément, parce qu'il le faut, et parce que toute injustice demande réparation.

Ellen

Ziad Takieddine a révélé ce matin à Mediapart avoir remis en mains propres de la part du Libyen Mouammar Kadhafi deux valises pleines d'argent liquide directement à Claude Guéant et à Brice Hortefeux et une valise directement à Sarkozy avec cinq millions d'euros entre fin 2006 et début 2007, pour la campagne de Sarkozy.

Est-ce que Patrick Buisson le savait ? En fait-il mention dans son livre contre Sarko ?

Pourquoi la justice traîne-t-elle des pieds dans cette affaire ? Bizarre que cette affaire mafieuse ne soit pas mise au jour avant les présidentielles.
A supposer que Sarkozy passe, Philippe Bilger ne se remettra pas.

catherine A. peste choléra suite

Pour une fois nous avons le choix des candidats du premier tour de la Présidentielle. Ils ne nous seront pas imposés par les partis (sauf triche manifeste ou tour de passe-passe toujours possible) aussi pourquoi me priverais-je de cette opportunité d'éliminer ceux qui ont déjà failli ?
J'avoue que la perspective d'un Sarkozy-Hollande au premier tour, ce qui implique de se retrouver une nouvelle fois avec l'un ou l'autre à la tête du pays est pour moi cauchemardesque ; aussi irai-je voter aux deux primaires.

Et franchement signer une charte ne me gêne pas ; ni le PS ni les LR ne sont les propriétaires exclusifs des valeurs républicaines.

PS : je ne suis pas très fière du cliché peste-choléra mais au moins illustre-t-il clairement ce que je souhaite éviter ; ou plutôt ceux...

Lucile

@ Robert Marchenoir
"Il est parfaitement possible que la France soit irréformable. Il serait bien imprudent d'évacuer cette hypothèse".

D'autant que jusqu'ici, toute pessimiste que soit cette hypothèse, elle s'est vérifiée dans les grandes largeurs.

Franck Boizard

Le livre "La cause du peuple" de Patrick Buisson est passionnant.

Il a un jugement sur Nicolas Sarkozy qui, bien que dévastateur, est beaucoup moins naïf et superficiel. Il tente aussi de rester équilibré et distancié.

D'ailleurs, cet ouvrage n'est qu'en passant à charge contre Nicolas Sarkozy, le fond de la problématique est plus vaste et plus politique : pourquoi aucun président français depuis Giscard ne prend-il en charge la cause du peuple français ?

A l'aune de ces considérations, les points communs entre Nicolas Sarkozy et François Hollande apparaissent très nombreux et ceux qui ont appelé à voter pour l'un contre l'autre (ou qui pourraient appeler à voter pour l'un contre l'autre) sont victimes d'oppositions factices et surjouées.

sbriglia@Exilé

@catherine A
"...je participerai pour ma part aux deux et j'espère que nous serons nombreux à le faire."

"Le fait de devoir signer de façon contradictoire un engagement à ne pas nuire à chaque parti qui vous permettra de voter à ses primaires ne vous dérange pas plus que ça ?" (Exilé)

Journaliste : "mange à tous les râteliers, de gauche comme de droite" (Dictionnaire des idées reçues)

Imagine-t-on Philippe Bilger voter à la primaire de gauche ?

L'œcuménisme de la "votation" tous azimuts ne touche ici que JDR et Catherine A.

Etonnant, non ?

calamity jane

N. Sarkozy renoncer à son salaire de président tel que D. Trump le propose pour le sien R. Marchenoir ?
Sa carrière est politique, bien campée avec l'argent des autres depuis la Mairie de Neuilly. De ce point de vue F. Hollande n'a rien à lui envier et surtout son côté bling-bling qui n'est pas l'aspiration de Papili.
Du reste, son cynisme concernant la double ration de frites ne mérite pas une ligne.

Véronique Raffeneau

Je complète mon commentaire d'hier avec les précisions que Philippe Bilger a eu la gentillesse de me communiquer.

En 2007, Philippe a voulu protester publiquement contre l'offense proférée par Nicolas Sarkozy à l'encontre de Pierre Bilger.
Pierre Bilger, la retenue même, s'y est opposé. Philippe a néanmoins adressé une lettre à Claude Guéant en soulignant que le propos de NS était intolérable.
De fait, à partir de là, NS n'a plus jamais mis en cause Pierre Bilger.

@ Mary Preud'homme

Je comprends fort bien le ressort d'une détestation dont l'origine est l'offense faite à un frère ou à une soeur.

Si je pense que Philippe a nourri une sorte de passion irrationnelle, incandescente, adolescente pour le candidat Sarkozy, l'amour d'un frère ou d'une soeur, qui plus est si celui-ci ou celle-là est mis en cause publiquement de façon injuste, je sais aussi que cet amour total lui est absolu.

Je comprends parfaitement la nature de la blessure qui est sans doute devenue irréparable dans le coeur de Philippe depuis le décès de Pierre Bilger.

Je comprends tout cela, Mary.

Cependant, la parole de Philippe Bilger, dans le débat public, compte beaucoup ; elle s'inscrit au-delà des blessures et des morsures privées.

Et l'ancien avocat général sait mieux que personne que son pire ennemi, en matière d'appréciation et de jugement, est cette pente très dangereuse de l'esprit, quand le subjectif prend la place de façon totalitaire et exclusive.

fugace

@ sylvain | 14 novembre 2016 à 14:08

Nicolas va avoir besoin de beaucoup de Sylvain et de Sylvaine, car la gauche est bien décidée à pousser les feux sur Juppé. La preuve en vraie grandeur avec les médias. Mes amis de gauche m'ayant confirmé qu'ils vont y aller en nombre.
Et puisque Fillon est utilisé à droite pour former la tenaille massacreuse, notre hôte peut dormir sur ses deux oreilles.

Finalement, nous aurons peut-être en 2017 FH vs MLP ?

@ Robert Marchenoir | 14 novembre 2016 à 23:36

Ayant lu la totalité du commentaire, je partage vos points de vue.
Il serait utile de rappeler le faible écart en voix qui l'ont finalement séparé du vainqueur. Mais le TSS a laissé des traces profondes qui risquent fort de lui être fatales à la primaire LR. Les tireurs de ficelles s'étant aperçu que Juppé ne tiendrait peut-être pas le rythme, ils lancent un second couteau en la personne de Fillon. C'est gros !
Pour moi, Sarko a eu son heure, il n'aura pas de seconde chance.

@ Ange LERUAS | 14 novembre 2016 à 12:47

Avant tout, se remémorer ces citations bien connues :

« Par essence, la création monétaire ex nihilo que pratiquent les banques est semblable, je n'hésite pas à le dire pour que les gens comprennent bien ce qui est en jeu ici, à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement réprimée par la loi. Concrètement elle aboutit aux mêmes résultats. La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents » ( Maurice Allais, Prix Nobel de Sciences Économiques 1988)

« Si la population comprenait le système bancaire ET MONETAIRE, je crois qu'il y aurait une révolution avant demain matin » (Henry Ford, industriel, il aurait quitté l'école à 15 ans)
J'aime bien celle-là (visionnaire !)

"Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l'entité adéquate pour le faire" (David Rockefeller, interview dans Newsweek en février 1999)
ON Y EST !!

Extrait au hasard de http://nllefeodalite.canalblog.com/archives/2010/12/31/20005732.html

La question ? pour les peuples ? étant : Que faire ?

Cette réponse m'intéresse, si elle tient en dix lignes.

Herman Kerhost

Jean-Dominique Reffait et Robert Marchenoir. Deux commentateurs, deux hommes que beaucoup de choses opposent, mais c'est un fait que mon cerveau s'émerveille à lire leurs points de vue. Ils m'éclairent, et m'obscurcissent...

Robert Marchenoir

J'ai voté Sarkozy et je ne le regrette pas. Il était exactement ce qu'il fallait à la France : un marginal, un Trump, un homme capable de s'affranchir des bonnes manières et de dire la vérité.

Hélas, il n'a pas tenu ses promesses. Sa versatilité, son insuffisant dévouement à la chose publique, et jusqu'à sa passion de n'être jamais où on l'attend (avec son ouverture à gauche), ont fait de son mandat une occasion gâchée.

Je me garderai de lui attribuer toute la responsabilité de son échec. Les forces contraires de la fonction publique, du communisme et du conservatisme sont formidables. Il est parfaitement possible que la France soit irréformable. Il serait bien imprudent d'évacuer cette hypothèse.

Mais qu'il ait été complaisant ou dévoré par le système, le résultat est le même. Le fait qu'il chante à l'unisson du régime russe, avec tant d'autres, n'a rien pour le réhabiliter à mes yeux.

J'admire cependant ceux qui sont capables de prédire, à l'avance, ce que fera un candidat à l'élection présidentielle. Je n'ai pas leur talent. Il fallait essayer Sarkozy.

Il faut aussi souligner l'incohérence qui pousse tant de partisans de la "vraie droite" à agonir Sarkozy d'injures, tout en portant Trump au pinacle. Sarkozy fut Trump. Les ressemblances sont flagrantes.

Et d'ailleurs, bien imprudents sont ceux qui, ayant "voté" Trump en France, s'imaginent maintenant que la question est réglée aux Etats-Unis, et que leur champion fera tout selon leurs fantasmes.

Personne n'en sait rien. Je gage que Trump, lui-même, n'en sait rien. Il se peut parfaitement qu'il devienne le Sarkozy américain.

stephane

@Mary Preud'homme

?

Giuseppe

@Lucile | 14 novembre 2016 à 19:29
"Ils n'en avaient pas la moindre idée. Je n'ai pas trop insisté pour ne pas être rabat-joie, mais je pense que les contribuables ne peuvent pas imaginer à quel point les municipalités endettent leur commune..."

Bingo ! Ils râlent quant ils reçoivent la feuille d'impôts, mais ils ne se rendent pas compte.
A Perpignan, un reportage a révélé les folies - je ne sais si c'est approprié mais bon, à ce niveau... - dont l'érection d'un cadran solaire, de fait un pylône très très haut, planté sur le rond-point de l'entrée de la ville, imaginez la quille géante risée des touristes !

Rien n'arrête ces "bâtisseurs de l'extrême", contre vents et marées ils dilapident, ma petite ville a un encours de dette supérieur au PIB, une paille !
"Rabat-joie" l'image est bien choisie, moi-même souvent je me mords la langue.

stephane

En même temps quelle pourrait être l'alternance ?
Le PS et l'UMP risquent d'être pris dans les triangulaires aux législatives et le FN pourrait finalement avoir la majorité à l'Assemblée.
Ou alors PS et UMP se mettent d'accord. Peut-on alors escompter l'alternance ?
Quel président pour nommer Marine Le Pen Premier ministre ?
Je parierais presque que lui président de la République est capable de nommer MLP Premier ministre.
Personne parmi les spécialistes et experts pour évoquer ce cas de figure et pourtant...

@Mary Preud´homme 19h28

Vous remontez dans mon estime.
Clair, net.
Encore un petit effort, oubliez Sarkozy. Courage, Fillon.

Mary Preud'homme

@ stephane

Pour la clarté de votre propos, veuillez vérifier la définition de la locution adverbiale "maintes fois" dont le sens vous est manifestement étranger et que vous employez abusivement. Et contentez-vous en tout état de cause de formuler vos accusations et récriminations à la première personne du singulier et non en vous instituant porte-parole de ce blog.

maintes fois : - D'une manière répétée. Qui se produit un grand nombre de fois, de manière régulière.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS